Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Deuxième période. Lundi 30 janvier. Lundi 2 mars 1953

Bari, 15 février — soir

Texte intégral

  • 11 Je me rappelle le propos de ce « restaurateur ». En apportant ses « lasagne » ou tout autre plat, (...)

1Je me demande pourquoi ce restaurateur parle de la mort tous les dimanches11. C’est pour en tirer la conclusion que nous sommes heureux. C’est la même expérience (métaphysique) que la mienne. N’empêche qu’il ferait mieux de la garder pour lui.

2Nous savons ce qu’est la mort biologique, la mort comme événement ; pourquoi le reste serait-il un problème ? Cuzin disait : c’est un fait, pour nous il y a un problème.

3La mort est un problème parce qu’elle est posée par une expérience (l’expérience de la mort d’autrui, l’anticipation sur ma propre mort) qui n’est pas susceptible de traduction en termes de connaissance, qui ne peut être objet de connaissance.

4Cuzin a lié mort et liberté. Toutes les libertés possibles sont anéanties par l’idée de la mort. D'où la position sans doute de l’idée philosophique de liberté, autre chose que son texte empirique.

5Comme toutes les libertés deviennent dérisoires en face de la mort, on peut tout faire, accumuler des fortunes, etc., mais on disparaîtra complètement. Toujours le rapport avec l’absolu, l’infini. Il en résulte inversement que tous les esclavages ne peuvent rien (en présence de l’idée de la mort) pour diminuer notre liberté, qui est autre chose que les possibles de la vie, qui est le simple fait d’exister. Exister c’est être en liberté provisoire, par rapport à la mort qui nous la reprend. Mais dans ces limites, dans ce provisoire nous sommes tout à fait libres, et rien sauf la mort ne peut nous l’ôter.

6D’où la réflexion des stoïciens : tu peux tout (dans les limites de la vie) mais tu ne peux pas m'ôter ma liberté, tu ne peux pas me rendre mortel (ni d’ailleurs immortel, qui serait une autre façon de changer le sens de la liberté).

7Si la mort pose la liberté, il en résulterait que pour un immortel le mot de liberté n'aurait pas de sens. Pour nous aucun texte de la vie n’est nécessaire, la seule nécessité universelle est la mort. Pour un immortel tous les textes de la vie (du moins leur totalité, car il resterait le choix des textes) prendraient l’aspect de la nécessité. Il pourrait tout « fors » ne pas vivre.

8Cela est un autre problème. En tout cas il est bien vrai que la mort pose la distinction de la liberté et de son texte empirique : les libertés (qui se posent d’abord sous la forme de l’antinomie des plaisirs et des devoirs). L'impératif catégorique kantien, dans cette conception, peut échapper à la sphère subjective morale pour dominer à la fois la sensation, la morale, l’esprit : le « tu es libre » (posé par la mort) absorbe l’antinomie des plaisirs et des devoirs, et la résoud. L’impératif catégorique n’est rien d’autre qu’une constatation d’existence et d’existence condamnée à mort. « Je suis libre et je mourrai ».

Notes

11 Je me rappelle le propos de ce « restaurateur ». En apportant ses « lasagne » ou tout autre plat, il disait : Il vaut mieux manger cela que d'être mort, et il me causait une douleur mentale, littéralement il me « retournait ».

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search