Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Première période. Dimanche 18 janvier. Dimanche 25 janvier 1953

Lecce — 25 janvier. 2 heures du matin

Texte intégral

Note sur l’impératif catégorique

1L’impératif catégorique n’est pas révélé par un moi en dehors de l’empirique, comme le croyait Kant, mais révèle seulement l’importance excessive, l’identification (la fausse identification) que celui-ci faisait entre la spiritualité, la métaphysique et la subjectivité sous son aspect moral.

  1. En effet une réalité autre que le texte de la vie empirique et son moi doit se retrouver identifique à elle-même sous le triple aspect de l’objet (ou du volume du moi de l'expérience empirique), du sujet (ou du jugement de cette expérience) et de leur rapport ; ou plutôt elle doit échapper à cet univers du rapport et pour cela ne pas appartenir à un de ces termes seulement.
  2. L’impératif catégorique n’est pas une réalité pure puisque, s’il est sans contenu moral particulier, il est pourtant déterminé empiriquement puisqu’il embrasse la seule morale (et non tout l’univers de l’expérience empirique). Et il est faux de croire (cela relève du pan-moralisme protestant) que toute l’expérience empirique puisse être considérée, sous un certain aspect, comme morale. L’art par exemple ne relève pas de la morale, sous quelque aspect fondamental que ce soit de sa réalité, il n’appartient au monde moral qu’indirectement sous le rapport de l’idée ; exactement comme la morale n’est esthétique que sous le rapport de l’idée.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search