Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre I. Enfance et adolescence dans un ‘Monde d’hier’

Texte intégral

Généalogie familiale

  • 1 Bertha von Suttner, Memoiren, Stuttgart und Leipzig, Deutsche Verlags-Anstalt, 1909, p. 15/16. Déso (...)

Par extrait du registre des naissances et baptêmes de la paroisse Sainte Marie des Neiges, lib. XIII pag.176, est confirmé ici officiellement que en l’an 1843, le 9 juin, dans le s.c. 697/2 est née et a été baptisée le 20 du même mois selon le rite chrétien catholique par le curé d’alors, le vénérable Père Thomas Balzan : Bertha Sophia Felicita comtesse Kinsky von Chinic und Tettau, fille légitime (posthuma) du très Honoré Seigneur Franz Joseph comte Kinsky von Chinic und Tettau, lieutenant impérial et royal à la retraite et réel chambellan, né à Vienne – fils légitime du très Haut Seigneur François-Ferdinand comte Kinsky von Chinic und Tettau, chambellan impérial et royal et grand intendant de la province, propriétaire de la seigneurie de Chlumec, et de sa femme, très Honorable Dame Christine, née princesse Liechtenstein – et de son épouse, très Honorable Dame Sophie Wilhelmine comtesse Kinsky von Chinic und Tettau, née von Körner à Prague (fille légitime du très Honorable Sieur von Körner, capitaine de cavalerie impérial et royal et de son épouse Dame Anna, née Hahn). Étaient parrain et marraine lors du baptême Barbara Kratiçek, femme de chambre et le très Honorable Sieur Arthur comte Kinsky von Chinic und Tettau – La sage-femme était Sabina Jerabek, de s.c. 124.1

1Ainsi commencent la vie et les Mémoires de Bertha comtesse Kinsky von Chinic und Tettau, future baronne von Suttner. Le document, au style quelque peu guindé, recèle nombre d’éléments qui vont marquer l’existence et façonner le caractère de la descendante d’une vieille lignée qui a beaucoup compté dans l’histoire de la Bohème. Et si l’héritier en titre – et du titre – est bien le frère unique, le Sieur Arthur qui apparaît ici comme parrain, il y a dans le nom qu’elle porte un imposant ‘Noblesse oblige’ auquel celle qui, dans un premier temps, s’appelle elle même Bertha Kinsky, ne se dérobera pas. 

2D’emblée, certains détails intriguent : pourquoi la mise entre parenthèse des parents de la mère ? Pourquoi l ‘absence de formules très Honorable, très Haut, abondamment distribuées par ailleurs, lorsqu’il s’agit de la grand-mère maternelle, qualifiée d’un bref Dame Anna, si ce n’est parce qu’elle est ‘née Hahn‘ ? Pourquoi le rôle de marraine est-il confié à une femme de chambre alors même que le vaste palais Kinsky, construit en 1768 sur le Altstädter Platz à Prague, abrite un nombre non négligeable de membres de la famille qui aurait pu remplir cet office ? L’ombre d’une mésalliance plane, plus tard, lorsqu’elle sera en âge de faire son entrée dans le monde à Vienne, la jeune Bertha Kinsky l’apprendra à ses dépens quand elle verra se fermer devant sa mère – et par conséquent devant elle – les salons de la haute aristocratie viennoise, la « Wiener Creme » comme elle les désigne, au motif que du côté maternel, la famille ne peut attester d’au moins seize ancêtres de haute noblesse.

3Pourtant, née Kinsky, Bertha le restera toute sa vie, fidèle à une généalogie familiale qui remonte à 1237 et a construit ses repères au fil des siècles. Elevés en 1628 à la dignité de comtes d’Empire, les Kinsky sont faits princes d’Empire en 1747. Mais déjà la Maison s’est scindée en deux lignées distinctes, princière d’un côté, comtale de l’autre avec, en commun, quelques illustres ancêtres, dont le plus célèbre reste le comte Wilhelm Karl, conseiller et proche de Wallenstein, celui-là même évoqué par Schiller dans sa trilogie comme l’un des derniers fidèles du grand Condottiere de la Guerre de Trente ans assassiné, avec Kinsky et quelques autres, le 25 février 1634 :

  • 2 Friedrich Schiller, Wallensteins Tod (1799), III, 10.

Tout est perdu. Tous les régiments vous ont abandonné,
pour de nouveau faire allégeance à l’Empereur – 
Vous-même avec Kinsky, Terzky, Illo, vous êtes mis au ban2

  • 3 Franz Joseph Kinsky, Allgemeine Prinzipien zur öffentlichen besonders Militärerziehung, Wien, 1787.
  • 4 Heinz Sturm, Biographisches Lexikon der Böhmischen Geschichte, München, OldenburgVerlag 2000 Bd. II (...)

4Au terme d’une interminable guerre qui ravage tout particulièrement la Bohème, les Kinsky voient leurs terres confisquées et leur fortune anéantie mais ils n’auront de cesse de récupérer leurs biens et domaines, ce à quoi ils parviennent d’ailleurs assez rapidement. De 1574 à 1843, date de la mort du père de Bertha Kinsky, le dictionnaire biographique de l’histoire de Bohème ne mentionne pas moins de douze membres éminents de la famille ayant à divers titres joué un rôle de premier plan dans l’histoire du pays. Sur ces douze personnages, six ont une activité diplomatique ou politique, envoyé ou ambassadeur dans les grandes capitales européennes ou trésorier général, vice-chancelier, chancelier suprême de Bohème, avec parfois de hautes fonctions à la cour de Vienne. Cinq autres s’engagent dans la voie militaire où ils s’illustrent au service de l’Autriche dans la guerre de Sept Ans ou dans la guerre contre les Turcs et terminent leur carrière à la tête de leur propre régiment, comme commandant de la garnison de Vienne ou général commandant de la Moravie et de la Silésie. L’un d’entre eux, Franz Joseph (1739-1805), très proche de l’Impératrice Marie-Thérèse, et dont la grande fierté est d’avoir pris glorieusement part à la guerre de Sept Ans, se consacre sur le tard à l’École Militaire autrichienne qu’il a contribué à créer. Admirateur et émule de Pestalozzi, il publie à l’usage de ses élèves militaires de nombreux manuels dont la renommée ne faiblit pas3. Un autre comte Kinsky, Joseph, né et mort à Prague (1705-1780), connaît un destin plus singulier. Etabli sur ses terres de Bürgstein, il devient entrepreneur, fonde et dirige une très rentable fabrique de verreries et plus particulièrement de miroirs qu’il exporte dans toute l’Europe. Il emploie, chiffre considérable pour l’époque, plus d’un millier d’ouvriers dont la plupart sont des paysans attachés à ses terres – le servage sera aboli en terre autrichienne en 1781 par Joseph II mais ne disparaît effectivement qu’en 1848. C’est là un exemple frappant du phénomène de Heimindustrie, dont la haute noblesse est parfois partie prenante. Cette industrie à domicile, qui précède la grande vague d’industrialisation des débuts du XIXsiècle, met à profit l’abondant vivier des populations rurales, hommes, femmes, voire enfants, encore asservies à la terre seigneuriale et occupées à la fois à l’exploitation des domaines et aux travaux des manufactures. On retrouve le même phénomène dans la Silésie proche avec les tisserands dans l’industrie textile. Ayant fait fortune, Joseph von Kinsky sera de 1763 à 1776 président de la Concession commerciale de Bohème. Ainsi, à la manière de l’aristocratie anglaise très impliquée dans le développement de l’industrie du pays, la noblesse de Bohème, terre dont les ressources industrielles sont très tôt exploitées, ne s’interdit nullement d’avoir des activités dans le commerce ou dans des formes de production pré-industrielle. Le rôle important joué par l’entrepreneur-comte Kinsky est d’ailleurs largement reconnu : « très contesté à cause de sa politique économique mercantiliste, il participe d’une manière essentielle à la modernisation économique de l’Autriche ».4

  • 5 k.k., kaiserlich – königlich, ( impérial – royal) pour la partie autrichienne de l’Empire, k.u.k. k (...)
  • 6 Certains biographes établissent un lien entre les von Körner autrichiens et le poète allemand, Theo (...)

5Ces figures, Bertha Kinsky les connaît autant à travers les légendes familiales que par les conflits entre lignées proches. Sans les citer tous, elle relève dans ses Mémoires non seulement l’extrême diversité des itinéraires de ses ancêtres, mais elle note aussi que la carrière militaire, si illustre soit-elle, n’a pas été au cours des siècles le seul choix, pas même le choix privilégié par les nobles de Bohème. C’est seulement dans la seconde moitié du XVIIIsiècle que la ‘vocation’ militaire prend le dessus, l’époque des Kinsky, grands Chanceliers ou Gouverneurs de Bohème prenant fin face à l’emprise de Vienne et une centralisation renforcée. Le second constat concerne le goût – peut-être faut-il là aussi parler de ‘vocation’ – de ces nobles de Bohème pour la gestion personnelle de leurs terres, moins pour en tirer un profit agricole tout à fait envisageable vu l’ampleur des domaines, que pour en exploiter les richesses en matières premières à l’aide du potentiel de forces de travail tout trouvé fourni par leurs paysans. Mais l’héritage le plus marquant qui lui vient de ses ancêtres, semble être pour Bertha Kinsky un caractère bien trempé et un esprit d’indépendance, qui leur ont valu au cours des siècles nombre de conflits avec l’autorité. Ces ancêtres de la famille Kinsky von Chinic und Tettau ont, au moins pour ce qui est des tout derniers, leur place dans la zone consciente des souvenirs d’enfance de la jeune Bertha Kinsky. En effet, dans la tradition qui s’est imposée depuis le milieu du XVIIIsiècle, le père de Bertha, Franz Joseph, a fait une carrière de militaire ‘k.k.’, royal-impérial, parvenant au grade de lieutenant général5. Il décède peu de temps avant la naissance de sa fille, d’où le posthuma de l’acte de naissance, à l’âge respectable de soixante-seize ans, ce qui le fait naître en 1767, dans un autre siècle et un autre monde. Il a connu les lendemains immédiats de la guerre de Sept Ans où s’était illustré l’ancêtre fondateur de l’École militaire autrichienne et a vécu, déjà adulte, tout le dernier quart du XVIIIsiècle. Certes, il ne transmettra pas son expérience de vie à sa fille mais le milieu familial de Bertha Kinsky est indéniablement marqué par cette figure d’un autre âge, d’autant plus que la mère, Sophie Wilhelmine, est beaucoup plus jeune. Née von Körner, elle est issue d’une noblesse plus récente liée à la bureaucratie d’Empire considèrée par les nobles de Bohème avec un mépris non dissimulé, l’acte de naissance de Bertha Kinsky en fait foi.6

  • 7 Une rumeur insistante de l’époque faisait du tuteur Fürstenberg le père de Bertha sans que la moind (...)

6La figure du père est très vite remplacée pour l’enfant par celle du tuteur désigné, un ami du père, le landgrave de Fürstenberg issu d’une très vieille lignée aux innombrables branches disséminées dans toute l’Europe7. Friedrich Egon von Fürstenberg, qui mourra fort opportunément le 22 mars 1866 juste avant la défaite à Sadowa de l’Autriche par la Prusse, demeure encore ancré dans un XVIIIsiècle, dont il a hérité les principes et la vision du monde. Ami et compagnon de guerre du fameux maréchal Radetzky, qu’il seconde dans les campagnes de l’Italie du Nord, il incarne, comme l’aurait sans doute fait le père, « le type même de la vieille austriacité…, un type d’hommes dont il existe certes encore quelques exemplaires mais qui – comme c’est le sort de tout type humain – est en voie de disparition » (M, p. 20). Tout en le traitant familièrement de « Fritzerl », Bertha Kinsky garde pendant toute son enfance une tendresse amusée pour ce vieux garçon à l’affût de tout ce qui se dit et se fait à la cour en matière de mariages, alliances ou scandales mondains, très au fait de ce qu’il appelle ‘la société’ : « Par ce terme il désignait le cercle dans lequel il était né et dans lequel il évoluait… [la société] était la seule classe humaine dont la vie et les destinées l’intéressaient » (M, p. 19)

  • 8 Stefan Zweig, Die Welt von gestern. Erinnerungen eines Europäers, Stockholm, Berman-Fischer 1944.

7En sa qualité de tuteur, qu’il prend très au sérieux, Friedrich Egon von Fürstenberg va jouer un rôle éminent dans l’éducation et le développement de la personnalité de sa pupille. Il n’en reste pas moins que de par sa naissance, celle qui s’élèvera contre les armes et la guerre, contre le militarisme sous toutes ses formes, semble destinée à vivre dans un monde dominé par le militaire. Et il est tout aussi singulier que celle qui va pronostiquer la venue d’un monde futur, se trouve d’abord immergée dans un ‘monde d’hier’ décrit non sans nostalgie par Stefan Zweig, un siècle plus tard, comme déjà fragilisé par trop de militarisme, anachronique dans ses modes de pensée comme dans les comportements de sa ‘société‘.8 Mais peut-être est-ce aussi en réaction à ce monde, auquel par ailleurs elle reste fondamentalement attachée, que la jeune Bertha Kinsky va investir toute son énergie pour devenir « cette Bertha Suttner …que je me sens être aujourd’hui… tandis que cette Bertha Kinsky, dont j’ai parlé jusqu’ici, m’apparaît comme une figure sortie d’un livre d’images, dont les expériences de vie – de vagues contours – me sont certes connues mais ne me touchent pas » (M, p. 21)

Impressions d’enfance.

  • 9 Silvio Pellico, Le mie Prigioni, 1832. Traduit dans toutes les langues européennes, dont Mes prison (...)
  • 10 « À Brünn, le cœur de la ville est resté allemand. Jusqu’en 1918 la mairie de Brünn a été exclusive (...)

8Le père disparu, la mère de Bertha n’a de cesse de quitter le domicile praguois où visiblement elle ne se sent guère à l’aise et décide de s’installer avec ses deux enfants à Brünn – aujourd’hui, la ville tchèque de Brno – alors capitale de la Moravie, cette province d’Empire sise entre la Bohème et les Sudètes et rattachée de fait à la Bohème. Dominée par la citadelle du Spielberg que Silvio Pellico, interné pendant neuf ans sous un féroce régime de « carcere duro », immortalisera dans Mes prisons9, Brünn est à l’époque une ville importante par le développement de son industrie, tout en gardant en son centre quelques beaux vestiges de sa splendeur baroque. C’est, de plus, au milieu du XIXsiècle, une ville où la population allemande – les Sudètes et la Silésie sont proches – est importante et représente plus des trois-cinquièmes de la population, un phénomène qui s’accentuera encore jusqu’à la Première Guerre mondiale .10 Bertha Kinsky est certes trop jeune pour entrer en contact avec cette population allemande mais sa mère y noue des amitiés qui l’amèneront à faire quelques séjours, seule d’abord et plus tard avec sa fille et des parentes, dans les villes d’eaux et villes de jeux à la mode fréquentées par les familles régnantes du moment comme par l’aristocratie et les artistes de toute l’Europe. Du séjour à Brünn, qui dure une dizaine d’années jusqu’au départ pour Vienne en 1856, Bertha Kinsky ne garde que peu de souvenirs. Elle-même, si curieuse du monde qui l’entoure, s’en étonne et en donne une explication d’une grande modernité :

On porte une curieuse caméra dans la tête dans laquelle viennent se graver si profondément, si clairement certaines images tandis que d’autres ne laissent aucune trace. On dirait que l’appareil s’ouvre par moments mais reste la plupart du temps fermé, de sorte que le monde extérieur est dans l’impossibilité d’y pénétrer et de s’y projeter en photographie. (M, p. 24)

9Mais elle est aussi une trop grande lectrice de Goethe pour ne pas penser au rôle majeur que Goethe accorde aux souvenirs d’enfance, dont il souligne l’importance tout en mettant en garde devant leur fragilité :

  • 11 Johann W. von Goethe, Dichtung und Wahrheit, I, 1, Hamburger-Ausgabe Bd.9, S. 10-11

Quand on veut se souvenir de ce qui nous est advenu dans la toute première époque de notre vie, on est souvent dans la situation de confondre ce que nous avons entendu dire par d’autres avec ce que nous possédons de par notre propre expérience.11

10De cette ’première époque de sa vie’, la mémorialiste retient trois souvenirs.

11Le premier constitue une scène de genre et restitue l’atmosphère particulière de ces capitales de province, fascinées à distance par Vienne et où se perpétue une vie mondaine d’un autre âge. L’enfant, trois ans, voit un soir apparaître sa mère parée pour le bal et un moment s’imagine, sur un jeu de mot qui crée le malentendu, pouvoir l’accompagner. Mise au lit d’office, elle s’insurge d’abord contre l’interdiction qui lui est faite d’entrer dans l’univers des adultes « où tout le monde est si somptueusement vêtu et danse dans des salles toutes illuminées ». Mais le tourbillon mondain qui happe sa mère, venue lui donner le baiser du soir « dans une belle robe que je ne lui avais jamais vue, une parure de joyaux sur son cou nu » génère aussi chez l’enfant la même flambée d’amour exclusif mêlé de jalousie que décrira Proust dans le début de À la recherche du temps perdu :

  • 12 Marcel Proust, Du côté de chez Swann in : À la recherche du temps perdu, Bibliothèque de la Pléiade (...)

Ma seule consolation, quand je montais me coucher, était que maman viendrait m’embrasser quand je serais dans mon lit. Mais ce bonsoir durait si peu de temps, elle redescendait si vite que le moment où je l’entendais monter puis où passait dans le couloir à double porte le bruit léger de sa robe de jardin en mousseline bleue, à laquelle pendaient de petits cordons de paille tressée était pour moi un moment douloureux12

12Autre souvenir, l’enfant évolue avec son caractère déjà bien marqué entre sa mère et son tuteur Fürstenberg, toujours sanglé dans son uniforme de général, incarnation de la puissance paternelle par délégation et militaire par fonction. Tous trois doivent se rendre à une partie de campagne et la petite fille, déjà fort coquette, vêtue de sa plus belle robe « une splendeur de mousseline blanche, largement décolletée » est toute à la joie de participer à une telle aventure. Mais le temps se gâtant, il faut au dernier moment changer de tenue : « – Mets à la comtesse une vieille robe ! – tel fut l’ordre maternel », ce qui déclenche chez l’enfant une colère que la mémorialiste traduira en une flamboyante formule : « Dans ma robe neuve, j’y suis, j’y reste ! ». La scène se termine sur une fessée si mémorable qu’elle figure dans les Mémoires :

Et voilà ce mignon et énergique petit être couché sur la table, la face collée tout contre, sa jolie petite jupe brodée de rouge relevée par la main empressée du haut militaire placé à côté et, venant de la main maternelle, la première raclée grosse de désespoir et de déshonneur s’abat – klitsch, klatsch – sur son objet. (M, p. 17)

  • 13 Sigmund Freud, „ Ein Kind wird geschlagen“, 1919 S.F. Werke, Studienausgabe hg. von Alexander Mitsc (...)

13Ce qui frappe dans cette scène, c’est, clairement perçue par l’enfant, l’omniprésence de l’autorité qui s’exprime autant à travers l’ordre maternel intimé à la domestique que par la stature hiératique du militaire-tuteur et le processus dégradant et ressenti comme tel de la punition. Elle se dit « trompée, offensée, humiliée » devant la triple incarnation d’une autorité qui littéralement s’abat sur elle, ou plutôt, comme elle l’écrit, sur l’objet qu’elle est devenu et sur lequel s’exerce cette autorité à la fois maternelle, sociale et militaire. Le terme d’humiliation répond à un sentiment de révolte, ancré au plus profond de celle qui écrit l’événement quelque soixante ans plus tard, devant l’injustice perpétrée par une force supérieure sur un individu faible par définition. L’humiliation vient ici de la négation de l’humain, désigné par le terme le plus générique possible, celui d’Être/ Wesen, et qui s’oppose le plus radicalement au terme d’objet. Le compatriote viennois de Bertha von Suttner, Sigmund Freud, n’est pas loin. Celui-ci avait très certainement connaissance des Mémoires de la Baronne von Suttner, fort lues à l’époque, et il se peut qu’il y ait quelque souvenir de cette scène quand, en 1919, Freud publie son essai intitulé « un enfant est battu »13. Il en va de même lorsque, probablement intrigué par ce terme d’objet, il analysera dans un écrit plus tardif (1938) la scission du moi chez le très jeune enfant dans des situations d’oppression ou de punition :

  • 14 Sigmund Freud, „Die Ichspaltung im Abwehrvorgang (1938)“, in : S.F., Werke, Studienausgabe, op. cit (...)

L’enfant répond au conflit par deux réactions totalement opposées, toutes deux valables et efficaces. D’un côté, à l’aide de certains mécanismes, il rejette la réalité et ne se laisse rien interdire, de l’autre il reconnaît dans le même souffle le danger de la réalité, prend la peur qu’il en ressent pour un symptôme de souffrance et cherche ensuite à s’en défendre. Il faut reconnaître que c’est là une façon habile de résoudre la difficulté …Mais ce succès a été atteint au prix d’une cassure dans le moi, qui ne guérira plus jamais et ne fera que croître avec le temps. Les deux réactions au conflit antagonistes demeurent le noyau d’une scission du moi.14

14Certes, Bertha von Suttner n’a jamais été du nombre des patientes du célèbre docteur viennois, pas même une adepte de la psychanalyse. Il n’en reste pas moins que certains souvenirs, tels que ceux qu’elle relate au début de ses Mémoires, peuvent ouvrir des pistes, éclairer des choix de vie, laisser deviner quelques refoulements aux imprévisibles conséquences. Sans s’aventurer plus avant dans les voies de la psychanalyse ou les profondeurs de l’inconscient, c’est là un constat qui s’impose à la lecture de ces récits d’enfance.

15Le troisième souvenir d’enfance est un peu plus tardif et d’une tout autre nature puisqu’il met plutôt brutalement la fillette de cinq ans face à la réalité des événements qui en 1848 agite aussi la capitale morave :

Là, debout à la fenêtre, je me vois regarder en bas sur la grande place où une foule bruyante déferle. Un mot nouveau assaille mes oreilles : révolution… le spectacle n’éveille en moi aucune compréhension, le mot n’a pour moi aucun sens. Telle fut ma première expérience d’un événement historique (M, p. 16)

16On peut interpréter diversement le dédoublement de la personnalité souligné dans le « je me vois regarder… » du récit. Il y a d’une part le sentiment d’étrangeté, qui se traduit par de l’indifférence, chez une enfant qui mène une existence protégée sous la double surveillance du tuteur et de la mère issus de milieux et de traditions peu propices à s’intéresser à l’événement révolutionnaire. Mais il y a aussi dans ce sentiment d’étrangeté l’expression d’une fracture secrète de l’auteure des Mémoires vis-à-vis du monde des Kinsky, monde qui a été le sien, pour lequel elle garde une certaine affection mais qui se révèle incapable de saisir l’agitation révolutionnaire. Que l’enfant de cinq ans n’ait pas eu une perception à proprement parler historique de l’ampleur de l’événement, la mémorialiste Bertha von Suttner le dit clairement. Mais en insistant sur le fait que c’est précisément cet événement qui s’est imprimé avec force dans sa mémoire, elle tient aussi à rappeler la singularité du contexte historique dans lequel s’est trouvée l’enfant qu’elle fut. Les troubles de 1848, qui aboutiront au départ de Metternich, touchent en effet toutes les parties de l’Empire autrichien et marquent, non sans paradoxe, le réveil des nationalités multiples qui le composent, qu’il s’agisse des Tchèques, des ressortissants de la Bohème, des Hongrois de Pest ou des Transylvaniens. La famille Kinsky, par son rang, l’importance de ses biens en Bohème, son appartenance à l’armée impériale est concernée au premier chef, prise entre la fidélité due à l’Empereur François-Ferdinand Ier, qui va fuir Vienne, se réfugier dans le Tyrol et abdiquer en novembre 1848 en faveur de son neveu, François-Joseph, et les revendications d’autonomie exprimées par la Bohème à l’instar de la Hongrie un temps reconnue, grâce à l’action de Kossuth, en mars 1848 comme état souverain. Ce qui se passe à Brünn comme à Prague a une portée autre que le soulèvement révolutionnaire, dans un premier temps soutenu par la bourgeoisie libérale, qui secoue Vienne et chasse Metternich. En même temps, Bertha von Suttner insiste, dans un souci d’authenticité du témoignage, sur l’indifférence dont elle fait et fera encore preuve dans son adolescence, vis-à-vis des événements politiques, historiques, militaires de son enfance :

Ce que j’ai éprouvé, je ne le sais plus – certes j’étais excitée, autrement le spectacle comme le terme ne se seraient pas gravés dans mon esprit… Par « je », j’entends en effet non pas la forme corporelle vivante, mais cette conscience de soi si absente tant dans la toute première enfance que bien souvent dans le cours de la vie, où on se contente de respirer, où on ne pense pas, où on n’observe pas, où on n’entend pas, où on n’existe que de manière végétative. (M, p. 16)

17Il y a chez Bertha von Suttner mémorialiste le souci de donner, comme elle l’écrit dans la première page de ses Mémoires, « un vrai livre de vie/ ein Lebensbuch », de faire défiler le film entier de son parcours avec des arrêts sur image qui lui permettent de glisser ses réflexions sur l’individu qu’elle fut comme sur le temps dans lequel il s’est inscrit :

Quand je me penche sur mon enfance et ma jeunesse, je ne me vois pas comme toujours la même… Je vois, debout côte à côte, les figures de jeunes filles les plus diverses, chacune avec un horizon d’idées et d’espérances autre… Qu’ai-je de commun avec ces ombres et elles avec moi ? – C’est ça la vie. (M, p. 21)

L’éducation d’une jeune aristocrate.

  • 15 Dans un de ses premiers romans, Virginia Woolf décrit très exactement l’éducation de la majorité de (...)

18Les années d’enfance et de première jeunesse passées à Brünn ne se résument ni à quelques parties de campagne ou visites de châteaux ni au spectacle décalé de soubresauts révolutionnaires. Elles sont aussi les années des premiers apprentissages parfaitement conformes à ce que, dans les milieux aisés et aristocratiques de toute l’Europe, on concédait alors en matière d’éducation des filles.15 Même si elle évoque la proximité d’une institution religieuse, Damenstift, à Brünn, il semble bien que la jeune Bertha Kinsky n’ait jamais fréquenté, en tout cas de manière suivie, l’école. Elle n’a pas non plus eu la chance, contrairement à nombre de ses contemporaines, de profiter de l’enseignement souvent donné aux garçons par un précepteur à domicile, son frère unique, de six ans son aîné, étant depuis fort longtemps aux mains d’une institution militaire. Entre sa mère, nostalgique d’une carrière de cantatrice contrariée pour des raisons de statut social car « pour une comtesse Kinsky une carrière de théâtre [était] encore moins convenable qu’elle ne l’aurait été pour une demoiselle von Körner », et le « Fritzerl » toujours aussi rigide, « la correction et le manque d’imagination en personne », l’enfant en fait s’auto – éduque, faisant feu de tout ce qu’elle trouve à sa portée. Elle apprend le français grâce aux bonnes et gouvernantes de la maison, d’origine française comme il se doit. Elle joue du piano, profitant de la présence du professeur de chant de sa mère, laquelle s’ingénie à travailler sans relâche le récitatif de la Norma, en souvenir d’une voix jadis prétendue légendaire. Le constat est lapidaire : « Je vois bien que j’ai été une petite fille bien sotte mais jamais vraiment enfant ». (M, p. 22)

19De fait, longtemps Bertha Kinsky a été une enfant solitaire qui trouve son bonheur dans les livres : « Ceux-là me transportaient dans un deuxième monde, dans lequel je vivais, à côté de ma propre vie, une deuxième vie » (M, p. 113). Dans quelles bibliothèques les déniche-t-elle, on l’ignore. Une bibliothèque familiale ? Mais Brünn n’est qu’une étape, ce n’est pas le palais de famille à Prague, pourvu lui d’une conséquente bibliothèque. Celle du « Fritzerl » ? Outre que la lecture n’est sans doute pas le passe-temps favori de ce militaire et homme de cour, il n’a à Vienne qu’un « logis de vieux garçon » – que ne fréquente pas la petite fille ! – et passe son temps en séjours prolongés de proche en proche, accordant il est vrai de fréquentes visites à sa pupille et à la mère de celle-ci. Peut-être apporte-t-il alors son lot de livres en cadeau ? Mais la liste des titres recensés dans les Mémoires s’accorde mal avec la rigidité pointilleuse de ce représentant de la Vieille Autriche. Passe encore pour Le siège de La Rochelle ou l’Histoire de France par l’Abbé Fleury, ou même Schiller, il est vrai, « lu qu’à moitié », mais que dire de Ruy Blas et Marie Tudor de Victor Hugo, du Traité de physique de Fladung ou de Jane Eyre ou la Case de l’Oncle Tom ? Pourtant, les Mémoires insistent : « Tels étaient les livres, pas vraiment des livres d’enfant, dont je me délectais » et détaillent ce mélange insolite de classiques et de nouveautés et, pis encore, vu l’âge de la demoiselle, de romans. Seule dans ce milieu d’adultes de toute évidence assez peu doués pour assurer et guider les premiers éveils éducatifs, Bertha Kinsky trouve dans ce fatras hétéroclite ses repères : le goût des sciences, en particulier de la physique dont elle s’entretiendra plus tard avec Alfred Nobel ou, traités sur le mode fictionnel, le combat contre les injustices qu’il s’agisse de l’inégalité entre les hommes et les femmes, du racisme ou de l’esclavage.

20Comment la jeune Bertha acquiert-elle les rudiments de la lecture ou du calcul, nul ne le sait. Par contre, comment, laissée à elle-même, elle parvient à assouvir une soif réelle de connaissances, elle le rapporte fort joliment dans ses Mémoires :

J’aimais aussi feuilleter le Dictionnaire de la conversation et cueillir les fruits à chaque branche du savoir. (M, p. 22)

  • 16 Friedrich Arnold Brockhaus (1772-1823), fondateur de la maison d’édition établie en 1814 à Leipzig, (...)

21La petite fille penchée sur le Konversationslexikon, ce pourrait être une de ces innombrables vignettes qui ornent alors en frontispice les volumineux ouvrages nés du génie savant et marchand de quelques éditeurs comme Brockhaus16 et capables de rapprocher dans une même découverte du savoir la bourgeoisie de culture (Bildungsbürgertum) et l’aristocratie. Souvent repris sous la forme allégée du Calendrier pour les Dames, voire pour les Demoiselles, c’est sans doute une de ces encyclopédies traînant dans le salon de sa mère que la petite fille récupère et consulte au passage, quand on ne lui demande pas, en guise d’exercices de lecture et d’écriture, d’en faire des extraits, ce qui sera le cas plus tard. Pour le reste, l’éducation des filles devant culminer dans l’art accompli des travaux d’aiguille, Bertha Kinsky doit s’y plier mais ne semble guère en ce domaine avoir fait un effort particulier. Résultat, son tuteur la considère plutôt comme mal éduquée en dépit des sempiternels cadeaux d’anniversaire qu’elle s’obstine à lui offrir, « pantoufles et coussins brodés à profusion de roses et de lys, quand ce n’était pas des têtes de chat ou de lion ». (M, p. 34)

  • 17 La Bohème comme la Moravie ont été du quinzième siècle jusqu’à la Guerre de Trente Ans le théâtre d (...)

22S’il est un point sur lequel le « Fritzerl » ne transige pas, c’est celui de l’éducation religieuse. Bertha apprend donc le catéchisme par cœur, fait sa communion mais ne semble guère animée d’une foi ardente ni être particulièrement fascinée par les offices et les rituels religieux. Peut-être faut-il voir dans cette distance vis-à-vis de l’église catholique et romaine dans tout son apparat un héritage lointain de quelque ancêtre de Bohème adepte d’un catholicisme plus indépendant de Rome et surtout de la cour de Vienne17. Bertha von Suttner n’hésite pas à évoquer dans ses Mémoires « la religiosité touchant à la bigoterie des aristocrates catholiques », entendant par là le catholicisme viennois et singulièrement habsbourgeois encore fortement marqué par ses origines espagnoles. En ce domaine, la province n’est pas la capitale et Brünn, pas plus que Prague, n’est Vienne.

Amitiés adolescentes.

23Bertha Kinsky a douze ans quand survient un événement qui met fin à son existence d’enfant solitaire. Devenue veuve, une sœur de Sophie Wilhelmine vient s’installer à Brünn avec sa fille Elvira, à peine plus âgée que Bertha. Désormais, les deux cousines sont inséparables et passent, lorsque leurs mères voyagent, l’été sous le même toit, sous la surveillance d’une gouvernante. Elvira est une adolescente souffreteuse, au physique plutôt ingrat, sans aucun talent ni goût pour les mondanités, le contraire en somme de ce qu’était alors la « petite comtesse ». Fille unique d’un professeur-rentier saxon, parfait représentant de la ‘bourgeoisie de culture’, elle a été élevée par ce père, véritable ‘rat de bibliothèque’ qui l’initie très jeune à la philosophie allemande : « il s’entretenait avec la petite fille essentiellement de Hegel, Fichte et Kant. Le résultat de cette éducation fut naturellement un vrai ‘petit bas-bleu’ » (M, p. 25). Le père disparu, c’est là encore un tuteur, ami du père, qui prend la relève, et, là encore, il s’agit d’un militaire, le général comte Huyn, comme Fürstenberg un compagnon de Radetzky, qui fera une brillante carrière et sera, en 1870, commandant militaire de Prague. Le rigoureux protestantisme du père d’Elvira est gommé sans état d’âme et remplacé par la « bigoterie » affichée du tuteur, source d’un vrai traumatisme pour l’adolescente, ce dont le préposé à son éducation ne se soucie guère. Ce sont là des ‘méthodes’ qui révèlent le peu de cas que l’on faisait à l’époque de la psychologie de l’enfant, celle des filles en particulier. La mise en parallèle de l’éducation ou plutôt des carences de l’éducation des deux demoiselles est éloquente : toutes deux filles uniques, avec une enfance solitaire marquée par la disparition du père et la présence de mères encore jeunes et quelque peu superficielles, elles se retrouvent sous la tutelle de hauts dignitaires de l’armée impériale et royale qui leur imposent, sans s’interroger et encore moins les interroger, leur conception toute militaire de l’existence et leurs principes moraux et religieux. À cette tutelle impérieuse et imposée, les deux adolescentes ne trouvent dès lors à opposer que la force puisée dans une amitié faite de complicités et de jeux de rôle perfectionnés dans le plus grand secret. Ensemble les deux cousines vont se construire un monde parallèle dont les héros, bien peu inspirés par leurs tuteurs, leur viennent tout droit de leurs lectures :

Le héros changeait tout le temps, tantôt marquis français, tantôt étudiant espagnol, riche lord ou jeune officier de marine ou encore homme d’État déjà respectable, parfois roi incognito. (M, p. 27)

24Un peu plus tard on verra même entrer en scène des cow-boys américains et quelques maharadjahs hindous. Parfois, le héros mourant, la comédie se transforme instantanément en tragédie mais l’héroïne reste invariablement Bertha Kinsky qui se réserve toujours le beau rôle. Sur la formule magique « pff ! », l’immersion dans le monde, interdit aux adultes, de ces « romans dialogués » s’accomplit avec tout un rituel de gestes et de mimiques suscitant bien des interrogations, voire des inquiétudes de la part des mères réunies à quelques pas de là. Par-delà le comique involontaire de certaines de ces situations, les préadolescentes cherchent de toute évidence à transmettre un message, exprimant pêle-mêle le poids de l’isolement même vécu à deux, la volonté de résister aux conventions et aux impératifs sociaux mais aussi le désir d’apprendre et de trouver des formes d’expression propres à les aider pour affronter le monde des adultes. Car si insouciante qu’elle puisse paraître, leur existence serait d’une accablante vacuité, s’il n’y avait entre elles cette complicité habile à s’inventer ce qu’on leur refuse. Un jour, on est en 1859, les demoiselles ont grandi, le jeu sera poussé jusqu’à ses limites et finit par briser le mur qui sépare monde des adolescentes et monde des adultes. Par ennui, et sans le dire à quiconque, pas même à Elvira, Bertha Kinsky rédige anonymement un ‘roman familial’ en miniature, et l’insère sous forme de petite annonce dans le journal viennois Die Presse :

Par pur caprice d’une part et par besoin profond d’un échange de pensées d’autre part, deux enfants de la noblesse, frère et sœur, vivant dans un château isolé désirent entrer en contact épistolaire avec des personnes capables de sentiments chaleureux et de pensées profondes La correspondance sera placée sous la surveillance d’un papa sévère qui veut démontrer aux jeunes enthousiastes combien ils manquent de sens pratique avec leur idée de communication entre les âmes. Prière d’adresser les lettres sous couvert de « cela n’engage à rien » au service d’expédition du journal (M, p. 59)

25L’indignation des mères qui surprennent le manège est sans bornes : « Ainsi tu envoies derrière notre dos des annonces à un journal. C’est du propre pour un enfant ! ». Mais, le marivaudage par petite annonce interposée – outre qu’il met de manière plutôt comique Elvira en rapport avec son futur époux – est révélateur d’un goût de la transgression propre à la future Bertha von Suttner. Elle ne commencera pas autrement sa carrière littéraire et saura, plus tard, admirablement jouer à son profit de la presse et de son public, que celui-ci soit composé d’hommes ou de femmes, national ou international.

26En 1859 tout ce petit monde quitte Brünn et vient s’installer à Klosterneuburg, une ville sur les bords du Danube proche de Vienne. Mais la proximité de la capitale de l’Empire ne signifie pas une vie plus mondaine ni même la fréquentation assidue d’une école – alors même que la ville, ancienne résidence épiscopale et siège d’un important cloître dont la bibliothèque est renommée dans l’Europe entière, recèle nombre d’institutions religieuses qui eussent fait l’affaire. Bien au contraire, « la sociabilité, c’est fini ! » se lamente une Bertha Kinsky quelque peu morose. Car la complicité avec Elvira souffre du fait que, toutes deux habitant désormais assez loin l’une de l’autre, elles ne se voient plus « qu’une à deux fois par semaine ». De plus, les tuteurs, en particulier le « Fritzerl », sont beaucoup plus présents, veillant sur une éducation qui, à leurs yeux, ne doit pas varier d’un iota par rapport aux normes établies, lesquelles se résument à « études des langues et du piano et extraits du Konversationslexikon de Brockhaus », dictionnaire que l’adolescente a bien dû finir par savoir par cœur ! Mais dans le nouvel environnement, la « société des livres » est désormais à portée de main :

  • 18 Christian Bernhard Tauchnitz (1816-1895) avait fondé en 1837 à Leipzig une maison d’édition spécial (...)

À cette époque dont je parle, ce que j’ai lu aurait rempli une bibliothèque imposante. Tout Shakespeare, tout Goethe, tout Schiller et Lessing, tout Victor Hugo… Anastasius Grün, Hamerling, Grillparzer, Byron, Shelley, Alfred de Musset, Tennyson pour les poètes ; et parmi les romanciers je connaissais tout Dickens, tout Bulwer, pour dire les choses clairement : toute l’édition Tauchnitz. Et en français,les romans de George Sand. (M, p. 114)18

27Précieuse énumération qui non seulement permet de saisir l’éventail des lectures, dans les années 1850-60, d’une adolescente singulièrement dévoreuse mais aussi le rôle essentiel de ces maisons d’édition bon marché qui envahissent alors le marché et s’adressent à toutes les classes sociales et plus encore aux femmes.

28Peu à peu, la proximité de Vienne se fait de plus en plus manifeste. On est à la veille de 1859, l’année de Magenta, de Solferino et de la perte des possessions autrichiennes en Italie du Nord. Mais, pour le moment, rien ne le laisse pressentir et l’Empire est tout à l’occupation plutôt musclée de la Lombardie. Le climat de la capitale en est très marqué et les adolescentes, elles-mêmes, n’échappent pas au culte du militaire qui atteint son paroxysme avec la mort en 1858 à Milan, à quatre vingt douze ans, de la figure légendaire du vieux Feld-maréchal Joseph Radetzky. Bertha se lamente :

un tel héros, une telle figure de demi-dieu ! Le monde, l’Autriche surtout avaient perdu un trésor. Mon admiration pour la gloire soldatesque touchait à la vénération. Plus dévote en militaire que moi, cela n’existait pas. (M, p. 41)

29Quant à Elvira, elle compose une élégie à la gloire du héros en forme de couronne de fleurs et de lauriers – à chaque plante ou fleur sa strophe – qui fait fondre en larmes les membres de la famille.

30Mais la proximité de Vienne offre aussi d’autres perspectives très vite repérées par les deux adolescentes. Elvira, toujours aussi passionnée de littérature et convaincue qu’elle sera la Sappho du XIXsiècle, entre de sa propre initiative en contact avec le poète et dramaturge autrichien le plus célèbre du moment, Franz Grillparzer, et, tout en lui faisant part de son admiration, glisse dans sa lettre quelques-uns de ses manuscrits avec prière de les lire. Grillparzer, bien que fort âgé, répond par une visite au cours de laquelle il l’encourage à persévérer dans son écriture, qui, ajoute-t-il, « pourrait mener à de grandes choses ». Le vieil auteur rendant visite à la jeune demoiselle parfaitement inconnue, le fait mérite d’être souligné et l’on imagine les ravages que de tels conseils ont pu déclencher dans des esprits déjà fort exaltés ! Grillparzer n’est pas le seul à répondre à ces sollicitations, une autre gloire montante de la littérature autrichienne, Marie von Ebner-Eschenbach, fait de même et, entrée en correspondance avec Elvira, lui prodiguera conseils et encouragements. Ces premiers succès aidant, Elvira, aux dires mêmes de sa cousine, va se révéler « une véritable hyène dévoreuse d’autographes », échangeant des billets et collectionnant les autographes pour son album. Car, comme son carnet de bal, toute jeune fille se doit d’avoir son album, offert aux épanchements poétiques ou à la simple signature du visiteur de passage. Différent du journal intime, tenu secret même vis-à-vis des amies, l’album de poésie, Poesiealbum/Stammbuch, est un élément non négligeable dans la vie et l’éducation des demoiselles et fait partie du décorum social de l’adolescente. Souvent offert par un proche, le parrain parfois, fabriqué dans des matières rares et du papier de luxe, orné de miniatures florales, il garde de page en page la trace d’une sociabilité à laquelle accède peu à peu la jeune fille, avec ses rencontres mémorables, ses amitiés, voire ses amours adolescentes. C’est aussi, sous couvert d’un florilège de conseils, maximes et citations classiques, une ouverture sur l’univers des adultes. Mais c’est un objet social qui n’est pas sans ambiguïté puisqu’il offre à la fois un espace de liberté où s’inscrivent les émois juvéniles et un billet d’entrée dans le monde. L’album d’Elvira, dont Bertha von Suttner héritera, est un véritable trésor : lettres d’auteurs alors célèbres, Anastasius Grün, Hebbel, Rückert, une relique de Schiller (un morceau de tissu lilas – sa couleur préférée – provenant de sa dernière veste), trois notes de Wagner en date du 13 mai 1861 dédiées « à la jeune fille autrichienne », une branche cueillie sur la tombe du poète Lenau, une grande feuille format folio de « papier chancellerie », contenant une note du commandant général à Vérone adressée au général Comte Huyn à propos de … bouches de canons. À cet inventaire hétéroclite s’ajoutent les réponses aux lettres envoyées de par l’Europe entière par l’infatigable collectionneuse : celle, en vers, de Louis Ier de Bavière « À vous qui désirez des mots écrits de ma main », celle de Lamartine, plutôt galant, « Mademoiselle, vous êtes la poésie même, la poésie aimante et vivante » ou celle de Victor Hugo renchérissant sous le couvert d’une singulière adresse : « Waterloo, 14 juillet 1860, Il y a dans votre lettre, Mademoiselle, toute une âme charmante ». Charles Dickens accorde de son côté quelques lignes manuscrites de David Copperfield et Manzoni, l’auteur des Promessi sposi envoie une longue lettre… en italien. Autant de reliques qui témoignent d’une infatigable activité épistolaire féminine propre à l’époque. Ni les langues étrangères, ni la renommée des destinataires ne font obstacle à cette forme subtile de sociabilité à distance qui demande courage et persévérance, car il faut écrire en diverses langues, expédier et payer un affranchissement souvent prohibitif – tout cela dans le secret vis-à-vis des proches. Preuve s’il en est que les impératifs de l’éducation et les barrières imposées par telle classe sociale n’ont pas toujours réussi à cantonner dans la sphère du privé les filles habiles à générer leurs formes de sociabilité et à inventer des modes d’écriture à leur usage propre. Dans les relations entre adolescentes, l’album est un mode de transmission privilégié, c’est le signe que l’on donne à lire parce qu’on n’a pas le courage ou les mots pour dire le premier amour « un vrai amour vivant pour une vraie personne vivante ». C’est souvent le passage obligé de la découverte de l’émoi amoureux par le biais de la lecture de l’album imposée par l’autre. Avec le résultat plutôt comique que la lectrice s’attribue alors cet amour :

Pour résumer les faits, au bout de quelques jours, moi aussi j’aimais. J’étais donc redevable d’un aveu à mon amie et je le fis sous la forme suivante : j’inscrivis sur la page de l’album ce cri déchirant « Past ! C’est fini ! » (M, p. 47)

Regard rétrospectif.

  • 19 Quelques titres pour mémoire : George Sand, Histoire de ma vie (1854-1855), Fanny Lewald, Eine Lebe (...)

31Dans une époque, où le récit autobiographique est devenu un genre de plus en plus pratiqué par les femmes,19 il n’est pas inintéressant de mettre en comparaison deux récits dont les protagonistes sont assez proches par leurs origines sociales et leurs itinéraires ultérieurs, en l’occurrence Bertha von Suttner et Lily Braun, née von Kretschmar. Dans la première partie de ses Mémoires d’une socialiste parues à Munich en 1908 intitulée « Années d’apprentissage », les points de convergence avec la partie des Mémoires concernant Bertha Kinsky sont nombreux. Lily von Kretschmar est née dans une famille de l’aristocratie prussienne dont les ancêtres remontent aux Chevaliers teutoniques. Le père, officier puis général, traîne sa famille de garnison en garnison et Lily grandit entre un père souvent absent, absorbé par ses responsabilités militaires et une mère distante, occupée essentiellement à ses tâches de maîtresse de maison. L’enfant reste le plus souvent à l’écart du monde extérieur, sous la garde de ses bonnes ou gouvernantes, évidemment françaises. Comme pour Bertha Kinsky, dont on a vu l’indifférence manifeste aux événements de 1848, Lily von Kretschmar vit, sans rien y comprendre, la victoire de Sedan. Elle en commente le souvenir en des termes qui paraissent bien familiers :

  • 20 L. Braun, Memoiren einer Sozialistin, München, Piper 1985, I. Teil, 37.

De la guerre franco-allemande, bien que je l’ai vécue alors que j’avais presque six ans, je n’ai pas su grand chose. Je me vois assise à la fenêtre, faisant de la charpie… C’est ainsi que mon imagination est restée, tout autant que mon esprit, indifférente à ce qui se passait20

  • 21 Ibid., 54.

32Peu d’amis ou de camarades dans une vie réglée par le statut social en vigueur, « ces relations mondaines qui presque tous les dimanches me forçaient à sortir, toute endimanchée, de la maison ». Et lorsqu’il est question d’entrer dans une institution pour nobles demoiselles fondée par l’Impératrice Augusta à Berlin qui « dans sa grande bonté a daigné [m’]accorder une place », le père refuse l’honneur fait à sa fille : « elle restera à la maison, là où elle doit être. On n’en fera pas une donzelle de cour, fini, Basta ! »21 Là s’arrêtent les convergences liées à un milieu social comparable et à la conception alors dominante d’une éducation des filles faite à la maison au hasard des précepteurs, des gouvernantes et des lectures. Bertha Kinsky, à la différence de Lily Braun, vit dans un milieu exclusivement féminin, si on excepte le tuteur, le père étant mort avant sa naissance et le frère déjà en dehors de la maison. Il n’y a pas non plus de coexistence intergénérationnelle, pas de grand-mère, comme celle qui apporte à Lily Braun une autre qualité affective dans ce monde d’enfance solitaire, ou celle que vénère George Sand, véritable ‘fille-de-sa-grand-mère’. Elvira comme Bertha sont deux adolescentes laissées à deux mères fort aimables certes mais quelque peu écervelées, l’une toute à sa nostalgie de carrière perdue, l’autre se prenant pour une voyante, faisant tourner les tables ou échafaudant de périlleuses combinaisons susceptibles de faire sauter la banque des casinos que ces dames fréquentent. L’enfance et la prime jeunesse de Bertha Kinsky se déroulent dans un monde plein de contradictions : d’un côté un contrôle permanent et une exigence de totale conformité aux conventions et convenances :

Ma jeunesse se passait dans une époque où une jeune fille de bonne famille ne pouvait rester un quart d’heure sans surveillance, faire dix pas seule dans la rue… cela ne devait arriver en aucun cas… la ‘ garde-compagnie’ était alors en plein essor,

33de l’autre, une étonnante liberté, en matière de lectures par exemple :

J’avais nourri mon esprit de Kant et de Descartes, j’avais étudié le Phédon de Platon, le Cosmos de Humboldt et de plus, l’histoire de l’Inquisition et des Guerres de religion. (M, p. 35)

34Prise dans cette contradiction entre un monde d’hier, fragilisé derrière la façade apparemment intacte des conventions mais dont elle doit un temps encore supporter le poids, et un autre monde à son usage personnel, façonné par sa curiosité intellectuelle et une imagination qui déjà la projette dans le futur, Bertha Kinsky commence à se construire en « cette Bertha Suttner que je suis encore aujourd’hui ».

Notes

1 Bertha von Suttner, Memoiren, Stuttgart und Leipzig, Deutsche Verlags-Anstalt, 1909, p. 15/16. Désormais, en fin de citation, (M, p.) en référence à cette édition originale.

2 Friedrich Schiller, Wallensteins Tod (1799), III, 10.

3 Franz Joseph Kinsky, Allgemeine Prinzipien zur öffentlichen besonders Militärerziehung, Wien, 1787.

4 Heinz Sturm, Biographisches Lexikon der Böhmischen Geschichte, München, OldenburgVerlag 2000 Bd. II, S.143.

5 k.k., kaiserlich – königlich, ( impérial – royal) pour la partie autrichienne de l’Empire, k.u.k. kaiserlich und königlich pour les institutions communes à l’Autriche et la Hongrie, k, königlich spécifique pour la Hongrie, ce sigle fait allusion à la double monarchie autrichienne officialisée en 1867 par le couronnement de l’Empereur d’Autriche François Joseph comme Roi de Hongrie. Le sigle lui-même est repris par Robert Musil dans L’homme sans qualité sous la forme ironique de KaKanien pour désigner la monarchie austro-hongroise avant 1914.

6 Certains biographes établissent un lien entre les von Körner autrichiens et le poète allemand, Theodor Körner, chantre de la libération de l’Allemagne du joug napoléonien et mort en 1813 au cours des guerres dites de libération (Befreiungskriege). Il est l’auteur du recueil de chants patriotiques Leier und Schwert (Lyre et épée), Berlin, 1814.

7 Une rumeur insistante de l’époque faisait du tuteur Fürstenberg le père de Bertha sans que la moindre preuve en soit jamais apportée.

8 Stefan Zweig, Die Welt von gestern. Erinnerungen eines Europäers, Stockholm, Berman-Fischer 1944.

9 Silvio Pellico, Le mie Prigioni, 1832. Traduit dans toutes les langues européennes, dont Mes prisons en France, l’ouvrage qui dénonce le ‘martyre’ du carbonaro par les autorités autrichiennes a connu un des plus grands succès du XIXsiècle et a beaucoup œuvré pour la cause nationale italienne.

10 « À Brünn, le cœur de la ville est resté allemand. Jusqu’en 1918 la mairie de Brünn a été exclusivement allemande » Jaroslav Stritecky „Tschechen in der alten Monarchie, in Böhmen, Mähren und Schlesien“, in : Andrei Corbea-Hoisie/Jacques Le Rider, Metropole und Provinzen in Altösterreich (1880-1918), Wien, Böhlau, 1996, S. 140.

11 Johann W. von Goethe, Dichtung und Wahrheit, I, 1, Hamburger-Ausgabe Bd.9, S. 10-11

12 Marcel Proust, Du côté de chez Swann in : À la recherche du temps perdu, Bibliothèque de la Pléiade, NRF, Gallimard, 1954, T.1, p. 13.

13 Sigmund Freud, „ Ein Kind wird geschlagen“, 1919 S.F. Werke, Studienausgabe hg. von Alexander Mitscherlich et al., Frankfurt/Main, Fischer 1973, BdVII., S. 231 ff.

14 Sigmund Freud, „Die Ichspaltung im Abwehrvorgang (1938)“, in : S.F., Werke, Studienausgabe, op. cit., III, S. 391-392.

15 Dans un de ses premiers romans, Virginia Woolf décrit très exactement l’éducation de la majorité des jeunes filles de familles aisées de la fin du XIXe et ajoute : « Mais ce système d’éducation avait un grand avantage. Il n’enseignait rien mais il n’élevait pas d’obstacle devant le talent réel que d’aventure l’élève pouvait posséder. » Traversées, (The voyage out, 1914) in VirginiaWoolf, Œuvres romanesques, Bibliothèque de la Pleiade, 2012, vol. I, p. 29.

16 Friedrich Arnold Brockhaus (1772-1823), fondateur de la maison d’édition établie en 1814 à Leipzig, il publie en 1820 un Konversationslexikon en 10 volumes, premier d’une longue série jusqu’à aujourd’hui (Konversationslexikon in 20 Bänden, Verlag F.A. Brockhaus, Wiesbaden 1966).

17 La Bohème comme la Moravie ont été du quinzième siècle jusqu’à la Guerre de Trente Ans le théâtre de mouvements religieux – Böhmische Brüder, Mährische Brüder (Frères Moraves) -tendant à revenir à une conception plus rigoureuse de la pratique religieuse.

18 Christian Bernhard Tauchnitz (1816-1895) avait fondé en 1837 à Leipzig une maison d’édition spécialisée dans la divulgation de la littérature anglaise Library of british and american authors sous forme de livres bon marché, ancêtres du livre de poche.

19 Quelques titres pour mémoire : George Sand, Histoire de ma vie (1854-1855), Fanny Lewald, Eine Lebensgeschichte (1861), Malwida von Meysenbug, Mémoires d’une idéaliste (1868), Lily Braun, Mémoires d’une socialiste (1908-1911). Cf. sur ce point infra, chapitre VI.

20 L. Braun, Memoiren einer Sozialistin, München, Piper 1985, I. Teil, 37.

21 Ibid., 54.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search