Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Introduction

Texte intégral

  • 1 Luce Irigaray, Le temps de la différence, Paris, Livre de poche 1989, p. 14.

1La première décennie du XXsiècle a vu émerger deux Bertha, toutes deux d’origine germanique, l’une allemande, Bertha Krupp von Bohlen und Halbach (1886-1957), l’autre autrichienne, Bertha von Suttner (1843-1914). Bien que de générations différentes, les deux femmes se sont croisées, un bref échange de lettres en fait foi, puis, très tôt, la mémoire collective les a érigées en icônes diamétralement opposées, la ‘Gross-Bertha‘, canon mythique portant le prénom de l’épouse du constructeur, et la ‘Friedensbertha’, égérie de la paix dans un monde marqué par l’irrésistible course aux armements. D’un côté, une femme, héritière par défaut de l’empire Krupp géré officiellement par son mari prussien, s’intègre dans la société et la culture de son temps, cette « culture patriarcale qui privilégie les généalogies masculines et la société de l’entre-hommes, les femmes n’y apparaissant pas comme majeures mais comme biens de l’homme »1. De l’autre, une femme, actrice de son engagement public, s’immisce dans un domaine masculin de tout temps réservé, celui des armes, de la guerre et de la politique. L’opinion publique honorera bien plus la Bertha-instrument de guerre que la Bertha – travailleuse de la paix, encombrante Don Quichotte au féminin et objet de bien des railleries.

  • 2 Cf. la bibliographie générale en fin de volume.

2La traversée du désert de la ‘Friedensbertha‘, commencée à la veille du premier conflit mondial, a été longue. Première femme à recevoir le Prix Nobel de la paix, celle qui avait décrit dans un de ses romans l’apocalypse de « l’explosion totale par condensation du radium » et qui avait prophétisé dès 1912 la « barbarisation des airs », ne sort que très lentement de l’ombre – qui ne relève pas toujours de l’oubli mais s’apparente souvent à une relégation forcée. Référence implicite pour Eleanor Roosevelt lors de l’élaboration de la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948, elle fait l’objet de quelques études dans les années 1960 et ne connaît de biographies importantes qu’à partir des années 1980, avec les ouvrages de Brigitte Hamann, Gisela Brinkler-Gabler, Beatrix Kempf, Erika Weinzierl ou Marianne Wintersteiner, entre autres.2 Le développement du mouvement des femmes en Allemagne et en Autriche dans les années soixante-dix n’est sans doute pas étranger à cette renaissance – même si l’image d’une Bertha von Suttner féministe de la première génération laisse quelque peu sceptique.

3Écrire la vie d’un individu est une entreprise risquée à divers titres. Goethe en était bien conscient quand, travaillant à son autobiographie à la charnière de la poésie et de la vérité, il prend soin dans l’introduction de s’interroger sur le sens, le but de la biographie :

  • 3 Johann Wolfgang von Goethe, Aus meinem Leben Dichtung und Wahrheit, Werke hg. Erich Trunz, Hamburge (...)

Car, tandis que je m’efforçais de retracer l’un après l’autre les émois intérieurs, les influences extérieures et les étapes théoriquement et pratiquement franchies, je me vis projeté hors de mon étroite vie privée dans le vaste monde... Car c’est là, semble-t-il, la tâche de la biographie, décrire l’individu dans son temps et montrer dans quelle mesure tout lui résiste et dans quelle mesure tout le favorise, comment il s’en forge une vision du monde et des hommes et, comment, quand il est artiste, poète ou écrivain, il le réfléchit vers l’extérieur.3

  • 4 Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC 6 (1989).

4Comment écrire la vie d’un individu ? La question posée par Giovanni Levi dans son article sur « les usages de la biographie » revient en force à la lecture des Mémoires et des nombreuses œuvres de fiction de Bertha von Suttner.4 Écrire sa biographie, c’est d’emblée prendre en compte nombre d’obstacles spécifiques, dont le plus évident vient de ce qu’elle est femme dans un XIXsiècle finissant, un moment où la visibilité des femmes, même engagées dans la vie publique, ne va pas de soi. Mais l’obstacle sans nul doute le plus singulier tient à la présence de ses Mémoires, 542 pages publiées de son vivant en 1909. Comment en effet écrire la vie d’un individu quand celle-ci est déjà construite dans une continuité fabriquée rétrospectivement par cet individu lui-même ? Comment concurrencer par un récit biographique à la troisième personne le matériau riche de l’expérience directe de toute une vie qu’est cette autobiographie en forme de Mémoires ? Et ce, quand dès les premières pages l’accent est mis sur une objectivité quasi scientifique ou revendiquée comme telle par celle qui affirme « avoir une caméra dans la tête » et dit « fonctionner comme un séismographe de l’événement ». Comment dès lors construire un récit biographique soucieux de redonner vie à un itinéraire qui ne serait plus linéaire mais en perpétuelle formation et où les lacunes, les non-dits, les silences et les arrangements indissociables de l’autobiographique seraient pris en compte et décryptés ? Sortir du cercle herméneutique créé par l’illusion autobiographique est un enjeu essentiel du récit biographique à la troisième personne. Et cela ne peut se faire que par une permanente mise à l’épreuve du texte originel avec d’autres témoignages contemporains, par une constante corrélation entre textes et contextes, par des éclairages aussi diversifiés que possible, par un questionnement incessant de l’individu, de son temps et de l’individu dans son temps. Évoquer cette figure singulière exige donc que l’on ouvre la démarche biographique et que l’on s’attache à saisir une figure et un destin de femme qui s’inscrit dans son temps entre le dernier tiers du XIXsiècle et la veille – au sens strict du terme – de la Première Guerre mondiale.

5Et pour ce faire, il devient essentiel de soumettre cet itinéraire de vie à des éclairages différents, à la fois porteurs d’un questionnement propre à cette époque et capables de relayer la réponse, parfois inattendue qu’y apporte Bertha von Suttner. C’est, par exemple, poser la question de la situation des femmes au tournant du XXsiècle et tout particulièrement le rapport des femmes à la vie publique et politique et saisir la formation d’un espace public qui leur soit propre. Mais c’est aussi s’interroger sur le changement d’échelle qui se produit précisément à cette époque avec l’ouverture à l’internationalisme, voire à une forme de mondialisation, à travers la mise en réseau du pacifisme sous forme d’un mouvement pour la paix auquel contribue au premier chef Bertha von Suttner. C’est encore tenter d’aborder sous un angle nouveau l’histoire des femmes à un moment décisif en repérant les multiples stratégies développées par Bertha von Suttner pour faire entendre sa voix.

6La documentation fournie par les archives est ici déterminante dans la mesure où, à côté des manuscrits, éditions originales, papiers et brouillons, on y trouve les correspondances les plus diverses, celles très étendues dans le temps et dans l’espace de Bertha von Suttner elle-même, celles échangées entre les membres du vaste réseau constitué autour du mouvement pacifiste et celles qu’elle garde précieusement comme ‘trésor épistolaire’ (Briefschatz) et qui font écho, pas toujours élogieusement, à ses écrits ou à ses actions. La bibliothèque des Nations Unies à Genève, Bibliothèque de l’ONUG, détient l’ensemble de ces matériaux documentaires réunis dans divers Fonds : Bureau international de la paix (1891-1951) et Fonds Fried-Suttner. Constitué à l’origine par A.H. Fried au cours de sa très longue coopération avec Bertha von Suttner, ce Fonds a été légué par sa veuve en 1921 à la Société des Nations à Genève. Aujourd’hui, le Fonds Fried-Suttner est rendu très accessible par la numérisation d’une grande partie des documents, en particulier des correspondances, et l’accueil cordial et efficace des conservateurs du Fonds Fried-Suttner à l’ONUG – qu’ils en soient remerciés ici.

7Pour ce qui est de la correspondance de Bertha von Suttner avec Alfred Nobel et des documents concernant l’élaboration du Prix Nobel de la Paix, détenus dans le Alfred-Nobel-Archiv du Ryksarchivet de Stockholm, mes remerciements vont à Madame Ann Hörsell qui a mis à ma disposition l’ensemble de ces documents en CD-rom, dont Brev och korrespondens från Bertha von Suttner 1891-1896.

8Enfin mes chaleureux remerciements vont à Stéphane Hessel, ancien ambassadeur auprès de l’ONU, qui a accepté de signer un avant-propos soulignant la continuité entre les engagements de la pionnière pacifiste et la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 dont il fut témoin de l’élaboration à Londres, ainsi qu’à Michelle Perrot dont le vif intérêt pour cette femme à la fois d’un autre temps et en avance sur son temps a été un constant encouragement et un précieux soutien.

Notes

1 Luce Irigaray, Le temps de la différence, Paris, Livre de poche 1989, p. 14.

2 Cf. la bibliographie générale en fin de volume.

3 Johann Wolfgang von Goethe, Aus meinem Leben Dichtung und Wahrheit, Werke hg. Erich Trunz, Hamburger Ausgabe, Bd IX, p. 7.

4 Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC 6 (1989).

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search