Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Autour de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Chapitre 24. Le lycée polonais Kamil Cyprian Norwid de Villard de Lans. Un lycée pour les Polonais dans le Vercors

Monika Salmon-Siama

Texte intégral

  • 1 Zygmunt Lubicz-Zaleski, Mémoires de Grotowice à Buchenwald 1939-1945, témoignage, préface de Leszek (...)
  • 2 Monika Salmon-Siama, « Chemins du destin de Wacław Jan Godlewski (1906-1996), messager du peuple fr (...)
  • 3 Janine Ponty, « Le lycée de Villard-de-Lans », dans Janine Ponty, Polonia. Les Polonais en France d (...)

1Trouver une alternative pédagogique et humaine à la fermeture de tous les établissements scolaires en Pologne envahie tel fut le défi relevé par les fondateurs du lycée Cyprian-Norwid, au moment de l’ouverture de ses portes, le 15 octobre 1940. Chargés de son organisation par la Croix Rouge Polonaise au lendemain de la capitulation de France, les professeurs Zygmunt Lubicz-Zaleski1, délégué en France du ministère polonais de l’Instruction publique, et Wacław Jan Godlewski2, son collaborateur, choisirent pour le lieu de l’installation du futur lycée polonais, une station dans la région grenobloise, située à plus de 1 000 mètres d’altitude, Villard-de-Lans3. À partir de cette date, un lycée polonais existe et maintient ses activités scolaires en pleine guerre, puis après novembre 1942, en zone occupée, maintenant la culture polonaise en pleine Europe allemande. Il est donc important de mieux connaître son fonctionnement quotidien et ses missions.

1. La mise en place du lycée polonais, ses enseignants et ses élèves

  • 4 Janine Ponty, « La Mission catholique polonaise en France du XIXe au XXIe siècle », Cahiers de la M (...)

2La création de l’institution villardienne s’inscrit en quelque sorte dans une continuité du lycée parisien du même nom, fondé en 1939, par le père Franciszek Cegiełka, recteur de la Mission catholique polonaise à Paris4, et évacué un an plus tard dans les Pyrénées, du fait de l’avancée allemande. Il est difficile d’établir une filiation directe entre l’établissement parisien et grenoblois, mais il est certain que cet antécédent institutionnel contribue à la crédibilité du nouveau projet d’établissement secondaire porté par Zygmunt Lubicz-Zaleski auprès des autorités françaises. Elle permet à un lycée polonais d’ouvrir ses portes dans l’Europe en guerre pour dispenser une préparation au baccalauréat dans une langue particulièrement combattue par les Nazis.

A) Un rappel historique sur la fondation

  • 5 Wacław J. Godlewski, « Les nôtres en zone libre », Catho-exil, n° 13, septembre-février 1943, p. 3.
  • 6 Ibid., p. 3.

3« Une vie dure forme des hommes forts et grands. Or, il nous en faut maintenant partout et il nous en faudra de nombreux très longtemps ! Les jours de la véritable force et de la grandeur authentique sont venus : à nous d’être à la hauteur5 », écrit en 1941 Godlewski. L’une des voies permettant de relever ce défi est l’éducation et, dès 1940, la Croix-Rouge Polonaise (CRP) se fixa pour objectif urgent d’aider les Polonais en France en matière d’éducation. Les archives et les témoignages dévoilent une histoire où se mêlent la résistance et l’apprentissage, la volonté de survivre et l’envie d’être utile pour la Pologne. Le choix de Villard ne fut pas inconsidéré. « Je suis allé hier à Villard. C’est magnifique. Site, hôtel, climat, terrain de sports. J’en espère beaucoup6 », avoue Wacław Godlewski. L’infrastructure hôtelière disponible sur place, déserte en temps de guerre, constitue un atout considérable. L’hôtel du Parc et du Château au centre du village accueille le nouvel établissement scolaire ; d’autres bâtiments villardiens vides, comme les hôtels de la Poste, des Loisirs (actuellement Hôtel du Centre), Fleur des Alpes ou encore, Beau Site, fournissent des dortoirs et des salles de classes. L’internat de garçons est également hébergé par l’Hôtel du Parc, tandis que l’internat de jeunes filles est installé à l’Hôtel les Loisirs. Les frais de location sont endossés par la Croix Rouge Polonaise. Deux cent cinquante personnes environ sont concernées : pensionnaires, personnels enseignants et administratifs. En septembre 1941, la tutelle du lycée est transférée au Groupement d’Assistance aux Polonais en France (GAPF), dirigé par Zygmunt Lubicz-Zaleski, pour contrecarrer une éventuelle dépendance de la Croix-Rouge polonaise par sa centrale à Varsovie, sous contrôle allemand.

  • 7 Une synthèse de l’histoire imagée de cet établissement est disponible sur le site du Mémoire du Lyc (...)
  • 8 Tadeusz Łepkowski, Wolna szkoła polska w okupowanej Francji. Historia Gimnazjum i Liceum im. Cypria (...)
  • 9 Fonds personnels de W.J. Godlewski, Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, lettre du (...)

4Pour Z.L. Zaleski, l’éducation qu’il faut donner à ses jeunes compatriotes est plus importante que la lutte armée. Il n’en demeure pas moins que lui est personnellement engagé dans les actions de la résistance puisqu’il supervise le transfert clandestin des fonds de Londres via Lisbonne jusqu’en France pour aider les réfugiés polonais. Souvent pris par ses engagements, le fonctionnement quotidien et l’administration du lycée reposent plus sur les épaules de W. Godlewski que sur les siennes alors qu’il est officiellement le directeur de cet établissement. Des fonds acheminés via la Suisse par le gouvernement polonais en exil à Londres assurent initialement la survie du lycée. Ils lui apportent une relative indépendance financière. L’objectif est d’éviter à tout prix « une ingérence extérieure dans le domaine de l’éducation de la jeunesse7 ». Mais en novembre 1942, Vichy verse une aide financière, prend le lycée polonais sous sa tutelle et instaure un contrôle. Administrativement, il dépend alors du secrétariat d’État à l’Éducation nationale, et, en pratique, du recteur de l’académie de Grenoble qui surveille de près son activité8. Dans un courrier adressé par le recteur de l’Académie de Grenoble à Z. Lubicz-Zaleski, le 20 janvier 1943, il est lui est explicitement imposé de renseigner régulièrement le Rectorat sur le fonctionnement de l’établissement, son organisation interne, la discipline et les études9. C’est Bernard Hamel, ancien lecteur de français à Cracovie qui supervise sur place ce contrôle.

B) Le corps professoral

  • 10 Monika Salmon-Siama, « Chemins du destin de Wacław Jan Godlewski », op. cit., p. 74-77.

5L’équipe pédagogique comprend plusieurs professeurs ou chargés de cours des universités polonaises, avec à leur tête, le professeur Zygmunt Lubicz-Zaleski, enseignant à l’Institut d’Études Slaves et à la Sorbonne, poète et écrivain, installé de longue date en France. Il est le premier directeur du lycée et y enseigne la littérature polonaise. Wacław Godlewski, qui le seconde, jusqu’à la guerre, lecteur de polonais à l’Université de Lille, est professeur d’histoire médiévale et d’esthétique, tout en étant le secrétaire général du lycée avant de prendre sa direction en mars 1943 quand Zaleski est arrêté par les Nazis. C’est, comme il a été dit plus haut, Godlewski qui depuis la création de l’établissement gère et administre celui-ci de fait. Le professeur Ernest Berger, mathématicien, sera le troisième directeur dans l’histoire du lycée, mais il lui revient également le mérite de l’initiation musicale des élèves et la création d’une chorale devenue célèbre par la suite. Kazimierz Gerhardt, de l’École Polytechnique de Lwów, enseigne la physique et la chimie, tandis que Jan Harwas, chef du Service culturel du consulat général de Pologne à Lille avant-guerre, partage avec les élèves sa passion des langues anciennes, en tant que professeur de grec et de latin. Witold Budrewicz, ingénieur de formation, mais aussi champion de boxe, s’occupe de l’éducation physique des élèves. Beaucoup d’autres noms pourraient être cités, comme celui de la professeur Zofia Łukasiewicz ou celui de l’ami proche de Wacław Godlewski encore du temps de l’époque lilloise, Marcel Malbos10. Nous pourrions multiplier les portraits, mais il importe avant tout de souligner la qualité professionnelle de l’ensemble du personnel pédagogique du lycée dont la plupart ont fait leurs débuts professionnels, ou une partie de leur carrière en Pologne. Une autre caractéristique importante est sans doute l’âge des enseignants du lycée, trentenaires dans leur majorité.

C) Une vie scolaire délicate

  • 11 Fonds personnels de W.J. Godlewski, Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, lettres d (...)
  • 12 Ibid., lettre datée du 27 janvier 1942.
  • 13 Ibid., réunion du conseil de l’internat du 27 octobre 1941.
  • 14 Monika Salmon-Siama, « Chemins du destin… », op. cit., p. 74.

6Dans l’histoire de l’établissement, malgré la discipline morale de l’ensemble des acteurs, les conflits et les tensions propres à la vie en collectivité ne manquent pas. En février 1944, un conflit entre le médecin de l’établissement, le docteur Aurelia Hacyk et Helena Milecka, la responsable de l’internat féminin, transcrit dans un courrier, occupe l’attention de Wacław Godlewski qui doit arbitrer en sa qualité de directeur11. Ses archives personnelles, conservées à l’Université de Lille 3, sont riches en documents administratifs, lettres du personnel où il ne manque ni les démissions, ni les témoignages écrits des élèves convoqués en réunion au moment des différends12. Plusieurs sources administratives qui nous sont parvenues mettent en scène une vie d’établissement riche en événements et régulièrement scandés par toute sorte des réunions (l’internat, le conseil pédagogique, etc.) où étaient débattus tant le suivi pédagogique que les résultats et les problèmes personnels des élèves13. De façon générale, le lycée villardien est perçu par l’ensemble de ses pupilles comme un havre de paix à une époque très tourmentée et incertaine. Les échanges épistolaires chaleureux entretenus, tant pendant les pauses pédagogiques qu’après la guerre, par les professeurs villardiens et leurs disciples, en constituent la meilleure des preuves. Ils démontrent avant tout un attachement profond à une institution qui incarne la polonité et la Pologne grâce à l’enseignement dispensé en polonais et à l’ensemble de l’éducation teintée profondément de patriotisme. « Dans aucun cas on ne devait se sentir démobilisé », rappelle souvent W. Godlewski à ses disciples. Lors de la commémoration du 36e anniversaire de la fondation de l’établissement, il rappelle que « habillés de vêtements civils, tous dans leur conscience […], étaient combattants par vocation et libres de choix. D’où cette discipline extérieure […], d’où le souci de la direction d’assurer aux élèves une bonne forme physique et sportive14 ». Il nous faut alors nous interroger sur type de public scolaire accueilli à Villard-de-Lans pendant ce temps de troubles. Nous devons aussi nous demander comment la réalité qu’était la guerre influença les méthodes de travail pédagogiques et le fonctionnement même de l’établissement.

D) Les élèves du lycée

  • 15 Edmond Gogolewski, La langue polonaise dans l’enseignement élémentaire et secondaire en France (183 (...)
  • 16 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans au miroir de la présence polona (...)
  • 17 Ibid., p. 161.
  • 18 Tadeusz Łepkowski, Wolna szkoła polska w okupowanej Francji…, op. cit., p. 201.
  • 19 Edmond Gogolewski, La langue polonaise dans l’enseignement…, op. cit., p. 81.
  • 20 Fonds personnels de W.J. Godlewski, Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, carnets m (...)

7Au moment de son ouverture, le lycée accueille 150 garçons et 40 filles15, près de 200 élèves. Ils arrivent d’horizons et des milieux sociaux très divers. Leur formation et leur âge sont également très variés. Les inscriptions se font en fonction des bulletins scolaires du candidat ou d’un examen d’entrée. Parmi les nouvelles recrues villardiennes se trouvent des jeunes soldats polonais démobilisés qui ont franchi clandestinement les frontières, mais également des prisonniers des camps d’internement qui ont réussi à s’échapper. D’après les recherches effectuées par Tadeusz Łepkowski, il semble que les anciens militaires pèsent lourd dans les effectifs du lycée16. Le lycée de Villard accueille également les descendants des immigrants polonais en France avant-guerre, devenus au fil des ans finalement majoritaires. La première année du fonctionnement de l’établissement, les filles constituent 16 % de l’ensemble de l’effectif (soit 26 élèves)17 avant de devenir majoritaires en 1944-1945 où le lycée polonais accueille 90 filles pour 87 garçons18. Dès le départ, le lycée a le statut d’une unité d’éducation mixte avec une capacité d’accueil de 200 élèves19. Les carnets d’annotations personnelles laissées par Wacław Godlewski permettent de connaître plus en profondeur les trajectoires des élèves. Il note scrupuleusement les faits appris lors des entretiens individuels, comme leur lieu d’origine, les professions des parents, le parcours scolaire avant la guerre, le cheminement qui a conduit le lycéen vers Villard, ainsi que sa volonté de partir en Pologne ou dans un autre pays20.

Illustration 1. Une double page des carnets personnels du professeur W.J. Godlewski.

Illustration 1. Une double page des carnets personnels du professeur W.J. Godlewski.

Source : Section des Études Polonaises, Université de Lille 3.

  • 21 Tadeusz Wyrwa, « L’armée polonaise en France, 1939-1940 » dans Janine Ponty, Polonia, Les Polonais (...)
  • 22 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, cahiers manuscrits de W. Godle (...)
  • 23 Stanisław Maczek, Avec mes blindés. Pologne, France, Belgique, Hollande, Allemagne, 1918-1945, Pari (...)
  • 24 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, carnets manuscrits de W. Godle (...)

8Ce type de renseignements collectés montre bien le fondement idéologique sur lequel repose le projet du lycée. Il s’agit d’une réponse des autorités polonaises à la réalité exceptionnelle que constitue la guerre, néanmoins perçue comme un phénomène temporaire car tel est le souhait profond de tous. Le lycée doit donc accueillir les jeunes qui viennent frapper à ses portes et essayer de répondre dans l’immédiat à leurs besoins. Les possibilités d’accueil et surtout les moyens de financiers limités restreignent de façon considérable la marge de manœuvre de la direction de l’établissement. D’autant plus que, pour de nombreux jeunes la poursuite de leur formation intellectuelle n’est pas un but en soi, mais plutôt une solution temporaire avant d’aller combattre sur d’autres fronts. Ce destin varié des uns et des autres apparaît bien dans les annotations faites par le professeur Godlewski au moment de l’arrivée des élèves. Des remarques concises faites par ce pédagogue attentif retracent de près le chemin parfois sinueux qui amène certains d’entre eux à Villard. Tel est le cas notamment de Krasz Stefan, venu en France comme soldat, en février 1940, avec la deuxième division sous le commandement du général Prugar-Ketling21, et qui après un internement en Suisse, se retrouve à Villard, le 27 octobre 1941. Ses parents sont restés en Pologne, sa fratrie se trouve dispersée par la guerre (l’un de ses frères périt à Westerplatte, l’autre est prisonnier des Allemands). Un autre exemple nous vient avec Tadeusz Laski, né en 1914, dans un village près de Piotrków, qui travaille dans les années 1930 en Pologne comme fonctionnaire d’État au ministère de Trésor. Au début de la guerre, il est fait prisonnier par l’armée bolchevique, mais s’échappe. Il passe par la Hongrie et entre en France en avril 1940 pour s’engager dans l’armée polonaise. Fait à nouveau prisonnier, il se retrouve en convalescence à l’hôpital anglais d’Hyères avant d’intégrer le lycée de Villard en octobre 1941. Son cas n’est pas sans doute isolé, conformément au credo qui est y enseigné « qu’il ne devait pas y avoir de hiatus entre les paroles et les actes22 ». Un autre élève, Henryk Zdziarski né en 1917 en Pologne, s’était engagé dans l’armée polonaise depuis 1937. Au début de la guerre, il combat sous la direction du général Maczek23, avant d’être fait prisonnier au camp de Senières et de travailler dans une usine à Grenoble. Il arrive à Villard sans sauf-conduit, mais il est admis après un bon résultat aux examens24. Ces portraits sommaires sont nombreux, le professeur Godlewski, prenant soigneusement ses notes, mais ses appréciations se complètent de façon intéressante par les paroles même des pupilles de Villard, immortalisées dans leur courrier. C’est le cas de la carte postale envoyée par un certain W. Jaciów à Godlewski depuis son stage de vacances à Grégoux- les-Bains en septembre 1942 :

  • 25 Ibid., carte dactylographiée datée du 17. 09. 1942.

Notre travail assidu, intense, arrive bientôt à son terme. Je suis ravi à l’idée de me retrouver très bientôt au sein du Lycée polonais, « notre famille ». Celui-ci me manque beaucoup car il incarne pour moi notre pays et notre « polonité ». Par ailleurs, je suis triste en me rappelant que je serai obligé bientôt de quitter « ce nid d’aigle » pour me lancer sur d’autres routes. Ce ne sera pour moi ni chemin de repos ni quête de trésor, mais un combat de liberté25.

  • 26 Ibid., carte postale du 7 août 1941.
  • 27 Ibid., carnets personnels de W. Godlewski.

9Une autre carte, datant du 7 août 1941, postée au Portugal témoigne déjà d’un départ : « Mes meilleurs remerciements pour tout. Depuis quelques jours, je suis à Lisbonne, mais samedi, nous partons pour l’Amérique. Je n’oublierai jamais Villard. J’espère vraiment que je pourrai revoir de nouveau l’Europe dans peu de temps, ainsi que tous mes amis. I. Pawlikowska26 ». Les départs préparés longuement ou précipités ne manquent pas. À propos de la promotion de la seconde littéraire pour l’année 1941-1942, Wacław Godlewski annote : « Długosz Roman a quitté le lycée à sa propre demande », « Regut Janusz a été renvoyé », « Wędrychowski Józef a obtenu son diplôme terminal avec félicitations27 ».

2. Vie pédagogique et vie quotidienne au lycée

  • 28 Edmond Gogolewski, La langue polonaise dans l’enseignement…, op. cit., p. 81.

10Malgré la diversité des profils et de l’histoire personnelle des élèves accueillis, malgré le bon taux de réussite aux épreuves finales, il ne faut pas oublier que l’accueil des élèves pose de nombreuses difficultés matérielles engendrées par le manque de fournitures (matériel et de manuels scolaires) ainsi que par l’approvisionnement28 et les conditions d’études assez difficiles, faute de lieux adaptés et suffisamment grands.

A) Les élèves et l’organisation de l’enseignement

  • 29 Tadeusz Łepkowski, Wolna szkoła polska…, op. cit., p. 251.

11Les relevés administratifs montrent néanmoins une croissance relative des effectifs, et surtout leur stabilité entre 1940 et 1946. Les effectifs du lycée Cyprien Norwid sont de 159 élèves en 1940-1941, 226 en 1941-1942, 185 en 1942-1943, 211 en 1943-1944, 200 en 1944-1945 et atteignent 220 élèves en 1945-1946 selon les carnets personnels de W. Godlewski29. En ce qui concerne les modalités du cursus, le fascicule élaboré par W. Godlewski en 1943 nous apprend plusieurs faits importants :

  • 30 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, Fascicule tapuscrit de Waclaw (...)

C’est un établissement pour les garçons et les jeunes filles […], qui ne comporte que les quatre classes supérieures préparant aux deux parties du baccalauréat, « la petite et la grande matura ». Le programme suivi est celui des établissements secondaires en Pologne, adapté au programme français. L’enseignement du français est assuré par trois professeurs sous le contrôle de M. Hamel qui vient en inspection aux cours tous les deux mois environ. Tous les élèves ont une heure de français par jour. Il existe un cours de débutants et un cours pour avancés. La « grande matura » est l’équivalent du baccalauréat français […]. Les progrès sont satisfaisants : au début de l’année scolaire 1940/1941, il y a eu 11,5 % de notes insuffisantes ; à la fin de l’année : 8,4 % ; à la fin du premier trimestre de l’année 1941/1942 : 7 % ; au second trimestre, 5,9 %30.

  • 31 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans au miroir de la présence polona (...)

12Il s’ensuit que les programmes des cours sont basés sur ceux des écoles d’enseignement secondaire en Pologne d’avant-guerre, avec des cours renforcés de langue et de la littérature française (cinq heures par semaine), le français étant enseigné en tant que langue vivante étrangère. La première année scolaire est divisée en deux semestres comme en Pologne. Les années suivantes, le système trimestriel français est adopté. Le système de notation diffère dans les écoles polonaises (de 0 à 5) et françaises (de 0 à 20) et un système intermédiaire est également choisi pour l’évaluation (de 0 à 10)31.

B) L’examen de matura

  • 32 Ibid., p. 158.

13La particularité de l’enseignement dans cet établissement tient sans doute à l’examen de matura/maturité, que le régime de Vichy autorise comme équivalent du baccalauréat32. La première session des examens, effectuée sous le contrôle de l’académie de Grenoble, a lieu en juin 1941. Cinquante et un candidats se présentent aux épreuves. Trente-sept sont reçus (72 %).

  • 33 Tadeusz Łepkowski, Wolna szkoła polska…, op. cit., p. 251.

Figure 1. Les bacheliers du lycée Cyprien Norwid.33

Année d’obtention du baccalauréat Nombre de bacheliers
1941 37
1942 55
1943 53
1944 18
1945 27
1946 19

14Au cours de l’existence de l’établissement, ils seront plus de deux cents à obtenir leur Matura avant de poursuivre leurs études à l’université. Grâce à Wacław Godlewski, nous avons un regard détaillé sur le déroulement des épreuves (programme, répartition des salles, compositions des jurys, et l’ensemble des questions pour l’option humanités) pour la session qui eut lieu en juillet 1942. La répartition des examens (du mardi 30 juin 1942 au samedi matin 4 juillet 1942) prévoit un examen écrit de polonais, de français, de mathématiques, de physique et de chimie et de latin. Nous apprenons également l’heure du début des épreuves (8h15) et leur durée moyenne qui était de quatre heures et demie (cinq heures pour des matières principales et quatre heures pour les matières complémentaires).

3. La vie de tous les jours, un pari sur l’avenir

15Élèves et professeurs vivent dans les premiers jours dans un cadre agréable. La réalité de la guerre se laisse parfois oublier grâce au paysage montagneux majestueux qui les entoure.

A) Maintenir la culture polonaise et le culte de la patrie

  • 34 Les témoignages des anciens élèves du lycée polonais à Villard-de-Lans [en ligne], disponibles sur (...)
  • 35 Plusieurs souvenirs des anciens lycéens de Villard-de-Lans ont été recueillis et mis en ligne par l (...)

16L’espace du temps libre est rempli de paroles polonaises. Les jeux, les prières, les discussions privées se font en polonais en réaffirmant le statut d’enclave polonaise de cet établissement en terre française. Mais la réalité des restrictions du temps de guerre s’impose bientôt, le ravitaillement de plus de 200 jeunes posant de sérieux problèmes. L’intendante, Jadwiga Gostyńska, a l’idée judicieuse de louer une ferme de douze hectares aux Geymonds et d’y travailler la terre. L’effort commun et l’implication des élèves permettent de combattre les énormes difficultés de ravitaillement34. La vie quotidienne se plie à un emploi du temps assez strict. Des assemblées matinales quotidiennes à 7h30 et cinq cours par jour sont programmés à partir de 8 h, avec dix minutes de battement entre chaque, ce qui permet aux élèves de se détendre et aux professeurs de se rendre d’un hôtel à l’autre. Les cours sont mixtes. Les après-midi sont libres jusqu’à 16 h, puis commencent deux heures d’étude obligatoire qui précèdent le repas du 19h et le temps libre de la soirée35.

  • 36 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3. C’est le cas notamment d’une a (...)

17Les lycéens participent d’ailleurs volontiers à l’animation de nombreuses cérémonies plus ou moins solennelles, qui scandent la vie de l’établissement, comme la célébration des grandes fêtes catholiques, Pâques ou Noël, des anniversaires nationaux, comme la fête de l’Indépendance (le 11 novembre) ou celle de la Constitution du 3 mai, ou encore des moments plus ludiques, liés à l’élection du cuisinier du mois (cuisiner à partir de rien est un exploit en soi)36. La conscience de l’actualité dramatique n’est pourtant jamais absente. Par exemple, le programme de la cérémonie préparée par des élèves pour commémorer l’anniversaire du soulèvement de novembre 1830 (moment tragique de la mythologie nationale), le 29 novembre 1942, prévoit, en outre des déclamations de poèmes patriotiques et des petites mises en scènes historiques, que soit chanté l’hymne national polonais en clôture de la soirée. La résistance morale va de soi.

  • 37 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans… », op. cit., p. 160-161.
  • 38 Il s’agit de la devise de cet établissement scolaire.

18Cette donnée concorde parfaitement avec la veine romantique dont est profondément teinté l’enseignement dispensé au sein du lycée. Sans oublier la place qui y revient au patriotisme. « Dieu, l’honneur et la patrie », résonnent sans doute aussi forts dans les cœurs des élèves villardiens que les paroles de la mazurka annonçant la survie de la patrie à toutes les épreuves par lesquelles passe la Pologne37. Wacław Godlewski garde longtemps le souvenir de cette réalité quotidienne « pas comme les autres », car enrichie des efforts conjoints de tous, par la volonté simple de la contribution commune. La porte de ce professeur est toujours ouverte à tous, son écoute plus fraternelle que magistrale. Dans l’ensemble, son action à Villard-de-Lans le fait entrer dans la légende, mais il n’est pas sans doute le seul à être affecté de « ce syndrome villardien » qui se résume à cette volonté de se rapprocher par « l’étude et par le travail vers la Pologne. Par la Pologne vers l’humanité38 » !

  • 39 Les témoignages déposés sur le Mémoire du lycée polonais [en ligne], disponible sur http://www.lyce (...)
  • 40 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans… », op. cit., p. 159.

19Les règles de vie strictes, les appels, les défilés au pas cadencé de l’hôtel jusqu’à l’église ne sont que l’expression d’une discipline bien comprise. Mais la vie du lycée, en dehors des cours, se poursuit avec toute son intensité. Notamment, grâce à de nombreuses activités sportives organisées par Witold Budrewicz, qui motive ses élèves, dès octobre 1940, à former des équipes de volley-ball et de basket-ball, mais aussi d’autres disciplines comme le hockey sur glace ou le boxe39. La musique constitue un autre point fort des élèves du lycée, comme le montre l’histoire de la chorale, composée d’une trentaine de garçons, qui se produit dans toute la région avec un riche répertoire musical allant des chants religieux aux airs d’opéra arrangés par Ernest Berger. Mais ces choristes créent surtout un événement dans le paysage même de Villard avec leurs concerts dominicaux à l’église villardienne, à 11h15, lors de « la messe des Polonais ». En somme, la vie quotidienne dans cet établissement, malgré certaines spécificités, se plie aux préoccupations, communes à l’ensemble de la population à cette époque, comme la faim, l’incertitude, la peur, mais aussi la lutte, les arrestations et la mort possible au combat40.

B) Le lycée, les combats et la résistance

  • 41 Janine Ponty, « La résistance polonaise en France : le POWN. Contribution à l’histoire de la résist (...)
  • 42 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3. Dans les archives de W. Godlew (...)
  • 43 Monika Salmon-Siama, « Chemins du destin… », op. cit., p. 74.

20Le 11 novembre 1942, les Allemands entrent en Zone Sud et l’occupent. À partir de ce moment, le départ des anciens du lycée vers la Grande-Bretagne s’intensifie. D’autres élèves, nombreux, prennent une part active dans la Résistance en France, en particulier dans les rangs du Réseau Polonais de Pown-Monika41. Les Allemands commencent à s’intéresser aux Polonais et au lycée et des arrestations interviennent. Le 19 mars 1942, le professeur Z.L. Zaleski est arrêté à Grenoble, transféré en Italie puis déporté à Buchenwald42. La direction de l’école passe aux mains de Wacław Jan Godlewski, à son tour, arrêté par la Gestapo, le 2 mars 194443. Déporté à Mathausen, il en sort à la veille de la fin de la guerre, physiquement et moralement brisé. Pendant son emprisonnement, le professeur Ernest Berger assure la direction de l’École jusqu’à la Libération. Animés d’un ardent patriotisme, 70 à 80 jeunes prennent la route de l’Espagne pour rejoindre l’armée Polonaise d’Occident en Angleterre. D’autres, restés au lycée, s’engagent, aux côtés de leurs professeurs dans la résistance et prennent part aux combats dans le Vercors.

  • 44 Plusieurs monuments commémorent le drame du Vercors et le sacrifice des Polonais, parmi lesquels l’ (...)

21La tragédie a lieu le 21 juillet 1944 quand des planeurs ennemis arrivent au-dessus de la piste d’atterrissage préparée pour des alliés dans le secteur de Vassieux. Les parachutistes allemands massacrent les maquisards et, parmi eux, des élèves, professeurs et employés du lycée polonais qui défendent l’aérodrome. Parmi des victimes, citons des lycéens villardiens Jerzy Delingier (19 ans), Zdzisław Hernik (Jimmy, 23 ans), Witold Nowak (16 ans), Leon Pawłowski (20 ans), Józef Zglinicki (18 ans), Henryk Czarnecki (18 ans), Eugeniusz Łukomski (17 ans), mais également leurs professeurs fusillés, comme Kazimierz Gerhardt, Jan Harwas, et d’autres employés du lycée, comme Tadeusz Welfe, médecin de l’établissement. Mais malgré ces coups durs et le sang qui « ne séchera jamais sur cette terre44 », l’activité du lycée villardien continue jusqu’à la Libération et même un peu plus tard.

C) Crépuscule et mémoire vive

  • 45 La fréquence des références catholiques dans l’histoire du lycée (prières, célébrations, participat (...)
  • 46 Mémoire du lycée polonais…, [en ligne], disponible sur http://www.lycee-polonais.com.
  • 47 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans… », op. cit., p. 158-160.
  • 48 Témoignages recueillis sur le site des Amis du lycée polonais de Villard-de-Lans [en ligne], dispon (...)

22Avec la fin de la guerre, quelque chose change à jamais. Dès juin 1945, la Croix-Rouge renonce au financement de cet établissement secondaire et le professeur Lubicz-Zaleski, revenu de déportation, ne parvient plus à trouver d’autres sources de financement qui pourraient assurer au lycée une relative indépendance. L’école est alors placée sous l’autorité du gouvernement polonais de Lublin, contrôlé par les Soviétiques, et change brusquement de visage. Sur les murs du réfectoire des portraits de dirigeants du parti communiste remplacent l’ancien décor, où figurait la Vierge d’Ostra Brama de Vilnus45. En octobre 1945, un envoyé des autorités polonaises, Stefan Wrona, arrive à Villard-de-Lans pour être nommé vice-directeur et superviseur des études sur la Pologne. Il est vite surnommé « l’œil de Moscou », ce qui provoque une augmentation des tensions internes46. Son objectif est de faire éclater l’organisation de l’établissement et de la refaçonner à son gré. Il n’est d’abord question que de prières et de religion, puis de principes d’éducation et de questions politiques que Berger, le troisième et dernier directeur, qualifie de « propagande. La plupart des anciens enseignants se retirent rapidement, et, en 1946, il n’en reste que cinq qui faisaient partie de l’équipe initiale. La nouvelle situation est surtout mal vécue par les élèves, profondément divisés. Dans une ambiance pesante, le transfert du lycée à Paris, dans les locaux de la rue Lamandé, est finalement décidé. La clôture de l’année scolaire 1945-1946 et la remise des diplômes donnent lieu à des cérémonies particulièrement soignées comme la dernière messe « polonaise » et le dépôt de gerbes sur les tombes des Villardiens morts dans le Vercors. Les préavis aux employés portent la date du 30 juin 1946. Et même si le père fondateur de cet établissement, Zygmunt Lubicz-Zaleski tente vainement de l’implanter dans l’Oise, son temps est définitivement révolu. Pour les anciens élèves, mais également pour leurs proches, le lycée Kamil Cyprian Norwid à Villard-de-Lans reste à jamais une seconde patrie, un chapitre « mythique » de leurs trajectoires personnelles. Certes, les éléments qui créent le phénomène de Villard-de-Lans sont multiples, mais comme l’a souligné Janine Ponty, « il faut toutefois relativiser l’importance réelle de cet établissement auquel on accole cette étiquette d’être “un foyer de résistance polonaise dans la France occupée” ». Son impact réel tout d’abord avec 700 élèves accueillis au lycée pendant son existence sur 80 000 jeunes Polonais d’âge scolaire présents en France à cette période (sur environ 500 000 Polonais au total). Ensuite, sa localisation. Villard-de-Lans se trouve jusqu’en novembre 1942 en zone libre. Enfin, sa renommée et son rayonnement qui étaient en réalité restreints à un territoire précis, comme la zone sud, et plus précisément, le sud-est où le lycée était connu et l’information colportée47. Mais la force de l’histoire de cette structure scolaire est dans les mémoires où sont rayonnement reste inaltéré malgré le temps passé. C’est même la mémoire des hommes qui l’entretient car le Lycée Polonais Cyprian Norwid est aux yeux des descendants des anciens disciples villardiens, « une de ces réalités qui se suffisent à elles-mêmes, qui n’ont ni précédent, ni suite, et pourtant, elles imprègnent la terre qui les a accueillies ; elles marquent au plus profond d’eux-mêmes ceux qui les ont vécues, et parfois, au-delà encore48 ».

Illustration 2. L’hôtel qui abrite le lycée Polonais Cyprian Norwid.

Illustration 2. L’hôtel qui abrite le lycée Polonais Cyprian Norwid.

Source : Section des Études Polonaises, Université de Lille 3.

Illustration 3. La 7e station du Chemin de Croix de Valchèvrière en mémoire des victimes du lycée.

Illustration 3. La 7e station du Chemin de Croix de Valchèvrière en mémoire des victimes du lycée.

Source : Section des Études Polonaises, Université de Lille 3.

Illustration 4. Une carte postale adressée à Wacław Jan Godlewski par un élève.

Illustration 4. Une carte postale adressée à Wacław Jan Godlewski par un élève.

Source : Section des Études Polonaises, Université de Lille 3.

Notes

1 Zygmunt Lubicz-Zaleski, Mémoires de Grotowice à Buchenwald 1939-1945, témoignage, préface de Leszek Talko, Société Historique et Littéraire Polonaise, Paris, 2002 ; Maria Delaperriere, « Zygmunt Lubicz Zaleski (1882-1967), médiateur entre deux cultures », Synergies Pologne, n° spécial 2011, p. 63-70.

2 Monika Salmon-Siama, « Chemins du destin de Wacław Jan Godlewski (1906-1996), messager du peuple franco-polonais », Synergies Pologne, n° spécial 2011, p. 71-80.

3 Janine Ponty, « Le lycée de Villard-de-Lans », dans Janine Ponty, Polonia. Les Polonais en France de 1830 à nos jours, Paris, Cité de l’Histoire de l’Immigration, 2011, p. 152-153.

4 Janine Ponty, « La Mission catholique polonaise en France du XIXe au XXIe siècle », Cahiers de la Méditerranée, 78/ 2009, p. 75-85.

5 Wacław J. Godlewski, « Les nôtres en zone libre », Catho-exil, n° 13, septembre-février 1943, p. 3.

6 Ibid., p. 3.

7 Une synthèse de l’histoire imagée de cet établissement est disponible sur le site du Mémoire du Lycée Polonais Cyprian Norwid-Villard-de-Lans, dont l’objectif est de préserver le patrimoine de cette institution (photos, souvenirs, documents), mais également d’entretenir des liens d’amitié entre les anciens élèves, professeurs, employés et leurs familles. Ainsi, le site associatif offre une riche photothèque. En ligne, disponible sur http://www.lycee-polonais.com/aujourdhui/lycee_patrimoine.php.

8 Tadeusz Łepkowski, Wolna szkoła polska w okupowanej Francji. Historia Gimnazjum i Liceum im. Cypriana Norwida Villard-de-Lans (1940-1946) [Un établissement scolaire polonais libre dans la France occupée], Varsovie, PWN, 1990.

9 Fonds personnels de W.J. Godlewski, Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, lettre du 20 janvier 1943.

10 Monika Salmon-Siama, « Chemins du destin de Wacław Jan Godlewski », op. cit., p. 74-77.

11 Fonds personnels de W.J. Godlewski, Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, lettres d’Aurelia Hacyk et celle de Helena Milecka datant du mois de février 1944.

12 Ibid., lettre datée du 27 janvier 1942.

13 Ibid., réunion du conseil de l’internat du 27 octobre 1941.

14 Monika Salmon-Siama, « Chemins du destin… », op. cit., p. 74.

15 Edmond Gogolewski, La langue polonaise dans l’enseignement élémentaire et secondaire en France (1833-1990), Lille, Presses Universitaires de Lille 3, 1991, p. 80.

16 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans au miroir de la présence polonaise en France » dans Philippe Hanus et L. Teulieres (dir.), Vercors des mille chemins. Figures de l’étranger en temps de guerre, Rochechinard, Comptoir d’édition, 2013, p. 161 ; Tadeusz Łepkowski, Wolna szkoła polska w okupowanej Francji…, op. cit., p. 113.

17 Ibid., p. 161.

18 Tadeusz Łepkowski, Wolna szkoła polska w okupowanej Francji…, op. cit., p. 201.

19 Edmond Gogolewski, La langue polonaise dans l’enseignement…, op. cit., p. 81.

20 Fonds personnels de W.J. Godlewski, Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, carnets manuscrits.

21 Tadeusz Wyrwa, « L’armée polonaise en France, 1939-1940 » dans Janine Ponty, Polonia, Les Polonais en France de 1830 à nos jours, Paris, Cité de l’Histoire de l’Immigration, 2011, p. 136-140.

22 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, cahiers manuscrits de W. Godlewski.

23 Stanisław Maczek, Avec mes blindés. Pologne, France, Belgique, Hollande, Allemagne, 1918-1945, Paris, Presses de la Cité, 1967.

24 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, carnets manuscrits de W. Godlewski.

25 Ibid., carte dactylographiée datée du 17. 09. 1942.

26 Ibid., carte postale du 7 août 1941.

27 Ibid., carnets personnels de W. Godlewski.

28 Edmond Gogolewski, La langue polonaise dans l’enseignement…, op. cit., p. 81.

29 Tadeusz Łepkowski, Wolna szkoła polska…, op. cit., p. 251.

30 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3, Fascicule tapuscrit de Waclaw Godlewski.

31 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans au miroir de la présence polonaise en France » dans Philippe Hanus et Laure Teulieres (dir.), Vercors des mille chemins…, op. cit., p. 158.

32 Ibid., p. 158.

33 Tadeusz Łepkowski, Wolna szkoła polska…, op. cit., p. 251.

34 Les témoignages des anciens élèves du lycée polonais à Villard-de-Lans [en ligne], disponibles sur http://www.audiohistoria.pl/web/index.php/projekty/show/id/42.

35 Plusieurs souvenirs des anciens lycéens de Villard-de-Lans ont été recueillis et mis en ligne par l’Association des anciens Villardiens, disponibles sur http://www.lycee-polonais.com. Un autre site-témoin de ce volet de l’histoire éducative a été élaboré dans le cadre de la sauvegarde du patrimoine national polonais supervisé par le Ministère de la Culture en Pologne. Il s’agit du projet intitulé « Le lycée polonais en France, à Villard-de-Lans, histoire enregistrée » : http://www.audiohistoria.pl/web/index.php/projekty/show/id/42.

36 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3. C’est le cas notamment d’une affiche-journal élaborée par les élèves, les « Nouvelles du gymnase », où il est question du « menu empoisonné » et qui ne manque pas d’une note de l’humour noir sur les restrictions alimentaires imposées par la guerre.

37 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans… », op. cit., p. 160-161.

38 Il s’agit de la devise de cet établissement scolaire.

39 Les témoignages déposés sur le Mémoire du lycée polonais [en ligne], disponible sur http://www.lycee-polonais.com.

40 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans… », op. cit., p. 159.

41 Janine Ponty, « La résistance polonaise en France : le POWN. Contribution à l’histoire de la résistance non communiste », dans Karel Bartosek, René Gallissot, Denis Peschanski (dir.), De l’exil à la résistance. Réfugiés et immigrés d’Europe centrale en France, 1933-1945, Paris, L’Arcantère, 1989, p. 173-183.

42 Archives de la Section des Études Polonaises, Université de Lille 3. Dans les archives de W. Godlewski se trouve une feuille de brouillon avec l’attestation adressée aux autorités pour tenter la libération de son ami.

43 Monika Salmon-Siama, « Chemins du destin… », op. cit., p. 74.

44 Plusieurs monuments commémorent le drame du Vercors et le sacrifice des Polonais, parmi lesquels l’emblématique 7e station du Chemin de Croix de Valchèvrière.

45 La fréquence des références catholiques dans l’histoire du lycée (prières, célébrations, participation à la messe dominicales, effigies…) pose une interrogation quant au pourcentage d’élèves d’autres confessions dans les effectifs de l’établissement.

46 Mémoire du lycée polonais…, [en ligne], disponible sur http://www.lycee-polonais.com.

47 Janine Ponty, « Le Lycée polonais Cyprien Norwid de Villard-de-Lans… », op. cit., p. 158-160.

48 Témoignages recueillis sur le site des Amis du lycée polonais de Villard-de-Lans [en ligne], disponible sur http://www.lycee-polonais.com.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Une double page des carnets personnels du professeur W.J. Godlewski.
Crédits Source : Section des Études Polonaises, Université de Lille 3.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0M
Titre Illustration 2. L’hôtel qui abrite le lycée Polonais Cyprian Norwid.
Crédits Source : Section des Études Polonaises, Université de Lille 3.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Illustration 3. La 7e station du Chemin de Croix de Valchèvrière en mémoire des victimes du lycée.
Crédits Source : Section des Études Polonaises, Université de Lille 3.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7231/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Illustration 4. Une carte postale adressée à Wacław Jan Godlewski par un élève.
Crédits Source : Section des Études Polonaises, Université de Lille 3.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7231/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search