Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Première période. Dimanche 18 janvier. Dimanche 25 janvier 1953

Dimanche 25 janvier. Soir — Taranto

Texte intégral

1Je comprends maintenant (et il me venait à l’imagination le souvenir du sourire narquois d’Orson Welles dans « Le troisième homme ») pourquoi le troisième homme et la dame de Shanghaï avaient soulevé en moi des remous si forts : une émotion si soutenue que je vis ou je crus voir dans ces films de l’art.

2Le vrai sujet du troisième homme (et le sujet de la Dame de Shangaï, mais le rôle d’Orson Welles y est inverse) c’est la mort. La première apparition d’Orson Welles est celle d’un mort, d’un homme qui s’est fait passer pour mort ; et l’on comprend que son vrai crime où il se met hors de l’humain n’est pas tant le crime empirique de tuer que de n’accorder aucune importance ni au fait de la mort (la conséquence de son trafic est la mort d’enfants) ni au sentiment métaphysique de la mort. Il ne respecte pas métaphysiquement la mort en lui pas plus qu’il ne la voit réelle physiquement chez les autres.

3La dernière apparition d’Orson, le fameux sourire de la fin, ce sourire presque imperceptible par lequel il dit oui à la justice, oui à sa propre mort, et par lequel tout rentre dans l’ordre chrétien, l’ordre de la grâce. De même dans la Dame de Shangaï il y a aussi un homme qui veut se faire tuer pour rire (pour toucher une assurance sur sa vie).

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search