Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Avant-propos

Stéphane Hessel

Texte intégral

Voilà, c’est déjà la guerre et une fois de plus on nous a tout caché, tout tenu secret. Pourquoi ne faites-vous rien, vous les jeunes ? C’est vous avant tout que cela concerne ! Défendez-vous, rassemblez-vous ! Ne nous laissez pas toujours tout faire, nous les quelques vieilles femmes que personne n’écoute !
Stefan Zweig, Die Welt von Gestern (1944)

1On est au printemps 1914, à Vienne, en pleine rue, et la vieille dame, une ‘indignée’ avant la lettre, qui apostrophe si rudement son compatriote viennois, l’écrivain Stefan Zweig, n’est autre que Madame la Baronne Bertha von Suttner, soixante et onze ans et un long passé de lutte pour la cause de la paix. Elle s’éteindra le 21 juin 1914, huit jours avant l’attentat de Sarajevo, quelques semaines avant l’éclatement d’une guerre à laquelle elle avait depuis longtemps donné son vrai nom de « guerre mondiale /Weltkrieg », prédisant au passage la « barbarisation des airs », titre de son dernier ouvrage. Celle que Stefan Zweig appelle la « Cassandre de notre temps », n’avait été promue ni par la naissance, ni par son milieu social d’origine – la haute aristocratie autrichienne – à un tel destin. La « conscience européenne » lui vient sur le tard après quelques ruptures avec la société de son temps et quelques rencontres mémorables comme celle d’Alfred Nobel dont elle fut brièvement la secrétaire personnelle dans les années soixante-dix. Elle entre en pacifisme, sa ‘mission’, par la littérature, écrivant d’un seul jet son roman contre la guerre Die Waffen nieder! (1889), devenu le best-seller de la fin du XIXsiècle et que Léon Tolstoï n’hésite pas à comparer à La case de l’oncle Tom de Harriet Beecher-Stowe. Dès lors, infatigable travailleuse de la paix, elle participe à presque tous les Congrès universels de la paix, même quand ils se tiennent aux États-Unis d’Amérique où elle rencontre le Président Théodore Roosevelt, fonde sans relâche des sociétés de la paix sur le modèle de la Société autrichienne des amis de la paix, créée en 1891 avec le généreux soutien du ‘Roi de la dynamite’ Alfred Nobel et elle est vice-présidente du Bureau International de la paix à Berne pendant un quart de siècle. En 1905 son travail est enfin reconnu et couronné par le Prix Nobel de la paix, un prix dont elle avait inspiré l’idée à Nobel. Elle est la première femme à recevoir ce prix et il faudra attendre 1931 pour le voir de nouveau attribué à une femme, l’Américaine Jane Addams. Pourtant, la Friedensbertha a été l’objet de toutes les railleries et a suscité déjà de son vivant bien des caricatures. Sans doute, parce que, femme, elle s’immisçait dans le monde majoritairement misogyne des hommes politiques et que, profondément pacifiste, elle n’hésitait pas à fustiger les grandes conférences du tournant du siècle devenues à ses yeux des « assises de régulation de la guerre », elle qui ne voulait pas « réglementer », pas même – comme le prônait Henry Dunant – « humaniser » la guerre mais l’éradiquer (et par là même aussi les armements) par une politique d’arbitrage international entre les États. La création du tribunal international d’arbitrage de La Haye est en grande partie son œuvre.

2Il est temps de redonner toute sa place à celle qui inventa nombre de termes qui ont nourri, un demi-siècle et deux guerres mondiales plus tard, la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Car c’est bien l’ombre de Bertha von Suttner qui plane sur le discours tenu le 9 décembre 1948 à Paris, lors de l’adoption de la Déclaration, par Eleanor Roosevelt, veuve de Franklin D. Roosevelt et nièce de Théodore Roosevelt, celui-là même qui s’était entretenu avec Bertha von Suttner à Washington en 1904 et qui lui succèdera dans l’attribution du Prix Nobel de la paix : This Declaration is based upon the spiritual fact that man must have freedom in which to develop his full stature and through common effort to raise the level of human dignity. L’une parle de paix, l’autre de liberté mais le message est le même pour les deux pionnières habitées par la même recherche de la dignité humaine dans la paix et la liberté.

3Il est temps aussi de redonner sa visibilité à celle qui a su faire passer ses idées de paix et de fraternité auprès d’un très large public à travers ses discours et ses romans transformés en tribunes de diffusion. Temps enfin de redonner vie à un parcours de femme peu ordinaire, trop vite étouffé par les conflits qu’elle avait vu venir et l’incompréhension des hommes face à cette Baronne qui n’hésite pas à se transformer pour la bonne cause en « vrai commis voyageur de la paix ».

Auteur

Ambassadeur de France auprès de l’ONU, observateur lors de la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948)

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search