Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Autour de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Chapitre 23. « Les recteurs du Maréchal ». Administrer l’Éducation nationale dans les années noires de la Seconde Guerre mondiale (1940-1944)

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Abel Bonnard, « Discours prononcé à Lille pour la distribution des prix, 13 juillet 1942 », Paris, (...)

« Toujours dans les crises où les grands peuples se renouvellent, c’est par leur esprit qu’ils réagissent d’abord, et il appartient aux universitaires de France de donner ce premier signe de notre réveil […]. La faim des esprits et celle des âmes doit être aujourd’hui aussi rassasiée au moins que celle des corps. Les autres ministères sont ceux du pain et du vin, de la viande et du blé, du bois et du charbon, du ciment et du fer ; celui de l’Éducation nationale doit être le ministère du feu rallumé […]. Quand la mission de l’Université française est si grande, je pourrais vous dire qu’il y aurait pour elle une véritable honte à s’y dérober. J’aime mieux vous assurer qu’il y aura pour elle une vraie gloire à l’avoir remplie1 ».

  • 2 Jean-François Condette, « Un ministre du gouvernement de Vichy dans le Nord occupé : la visite d’Ab (...)
  • 3 Sonia MAZEY et Vincent Wright, « Les préfets », dans Jean-Pierre Azema et François Berarida (dir.), (...)
  • 4 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée (1943-1947), Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)

1Ainsi s’exprime le ministre de l’Éducation nationale Abel Bonnard, lors de la séance de distribution des prix du lycée Faidherbe de Lille, le 13 juillet 1942. Devant les personnels et les élèves, « Abetz Bonnard » comme le surnomment les forces résistantes, délivre son message d’espoir en l’Europe nouvelle qui ne peut être qu’allemande2. Dénonçant « l’abjecte propagande anglaise », le ministre décrit le conflit comme une guerre d’enfantement qui doit permettre d’écraser le communisme. Dès lors, le devoir des enseignants est d’expliquer le sens de la guerre car l’abstention est une trahison. Dans cette mission idéologique réaffirmée, les recteurs, représentants du ministre au sein de leur espace académique, se retrouvent face à des choix difficiles. Alors que le tissu de la nation se déchire, alors que les exigences de l’occupant sont nombreuses, ils tentent de maintenir une activité scolaire et universitaire la plus « normale » possible mais se doivent aussi d’appliquer, en fonctionnaires respectueux des ordres, les consignes du nouveau régime installé à Vichy, en particulier les mesures d’épuration du personnel enseignant et de répression. Leur positionnement dans ces années noires est donc particulièrement délicat dès qu’ils acceptent de se maintenir à leur poste ou d’accéder à ce poste. Entre légalisme du fonctionnaire, acceptation de la collaboration et esprit de résistance, les positionnements rectoraux sont divers et évolutifs comme ceux des préfets d’ailleurs3. Il est aussi souvent difficile de mesurer où doit s’arrêter la politique de compromis avec les forces constituées, qu’elles soient françaises ou allemandes, politique inévitable pour le fonctionnaire resté en fonction, sous peine de devenir de la compromission. Claude Singer relève que l’on a longtemps ignoré le rôle joué par l’administration, « rôle pourtant fondamental car il est évident que, sans l’aide de l’administration, le régime de Vichy aurait eu bien du mal à faire appliquer ses choix politiques. Or cette administration, composée majoritairement de fonctionnaires déjà en poste sous la Troisième République, s’est montrée dans l’ensemble à l’égard de Vichy aussi coopérante que disciplinée4 ». Retrouve-t-on cette coopération chez les 31 recteurs qui dirigent une académie sous le Régime de Vichy ? L’affirmation de l’État français débouche-t-elle sur une épuration rectorale qui nomme dans la fonction des fidèles de la Révolution nationale ? La Libération se livre-t-elle, ensuite, à une implacable épuration alors que de nouveaux recteurs prennent en main les destinées d’une Éducation nationale à régénérer ?

1. Entre continuité et rupture : les nominations rectorales du régime de Vichy

2Des lendemains de la débâcle à la Libération, le régime de Vichy fait reposer son administration scolaire sur trente et un recteurs d’académie.

A) Une forte continuité avec les nominations du Front populaire

  • 5 Stéphane Rials, « L’administration de l’enseignement de 1936 à 1944 », dans Pierre Bousquet, Roland(...)
  • 6 Ibid., p. 58.
  • 7 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940 : tome I : L’évolution d’u (...)
  • 8 Pour la biographie de ces recteurs, nous renvoyons à Jean-François Condette, Les recteurs d’académi (...)

3Sur ce total, dix-sept sont des figures confirmées, nommées sous la Troisième République alors que le Régime de Vichy permet l’accès à la fonction à quatorze hommes nouveaux. Il n’y a pas de rupture avec les profils rectoraux antérieurs, le vivier majeur restant celui des professeurs d’université, souvent anciens doyens. En 1983, Stéphane Rials insistait déjà sur l’importance des continuités dans le personnel et parfois même dans certaines entreprises réformatrices entre Vichy et la période de l’entre-deux-guerres voire du Front populaire5. « Le temps administratif et le temps politique ne se superposent pas ou ne coïncident qu’incomplètement. On en change pas tous les hommes, on ne jette pas tous les dossiers, surtout on n’échappe pas aux questions significatives de l’époque6 ». Comme le Front populaire l’avait fait7, le Régime de Vichy conserve tout d’abord la plupart des recteurs ou puise, s’il faut organiser des mutations, dans le vivier des recteurs confirmés. L’État français ne change rien aux attributions réglementaires de la fonction et c’est la politique éducative qui change, en liaison avec l’idéologie de la Révolution nationale. Neuf recteurs nommés entre juin 1936 et 1938, donc par Jean Zay, continuent à exercer sous Vichy, parfois tout au long de la période. Certains sont même promus, tels Édouard Galletier nommé directeur de l’Enseignement supérieur (21 mars 1941), Adolphe Terracher nommé secrétaire général de l’Instruction publique (19 décembre 1940) ou Jean-Jacques Bertrand qui lui succède en janvier 19448.

4Beaucoup sont de vieux routiers de la gestion des affaires éducatives. André Lirondelle a découvert la fonction rectorale dès 1926 ; Louis Bruntz est recteur à Nancy depuis 1929 et Adolphe Terracher exerce depuis 1925. Édouard Spenlé est recteur depuis 1932 tout comme Georges Hardy. Pierre Martino est recteur depuis 1933. Certaines académies connaissent une remarquable stabilité tout au long de la guerre. Jean-Jacques Bertrand, nommé à Besançon en novembre 1938, y demeure jusqu’en janvier 1944. Robert Deltheil, nommé à Toulouse en septembre 1936, demeure à son poste jusqu’à son arrestation par les Allemands en juin 1944.

Figure 1. Les 17 recteurs de la Troisième République exerçant sous Vichy.

Noms et prénoms Première nomination Postes successifs sous Vichy
BERTRAND Jean-Jacques Caen
(août 1936)
Besançon (nov. 1938 – janvier 1944) ; nommé secrétaire général de l’Instruction publique.
BOUSSAGNOL Gabriel-Gaston Clermont-Ferrand
(janvier 1935)
Bordeaux (octobre 1938) // Rennes (23 mars 1941) //Dijon (10 sept. 1941) // Montpellier (25 juin 1943-1944)
BRUNTZ Louis Nancy
(janvier 1929)
Nancy (1929 – 12 nov. 1940) ; relevé de ses fonctions le 12 novembre 1940 ; retraite.
DAURE Pierre Caen
(nov. 1937)
Caen (1937 – nov.1941) ; relevé de ses fonctions le 12 nov. 1941 ; retraite.
DELTHEIL Robert Caen
(sept. 1936)
Toulouse (sept. 1937 – 9 juin 1944) ; arrêté par les Allemands
GALLETIER Édouard Besançon
(octobre 1937)
Rennes (15 nov. 1938 – mars 1941) //directeur de l’Enseignement supérieur (21 mars 1941) // chaire à la faculté des lettres de Paris (février 1943 – avril 1958).
GAU Émile Aix
(octobre 1937)
Aix (1er octobre 1937) //Lyon (1er mars 1941) //Aix (12 juillet 1943-1946)
HARDY Georges Alger
(sept.1932)
Lille (juin 1937) // Alger (juin 1940 à sept. 1943) ; révoqué par le CFLN
HUBERT René Poitiers (juin 1937) Poitiers (juin 1937 – juin 1943) ; placé en détachement
LIRONDELLE André Clermont-Ferrand
(octobre 1926)
Lyon (1931 – février 1941) // Bordeaux (21 mars 1941-1944)
MARCHAUD André Clermont-Ferrand (nov. 1938) Clermont (nov.1938 – nov.1944) ; Bordeaux (1944-1950)
MARTINO Pierre Poitiers
(octobre 1933)
Alger (octobre 1937 – 13 nov. 1940) // Aix (nov.1940 – juin 1943) ; nommé professeur à la faculté des lettres de Bordeaux (juin 1943) puis maître de conférences à Paris (sept.1943)
PARISELLE Henry Besançon
(sept.1935)
Montpellier (juillet 1937 – 6 février 1941), nommé inspecteur général de l’Enseignement supérieur (février 1941)
ROUSSY Gustave Paris
(sept. 1937)
Paris (sept.1937 – 12 nov.1940), relevé de ses fonctions puis placé à la retraite.
SARRAILH Jean Grenoble
(août 1937)
Grenoble (août 1937-6 février 1941) // Montpellier (7 février 1941 – juin 1943) ; relevé de ses fonctions et nommé professeur provisoire à la faculté des lettres de Paris (12 août 1943) puis à la faculté de Lyon (23 mai 1944)
SPENLE Édouard Dijon (juin 1932) Dijon (juin 1932- sept.1941), placé à la retraite
TERRACHER Louis-Adolphe Dijon
(nov.1925)
Strasbourg (29 juillet 1938 – 2 janvier 1944) ; dirige l’université repliée à Clermont-Ferrand tout en étant secrétaire général de l’Instruction publique à partir de décembre 1940 ; relevé de ses fonctions le 2 janvier 1944.
  • 9 Archives nationales, F17 26902, dossier d’André Marchaud.
  • 10 Archives nationales, F17 27827, dossier de Robert Deltheil.
  • 11 Archives nationales, F17 27565, dossier de Gabriel-Gaston Boussagnol.
  • 12 Archives nationales, F17 26992, dossier d’Édouard Galletier.

5Nous sommes face à un monde rectoral qui, depuis la loi du 16 juin 1854, s’est fortement universitarisé dans son recrutement par l’imposition du doctorat. André Marchaud est ainsi maître de conférences de mathématiques à la faculté d’Aix-Marseille (1927) puis professeur de mécanique rationnelle (1933) et doyen de son institution (1934-1938). Il est ensuite choisi comme recteur de l’académie de Clermont (novembre 1938) et la dirige pendant toute la période de guerre9. Robert Deltheil, professeur de mathématique générale à la faculté de Toulouse, doyen de son institution (1930-1936), est nommé recteur à Caen (1936) puis à Toulouse (juin 1937)10. Gabriel-Gaston Boussagnol, professeur de langue et littérature espagnoles à la faculté des lettres de Toulouse, est nommé recteur à Clermont-Ferrand en 1935 puis muté à Bordeaux en 1938. Il est ensuite recteur à Rennes (21 mars 1941) à Dijon (10 septembre 1941) puis à Montpellier (25 juin 1943)11. Édouard Galletier, professeur de philologie latine à la faculté de Rennes, doyen de son institution (1928-1937), est nommé recteur à Besançon en 1937 puis muté à Rennes en novembre 1938. Il y demeure jusqu’au 21 mars 1941 date à laquelle il est nommé directeur de l’Enseignement supérieur. Il retrouve ensuite une chaire à la faculté des lettres de Paris de février 1943 à avril 195812.

B) Une progressive mise au pas

  • 13 Archives nationales, F17 25040, dossier de Louis Bruntz.
  • 14 Archives nationales, F17 25346, dossier de Gustave Roussy.

6Il n’en demeure pas moins que le nouveau régime n’hésite pas à se débarrasser des recteurs qu’il estime trop réservés envers sa politique. À Nancy, Louis Bruntz est ainsi l’un des premiers, avec Gustave Roussy, à être révoqué dès le 12 novembre 1940. Âgé de 63 ans en juin 1940, ce fils d’un Alsacien et d’une Lorraine, a fait l’essentiel de sa carrière à la faculté de médecine et de pharmacie de Nancy avant de devenir recteur en 1929. Un arrêté du 12 novembre 1940, signé Georges Ripert, décide que le recteur Bruntz est relevé de ses fonctions à partir du 15 novembre. Il est ensuite admis à la retraite à compter du 15 février 1941. À la Libération, un arrêté du 10 octobre 1944, signé René Capitant, décide que « M. Bruntz […] est réintégré dans les fonctions de recteur de l’académie de Nancy13 ». Patriote, il n’avait pas accepté l’armistice de juin 1940. À Paris, Gustave Roussy est victime de la manifestation étudiante du 11 novembre 1940. Professeur d’anatomie pathologique à la faculté de médecine de Paris et doyen de son institution entre 1933 et 1937, directeur de l’Institut du cancer14, il était recteur à Paris depuis septembre 1937. Accusé d’avoir laissé se développer un esprit contestataire dans les facultés, il est révoqué le 12 novembre. Une lettre de Paul Rivet, future figure de la résistance universitaire, destinée au Maréchal Pétain, le 14 novembre 1940, fait part de son indignation.

  • 15 Ibid., lettre de Paul Rivet au Maréchal Pétain, 14 novembre 1940.

La radio de l’État français nous a appris hier soir que Monsieur le recteur Roussy était relevé de ses fonctions. Cette décision du gouvernement a provoqué à Paris une émotion profonde […]. La raison en est que Monsieur Roussy, au moment des événements tragiques de juin, a joué à Paris et dans toute la région parisienne, un rôle éminent que le public n’a pas oublié. Resté presque seul à la tête de notre grande université, sans doyens, avec un corps enseignant dispersé par la tourmente, Monsieur Roussy a fait face à une situation dramatique avec un calme, une autorité, un courage qui lui ont assuré le respect et la reconnaissance […]. Pendant les longues semaines où Paris et la région parisienne sont restées complètement isolées, Monsieur Roussy fut en réalité le véritable ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts […], organisant les secours aux réfugiés, aux blessés, coordonnant les efforts de ceux qui voulaient assurer la continuité de la vie intellectuelle française […]. J’ai été le témoin des efforts desespérés que Monsieur Roussy a fait pour faire comprendre aux étudiants la nécessité de rester calme, de s’abstenir de toute manifestation15.

  • 16 Ibid., pièces diverses contre le recteur Roussy provenant de « groupements nationaux », novembre 1 (...)
  • 17 Archives nationales, F17 13361, papiers Bonnard, note sur Gustave Roussy datée du 21 novembre 1942.
  • 18 Archives nationales, F17 25346, dossier Gustave Roussy, note du Conseil d’État, séance du 26 févrie (...)

7Divers documents montrent une campagne d’opposition venant de « groupements nationaux ». Des tracts dénoncent la fortune du recteur qui aurait des intérêts dans la société Nestlé et qui représente dans l’université, la « même influence néfaste qu’exerçait en politique Léon Blum et Jean Zay16 ». On dresse le portrait d’un arriviste, accaparé par « la vie mondaine et les intrigues politiques ». Une note interne au secrétariat d’État, datée du 21 novembre 1942, s’interroge sur son devenir. Relevé de ses fonctions le 12 novembre 1940, il est resté trois mois avec son traitement mais n’a pas reçu d’affectation. Il est en congé sans traitement depuis le début 1941 et on hésite à le renommer à l’Institut du cancer comme professeur car un successeur lui a été donné17. Gustave Roussy doit aussi lutter pour ne pas être déchu de ses droits en tant que Français né à l’étranger (en Suisse). Une lettre du 26 février 1941 du Conseil d’État décide de ne pas lui retirer sa nationalité française, insistant sur ses services pendant la Première Guerre mondiale. « Il a servi dans les armées françaises comme médecin militaire de réserve et a reçu à ce titre la Croix d’officier de la Légion d’honneur18 ».

Figure 2. Les successions rectorales par académie sous le Régime de Vichy.

Académie Succession des titulaires
Aix Émile GAU (19 juin 1937 – 7 février 1941) // Pierre MARTINO (7 février 1941 – 26 juin 1943) // Émile GAU (12 juillet 1943 – 26 octobre 1946)
Alger Pierre MARTINO (1er octobre 1937 – 13 novembre 1940) // Georges HARDY (13 novembre 1940 – 4 septembre 1943) // Territoire libéré
Besançon Jean-Jacques BERTRAND (nov. 1938 – 2 janvier 1944) // Edmond PRECLIN et Camille TOURNEUX (chargés des fonctions : janvier 1944 – 1er juin 1944) // Edmond PRECLIN (1er juin 1944 – 14 sept. 1944)
Bordeaux Gabriel-Gaston BOUSSAGNOL (14 octobre 1938 – 21 mars 1941) // André LIRONDELLE (inspecteur général chargé des fonctions, 21 mars 1941 – septembre 1944)
Caen Pierre DAURE (13 novembre 1937 – 12 novembre 1941) // Jean MERCIER (décembre 1941 – 14 septembre 1944).
Clermont André MARCHAUD (1er novembre 1938 – 30 novembre 1944)
Dijon Édouard SPENLE (9 juin 1932 – sept. 1941) // Gabriel-Gaston BOUSSAGNOL (10 sept. 1941 – 25 juin 1943) // Louis FERRERE (25 juin 1943 – 14 sept. 1944)
Grenoble Jean SARRAILH (1er août 1937- 6 février 1941) // Marcel BLANCHARD (6 février 1941 – juin 1943) // Charles MOLLON (juin 1943 – 14 sept. 1944)
Lille Georges HARDY (juin 1937 – 13 novembre 1940) // Paul DUEZ (1er décembre 1940 – 21 mars 1946)
Lyon André LIRONDELLE (octobre 1931 – février 1941) // Émile GAU (février 1941 – juin 1943) // André-François GAIN (25 juin 1943 – 14 sept.1944)
Montpellier Henry PARISELLE (19 juillet 1937 – 6 février 1941) // Jean SARRAILH (7 février 1941 – juin 1943) // Gabriel-Gaston BOUSSAGNOL (25 juin 1943 – 6 décembre 1944)
Nancy Louis BRUNTZ (17 janvier 1929 – 15 novembre 1940) // Félix SENN (15 novembre 1940 – 1er mars 1946)
Paris Gustave ROUSSY (23 sept.1937-12 nov.1940) //Jérôme CARCOPINO (12 nov. 1940 – 26 février 1941) // Charles MAURAIN (26 février 1941 – 30 sept. 1941) // Gilbert GIDEL (1er octobre 1941 – 19 août 1944)
Poitiers René HUBERT (19 juin 1937- juin 1943) // Albert CHEREL (juin 1943 –14 septembre 1944)
Rennes Édouard GALLETIER (15 nov. 1938 –mars 1941) // Gabriel-Gaston BOUSSAGNOL (mars 1941 – 18 juin 1941) // Michel SOURIAU (18 juin 1941 – juillet 1944) // Antony FAMIN (17 juillet 1944 – 24 août 1944 ; l’avance des Alliés l’empêche de rejoindre son poste).
Toulouse Robert DELTHEIL (sept.1937 – 9 juin 1944) // interim par l’inspecteur MATHIAS
Strasbourg Adolphe-Louis TERRACHER (29 juillet 1938 – 2 janvier 1944) L’Université est repliée à Clermont-Ferrand.
  • 19 Archives nationales, F17 26587, dossier Henri Pariselle.
  • 20 Ibid., lettre de Pariselle au directeur de l’Enseignement supérieur, 19 septembre 1944.
  • 21 Archives nationales, F17 28455, dossier Pierre Daure.
  • 22 Archives nationales, AJ 40/565/8, note du 27 décembre 1941.

8Une second vague de sanctions se met en marche à partir de février 1941. Henri Pariselle doit ainsi quitter son poste à Montpellier le 6 février 1941 pour la fonction d’inspecteur général de l’Enseignement supérieur qui était tombée en désuétude19. Dans une lettre au directeur de l’Enseignement supérieur du 19 septembre 1944, il relève : « Recteur de l’académie de Montpellier, j’ai été placé hors cadre le 7 février 1941 et nommé contre mon gré inspecteur général […]. J’ajouterai qu’en juin 1944, j’ai été recherché par la Gestapo comme haut fonctionnaire hostile au gouvernement de Vichy. Heureusement, j’étais absent de Montpellier20 ». Pour lui succéder à Montpellier en février 1941, Jean Sarrailh doit quitter Grenoble contre sa volonté. André Lirondelle passe quant à lui du rectorat de Lyon à celui de Bordeaux en février 1941 sans l’avoir souhaité non plus. À Caen, Pierre Daure (1892-1966) est relevé de ses fonctions, le 12 novembre 1941, à la demande du ministre de l’Intérieur, Pierre Pucheu, après s’être vivement opposé à la diffusion de circulaires dans les établissements scolaires21. Il est, à la Libération, nommé préfet du département du Calvados. Une note allemande du 27 décembre 1941 le signale comme « un ennemi des Allemands » (« als deutschfeindlich bekannt 22 »).

9Une troisième vague de changements peut être identifiée en février-juin 1943. Alors que la circulaire Carcopino du 7 juin 1941 souhaitait bannir la politique de l’École, soulignant « la nécessité absolue de tenir la jeunesse des écoles à l’écart de toute passion partisane », la circulaire du 13 mai 1942, signée Abel Bonnard, ne dit plus la même chose :

  • 23 Circulaire d’Abel Bonnard du 13 mai 1942 adressée aux recteurs et inspecteurs d’académie.

L’abstention ne saurait être permise, parce qu’elle n’est même plus convenable : là où elle se produit, elle n’est que le masque d’un refus. L’homme qui prétend se réserver se dérobe, l’inertie couvre la résistance. Le Maréchal l’a dit, la vie n’est pas neutre. Un enseignement de neutralité ne pourrait être qu’un enseignement de nullité […]. La jeunesse de France, elle aussi, aspire à être engagée. À tous les maîtres de l’enseignement public revient l’honneur de l’éclairer et de la conduire23.

  • 24 Archives nationales, F17 13361, Note dactylographiée sur les recteurs du 22 janvier 1943.
  • 25 Ibid., « Note sur les recteurs », sans date.

10Une note destinée à Abel Bonnard, datée du 22 janvier 1943, dresse une liste des recteurs à écarter. On y trouve Pierre Martino (63 ans, « à la retraite »), Jean Sarrailh (« nommer à une inspection générale d’espagnol à créer »), René Hubert (« la maîtrise de conférences de sociologie en Sorbonne est vacante après le départ d’Albert Bayet ; l’y nommer »). La liste des recteurs à nommer comprend cinq noms : Mercier à Lyon, Gau à Aix, Cherel à Poitiers, Gain à Caen et Préchac à Besançon24. Une autre note de janvier 1943 témoigne d’une surveillance accentuée25.

Figure 3. Notes du cabinet d’Abel Bonnard (début de l’année 1943).

Académies Recteurs Description
Paris Gilbert GIDEL « Réactionnaire ».
Aix Pierre MARTINO « Anglophile notoire ; contre le nouveau régime. À changer d’urgence ».
Alger Georges HARDY « Certainement tiède mais a son rectorat bien en main ; profonde expérience coloniale. Ne peut être remplacé maintenant ».
Besançon Jean-Jacques BERTRAND « De premier ordre. Grande expérience, acquise en organisant ou en réorganisant l’enseignement français en Indochine et en Espagne. Germaniste. Entièrement acquis à la politique du Gouvernement. Doit être promu à un rectorat important ; pourrait faire un remarquable directeur primaire ou secondaire. À pousser au maximum ».
Bordeaux André LIRONDELLE « Fonctionnaire entièrement loyal. Fait minutieusement son travail. Grande expérience ; rigoureuse justice. Peut faire un directeur de l’Enseignement supérieur ».
Caen Jean MERCIER « Vient des milieux Action Française. Se dit acquis au Maréchal. Ne fait rien contre l’anglophilie dans sa région. À surveiller de près ».
Clermont André MARCHAUD « Aucun renseignement ».
Dijon Gabriel-Gaston BOUSSAGNOL « Acquis à la politique du gouvernement. Peut être promu à un rectorat supérieur ».
Grenoble Marcel BLANCHARD « Acquis à la politique du Maréchal. Bien plus réservé sur Laval. Très conservateur et clérical. Sa cote auprès du Maréchal interdit qu’on le déplace. Le laisser à Grenoble ».
Lille Paul DUEZ « Pas de renseignement ».
Lyon Émile GAU « Administrateur capable. Loyal vis-à-vis du gouvernement. Laisser à Lyon ».
Montpellier Jean SARRAILH « Attitude politique très satisfaisante. Ancien abonné des Feuilles libres. Dispositions connues. A maintenir ».
Nancy Félix SENN « Position difficile à déterminer ».
Poitiers René HUBERT « Attitude personnelle convenable ».
Rennes Michel SOURIAU « Pas de renseignement ».
Toulouse Robert DELTHEIL « Intelligent et habile. Position intellectuelle très acceptable. Doit néanmoins être discrètement surveillé à raison même de son habileté ».
  • 26 Archives nationales, F17 25521, dossier de Pierre Martino.

11Une nouvelle série de mutations est alors opérée à la mi-1943. Édouard Galletier, ex-recteur, perd sa place de directeur de l’Enseignement supérieur (février 1943) alors que René Hubert, en poste à Poitiers depuis 1937, est placé en détachement et remplacé par Albert Cherel. Pierre Martino, qui avait déjà dû quitter l’académie d’Alger en novembre 1940 pour laisser la place à Georges Hardy, perd son poste à Aix, rétrogradant dans les fonctions de professeur à la faculté des lettres de Bordeaux (26 juin 1943) puis de maître de conférences à Paris (septembre 1943)26. Jean Sarrailh est relevé de ses fonctions en juin 1943. Il est nommé professeur provisoire à la faculté des lettres de Paris (12 août 1943) puis à la faculté de Lyon (23 mai 1944). Gabriel-Gaston Boussagnol doit muter en juin 1943 de Dijon à Montpellier. Marcel Blanchard, pourtant promu par le Régime en février 1941, perd sa place à Grenoble en juin 1943, jugé trop peu favorable à Pierre Laval. Émile Gau, recteur à Lyon, est muté à Aix et remplacé par André-François Gain.

12Une quatrième et dernière vague de sanctions touche les recteurs en janvier-juin 1944. Adolphe Terracher, dirigeant l’université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand depuis 1939, est remercié le 2 janvier 1944, lui qui avait, tout en étant secrétaire général de l’Instruction publique, constamment lutté contre les volontés allemandes de voir fermer cette université. Robert Deltheil, à Toulouse, est arrêté par les Allemands le 9 juin 1944 et déporté. Dès lors, lorsque commence la libération de la France, le petit monde rectoral du Régime de Vichy agonisant ne compte plus que quatre recteurs qui étaient en poste avant l’installation du régime, à savoir les recteurs Marchaud, Boussagnol, Gau et Lirondelle. Il s’est opéré un complexe processus d’érosion des hommes.

C) Les nouveaux promus : des fidèles de la Révolution nationale ?

  • 27 Si l’on intègre Jérôme Carcopino qui a dirigé l’École française de Rome puis l’École normale supéri (...)

13Pour remplacer les recteurs mis à la retraite, appelés à d’autres fonctions ou révoqués, le Régime de Vichy fait appel à quatorze figures nouvelles. Nous n’incluons pas Antony Famin qui n’a pas eu le temps de rejoindre son poste rennais. La tradition est maintenue d’un recrutement exclusivement endogène, puisqu’ils sont tous issus de l’Éducation nationale, l’immense majorité étant professeurs d’université. Neuf d’entre eux (sur 14) ont également été doyen27. On notera cependant deux profils moins solides qu’à l’accoutumée, par le retour d’une nomination issue des rangs de l’inspection académique (Louis Ferrère) et la promotion accélérée d’un ex-enseignant du secondaire (Charles Mollon).

  • 28 Archives nationales, F17 25396, dossier de Félix Senn, Note du recteur pour l’année 1937.

14Chez ces nouveaux recteurs, trois groupes sont observables. Il y a, tout d’abord, les figures locales qui s’imposent presque « naturellement », en début de période, alors que le régime de Vichy n’a pratiquement aucune autorité sur les espaces concernées. C’est le cas de Paul Duez à Lille qui remplace dans l’urgence Georges Hardy trop content de regagner les cieux algériens dès novembre 1940. Au cœur d’un espace rattaché au Commandement allemand de Bruxelles, en pleine zone interdite, les volontaires pour prendre la succession ne sont pas légion et c’est le doyen de la faculté de droit, Paul Duez, qui accepte la charge par devoir patriotique, Vichy validant cette décision. Paul Duez (1888-1947), ancien étudiant de la faculté de droit de Lille, blessé à Craonne en 1917, est professeur de droit public et dirige la faculté lilloise de 1926 à 1946. À Nancy, le contexte est un peu le même après le renvoi du recteur Louis Bruntz. Félix Senn, doyen de la faculté de droit, lui succède assez logiquement (15 novembre 1940) dans une zone frontière très exposée. Né le 11 janvier 1879 à Paris, Félix Senn fait presque toute sa carrière à Nancy. Agrégé de droit à la faculté de Nancy (1906-1910), professeur de droit dans la même institution (1911-1921), il est mobilisé du 2 août 1914 au 10 juin 1919, devenant capitaine. Professeur de droit romain à Paris (1922), il préfère revenir en Lorraine en 1925 où il devient professeur (janvier 1927) et doyen de son institution (1930-1940), le demeurant jusqu’à sa nomination comme recteur28.

  • 29 Archives nationales, AJ 40/565, Militär Befelshaber In Frankreich, Verwaltungsstab, 30 avril 1941.

15On peut ensuite relever quelques nominations qui sont liées à des circonstances spécifiques et qui sont souvent éphémères. C’est le cas pour deux nominations parisiennes. Jérôme Carcopino (1881-1970), directeur de l’École normale supérieure, est nommé recteur dans l’urgence aux lendemains de la manifestation patriotique du 11 novembre 1940 alors que le recteur Roussy vient d’être limogé et que les Allemands ont exigé la fermeture des facultés et arrêtés de nombreux étudiants. Cet historien de la Rome antique, ancien normalien, membre de l’École française de Rome, titulaire de la chaire d’histoire romaine en Sorbonne, occupe, entre 1937 et 1940, le poste de directeur de l’École française de Rome. Nommé directeur de l’École normale supérieure (1940), il accepte de succéder temporairement à Gustave Roussy, conservant en même temps son poste de directeur de l’ENS. Il est ensuite nommé secrétaire d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse (26 février 1941) mais quitte son poste avec le retour de Laval au pouvoir en avril 1942. Son successeur immédiat, Charles Maurain, est aussi un recteur de transition, occupant le poste pendant sept mois, du 26 février 1941 jusqu’à sa retraite (limite d’âge) le 30 septembre 1941. Né en 1871, normalien, il est maître de conférences à la faculté des sciences de Rennes avant d’être promu professeur à Caen (1905-1910). Nommé professeur de physique du Globe à l’Université de Paris, il en devient le directeur puis est élu doyen de la faculté des sciences de Paris en 1926. Une note du 30 avril 1941, dans les archives allemandes, fait part de réserves pour son appartenance probable à la Franc-maçonnerie et ses liens avec Jean Zay29.

  • 30 François Marcot, « L’université de Besançon à l’époque de l’occupation (1940-1944) », dans Maurice (...)

16À Besançon, la nomination de Jean-Jacques Bertrand comme secrétaire général de l’Instruction publique, en janvier 1944, crée une situation assez confuse. Du 7 janvier 1944 au 1er juin 1944, c’est un binôme de doyens qui assure les charges de la fonction. Camille Tourneux (sciences) est chargé de l’enseignement supérieur et Edmond Préclin (lettres) s’occupe de la gestion des autres niveaux d’enseignements. Edmond Préclin exerce ensuite seul la fonction rectorale du 1er juin au 14 septembre 1944 alors que Camille Tourneux fait de même du 25 septembre au 23 novembre 1944 quand la ville est libérée. Ces deux recteurs sont ainsi des doyens chargés d’une mission temporaire. Edmond Préclin (1888-1955) est une figure reconnue chez les historiens. On lui doit, entre autres ouvrages, Histoire des États-Unis (1937, nombreuses rééditions), La paix armée et la Grande Guerre (1871-1919) avec Pierre Renouvin (1939). Pendant l’occupation, « il offre l’exemple parfait du dévouement à l’Université et aux étudiants30 ». Il cumule les fonctions de doyen de la faculté des lettres, de directeur du Centre d’accueil et de directeur-fondateur de l’Institut d’études comtoises et jurassiennes. La réquisition par les Allemands de la cité universitaire de Besançon qui hébergeait 100 pensionnaires et servait 50 000 repas par an, pose problème. Le doyen Préclin met alors en place un Centre d’accueil qui permet de loger 25 pensionnaires dans un bâtiment et une quinzaine dans l’internat du lycée Victor Hugo. Le Centre ouvre aussi deux salles d’études chauffées de 8 heures à 20 heures, de novembre à Pâques, pour permettre aux étudiants de travailler sans avoir trop froid et distribue des tickets de repas. Le doyen Préclin fonde également, en octobre 1942, un Institut des hautes études comtoises. L’objectif est de developper des enseignements qui s’enracinent dans le passé historique, les réalités géographiques et culturelles de la région, tout en impulsant la recherche régionale. Si on retrouve ici des points communs avec le retour au cadre provincial célébré par Vichy, l’entreprise est surtout scientifique. Camille Tourneux, agrégé de physique et docteur ès sciences physiques avec une thèse soutenue à Paris en 1918, Recherches sur les combinaisons du chlorure mercurique et des chlorures alcalins, est également enraciné à Besançon.

Figure 4. Les quatorze nouveaux recteurs accédant à la fonction sous Vichy.

Nouveau promu Académie Profil professionnel
Marcel BLANCHARD Grenoble (6 février 1941 – juin 1943) Professeur d’histoire à la faculté des lettres de Montpellier ; doyen.
Jérôme CARCOPINO Paris (12 novembre 1940 – 26 février 1941) Professeur d’histoire romaine à la faculté des lettres de Paris ; directeur de l’École normale supérieure.
Albert CHEREL Poitiers (1943 – 14 septembre 1944) Professeur de littérature française à la faculté des lettres de Bordeaux.
Paul DUEZ Lille (13 novembre 1940-1945) Professeur de droit à la faculté de droit de Lille ; doyen.
Louis FERRERE Dijon (25 juin 1943 – 14 septembre 1944) Inspecteur d’académie à Niort.
André-François GAIN Lyon (25 juin 1943 – 14 septembre 1944) Professeur d’histoire à la faculté des lettres de Nancy ; doyen.
Gilbert GIDEL Paris (30 septembre 1941 – 20 août 1944) Professeur de droit public international à la faculté de droit de Paris.
Charles MAURAIN Paris (26 février 1941 – 30 septembre 1941) Professeur à la faculté des sciences de Paris ; doyen.
Jean MERCIER Caen (décembre 1941 – 14 septembre 1944) Professeur de physique à la faculté des sciences de Bordeaux ; doyen.
Charles MOLLON Grenoble (juin 1943 – 14 septembre 1944) Maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lyon.
Edmond PRECLIN Besançon (chargé des fonctions pour le primaire et le secondaire) (7 janvier – 1er juin 1944) // recteur (1er juin – 25 septembre 1944) Professeur d’histoire à la faculté des lettres de Besançon ; doyen.
Félix SENN Nancy (novembre 1940 – février 1946) Professeur à la faculté de droit de Nancy ; doyen.
Michel SOURIAU Rennes (juin 1941 – juillet 1944) Professeur de philosophie à la faculté des lettres de Rennes.
Camille TOURNEUX Besançon (chargé des fonctions pour le supérieur du 7 janvier 1944 au 1er juin 1944) Professeur de physique à la faculté des sciences de Besançon ; doyen.
  • 31 Archives nationales, F 17 25363, dossier d’André-François Gain, Rapport du recteur daté du 15 janvi (...)

17D’autres nominations rectorales marquent une nette volonté du Régime de promouvoir des hommes favorables à sa philosophie. André-François Gain, né à Nancy en 1897, est enseignant d’histoire. Mobilisé en 1916, il est en « service actif » jusqu’en mars 1919, obtenant la Croix de Guerre. Agrégé d’histoire (1921), il enseigne en lycée (1921-1930). Docteur en 1928 avec une thèse sur La restauration des biens des émigrés dans l’Est de la France (1814-1832), il est professeur d’histoire de l’Est de la France à la faculté de Nancy (16 août 1930). Le recteur note, dans son rapport du 15 janvier 1932 : « Jeune et bon professeur qui a en mains tous les atouts pour réussir […]. Il a formé un Centre d’études lorrain qui est prospère mais il me semble que Monsieur Gain a une tendance à jouer un rôle actif dans des groupements à tendance religieuse et parfois politique31 ». Il est élu doyen en 1939 et le demeure jusqu’au 25 juin 1943 date à laquelle il est nommé recteur à Lyon.

  • 32 Archives nationales, AJ/40/566, Archives allemandes de la Seconde Guerre mondiale, Curriculum vitae(...)
  • 33 Archives nationales, F17 13361, papiers Bonnard, note sur les recteurs, 1943.
  • 34 Archives nationales, F 17 25188, dossier de Charles Mollon, État de service militaire.

18Gilbert Gidel, né à Paris en 1880, docteur en droit à la fois en sciences politiques et économiques (1904) et en science juridique (1905), agrégé de droit public (1908), est chargé de cours (1907) puis professeur de droit international à la faculté de droit de Rennes (1913). Mobilisé en 1914, il est promu capitaine en 1917 et part ensuite au sein de l’armée d’Orient puis de l’État-major de l’armée32. Il rejoint ensuite la faculté de droit de Paris où il enseigne le droit constitutionnel (1920), le droit constitutionnel comparé (1925) puis le droit public international (1938). Il plaide, au cours de sa carrière, pour de nombreux gouvernements étrangers devant les juridictions internationales. Nommé recteur le 10 septembre 1941, il demeure à ce poste jusqu’à la libération. Une note de 1943 le présente comme « réactionnaire33 ». Charles Mollon, né en 1893 à Saint-Étienne, agrégé d’anglais (1920), docteur ès lettres (1929), fait toute la guerre comme soldat, étant deux fois blessé, recevant la Croix de Guerre. « Chef de section très énergique et très dévoué. Volontaire pour les coups de main. Le 23 octobre 1916, n’a pas hésité à sortir en plein jour de la tranchée pour reconnaître avec plus de sûreté un emplacement d’embuscade34 ». Professeur au collège de Charoles (1919), il est nommé professeur agrégé au lycée de Saint-Étienne (1920), au lycée du Parc à Lyon (1922) puis au lycée Ampère de Lyon (1924). Il part ensuite deux années aux États-Unis puis est nommé professeur au lycée de Clermont-Ferrand (1928) et au lycée Condorcet de Paris (1929). Rayé de la liste d’aptitude à l’enseignement supérieur en mars 1938 pour « manque de publication », il renforce son dossier et obtient une charge de cours à la faculté des lettres de Lille (février 1943) avant d’être nommé maître de conférences de langue et littérature anglaises à Lyon (25 juin 1943). Abel Bonnard l’appelle immédiatement comme recteur à Grenoble (1er juillet 1943), le promu disposant de l’aide efficace de son ami Léon Préchac, directeur de l’Enseignement supérieur.

  • 35 Archives nationales, F 17 28060, dossier de Michel Souriau, Note sur ses états de services militair (...)

19Michel Souriau, né à Lille en 1891, intègre l’École normale supérieure (1910-1913) et obtient l’agrégation de philosophie en 1914. Il est mobilisé le 3 août 1914 et devient, pendant la Guerre, capitaine d’infanterie. Membre de la Fondation Thiers (1919-mai 1921), il est ensuite professeur suppléant au lycée Louis-le-Grand (1921), professeur à l’Institut français de Madrid (octobre 1921) puis au lycée d’Annecy (octobre 1922). Docteur en 1927 avec une thèse sur La fonction pratique de la finalité, il est chargé de cours à la faculté des lettres de Nancy (1929), maître de conférences de philosophie à la faculté de Rennes (1930) puis professeur à la faculté de Nancy (1933). Mobilisé en août 1939, il est chef de bataillon et une note relève : « Complètement encerclé par un ennemi supérieur en nombre et en moyens, après que ses compagnies eurent succombé l’une après l’autre, a poursuivi la lutte avec les hommes de sa section de commandement jusqu’à épuisement de ses munitions35 ». Il est fait prisonnier le 21 juin et envoyé en Allemagne. Dans une lettre du 13 juin 1941 au directeur de l’Enseignement supérieur, Michel Souriau écrit : « Prisonnier depuis le 21 juin 1940, j’ai été mis en congé de captivité comme père de quatre enfants, il y a un mois dans le périmètre du département de la Seine ». Il est nommé recteur à Rennes le 18 juin 1941 et le demeure jusqu’à ce qu’il soit chargé des fonctions de maître de conférences de sociologie à la faculté de Paris (17 juillet 1944). À l’évidence, le recteur Souriau est l’un des seuls, dans le groupe des nouveaux recteurs de Vichy, à ne pas partager l’idéologie réactionnaire du moment. Il est, après la Libération, nommé recteur à Nancy (28 novembre 1944) puis à Lille (20 février 1946) où il demeure jusqu’en 1955 avant de devenir directeur du Centre universitaire d’Antony puis de redevenir professeur à la faculté de Nancy de 1959 à 1962.

  • 36 Archives nationales, F17 13361, note sur Marcel Blanchard datée du 5 novembre 1942.
  • 37 Ibid.

20Marcel Blanchard, né en 1885, est nommé recteur le 6 février 1941. Agrégé d’histoire (1909), il exerce quelques années dans le secondaire aux lycées du Puy (1910), de Chambéry (1911) et de Grenoble (1912). Il se place ensuite en congé d’inactivité en 1913 pour accélérer ses recherches doctorales. Il est mobilisé en 1914, rejoignant l’armée d’Orient où il est blessé. Il subit une enucléation d’un œil et l’amputation d’un bras36. Maître de conférences en histoire à la faculté des lettres de Montpellier (1919), il est ensuite professeur et doyen de son institution. Il est nommé recteur à Grenoble en février 1941 par volonté du Maréchal Pétain mais est remercié par Abel Bonnard dès juin 1943 pour ses divergences avec la politique de Laval. Il est alors chargé d’enseignement à la Sorbonne. Militant actif dans diverses associations d’anciens combattants, c’est un pétainiste convaincu et on le retrouve membre du Conseil national. La note du cabinet du début 1943 le décrit comme « acquis à la politique du Maréchal. Bien plus réservé sur Laval. Très conservateur et clérical37 ».

  • 38 Bibliothèque nationale de France, Albert Cherel, Titres et travaux, Chartres, Imprimerie Durand, 19 (...)

21Louis Ferrère (1884-1950), élève de l’École normale supérieure (1904), inspecteur d’académie à Niort, est nommé recteur à Dijon le 25 juin 1943, certainement grâce à l’influence de Mourailles, chef de cabinet de Bonnard. Portant fréquemment la Francisque, il apparaît très proche du nouveau régime. Jean Mercier, quant à lui, est nommé recteur à Caen, en décembre 1941. Né en 1891 dans l’Yonne, ancien élève de l’École normale supérieure, il est agrégé de physique et docteur ès sciences. Longtemps professeur à la faculté des sciences de Bordeaux, il en est aussi le doyen. Le dernier promu est Albert Chérel. La mise en disponibilité du recteur Hubert crée une situation complexe et c’est Cherel qui assure un long interim rectoral à Poitiers entre juin 1943 et la Libération. C’est un spécialiste de Fénelon qui est professeur à la faculté des lettres de Bordeaux avant sa nomination. Né en 1880 dans le Puy-de-Dôme, agrégé des lettres (1905), il soutient sa thèse en 1918 sur Fénelon au XVIII e  siècle (1715-1820), son prestige, son influence. Professeur en lycée, il est mobilisé comme lieutenant dès 1914, obtenant deux citations au Fort de Vaux (mars 1916) avant d’être affecté à l’université de Fribourg (août 1916-1920). Il rejoint la faculté des lettres de Bordeaux en 1920 où il s’enracine. Il devient vice-président de la Commission départementale de la natalité de la Gironde et le président de la Fédération des Associations des familles nombreuses du Sud-Ouest38. Les nouveaux recteurs promus par Vichy ne sont donc pas tous des adeptes inconditionnels de la Révolution nationale et, s’ils sont respectueux de la figure du Maréchal Pétain, tous ne partagent pas les priorités de la politique de Pierre Laval.

2. Les recteurs du Maréchal : servir l’État français et sa politique scolaire ?

  • 39 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français : L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fay (...)
  • 40 Ibid., chapitre 10, p. 365 et suivantes.
  • 41 Rémy Handourtzel, Vichy et l’École (1940-1944), Paris, Noësis, 1997, 330 p. ; Pierre Giolitto, Hist (...)
  • 42 Rémy Handourtzel, Vichy et l’École…, op. cit., p. 226.

22L’ouvrage de Marc Olivier Baruch sur l’administration en France de 1940 à 1944, analyse les rouages de l’État français en focalisant l’étude sur trois ministères, l’Intérieur, les Finances et l’Éducation nationale39. La question est immédiatement posée de savoir dans quelle mesure le pouvoir a pu se faire obéir de ses agents et de quelle manière les fonctionnaires se sont adaptés ou non à l’ordre nouveau. Entre « servir face à l’ennemi ou servir l’ennemi40 », il y a une pluralité d’attitudes possibles que nous retrouvons dans le positionnement rectoral. S’il ne faut pas minimiser la part des contraintes nées des situations concrètes dans lesquelles sont placés les administrateurs, et s’il faut avoir en tête que Vichy n’est pas un bloc et se trouve scandé par toute une série d’évolutions, il n’en demeure pas moins que de nombreuses décisions sont, au final, liées à un choix personnel qui décide la course de lenteur, le zèle impénitent ou la fronde plus ou moins directe. Nous ne pouvons, dans le cadre de cet article, décrire les réformes mises en œuvre par le régime de Vichy au niveau scolaire et universitaire, ni les mesures d’exclusion et d’épuration des personnels (juifs, francs-maçons, communistes, etc.) et nous les considérons donc comme connues41. Cette politique scolaire va assurément à l’encontre de l’idéologie majoritaire des acteurs éducatifs qui demeurent très attachés aux « traditions culturelles du monde enseignant : le républicanisme, le laïcisme, le progressisme social et idéologique42 ». Pour les recteurs, il faut bien reconnaître qu’en restant en place ou en accédant à la fonction, ils acceptent, d’une manière ou d’une autre, de se faire les relais de cette politique réactionnaire, même si certains tentent d’en atténuer les effets.

A) La résistance rectorale : opposition frontale et guerre larvée

23L’engagement résistant demeure pour les recteurs une exception. Ces administrateurs savent bien que la moindre intervention visible de leur part en faveur de la résistance ou l’expression de critiques contre la politique ministérielle signifient leur révocation. Il est alors difficile de connaître la manière dont les recteurs, dans le secret de leur bureau, peuvent avoir travaillé contre le régime et l’occupation allemande. C’est d’ailleurs un argument que certains devaient utiliser pour leur défense lors des auditions devant le Conseil supérieur d’enquête au moment de l’épuration, s’affirmant comme des résistants méconnus, restés en poste pour pouvoir jouer double jeu. Certains recteurs, cependant, ne cachent pas leur opposition, quitte à perdre leur poste. En décembre 1941 à Caen, Pierre Daure, s’appuyant sur la circulaire par laquelle Carcopino avait souligné, six mois plus tôt, la nécessité de tenir la jeunesse des écoles à l’écart des passions partisanes, s’oppose à la demande du secrétaire d’État à l’Intérieur Pierre Pucheu d’inviter les fonctionnaires, les maires, les étudiants et les lycéens à témoigner leur attachement au chef de l’État par le port d’un insigne. Une lettre vengeresse de Pierre Pucheu à Jérôme Carcopino, le 18 décembre 1941, exige des sanctions :

  • 43 Archives nationales, 71AJ 251, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, lettre du 26 décemb (...)

À la demande du chef de l’État, j’ai adressé une circulaire aux préfets, en date du 16 septembre 1941, relative au port des insignes autorisés : Francisque du Maréchal Pétain, insigne de la Légion française des combattants ou des Amis de la légion. Les préfets avaient pour mission de diffuser cette circulaire, non seulement dans les administrations publiques, mais aussi dans les établissements d’enseignement. J’ai l’honneur de vous faire connaître que M. Daure, recteur de l’académie de Caen, invité par le préfet du Calvados à s’associer à cette propagande d’intérêt national, a fait répondre qu’il croyait devoir en référer à votre haute autorité, en relevant une prétendue contradiction entre le caractère de ces insignes et les recommandations qui lui avaient été adressées par vos soins de tenir la jeunesse à l’écart de toute politique. Je ne puis que vous marquer mon étonnement d’une telle initiative. Elle me paraît traduire, de la part de ce haut fonctionnaire, non seulement une incompréhension de l’effort de rénovation nationale accompli par le gouvernement du Maréchal Pétain, mais encore une méconnaissance suspecte des devoirs de sa charge. Il n’est pas admissible qu’un dignitaire de l’Université puisse voir dans le port de l’insigne du chef de l’État, l’expression d’une passion partisane et mette ainsi en doute la volonté du gouvernement de réaliser l’union de tous les Français43.

  • 44 Archives nationales, F17 28455, dossier Daure, télégramme du 20 décembre 1941.
  • 45 Ibid., La Gerbe du 3 juillet 1941.
  • 46 Ibid., note interne du ministère, 4 septembre 1941.
  • 47 Archives nationales, 71AJ251, souvenirs de Pierre Daure pour le Comité d’histoire de la Seconde Gue (...)
  • 48 Ibid., voir la proclamation : « À la population du Calvados » par le préfet Pierre Daure, 10 juill (...)

24Un télégramme du 20 décembre 1941 informe le recteur : « Officiel du 19 décembre publie arrêté vous relevant de vos fonctions – Stop – Veuillez aujourd’hui même passer vos services à vice-président conseil université44 ». Pierre Daure, depuis le début de l’occupation ne cessait de ralentir l’application des consignes de Vichy, ne cachant pas son anglophilie. Selon le journal La Gerbe, « il serait descendu dans la rue en répondant à un mouvement diffusé par la radio anglaise. Madame Daure participe aux manifestations organisées dans les cimetières ; la secrétaire d’académie porte une croix de Lorraine45 ». Une note du 4 septembre 1941, interne au ministère, relevait déjà : « Monsieur Daure ferait preuve d’hostilité vis-à-vis du délégué à la Propagande pour les départements du Calvados, de la Manche et de l’Orne. Pressenti pour entrer dans un comité de propagande en faveur du Maréchal, il a refusé. À la distribution des prix du collège de jeunes filles de Cherbourg, Monsieur Daure a réussi à passer sous silence l’œuvre du gouvernement du Maréchal Pétain dont il n’a prononcé le nom qu’une seule fois46 ». Dans son témoignage, Pierre Daure déclare : « Mon attitude de réfractaire à la collaboration, Carcopino, ami de la famille, la connaissait ; elle ne pouvait se prolonger longtemps […]. Ma situation de recteur devenait intenable47 ». Il est en relation avec la résistance, se cachant dans le bocage après l’arrestation de plusieurs amis. Il sort de la clandestinité à la Libération et devient préfet48.

  • 49 Archives nationales, F17 27330, dossier Jean Sarrailh.
  • 50 Archives nationales, F 17 13343, Papiers Bonnard, note du 31 décembre 1942.
  • 51 Jean Roche, « Allocution le 2 mars 1964 », dans Annales de l’Université de Paris, « À la mémoire du (...)

25D’autres recteurs agissent plus discrètement mais sont assurément des administrateurs qui veulent contrer les exigences du régime et de l’occupant. À Grenoble puis à Montpellier, Jean Sarrailh tente de protéger comme il peut les enseignants, les élèves et les étudiants49. Une note interne au ministère, datée du 31 décembre 1942, relève que « deux professeurs de la faculté des lettres de Montpellier, MM. Vermeil et Bloch ainsi que deux professeurs de la faculté de droit, MM. Courtin et Teighen, ont été récemment mis en congé par un arrêté rectoral, pour raison de santé ». La note poursuit en signalant que les deux professeurs de la faculté des lettres se tiennent dans une prudente réserve mais qu’il en va autrement de ceux de la faculté de droit, en particulier de M. Courtin « dont l’esprit d’ironie bien connu, qu’il exerce d’ordinaire sur les candidats dans les oraux d’examen, se répand désormais volontiers sur la politique du maréchal et du chef du gouvernement50 ». Cette mise en congé est un moyen de protéger ces enseignants très exposés. Dans son discours aux obsèques de Jean Sarrailh, le 2 mars 1964, le recteur Roche (Paris) explique sa nomination à la Direction générale de l’Éducation physique et des Sports en 1944 et signale que cette nomination vient « après seize mois d’une inactivité forcée à laquelle il avait été réduit par le Gouvernement de Vichy, en raison même du courage civique et du profond attachement à la République qui n’ont jamais cessé de l’animer51 ».

  • 52 Marcel Bataillon, « Jean Sarrailh » dans Annales de l’Université de Paris, op. cit. p. 27.

Quand en novembre 1942, la zone non occupée de notre pays fut soumise à des exigences nouvelles de la puissance occupante, on eut le front d’inviter notre ami à faciliter la capture d’universitaires considérés comme ennemis jurés du nazisme et de ses alliés français. Il refusa net. Il ne tarda pas à être relevé de ses fonctions en 1943, se retira à Monein et se replongea dans ses chères études autant que le permettaient le malheur du temps52.

  • 53 F. Berges, « Maître et étudiants », dans Annales de l’Université de Paris, op. cit., p. 37-38.

26Comme le note l’inspecteur général Bergès, le recteur Sarrailh, à Montpellier, « sabota systématiquement toutes les mesures qui menaçaient professeurs ou étudiants. Avec une malice toute béarnaise, la lenteur de transmission et d’application des circulaires était savamment entretenue. Lorsqu’il n’était plus possible de retarder l’exécution des ordres, qu’on était sommé d’obéir, on pouvait le faire sans inquiétude53 ». Les personnes menacées avaient eu le temps de disparaître. C’est ainsi que de nombreux universitaires échappent au Service du travail obligatoire et aux opérations de la Gestapo. Jean Sarrailh est convoqué par Abel Bonnard en juin 1943. Son camarade de Saint-Cloud, J.-A. Lacoste, inspecteur primaire, se souvient de leur conversation juste après l’entrevue.

  • 54 J.-A. Lacoste, « Jean Sarrailh », dans Annales de l’Université de Paris, op. cit., p. 47-48.

Monsieur le Ministre m’a fait asseoir. Il m’a parlé, gravement, longuement de la France, de l’Europe et de leur avenir ; puis (jeu du sourcil) des imbéciles et des méchants qui ne comprennent pas, ne veulent pas comprendre […]. Il m’a regardé, je l’ai regardé […]. Du général, il est passé au particulier : une campagne se développe pour suborner la jeunesse […]. Des professeurs, des chefs d’établissement, la laissent se développer, parfois l’encouragent […]. Il m’a regardé, je l’ai regardé […]. Il a marqué de l’humeur et soudain s’est écrié : Monsieur le Recteur, l’académie de Montpellier est gaulliste ! Qu’en pensez-vous ? Il me fallait répondre, c’est parti : je pense que c’est le cas de toutes les académies de France […]. Le ministre se lève, éclate, fulmine et tonne […]. Monsieur le recteur, je ne vous retiens pas54.

  • 55 Archives nationales, F17 13339, note du Cabinet du 10 septembre 1942.
  • 56 Archives nationales, F17 13361, Papiers Bonnard, « Note sur les recteurs », sans date (mais de janv (...)

27René Hubert, bien que très prudent dans son positionnement personnel, recteur de l’académie de Poitiers depuis 1937, finit également par déplaire. Une note du cabinet, datée du 10 septembre 1942, critique le recteur qui ne met pas assez d’énergie à diffuser les thèmes de la Révolution nationale et couvre les enseignants francs-maçons, juifs et gaullistes55. Il est alors placé en détachement en juin 1943 et chargé d’enseignement à la Sorbonne dans la maîtrise de conférences de sociologie. Pierre Martino, signalé depuis longtemps comme « anglophile notoire56 », est éliminé de la fonction rectorale en juin 1943, lui qui n’appliquait pas vraiment la politique du régime à Aix. Il en va un peu de même pour les républicains sincères que sont Émile Gau et Henri Pariselle, ce dernier étant aussi éliminé de la fonction rectorale en février 1941. À la tête de l’académie de Rennes, le recteur Michel Souriau, promu à la fonction par le régime de Vichy, semble également appliquer avec peu d’ardeur les consignes du régime. L’académie de Clermont-Ferrand, tout au long de la guerre, est dirigée par André Marchaud, lui qui a été nommé par Jean Zay en 1938. Vichy le maintient donc à son poste au sein d’une académie très spécifique puisqu’elle a sur son territoire la ville de Vichy, nouvelle capitale de la France non occupée jusqu’en novembre 1942 et qu’elle est aussi l’académie de repli, depuis 1939, de l’université de Strasbourg. Sa notice pour le Bulletin de l’École normale supérieure, reprend, sous la plume d’André Ducasse, un entretien entre les deux hommes en septembre 1942 :

  • 57 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1974, « André Marchaud », p. 54-63

Pas commode à Clermont. Depuis deux ans, j’ai réussi à ne pas prononcer un discours. Avec mes fonctions, c’est un tour de force ! Quand je reçois une circulaire, je commence par la mettre dans mon tiroir en attendant le contre-ordre ou l’oubli. Mais parfois, on me bouscule […]. On m’a envoyé l’autre jour une note secrète. L’Éducation nationale abrite trop souvent, pour les préfets, l’activité communiste, gaulliste ou anarchiste de tel universitaire. Le devoir des recteurs est de tout signaler […]. On a fait des enquêtes sur moi […]. Il va falloir jouer serré57.

28Deux mois plus tard, les Allemands occupent la zone Sud. La veille de leur arrivée à Clermont-Ferrand, le recteur Marchaud passe la nuit, avec son concierge, à brûler des monceaux de papiers au rectorat, avant que la Gestapo ne vienne fouiller les bureaux.

  • 58 Jean-François Condette, « La résistance universitaire en zone rattachée de 1940 à 1944 (France et B (...)

29À la tête de l’académie de Lille, Paul Duez prend en charge un territoire très exposé, administré par l’OFK 670 et rattaché tout au long de la guerre, au Commandement allemand de Bruxelles. Au cœur de la zone interdite, le recteur Duez tente de sauvegarder les structures scolaires et universitaires septentrionales confrontées à de multiples menaces. Réquisitions matérielles, menaces de rafles et de réquisitions de main-d’œuvre sont permanentes. La présence allemande est lourde, réactivant le souvenir de la terrible occupation de 1914-1918, alors que le Régime de Vichy apparaît bien lointain. Acceptant la charge de recteur à « titre temporaire », il doit, par nécessité, entrer en contact avec les Autorités allemandes, en particulier l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille et travailler en lien avec ses dignitaires. Une forme minimale de collaboration est inévitable avec les Autorités allemandes car il faut bien régler certains dossiers et assister à certaines réunions décisionnelles ou cérémonies officielles. Mais cette collaboration est pratiquée sans compromission, le recteur-doyen luttant pour libérer les bâtiments scolaires et universitaires de l’occupation et pour protéger les élèves, les étudiants et les enseignants. Il tente aussi, au-delà d’un légalisme de façade, d’atténuer les mesures vichyssoises d’épuration et de réforme de l’enseignement. Il mobilise les personnels disponibles pour assurer l’enseignement, comble les nombreux vides laissés par la mobilisation mais aussi par l’exode de la région en mai-juin 1940, recrute des vacataires. Face au Service du travail obligatoire, en accord avec les doyens, il ne proteste pas officiellement mais gagne du temps, demande des informations complémentaires, joue sur les différents articles de la loi et leurs possibles contradictions, multiplie les « combines » qui permettent aux étudiants de présenter des certificats de travail signés souvent par les ingénieurs des mines ou les patrons d’industrie58. À Nancy, le recteur Félix Senn mène les mêmes combats au sein d’une académie qui est, elle aussi, très exposée.

B) Maréchalisme, légalisme et zèle administratif : des positionnements délicats

30À côté de ces figures rectorales qui agissent pour créer les conditions d’un sursaut des consciences, beaucoup d’autres recteurs ont d’abord le souci de la gestion de l’ordinaire et poursuivent leur travail en se tenant au maximum en dehors des débats partisans.

  • 59 Archives nationales, F 17 25295, dossier Adolphe Terracher.
  • 60 Léon Strauss, « L’université de Strasbourg repliée. Vichy et les Allemands », dans André Gueslin (d (...)
  • 61 Ibid., p. 90.

31Le positionnement d’Adolphe Terracher est ainsi délicat à saisir. Recteur de l’académie de Strasbourg, il préside au repli des facultés alsaciennes vers Clermont et défend leur survie tout au long de la guerre59. Depuis septembre 1939, l’université de Strasbourg est en effet repliée à Clermont-Ferrand et à Clairvivre en Dordogne (pour une partie de la faculté de médecine) et c’est le recteur Terracher qui dirige le transfert. Une fois la défaite actée, tout en conservant ses fonctions de recteur, il accepte d’occuper à Vichy des fonctions importantes en tant que directeur de l’Enseignement secondaire puis, dès le 19 décembre 1940, comme secrétaire général de l’Instruction publique. Très apprécié du Maréchal Pétain, le recteur partage son temps entre son bureau à Vichy et celui de Périgueux, venant assez peu à Clermont-Ferrand, la gestion quotidienne de l’université étant assurée par le doyen Danjon60. Partisan de la Révolution nationale, Terracher transmet sans réticence apparente ses instructions pour l’application des mesures d’exclusion prises par le régime à l’égard des enseignants. Mais il est profondément anti-allemand et « sa stratégie n’est pas toujours facile à interpréter61 ». Il tente de confier des missions à des enseignants victimes du Statut des juifs et de convaincre Marc Bloch de rester à Clermont plutôt que de rejoindre Montpellier où des incidents antisémites se sont produits. Il aime à présider les séances de rentrée de l’université en exil, y exprimant l’attachement de l’Alsace à la France. De 1940 à 1942, Terracher préside ainsi à Clermont, le 22 novembre, date anniversaire de l’entrée des troupes françaises à Strasbourg en 1918 et de la rentrée solennelle de l’université en 1919, une séance du conseil, insistant sur « l’espoir impérissable » qui doit animer les Français.

  • 62 Archives nationales, F17 13379, circulaire de Jacques Chevalier aux recteurs datée du 22 janvier 19 (...)
  • 63 Léon Strauss, « L’université de Strasbourg repliée. Vichy et les Allemands », article cité, p. 108.
  • 64 Archives nationales, F 17 25295, dossier d’Adolphe Terracher, note de novembre 1944.

32Il doit lutter en permanence contre les volontés allemandes d’obtenir le retour à Strasbourg des étudiants et des enseignants repliés. Le rétablissement d’une université allemande à Strasbourg, concrétisé par la désignation du professeur Karl Schmidt comme recteur, le 24 décembre 1940, rend insupportable aux yeux des Allemands le maintien d’un doublon à Clermont-Ferrand qui est un foyer anti-allemand. Les interventions sont multiples auprès des Autorités françaises pour obtenir le transfert des étudiants et des collections mais le recteur Terracher lutte pour « torpiller » ces manœuvres. À de très rares exceptions près, les enseignants refusent de quitter la zone sud, même si ce choix est plus fréquent pour les personnels administratifs et de service. Le 22 janvier 1941, Jacques Chevalier, secrétaire d’État à l’Instruction publique, adresse aux recteurs une circulaire qui attire l’attention des étudiants alsaciens et lorrains sur « la liberté absolue qu’ils ont de rentrer dans leur pays d’origine62 ». Les étudiants qui veulent rester où ils sont, doivent le signaler par courrier au recteur. Les Allemands tentent aussi de jouer sur la persuasion familiale, demandant à des parents alsaciens d’écrire à leurs enfants. Une délégation de parents vient du 22 au 28 février 1941 à Clermont pour les inciter à rentrer « au pays » sans succès. Terracher résiste, gagne du temps et ne remet pas les listes. Dès lors, il apparaît comme la bête noire des Allemands et la situation se complique avec l’occupation de la zone sud. Adolphe Terracher, « avec sa double casquette, assurait toujours aux Strasbourgeois de Clermont la protection de l’État et il leur permettait de poursuivre contre le Reich, un travail de sape intellectuelle63 ». En 1943 et 1944, les rafles et les arrestations se multiplient. On assiste ainsi, le 4 novembre 1943 à l’arrestation des bibliothécaires. Le 21 décembre 1943, Abetz présente au Maréchal Pétain une liste de dix personnalités à éliminer et le recteur Terracher y figure. Un décret du 2 janvier 1944 le place en « retrait d’emploi » alors qu’il est remplacé dans ses fonctions de secrétaire général par Achille Bertrand, recteur de Besançon. Le doyen de la faculté de médecine, André Forster, exerce alors à Clermont, la vice-présidence du conseil de l’université de Strasbourg repliée. Placé sur les listes des personnes à arrêter par la Gestapo, il se terre en « pleine campagne64 ». Adolphe Terracher est ensuite réintégré dans ses fonctions de recteur de Strasbourg et de directeur de l’Instruction publique en Alsace-Lorraine le 16 novembre 1944 par René Capitant et, après étude de son dossier lors de l’épuration, il est nommé recteur honoraire et placé à la retraite en juin 1945.

33Robert Deltheil, recteur à Toulouse, a aussi un positionnement complexe. Cet ancien combattant de 1914-1918 semble satisfaire le régime de Vichy. Il est cependant arrêté par la Gestapo, le 9 juin 1944, emprisonné à Toulouse puis transféré à Compiègne et déporté le 15 juillet vers le camp de concentration de Neuengamme puis celui de Bresczany en Tchécoslovaquie (jusqu’à 18 mai 1945). Abel Bonnard écrit aux Autorités d’occupation, le 29 juin 1944, pour faire part de sa surprise :

  • 65 Archives nationales, AJ 40/ 558, lettre de Bonnard du 29 juin 1944.

Il a toujours eu à l’égard des autorités allemandes une conduite correcte et même plus que cela. Il a été présent le mois de mai dernier à Toulouse, aux manifestations qui ont eu lieu à l’occasion de l’inauguration de l’exposition antibolchévique […]. Il avait, en 1942, assisté aux conférences du docteur Grimm sur la collaboration France/Allemagne […]. Il avait reçu le docteur chez lui ; il venait de prononcer, pour l’inauguration de l’Institut allemand de Toulouse, une allocution d’un ton si convenable65.

  • 66 AN, F17 13346, Papiers Bonnard, lettre de Madame Deltheil à Abel Bonnard, 17 juin 1944.
  • 67 Archives nationales, F17 27827, Dossier Deltheil, L’Université libre du 5 novembre 1944.
  • 68 Ibid., témoignage dans son dossier.
  • 69 Ibid., témoignage d’un inspecteur général dans son dossier.
  • 70 Ibid., lettre du 14 juin 1945.

34Une lettre affolée de Denise Deltheil à Abel Bonnard, datée du 17 juin 1944, l’informe que « son mari, arrêté le 9 juin 1944 par les autorités militaires allemandes, a été envoyé le 15 juin vers une destination inconnue66 ». Il est mis en congé par l’arrêté du 24 août 1944 puis nommé directeur de l’Enseignement supérieur par le Gouvernement provisoire (26 septembre 1944) mais ce choix est critiqué par les mouvements résistants. L’Université libre du 5 novembre 1944 dénonce sa « servilité à l’égard de Vichy67 ». Un temps placé en congé, il redevient ensuite professeur de calcul différentiel et intégral à la faculté de Toulouse (1946-1961). Par une lettre du 25 mai 1945, Robert Deltheil demande à passer devant le Conseil supérieur d’enquête afin de justifier son attitude pendant la guerre. Plusieurs témoignages le présentent alors comme « un grand Français, ennemi convaincu des hommes de Vichy, un adversaire irréductible des réformes vichyssoises […]. Il haïssait le Boche68 ». M. Deltheil était « foncièrement anti-allemand […]. Il écoutait régulièrement la radio anglaise. Il a soutenu beaucoup de fonctionnaires qui ont été victimes des lois d’exception69 ». Le Comité départemental de Libération du Tarn et son journal F.N, dans son numéro du 2 décembre 1944, lui reprochent cependant des paroles compromettantes en juillet 1942 lors de la distribution des prix du lycée d’Albi où il aurait fait l’éloge du Maréchal Pétain et montré ses faveurs pour la Légion des combattants. Une lettre de Robert Deltheil, le 14 juin 1945, signale au ministre : « Rentré en France le 18 mai dernier, après dix mois de déportation en Allemagne, j’ai appris avec stupéfaction que je n’étais plus recteur de l’académie de Toulouse. Cette mesure, une iniquité selon moi, a été prise sans que je puisse être entendu70 ». Dans un mémoire de défense de douze pages, il relève :

  • 71 Ibid., mémoire de défense de 12 p.

Je ne songe nullement à contester qu’il était impossible de rester recteur de juin 1940 à juin 1944 sans commettre d’actes pouvant être plus ou moins critiqués. Le problème qui s’est posé devant ma conscience, tout au long de cette période, a donc été celui de savoir si je devais me saborder […]. Je n’ai pas joué double jeu avec Vichy […]. Je n’ai pas joué double jeu avec les Allemands eux-mêmes. Ancien combattant de Verdun et collaborateur du président Painlevé lorsqu’il avait nommé Foch et Pétain, j’avais des raisons de me montrer favorable en 1940, comme l’immense majorité des Français de la zone Sud, au chef militaire que je voyais alors seulement à travers mes souvenirs […]. J’ai donc fait son éloge à diverses reprises mais sans jamais prononcer le mot d’Allemagne71.

  • 72 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1974, p. 67-70 (par André Fontaine (...)

35Il reconnaît avoir reçu chez lui, un conférencier allemand sur ordre de Bonnard, le 16 juin 1942, le professeur Grimm, mais il en explique les raisons. « Afin d’éviter à l’Université de Toulouse toute une cérémonie publique, j’ai reçu le professeur allemand dans mon appartement, en présence des doyens et du petit nombre de chefs de services ». Il a aussi pris la parole à l’inauguration de l’Institut allemand de Toulouse, le 31 mai 1944, obéissant à un ordre du préfet de région, mais il n’a pas soutenu la politique de Laval, en appelant seulement « à une meilleure connaissance mutuelle de deux grands peuples voisins ». Il a, dès qu’il a pu, évité d’appliquer les lois de Vichy, accueillant à Toulouse des professeurs réfugiés. « Robert Deltheil comprit quel devait être son rôle : se borner à un minimum incompressible d’administration mais surtout résoudre les problèmes humains et sociaux que les lois d’exception et les réactions de la résistance allaient faire surgir […]. Elle est longue la liste des universitaires menacés qui, par son intervention, ont été camouflés, abrités, dirigés vers l’Espagne ou même placés dans l’enseignement libre72 ». Le Conseil supérieur d’épuration ne devait alors retenir aucune charge contre lui.

  • 73 Archives nationales, F 17 26992, dossier Galletier, lettre de Maurice Bayen au ministre du 1er avri (...)

36Édouard Galletier, recteur à Rennes (1938-1941) puis directeur de l’Enseignement supérieur du 21 mars 1941 au 11 février 1943, travaille avec Jérôme Carcopino puis avec Abel Bonnard, appliquant et faisant appliquer les mesures prises par le régime au sein des facultés et des grandes écoles, mais il n’est pas partisan de la collaboration avec l’Allemagne. Une lettre de Maurice Bayen au ministre, le 1er avril 1955, relève : « Si Monsieur Galletier n’a jamais appartenu à un réseau de résistance, son attitude en tant que recteur de l’académie de Rennes puis de directeur de l’Enseignement supérieur, ne pouvait laisser aucun doute sur ses sentiments. Le fait même qu’il ait été emmené comme otage prouve que ses sentiments étaient connus par l’occupant73 ». Dans une lettre du 9 juin 1955, Édouard Galletier écrit :

  • 74 Ibid., Lettre du 9 juin 1955 au président de la commission de reclassement.

Je fus appelé à la direction de l’Enseignement supérieur de mars 1941 à février 1943. À cette date, des divergences de vue avec le ministre Abel Bonnard, ainsi que mes lenteurs à exécuter ses ordres, me firent congédier de la Direction et affecter à une chaire de latin de la faculté des lettres de Paris […]. Quelques mois à peine après mon départ du ministère, le 10 août 1943, j’étais en Bretagne arrêté par la Sicherheitsdienst allemande, emmené à Compiègne (11 – 13 août), au Frontstalag 122 puis déporté successivement à Buchenwald (14 août 1943 – 31 août 1943) à Plansee (Tyrol) du 1er septembre 1943 au 10 mars 1944, à Hirschegg du 10 mars 1944 au 2 mai 1945, date à laquelle je fus libéré74.

  • 75 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée…, op. cit., p. 319.

37Pétainiste, il n’a jamais été « sanctionné pour le rôle répressif joué en France à la direction de l’enseignement supérieur. Il a retrouvé sa chaire de langue et littérature latines à la Sorbonne et a même été promu, dès 1946, officier de la Légion d’honneur75 ».

  • 76 Stéphane Israel, « Jérôme Carcopino, directeur de l’École normale supérieure des années sombres » d (...)

38La politique rectorale de Jérôme Carcopino, du 12 novembre 1940 au 26 février 1941, est aussi très ambivalente. Secrétaire d’État à l’Éducation nationale du 28 février 1941 au 16 avril 1942, il est aussi durant les années de l’occupation le directeur de l’École normale supérieure. En tant que directeur, il lutte en permanence pour que son institution survive, tout en y accomplissant des réformes qui vont dans le sens du renforcement de la difficulté du concours d’entrée. Pour renforcer l’unité de la communauté normalienne, le nouveau règlement du 3 mars 1941 généralise la règle de l’internat, renforçant aussi la discipline76. Il tente de tenir les élèves à l’écart des enjeux politiques du moment. Les lois d’exception sont appliquées, même si les enfants d’étrangers ou de naturalisés présents à l’École, sont autorisés à se présenter à l’agrégation. Lors des commissions de l’automne 1941 et de l’automne 1942, il est décidé, pour l’École normale supérieure, de laisser les normaliens juifs poursuivre leur scolarité étant donné leur petit nombre (5 en 1941 et 3 en 1942), ce qui permet d’être au-dessous des 3 % autorisés par la loi du 21 juin 1941. Face au STO, le directeur Carcopino trouve des affectations spéciales, ruse avec les instructions officielles.

  • 77 Jérôme Carcopino, Souvenirs de sept ans, Paris, Flammarion, 1953, 702 p.
  • 78 Ibid., chapitre III, « Les épreuves de l’université de Paris », p. 200-233.
  • 79 Ibid., p. 244.
  • 80 Stéphanie Corcy-Debray, Jérôme Carcopino : Un historien à Vichy, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 241-2 (...)

39En tant que recteur, Carcopino, tente de concilier les contraires. Dans son autodéfense de papier que sont ses Souvenirs de sept ans, il insiste sur sa fidélité au Maréchal, sur son hostilité à la collaboration et sur ses actions pour protéger le monde enseignant, les étudiants et les élèves77. Il arrive à la tête du rectorat de Paris dans un contexte extrêmement tendu, une centaine d’étudiants ayant été arrêtés par les Allemands suite à la manifestation du 11 novembre 1940. L’université de Paris a été fermée78. Il travaille alors à la réouverture des facultés. Il fait publier un message aux maîtres et aux élèves de l’académie, publié dans les journaux du 19 novembre et qui paraît dans L’Information universitaire du 23 novembre. Il y appelle au travail et à la fin de toute mobilisation politique. Entre le 20 novembre et le 8 décembre, les étudiants arrêtés sont libérés. Carcopino se dépeint comme un bouclier qui tente d’amortir les coups sur les membres de son académie face aux exigences allemandes, à la surenchère des collaborateurs français et aux incitations « inconscientes » à la désobéissance des forces résistantes. Il reçoit plusieurs enseignants gaullistes qui multiplient les allusions dans leurs cours et les appelle à plus de prudence afin de les protéger, dit-il, d’une inévitable intervention allemande. Il fait de même pour de nombreux élèves, qu’il sanctionne pour regroupements interdits ou graffitis, afin de les soustraire à la justice allemande et d’éviter les sanctions contre leur établissement. Il met en application le statut des juifs du 18 octobre 1940 mais se déclare « indigné79 », n’étant pas antisémite. Il réussit à faire relever les sanctions contre quelques grandes figures telles Louis Alphen, Robert Debré, Marc Bloch, qui sont réintégrés. Il est par contre beaucoup plus avare d’avis favorables lorsqu’il s’agit d’enseignants du secondaire ou du primaire. En novembre 1940, il examine ainsi 21 dossiers de demandes de dérogation au statut des juifs dans les lycées de son académie et ne conserve que 8 avis favorables80.

  • 81 Ibid., p. 164.
  • 82 Archives nationales, AJ 16/ 7132, note de Carcopino au ministre de l’Instruction publique, 9 décemb (...)

40Carcopino devient bien, malgré ses propos, un recteur épurateur qui œuvre à la traque des indésirables. « Exécutant scrupuleux, il demande qu’on lui adresse un rapport sur la situation générale de chaque établissement et notamment sur les fonctionnaires qui paraissent tomber sous le coup de la loi81 ». De multiples listes dans les archives en témoignent82. Une note de Carcopino au ministre, datée du 27 janvier 1941, témoigne de sa surprise devant les listes réalisées par les inspecteurs d’académie et les chefs d’établissement concernant les enseignants à écarter pour raisons politiques ou sanitaires :

  • 83 Ibid., note de Carcopino au ministre, 27 janvier 1941.

Surpris de ne pas rencontrer dans le travail des inspecteurs et des chefs d’établissement, des noms qui, a priori, semblaient devoir s’y trouver, j’ai fait procéder à une révision des dossiers du personnel de l’académie et j’ai été conduit à demander l’avis de mes collaborateurs sur une centaine de fonctionnaires marqués par une déficience intellectuelle, morale ou physique ou connus pour une action politique nuisible aux intérêts du pays83.

  • 84 Archives nationales, 72 AJ 7130, note du 17 mars 1941, académie de Paris, application du statut des (...)
  • 85 Archives nationales, AJ 16/7131, application de la loi sur les sociétés secrètes.
  • 86 Stéphanie Corcy-Debray, Jérôme Carcopino…, op. cit., p. 123.
  • 87 Ibid., « Lois d’exclusion : l’historien confronté aux lois d’exclusion », p.161 et suivantes.
  • 88 Jérôme Carcopino, Souvenirs de sept ans, op. cit., p. 688-693.

41Il a estimé que « pour certains d’entre eux, le relèvement de fonctions était une mesure nécessaire dans l’intérêt du service », ce relèvement étant suivi d’une retraite ou d’une affectation nouvelle. Une liste complémentaire de 27 noms est alors établie. On y relève, entre autre, Monsieur Baby, professeur d’histoire au lycée Rollin qui a fait « de la politique communiste », Monsieur Guéhenno, professeur de première supérieure au lycée Henri IV qui poursuit « une activité politique extra-scolaire ». Une note du 17 mars 1941 dresse une liste des fonctionnaires qui ont cessé leur fonction au 19 décembre 1940 en application de la loi sur le Statut des juifs. On relève ainsi deux cas à Louis-Le-Grand, un au lycée Montaigne, trois au lycée Charlemagne, deux à Condorcet, deux au lycée Buffon, deux au lycée Voltaire, un à Carnot, quatre à Rollin et quatre à Fénelon. Il faut aussi relever vingt-quatre noms dans les divers établissements secondaires féminins rien que pour Paris84. La liste poursuit pour les autres départements constitutifs de l’académie. Des enquêtes identiques sont menées sur les enseignants francs-maçons85. Carcopino doit aussi prendre position dans les dossiers qui examinent les relèvements de déchéances prévues par la loi du 14 août 1940 pour certains fonctionnaires (nés de père étranger). Dans le personnel de la faculté des sciences de Paris par exemple, dix auxiliaires de laboratoires ont été déchus de leur nationalité et huit demandent le rélèvement de leur déchéance, Carcopino n’en retenant que quatre. Pétainiste, convaincu que l’Armistice est la meilleure solution pour la nation, son passage au rectorat fait entrer Carcopino dans le processus de collaboration d’État. « Par opportunisme et en parfait accord avec la stratégie vichyste demanderesse de collaboration, Carcopino n’hésite pas à donner des gages de bonne volonté à l’Allemagne alors qu’elle ne lui demande rien86 ». Face aux lois d’exclusion, il « oscille perpétuellement entre l’épuration et la protection87 ». Alors qu’il applique l’ensemble des mesures d’épuration, il protège au cas par cas un certain nombre d’individus. Arrêté une première fois le 22 août 1944 et emprisonné à la Conciergerie pendant une semaine, Jérôme Carcopino est de nouveau arrêté le 6 novembre 1944 et interné à Fresnes jusqu’au 15 février 1945. Jugé par le Conseil supérieur d’enquête, le procureur général Mornet, le 10 juillet 1947, lui accorde un non-lieu motivé par les services rendus à la résistance à la tête de l’École normale supérieure88.

  • 89 Archives nationales, F17 27565, dossier Boussagnol, arrêté du 7 décembre 1944.
  • 90 Ibid., lettre du 11 septembre 1944 au ministre.
  • 91 Ibid., déposition du recteur Daure, 23 novembre 1944.

42André Boussagnol, recteur à Dijon (1941-1943) et à Montpellier (juin 1943-1944), est placé « à la date du 12 septembre 1944, en position de non-activité et déféré devant le Conseil supérieur d’enquête89 » décide l’arrêté du 7 décembre 1944. Une lettre du 11 septembre 1944, envoyée au ministre, lance sa contre-attaque. À Montpellier, il signale avoir sauvé de nombreux persécutés. « On chercherait en vain, dans mes discours et allocutions, la louange du chef de l’État, du chef du gouvernement ou de la Révolution nationale90 ». Le recteur Daure, témoignant devant le Conseil supérieur d’enquête, le 23 novembre 1944, relève les faits principaux qui lui sont reprochés. Il a eu des liens nombreux avec l’Institut allemand de Dijon et « s’est rendu aux soirées de l’Institut allemand avec sa femme et ses enfants […]. C’est pour le moins une manifestation de servilité91 ». Au cours de l’hiver 1942-1943, une dénonciation anonyme met en cause des enseignants de la faculté des sciences de Dijon. Pour satisfaire Abel Bonnard, le recteur exige du personnel une déclaration écrite et signée de loyalisme non seulement envers le chef de l’État mais aussi envers le chef du gouvernement Pierre Laval. À son actif, il faut cependant noter qu’il n’a pas inquiété les gaullistes. « À deux ou trois reprises, quand il pensait pouvoir le faire sans compromettre sa situation, il est intervenu dans un sens libéral ». Le rapport final du Conseil supérieur d’enquête relève :

  • 92 Ibid., rapport final du Conseil supérieur d’enquête, 3 pages.

On ne saurait reprocher en effet à Monsieur Boussagnol, aucun acte de collaboration avec les autorités occupantes pas plus qu’on ne peut l’accuser d’avoir jamais affirmé des sentiments antirépublicains ou tenu des propos soulignant sa fidélité au régime honni de Vichy. À cet égard, les témoignages reçus – et ils sont extrêmement nombreux – sont concordants et unanimes […]. Monsieur Boussagnol, lorsqu’il était sûr de la pensée de son interlocuteur, ne se cachait pas pour afficher des sentiments républicains et pro-alliés […]. Ni à Bordeaux, ni à Rennes, ni à Dijon, ni à Montpellier, l’ex-recteur n’a affirmé directement ou indirectement un esprit collaborateur ou antirépublicain […]. Et cependant […], un doute, une suspicion planent sur la personnalité et la responsabilité de Monsieur Boussagnol […]. Le nombre d’accusateurs et de témoins à charge est sensiblement égal en qualité et en quantité à celui des défenseurs et témoins à décharge […]. Deux faits se dégagent avec netteté […]. 1) À Montpellier, où se situent la plupart des griefs faits à Monsieur Boussagnol, le nouveau recteur trouvait sa charge très lourde. Il s’agissait de succéder à Monsieur Sarrailh, recteur relevé de ses fonctions par Vichy (juillet 1943). Or Monsieur Sarrailh jouissait à la fois de la sympathie générale et du prestige de résistant […]. Monsieur Sarrailh était en outre un fonctionnaire d’un caractère très énergique et le moins que l’on puisse reprocher à Monsieur Boussagnol est d’avoir été d’un caractère extrêmement faible et pusillanime. 2) La docilité de Monsieur Boussagnol aux ordres de Vichy. Cette docilité déjà affirmée à Dijon, a été confirmée à Montpellier […]. Fonctionnaire républicain […], Monsieur Boussagnol n’a commis aucune faute contre son pays ou contre l’honneur. Mais recteur timoré, il lui a manqué ce qui, hèlas à trop souvent manqué à trop de Français, un caractère combattif, une volonté énergique […]. Dans la France de demain, Monsieur Boussagnol doit retrouver une chaire de professeur, il ne peut plus être recteur d’une académie92.

  • 93 Ibid., mémoire justificatif de Gabriel-Gaston Boussagnol, 16 mai 1945, 71 p.
  • 94 Ibid.
  • 95 Archives nationales, F17 16925, verdict du Conseil supérieur d’enquête, 5 juillet 1945.
  • 96 Ibid., lettre du recteur Boussagnol au ministre de l’Éducation nationale, 30 janvier 1942.
  • 97 Ibid., lettre du recteur Daux au directeur de l’Enseignement supérieur, 6 février 1946.
  • 98 Ibid., lettre de Vincent Auriol au ministre Naegalen, 27 février 1946.

43Le mémoire de défense de l’ex-recteur, fort de 71 pages, daté du 16 mai 1945, tente d’expliciter son positionnement93. Il déclare avoir joué un faible rôle au sein de l’Institut allemand, puis avoir lutté pour éviter au maximum le départ des étudiants vers le STO. À la question posée par le Conseil (Pourquoi n’avez-vous pas démissionné plutôt que de servir un régime que vous n’aimiez pas ?), il répond : « Je suis resté comme le facteur rural, le cheminot, le commis des PTT, le comptable du Trésor et comme mes collègues. Il me semble qu’en restant, des centaines de milliers de fonctionnaires ont maintenu l’armature des services publics et empêché la mise au pillage total et l’effondrement de la nation94 ». Le conseil supérieur d’enquête, le 5 juillet 1945, conclut cependant à « un zèle intempestif […]. Considérant que les fautes commises par Monsieur Boussagnol proviennent de la faiblesse de son caractère et du souci de préserver sa réputation et n’impliquaient pas qu’il ait voulu attenter aux libertés républicaines ou collaborer avec l’ennemi […], propose à l’unanimité, la rétrogradation de Monsieur Boussagnol au rang de professeur des universités des départements95 ». À l’issue d’une très longue contre-enquête, il est réintégré dans le cadre des recteurs par l’arrêté du 18 janvier 1946. Le nouveau recteur de Dijon, Georges Daux, écrit alors au directeur de l’Enseignement supérieur, le 6 février 1946, pour lui transmettre une lettre concernant l’assassinat par les Allemands de quatre normaliens à Dijon en mars 1942. Selon lui, le recteur Boussagnol les a mal défendus dans une lettre du 30 janvier 1942 qui donnait au ministre les résultats de son enquête sur un groupe communiste de l’école normale96. Des enseignants qui sont intervenus à l’Institut allemand ont été sanctionnés par l’épuration. « Monsieur Boussagnol qui a patronné cet institut […] qui a contribué, si je puis dire, à l’éclat des soirées de l’Institut, qui a guidé ces professeurs vers la collaboration, va donc de nouveau administrer une académie. Il y a là une injustice abominable97. Il est alors admis à la retraite le 16 février 1946 mais bénéficie, dans son combat, de l’aide de Vincent Auriol. Dans une lettre du 27 février 1946, le président de l’Assemblée nationale constituante écrit au ministre de l’Éducation nationale : « je connais personnellement M. Boussagnol. C’est un ami et j’insiste très vivement pour que sa situation soit tranchée très rapidement et qu’il soit réintégré dans le cadre des recteurs et pourvu d’un poste correspondant à son mérite98 ». Le ministre Naegalen écrit le 5 avril 1946 :

  • 99 Ibid., brouillon de lettre du ministre Naegalen, 5 avril 1946.

Monsieur Boussagnol ayant obtenu l’appui de nombreux et très hauts personnages, j’ai fait procéder à un examen très minutieux de son dossier. Je tiens à vous rassurer. Monsieur Boussagnol n’est point victime de vieilles et tenaces rancunes. Il a succombé sous le poids de ses propres fautes et la sanction qui le frappe est une sanction juste. Monsieur Boussagnol vous fait me demander d’autoriser une information complémentaire afin de lui permettre d’être entendu et confronté avec les témoins. J’ai le sentiment que cette procédure est inutile99.

44Un pourvoi devant le Conseil d’État est ensuite rejeté en juillet 1948.

45Marcel Blanchard est recteur à Grenoble de 1941 à 1943. Membre du Conseil national de Vichy, il prononce un vibrant discours de réception lors de la venue du Maréchal à l’Université. Le Petit dauphinois signale d’ailleurs le 29 juin 1943 que le recteur a assisté aux funérailles d’un milicien abattu par la résistance. Grand officier de la Légion d’honneur, héros de la guerre 1914-1918, il est « admis d’office à la retraite » par l’arrêté du 11 août 1947. Divers documents relèvent qu’il ne fait pas mystère des sentiments personnels de « déférente confiance » qu’il a eu pour le gouvernement de la Révolution nationale à ses débuts mais il affirme que, durant son administration à Grenoble, « il s’est toujours montré modéré et humain ». Il y a dans son dossier de nombreux témoignages de services rendus à des Israélites et à des étudiants. Le rapport du conseil supérieur d’enquête relève :

  • 100 Archives nationales, F17 16924, commission d’épuration, Dossier Blanchard, rapport du 23 juillet 19 (...)

Considérant que Monsieur Marcel Blanchard fut membre du directoire de la Légion, considérant qu’il fut un ardent propagandiste des principes de la Révolution nationale et partisan convaincu de Pétain, […], considérant les discours qu’il a prononcé notamment lors de la réception du général Dentz, à la distribution des prix du lycée de Grenoble en 1941, et lors du départ des élèves des écoles normales en février 1943, considérant toutefois que Monsieur Marcel Blanchard n’a été ni anti-juif, ni antimaçon, qu’il n’y a à lui reprocher aucune dénonciation, qu’il a aidé deux étudiants juifs, qu’il a volontairement ignoré la présence de résistants au sein des établissements, considérant aussi que Monsieur Blanchard est un grand mutilé de guerre, que sa femme est aussi très malade100.

  • 101 Ibid., lettre d’André Basdevant à Maurice Bayen, 3 août 1953.
  • 102 Ibid., lettre d’André Basdevant à Marcel Blanchard, 30 septembre 1955.

46Le conseil demande alors l’arrêt des poursuites et sa mise à la retraite. En 1947, il dépose ensuite une demande de réintégration, dénonçant des vices de forme. Une lettre d’André Basdevant à Maurice Bayen, le 3 août 1953, lui fait remarquer que « la loi d’amnistie, qui va être incessamment promulguée, ouvrira, je crois, à Monsieur Blanchard, une possibilité de révision de la sanction primitive101 ». La loi est en effet promulguée le 7 août 1953. Un mémoire est remis par Marcel Blanchard, le 5 octobre 1953 au Conseil d’État afin d’annuler « pour excès de pouvoir » l’arrêté du 11 août 1947 par lequel le ministre l’a admis d’office à la retraite. Une lettre d’André Basdevant, le 30 septembre 1955, note : « J’ai été très heureux d’apprendre par votre seconde lettre que votre recours grâcieux avait abouti et que ce malencontreux arrêté avait été annulé102 ».

  • 103 Archives nationales, F 17 16935, Commission d’épuration, dossier Jean Mercier, Lettre du 23 décembr (...)

47À Caen, l’arrêté du 7 novembre 1944 annule la nomination de Jean Mercier comme recteur et le réintègre dans les fonctions de professeur des universités. Une lettre du cabinet du ministre de l’Éducation nationale, le 23 décembre 1947, relève que « le recours grâcieux de Monsieur Mercier, en date du 11 décembre 1947, transmis au Conseil supérieur d’enquête, est irrecevable103 ». Dans sa lettre du 11 décembre, Jean Mercier signalait qu’il n’avait pas été à l’origine de sa demande de nomination rectorale.

  • 104 Ibid., lettre de demande en recours de Jean Mercier, 11 décembre 1947.

On m’a reproché, entre autres choses, d’avoir accepté de succéder à Monsieur Daure et de lui avoir ainsi nui. Mais par deux fois, j’avais refusé les propositions qui m’avaient été faites, fin 1940 et au printemps suivant, et en grande partie justement parce que j’avais eu l’impression que l’on attendait mon acceptation pour remercier Monsieur Daure. Une nouvelle proposition m’a été faite à la fin de 1941, début de 1942 ; nous étions alors sous le ministère Carcopino et ce n’est que sur les pressions insistantes du ministère et sur les conseils de mon chef hiérarchique local que j’ai fini par accepter mais Monsieur Daure était alors relevé de ses fonctions depuis plus d’un mois. […]. Monsieur Daure est l’un de mes camarades d’École normale ; nous sommes restés en excellents termes […]. Un des plus gros griefs que l’on m’a fait, sinon le plus gros, est d’avoir à Bordeaux, présidé une conférence de Georges Claude, président du groupe Collaboration […]. Le recteur ayant dû s’absenter, je me suis retrouvé à présider cette conférence, et d’autant plus que j’étais à ce moment-là en pourparlers avec le maire au sujet de terrains destinés à la construction de la nouvelle faculté des sciences. Or, c’était le principal organisateur de la réunion104.

  • 105 Ibid., note du Conseil supérieur d’enquête.

48L’ex-recteur signale qu’il n’a présenté l’orateur que par ses titres scientifiques et qu’il a refusé d’assister au banquet. « On m’a aussi reproché d’avoir eu des sentiments maréchalistes. J’avoue volontiers qu’après avoir assisté, à Bordeaux, aux événements catastrophiques de juin 1940 et à la dislocation et à l’effondrement d’à peu près tout, je me suis rallié au nouveau gouvernement qui s’était formé ». Il note cependant s’en être détaché. « J’ai été pendant deux ans et demi, dans un des secteurs les plus tourmentés qui soient, sans cesse l’objet de bombardements aériens et de mitraillades ». Divers témoignages insistent sur le fait qu’il ne peut être suspecté de collaboration. La déposition de Pierre Daure, le 14 avril 1945, est un moment fort du procès qui fait se retrouver les deux anciens camarades de l’École normale supérieure. Le préfet Daure note : « Nous étions toutefois séparés par nos convictions politiques différentes. J’ai toujours été républicain ; je l’ai toujours connu monarchiste et s’intéressant à l’Action française ». Il reconnaît que Mercier a refusé par deux fois de le remplacer et qu’il n’est pas pro-allemand. Divers témoignages attestent qu’il est intervenu pour sauver des juifs. « Dans mes fonctions de directrice, Monsieur Mercier m’a toujours appuyée pour que les Jeunesses du Maréchal puis les Équipes nationales, ne prennent pas pieds dans mon lycée » relève une enseignante. La commission d’épuration conclut alors à une « fidélité incontestable et entière » au Maréchal mais ce « fidèle du Maréchal est demeuré à l’épreuve de l’occupation, foncièrement honnête et anti-allemand105 ». Il est ensuite affecté au CNRS, retrouve un poste de professeur à Bordeaux puis au Maroc.

49Un certain nombre de recteurs, loyaux envers le Maréchal, appliquent la politique de l’État français même si plusieurs évoluent à mesure que le régime accentue sa politique de collaboration. Plus que le retour de Laval au pouvoir en avril 1942, c’est vers le milieu de l’année 1943 que l’on peut souvent déceler une réticence croissante dans l’application des ordres, la loi sur le Service du travail obligatoire du 16 février 1943 jouant un rôle important.

C) Des compromis à la compromission ?

  • 106 Marc Olivier Baruch, Servir l’État français, op. cit., « Fonctionnaires par gros temps », p. 427 et (...)
  • 107 Ibid., p. 264.
  • 108 Ibid., p. 578.

50Si pour certains recteurs, les cas de conscience se renforcent peu à peu, d’autres n’éprouvent pas les mêmes angoisses. « Être fonctionnaire par gros temps106 » n’est certes pas de tout repos et l’analyse du positionnement des uns et des autres s’avère délicate. Le « sabotage par inertie107 » existe mais pour certains « la révolte de conscience ne fut pas à l’ordre du jour108 ». La tentation du pétainisme est parfois durable alors que certains recteurs en viennent à prêcher la collaboration tout du moins culturelle avec l’occupant.

51Gilbert Gidel, nommé recteur après la retraite de Charles Maurain, le 10 septembre 1941, dirige l’académie de Paris jusqu’au 20 août 1944 et y applique les consignes ministérielles. Inculpé pour son zèle pétainiste, Gidel est suspendu par un arrêté du 20 août 1944. Auditionné le 11 décembre 1944 par le Conseil supérieur d’enquête (le compte rendu de l’audition fait 23 pages), il défend son attitude. Il a certes été membre du Conseil national en janvier 1941. C’est sa fonction de doyen de la faculté de droit qui l’a positionné en expert pour examiner à Vichy diverses propositions au sein de la commission d’études de la Constitution en juillet 1941. Il n’est pas allé aux travaux de janvier 1942 et a participé aux travaux de la Commission d’étude des questions de jeunesse en mars 1942. Gidel signale qu’il n’a plus ensuite participé aux travaux du Conseil national. Il n’a pas, non plus, demandé à être nommé recteur et a refusé une première fois en juillet 1941. Il tente aussi de se justifier en ce qui concerne son soutien à l’exposition Le bolchevisme contre l’Europe. Bonnard, en avril 1942, a insisté sur la nécessité de multiplier les visites d’élèves. Le recteur a alors rédigé une circulaire virulente contre « le péril bolchevique », le 19 mai 1942, mais, selon lui, pour calmer les esprits et pour éviter que les Allemands ne prennent eux-mêmes des mesures. Dans chaque établissement, des cartes d’entrée sont mises à la disposition des élèves qui désirent se rendre à l’exposition. Il y en a aussi pour les enseignants mais le recteur invite les professeurs à y aller avec leur classe. Gilbert Gidel relève cependant qu’il n’a pas sanctionné les lycées qui n’y sont pas allés. Il doit ensuite se justifier sur l’exclusion d’une élève de troisième, le 4 décembre 1941, prise en possession de tracts par la directrice. « La distribution de tracts était une chose très dangereuse. Les Allemands se servaient de cela pour pincer les filières d’organisation ». Il estime avoir puni sévèrement pour éviter des ennuis au lycée. « Nous n’étions pas en rapport avec les Allemands. Lorsque les tracts étaient trouvés, le chef d’établissement nous les envoyait. L’Académie les transmettait au service des renseignements généraux en disant : “Je vous envoie un exemplaire de tract trouvé tel jour, en tel nombre, dans tel établissement. Il n’y a jamais eu d’indication de noms d’élèves” ». Pour cette élève, c’est la directrice qui l’a donné.

  • 109 Archives nationales, F17 16755, dossier Gilbert Gidel.

52Dans les facultés, Gidel signale la circulation de nombreux tracts et l’absence de sanctions prises par lui. Il en vient au STO et déclare que « la politique du rectorat a été d’amortir cette pression pour arriver à faire traîner les choses en longueur. Nous y avons réussi car personne, absolument personne, n’est parti en Allemagne, et principalement dans le Supérieur où j’étais plus maître parce que les listes étaient détenues par nous ; la liste n’a jamais été remise ». Selon lui, « aucun des fonctionnaires appelés pour l’Allemagne n’est parti », sauf certains anciens maîtres d’internat ou professeurs d’éducation physique. Pour ce qui est des étudiants, « ne sont partis que le minimum et ceux qui étaient d’accord ». Il estime qu’à l’Université de Paris, sur 12 000 étudiants appelés, 4 000 seulement sont partis. Il termine en insistant sur le fait qu’il « a été le recteur de la lutte et de la résistance contre Bonnard. Je n’ai rien à me reprocher. Je reprendrais la même gestion si c’était à refaire pour la France, contre les Allemands et leurs collaborateurs109 ».

  • 110 Archives nationales, F17 16931, Rapport d’E. Lablénie sur Gidel, 18 décembre 1944.

53Une semaine plus tard, le vice-président du Conseil supérieur d’enquête, E. Lablénie, donne ses conclusions en saluant l’attitude de Gidel qui, « à la différence des autres accusés, n’a pas employé les trois procédés rituels : larmes et sanglots, attestations de moralité et notamment liste de résistants sauvés, et enfin attaques de diversion contre des tiers et en particulier calomnies à l’égard des témoins110 ». Il n’en propose pas moins la révocation, signalant que les griefs retenus sont « extrêmement graves » : la nomination au Conseil national en janvier 1941 ; l’acceptation du poste de recteur ; la rédaction de la circulaire sur l’exposition contre le bolchevisme. Le vice-président note alors que « Monsieur Gidel est antisoviétique. C’est son droit le plus absolu […]. Mais c’était son devoir, au moment où l’URSS luttait contre l’Allemagne qui nous avait réduit en esclavage, de ne pas prendre parti contre un peuple devenu notre allié ». Il émet ensuite des doutes sur l’efficacité des mesures prises pour protéger les enseignants et les étudiants du STO. « D’une façon générale, il semble que Monsieur Gidel n’ait pas été pro-allemand. Il a été par contre certainement plus maréchaliste qu’il ne le dit. S’il n’a pas été du clan Bonnard au Conseil, il a été du clan Darlan. Il n’a jamais collaboré avec l’Allemagne mais avec l’Ordre nouveau […]. Il a obéi aux ordres qu’il recevait sans jamais résister ». Le Conseil décide alors la révocation avec pension mais le ministre ne suit pas la proposition du CSE, insistant sur son absence d’initiatives. Gidel est alors réintégré comme professeur de droit à la faculté de Paris et reçoit un blâme.

  • 111 François Marcot, « Entre les études et l’engagement : le monde universitaire bisontin sous l’occupa (...)

54À Besançon, l’attitude du recteur Bertrand apparaît, elle aussi, très complexe. Les Allemands sont à Besançon dès le 16 juin 1940 et l’académie est longtemps intégrée dans la zone interdite. Il manque pour la rentrée d’octobre 1940 de nombreux enseignants. En décembre 1940, sur 22 titulaires, il n’y a que 6 présents à la faculté des sciences et 5 sur 16 à la faculté des lettres. Beaucoup sont en zone libre ou en zone occupée et ne peuvent rentrer avant octobre 1941 ou le début de l’année 1942. Le recteur Bertrand travaille cependant au maintien de la vie universitaire. Il multiplie les négociations pour faire évacuer les bâtiments scolaires occupés. La politique de collaboration culturelle se traduit à Besançon par le développement de l’enseignement de l’allemand, appuyé par le recteur Bertrand, lui-même germaniste111. Lors d’une semaine du livre, inaugurée le 19 juillet 1941, le recteur Bertrand, visitant l’exposition de livres français et allemands au Musée des Beaux-Arts, espère une collaboration avec la nation allemande qu’il faut renforcer.

  • 112 Le petit comtois du 20 juillet 1941. Cité également par François Marcot, « L’université de Besanço (...)

Il s’agit de mieux faire connaître la France à l’Allemagne et l’Allemagne à la France. Cette mutuelle compréhension, que de récents malentendus ont obscurcie, est nécessaire à nos deux nations […]. Nous n’oublions pas que Besançon fut ville impériale. Nous avons été unis spirituellement avec la pensée allemande. Nous avons échangé nos biens les plus chers. Nous formons le vœu que cet échange intellectuel continue sous des formes nouvelles112.

  • 113 Archives nationales, F17 13369, discours du recteur Bertrand, septembre 1942.

55Dans une ville sur laquelle les visées annexionnistes allemandes sont fortes, de tels propos sont jugés inopportuns. Lors de l’installation, en septembre 1942 d’un Comité culturel franco-allemand, le recteur s’illustre de nouveau par son discours en militant pour « la grande réconciliation » et la pacification des âmes. « Le groupe Collaboration est la première association qui ait assumé la belle et difficile tâche de guider la France dans les voies de la grande paix113 ». Un Institut allemand ouvre ses portes à Besançon le 28 mai 1941. C’est une initiative allemande mais des relations cordiales semblent se créer avec quelques notables. Le recteur Bertrand tente d’affirmer les droits de l’Université sur cet institut mais accepte de rédiger l’article introductif de l’unique Cahier de l’Institut allemand de Besançon qui paraît en janvier 1943 :

  • 114 François Marcot, « Entre les études et l’engagement : le monde universitaire bisontin sous l’occupa (...)

La culture allemande et la culture française ne se combattent pas, ne se sont jamais combattues ; elles se complètent et se fécondent mutuellement. Ce qui manque entre ces deux pensées […], ce sont les points de contact, les terrains d’entente, les organes de liaison, les ponts. L’Institut allemand est un de ces ponts jetés entre deux esprits. Celui de Besançon a pour rôle spécial de relier cette marche-frontière qu’est la Comté avec la grande culture de l’Europe centrale. Il a un rôle important à jouer dans la vaste œuvre de réconciliation et de paix spirituelle qui sera la tâche essentielle de l’après-guerre114.

56Ces mots devaient être reprochés au recteur à la Libération, le transformant en chantre de la collaboration intellectuelle. Selon lui cependant, il ne s’agit que du prolongement de son engagement d’historien des littératures étrangères, mené dès l’entre-deux-guerres, en faveur des échanges culturels entre les peuples.

57Le 8 mai 1942, alors que l’on présente aux étudiants le nouvel enseignement que Vichy veut développer, celui de l’éducation générale et sportive, l’Association étudiante et son remuant président, Pierre Armand, mènent le chahut, le conférencier étant traité de « vendu à Hitler et à Laval » alors qu’une partie des étudiants refuse de chanter « Maréchal nous voilà ». Le recteur Bertrand interdit alors l’Association et en confie l’administration au doyen des lettres Edmond Préclin. Le 16 avril 1943, au lendemain d’un attentat contre le siège du Parti franciste, une rixe survient en ville vers 18 heures quand des francistes s’en prennent à une jeune fille passant à bicyclette en sifflant une marche anglaise. Une bagarre éclate, Pierre Armand se mêlant au combat. Le chef local du francisme écrit alors au préfet pour dénoncer cet agitateur et le recteur demande au doyen Préclin de l’interroger. L’étudiant refuse de répondre et le doyen l’exclut du centre d’accueil qui l’héberge et lui retire sa bourse.

58Nommé secrétaire général à l’Instruction publique le 1er janvier 1944, le recteur Bertrand y remplace Adolphe Terracher. Il est arrêté en septembre à Besançon et emprisonné une quinzaine de jours avant d’être déféré devant le conseil supérieur d’enquête. Dans une lettre du 21 septembre 1944 écrite depuis sa prison, l’ex-recteur Bertrand dénonce l’injustice qui lui est faite. Frappé d’une mesure d’internement administratif, il demande que l’on examine sa requête, insistant sur le fait qu’il a demandé à quatre reprises à être relevé de ses fonctions de secrétaire général et qu’il a fait valoir, le 4 juillet 1944, son droit à la retraite.

  • 115 Archives nationales, F 17 16923, dossier de Jean-Jacques Bertrand, Lettre au ministre, 21 septembre (...)

Je n’ai eu d’autre ambition que de continuer à administrer mon académie de Besançon que j’aime et où je suis depuis 1938 […]. Je n’ai jamais défendu la politique de Vichy […] Je me suis désolidarisé de la politique d’un gouvernement avec lequel je n’étais d’accord sur aucun point Je n’ai fait partie d’aucune société, n’ai pris part à aucune manifestation politique ; je n’ai commis aucun acte antinational, ni prononcé une parole qui soit ou puisse être contraire à l’honneur ou aux intérêts de ma patrie. J’ai fait ce que j’ai pu à Besançon ou à Paris pour arracher aux griffes de l’ennemi notre jeunesse, nos fonctionnaires et nos instituteurs115.

59Un mémoire de 19 pages, daté du 1er juin 1945, tente de contrer les accusations avancées, signalant en particulier que l’institut allemand a été créé en dehors de lui. Le rapport du président du Conseil supérieur d’enquête, daté du 11 juillet 1945, pose la question de son choix comme secrétaire général de l’Instruction publique le 1er janvier 1944.

  • 116 Ibid., rapport du président du Conseil supérieur d’enquête (Petot), 11 juillet 1945.

Pourquoi Monsieur Bertrand qu’entourait seulement la réputation, un peu terne, d’un bon administrateur, a-t-il été choisi pour exercer la haute fonction qu’avait été laissée vacante la disgrâce de Monsieur Terracher ? Il est cependant certain qu’il jouissait de la faveur de Pierre Laval et d’Abel Bonnard. En 1943, on avait offert à Monsieur Bertrand, le rectorat de Lyon et la Direction de l’enseignement supérieur mais il les avait refusés. Quand, le 31 décembre 1943, il fut appelé au secrétariat général de l’Instruction publique, on ne lui permit plus de se dérober116.

60On lui reproche aussi des sanctions contre un maître d’internat de Montbéliard, passeur de collègues vers la Suisse. Il semble en réalité que le recteur l’ait éloigné pour empêcher qu’il ne soit identifié par la police allemande. On lui reproche surtout son texte dans les Cahiers de l’Institut allemand de Besançon.

  • 117 Ibid.

En résumé, on peut reprocher à Monsieur Bertrand, ses complaisances répétées pour l’ennemi, surtout dans l’affaire de l’Institut allemand […]. On peut lui reprocher aussi d’avoir manqué de sang-froid et de réserve dans l’affaire de Monsieur Armand. En présentant celui-ci comme agitateur politique dangereux, il l’exposait […]. Mais on doit témoigner du dévouement actif et efficace dont il a fait preuve pour défendre les locaux scolaires contre les réquisitions allemandes et pour faire libérer des membres du personnel universitaire et des étudiants arrêtés117.

61De nombreuses pièces à charge et à décharge sont présentes dans son dossier. Le conseil supérieur d’enquête à l’unanimité propose alors la révocation et la mise à la retraite d’office, avec pension, mais l’arrêté du 14 septembre 1945 ne suit pas sa proposition. Jean-Jacques Bertrand n’est pas révoqué mais mis d’office à la retraite.

  • 118 Archives nationales, F 17 13347, lettre du recteur Gain à Abel Bonnard, 2 juillet 1944.
  • 119 Archives nationales, F17 25363, dossier d’André-François Gain, Arrêté du 17 mars 1945.

62À Lyon, le recteur Gain, nommé en juin 1943, semble fidèle au régime jusqu’au bout. Il écrit à Abel Bonnard le 2 juillet 1944 pour lui dire sa fierté de travailler sous ses ordres « à maintenir et à bâtir, en ces heures douloureuses, tout ce qui doit survivre à une tempête démesurée118 ». Suspendu de ses fonctions, à demi-traitement, le 14 septembre 1944, mis à disposition de l’Enseignement supérieur le 7 novembre 1944 puis de nouveau suspendu, un arrêté du 7 mars 1945 le révoque sans pension119. Le Conseil supérieur d’enquête relève :

  • 120 Archives nationales, F17 16930, dossier d’épuration, conclusions du CSE.

1) Monsieur Gain n’a cherché d’aucune manière à temporiser à l’égard du STO qui devait assurer la déportation des étudiants de Lyon en Allemagne. Au contraire, il a fait du zèle. Dans une circulaire adressée à chaque établissement personnellement, Monsieur Gain a vanté les avantages d’un séjour en Allemagne pour les jeunes gens et fait appel à des vertus d’obéissance et de soumission envers l’ennemi. 2) Monsieur Gain a fait preuve d’une déférence servile à l’égard du préfet régional et ses relations avec la préfecture trahissent la crainte permanente de déplaire. 3) L’exercice de ses fonctions amenait Monsieur Gain à chercher des relations avec le chef du bureau de placement allemand, le docteur Kraekler, récemment condamné à mort par la cour martiale de Lyon et exécuté […]. Les relations avec M. Kraekler étaient non seulement correctes mais presque cordiales120.

63Il a aussi « spontanément, à partir du 10 juin 1944, adressé au ministre, un rapport hebdomadaire sur la situation universitaire dans son académie. À cette occasion, il se livre, presque à chaque paragraphe, à des digressions inconvenantes sur la lutte menée par les patriotes ». Il a ainsi facilité le travail de la police par ses renseignements.

Monsieur Gain André, a fait preuve, dans l’exercice de ses fonctions à Lyon, d’un zèle excessif pour un régime antinational, a contribué à livrer à l’ennemi et à dépraver la jeunesse dont il avait reçu la direction et la conservation, a entretenu avec les Allemands des relations intellectuelles ou des amitiés qui franchissaient les bornes permises par ses activités administratives, a dénoncé des patriotes qui entendaient échapper à la Gestapo ou au contrôle de la police de Vichy.

  • 121 Ibid., lettre au ministre, 8 septembre 1944, 14 p.
  • 122 Archives nationales, F17 25363, lettre au ministre du 17 novembre 1952.

64Il tente dans plusieurs courriers de réfuter ces accusations. Dans une lettre du 8 septembre 1944, il note qu’il n’est pas pro-allemand mais qu’il « a servi loyalement le gouvernement dans le poste où il m’avait placé121 ». Il a lutté pour maintenir en vie l’université en la mettant en dehors des querelles politiques et a tout fait pour atténuer les sanctions. Il n’est ni antisémite, ni contre les francs-maçons, ni anglophobe mais reconnaît avoir prêché l’obéissance dans l’application du STO. Dans une lettre venant du ministère et datée du 28 juin 1949, il est écrit que « Monsieur Gain, après 27 mois de détention, a été libéré et a obtenu réduction de sa peine à cinq ans » (au lieu de dix). Dans une lettre au ministre du 17 novembre 1952, André Gain écrit : « Révoqué sans pension par arrêté du 7 mars 1945, j’ai bénéficié, le 17 novembre 1951 de votre part, d’une mesure gracieuse substituant à cette sanction la mise à la retraite d’office122 ». Il relance la machine judiciaire, une fois la loi d’amnistie de 1953 adoptée, mais son pourvoi est rejeté.

  • 123 Archives nationales, F17 27552, dossier de Georges Hardy, arrêté du 5 février 1944.

65Georges Hardy, recteur à Alger, est suspendu de ses fonctions le 4 septembre 1943 avant que le décret du 5 février 1944 ne précise qu’il est « révoqué de ses fonctions sans pension, avec interdiction absolue d’enseigner123 ». Il présidait avec zèle le Comité de propagande de la Légion française des combattants en Afrique du Nord. À l’issue d’une longue procédure et d’un avis du Conseil d’État, il est réintégré dans ses fonctions de recteur par décision du 13 mai 1949 mais placé à la retraite (décret du 22 décembre 1949).

  • 124 Claude Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, op. cit., p. 92 puis 127.

Le recteur de l’académie d’Alger, G. Hardy, suggère en juin 1941 au gouverneur général, l’amiral Jean Abrial, de limiter aussi à 1/7e le nombre des places qui pourraient être attribuées aux juifs dont est sollicitée l’admission dans les établissements d’enseignement secondaire, primaire, supérieur et dans les cours complémentaires […]. Les gouverneurs Abrial et Weygand, tout comme le recteur Hardy ont joué un rôle déterminant sur le plan local, rôle qui ne s’est pas limité à appliquer les directives émanant du gouvernement de Vichy […]. Dès l’été 1941, […] il (Hardy) semble convaincu qu’il est nécessaire et même urgent d’éliminer les enfants juifs de l’enseignement public. Sa conviction repose plus sur le sentiment que les juifs d’Algérie ne peuvent et ne doivent pas être considérés comme des Français à part entière […]. À Alger, le recteur a devancé la publication des textes pour renvoyer les enfants juifs des écoles et lycées124.

  • 125 Claude Singer, L’Université libérée ; l’Université épurée…, op. cit., p. 24-25.
  • 126 Rémy Handourtzel, Vichy et l’École…, op. cit., p. 82.

66Selon Claude Singer, il est responsable en Algérie de la révocation de 870 enseignants dont 464 juifs 125. « L’épuration antisémite des instituteurs juifs d’Algérie a été probablement la plus massive de toutes les régions françaises occupées ou non (sauf l’Alsace)126 ».

  • 127 Archives nationales, F17 16930, dossier Ferrère, lettre au ministre, 17 octobre 1948.
  • 128 Ibid., Arrêté du 21 février 1946.

67À Dijon, Louis Ferrère est relevé de ses fonctions dès la libération de la ville, le 12 septembre 1944. Il est incarcéré le 26 septembre et passe six mois en détention, « au régime des prisonniers de droit commun, privé du droit d’écrire, de recevoir des correspondances et même des visites127 ». Il est ensuite révoqué « sans pension, avec interdiction absolue d’enseigner et déchéance de ses droits au port de toute décoration128 » par un arrêté du 21 février 1946. La Cour de Justice de Dijon le condamne, le 29 juin 1945, à 5 ans de prison et 60 000 francs d’amende ainsi qu’à la dégradation nationale. Bénéficiant d’une remise de peine, il est ensuite placé en liberté conditionnelle le 14 octobre 1947. Le rapport du Conseil supérieur d’enquête des 12 et 13 avril 1945 déclare :

  • 129 Ibid., rapport du conseil supérieur d’enquête au ministère, 12 et 13 avril 1945.

L’affaire Ferrère est fort simple. C’est un véritable flagrant délit. Toutes les accusations sont prouvées par des documents irréfutables. Ferrère, ancien recteur de l’académie de Dijon, est convaincu des faits suivants : 1) En mars 1944, contre l’avis du préfet de l’Yonne, il demandait au ministre de l’Éducation nationale, des sanctions graves contre des élèves du lycée d’Auxerre coupable d’avoir laminé un portrait du maréchal Pétain et d’avoir pris pour cible de leurs jeux la silhouette d’un soldat allemand. 2) Un autre incident s’est produit au même moment au lycée de Chaumont. Des élèves avaient convenu de se soustraire au STO et de prendre le maquis lorsque les armées alliées débarqueraient en France […]. Ferrère ne l’entendait pas ainsi et a demandé à Bonnard, par un rapport du 3 avril 1944, les sanctions les plus sévères. 3) Dans un rapport en date du 20 juillet 1944, Ferrère dénonçait au préfet régional de Dijon, les fonctionnaires de l’enseignement réfractaires au STO et suggérait des sanctions contre eux129.

  • 130 Ibid., voir son rapport sur cette affaire, daté du 4 avril 1944.

68Une lettre de quatorze pages de Louis Ferrère, le 17 octobre 1948, demande un nouvel examen de son dossier pour obtenir annulation ou révision de l’arrêté du 21 février 1946. Il tente alors de se justifier au sujet de l’arrestation de certains étudiants et enseignants signalant qu’il a toujours tenté de gagner du temps. Il est certes intervenu pour sanctionner des élèves du lycée de Chaumont en mars 1944 alors qu’ils avaient formé un groupe se réclamant des FFI pour échapper au STO si nécessaire. Il a exclu huit élèves afin de désolidariser le lycée de ces jeunes gens que les Allemands n’allaient pas tarder à traiter comme suspects130.

  • 131 Archives nationales, F 17 16935, Commission d’épuration, dossier Charles Mollon.
  • 132 Ibid., note pour le Conseil supérieur d’enquête.
  • 133 Ibid.

69Recteur depuis septembre 1943 à Grenoble, Charles Mollon est suspendu de ses fonctions sans traitement par un arrêté du 23 août 1944, même si, à cette date, il a rejoint les troupes américaines comme chef d’un service de liaison. Il apparaît surtout comme un fervent maréchaliste131. « Il a adhéré à la Légion en mai 1944, c’est-à-dire au moment où la plupart la quittaient ou en avaient une grande envie […]. Monsieur Mollon suivait Pétain les yeux fermés et ne l’a pas encore renié 132 ». Il ne mettait pas d’opposition aux professeurs qui partaient au maquis mais il leur demandait des certificats médicaux. « Il a donné une liste des étudiants juifs aux Allemands mais prétend qu’il ne pouvait pas faire autrement ; il a toujours eu confiance au Maréchal et prétend que le Maréchal n’était pas libre de ses actes […]. Il n’a jamais été collaborateur […]. Il appliquait les directives de Vichy à la lettre ». Dans sa circulaire du 1er septembre 1943 par exemple, il soutient le STO et appelle les étudiants à s’y soumettre : « Vous aurez à cœur de répondre avec loyauté et discipline à l’appel qui vous est adressé afin de ne pas exposer notre pays déjà si cruellement éprouvé, à des mesures beaucoup plus graves dont les étudiants et leurs familles ne seraient pas les seuls à souffrir133 ». Un arrêté du 21 février 1946 le rétablit dans ses fonctions mais pour l’admettre à faire valoir ses droits à la retraite.

  • 134 Jean-François Chanet et Annie Crepin (dir.), Le temps des hommes doubles. Les arrangements face à l (...)

70Les positionnements rectoraux sont donc particulièrement diversifiés. Si quelques recteurs ne peuvent accepter longtemps de mettre en application la politique scolaire du régime de Vichy, préférant afficher leur opposition et perdre leur fonction, la plupart tentent de se maintenir à leur poste, acceptant dès lors d’entrer dans une logique d’application des mesures prises par le régime et dans l’affirmation de relations inévitables avec les autorités allemandes. Si beaucoup sont longtemps fidèles au Maréchal et hostiles à toute forme de collaboration avec l’Allemagne, cherchant, comme ils peuvent, à atténuer les effets des choix scolaires et politiques du régime et des exigences allemandes, d’autres adoptent des positionnements beaucoup plus ambigus où la compromission a sa place. Nous sommes bien face à des positionnements complexes et évolutifs, en ce « temps des hommes doubles134 » pour reprendre le titre de l’ouvrage récent dirigé par Annie Crépin et Jean-François Chanet et qui montre les arrangements multiples qui ne peuvent manquer de s’opérer lors des occupations.

3. Recteurs de la Libération et recteurs de l’épuration (1943-1945)

71Avec la Libération progressive du territoire, se pose le problème de l’épuration. L’ordonnance du 27 juin 1944 autorise les commissaires du gouvernement à suspendre immédiatement les fonctionnaires compromis. René Capitant, devenu ministre de l’Éducation nationale, adresse le 6 octobre 1944 une circulaire aux recteurs qui demande la constitution, dans chaque académie, d’un conseil d’enquête qui doit entendre les faits reprochés, auditionner les témoins et les accusés puis proposer une sanction, validée ou non ensuite par le Conseil supérieur d’enquête. Les recteurs de Vichy sont alors placés en première ligne de cette épuration alors qu’une nouvelle génération remplace les anciens titulaires.

A) Le cas algérien : la première académie libérée

  • 135 Chantal Morelle et Pierre Jakob, Henri Laugier ; un esprit sans frontières, Bruxelles, Bruylant, Li (...)

72À la tête de l’académie d’Alger, Vichy avait placé Georges Hardy qui, fidèle du Maréchal, applique avec zèle les ordres du gouvernement. Le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord (8 novembre 1942) crée une situation complexe, l’Université n’y étant réellement libérée qu’en septembre 1943 alors que se maintient pendant presque un an une situation confuse, les grandes mesures antidémocratiques de Vichy restant en vigueur. C’est seulement le 21 juillet 1943 que Georges Hardy est remplacé. Entre juillet et octobre 1943, la libération de l’Université d’Alger s’enclenche mais demeure lente, la lutte d’influence entre giraudistes et gaullistes étant forte. La victoire de De Gaulle et l’éviction de Giraud du CFLN, le 2 octobre 1943, accélère ensuite le processus. Henri Laugier succède à Georges Hardy mais, nommé en juillet 1943, il n’arrive qu’en octobre. Fils d’un instituteur devenu inspecteur primaire, Henri Laugier (1888-1973) commence ses études supérieures à Grenoble puis vient les poursuivre à Paris. Membre du groupe des étudiants socialistes, il lutte contre la loi des trois ans. Docteur en médecine, il est chef du laboratoire de physiologie de la faculté des sciences de Paris (1922) puis professeur de physiologie du travail au Conservatoire national des arts et métiers (1929)135. Défenseur de la démocratie, des droits de l’homme et de la promotion de la science, il est l’un des fondateurs de l’Institut national d’orientation professionnelle (1928) avec Henri Piéron et Jules Fontègne. Directeur de cabinet d’Yvon Delbos sous le Front populaire, il est le premier directeur du CNRS en 1939. Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, il devient l’un des chefs de file du mouvement des Compagnons de l’Université nouvelle, militant pour la mise en place de l’École unique. Il part à Londres dès le 18 juin 1940. Il est alors l’un des premiers universitaires révoqués par Vichy dès le 23 juillet. Il part en Amérique en août 1940, invité par la Fondation Rockefeller. Professeur à la faculté de médecine de l’Université Laval de Montréal, en poste dans diverses universités des États-Unis ensuite, il prend en charge la propagande de la France libre aux États-Unis en 1942 et 1943 (Association France Forever). Donnant à New-York une conférence d’adieu, le 1er octobre 1943, il déclare :

  • 136 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée (1943-1947), op. cit., p. 29.

Dans quelques jours, je serai à Alger, au poste technique que m’a confié le CFLN. L’académie d’Alger est la première académie française libérée ; elle est la tête de pont de la pensée française sur les territoires de l’Empire ; elle a la charge, pendant un temps qui, j’espère sera court, de représenter seul l’esprit de combat et la philosophie politique de la France dans le monde libre136.

  • 137 Claude Singer, « Le rétablissement de la légalité républicaine à l’Université d’Alger en 1944 » dan (...)
  • 138 Chantal Morelle et Pierre Jakob, Henri Laugier…, op. cit., p. 205.

73Recteur à Alger, il propose un plan ambitieux de scolarisation de la population algérienne, obtient vingt-deux chaires nouvelles pour l’université. Il s’agit de réorganiser l’enseignement et la recherche mais aussi de travailler à la restauration du rayonnement culturel de la France et de ses valeurs. Pour le recteur Laugier, il faut d’abord travailler au rétablissement de « la légalité républicaine à l’université d’Alger137 » et renouer avec la pensée libre des pays démocratiques. Il préside ainsi à l’ouverture officielle, le 18 décembre 1943, de l’université d’Alger, démarche symbolique qui est celle de « la renaissance de la pensée française dans le monde libre138 ». L’ordonnance du 4 juillet 1943 prescrit la réintégration de tous les fonctionnaires destitués par Vichy. C’est ainsi que le latiniste Marcel Durry (relevé de ses fonctions de maître de conférences en latin à la Sorbonne en juin 1942) et son épouse Marie-Jeanne Durry (révoquée de son poste à Caen en juin 1941 en application du second statut des juifs) retrouvent un poste, lui comme directeur de l’enseignement supérieur en Algérie, elle comme membre du CNRS reconstitué.

  • 139 Ibid., p. 517.
  • 140 Henri Laugier, Combats de l’exil, Montréal, 1944, Éditions de l’Arbre, p. 145.
  • 141 Jean-François Muracciole, Les enfants de la défaite. La Résistance, l’éducation et la culture, Pari (...)

74L’ordonnance du 4 juillet 1943 prescrit la réintégration de tous les fonctionnaires sanctionnés par Vichy dont les femmes (loi du 2 octobre 1943) et les francs-maçons (6 décembre 1943). Le recteur Laugier prend aussi les premières mesures d’épuration. Charles de Gaulle signe en effet le 18 août 1943, une ordonnance qui institue une commission d’épuration auprès du CFLN. Dirigée par William Marçais (Collège de France) puis par Charles Laurent (syndicaliste résistant), la commission d’épuration administrative d’Alger examine entre 1943 et 1944, 1 473 dossiers de fonctionnaires : 247 sont classés sans suite, 228 sont classés pour double emploi et 998 dossiers sont instruits. En février 1944 paraît une première liste de 88 sanctions dans l’Éducation nationale, ne visant que des individus résidant en Afrique du Nord139. Le recteur Laugier facilite aussi la reconstitution de la Ligue des droits de l’homme et du citoyen. Un comité central est créé à Alger dont le recteur est élu président en février 1944. Il demande aussi que l’on introduise dans les classes un enseignement spécifique en matière des droits de l’homme, insistant pour que les professeurs enseignent l’éducation civique. Laugier s’associe également aux volontés du CFLN de réfléchir à une profonde réforme de l’Éducation nationale. La nouvelle république se devra en effet « d’abattre la Bastille des privilèges de l’instruction et de la culture140 ». Une Commission de réforme de l’enseignement est créée par le CFLN en mars 1944 sous l’autorité du directeur de l’enseignement supérieur, Marcel Durry. L’égalité proclamée depuis des décennies doit passer dans les faits alors qu’il faut réaffirmer les principes de laïcité et de tolérance tout en prolongeant l’obligation scolaire141. Le 10 octobre 1944, le recteur Laugier quitte ses fonctions à Alger pour devenir directeur du Service des œuvres françaises à l’étranger. Il est alors remplacé par Pierre Martino, ex-recteur sanctionné par Vichy.

B) Les recteurs de la Libération : des hommes neufs ?

75Dans les académies métropolitaines, le changement de recteur est dépendant du calendrier des opérations militaires. On assiste alors soit à la nomination d’hommes neufs, figures résistantes ou tout du moins hommes non compromis pendant la guerre, soit au retour de recteurs limogés par le Régime de Vichy. Dans les dix-sept académies, seuls trois recteurs restent en place à la Libération, Paul Duez (Lille), Émile Gau (Aix) et Félix Senn (Nancy). Il faut cependant relever qu’il n’y a aucune disgrâce mais simplement mutation pour André Marchaud qui passe de l’académie de Clermont à celle de Bordeaux. Au total donc, on peut estimer que sur les dix-sept recteurs ou faisant fonction à la tête d’une académie quand intervient la libération, treize sont victimes d’une mesure de remplacement presque immédiate, signe d’une méfiance forte sinon d’une opposition radicale des nouvelles autorités. Pour certains, il ne s’agit que d’un congé temporaire cependant. André Lirondelle quitte ses fonctions à Lyon en septembre 1944 mais pour être nommé directeur de l’Enseignement supérieur par le décret du 27 septembre 1944 et reste à ce poste jusqu’en avril 1945. Pour six « ex-recteurs », la Libération permet un retour à la tête d’une académie alors qu’ils avaient été écartés par Vichy. C’est ainsi que René Hubert, qui avait quitté ses fonctions à Poitiers le 15 juin 1943, retrouve son académie par arrêté du 10 octobre 1944 puis part diriger l’académie de Strasbourg entre le 14 novembre 1946 et octobre 1954. Pierre Martino retrouve la direction de l’académie d’Alger en novembre 1944, tout comme Henri Pariselle pour un mois à Montpellier (novembre 1944) avant de partir diriger l’académie de Grenoble jusqu’en 1956. À Toulouse, Jean Sarrailh, reprend lui aussi du service. C’est la même chose pour Gustave Roussy qui est réintégré dans sa charge rectorale parisienne par un arrêté du 24 novembre 1944. Michel Souriau, nommé contre son gré maître de conférences à la Sorbonne en juin 1944, avait dû quitter la fonction rectorale qu’il occupait à Rennes depuis 1941 mais le nouveau régime le nomme recteur à Nancy en novembre 1944 (il ne prend pas le poste) puis à Lille (20 février 1946) où il demeure jusqu’en 1955.

  • 142 J. Loiseau, « In memoriam : Paul Dottin », Revue Études anglaises, 1965, p. 441-442.
  • 143 André Gibert, « André Allix (1889-1966) », Géocarrefour, année 1966, volume 41, n° 2, p. 95-98.

76Les autres recteurs sont alors des hommes neufs qui sont souvent choisis pour leur attitude courageuse pendant la guerre. À Toulouse, la ville est libérée les 19 et 20 août et le nouveau recteur est Paul Dottin (1895-1965). Agrégé d’anglais en 1920, membre de la Fondation Thiers, docteur en 1924 avec une thèse sur Daniel de Foe et ses romans, il avait été nommé maître de conférences à la faculté des lettres de Toulouse en 1925 avant d’être élu professeur en 1930 et doyen en 1937. Ce profil d’angliciste n’est pas ce qui justifie sa nomination comme recteur. Paul Dottin est aussi « le doyen de la résistance […]. Il a lutté pour ses collègues et ses étudiants en les protégeant contre l’occupant. Il a fait plus, donnant asile aux clandestins, aux persécutés, créant jusque dans sa faculté des dépôts d’armes142 ». À Lyon, libérée le 3 septembre, le géographe André Allix (1889-1966) prend la tête de l’académie en septembre 1944 et la dirige jusqu’en 1960. Né à Gap, élevé à Grenoble puis à Paris, il revient comme boursier de licence à la faculté des lettres de Grenoble et y subit « la forte influence du géographe Raoul Blanchard143 ». Agrégé en 1914, il enseigne quelques années à Lyon puis au lycée Champollion de Grenoble. Il soutient sa thèse en 1929 sur L’Oisans : étude géographique : un pays de haute montagne. En 1928, le départ vers la Sorbonne d’André Cholley le fait entrer comme enseignant à la faculté des lettres de Grenoble où il devient professeur. Il développe alors l’Institut des études rhodaniennes fondé en 1923.

77À Strasbourg, les premiers éléments de la 2e DB entrent dans la ville le 23 novembre 1944 mais il faut encore quatre jours de combats pour qu’elle soit libérée. Du 28 décembre 1944 au 7 janvier 1945, une puissante contre-offensive allemande menace la cité. C’est Marcel Prélot qui est nommé recteur de l’académie reconstituée et qui met en place dans la ville un secrétariat le 7 décembre 1944, dirigeant en réalité l’académie depuis Paris et devant tenir compte d’une situation très complexe liée au repli de l’université à Clermont-Ferrand. Le recteur décide d’ailleurs de maintenir le fonctionnement de l’université de Strasbourg repliée jusqu’au 28 février 1945. L’université de Strasbourg connaît ensuite une reprise partielle des cours en avril 1945 mais ce n’est qu’en novembre 1945 qu’elle rouvre réellement ses portes. Marcel Prélot (1898-1972), mobilisé en 1917, ayant reçu la Croix de guerre, docteur ès sciences politiques et économiques (1923), agrégé de droit public (1930), enseigne un temps dans les universités libres de Milan et de Lille puis devient professeur à la faculté de Strasbourg en 1931. Intellectuel catholique, militant au sein de l’ACJF, il est un acteur important du courant démocrate-chrétien, s’impliquant aussi dans l’organisation des Semaines sociales. Au début de la Seconde Guerre mondiale, l’Université de Strasbourg étant repliée à Clermont-Ferrand, Marcel Prélot s’installe avec sa famille à Royat. Tout en donnant son enseignement, il participe à la résistance. En mars 1944, menacé d’arrestation, il se cache à Paris puis en Franche Comté. À la Libération, il est nommé recteur de l’académie de Strasbourg et directeur de l’Instruction publique en Alsace-Moselle. À partir de 1947, il enseigne à la faculté de droit de Paris, étant aussi nommé membre du Comité constitutionnel. Séduit par le Général de Gaulle, il est tenu à l’écart de la formation du MRP et adhère au RPF. Il est élu dans le Doubs en juin 1951, député sur la liste RPF. Battu en 1956, il soutient le retour de De Gaulle au pouvoir en 1958 et devient sénateur UNR puis UDR de 1959 à 1971.

  • 144 Jean Delumeau, « Roger Doucet », Revue historique, 1957, 81e année, p. 448-449.

78À Besançon, ville libérée le 7 septembre, le doyen Edmond Préclin, chargé de l’intérim rectoral depuis la nomination du recteur Bertrand au secrétariat général de l’Instruction publique, est remplacé pour deux mois par le doyen des sciences, Camille Tourneux, déjà présenté, avec lequel il avait un temps codirigé l’académie. Suspendu le 14 septembre, Préclin est, après passage devant le conseil d’enquête, rétabli dans ses fonctions de doyen par l’arrêté du 21 septembre 1945. C’est Roger Doucet qui succède à Camille Tourneux comme recteur pour près de dix années. Professeur d’histoire moderne à l’université d’Alger (1920), il enseigne ensuite à la faculté des lettres de Lyon avant d’être nommé recteur en 1944 à Besançon puis à Montpellier en 1954. Sa thèse, soutenue en 1922, a pour titre Étude du gouvernement de François 1 er dans ses rapports avec le Parlement de Paris (1515-1525)144. A Dijon, libérée le 11 septembre, Georges Daux (1899-1988) est nommé recteur en septembre 1944. Archéologue, membre de l’École française d’Athènes, il en devient le directeur entre 1950 et 1969. Spécialiste du sanctuaire de Delphes, il est l’auteur d’un maître ouvrage, Delphes au II e et au I er  siècles avant J.-C. (1937).

Figure 5. Les successions rectorales à la Libération.

Académie Changement Succession des titulaires
(en gras, les « novices » comme recteurs)
Aix NON Émile GAU (1943 – 31 octobre 1946)
Alger OUI(dès 1943) Georges HARDY (1940 – 4 septembre 1943) // Henri LAUGIER (21 juillet 1943 – 10 octobre 1944) // Pierre MARTINO (1er novembre 1944 – juin 1951)
Besançon OUI Edmond PRECLIN (1er juin – 25 septembre 1944) // Camille TOURNEUX (25 septembre – 23 novembre 1944) // Roger DOUCET (23 novembre 1944 – 1954)
Bordeaux OUI André LIRONDELLE (1941 – 27 novembre 1944) // André MARCHAUD (1er décembre 1944 – 30 avril 1950)
Caen OUI Jean MERCIER (1941 – 14 septembre 1944) // Robert MAZET (septembre 1944 – 1er octobre 1946)
Clermont OUI André MARCHAUD (1938 – 30 novembre 1944) // Emmanuel DUBOIS (1er décembre 1944 – 1er avril 1946)
Dijon OUI Louis FERRERE (1943 – 14 septembre 1944) // Georges DAUX (septembre 1944 – 1946)
Grenoble OUI Charles MOLLON (1943 – 14 septembre 1944) // Henri PARISELLE (décembre 1944 – octobre 1956)
Lille NON Paul DUEZ (novembre 1940 – 21 mars 1946)
Lyon OUI André-François GAIN (1943 – 14 septembre 1944) // André ALLIX (septembre 1944 – octobre 1960)
Montpellier OUI Gabriel Gaston BOUSSAGNOL (1943 – 12 septembre 1944) // Jean SARRAILH (12 septembre – 30 octobre 1944) // Henri PARISELLE (1er au 30 novembre 1944) // interim par Paul MATHIAS, doyen de la faculté des sciences (1er décembre 1944 – 1er février 1946) // Jean SARRAILH (1er février 1946 – 20 août 1947)
Nancy NON Félix SENN (1940- 1er mars 1946)
Paris OUI Gilbert GIDEL (1941 – 19 août 1944) // Gustave ROUSSY (24 novembre 1944 – 28 mai 1947)
Poitiers OUI Albert CHEREL (1943 – 14 septembre 1944) // René HUBERT (octobre 1944 – 1er octobre 1946)
Rennes OUI Michel SOURIAU (1941 – juin 1944) // Lucien WOLFF (août 1944 – septembre 1946)
Toulouse OUI Robert DELTHEIL (1937 – 9 juin 1944) // Paul DOTTIN (septembre 1944 – 1963)
Strasbourg OUI Adolphe-Louis TERRACHER (1938 – 2 janvier 1944) // période sans recteur (2 janvier 1944 – décembre 1944) // Marcel PRELOT (décembre 1944 – 1946)
  • 145 Annales de l’Université de Paris, tome 1961, 31e année, n° 3, « Robert Mazet », p. 331-333.
  • 146 Nicolas Bourgeois, Daniel Chalonge et Alfred Kastler, « Emmanuel Dubois » dans Annuaire des anciens (...)

79À Caen, Robert Mazet succède à Jean Mercier en septembre 1944 et occupe le poste pendant un an. Né à Paris en 1903, ancien élève de l’École normale supérieure (1921-1924), agrégé de mathématiques (1924) et docteur ès sciences (1929), il est tout d’abord professeur en lycée avant d’être élu professeur de mécanique à la faculté des sciences de Lille. Enseignant à Lille jusqu’en 1944, il est nommé recteur à Caen puis rejoint l’académie de Poitiers en décembre 1946. Professeur à la faculté des sciences de Poitiers (1948-1960), il est ensuite élu à la faculté des sciences de Paris comme professeur (1961-1974)145. À Clermont-Ferrand, Emmanuel Dubois (1895-1973) gère l’académie de 1944 à 1946 après la mutation d’André Marchaud. Normalien de la promotion 1916, agrégé de physique, il soutient ensuite sa thèse en 1923. Maître de conférences à la faculté de Caen, il obtient en 1931 la chaire de physique de la faculté des sciences de Clermont-Ferrand et s’y installe définitivement, devenant doyen en 1934. Ce patriote est suspendu de ses fonctions par Vichy en 1942 à la suite d’une manifestation et placé en résidence surveillée à Ussel. Recherché par la Gestapo, il réussit à prendre le maquis et, par l’Espagne, à gagner Alger où il retrouve une chaire, dirigeant aussi à partir de décembre 1943, la Commission d’enquête de l’Éducation nationale146. Dès la Libération, il revient à Clermont. À la tête de l’académie de Rennes, le recteur Souriau est remplacé en juin 1944 par Lucien Wolff, professeur de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Rennes, anglophile notoire, qui a d’ailleurs été inquiété et arrêté par des miliciens. C’est un spécialiste des œuvres de Shakespeare, de Keats et de George Meredith. Tandis que ces nouveaux recteurs découvrent « le métier », d’autres doivent rendre des comptes, le processus d’épuration s’étant mis en marche.

C) Juger les recteurs du Maréchal : le verdict final de l’épuration

  • 147 Odile Rudelle, « Le général de Gaulle et le retour aux sources du constitutionnalisme républicain » (...)
  • 148 Alain Bancaud, « Le retour de l’État de droit républicain par une justice d’exception : l’épuration (...)
  • 149 Jacques Chevallier, « L’épuration au Conseil d’État » dans Fondation Charles de Gaulle, Le rétablis (...)
  • 150 Jean-Marc Berliere, « L’épuration dans la police », dans Fondation Charles de Gaulle, Le rétablisse (...)
  • 151 Cité par Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée…, op. cit., p. 175.

80Pour Charles de Gaulle, la République n’a jamais cessé d’être et la France libre a été incarnée par la France résistante147. Il faut alors sanctionner ceux qui ont accepté de servir le régime fantoche de Vichy. Comme le monde judiciaire148, le Conseil d’État149 ou la police150, l’Éducation nationale met en place une justice d’exception qui doit juger les « coupables » mais aussi empêcher les règlements de compte de l’épuration sommaire. L’ordonnance du 18 août 1943 institue une commission d’épuration auprès du CFLN, point de départ de l’épuration en Algérie. La commission doit bien distinguer les hommes qui se sont bornés à exécuter des ordres « sans avoir l’autorité nécessaire pour les discuter et ceux qui, allant au-delà de leurs strictes obligations professionnelles, se sont sciemment associés à une politique antinationale 151 ». L’ordonnance du 27 juin 1944 sert ensuite de base à toute l’épuration en métropole et autorise les commissaires du gouvernement à « suspendre immédiatement tout fonctionnaire accusé d’avoir favorisé les entreprises de l’ennemi, contrarié l’effort de guerre de la France et de ses alliés ou porté atteinte aux institutions constitutionnelles et aux libertés fondamentales (article 2) ». La Commission d’épuration de l’Éducation nationale est instituée le 24 août 1944, la première séance datant du 31 août 1944 à Paris. Face au nombre important de dossiers à traiter, et pour tenir compte des difficultés de circulation à la fois des personnes et des courriers, d’autres commissions d’épuration se mettent en place. Juste après la Libération, des comités se créent ainsi dans certaines facultés ou dans des établissements scolaires et l’on peut alors craindre une absence de recul dans l’examen des dossiers, les rancoeurs locales l’emportant. Par la circulaire du 6 octobre 1944, parue au Bulletin officiel du 19 octobre 1944, René Capitant demande aux recteurs de constituer un conseil d’enquête dans chaque académie. La circulaire précise les fautes passibles de sanctions :

  • 152 Circulaire du 6 octobre 1944 sur l’épuration administrative, Bulletin officiel du 19 octobre 1944, (...)

L’affiliation à un parti ou un mouvement de collaboration ; l’affiliation à un parti ou un mouvement provichyste. Les actes de propagande dans l’enseignement et hors de l’enseignement : propagande collaborationniste, provichyste, antigaulliste, antialliée. Les actes de délation exercés à l’encontre d’un collègue ou de toute autre personne dans le but de dénoncer une activité de résistance. En outre, dans les postes administratifs, certains fonctionnaires ont pu marquer leur attachement au gouvernement dit de l’État français en provoquant contre certains de leurs subordonnés des sanctions de caractère politique. Cette servilité devra être punie152.

  • 153 Archives nationales, F17 16921 à 16940 (20 cartons pour ces personnels spécifiques).

81Chaque conseil académique d’enquête (CAE) est constitué de sept membres titulaires qui représentent les divers degrés de l’enseignement. Le CAE propose une sanction, après avoir procédé à une enquête approfondie, entendu les témoins et questionné l’accusé. Selon l’ordonnance créatrice, les plaintes devaient être déposées auprès des CAE avant le courant mars 1945 mais devant le nombre important de dossiers, l’échéance est repoussée jusqu’en juin 1945. La sanction proposée par le CAE est ensuite examinée par le Conseil supérieur d’enquête à Paris (CSE), institué par l’arrêté du 26 octobre 1944. Ce CSE siège d’octobre 1944 à juillet 1948 et est composé de 24 membres dont la moitié d’universitaires et l’autre moitié de fonctionnaires administratifs et d’enseignants du primaire et du secondaire. Il est présidé successivement par Léon Julliot de la Morandière, Pierre Petot (juristes) et Olivier Pozzo di Borgo (philosophe, inspecteur général). Le CSE centralise les dossiers académiques et leurs propositions de sanctions et formule les propositions définitives, après complément d’enquête s’il le souhaite, avant que le ministre ne tranche. C’est aussi le CSE qui instruit les cas des fonctionnaires de l’administration centrale, des inspecteurs généraux, des recteurs et des inspecteurs d’académie153.

  • 154 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée…, op. cit., graphique, p. 190.
  • 155 François Rouquet, L’épuration dans l’administration française, Paris, CNRS éditions, 1993, tableau, (...)
  • 156 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée (1943-1947), op. cit., tableaux, p. 197-19 (...)

82Le nombre des fonctionnaires ou agents sanctionnés peut être estimé à 9 508 au sein du ministère de l’Intérieur (10 % des effectifs), à 4 892 à la SNCF (1 %), à 4 000 à l’Éducation nationale (1,8 %) à 2 591 aux PTT (1,2 %), à 1 442 aux Finances (1,5 %) et à 409 au ministère de l’Information (6,6 %)154. La haute administration de l’Éducation nationale et l’enseignement supérieur sont proportionnellement plus fortement touchées. François Rouquet relève 3 391 sanctions administratives infligées jusqu’en mai 1949 par le ministère de l’Éducation nationale155. Au total, selon Claude Singer, sur environ 6 000 dossiers, la commission nationale d’épuration de l’Éducation nationale décide 1 515 non-lieux (31,5 %) et 3 285 mesures d’épuration156. L’épuration y est donc forte.

  • 157 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée (1943-1947), op. cit., p. 299.

83Les recteurs du Régime de Vichy, pour certains d’entre eux, sont touchés par l’épuration, nous l’avons déjà évoqué lors de l’examen de leur positionnement personnel pendant la guerre. Selon Claude Singer, « les recteurs ont été particulièrement visés par l’épuration de 1944 puisque sept d’entre eux seulement (sur un total de dix-sept) y ont échappé. Encore faut-il souligner que ces sept rescapés ont tous été mutés, aucun recteur en poste sous Vichy n’ayant été maintenu sur place à la libération. En la matière, l’épuration de 1944-1946 a été plus vigoureuse que celle menée par Vichy en 1940-1942157 ».

  • 158 Archives nationales, F17 16936, arrêté du 21 septembre 1945.

84En fait, nous pouvons relever que sur les dix-sept recteurs en place à la tête des académies lorsque le régime de Vichy s’effondre, trois demeurent en poste sur place (Gau à Aix, Duez à Lille et Senn à Nancy) alors que Marchaud passe de Clermont à Bordeaux. André Lirondelle devient directeur de l’Enseignement supérieur et Edmond Préclin retourne diriger la faculté des lettres de Besançon mais sans être sanctionné158. Robert Deltheil, qui a demandé lui-même à passer devant le Conseil supérieur d’enquête, ne voit aucune sanction être retenue contre lui. Michel Souriau, quant à lui, est de nouveau recteur dès 1946 à Lille.

85Sur les dix-sept recteurs en poste lors de l’agonie de Vichy, neuf recteurs sont condamnés par le Conseil supérieur d’enquête soit 52 % alors que huit ne sont pas inquiétés. Sur ces neufs recteurs condamnés, six sont des « nouveaux » recteurs choisis par le Régime entre 1940 et 1944. Si l’on prend l’ensemble des recteurs ayant exercé sous le régime de Vichy, de juillet 1940 à la libération, soit trente et une personnes, on relève onze réelles mesures d’épuration soit 35,4 %. Les sanctions prises ne sont pas, pour la plupart, d’une sévérité remarquée. C’est un révélateur d’une bonne tenue relative du corps rectoral pendant les années noires, même si cela peut être aussi le signe d’une épuration assez conciliante. Il faut aussi noter que tous les « épurés », sauf Louis Ferrère lourdement condamné à la fois par le ministère et par la Cour de Justice, bénéficieront, dans les années suivantes, d’une révision atténuante de la sanction prononcée. Jérôme Carcopino obtient ainsi un non-lieu le 10 juillet 1947 puis sa réintégration au sein de l’université en 1951. Adolphe Terracher voit le Conseil d’État annuler, le 28 juin 1946, sa mise à la retraite d’office décidée le 23 juin 1945.

Figure 6. Les sanctions pour les recteurs d’académie suite à l’épuration administrative.

Recteurs Sanction Révision
Bertrand Jean-Jacques Arrêté et emprisonné ; mis à la retraite d’office avec pension (14 septembre 1945)
Blanchard Marcel Admis d’office à la retraite (11 août 1947) Réintégré (1955) mais placé à la retraite immédiatement.
Boussagnol Gabriel-Gaston Placé en non-activité (12 septembre 1944) ; rétrogradé dans le rang des professeurs des universités des départements ; placé à la retraite (16 février 1946). Réintégré dans le cadre des recteurs (arrêté du 18 janvier 1946) et admis à la retraite.
Carcopino Jérôme Arrêté et emprisonné ; bénéficie d’un « non-lieu » le 10 juillet 1947. Réintégré au sein de l’Université (6 mai 1951)
Ferrère Louis Arrêté, incarcéré ; « révoqué sans pension avec interdiction absolue d’enseigner » et perte de ses droits au port de toute décoration (arrêté du 21 février 1946)
Condamné par la Cour de Justice de Dijon à 5 ans de prison, 60 000 francs d’amende et à la dégradation nationale à vie (29 juin 1945).
Libéré sous conditionnelle le 14 août 1947.
Gain André-François Suspendu à demi-traitement (14 sept. 1944) ; révoqué sans pension (7 mars 1945) ; Arrêté et emprisonné (peine de 10 ans. Il fait 27 mois). Bénéficie d’une mesure gracieuse le 17 novembre 1951 : réintégration avec mise à la retraite immédiate.
Gidel Gilbert Suspendu de ses fonctions (20 août 1944) ; rétrogradé comme professeur de droit à la faculté de droit de Paris.
Hardy Georges Suspendu en 1943 ; « Révoqué avec interdiction absolue d’enseigner » (4 septembre 1943) Réintégré dans ses fonctions (décret du 22 décembre 1949) et mis à la retraite.
Mercier Jean Suspendu ; réintégré dans les fonctions de professeur des départements (arrêté du 7 novembre 1944)
Mollon Charles Arrêté et emprisonné ; « suspendu sans traitement » (arrêté du 23 août 1944) Rétabli dans ses fonctions de recteur (arrêté du 21 février 1946) et placé à la retraite.
Terracher Adolphe Placé à la retraite d’office (25 juin 1945) Sanction annulée par le Conseil d’État (28 juin 1946)

 

  • 159 Stéphanie Corcy-Debray, « Sous l’occupation », dans Jean-Pierre Rioux (dir.), Deux cents ans d’insp (...)
  • 160 Marc-Olivier Baruch et Vincent Guigueno (dir.), Le choix des X : l’école Polytechnique et les polyt (...)

86La traversée des années noires est bien une épreuve pour les recteurs. Il n’y a pas d’épuration systématique des titulaires avec l’arrivée du Maréchal Pétain au pouvoir et de nombreux recteurs nommés sous la Troisième République se maintiennent, même si les plus opposés à la politique du Régime de Vichy sont vite destitués. Progressivement, en particulier en janvier-février 1941 puis en février-juin 1943, des mutations et des retraits de fonction permettent au régime de nommer de nouveaux titulaires. De l’installation du régime de Vichy à sa chute, la France connaît trente et un recteurs dont dix-sept sont des « anciens », nommés sous la Troisième République alors que quatorze découvrent la fonction sous Vichy. C’est souvent chez ces nouveaux titulaires, mais pas exclusivement, que les profils idéologiques sont plus conformes à ceux du pouvoir en place. Diriger une académie pendant la Seconde Guerre mondiale s’avère une tâche très difficile. Il faut, au quotidien, faire face aux aléas de la guerre, aux bâtiments occupés, aux personnels absents (prisonniers, évacués, etc.) et aux diverses pénuries, luttant sans cesse pour que se maintienne une vie scolaire et universitaire minimale. Il faut aussi immanquablement se positionner face au nouveau régime, celui du maréchal Pétain, et face à sa politique scolaire qui, sur de nombreux points, est une violation des traditions républicaines. À ce niveau, il apparaît que les recteurs, dans leur grande majorité, opèrent peu à peu – plus ou moins rapidement selon les individus – une dissociation progressive entre la fidélité à leurs missions d’administrateur, leur attachement au maréchal Pétain et leur éventuel soutien à la politique scolaire de la Révolution nationale. La plupart des recteurs conservent ainsi longtemps une forte révérence envers le maréchal Pétain et une volonté évidente de poursuivre leur fonction au nom de la continuité de l’État mais ils sont moins nombreux à s’engager fermement dans la défense des réformes scolaires voulues par le régime. Dès lors, ils sont tiraillés entre leur devoir d’application des ordres et leurs valeurs républicaines. Beaucoup font le choix de rester en poste, tout en essayant, quand cela est possible, d’atténuer les effets de la législation scolaire et des lois d’exclusion du régime ainsi que les exigences de l’occupant. S’il n’y a pas un engagement massif des recteurs dans la politique de collaboration, il n’y a pas non plus d’engagement important dans les combats de la résistance active, même si la course de lenteur dans l’application des directives peut aussi être considérée comme une forme de résistance. Dès lors, le positionnement rectoral s’apparente à un exercice d’équilibriste. Il faut à la fois – par nécessité de service car c’est la nature même de la fonction rectorale – être en relation fréquente avec le ministère de l’Éducation nationale et montrer que l’on relaie les directives de Vichy, tout en tentant localement de modérer les effets des lois officiellement soutenues. Il faut aussi, face aux Autorités d’occupation, trouver la bonne distance qui ne peut être celle de l’ignorance absolue. Dès lors, entre le compromis nécessaire, imposé par le contexte, et les compromissions, les limites sont parfois ténues. Le verdict de l’épuration administrative (onze cas sur trente et un) montre à la fois une forme d’imperméabilité majoritaire de la fonction rectorale à l’égard du discours et des pratiques du régime de Vichy, mais aussi, a contrario, la séduction minoritaire, mais tout de même bien réelle, pour plusieurs figures rectorales, qu’a exercé la Révolution nationale et parfois le choix de sa politique de collaboration. Comme pour les inspecteurs généraux159 ou les Polytechniciens160, il n’y a pas chez les recteurs de positionnement collectif mais pluralité des cheminements et des positionnements dans une délicate dialectique entre l’acteur et le système, dans l’estimation toute personnelle aussi du degré « d’accommodation » que l’on peut accepter.

Notes

1 Abel Bonnard, « Discours prononcé à Lille pour la distribution des prix, 13 juillet 1942 », Paris, Plon, 1942, 26 p.

2 Jean-François Condette, « Un ministre du gouvernement de Vichy dans le Nord occupé : la visite d’Abel Bonnard, ministre de l’Éducation nationale à Lille, 13 juillet 1942 », Revue du Nord, tome 85, janvier-mars 2003, p. 139-162.

3 Sonia MAZEY et Vincent Wright, « Les préfets », dans Jean-Pierre Azema et François Berarida (dir.), Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1991, p. 267-286 ; Pierre Henry, Histoire des préfets, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1950, p. 325-349. Fin août 1940, 27 préfets seulement, nommés par la IIIRépublique dans leur poste, sont encore en place. De juin 1940 à la Libération, les 87 départements de la métropole sont administrés par plus de 220 préfets (autant que durant l’ensemble du Second Empire), signe d’une très forte instabilité.

4 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée (1943-1947), Paris, Les Belles Lettres, 1997, p. 9-10.

5 Stéphane Rials, « L’administration de l’enseignement de 1936 à 1944 », dans Pierre Bousquet, Roland Drago, Paul Gerbod, Histoire de l’administration de l’enseignement en France (1789-1981), Paris, Droz-Champion, 1983, p. 57-106.

6 Ibid., p. 58.

7 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940 : tome I : L’évolution d’une fonction administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP-SHE, 2006, p. 211 et suivantes.

8 Pour la biographie de ces recteurs, nous renvoyons à Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940 : tome 2 : Dictionnaire biographique, Lyon, INRP-SHE, 2006, 412 p.

9 Archives nationales, F17 26902, dossier d’André Marchaud.

10 Archives nationales, F17 27827, dossier de Robert Deltheil.

11 Archives nationales, F17 27565, dossier de Gabriel-Gaston Boussagnol.

12 Archives nationales, F17 26992, dossier d’Édouard Galletier.

13 Archives nationales, F17 25040, dossier de Louis Bruntz.

14 Archives nationales, F17 25346, dossier de Gustave Roussy.

15 Ibid., lettre de Paul Rivet au Maréchal Pétain, 14 novembre 1940.

16 Ibid., pièces diverses contre le recteur Roussy provenant de « groupements nationaux », novembre 1940.

17 Archives nationales, F17 13361, papiers Bonnard, note sur Gustave Roussy datée du 21 novembre 1942.

18 Archives nationales, F17 25346, dossier Gustave Roussy, note du Conseil d’État, séance du 26 février 1941.

19 Archives nationales, F17 26587, dossier Henri Pariselle.

20 Ibid., lettre de Pariselle au directeur de l’Enseignement supérieur, 19 septembre 1944.

21 Archives nationales, F17 28455, dossier Pierre Daure.

22 Archives nationales, AJ 40/565/8, note du 27 décembre 1941.

23 Circulaire d’Abel Bonnard du 13 mai 1942 adressée aux recteurs et inspecteurs d’académie.

24 Archives nationales, F17 13361, Note dactylographiée sur les recteurs du 22 janvier 1943.

25 Ibid., « Note sur les recteurs », sans date.

26 Archives nationales, F17 25521, dossier de Pierre Martino.

27 Si l’on intègre Jérôme Carcopino qui a dirigé l’École française de Rome puis l’École normale supérieure.

28 Archives nationales, F17 25396, dossier de Félix Senn, Note du recteur pour l’année 1937.

29 Archives nationales, AJ 40/565, Militär Befelshaber In Frankreich, Verwaltungsstab, 30 avril 1941.

30 François Marcot, « L’université de Besançon à l’époque de l’occupation (1940-1944) », dans Maurice Gresset et François Lassus (dir.), Institutions et vie universitaires dans l’Europe d’hier et d’aujourd’hui, Annales de l’Université de Besançon, Cahiers d’études comtoises, n° 51, 1992, p. 127-143. (ici p. 128).

31 Archives nationales, F 17 25363, dossier d’André-François Gain, Rapport du recteur daté du 15 janvier 1932.

32 Archives nationales, AJ/40/566, Archives allemandes de la Seconde Guerre mondiale, Curriculum vitae de Gilbert Gidel.

33 Archives nationales, F17 13361, papiers Bonnard, note sur les recteurs, 1943.

34 Archives nationales, F 17 25188, dossier de Charles Mollon, État de service militaire.

35 Archives nationales, F 17 28060, dossier de Michel Souriau, Note sur ses états de services militaires.

36 Archives nationales, F17 13361, note sur Marcel Blanchard datée du 5 novembre 1942.

37 Ibid.

38 Bibliothèque nationale de France, Albert Cherel, Titres et travaux, Chartres, Imprimerie Durand, 1940, 8 p.

39 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français : L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p.

40 Ibid., chapitre 10, p. 365 et suivantes.

41 Rémy Handourtzel, Vichy et l’École (1940-1944), Paris, Noësis, 1997, 330 p. ; Pierre Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991, 698 p. ; Claude Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, Paris, Les Belles Lettres, 1992, 437 p. ; Wilfred D. Halls, Les Jeunes et la politique de Vichy, Paris, Syros, 1988, 502 p.

42 Rémy Handourtzel, Vichy et l’École…, op. cit., p. 226.

43 Archives nationales, 71AJ 251, Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, lettre du 26 décembre 1941.

44 Archives nationales, F17 28455, dossier Daure, télégramme du 20 décembre 1941.

45 Ibid., La Gerbe du 3 juillet 1941.

46 Ibid., note interne du ministère, 4 septembre 1941.

47 Archives nationales, 71AJ251, souvenirs de Pierre Daure pour le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

48 Ibid., voir la proclamation : « À la population du Calvados » par le préfet Pierre Daure, 10 juillet 1944.

49 Archives nationales, F17 27330, dossier Jean Sarrailh.

50 Archives nationales, F 17 13343, Papiers Bonnard, note du 31 décembre 1942.

51 Jean Roche, « Allocution le 2 mars 1964 », dans Annales de l’Université de Paris, « À la mémoire du recteur Jean Sarrailh » numéro spécial, 38e année, novembre-décembre 1968, p. 15.

52 Marcel Bataillon, « Jean Sarrailh » dans Annales de l’Université de Paris, op. cit. p. 27.

53 F. Berges, « Maître et étudiants », dans Annales de l’Université de Paris, op. cit., p. 37-38.

54 J.-A. Lacoste, « Jean Sarrailh », dans Annales de l’Université de Paris, op. cit., p. 47-48.

55 Archives nationales, F17 13339, note du Cabinet du 10 septembre 1942.

56 Archives nationales, F17 13361, Papiers Bonnard, « Note sur les recteurs », sans date (mais de janvier 1943).

57 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1974, « André Marchaud », p. 54-63.

58 Jean-François Condette, « La résistance universitaire en zone rattachée de 1940 à 1944 (France et Belgique) », dans Robert Vandenbussche (dir.), L’engagement dans la Résistance (France du Nord-Belgique), Lille, Lille 3, CRHEN-O-CEGES, 2003, p. 31-70.

59 Archives nationales, F 17 25295, dossier Adolphe Terracher.

60 Léon Strauss, « L’université de Strasbourg repliée. Vichy et les Allemands », dans André Gueslin (dir.), Les facs sous Vichy…, op. cit., p. 87-112.

61 Ibid., p. 90.

62 Archives nationales, F17 13379, circulaire de Jacques Chevalier aux recteurs datée du 22 janvier 1941.

63 Léon Strauss, « L’université de Strasbourg repliée. Vichy et les Allemands », article cité, p. 108.

64 Archives nationales, F 17 25295, dossier d’Adolphe Terracher, note de novembre 1944.

65 Archives nationales, AJ 40/ 558, lettre de Bonnard du 29 juin 1944.

66 AN, F17 13346, Papiers Bonnard, lettre de Madame Deltheil à Abel Bonnard, 17 juin 1944.

67 Archives nationales, F17 27827, Dossier Deltheil, L’Université libre du 5 novembre 1944.

68 Ibid., témoignage dans son dossier.

69 Ibid., témoignage d’un inspecteur général dans son dossier.

70 Ibid., lettre du 14 juin 1945.

71 Ibid., mémoire de défense de 12 p.

72 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1974, p. 67-70 (par André Fontaine).

73 Archives nationales, F 17 26992, dossier Galletier, lettre de Maurice Bayen au ministre du 1er avril 1955.

74 Ibid., Lettre du 9 juin 1955 au président de la commission de reclassement.

75 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée…, op. cit., p. 319.

76 Stéphane Israel, « Jérôme Carcopino, directeur de l’École normale supérieure des années sombres » dans André Gueslin (dir.), Les facs sous Vichy…, op. cit., p. 157-168.

77 Jérôme Carcopino, Souvenirs de sept ans, Paris, Flammarion, 1953, 702 p.

78 Ibid., chapitre III, « Les épreuves de l’université de Paris », p. 200-233.

79 Ibid., p. 244.

80 Stéphanie Corcy-Debray, Jérôme Carcopino : Un historien à Vichy, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 241-242.

81 Ibid., p. 164.

82 Archives nationales, AJ 16/ 7132, note de Carcopino au ministre de l’Instruction publique, 9 décembre 1940.

83 Ibid., note de Carcopino au ministre, 27 janvier 1941.

84 Archives nationales, 72 AJ 7130, note du 17 mars 1941, académie de Paris, application du statut des juifs.

85 Archives nationales, AJ 16/7131, application de la loi sur les sociétés secrètes.

86 Stéphanie Corcy-Debray, Jérôme Carcopino…, op. cit., p. 123.

87 Ibid., « Lois d’exclusion : l’historien confronté aux lois d’exclusion », p.161 et suivantes.

88 Jérôme Carcopino, Souvenirs de sept ans, op. cit., p. 688-693.

89 Archives nationales, F17 27565, dossier Boussagnol, arrêté du 7 décembre 1944.

90 Ibid., lettre du 11 septembre 1944 au ministre.

91 Ibid., déposition du recteur Daure, 23 novembre 1944.

92 Ibid., rapport final du Conseil supérieur d’enquête, 3 pages.

93 Ibid., mémoire justificatif de Gabriel-Gaston Boussagnol, 16 mai 1945, 71 p.

94 Ibid.

95 Archives nationales, F17 16925, verdict du Conseil supérieur d’enquête, 5 juillet 1945.

96 Ibid., lettre du recteur Boussagnol au ministre de l’Éducation nationale, 30 janvier 1942.

97 Ibid., lettre du recteur Daux au directeur de l’Enseignement supérieur, 6 février 1946.

98 Ibid., lettre de Vincent Auriol au ministre Naegalen, 27 février 1946.

99 Ibid., brouillon de lettre du ministre Naegalen, 5 avril 1946.

100 Archives nationales, F17 16924, commission d’épuration, Dossier Blanchard, rapport du 23 juillet 1945.

101 Ibid., lettre d’André Basdevant à Maurice Bayen, 3 août 1953.

102 Ibid., lettre d’André Basdevant à Marcel Blanchard, 30 septembre 1955.

103 Archives nationales, F 17 16935, Commission d’épuration, dossier Jean Mercier, Lettre du 23 décembre 1947.

104 Ibid., lettre de demande en recours de Jean Mercier, 11 décembre 1947.

105 Ibid., note du Conseil supérieur d’enquête.

106 Marc Olivier Baruch, Servir l’État français, op. cit., « Fonctionnaires par gros temps », p. 427 et suivantes.

107 Ibid., p. 264.

108 Ibid., p. 578.

109 Archives nationales, F17 16755, dossier Gilbert Gidel.

110 Archives nationales, F17 16931, Rapport d’E. Lablénie sur Gidel, 18 décembre 1944.

111 François Marcot, « Entre les études et l’engagement : le monde universitaire bisontin sous l’occupation », dans André Gueslin (dir.), Les facs sous Vichy…, op. cit., p. 142-155.

112 Le petit comtois du 20 juillet 1941. Cité également par François Marcot, « L’université de Besançon à l’époque de l’occupation (1940-1944) », dans Maurice Gresset et François Lassus (dir.), Institutions et vie universitaires dans l’Europe d’hier et d’aujourd’hui, Annales de l’Université de Besançon, Cahiers d’études comtoises, n° 51, 1992, p. 132.

113 Archives nationales, F17 13369, discours du recteur Bertrand, septembre 1942.

114 François Marcot, « Entre les études et l’engagement : le monde universitaire bisontin sous l’occupation », dans André Gueslin (dir.), Les facs sous Vichy…, op. cit., p. 145.

115 Archives nationales, F 17 16923, dossier de Jean-Jacques Bertrand, Lettre au ministre, 21 septembre 1944.

116 Ibid., rapport du président du Conseil supérieur d’enquête (Petot), 11 juillet 1945.

117 Ibid.

118 Archives nationales, F 17 13347, lettre du recteur Gain à Abel Bonnard, 2 juillet 1944.

119 Archives nationales, F17 25363, dossier d’André-François Gain, Arrêté du 17 mars 1945.

120 Archives nationales, F17 16930, dossier d’épuration, conclusions du CSE.

121 Ibid., lettre au ministre, 8 septembre 1944, 14 p.

122 Archives nationales, F17 25363, lettre au ministre du 17 novembre 1952.

123 Archives nationales, F17 27552, dossier de Georges Hardy, arrêté du 5 février 1944.

124 Claude Singer, Vichy, l’Université et les Juifs, op. cit., p. 92 puis 127.

125 Claude Singer, L’Université libérée ; l’Université épurée…, op. cit., p. 24-25.

126 Rémy Handourtzel, Vichy et l’École…, op. cit., p. 82.

127 Archives nationales, F17 16930, dossier Ferrère, lettre au ministre, 17 octobre 1948.

128 Ibid., Arrêté du 21 février 1946.

129 Ibid., rapport du conseil supérieur d’enquête au ministère, 12 et 13 avril 1945.

130 Ibid., voir son rapport sur cette affaire, daté du 4 avril 1944.

131 Archives nationales, F 17 16935, Commission d’épuration, dossier Charles Mollon.

132 Ibid., note pour le Conseil supérieur d’enquête.

133 Ibid.

134 Jean-François Chanet et Annie Crepin (dir.), Le temps des hommes doubles. Les arrangements face à l’occupation, de la Révolution française à la guerre de 1870, Rennes, PUR, 2013, 352 p.

135 Chantal Morelle et Pierre Jakob, Henri Laugier ; un esprit sans frontières, Bruxelles, Bruylant, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, 1997, p. 116 et suivantes ; Jean-Louis Cremieux-Brilhac et Jean-François Picard (dir.), Henri Laugier en son siècle, CNRS Éditions, 1995, 157 p.

136 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée (1943-1947), op. cit., p. 29.

137 Claude Singer, « Le rétablissement de la légalité républicaine à l’Université d’Alger en 1944 » dans Fondation Charles de Gaulle, Le rétablissement de la légalité républicaine (1944), Bruxelles, Complexe, 1995, p. 509-526.

138 Chantal Morelle et Pierre Jakob, Henri Laugier…, op. cit., p. 205.

139 Ibid., p. 517.

140 Henri Laugier, Combats de l’exil, Montréal, 1944, Éditions de l’Arbre, p. 145.

141 Jean-François Muracciole, Les enfants de la défaite. La Résistance, l’éducation et la culture, Paris, Presses de Sciences Po, 1999, 376 p.

142 J. Loiseau, « In memoriam : Paul Dottin », Revue Études anglaises, 1965, p. 441-442.

143 André Gibert, « André Allix (1889-1966) », Géocarrefour, année 1966, volume 41, n° 2, p. 95-98.

144 Jean Delumeau, « Roger Doucet », Revue historique, 1957, 81e année, p. 448-449.

145 Annales de l’Université de Paris, tome 1961, 31e année, n° 3, « Robert Mazet », p. 331-333.

146 Nicolas Bourgeois, Daniel Chalonge et Alfred Kastler, « Emmanuel Dubois » dans Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1974, p. 77-83.

147 Odile Rudelle, « Le général de Gaulle et le retour aux sources du constitutionnalisme républicain », dans Fondation Charles de Gaulle, Le rétablissement de la légalité républicaine (1944), Bruxelles, Complexe, 1995, p. 29-54.

148 Alain Bancaud, « Le retour de l’État de droit républicain par une justice d’exception : l’épuration judiciaire » dans Fondation Charles de Gaulle, Le rétablissement de la légalité républicaine (1944), op. cit., p. 435-446.

149 Jacques Chevallier, « L’épuration au Conseil d’État » dans Fondation Charles de Gaulle, Le rétablissement de la légalité républicaine (1944), op. cit., p. 447-460.

150 Jean-Marc Berliere, « L’épuration dans la police », dans Fondation Charles de Gaulle, Le rétablissement de la légalité républicaine (1944), op. cit., p. 489-508. La commission d’épuration de la préfecture de Police de Paris, mise en place le 30 août 1944, tient 157 séances du 8 septembre 1944 au 14 novembre 1945 et examine 3 939 cas (environ 20 % des effectifs). Après étude des dossiers, 1 906 décisions de sanction sont prises (721 révocations sans pension, 62 révocations avec pension, 164 mises à la retraite d’office, 369 blâmes, etc.). Par ailleurs plus de 400 dossiers sont ensuite transmis à la Justice qui a prononcé 196 condamnations dont 20 à la peine capitale suivies de 7 exécutions.

151 Cité par Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée…, op. cit., p. 175.

152 Circulaire du 6 octobre 1944 sur l’épuration administrative, Bulletin officiel du 19 octobre 1944, p. 148-151.

153 Archives nationales, F17 16921 à 16940 (20 cartons pour ces personnels spécifiques).

154 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée…, op. cit., graphique, p. 190.

155 François Rouquet, L’épuration dans l’administration française, Paris, CNRS éditions, 1993, tableau, p. 59.

156 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée (1943-1947), op. cit., tableaux, p. 197-198. L’auteur relève au total 1323 sanctions sévères [Mise en disponibilité (214), Retraite d’office (176), Retraite d’office avec interdiction d’enseigner (23), Révocation avec pension (44), Révocation avec pension et interdiction d’enseigner (15), Révocation sans pension (429), Révocation sans pension et interdiction d’enseigner (301), Interdiction d’enseigner (82), Radiation des listes des intérimaires (28), Radiation des listes des intérimaires avec interdiction d’enseigner (11)], 1 050 sanctions moyennes [Déplacement d’office dans un même département (45), Déplacement d’office hors du département (555), Rétrogradation de classe (365)] et 1 018 sanctions légères [Blâme (765), Censure (230), Suppression des distinctions honorifiques (23)]. Selon Claude Singer, 5 % des universitaires ont été frappés par l’épuration contre moins de 2 % des professeurs du secondaire et moins de 1 % des instituteurs.

157 Claude Singer, L’Université libérée, l’université épurée (1943-1947), op. cit., p. 299.

158 Archives nationales, F17 16936, arrêté du 21 septembre 1945.

159 Stéphanie Corcy-Debray, « Sous l’occupation », dans Jean-Pierre Rioux (dir.), Deux cents ans d’inspection générale, Paris, Fayard, 2002, p. 245-265. Elle montre la complexité des positionnements et l’infléchissement de certains itinéraires sous le régime de Vichy mais aussi l’absence de positionnement officiel, la plupart des inspecteurs généraux essayant de poursuivre leur travail en évitant les prises de position trop tranchées. Il y a bien une épuration au début de l’installation du régime dont témoigne la mise à la retraite de Jules Isaac, victime du statut des Juifs Si sous Carcopino, les nouveaux nommés sont essentiellement des universitaires de tradition, l’arrivée de Bonnard entraîne une « radicalisation dans le choix des hommes » que peut symboliser la nomination de Jacques Bousquet, collaborationniste engagé et antisémite convaincu, comme directeur de cabinet. Si quelques inspecteurs généraux (Emile Abry et René Pradère par exemple) sont mis en cause par le Conseil supérieur d’enquête à la libération pour leur zèle à sanctionner les enseignants résistants et leur fidélité aux idées de la Révolution nationale, la plupart échappent à toute procédure. Les inspecteurs généraux engagés dans la résistance sont une poignée comme Gustave Monod, Henri Bédarida, Jules Coulon ou Jean Gotteland.

160 Marc-Olivier Baruch et Vincent Guigueno (dir.), Le choix des X : l’école Polytechnique et les polytechniciens, 1939-1945, Paris, Fayard, 2000, 349 p. Les contributeurs notent la diversité des attitudes mais aussi, au final, le faible poids de la collaboration, au-delà du cas d’école que représente Jean Bichelonne (promotion 1923).

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540