Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Deuxième période. Lundi 30 janvier. Lundi 2 mars 1953

30 janvier. Train pour Rome (où je vais chercher Paola, de retour de Wasselonne)

Texte intégral

Les Egyptiens et la mort

1Le pharaon, dit-on, était un dieu ; non, c’était d’abord un homme à qui tout un peuple avait comme délégué son humanité.

2Le pharaon dans sa survie personnelle devait assurer, je pense, celle de tous les Egyptiens. De même que le couple royal était l'image, l’idée, le type de tous les couples. Un couple exemplaire, un homme exemplaire.

3Est-ce que les Egyptiens s’identifiaient à l’Etat et que son symbole ou plutôt sa réalité était toute concentrée dans la personne du pharaon ? Non, mais par un mécanisme semblable à celui de la délégation de la survie au couple, il est plus facile d’imaginer la survie d’un homme en qui tout un peuple concentre son espérance. « Je veux qu’il existe ». Il y avait sans doute cela dans l’espoir des Egyptiens (de même que l’espoir du chrétien à l’égard du Christ : je veux qu’il existe).

4Le sort du pharaon est d’être l’homme-dieu, présent dans notre texte empirique, et présent précisément comme roi, en assumant tous les aspects puisque l’Etat est non seulement la somme, mais l’idée d'un texte empirique global (tel qu’il est pour Hegel), en tirant toutes les ficelles. L’Etat, pour un peuple simple, devait être fait moins de l’universalité des rapports abstraits, de leur idée, que de l’idée des hommes qui le composent.

5Déjà Dieu dans le texte empirique, Homme-Dieu, tel était le pharaon. Mais il y avait la mort et je crois que là encore la difficulté pour les Egyptiens n’était pas tant de croire que quelque chose du pharaon ne mourrait pas que de vouloir préserver dans l’autre vie non seulement le dieu et le pharaon mais l’homme, d’échapper au dualisme de l’âme et du corps, plus exactement du personnel et de l’impersonnel.

6D’où les momies, d’où les tombeaux, d’où les pyramides : il ne s’agissait pas d’assurer l’âme, l’élément impersonnel, l'élement divin, mais d'assurer ainsi la survie du corps ; que le pharaon-dieu retrouve sa personne (personne était le masque funéraire des anciens, image donc, d’une certaine manière, de la réalité de notre existence personnelle). De même qu’un Christ qui, mort, ne serait plus que Dieu, en ayant abandonné tous les liens avec l’humanité, toute réalité humaine, ne nous serait plus rien, qu'il serait hors du monde même s’il avait été homme, de même un pharaon-impersonnel, un pharaon-dieu qui ne retrouverait pas son masque, son corps, ne servirait de rien.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search