Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Autour de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Chapitre 21. De la Moselle à la Seine-et-Oise. Les tribulations d’un internat mariste dans la Seconde Guerre mondiale

Francis Latour

Texte intégral

  • 1 Les Pères Maristes appartiennent à la Société de Marie, fondée en 1816 par le père Colin. Cette con (...)
  • 2 Archives municipales de Thionville (AM de Thionville), carton 68 Z 2, Liste matricule des enfants a (...)

1La petite ville mosellane de Sierck-les-Bains, enchâssée dans une boucle de la Moselle, connait une situation particulière dans la « vallée des trois frontières », à seulement trois kilomètres à la fois de l’Allemagne et du Luxembourg. Ce contexte géographique favorisa sans doute l’esprit européen précurseur qui soufflait dans le collège Sainte-Marie que les Pères Maristes avaient créé en 19301. En effet, il accueillait alors, outre des Lorrains ou Alsaciens, quelques Sarrois et surtout des Luxembourgeois2. Or, cet établissement scolaire fut contraint, par la mobilisation de septembre 1939, de se replier en région parisienne, car situé dans la « Zone rouge » comprise entre la Ligne Maginot et la frontière allemande. Dans un premier temps, les maristes louèrent le domaine de Bury, une grande propriété située à Margency, alors dans le nord de la Seine-et-Oise (aujourd’hui Val-d’Oise), puis l’achetèrent en 1942, créant ainsi un nouvel établissement mariste. C’est donc la greffe d’un collège mosellan en région parisienne durant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale qui nous intéresse ici. L’installation et la survie, dans ce contexte de « drôle de guerre », de débâcle, puis d’occupation allemande, furent pour le moins problématiques.

1. Un collège confronté aux menaces de guerre et au repli forcé vers « l’intérieur »

  • 3 AM de Thionville, carton 68 Z 2, Liste matricule… ; témoignage de Roger Wilhelm.
  • 4 Ibid. ; Archives de la Région mariste de France (ARMF), Sainte-Foy-lès-Lyon, Index pro Societa Mar (...)
  • 5 Alphonse Gambs, Sierck, son collège, Thionville, Gérard Klopp éditeur, 1991, p. 149 et p. 160 ; tém (...)
  • 6 AM de Thionville, carton 68 Z, Collège de Sierck, procès-verbal de la réunion générale de l’Associa (...)
  • 7 ARMF, carton APP Bury 1939-1956, Charles Doria conférence donnée à Bury le 8 décembre 1948, 8 p.
  • 8 Henri Hiegel, « L’évacuation de la Zone rouge du département de la Moselle en 1939-1940 vers les Ch (...)

2À la fin de l’année scolaire 1938-1939, l’établissement compte 239 élèves dont 203 internes. Un peu plus des trois-quarts viennent de Moselle, les autres essentiellement de Meurthe-et-Moselle, d’Alsace et du Luxembourg (surtout de Schengen)3. Les classes vont de la Neuvième à Math-élémentaire. On compte trente-et-un enseignants et encadrants dont quinze maristes et cinq femmes4. Six sœurs dominicaines aidées de jeunes femmes sont en charge du ménage, de la lingerie, de la cuisine et de l’infirmerie5. C’est donc ce collège catholique, qui est confronté à la guerre quelques années seulement après sa fondation. Le spectre de la guerre n’a d’ailleurs pas attendu septembre 1939 pour planer au-dessus de Sainte-Marie de Sierck. D’après Roger Wilhelm, alors élève de septième, les enfants, ainsi que les adultes, commencent à être saisis par l’angoisse d’une guerre qui semble s’avancer à grands pas dès 1938. En effet, on sent bien que le temps de la paix est compté, surtout depuis l’Anschluss, en mars. Une inquiétude qui s’amplifie surtout à partir du 24 septembre, lors de la mobilisation partielle qui touche plusieurs professeurs, laïcs et maristes, rappelés sous les drapeaux, ce qui a pour conséquence d’ailleurs de retarder la rentrée des classes. Ils sont pour la plupart mobilisés comme « gardes-frontaliers », unités dépendant de la Garde républicaine mobile, créées à partir de 19366. La mobilisation générale, proclamée le 2 septembre 1939 à 0 heure, au soir de l’attaque allemande sur la Pologne, ne provoque donc pas une grande surprise7. Le canton de Sierck-les-Bains est entièrement évacué dès le 1er septembre. Le déplacement de ces populations vers les centres d’accueil situés à plusieurs dizaines de kilomètres au sud se fait en général à pieds et en voitures hippomobiles. Cet arrachement est psychologiquement très dur pour la plupart des gens qui doivent laisser tous leurs biens derrière eux, le règlement militaire ne les autorisant à emporter que 30 kg de bagages maximum par personne et quatre jours de vivres8.

  • 9 Alphonse Gambs, Sierck, son collège, op. cit., p. 222 ; collection particulière Alphonse Gambs, bro (...)
  • 10 ARMF, carton APP Sierck 1930-1951, lettre de Michel Bernhard au provincial, 9 septembre 1939.
  • 11 Ibid., lettre d’Henri Vigoureux au provincial, 5 septembre 1939.
  • 12 Charles Doria, note de 8 pages dactylographiées, op. cit., p. 2.

3Les murs du collège, déjà peu habités pendant les vacances, voient partir les pères mobilisés. Parmi ceux-ci, le P. Charles Doria, lieutenant de réserve affecté à un groupe sanitaire d’un régiment d’Infanterie près de Thionville, et les pères Hollwek et Henry, comme gardes frontaliers9. À partir du 5 septembre, seuls le père supérieur Michel Bernhard et le P. Marcel Jacob, préfet des Grands, occupent le collège. Mais le 7 septembre, ils reçoivent l’ordre du colonel commandant le secteur de Sierck de quitter les lieux. Le P. Bernhard, Alsacien de 39 ans, n’est pas rappelé sous les drapeaux. Ce n’est pourtant pas faute de le souhaiter, lui qui écrit au provincial, le P. Gabriel Voisine, que « dans ces moments tragiques chaque Français doit faire son devoir là où Dieu le placera pour nous sauver de la barbarie ». Il demande l’autorisation à son supérieur de se porter volontaire pour être aumônier-brancardier, le colonel responsable du secteur de Sierck ayant d’ailleurs exprimé le souhait de le garder auprès de lui dans cette fonction10. Manifestement le provincial préfère lui confier une tâche beaucoup plus importante à ses yeux : reconstituer l’institution Sainte-Marie dans la France de l’intérieur. En fait, un certain nombre de parents d’élèves se demandent où leurs enfants vont effectuer leur rentrée et pressent les maristes de trouver une solution11. En outre, les pères qui n’ont pas été mobilisés, après une période fort éprouvante nerveusement, se retrouvent désœuvrés et éprouvent « un immense découragement12 ». Il importe donc pour le provincial de trouver sans tarder un lieu de chute pour le collège et une mission à confier aux frères maristes.

2. L’installation d’un collège mosellan en Seine-et-Oise

4Il est décidé de prospecter en Seine-et-Oise. Mais pourquoi choisir la région parisienne, plutôt que la Vienne ou la Charente où sont réfugiés la plupart des Mosellans ? En fait, les maristes ne possèdent aucune communauté dans ces deux départements, mais ils disposent de deux points d’appui en région parisienne : la Maison des étudiants du 104 rue de Vaugirard à Paris et la Maison des sœurs maristes de Saint-Prix.

A) L’installation matérielle à Bury

  • 13 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 4-11 ; ARMF, carton APP Sierck 1930-1951, lettr (...)
  • 14 ANDBM, bail par les consorts Plisson à l’Association Sainte-Marie, 27 octobre 1939, Paris.
  • 15 Il fut construit en 1834 par l’architecte Louis Visconti qui réalisa notamment le tombeau de Napolé (...)
  • 16 ANDBM, État des lieux effectué le 1er octobre 1939, 60 p. ; Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 8. (...)

5C’est notamment à partir de cette dernière qu’ils sillonnent la vallée de Montmorency, entre le 22 et le 25 septembre 1939, rejoints par le provincial. Ils visitent plusieurs propriétés et finissent par choisir celle du château de Bury, d’une douzaine d’hectares, agrémentée d’un petit lac, à Margency, commune d’environ quatre cents habitants13. L’association Sainte-Marie de Sierck signe un bail de trois ans le 27 octobre 1939, pour un loyer annuel de 25 000 francs14. Mais si la propriété est vaste, en revanche les locaux ne sont pas vraiment adaptés, en l’état, à accueillir un internat. Le bâtiment principal est un petit château du début du XIXsiècle qui a connu ses heures de gloire15 – Alfred de Musset l’ayant souvent fréquenté en son temps – mais qui est, en 1939, dans un état lamentable. Quant aux autres bâtiments, ils sont encore moins adaptés à une activité pédagogique : un « chalet » de la fin du XIXsiècle de deux étages et un autre d’un étage tous deux assez exigus et dans un état équivalent à celui du château ; une ancienne écurie devenue garage ; une autre écurie possédant encore ses stalles, avec un grenier à foin sans plancher ni plafond auquel on accède de la cour par une échelle. L’ampleur des travaux à réaliser, ainsi que leur coût, afin de rendre habitable la propriété, a de quoi donner le vertige. Cela ressemble beaucoup à une gageure dans la mesure où il faut commander ces travaux dans les plus brefs délais, la rentrée des élèves étant prévue le 3 novembre. Il faut évidemment attendre quelques mois afin qu’ils soient réalisés16.

6Cependant, si les problèmes matériels ne manquent pas, un au moins trouve rapidement une solution, celui de l’ameublement des locaux. L’initiative vient du P. Vigoureux, professeur de mathématiques haut en couleur, qui finit par convaincre ses confrères de déménager tout ce qui peut être emporté de Sierck. Dans un premier temps, on stocke dans des wagons en gare de Thionville ; pour la suite on aviserait en fonction du lieu d’accueil en région parisienne. Avant même qu’un choix d’implantation soit fait, le P. Jacob retourne à Sierck afin de commencer à organiser le déménagement du collège. Il accomplit ce travail, avec le concours bienveillant des autorités militaires, en remplissant quatre wagons de livres, de pupitres et d’autres objets de toutes sortes. Toutefois, cela semble très insuffisant au P. Vigoureux qui décide, le 20 octobre, de se rendre à Sierck afin de superviser lui-même les opérations. Charles Doria a décrit son action en ces termes :

  • 17 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 10-11.

Ce qui fut fait là-bas, il faudrait un volume pour le raconter. Je le voyais arriver de temps en temps à mon Groupe Sanitaire de Pépinville, près de Thionville, et c’était soit pour déjeuner, soit pour demander des camions, soit pour téléphoner ou déposer quelqu’objet précieux. Il était en relation avec tous les généraux de la région, faisait partie du service de récupération, vendait ce qu’il ne pouvait emporter, allait à Metz chercher des ouvriers spécialisés, voyageait habituellement en auto-stop ce qui lui permettait, disait-il, de connaître beaucoup de gens intéressants. Certains, il est vrai, le trouvèrent un peu exigeant et le Général Lebleu, commandant la place de Metz, lui dit un jour : “Je vous accorde encore ce que vous me demandez, mais je ne veux plus vous voir ici. Malgré tout à force d’audace et de persévérance, pour ne pas dire plus, il réussit à déménager intégralement le Collège de Sierck et le Secrétaire de la Préfecture prétendait qu’il avait été fait pour le Collège plus que pour toute la Moselle”17.

  • 18 Ibid. ; AM de Thionville, carton 68 Z 4, Souvenirs de Guy Bonnefoy (professeur d’Anglais à Sainte- (...)
  • 19 ARMF, carton APP Sierck 1930-1951, lettre de Michel Bernhard au provincial, 21 novembre 1939.
  • 20 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 12.

7Enfin, à la mi-novembre, le P. Vigoureux annonce l’arrivée du 46e wagon en gare d’Ermont-Eaubonne en adressant au P. Bernhard le télégramme suivant : « Faut-il envoyer portes et fenêtres » ? Manifestement cette attitude quelque peu cavalière provoque une certaine exaspération à Bury et finit par lasser le P. Bernhard18. Le 21 novembre, ce dernier en réfère au provincial : « Nous avons encore sept wagons de mobilier scolaire en gare. La semaine dernière, j’ai envoyé deux télégrammes au P. Vigoureux pour l’inviter à cesser toute évacuation et à revenir ; j’attends le Père tous les jours en vain19 ». Henri Vigoureux semble manifestement avoir, en plus d’un esprit assez taquin, une conception assez personnelle de la discipline ecclésiastique. En tout cas, le volume de matériel déménagé dépasse très largement la contenance des bâtiments de Bury, à tel point que nombre de pupitres, armoires et autres meubles restent sur un coin de la pelouse du parc une bonne partie de l’hiver, sous la neige ou la pluie20. Cependant, ces questions matérielles ne sont pas les seules sources de préoccupation des maristes. Il ne s’agit pas seulement de trouver un lieu pour installer le collège, encore faut-il y attirer les élèves. Il est nécessaire pour cela de faire connaître la nouvelle de la « reconstitution » du collège. Dès le 25 septembre, c’est-à-dire le jour-même où les maristes prennent la décision de louer Bury, Le Lorrain, journal très lu dans les milieux catholiques mosellans, en fait l’annonce. Et pourtant rien n’est encore signé ; le pari est donc risqué, mais il est vital de réunir une bonne partie des élèves de l’ancien collège mosellan.

  • 21 La Croix du 7 novembre 1939, p. 2 ; Marcel NEU, L’évacuation en Lorraine : 1939-1940, Metz, Éditio (...)
  • 22 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 11-12 ; ANDBM, brouillon de la lettre de demand (...)
  • 23 Charles Doria, op. cit., p. 17.

8Dans le même temps, au milieu des nombreuses questions matérielles et humaines auxquelles les pères maristes doivent faire face, s’en pose une autre : quel sera le statut des établissements scolaires confessionnels repliés dans la France des lois de 1901-1904, qui a chassé la plupart des congrégations enseignantes, dont les Pères Maristes ? Car il s’agit bien de savoir si le système concordataire conservé par les Alsaciens et les Mosellans, après leurs retour dans le giron de la France en 1919, va être maintenu ou non. Or, les maristes peuvent être rassurés par la confirmation, début novembre, du décret du 5 septembre 1939 qui garantit « d’étendre aux populations repliées des départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle l’application du statut scolaire et du statut religieux maintenus en vigueur dans ces départements », cela « pendant la durée de leur repliement21 ». Cependant, la loi exige toujours l’accord du Rectorat pour ouvrir un établissement d’enseignement libre. Cet accord, sous forme d’un « certificat de stage » ne peut être attribué qu’à une personne possédant tous les diplômes universitaires requis pour enseigner. Or, le P. Bernhard, supérieur spirituel du collège Sainte-Marie, n’est pas habilité à en être le directeur. Il faut donc trouver à la hâte un laïc en possession des titres requis. La solution est trouvée en la personne d’un retraité de 63 ans, Ernest Maille. Agrégé de grammaire, licencié en histoire, il est professeur honoraire du lycée Henri IV de Paris. Il obtient donc du Rectorat l’autorisation de diriger l’établissement tandis que le P. Bernhard reste le supérieur spirituel22. Les deux hommes sont à la tête d’une équipe de vingt-et-un professeurs : huit pères maristes et treize laïcs dont six femmes. Comme à Sierck, les tâches ménagères et l’infirmerie sont assurées par les sœurs dominicaines et leurs aides laïques, mosellanes pour la plupart, qui ont suivi le déménagement23.

B) Les élèves mosellans dans leur nouveau collège pendant la « drôle de guerre »

  • 24 Ibid., p. 11 ; Collège Notre-Dame de Bury, Notre-Dame de Bury : XXVe anniversaire, op. cit., p. 14
  • 25 ANDBM, lettre de M. Fouinat (propriétaire) à Michel Bernhard, 6 novembre 1939 et plusieurs quittanc (...)
  • 26 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 12-14 ; témoignage de Roger Wilhelm ; ANDBM, le (...)
  • 27 Ce qui correspond à environ 24 500 euros. ANDBM, factures diverses de décembre 1939 à avril 1940.

9Tout est donc prêt, ou presque, pour accueillir les 135 élèves le vendredi 3 novembre 1939. Cette rentrée est qualifiée d’« épique » par ceux qui la vivent. Partis de Metz dans la journée, les élèves et l’encadrement arrivent à la gare de l’Est vers 19 heures. Mais, les valises étant très lourdes et ne connaissant pas Paris alors plongé dans l’obscurité réglementaire des temps de guerre, il leur faut beaucoup de temps pour rejoindre la gare du Nord, prendre un train pour la gare d’Ermont-Eaubonne, puis un car jusqu’au collège. Il est environ minuit lorsqu’ils arrivent, sans avoir dîné. Cependant tous les élèves ne font pas leur rentrée au même moment, plusieurs s’étant perdus entre la gare de l’Est et la gare du Nord. Il en arrive donc durant toute la nuit24. Pendant les premières semaines, les élèves campent dans des locaux absolument pas en mesure de les contenir tous. Il est par conséquent urgent de trouver des solutions à ce problème de logement, d’autant plus qu’une trentaine de nouveaux élèves sont attendus après les vacances de Noël. Dès la fin du mois de décembre, les maristes louent d’autres maisons plus ou moins proches de Bury afin d’y installer l’internat. Ils louent le « Chalet La Tour », grosse maison bourgeoise de la seconde moitié du XIXsiècle à Eaubonne, à environ 700 m de Bury, qui accueille l’internat des « Moyens »25. Vers Noël 1939, ils louent le Château Rodocanachi à Andilly. Cette propriété de la seconde moitié du XIXsiècle est d’abord occupée par les « Grands », c’est-à-dire 120 élèves, mais elle est éloignée d’environ trois kilomètres. Toutefois, à la fin du mois de mars, durant les vacances de Pâques, le château est occupé par les « Petits », tandis que les « Grands » se retrouvent dans un pavillon du château Nervo qui se trouve à Margency, à environ 800 mètres de Bury. Il est mis à disposition gratuitement par le baron Léon de Nervo qui accepte de renouveler ce contrat, au gré des maristes, tous les six mois jusqu’à la fin des hostilités. Léon de Nervo est un riche industriel très influent au sein du patronat français, politiquement très marqué à droite, et un soutien inconditionnel de l’Église catholique26. La somme des travaux de réhabilitation et de mise aux normes de tous ces bâtiments représente manifestement un budget considérable. Entre octobre 1939 et avril 1940, uniquement pour le château de Bury, il faut dépenser au moins 61 000 francs, soit l’équivalant de presque deux ans et demi de loyer27.

  • 28 ARMF, carton APP Sierck 1930-1951, Échos de Sainte-Marie, n° 2, février-mars 1940, p. 5, 11 et 12.
  • 29 Ibid., p. 6.

10Le collège passe donc l’hiver dans des conditions matérielles qui, tout en s’améliorant, restent précaires. Cet hiver est le plus rude depuis 1917 en région parisienne, comme l’indiquent en mars 1940 les auteurs du journal des élèves l’Échos de Sainte-Marie qui notent des températures allant de -8 à -14 °C. Cependant, ils considèrent qu’il s’agit là, somme toute, d’un hiver normal pour des Lorrains, affirmant : « ce fut une fête pour nous de voir qu’un peu de « chez nous » nous avait suivi jusqu’au cœur de la France ». L’abondance du manteau neigeux permet de mémorables batailles de boules de neige dont, apparemment, certaines se perdent sur des professeurs. Le lac gelé fait les délices des enfants, notamment des patineurs, en dépit d’un certain nombre de bosses ou d’arcades sourcilières ouvertes consécutives à de malencontreuses chutes. L’infirmerie, qui ne contient que huit lits, est aussi d’ailleurs souvent remplie par des élèves qui logent au château Rodocanachi. En effet, ces derniers prennent froid en parcourant, matin et soir, les trois kilomètres les séparant de Bury28. Les conditions de vie sont donc rudes. Elles sont néanmoins quelque peu adoucies par l’attention maternelle des femmes de service. D’après Roger Wilhelm, elles apportent de l’humanité dans le cadre d’une discipline très stricte et, surtout, font de la « bonne cuisine lorraine » qui tient chaud au corps. En outre, les élèves bénéficient de quelques loisirs culturels, comme par exemple la sortie des Troisièmes du jeudi 24 janvier à la Comédie française pour voir Horace de Corneille. Les autres classes restent au collège, mais ont le loisir de visionner un film de Charlot, projeté par le P. Jacob sur son « Pathé-Baby » accompagné d’un phonographe29.

C) Exode et éparpillement de l’été 1940

11Cependant, l’attaque allemande du 10 mai 1940 fait brutalement basculer le pays de la « drôle de guerre » dans la vraie. L’avenir devient rapidement lourd d’incertitudes. Dans une circulaire envoyée aux parents d’élèves le 17 mai, le P. Bernhard tente de rassurer ceux-ci :

  • 30 ARMF, carton APP Bury 1939-1956, circulaire de Michel Bernhard aux parents d’élèves, 17 mai 1940.

Nous suivons avec calme et confiance les événements en cours. Nos enfants se trouvent en sécurité, et la vie de notre collège se poursuit tout à fait normalement dans un ordre parfait. Néanmoins, la prudence nous conseille de prendre dès à présent certaines dispositions afin de ne pas être pris au dépourvu. Aussi nous nous permettons de vous poser les questions suivantes : 1° Avez-vous des parents ou des amis hors de la zone des armées, qui pourraient au besoin accueillir vos enfants ? 2° À quel endroit vous dirigeriez-vous vous-même en cas d’évacuation ? En l’absence de renseignements ou de directives de votre part, nous suivrons les consignes des autorités responsables30.

  • 31 Henri Michel, Paris allemand, Paris, Albin Michel, 1981, p. 15.
  • 32 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 14-15.

12Mais il est difficile de rassurer les parents, car depuis le 16 mai le front étant complètement enfoncé, beaucoup de Français, notamment en région parisienne, commencent à douter de l’issue des combats de la campagne de France. Le moral s’effondre à partir du 3 juin, date du premier bombardement de Paris et de sa banlieue, provoquant un véritable vent de panique chez les Parisiens qui entament alors leur exode31. Dès le lendemain, le P. Bernhard envoie le P. Jacob à Paris auprès du Mosellan Robert Schuman, alors sous-secrétaire d’État pour les Réfugiés, et soutien de Sainte-Marie depuis sa création, afin de lui demander conseil sur l’attitude à adopter. Ce dernier lui dit d’attendre que les autorités donnent, le cas échéant, l’ordre d’évacuation. Néanmoins certains parents d’élèves n’attendent pas plus longtemps et viennent chercher leurs enfants, tandis que d’autres écrivent en exprimant leur inquiétude ou leur volonté de faire revenir auprès d’eux les leurs. De plus en plus inquiet et ne sachant plus quel parti adopter, le supérieur envoie à nouveau le P. Jacob au sous-secrétariat pour les Réfugiés le 7 juin. Cette fois-ci, il rencontre le chef de cabinet, fort nerveux, qui lui dit d’agir d’urgence. Le lendemain, le P. Bernhard décide de renvoyer les élèves chez eux. C’est dans un certain affolement qu’on fait les bagages dans la journée et dans la nuit. Le 9, élèves et encadrement partent à cinq heures du matin en direction de Nancy, par le dernier train régulier. Toutefois, les élèves de Première sont restés au collège car leur examen de baccalauréat doit avoir lieu le lundi 10 juin. Mais ils apprennent le dimanche que les épreuves sont remises et partent donc le lundi. Leur train est bombardé et ne peut repartir. Certains n’arrivent chez eux qu’au bout de quinze jours, après avoir parcouru cent kilomètres à pieds, avec leurs valises32.

13Les maristes restés à Bury sont tourmentés par l’angoisse. Le spectacle d’une armée française en déroute et la menace de voir arriver bientôt l’ennemi – ainsi que le stationnement d’un camion rempli d’explosif juste devant le collège – les pousse à se décider de quitter les lieux le 14 juin, alors que les Allemands entrent dans Paris. La communauté mariste éclate alors, chacun cherchant à rejoindre des régions non encore occupées par les Allemands et où se trouvent de la famille ou des amis. Le périple manque de tourner au tragique pour l’un d’entre eux, le P. Van Kaam qui, d’origine néerlandaise, a un accent germanique assez marqué. Charles Doria le raconte ces termes :

  • 33 Ibid., p. 16 ; témoignage de Roger Wilhelm.

À Montargis il fut arrêté et accusé d’être un parachutiste. La foule hurlait à mort autour du camion tandis qu’on l’emmenait à l’État-Major. Là il fut interrogé par un lieutenant prêtre qui lui fit réciter les prières au bas de l’autel. L’épreuve fut concluante et on le relâcha. À peine sorti, le pauvre Père, encore tout ému de sa mésaventure, rencontra un de ses confrères en soldat et tomba dans les bras du Père Adrien, capitaine de cette unité. L’affaire était définitivement classée33.

  • 34 Ibid.

14L’armistice, signé le 22 juin, met fin à ce sauve-qui-peut général qui a éparpillé les pères, les professeurs et les élèves. Le premier à rentrer à Bury est le P. Jacob, le 25 juin. Il a le grand soulagement de constater que rien n’a bougé depuis le départ précipité de la communauté. L’établissement peut repartir, mais dans un contexte désormais différent34.

3. De Sainte-Marie de Sierck à Notre-Dame de Bury : naissance et développement d’un collège mariste parisien pendant l’occupation

15Durant l’été et l’automne 1940, le collège se trouve à un moment charnière de son histoire. Sainte-Marie ne peut plus être un établissement mosellan replié en région parisienne puisque ce statut n’était censé durer que le temps des hostilités. Un collège mariste nouveau apparaît.

A) La création du nouveau collège mariste de Bury

  • 35 Alphonse Gambs, Sierck, son collège, op. cit., p. 164-165 ; témoignage de Roger Wilhelm.
  • 36 La loi du 3 septembre 1940, ainsi que celle du 8 avril 1942 qui la complète, furent d’ailleurs cons (...)

16La plupart des élèves Alsaciens et Mosellans sont rentrés chez eux après l’armistice. Dans leur esprit et celui de leurs parents, il est logique que le collège revienne à Sierck. Cependant, un paramètre imprévisible s’impose : l’annexion progressive de l’Alsace-Moselle par l’Allemagne dès le mois d’août 1940. La politique nazie d’éradication de la culture française et sa foncière hostilité aux valeurs chrétiennes, rendent impossible le retour des maristes et, dès le mois de septembre, les écoles confessionnelles sont d’ailleurs interdites. Les bâtiments du collège de Sierck sont transformés en Oberschule35. Par conséquent, les maristes ne peuvent que rester à Margency mais il leur faut pour cela obtenir une nouvelle autorisation académique et canonique. De fait, Sainte-Marie de Sierck ne peut plus avoir d’existence légale et il lui faut disparaître officiellement avant de renaître sous la forme d’un nouvel établissement, parisien celui-là. Ce nouveau collège porte désormais le nom de Notre-Dame de Bury. Cette évolution est largement facilitée par la nouvelle législation concernant les congrégations religieuses mise en place par Vichy. En effet, la loi du 3 septembre 1940 abroge celle du 7 juillet 1904 et assouplit les dispositions du titre III de la loi du 1er juillet 1901. Elle supprime notamment le délit de congrégation, permettant ainsi à la Société de Marie de revenir en toute légalité. Bury peut donc exister de manière pérenne. Sur le plan ecclésiastique, le P. Bernhard reçoit de l’évêque de Versailles l’agrément pour diriger le nouvel établissement le 9 septembre 1940. Le 28 novembre, Ernest Maille obtient du Conseil académique de Paris un certificat de stage pour le collège sous sa nouvelle appellation36.

  • 37 ARMF, Lettre aux missionnaires, N° 67 du 29 janvier 1941, n° 68 du 22 mai 1941 ; ANDBM, corresponda (...)
  • 38 ANDBM, lettre de Victor Faure à Michel Bernhard, 24 juin 1941.

17Avec le départ des élèves Alsaciens et Mosellans, les effectifs du collège à la rentrée d’octobre 1940 ne s’élèvent plus qu’à 89 élèves, dont 55 internes, contre 135 pensionnaires en 1939. Cette brutale baisse des effectifs, qui s’accompagne évidemment d’un effondrement des rentrées financières, contraint les maristes à résilier avant terme le bail du château Rodocanachi, le 30 août 194037. En outre, à la fin juin 1941, les propriétaires de Bury, estimant que le loyer est « ridiculement bas », veulent le faire passer de 25 000 francs à 55 000 francs. C’est à cette époque que les maristes commencent à envisager sérieusement d’acheter Bury et demandent à leur avocat de sonder dans ce sens la famille Plisson38.

18En attendant un éventuel achat, la rentrée d’octobre 1941 redonne un peu d’espoir aux maristes avec une hausse sensible des effectifs. On compte en effet 126 élèves, dont 87 internes, et de nombreuses demandes sont rejetées faute de place. La pression démographique ne se dément d’ailleurs pas à la rentrée 1942 où l’on compte 165 élèves dont 100 internes et où l’on doit repousser environ 350 candidatures. Bury est bien en train de devenir un nouvel établissement mariste – et le seul pour garçons – en région parisienne. Cela n’a jamais été vraiment envisagé par le passé et ce sont bien les circonstances créées par la guerre qui provoquent cette implantation.

  • 39 ARMF, Lettre aux missionnaires, n° 71 du 22 avril 1942 ; ARMF, carton APP Bury 1939-1956, Cahier de (...)
  • 40 ANDBM, lettre de Victor Faure à Michel Bernhard, 31 juillet 1941 ; lettre d’un des frères Plisson à (...)

19Cependant, pour accueillir davantage d’élèves, il faut construire de nouveaux bâtiments et c’est impossible tant que Bury est loué. Il est donc urgent de trouver une solution assurant le développement du collège et sa pérennité parisienne. L’achat s’impose de plus en plus39. Fin janvier 1942, après d’âpres négociations, la famille Plisson fixe son prix à 2 000 000 francs. La Fédération mariste du 104 rue de Vaugirard, association d’anciens élèves des établissements maristes, décide de créer une société immobilière sous forme d’une société anonyme. Le projet suscite de grands débats. Certains trouvent l’opération bien trop risquée ; d’autres, au contraire, estiment qu’elle représente une opportunité à saisir. Ce sont ces derniers qui l’emportent lors de l’assemblée générale du Comité fédéral du 8 mars 1942. Il y est décidé d’accepter l’achat de Bury, plus les 500 000 francs de frais de notaire, et de constituer une société immobilière au capital de 2 500 000 en actions de 1 000 francs40.

  • 41 ANDBM, circulaire de la Fédération mariste signée par son président, Charles Auzenat, 30 mars 1942 (...)

20Néanmoins, en attendant la constitution de la société immobilière, les maristes de Bury et les membres de la Fédération sollicitent leurs diverses relations et en particulier les anciens élèves des établissements maristes ou des parents d’élèves afin de trouver des actionnaires. Une circulaire leur est envoyée le 30 mars dans laquelle la Fédération mariste développe ses arguments, mais il semble qu’il y a de nombreuses réticences ou du moins des interrogations chez les destinataires, car il faut leur envoyer une autre circulaire, à l’argumentation plus développée, le 23 avril. Sur le plan financier, on reconnaît que si, dans l’immédiat, l’opération risque de ne pas être rentable, elle le deviendra par la suite et que, de toute façon, la situation d’un bien de 12 hectares à proximité de Paris garantit une « grande sécurité ». Surtout on use d’un argument de principe qui peut revêtir des accents pétainistes : « [L’opération] revêt surtout du point de vue moral, une extrême importance. Il s’agit de concourir au redressement de la France en créant un nouveau foyer d’enseignement libre d’éducation mariste aux portes de Paris ». Ce dernier argument ne peut que séduire un nombre non négligeable de catholiques qui sont alors majoritairement favorables à la politique scolaire de Vichy, voire à la Révolution nationale41.

  • 42 ANDBM, Notes prises sur un agenda d’une conversation entre Monsieur Rigaud (négociant en vin) et un (...)
  • 43 ANDBM, P.V. de l’assemblée générale ordinaire de la Société immobilière du 29 mai 1943 ; Cahier de (...)
  • 44 ANDM, ordre de réquisition de la préfecture de Seine-et-Oise, 11 août 1943 ; état des lieux de Maug (...)

21Toutefois, la recherche des souscripteurs est laborieuse. Certains refusent, comme ce négociant en vin qui argue des incertitudes économiques et politiques du moment, craignant notamment que les « bolcheviks » finissent par prendre le pouvoir, provoquant une révolution qui emporterait les établissements catholiques. Néanmoins, on parvient à réunir 1 380 000 francs et la « Société immobilière de la Réunion des Étudiants du 104 » emprunte les 520 000 francs restants. L’acte de vente de la propriété de Bury est signé le 15 octobre 1942. Le propriétaire de Bury est la société immobilière et les maristes en sont les locataires, le loyer annuel étant de 65 000 francs42. Afin de réaliser les travaux déjà engagés ou prévus, une deuxième souscription d’augmentation de capital, à hauteur de 1 100 000 francs, est votée en assemblée générale extraordinaire le 29 mai 1943. Cet apport de fonds conséquents permet d’entamer des travaux d’amélioration des infrastructures existantes et, surtout, d’en créer de nouvelles. L’objectif est de construire deux baraques Adrian, en bois, pour y installer des classes, et une grande chapelle, elle aussi préfabriquée en grande partie en bois. Il est difficile d’obtenir du Service des Constructions provisoires du ministère de la Production industrielle les autorisations nécessaires à l’achat des baraques, puis leur livraison, ce qui est la norme à l’époque. Une baraque Adrian est achevée au début d’octobre, la chapelle deux semaines plus tard, mais la deuxième baraque « reste en souffrance » jusqu’à l’automne 1944, les éléments n’arrivant qu’au compte-gouttes. Les travaux ayant pris un retard considérable, notamment par manque de main-d’œuvre dans les entreprises, les pères doivent se retrousser les manches durant tout l’été, charriant le sable, démolissant de vieux murs, déchargeant des camions… La tâche est immense et il faut, dans la perspective de les faire participer à l’ouvrage, réorganiser l’emploi du temps des élèves des Math-élémentaires et des Premières : cours le matin, deux heures d’études le soir, l’après-midi étant réservé aux « travaux manuels nécessités par les circonstances43 ». La question de la construction de nouveaux locaux n’est pas la seule à se poser pour assurer la rentrée 1943. Un problème de taille se pose dans la première moitié de l’année : la vente du château Nervo à la Croix Rouge. Étant contraints de quitter les lieux durant les vacances d’été, les maristes cherchent une autre location. Or, dans l’impossibilité de trouver, ils se tournent, à plusieurs reprises, vers la préfecture de Seine-et-Oise afin qu’elle use du droit de réquisition. Ils visent en particulier le château de Maugarny. Il faut dire qu’il a de quoi susciter leur intérêt, en dépit d’un état très médiocre, car il est suffisamment vaste et se trouve presque en face de Bury. Ils finissent par obtenir gain de cause et l’ordre de réquisition est signé le 11 août 1943. Dans le même temps, ils réussissent à louer un bâtiment de taille plus modeste, à Montlignon, à quelques centaines de mètres de Bury. La question de l’accueil des internes est résolue, au moins pour cette année scolaire, et l’on peut accueillir plus de 290 élèves dont 205 pensionnaires44.

B) La vie quotidienne d’un internat pendant l’Occupation

  • 45 ARMF, carton APP Bury 1939-1956, liste des élèves, année 1941-1942.
  • 46 Ibid., lettre du P. Kempf (préfet des classes et professeur de latin-grec en 1940) au P. Doria (su (...)

22À partir de la rentrée 1940, avec le départ d’un grand nombre d’Alsaciens et Lorrains, la population des élèves de Bury change considérablement. Désormais l’écrasante majorité d’entre eux sont des enfants des communes environnantes (51 % à la rentrée 1941) ou du département de la Seine (27 %)45. Or pour les pères, tous provinciaux ou étrangers, l’élève parisien peut déconcerter parfois. C’est le cas du P. Kempf qui, évoquant en 1949 cette époque, écrit : « Et ceci m’amène à dire un mot sur mon état d’esprit d’alors. On ne saurait s’imaginer combien j’étais désorienté par cette mentalité parisienne faite de légèreté, d’insouciance et d’esprit ». La plupart de ces garçons viennent de milieux plutôt aisés et les plus modestes, minoritaires, ne le vivent d’ailleurs pas toujours très bien. La mentalité de la bourgeoisie locale est assez différente de celle de Moselle et l’on assiste alors à une sorte de « choc des cultures » entre les maristes et la plupart des élèves46.

  • 47 Témoignage de Jean Guibert (élève à Bury de 1940 à 1946 ; fils d’ingénieur SNCF) recueilli le 13 dé (...)
  • 48 Témoignages de Jean-Claude Le Cun, de Jean Guibert et de Daniel Dardonville ; ARMF, Le Lien, n° 8, (...)

23Cependant, la discipline reste très stricte, au point que Jean Guibert, élève de 1940 à 1946, se souvient que la pension, durant les premières années, ne l’« enchantait guère » et que la véritable épreuve à l’époque n’était pas la guerre mais bien l’internat ! Une discipline qui est quasi militaire, avec levé à 6 h 00, obligation de faire son lit soi-même et de marcher au pas cadencé entre les « chalets » des internes et Bury. Jean-Claude Le Cun se souvient plus particulièrement des tours du lac une ou plusieurs fois en courant, comme punition infligée par le P. Jacob, préfet, lorsqu’on était pris à bavarder dans les rangs de la file d’attente de la cantine. En général, les premières semaines d’internat sont très durement ressenties, mais on finit par s’y faire. Néanmoins, les punitions les plus redoutées sont celles qui soumettent la sortie de fin de semaine aux résultats scolaires. Cette sortie s’effectue normalement le samedi midi et il faut être de retour le dimanche pour le dîner de 19 heures. Daniel Dardonville décrit le système ainsi : « Autant dire que je m’appliquais car les notes étaient comptabilisées sur 200 points dans la semaine. Et nous restions collés le samedi et le dimanche si nous n’atteignions pas le score de 110. Ces 200 points pouvaient être amputés rapidement de moins 10 ou moins 20 selon notre tenue en classe, sur les rangs, au réfectoire ou à la chapelle47 ». En dépit de ces rudes conditions de vie, les bons moments existent aussi. Les sorties du jeudi, surtout à Paris, sont en général fort appréciées. Les jeux d’hiver sur le lac gelé sont aussi particulièrement prisés. Ajoutons que les élèves parisiens sont très impressionnés par l’habileté à évoluer sur la glace des pères alsaciens, lorrains ou néerlandais qui ont souvent une pratique assurée du patinage. À la belle saison, le lac, équipé d’un plongeoir, devient un lieu d’apprentissage de la natation et le parc offre tout le loisir d’organiser des jeux collectifs48.

  • 49 Archives municipales de Margency (AMM), registre de délibération du conseil municipal de Margency, (...)
  • 50 Thibault Richard, Vivre en région parisienne sous l’Occupation. La Seine-et-Oise dans la guerre (19 (...)
  • 51 Témoignages de Jean-Claude Le Cun et de Jean Guibert ; Cahier de Maison, op. cit., 15 décembre 1943 (...)
  • 52 Cahier de Maison, op. cit., 10 octobre 1943.

24La question du ravitaillement tient sans doute une place importante dans les préoccupations des autorités du collège. Toutefois, les sources restent d’une très grande pauvreté sur cet aspect, ce qui peut paraître étonnant quand on sait l’obsession que suscite chez la plupart des Français, en particulier en région parisienne, la quête de nourriture. Une seule fois allusion est faite à cette question, dans le Cahier de Maison à la date du 19 juin 1944 : « Le point décisif est celui du ravitaillement. Le Père Économe pense qu’il pourra s’en tirer ni plus mal, ni mieux qu’ailleurs ». Cela nous renseigne peu sur le sujet. Toutefois, Jean Guibert et Jean-Claude Le Cun n’ont pas le souvenir d’avoir souffert de la faim, du moins jusqu’à la rentrée de septembre 1944, car les deux années scolaires suivantes sont beaucoup plus difficiles sur ce plan49. Il faut dire que le collège possède de considérables avantages : un immense jardin potager, une basse-cour et même quelques vaches, dont deux sont volées en août 1944. Retenons aussi que la rumeur qui court, chez les parents à l’époque et après la guerre, est que les bons pères durent parfois user du marché noir. Sur ce dernier point, il va de soi que les archives restent muettes50. Quelques compléments de nourritures peuvent être apportés de l’extérieur, notamment du Secours national qui distribue aux élèves des biscuits caséinés dans la cour du collège, après avoir chanté « Maréchal nous voilà » ! En échange, il est demandé à quelques élèves et maristes de participer ponctuellement aux activités charitables de cette organisation, comme par exemple, d’animer des séances récréatives pour les personnes âgées51. Le rationnement ne touche pas que les produits alimentaires. Comme pour l’ensemble des Français, on manque de tout. À la rentrée 1943, avec l’augmentation des effectifs, le collège se trouve démuni de couverts. Or, comme on n’en trouve plus dans le commerce, il faut envoyer d’urgence une lettre aux parents pour qu’ils en fournissent à leurs enfants52.

C) Cacher des « malgré-nous » au sein du collège

  • 53 Témoignage de Roger Wilhelm qui fut caché par son père, résistant, et celui de Jean-Pierre Schumach (...)

25À ces soucis du quotidien, s’en ajoute un autre, beaucoup plus grave celui-là, lié au fait que sont cachés dans le collège des Alsaciens et Mosellans réfractaires à l’incorporation dans l’armée allemande. En effet, à partir de l’âge de quinze ans et demi, les Alsaciens et Mosellans, sujets allemands de facto, sont susceptibles d’être appelés à servir dans les forces armées du Reich. Ces « Malgré-nous » peuvent être envoyés sur le front russe ou mobilisés sur place, comme c’est le cas de Roger Wilhelm. Étant retourné en Moselle après l’armistice, il est tout d’abord contraint d’aller à l’Oberschule de Sierck où l’on ne peut parler qu’allemand, le français étant strictement interdit. Il supporte mal la discipline, qui y est beaucoup plus stricte que celle des pères, et encore moins le mépris affiché des professeurs et des élèves allemands pour les Mosellans. Il doit dans le même temps entrer dans les Jeunesses hitlériennes, avant d’être incorporé, en janvier 1944, dans une unité de D.C.A., en tant qu’auxiliaire. Il déserte huit mois plus tard, entrant dans la clandestinité. Un grand nombre de ses camarades sont tués, soit au combat ou sous les bombardements, soit fusillés pour désertion ou refus d’obéissance53.

  • 54 « Les souvenirs du P. Kempf », op. cit., p. 35 ; Le Lien, août 1949, p. 26 et juin 1950, p. 3. ; té (...)
  • 55 AMM, registre de délibération du conseil municipal de Margency, séance du 4 avril 1941 ; Alexandre (...)
  • 56 ANDBM, Charles Doria, « La Libération de Bury », Le Lien, mars 1950, p. 5-6.

26Le collège de Bury, cache durant l’Occupation des élèves qui évitent totalement ou en partie le sort de leurs camarades repartis en Moselle. Il est difficile de déterminer le nombre exact de ces jeunes présents à un moment ou un autre dans l’établissement. La discrétion est évidemment de rigueur et ces garçons vivent sous un nom d’emprunt. D’après les souvenirs du P. Kempf, il y a eu cinq réfractaires alsaciens-lorrains. Parmi eux il y a deux frères, évadés des Jeunesses hitlériennes : Roger et Georges Laurent. Le premier est un très jeune professeur d’allemand et le second est élève dans les grandes classes. Ils portent de faux noms différents (« Monsieur Châtel » et « Robert Laurain ») et font en sorte de s’éviter en public, au point que de nombreux élèves ignorent jusqu’à la Libération qui ils sont vraiment, en dépit d’une forte ressemblance physique54. Les risques ne sont pas minces quand on sait qu’à partir de mars 1941, le nouveau maire de Margency, nommé président de la Délégation spéciale par Vichy en remplacement du précédent maire révoqué, n’est autre que Raymond Richard, collaborationniste de haut vol. Ancien responsable de l’Action française et de la Cagoule, cet agent de l’Abwehr, dès le 15 juillet 1940, a infiltré le réseau de résistance Combat, contribuant, selon toute vraisemblance, à l’arrestation de Jean Moulin à Caluire le 21 juin 1943 et de bien d’autres résistants. Il est ensuite condamné à mort et fusillé en 194855. Les risques deviennent évidemment plus grands lorsque les troupes allemandes réquisitionnent une partie du château de Maugarny et occupent le parc de Bury durant l’été 1944. D’ailleurs Georges Laurent (alias Robert Laurain) faillit bien alors être démasqué par un officier allemand, lequel manifestement préféra fermer les yeux56.

D) Le collège dans la tourmente de la Libération

  • 57 Cahier de Maison, op. cit. 15 décembre 1943 ; avril-mai 1944 ; Le Lien, juillet 1944, p. 3 et mars (...)

27La perspective de la multiplication des bombardements et de combats sur le sol de France, et en particulier en région parisienne, se précise dès la fin de l’année 1943. En décembre, la Croix-Rouge française sollicite le collège, comme tous les établissements secondaires, afin de créer des équipes d’urgences. Ayant reçu l’aval de l’évêque de Versailles, les maristes participent à l’organisation de ces équipes en accueillant, au printemps 1944, des cours afin de préparer élèves et adultes au brevet de brancardier et au diplôme de secouriste. Les bombardements visant la région parisienne sont parfois évoqués dans le Cahier de Maison de Bury, notamment aux dates des 18-19 et 21-22 avril 1944 : « Violents bombardements sur Noisy-le-Sec, Saint-Denis, etc… La ligne est coupée – téléphone aussi – grosses difficultés pour joindre Paris. On se sent en sécurité à Bury ». Le bombardement, le 18, du centre de triage et de réparation de la SNCF de Noisy-le-Sec, est l’un des plus violents de toute la guerre dans la région. Bury étant sur la route des avions alliés, la D.C.A. allemande tire donc très souvent, un canon étant même installé juste à côté de la propriété. Un gros éclat d’obus traverse d’ailleurs le toit de la chapelle et au début du mois d’août deux bombardiers alliés s’écrasent à moins d’un kilomètre, à un moment où la guerre se rapproche rapidement de la vallée de Montmorency, plongeant bientôt le collège au cœur des événements militaires57.

  • 58 ARMF, Jean de Kort, « La Libération de Bury », Le Lien, août 1944, p. 8 ; Charles Doria, « La Libér (...)
  • 59 Ibid. ; Martial Larocque, La Résistance en Val-d’Oise 1940-1944, A.N.A.C.R., s.l.n.d, p. 153-211.

28Le 10 août, alors que les combats font rage en Normandie, trois compagnies de la Wehrmacht s’installent à Bury, 500 hommes logeant dans le château de Maugarny déserté par une grande partie des élèves alors en vacances dans leurs familles. Le parc de Bury sert à stocker du matériel et des armes de toute sorte, ainsi que de grandes quantités d’essence et de munitions. Cette présence militaire occasionne évidemment quelques désagréments mais il ne semble pas qu’il y ait eu, durant les dix premiers jours, de difficultés majeures dans les relations entre les occupants et les maristes. Le fait que la plupart de ces derniers parlent l’allemand couramment a dû sans doute aider. Les rares discussions avec les officiers peuvent être courtoises et certains, ainsi que des hommes de troupe, assistent à la messe et se confessent, notamment des Autrichiens. Il y a malgré tout quelques tensions avec le seul officier SS du groupe. Il affiche en effet de manière déplaisante ses convictions idéologiques, lesquelles d’ailleurs ne semblent pas vraiment partagées par les autres officiers58. Cependant, au fur et à mesure que les combats se rapprochent de la vallée de Montmorency, les Allemands sont de plus en plus nerveux. Le 20, ils enterrent deux de leurs hommes dans le parc du château de Maugarny et quatre autres le surlendemain. Les unités combattantes partent alors en opérations en direction de Pontoise. Ils perdent deux autres soldats dans le parc, tués par l’explosion accidentelle d’une grenade. On est alors au cœur des actions de guérilla urbaine menées par la Résistance dans les communes environnantes, en particulier à Ermont qui connaît de durs combats. Cette guerre de harcèlement doit faciliter l’arrivée des chars américains et ceux du général Leclerc qui ne sont plus qu’à quelques kilomètres59. Le 26, les Allemands quittent Bury pour cette fois-ci combattre à ses portes. Le P. Doria décrit ce départ de façon saisissante :

  • 60 Charles Doria, « La Libération de Bury », op. cit.

À partir du samedi matin, ce fut le départ précipité des troupes allemandes qui abandonnèrent derrière elles leurs ˝biens personnels˝, c’est-à-dire des monceaux d’objets volés. Ce départ fut tragique. Le soir vers 7 heures trois camions venaient de charger des munitions et les derniers hommes. Le décor était celui qu’on a connu partout : le camion est bondé, des soldats sont allongés sur les ailes de la voiture, prêts à la riposte. […]. Le Père Supérieur qui assistait au départ dit quelques mots à l’officier qui commandait le convoi et avec lequel il avait déjà parlé plusieurs fois : ˝Croyez-vous vous en tirer ?˝ – ˝Non˝ – Alors peut-être faudrait-il vous préparer à la mort˝ – ˝Je suis prêt et ferai mon devoir˝. Puis il monta sur le premier camion, debout, tenant un revolver d’une main, une grenade de l’autre et commanda le départ – tous furent émus car lui savait où il allait. De fait à peine les camions avaient-ils tourné au carrefour de Montlignon qu’ils essuyaient une première rafale, à hauteur de l’hôpital nouvelle attaque et un peu plus loin ils furent anéantis60.

29Le lendemain, un incident manque de tourner au tragique pour les maristes :

  • 61 ARMF, Jean de Kort, « La Libération de Bury », Le Lien, août 1944, p. 8-9 ;

Pendant toute la journée du dimanche il y a des coups de fusil, et nous entendons les balles siffler autour de nous. On n’est plus en sureté dehors, mais dedans non plus, car dans l’après-midi des soldats rentrent et nous accusent d’avoir tiré sur les troupes qui passaient dans la rue. Bien sûr, ils n’ont pas de preuves, mais nous n’en avons pas non plus pour démontrer le contraire et nous sommes tous menacés d’être fusillés, si on ne trouve pas le coupable. Pendant plusieurs heures nous restons sous cette menace. Entre-temps ils ont pris deux FFI à Margency et vers six heures ils nous quittent61.

 

  • 62 Le Lien, n° 8, Pâques 1945, op. cit., p. 9 et juin 1950, p. 7 ; témoignage de Jean-Claude Le Cun.
  • 63 Aujourd’hui, l’établissement (collège et lycée), devenu externat, accueille 1 800 élèves. Sainte-Ma (...)

30À la fin de la guerre, l’heure est au bilan humain pour la communauté de Bury. Il est relativement lourd. Huit élèves ou anciens ont perdu la vie depuis 1939. L’un d’entre eux est décédé de maladie en 1940 et deux autres ont trouvé la mort en déportation en 1942. Un ancien de Bury, âgé de 20 ans est fusillé pour faits de résistance près de Montargis, en août 1944, et un autre de 18 ans est tué en opération en Alsace en décembre de la même année au sein du 1er Régiment de marche de spahis marocains. Les munitions abandonnées se trouvent également en grand nombre dans la propriété. Au moment de la Libération et durant encore plusieurs mois, les enfants ne résistent pas à l’envie de jouer avec. On ramasse notamment des obus que l’on tente de scier. Cela coûte la vie à deux élèves, ainsi qu’au jeune vicaire de la paroisse d’Ermont62. Né de la guerre, le collège de Bury s’enracine donc durablement en région parisienne après celle-ci. À la rentrée 1945, il accueille 310 élèves dont 230 internes63. Dans le même temps renaît le collège Sainte-Marie à Sierck, sous l’action énergique du P. Vigoureux. Roger Wilhelm y refait une rentrée, cette fois-ci en classe de Seconde, après quatre ans d’interruption de ses études dans le système français. Supportant d’ailleurs fort mal le règlement scolaire tout aussi strict que tatillon, après sa dure expérience dans l’Armée allemande et la clandestinité, il devient assez rebelle. Il ne sait pas alors, qu’après avoir été ordonné prêtre chez les maristes, il allait devenir, dans les années 1960, directeur de Notre-Dame de Bury.

Notes

1 Les Pères Maristes appartiennent à la Société de Marie, fondée en 1816 par le père Colin. Cette congrégation au départ à vocation missionnaire, notamment en Océanie, s’orienta aussi assez rapidement vers l’enseignement.

2 Archives municipales de Thionville (AM de Thionville), carton 68 Z 2, Liste matricule des enfants astreints à la fréquentation du collège Sainte-Marie à Sierck-les-Bains, 1938-1939.

3 AM de Thionville, carton 68 Z 2, Liste matricule… ; témoignage de Roger Wilhelm.

4 Ibid. ; Archives de la Région mariste de France (ARMF), Sainte-Foy-lès-Lyon, Index pro Societa Mariae 1939, Collegium Sircense.

5 Alphonse Gambs, Sierck, son collège, Thionville, Gérard Klopp éditeur, 1991, p. 149 et p. 160 ; témoignage de Roger Wilhelm. Né en 1928 dans une famille de boulangers, interne, il entre à Sainte-Marie de Sierck en classe de huitième en 1937, enregistré à Chartres le 21 juillet 2012. Le témoin fut par la suite ordonné prêtre chez les pères maristes.

6 AM de Thionville, carton 68 Z, Collège de Sierck, procès-verbal de la réunion générale de l’Association « Ozanam » du 20 août 1939. Le président de cette association évoquait l’année scolaire écoulée comme « année d’angoisse ».

7 ARMF, carton APP Bury 1939-1956, Charles Doria conférence donnée à Bury le 8 décembre 1948, 8 p.

8 Henri Hiegel, « L’évacuation de la Zone rouge du département de la Moselle en 1939-1940 vers les Charentes et la Vienne », Mémoires de l’Académie Nationale de Metz, 1982, n° 57, p. 57-62 ; Pierre Rigoulot, L’Alsace-Lorraine pendant la guerre 1939-1945, Paris, PUF, 1998, p. 8.

9 Alphonse Gambs, Sierck, son collège, op. cit., p. 222 ; collection particulière Alphonse Gambs, brouillon d’une lettre de Marcel Jacob, s.d. (entre le 4 et le 6 septembre 1939), sans destinataire (un père mariste de Sierck ne s’y trouvant pas à ce moment-là) ; Archives de N-D de Bury à Margency (ANDBM), article de Charles Doria, « Histoire d’une fondation », Le Lien, décembre 1949, p. 9 ; témoignage de Roger Wilhelm.

10 ARMF, carton APP Sierck 1930-1951, lettre de Michel Bernhard au provincial, 9 septembre 1939.

11 Ibid., lettre d’Henri Vigoureux au provincial, 5 septembre 1939.

12 Charles Doria, note de 8 pages dactylographiées, op. cit., p. 2.

13 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 4-11 ; ARMF, carton APP Sierck 1930-1951, lettre du P. Haour à Charles Doria, 11 décembre 1949 ; Collège Notre-Dame de Bury, Notre-Dame de Bury : XXV e anniversaire, Senlis, Imprimeries réunies, 1965, p. 14-15.

14 ANDBM, bail par les consorts Plisson à l’Association Sainte-Marie, 27 octobre 1939, Paris.

15 Il fut construit en 1834 par l’architecte Louis Visconti qui réalisa notamment le tombeau de Napoléon Ier et la fontaine de la place Saint-Sulpice.

16 ANDBM, État des lieux effectué le 1er octobre 1939, 60 p. ; Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 8. ; ARMF, carton APP Sierck 1930-1951, lettre de Michel Bernhard au provincial, 21 novembre 1939.

17 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 10-11.

18 Ibid. ; AM de Thionville, carton 68 Z 4, Souvenirs de Guy Bonnefoy (professeur d’Anglais à Sainte-Marie de Sierck), note dactylographiée de 7 pages ; Alphonse Gambs, Sierck, son collège, op. cit., p. 164.

19 ARMF, carton APP Sierck 1930-1951, lettre de Michel Bernhard au provincial, 21 novembre 1939.

20 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 12.

21 La Croix du 7 novembre 1939, p. 2 ; Marcel NEU, L’évacuation en Lorraine : 1939-1940, Metz, Éditions Pierron, 1989, p. 161.

22 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 11-12 ; ANDBM, brouillon de la lettre de demande du certificat de stage et de l’état des services d’Ernest Maille au recteur de l’académie de Paris, 28 décembre 1939.

23 Charles Doria, op. cit., p. 17.

24 Ibid., p. 11 ; Collège Notre-Dame de Bury, Notre-Dame de Bury : XXVe anniversaire, op. cit., p. 14.

25 ANDBM, lettre de M. Fouinat (propriétaire) à Michel Bernhard, 6 novembre 1939 et plusieurs quittances de loyer (novembre 1939-janvier 1941).

26 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 12-14 ; témoignage de Roger Wilhelm ; ANDBM, lettre de Léon de Nervo au P. Bernhard, 25 mars 1940.

27 Ce qui correspond à environ 24 500 euros. ANDBM, factures diverses de décembre 1939 à avril 1940.

28 ARMF, carton APP Sierck 1930-1951, Échos de Sainte-Marie, n° 2, février-mars 1940, p. 5, 11 et 12.

29 Ibid., p. 6.

30 ARMF, carton APP Bury 1939-1956, circulaire de Michel Bernhard aux parents d’élèves, 17 mai 1940.

31 Henri Michel, Paris allemand, Paris, Albin Michel, 1981, p. 15.

32 Charles Doria, Le Lien, décembre 1949, op. cit., p. 14-15.

33 Ibid., p. 16 ; témoignage de Roger Wilhelm.

34 Ibid.

35 Alphonse Gambs, Sierck, son collège, op. cit., p. 164-165 ; témoignage de Roger Wilhelm.

36 La loi du 3 septembre 1940, ainsi que celle du 8 avril 1942 qui la complète, furent d’ailleurs conservées à la Libération. AMT, carton 68 Z 3, agrément (en latin) de l’évêque de Versailles à Michel Bernhard, 9 septembre 1940 ; ANDBM, certificat du Conseil académique de Paris, 28 novembre 1940 et lettre de l’Inspecteur d’Académie à Ernest Maille, 19 décembre 1940.

37 ARMF, Lettre aux missionnaires, N° 67 du 29 janvier 1941, n° 68 du 22 mai 1941 ; ANDBM, correspondances, de septembre 1940 à décembre 1941, entre Michel Bernhard, Victor Faure (avocat de Bury) et A. Mennesson (Notaire de Mme Lepic, propriétaire du château Rodocanachi).

38 ANDBM, lettre de Victor Faure à Michel Bernhard, 24 juin 1941.

39 ARMF, Lettre aux missionnaires, n° 71 du 22 avril 1942 ; ARMF, carton APP Bury 1939-1956, Cahier de Maison de N-D de Bury 1942-1946, octobre 1942.

40 ANDBM, lettre de Victor Faure à Michel Bernhard, 31 juillet 1941 ; lettre d’un des frères Plisson à Michel Bernhard, 30 janvier 1942 ; lettres du P. Haour à Michel Bernhard, 13 et 26 février 1942 ; mémorandum de la réunion du Comité fédéral du 8 mars 1942.

41 ANDBM, circulaire de la Fédération mariste signée par son président, Charles Auzenat, 30 mars 1942 et circulaire du 23 avril 1942 ; Jacques Duquesne, Les catholiques français sous l’occupation, Paris, Grasset, 2édition, 1986, p. 88-105.

42 ANDBM, Notes prises sur un agenda d’une conversation entre Monsieur Rigaud (négociant en vin) et un représentant des maristes, 20 mars 1942 ; ANDBM, P.V. de l’assemblée générale ordinaire de la Société immobilière du 29 mai 1943 ; Cahier de Maison de N-D de Bury, op. cit., 15 octobre 1942 ; Bail par la Société « Immobilière de la Réunion des Étudiants » aux R.P. Bernhard et Doria, 13 novembre 1943.

43 ANDBM, P.V. de l’assemblée générale ordinaire de la Société immobilière du 29 mai 1943 ; Cahier de Maison de N-D de Bury 1942-1946, op. cit., juillet-août et 10 octobre 1943.

44 ANDM, ordre de réquisition de la préfecture de Seine-et-Oise, 11 août 1943 ; état des lieux de Maugarny, 10 septembre 1943 ; cahier de Maison, op. cit., juillet-août 1943, ; Lettre aux missionnaires, op. cit., n° 76, 8 mars 1944.

45 ARMF, carton APP Bury 1939-1956, liste des élèves, année 1941-1942.

46 Ibid., lettre du P. Kempf (préfet des classes et professeur de latin-grec en 1940) au P. Doria (supérieur de Bury en 1949), s.d. ; témoignage de Jean-Claude Le Cun (élève à Bury de 1943 à 1947, fils de cheminot SNCF) enregistré le 10 octobre 2012 à Enghien-les-Bains.

47 Témoignage de Jean Guibert (élève à Bury de 1940 à 1946 ; fils d’ingénieur SNCF) recueilli le 13 décembre 2012 à Bury, Margency ; témoignages de Jean-Claude Le Cun ; témoignage de Daniel Dardonville (élève à Bury de 1944 à 1953, fils de boulangers) recueilli le 5 octobre 2012 à Taverny.

48 Témoignages de Jean-Claude Le Cun, de Jean Guibert et de Daniel Dardonville ; ARMF, Le Lien, n° 8, Pâques 1945, p. 10.

49 Archives municipales de Margency (AMM), registre de délibération du conseil municipal de Margency, séances du 29 octobre 1944 et des 20 juin et 24 septembre 1945.

50 Thibault Richard, Vivre en région parisienne sous l’Occupation. La Seine-et-Oise dans la guerre (1940-1944), Condé-sur-Noireau, Charles Corlet Éditions, 2004, 320 p.

51 Témoignages de Jean-Claude Le Cun et de Jean Guibert ; Cahier de Maison, op. cit., 15 décembre 1943 ; Jean-Pierre Le Crom, « Lutter contre la faim : le rôle du Secours national », Morts d’inanition. Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Isabelle von Bueltzingsloewen (dir.), 2005, p. 249-262.

52 Cahier de Maison, op. cit., 10 octobre 1943.

53 Témoignage de Roger Wilhelm qui fut caché par son père, résistant, et celui de Jean-Pierre Schumacher (l’un des deux survivants du massacre de Tibhirine) dans Frère Jean-Pierre et Nicolas Ballet, L’esprit de Tibhirine, Paris, Seuil, 2012, p. 84-88 ; Freddy Derwahl, Le dernier moine de Thibirine, Paris, Albin Michel, 2012, p. 34-36. Voir aussi Alphonse Gambs, Sierck, son collège, op. cit., p. 164-165.

54 « Les souvenirs du P. Kempf », op. cit., p. 35 ; Le Lien, août 1949, p. 26 et juin 1950, p. 3. ; témoignages de Jean-Claude Le Cun et de Roger Wilhelm.

55 AMM, registre de délibération du conseil municipal de Margency, séance du 4 avril 1941 ; Alexandre Nicolon, Histoire de Margency, Cergy-Pontoise, Éditions du Valhermeil, 2003, p. 103-104. Pierre Péan consacre tout un chapitre à Raymond Richard, Pierre Pean, Vies et morts de Jean Moulin, Paris, Fayard, 1998, p. 515-536.

56 ANDBM, Charles Doria, « La Libération de Bury », Le Lien, mars 1950, p. 5-6.

57 Cahier de Maison, op. cit. 15 décembre 1943 ; avril-mai 1944 ; Le Lien, juillet 1944, p. 3 et mars 1950, p. 3 ; témoignage de Jean Guibert.

58 ARMF, Jean de Kort, « La Libération de Bury », Le Lien, août 1944, p. 8 ; Charles Doria, « La Libération de Bury », op. cit. Charles Doria a repris en grande partie le texte de Jean de Kort, en ajoutant toutefois un certain nombre de précisions.

59 Ibid. ; Martial Larocque, La Résistance en Val-d’Oise 1940-1944, A.N.A.C.R., s.l.n.d, p. 153-211.

60 Charles Doria, « La Libération de Bury », op. cit.

61 ARMF, Jean de Kort, « La Libération de Bury », Le Lien, août 1944, p. 8-9 ;

62 Le Lien, n° 8, Pâques 1945, op. cit., p. 9 et juin 1950, p. 7 ; témoignage de Jean-Claude Le Cun.

63 Aujourd’hui, l’établissement (collège et lycée), devenu externat, accueille 1 800 élèves. Sainte-Marie de Sierck a fermé ses portes en 1963, mais a été à l’origine, à partir de 1956, du collège Saint-Pierre Chanel de Thionville qui existe toujours.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search