Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Autour de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Chapitre 19. Khâgneux et des khâgneuses lyonnais(e)s pendant la Seconde Guerre mondiale. Des parcours tourmentés

Arnaud Costechareire

Texte intégral

  • 1 Arnaud Costechareire, Parcours de khâgneux et de khâgneuses du lycée du Parc et du lycée de jeunes (...)

1Le 3 septembre 1939, la France déclare la guerre à l’Allemagne nazie. Dès les premiers jours du conflit, le ministère décide de la fermeture des Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE) à Paris et à Lyon pour les prémunir des bombardements. À Lyon, le lycée du Parc, établissement masculin, compte plusieurs types de ces classes : Centrale, Saint-Cyr, Polytechnique, Mathématiques spéciales et supérieures ou encore les classes d’hypokhâgne et de khâgne, préparatoires à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm. À proximité, le lycée de jeunes filles, place Edgar Quinet, propose, lui, uniquement des classes littéraires, préparatoires à l’École Normale Supérieure de Sèvres. Les deux établissements perdent ainsi temporairement leurs CPGE pour l’année scolaire 1939-1940. Deux catégories d’élèves se posent alors la question de leur poursuite d’études. D’un côté, les nouveaux bacheliers et les nouvelles bachelières de l’année 1939, autorisé(e)s à intégrer les classes d’hypokhâgne ; de l’autre, les hypokhâgneux et les hypokhâgneuses de l’année 1938-1939 autorisé-e-s à poursuivre leur parcours préparatoire. Dès lors, on peut s’interroger sur la manière dont ces élèves s’organisent pour gérer la situation de guerre ? Quels sont les impacts sur leur scolarité ? Quelle place pour les classes préparatoires de Lyon dans le paysage des khâgnes en France pendant cette période trouble de la Seconde Guerre mondiale ? Les anciens khâgneux et les anciennes khâgneuses, qu’ils soient reçus ou non aux ENS, se présentent régulièrement aux différentes agrégations1 mais les événements de la guerre perturbent l’organisation de ces concours. L’administration met alors en place des sessions spéciales dès 1945 en direction de certains candidats et de certaines candidates. Dès lors, comment ces concours s’organisent-ils et pour qui ?

1. Le choc de la guerre : les garçons à Clermont-Ferrand, les filles à Tournon

  • 2 Stéphane Israel, Les études et la guerre, des normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, Édit (...)

2En septembre 1939, les CPGE de Paris et de Lyon disparaissent donc temporairement. Leurs élèves sont invités à rejoindre celles de lycées d’autres villes estimées moins exposées. Alors que les garçons de Louis le Grand et d’Henri IV rejoignent la préparation de Rennes2, une majorité de khâgneux du lycée du Parc rejoignent la khâgne du lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand où enseignent des professeurs venus de Paris, notamment des préparations de Lakanal et d’Henri IV.

A) Le parcours des élèves déjà en khâgnes à Lyon

3Tout d’abord, sur 47 élèves d’hypokhâgne au lycée du Parc en 1938, 20 poursuivent en khâgne l’année suivante quand 20 autres s’orientent en faculté.

  • 3 AD du Rhône, 1T 2470-1T 2479, Fonds du Lycée du Parc, dossiers d’inscription des élèves, 1930-1940.

Figure 1. Poursuite d’études des khâgneux du lycée du Parc de la promotion 1938 à la rentrée scolaire 1939.3

Nombre d’étudiants
Transferts en Khâgne
Dont Clermont
Dont Bordeaux
Dont Montpellier
Dont Centre de Royan
20
15
02
02
01
Transfert préparation Saint-Cloud à Thouars 01
Poursuite d’études en facultés
Dont non admis en classe supérieure
20
10
Parcours non connus 06
Total 47
  • 4 Arnaud Costechareire, Parcours de khâgneux et de khâgneuses du lycée du Parc…, op. cit., p. 57.

4En 1928, seuls 14 garçons sur 45 quittaient la classe préparatoire au terme de la première année, soit un peu moins d’un tiers4. En 1938, ils sont 27 sur 47, soit plus de la moitié. Toutefois, si l’on ne considère que les khâgneux autorisés à passer en classe supérieure, on retrouve une part relativement proche de celle observée les autres années. Ainsi, le déclenchement de la guerre et la fermeture de la khâgne du Lycée du Parc en 1939-1940 ont pour conséquence de désengager un certain nombre d’élèves des classes préparatoires littéraires.

  • 5 Arrêté du 12 septembre 1939.
  • 6 Arnaud Costechareire, Parcours de khâgneux et de khâgneuses du lycée du Parc…, op. cit., p. 164 et (...)
  • 7 Questionnaire Henri T. (enquête réalisée entre septembre 2008 et septembre 2009, 115 réponses reçue (...)

5La khâgne de Clermont-Ferrand accueille 15 élèves du Lycée du Parc admis en classe supérieure en juin 1939, quand seul un ou deux d’entre eux rejoignent celles de Montpellier, Bordeaux ou le Centre de Royan. Ces élèves bénéficient alors d’un transfert automatique de bourse5, la grande majorité de ces élèves étant issus de classes moyennes et bénéficiant d’aides financières6. Henri T., par exemple, est pupille de la nation. Sa mère, institutrice, le scolarise au collège de Charolles puis au lycée du Parc dès la classe de 3e. Il bénéficie d’une bourse d’étude qui est prolongée en hypokhâgne après l’obtention du baccalauréat Latin‑Grec-Philosophie mention Très bien. Henri T. se distingue alors par ses résultats en classe préparatoire et est autorisé à rejoindre la khâgne de l’établissement. Le déclenchement de la guerre l’oblige à quitter Lyon à la rentrée 1939 en raison de la fermeture des classes préparatoires. Il explique qu’« une liste de khâgnes, déjà existantes ou créées pour la circonstance, avait été proposée ; la plupart des « Lyonnais » ont choisi Clermont, mais j’ai préféré Royan, où une khâgne, issue en partie de Paris, avait été installée7 ». La bourse dont il bénéficie est alors automatiquement transférée, lui permettant de couvrir les frais scolaires. Se présentant une première fois au concours en 1940, il regagne le domicile familial à Gueugnon en attentant les résultats. Classé 62e, il est admissible mais échoue à l’oral.

  • 8 AD du Rhône, 1T 2496-1T 2501, Fonds du Lycée du Parc, répertoires d’appréciations des élèves de cla (...)

6En dehors des transferts de khâgne, une moitié des élèves de la promotion 1938 poursuit des études en faculté. René C., né à Lyon, de père et de mère professeur, enseignants au lycée Ampère, poursuit de brillantes études secondaires ponctuées par l’obtention du baccalauréat Latin-Grec-Philosophie mention Assez bien en 1938. Il intègre l’hypokhâgne du lycée du Parc l’année suivante où il obtient de bons résultats. Au troisième trimestre de l’année, ses professeurs indiquent que « les résultats donnent bon espoir pour l’an prochain8 ». Cependant, après la fermeture de la khâgne de Lyon, il ne souhaite pas s’éloigner de ses parents. Il prépare alors, en même temps que son jeune frère, le baccalauréat Mathématiques en 1939-1940, diplôme qu’il obtient en juillet avec une mention Assez bien. Par la suite, cet élève mènera une carrière de professeur agrégé d’anglais.

7Les khâgneuses du lycée de jeunes filles de Lyon de la promotion 1938 sont également perturbées dans leur parcours scolaire à la rentrée 1939.

  • 9 AD du Rhône, Fonds du Lycée du Parc, Dossiers d’inscription des élèves, 1930-1940,1T2470-1T2479.

Figure 2. Poursuite d’études des khâgneuses du lycée de jeunes filles de la promotion 1938 à la rentrée scolaire 1939.9

Nombre d’étudiantes
Transferts en Khâgne
Dont Centre de Tournon
Autres khâgnes
11
08
03
Transfert préparation Fontenay à Thouars 01
Poursuite d’études en facultés 26
Parcours non connus 09
Total 47

8Sur 47 élèves du lycée de jeunes filles, seules 11 poursuivent des études en khâgne à la rentrée 1939, dont 8 au Centre de Tournon, et 26 intègrent une faculté de lettres. La part des transferts de khâgne à la rentrée 1939 correspond à celle observée pour les promotions 1924‑1930. Cependant, dans les années 1920, cette part importante des départs des jeunes filles après l’année de Lettres supérieures s’explique, en partie, par la possibilité pour les khâgneuses de se présenter après une seule année de préparation au concours de Sèvres, ce qui n’est plus le cas à la fin des années 1930. Quoi qu’il en soit, le déclenchement de la guerre influence la poursuite d’études en khâgne des jeunes filles, et ce, de manière plus ferme que pour les garçons. Enfin, une fille prépare le concours d’entrée à l’École de Fontenay après une année de classe préparatoire à Ulm ou Sèvres. Marcelle T. obtient un baccalauréat Latin-Grec-Philosophie mention assez bien puis intègre la classe préparatoire du lycée de jeunes filles de Lyon en 1938. En septembre 1939, elle rejoint le centre de préparation à l’École de Fontenay de Thouars.

B) Les nouveaux bacheliers admis en Khâgnes et leur devenir

9Le déclenchement de la guerre affecte également les nouveaux bacheliers de l’année 1939 autorisés à intégrer une hypokhâgne. Jean-Jacques D. est dans cette situation. Fils d’instituteur et d’institutrice, cet élève effectue des études secondaires au lycée d’Albi. Après l’obtention du baccalauréat, il poursuit des études à la faculté des lettres de Toulouse où il prépare des certificats de licence de lettres classiques. En septembre 1941, son père écrit au proviseur du lycée du Parc pour demander à ce que son fils, qui intègre la khâgne, puisse quand même aller passer ses examens de faculté :

  • 10 AD du Rhône, Fonds du Lycée du Parc, Dossiers d’inscription des élèves, 3919W196.

J’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien accorder à mon fils […], élève de Première supérieure, l’autorisation de retarder sa rentrée au lycée pour lui permettre de se présenter, à la session d’octobre, aux CES de littérature française et de grec à la Faculté de Toulouse. Je serais en effet très désireux que mon fils puisse compléter les résultats obtenus en juillet : il a été admissible au certificat de grec, et son professeur […] l’encourage vivement à se représenter en octobre10.

10Il s’agit pour lui de ne pas perdre le bénéfice de sa formation en faculté et « ces certificats seraient pour lui une clôture et la sanction de l’année passée ». Le père de ce garçon complète son courrier en justifiant l’orientation de son fils vers la faculté de Toulouse plutôt que vers une classe préparatoire littéraire en septembre 1940 :

  • 11 Ibid.

M. Favre, que nous avons eu l’occasion de voir ces vacances dans sa famille a vivement encouragé Jean-Jacques à suivre une Première supérieure comme il en avait le désir et bien qu’il ait commencé des études à la faculté. Évidemment, il eût été bien préférable d’entreprendre l’année dernière cette Première supérieure. Le désarroi de l’été passé explique cette erreur d’orientation ; nous pensons cependant qu’à dix-neuf ans il n’est pas trop tard pour reprendre le départ. J’espère donc, qu’en raison des circonstances, vous voudrez bien autoriser [Jean-Jacques] à rentrer après avoir subi ses examens11.

  • 12 AD du Rhône, 3919 W644, Fonds du Lycée du Parc, Gestion durant la Seconde Guerre mondiale.

11Jean-Jacques D. rejoint la classe préparatoire du lycée du Parc à la rentrée 1941. Les événements de la guerre expliquent cette orientation tardive. Il ne s’agit pas ici d’un exemple isolé. En effet, 11 garçons des promotions 1940-1944 effectuent une année de faculté entre l’obtention du baccalauréat et leur entrée en Lettres supérieures ; 6 d’entre eux intègrent le lycée du Parc en octobre 1940. Dans un courrier adressé à l’inspecteur d’académie, le proviseur du lycée du Parc explique alors qu’« un certain nombre de futurs candidats […], relativement nombreux à Lyon, n’ont pas voulu quitter leur ville en 1939-1940, bien qu’il n’y eût pas de préparation à l’École Normale ; ils ont donc fait un an de faculté. En octobre 1940 après avoir hésité, ils sont rentrés en Premières supérieure préparatoire12 ». Sur les 6 élèves de la promotion 1940 concernés, 5 habitent Lyon ou Villeurbanne et 1 Vienne. Tous suivent pendant un an les cours de la faculté des lettres de Lyon.

C) Le retour à Lyon (septembre 1940) ?

  • 13 Questionnaire Henri T.

12Quand, à la rentrée 1940, les khâgnes de Lyon rouvrent leur porte, une partie des élèves les ayant quittées l’année précédente les réintègre. Tout d’abord, 2 garçons intègrent l’ENS Ulm et 2 filles l’ENS Sèvres, 8 khâgneux et 2 khâgneuses poursuivent des études en faculté, 7 étudiants et 7 étudiantes retrouvent les classes préparatoires lyonnaises. Deux anciens élèves du Lycée du Parc rejoignent une khâgne parisienne. On peut de nouveau citer l’exemple d’Henri T. Pour rappel, cet élève rejoint l’hypokhâgne de l’établissement lyonnais en 1938. En septembre 1939, il intègre la préparation du Centre de Royan, ville de replis de nombreux khâgneux parisiens. À la rentrée 1940, il rejoint la khâgne du lycée Henri IV. Il explique alors : « en 1940-1941 j’ai pu me faire inscrire au Lycée Henri IV, plutôt sinistre avec le « black-out » en cette première année d’occupation, mais efficace, si bien que, cette fois, je me suis trouvé à l’ENS pour la rentrée de 1941-1942, classé 14e sur 30 »13.

  • 14 AD du Rhône, 1T 2470-1T 2479, Fonds du Lycée du Parc, dossiers d’inscription des élèves, 1930-1940  (...)

Figure 3. Poursuite d’études des khâgneux et des khâgneuses lyonnais(es) des promotions 1938 à la rentrée scolaire 1940.14

Khâgneux du lycée du Parc Khâgneuses du lycée de jeunes filles
Retour khâgne de Lyon 07 07
Poursuite autre khâgne 02 00
Poursuite en faculté 08 02
Reçu(e)s ENS en 1940 02 02
Ignoré 01 00
Total 20 11
  • 15 Questionnaire Antonin A.

13De manière générale, en 1940 les effectifs des lycées lyonnais retrouvent leur niveau de la rentrée 1938, voire augmentent, Lyon, de par sa situation géographique en zone libre, se substituant dans certains cas aux classes préparatoires de la zone occupée, notamment parisiennes. Par exemple, certains optent pour l’hypokhâgne du lycée du Parc parce qu’ils ne peuvent pas rejoindre leur ville d’origine à l’instar d’Antonin A. qui intègre l’hypokhâgne en 1940. Sa famille habite Besançon et logiquement il aurait dû rejoindre la préparation de la ville. Cependant, il explique qu’« après le bac Philosophie passé au Puy‑en‑Velay en juillet 1940, isolé de ma famille, je suis allé m’inscrire en hypokhâgne du lycée du Parc parce que je ne pouvais pas rentrer à Besançon (en zone interdite) »15.

  • 16 AD du Rhône, 3919W309, Fonds du Lycée du Parc, tableaux des élèves, 1940‑1949.

14Lyon apparaît également comme ville de repli pour certains élèves ayant déjà effectué une ou plusieurs années de classes préparatoires. Ainsi, la classe de khâgne du lycée du Parc accueille 15 élèves sur 42 en 1941 et 11 élèves sur 45 en 1942 ayant déjà effectué une ou plusieurs années de préparation au sein d’un autre établissement16. Ils représentent alors un quart des effectifs des promotions 1941-1942. Ces chiffres apparaissent importants au regard du nombre de khâgneux présentant ce profil dans les années d’avant-guerre (uniquement 1 élève en 1937 tout comme en 1938). Parmi eux, 7 viennent du lycée de Clermont, 6 d’un lycée parisien (4 de Henri IV et 2 de Louis le Grand), 4 de Marseille, 3 d’Alger, 2 de Toulouse, 2 de Montpellier et 2 de Bordeaux. Si certaines venues s’expliquent par les raisons traditionnellement observées (réputation du lycée, absence de khâgne dans certains établissements comme à Alger), la situation due à la guerre explique également en partie la présence de ces élèves. D’ailleurs, à partir de 1943, le nombre de khâgneux issus de la zone occupée jusqu’en 1942 diminue considérablement, Lyon n’offrant plus le « refuge » de la zone libre. Claude Q., fils d’ingénieur, rejoint la classe de Lettres supérieures du lycée de Clermont-Ferrand en septembre 1940, après des études au lycée de Nancy. En 1941, son père écrit au proviseur du lycée du Parc :

  • 17 Questionnaire Claude Q.

Originaire de Nancy, actuellement en zone interdite, j’ai pu y rentrer seul, laissant ma famille en zone libre où mes enfants doivent poursuivre leurs études. En particulier, mon fils aîné qui prépare le concours de l’École Normale lettres, ne peut le faire à Nancy dans les circonstances actuelles et c’est ainsi qu’il fut, l’an dernier, l’élève de Monsieur Boutang qui a paru s’intéresser à lui et m’a vivement recommandé de lui faire poursuivre ses études l’an prochain dans votre établissement dont il apprécie hautement la valeur pour la préparation de ce concours […]. D’autre part, des raisons de famille m’engagent à préférer Lyon à une autre résidence pour mon fils, car c’est en cette ville que sont réfugiés également ses cousins Friedel parmi lesquels vous comptez deux de vos élèves de Mathématiques spéciales17.

15Comme Antonin A. avant lui, Claude Q. intègre ainsi le lycée du Parc parce qu’il ne peut pas rejoindre la classe préparatoire de sa ville natale à Nancy, mais aussi sur conseils de Pierre Boutang, ancien khâgneux de l’établissement lyonnais (promotion 1933). Le choix de Lyon s’explique aussi par la présence de membres de sa famille, ce qui facilite son hébergement et offre un cadre rassurant. Si le déclenchement de la guerre influence la poursuite d’études de certains et de certaines en classe préparatoire, les événements perturbent également les trajectoires de ces élèves après leur passage en khâgne.

2. Des parcours tourmentés : de la sortie de la khâgne aux sessions spéciales des concours de l’immédiat après-guerre

16Les années noires de la Seconde Guerre mondiale sont des années difficiles pour les élèves des khâgnes lyonnaises, une fois l’année 1939-1940 passée et la défaite consommée. La remise en route de ces classes est aussi délicate et nécessite des mesures transitoires dans le passage des concours.

A) Études à la faculté comme boursiers et chantiers de jeunesse

  • 18 AD du Rhône, 2400 W648, Fonds de la Faculté de lettres de Lyon, Dossiers des étudiants.

17Tout d’abord, au début la guerre, plusieurs normaliens et sévriennes, admis(es) aux ENS au concours de 1940, se voient attribuer temporairement une bourse d’externat près d’une faculté de lettres. Un courrier écrit par le secrétaire d’État à l’Instruction publique et à la Jeunesse daté du 23 octobre 1940 concernant la normalienne Arielle I., khâgneuse du lycée de jeunes filles de Lyon de la promotion 1938 et sévrienne du concours de 1940, stipule : « par suite de certaines difficultés, il n’a pas été jugé possible de vous faire bénéficier du régime de l’internat à l’École pendant l’année scolaire 1940-1941. Vous recevrez, pour cette même année scolaire une bourse de licence auprès d’une faculté de lettres de zone non occupée, et vous serez admise à l’École lorsque les circonstances le permettront18 ». Cette étudiante s’inscrit donc à la faculté de lettres de Lyon pour l’année 1940-1941 bénéficiant d’une bourse de 9 000 francs sur 10 mois, avant de rejoindre l’ÉNS de Sèvres à la rentrée 1941.

  • 19 Institués par les lois du 30 juillet 1940 et du 18 janvier 1941, ils correspondent à un service nat (...)
  • 20 Dès avril 1942, l’Allemagne nazie instaure le service de travail obligatoire européen. En France, a (...)
  • 21 Stéphane Israel, Les études et la guerre, des normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, Édit (...)

18Les garçons sont souvent astreints aux Chantiers de jeunesse19 alors que le Service du Travail Obligatoire20 (STO) vient aussi, à partir de 1943, contrarier les études. L’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm cherche alors quelques solutions pour ses élèves21. Par exemple, Robert M., dont le père décède en 1939 et de mère secrétaire, intègre la préparation lyonnaise en 1940 après l’obtention du baccalauréat Latin‑Grec‑Philosophie mention Bien. Reçu rue d’Ulm en 1942 à 20 ans, il ne peut rejoindre immédiatement l’École car il doit effectuer un stage de 8 mois dans les Chantiers de jeunesse, stage qu’il effectue à Châtel-Guyon (Puy-de-Dôme) au bureau « Études, documentation et éducation des jeunes ». En septembre 1943, la classe 1923 à laquelle il appartient est requise pour le STO. Mais grâce à l’intervention de la direction de l’École, il est affecté à Paris sur un poste d’interprète dans l’administration, ce qui lui permet de rejoindre l’École. Ce n’est pas le cas de François B. Reçu également en 1942 à 20 ans, ce fils d’instituteur effectue son stage dans les Chantiers de jeunesse dans l’Ain. Cependant, il doit partir pour l’Allemagne au titre du STO où il travaille dans une usine de Berlin. Blessé lors d’un bombardement, il souffre d’une lésion pulmonaire. Après intervention de la Direction de l’École, il peut rentrer en France en avril 1944.

B) L’entrée en résistance ?

19Les normaliens sont également plusieurs à s’engager directement ou indirectement dans les mouvements de résistance, engagement que connaissent aussi des étudiants, anciens khâgneux du lycée du Parc. En effet, certains d’entre eux, réfractaires au STO par exemple, rejoignent le maquis en mettant de côté leurs études à l’instar de ce fils de professeur de philosophie. Après des études aux lycées de Toulouse et de Lyon (Ampère), cet élève intègre la classe préparatoire du lycée du Parc en 1941. Admissible en 1943, il obtient une bourse de licence. Néanmoins, il ne peut en profiter dans l’immédiat, devant effectuer son stage aux Chantiers de jeunesse à proximité d’Annecy. Devant le risque que ce stage ne soit qu’un préalable au STO, il s’enfuit dès le lendemain pour gagner le maquis, d’abord dans le Dauphiné puis dans le Haut Jura jusqu’à la Libération. Il retrouve Lyon en 1945 où il poursuit des études de philosophie. Lucien D. se rappelle de ces années :

  • 22 Questionnaire Lucien D.

J’ai été hypokhâgneux et khâgneux de septembre 1941 à juin 1943 c’est-à-dire pendant le régime de Vichy. La khâgne était archipleine car beaucoup de parents parisiens avaient envoyé leurs enfants dans la khâgne du Parc qui était en « zone libre ». Bien entendu, l’atmosphère était tendue, beaucoup de khâgneux étaient dans la Résistance et j’ai retrouvé dans le maquis plusieurs camarades22.

20Il rejoint notamment Georges L. Ce boursier, fils de commerçant, effectue une année d’hypokhâgne à Bordeaux avant de rejoindre Lyon en 1942. Dès la fin de l’année 1943, il quitte le lycée et rejoint le maquis dans le Haut Jura jusqu’en 1945. Contrairement à son camarade, il réintègre la khâgne du lycée du Parc en 1945, après deux ans d’interruption. Il obtient en juillet 1946 la médaille de la Résistance. On le voit donc : les parcours des anciens élèves de khâgne sont multiples : certains effectuent le stage dans les chantiers de jeunesse, certains sont requis pour le STO, d’autres y sont réfractaires, d’autres s’engagent dans les mouvements de résistance. Les parcours de ces élèves en sont bouleversés et un certain nombre de mesures spéciales sont prises en leur direction.

C) La mise en place de mesures spéciales pour les ENS après la guerre

  • 23 Bulletin officiel du 28 janvier 1946.

21L’arrêté du 16 janvier 194623 instaure des mesures en faveur des candidats à Ulm et des candidates à Sèvres victimes de la guerre. L’administration distingue sept cas possibles : les prisonniers de guerre, libérés ou évadés ; les candidats requis par l’Allemagne au titre du STO ou de la relève, et fournissant la preuve qu’ils n’ont obéi que contraints et forcés à la réquisition ; les candidats ayant accompli le STO en France tout en participant à l’action de la Résistance ; les déportés et internés politiques par les autorités allemandes ; les internés politiques par les autorités relevant du gouvernement de Vichy ; les candidats ayant participé de façon effective à la Libération du territoire, action certifiée par le Comité de Libération de leur département ; les engagés ou appelés dans les armées françaises ou alliées. Chaque élève demandant à bénéficier de ces mesures doit fournir une preuve de sa situation. Pour l’admissibilité, ils font l’objet d’une délibération spéciale des jurys et pour l’admission définitive, ils bénéficient d’une majoration de points calculée selon le barème suivant.

Figure 4. Éléments servant au calcul de la majoration de points des candidat(e)s aux ENS en 1946.

Données diverses Un demi-point pour mois passé – En captivité (catégories 1, 4 et 5).
– Au STO, en France ou à l’étranger (catégories 2 et 3).
– Dans la Résistance avant le 1er septembre 1944 (catégorie 6).
– Dans les armées françaises ou alliées, jusqu’au premier jour du concours (catégorie 7). Une majoration de trois points est prévue pour ceux / celles originaires de métropole ayant rejoint les armées par l’Espagne.
5 points Pour citation à l’ordre du corps d’armée, à l’ordre de la division, de la brigade ou du régiment.
5 points Pour évasion.
10 points Pour citation à l’ordre de l’armée.
20 points Pour la Légion d’Honneur ou médaille militaire ou Croix de la Libération.
Blessures de guerre 5 points Taux d’invalidité de 0 à 19 %
10 points Taux d’invalidité de 20 à 50 %
15 points Taux d’invalidité au-dessus de 50 %
  • 24 Ce coefficient ne concerne que les lettres. Pour les sciences, le coefficient est de 0,724.

22La majoration de points est calculée en multipliant le total de points prévus dans le tableau ci-dessus, et qui ne peut dépasser 70 points, par le coefficient 0,20424. Cette majoration est, ensuite, ajoutée aux notes des candidats. Les reçus sont classés sur la liste générale avec un numéro bis et en surnombre.

D) Les mesures spéciales pour les concours de l’agrégation

  • 25 Questionnaire Henri T.
  • 26 Ordonnance du 30 avril 1945, Bulletin Officiel du 3 mai 1945.
  • 27 Bulletin Officiel du 12 juillet 1945.

23Au-delà des concours aux ENS, la guerre entraîne aussi des bouleversements majeurs dans l’organisation des concours. Par exemple, les épreuves des agrégations de 1944 se déroulent en décembre pour les femmes et en avril 1945 pour les hommes, soit deux mois seulement avant l’organisation des concours de 1945 et surtout avant même les épreuves orales du concours précédent. Des situations atypiques apparaissent donc inévitablement comme celle d’Henri T. Ancien khâgneux du Parc de 1938, reçu à l’ENS en 1940, il explique qu’il devait se présenter au concours de 1944, concours qui est supprimé quelques semaines avant la date prévue. Il est reporté en 1945. Cet étudiant se présente alors aux écrits du concours décalé de 1944 mais aussi à ceux de 1945, les résultats de 1944 n’étant pas encore connus. Reçu aux oraux du concours de 1944, il déclare alors « après cela, j’appris que j’étais admissible aussi au second écrit (1945), mais il était évidemment inutile de tenter l’oral correspondant. D’où cette curiosité : je suis l’un des rares « bi-admissibles » qui n’ont pas échoué à un oral !25 ». La situation confuse de l’année 1945 est renforcée par la mise en place de mesures en direction des étudiants et des étudiantes retardés dans leur scolarité pour fait de guerre26. L’arrêté du 5 juillet 194527 instaure une session spéciale pour décembre et catégorise sept groupes de candidats :

Figure 5. Catégories de candidats et candidates concernés par la session spéciale de 1945 (arrêté du 5 juillet 1945).

1. Les prisonniers de guerre libérés après le 31 décembre 1942 et qui n’ont pas bénéficié, à plus de deux sessions antérieures, de mesures exceptionnelles dues à leur qualité de prisonnier de guerre ;

2. Les démobilisés ayant servi au moins un an dans les forces militaires de la France Libre ou dans l’armée de la Libération et aux réformés, blessés ou malades ayant servi dans les forces militaires de la France libre ou dans l’armée de Libération ;

3. Les personnes qui ont été détenues en France ou déportées à l’étranger, pour des motifs d’ordre politique ou militaire, sur l’ordre d’une autorité ennemie ou de l’autorité de fait se disant Gouvernement de l’État français ;

4. Les personnes qui ont été contraintes à travailler au profit de l’ennemi en territoire français ou étranger ;

5. Les candidats qui résidaient dans les départements de la Moselle, du Haut-Rhin ou du Bas-Rhin durant l’occupation, d’Afrique du Nord au 1er janvier 1943, ou en Corse au 1er mai 1943 ;

6. Les candidats victimes de lois et mesures d’exception ou arbitrairement écartés de l’admission à concourir ;

7. Les personnes qui ont quitté leur domicile afin de participer à l’action d’une organisation de résistance.

  • 28 Archives nationales, CAC, Fonds de l’ENS de la rue d’Ulm, Versement 19930595, Articles 60-103, lett (...)

24Rapidement, cette catégorisation est sujette à de multiples interprétations. Par exemple Mario Roques, du Collège France, souligne de nombreux points de divergences en commençant par l’absence de durée identifiée concernant les détentions, les déportations à l’étranger, le STO ou encore les actions de résistance. Dans une lettre au directeur de l’enseignement secondaire28, il relève que « quelques jours de détention, de déportation suivie de retour rapide, un bref passage dans une usine, voire une velléité de rejoindre un éventuel maquis puissent donner le même droit à la session spéciale qu’une longue, épuisante et déprimante captivité ». De même, il appelle à la vigilance quant à l’examen des certificats de travail obligatoire ou de participation à la Résistance. Il déplore également que l’arrêté du 5 juillet n’inclût pas les candidats s’étant préparés et inscrits au concours de 1944 ou de 1945 mais qui, rappelés par l’autorité militaire, n’ont pas pu se présenter aux épreuves écrites. Enfin, il insiste sur la nécessité d’accorder le droit de concourir aux sessions spéciales qu’à des candidats s’étant réellement préparés à l’agrégation. Il s’inquiète que des candidats recalés aux épreuves écrites d’avril et juin 1945 puissent se présenter une troisième fois à la session spéciale de décembre avant d’ajouter :

  • 29 Ibid.

Que dans les circonstances présentes et pour des candidats vraiment éprouvés par la guerre, on autorise à l’agrégation un double essai permettant de réparer un accident possible, cela peut se concevoir et cela a été en fait réalisé avec les deux concours juxtaposés d’avril-juillet (pour 1944) et de juin-août (pour 1945) ; l’on ne saurait aller plus loin. À la loterie, les tirages successifs multiplient les chances, les tirages fréquents les accélèrent ; certains candidats sont tous prêts à considérer les concours comme des loteries auxquelles on se risque sans avoir à s’y préparer : il faut se garder d’aider à cette interprétation dérisoire29.

  • 30 Bulletin Officiel du 29 octobre 1945.

25Mario Roques demande alors la modification de l’article 2 de l’arrêté du 5 juillet 1945, en remplaçant les termes « deux sessions antérieures » par « une session antérieure ». L’arrêté du 12 octobre 1945 suit ses recommandations30. Dès lors, la session spéciale de décembre 1945 est ouverte à onze catégories de candidats, apportant des précisions de durée sur l’engagement et sur les actions menées contre l’ennemi.

Figure 6. Catégories de candidats et candidates concernés par la session spéciale de 1945 définies par l’arrêté du 12 octobre 1945.

1. Aux prisonniers de guerre demeurés en captivité postérieurement au 25 juin 1940 ;

2. Aux mobilisés ou engagés ayant servi postérieurement au 25 juin 1940 dans les formations militaires de terre, de mer, et de l’air, à l’exception des militaires démobilisés entre le 25 juin 1940 et le 1er juin 1941 par l’autorité de fait se disant gouvernement de l’État Français et des engagés volontaires dans les formations militaires dépendant de l’autorité de fait se disant gouvernement de l’État Français, s’ils n’ont pas pris part ultérieurement à des opérations contre l’ennemi ;

3. Aux mobilisés ou engagés dans les forces alliées, ayant réintégré les forces françaises avant le 1er décembre 1942 ;

4. Aux combattants des FFI assimilés (catégorie définie par décret pris sur le rapport du ministre de la Guerre) ;

5. Toutes personnes atteintes d’infirmités dans les conditions prévues par la loi du 24 juin 1919 sur les victimes de la guerre, à condition que leur état ne soit pas absolument incompatible avec l’exercice de leur emploi ou de l’emploi auquel elles se proposent de faire acte de candidature ;

6. À toutes personnes qui ont été internées pour des motifs politiques ou militaires par les autorités ennemies ou par l’autorité de fait se disant gouvernement de l’État français ;

7. À toutes les personnes ayant été contraintes de travailler au profit de l’ennemi dans des conditions exclusives de toute intention réelle de coopérer à l’effort de guerre de celui-ci ;

8. À toutes personnes ayant dû se soustraire à une recherche ou à un ordre de réquisition des autorités ennemies ou de l’autorité de fait se disant gouvernement de l’État Français ou ayant participé à l’action d’une organisation de résistance ;

9. À toutes personnes n’ayant pu faire acte de candidature aux emplois prévus à l’er, du fait de mesures de l’autorité de fait se disant gouvernement de l’État Français excluant de la fonction publique certaines catégories de Français ;

10. Aux personnes qui sont demeurées ou retournées dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin ou de la Moselle entre le 16 juin 1940 et le 1er janvier 1945, sans intention de collaborer d’aucune façon à l’effort de guerre de l’ennemi ;

11. Aux personnes qui se sont trouvées entre le 16 juin 1940 et le 8 mai 1945 dans les territoires d’outre-mer ou dans un pays étranger, dont les communications avec la Métropole se sont trouvées interrompues du fait de la guerre, sous réserve de l’examen préalable de l’ensemble des titres des intéressés par la Commission réunie à cet effet et sous réserve que la durée de leur empêchement ait été d’au moins six mois.

  • 31 Bulletin Officiel du 20 décembre 1945.
  • 32 Bulletin Officiel du 7 janvier 1946.

26Le texte rajoute que les candidats qui se sont déjà présentés aux sessions d’avril et de juin 1945 ou qui ont déjà bénéficié, à plus d’une session, de mesures exceptionnelles, notamment d’une délibération spéciale due à leur qualité de victimes de la guerre, sont exclus de cette session. Un arrêté du 11 décembre 1945 élargit un peu plus les dispositions en faveur des victimes de guerre31 en autorisant la nomination comme agrégé(e)s des candidats et des candidates admissibles à des concours antérieurs à 1940 qui ont interrompu leurs études en 1939-1945. Enfin, l’arrêté du 20 décembre 1945 instaure 3 sessions spéciales32 : la première en décembre 1945, la seconde en juin 1946 et la troisième en juin 1947. Après cette date et sur justification, les candidats et les candidates bénéficient d’un classement spécial aux sessions normales. Le nombre de candidatures est alors réglementé :

Figure 7. Nombre de candidatures consenties aux sessions spéciales définies par l’arrêté du 20 décembre 1945 selon les profils des candidats et candidates.

1. Peuvent se présenter à une seule session spéciale : les candidats et les candidates ayant subi avant le 1er octobre 1945, une interruption d’études supérieures à six mois mais inférieure à vingt-quatre mois consécutifs (celle de juin 1947 est exclue).

2. Peuvent se présenter à deux sessions spéciales : les candidats et les candidates ayant subi avant le 1er octobre 1945, une interruption d’études égale ou supérieure à vingt-quatre mois consécutifs mais inférieure à trois années.

3. Peuvent se présenter à trois sessions spéciales : les candidats et les candidates ayant subi avant le 1er octobre 1945, une interruption d’études égale ou supérieure à trois années consécutives. Le temps passé en Allemagne dans les camps de déportés politiques compte double. De même, les candidat(e)s blessé(e)s ou ayant plus de 50 % d’invalidité peuvent se présenter à trois sessions spéciales.

27Des dispenses de titres peuvent être accordées aux candidats et candidates concernés notamment des dispenses du Diplôme d’Études Supérieures (DES). Chaque aspirant ou aspirante peut subir les épreuves du concours sur un programme différent de celui en vigueur pour la session normale et suivant une réglementation précise. Ainsi, les candidats et candidates à la session de décembre 1945 ont le choix entre le programme de 1939 ou celui de 1945 ; ceux et celles de juin 1946, entre le programme de 1939 ou ceux de 1945 ou 1946 ; ceux et celles de juin 1947, entre le programme de 1939 ou ceux de 1946 ou 1947.

28À ceci s’ajoute que les candidats et candidates inscrits aux sessions de 1941, 1942 ou 1943, empêchés de se présenter aux épreuves à cause de la guerre, peuvent concourir sur le programme de la session à laquelle ils ou elles ont été empêchés de se présenter. Ce même arrêté, applicable aux jeunes filles, permet aux candidates à l’agrégation féminine des lettres d’être dispensées de l’épreuve de thème grec mais uniquement à deux reprises. L’organisation des sessions spéciales est également sujette à des initiatives de la part des jurys d’agrégation eux-mêmes, comme celles prises lors du concours d’anglais de décembre 1945. Le 10 mars 1946, le président du jury écrit au ministre :

  • 33 Archives nationales, CAC, Fonds de l’Éducation nationale, Versement 19880121, Rapports des jurys d’ (...)

J’ai l’honneur de vous faire rapport sur la session spéciale du concours de l’agrégation d’anglais dont les épreuves écrites ont pris place du 17 au 22 décembre 1945, et dont les épreuves orales se sont déroulées, à l’Institut d’études anglaises, du 23 janvier au 7 février 1946. […]. Pour tenir compte des circonstances dont avaient eu à souffrir nos candidats au cours des années terribles, mais pour établir en même temps une discrimination équitable entre les titres, assez divers, dont pouvait se réclamer chacun d’eux, le jury, en complet accord avec le représentant des prisonniers qui lui avait été adjoint, M. Béra, professeur au Lycée Buffon, avait décidé d’accorder une majoration de points à ceux des candidats qui avaient effectivement participé à la guerre en tant que combattants. Cette majoration a été attribuée, après un examen scrupuleux de chaque dossier individuel, selon un coefficient qui pouvait varier de 0 à 5 %, ces chiffres ayant été interprétés dans l’esprit le plus large possible, comme s’ils signifiaient 5 % du total maximum, et non 5 % des notes effectivement obtenues, une majoration supplémentaire de 1 % ayant été accordée pour mérites exceptionnels : citation, croix de guerre, Légion d’Honneur, etc. Le total maximum des points pour l’ensemble du concours étant de 150, c’est ainsi d’une somme de 0 à 9 points, répartie par moitié entre l’écrit et l’oral, que nous avons créditée d’avance les concurrents. Nous avons cherché par-là, ainsi que l’expose M. Béra au nom du jury tout entier, à « tenir compte des circonstances particulières à chaque candidat selon qu’il avait été tenu à l’écart des concours précédents pour des raisons politiques, raciales ou simplement géographiques ; prisonnier dans un Oflag, dans un Stalag, ou déporté dans un camp d’extermination ; engagé volontaire pour des campagnes effectives ou simplement requis dans un bureau. Nous avons voulu ainsi fixer un handicap aux candidats les plus favorisés, tel ce résistant de Belfast, ou ce lecteur de Washington, qui, au cours de leurs cinq années « d’exil », ont pu profiter au maximum de tous les avantages d’un séjour paisible et confortable, et nous avons cherché à compenser dans toute la mesure du possible l’insuffisance de préparation de ceux qui, pendant le même temps, poussaient les wagonnets au fond des mines de sel, ou avaient tout abandonné pour joindre la Résistance aux postes de combat. Ces majorations accentuaient le caractère libéral d’un concours où le niveau de l’admissibilité était fixé à 8 3⁄4, et celui de l’admission définitive à 9. Elles ont permis de maintenir le niveau des épreuves à la hauteur normale, et de coter ces épreuves selon les normes d’une stricte justice. Tout en rétablissant au départ une sorte de justice poétique, les membres du jury ont conservé perpétuellement présent à leur esprit les intérêts supérieurs de l’enseignement. Ils se sont interdits de transformer l’agrégation d’anglais en une espèce de caricature du prix Montyon33. […]

29Comme l’explique le président du jury, la majoration de points doit permettre de rétablir, dans la mesure du possible, une égalité entre les candidats à l’agrégation au regard des parcours et des engagements de chacun pendant la guerre. Il s’agit également de maintenir le niveau « normal » des épreuves avec une admissibilité et une admission conformes aux années précédentes. Comme Mario Roques, le jury se prononce ici pour une sélectivité des concours de l’agrégation qu’il ne faut pas déprécier. Si aucune ancienne khâgneuse du Lycée de jeunes filles bénéficiant de ces mesures n’a été repérée, cinq anciens khâgneux du lycée du Parc sont soit autorisés à se présenter aux sessions spéciales, soit bénéficient d’un classement spécial à l’instar de Joseph B. Cet étudiant n’effectue qu’une année de khâgne au Lycée du Parc avant de rejoindre la Faculté de lettres de Lyon. Licencié d’anglais en juin 1942, diplômé d’études supérieures en novembre de la même année, il échoue une première fois au concours de l’agrégation de grammaire en 1943. Il suspend par la suite ses études pour se soustraire au STO et devient en juin 1944, infirmier à l’hôpital des FFI de Saint-Donas. Il obtient l’agrégation de grammaire en 1945, bénéficiant du classement spécial.

 

30Le déclenchement de la guerre a des conséquences importantes sur les parcours scolaires des khâgneux et des khâgneuses de Lyon qui doivent réaliser un aller-retour entre Lyon et Clermont-Ferrand pour certains garçons, entre Lyon et Tournon-sur-Rhône pour certaines filles. Lyon, de par sa situation géographique en zone libre jusqu’en novembre 1942, accueille dès la réouverture des classes préparatoires aux Grandes Écoles en 1940, de nombreux élèves de la zone occupée, notamment des élèves parisiens. Les effectifs augmentent considérablement : cela concerne aussi bien les CPGE que les classes secondaires mais aussi les différentes facultés de la ville. Les parcours des étudiants et des étudiantes sont retardés par l’obligation des chantiers de jeunesse et / ou du Service du Travail Obligatoire. De même, les khâgnes, leurs professeurs et l’univers dans lequel les élèves évoluent ne sont pas étrangers au réveil intellectuel et à l’engagement de certains et certaines dans les mouvements de résistance. L’obtention des grades universitaires et la réussite aux différents concours de recrutement de l’enseignement sont alors repoussées d’une ou plusieurs années. Le ministère, dans un souci d’égalité entre les candidats et les candidates, organise des sessions spéciales en direction des victimes de la guerre. Par la majoration de points, les classements en surnombre ou encore les concours supplémentaires, l’administration permet à certain et certaines d’entre eux d’obtenir un diplôme ou de réussir un concours dès les premières années d’après-guerre. Par ces mesures spéciales, le ministère maintient également une importante sélectivité des concours ; concours qu’il convient de ne pas déprécier, particulièrement quand il s’agit des concours de l’agrégation.

Notes

1 Arnaud Costechareire, Parcours de khâgneux et de khâgneuses du lycée du Parc et du lycée de jeunes filles de Lyon, 1924-1968, Thèse de Doctorat d’Histoire, Université Lyon 2, septembre 2011, p. 141.

2 Stéphane Israel, Les études et la guerre, des normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2005, p. 44.

3 AD du Rhône, 1T 2470-1T 2479, Fonds du Lycée du Parc, dossiers d’inscription des élèves, 1930-1940.

4 Arnaud Costechareire, Parcours de khâgneux et de khâgneuses du lycée du Parc…, op. cit., p. 57.

5 Arrêté du 12 septembre 1939.

6 Arnaud Costechareire, Parcours de khâgneux et de khâgneuses du lycée du Parc…, op. cit., p. 164 et p. 230.

7 Questionnaire Henri T. (enquête réalisée entre septembre 2008 et septembre 2009, 115 réponses reçues sur 240 questionnaires envoyés. L’ensemble des questionnaires est anonyme : les noms ont été modifiés). Henri T. explique, en outre, que la ville de Clermont « ne me tentait pas, alors que Royan, la mer, etc. m’attiraient davantage. C’était peut-être une lubie pas trop raisonnable, mais je n’ai jamais regretté ce choix ».

8 AD du Rhône, 1T 2496-1T 2501, Fonds du Lycée du Parc, répertoires d’appréciations des élèves de classes de 1re et de classes préparatoires, 1932-1939.

9 AD du Rhône, Fonds du Lycée du Parc, Dossiers d’inscription des élèves, 1930-1940,1T2470-1T2479.

10 AD du Rhône, Fonds du Lycée du Parc, Dossiers d’inscription des élèves, 3919W196.

11 Ibid.

12 AD du Rhône, 3919 W644, Fonds du Lycée du Parc, Gestion durant la Seconde Guerre mondiale.

13 Questionnaire Henri T.

14 AD du Rhône, 1T 2470-1T 2479, Fonds du Lycée du Parc, dossiers d’inscription des élèves, 1930-1940 ; T1-T2, Fonds du Lycée Édouard Herriot, fiches de renseignement des élèves.

15 Questionnaire Antonin A.

16 AD du Rhône, 3919W309, Fonds du Lycée du Parc, tableaux des élèves, 1940‑1949.

17 Questionnaire Claude Q.

18 AD du Rhône, 2400 W648, Fonds de la Faculté de lettres de Lyon, Dossiers des étudiants.

19 Institués par les lois du 30 juillet 1940 et du 18 janvier 1941, ils correspondent à un service national civil se substituant au service militaire traditionnel interdit dans les clauses de l’armistice de 1940. D’abord d’une durée de 6 mois, la loi du 18 juillet 1941 les prolonge de 2 mois soit une durée totale de 8 mois.

20 Dès avril 1942, l’Allemagne nazie instaure le service de travail obligatoire européen. En France, après la politique de « relève » volontaire, la loi du 4 septembre 1942 institue un système de réquisition concernant les Français de 18 à 50 ans et les Françaises célibataires de 21 à 35 ans. La loi du 16 février 1943 instaure le STO mais prévoit de nombreuses exceptions, notamment pour les étudiants. Voir Patrice Arnaud, Les STO, Histoire des Français requis en Allemagne nazie 1942-1945, Paris, CNRS Éditions, 2010.

21 Stéphane Israel, Les études et la guerre, des normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2005.

22 Questionnaire Lucien D.

23 Bulletin officiel du 28 janvier 1946.

24 Ce coefficient ne concerne que les lettres. Pour les sciences, le coefficient est de 0,724.

25 Questionnaire Henri T.

26 Ordonnance du 30 avril 1945, Bulletin Officiel du 3 mai 1945.

27 Bulletin Officiel du 12 juillet 1945.

28 Archives nationales, CAC, Fonds de l’ENS de la rue d’Ulm, Versement 19930595, Articles 60-103, lettre de Mario Roques du 8 août 1945 adressé au Directeur de l’enseignement du second degré.

29 Ibid.

30 Bulletin Officiel du 29 octobre 1945.

31 Bulletin Officiel du 20 décembre 1945.

32 Bulletin Officiel du 7 janvier 1946.

33 Archives nationales, CAC, Fonds de l’Éducation nationale, Versement 19880121, Rapports des jurys d’agrégation, Art. 1-2.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540