Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Autour de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Chapitre 18. « Les enfants d’abord » ! Le repli des écoles loin des dangers de la guerre en France (1939-1944)

Matthieu Devigne

Texte intégral

  • 1 Archives départementales de la Loire-Atlantique (désormais AD de la Loire Atlantique), 1660W77, let (...)
  • 2 Dès le 11 juillet 1938, l’Assemblée nationale vote une loi sur « l’organisation générale de la nati (...)
  • 3 Laura Lee Downs, « Les évacuations d’enfants en France et en Grande-Bretagne (1939-1940) », Enfance (...)
  • 4 Philippe Nivet, « Les réfugiés de guerre dans la société française (1914-1946) », La société, la gu (...)

1« Bien entendu, tout mon temps se passe, comme il s’est passé l’année dernière, à préparer une évacuation que je commence à croire être quelque chose comme un véritable mythe… solaire1 ». Ainsi s’exprime Alexandre Cassan, inspecteur primaire de la circonscription de Saint-Nazaire dans une lettre à l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure datée du 2 mai 1942. La guerre de 1940 puis l’occupation allemande jettent hors de chez eux un nombre considérable de Français pour lesquels la Seconde Guerre mondiale est d’abord une expérience de migration. À la déclaration de guerre, le Service des Réfugiés enclenche le plan de repli des populations civiles du Nord et de l’Est élaboré dans les années précédant le conflit2. Par la suite, la lourde occupation allemande et la poursuite de la guerre par les bombardements massifs des Anglo-Américains imposent d’imaginer de nouveaux plans d’évacuation à destination des populations menacées. Parmi elles, les enfants des écoles font l’objet de migrations solidement planifiées et encadrées par l’administration scolaire, aidée des organismes de secours de l’époque3. L’originalité de cette histoire tient à l’anticipation dont font preuve ses acteurs. Témoins de l’impact des nouveaux armements sur la population civile espagnole, comptant sur l’expérience des occupations ennemies survenues lors de la Grande Guerre, vingt-cinq ans auparavant4, les administrateurs français organisent très tôt l’éloignement probable des enfants des grandes villes les plus exposées, en s’appuyant pour ce faire sur l’institution et les locaux scolaires. La présente étude propose de comprendre comment fut organisée la mise à l’abri de milliers d’enfants au cœur d’un territoire en guerre. Lorsqu’elles sont parvenues jusqu’à nous, les archives des inspections académiques et des autorités municipales nous permettent d’observer finement les réflexions et les actions opiniâtres des inspecteurs, instituteurs et institutrices mobilisés sur le front de la sécurité et de la solidarité, au sein de leur académie, et plus largement du pays tout entier. Je traiterai de deux terrains documentaires propices, Saint-Nazaire et Lyon, dont les histoires se déploient dans des contextes différents et conduisent à des analyses complémentaires.

1. Le repli des élèves pendant les premiers mois de la guerre (1939-1940)

2Les premiers, les enfants des académies du Nord et de l’Est sont éloignés du front qui se forme aux frontières avant la rentrée 1939.

A) L’accueil des petits réfugiés des frontières

  • 5 En septembre 1939, les habitants des neuf départements frontaliers du Nord-Est prennent la route po (...)

3Après les migrations préventives5, les migrations massives, une fois la guerre déclarée, s’engagent en ordre précipité. Les autorités ont juste le temps d’exposer la situation générale au personnel par la circulaire ministérielle du 14 septembre 1939, qui précise les principes ayant dicté cette première évacuation : « la distribution des départements d’accueil entre les régions dont la population devait être évacuée est une mesure d’ordre qui a pour objet d’éviter la surcharge de certaines régions françaises et de permettre le repli de toutes les régions menacées ». Supposant les critiques et les réticences des enseignants devant l’arrivée massive de nouvelles populations à inscrire dans les écoles, la circulaire réaffirme l’obligation « de recevoir toutes les inscriptions en vue de la reprise de l’enseignement ». Bien plus, le rôle du personnel enseignant doit alors être de faciliter l’accueil de ces populations :

  • 6 Archives nationales, F17/14275, circulaire du ministre de l’Éducation nationale datée du 14 septemb (...)

Un grand courant d’amitié s’est formé autour de nos enfants dans les départements d’accueil. À nous de l’alimenter, de prévenir toutes les lassitudes et tous les malentendus. Ne vous laissez surtout pas décourager par la constatation d’imperfections ou d’incompréhensions inévitables : la seule réponse aux critiques qui vous parviendraient est de supprimer leur objet6.

  • 7 Bulletin départemental de l’Enseignement primaire des Bouches-du-Rhône, « Instructions de l’Inspec (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Les Alsaciens et Mosellans sont dirigés vers neuf départements : Charente, Charente-Inférieure, Dor (...)
  • 10 Bulletin départemental de l’Enseignement primaire de l’Indre, mai-novembre 1939, p. 74-76. Les ins (...)
  • 11 Ibid., p. 75.
  • 12 Bulletin départemental de l’Enseignement primaire du Lot-et-Garonne, juin-décembre 1939, « l’Inspe (...)

4La réalité du terrain est toutefois bien celle de l’improvisation au rythme des arrivées de populations en provenance des régions frontières françaises. Souvent, les textes de recommandation des inspecteurs d’académie ne peuvent que prescrire des mesures transitoires, à l’exemple de l’adresse que formule R. Bataillon, inspecteur d’académie des Bouches-du-Rhône, à son personnel : « Tous les enfants qui se présenteront à l’école devront être reçus. L’enseignement devra être organisé sans retard à moins d’impossibilité matérielle absolue. Si le nombre des enfants ne permet pas d’organiser l’enseignement, les enfants d’âge scolaire devront dans tous les cas, être gardés à l’école et une surveillance vigilante devra être assurée7 ». En dernier recours, les instituteurs n’ont que leur sang-froid, trempé de la conscience du pédagogue primaire : « En ce qui concerne les livres scolaires, M. le Ministre nous invite à considérer que les circonstances de guerre nous obligent à réfléchir à la véritable nature de l’enseignement primaire, au rôle que l’enseignement oral y joue, à son contact avec les réalités8 ». Parmi ces migrants scolaires, le cas des petits Alsaciens fait l’objet de dispositions particulières en raison des particularismes linguistiques et statutaires de l’enseignement dans ces départements frontaliers9. La lecture des bulletins départementaux académiques du dernier semestre 1939 permet d’observer chaque inspecteur d’académie concerné par l’arrivée de ces migrants aux prises avec la définition d’un protocole d’accueil, ayant pour seuls appuis les quelques instructions précédant la guerre10. Lorsque c’est possible, l’enseignement donné aux Alsaciens et Mosellans doit demeurer spécifique grâce à la création de classes autonomes dans lesquelles des maîtres alsaciens-lorrains appliquent les programmes de 1938, ainsi que les programmes spéciaux aux départements concernés. Les inspecteurs suivent également le repli et assistent leurs collègues des académies d’accueil. Dans l’Indre, l’inspecteur d’académie Paul Anthouard peut ainsi compter sur le relai de M. Bernard, inspecteur primaire du Bas-Rhin, chargé de gérer les élèves de sa délégation d’origine. Toutefois la solution la plus commune reste l’intégration des nouveaux arrivés aux classes de leurs camarades berrichons, « compte tenu, non de leur degré de connaissance de la langue française mais en raison de leur âge ». Là réside un autre enjeu crucial du repli de ces élèves : la gestion des relations avec les autres enfants et le respect de leurs spécificités. « Ils ne devront ni dans les classes, ni en récréation constituer de groupes à part mais participeront sans distinction à tous les exercices11 ». Au même moment, l’inspecteur d’académie du Lot-et-Garonne, M. Schweitzer, anticipe lui-aussi sur les difficultés d’appréhension qui ne manqueront pas de naître face à ces enfants dont la langue ressemble à l’allemand. C’est pourquoi il rappelle, tout à la fois à destination des élèves que des instituteurs : « Vous n’oublierez pas que l’Alsace fait aussi partie de la République, qu’elle doit trouver en Lot-et-Garonne, un accueil fraternel et que la première de nos tâches, la plus sacrée de toutes, est de travailler à maintenir intacte dans la diversité des coutumes et des croyances, l’unité morale de la Patrie12 ».

B) Le tôt repli des gones

  • 13 Archives municipales de Lyon, 1127WP/030. L’agglomération lyonnaise comprend alors les 7 arrondisse (...)

5La récente guerre d’Espagne l’a enseigné, la stratégie militaire accorde une place conséquente aux attaques aériennes. C’est pourquoi la guerre qui débute présente des risques considérables, non plus seulement pour les populations résidant près des frontières, mais pour l’ensemble des habitants des lieux stratégiques du territoire, telles que les grandes agglomérations et les grands ports. Afin de suppléer aux initiatives des familles lyonnaises, les municipalités de l’agglomération organisent, dès la rentrée 1939, le repli d’un maximum d’enfants vers les communes rurales voisines13. Le maire de Lyon, Édouard Herriot, présente un état chiffré de l’exode de la population enfantine en séance du Conseil Général du département, et révèle au passage une nette différenciation spatiale de l’importance du repli entre Lyon et sa banlieue :

  • 14 Procès-verbaux des délibérations du Conseil Général du Rhône, « Intervention de M. Édouard Herriot (...)

Au mois de septembre, un recensement, fait dans la deuxième quinzaine, a révélé que sur 36 000 écoliers lyonnais, 14 000 étaient absents de la ville. En banlieue, l’exode était beaucoup moins considérable : seulement 3 000 enfants sur 27 000. Par contre, la population scolaire des communes rurales doublait et passait de 16 000 à 31 000. Enfin, un certain nombre d’enfants du département du Rhône, 2 000 environ, se sont repliés dans les départements voisins14.

  • 15 AM de Lyon, 1127WP/030, « Observations notées au cours des visites des 29 septembre et 4 octobre 19 (...)
  • 16 AM de Lyon, 1127WP/030, « PV de la réunion du 18 octobre 1939 », On relève que le chiffre de 3 070 (...)
  • 17 Laura Lee Downs, « Les évacuations d’enfants en France… », art. cit., p. 429. Les conditions d’accu (...)
  • 18 AM de Lyon, 1127WP/030, « Commission d’enquête pour les enfants évacués de l’agglomération lyonnais (...)
  • 19 Ibid., « PV de la réunion du 18 octobre 1939 ».
  • 20 Ibid., compte-rendu sur l’activité de la Commission depuis sa constitution, Lyon, 16 décembre 1939
  • 21 Bulletin départemental de l’Enseignement primaire du Tarn-et-Garonne, juin-décembre 1939, p. 175-1 (...)

6Afin de contrôler les conditions de l’évacuation prise en charge par les autorités, une Commission d’évacuation des enfants de l’agglomération lyonnaise se livre à une enquête minutieuse dans les quarante-sept communes concernées à partir de la fin du mois de septembre 193915. Les procès-verbaux des réunions de la Commission font alors état de l’évacuation de 3 070 enfants au total, auxquels il faut ajouter environ 1 500 enfants des orphelinats et 1 500 à 1 600 enfants des colonies scolaires maintenues par précaution16. L’évacuation s’est déroulée en bon ordre. En revanche la répartition des enfants est beaucoup plus aléatoire. C’est ainsi qu’une commune comme Bully a reçu sept cents enfants au lieu des cinquante attendus. Partout, sans consignes préfectorales particulières, l’installation de ces « petites colonies » est assurée par les instituteurs et institutrices, les institutions religieuses et les bonnes volontés locales17. De son côté, M. Dontenville, l’inspecteur d’académie, remanie le mouvement du personnel enseignant pour faire face au bouleversement de carte scolaire provisoire18. Début octobre, alors que le feu de la guerre tarde à retentir, déjà 792 enfants sont ramenés par leurs familles pour la rentrée scolaire19. Pourtant, l’incertitude des événements à venir impose aux autorités publiques de poursuivre leur réflexion quant à une évacuation massive de la population enfantine de l’agglomération20. Les recensements sont opérés sur la base du nombre d’enfants inscrits dans les écoles publiques et privées des communes de l’agglomération. Sur une population scolaire de 68 000 élèves, la Commission d’évacuation estime que 15 000 élèves habitant les zones menacées devraient être évacués en urgence. Elle envisage donc la création immédiate de Comités d’accueil des enfants évacués couvrant chacun un des 33 cantons du département. Déclinés en comités communaux, ils doivent permettre d’établir au plus vite des listes de famille d’accueil, afin que l’orientation des contingents d’enfants évacués soit plus efficace que lors du premier repli de fin août – début septembre. Un an plus tard, à la rentrée 1940, la guerre est toujours là et le danger vient toujours du ciel, même si le front a changé de nature. Mais aux risques de destruction s’ajoute à présent une nouvelle raison d’éloigner nécessairement les enfants des villes : le poids des réquisitions allemandes, qui refoulent les classes dans des locaux de fortune bien peu propices aux travaux scolaires21.

2. L’évacuation des élèves nazairiens entre 1941 et 1943

  • 22 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, « Évacuation éventuelle d’enfants », lettre de l’inspecteur d’a (...)

7À l’automne 1940, des préoccupations similaires à celles de la Commission lyonnaise occupent les administrateurs d’une académie présentant des risques très importants elle aussi : la Loire-Inférieure. Au premier rang des administrateurs chargés du sort des enfants, c’est l’inspecteur d’académie Émile Bodin qui, le 11 novembre 1940, alerte le Préfet sur la nécessité de mettre au point un plan de repli des enfants de l’académie22.

A) Récit d’une expérience pionnière et exemplaire

  • 23 La zone littorale interdite est une région définie par l’armistice du 22 juin 1940, large de 10 km, (...)
  • 24 AD de la Loire-Atlantique, 1660W5, lettre de l’inspecteur d’académie au recteur de la Loire-Inférie (...)

8Le 23 novembre, il produit donc un rapport liminaire dont le constat principal est l’impossibilité d’envisager un repli à l’intérieur de la zone littorale interdite23. En effet, les villes avoisinant les sites les plus menacés ‒ Saint-Nazaire, et les proches communes de Trignac et Donges ‒ sont pauvres en capacité d’accueil et l’arrière-pays voisin subit une lourde occupation militaire. L’évacuation n’est donc pensable que dans la partie Nord-Est de l’académie, région qu’il faudrait alors songer à équiper largement tant les ressources y sont « médiocres » au point de vue scolaire. Enfin, Bodin soulève déjà un problème crucial susceptible de nuire à l’efficience de l’évacuation : l’approbation des familles, réticentes à se séparer de leurs enfants pour des raisons de prévention. Ces réflexions revêtent une nouvelle urgence avec les premiers bombardements anglais de mai 1941. Le plan élaboré au cours de l’hiver est appliqué dès le 20 mai, mais sur une population de 6 500 élèves environ, seuls 129 enfants sont évacués à Châteaubriant, où ils sont hébergés provisoirement sous la surveillance d’Instituteurs de St-Nazaire. Bodin voit ici ses craintes se confirmer : « Le plan prévu pour l’éloignement de plusieurs milliers d’enfants n’a donc reçu, de par la volonté des familles, qu’une exécution partielle24 ». Or, le danger trop pressant a conduit l’autorité préfectorale, en accord avec l’inspection académique et la municipalité de Saint-Nazaire, à fermer toutes les écoles de la ville à compter du 26 mai. Plusieurs milliers d’enfants sont ainsi laissés à la charge de leurs parents et, possiblement, à l’oisiveté périlleuse de la rue.

  • 25 Saint-Nazaire est particulièrement exposée car, depuis le début de l’année 1941, l’organisation Tod (...)
  • 26 AD de la Loire-Atlantique 1660W76, lettre de l’inspecteur d’académie de la Loire-Inférieure à l’ins (...)
  • 27 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, tableau statistique adressé à l’inspecteur d’académie le 3 juin (...)

9Avec l’échec du Blitz sur l’Angleterre, la bataille de l’Atlantique s’intensifie et les ports du Nord et de l’Ouest français deviennent des lieux hautement stratégiques en première ligne d’un front de bombardements dévastateurs25. Les inspecteurs d’académie des littoraux concernés se mettent alors en relation pour mutualiser leurs expériences. En octobre 1941, à la demande de celui-ci, Bodin explique à son collègue du Finistère, A. Miart, de quelle manière les administrations préfectorales, académique et municipale ont préparé la rentrée de sorte que nombreux élèves soient éloignés du danger26. Ne pouvant se résoudre à maintenir toutes les écoles fermées en raison de l’impératif de service scolaire, une mesure partielle de fermeture est décidée pour les écoles des secteurs les plus menacés (le port et la gare). Un travail d’information est réalisé tout au long de l’été pour inciter les familles à laisser leurs enfants sur leur lieu de vacances. Le résultat s’avère plus convaincant qu’au printemps et seuls 2 094 élèves des écoles publiques ‒ ainsi que 1 275 enfants des écoles privées27 ‒ sont présents dans la ville à la rentrée. Entravée par la réquisition de la quasi-totalité des locaux scolaires, y compris de ceux de remplacement, la vie scolaire s’organise en des aménagements provisoires :

  • 28 AD de la Loire-Atlantique, 1660W76, lettre de l’inspecteur d’académie de la Loire-Inférieure à l’in (...)

Nous disposons aujourd’hui de [40] classes de remplacement, en général petites et mal agencées. On a pu ouvrir 5 classes enfantines et avec les classes restantes, on fait du ½ temps, ce qui permet actuellement d’assurer 24 heures. Les enfants des quartiers menacés vont, soit dans les écoles de la Ville, soit dans celles de Trignac, agglomération toute voisine. Les écoles privées ont suivi le même régime après entente avec l’Évêché28.

  • 29 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, tableau statistique adressé à l’inspecteur d’académie le 3 juin (...)
  • 30 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77. Voir la correspondance de l’inspecteur primaire Cassan avec l’i (...)
  • 31 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport de l’inspecteur d’académie au recteur de Loire-Inférieu (...)
  • 32 Voir Jean-Pierre Le Crom, Au secours Maréchal !, Paris, PUF, 2013, p. 199-228. Le Comité Ouvrier de (...)

10Un peu moins des deux tiers de la population scolaire nazairienne se trouvent donc éloignés du danger de la ville dès l’hiver 194129. Les nouveaux bombardements extrêmement durs qui frappent la cité portuaire en mars 1942 imposent toutefois bien vite d’envisager le moyen de replier définitivement la totalité des enfants. Au premier rang des partisans d’une fermeture totale des écoles se trouve l’inspecteur primaire Alexandre Cassan, qui soutient ce faisant la volonté de la mairie de Saint-Nazaire30. Le maire de la ville sinistrée lance alors un appel aux familles du département pour organiser le placement d’un maximum d’enfants. De son côté, l’inspection académique circonscrit les recherches aux régions les plus favorables à la scolarisation des petits Nazairiens, et commande aux instituteurs de se charger d’y trouver des familles31. L’urgence oblige cependant à parer à l’insuffisance probable de cette solution pour placer tous les enfants des écoles publiques et privées dont les familles ne peuvent assurer individuellement le repli. C’est pourquoi Cassan développe en même temps l’idée de créer des centres scolaires de replis dans les nombreux châteaux qui essaiment au fond de l’estuaire de la Loire, sorte de « folies » bourgeoises du XIXsiècle, spacieuses mais souvent bien mal équipées. Accompagné de représentants du Syndicat des Métallurgistes et du C.O.S.I.32, il sillonne les communes susceptibles de convenir à l’entreprise qui s’annonce.

  • 33 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de l’inspecteur primaire Cassan à l’inspecteur d’académi (...)

11Il est trop tard cependant pour prétendre protéger tous les enfants. Le 16 avril 1942, Cassan ne peut que constater : « Nous avons été bouleversés cette nuit. On compte, pour l’instant, une quinzaine de tués dont, semble-t-il, quelques enfants de nos écoles33 ». La recherche de locaux propices à l’installation d’internats scolaires, se poursuit tout au long des mois de mai et juin 1942. Il s’agit d’évaluer les aménagements nécessaires, de rechercher sur place le moyen de fournir le matériel et mobiliers utiles et d’approvisionner convenablement la colonie dès son ouverture. Ce travail colossal est réalisé depuis Nantes, en empruntant le « tortillard », petit train à voie étroite qui serpente à travers le département, à bicyclette, ou tout bonnement à pied. Les recherches finissent par se concentrer sur les propriétés de quelques communes, notamment Basse-Goulaine, Mauves et Le Cellier.

  • 34 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de l’inspecteur primaire Cassan à l’inspecteur d’académi (...)
  • 35 Les Centres Guynemer furent fondés à Caen par la sœur du célèbre aviateur, Mme Villiers de la Noue, (...)

12Parallèlement, des demandes de placement familial lancées à toutes les communes du département reçoivent rapidement des réponses favorables, si bien que Cassan commencent à croire à la possibilité de réaliser dans de bonnes conditions l’évacuation au cours de l’été34. Par ailleurs, des organisations privées se proposent d’emporter pour un temps les enfants loin de Saint-Nazaire. La Croix Rouge française organise en mai et juin le départ de 97 enfants dans des camps de vacances en Suisse pour les trois mois d’été. Les Centres Guynemer financent le départ de 200 petits nazairiens pour l’Algérie, où des familles d’accueil doivent les héberger pendant six mois35.

  • 36 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport l’inspecteur primaire de Saint-Nazaire, 26 avril 1945.
  • 37 En revanche la gestion de l’organisation et du personnel des centres d’accueil de l’enseignement pr (...)

13L’œuvre la plus originale du travail accompli en bonne intelligence entre les autorités académiques, municipales et les organisations de secours, demeure incontestablement l’organisation des camps scolaires dans lesquels les classes peuvent être faites dès la rentrée 1942 : « à Mauves, au Cellier, à Basse-Goulaine, puis à Varades, à La Chapelle-Saint-Sauveur, à Ingrandes. Dans une vaste maison, dans un manoir, au milieu des arbres et de vastes pelouses 60 à 80 enfants retrouvent avec l’accueil apaisant et régénérateur de la nature, avec l’oubli des terreurs des bombardements, le repos et le droit de vivre36 ». Qu’ils soient financés par la municipalité nazairienne, le C.O.S.I. ou le Secours national, l’inspecteur Cassan y installe le personnel encadrant, instituteurs et institutrices, directeur de camp ‒ choisi dans les rangs des instituteurs chevronnés ‒ et économes recrutés par la mairie de Saint-Nazaire37.

  • 38 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de l’inspecteur primaire Cassan à l’inspecteur d’académi (...)

14Soigneusement préparées au cours de l’été, ces installations sont prêtes à recevoir, en cas d’évacuation précipitée, les derniers enfants présents dans la ville à la fin de l’été38. Le fait est important puisque, à la différence de la situation brestoise, les écoles nazairiennes ouvrent leurs portes à la rentrée d’octobre 1942, alors même que le danger n’a pas faibli. Et lorsque début novembre, les bombardements s’intensifient :

  • 39 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport de Cassan, inspecteur primaire de Saint-Nazaire, 26 avr (...)

La fermeture des classes est immédiate (18 novembre). Mais nous sommes prêts ! Le personnel se rend dans les familles et les informe que les enfants seront conduits sans tarder dans les centres scolaires de la Ville de St Nazaire, du COSI, de la Fédération des Amicales des Écoles publiques de la Loire-Inférieure et de la Caisse Régionale d’Institutions familiales de l’Ouest (CRIFO). Les convois partent39.

Illustration 1. Carte des centres scolaires d’accueil des enfants de Saint-Nazaire en Loire-Inférieure entre 1942 et 1945.

Illustration 1. Carte des centres scolaires d’accueil des enfants de Saint-Nazaire en Loire-Inférieure entre 1942 et 1945.

Légende : ronds = Camps scolaires de l’enseignement public. carrés = Camps scolaires de l’enseignement privé.
Réalisation : auteur. Fond de carte : Eric Gaba pour http://commons.wikimedia.org

  • 40 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77. Notons que, dès l’été suivant, les effectifs ont sensiblement d (...)

15En décembre 1942, les camps de repli recueillent 1 271 élèves des écoles publiques et privées40.

Figure 1. Effectifs au 17 juillet 1943 des centres scolaires organisés pour les enfants évacués de St-Nazaire et de la région côtière.

Commune d’accueil et désignation du Centre Collectivités qui ont organisé l’évacuation Nombre d’enfants Observations
Enseignement public La Bernerie (colonie protestante) Ville de St-Nazaire 36 f et g (âge maternel)
Châteaubriant (Pl. familial) Ville de St-Nazaire 17 (f. et g.)
Le Cellier (La Forêst) Ville de St-Nazaire 80 (g.)
Mauves (La Métairie) Ville de St-Nazaire 74 (f.)
Mauves (La Chesnaie) Ville de St-Nazaire 50 (g.)
Basse-Goulaine (Launay-Bruneau et Onchères) Ville de St-Nazaire 85 (f. et g.)
Saint Même (Ermitière) Ville de St-Nazaire 75 (f. et g. âge matern.)
Gesvre Ville de St-Nazaire 30 (g.)
Port-Saint-Père Ville de St-Nazaire 63 (f. et g.)
Groupe de Varades (La Madeleine, La Jallière, Le Ménardeau) C.O.S.I. 279 (f. et g.)
Total 789
Enseignement privé Gorges (Angreviers) Ville & Evêché 178 (g.)
St Gildas des Bois Ville & Evêché 99 (f.)
Plessé Ville & Evêché 75 (g.)
Bouée (La Cour) Ville & Evêché 50 (g.) (orphelinat)
Fay de Bretagne Ville & Evêché 30 (f. et g.)
St Etienne de Montluc Ville & Evêché 50 (f.)
Total 482

B) La vie de Château41 ?

  • 41 J’emprunte ce titre interrogatif judicieux à l’étude de l’Université Inter-Ages (UIA) de Saint-Naza (...)
  • 42 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure au minist (...)
  • 43 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport de Cassan, inspecteur primaire de Saint-Nazaire, 26 avr (...)

16Le sort des enfants pris en charge par les organisations privées échappe en grande partie au contrôle non seulement des parents, mais également des autorités publiques. Il est par conséquent difficile d’en retrouver la trace, sauf au détour de brèves pièces d’archives parfois déconcertantes. C’est ainsi que l’inspecteur d’académie Bodin s’inquiète d’apprendre incidemment par le cabinet du ministre de l’Instruction publique qu’une partie des petits nazairiens que l’on croyait en Algérie se trouvent en fait hébergés en Savoie42. Les enfants pris en charge dans les camps scolaires sont en revanche intégralement sous le contrôle des autorités académiques qui, par le biais du personnel encadrant, profitent de cette délocalisation pour établir les règles d’une vie en collectivité capable « de leur redonner, avec la sécurité, la santé physique et morale et la possibilité d’un travail fécond43 ».

  • 44 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, Tableau des effectifs des écoles de Saint-Nazaire adressé par l (...)

17Ouvert dans le confort provisoire d’une colonie de vacance, le centre de Basse-Goulaine, à dix kilomètres en amont de Nantes, fonctionne normalement à la rentrée 1942. Comptant dans les premiers jours une vingtaine de pensionnaires, il s’agrandit considérablement par l’accueil des enfants éloignés de Saint-Nazaire en novembre 1942. Au final, trois propriétés composent le groupement : les châteaux de Launay-Bruneau, La Chesnaie et les Onchères, tous réquisitionnés afin d’y installer des dortoirs pour les quelques quatre-vingt-cinq enfants que compte le camp en décembre 194244. Le centre est confié à la direction de l’instituteur Bonamy, épaulé dans sa tâche éducative par de jeunes instituteurs et institutrices. Vivent sur place le personnel de cuisine et de ménage, un concierge et une économe recrutés par la mairie de Saint-Nazaire. Maurice Vaillant fit partie des jeunes instituteurs nommés par Cassan à Basse-Goulaine. Il se souvient du fonctionnement du camp :

  • 45 Témoignage de Maurice Vaillant, publié dans Vie de château ?…, op. cit., p. 34-37.

Les enfants suivaient la classe aux heures habituelles, ils prenaient leurs repas matin, midi et soir sur le même lieu de Launay-Bruneau. […] ; les enfants furent répartis en trois groupes, vivant ensemble dans la journée, mais se séparant le soir, chaque groupe rejoignant son propre dortoir : Launay, Les Onchères ou La Chesnaie. […] Cela nécessitait d’encadrer les enfants matin et soir pendant leur parcours, et aussi d’assurer leur surveillance et leur sécurité pendant la nuit : d’où une augmentation de l’effectif enseignant. Au début, chacun assurait à la fois la classe le jour et la surveillance le soir et la nuit. Puis les rôles se diversifièrent, les uns se consacrant uniquement à leur travail d’enseignant, les autres se chargeant des déplacements et de la surveillance nocturne45.

  • 46 Témoignage de M. Salliou, publié dans Vie de château ?…, op. cit., p. 38-39.
  • 47 Témoignage de Mme Jacquet-Guihéneuf, publié dans Vie de château ?…, op. cit., p. 39-40.

18En dehors des heures de classe, la journée se remplit de jeux de plein air et de randonnées aux premiers beaux jours, si bien que le jeune instituteur en retire en définitive une expérience positive : « la vie s’écoulait donc paisiblement et nous aurions eu tort de nous plaindre ». Les témoignages des enfants de l’époque sont beaucoup plus contrastés : « La vie de château ? Non ! Un calvaire, oui, pour les enfants que nous étions », affirme M. Salliou46. Suzanne Jacquet-Guihéneuf n’en garde quant à elle que le meilleur, comparé certes aux souffrances que la guerre venait d’infliger à sa famille : « Nous y sommes arrivés en 1943 par le car. J’ai trouvé cet endroit bien et grand. Nous avons été reçus par le Directeur, très gentil. Nous étions au calme : plus d’éclats d’obus, mes yeux se réjouissaient de voir tous ces enfants souriants. Je me suis dit, dans ma petite tête : « Ici, il n’y a pas de guerre ». J’oubliais mon chagrin. Mon cœur était rempli de bonheur47 ». Il ne faut pas chercher à accorder les mémoires ici, mais simplement relativiser le « bonheur » d’enfants qui peuvent croire à l’évanouissement du conflit dans ces décors. Il n’en reste pas moins dans l’esprit des adultes le réconfort d’avoir mis à l’abri des centaines d’enfants, et bien plus avec eux :

  • 48 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport de Cassan, inspecteur primaire de Saint-Nazaire, 26 avr (...)

Il n’y a plus d’écoles à St-Nazaire ; il n’y en a plus à Trignac, la cité ouvrière voisine. Les deux villes sont à présent écrasées et brûlées par des milliers de bombes. Elles sont désertes. Mais leur âme n’est pas morte. Elle vit dans les écoles rurales du département et dans nos maisons d’enfants ou préservés des atrocités des bombardements nos élèves sont pour nous l’espoir et la promesse de leur résurrection48.

3. L’évacuation des enfants lyonnais entre 1940 et 1944

19À présent, traversons à nouveau la France pour suivre l’évolution de la situation dans la capitale des Gaules, sujette elle aussi au péril des bombardements.

A) Le récit d’une évacuation « pendulaire »

  • 49 AD du Rhône, 31J/B43, témoignage confié à M. Ruby, correspondant du Comité d’Histoire de la Seconde (...)
  • 50 Ibid. , p. 2.

20Nous disposons ici du précieux témoignage de l’inspecteur primaire en charge de la circonscription couvrant l’essentiel de l’agglomération de Lyon, M. Touraine49. À le lire, et les rares archives évoquant cet épisode confirment cette impression, l’évacuation des enfants lyonnais fut une succession d’aller-et-retour entre Lyon et les communes rurales, suivant l’intensité du danger ou la rigueur du rationnement quotidien en ville. Au point que le repli, à l’échelle de l’agglomération et sur l’ensemble de la période, fait davantage penser à un ensemble de migrations pendulaires qu’à une évacuation ponctuelle exceptionnelle. « Au moment de l’Exode de juin 1940, sur l’initiative du Préfet Bollaert, plus d’une dizaine de cars embarquèrent « quelques centaines d’enfants » en direction des départements du Sud du Rhône. Quinze jours plus tard, l’armistice signée fit remonter tout ce petit monde50 ». Dans les mois qui suivent, plus qu’un point de départ, Lyon est un carrefour des migrations saisonnières et des replis de sécurité. En effet, à partir du printemps 1941 convergent en gare de Perrache les enfants des trains de vacances dont le passage entre les deux zones a été négocié entre le gouvernement de Vichy et les autorités d’occupation allemandes. Une fois encore, les énergies de l’administration scolaire sont fortement mobilisées : c’est sous la responsabilité des agents de l’académie que sont assemblés les convois ferroviaires à destination du Sud-Est et de l’Afrique du Nord, comme le raconte l’inspecteur Touraine :

  • 51 Ibid. , p. 3.

L’Inspecteur académique recevait de Vichy et me transmettait des listes nominatives comportant des renseignements précis d’état civil, de fonction et de résidence avec la désignation d’un chef de convoi et, quand il s’agissait de convois importants, d’aides pour le chef de convoi. En possession des listes, je me mettais en relation avec le service de l’exploitation de Perrache et nous nous entendions sur la constitution d’un train avec le nombre de wagons prévu51.

  • 52 Bulletin départemental de l’enseignement primaire du Rhône, « Nos cantines », mars 1942, p. 122 (l (...)
  • 53 AD du Rhône, 31J/B43, M. Touraine, « La vie scolaire dans le Rhône pendant la dernière guerre », op (...)
  • 54 Bulletin départemental de l’enseignement primaire du Rhône, « Nos enfants en Haute-Savoie », mars  (...)
  • 55 AD du Rhône, 31J/B43, M. Touraine, « La vie scolaire dans le Rhône pendant la dernière guerre », op (...)

21Une équipe d’instituteurs se charge ensuite d’attribuer à chaque wagon un numéro et d’y afficher la liste des passagers. Le sort des petits Lyonnais pose à nouveau question à mesure que les restrictions deviennent de plus en plus pénibles. À compter de l’hiver 1942, les distributions de lait, gâteaux et bonbons vitaminés à l’école ne suffisent pas à combler le déficit en calorie des élèves. Les départements ruraux alentours organisent alors la collecte et l’acheminement de produits agricoles52. La Haute-Savoie offre également de recevoir des enfants sous-alimentés de l’agglomération lyonnaise pendant quelques semaines53. Les convois, financés par le Secours national et l’Œuvre des Pupilles de l’École publique, sont organisés au départ de la gare des Brotteaux, par des instituteurs et institutrices lyonnais qui accompagnent les enfants, lesquels sont examinés par les médecins-inspecteurs des écoles avant leur départ. À l’arrivée, instituteurs et inspecteurs de l’académie de Haute-Savoie assurent le suivi des enfants hébergés dans des familles et scolarisés sur place. Ainsi, à la fin de l’hiver 1942, 949 enfants de neuf à douze ans, venant de Lyon et sa banlieue, et sélectionnés par l’Œuvre des Pupilles de l’École publique, partirent pour la Haute-Savoie54. Parallèlement, quelques villages suisses proposent un hébergement similaire55. Début 1944 l’avancée des alliés en Italie et les premiers bombardements de la ville font évoluer la situation. Les exercices d’évacuations sont plus réguliers dans les écoles. Surtout, il est décidé d’évacuer dans les campagnes environnantes les enfants résidant dans les zones les plus susceptibles d’être bombardées. La tâche s’avère compliquée et, une nouvelle fois, les autorités académiques reçoivent la charge de l’organiser en la personne de M. Touraine :

  • 56 Ibid., p. 6.

Je réunis une équipe d’instituteurs […] et nous nous mimes au travail. Par cantons, les maires des communes rurales furent réunis pour leur demander de fixer le nombre d’enfants qui pouvaient être hébergés dans leurs communes respectives. Ce recensement fut assuré par les services de la Préfecture, de la Sous-préfecture de Villefranche et par moi-même pour quelques cantons56.

22Les évacuations sont planifiées en fonction de l’évolution de la carte des zones risquant d’être prochainement bombardées. Les institutrices se déplacent dans les familles des enfants les plus jeunes pour les convaincre de laisser partir leurs petits. Après l’établissement des listes des élèves à évacuer, l’inspecteur demande la réquisition de train ou d’autocar. L’ensemble du convoi est encadré par un directeur et des instituteurs de Lyon ainsi que de la commune d’arrivée, les escortes ne regagnant la ville que deux ou trois jours plus tard, après s’être assurées du placement de chaque enfant. C’est ainsi qu’aucun élève des groupes scolaires ne fut atteint par les bombardements qui ont frappé la ville entre mai et août 1944. Vingt-trois ans plus tard, M. Touraine a conservé les chiffres des victimes, parmi lesquelles ils relèvent 8 enfants, précisant que quatre seulement étaient « d’âge scolaire », sous-entendu sous la responsabilité de son administration. Ce constat, navrant, lui permet de souligner les limites ‒ ici relatives ‒ de l’action de l’académie :

  • 57 Ibid. Il reprend ici les mots de l’inspecteur d’académie Delbos, « Les bombardements de la région (...)

Parmi les enfants tués, quelques-uns ont été la victime de l’incompréhension de leurs parents qui avaient refusé de bénéficier des mesures d’évacuation ou ramené leur enfant de la commune où il était hébergé. À part ces très rares exceptions, les enfants de l’agglomération lyonnaise furent protégés parce que, dans chaque quartier dangereux, les enfants furent évacués avant que le quartier ne soit bombardé57.

B) Les petits réfugiés déscolarisés ?

  • 58 AM de Lyon, 113WP002, « Fréquentation scolaire : états mensuels et trimestriels 1943-1945 ». La fré (...)
  • 59 Suivant les statistiques de la fin 1939, faisant état d’une population scolaire avant-guerre compri (...)
  • 60 AM de Lyon, 114WP003 3 ; AD du Rhône, 3624W67 ; Archives Diocésaine de Lyon, 11/II143.

23Lorsqu’elle est encadrée par l’administration, l’évacuation sur le temps de l’année scolaire donne l’assurance d’une poursuite régulière de la scolarité des élèves pris en charge. Mais la majorité des petits réfugiés est éloignée par leurs familles, sans que les autorités académiques aient le contrôle de leur réinscription régulière dans les écoles. Dans le cas de Lyon, l’état des archives disponibles nous permet d’estimer dans quelle mesure les enfants furent tenus en marge de l’école. Les registres d’inscription des écoles primaires publiques permettent ainsi d’observer que, en dehors des évacuations individuelles et de l’éloignement temporaire à titre curatif d’une partie d’entre eux, les élèves lyonnais poursuivent leur scolarité à un rythme relativement normal. De décembre 1941 à octobre 1943, on observe un retour progressif du repli de l’année 1940, ainsi que, peut-être, une croissance purement démographique, sur la lancée des années précédant la guerre. En octobre 1943, les effectifs sont proches de ceux de septembre 1939, avec un peu moins de 20 000 enfants (19 247) présents dans les écoles publiques de la ville58. Juin 1944 correspond ensuite à l’étiage de la population scolaire : il ne reste que 3 156 enfants, soit 17,5 % des élèves présents à la rentrée 1943. Entre les mois d’avril et juin, plus de 16 000 enfants ont été sortis de la ville59. À la rentrée de septembre 1944, 20 466 enfants sont inscrits : tous les enfants évacués en 1944 sont rentrés, ainsi peut-être que les enfants demeurés éloignés tout le temps de la guerre. En croisant ces données avec d’autres statistiques, il est possible d’estimer, moins finement toutefois, le sort des élèves des écoles privées, et de le comparer à celui des élèves publiques60.

Décembre 1941 1942-1943 mai/juin 1944
Total Publiques 17 938 19 247 3 156
Privées 8 130 8 281 6 324
Total en % Publiques 69 % 70 % 33 %
Privées 31 % 30 % 67 %
  • 61 Michèle Brison, « L’école et l’enfant à Lyon… », art. cit., p. 62.

24L’effet du repli et de la fermeture d’un grand nombre d’écoles publiques au printemps 1944 se ressent spectaculairement sur l’équilibre des deux enseignements au sein de la ville. Reste à éclaircir une divergence de statistiques dans la documentation. Étudiant les registres d’établissement des cartes d’alimentation par les municipalités d’arrondissements, Michèle Brison constate qu’ils comptent 6 000 petits Lyonnais de plus que le nombre d’élèves déclarés dans les établissements d’enseignement publiques et privé de la ville. Pour autant, il n’est pas possible d’en déduire que ces enfants demeurent dans leurs familles sans être scolarisés61. Cet écart d’inscription est bien plutôt la trace des fraudes au ravitaillement que pratiquent les familles, alors même que leurs enfants ont bien été évacués. La preuve nous en est donnée dans un rapport que l’inspectrice départementale des écoles maternelles de Loire-Inférieure présente à son inspecteur d’académie, qui a eu la même réflexion que M. Brison à la lecture des registres de cartes d’alimentation de la ville de Nantes. L’inspectrice répond à son alarme en expliquant que :

  • 62 AD de la Loire-Atlantique, 1660W84, « Dossier centre d’accueil (enfants de moins de 6 ans) enquête (...)

Beaucoup de petits sont à la campagne, et les parents prennent les cartes d’alimentation à Nantes, en raison des avantages des cartes urbaines pour les rations. L’évacuation n’étant obligatoire que pour les enfants de 6 à 14 ans, il est aisé de laisser, en théorie, la résidence des jeunes enfants à Nantes au point de vue alimentaire, je crois donc que le mal n’est pas aussi étendu que l’on pourrait le croire d’après les cartes d’alimentation de jeunes enfants distribués à Nantes62.

  • 63 Archives nationales, F60 1667 « L’évacuation obligatoire des enfants des secteurs menacés de Lyon » (...)

25La situation lyonnaise semble correspondre à celle décrite ci-dessus, l’obligation stricte d’inscrire les enfants sur la liste d’évacuations en échange du maintien des allocations et des suppléments de bons de rationnement n’ayant été appliquée qu’à compter de mai 194463.

 

  • 64 Laura Lee Downs, « Les évacuations d’enfants… », art. cit., p. 418.
  • 65 Ce fut le cas lors de la fermeture des écoles nantaises, décidées à la suite des bombardements du 1 (...)
  • 66 En septembre 1939, Jean Zay déclare ainsi dans une lettre aux Préfets et Inspecteurs d’académie : « (...)
  • 67 Dans son rapport au ministre sur la vie scolaire dans les villes bombardées, l’inspecteur Bodin tie (...)
  • 68 AD de la Loire-Atlantique, 1660W47, « rapport de l’inspecteur d’académie sur la réinstallation des (...)
  • 69 Archives nationales, F17/25484/B, dossier administratif d’Alexandre Joseph Cassan. Dans sa notice i (...)
  • 70 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de Cassan à l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure, (...)

26Au final, on a l’impression que l’évacuation des enfants est une œuvre scolaire rigoureusement improvisée. Comme le remarque Laura Lee Downs, « les structures mises en place lors de l’évacuation étaient en continuité avec des pratiques antérieures autour de l’enfance64 ». C’est ainsi que, dans le cas d’évacuations groupées et précipitées, la solution fut souvent de convertir des colonies de vacances en camps scolaires pérennes65. Dans le cas nazairien toutefois, de véritables écoles de plein air furent créées de toutes pièces, afin d’assurer la permanence de la mission publique d’enseignement. Loin de la routine des classes et, parfois, de leur savoir-faire pédagogique, mais habitués à orchestrer les manifestations collectives et la solidarité locale et nationale, nombreux furent les instituteurs et institutrices qui prirent une part active à l’évacuation des enfants. La rigueur de son fonctionnement ordinaire et la qualification de son personnel ont permis à l’administration scolaire française de démontrer une réelle efficacité, alors que les circonstances la contraignaient à relâcher les mailles de son organisation66. L’autonomie et l’improvisation devinrent la règle. Si la mutation ne se fit pas sans effort, non seulement une vie scolaire permanente fut maintenue, mais encore la sécurité d’un grand nombre d’enfants fut de la sorte assurée. Parmi les agents de l’École, l’ardeur et la force d’imagination de certains administrateurs fut décisive, à l’image de l’œuvre de l’inspecteur primaire de la circonscription de Saint Nazaire, Alexandre Cassan67. Par la suite, le rythme du retour des évacuations dépend de l’état de destruction de la ville et de ses bâtiments scolaires. Si, à Lyon, la rentrée 1944 voit la quasi-totalité des gones franchir le seuil des écoles, les élèves de Saint-Nazaire poursuivent leur vie de château jusqu’à l’été 1945, la ville n’étant libérée que le 11 mai 1945. En définitive, dans bien des régions, la carte scolaire est durablement bouleversée et une grande partie de l’installation matérielle de l’École est à refonder68. Épuisé par ces années, l’inspecteur Cassan demande d’ailleurs sa mutation pour l’Algérie dès 1945. Pourtant, un an plus tard, désappointé par les contrastes de la société algérienne, il obtient son retour à Saint-Nazaire, où il est très attendu pour concourir au relèvement des ruines69. Inspiré de la lecture de l’ensemble de ses notes et correspondances au fil de la guerre, on peut alors imaginer dans quel état d’esprit il appréhende cette nouvelle œuvre : « Je me demande, du reste, comment nous nous tirerons d’affaire […]. Enfin, qui vivra verra, l’essentiel aujourd’hui, – comme toujours du reste et c’est une belle naïveté ! – étant de vivre pour voir70 ».

Notes

1 Archives départementales de la Loire-Atlantique (désormais AD de la Loire Atlantique), 1660W77, lettre de l’inspecteur primaire de la circonscription de Saint-Nazaire à l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure datée du 2 mai 1942.

2 Dès le 11 juillet 1938, l’Assemblée nationale vote une loi sur « l’organisation générale de la nation en temps de guerre ». Voir sur ce point Jean Vidalenc, L’exode de mai-juin 1940, Paris, PUF, 1957, p. 32-60.

3 Laura Lee Downs, « Les évacuations d’enfants en France et en Grande-Bretagne (1939-1940) », Enfance en guerre, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 66e année, n° 2, 2011, p. 413-448.

4 Philippe Nivet, « Les réfugiés de guerre dans la société française (1914-1946) », La société, la guerre, la paix, 1911-1946, Histoire, économie et société, 23e année, n° 2, 2004, p. 247-259, p. 254. Voir également Julia S. Torrie, « For their own good : Civilian evacuations in Germany and France, 1939-1945 », New York, Berghahn Books, 2010.

5 En septembre 1939, les habitants des neuf départements frontaliers du Nord-Est prennent la route pour différents départements du Centre-Ouest et du Sud-Ouest. Philippe Nivet, « Les réfugiés de guerre… », art.cit. , p. 254.

6 Archives nationales, F17/14275, circulaire du ministre de l’Éducation nationale datée du 14 septembre 1939.

7 Bulletin départemental de l’Enseignement primaire des Bouches-du-Rhône, « Instructions de l’Inspecteur d’Académie en vue de la rentrée », 29 septembre 1939 », p. 224-225.

8 Ibid.

9 Les Alsaciens et Mosellans sont dirigés vers neuf départements : Charente, Charente-Inférieure, Dordogne, Gers, Indre, Landes, Lot, Lot-et-Garonne, Vienne et Haute-Vienne. Jean Vidalenc, L’exode de mai-juin 1940, op. cit. , p. 43.

10 Bulletin départemental de l’Enseignement primaire de l’Indre, mai-novembre 1939, p. 74-76. Les instructions évoquées sont, outre la circulaire ministérielle du 14 septembre 1939, le décret du 5 septembre 1930, relatif au statut scolaire des évacués, et la circulaire du 18 septembre 1930 au sujet du dialecte alsacien.

11 Ibid., p. 75.

12 Bulletin départemental de l’Enseignement primaire du Lot-et-Garonne, juin-décembre 1939, « l’Inspecteur d’académie du Lot-et-Garonne aux Instituteurs », p. 12-13.

13 Archives municipales de Lyon, 1127WP/030. L’agglomération lyonnaise comprend alors les 7 arrondissements lyonnais existant, ainsi que les communes limitrophes, notamment Villeurbanne et Vaulx-en-Velin. Elle compte, sur la base de la statistique de 1938, 68 000 élèves, dont 34 093 petits Lyonnais. « Compte-rendu sur l’activité de la Commission depuis sa constitution. Lyon, 16 décembre 1939 », Notons que l’on retrouve la même initiative du côté des mairies de la région parisienne. Voir Laura Lee Downs, « Les évacuations d’enfants en France… », art. cit., p. 426-427.

14 Procès-verbaux des délibérations du Conseil Général du Rhône, « Intervention de M. Édouard Herriot », Lyon, année 1939.

15 AM de Lyon, 1127WP/030, « Observations notées au cours des visites des 29 septembre et 4 octobre 1939 »,

16 AM de Lyon, 1127WP/030, « PV de la réunion du 18 octobre 1939 », On relève que le chiffre de 3 070 élèves est proche du nombre d’enfants évacués dans la banlieue de Lyon. Sans autres indications explicites dans les archives, on peut émettre l’hypothèse que l’évacuation publique concerne, pour l’essentiel, les élèves de la banlieue, dont les familles n’avaient pas les moyens de les éloigner par elles-mêmes.

17 Laura Lee Downs, « Les évacuations d’enfants en France… », art. cit., p. 429. Les conditions d’accueil ne semblent pas aussi défavorables que celles décrites par le maire de Suresnes, en banlieue parisienne. À ce sujet, on tempérera les reproches formulés par Laura Lee Downs contre l’impréparation de l’Éducation nationale, qui aurait négligé de mobiliser le personnel de service des écoles (cantine, conciergerie), en rappelant que ce personnel est employé par la mairie. Ce qui ne manqua certes pas de confronter les instituteurs à des situations complexes.

18 AM de Lyon, 1127WP/030, « Commission d’enquête pour les enfants évacués de l’agglomération lyonnaise », s.d.

19 Ibid., « PV de la réunion du 18 octobre 1939 ».

20 Ibid., compte-rendu sur l’activité de la Commission depuis sa constitution, Lyon, 16 décembre 1939.

21 Bulletin départemental de l’Enseignement primaire du Tarn-et-Garonne, juin-décembre 1939, p. 175-176. Sous les règles inédites de l’occupation, la législation française qui protégeait les écoles primaires privées des réquisitions d’un service public, élaborée en 1914 et réactivée en septembre 1939, n’est guère d’utilité : « Régime temporaire des écoles primaires privées pendant le temps de guerre », Circulaire ministérielle du 28 septembre 1939 remettant en vigueur les dispositions de la circulaire du 21 septembre 1914.

22 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, « Évacuation éventuelle d’enfants », lettre de l’inspecteur d’académie au préfet de la Loire-Inférieure, 23 novembre 1940.

23 La zone littorale interdite est une région définie par l’armistice du 22 juin 1940, large de 10 km, qui va de la frontière belge à la frontière espagnole. Réservée à l’activité militaire, elle est proscrite aux civils non-résidents.

24 AD de la Loire-Atlantique, 1660W5, lettre de l’inspecteur d’académie au recteur de la Loire-Inférieure, 6 juin 1941.

25 Saint-Nazaire est particulièrement exposée car, depuis le début de l’année 1941, l’organisation Todt y construit l’une des principales bases navales de la côte Atlantique. Voir sur les enjeux stratégiques et militaires de la bataille de l’Atlantique : John Keegan, La Deuxième Guerre mondiale, trad. de l’anglais par Marie-Alyx Revellat, Paris, Perrin, 1990, p. 106-121.

26 AD de la Loire-Atlantique 1660W76, lettre de l’inspecteur d’académie de la Loire-Inférieure à l’inspecteur d’académie du Finistère, 23 octobre 1941.

27 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, tableau statistique adressé à l’inspecteur d’académie le 3 juin 1942. Je retiens ici les statistiques fournies par l’administrateur le plus proche du terrain, l’inspecteur primaire Cassan. Pour la même date, on trouve des chiffres différents, qui semblent être des estimations très approximatives, dans les correspondances de l’inspecteur d’académie (1 800 enfants du public et 20 du privé) dans un rapport de l’inspecteur d’académie au recteur de la Loire-Inférieure, 20 mai 1942 (AD de la Loire-Atlantique, 1660 W 77) et du maire de Saint-Nazaire (4 600 enfants en tout dans une lettre du maire de Saint-Nazaire au préfet, 30 juillet 1942, AD de la Loire-Atlantique, 1660 W 47).

28 AD de la Loire-Atlantique, 1660W76, lettre de l’inspecteur d’académie de la Loire-Inférieure à l’inspecteur d’académie du Finistère, 23 octobre 1941.

29 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, tableau statistique adressé à l’inspecteur d’académie le 3 juin 1942. Sur une population scolaire comptant initialement 5 700 élèves environ.

30 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77. Voir la correspondance de l’inspecteur primaire Cassan avec l’inspecteur d’académie, entre le 7 avril et le 9 juin 1942, à propos de la mise en place de l’évacuation.

31 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport de l’inspecteur d’académie au recteur de Loire-Inférieure, le 20 mai 1942 : « On a ainsi déterminé plusieurs zones notamment dans la région de Châteaubriant, de Vallet et du Loroux-Bottereau, où les classes ne sont pas au complet et pourraient recevoir un plus grand nombre d’élèves ».

32 Voir Jean-Pierre Le Crom, Au secours Maréchal !, Paris, PUF, 2013, p. 199-228. Le Comité Ouvrier de Secours Immédiat, appelé familièrement « Comité Patate », est une organisation fondée en mars 1942 sur des fonds issus des milieux collaborationnistes pour secourir les victimes des bombardements alliés.

33 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de l’inspecteur primaire Cassan à l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure, 16 avril 1942.

34 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de l’inspecteur primaire Cassan à l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure, 10 mai 1942 : « Sans être trop optimiste encore, j’éprouve un peu plus d’aise que naguère », En mai 1941, la municipalité de Saint-Nazaire croit pouvoir compter sur le placement familial de 400 enfants pendant l’été. L’inspecteur d’académie Bodin se veut toutefois plus prudent, jugeant ces prévisions « trop optimistes » (AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport de l’inspecteur d’académie au recteur de Loire-Inférieure, le 20 mai 1942).

35 Les Centres Guynemer furent fondés à Caen par la sœur du célèbre aviateur, Mme Villiers de la Noue, par ailleurs vice-présidente des Sections Sanitaires Automobiles Féminines, très actives pendant la période sur le terrain des bombardements des villes du Nord-Ouest. D’après leurs statuts, les Centres ont pour vocation, de « recueillir en Afrique du Nord des enfants âgés de 3 à 18 ans » (Statuts de l’association dite Centre d’accueil Georges Guynemer, AD Bouches-du-Rhône, 143W29). Sur cet aspect, très peu documenté, voir le « Rapport concernant l’œuvre “Guynemer” en Algérie », par Mlle Heurtier, déléguée à la Direction des Œuvres au Commissariat à l’Éducation Nationale (AN F17 13335). Je remercie également M. Pierre Anglade pour ses renseignements.

36 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport l’inspecteur primaire de Saint-Nazaire, 26 avril 1945.

37 En revanche la gestion de l’organisation et du personnel des centres d’accueil de l’enseignement privé reste en dehors des prérogatives de l’académie, et échappe donc à la documentation mobilisée pour cette étude.

38 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de l’inspecteur primaire Cassan à l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure, 20 juin 1942.

39 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport de Cassan, inspecteur primaire de Saint-Nazaire, 26 avril 1945.

40 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77. Notons que, dès l’été suivant, les effectifs ont sensiblement diminué (526 enfants) pour ce qui concerne les camps de replis des élèves des écoles publiques, sans que l’on sache si les enfants sont de retour dans la ville ou ont été éloignés dans d’autres conditions : « Tableau des effectifs au 17 juillet 1943 des centres scolaires organisés pour les enfants évacués de St-Nazaire et de la région côtière (suite à mes Rapports des 9 décembre 1942 et 10 avril 1943) », adressé par l’inspecteur Cassan à son inspecteur académique.

41 J’emprunte ce titre interrogatif judicieux à l’étude de l’Université Inter-Ages (UIA) de Saint-Nazaire : Vie de château ?

42 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure au ministre secrétaire d’État de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, 21 décembre 1942. Il semble bien que les enfants évacués par l’œuvre Guynemer fin mai aient été divisés en deux groupes à Marseille, l’un demeurant sur le continent, l’autre embarquant pour l’Algérie. D’après le témoignage de Huguette Trebern, publié dans Vie de château ?…, op. cit. p. 283-285. Après le débarquement allié en Afrique du Nord, la fondation réorienta effectivement ses évacuations vers Chamonix, ainsi qu’à La Bourboule.

43 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport de Cassan, inspecteur primaire de Saint-Nazaire, 26 avril 1945. On retrouve ici les conceptions éducatives développées avant-guerre, dont Laura Lee Downs a montré qu’elles étaient étroitement liées à un « ruralisme de gauche » convaincu que les enfants des classes populaires urbaines gagneraient à échapper un temps à leur sort quotidien pour s’épanouir en collectivité au sein des colonies de vacances, alors en développement. Laura Lee Downs, Histoire des colonies de vacances, de 1880 à nos jours, Paris, Perrin, 2009, p. 131-161.

44 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, Tableau des effectifs des écoles de Saint-Nazaire adressé par l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure au ministre secrétaire d’État de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, 9 décembre 1942.

45 Témoignage de Maurice Vaillant, publié dans Vie de château ?…, op. cit., p. 34-37.

46 Témoignage de M. Salliou, publié dans Vie de château ?…, op. cit., p. 38-39.

47 Témoignage de Mme Jacquet-Guihéneuf, publié dans Vie de château ?…, op. cit., p. 39-40.

48 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport de Cassan, inspecteur primaire de Saint-Nazaire, 26 avril 1945.

49 AD du Rhône, 31J/B43, témoignage confié à M. Ruby, correspondant du Comité d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale du Rhône. M. Touraine, inspecteur Primaire : « La vie scolaire dans le Rhône pendant la dernière guerre », 1967.

50 Ibid. , p. 2.

51 Ibid. , p. 3.

52 Bulletin départemental de l’enseignement primaire du Rhône, « Nos cantines », mars 1942, p. 122 (les agriculteurs du Rhône, notamment du Beaujolais apportent leurs concours) ; Michèle Brison, « L’école et l’enfant à Lyon : le problème de l’alimentation dans les cantines scolaires », Revue d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 125, janvier 1982, p. 37-71. Archives municipales de Lyon, 1529WP009, sous-dossier « Soupes de Savoie ». À partir de mars 1943, la Croix Rouge Suisse organise des « repas » dans les cantines lyonnaises (sous-dossier « repas suisse » des AM de Lyon, 130WP001).

53 AD du Rhône, 31J/B43, M. Touraine, « La vie scolaire dans le Rhône pendant la dernière guerre », op. cit., p.  4.

54 Bulletin départemental de l’enseignement primaire du Rhône, « Nos enfants en Haute-Savoie », mars 1942, p. 121.

55 AD du Rhône, 31J/B43, M. Touraine, « La vie scolaire dans le Rhône pendant la dernière guerre », op. cit., p.  4.

56 Ibid., p. 6.

57 Ibid. Il reprend ici les mots de l’inspecteur d’académie Delbos, « Les bombardements de la région lyonnaise et nos écoles », Bulletin départemental de l’académie du Rhône, 20 juin 1944, p. 241-242.

58 AM de Lyon, 113WP002, « Fréquentation scolaire : états mensuels et trimestriels 1943-1945 ». La fréquentation étant très relative, notamment suivant les saisons, plutôt que celui des présents, j’ai choisi de retenir ici le nombre d’inscrits comme étant la valeur la plus proche et la plus fiable du nombre effectif d’enfants présents dans l’agglomération et susceptibles d’être évacués dans le cadre scolaire.

59 Suivant les statistiques de la fin 1939, faisant état d’une population scolaire avant-guerre comprise entre 36 000 et 34 000 élèves, les écoles lyonnaises n’accueillaient plus, après la rentrée 1939, que 20 000 à 22 000 élèves environ (« Intervention d’Édouard Herriot », doc. cit.) ; AM de Lyon, 1127WP/030, compte-rendu sur l’activité de la Commission depuis sa constitution, Lyon, 16 décembre 1939.

60 AM de Lyon, 114WP003 3 ; AD du Rhône, 3624W67 ; Archives Diocésaine de Lyon, 11/II143.

61 Michèle Brison, « L’école et l’enfant à Lyon… », art. cit., p. 62.

62 AD de la Loire-Atlantique, 1660W84, « Dossier centre d’accueil (enfants de moins de 6 ans) enquête 1944 ».

63 Archives nationales, F60 1667 « L’évacuation obligatoire des enfants des secteurs menacés de Lyon », coupure de presse [L’Effort ?], datée du 29 avril 1944.

64 Laura Lee Downs, « Les évacuations d’enfants… », art. cit., p. 418.

65 Ce fut le cas lors de la fermeture des écoles nantaises, décidées à la suite des bombardements du 16 et 23 septembre 1943. Plus de 1 500 enfants furent accueillis dans les colonies de vacances transformées en centres de repliement (AD de la Loire-Atlantique, 1660W5, rapport de l’inspecteur d’académie au recteur de la Loire-Inférieure, 30 janvier 1943).

66 En septembre 1939, Jean Zay déclare ainsi dans une lettre aux Préfets et Inspecteurs d’académie : « La situation de guerre est une situation mouvante et vous ne pouvez à aucun moment avoir la prétention d’en donner une image statistique rigoureuse » (AD du Rhône, 1T57, lettre du ministre aux Préfets et Inspecteurs d’académie, septembre 1939).

67 Dans son rapport au ministre sur la vie scolaire dans les villes bombardées, l’inspecteur Bodin tient ces propos sur son subordonné : « J’ai eu l’occasion de dire en quelques lignes lors de l’établissement des notices annuelles l’infini dévouement de M. Cassan et son activité inlassable. Le voici, dans son rapport, présenté par lui-même, avec cette particularité qu’il n’emploie que des formes impersonnelles ou collectives, comme si les choses s’étaient passées d’elles-mêmes, alors qu’il a été l’animateur, clairvoyant et tenace, de tout ce qui a été fait pour la sécurité et le bien-être matériel et moral de nos élèves » (AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, rapport du 28 avril 1943).

68 AD de la Loire-Atlantique, 1660W47, « rapport de l’inspecteur d’académie sur la réinstallation des écoles repliées ». Dans ce rapport du 7 juin 1945, l’inspecteur d’académie fait le point : « Reste à envisager la réorganisation du service scolaire pour la population repliée de St-Nazaire. Il faut sur ce point connaître avec précision quelle sera l’aire de relogement de cette population et la densité et la nature du repeuplement de chaque zone, car la densité des écoles doit répondre à la densité de la population scolaire ».

69 Archives nationales, F17/25484/B, dossier administratif d’Alexandre Joseph Cassan. Dans sa notice individuelle datée du 12 mars 1947, l’Inspecteur d’académie Charles Piedvache, qui vient de faire connaissance avec Cassan à son retour d’Algérie, note : « il a une grande autorité morale et suit de très près les aménagements provisoires de sa circonscription. Il est très écouté par les Municipalités et les Services de la reconstruction ».

70 AD de la Loire-Atlantique, 1660W77, lettre de Cassan à l’inspecteur d’académie de Loire-Inférieure, 7 avril 1942.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Carte des centres scolaires d’accueil des enfants de Saint-Nazaire en Loire-Inférieure entre 1942 et 1945.
Légende Légende : ronds = Camps scolaires de l’enseignement public. carrés = Camps scolaires de l’enseignement privé.Réalisation : auteur. Fond de carte : Eric Gaba pour http://commons.wikimedia.org
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 859k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540