Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Deuxième période. Lundi 30 janvier. Lundi 2 mars 1953

Écrit à Pompei en attendant la circumvésuviana. Temps magnifique, samedi 21 février 1953. Après avoir vu la villa des mystères

Texte intégral

Rapport du personnage et de l’action

1On pourrait dire que le rapport du personnage et de l’action est celui du fini, l’action comme composition, et de l’infini. Il y a, diton, des accommodements avec le ciel. Il y en a surtout avec la terre, avec la société.

2Il faut sentir que chaque revendication, que chaque prétention limitée d’un personnage est à la vérité l’intervention dans l’action, dans les nécessités de la vie finie, du sentiment d’une réalité infinie.

3L’orgueil, dans la tragédie, est la même chose que la vanité de l’homme (« Le bourgeois gentilhomme », etc.) dans la comédie, que le sentiment d’importance dans le roman. C’est le sentiment d’un être qui traduit dans le fini (et d’une façon dérisoire ou tragique, les deux à la fois) une aspiration à une vie infinie.

4On peut s’insérer subjectivement dans la trame de l’existence, s’y insérer objectivement ; mais, si l’on voit bien, le rapport n’est pas, dans l’œuvre d’art, entre le sujet et l'objet (la trame commune des existences, la liaison des existences qui crée le droit). Car sans cela l’œuvre d’art ne serait qu’une mise en rapport quasi-mécanique de deux éléments distincts.

5Mais le tragique comme le comique recouvrent et l’action et les personnages ; les recouvrent et les découvrent : ce n’est qu’à la lumière du tragique que l’action et le personnage prennent leur sens comme réalité tragique, ou comique, etc., réalité de beauté. Le tragique, le comique, etc. sont à l’intersection de l’infini et de la vie (vie individuelle, vie collective, le moi aussi bien que ses textes) ; la prétention à l’infini qui fait la gloire de l’homme est dérisoire dès qu'elle apparaît dans le texte fini du moi et de son volume.

6Tout est dérisoire (empiriquement) et pourtant autre chose que dérisoire. C’est l’intersection du métaphysique et du physique qui donne la beauté artistique. Ce pourquoi il n’y a rien de plus triste que les romans réalistes (Maupassant par exemple). Ils se bercent moins d’illusions. Il n'y a pas, pour masquer la réalité métaphysique, idéalisation du moi et de l’objet.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search