Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Autour de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Chapitre 22. Au travers les yeux d’un élève… Un conflit idéologique vu « du dessous » pendant la Deuxième Guerre mondiale en Flandre. Le cas du Collège Saint-Joseph à Turnhout

Sarah Van Ruyskensvelde

Texte intégral

  • 1 Roy Lowe, « Introduction », dans Roy Lowe (dir.), Éducation and the Second World War : Studies in S (...)
  • 2 Bruno de Wever, « De erfenis van de collaboratie tijdens de Tweede Wereldoorlog in België (1944-200 (...)

1Dans son introduction à une des rares études sur l’impact de la Seconde Guerre mondiale sur l’éducation scolaire, Roy Lowe a évoqué les nombreux problèmes liés à l’étude de ce sujet. En raison de la dimension mondiale du conflit, il soutenait que « les historiens sont […] amenés à donner un sens et à interpréter un événement dans lequel tout développement local ou national ne peut être compris qu’au sein d’un cadre plus vaste. En effet, se concentrer exclusivement sur les réponses locales à une guerre de cette ampleur pourrait les déformer1 ». Bien que Lowe souligne à juste titre l’importance de la contextualisation, vu d’une autre perspective, la question se pose si l’on peut vraiment mesurer l’impact de la Seconde Guerre mondiale sur les systèmes scolaires en étudiant simplement les développements nationaux ou internationaux. Ne risque-t-on pas de brosser un tableau dénué de sens de l’influence de la Seconde Guerre mondiale sur la vie scolaire ? En analysant le journal d’un élève, nous présentons dans cette contribution la manière dont un conflit idéologique est vécu par les élèves du Collège Saint-Joseph à Turnhout (Sint-Jozefscollege, Flandres) pendant la guerre. En effet, l’objectif de l’analyse de ce journal est de reconstituer les relations entre les deux principaux groupes idéologiques, à savoir les nationalistes flamands et les patriotes belges, qui s’affrontaient au sein du collège. Nous émettons l’hypothèse que le sens du conflit idéologique pendant et après la guerre, et plus particulièrement l’amalgame entre le nationalisme flamand et la collaboration avec l’occupant allemand pendant la guerre, ne coïncide pas nécessairement avec ce que le nationalisme flamand représente pour les acteurs eux-mêmes. Ainsi, une étude du « particulier peut compléter l’orientation de l’historiographie belge sur la Seconde Guerre mondiale, qui se focalise surtout sur la collaboration politique du nationalisme flamand au niveau central et sur son affinité idéologique avec le national-socialisme2 ».

  • 3 Antonio Viñao, « Teachers’ Egodocuments as a Source of classroom History. The Case of Autobiographi (...)
  • 4 Christa Hämmerle, « Diaries », dans Benjamin Ziemann et Miriam Dobson (dir.), Reading primary sourc (...)
  • 5 Richard D. Brown, « Microhistory and the Post-Modern challenge », Journal of the Early Republic, Vo (...)
  • 6 Roy Lowe, « Introduction », dans Éducation and the Second World War…, op. cit., p. 2.

2En outre, le journal illustre le fait que la Seconde Guerre mondiale n’a pas seulement donné lieu à un conflit idéologique entre partisans et adversaires des idées nationales-socialistes, mais elle a également dynamisé la culture scolaire de l’avant-guerre dans les écoles catholiques en Flandre. En tant que source, le journal intime est particulièrement éclairant à cet égard, car il donne aux enfants et aux jeunes une voix dans l’histoire et il nous permet de comprendre leurs expériences. Comme Antonio Viñao le démontre dans son article sur les documents autobiographiques d’enseignants, le journal intime n’éclaire pas seulement le sujet individuel qui écrit, mais il clarifie aussi « le monde qu’il mentionne ou auquel il réfère dans ses écrits, et l’époque, le territoire ou le milieu social auquel il appartient3 ». En accord avec les commentaires de Christa Hämmerle sur la position du journal intime « dans la relation étroite entre la société et l’individu4 », nous démontrons que l’histoire personnelle de cet élève illustre comment la guerre ou les conditions de guerre interagissent idéologiquement et socialement avec l’éducation scolaire, et élucide ce qui se passe quand le système de valeurs est mis en question par le bas. Les événements relatés dans cet article sont reliés avec l’histoire de l’éducation et l’histoire politique, car le journal illustre que les jeunes sont des « agents dont les actions affectent le monde dans lequel ils vivent5 ». Par ailleurs, nous croyons que se focaliser sur le conflit idéologique et « le rôle des systèmes éducatifs qui sont à la base des valeurs nationales », offre une perspective intéressante, puisque – comme Low l’a remarqué – « la Seconde Guerre mondiale a été perçue à l’époque comme une guerre idéologique qui semblait, au moins pour ceux qui l’ont vécue, diviser les combattants plus que dans les conflits antérieurs6 ». La Belgique est un cas particulièrement à cause de la position puissante des institutions catholiques et des congrégations dans l’éducation et leur relation versatile à l’égard du Mouvement flamand. Avant de procéder à l’analyse du journal intime, nous introduirons brièvement la source, le contexte historique et les problèmes méthodologiques liés à l’utilisation du journal intime dans la recherche historique.

1. Ad Majorem Dei Gloriam. L’éducation jésuite en Belgique et le Mouvement flamand

3Bien que nous ayons consulté une grande variété de sources, tels que des écrits personnels du directeur ou des histoires d’écoles, cet article se focalise surtout sur le journal personnel d’un élève. En nous basant sur ce journal, sur les archives de l’école et les entretiens avec sa famille, nous avons pu reconstituer la vie de cet élève.

A) L’élève Juliaan Van Acker et son journal

  • 7 Lettre de Frank Van Acker à l’auteur, 25 janvier 2011.
  • 8 Archivum Provinciae Belgicae Septentrionalis (ABSE), Archives personnelles de Gustaaf Van Alsenoy.
  • 9 ABSE, Sint-Jozefscollege, Turnhout.
  • 10 Mark Van Den Wijngaert, Bruno de Wever, Fabrice Maerten, Partick Nefors, Luc Vandeweyer, et Marnix (...)

4L’auteur du journal est Juliaan van Acker, né le 12 janvier 1925. Au début de la guerre il vit avec son père, ses trois frères et ses quatre sœurs à Lokeren (Flandres). Son père, directeur d’une usine de chaussures, a inscrit Juliaan et ses deux frères, Herman et Leo, dans ce collège jésuite, parce qu’il est réputé pour sa discipline et sa bonne formation en humanités classiques7. La famille ignore que Juliaan a tenu un journal intime entre septembre et décembre 1940. Ses écrits personnels sont une combinaison de trois genres. Tout d’abord, le journal rapporte ses expériences quotidiennes à l’école et à la maison. Ensuite, le journal contient quelques réflexions personnelles que l’auteur y a ajoutées à un stade ultérieur. En effet, au cours du printemps 1941, Juliaan a commenté certains de ses premiers écrits au sujet des conflits avec quelques camarades de classe. En troisième lieu, le journal comprend les réflexions religieuses du Père Gustaaf Van Alsenoy, le directeur du Collège Saint-Joseph à cette époque. C’est ce Père qui a conservé le journal de Juliaan dans ses archives personnelles8. Par la suite, le journal a été classé dans les archives de l’École9 où il est resté jusqu’à ce jour. On ignore comment le Père Van Alsenoy est entré en possession du journal. L’a-t-il confisqué en raison de certains passages subversifs ou a-t-il été perdu et retrouvé par ce dernier ? Le journal relate les expériences ordinaires de la vie scolaire de tous les jours. Dans le cadre de cet article, nous n’avons pas prêté attention à ces expériences qui appartiennent à la culture scolaire même, comme par exemple ses critiques à l’égard de la discipline. Son mécontentement à propos de la pénurie de vivres et de charbon, suite aux réformes socio-économiques de l’occupant et au remplacement du libéralisme économique de l’avant-guerre par une économie dirigée10 ne sera pas étudié non plus.

B) La question du nationalisme flamand et du patriotisme belge

  • 11 Le développement de l’enseignement jésuite en Flandre pendant la période de l’entre-deux-guerres es (...)
  • 12 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/26, n° 3 Taaltoestanden in het M.O. : twee seminarie-opstell (...)
  • 13 Bruno de Wever, « Catholicism and Fascism in Belgium », dans Matthew Feldman, Marius Turda, et Tudo (...)

5Le principal objectif de cet article est d’étudier l’affrontement entre deux idéologies dominantes, le nationalisme flamand et le patriotisme belge, dans le contexte scolaire. Dans l’entre-deux-guerres, la congrégation des Jésuites avait développé et maintenu des liens étroits avec le mouvement radical flamand11. Au Collège Saint-Joseph à Turnhout, l’idéologie du nationalisme flamand s’est particulièrement développée dans l’entre-deux-guerres. Nos recherches dans les archives des années 1930 laissent même entrevoir que presque tous les enseignants et élèves sont favorables au nationalisme flamand12. En général, la conscience flamande s’est développée dès l’indépendance belge en 1830. Elle est née du fait que la culture, l’éducation et la vie publique se faisaient en français. La Belgique du XIXsiècle était en effet dominée par une élite francophone qui ne tenait pas compte du fait qu’une grande majorité de la population était néerlandophone. En conséquence, dans les provinces du Nord un Mouvement flamand s’est créé qui revendiquait l’équivalence des deux langues et – surtout après la Première Guerre mondiale – l’Indépendance de la Flandre13. L’occupation allemande et l’installation d’un gouvernement militaire entre 1940 et 1944 dynamise le Mouvement flamand, qui est, de plus en plus, associé à la collaboration avec l’occupant. Par leur Flamenpolitik, le gouvernement militaire allemand lance un appel pressant aux protagonistes radicaux de l’émancipation flamande, qui sont déçus par la démocratie parlementaire de l’avant-guerre, afin de gagner en influence. Beaucoup d’entre eux espèrent que le régime allemand permette la mise en place d’un régime plus fort ou même d’un Ordre Nouveau. Pourtant, le Mouvement flamand ne peut pas être étiqueté comme foncièrement pro-allemand. Déjà dans l’entre-deux-guerres, le Mouvement flamand comportait deux ailes bien distinctes. Une faction envisageait l’établissement d’une Flandre unilingue mais restait fidèle à l’État-nation démocratique belge et au Roi, tandis qu’une seconde aile anti-belge envisageait la subversion de l’État libéral belge, de ses institutions démocratiques et revendiquait la mise en place d’un modèle de société inspiré par le fascisme.

  • 14 Bart de Wever, « Het Vlaams-nationalisme na de Tweede Wereldoorlog. Verrijzenis of Herrijzenis?», B (...)

6Bien que l’historiographie reconnaisse la diversité du nationalisme flamand, ce sont surtout les aspirations politiques de l’aile radicale anti-belge, qui envisage la destruction de l’État belge et qui collabore avec l’occupant, qui a retenu l’attention des historiens. Par conséquent, l’accent est surtout mis sur les liens idéologiques et les associations entre les partis nationalistes flamands et leur collaboration politique avec l’Allemagne. Dans son article sur le développement du nationalisme flamand dans l’après-guerre, Bart De Wever souligne que la majorité des nationalistes flamands a collaboré avec l’occupant allemand pendant la Seconde Guerre mondiale14.

C) La question flamande dans le journal personnel

  • 15 Marc Depaepe, Kristof Dams, Maurice de Vroede, Betty Eggermont, Hilde Lauwers, Frank Simon, Roland (...)

7Cependant, le journal intime présente une vision différente de la signification que les acteurs locaux attribuent à leur engagement nationaliste flamand. Bien que la plupart des historiens reconnaissent que les documents personnels nous donnent une vue unique sur la vie et les idées des acteurs passés, les problèmes de représentativité ou de la typicité sont toujours bien présents. Dans le contexte de l’histoire de l’éducation scolaire, Marc Depaepe et ses collègues ont remis en question la conception selon laquelle le témoignage d’un élève peut être porte-parole de centaines ou de milliers d’élèves15. En ce sens, le journal intime – ou tout autre document personnel – peut évoquer plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Pour cette étude sur les réalités scolaires, les lettres de Juliaan que sa famille a conservées, mes entretiens avec elle et les archives de l’École permettent non seulement de situer les expériences de Juliaan dans une perspective plus large, mais aussi d’en remettre d’autres en question. Néanmoins le journal est une des rares sources qui puisse apporter une lumière sur le conflit idéologique, étant donné que les archives de l’école, les archives centrales du diocèse ou de la congrégation, n’abordent pas ces questions. La spécificité de la période décrite, ainsi que le type d’école et la géographie de la source rendent le contexte dans lequel les résultats de cette recherche doivent être situés, assez spécifique.

  • 16 Lieve Gevers a remarqué que beaucoup de catholiques étaient convaincus que l’occupation allemande d (...)
  • 17 Sur les artistes et intellectuels catholiques, voir Rajesh Heynickx, « De lakmoesproef van een ontt (...)
  • 18 Bruno de Wever, Greep naar de macht…, op. cit., p. 83 et p. 249. Pour des détails plus exacts sur l (...)

8Soulignons que le journal ne traite que de la période comprise entre septembre et décembre 1940. Ce fait est important, car à cette époque la vie publique (et donc aussi la vie scolaire) s’est normalisée après le chaos engendré par l’invasion allemande et la capitulation belge. Évidemment, cela a des conséquences. Entre septembre et décembre 1940, une grande partie de la population belge et même les autorités catholiques et officielles sont convaincues que l’Allemagne nazie va gagner la guerre16. Cela stimule le Mouvement flamand, car certains militants utilisent l’occupation allemande du pays pour renforcer les revendications flamandes17. Le collège jésuite constitue également un cadre important. Son enseignement élitiste est basé sur une combinaison à la fois d’isolement et d’engagement dans le monde extérieur. Pendant leur formation, les élèves sont temporairement retirés du monde ordinaire et introduits dans un nouveau milieu avec son propre système de règles. Après leur formation scolaire, les élèves retournent au monde extérieur pour former une nouvelle élite. Cette façon de voir les choses a des conséquences pour notre étude, puisque quelques-unes des questions abordées dans le journal seraient sans doute vécues différemment par un élève inscrit dans une école laïque, ou même dans une école catholique moins élitiste. Le contexte géographique d’une ville moyenne, où le militantisme flamand s’est développé au cours de l’entre-deux-guerres, influence aussi les résultats. En règle générale, la conscience flamande est profondément enracinée dans la Campine, dont Turnhout est considéré être la capitale. Déjà au cours des années 1930, l’arrondissement de Turnhout forme un bastion du Mouvement flamand dans la province d’Anvers. C’est surtout le Katholieke Vlaamse Volkspartij (Parti Populaire Catholique Flamand) de Thomas Debacker qui conduit le nationalisme flamand à la victoire électorale à Turnhout.18 Les paragraphes précédents illustrent le milieu spécifique catholique et flamand dans lequel l’école et finalement aussi le journal sont intégrés. Bien que cette étude ne puisse pas être généralisée telle quelle à d’autres contextes, elle offre une voie unique à une meilleure compréhension de la culture scolaire.

2. « Tout pour la Flandre, la Flandre pour le Christ » ? Conflit idéologique et nationalisme flamand dans le contexte de l’éducation secondaire

  • 19 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van septemb (...)

9Étant donné que l’occupation allemande n’est pas souvent mentionnée dans le journal, nous avons pris comme point de départ de notre analyse le seul paragraphe où Juliaan se réfère explicitement à la guerre. Le 22 octobre 1940, il rapporte le sermon du Père Arts : « Les temps seront difficiles pour nous […]. Seuls les meilleurs auront le droit d’étudier. Montrez-vous dignes ! Ou allez à l’usine […]. Les collèges sont surpeuplés ! Ce n’est pas tellement l’intelligence, mais plutôt le caractère qui est important. Nous devons former ce caractère nous-mêmes. Nous devons comprendre la leçon de la guerre19 ».

A) L’analyse de la défaite par les nationalistes flamands

  • 20 Lieven Saerens a traité le discours sur le Körperkultur et Bildung dans les milieux catholiques dan (...)
  • 21 Marc Depaepe, « De Vlaamse katholieke pedagogiek », dans Marc Depaepe et Dirk Martin (dir.), La Sec (...)
  • 22 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, document sans titre.

10Ce passage, relatant l’importance du caractère et d’une éducation élitiste, renvoie à l’idée, bien répandue dans la littérature catholique, que la victoire facile des Allemands après seulement 18 jours de résistance belge et – par conséquent – l’échec de la démocratie parlementaire de l’avant-guerre, ont révélé les nombreuses faiblesses de la société belge et une absence de caractère dans la population belge et flamande. Bien que ces idées ne débouchent pas nécessairement sur une collaboration avec le national-socialisme – aux yeux des catholiques, de nature païenne -, la capitulation belge et l’occupation allemande sont considérées comme le point de départ d’un mode de vie nouveau, fondé sur la discipline, le caractère et une bonne éducation20. Marc Depaepe a démontré que, particulièrement en Flandre, le discours de la décadence morale a servi de base pour une grande offensive pédagogique. À la même époque la sympathie pour le peuple allemand, ses normes morales, sa religion et son art exerce une grande attraction sur de nombreux pédagogues catholiques21. L’allocution du directeur du Collège Saint-Joseph, Gustaaf Van Alsenoy, est également riche en appréciations favorables pour l’Allemagne. Dans son discours, datant probablement de septembre 1940, il regrette que la plupart des élèves soient issus de « milieux imprégnés de l’esprit des temps modernes ». En outre, il ajoute : « nous avons probablement admiré les Allemands en raison de leur ordre, de leur discipline, de leurs vertus naturelles de la fierté, du patriotisme et de l’unanimité. Maintenant, nous devons apprendre quelque chose de cela : nous devons élever ces vertus en vertus surnaturelles par l’intermédiaire de notre religion22 ».

  • 23 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, Communication “Saamhorigheid en onderlinge verstandhouding”, 6 april 194 (...)
  • 24 Lode Arts était sous-préfet du collège entre 1926 et 1939. Dès 1941, il travaille comme lecteur à A (...)
  • 25 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, Communicatie Van Alsenoy op het Rectorsfeest, 27 juni 1942.
  • 26 Marnix Beyen, « Nostalgie naar een nieuwe tijd. De Tweede Wereldoorlog en de roep van de traditie, (...)

11Cet extrait, combiné avec une lettre conservée au Collège, dans laquelle un parent se plaint qu’il n’a pas « envoyé son fils au Collège Saint-Joseph pour le faire transformer en un pro-Allemand, mais plutôt pour lui donner une bonne éducation » peut appuyer les propos de Marc Depaepe23. En outre, le Père Arts, qui est explicitement mentionné dans le journal de Juliaan, est connu pour avoir eu une influence considérable sur le développement d’un climat scolaire flamand et pour avoir propagé des convictions nationalistes flamandes parmi les élèves dans l’entre-deux-guerres24. Bien que Arts ne soit plus en service pendant la guerre, il donne régulièrement des communications au sujet de sa propre formation au Collège Saint-Joseph et sur la façon dont son éducation lui a appris à travailler et à renforcer son caractère25. Bien que certains de ses écrits datant de la guerre montrent que Arts n’adhère qu’à certaines idées du national-socialisme, il a – comme beaucoup d’autres intellectuels catholiques à l’époque – évalué les possibilités que le régime allemand offre pour le renforcement des idées catholiques et conservatrices de l’avant-guerre26.

B) Les idées de Juliaan sur le nationalisme flamand et la patrie

  • 27 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3 Dagboek van een leerling uit de Poësis van septembe (...)
  • 28 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/26, n° 3 Taaltoestanden in het M.O. : twee seminarie-opstell (...)

12Juliaan a intériorisé quelques-unes de ces idées. Cela est clairement illustré par un conflit qui a eu lieu au cours de la messe requiem pour les soldats tombés lors de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 1940. Juliaan ne veut pas participer à cette commémoration, parce qu’il la considère comme un acte de patriotisme belge. Dans son journal il note : « la moitié de la section porte des rubans ! La majorité d’entre eux ont mis leurs plus beaux costumes ! Ils vont sauver le pays ! Messe Requiem à 7 heures pour les soldats tombés au combat. La brochure sur la campagne des 18 jours qui est pleine de patriotisme belge est lue27 ». À l’issue de la messe, Juliaan et certains de ses amis, eux aussi sympathisants du Mouvement flamand, décident de former un groupe d’étudiants, appelé « les 4 », qui veut surtout réagir contre la décision du directeur de porter la rosette en signe de patriotisme. Cela semble étrange, car avant la guerre les Jésuites de Turnhout avaient développé des liens étroits avec le Mouvement flamand. Dans l’entre-deux-guerres, les élèves avaient montré ouvertement leur conviction nationaliste flamande par le port de broches en forme de lions flamands ou en écrivant le slogan du nationalisme flamand, « Tout pour la Flandre, la Flandre pour le Christ » sur le côté gauche de leurs cahiers28.

  • 29 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/20, n° 9, 10, 11 and 18.
  • 30 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, Speech “Saamhorigheid en onderlinge verstandhouding”, 6 avril 1940.
  • 31 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, Conf. Mag., Nieuwjaar 1941.
  • 32 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van septemb (...)

13Pourquoi, dès lors, le préfet permet-il aux élèves de porter des insignes patriotiques belges dans son école ? Il convient de faire remarquer ici qu’à cause de l’occupation allemande l’ambiance de l’avant-guerre a basculé dans le sens du patriotisme belge. C’est pour cette raison que l’hymne national – même s’il est interdit par l’occupant – est chanté le 11 novembre, tandis qu’avant la guerre il n’y avait pas de célébrations particulières à l’occasion du Jour de l’Armistice. Ce n’est qu’à partir de 1940 que La Brabançonne, l’hymne national belge, est explicitement mentionné dans le journal du préfet29. À cause de l’occupation, les Jésuites sont devenus particulièrement prudents dans leurs commentaires sur la guerre. Comme le révèlent les archives personnelles de l’ancien directeur Van Alsenoy, ils préfèrent rester éloignés du conflit. Dans un discours d’avril 1940, par exemple, le directeur mentionne que « nous ne devons pas choisir un côté30 », et lors d’une conférence en décembre 1941, le principal exige que la guerre ne fasse pas l’objet de discussion en classe et que les enseignants ne puissent en aucun cas inciter à la prise d’une position partisane31. C’est précisément cet élan de patriotisme renouvelé qui indigne Juliaan et certains de ses amis. Avant la guerre le Collège Saint-Joseph avait été une école flamande, mais durant la guerre le patriotisme belge est cultivé ouvertement. Le 12 novembre 1940, il écrit : « C’est une école flamande, mais elle est pleine de patriotes belges32 » !

C) Le développement de l’agitation au collège

  • 33 Ibid.

14Le groupe des « 4 » veut réagir. Il vole la brochure sur la campagne des 18 jours et la cache, ce qui provoque la consternation le lendemain matin, lorsque l’on découvre sa disparition. En réaction, les élèves-sympathisants du patriotisme belge, adressent une pétition au préfet. Ils demandent à tous les élèves de signer cette pétition pour s’excuser auprès du préfet pour le vol. Pour ces élèves pro-Belges, la pétition est une manière de pouvoir identifier qui refuse de signer la pétition et qui, par conséquent, est nationaliste flamand. La situation dégénère le 14 novembre lorsque, pendant le petit-déjeuner, un certain nombre d’élèves commencent à crier « Vive la Belgique ». Suite à ces conflits, deux amis de Juliaan sont expulsés de l’école. Cette exclusion envenime encore plus la relation entre les deux groupes qui se sont formés. Certains des élèves veulent aller encore plus loin et engagent la discussion sur la lutte entre l’Angleterre et l’Allemagne. « Comme si cela avait quelque chose à voir avec ça ! », commente Juliaan. L’exclusion des deux élèves provoque encore plus de troubles : Juliaan et deux de ses amis refusent de se lever et de chanter l’hymne national lors de la célébration de Saint-Pierre à l’église, ce qui donne lieu à une punition collective pour la classe. Le surveillant gronde les jeunes : « Il est méchant ! […]. Je le désapprouve totalement ! Ce sont les garçons qui vont sauver la Flandre ». Même le préfet n’a pas trouvé de circonstances atténuantes pour ce qui s’est passé : « Vous n’êtes pas dignes de porter ces lions […] ; critiques […], fanatiques […], ce sont les hommes qui ruinent la Flandre, ce sont les futurs traîtres de leur nation […]. À notre époque, ce [le militantisme flamingant, note de l’auteur] était bon. Mais maintenant que la Flandre a acquis ses droits, il est méchant33 ».

  • 34 Bruno de Wever, Greep naar de macht…, op. cit., p. 90-1.
  • 35 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van septemb (...)

15Deux remarques s’imposent. Tout d’abord, le discours des élèves pro-belges (sur la mobilisation de la lutte entre l’Angleterre et l’Allemagne) et les remarques du préfet (« ce sont les futurs traîtres de leur nation ») illustrent la façon dont le nationalisme flamand et la collaboration sont systématiquement associés, même si – comme la suite de notre article le démontrera – cela ne correspond pas à la réalité. D’autre part, le discours du préfet révèle également la diversité au sein du Mouvement flamand lui-même. Durant les années 1920, une forte conscience nationaliste flamande s’est développée dans les classes moyennes catholiques. Dans le même temps, un processus de radicalisation s’est produit, surtout parmi les jeunes catholiques. Comme l’historien belge et spécialiste du nationalisme flamand, Bruno De Wever l’a démontré, cela a donné lieu à un Mouvement flamand « nouveau » qui diffère de « l’ancien » par son caractère anti-belge. Ces deux ailes, cependant, sont restées liées à travers des relations de parenté34. Le journal illustre très bien comment les actions nationalistes flamandes de certains élèves ont affronté les « anciennes » convictions pro-belges du préfet. Bien que Juliaan regrette par la suite l’incident à l’église, sa réaction aux mots durs du surveillant et du préfet souligne une fois de plus sa déception à l’égard du climat patriotique régnant. Dans une première lettre à son père, datée du 16 novembre 1940, il note qu’il ne pourra jamais oublier leurs paroles, parce que « ces mots provenaient de Jésuites, qui sont connus comme étant des éducateurs ». Plus tard, il écrit dans une deuxième lettre à son père qu’il remercie (de façon sarcastique) le surveillant et le préfet pour leur réaction, parce que leurs paroles lui ont fait comprendre que « les supérieurs aussi commettent des erreurs35 ». Le fait que Juliaan et certains de ses amis, tous sympathisants du Mouvement flamand, aient été déçus par le climat patriotique régnant provoque une contestation du pouvoir. Le fait que leur conduite donne lieu à une exclusion éclaire particulièrement ce qui arrive quand le système des valeurs est mis en doute par le bas. Toutefois, l’exclusion des deux élèves nationalistes est ensuite annulée. Le directeur a probablement été mis sous pression par le réseau social des deux garçons expulsés. Juliaan note dans son journal :

  • 36 Nous n’avons pas trouvé des informations sur Adriaan Scharpé, ni dans les sources primaires, ni dan (...)
  • 37 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van septemb (...)

À la maison, Fons a été reçu à bras ouverts pour la première fois. En premier lieu, il [Fons] est allé voir Adr. Scharpé36 à Anvers. Quand il [Scharpé] a entendu l’histoire, il s’est terriblement fâché sur les Jésuites ! Il a téléphoné à un ami qui avait une certaine responsabilité et il lui a conseillé d’écrire une lettre au Conseil Culturel37.

  • 38 Johan Fleerackers, Marc De Bruyn et Bruno de Wever, « Cultuurraden », dans Reginald de Scryver, Bru (...)
  • 39 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van septemb (...)

16Cette référence au Conseil Culturel est directement liée à l’occupation allemande. Depuis 1938, deux Conseils Culturels existent en Belgique, une pour la Flandre et une pour la partie francophone du pays. Avant la guerre, les Conseils avaient fonctionné comme comités consultatifs en matière de développement culturel national. En 1940, l’Administration militaire allemande envisage d’utiliser les Conseils Culturels en vue de la réorientation de la culture flamande et wallonne vers l’Ordre Nouveau38. Ce faisant, le Conseil Culturel est inextricablement impliqué dans la collaboration avec l’ennemi allemand. Selon le journal de Juliaan, certains membres du Conseil Culturel flamand auraient envisagé d’envoyer la lettre de Scharpé à leurs supérieurs allemands. Mais en l’apprenant, Scharpé a ordonné aux représentants du Conseil Culturel de lui renvoyer la lettre et il l’aurait déchirée39.

  • 40 Aline Sax, « Omdat wij toch allen zwarten waren… Een theoretisch kader voor onderzoek naar de drijf (...)
  • 41 Interview avec la famille Van Acker, 16 février 2011.

17Cet incident révèle tout d’abord comment les conflits idéologiques ont influencé les relations sociales tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’école. L’historienne de la collaboration flamande, Aline Sax, a démontré que les collaborateurs fonctionnaient en grande partie dans des réseaux sociaux distincts40. Le journal intime confirme que cela vaut également pour les relations entre les adolescents flamingants et pro-belges qui ont formé des groupes distincts en classe ou dans la cour de récréation. Nos entretiens avec la famille Van Acker nous ont cependant permis d’apprendre que certains des élèves patriotes mentionnés dans le journal, sont devenus plus tard des amis de Juliaan41. Cela nous permet de faire remarquer une fois de plus que le journal n’offre qu’une image instantanée et qu’il est essentiel de bien contextualiser la source. Par ailleurs, l’incident témoigne de la complexité de la situation à ce moment-là et démontre une fois de plus que les aspirations nationalistes flamandes et les engagements des garçons, de leurs familles et de leurs réseaux sociaux n’impliquent pas nécessairement une collaboration avec l’occupant allemand. C’est précisément au moment où le nationalisme flamand collabore pour la première fois (à savoir par des contacts avec l’occupant allemand par intermédiaire du Conseil Culturel), que des militants flamands se retirent.

 

  • 42 Nicholas Stargardt, Witnesses of War: Children’s Lives Under the Nazis, London, Jonathan Cape, 1995 (...)
  • 43 Christa Hâmmerle, « Diaries », op. cit., p. 150.
  • 44 Interview avec la famille Van Acker 16 février 2011.
  • 45 Christa Hâmmerle, « Diaries », op. cit., p. 147.

18En nous basant sur le journal intime d’un élève, nous avons donc montré comment la Seconde Guerre mondiale a pu interagir idéologiquement avec l’éducation scolaire et les réseaux sociaux. En raison de la prévalence des sources traditionnelles écrites, l’histoire scolaire pendant la guerre perçue d’un point de vue micro-historique demeure encore en grande partie terre inconnue. Pourtant la question est de savoir quelles sont les possibilités de ce type de recherche. Pourquoi les expériences personnelles ou privées sont-elles intéressantes pour les historiens qui étudient l’enseignement et sa relation avec l’ensemble de la société ? En tant que source, le journal intime révèle comment la guerre pénètre ou pas la langue et la vie quotidienne de l’École. Comme Nicholas Stargardt le soutient, les journaux intimes sont d’une grande valeur « car ils reflètent les expériences et les émotions dans la forme où ils ont été exprimées à l’époque42 ». Il convient de souligner qu’à première vue, et probablement contre toute attente, Juliaan ne se réfère pas souvent à la guerre. Cette conclusion confronte l’historien de l’enseignement au fait que les histoires personnelles ne coïncident pas nécessairement avec celles des livres d’histoire. Ce n’est qu’en analysant le journal plus en détail que l’importance de l’occupation transparaît dans le récit de Juliaan. Les nombreuses citations du journal montrent que les auteurs d’un journal personnel « ne décrivent pas seulement leurs expériences privées et leurs activités quotidiennes. Au contraire, ils utilisent aussi des langues empruntées à […] des institutions de l’Église, de l’enseignement, des systèmes politiques43 ». Nos entretiens avec la famille Van Acker confirment également que le discours nationaliste flamand provenait du milieu scolaire plutôt que de l’environnement familial.44 Comme Christa Hämmerle le démontre, nous devrions, plutôt que de nous concentrer sur la classification des journaux en sous-genres et catégories, « nous demander quelle était la fonction de tenir un journal pour l’auteur […], car cela nous éloigne du débat stérile sur le genre et nous porte vers la question des usages sociaux des différentes formes du texte, par exemple en temps de guerre ou de crise personnelle, ou dans le contexte de tensions entre la résistance et la conformité avec les normes sociales45 ». Dans le cas présent, tenir un journal est une manière pour Juliaan d’exprimer son mécontentement à l’égard du climat patriotique régnant au sein du collège, ce qui ouvre de nouvelles perspectives pour la recherche historique sur l’enseignement en temps de guerre. Pourtant, comme le journal ne couvre qu’une période de quatre mois, l’analyse du journal ne peut répondre à la question de savoir quelle est l’importance des événements relatés, ici, le bouleversement nationaliste flamand. Est-ce que les événements rapportés représentent un passage isolé dans la vie de Juliaan ou consacre-t-il sa vie entière au Mouvement flamand ? Sur ce point, le journal évoque plus de questions qu’il n’apporte des réponses. Les lettres de Juliaan à sa famille et nos entretiens nous ont permis de situer l’histoire de Juliaan dans une perspective plus large. Tout d’abord, ils ont révélé que certains des événements évoqués dans le journal ne se sont jamais produits, sont exagérés ou ne sont que du wishfull thinking (des désirs) de Juliaan. Deuxièmement, les sources complémentaires permettent de déterminer l’importance des activités et des événements décrits. Toutefois, bien que les questions de fiabilité et de représentativité demeurent posées, en tant qu’étude de cas, cette recherche permet de saisir les complexités de la société passée et même, dans une certaine mesure, offre un complément à l’historiographie belge sur la participation des nationalistes flamands à la collaboration avec l’occupant allemand. Comme nous l’avons évoqué, à la suite de l’occupation allemande du pays, les sympathies nationalistes flamandes à l’école de l’avant-guerre ont évolué vers plus de patriotisme. Dans ce contexte le nationalisme flamand a été associé à la collaboration. Cet article suggère que l’historiographie actuelle qui étudie avant tout les prises de décision politiques peut profiter d’une étude du particulier et que l’analyse d’un journal intime qui nous donne une image de ce qui s’est produit au niveau micro-historique, peut affiner notre vision de l’engagement nationaliste flamand pendant la Seconde Guerre mondiale. Une conclusion importante est toutefois, que – pour les élèves et leurs familles – leurs sentiments nationalistes flamands n’avaient rien à voir avec la collaboration avec l’occupant. Pourtant, le fait que Juliaan et certains de ses amis, sympathisants du Mouvement flamand, aient été déçus par le climat patriotique, provoque une contestation du pouvoir et jette une lumière sur les conséquences d’un système de valeurs remis en question « par le bas ».

Illustration 1. Photo de classe des élèves de Rhétorique du Collège Saint-Joseph, année scolaire 1941-1942. Juliaan Van Acker est au troisième rang.

Illustration 1. Photo de classe des élèves de Rhétorique du Collège Saint-Joseph, année scolaire 1941-1942. Juliaan Van Acker est au troisième rang.

Source : ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/31, n° 7 leerlingen : klassen en afdelingen (na sept. 36).

Illustration 2. Juliaan Van Acker, détail de la photo de classe.

Illustration 2. Juliaan Van Acker, détail de la photo de classe.

Source : ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/31, n° 7 leerlingen : klassen en afdelingen (na sept. 36).

Notes

1 Roy Lowe, « Introduction », dans Roy Lowe (dir.), Éducation and the Second World War : Studies in Schooling and Social Change, London, The Falmer Press, 1992, p. 1. La citation originale en anglais relève : “historians are […] confronted by the challenge of making sense of, and interpreting, an event in which any local or national development can only be fully comprehended within a much broader framework. Indeed it could be argued that to focus exclusively upon local responses to a war of this magnitude may be to distort them”.

2 Bruno de Wever, « De erfenis van de collaboratie tijdens de Tweede Wereldoorlog in België (1944-2000) », dans Nico Van Campenhout (dir.), Opstellen voor een inspirerende non-conformist. Een huldeboek voor Werner Vandenabeele (1926-2000), Lokeren, s.n., 2002, p. 202. Voir aussi Bruno De Wever, Greep naar de macht: Vlaams-nationalisme en Nieuwe Orde, het VNV 1933-1945, Tielt/Antwerpen, Lannoo, 1994 (sur la Ligue Nationale flamande).

3 Antonio Viñao, « Teachers’ Egodocuments as a Source of classroom History. The Case of Autobiographies, Memoires and Diaries », dans Sjaak Braster, Ian Grosvenor et Maria Del Mar Del Pozo Andrès (dir.), The Black Box of Schooling. A Cultural History of the Classroom, s.l., Peter Lang, 2011, p. 142.

4 Christa Hämmerle, « Diaries », dans Benjamin Ziemann et Miriam Dobson (dir.), Reading primary sources : the interpretation of texts from nineteenth- and twentieth-century history. Routledge guides to using historical sources, London/New York, Routledge, 2009, p. 146-8.

5 Richard D. Brown, « Microhistory and the Post-Modern challenge », Journal of the Early Republic, Volume 23, 2003-1, p. 37.

6 Roy Lowe, « Introduction », dans Éducation and the Second World War…, op. cit., p. 2.

7 Lettre de Frank Van Acker à l’auteur, 25 janvier 2011.

8 Archivum Provinciae Belgicae Septentrionalis (ABSE), Archives personnelles de Gustaaf Van Alsenoy.

9 ABSE, Sint-Jozefscollege, Turnhout.

10 Mark Van Den Wijngaert, Bruno de Wever, Fabrice Maerten, Partick Nefors, Luc Vandeweyer, et Marnix Beyen, België tijdens de Tweede Wereldoorlog, Antwerpen, Standaard Uitgeverij, 2004, p. 69.

11 Le développement de l’enseignement jésuite en Flandre pendant la période de l’entre-deux-guerres est traité dans Lode Wils, Van Belgische naar Vlaamse natie : een geschiedenis van de Vlaamse Beweging, Leuven, Acco, 2009. Plus d’informations sur les relations entre les Jésuites et le Mouvement flamand peuvent être trouvées dans Christian de Borchgrave, Eerst Vlaanderen voor Christus : de pionierstijd van het Ruusbroecgenootschap, Averbode, Altoria, 2001. Pour plus d’informations sur le développement des relations entre l’Église catholique et le Mouvement flamand et l’importance de l’éducation dans cette relation, voir Lieve Gevers, « The Catholic Church and the Flemish Movement », dans Kas Deprez et Louis Vos (dir.), Nationalism in Belgium. Shifting identities, 1780-1995, London, Macmillian, 1998, p.110-118.

12 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/26, n° 3 Taaltoestanden in het M.O. : twee seminarie-opstellen door Herman Verachtert (1976-1977) en Rita Abbeel (1976-1977) : allebei met toepassingen op het college van Turnhout (1830-1940), p. 7-12.

13 Bruno de Wever, « Catholicism and Fascism in Belgium », dans Matthew Feldman, Marius Turda, et Tudor Georgescu (dir.), Clerical Fascism in Interwar Europe, Routledge, London/New York, Routledge, 2008, p. 131.

14 Bart de Wever, « Het Vlaams-nationalisme na de Tweede Wereldoorlog. Verrijzenis of Herrijzenis?», Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, No. 3, 1997, p. 277.

15 Marc Depaepe, Kristof Dams, Maurice de Vroede, Betty Eggermont, Hilde Lauwers, Frank Simon, Roland Vandenberghe et Jozef Verhoeyen, Order in progress. Everyday education practice in Primary schools – Belgium, 1880-1970, Leuven, Leuven University Press, 1999, p. 31.

16 Lieve Gevers a remarqué que beaucoup de catholiques étaient convaincus que l’occupation allemande de Belgique deviendrait permanente. Lieve Gevers, « Catholicism in the Low Countries during the Second World War : Belgium and the Netherlands, a Comparative Approach », dans Lieve Gevers et Jan Bank (dir.), Religion under Siege. 1. The Roman Catholic Church in Occupied Europe (1939-1950), Leuven/Paris, Peeters, 2007, p. 213-4.

17 Sur les artistes et intellectuels catholiques, voir Rajesh Heynickx, « De lakmoesproef van een onttoverde wereld : kunst- en kultuuropvattingen van Vlaamse katholieke intellectuelen en kunstenaars in het interbellum (1925-1939) », Katholieke Universiteit Leuven, Dissertation Master, 1999, p. 215.

18 Bruno de Wever, Greep naar de macht…, op. cit., p. 83 et p. 249. Pour des détails plus exacts sur les votes pour les partis nationalistes flamands ou catholiques dans la province d’Anvers, voir la banque de données PPA sur http://www.ppant.be/ et http://www.ibzdgip.fgov.be.

19 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van september tot december 1940.

20 Lieven Saerens a traité le discours sur le Körperkultur et Bildung dans les milieux catholiques dans la période de l’entre-deux-guerres, voir Lieven Saerens, « Het “Wendepunkt”, 1933-1940 », dans Peter Antonissen, Marnix Beyen, Lucien de Cock, Lieve Dhaene, Luc Vints, Jan de Maeyer, Godfried Kwanten et Lieven Saerens (dir.), Ast Fonteyne, 1906-1991. Een kwestie van Stijl, Leuven, Kadoc, Leuven, 1999, p. 102-103. En outre, comme Marnix Beyen l’a démontré, la discipline, le style et la morale faisaient partie intégrante du discours catholique nationaliste flamand pendant la période de l’entre-deux-guerres. Ce discours est également présent dans la revue jésuite Streven. Voir Marnix Beyen, « Grootse plannen, grote desillusies. De Tweede Wereldoorlog en zijn naweeën », dans Ast Fonteyne…, op. cit., p. 134.

21 Marc Depaepe, « De Vlaamse katholieke pedagogiek », dans Marc Depaepe et Dirk Martin (dir.), La Seconde Guerre Mondiale, une étape dans l’histoire de l’enseignement. Approches d’un domaine méconnu en Belgique, Bruxelles, Centre de Recherches et d’Études historiques de la Seconde Guerre Mondiale, 1997, p. 81 et 90.

22 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, document sans titre.

23 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, Communication “Saamhorigheid en onderlinge verstandhouding”, 6 april 1940.

24 Lode Arts était sous-préfet du collège entre 1926 et 1939. Dès 1941, il travaille comme lecteur à Anvers. ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/26, n° 3 Taaltoestanden in het M.O. : twee seminarie-opstellen door Herman Verachtert (1976-1977) en Rita Abbeel (1976-1977): allebei met toepassingen op het college van Turnhout (1830-1940), p. 8.

25 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, Communicatie Van Alsenoy op het Rectorsfeest, 27 juni 1942.

26 Marnix Beyen, « Nostalgie naar een nieuwe tijd. De Tweede Wereldoorlog en de roep van de traditie, België en Nederland, 1940-1945 », Belgisch Tijdschrift voor Filologie en Geschiedenis, Vol. 79, 2001-2, p. 477.

27 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3 Dagboek van een leerling uit de Poësis van september tot december 1940, 11 november 1940.

28 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/26, n° 3 Taaltoestanden in het M.O. : twee seminarie-opstellen door Herman Verachtert (1976-1977) en Rita Abbeel (1976-1977) : allebei met toepassingen op het college van Turnhout (1830-1940), p. 11.

29 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/20, n° 9, 10, 11 and 18.

30 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, Speech “Saamhorigheid en onderlinge verstandhouding”, 6 avril 1940.

31 ABSE, Gustaaf Van Alsenoy, Conf. Mag., Nieuwjaar 1941.

32 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van september tot december 1940.

33 Ibid.

34 Bruno de Wever, Greep naar de macht…, op. cit., p. 90-1.

35 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van september tot december 1940.

36 Nous n’avons pas trouvé des informations sur Adriaan Scharpé, ni dans les sources primaires, ni dans la littérature secondaire. Nous ignorons donc de qui il s’agit. Le nom de Scharpé, par contre, est lié au Mouvement flamand, par la figure de Lodewijk Scharpé, professeur en langue allemande et militant flamingant.

37 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van september tot december 1940, 21 novembre 1940.

38 Johan Fleerackers, Marc De Bruyn et Bruno de Wever, « Cultuurraden », dans Reginald de Scryver, Bruno de Wever, Gaston Durnez, Lieve Gevers, Paul Van Hees et Machteld De Metsenaere (dir.), Nieuwe encyclopedie van de Vlaamse beweging, Tielt, Lannoo, 1998, p. 826.

39 ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/1B, n° 3, Dagboek van een leerling uit de Poësis van september tot december 1940.

40 Aline Sax, « Omdat wij toch allen zwarten waren… Een theoretisch kader voor onderzoek naar de drijfveren van collaborateurs », Communication Université d’Anvers, Anvers, 6 juillet 2010. Voir aussi sa thèse de doctorat, Aline Sax, Voor Vlaanderen, Volk en Führer. De motivatie en het wereldbeeld van Vlaamse collaborateurs tijdens de Tweede Wereldoorlog, 1940-1945, Antwerpen, Manteau, 2012.

41 Interview avec la famille Van Acker, 16 février 2011.

42 Nicholas Stargardt, Witnesses of War: Children’s Lives Under the Nazis, London, Jonathan Cape, 1995, p. 18.

43 Christa Hâmmerle, « Diaries », op. cit., p. 150.

44 Interview avec la famille Van Acker 16 février 2011.

45 Christa Hâmmerle, « Diaries », op. cit., p. 147.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Photo de classe des élèves de Rhétorique du Collège Saint-Joseph, année scolaire 1941-1942. Juliaan Van Acker est au troisième rang.
Crédits Source : ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/31, n° 7 leerlingen : klassen en afdelingen (na sept. 36).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Illustration 2. Juliaan Van Acker, détail de la photo de classe.
Crédits Source : ABSE, Sint-Jozefscollege Turnhout, C72/31, n° 7 leerlingen : klassen en afdelingen (na sept. 36).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search