Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Autour de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Chapitre 20. Les « écoles nouvelles » à l’épreuve de la Révolution nationale

Nathalie Duval

Texte intégral

  • 1 Nathalie Duval, L’École des Roches, Paris, Belin, 2009, rééd. 2010 (publication de la thèse de doct (...)
  • 2 Nathalie Duval, Enseignement et Éducation en France du XVIIIe siècle à nos jours, Armand Colin, 201 (...)

1On entend par « écoles nouvelles » des internats privés installés à la campagne, au milieu d’un parc de plusieurs hectares, sur le modèle anglo-saxon. Elles proposent comme programme éducatif une formation globale de l’élève c’est-à-dire à la fois de la tête, du corps et de la personnalité. Les activités sont variées, composées de cours, qui ont souvent lieu le matin, dans un bâtiment des classes situé au milieu du domaine, ainsi que, les après-midi, des activités sportives, des jeux de plein air en alternance avec des travaux pratiques et des activités culturelles et artistiques. Ces écoles nouvelles sont le plus souvent laïques mais il en existe aussi des confessionnelles. Les premières sont apparues dès avant 1914 à commencer par l’École des Roches1 qui ouvrit ses portes en octobre 1899, à Verneuil-sur-Avre, dans l’Eure, en Normandie. Véritable prototype en la matière, elle se présente comme un laboratoire d’éducation alternative par rapport à celle pratiquée dans les établissements classiques2 à savoir une éducation tournée vers la participation de l’enfant à la vie de son école et, de façon générale, à son initiation au self government, à l’autonomie et au sens de l’initiative. De la douzaine d’écoles nouvelles apparues avant la Première Guerre mondiale, il n’en subsiste que trois à la veille de la Seconde : l’École des Roches déjà citée mais aussi le Collège de Normandie, fondé également en Normandie, en région rouennaise, trois ans plus tard, en 1902, ainsi qu’un autre établissement établi brièvement dans les années 1900 en terre bordelaise et réouvert en 1939, l’École de Guyenne. D’autres sont apparues dans l’Entre-deux-guerres, les plus originales étant celles de philosophie éducative chrétienne soit catholique pour le collège Saint-Martin de France soit protestante pour le collège cévenol. Le collège Saint-Martin de France est fondé en 1928-1929 par des pères oratoriens et se situe en région parisienne, à Pontoise ; le collège cévenol est fondé dans les années 30 par des pasteurs sur le haut plateau du Chambon-sur-Lignon, en Auvergne ; il est connu pour avoir joué un rôle important dans l’accueil d’étrangers et d’enfants juifs en fuite pendant la guerre. À cela s’ajoute le fait que des écoles relevant de ce mouvement éducatif se sont ouvertes en pleine guerre, de façon improvisée, par exemple au moment de la débâcle de mai-juin 40 comme à Maslacq, dans les Basses-Pyrénées, dans le Vercors, dans le village de Villard-de-Lans durant l’année 1941 ou encore dans le Sud des Alpes, où j’ai découvert tout récemment qu’une école de ce type s’est ouverte à Saint-Paul de Vence sur l’initiative de parents d’élèves et d’enseignants en repli en zone libre. Le fait est que la guerre pose le problème de la survie pour chacune de ces écoles nouvelles selon qu’elles sont situées, les unes, en zone occupée, les autres en zone libre. Mais c’est aussi leur positionnement par rapport à la Révolution nationale qui pose question. Il est intéressant de voir comment les acteurs de ces différentes écoles qui ont pour point commun de proposer une éducation renouvelée de la jeunesse, se positionnent, selon leurs convictions, par rapport à la Révolution nationale et à son projet de régénération des corps et des esprits. Quelles visions proposent-ils de l’« Homme nouveau » ? En quoi y contribuent-ils ? Les choix pris par des éducateurs aussi divers que Georges Bertier, Louis Garrone et Henri Marty, dans le cas de l’École des Roches, et, d’éducateurs moins connus mais non moins intéressants à l’instar d’André Charlier, pour Maslacq, de Daniel Trocmé, au collège cévenol, ou de Louis Dedet, au Collège de Normandie, ne sont pas sans conséquences sur l’après-guerre.

1. Les écoles nouvelles en territoire occupé

2Étant donné la nature et la qualité de leurs infrastructures, ces écoles nouvelles sont un cadre adéquat pour abriter des soldats et sont donc souvent réquisitionnées.

A) L’École des Roches et la cohabitation avec l’armée allemande

3C’est le cas de l’École des Roches dont une partie, dès septembre 1939, a été réquisitionnée par l’armée française pour servir d’hôpital comme cela avait été le cas en 1914-1918. À la suite de l’invasion allemande, devant l’afflux des réfugiés encombrant les routes et jugeant de la gravité de la situation, le directeur Georges Bertier a pris la décision, fin mai 1940, de fermer l’École et de renvoyer les élèves dans leurs foyers. Le 13 juin, il confie officiellement la direction des Roches à son adjoint Henri Trocmé. Une soixantaine d’élèves, qui ne peuvent rejoindre leur famille, sont évacués dans la plus totale improvisation, vers une base de repli qui est finalement trouvé dans les Basses-Pyrénées, dans le petit village de Maslacq. Pendant ce temps, aux Roches, le couple Trocmé reste dans la maison des « Sablons » et assiste à l’occupation de l’École entière par les Allemands, le 18 juin. Très vite est implanté un vaste camp destiné à des prisonniers. Commence une cohabitation tendue avec l’occupant allemand, cependant facilitée par le fait que le couple Trocmé est germanophone. La situation devient plus délicate quand se pose la question de la réouverture des Roches pour la rentrée d’octobre 1940. La décision est prise par Bertier, dès son retour en août. Le nombre des élèves augmente au fur et à mesure que se déroule l’année scolaire : une quarantaine en décembre 1940 puis une soixantaine en juin 1941, tous logés au « Vallon » servant également de bâtiment des classes.

4À partir de l’été 1941, il n’y a plus de prisonniers au camp où cinquante baraques avaient été mises en place. Une rangée de barbelés ceinture le camp gardé par des miradors. Mais, après juillet 1941, tous ces prisonniers partent, transférés ailleurs et les troupes allemandes, qui occupaient les maisons, sont alors réduites en effectifs. L’École des Roches réussit ainsi à rester ouverte pendant la guerre, sous la direction de Bertier, assisté de Trocmé. Tous deux assurent le fonctionnement, accueillant au total plus d’une centaine d’élèves. Jusqu’à la fin de la guerre, les cours et l’hébergement des élèves ont lieu dans les deux maisons laissées à la disposition de Trocmé et de Bertier, le « Vallon » et la « Guichardière ». L’École des Roches devient une sorte d’école-refuge pour ses jeunes pensionnaires qui bénéficient, sur le plan alimentaire notamment, des avantages d’une implantation rurale avec un approvisionnement direct en produits de la ferme et du potager. Les témoignages d’anciens élèves évoquent une totale liberté de circuler, tout en observant une prudente distance avec l’occupant allemand, et la pratique clandestine du scoutisme ; les photos montrent une école protégée des affres de la guerre : pas de référence particulière aux valeurs de la Révolution nationale ni de photographie du maréchal Pétain dans les classes.

B) Le Collège de Normandie réquisitionné par l’État français

5La situation est différente pour son voisin rouennais, le Collège de Normandie. Dans un premier temps, il est lui aussi occupé par l’armée française pour être transformé en hôpital. Puis, en mai 1940, le Collège de Normandie est bombardé avant d’être finalement pillé et occupé par l’armée allemande. Les élèves doivent quitter les lieux et seuls quelques-uns, qui ne peuvent rejoindre leurs parents, trouvent refuge auprès d’enseignants qui restent et organisent une école en réduction dans leurs maisons du village de Mont-Cauvaire. Jusque fin mars 1941, un hôpital allemand s’y installe. Puis le Collège de Normandie connaît un destin particulier qui le distingue de l’École des Roches ; il est réquisitionné directement par l’État français. Ces locaux abritent, en effet, de juin 1941 à mai 1944, un Centre régional d’Éducation générale et sportive pour l’académie de Caen. Celui-ci est placé sous la direction de Louis Dedet, qui avait, avant-guerre, de 1906 à 1934, dirigé le Collège de Normandie. De mois en mois, s’y succèdent une centaine de normaliennes et de normaliens qui y accomplissent simultanément des stages de formation et d’éducation physique. Mais, au cours de l’année 1944, le Centre quitte les lieux quand, à partir du mois de mai, les Allemands y installent une rampe de lancement de V1. Aux mois de juillet et août, à la suite du débarquement, le Collège de Normandie est la cible de plusieurs bombardements alliés qui provoquent d’énormes dégâts. À la Libération, il est complètement détruit et inhabitable au contraire des Roches qui peuvent, dès septembre 1944, ayant échappé aux bombardements alliés, accueillir des élèves sur la quasi-totalité de son site, mis à part le bâtiment des classes. Si l’École des Roches survit à la guerre, ce n’est donc pas le cas du Collège de Normandie, frappé de plein fouet car géographiquement plus exposé. Qu’en est-il des autres écoles nouvelles ? En l’absence d’archives, on ne saurait dire ce qu’il en est de Saint-Martin de France pendant la guerre ou de l’École de Guyenne. Certes, l’École de Guyenne est sollicitée par le directeur des Roches, Bertier, pour y accueillir des élèves, ce qu’elle refuse faute de place. Celle-ci réussit néanmoins à survivre puisqu’elle fonctionnera encore jusqu’au début des années 1960.

2. Les écoles nouvelles en zone libre

6Pour ce qui est des écoles en zone restée libre jusqu’en 1942, les situations sont très diverses. Il en est une qui apparaît totalement en phase avec les valeurs de la Révolution nationale : l’école de Maslacq. À l’inverse, le collège cévenol devient un lieu de résistance avec l’accueil clandestin de jeunes enfants juifs.

A) Maslacq : une annexe improvisée dans les Basses-Pyrénées

7En mai 1940, devant l’avance allemande, la direction des Roches a cherché une solution de repli dans le sud du pays qu’elle trouve à Maslacq, sur les bords du Gave de Pau, situé entre Orthez et Lacq. Là, elle loue un château appartenant à un ordre de sœurs espagnoles qui ont décidé de rentrer au pays. Les premiers élèves, accompagnés de professeurs, y arrivent dès la fin du mois de mai, logés les uns au château, les autres chez l’habitant. D’autres réfugiés les rejoignent après le 10 juin. Durant l’été, Georges Bertier confie à son gendre et chef de maison Louis Garrone la direction de la nouvelle annexe qui se prépare pour la rentrée suivante. L’effectif de l’École comptera une quinzaine d’enseignants et 120 élèves de trois provenances : ceux dont les parents sont proches (Bordelais, Palois, Landais, etc.) ; ceux originaires du Sud de la France mais plus éloignés ; enfin, ceux transférés de la zone occupée, de Paris, du Nord de la France ou de l’Est, ou séparés de leurs parents restés bloqués en Afrique du Nord, dans les colonies ou à l’étranger. Alors que Bertier repart à Verneuil début août pour juger de la possibilité de rouvrir les Roches, les professeurs, rejoints par quelques membres du personnel administratif et ouvrier, s’affairent à Maslacq.

8Le château de Maslacq et ses terrains sont alors transformés pour accueillir une « école nouvelle », dans un contexte d’urgence et de repli, mais selon les principes éducatifs qui caractérisent le modèle rocheux, désormais situé en zone occupée, dont Maslacq devient la succursale en zone libre, un « modèle réduit » des Roches. L’un des professeurs André Charlier, succède, en octobre 1941, à Louis Garrone. Pendant toute la durée de la guerre, fonctionne ainsi une deuxième École des Roches en zone libre avec à sa tête un directeur doublé d’un bon gestionnaire qui sait si bien prendre les commandes de cette annexe qu’il est tenté par une scission administrative, à la suite du départ de Garrone, qui accepte d’occuper des fonctions politiques à Vichy. À Maslacq, André Charlier dirige l’École en totale autonomie et ce jusqu’en 1950. Le fait est que l’esprit qui règne à Maslacq sous la direction de Charlier apparaît, sur bien des points, en phase avec l’ordre moral prôné par la Révolution nationale, sachant que cet ordre moral se définit par le respect de l’Église, la valorisation de la famille et l’éducation de la jeunesse.

9Voyons en quoi Maslacq peut être considérée comme une « école nouvelle » à l’heure de la Révolution nationale. La philosophie éducative de Maslacq a pour finalité l’éducation d’un chrétien intégral. Sa mise en œuvre passe par l’ensemble des activités propres à l’éducation nouvelle : les cours en matinée, puis, dans l’après-midi et en soirée, les entraînements sportifs et les jeux en plein air, les travaux pratiques et tout ce qui relève des activités culturelles, représentations théâtrales et concerts musicaux.

  • 3 Plaquette publicitaire L’École des Roches dans le Béarn à Maslacq, 1942, 24 p.

10Une brochure abondamment illustrée et destinée aux parents3 montre la combinaison, a priori paradoxale, d’une éducation conservatrice sur les plans philosophique, scolaire et religieux et des méthodes avant-gardistes de l’éducation nouvelle. Les premières pages montrent un cadre implanté en terre paysanne et chrétienne : le château, le pavillon des classes, la chapelle attenante au château, le calvaire et l’aumônerie puis quelques maisons du village. Suivent plusieurs vues sur la propriété et le paysage rural qui l’entoure, prairies, bois et les collines d’Orthez. La dimension familiale de cet univers éducatif est exprimée avec les dortoirs des élèves, les salles à manger dont il est mentionné que les repas y sont pris en commun avec le directeur, le chef de maison, leur famille, les professeurs et les élèves. Entrer à Maslacq, c’est entrer dans une famille chrétienne. À partir de la moitié de la brochure, on passe aux activités, d’abord le scoutisme, puis toutes les activités liées à l’éducation physique et aux jeux en plein air : après avoir vu les élèves en costume, on les voit alors en short, les jambes et le torse nus ; ce sont des corps sains et vigoureux, exposés à l’air et au soleil qui sont mis en évidence. Tous ces jeunes garçons partent à l’assaut du portique, des barres fixes et parallèles, des poutres, s’affrontent par équipes à la « lutte de répulsion à la perche ».

11Les quatre dernières pages sont réservées aux travaux pratiques : deux vues sur le « pavillon de dessin et de modelage », l’une extérieure, l’autre intérieure ; on y voit un jeune élève penché sur son ouvrage avec, en exemple de sculptures déjà réalisées, une Vierge et un coq gaulois : le culte de Dieu et de la patrie est ici rappelé. Le travail manuel consiste en activités agricoles qui rapprochent ces jeunes gens de familles aisées de la vie paysanne : on voit des élèves mettre le joug à des vaches de travail, un autre faire du tissage et, enfin, un petit groupe pratiquer la vannerie chez un artisan du village, les jeunes enfants en chemisette et cravatés, assis aux côtés du vieil artisan moustachu, à lunettes, en gilet et pantalon de velours… L’album de photos se referme sur cette touche maurrassienne, celle d’une société corporative inspirée de la doctrine sociale de l’Église catholique. Les activités culturelles existent aussi. André Charlier crée, dès 1941, une schola avec ses élèves à qui il enseigne le chant grégorien et la musique polyphonique de Josquin des Prés, Clément Janequin, Roland de Lassus. Il fait venir des musiciens réputés : Jane Bathori, qui a chanté sous la direction de Claude Debussy et d’Erik Satie, vient accompagner Irène Joachim pour La mort de Socrate de Satie ; avec le violoncelliste André Lévy, Charlier interprète la Sonate pour violoncelle et piano de Debussy. Il compose également de la musique : des cantiques, des mélodies, de la polyphonie et de la musique instrumentale, des œuvres pour piano. En même temps, il reprend la mise en scène théâtrale : Molière, Shakespeare, Tchekhov, Goldoni et Claudel sont joués.

B) Le Collège cévenol, fidèle à ses valeurs de non-violence et de paix

  • 4 Les armes de l’esprit, film de Pierre Sauvage réalisé en 1989.

12L’ambiance est tout autre sur les hauts plateaux des Cévennes. Le Collège cévenol a ouvert ses portes dans les années 1930, fondé par des pasteurs protestants. L’un d’eux, André Trocmé, est l’oncle de Daniel Trocmé, fils du chef de maison des Roches, Henri Trocmé, déjà cité. Tandis que son père assure le fonctionnement des Roches aux côtés de Bertier, le fils Henri Trocmé fait le choix de répondre à l’invitation de son oncle pour devenir directeur d’un foyer de jeunes étudiants baptisé « foyer universitaire des Roches ». Une pure coïncidence homonymique cependant car nul lien institutionnel ou financier ne relie l’École des Roches à cette institution, située en Velay, au Chambon-sur-Lignon. Mais il s’agit d’une filiation spirituelle4, du moins dans la lignée familiale, pour ce foyer d’étudiants qui s’est ouvert, en janvier 1942, sur ce plateau auvergnat, lieu de refuge pour les communautés huguenotes avant de devenir une terre de réputation mondiale grâce à l’action de ses habitants en faveur de réfugiés, dont beaucoup d’enfants juifs, fuyant les persécutions nazies et vichystes.

  • 5 I. Gutman (dir.), Dictionnaire des Justes de France, Yad Vashem, Jérusalem / Fayard, 2003, p. 556-5 (...)

13En juillet 1942, Daniel Trocmé accepte de rejoindre le Chambon. Alors qu’il vient d’achever une année d’enseignement à l’École des Roches, le jeune Daniel, âgé d’une trentaine d’années, quitte ainsi Verneuil et ses parents pour prendre, sur le plateau cévenol, la direction d’une maison d’enfants appelée « Les Grillons », à partir du 1er octobre 1942, puis assume également la direction de la maison dite « des Roches », à partir du 25 mars 1943. Ce foyer universitaire est placé sous la tutelle du ministère du Travail, avant de passer, le 15 juin 1943, sous la dépendance du ministère de l’Intérieur. À partir de cette date, les services préfectoraux sont dépossédés de tout contrôle alors qu’il semblerait que le foyer ait bénéficié jusqu’alors d’une discrète protection du préfet. À partir de cette date du 15 juin 1943, Daniel Trocmé doit désormais transmettre au délégué départemental du Service de centre social pour étrangers de Clermont-Ferrand, proche de la police allemande, la liste nominative des hébergés. Mais, quelques jours après, le 29 juin 1943, avec ses 18 étudiants, dont 14 étrangers et 4 Français, il est victime d’une rafle par la Gestapo. Si les motifs de l’arrestation de Trocmé et de ses protégés restent officiellement ignorés, il est emmené à la prison de Moulins (Allier) ; en août 1943, il est interné au camp de Compiègne, puis déporté à Buchenwald-Dora et plus tard à Maïdenek où il meurt le 2 avril 1944. Son action éducative et la protection bienveillante qu’il apporta à ses étudiants, entre autres juifs, lui vaudra de recevoir de l’Institut Yad Vashem, le 18 mars 1976, le titre de Juste des Nations5. La médaille de la Résistance lui sera aussi décernée, le 13 octobre 1946, à titre posthume. Le cas de Daniel Trocmé illustre bien ici le choix clandestin du collège cévenol de refuser la politique anti-juive de la révolution nationale.

C) Des écoles nouvelles improvisées

14Il existe enfin une troisième catégorie d’écoles nouvelles ; celles improvisées en pleine guerre. Il s’agit par exemple de l’école nouvelle Stella Matutina qui ouvre en 1941, dans le Vercors, à Villard-de-Lans. Son objectif est d’y accueillir des élèves pour les protéger des événements de la guerre mais aussi pour leur offrir un cadre favorable à leur bonne santé, Villard de Lans étant connu pour la pureté de son air. Stella Matutina est ainsi une école nouvelle, fondée par un ancien enseignant et chef de maison aux Roches, Paul Belmont qui la dirige jusqu’à sa fermeture au début des années 1970 avec l’aide d’un autre enseignant des Roches, Louis Viguier. Elle fonctionne comme une école de plein air, sur le modèle des Roches. Autre école nouvelle dirigée par un ancien enseignant des Roches mais cette fois-ci dans les Alpes-Maritimes, celle ouverte en 1943 dans le village perché de Saint-Paul de Vence, sous le nom de « Les Marches des Cinq », en référence à ses cinq fondateurs. En effet, la fermeture des Roches en 1940 incite la mère d’un des élèves, Marthe Larcher, à faire renaître cet enseignement à Saint-Paul, alors en zone libre, et où elle possède un bâtiment. Avec l’aide de l’enseignant et chef de maison des Roches, René Levesque, son époux Hubert Larcher et deux autres enseignants Émile Perrin et le fils de celui-ci, une école nouvelle fonctionne à Saint-Paul de Vence jusqu’en 1947, accueillant une quarantaine d’élèves âgés de 6 à 15 ans. Celle-ci déménagera ensuite en 1948, en région parisienne, à Fleury-en-Bière. Ce qu’il est intéressant de retenir avec ces petites écoles nouvelles improvisées en pleine période de guerre, c’est leur caractère novateur, leur filiation – via les enseignants impliqués – avec le projet éducatif de l’École des Roches. Si la Révolution nationale n’a pas été un obstacle à leur création, en a-t-elle été pour autant un stimulant ? En l’absence d’archives, il est impossible de répondre à cette question qui mérite cependant d’être posée sous l’angle de son projet de régénération de la jeunesse. À ce sujet, les choix pris par des personnalités des Roches vont avoir des conséquences durables sur l’École et sa réputation.

3. Vichy : un impact négatif sur le rayonnement des Roches

15Au contraire de ce que certains chercheurs s’obstinent à laisser entendre, il est fallacieux de vouloir établir des liens directs entre les Roches et Vichy. Son directeur Georges Bertier est resté aux commandes de l’École, certes, mais sans avoir jamais joué de rôle au sein de l’État français tout comme son directeur adjoint, le protestant Henri Trocmé. En revanche, c’est son gendre Louis Garrone qui s’est personnellement engagé dans l’aventure politique, entre 1941 et 1942, ainsi que le directeur-adjoint Henri Marty qui, dès 1940, occupe un poste de direction concernant l’éducation physique et sportive des futurs instituteurs. Quant à André Charlier qui dirige l’annexe de Maslacq après le départ de Garrone pour Vichy, il constitue un cas singulier, celui d’un éducateur charismatique qui met en œuvre une école dont l’esprit est en phase avec celui de la Révolution nationale mais sans lui-même jouer de rôle politique.

A) L’École des Roches de Bertier, matrice de la réforme Carcopino ?

  • 6 Stéphanie Corcy-Debray, Jérôme Carcopino, un historien à Vichy, Paris, L’Harmattan, 2001.
  • 7 Jérôme Carcopino, Souvenirs de sept ans 1937-1944, Flammarion, 1953.

16Cette idée s’inspire d’une thèse selon laquelle, sous le ministère de Jérôme Carcopino (de février 1941 à avril 1942), la réforme de 1941 porte la marque de l’École des Roches6. Les principaux points de filiation retenus sont le rôle conféré au professeur principal (le professeur de français), l’importance du sport et des activités pratiques ainsi que l’exigence d’une éducation morale destinée à former des chefs au caractère trempé. Carcopino est présenté comme un « membre de la nébuleuse rocheuse » à l’instar de beaucoup d’autres personnalités évoluant dans le scoutisme, le catholicisme social ou les cercles technocratiques, ayant nourri leur réflexion sur la formation des élites à partir de l’expérience éducative des Roches. Tous sont dits patriotes, ralliés à Pétain et désireux de saisir l’opportunité de Vichy pour réaliser leurs conceptions éducatives. Cette filiation est expliquée par l’existence de liens de nature géographique, familiale et politique entre Carcopino et l’École des Roches. Effectivement, son père, le docteur Joseph Carcopino, fut le premier médecin des Roches, de 1899 à sa mort en 1913, alors qu’il exerçait à Verneuil dont il fut maire durant une année. Ainsi, durant sa jeunesse, Jérôme Carcopino a-t-il pu visiter l’École et en connaître les spécificités éducatives sans toutefois y avoir été inscrit7. Les liens géographiques et amicaux se doublent de liens familiaux quand un fils de Georges Bertier épouse la fille aînée de Jérôme Carcopino, le couple donnant naissance à six enfants dont deux seront élèves aux Roches dans les années 1950. Par cette union matrimoniale, les noms Carcopino et Bertier sont liés mais indirectement aussi ceux de Carcopino et de Garrone dans la mesure où Françoise Carcopino devient la belle-sœur de Monique Bertier, épouse de Louis Garrone, directeur de la formation des jeunes de février 1941 à février 1942, au moment où Jérôme Carcopino est Secrétaire d’État de l’Instruction nationale et de la Jeunesse. Les liens familiaux n’expliquent pas tout, loin s’en faut. Cependant, ils s’ajoutent à tout un réseau de relations idéologiques qui font apparaître en filigrane une connaissance tacite des Roches, voire une influence diffuse de celles-ci, parmi des cadres du régime de Vichy qui interviennent à plusieurs niveaux hiérarchiques au sein du ministère de l’Éducation nationale, selon des périodes différentes. Ainsi peut-on citer des noms de personnalités qui interviennent principalement entre 1940 et 1942, avant le retour de Laval au pouvoir, c’est-à-dire avant l’engagement total de Vichy dans la collaboration avec l’Allemagne.

  • 8 Robert, Jacques et René Valode, Notre Sillon, 2 tomes, Imprimerie Eblé, Besançon, non daté (après 1 (...)

17Si nous cherchons à affiner notre compréhension des faits, c’est le courant traditionaliste, chrétien et anti-collaborationniste qui l’emporte dans l’influence que l’École des Roches a pu avoir, par leur intermédiaire, sur les mesures de nature éducative prises sous Vichy. Commençons par Albert Rivaud. Bref ministre de l’Éducation nationale (16 juin-12 juillet 1940), celui-ci a siégé au conseil d’administration de l’École des Roches, à partir de 1937, comme membre et vice-président alors qu’il était professeur d’histoire de la philosophie à la Sorbonne. Le Commissaire général à l’Éducation physique et aux sports, Jean Borotra (8 août 1940-12 avril 1942), fait aussi partie de ces personnalités en lien avec l’École des Roches, plus particulièrement après la guerre lorsqu’en 1947 il y inscrira son fils ou encore quand sa nièce épousera le chef de maison Jacques Valode8. Le ministre de l’Éducation nationale Jacques Chevalier (14 décembre 1940-24 février 1941), est indirectement lié aux Roches par le biais de Louis Garrone dont il fut le professeur de philosophie quand celui-ci était étudiant à la faculté de Grenoble ; c’est certainement par son intermédiaire que Garrone entre aux Roches en 1925. Sur le plan intellectuel, ce disciple de Bergson et maître d’Emmanuel Mounier est considéré comme l’un des rénovateurs de la philosophie spiritualiste en France. Quant à Jérôme Carcopino, Secrétaire d’État de l’Éducation nationale et de la Jeunesse (25 février 1941-18 avril 1942), nous avons déjà vu les liens qui peuvent être établis avec l’École des Roches dirigée par Georges Bertier qui, rappelons-le, ne participe à aucun des gouvernements de Vichy, ayant décliné le poste d’inspecteur général de l’Éducation générale et sportive que lui proposait Jean Borotra, préférant rester aux commandes de son école dont il a assuré la survie durant les heures sombres de la guerre.

  • 9 Pascal Bousseyroux, Robert Garric (1896-1967), éducateur catholique du social, thèse Paris 7- Denis (...)

18En fait, le pétainisme de Bertier, si pétainisme il y a, se manifeste non pas dans un engagement politique mais, sur le plan social, dans le rôle notable qu’il joue au Secours national du département de l’Eure comme délégué départemental, sans doute à la demande de son ami Robert Garric9, commissaire national du Secours national. Si le patriotisme de Bertier ne peut être mis en doute, ni son attachement à la démocratie, comment alors expliquer l’existence de tant de liens entre l’École des Roches et des personnalités qui occupent les plus hauts postes au sein du ministère de l’Éducation nationale, pendant la période de Vichy ? Sans doute parce que ses actions en faveur des réformes de l’Éducation ont été progressivement portées vers la droite au fur et à mesure où, dès la fin des années 1920, il s’est trouvé isolé au sein de la section française de la Ligue internationale pour l’Éducation nouvelle, de plus en plus ancrée à gauche, voire à l’extrême-gauche, surtout après l’arrivée d’Henri Wallon, le congrès de Nice en 1932 ayant marqué ce tournant politique. Il est fort probable que la participation de ses adjoints au régime de Vichy ait nui à sa réputation au lendemain de la Libération, période au cours de laquelle il est évincé du G.F.E.N. Néanmoins, on peut voir une influence durable de son action dans la création, en 1945, des classes nouvelles par Gustave Monod. Quoiqu’idéologiquement éloigné de Bertier, celui-ci lui portait beaucoup d’estime et surtout connaissait très bien l’École des Roches pour y avoir été chef de maison dans les années 1910, puis inspecteur des études et enfin membre du conseil d’administration dans les années 1930 alors qu’il y avait inscrit son propre fils. L’École des Roches apparaît donc comme une référence réelle tant à gauche avec Monod qu’à droite avec Carcopino.

B) Garrone et Marty : comment réformer les cadres de la jeunesse ?

  • 10 M. Poujol et G. Romer (dir.), Dictionnaire biographique des militants de l’éducation populaire à l’ (...)

19Le 14 février 1941, Louis Garrone est nommé directeur de la Jeunesse ; il conserve ses responsabilités sous le titre de directeur de la formation des jeunes après la réorganisation du Secrétariat d’État le 23 avril 1941. En février 1942, il doit démissionner, victime du raidissement du régime et des critiques des collaborationnistes, peu de temps avant le retour de Laval. Quelle action mène-t-il durant cette année passée au Secrétariat général à la Jeunesse10 ? D’origines sociales modestes, Louis Garrone, avec son frère cadet Gabriel (1901-1994), qui deviendra cardinal et sera l’un des principaux artisans du concile Vatican II et un très haut responsable de la Curie romaine auprès de Jean-Paul II, est le fils d’un immigré piémontais, Jean-Baptiste Garrone, lui-même issu d’une famille de salariés agricoles dans une grande exploitation rizicole mais devenu un artisan-tailleur réputé à Aix-les-Bains. Ses études supérieures en lettres et en philosophie, à l’Université de Grenoble, lui font connaître le philosophe Jacques Chevalier qui le marque durablement et l’oriente dans sa carrière, à partir de 1929, vers l’École des Roches après son échec à l’agrégation de philosophie et un passage comme lecteur dans une maison d’édition parisienne. Quand éclate la guerre, il est d’abord mobilisé comme instructeur puis, après l’exode, devient directeur de l’annexe des Roches repliée à Maslacq. Il est alors père de quatre enfants nés de son mariage, le 30 décembre 1929, avec Monique Bertier (1905-1998), un cinquième naissant en 1941. En novembre 1940, il est choisi comme délégué à la Jeunesse de Gascogne et c’est sans doute à l’invitation de Jacques Chevalier qu’en 1941 il est nommé directeur au Secrétariat à la Jeunesse à Vichy. Là, pendant un an, il bénéficie d’une large autonomie face au Secrétaire général à la Jeunesse Georges Lamirand et s’impose comme le véritable maître d’œuvre de la politique de la jeunesse en zone sud. Il sait s’appuyer sur un groupe homogène de chefs de bureau, « l’équipe Garrone » qui comporte des anciens et des nouveaux venus, officiers et anciens scouts, jeunes diplômés et universitaires, certains ayant appartenu aux Équipes sociales ou aux cercles non conformistes, la plupart étant catholiques, ne relevant ni de l’orthodoxie maurrassienne ni de la mouvance démocrate-chrétienne.

20La participation de Louis Garrone à Vichy s’explique par le fait que ce catholique convaincu se fait une idée très personnelle et cohérente de sa mission au service de la jeunesse et du redressement du pays. Sa volonté est de préparer la jeunesse, en plein désarroi après la défaite, à s’insérer dans la France nouvelle par une tâche éducative de longue haleine. Ce faisant, il s’inscrit dans l’optique de la Révolution nationale. Il adhère à une mystique de communauté française et sa conception de la société rejoint la conception organiciste. Sa philosophie civique, marquée par le style péguyste, les thèmes bergsoniens voire certaines formules maurrassiennes, apparaissait déjà, en 1938, dans un article du Journal de l’École des Roches, « Les jeunes et la mystique française », article au fil duquel il cite Claudel, Mauriac et parle de la « France qui déçoit ». De fait, Louis Garrone adhère aux principes de l’État nouveau mais les met en pratique selon une interprétation libérale. En effet, si Garrone cite souvent la corporation agricole comme première pierre de l’édifice du nouvel ordre social et condamne l’individualisme et l’esprit de libre examen, il écarte les constructions idéologiques, leur oppose une mystique de l’enracinement dans les traditions, refuse la propagande de masse et défend le pluralisme. Conscient de la menace totalitaire et de la domination allemande, il voit dans l’union de tous derrière le Maréchal la plus sûre défense.

  • 11 Bernard Comte, Une utopie combattante. L’École des cadres d’Uriage 1940-1942, Fayard, 1991.
  • 12 Pierre et Hélène de Chevigny, On s’est retrouvés là… : Pierre et Hélène de Chevigny. Souvenirs de g (...)

21L’action de Louis Garrone au Secrétariat à la Jeunesse se caractérise par son refus d’unifier les mouvements de jeunesse en un seul. De façon concrète, ceci l’amène à proposer la procédure de l’agrément pour définir les relations entre le secrétariat général à la Jeunesse et les organisations. Ainsi, les scouts, les Compagnons et le Centre protestant de la jeunesse sont agréés en juin 1941. Il remplit sa mission en accord très étroit avec l’épiscopat, menant de longues négociations avec Mgr Chollet qui signe l’accord en décembre 1941, très favorable aux mouvements de jeunesse catholique. Dans le même temps, il refuse l’agrément au mouvement Jeunesses de France et d’outre-mer, tente de faire de l’École nationale des cadres d’Uriage11 un des piliers de sa politique de la jeunesse et réoriente le mouvement des Compagnons de France en imposant à sa tête son candidat catholique Guillaume de Tournemire. Son choix peut s’expliquer par le fait que ce plus jeune capitaine de l’armée française qui lui a été présenté par Pierre de Chevigny12 (ancien des Roches de 1924 à 1932), membre de son « équipe » au Secrétariat à la Jeunesse et ancien élève des Roches, incarne toutes les qualités qu’il apprécie chez un meneur d’hommes : son charisme, son indépendance politique et son catholicisme. Finalement élu en mai 1941, Guillaume de Tournemire succède à Henry Dhavernas, fondateur, le 25 juillet 1940, des Compagnons de France, mouvement qui lance une expérience d’éducation et de culture pour garçons de 14 à 19 ans alors que les chantiers de jeunesse (qui prennent, à partir du 18 janvier 1941, la relève des « Groupements de jeunesse » fondés le 31 juillet 1940 par le général de la Porte du Theil) mobilisent, en service obligatoire, les hommes de 20 ans.

22Dans le même objectif de redresser la France par sa jeunesse, a été fondée en novembre 1940 par Pierre Dunoyer de Segonzac, près de Grenoble, l’École nationale des cadres d’Uriage dont le but est de former les futures élites de la jeunesse française par des stages d’entraînement physique, intellectuel et moral. Or l’esprit qui se manifeste à Uriage correspond à celui que Garrone a connu aux Roches. Il se caractérise par le souci d’une collaboration active au redressement national, le rôle du chef, le sens de l’équipe et sa méthode consiste à faire appel à toutes les facultés de l’homme par la combinaison d’activités variées. C’est pourquoi il s’y intéresse tout particulièrement et tente, en vain, de prendre le contrôle d’Uriage, notamment en matière de recrutement des stagiaires. Ses relations avec Segonzac se dégradent à partir de l’été 1941 ; il lui reproche son loyalisme conditionnel et critique l’emprise du personnalisme d’Emmanuel Mounier sur l’École. Enfin, parmi ses autres priorités, Garrone s’occupe des « Maisons de la jeunesse », ancêtres des M.J.C. ; il est alors question que tous les jeunes qui ne font pas partie de mouvements de jeunesse s’y inscrivent. Il s’agit de les former de manière à en faire une élite agissante, l’ambition de Garrone étant de quadriller le territoire de ces « Maisons de la jeunesse » et de foyers ruraux destinées à développer chez les jeunes le goût des activités artisanales et agricoles, les initier à l’art dramatique et au chant choral, et surtout leur donner des vertus nationales grâce à l’organisation d’un véritable service civique.

23Mais, en février 1942, Garrone est démis de ses fonctions, victime des critiques du clan Pucheu, secrétaire d’État à l’Intérieur, et des collaborationnistes qui voient en lui l’instrument de l’emprise cléricale sur la jeunesse et lui font grief de son soutien initial à la communauté d’Uriage, laquelle a pris progressivement ses distances avec le gouvernement, puis avec le régime dans son ensemble (Uriage sera dissoute en décembre 1942). Garrone est aussi victime de sa pratique autoritaire du pouvoir ; il a de mauvaises relations avec Jérôme Carcopino, malgré leurs relations familiales, et Georges Lamirand accepte de plus en plus mal son autonomie. Finalement, Garrone est plutôt isolé à Vichy : certes, son loyalisme envers le régime est strict mais sa doctrine du pluralisme qui le conduit à écarter les partisans de la collaboration finit par lui être reprochée. Suspecté de complicité avec les démocrates et d’incapacité administrative, il est écarté. Nommé inspecteur général de l’Instruction publique, le 27 février 1942, il est chargé de la visite des écoles privées subventionnées. En 1943-1944, il entre en relation avec des milieux résistants dans le sillage de Guillaume de Tournemire (dont le passage à la Résistance à l’automne 1943 a provoqué la dissolution des « Compagnons », en janvier 1944, tout comme des « Chantiers de jeunesse ») et de Pierre de Chevigny (qui a été contacté par Lamarque du réseau Alliance en automne 1942). À l’été 1943, avec sa famille, il déménage de Vichy à Pullay, petit village situé près des Roches, en vue de préparer la succession de Georges Bertier à la tête de l’École dont il assume la direction d’octobre 1944 à son départ à la retraite en 1965. Au contraire de Bertier qui avait fait œuvre de prosélytisme en faveur de l’éducation nouvelle, Garrone limitera son action à l’échelle de son école qu’il ne qualifiera d’ailleurs plus de « nouvelle » mais de « différente ».

  • 13 Éducation générale ; Tome II Les demi-journées de plein air, Édition de l’Arc tendu, 1942, rééd. 19 (...)

24Henri Marty, quant à lui, est nommé, sur proposition de Jean Borotra, dès 1940, directeur de l’École nationale de l’éducation physique et sportive transformée, en automne 1942, en Institut national d’éducation générale et sportive (I.N.E.P.S.) avec pour mission de former les professeurs d’E.P.S. Comment Henri Marty accepte-t-il de devenir un réformateur des cadres de la jeunesse française sous Vichy ? Il contribue à la rédaction de diverses circulaires du ministère de l’Éducation nationale, préconisant notamment la création de « demi-journées de plein air13 ». Sa source d’inspiration apparaît avec évidence être l’École des Roches qui pratiquait diverses activités de plein air en plus de celles propres au scoutisme. Sa participation à l’ensemble des réformes qui, dans un désir de régénération des Français après le choc de 1940, touchent à l’éducation de la jeunesse, est en cohérence avec sa conviction d’une société française en décadence. Dès la libération de Paris, en 1944, Henri Marty est appelé par l’État-Major interallié pour reprendre du service en tant qu’officier-interprète auprès de l’armée américaine. Il semble en effet que, sous l’Occupation, il ait joué un double jeu avec Vichy en entretenant des contacts avec la Grande-Bretagne et les États-Unis. Au cours d’une mission de liaison dans les ports de débarquement de Cherbourg et du Havre, il contracte une infection dont il meurt à l’Hôpital militaire du Val de Grâce, le 6 juin 1945. Décès prématuré qui peut expliquer le long oubli dont Henri Marty a été victime dans les recherches sur l’histoire du scoutisme mais qui peut aussi s’expliquer par le fait que ce missionnaire du scoutisme s’est aussi quelque peu « compromis » avec l’État français.

C) Maslacq sous la direction de Charlier : une école nouvelle à l’heure de la Révolution nationale

  • 14 Fidélité. École des Roches. Journées de Maslacq, Bordeaux, Imprimerie Delmas, 1964.
  • 15 A. Charlier, Lettres aux capitaines, Éditions du Phoque, 1955, rééditions : Boissy-le-Chatel, Éditi (...)

25En février 1941, André Charlier succède à Louis Garrone à la tête de Maslacq. Il y demeure jusqu’en juillet 1950, date à laquelle il migre avec une centaine d’élèves dans l’ancien Collège de Normandie, à Clères. On a vu que l’esprit qui règne à Maslacq sous la direction de Charlier apparaît, sur bien des points, en phase avec l’ordre moral prôné par la Révolution nationale. Comment l’expliquer ? Par des éléments biographiques. Converti à l’âge de 15 ans, André Charlier14 partage avec son frère une foi catholique profonde qu’il exprime, pour sa part, dans sa vocation d’éducateur, et son frère Henri dans la sculpture religieuse. Sa jeunesse s’inscrit durant la période où les écrits et la pensée de Charles Maurras connaissent une forte audience chez les catholiques restés attachés à la monarchie. On retrouve cette influence maurrassienne quand il est enseignant aux Roches dans les années 1920 et 1930, influence politique qu’il partage avec le professeur de dessin Maurice Storez, fondateur avec Henri Charlier de l’Arche et par l’intermédiaire duquel il est entré aux Roches. Sa philosophie éducative est l’expression d’un catholicisme intransigeant. On le voit parfaitement dans les Lettres aux capitaines 15, recueil de 34 lettres qui s’échelonnent de septembre 1942 à mai 1960 (30 datant de la période Maslacq et 4 de Clères). Elles s’adressent aux grands élèves de Première et de Terminale appelés « capitaines » auxquels est confié l’ordre matériel et moral de l’école. Dans ses lettres, Charlier compare les capitaines à des « ouvriers de l’ordre » et des « animateurs », terme à concevoir dans son sens étymologique de celui qui insuffle la vie, fait grandir l’âme. Charlier cite souvent les Évangiles et de nombreuses idées empruntées à Charles Péguy, Paul Claudel, Bossuet ou Antoine de Saint-Exupéry. Ainsi, André Charlier met-il en œuvre à Maslacq une éducation de l’esprit, du corps et de l’âme. Il s’agit d’une éducation relevant, par sa nature philosophique, d’une véritable révolution de droite, nationale et chrétienne. Son frère s’intéresse aussi à la réforme de l’enseignement. En 1942, il publie son premier livre, Culture, école, métier, qui paraît uniquement en zone sud, car les Allemands l’interdisent en zone nord. Mais il retient l’attention de la droite universitaire qui soutient les réformes scolaires du gouvernement de Vichy. Henri Charlier, à l’invitation du cercle Fustel de Coulanges, donne, en 1943, une conférence en Sorbonne sous la présidence de l’historien juif Daniel Halévy. La postérité des frères Charlier, dans le domaine des idées éducatives, s’est ainsi forgée durant les années noires de Vichy dans une intention de défense de la civilisation chrétienne et gréco-latine, les barbares étant alors incarnés par les occupants nazis de culture païenne et germanique.

 

  • 16 Limore Yagil, « L’Homme nouveau » et la Révolution nationale de Vichy (1940-1944), Villeneuve d’Asc (...)
  • 17 Citons l’exemple de José Axelrad, professeur d’anglais aux Roches qui, en 1941-1942, averti de son (...)

26Les liens que tissent les principaux acteurs éducatifs de l’École des Roches avec Vichy font donc apparaître un maillage d’intensité variable où divers courants de droite sont représentés, libéral et modéré avec Bertier et Trocmé, social et catholique avec Garrone et Marty, nationaliste et traditionaliste avec Charlier. Les thèmes qui permettent d’unir ces différentes tendances politiques convergent vers l’idée de l’Homme nouveau, rêve central de la Révolution nationale16 auquel ces éducateurs ont cru sincèrement, forts de leur expérience dans leur école nouvelle des Roches. Les acteurs des Roches sont donc à inscrire dans la recherche de cette troisième voie apparue dans l’entre-deux-guerres au sein du courant intellectuel des non-conformistes avec le souci de construire une nouvelle société. Il s’agit bien de placer la méthode d’éducation mise en œuvre à l’École des Roches au service de la France avec un sens aigu du patriotisme et en l’absence de toute forme d’antisémitisme17. À la fin des années 1930, l’École des Roches est à l’apogée de son rayonnement. Ce n’est plus le cas au lendemain de la Seconde Guerre mondiale qui correspond à une traversée du désert pour Bertier comme pour Garrone, Trocmé et Marty étant décédés, et Charlier restant isolé à Maslacq. Si Louis Garrone prend la direction des Roches, il doit porter le poids de son passé à Vichy. De son côté, Georges Bertier quitte les Éclaireurs de France dont il désapprouve les nouvelles orientations laïques et surtout les positions politiques influencées par le communisme. Enfin, la neutralité de l’École des Roches en matière religieuse s’est avérée un argument à double tranchant au service de la promotion des méthodes nouvelles pour réformer l’éducation de la jeunesse. C’est un vecteur de propagande que Bertier a su habilement utiliser dans l’entre-deux-guerres notamment en direction de l’éducation populaire ; c’est aussi un vecteur qui a conduit Garrone à participer à l’expérience de la Révolution nationale. Et, de façon paradoxale, le point culminant de cette réussite que représente l’impact de la méthode rocheuse sur les réformes éducatives menées par le gouvernement de Vichy, va idéologiquement compromettre l’École des Roches au lendemain de la guerre, celle-ci perdant de façon durable son rôle comme sa réputation de « phare de l’éducation nouvelle ».

Illustration 1. Les travaux de vannerie à Maslacq.

Illustration 1. Les travaux de vannerie à Maslacq.

Sources : Plaquette publicitaire L’École des Roches dans le Béarn à Maslacq, 1942, 24 p. (collection personnelle de Nathalie Duval).

Illustration 2. Les exercices physiques à Maslacq.

Illustration 2. Les exercices physiques à Maslacq.

Sources : Plaquette publicitaire L’École des Roches dans le Béarn à Maslacq, 1942, 24 p. (collection personnelle de Nathalie Duval).

Notes

1 Nathalie Duval, L’École des Roches, Paris, Belin, 2009, rééd. 2010 (publication de la thèse de doctorat en histoire sous dir. de Jean-Pierre Chaline à Paris-Sorbonne).

2 Nathalie Duval, Enseignement et Éducation en France du XVIIIe siècle à nos jours, Armand Colin, 2011.

3 Plaquette publicitaire L’École des Roches dans le Béarn à Maslacq, 1942, 24 p.

4 Les armes de l’esprit, film de Pierre Sauvage réalisé en 1989.

5 I. Gutman (dir.), Dictionnaire des Justes de France, Yad Vashem, Jérusalem / Fayard, 2003, p. 556-557.

6 Stéphanie Corcy-Debray, Jérôme Carcopino, un historien à Vichy, Paris, L’Harmattan, 2001.

7 Jérôme Carcopino, Souvenirs de sept ans 1937-1944, Flammarion, 1953.

8 Robert, Jacques et René Valode, Notre Sillon, 2 tomes, Imprimerie Eblé, Besançon, non daté (après 1985). Jacques Valode (1923-1994), chef de maison des Sablons à partir de 1946, épouse Janine Lebrun, nièce de Jean Borotra, le 23 juillet 1953.

9 Pascal Bousseyroux, Robert Garric (1896-1967), éducateur catholique du social, thèse Paris 7- Denis Diderot, 2011.

10 M. Poujol et G. Romer (dir.), Dictionnaire biographique des militants de l’éducation populaire à l’action culturelle, L’Harmattan, 1996.

11 Bernard Comte, Une utopie combattante. L’École des cadres d’Uriage 1940-1942, Fayard, 1991.

12 Pierre et Hélène de Chevigny, On s’est retrouvés là… : Pierre et Hélène de Chevigny. Souvenirs de guerre. Souvenirs de paix (textes composés par Justin Vaisse), Geispolsheim, Imprimerie Jung 2004, 224 p.

13 Éducation générale ; Tome II Les demi-journées de plein air, Édition de l’Arc tendu, 1942, rééd. 1943 (brochure rédigée par René David, Professeur à l’École Normale d’Éducation Physique, assisté d’un groupe d’éducateurs parmi lesquels Henri Marty, Robert Lafitte et Emile Guillen, de l’Éducation Générale, et Paul Barrier, Inspecteur Général de l’Enseignement).

14 Fidélité. École des Roches. Journées de Maslacq, Bordeaux, Imprimerie Delmas, 1964.

15 A. Charlier, Lettres aux capitaines, Éditions du Phoque, 1955, rééditions : Boissy-le-Chatel, Éditions Sainte Madeleine, 1990.

16 Limore Yagil, « L’Homme nouveau » et la Révolution nationale de Vichy (1940-1944), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du septentrion, 1997.

17 Citons l’exemple de José Axelrad, professeur d’anglais aux Roches qui, en 1941-1942, averti de son arrestation prochaine par la police française, put s’enfuir. Il devait devenir, après la Guerre, le premier doyen de la faculté de Lettres de l’Université de Rouen.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Les travaux de vannerie à Maslacq.
Crédits Sources : Plaquette publicitaire L’École des Roches dans le Béarn à Maslacq, 1942, 24 p. (collection personnelle de Nathalie Duval).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Illustration 2. Les exercices physiques à Maslacq.
Crédits Sources : Plaquette publicitaire L’École des Roches dans le Béarn à Maslacq, 1942, 24 p. (collection personnelle de Nathalie Duval).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search