Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Deuxième période. Lundi 30 janvier. Lundi 2 mars 1953

Bari, mardi 24 février

Texte intégral

1La science doit avoir un objet. La science a droit de regard sur tout ce qui est donné par le moi et le texte de son expérience. Mais dans ce texte d’expérience il y a les choses qui ne peuvent être posées comme question, qui n’ont pas d’objectivité (ni d’ailleurs pas plus de subjectivité). Telle est la mort.

2On ne peut pas dire que comme objet la mort soit ; la mort est le concept négatif de vie ; ce qui n’existe pas comme objet pour la science n’est pas mort, cela appartient à un autre ordre d’existence — de l’organique à l’inorganique par exemple. Cela passe d’une science à l’autre. La mort c’est non pas ce qui n’existe pas mais ce qui n’existe plus.

3Du « pas » au « plus » il y a le passage d’une vision scientifique (pour laquelle la mort n’est pas un objet, elle est au plus un passage ou une série de passages d’une science d’objets à une autre science d’objets : psychologique, biologique, physique, chimique...) à la réflexion philosophique. Pour la philosophie ce n’est pas le « ne pas être » qui est la question, c’est le « ne plus être ».

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search