Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Seconde partie. Au cœur de la Première Guerre mondiale (1914-1918)

Chapitre 14. L’école et la sortie de guerre dans le canton de La Bassée

Chantal Dhennin

Texte intégral

1La guerre de 1914-1918 a été particulièrement dévastatrice dans le canton de La Bassée situé, durant les quatre années du conflit, sur la zone rouge du front occidental. Ce canton comprend 11 communes, le chef-lieu et dix bourgades distribuées de part et d’autre de la Route nationale 41. La Bassée est alors le centre de l’industrie et du négoce local tandis que, de chaque côté de l’axe menant de Lille au bassin minier de Lens et de Béthune, s’alignent les dix autres localités : cinq villages se situent côté Lys, plus ruraux que les cinq autres communes côté Deûle, davantage ouvrières et commerçantes. Bien évidemment, durant la Grande Guerre, les bâtiments scolaires ont été détruits, brûlés, incendiés ; les maîtres sont partis ; les enfants et leurs familles ont été évacués et l’école s’est arrêtée dans les communes les plus sinistrées. Dans ces conditions, la sortie de guerre s’avère difficile en ce qui concerne le redémarrage de l’institution scolaire. On s’interrogera sur le contexte de remise en place de l’école durant les années 1919 et 1920. Quand a lieu la reprise et quels sont les instituteurs qui l’assurent ? Pour quels élèves, pour quels cours et avec quels moyens ? Au milieu des ruines, quels bâtiments servent de salles de classes ? Il s’agira aussi d’observer le phénomène de la reconstruction et de savoir si les bâtiments scolaires sont une priorité. Quels soutiens, aides, secours ou subventions concourent à ce redémarrage ?

1. Le retour de l’institution scolaire dans le canton après 1918

2Après plus de quatre années de combats intenses dans le canton, les écoles sont presque toutes détruites et le retour de l’institution scolaire est très délicat à opérer.

A) Le problème des sources

3Les sources sont un problème majeur concernant le canton de La Bassée. Les séquelles des opérations militaires y ont été telles que les archives des communes, des paroisses et des particuliers n’ont été, depuis, que récupérées très partiellement. Du fait des incendies de la guerre, aucun des fonds, gardés souvent dans les presbytères, ne subsiste aujourd’hui. Les particuliers disposaient aussi de papiers notariés qui racontaient l’histoire des lieux, mais qui ont été dispersés pendant la Première Guerre mondiale. Il en va de même des collections personnelles de photographies qui participaient à l’histoire quotidienne des localités qui, pour la plupart, ont été brûlées ou vandalisées. Tous ces documents ont disparu durant l’automne 1914 et le printemps 1915. Pour l’après-guerre, les collectes d’archives locales ont pâti du redémarrage difficile tant la reconstitution, la reconstruction et la reprise ont été lentes à se mettre en route. Dans le canton de La Bassée, ces sinistres multiples font que nous ne disposons pas des jalons essentiels pour affiner la compréhension de l’institution scolaire du secteur. Aussi cette absence de sources fait que l’indigence est importante en ce qui concerne les bâtiments scolaires, les registres d’écoles, les élèves, les diplômes, les maîtres.

4Il faut distinguer deux types de communes selon leur proximité du champ de bataille. Les premières – les bourgades détruites à 100 % qui sont installées côté Lys, face au front britannique et qui se nomment La Bassée, Illies, Herlies, Fromelles et Aubers – ne disposent quasiment d’aucun document sur notre sujet, conservé localement. Les secondes sont les villages de l’arrière de la zone rouge, situés côté Deûle, qui ont gardé plus ou moins leurs habitants durant les quatre années du conflit ; ce sont Salomé, Hantay, Wicres, Marquillies et Sainghin, auxquels il faut ajouter Fournes. Ces localités ont la chance, relative, d’avoir subi moins d’incendies et de ruines que l’autre partie du canton, et leurs archives sont assez bien fournies. Pour rassembler des sources sur l’école durant la Grande Guerre dans ce secteur à double visage et sur son redémarrage différencié en 1919-1920, il convient de se tourner vers les archives militaires des deux armées en présence. Les Britanniques, restés en lisière du canton durant 4 ans, disposent de peu de références sur la vie quotidienne et ils ne se sont pas intéressés à l’école. Quant aux occupants allemands, il faut les distinguer selon leurs régiments : aux Prussiens, premiers arrivés, ont succédé des Bavarois, des Westphaliens et à nouveau des Prussiens. Leurs archives militaires, conséquentes et groupées par région, qui auraient pu être riches, ont, pour la plupart, été détruites durant les bombardements des villes allemandes de 1944. Seules subsistent, complètes, celles de Munich. Aucun des documents consultés sur place ne contient une seule ligne sur les écoles du canton.

  • 1 AD du Nord, Guide des sources de la guerre 1914-1918, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du (...)

5De quelles archives disposer donc ? Au niveau national, nombreux sont les textes et décrets qui stipulent, dès l’armistice, le retour à la norme républicaine mais il faut voir comment ces injonctions ont été appliquées sur place. Sur le plan départemental, les « Statistiques annuelles », si volumineuses durant la première décennie du XXsiècle, sont bien minces en renseignements pour 1919, 1920 et 1921, réunies en un seul volume. On y découvre quels instituteurs sont en place dans le canton sans savoir à quelle date ils ont été nommés. Les relevés méthodiques du très intéressant Guide des sources du Département du Nord sur la Grande Guerre1 sont quasi muets sur le quotidien des écoles du canton. Abondent, par contre, les plans de la reconstitution des bâtiments publics, des groupes scolaires, et les sommes réclamées dans les commissions de conciliation des dommages de guerre. À l’échelle des localités, les archives des bourgades sont d’inégale richesse. Dans le cas d’Illies, dès le retour du maire et des habitants durant l’année 1919 et surtout 1920, l’objectif premier étant de trouver à se nourrir, à se loger, à récolter de l’argent pour subvenir aux besoins des familles qui se recomposent peu à peu, le recollement des archives n’est pas le souci majeur. Depuis, offrant un intérêt modéré pour les diverses municipalités qui se sont succédé, l’archivage des documents concernant l’école durant l’Entre-deux-guerres a souffert de lacunes évidentes. Les journaux de guerre et les échanges de lettres des particuliers permettent cependant de disposer de sources complémentaires.

B) L’état des lieux dans les communes du canton libéré

6Les onze localités n’ont pas vécu la guerre de la même façon et ne connaissent donc pas des processus identiques de réadaptation. Mais, pour le comprendre, il faut revenir aux débuts de la guerre afin de saisir les enjeux du secteur. Pour les armées en présence, le canton présente des atouts majeurs : il est d’abord un bon réservoir agricole pour la nourriture des soldats grâce aux terres riches et limoneuses du talus des Weppes. Il est aussi un espace d’industries à la campagne avec ses ateliers textiles et son tissage à la maison, ses filières agro-alimentaires, ses fabriques de tuiles, briques et pots à partir de l’argile et surtout ses productions chimiques – parfums et explosifs – qui font de ce secteur un lieu âprement disputé par les deux camps durant la Grande Guerre. Le second atout est l’axe routier majeur, la RN 41, qui est plus qu’une simple voie de communication ; c’est la desserte stratégique qui mène au nord, à Lille, capitale économique régionale, et au sud aux bassins miniers des Compagnies de Lens et Béthune où travaille une bonne partie de la population des villages. La Bassée est le troisième atout car la bourgade est un verrou ferroviaire et fluvial doublement important puisqu’il mène, par la Deûle, à l’Escaut et aux grands ports de la Mer du Nord au sud-est et, par la Lys et l’Aa, au littoral dunkerquois sur la partie sud-ouest. Enfin une voie ferrée d’intérêt local, récente et bien entretenue, mène de Don à Fromelles et traverse le canton d’est en ouest ; cette ligne, surnommée du nom de son directeur la Ligne Michon, permet de ravitailler depuis les communes de l’arrière tous les villages de la première ligne du front. De ces caractères mi-ruraux et mi-industriels, de ce cumul d’avantages territoriaux, découlent très vite les attaques incessantes dont le canton est l’objet dès le début de la guerre.

7Les Britanniques et les Allemands, arrivés conjointement sur la ligne de crête très disputée de la RN 41, les uns depuis Saint-Pol et la côte, les autres depuis la Belgique, s’observent avec des escarmouches jusqu’à l’automne puis c’est la Bataille de La Bassée des 18 et 19 octobre 1914 qui voit la défaite et le recul des Alliés. Les Allemands, vainqueurs, s’installent pour l’hiver. Les onze communes resteront occupées pendant les quatre années de la guerre, d’octobre 1914 à octobre 1918. Mais les modalités sont très différentes selon que l’on est côté Deûle ou côté Lys.

Figure 1. Inventaire des destructions dans le Nord à la date du 3 mai 1919 : le canton de La Bassée.

Localité du canton de La Bassée et niveau de destruction Destructions (écoles et maisons)
Fournes : de 55 à 100 % 4 écoles, 2 réparables
maisons particulières déjà réparées : aucune
Hantay : de 40 à 100 % 3 écoles, 1 réparable
Maisons particulières déjà réparées : aucune
Marquillies : de 40 à 100 % 3 écoles, 2 réparables
Maisons particulières déjà réparées : aucune
Sainghin : de 34 à 40 % 2 écoles, non réparables
Maisons particulières déjà réparées : aucune
Salomé : de 52 à 100 % 1 école, réparable
Maisons particulières déjà réparées : aucune
Wicres : de 40 à 100 % Aucune école n’est relevée
Maisons particulières déjà réparées : aucune

Source : ADN, 9 R 1220, Préfecture du Nord.

8Les six localités relevées par la Préfecture du Nord, reprises dans ce tableau, sont celles qui sont situées sur le versant Deûle du talus des Weppes. Elles étaient la base arrière des armées allemandes et ont donc subi l’occupation. Les destructions y sont de deuxième ou troisième catégorie (de 40 à 100 %) et l’ensemble des lieux publics ou privés est souvent réparable. Ces communes du versant sud-est sont la base arrière du front, là où les militaires allemands ont leur zone de logement et de repos, d’approvisionnement et de chalandise, d’État-major et de repli. La guerre y fait moins de ravages et les habitants peuvent choisir de rester chez eux, maintenus à domicile dans les conditions difficiles de l’invasion ennemie. Ce sont Salomé, Hantay, Marquillies, Wicres, Sainghin, auquel il faut ajouter Fournes. Bien qu’on ait peu de renseignements sur ce temps d’occupation, on peut comparer ce secteur à celui de Seclin, mieux renseigné, où l’école, lorsqu’elle n’est pas réquisitionnée, continue de fonctionner à peu près normalement avec le concours des instituteurs restés à leur poste.

9Les cinq localités non renseignées sont celles du côté Lys. Elles sont sur le champ de bataille et vidées de leurs habitants pour la plupart. Ces localités sont touchées à 100 % par les destructions ; les édifices publics et privés y sont totalement en ruines et rien n’y semble réparable. Pour ces communes, où les occupants ont forcé les habitants au départ dès le début de la guerre, aucune école ne fonctionne d’octobre 1914 à octobre 1920.

  • 2 ADN, 9 R 1539, lettre n° 14 de décembre 1916 de « La famille seclinoise », 4 p., p. 1.
  • 3 ADN, 9 R 1528, communication faite par le Comité Central des Réfugiés du Nord, « Ce qui se passe », (...)

10Au regard de ces deux situations contrastées, il apparaît possible, qu’en dépit de la guerre, quelques élèves du canton de La Bassée, restés dans les localités de l’arrière, subissent avec succès les épreuves du certificat d’études primaires et que quelques-uns passent même leur baccalauréat2. Pour beaucoup d’enfants, cependant, l’heure n’est plus aux études. On peut ainsi apprendre, à la date du 20 juin 1916, par le Comité Central des Réfugiés du Nord, que, « en l’absence des hommes mobilisés ou retenus aux travaux des champs, la garde des maisons est confiée aux enfants3 ».

C) le complexe retour des habitants

  • 4 ADN, 9 R 1221, lettre du Préfet du Nord au ministre de l’Intérieur, état des difficultés le 23 janv (...)

11La rescolarisation, dans l’après-guerre, prendra un certain temps car elle est liée au contexte particulier de la zone rouge du front, interdite au retour et à la circulation durant bien des mois après l’armistice. La « joie intense de la libération » vantée dans les journaux français ne correspond pas ici au « retour dans les foyers des hommes engagés4 ». Le rapatriement des évacués des onze communes s’effectue dans des conditions telles que les populations, éloignées, exaspérées, ne comprennent pas la lenteur qu’on leur impose. D’une part, les bourgades de l’arrière, endommagées par des tirs à longue portée venus de l’Alloeu, voient « l’état psychologique de leur population encore très défectueux » ; l’enseignement des enfants, dans un milieu « d’habitants affaiblis, privés pendant plusieurs années du réconfort moral, souffrant des exigences d’un ennemi brutal et avide », est pourtant une priorité. D’autre part, les localités de la première ligne du front sont tellement détruites que le souci des maires est d’abord à gérer le désobusage et le déminage, et de se concentrer sur les questions alimentaires et de logement. L’école vient après.

  • 5 ADN, lettre pastorale de Désiré joseph Mercier, Cardinal-prêtre de Mâlines, le 11 février 1919.

12Le point de départ de la scolarisation d’après-guerre est donc bien le retour des habitants dans le canton. Il ne s’effectue qu’au prix d’un contrôle extrêmement contraignant, au grand désappointement des réfugiés qui voient s’élever toutes sortes d’obstacles à leur rentrée chez eux, depuis l’ajournement pur et simple, jusqu’au refus sans explications. « Il règne un malaise sourd qui énerve ; la mauvaise humeur est contagieuse. On murmure, on se plaint, on se décourage. Le public est désorienté, dans le désarroi5. » Le motif de ce trouble est que les contrôles des routes sont d’une lourdeur inouïe. C’est le cas le 23 janvier 1919 :

  • 6 ADN, 9 R 1221, lettre du Préfet du Nord au ministre de l’Intérieur, état des difficultés le 23 janv (...)

Les difficultés matérielles se manifestaient de façon aiguë. Il n’y avait plus aucun moyen de transport ; on ne trouvait plus un attelage, plus un cheval ; les Allemands avaient tout enlevé. Les voies ferrées détruites ou rendues inutilisables ; les ponts sautés, les écluses comblées, les canaux obstrués, les routes défoncées, tel était le tableau des dévastations causées par l’ennemi qui s’offrait tout d’abord au regard. Les services économiques étaient interrompus, les usines à gaz, à électricité, gravement endommagées. L’eau potable menaçait de manquer en maints endroits. Les industriels privés de la plus grande partie de leur matériel, manquaient aussi de matières premières. Dans les campagnes, les chevaux, les instruments aratoires, les voitures, les harnachements, tout manquait6.

  • 7 ADN, 9 R 1535, Union des Comités Centraux des réfugiés des Départements envahis, 2 février 1919.

13Le dénuement est tel que le retour des rapatriés est encore quasi impossible. Le 2 février 1919, le Rapport de l’Union des Comités Centraux des Réfugiés des Départements envahis dit que les rapatriés remontent du sud : « Ils arrivent tantôt isolément avec les divers trains de voyageurs, tantôt par convois complets avec des horaires très irréguliers. Ces trains, composés de wagons à marchandises, garnis de paille et parfois seulement de copeaux, viennent se ranger le long du quai militaire à la gare des marchandises ». Il advient que les autorités des communes où arrivent ces trains ne soient pas prévenues alors il faut « expliquer aux malheureux arrivants qu’il n’y avait aucun moyen de les recevoir pour le moment et que, pour éviter les atteintes du froid, autant que cela était possible, il convenait de rester dans les wagons jusqu’au lendemain matin. Ces pauvres gens se sont résignés7 ».

  • 8 ADN, J 1443 / 3, Plan d’organisation du contrôle des populations. 1918.

14À la date du 3 mars 1919, trois mois et demi après l’armistice, les consignes sont encore très strictes concernant le retour des réfugiés : « Des postes fixes barrent les routes et chemins ; des patrouilles mobiles effectuent des rondes vérifiant l’exact fonctionnement de l’ensemble du service. Le passage de la frontière belge est interdit dans les deux sens et la circulation n’est pas libre8 ». La mobilité est réduite et le malaise engendré est encore profond. En plus de se sentir abandonnés et livrés à leurs propres ressources, les évacués ressentent comme une frustration ces passeports pour circuler délivrés au compte-gouttes. C’est qu’ils ne savent pas qu’un lourd problème se pose, celui des troupes britanniques encore sur place « dont les besoins sont grands et complexes et dont l’installation dans les maisons particulières et les usines ne va pas sans causer une certaine gêne parmi les habitants chez lesquels se trahit le secret désir de voir s’éloigner les corps de troupe dont la venue fut si chaleureusement accueillie. » Sont en présence deux logiques pour l’instant irréconciliables, celles des militaires français et alliés qui veulent déminer, ôter les barbelés, les cadavres et s’assurer que le sol sera propice à une reprise acceptable des activités, et celle des réfugiés qui souhaitent retrouver leur chez soi après les errances imposées par l’occupant, la Croix Rouge et les haltes de passage. Cela n’augure pas d’un retour prompt des institutions de la République, en particulier de l’École. Les conditions qui règlementent le retour des civils sont très draconiennes dans le canton de La Bassée.

  • 9 ADN, 9 R 1553, Journal des Réfugiés du Nord, n° 438, 11 janvier 1919.

Les civils doivent avoir une photo sur leur document d’identité ; il leur est interdit de détenir du matériel appartenant à l’armée britannique et d’être porteurs de tracts ou de publications de propagande subversive ; il sera signalé au Commissaire Spécial toute personne qui aura des sommes importantes sous quelque forme que ce soit. De plus, les rapatriés seront porteurs d’un sauf-conduit délivré par l’autorité militaire sur lequel il est fait mention de leur situation de rapatrié. Les enfants accompagnés n’ayant pas 15 ans révolus n’ont besoin ni de passeport ni de pièce d’identité si leur état-civil est mentionné sur le passeport ou sur la pièce d’identité de la personne avec laquelle ils voyagent9.

  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.
  • 12 Archives communales d’Illies, dossier numéro 21 sur la Grande Guerre.

15Les militaires démobilisés, c’est le cas des instituteurs, ne rentrent pas facilement. « Il est prescrit que les hommes originaires des régions libérées ne pourront être renvoyés dans ces régions que si leur famille y réside actuellement10 ». Et quand ces hommes se présentent aux portes du canton, ils doivent, « même isolés, à pied, à cheval, conducteurs de voitures automobiles ou hippomobiles, être munis d’ordres de route ou de mission, de papiers de permission ou de congé de convalescence ou d’ordre d’appel. Ces pièces doivent être revêtues du timbre rond du Corps ou Service qui les a délivrées et de la signature du Chef de Corps ou Service11 ». Ces consignes réduisant la circulation dans le canton concernent ceux qui, près ou loin, envisagent de rentrer. Madame Julie Cousin, sa fille Marie-Antoinette et son fils Gaston quittent la commune d’Avesnes dans le Pas-de-Calais le 28 février 1919 pour revenir dans le Nord ; la famille Lefebvre-Raux, composée de 7 personnes dont 5 de moins de 16 ans, est allocataire civile des réfugiés à Berrien dans le Finistère seulement jusqu’au 31 mars 1919 et se met alors en route ; les familles Fénart, Verdoucq et Baudet, refugiées au Lindois, en Charente, cessent d’y toucher l’allocation le 5 avril 1919 et rentrent à partir de cette date ; Henri Legillon, domicilié villa Mésangettes à Wimereux, une propriété réquisitionnée pour les réfugiés jusqu’en juin 1919, doit aussi rentrer au village. Et d’autres encore : Madame Lefrançois-Lebrun percevant sa dernière allocation à Chazelles sur Lyon (Loire), le 31 mars 1919 ; Eugène Lecomte qui quitte Olette dans les Pyrénées-Orientales le 25 avril 1919 ; Henri Masure, cultivateur d’Illies né en 1836, ayant à sa charge 2 personnes de 16 ans et plus, et 4 de moins de 16 ans, et recevant des indemnités de réfugié jusqu’au 19 août 1919 à Londinières (Seine Inférieure). Les autres aussi se mettent en route, ce sont Eugène Lézier qui a touché à Gap (Hautes Alpes) son dernier dédommagement le 31 mars 1919 ; la famille d’Arthur Bourgois, évacuée à Charenton (Cher) n’y reçoit ses allocations que jusqu’au 22 juillet 1920 ; le jeune Louis Vicart, âgé de 16 ans le 10 mars 1919, qui réside encore à cette date dans la commune de Maisoncelle (Pas-de-Calais) où il est arrivé le 28 mars 1915, « après avoir quitté Illies sous la menace directe de l’ennemi ». Fidéline Vermuse est considérée comme habitante de Grasse (Alpes Maritimes) jusqu’au 31 juillet 192012. Au total, 800 réfugiés retrouvent le chemin de la commune d’Illies entre le 28 février 1919, moment des premiers retours, et le 31 juillet 1920, date où des arrivants se présentent encore.

D) Une vie quotidienne très difficile qui fait passer l’école au second plan

16Mais, que ce soit début 1919 ou durant l’été 1920, le dénuement est semblable. Il n’est pas question de reprendre l’école dans ces conditions.

  • 13 ADN, 9 R 1553, Journal des Réfugiés du Nord, n° 438, 11 janvier 1919.

Les habitants étaient complètement démunis des objets les plus essentiels, vêtements, chaussures, ustensiles de ménage. Ils nous arrivent par groupes de plusieurs centaines en d’inconfortables camions automobiles, vieillards, femmes, enfants, et, avant de regagner l’Artois, le Cambrésis, le Douaisis, font escale quelques jours dans quelqu’une de nos villes frontières. Dans un énorme et glacial magasin des Etablissements Vanoutryve, inimaginablement sale, je les ai trouvés, achevant leur voyage de misère croupissant dans l’ordure sur des paillasses de copeaux où les Boches fétides ont couché des années durant. Les vieux, les malingres, les petits qui se tiennent à peine sur leurs jambes débiles se pressent autour d’un misérable poêle de corps de garde qui vient seulement d’être installé, trois jours après leur arrivée. Beaucoup toussotent ; des enfants sont fiévreux et un médecin vient de passer qui leur a fait envoyer du lait. Il n’y a qu’une chose qui ne laisse pas trop à désirer, c’est la nourriture. Après quatre ans, et plus, de privations, ce n’est plus aussi difficile13.

17Les pouvoirs publics, en la personne du Préfet, doutent cependant de la bonne volonté des réfugiés : « Malgré les invitations qui leur ont été faites d’entamer dès maintenant les réparations les plus urgentes, malgré les facilités qui leur sont offertes, beaucoup de propriétaires hésitent à commencer les travaux avant d’être fixés sur les dispositions de la loi des dommages. Certaines appréhensions se manifestent aussi au sujet de la présence possible dans les décombres d’obus éclatés ou de bombes à retardement qui créeraient un danger permanent ; aussi la classe ouvrière ne montre-t-elle pas beaucoup d’empressement à s’attacher aux travaux de déblaiement pour lesquels le concours de prisonniers de guerre paraîtrait être tout désigné ». Les instituteurs font aussi partie de ces habitants sinistrés, privés du nécessaire, et montrés du doigt comme freinant le redémarrage. Les conseils municipaux, au fur et à mesure des rentrées dans les communes évacuées, tiennent séance régulièrement pour l’étude des problèmes journaliers de la vie locale.

  • 14 Ibid.

De mon côté, – c’est le Préfet du Nord qui s’exprime – je réunis fréquemment les maires pour m’entretenir avec eux des besoins des habitants, des moyens d’y satisfaire et rechercher, dans une collaboration inédite, les solutions adaptées. Des améliorations se sont produites, telles que la remise en activité des services à gaz, à électricité dans des conditions donnant satisfaction, l’augmentation des distributions de charbon. Toutefois les arrivages de combustibles sont encore irréguliers et insuffisants14.

18L’école, si elle devait fonctionner dans les conditions de l’hiver et du printemps 1919, aurait besoin de toucher des bons de charbon que les rares réfugiés revenus chez eux ne reçoivent pas. De même, pour que les instructions arrivent correctement aux municipalités et aux services publics, il faut que les courriers postaux soient acheminés avec plus de rapidité, que le fonctionnement du service téléphonique soit amélioré et que la Compagnie des Chemins de fer assure la formation et la marche des trains.

  • 15 ADN, 9 R 1221, lettre du Directeur des Postes et Télégraphes du Nord au Directeur Général des Servi (...)

19La première des institutions à mettre en place est celle de la mairie. Mais les ruines sont telles que, même revenus, les édiles ne peuvent ni s’installer ni s’organiser décemment sur place. Les services municipaux se remettent en route mais en dehors des communes de la zone rouge pour pouvoir repartir plus vite. Ceux de La Bassée redémarrent à partir de Templeuve où ils sont basés à dater du 1er janvier 1919 et ensuite d’Haubourdin à partir du 1er avril de la même année. L’avis, donné dans la presse des réfugiés, indique qu’un service permanent fonctionne également tous les jours dans la mairie provisoire de La Bassée, Grand-Place, c’est-à-dire dans un baraquement édifié au milieu des déblais. Celui d’Aubers, à la même date, n’est pas non plus en place puisque l’adjoint au maire, M. Émile Deschodt, fait savoir qu’il faut s’adresser à son domicile à Hesdin (Pas-de-Calais) pour tout renseignement concernant la mairie. L’amélioration de ces services, qui dépend de la circulation routière et des déblaiements de voies ferrées n’est constatée « dans l’arrondissement de Lille, à la date du 22 septembre 1919, que pour 1/3 des personnes, pour 2/3 des circuits interurbains et sur un petit nombre des trains postaux des lignes transversales ». Le canton fait partie de ces territoires en « grande difficulté15 ». Écoutons H. W., habitant Le Maisnil, village voisin et contigu à Fromelles dans le canton de La Bassée, faire la description de ce qu’il a vu à son retour pour comprendre la situation :

  • 16 ADN, 9 R 1553, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 436, 4 janvier 1919.

Le Maisnil fut pendant trois ans occupé moitié par les Boches, moitié par les Anglais. Hélas, dans quel état je l’ai retrouvé ! En arrivant par la route de Beaucamps, à l’emplacement des premières fermes du village, il n’y a plus maintenant que d’immenses abris en ciment armé. Ces abris ont l’air très solides avec leur mur d’un mètre d’épaisseur et des créneaux pour tirer avec des mitrailleuses. Les châteaux des familles Bartier n’existent plus ; c’est tout juste si on reconnaît encore leur emplacement. Sur la route de Fromelles, de toutes les fermes qui s’y trouvaient avant la guerre il n’y a plus rien non plus. À l’emplacement des maisons Herreng, Marcq et la mairie, il y a un camp entouré de fils de fer barbelés et qui a servi sans doute à enfermer des prisonniers. Puis, en descendant, c’est de pire en pire et on ne voit plus une brique des maisons qui s’y trouvaient avant la guerre. Ce ne sont plus que réseaux de fils de fer, tranchées et abris en ciment armé pour la plupart détruits par les Boches au moment de leur départ. Le gravier du Bas Chemin n’existe plus, il est traversé par des tranchées et des réseaux de fils de fer. À l’emplacement de ma maison, j’ai trouvé une tombe de soldat boche16.

  • 17 ADN, 9 R 1554, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 588, 25 septembre 1920.
  • 18 Ibid.

20Les évacués qui veulent revenir ne savent où s’installer. Dans ces conditions, il est difficile de faire redémarrer la mairie, les services publics, les groupes scolaires, les activités économiques. Que faire d’abord pour impulser la reprise des « communes martyres du suprême assaut17 » ? Le rapatriement de « ces malheureux est un des graves soucis de mon administration. Si désireux que je sois de répondre aux instances dont je suis l’objet, je me fais un devoir de résister aux demandes de rentrée en masse : sur 377 000 maisons que renfermait le Nord avant la guerre, 40 000 sont complètement détruites, 42 000 gravement atteintes, soit 91 000 inhabitables. De ce chef, on peut évaluer entre 250 000 et 300 000 le nombre des habitants qui, revenus dans le département, s’y trouveraient sans foyer18 ». Pour ramener dans les régions libérées une activité efficace, le Préfet du Nord expose son plan :

  • 19 Ibid.

Il est nécessaire d’envisager un programme de grands travaux pouvant offrir un débouché à toutes les bonnes volontés et assurer l’existence d’une partie importante de la population. Je citerai tout d’abord la reconstruction des voies ferrées. En second lieu, la réfection des immeubles détruits ou endommagés. La réfection des canaux exigera aussi un personnel nombreux. Dans ce but, j’ai provoqué la réorganisation ou la création d’offices publics locaux grâce auxquels j’établirai la situation réelle du marché du travail. Dès que des organisations auront pu manifester leur vitalité en procurant de l’occupation à tout homme valide de bonne volonté, la suppression des secours aux chômeurs volontaires pourra être poursuivie avec une vigueur prudente et méthodique. Dans les secteurs agricoles, des progrès ont déjà été accomplis, mais, faute d’instruments agricoles et de chevaux, les résultats sont tout à fait insuffisants19.

21Aucune allusion explicite n’est faite concernant le secteur scolaire et la réorganisation de l’enseignement. Viennent alors, sous la plume du Préfet, trois vœux : la nécessité d’installer dans les localités détruites des baraquements; le désir manifesté unanimement de reprendre une existence se rapprochant autant que possible de la vie d’autrefois, en écartant tout ce qui rappelle les cruelles nécessités de la guerre ; si tout le monde y apporte sa part de bonne volonté et l’ambiance sociale recouvrera la paix. Nulle part, au long des dix pages de comptes-rendus et de projets, il n’est question de remettre en route l’école. On n’évoque pas les baraquements qui pourraient abriter les locaux des classes ni ceux qui pourraient héberger les maîtres. Tout au plus est-il dit, dans la missive, que « si graduellement, le régime économique s’améliore, le travail et le commerce reprendront ».

2. La reprise des cours dans les onze communes du canton

22Pour que l’activité scolaire reprenne, il faut certes des élèves, donc des habitants, mais aussi des locaux et des maîtres.

A) Les instituteurs en place de 1919 à 1921 dans le canton

23Les instituteurs, premiers maillons majeurs dans la remise en place du système scolaire, sont nommés. Au total, pour les onze communes étudiées en 1922, neuf ont une école publique de garçons qui fonctionne alors que deux autres n’en ont pas encore.

Figure 2. Écoles et instituteurs dans le canton de La Bassée en 1922.

Commune École publique
Instituteur
École publique
Adjoint
École publique
Institutrice
École publique
Adjointe
École privée
Chef établissement
École sup. professionnelle
Chef établissement
Aubers M. Solasse Mme Storme Mme Solasse
Fournes Mme Abraham Mme Rollin Melle Salomé M. Vercoutre
Fromelles M. Toulouse Melle Dumortier
Hantay M. Dégardin Mme Dégardin
Herlies M. Vercoutre Mme Vercoutre-Baudry
Illies M. Durieu Melle Varrez
La Bassée M. Darroux Melle Gambier Melle Couvreur (maternelles)
Marquillies M. Lenain Mme Deleforge Melle Drouin et MelleHoute
Sainghin M. Lenice M. Bocquillon et M. Fichaux

Melle Duthoit et Melle Vaillant

Melle Legrand Melles Legrand, R. Nuez, L. Nuez

Melle Couvreur (maternelles)

Melle Buchet
Salomé M. Fleury Mme Fleury
Wicres Melle Marat

Source : AD du Nord, Ravet et Anceau 1922, tome 1.

  • 20 Jean-François Chanet, « Des institutrices pour les garçons. La féminisation de l’enseignement prima (...)

24Une seule commune fonctionne avec une grosse école masculine à cinq maîtres. On notera d’ailleurs qu’à l’école publique masculine de Sainghin, sur ces cinq maîtres, deux sont des femmes20. Les onze communes ont leur école publique de filles et deux ont retrouvé également une école maternelle alors que deux écoles privées féminines sont de nouveau en activité pour une école primaire supérieure professionnelle masculine à Fournes.

B) Les écoles du canton : état des lieux

25Les écoles font partie des ruines à relever et le rythme de leur reconstruction suit celui des autres édifices du canton. Le 3 mai 1919, on peut lire dans le Journal des Réfugiés du Nord, à propos de La Bassée :

  • 21 ADN, 9 R 1552, Journal des Réfugiés du Nord, n° 470, le 3 mai 1919.

Conformément au plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension de la ville, le conseil municipal, réuni autour de Monsieur Crespel, maire, et des élus présents, a approuvé un projet élaboré par M. Debatte, architecte de la commune. Ses principales lignes comportent l’expropriation d’un certain nombre d’immeubles en vue de l’élargissement et du redressement de rues, la création de boulevards et de nouvelles rues, le déplacement de l’hôtel de ville, des écoles, de l’hospice, de l’abattoir et de la gare, la translation du cimetière, la construction d’un château d’eau, d’une école de natation, d’égouts collecteurs, etc. Des mesures seront prises en vue d’assurer, dès qu’il sera possible, le service des écoles et l’exercice du culte21.

  • 22 ADN, 9 R 1232, Évaluation des dommages aux écoles, 1923.

26Les services qui semblent être prioritaires sont donc le culte et l’école. Pour autant, parmi ces impératifs, il semble bien que l’école des garçons ait retenu plus vite l’attention des services municipaux que celle des filles puisqu’on peut lire, sur un document de 1923, établi par la commune de La Bassée, que « le dossier de 3e catégorie concernant les dommages de guerre causés à un groupe scolaire – école de filles et école maternelle – n’a pas encore été résolu ; ces trois classes plus une ayant été totalement détruites, l’expertise faite par M. Corbeau, architecte, aboutit à la demande de la somme de remplacement de 510. 970 francs selon le coefficient actuel de 4,5022 ». Quand ils sont debout, les bâtiments scolaires servent de locaux publics multi-usages, comme le révèle ce texte du rapporteur Louis Pétrot, du 2 février 1919, qui évoque le cas de 1 008 réfugiés de retour vers le Nord :

  • 23 ADN, 9 R 1535, Rapport sur le service des Rapatriements, op cit, p. 3.

Des camions automobiles prennent les rapatriés pour les conduire de la gare à un centre de triage établi dans une école de la ville […], c’est là que se font les formalités d’identification sur le modèle de ce qui se passait à Evian, avec le concours d’un personnel venu d’Evian. Les rapatriés, à qui un repas est servi à leur arrivée, sont logés dans les classes et couchés en commun sur de la paille que les soldats de service m’ont dit être renouvelée chaque semaine. On les évacue au plus tôt, et pas toujours avec les précautions suffisantes23.

  • 24 ADN, 9 R 1535, Rapport sur le service des Rapatriements, op cit, p. 4 puis p. 8.

27Le rapport précise encore qu’à l’École des Beaux-Arts, « transformée en hôpital, sont, je ne dirai pas soignés, mais reçus les vieillards plus ou moins impotents. J’ai été péniblement impressionné en constatant que ces épaves sont couchées sur des matelas fort sales, avec des couvertures dans le même état, et comme je m’étonnais de ne pas voir de draps, l’infirmière me répondit que ses pensionnaires étaient trop sales pour avoir des draps24 ». On voit bien que l’école, en ces mois d’hiver de 1919, est un hall ouvert avec des arrivées de déshérités à qui on propose de décliner leur identité et de donner juste des matelas ou de la paille pour dormir, tandis que d’autres, déjà en partance, sont poussés sur la route au plus tôt. Il est certain que, dans ces conditions, les élèves ne peuvent prétendre suivre les cours normalement.

28Pourtant, des écoles ouvrent leurs portes aux enfants dès la rentrée de 1919. Le Journal des Réfugiés du Nord du 13 août 1919 s’en fait l’écho.

  • 25 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 500, 16 août 1919.

On annonce la réouverture, en octobre prochain, de l’École Supérieure Professionnelle et du Pensionnat Gombert de Fournes. Les sections préparatoires aux Arts et Métiers, aux Ponts et Chaussées, aux Examens administratifs seront réorganisées. Une division spéciale sera créée à l’intention des jeunes gens dont les études ont été retardées ou contrariées par la guerre. La Section enfantine sera confiée, comme avant la guerre, aux bons soins de Mme Vercouttre-Gombert. La Compagnie du Nord remettra prochainement en exploitation la ligne d’intérêt local de Don à Fournes et Fromelles25.

  • 26 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 489, 9 juillet 1919.

29On voit bien que démarrent d’abord les écoles situées dans les zones les moins touchées (dont Fournes fait partie) et celles aux enjeux professionnels majeurs pour le redémarrage du pays, le Pensionnat Gombert, attirant au-delà du Bassin Parisien. Mais le retour à l’école est lié aussi, on le voit avec l’article concernant le Pensionnat Gombert, à la situation dans les transports. La ligne d’intérêt local de Don à Fromelles, en passant par Fournes, dite aussi Train Michon, est la desserte obligée pour qui veut venir étudier à l’École Supérieure Professionnelle Gombert. Il y est dit que la voie sera « prochainement » remise en exploitation pour permettre aux élèves de se rendre dans la localité. On en doute quand on lit, à la même date de l’été 1919, le rapport à l’Assemblée Nationale de M. Ragheboom concernant « la pénurie des moyens de communications entre Armentières et La Bassée, c’est-à-dire sur tout le front de bataille aujourd’hui dévasté. Beaucoup ne peuvent s’y rendre à cause du long parcours qu’ils ont à effectuer entre les villes et ces endroits sinistrés. Ne pourrait-on mettre des automobiles à disposition pour éviter ainsi un trajet de trois heures pour aller et d’autant pour revenir ? Il y a des ponts détruits, vous ne pouvez pas rétablir les chemins de fer, mais vous pouvez établir des services d’automobiles. Nous savons que les travaux sont prévus c’est pourquoi nous demandons des automobiles26 ».

C) Le certificat d’études quand même

30Dans ce paysage scolaire en pleine recomposition mais encore très marqué par la guerre, des examens sont tout de même organisés avec succès pour l’année 1920. Pour l’année 1920, les onze communes du canton voient 58 élèves réussir le certificat d’études primaires dans les conditions très complexes que l’on a décrit, les communes d’Hantay et de Fromelles n’ayant pas de candidat. Chez les garçons, le taux de réussite est de 89 % (40 reçus) pour 86 % chez les filles (18 reçues).

Figure 3. Le Certificat d’études en 1920 dans le canton de La Bassée-Fournes.

Communes Garçons présentés Garçons reçus Filles présentées Filles reçues Total lauréats
Aubers (Filles scolarisées à Sainghin) 02 02 01 01 03
Fournes 42 36 36
Herlies (garçons et filles scolarisés à Sainghin ou Wicres) 03 02 02
Illies (garçons scolarisés à Fournes, filles à Wicres) 01 01 01 01 02
La Bassée 06 02 02
Marquillies 01 01 01
Sainghin 06 04 04
Salomé 10 07 07
Wicres 03 02 02

Source : ADN 351 W 124 199.

3. Les bâtiments scolaires du canton, entre reconstitution, reconstruction et redémarrage

31Les archives communales du canton disposent aujourd’hui du descriptif des bâtiments scolaires d’avant-guerre « reconstitués » par les architectes à fin d’estimation pour les dommages de guerre. Les plans et les commentaires qui les accompagnent sont basés soit sur les bâtiments existants à consolider ou à réparer, soit sur les déclarations du maire lorsque plus aucune élévation n’existe pour prouver le bien-fondé de ce que l’édile rapporte.

A) La reconstitution

32Les disparités sont en effet nombreuses face à la reconstruction des écoles. Il y a en effet des communes qui disposent d’édifices suffisamment solides encore pour redémarrer la scolarisation en 1919 avec quelques aménagements temporaires et des réparations provisoires. C’est le cas de Wicres qui relance vite son école dans l’après-guerre. Il y a des localités où, avec des frais importants, quelques salles de classes peuvent être relancées, permettant aux enfants revenus de retrouver le chemin de l’école rapidement. C’est la situation de Fournes dont les bâtiments scolaires sont debout mais fortement dégradés ; des travaux immédiats et des annexes restaurées permettent de repartir. Les élèves du Pensionnat Gombert profitent de ce redémarrage efficace pour retrouver le rythme habituel de leurs cours. Il y a enfin des lieux où les ruines sont telles qu’on ne retrouve même pas les soubassements des édifices. Des trous de mines ont ôté tout repère et les travaux de réfection sont si énormes que la reconstruction mettra des années, pour que les élèves retrouvent sur place des édifices scolaires fréquentables. C’est le cas en particulier des communes de la zone rouge du front, côté Lys : La Bassée, Aubers, Fromelles, Herlies et Illies.

33L’étude du cas d’Illies est révélatrice des aléas de la reconstitution et de la reconstruction d’après-guerre dans un village sinistré, il faut le rappeler, à 100 %. Des plans et des descriptifs ont été réalisés par l’architecte officiel communal Joseph Jupin qui devait, à partir des ruines et des tracés de fondations, quand ils sont présents dans le sol bouleversé, ou par le biais des déclarations assermentées du maire, retrouver le plan des rues du village, l’implantation des maisons et des bâtiments publics, les limites des propriétés. La tâche est immense car, sans bases inscrites sur le papier ni sur le sol, il fallait redonner le dû de chacun. Et ce, dans le délai le plus rapide possible, puisque de ce constat de démolition allait dépendre la somme venant de l’État qui permettrait de rebâtir qui son domicile, qui son lieu de travail, qui ses infrastructures municipales. Ces documents de reconstitution sont visibles en mairie d’Illies et ils y sont le seul témoignage sur le village d’avant 1914.

34Il est intéressant de confronter les plans de Joseph Jupin avec les photographies du début du siècle qui ont été réalisées par des particuliers ou par des professionnels qui venaient sillonner les communes afin d’imprimer des cartes postales. Illies avait un éditeur spécial au village, nommé Caullet, qui avait fait réaliser de nombreuses vues sur le village autour de 1900. Elles ont quasiment toutes disparu. On en retrouve aujourd’hui quelques-unes au hasard des ventes sur les sites Internet. Il existe aussi des cartes-lettres avec photographies de la commune prises par les Allemands durant l’occupation. Elles sont de bonne qualité mais représentent, selon les années, un village de plus en plus détruit. Dans le cas des écoles d’Illies, deux épreuves présentent l’intérêt d’offrir une vue assez complète des lieux. Celle représentant l’école des filles est une photographie privée, unique, qui a fait partie des bagages de Rosa Ghestin-Dhennin embarquée sur les routes de l’évacuation avec un maigre paquet d’effets personnels. Celle représentant l’école des garçons est une carte postale allemande plus courante. La photographie de l’école des filles d’avant-guerre, attestée à la main au verso, montre un bâtiment différent du relevé, avec des écarts importants pour l’estimation finale qui désavantagent la commune. Sur le cliché, l’école est une maison bourgeoise à trois étages ayant chacun trois ouvertures, plus un grenier inscrit dans un toit sans lucarne mais agrémenté d’un détail en maçonnerie qui lui crée une allure plus cossue. L’avant est formé d’un jardin entouré de murets par lequel un portillon central permet de pénétrer. Les élèves ont leurs propres passages, symétriques, surmontés d’un fronton triangulaire imposant, où est inscrit « École communale des filles ». Les classes sont dans le prolongement de ces deux allées latérales et la partie centrale à trois étages est le logement de fonction de la directrice de l’école. Le bâtiment est longé d’un trottoir en matériaux durs, des briques, et la chaussée est pavée. Le plan de l’architecte Jupin donne un relevé autre puisque la maison d’école a deux étages seulement et que sa façade côté rue présente un mur aveugle percé d’une allée.

35Pourquoi un tel écart ? D’une part, quand la guerre est déclarée durant l’été 1914, l’école des filles, très ancienne, a normalement fini son existence et les élèves, en octobre, doivent partir s’installer dans le bourg, rue de la Basse Boulogne, à côté de la mairie et de l’école des garçons. Le but étant de le remplacer, l’édifice n’est plus un objet d’attention. D’autre part, le bâtiment est en ruine dans l’après-guerre, pas une brique en place, aucun plan de construction ni de référence à consulter puisque murs et papiers sont démolis. Et il faut ajouter à cela le fait que le maire Henri Delerue est seul à être interrogé par l’architecte Joseph Jupin lors de ces « déclarations ». Les habitants ne sont guère encore autorisés à revenir ; il s’agit d’aller au plus vite pour obtenir l’argent de la reconstruction. Le plan, finalisé le 24 juin 1920, repose sur des discussions antérieures sans doute d’un an, au moment où les demandes de secours et de baraquements arrivent de tous côtés. Il n’empêche que pour un bâtiment scolaire du centre, à deux classes et avec un logement de fonction à trois chambres, le différentiel par rapport à la réalité est très important.

  • 27 Archives communales d’Illies, dossier 1914-1918, feuillet n° 20.

36Considérons à présent le groupe scolaire « nouveau », lui aussi complètement détruit, de la rue de la Basse Boulogne. Le plan de l’architecte Jupin montre un ensemble très alluré formé de trois façades alignées correspondant au domicile du directeur, à celui de la directrice et à la mairie. Le style coordonné – les fenêtres, les portes, les étages et les toits étant partout à la même hauteur – fait un jeu rythmé par « les briques blanches des impostes mitrées sur rue ». Le descriptif précise que « les nouveaux bâtiments, non terminés en 1914 pour faits de guerre, n’étant pas exécutés, ne sont pas compris dans l’estimation ». Le plan et le commentaire ne montrent donc que ce qui a été effectivement réalisé avant les destructions. Il s’agit donc de reconstruire : un nouveau logement de directrice disposant de 4 chambres (une de plus) et, à l’arrière, de 3 salles de classe pour filles (une de plus) ; d’une extension de l’école des garçons qui a, elle aussi, une salle de classe supplémentaire ; et d’une nouvelle mairie « avec grande salle de réunion d’une hauteur sous gîtage de 3 mètres et d’un dégagement avec cages d’escalier du bas, de l’étage et du grenier27 ». Ces bâtiments « reconstitués » du groupe scolaire correspondent-ils à ce qui existait en 1914 ?

37On constate d’abord, à voir les photos allemandes prises durant la guerre, que la réalité était moins ordonnancée. Les trois parties ont chacune leur hauteur d’élévation légèrement différente ce qui perturbe la ligne harmonieuse évoquée par l’architecte. Les « impostes mitrées » qui devaient donner de l’originalité et de la hauteur sont absentes. On est donc en présence de trois bâtiments imposants et remarquables pour une localité de taille modeste, mais qui n’offrent pas la perspective alignée suggérée par la reconstitution. Deux remarques peuvent expliquer ce décalage entre les bâtiments existants et le souvenir qu’ils ont laissé : d’une part, l’architecte Joseph Jupin a pu être tenté de mettre sur les plans, par souci d’esthétisme, des marqueurs caractéristiques des années 1920, à savoir les détails de fronton, les alignements et les perspectives qu’on retrouve partout dans l’après-guerre dans le pays de Weppes, et, d’autre part, le maire Henri Delerue a pu vouloir majorer les remboursements en gonflant l’importance des travaux communaux en cours.

Illustration 1. Garçons de l’école d’Illies devant leur préfabriqué, 1920.

Illustration 1. Garçons de l’école d’Illies devant leur préfabriqué, 1920.

Source : Photographie. Archives privées (C Dhennin).

  • 28 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 518, 18 octobre 1919.
  • 29 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 521, 29 octobre 1919.

38La reconstruction du groupe scolaire exige la réunion d’un matériel considérable en période de pénurie extrême : sables des fondations, briques et ciment des murs, fer des tirants et des grilles ouvrantes, pierre de Soignies des appuis et des seuils, pierre de Tournai des bacs et des urinoirs, pannes mécaniques et zinc des toitures, bois des fermes, des gîtages, des chéneaux, des planchers, des cheminées, des escaliers, des portes et des fenêtres, plomb des tuyaux, carrelages bleus des pavages, fonte des pompes et des dauphins des descentes d’eaux, verre des ouvertures et des lanterneaux, chaux hydraulique des plafonds et des enduits muraux. Ces fournitures ne sont pas disponibles ni en totalité, ni immédiatement. Les baraquements pour les premiers enfants revenus feront l’affaire un bon moment en attendant que les travaux puissent être finalisés. Ils jouent le rôle de salles de classe pendant la journée et de salles de réunion le soir ou le jeudi, comme en témoigne cette invitation d’Alexandre Crespel, maire de La Bassée à ses concitoyens : « Une société de coopérative civile de reconstruction des immeubles détruits sera constituée au cours d’une réunion fixée au jeudi 23 octobre 1919, à 10h, dans l’école provisoire, place Carnot, à La Bassée. Tous les sinistrés propriétaires sont invités expressément à y assister28 ». Et, finalement, l’affluence est si importante que « la réunion s’est tenue en plein air sur la place Carnot en raison de l’exiguïté des locaux provisoires et du plein succès obtenu auprès des sinistrés29 ».

B) La reconstruction

  • 30 AD du Nord, 0 314 / 114, Illies, travaux collectifs de reconstruction du groupe scolaire, 1921-1928

39Quand les autorités du temps, parlementaires, organisateurs des secours, journalistes, parlent du canton de La Bassée, voire des régions sinistrées en général, les mots employés englobent indifféremment toutes les communes sans distinguer ni les dévastations, ni le terme de la reprise. Au travers des archives communales et départementales, cette fois nombreuses dans le domaine des écoles concernant l’après-guerre, on découvre que, bien avant de penser à réédifier les bâtiments, un premier obstacle se présente : celui des dettes des communes à épurer avant toute entreprise de relèvement des lieux publics. Dans le cas d’Illies, concernant le chantier du groupe scolaire en cours d’achèvement durant l’année 1914, rien n’a été réceptionné et peu a été payé. Le restant dû s’élève à 14 596 francs à régler à Arsène Vienne et à Victor Lefebvre, entrepreneurs à Aubers et à Fournes, à Jules Matthieu, couvreur à Haubourdin, et à Joseph Jupin, architecte et directeur des travaux. Le premier argent versé par l’État pour le redressement des régions sinistrées sert alors à régler des factures de bâtiments qui n’existent plus. Cet acquittement est réalisé seulement en 192330.

  • 31 AD du Nord, 0 314 / 110 et 111, Illies, biens et titres, 1923-1929.
  • 32 AD du Nord, 0 314 / 128, Illies, voirie, 1924-1925.
  • 33 AD du Nord, 0 314 / 122, Illies, travaux à l’école des filles et des garçons, 1931-1932.

40Louis Six, le nouvel architecte communal de la reconstruction dans l’après-guerre, propose, à partir de 1923, que, « vue la réduction du nombre des enfants comme conséquence des faits de guerre, on diminue la superficie des écoles ». Cette proposition à la baisse est acceptée par le conseil municipal. Les terrains visés par le projet sont alors l’objet d’échanges qui s’échelonnent jusqu’en 1929 afin que la commune puisse disposer des espaces nécessaires à la réfection du groupe scolaire. L’autorisation d’acquérir « 1 a 60 ca à 1 080 francs » auprès de Henri Delerue-Fontenier, maire, s’accompagne d’une autorisation d’échanger un terrain de « 2 a 27 ca » pour l’aménagement de l’école des garçons. Un autre échange-acquisition de 178 m2 s’effectue entre la commune, Louis Barbry, planteur de tabac à Illies, et Léon Potier, brasseur à Haubourdin. Le but de ces permutations et de ces ventes est de donner au terrain futur du groupe scolaire une implantation rectangulaire propice à l’installation des deux cours centrales des filles et des garçons. Les tâches prévues sont confiées à Messieurs Lefebvre et Leroy, entrepreneurs à Illies et à Richebourg-L’Avoué, et à Messieurs Vandervinck et Béhin, peintre et vitrier de Lille31. Le plan de situation d’Illies de 1924 montre que les ruines existent encore dans le centre du bourg32. Les travaux ne sont pas encore achevés en 1931-1932 puisque des titres de M. Cockenpot évoquent encore à cette date l’agencement des préaux33.

  • 34 AD du Nord, 2 0 392 / 169, Marquillies, réparations de 1920.
  • 35 AD du Nord, 2 0 392 / 174, Marquillies, école des garçons, 1922-1923.
  • 36 AD du Nord, 2 0 253 / 87 et 93, Fromelles, écoles, 1922-1923.
  • 37 AD du Nord, 2 O 321 / 572 et 574, La Bassée, 1919, 1922, 1924, 1929.

41Le cas de Marquillies, emblématique des localités situées à l’arrière de la zone rouge du front et évacuée durant l’été 1918, est intéressant à observer pour mesurer les écarts par rapport à l’exemple d’Illies, commune sinistrée à 100 %. Les documents emploient d’autres termes pour parler des besognes à effectuer : il y est question de « remise en état de l’école des filles », de « seuil en pierre de Soignies brisé », d’une « serrure de porte-grille à remplacer », du « ciment écaillé » au-dessus du mur « à cause des éclats d’obus ». Les travaux à réaliser consistent en réfection de maçonnerie, en parement, en rebouchement, en réfection d’enduit et en montage d’échafaudage34. Le tout, selon devis du 12 mars 1920, s’élève à 380,68 francs et nécessite un entrepreneur général, Arsène Vienne, d’Aubers. Deux classes et un préau s’ajoutent encore, pour finir, en 1922-192335. Les différences concernant les démolitions, la reconstruction, les coûts et le redémarrage sont donc très importantes : le versant Deûle connaît visiblement moins de ruines, une relance bien plus rapide avec une fin des travaux en 1923 au lieu de 1932, et un montant de 380 francs au lieu de 129 125 francs pour l’équivalent à Illies. Fromelles, commune très sinistrée également, a un redémarrage assez rapide, n’ayant pas de dettes communales en cours. La commune « acquiert un terrain en vue de la reconstruction des écoles en 192236 ». Les fonds étant levés et l’architecte Van den Beusch ayant fait accepter ses plans, la reconstruction se met en route juste un an après, en 1923. La Bassée, le chef-lieu, lance aussi ses projets de réédification des bâtiments scolaires en 1922 et d’école maternelle en 1924 avec des idées hygiénistes nouvelles. Il faut que les édifices présentent un nouvel alignement face aux trottoirs et à la route où toutes les eaux stagnantes et les fossés sont supprimés ; l’eau potable sera accessible aux enfants des écoles grâce à un forage qui leur sera spécialement destiné ; les cours de récréation obéiront à des normes d’espace qui sont d’au moins 5 m2 par élève37. Tout sera achevé en 1929.

C) Les actions solidaires en faveur du redémarrage du canton

  • 38 AD du Nord, 9 R 1554, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 588, 25 septembre 1920.

42Les régions sinistrées interrogent, dans l’immédiat après-guerre, en France et dans le monde. Quel en est l’état réel ? Des voyageurs, officiels ou privés, viennent visiter les régions dévastées et, très vite, des réactions diverses se font entendre. Deux types de propos sur les communes du front montrent les facettes diverses du regard que le reste des populations a sur les territoires en ruine. Les discours d’apitoiement ou de réalisme font attribuer à ces localités en souffrance la médaille militaire et la citation à l’ordre des armées alors que l’exposé des besoins pressants à résoudre pousse à des dons en fournitures et matériels afin d’aider au plus vite ces localités. C’est le cas du French Restoration Fund et de l’œuvre de L’École pour l’École. Le French Restoration Fund, constitué en Amérique, a créé une antenne en France pour aider à la reconstruction des villages détruits par le biais d’un comité placé sous la présidence de Paul Deschanel. « L’effort de nos amis Américains s’est porté tout spécialement sur la reconstruction des bâtiments d’écoles, et ils sont entrés, à cet effet, en collaboration avec L’École pour l’École qui a pris à sa charge la fourniture du matériel scolaire38 ». La phase de reconstruction a besoin d’argent. Alors, sans doute, les excursions dans les régions libérées, en plus de renseigner les Comités d’aide, instruisent-elles d’une façon plus complète sur les besoins des sinistrés. Les premières visites officielles de La Bassée coïncident avec les premiers gestes français de générosité interdépartementale.

  • 39 AD du Nord, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 473, 14 mai 1919.

Pour la reconstruction de La Bassée : un beau geste du département d’Eure et Loir. Sur la proposition M. Violette, député, et avec l’avis très favorable de M. Borromée, préfet, ancien secrétaire général du Nord, condamné par les Allemands à la réclusion en Allemagne, le Conseil général d’Eure et Loir a voté une subvention annuelle de 18 632 francs qui sera versée pendant trente ans à la ville de La Bassée, pour sa reconstruction39.

43Sans doute la force de conviction du député maire de La Bassée a-t-elle pu influencer le Conseil général d’Eure et Loir, mais d’autres petits villages, sans représentants municipaux à l’Assemblée nationale, ont eu aussi leur part de l’aide française. Marquillies est « adoptée » par Besson, une commune située près de Saint-Pourçain (Allier) ; Illies est « adoptée » par Saint Nicolas de Bourgueil. Il faut aussi des bras pour édifier les bâtiments et un débat se fait jour sur ceux qui doivent venir travailler dans les zones sinistrées. La CGT, par la bouche du député-maire de Lens, Basly, lors de son meeting pour les régions libérées du lundi 28 mars 1921, invite à recourir à la main-d’œuvre étrangère :

Cette main-d’œuvre, la demanderez-vous à des pays dont le change est élevé ? Vous ne pouvez la demander qu’à des pays à change bas : l’Allemagne. N’y a-t-il point d’ailleurs une sorte de revanche morale à voir rebâtir vos maisons par ceux-là mêmes qui les ont détruites ? Pour les reconstituer, il n’y a en effet que trois solutions : la solidarité nationale, la solidarité internationale, ou les réparations en nature par les Allemands.

  • 40 ADN, 9 R 1554, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 615, 2 avril 1921.

44M. Lebas, député-maire de Roubaix, fait remarquer qu’aucune protestation « ne s’élève dans l’assemblée contre l’aide éventuelle de la classe ouvrière allemande40 ». Les habitants du canton de La Bassée, concernés par la proposition de la CGT et par la réponse allemande dite « Offre de Spa », répondent avec véhémence à la question de cette main-d’œuvre et protestent à la Chambre, par l’intermédiaire d’Alexandre Crespel, député-maire de La Bassée.

  • 41 Ibid., Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 616, 9 avril 1921.

Je ne suis pas un étranger au pays. Je suis né à La Bassée ; j’y ai vécu jusqu’au jour où les Allemands avec une escorte de douze hommes, baïonnette au canon et fusil chargé, m’en ont expulsé (Applaudissements). Je ne suis pas un entrepreneur. Je suis un simple sinistré qui a ses usines et de nombreuses maisons totalement démolies. Je suis depuis vingt-cinq ans maire de La Bassée et représentant de son canton dans les assemblées départementales (Applaudissements). Je suis donc, autant qu’un député de Charente, qualifié pour dire ici les désirs et les opinions des populations de ce pays. Nous ne voulons pas de la main-d’œuvre allemande. Ils nous avaient ruinés, ruinés dans nos biens ; sur une longueur de plusieurs centaines de kilomètres et sur une profondeur d’une dizaine, plus rien n’était debout, et l’herbe même ne poussait, là où le cheval du nouvel Attila avait passé (Applaudissements). Nous avons été ruinés dans la santé de nos enfants, exubérants de vie avant la guerre et qui, maintenant, pour la plupart, débilités et affaiblis par quatre années d’émotions, de privations et de souffrances, trainent, malgré les soins qu’on leur donne, une vie languissante et amoindrie. Et vous voudriez voir revenir les Allemands41 ?

  • 42 ADN, 9 R 1554, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 616, 9 avril 1921.
  • 43 ADN, 9 R 1553, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 442, 24 janvier 1919.

45Au refus proclamé par Alexandre Crespel (« Plutôt nos ruines que les Allemands ! »), répond à l’Assemblée le député du Nord Lebas qui affirme, en justifiant la sollicitation de l’Allemagne, que les techniciens et les ouvriers français manquent, que l’œuvre à mener dans un délai bref est gigantesque et que le matériel est totalement insuffisant. Il ajoute qu’« un des gros soucis du ministère de l’Instruction publique est de créer dans nos régions particulièrement éprouvées des écoles d’apprentissage qui nous donneront demain les ouvriers dont nous avons besoin42 ». Finalement, dans le canton, si des travailleurs étrangers, en particulier des coloniaux d’Afrique du nord et des Chinois43, sont employés au désobusage et au déminage, la reconstruction, conformément aux vœux d’Alexandre Crespel, ne se fera qu’avec les petits entrepreneurs du canton et des environs. La maçonnerie, la menuiserie, la vitrerie, pour les maisons particulières comme pour les écoles et autres lieux publics et privés, sont confiées aux artisans des villages et l’économie locale peut se remettre en place.

Figure 4. Les travaux de déblaiement à la date du 9 juin 1921 dans les 6 cantons de l’arrondissement de Lille.

Arrondissement de Lille : les 6 cantons Hectares à remettre en état
Canton de Lille 2 ha 36
Canton de Pont-à-Marcq 0 ha 15
Canton de Lannoy 3 ha
Canton d’Haubourdin 15 ha 13
Canton de La Bassée 33 ha 59
Canton de Seclin 3 ha 48
Total des 6 cantons 57 ha 83
Total du département du Nord 99 ha 21

Source : ADN, 9 R 1224, Procès-verbaux de la Préfecture du Nord.

  • 44 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 489, 9 juillet 1919.

46Pour satisfaire ces besoins à la fois en matériaux et en marchandises pour ceux qui rentrent et travaillent, la Croix Rouge américaine livre ses stocks destinés auparavant à ses propres soldats et disponibles depuis la fin de la guerre. Elle amène des baraquements à La Bassée à la demande du maire Alexandre Crespel, spécialement destinés à faire office de dispensaire pour les blessés suite à l’explosion quasi permanente d’engins non éclatés dans les environs, ou pour faire un hospice pour malades44.

  • 45 ADN, 9 R 1553, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 441, 21 janvier 1919.

Le colonel Bicknell, chef du département du secours général de la Croix Rouge américaine, accompagné de membres de son état-major, fait l’inspection des dépôts établis dans les régions dévastées et situés à Amiens, Lille, etc. Cent wagons sont en route pour Lille. De grandes quantités de vêtements destinés à l’origine aux hôpitaux – pyjamas, robes de chambre, chemises, caleçons, chaussettes – pourront être mis à la disposition de la population civile. En plus de ces marchandises, il y aura bientôt, par suite de la diminution des hôpitaux militaires, beaucoup de lits, literies et couvertures disponibles. Toutes ces différentes ressources seront distribuées par la Croix Rouge américaine de façon à diminuer les besoins des personnes retournant dans les régions dévastées et libérées45.

47Les enfants du canton pourront, grâce à la Croix Rouge américaine, disposer, en outre, d’écoles nouvelles dont le projet est en discussion.

  • 46 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 489, 9 juillet 1919.

Monsieur Crespel conduit ses visiteurs dans les ruines sinistres où nous pouvons constater successivement l’existence de divers établissements de première urgence dans une agglomération : maréchalerie, hôtellerie, salon de coiffure. Chemin faisant, M. Crepel nous fait part de ses projets de reconstruction qui doivent rendre à La Bassée sa prospérité d’autrefois. La gare des voyageurs et la halte de Haisnes sont fondues en une seule gare qui sera construite dans le prolongement de la grand-place. Et, dans les environs, en plein centre de la ville, seront reconstruites les écoles, la poste, la mairie, sur l’emplacement du collège Saint-François, et l’église. Tout cela doit s’élever sur les ruines de La Bassée46.

  • 47 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 487, 2 juillet 1919.

48En attendant, ce sont des baraquements qui attendent les enfants pour la rentrée scolaire d’octobre 1919. Quand ils sont là. Car, une autre missive d’Alexandre Crespel datée de l’été 1919, à l’adresse de ses habitants, précise : « Des baraquements ont été dressés qui abritent un bureau municipal, une église, un bureau de poste, un dispensaire. Bientôt, une école sera ouverte47 ». Elle n’est donc pas encore installée.

  • 48 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 528, 22 novembre 1919.
  • 49 Léon Bocquet, Le fardeau des jours, Albin Michel, Paris, 1924, 300 p.

49Il faut aussi faire face aux soins nécessaires auprès des enfants les plus atteints. « Au lendemain de l’armistice, les œuvres françaises et étrangères improvisèrent d’un admirable élan des secours pour courir au plus pressé. Pour répondre à ce besoin, le Ministère des Régions libérées a créé les Inspectrices déléguées auprès des populations éprouvées par la guerre placées sous l’autorité du Préfet au point de vue de l’hygiène physique et morale. Les infirmières scolaires comptent parmi les agents les plus actifs dans ce grand travail d’hygiène sociale. Sous l’impulsion du professeur Calmette, cette institution s’est rapidement développée dans le Nord, et principalement à Lille. L’infirmière scolaire va dans la famille de l’enfant veiller à l’exécution des prescriptions du médecin ; là, il faut se faire accepter, gagner la confiance des parents. La création de postes de secours, servant de dispensaires et confiés à des infirmières constitue l’autre branche, non moins importante, de cette vaste organisation d’assistance et d’hygiène sociale. Tous les départements libérés en seront pourvus48 ». Ainsi, à côté de sa remise en état matérielle, l’école du Nord, sous l’impulsion du professeur Calmette, se voit dotée d’un volet nouveau, acquis grâce à la guerre, celui de l’hygiène sociale, assurée à la fois par un corps d’infirmières volant et par des dispensaires fixes. À Illies, les baraquements ne sont pas arrivés en nombre suffisant pour que l’un d’eux soit destiné au dispensaire alors les infirmières scolaires installent leur centre de secours pour enfants dans le blockhaus de l’église. Ailleurs, dans les hameaux, selon Léon Bocquet dans Le Fardeau des jours49, elles passent dans des voitures de la Croix rouge et apportent les soins à domicile.

50La détresse des enfants du secteur est telle qu’elle suscite, rapporte le ministère des Affaires étrangères, la commisération de nombreux pays. La Suède, souhaitant avoir de plus amples renseignements pour cibler son aide, demande à l’Académie de médecine un document circonstancié, dont la rédaction est confiée au Docteur Calmette. Le Journal des Réfugiés du Nord, à la date du 25 octobre 1919, s’en fait l’écho sous le titre : « Le martyr des Enfants du Nord ». Et le docteur Calmette de préciser :

  • 50 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 520, 25 octobre 1919.

Depuis la libération, tous les enfants des écoles publiques et privées ont été examinés : sur 18 036, 8 000 ont dû être hospitalisés ou admis dans des sanatoriums ou des établissements de convalescence. Des arrêts de croissance ont été constatés sur 60 % d’entre eux. Dans une école, sur 210 enfants, un seul a été reconnu normal. Et, bien que cette statistique soit terriblement éloquente, il faut ajouter qu’un chapitre n’a pu encore être écrit en raison de la disparition des registres de l’état-civil dans trop de communes. Lorsque leur nombre sera connu – et il est à désirer qu’il le soit – le monde civilisé tout entier en frissonnera d’horreur. Qu’on nous montre une ville d’Allemagne où le blocus de l’Entente ait produit des effets comparables, et nous la signalerons volontiers à la sollicitude de nos amis scandinaves50.

 

51La sortie de guerre et le « retour à la normale » s’avèrent donc très difficiles dans le canton de la Bassée, situé au cœur de la zone rouge à proximité de la ligne de front. Les populations mettent beaucoup de temps à rentrer dans ce qui n’est cependant plus leur « chez-eux », les destructions matérielles étant dans certaines communes très importantes. Dans ce contexte de pénurie ou tout manque, la question scolaire n’est pas oubliée mais elle n’apparaît pas prioritaire. Peu à peu cependant, souvent dans des locaux provisoires, la vie scolaire reprend, signe d’un espoir renaissant mais il allait falloir de nombreuses années pour assurer la reconstruction du canton.

Notes

1 AD du Nord, Guide des sources de la guerre 1914-1918, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009.

2 ADN, 9 R 1539, lettre n° 14 de décembre 1916 de « La famille seclinoise », 4 p., p. 1.

3 ADN, 9 R 1528, communication faite par le Comité Central des Réfugiés du Nord, « Ce qui se passe », 20 juin 1916.

4 ADN, 9 R 1221, lettre du Préfet du Nord au ministre de l’Intérieur, état des difficultés le 23 janvier 1919. Les citations qui suivent proviennent de cette lettre de 10 pages.

5 ADN, lettre pastorale de Désiré joseph Mercier, Cardinal-prêtre de Mâlines, le 11 février 1919.

6 ADN, 9 R 1221, lettre du Préfet du Nord au ministre de l’Intérieur, état des difficultés le 23 janvier 1919.

7 ADN, 9 R 1535, Union des Comités Centraux des réfugiés des Départements envahis, 2 février 1919.

8 ADN, J 1443 / 3, Plan d’organisation du contrôle des populations. 1918.

9 ADN, 9 R 1553, Journal des Réfugiés du Nord, n° 438, 11 janvier 1919.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Archives communales d’Illies, dossier numéro 21 sur la Grande Guerre.

13 ADN, 9 R 1553, Journal des Réfugiés du Nord, n° 438, 11 janvier 1919.

14 Ibid.

15 ADN, 9 R 1221, lettre du Directeur des Postes et Télégraphes du Nord au Directeur Général des Services Techniques de la Reconstitution, 2, rue Saint Bernard, à Lille, le 22 septembre 1919.

16 ADN, 9 R 1553, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 436, 4 janvier 1919.

17 ADN, 9 R 1554, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 588, 25 septembre 1920.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Jean-François Chanet, « Des institutrices pour les garçons. La féminisation de l’enseignement primaire en France des années 1880 aux années 1920 », Histoire de l’éducation, n° 115-116, septembre 2007, numéro spécial sous la direction de Pierre Caspard, Jean-Noël Luc et Rebecca Rogers, L’éducation des filles (XVIIIe-XXIe siècles), Hommage à Françoise Mayeur, p. 171-193.

21 ADN, 9 R 1552, Journal des Réfugiés du Nord, n° 470, le 3 mai 1919.

22 ADN, 9 R 1232, Évaluation des dommages aux écoles, 1923.

23 ADN, 9 R 1535, Rapport sur le service des Rapatriements, op cit, p. 3.

24 ADN, 9 R 1535, Rapport sur le service des Rapatriements, op cit, p. 4 puis p. 8.

25 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 500, 16 août 1919.

26 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 489, 9 juillet 1919.

27 Archives communales d’Illies, dossier 1914-1918, feuillet n° 20.

28 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 518, 18 octobre 1919.

29 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 521, 29 octobre 1919.

30 AD du Nord, 0 314 / 114, Illies, travaux collectifs de reconstruction du groupe scolaire, 1921-1928.

31 AD du Nord, 0 314 / 110 et 111, Illies, biens et titres, 1923-1929.

32 AD du Nord, 0 314 / 128, Illies, voirie, 1924-1925.

33 AD du Nord, 0 314 / 122, Illies, travaux à l’école des filles et des garçons, 1931-1932.

34 AD du Nord, 2 0 392 / 169, Marquillies, réparations de 1920.

35 AD du Nord, 2 0 392 / 174, Marquillies, école des garçons, 1922-1923.

36 AD du Nord, 2 0 253 / 87 et 93, Fromelles, écoles, 1922-1923.

37 AD du Nord, 2 O 321 / 572 et 574, La Bassée, 1919, 1922, 1924, 1929.

38 AD du Nord, 9 R 1554, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 588, 25 septembre 1920.

39 AD du Nord, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 473, 14 mai 1919.

40 ADN, 9 R 1554, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 615, 2 avril 1921.

41 Ibid., Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 616, 9 avril 1921.

42 ADN, 9 R 1554, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 616, 9 avril 1921.

43 ADN, 9 R 1553, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 442, 24 janvier 1919.

44 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 489, 9 juillet 1919.

45 ADN, 9 R 1553, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 441, 21 janvier 1919.

46 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 489, 9 juillet 1919.

47 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 487, 2 juillet 1919.

48 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 528, 22 novembre 1919.

49 Léon Bocquet, Le fardeau des jours, Albin Michel, Paris, 1924, 300 p.

50 ADN, 9 R 1552, Le Journal des Réfugiés du Nord, n° 520, 25 octobre 1919.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Garçons de l’école d’Illies devant leur préfabriqué, 1920.
Crédits Source : Photographie. Archives privées (C Dhennin).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search