Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Autour de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Chapitre 16. L’éducation au service de l’idéologie nazie. L’« appareil d´instruction » de la SS (1933-1945)

David Gallo

Texte intégral

1Entre 1933 et 1945, la Schutzstaffel (SS) met en place un vaste programme d’enseignement visant à prodiguer à ses membres une « formation idéologique » (Weltanschauliche Schulung). Ce programme, mené par l’« office et l’appareil d’instruction » (Schulungsamt et Schulungsapparat) de la SS mobilise plus d’un millier d’instructeurs et affecte plusieurs centaines de milliers de personnes, militants civils et membres de formations policières et militaires. Même si la SS est loin d’être la seule composante du Troisième Reich à mobiliser des techniques éducatives au service de la diffusion de l’idéologie nazie – que l’on songe aux efforts déployés pour nazifier l’institution scolaire ou à l’enseignement idéologique dispensé au sein des organismes de jeunesse – le programme de formation de l’organisation dirigée par Heinrich Himmler revêt un caractère singulier. En effet, l’« appareil d’instruction » de la SS possède dès le départ une totale indépendance, et il opère avec des ambitions et une intensité sans égal au sein du régime – caractéristiques qui reflètent la spécificité de la SS elle-même, élite qui se veut la dépositaire par excellence de l’idéologie nazie. Dès lors, l’étude de la politique de formation idéologique du « Corps Noir » s’offre à l’historien comme un cas d’école permettant de réfléchir non seulement au rôle des méthodes éducatives dans la formation de « soldats politiques » dévoués à l’idéologie nazie, mais aussi, plus largement, à l’instrumentalisation de l’enseignement au service de l’ambition de forger un homme nouveau. Cette contribution retrace l’histoire des organismes et des personnels chargés de la formation idéologique, ainsi que des méthodes et des outils qu’ils utilisent, en analysant leur évolution sous l’effet des circonstances de la guerre. L’on s’interroge enfin sur la possibilité d’évaluer l’impact de cette formation et sur l’éclairage que l’étude de la réalité de « l’appareil d’instruction » permet d’apporter en retour sur la problématique des rapports entre éducation et projet totalitaire.

1. La formation idéologique en temps de paix (1933-1939)

  • 1 Cité d’après Max Domarus, Hitlers : Reden und Proklamationen 1932-1945, Vol. 1, Wiesbaden, Löwit, 1 (...)

2L’histoire de l’« appareil d’instruction » de la SS s’inscrit au départ dans le contexte de la phase de consolidation et d’édification du régime. Dans un discours du 6 juillet 1933, Hitler résume les priorités du moment en déclarant que « l’on doit conduire le flot incontrôlé de la révolution dans le lit tranquille de l’évolution. L’instruction des hommes est pour cela le plus important1 ». Ainsi, avant d’acquérir une finalité guerrière, la formation idéologique est d’abord un projet du temps de paix.

A) Les objectifs et ambitions éducatives de la SS

  • 2 BArch (Bundesarchiv), NS2/73, Rapport de la 9. SS-Standarte (Stettin), daté du 29 avril 1935, p. 18 (...)

3Quels objectifs et quelles ambitions les responsables de la SS nourrissent-ils au début des années 1930, lorsqu’ils lancent leur vaste programme de formation ? À court terme, la mise en place de la formation idéologique participe d’une reprise de contrôle de la direction de la SS sur une organisation qui a connu une croissance très rapide et incontrôlée (les effectifs de la SS sont passés de 50 000 hommes en janvier 1933 à 200 000 en 1934). En 1933-1934, la SS procède à un renforcement général de son ossature territoriale et de son administration centrale, nécessaire pour unifier un ensemble qui risque sinon d’être disparate. La « construction de l’appareil d’instruction », qui survient au même moment, poursuit un objectif analogue : renforcer l’homogénéité de la SS en réalisant l’amalgame entre des militants d’origines hétéroclites et parmi lesquels la part des ralliés de la dernière heure est importante. Leur transmettre l’idéologie de l’organisation est d’autant plus indispensable qu’il s’agit aussi, à travers cela, de maintenir la SS à la pointe du mouvement nazi : Himmler ayant fait du caractère élitiste de la SS sa raison d’être au sein du régime, le « Corps Noir » ne peut tolérer en son sein des militants dont certains manifestent les « plus grosses lacunes2 » dans leur connaissance de l’idéologie nazie.

  • 3 Voir notamment Mathias Eidenbenz, « Blut und Boden ». Zu Funktion und Genese der Metaphern des Agra (...)

4À ce besoin d’homogénéisation, nécessité pratique, vient s’ajouter un second objectif, bien plus ambitieux. En effet, pour Richard Walther Darré (1895-1953) – figure de l’extrême droite völkisch, devenu à partir de 1931 le principal idéologue de la SS – l’éducation a un rôle clef à jouer, et ce au service d’un but qui n’est rien de moins que la renaissance de l’Allemagne. Croyant constater le déclin du peuple Allemand, qu’il attribue à un long processus de dégénérescence raciale et de déculturation progressive entamé dès l’antiquité tardive, Darré prétend tracer dans ses écrits la voie du renouveau. L’historiographie a souvent souligné le versant biologique de ces idées – la sélection raciale d’une élite et son implantation dans un milieu rural où elle pourrait s’épanouir, constituant la “source de vie” du peuple Allemand3. Cependant, le versant culturel et éducatif de cette utopie palingénésique, auquel l’on s’est beaucoup moins intéressé, n’est pas moins essentiel. Pour que l’Allemagne renaisse, il ne suffit pas qu’elle soit racialement revigorée. Encore faut-il que sa nouvelle élite renoue avec la germanité des origines, progressivement oubliée depuis l’ère chrétienne, ce qui implique un véritable travail de rééducation. À la fin des années 1920, Darré et ses épigones ont développé une conception totalisante et de l’instruction, embrassant l’ensemble de l’histoire et de la culture allemandes qu’il faut enseigner d’une façon à nouveau authentique et fidèle à « l’héritage des ancêtres ».

  • 4 BArch, NS2/86, “Abschrift. Rapport beim Reichsführer-SS am 19 février 1938”, p. 108-114.

5Avant même la « prise du pouvoir », la SS, qui trouve dans cette doctrine une puissante source de légitimation de ses propres aspirations élitistes, met en place les structures institutionnelles censées travailler à la réalisation de cette utopie. En janvier 1932, Darré est placé à la tête de l’Office de la race et de l’implantation paysanne (Rasse und Siedlungshauptamt ou RuSHA), qui, en sus de superviser la sélection raciale des militants, le contrôle eugénique de leur mariage et les projets d’installation à la campagne, se voit attribuer – dans le droit fil des théories élaborées précédemment – la mission de les former idéologiquement. Reprenant les idées de Darré, les responsables de la formation idéologique, loin de limiter leur activité à un enseignement raciologique, revendiqueraient tout au long des années 1930 la volonté d’aborder « tous les domaines de la vie […], toutes les sciences de la nature, l’astronomie, la physique, la biologie, l’étude du folklore, la raciologie, la minéralogie, l’art militaire4 », selon les mots d’Himmler lui-même. C’est à l’automne 1934 que naît le Schulungsamt (« office pour l’instruction ») au sein du RuSHA. Après deux années (1932-1934) durant lesquelles l’enchaînement rapide des événements politiques avait retardé le lancement du travail de formation idéologique, celui-ci pouvait véritablement commencer.

B) Naissance de « l’appareil d’instruction »

  • 5 Les descriptions suivantes s’appuient sur les documents des archives administratives du RuSHA (BArc (...)

6La construction de l’appareil d’instruction doit s’étaler sur presque deux années (1934-1936)5. Mettre en place les institutions chargées de superviser la formation idéologique, élaborer des programmes de cours appropriés, et surtout recruter et former un personnel cadre qualifié, est en effet tout sauf aisé.

  • 6 Données issues de notre enquête prosopographique sur 26 dossiers personnels (BArch, SSO Akten) des (...)
  • 7 L’étude la plus fouillée sur ces pratiques est celle de Joachim Tautz, Militaristische Jugendpolit (...)
  • 8 La meilleure synthèse en français sur la réflexion pédagogique en Allemagne à cette époque est cell (...)

7Au sommet de la pyramide institutionnelle, le Schulungsamt a la charge de coordonner le travail des responsables de la formation idéologique au sein de toutes les unités de terrain de la SS, d’élaborer les programmes de formation, et d’assurer l’édition des matériels pédagogiques devant servir de support aux cours. Tout au long des années 1930, la taille de cet organe central reste relativement modeste (guère plus d’une trentaine de collaborateurs en 1937-1938). Jusqu’à la fin des années 1930, le recrutement de ces personnels accorde la priorité à leur pédigree militant bien plus qu’à leurs compétences spécifiques en matière d’éducation. Ainsi, à peine 10 % des hommes du Schulungsamt sont des enseignants de métier. En revanche, près de 70 % d’entre eux sont de « vieux combattants » (alte Kämpfer) du mouvement nazi, qui ont rejoint la NSDAP avant 1933. En l’absence d’une expérience professionnelle dans l’enseignement et de connaissances théoriques de la pédagogie, c’est surtout dans leur propre passé d’activistes que ces hommes sont amenés à chercher la source d’inspiration de leurs pratiques éducatives. Ce passé est justement riche d’expériences associant militance politique et pratiques formatrices. En effet, presque 70 % des responsables du Schulungsamt appartiennent à la génération née entre 1900 et 1910, trop jeune pour avoir servi au front en 1914-1918, et qui s’est investie massivement dans le camp nationaliste – la moitié de ces hommes ont appartenu, avant d’entrer au parti nazi, à une ou plusieurs des innombrables formations de l’ultra-droite des années 19206. Dans celles-ci, ils ont été familiarisés avec des pratiques de formation des militants (mélange de sport paramilitaire et de cours de formation politique, soirées et camps de formation7) que la SS peut à présent reprendre à son compte. Les pratiques de formation idéologique du « Corps Noir », s’inscrivent donc, dans une certaine mesure, dans la continuité d’un habitus militant que ses responsables ont eux-mêmes acquis dans leur jeunesse, bien plus qu’elles ne sont le produit de conceptions éducatives théorisées8.

8En dessous du Schulungsamt, « l’appareil d’instruction » étend ses ramifications sur tout le territoire de l’Allemagne, se calquant sur la structure territoriale de la SS. Un responsable de la formation (Schulungsleiter) est en poste à chacun des échelons de la SS, de l’Oberabschnitt (circonscription régionale), au Sturm (compagnie de 70 à 120 hommes). Le recrutement et la formation de ces cadres de terrain prennent à partir de 1934 une forme systématique : d’innombrables camps de formation sont organisés au niveau local et régional au cours des années 1934-1936. D’une durée maximale d’une semaine, ces camps permettent de sélectionner les candidats adéquats au poste de Schulungsleiter et de les former rapidement à leur mission d’instructeurs, à travers un programme mêlant activités sportives, cours idéologiques et présentations orales effectuées par les participants eux-mêmes. Outre ces camps destinés aux nouvelles recrues, « l’appareil d’instruction » met en place une série de dispositifs visant à prodiguer à son personnel une formation continue, séminaires d’une journée à l’échelon régional ou stages d´instruction à Berlin dans « l´école du RuSHA » de Berlin Grünewald.

  • 9 Données tirées de notre étude prosopographique sur 146 dossiers de Schulungsleiter qui ont pu être (...)

9Le profil des cadres de terrain ainsi recrutés est à peu près analogue à celui des responsables centraux du Schulungsamt. On observe en effet, parmi les Schulungsleiter que nous avons étudiés, la même prédominance de la génération 1900-1910 (plus de 50 % à tous les niveaux de la hiérarchie), la même importance des expériences militantes des années 1920 (plus de 30 %), et la même forte proportion de « vieux combattants » du nazisme, militants chevronnés (entre 40 et 60 % selon les différents groupes). Près de la moitié des Schulungsleiter n’appartiennent pas qu’à la SS, mais aussi au personnel cadre d’autres organisations du parti nazi. De surcroît, le groupe professionnel le mieux représenté parmi les responsables de la formation est celui des agriculteurs (30 %), ce qui s’explique par le fait que le recrutement « appareil d’instruction » s’est bien souvent appuyé sur le réseau des organisations que dirigeait Richard Walther Darré, qui n’est pas seulement le principal inspirateur de la formation idéologique et le chef du RuSHA, mais aussi le ministre de l’agriculture et chef de la corporation des paysans. En revanche, les personnels disposant de compétences professionnelles dans le domaine de l’éducation demeurent nettement minoritaires (de 15 à 20 %)9. À nouveau, ce sont les profils militants qui ont manifestement prévalu dans le recrutement des cadres.

  • 10 BArch, NS19/1472, Rapport statistique du 30 avril 1935, p. 2-3. À propos de l’Allgemeine-SS, voir B (...)

10Il importe de préciser que l’« appareil d’instruction » demeure jusqu’en 1939, en dépit du caractère paramilitaire de la SS, un organisme essentiellement civil. En effet, c’est la « SS générale » (Allgemeine-SS), organisation avant tout politique et non casernée, qui fournit durant les années 1930 près de 95 % des effectifs du « Corps Noir10 ». Ses militants ne se consacrent à leur service qu’à temps partiel et de façon bénévole (quelques soirées par semaine), en marge de leur vie civile et professionnelle. Avant 1939, ces militants civils constituent non seulement l’essentiel du public de la formation idéologique, mais aussi des cadres de l’appareil d’instruction lui-même. Seuls quelques dizaines de ses responsables (personnel du Schulungsamt et des circonscriptions régionales) sont salariés à plein temps pour leur activité de formation, tandis que l’écrasante majorité des instructeurs, qui ont été choisis parmi les militants de la base, demeurent des bénévoles travaillant à temps partiel.

  • 11 La meilleure étude en langue française des formations militaires de la SS est celle de Jean-Luc Lel (...)

11Certes, la formation idéologique est également présente au sein des unités casernées, de la SS – formations militaires et formations de garde des camps de concentration, créées à partir de 193411. Mais ce phénomène reste relativement mineur jusqu’en 1937-1938, en raison de l’autonomie que ses formations préservent vis-à-vis du Schulungsamt, et surtout de leur importance quantitative relativement faible. C’est bien sur la SS civile, supposée constituer l’élite de la nouvelle Allemagne, qu’est concentrée jusqu’à la veille de la guerre, la politique de formation idéologique. À la fin des années 1930, on compte plus d’un millier de Schulungsleiter en poste au sein des différentes unités de la SS (on ne dispose pas d’un chiffrage exact des effectifs), où ils sont chargés, en application des consignes et des programmes élaborés par le Schulungsamt, d’assurer l’instruction idéologique.

C) L’enseignement de l’idéologie sur le terrain : méthodes, supports et discours

12À partir du début 1936, les programmes et les méthodes de formation se systématisent et prennent, après une phase de tâtonnement, la forme qui reste la leur jusqu’en 1939. L’élément clef des nouveaux programmes, introduits de façon uniforme dans toute la SS, est la « formation de base » (Grundschulung). Lancé en février 1936, ce cursus prévoit le traitement de quatre grands thèmes, présentés aux hommes en un cycle de 28 semaines : 1°. « Sang et sol » ; 2°. « Juiverie, Franc-maçonnerie, Bolchevisme » ; 3°. « Histoire du peuple Allemand » ; 4°. « Calendriers et coutumes, rites funéraires ». Pour servir de support et de base à cet enseignement, le Schulungsamt produit sept séries de diapositives qui doivent être présentées aux hommes, assorties chacune de textes de commentaire devant être lus par le Schulungsleiter en charge du cours. Ces matériels de cours sont à la fois étoffés et abondamment illustrés (plus d’une centaine d’illustrations par thème). Les responsables du Schulungsamt ne cessent d’insister, tout au long des années 1930, sur l’usage de moyens modernes – comme les diapositives et plus tard la projection de films –, et sur la nécessité de donner à la formation un caractère visuel.

  • 12 BArch, NSD 41/77, Der Reichsführer SS, Chef des Rasse- und Siedlungs-Hauptamtes/ SS-Hauptamt (dir.) (...)

13En sus du programme et des matériels de la « formation de base », un second support de l’instruction fait son apparition. Les SS-Leithefte (« cahiers guides de la SS »), manuel d’instruction publié par le Schulungsamt, d’abord de façon irrégulière en 1935, puis à un rythme mensuel à partir du début 1936. Ces cahiers comportent en moyenne entre 60 et 85 pages par mois, et se divisent en deux parties. La première est destinée à la lecture commune à haute voix lors des heures de formation. Elle comporte, à côté d’extraits thématiques de Mein Kampf, des textes rédigés le plus souvent dans une forme la plus simple et abordable possible – souvent de petits récits de fiction dans le style des romans historiques populaires en vogue depuis le XIXsiècle –, et illustrés par une iconographie s’apparentant aux images d’Epinal, dans un style classique pour les manuels scolaires de l’époque. La seconde partie de chaque Leitheft vise à l’approfondissement des connaissances des instructeurs et reprend les thèmes abordés dans la première partie, en les traitant sous la forme de textes plus développés et d’une tonalité plus théorique. D’abord destinés exclusivement aux Schulungsleiter et à l’utilisation dans le cadre des heures de formation, les Leithefte sont, à partir de 1938, rendus directement accessibles aux militants de la base, au prix d’un abonnement payant12.

14Dans la lignée des ambitions totalisantes fixées à la formation idéologique par les responsables de la SS, les programmes de cours embrassent une palette de sujets qui ne semble guère connaître de limites. De l’art au droit en passant par l’architecture et l’astronomie, on s’efforce de transmettre aux militants la vision supposément authentique de la culture allemande. Néanmoins, ce sont les extraits de Mein Kampf, les petites leçons d’eugénisme et de raciologie appliquée (comment choisir une épouse racialement convenable pour un membre du « Corps Noir »), et surtout l’enseignement de l’histoire, qui doivent être traités en priorité. Ainsi, entre 1936 et 1939, la plus large part des Leithefte est consacrée à un enseignement systématique de l’histoire allemande, revue à l’aune des idées de Darré, par ordre chronologique, de la préhistoire à la période contemporaine. Des « cours sur l’adversaire », spécifiques, sont également au programme. À la « Juiverie », au « Bolchevisme » et à la « Franc-Maçonnerie » décrits dans la « formation de base », vient s’ajouter le « catholicisme politique », bras armé de l’Église romaine, autre « internationale » complotant contre l’Allemagne. Ce discours de stigmatisation explicite n’occupe pas une place quantitativement prédominante, mais l’ensemble des enseignements prodigués peut contribuer, quel que fût le thème abordé, à dessiner implicitement les figures de l’ennemi en montrant que pas un domaine n’échappe à la confrontation entre l’Allemagne et les forces étrangères qui ont juré sa perte.

  • 13 BArch, NS2/151, voir les directives pour l’instruction édictées par le Schulungsamt en date du 13.0 (...)

15Au sein des unités, la pratique de l’enseignement repose sur l’alternance de la « formation de base » et des Leithefte. Chaque Sturm (compagnie), la plus petite unité et cellule militante de la SS, doit en principe recevoir un ou deux cours par mois (d’une durée de 1h30 à 2h chacune), assurés par un Schulungsleiter et basés sur les séries de diapositives de la « formation de base », dont le programme lancé début 1936 fait l’objet de multiples répétitions. Viennent s’y ajouter deux cours par semaine de 40 minutes à 1h30 basés sur la lecture du Leitheft. Dès 1936, l’on prévoit de confier cet enseignement hebdomadaire non pas aux responsables de l’instruction, mais aux officiers commandant les unités, afin d’éviter que ne se mette en place une forme de dualité entre le magistère idéologique et le commandement militant et paramilitaire, ce qui risque de remettre en cause l’idéal du « soldat politique » à la fois homme d’action et d’idées, prôné par la SS. Néanmoins, cette disposition demeure très théorique jusqu’à la période de la guerre, les Schulungsleiter continuant d’assurer dans les faits l’essentiel du travail de formation. Les cours ont lieu pour l’essentiel entre 20h et 22h30 – puisque c’est en soirée, après avoir achevé leur journée de travail, que les militants se consacrent à leur service dans la SS. On se réunit le plus souvent dans des locaux modestes – salle de classe, gymnase ou local loué par l’unité, pour écouter le cours de formation idéologique. La formation idéologique stricto sensu est complétée par une série d’activités confiées aux Schulungsleiter, qui contribuent plus indirectement au conditionnement des hommes – excursions mensuelles pour la visite de musées ou de sites archéologiques, « soirées de camaraderie » et célébrations de fêtes du calendrier nazi ou pseudo-germanique (l’anniversaire du Führer ou le solstice par exemple), qui constituent autant de moyens supplémentaires, et peut-être plus animés que les cours, de mettre les hommes en contact avec la « culture allemande authentique » et de leur faire « vivre » l’idéologie13.

2. La formation idéologique face aux nécessités de la guerre (1939-1945)

  • 14 Le développement d’une pédagogie pour enseigner à la troupe les raisons de son combat est loin d’êt (...)

16À partir de 1938, et plus encore au cours des années de guerre, la formation idéologique évolue profondément. L’idée d’une rééducation totale et de longue haleine des militants se trouve reléguée de facto au second plan. Les techniques éducatives sont désormais mobilisées non plus tant au service d’un projet grandiose de renaissance du peuple allemand que pour la finalité immédiate d’encadrer et de conditionner des troupes militaires14.

A) Un contexte et des objectifs nouveaux

  • 15 BArch, NL94 I/10, Lettre de Himmler à Darré datée du 28 février 1938.

17À la veille de la guerre, on voit déjà s’amorcer au sein de l’« appareil d’instruction » certaines évolutions qui s’éloignent du cadre mis en place depuis 1934. À la mi-1938, Richard Walther Darré, qu’une rivalité oppose à Himmler et dont l’astre politique décline fortement au sein du régime, quitte la SS. En parallèle, le RuSHA, affecté par de sérieuses difficultés budgétaires et une crise de résultats, fait l’objet d’une restructuration qui conduit, en septembre 1938, au transfert du Schulungsamt au sein du SS-Hauptamt (« office principal de la SS »). « L’appareil d’instruction » perd ainsi celui qui avait été son principal inspirateur ainsi que son ancrage institutionnel. Néanmoins, l’ampleur de cette rupture ne doit pas être exagérée. Malgré le transfert du Schulungsamt, la majorité des responsables originaux de la formation demeurent en poste plusieurs années encore, en dépit même du mécontentement manifesté par Himmler, qui a, début 1938, dénoncé une dérive trop « intellectualiste15 » de l’instruction idéologique. Les changements introduits à l’automne 1938 se bornent à une légère modification de la forme des fascicules d’instruction, Himmler ayant réclamé l’abandon du ton trop théorique de beaucoup de textes au profit d’un recours, plus massif encore qu’il ne l’était déjà, à des récits sous la forme de la « saga », dont le chef de la SS pense qu’ils seront plus accessibles et attrayants pour les militants de la base.

  • 16 BArch, NS31/37, Bastian Hein, Elite für Volk und Führer?…, op. cit., p. 284-293.
  • 17 BArch, série R19, Archives du Hauptamt Ordnungspolizei, dossiers R19/244, 273, 274, 304, 308, 378, (...)

18Bien plus que ces facteurs d’évolution endogènes, c’est surtout le contexte nouveau amené par la guerre qui transforme profondément l’« appareil d’instruction » et la nature de son travail. En quelques mois, entre septembre 1939 et janvier 1940, l’Allgemeine-SS cesse pratiquement toute activité de formation idéologique. Du fait de la mobilisation massive des militants, la branche civile du « Corps Noir » ne conserve plus sur le territoire du Reich qu’une forme de squelette organisationnel, composé de ses membres les plus âgés et moins actifs16. Tandis que la SS civile disparaît de facto, le « Corps Noir » se militarise de façon croissante. Si la mutation est amorcée dès 1938, c’est surtout au cours de la guerre que les troupes militaires de la Waffen-SS connaissent une croissance exponentielle, passant de 100 000 hommes en 1940 à plus de 800 000 en 1945. À cela vient s’ajouter la prise en charge par le Schulungsamt, à partir de 1937-1938, de la formation idéologique des unités de la police en uniforme (Ordnungspolizei), elles aussi organisées de plus en plus sur le modèle militaire17.

19Ce déplacement massif du centre de gravité de la SS ne peut que se répercuter sur les activités de l’« appareil d’instruction ». Si, dès avant la guerre, la formation idéologique avait concerné les unités militaires de la SS, ce n’était que de façon mineure. À partir de 1939 en revanche, les responsables de l’« office pour l’instruction » se voient amenés à recentrer de façon exclusive leur activité éducative sur des formations militaires. Ce nouveau contexte implique une évolution des missions de la formation idéologique.

  • 18 BArch, NS19/1474, Rapport statistique pour décembre 1943, p. 5-7.
  • 19 BArch, RS3-10/1, Ordre du commandement de la 10.SS-Panzer Division daté du 25.11.1943, p. 4.
  • 20 BArch, R19/244, Ordre du chef de l’Ordnungspolizei, daté du 06.02.1945, p. non numérotées.

20En premier lieu, l’instruction des hommes prend, plus encore qu’avant 1939, une fonction d’homogénéisation, d’autant que le recrutement de la Waffen-SS se fait de plus en plus hétérogène, avec le recours massif à des conscrits et à des troupes étrangères. Fin 1943, seuls 12 % des soldats des unités armées du « Corps Noir » ont appartenu à la SS civile avant 193918. Dès lors, l’enseignement de l’idéologie nazie apparaît loin d’être superflu, a fortiori si la SS veut continuer à prétendre être la troupe d’élite du « Troisième Reich ». Surtout, dans le contexte de la guerre, la formation idéologique prend une importance nouvelle aux yeux de la hiérarchie de la SS, comme outil de galvanisation des troupes en vue du combat. « Chaque homme doit être éduqué à haïr avec fanatisme19 » écrit ainsi un commandant de division de la Waffen-SS en 1943. Au fil des années, l’impératif de fanatisation se trouve souligné avec toujours plus de d’emphase. En effet, dans le cadre du volontarisme caractérisant l’idéologie nazie, la formation idéologique accrue des troupes est perçue comme une arme susceptible de compenser l’infériorité matérielle croissante de l’Allemagne. « Plus la situation devient sérieuse et difficile, plus la formation politico-idéologique de l’officier, du sous-officier et de l’homme de troupe devient importante20 » précise ainsi une directive au début de 1945. Plus les armées du Reich subissent de revers, et plus la hiérarchie de la SS accorde d’importance au travail du Schulungsamt. Jusqu’au bout, des ressources considérables continuent d’être allouées à « l’appareil d’instruction ».

B) Un appareil restructuré et un personnel renouvelé sous l’effet de la guerre

  • 21 Les descriptions suivantes s’appuient sur les archives administratives du SS-Hauptamt (BArch, série (...)
  • 22 BArch, série RS13, Archives des écoles d’officiers et des écoles de spécialistes de la Waffen-SS.

21La guerre entraîne une transformation, graduelle mais profonde, des structures chargées de la formation idéologique, et du personnel qui les anime21. Dès novembre 1939, un ordre de Himmler nomme, dans chacune des quatre divisions nouvellement créées de la Waffen-SS, un ou deux « officiers pour l’éducation idéologique ». En mars 1941, ces officiers sont placés à la tête d’une section à part entière en charge de la formation idéologique, la section VI, créée au sein de l’état-major de chaque division ou unité militaire autonome. Innovation importante, les attributions de ces « chefs de la section VI » (Führer Abteilung VI) se voient, à partir de la fin 1940, strictement limitées à la préparation du programme des cours tenus au sein de leur unité, sur la base des matériels fournis par le Schulungsamt. Contrairement aux Schulungsleiter de l’avant-guerre, ces officiers n’ont plus la charge d’assurer eux-mêmes les cours idéologiques, et sont cantonnés dans un rôle de planification. Ce sont les commandants militaires des unités, au premier rang desquels les chefs de compagnie, qui doivent à présent se charger de faire cours et d’instruire leurs hommes au quotidien. À travers cette disposition, la SS cherche encore et toujours à s’assurer qu’il n’y a aucune séparation entre le commandement et l’idéologie, et à réaliser l’idéal du « soldat politique ». Au fil des années le nombre des « chefs de section VI », s’accroit allant jusqu’à doubler entre 1943 et 1945, ce qui reflète l’augmentation d’ensemble des effectifs de la Waffen-SS et du nombre de ses unités, et l’accroissement rapide du rythme de cette augmentation au cours des deux dernières années de la guerre. Tout au long du conflit, les stages de formation d’officiers de réserve organisés dans les écoles d’officiers de la Waffen-SS, durant lesquels la formation idéologique est au programme des cours et des examens, permettent de former un grand nombre de « chefs de section VI » et de faire face aux besoins en personnel22. À la fin de la guerre, ce sont 400 personnes au moins, qui travaillent à la préparation de la formation idéologique dans toutes les unités militaires du « Corps Noir ».

  • 23 BArch, NS19/3901, Ordre du 24 février 1943.
  • 24 oachim Scholtyseck, “Der « Schwabenherzog » Gottlob Berger, SS-Obergruppenführer”, dans Michael Kis (...)

22L’administration centrale du Schulungsamt connaît elle aussi une croissance rapide et considérable à compter de 1943 – année à partir de laquelle Himmler, sous l’effet du choc de la défaite de Stalingrad, donne à la formation idéologique une priorité accrue23. Cette orientation est soutenue activement par Gottlob Berger (1896-1975), éminence grise du chef de la SS et chef du SS-Hauptamt depuis 1940, ce qui fait de lui le responsable ayant l’autorité la plus directe sur le Schulungsamt. Ancien instituteur, collaborateur des services d’instruction de la SA et responsable de l’éducation physique du ministère de l’éducation du Württemberg24, Berger a manifestement – outre qu’il a tout intérêt à voir se développer une politique qui renforce son propre domaine de pouvoir – la conviction que la formation idéologique peut jouer un rôle décisif. Sous son égide, « l’office pour l’instruction » se développe à partir de 1943, pour finir par compter en 1945 plus d’une centaine de collaborateurs, et une myriade de départements spécialisés. À la fin de la guerre, les services impliqués dans la formation idéologique ont crû à tel point qu’ils constituent un « groupe de bureaux » (Amtsgruppe) à part entière au sein de l’administration de la SS.

  • 25 Données tirées de notre étude prosopographique sur 71 dossiers personnels des responsables du Schul (...)

23Cependant, « l’appareil d’instruction » ne connaît pas seulement une croissance quantitative au cours de la guerre. Son personnel évolue aussi profondément, selon des dynamiques de renouvellement, de professionnalisation et de rajeunissement. En 1944, plus de la moitié des responsables du Schulungsamt ou des « chefs des sections VI » des unités de terrain en poste n’ont rejoint la SS qu’après 1939 et, de surcroît, ne sont en poste dans le domaine de l’instruction que depuis deux ans ou moins. Ces nouveaux responsables sont plus qualifiés que leurs prédécesseurs des années 1930. Ainsi, à la fin de la guerre, les professionnels de l’enseignement, (non seulement de nombreux enseignants du secondaire, mais aussi un noyau de collaborateurs disposant d’une formation universitaire en pédagogie) forment les plus gros bataillons (presque 40 %) des cadres du Schulungsamt, le groupe original où dominaient les agriculteurs ayant totalement disparu. La dynamique est identique au niveau des unités de terrain, avec presque 30 % d’enseignants de métier parmi les nouveaux cadres à la fin de la guerre. Enfin, si la génération née entre 1900 et 1910 continue à dominer au sein de l’administration centrale de « l’office pour l’instruction », le rajeunissement est notable parmi les officiers en poste au sein des unités de terrain. À la fin de la guerre, presque de 60 % de ceux-ci sont nés après 1910, ce qui implique, dans une certaine mesure, un changement des mentalités et des cultures politiques. Pour cette relève qui a pris en charge la formation idéologique de la Waffen-SS au cours de la guerre, l’avant 1933 compte peu. D’ailleurs, quel que soit leur âge, les nouveaux cadres recrutés durant la guerre sont bien moins nombreux que leurs prédécesseurs à avoir rejoint le parti nazi avant la « prise du pouvoir » de 1933 (entre 20 et 30 % en 1944 contre 60 à 70 % avant 1939) ou à avoir appartenu aux formations de l’ultra-droite durant les années 1920 (le taux passant de 50 % avant 1939 à 15 % en 1944 parmi les responsables du Schulungsamt, de 30 à 2 % parmi les responsables de terrain). Ce déclin du rôle des « vieux combattants » ne doit pas être interprété comme le signe d’une moindre radicalité, car ceux qui ont été trop jeunes pour militer avant la « prise du pouvoir » par Hitler ont vécu leurs années de formation, voire leur adolescence, dans un espace public intégralement nazifié après 1933, et ont été amenés à intérioriser l’idéologie du régime au sein des jeunesses hitlériennes, de l’école ou de l’université. Les nouveaux cadres ne sont donc pas moins convaincus que leurs prédécesseurs de l’importance de leur tâche, au contraire25. Ainsi le visage de « l’appareil d’instruction » se transforme-t-il profondément sous l’effet de la guerre, de l’importance accordée par les responsables de la SS à l’enjeu idéologique et de la croissance numérique des effectifs de la Waffen-SS. Au moment de la chute du Troisième Reich, la génération militante des années 1930 a cédé la place à des personnels nouveaux, plus jeunes, plus qualifiés, et purs produits des organisations nazies.

C) Des méthodes et un discours adaptés au contexte militaire

  • 26 Ces descriptions s’appuient sur les archives divisionnaires et régimentaires des unités de la Waffe (...)
  • 27 Archives de l’Institut für Zeitgeschichte de Munich, ZS-0427-1, Interrogatoire de Gottlob Berger du (...)

24Ce ne sont pas seulement les structures et les personnels de « l’appareil d’instruction » qui évoluent au cours de la guerre ; les méthodes employées et les discours tenus doivent également s’adapter. Dans les conditions matérielles liées à l’instruction et l’encadrement de troupes militaires, il n’est plus question d’avoir recours aux « soirées de formation » et aux pratiques militantes du temps de paix. Devant les réalités de plus en plus pressantes de la guerre, il n’est plus possible de se borner à brandir la perspective lointaine d’une renaissance nationale. En temps de guerre, seules les périodes d’entrainement et de repos, lorsque les unités sont stationnées à l’arrière, se prêtent à l’organisation par les sections VI d’une formation idéologique systématique et planifiée des troupes. Celle-ci prend alors généralement la forme de deux heures hebdomadaires, l’une consacrée à un thème idéologique, l’autre à la discussion des événements politiques et militaires de l’actualité. Vient s’ajouter aux discours l’organisation régulière de « soirées de camaraderie » et de cérémonies qui, à travers leur forme rituelle (déclamation de textes idéologiques et de chants), permettent, à l’instar de ce qui se pratiquait avant 1939, de conditionner les troupes. La formation est menée, au niveau de la compagnie, par les officiers militaires, à partir des documents préparés pour eux par les responsables des sections VI des états-majors, sur la base des programmes fixés par le Schulungsamt 26. Au fur et à mesure que la guerre avance, les demandes de plus en plus urgentes en troupes pour compenser les pertes colossales subies par les armées du Reich conduisent à réduire progressivement le temps à disposition pour l’entrainement et le repos des unités, et à accorder la priorité à la formation militaire accélérée des recrues. Dès lors, la formation idéologique régulière est nécessairement conduite à reculer « pour la raison très simple que l’on n’avait plus le temps27 », comme le dit après la guerre Gottlob Berger.

  • 28 Voir la monographie de Frank Vossler, Propaganda in die eigene Truppe. Die Truppenbetreuung in der (...)
  • 29 Voir les nombreux documents contenus dans BArch, séries RS3, RS4, RS5.
  • 30 BArch, NSD 41/77.

25Les responsables de « l’appareil d’instruction » n’en disposent pas moins de moyens permettant d’influencer idéologiquement la troupe, même lorsque celle-ci est en campagne et que les conditions ne se prêtent pas à un enseignement développé. En premier lieu, les officiers en charge de la formation idéologique ont également la responsabilité de l’assistance sociale (Fürsorge) aux troupes et à leurs familles. Si traiter les dossiers demandant une augmentation de solde pour soutenir une famille nombreuse, ou sollicitant l’allocation d’un logement remplaçant celui détruit par les bombardements alliés, n’appartient pas stricto sensu au domaine de la formation idéologique, ce travail concret contribue assurément d’une façon non négligeable à renforcer la loyauté des hommes, en leur montrant, à travers des actes de solidarité mieux qu’à travers des mots, le sens de la « communauté du peuple » prônée par le régime. En second lieu, le conditionnement peut s’appuyer sur la Truppenbetreuung, expression que l’on peut traduire par « l’accompagnement des troupes28 ». Derrière ces mots se cache la mission, confiée au Schulungsamt et aux « chefs des sections VI » des unités, de fournir aux troupes une gamme d’objets (journaux, livres, disques et instruments de musique) et de divertissements (projections cinématographiques, représentations théâtrales et musicales organisées parfois à l’arrière même du front) supposés les soulager des horreurs de la guerre. Si ces activités font une part certaine au divertissement pur et simple, indispensable à maintenir le moral des troupes, elles permettent également de faire passer, d’une façon moins explicite qu’en cours, des messages idéologiques – comme par exemple lorsque le film Le Juif Süss se trouve projeté aux troupes ou que le Leitheft, toujours publié chaque mois par « l’office pour l’instruction » est distribué aux hommes afin qu’ils puissent le lire dans leur temps libre29. Pour alimenter ces activités d’instruction et de conditionnement, le Schulungsamt poursuit en effet jusqu’à la fin de la guerre son travail d’élaboration et de publication de matériels de cours, dont l’ampleur s’accroît même, suivant la courbe de croissance des effectifs. Les Leithefte et les multiples brochures de formation élaborées par « l’office pour l’instruction » atteignent durant la guerre un tirage de plusieurs centaines de milliers d’exemplaires, et sont publiés dans plusieurs langues étrangères (norvégien, néerlandais, estonien, français30) afin de pouvoir s’adresser aux recrues que la SS lève, de gré ou de force, dans l’ensemble de l’Europe.

26Le discours lui-même évolue considérablement, s’adaptant aux circonstances. Abandonnant de plus en plus l’idée d’une rééducation systématique des hommes, qui avait été centrale avant 1939, la formation idéologique adopte de façon croissante une forme purement propagandiste, cherchant à coller au plus près des événements courants (focalisation sur une dénonciation de la France et de l’Angleterre en 1939-1940, offensive de propagande antisoviétique en 1941, etc). C’est surtout à partir de 1943 que l’on voit émerger un nouveau corps de doctrine, centré sur l’idée européenne. À l’heure où le Reich cherche à mobiliser à son service toutes les ressources de la « forteresse Europe » et où la Waffen-SS elle-même recrute sans plus guère discriminer, l’élitisme racial de l’avant-guerre et l’idée d’un retour aux sources germaniques sur le plan culturel n’est, du fait de leur exclusivisme, plus vraiment de mise. On cherche alors à mettre en valeur l’idée d’une « famille des peuples européens » aux communes racines indo-germaniques, ainsi qu’un discours différencialiste qui fait de la spécificité de chaque peuple une valeur suprême à protéger contre le cosmopolitisme destructeur porté par les puissances alliées. Surtout, on met en avant la mission européenne de l’Allemagne et la nécessité pour les autres nations d’y apporter leur contribution. Pour étayer ce discours, les textes de formation s’appuient sur un argumentaire historique (le Reich aurait, de tout temps, représenté la puissance stabilisatrice du continent face aux assauts de l’Est et de l’Ouest) et plus encore sur une vision quasi eschatologique de la guerre en cours : les adversaires de l’Allemagne – « ploutocraties occidentales » d’une part, « bolchevisme asiatique » d’autre part, derrière lesquelles on retrouve la même main d’une conspiration juive mondiale – n’aspirent à rien de moins qu’à la colonisation et l’asservissement de l’Europe, et l’extermination pure et simple du peuple Allemand. Face à une telle perspective, les hommes de la Waffen-SS doivent être amenés irrésistiblement à intérioriser l’idée qu’ils n’ont d’autre choix que de se battre jusqu’à la dernière cartouche. C’est ce que font les responsables de « l’office pour l’instruction » eux-mêmes. Jusqu’à la fin avril 1945, le Schulungsamt continue à planifier la production de programmes de formation, et ce alors même que ceux-ci ne parviennent vraisemblablement plus aux unités, compte tenu de la situation catastrophique sur tous les fronts. Sur le terrain, Les « chefs des sections VI » poursuivent eux aussi leur activité. En vertu du volontarisme nazi, la formation des hommes, la fanatisation et le combat idéologique doivent continuer jusqu’au bout, alors même que la réalité matérielle leur fait perdre leur sens.

 

  • 31 Selon le titre du célèbre ouvrage apologétique de l’ancien SS-Oberstgruppenführer Paul Hausser, Sol (...)

27Évaluer l’impact de la politique de formation idéologique n’est pas tâche aisée, en raison du peu de sources utilisables dont on dispose. La perspective « d’en bas », celle des militants et soldats eux-mêmes, est vouée à rester un angle mort de l’analyse, tant la formation idéologique a fait l’objet, dans les mémoires et témoignages d’après 1945, d’une entreprise d’occultation – reconnaître l’importance des doctrines nazies eût été compromettre l’image de « soldats comme les autres31 » que les anciens SS s’attachaient à renvoyer. Quant aux sources produites par l’appareil lui-même, elles sont lacunaires sur la question de la réception des enseignements dispensés et peu fiables – les responsables de la formation se montrant tantôt peu enclins à l’auto-critique, tantôt au contraire portés à exagérer les failles de leur travail, jugé forcément inférieur à l’idéal qu’il eût fallu atteindre. Néanmoins, les éléments dont on dispose conduisent dans l’ensemble à souligner la distance séparant les programmes théoriques des responsables du Schulungsamt et la réalité de la pratique de la formation idéologique sur le terrain. Il semble en effet que le travail de formation se soit heurté à quatre obstacles principaux, présents dès les années de paix et que la guerre ne fait qu’aggraver.

  • Le manque de temps : Durant les années 1930, le caractère bénévole et à temps partiel de l’activité des militants et de la majorité des cadres limite de factoleur disponibilité. Le problème se pose à nouveau après 1939, la primauté des nécessités militaires entrainant le raccourcissement du temps à disposition pour la formation.
  • Les lacunes des cadres de l’appareil : Avant la guerre déjà, certains rapports dénoncent les failles de bien des Schulungsleiter. Le problème se pose plus encore avec le transfert croissant de la responsabilité directe sur la formation idéologique aux officiers commandants les unités. Dès avant 1939 et au sein même de la SS civile, tout porte à croire que bon nombre d’entre eux, hommes d’action, nourris avant tout aux mamelles de la pratique militante, sont loin d’accorder à l’instruction idéologique l’importance qu’elle doit avoir en principe. La guerre ne fait qu’accentuer ce problème, les chefs de compagnie de la Waffen-SSétant très largement absorbés par leur quotidien militaire. En somme, l’ambition éducative de la hiérarchie de la SS ne cesse de se heurter à la culture organisationnelle et à l’ethosparamilitaire ou militaire de la majorité des cadres.
  • L’inadéquation des programmes et des méthodes de formation : Bien que l’excès « d’intellectualisme » accusé en 1938, par Himmler lui-même, de réduire l’impact de la formation idéologique, ait cédé peu à peu la place à un discours simplifié, certains rapports permettent de conclure que les programmes sont toujours bien trop étoffés par rapport à ce qu’il est effectivement possible de réaliser sur le terrain, et laissent penser que les propos des responsables de la formation ne sont jamais totalement en phase avec les réalités du moment et les attentes des hommes. Le caractère très peu participatif des cours et l’absence quasi-totale de contrôle des connaissances – le contrôle étant limité aux seuls officiers – ne contribuent pas à améliorer la situation.
  • Enfin, c’est l’hétérogénéité du groupe d’hommes que les responsables de « l’appareil d’instruction » ont pour mission de prendre en charge qui constitue l’obstacle principal. Dès les années 1930, alors même que le discours idéologique s’adresse à des militants volontaires, il se heurte à la diversité des appartenances générationnelles, sociales, géographiques, aux différences du niveau scolaire et intellectuel dont disposent les hommes avant de rejoindre la SS, et même à la diversité de leurs motivations, qui sont loin de se résumer toujours à un engagement idéologique fervent. Ces problèmes ne font que s’aggraver durant la guerre, la Waffen-SSétendant son recrutement à toute l’Europe et incorporant un nombre important de conscrits, de moins en moins enthousiastes à l’idée de rejoindre les rangs du « Corps Noir ».
  • 32 C’est ce que semblent suggérer les contributions publiées dans le seul ouvrage à ce jour qui traite (...)
  • 33 Emmanuel Droit, Vers un homme nouveau ? L’éducation socialiste en RDA (1949-1989), Rennes, PUR, 200 (...)

28Faut-il pour autant en conclure que les efforts de la SS pour enseigner à ses hommes l’idéologie nazie et pour les fanatiser ont été sans effets ? Assurément non. Les sources dont on dispose conduisent plutôt à faire le constat d’une grande hétérogénéité des situations et des résultats. En clair, l’enseignement de l’idéologie a eu plus ou moins de prise selon qu’il s’adressait à des hommes âgés ou jeunes, Allemands ou étrangers, volontaires ou non. C’est lorsqu’elle s’adressait aux jeunes Allemands qui avaient grandi durant les années 1930 et étaient, avant même d’entrer dans la SS, passés par le tamis de l’embrigadement nazi, que la formation idéologique, qui avait alors une fonction de consolidation, a vraisemblablement le mieux fonctionné. Tout le problème réside dans le fait que la réussite en la matière est infiniment plus difficile à mesurer que l’échec. La question des rapports entre formation idéologique et meurtre de masse illustre bien cette difficulté. D’une part l’éclectisme des programmes et l’absence d’un discours explicitement génocidaire conduisent à relativiser les interprétations téléologiques qui ne voient dans la formation idéologique qu’une forme d’endoctrinement destinée à conduire inévitablement au meurtre de masse32. D’autre part cependant, il est permis de penser que la formation a contribué, au moins de façon indirecte, à l’intériorisation d’une logique de stigmatisation et d’épuration. Pour des raisons de sources, l’on peut difficilement dépasser le constat, aussi insatisfaisant soit-il, que la formation idéologique a nécessairement eu un impact, mais que l’on ne peut en évaluer ni l’ampleur ni la nature exacte. C’est donc à un bilan contrasté que l’on parvient. Étudier la réalité de la formation idéologique conduit à relativiser l’idée d’un « endoctrinement » uniforme, qui peut s’imposer si l’on s’en tient aux discours programmatiques des idéologues. Dans une certaine mesure, l’on peut dire que l’échec relatif de l’« appareil d’instruction » est inscrit au sein même du projet totalitaire, qui nourrit des objectifs démesurés au regard des nombreuses contraintes auxquelles est nécessairement confrontée la pratique enseignante. La guerre et les contraintes nouvelles qu’elle impose viennent achever de tuer dans l’œuf les ambitions éducatives les plus radicales. Mais, si elle ne produit ni un « homme nouveau » ni même un corps de « soldats politiques » absolument homogène, la formation idéologique n’en reste pas moins un facteur parmi d’autres à prendre en compte pour comprendre l’adhésion de centaines de milliers d’hommes au discours nazi, et le passage de certains d’entre eux à l’acte génocidaire. Entre échec des projets les plus grandioses et contribution tout de même au renforcement du régime, l’histoire de l’« appareil d’instruction » de la SS conduit en définitive à des conclusions analogues à celles d’études portant sur d’autres expériences éducatives totalitaires33.

Notes

1 Cité d’après Max Domarus, Hitlers : Reden und Proklamationen 1932-1945, Vol. 1, Wiesbaden, Löwit, 1973, p. 286.

2 BArch (Bundesarchiv), NS2/73, Rapport de la 9. SS-Standarte (Stettin), daté du 29 avril 1935, p. 183-185.

3 Voir notamment Mathias Eidenbenz, « Blut und Boden ». Zu Funktion und Genese der Metaphern des Agrarismus und Biologismus in der nationalsozialistischen Bauernpropaganda R.W.Darrés, Berne/Francfort, etc., Peter Lang, 1993.

4 BArch, NS2/86, “Abschrift. Rapport beim Reichsführer-SS am 19 février 1938”, p. 108-114.

5 Les descriptions suivantes s’appuient sur les documents des archives administratives du RuSHA (BArch, série NS2) et de l’État-major personnel du Reichsführer-SS (BArch, série NS19) et du SS-Personalhauptamt (BArch, série NS34).

6 Données issues de notre enquête prosopographique sur 26 dossiers personnels (BArch, SSO Akten) des responsables du Schulungsamt durant les années 1930 qui ont pu être identifiés.

7 L’étude la plus fouillée sur ces pratiques est celle de Joachim Tautz, Militaristische Jugendpolitik in der Weimarer Republik : die Jugendorganisationen des Stahlhelm, Bund der Frontsoldaten : Jungstahlhelm und Scharnhorst, Bund Deutscher Jungmannen, Ratisbonne, Roderer, 1998.

8 La meilleure synthèse en français sur la réflexion pédagogique en Allemagne à cette époque est celle de Jacques Gandouly, Pédagogie et enseignement en Allemagne, de 1800 à 1945, Strasbourg, PUS, 1997.

9 Données tirées de notre étude prosopographique sur 146 dossiers de Schulungsleiter qui ont pu être identifiés.

10 BArch, NS19/1472, Rapport statistique du 30 avril 1935, p. 2-3. À propos de l’Allgemeine-SS, voir Bastian Hein, Elite für Volk und Führer? Die Allgemeine-SS und ihre Mitglieder 1925-1945, Munich, Oldenbourg, 2012.

11 La meilleure étude en langue française des formations militaires de la SS est celle de Jean-Luc Leleu, La Waffen-SS. Soldats politiques en guerre, Paris, Perrin, 2007.

12 BArch, NSD 41/77, Der Reichsführer SS, Chef des Rasse- und Siedlungs-Hauptamtes/ SS-Hauptamt (dir.), SS-Leitheft, Berlin, années 1936 à 1944 (divers exemplaires).

13 BArch, NS2/151, voir les directives pour l’instruction édictées par le Schulungsamt en date du 13.03.1936, p. 52-53.

14 Le développement d’une pédagogie pour enseigner à la troupe les raisons de son combat est loin d’être propre au régime nazi. On consultera, pour la comparaison avec le cas américain, l’ouvrage de Christopher S. Derosa, Political Indoctrination in the US Army from World War II to Vietnam, Lincoln, University of Nebraska Press, 2006.

15 BArch, NL94 I/10, Lettre de Himmler à Darré datée du 28 février 1938.

16 BArch, NS31/37, Bastian Hein, Elite für Volk und Führer?…, op. cit., p. 284-293.

17 BArch, série R19, Archives du Hauptamt Ordnungspolizei, dossiers R19/244, 273, 274, 304, 308, 378, 380, 381, 391, 459, 853.

18 BArch, NS19/1474, Rapport statistique pour décembre 1943, p. 5-7.

19 BArch, RS3-10/1, Ordre du commandement de la 10.SS-Panzer Division daté du 25.11.1943, p. 4.

20 BArch, R19/244, Ordre du chef de l’Ordnungspolizei, daté du 06.02.1945, p. non numérotées.

21 Les descriptions suivantes s’appuient sur les archives administratives du SS-Hauptamt (BArch, série NS31), du SS-Führungshauptamt (BArch, série NS33) de l’état-major personnel du Reichsführer-SS (BArch, série NS19).

22 BArch, série RS13, Archives des écoles d’officiers et des écoles de spécialistes de la Waffen-SS.

23 BArch, NS19/3901, Ordre du 24 février 1943.

24 oachim Scholtyseck, “Der « Schwabenherzog » Gottlob Berger, SS-Obergruppenführer”, dans Michael Kissener et Joachim Scholtyseck (dir.), Die Führer der Provinz: NS-Biographien aus Baden und Württemberg, Constance, Universitätsverlag, 1997, p. 77-110.

25 Données tirées de notre étude prosopographique sur 71 dossiers personnels des responsables du Schulungsamt pour la période 1942-1944, et sur 84 dossiers de “Chefs des sections VI” qui ont pu être identifiés.

26 Ces descriptions s’appuient sur les archives divisionnaires et régimentaires des unités de la Waffen-SS (BArch, série RS3, RS4, RS5).

27 Archives de l’Institut für Zeitgeschichte de Munich, ZS-0427-1, Interrogatoire de Gottlob Berger du 4 mars 1947, p. 98.

28 Voir la monographie de Frank Vossler, Propaganda in die eigene Truppe. Die Truppenbetreuung in der Wehrmacht 1939-1945, Paderborn, Schöningh, 2005.

29 Voir les nombreux documents contenus dans BArch, séries RS3, RS4, RS5.

30 BArch, NSD 41/77.

31 Selon le titre du célèbre ouvrage apologétique de l’ancien SS-Oberstgruppenführer Paul Hausser, Soldaten wie andere auch. Der Weg der Waffen-SS, Osnabrück, Munin-Verlag, 1966.

32 C’est ce que semblent suggérer les contributions publiées dans le seul ouvrage à ce jour qui traite spécifiquement de la question de la formation idéologique, sous le titre « Le meurtre des Juifs comme but de l’instruction ? » Jürgen Matthäus, Konrad Kwiet, Jürgen Förster, Richard Breitman, Ausbildungsziel Judenmord? “Weltanschauliche Erziehung” von SS, Polizei und Waffen-SS im Rahmen der “Endlösung”, Francfort, Fischer, 2003.

33 Emmanuel Droit, Vers un homme nouveau ? L’éducation socialiste en RDA (1949-1989), Rennes, PUR, 2009 ; Alexandre SUMPF, Bolcheviks en campagne, Paysans et éducation politique dans la Russie des années 1920, Paris, CNRS éditions, 2010.

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search