Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Quatrième période. Florence 16 Mai 1953. Bologne 5 décembre 1957

Florence, 16 mai 1953

Texte intégral

La résurrection de Piero della Francesca

1Où devrai-je reprendre le récit de ce voyage à Florence, réussi, bien que je n’en attendisse rien, à cause de la saison et de mon état nerveux lamentable (irritabilité et émotivité excessive pour des riens) ?

2Quelle idée merveilleuse j’ai eue de m’arrêter à Arezzo, non pour Arezzo et les fresques de Piero delle Francesca, mais pour ce petit voyage à San Sepolcro et la « Résurrection » de Piero. C’est bien là son chef-d’œuvre comme le pensent Nicolson et Ismaël (pour des raisons opposées, mais qui confluent ; l’un voit les moyens, l’autre l’expression).

3Je crois que moi aussi j’ai vu davantage l’expression cette fois. Ces grands yeux ; j’ai repensé à ce que disait Hegel (et à quoi je n’avais jamais songé auparavant) : les gros yeux expriment la beauté. Les grands yeux sont (pour Hegel) une beauté. C’est en tout cas vrai de ce Christ. Ce qui est vrai aussi est que (et c’est là où Piero est puissamment renaissant ainsi que l’a bien vu Jean S.) par delà tout ce qui traînait de formes byzantines Piero retrouve l’idole romaine, l’idole antique et la forme romaine. C’est bien un Christ d’avant Byzance qui ressuscite, un Christ romain, venu ou retrouvé du fond de l’Antiquité. Il y a une chose prodigieuse, c’est le raccourci des jambes, une affirmation de présence.

4J’ai retrouvé là le dialogue de la mort et du sommeil profond. Car Piero représente ce qui est indiqué par la Bible, les soldats chargés de veiller sont dans un sommeil profond et Christ qui est mort, vit.

5Christ ressuscitant a pour seul témoin des hommes dans un sommeil profond.

6Ensuite ce ne sera plus un Christ ressuscitant mais ressuscité.

7Est-ce pour signifier que la vie elle-même n’est qu’un sommeil et que ce sommeil, profond ou non, c’est toujours la même chose, le néant par rapport à cette autre vie qu’est la vie éternelle.

8Il ne peut y avoir qu’un « seul » ressuscité et c’est celui qui ressuscita par ses propres forces, un homme-Dieu, et c’est bien cet homme que Piero a représenté : avec ce regard qui fait de cette peinture perdue à Borgo Sansepolcro la plus extraordinaire qui soit.

9A la chapelle Brancacci de l’Eglise Santa Maria del Carmine, de Florence, une fresque de Masaccio montre Adam et Eve chassés du Paradis : chassés du Paradis c’est-à-dire condamnés à mort, car la terre c’est le même monde mais avec la mort (avec accompagnement de la mort).

10Le sens réel de la vie est donné par ce récit de la Genèse : un sursis. Condamnés à mort avec sursis, tels sont Adam et Eve.

11Une autre représentation de Piero della Francesca touche au même cycle de pensées : à Santa Croce d’Arezzo, au registre supérieur, la mort d’Adam et sa mise en terre, la mort du premier homme. La mort du premier homme n’est pas la première mort puisqu’Abel auparavant avait été tué par Caïn. La mort est ce qui rend possible le meurtre. Cette première mort exprime-telle ma pensée que l’homme est meurtrier parce qu’il est mortel, en termes de psychanalyse que l’idée — ou l’acte — du meurtre est une compensation à notre propre mort ?

  • 1 Imitation d’une formule célèbre du « Monde où l’on s’ennuie » Ed. Pailleron. « Comme si tous les e (...)

12Mais la mort naturelle, celle d’Adam, a quelque chose de plus terrible peut-être pour la pensée, parce que dans le cas de mort naturelle l’événement se confond avec l’idée. La mort naturelle (et je m’étonne que Cuzin n’y ait pas pensé) est la seule qui ne fasse pas événement, ou plutôt où l’événement ne cache pas la nécessité naturelle, la loi au sens épicurien. Alors qu’ailleurs l’événement devrait faire apparaître la loi, il la dissimule. On pourrait croire que la cause de la mort c’est le meurtre de Caïn (mais c’est là l’occasion, l’événement, « comme si toutes les morts n’étaient pas naturelles »)1 C’est Dieu qui a condamné Abel à mort.

13A Arezzo j’ai vu l’élégance des suivantes de la reine de Saba (le groupe) et la beauté extraodinaire de la Reine (là aussi, le raccourci, la perspective et avec cela le moelleux du coloris, la douceur de la représentation), de la reine de Saba s’inclinant devant Salomon.

Notes

1 Imitation d’une formule célèbre du « Monde où l’on s’ennuie » Ed. Pailleron. « Comme si tous les enfants n’étaient pas naturels ».

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search