Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Seconde partie. Au cœur de la Première Guerre mondiale (1914-1918)

Chapitre 13. Une école née de la guerre. L’École commerciale de Jeunes Filles de Lille (14 décembre 1915 – 6 juillet 1926)

Philippe Marchand

Texte intégral

  • 1 Le Progrès du Nord, « L’École supérieure de commerce de jeunes filles Son programme, ses résultats (...)
  • 2 Des écoles commerciales organisées à partir d’initiatives privées étaient apparues pendant la premi (...)
  • 3 Placide-Alexandre Astier et Isidore Cuminal, L’enseignement technique et commercial en France et à (...)
  • 4 Philippe Marchand, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie dans le Nord de la France » da (...)
  • 5 Nora Zaboub, L’enseignement primaire supérieur dans le Nord de 1886 à 1945 et les Écoles primaires (...)
  • 6 Sur ces cours, cf. Annuaire statistique du département du Nord, 1913, p. 199.
  • 7 Les cours par correspondance Pigier ouvrent en 1877. En 1890 à Paris ouvre une école de filles (cou (...)

1À quoi rêvent les jeunes filles ? Devant les difficultés toujours accrues de l’existence, ce n’est plus aux « niaiseries de jadis mais aux nécessités de se créer, par leur seul labeur, des situations sérieuses et lucratives1 ». Si la formation des jeunes gens aux métiers du commerce est devenue une réalité dans la seconde moitié du XIXsiècle avec la création par les Chambres de commerce d’Écoles supérieures de commerce, puis l’ouverture des Écoles pratiques de commerce et d’industrie (EPCI) sous l’égide du ministère du Commerce2, il n’en va pas de même pour les jeunes filles. On en reste trop souvent aux déclarations d’intention et les réalisations sont globalement peu nombreuses. En 1912, on dénombre en France 55 EPCI de garçons et seulement 13 EPCI de filles. Il n’existe aucune école de commerce de jeunes filles sur le modèle de celles des jeunes gens3. C’est particulièrement le cas dans le Nord-Pas-de-Calais où les écoles pratiques destinées aux filles sont, à la veille de la Première Guerre mondiale, inférieures, et de loin, en nombre à celles de garçons : 12 EPCI de garçons pour 3 EPCI de filles à Boulogne-sur-Mer, Tourcoing et Roubaix4. Cette absence de formation des jeunes filles aux métiers du commerce est particulièrement visible à Lille, capitale économique de la région du Nord. Dans ce grand centre d’affaires pourvu d’un nombre considérable d’établissements de commerce nécessitant l’intervention de comptables, de caissières, de sténodactylographes, d’employées de bureau, où les jeunes filles désireuses de trouver un emploi dans ces métiers peuvent-elles acquérir les connaissances théoriques et pratiques indispensables ? Le bilan est vite fait. Il existe à l’École primaire supérieure de filles une section d’enseignement commercial qui ne connaît pas un grand succès, l’établissement préférant orienter les élèves vers le concours d’entrée à l’École normale de filles de Douai ou vers les concours administratifs5. Elles peuvent aussi suivre des cours de sténographie commerciale, de dactylographie, de langue internationale commerciale, de comptabilité à l’Union française de la Jeunesse. Mais, ces cours ont lieu après 19 heures et surtout ne délivrent pas de certification6. Fonctionnent aussi quelques cours privés dont l’École Pigier ouverte en 19137. Mais, ces cours ont lieu en fin de journée et ne délivrent pas de certifications. Il n’existe donc pas à Lille d’établissements de niveau moyen ou supérieur offrant aux jeunes filles un cursus de formation structuré semblable à celui qu’on trouve dans les EPCI, dans les écoles de commerce de garçons et débouchant sur une certification professionnelle. C’est en 1915, dans Lille occupée, en proie à de nombreuses difficultés, que l’initiative est prise d’ouvrir une école commerciale pour jeunes filles. Notre travail se propose d’étudier les motifs qui ont poussé à cette création, son fonctionnement pendant les hostilités et son évolution aux lendemains de la Première Guerre.

1. La création de l’École commerciale de Jeunes Filles de Lille sous occupation allemande (1914-1918)

2Cette école est fondée en pleine période d’occupation allemande, à la fois comme outil patriotique afin de préparer la reconstruction que l’on ne peut imaginer que victorieuse de la France, et comme structure de circonstance liée à la guerre.

A) La création de l’École8

  • 8 Archives de la Chambre de Commerce de Lille, Procès-verbaux (désormais ACCL-PV), 1915, tome 50, p.  (...)
  • 9 ACCL-PV, 1915, tome 50, p. 9-11.
  • 10 Fondée en 1892 par la Chambre de commerce de Lille, avec le soutien financier de la ville et du Con (...)
  • 11 Quelques mois plus tard, en 1916, est créée à Paris par Louli Sanua, l’École de Haut Enseignement C (...)

3Tout part d’une initiative de Deraet, négociant en lingeries, membre de la Chambre de commerce de Lille. Lors d’une réunion tenue en novembre 1915, Deraet aborde la question de l’emploi dans le secteur commercial au lendemain de la guerre. Inquiet des conséquences humaines du conflit, il fait valoir « qu’après la guerre lorsqu’on reconstituera les bureaux beaucoup d’employés ne reparaîtraient plus, que les jeunes gens feraient défaut et qu’on serait obligé d’avoir affaire aux jeunes filles ». Soucieux d’éviter une pénurie de main-d’œuvre, Deraet estime qu’il faut « procurer des connaissances commerciales élémentaires à des jeunes filles munies de leur brevet simple à la sortie des écoles primaires, auxquelles on ouvrirait une carrière presque nouvelle pour elles : la carrière commerciale9 ». Sa proposition fait l’unanimité parmi les membres de la Chambre de commerce qui inclinent pour « une organisation à forme scolaire » et confie à la Commission des Études de l’École supérieure de Jeunes Gens10 le soin d’étudier la faisabilité du projet. Réunie le 14 décembre 1915, la Commission décide la création « des cours de commerce, de comptabilité et de correspondance commerciale, de géographie et d’arithmétique commerciale, de français, d’anglais ou d’allemand, de calligraphie, de sténographie et enfin d’étude des transports (lecture du Chaix) » dans un établissement dénommé École commerciale de Jeunes Filles. Cette décision donne naissance à la première école commerciale féminine de France11.

  • 12 AD du Nord, 76 J/72, rapport sur la création de l’École de commerce de Jeunes Filles et son activit (...)
  • 13 On le charge « d’indiquer aux professeurs la direction commerciale à donner à leurs cours, de veill (...)
  • 14 ACCL-PV, 1916, tome 51, p. 12.

4La scolarité doit y être d’une année. Il s’agit donc d’une formation élémentaire limitée dans le temps permettant de répondre à l’urgence des besoins au lendemain du conflit. « Cette scolarité parut suffisante pour mettre en valeur des intelligences qui, faute d’un enseignement spécial et méthodique auraient pu perdre des années avant de donner leur pleine mesure12 ». La direction est confiée au directeur de l’École de commerce de jeunes gens assisté d’une surveillante13. Dans l’esprit de la Commission des Études, cette organisation est cependant provisoire. Il n’est pas question de revenir sur son existence au lendemain des hostilités, mais, bien au contraire, de lui substituer une formation plus longue et plus complète sur le modèle de celle de l’École supérieure de commerce de Jeunes Gens. En attendant ce moment, la Chambre de commerce décide de limiter le recrutement à 50 élèves et de leur demander une rétribution annuelle de 20 francs14.

  • 15 Voir Philippe Marchand, « Georges Lyon : Un grand chef d’académie à Lille » (1903-1924) dans Jean-F (...)
  • 16 Ouverte en 1907, la Maison des Étudiants est située au cœur du quartier latin qui abrite les facult (...)
  • 17 Fondé à l’automne 1914 par le maire de Lille, le Bulletin de Lille est le seul journal dont l’occup (...)

5Reste à trouver un local, des professeurs et des financements. La question du local est vite réglée grâce au recteur Georges Lyon15 qui juge ce projet très intéressant et offre d’installer l’École dans la Maison des Étudiants, rue de Valmy16. Le recteur promet également de trouver des professeurs. Mais, de nombreuses dépenses, en particulier les machines à écrire et le traitement des professeurs seront à la charge de la Chambre de commerce. Celle-ci qui, manifestement, a dans l’esprit de placer l’École sous la responsabilité de l’État pour des raisons de trésorerie, se trouve alors dans l’obligation « de créer elle-même l’École commerciale de jeunes Filles comme elle avait créé l’École supérieure de Jeunes gens » tout en faisant appel à l’aide de l’État et de la Ville. Le budget prévu étant de 7 000 francs, la Chambre de commerce participant à hauteur de 2 000 francs, il reste à trouver 5 000 francs. Non sans avoir hésité, la Ville finit par accorder une subvention annuelle de 2 000 francs. Sur les conseils d’Edmond Labbé, inspecteur général de l’Enseignement technique, « excessivement favorable au projet », la Chambre de commerce demande une subvention de 2 000 francs au ministère du Commerce. Tout en la félicitant de « son initiative heureuse appelée à rendre de réels services », le sous-préfet Anjubault signale qu’il ne peut se substituer au ministre. « Dès que les circonstances le permettront » ajoute-t-il dans sa réponse « je ne manquerai pas de transmettre votre demande au ministre et j’insisterai pour que la décision à prendre ait un effet rétroactif ». Ces questions réglées, la Chambre de commerce fait paraître un avis annonçant la tenue d’un examen d’admission le 4 janvier 1916 dans le Bulletin de Lille du 26 décembre 191617.

  • 18 Il existe deux sortes de brevet : le brevet élémentaire ou brevet simple, le brevet supérieur. Le b (...)
  • 19 Le diplôme de fin d’études secondaires sanctionne les cinq années d’études de l’enseignement second (...)
  • 20 On ne sait rien des enseignants choisis pour les matières générales par la directrice de l’École pr (...)

6L’annonce de l’ouverture d’une école commerciale destinée aux jeunes filles connaît un réel succès. En quelques jours, 118 jeunes filles s’inscrivent à l’examen qui semble ainsi répondre à un réel besoin. L’examen comprend une dictée appréciée au double point de vue de l’orthographe et de l’écriture, une épreuve de mathématiques (calcul et problèmes) et un petit thème de langues vivantes, anglais ou allemand. Lors des inscriptions, la Commission des Études décide d’admettre sans examen deux jeunes filles titulaires du brevet supérieur18. Cette mesure sera reconduite et amènera la Commission à dispenser les jeunes filles du diplôme de fin d’études secondaires19 de l’examen. Il reste donc 48 places à pourvoir. Le jour de l’examen, 96 candidates se présentent, 48, soit une sur deux, sont admises, ce qui fait dire à la Commission des Études qu’il y a eu une réelle sélection – elle parle même de concours – et donc que « les cours s’adresseront à des élèves en mesure de bien comprendre ». Le 6 janvier 1916, les cours sont inaugurés en présence du vice-président de la Chambre de commerce. Ils sont inspectés quelques semaines plus tard par le recteur et le président de la Chambre de commerce. Faute d’une documentation suffisante, la vie de l’établissement nous échappe en grande partie20. On peut cependant en évoquer quelques aspects pour lesquels on est renseigné par les rapports qu’établit en fin d’année scolaire le directeur de l’École supérieure de commerce. Les listes d’élèves dressées ne permettent pas de faire une analyse de type sociologique de la population scolaire.

B) L’évolution des effectifs

  • 21 ACCL-PV, 1917, t. 51, p. 10-13.
  • 22 Même remarque.
  • 23 Deux jeunes filles sont admises bien que ne satisfaisant pas aux exigences de l’examen.

7L’afflux de candidates en janvier 1916 ne se confirme pas à la rentrée d’octobre 1916. L’école accueille 41 élèves et, exceptionnellement, trois auditrices. Aux dires du directeur de l’École supérieure de commerce de jeunes gens seraient responsables de cette désaffection « d’autres organisations du même genre venues faire concurrence ». Faut-il voir dans ce propos une allusion à l’École Pigier ? On n’en sait guère plus21. Un rapport fait état d’une remontée sensible des postulantes l’année suivante. 59 élèves s’inscrivent, 58 sont admises22. Huit reçues abandonnent et les cours débutent avec 50 élèves. À la rentrée de l’année scolaire 1918-1919, nouvelle baisse du nombre des candidates qui ne sont que 31. Elles sont toutes admises, 18 avec examen23 et 13 sans examen.

8Ces chiffres ne rendent pas compte de la réalité de la fréquentation. Les effectifs sont sujets à une forte érosion au cours de l’année scolaire : 50 élèves à l’ouverture en janvier 1916, 47 lors de l’examen dont 6 n’avaient pas assisté à l’intégralité des cours ; 41 élèves à la rentrée de 1916-1917, 21 à l’examen de sortie ; 31 élèves prévues en septembre 1918, 19 à l’examen de juillet 1919. On reviendra plus loin sur les raisons de cette érosion. On aimerait connaître le niveau d’études des élèves se présentant à l’examen. Rappelons que dans la présentation de son projet, Deraet avait posé en principe que l’École était conçue pour des élèves ayant au moins le brevet simple. Cette réserve ne semble pas être devenue une des conditions d’inscription. Dès le premier recrutement de 1916, une élève n’a aucun diplôme. La baisse des inscriptions a contribué à renforcer la tendance à admettre à l’examen des jeunes filles dépourvues de tout diplôme. En septembre 1917, 36 élèves sur 59 n’ont aucun titre. L’année suivante, sur les 31 élèves admises à l’école, 23 élèves encore dans ce cas.

C) Les examens et les débouchés

  • 24 AD du Nord, 76 J 63, rapport du directeur de l’École de commerce, 31 juillet 1916.

9Soucieuse de sanctionner les études par une certification ayant valeur sur le marché du travail, la Commission des Études a prévu l’organisation d’un examen de fin d’année. Il consiste en une épreuve écrite de français, d’orthographe, de calligraphie, de sténodactylographie et de sténographie. Les autres matières telles les langues vivantes donnent lieu à un examen oral. Les notes obtenues sont multipliées par un coefficient en rapport avec le nombre d’heures d’enseignement affectées à chaque matière enseignée. Interviennent aussi dans le calcul des points une note de conduite générale et une note d’application. Pour obtenir le diplôme, il faut au moins 65 % du total des notes, mesure recommandée par Edmond Labbé. Les résultats montrent un taux de réussite élevé : 32 élèves soit 72,2 % des candidates obtiennent le diplôme en juillet 1916. La Commission des études accorde une seconde chance aux élèves ayant obtenu une moyenne entre 57 % et 62,5 % ; elles ne sont pas exclues de l’école et sont autorisées à se représenter à l’examen d’entrée de septembre. Les cinq dernières, « n’ayant pas fait les efforts suffisants » sont éliminées. Très satisfait de ces résultats dont il attribue le mérite au corps enseignant, le directeur les relativise cependant en rappelant que le premier examen d’entrée avait permis d’opérer une sélection24. Les résultats des examens de juillet 1917 et de juillet 1918 sont encore meilleurs avec respectivement 80,7 % (21 élèves reçues sur 26) et 95,12 % (39 élèves reçues sur 39) des effectifs reçus. Pour le directeur de l’École, ces bons résultats sont le résultat d’une pédagogie qui tout s’adaptant aux meilleures élèves travaille aussi pour les plus faibles :

  • 25 AD du Nord, 76 J 63, rapport du directeur de l’École de commerce, juillet 1918.

C’est pour les faibles qu’il faut savoir montrer une sollicitude constante en s’efforçant par une très grande souplesse de procéder, de stimuler leur attention, de soutenir leur bonne volonté, de faire naître leur confiance. Une classe ne peut être réputée bonne, si en la quittant une élève consciencieuse si peu douée qu’elle soit, est obligée de se dire : “Il n’y avait rien pour moi dans la leçon. Je n’ai appris quoi que ce soit de nouveau ou je n’ai pas mieux compris ce qui avait été dit précédemment”25.

  • 26 AD du Nord, 76 J 63, Compte rendu annuel 1917-1918.

10Pendant les années de guerre, le diplôme, ne pouvant être visé par le ministre du Commerce, est délivré sous forme d’une attestation signée par le président de la Chambre de commerce. D’une enquête menée pendant l’année 1917-1918, il ressort que sur les 54 élèves des deux promotions précédentes titulaires du diplôme, 36 sont encore sans emploi. Huit occupent des emplois qui disparaîtront avec la guerre. Neuf élèves seulement ont trouvé un emploi stable. Ce faible pourcentage d’élèves entrées sur le marché du travail ne déçoit pas le directeur de l’École qui déclare œuvrer pour l’après-guerre. « En ajoutant au nombre de 54 le contingent des diplômes de cette année on peut constater », écrit-il « que dès la première reprise des affaires, le commerce lillois comptera plus de 80 jeunes auxiliaires qu’une pratique de quelques mois rendra des plus précieuses26 ».

D) L’École et l’Occupation27

  • 27 Ibid.
  • 28 ACCL-PV, 1917, tome 52, p. 12-13.
  • 29 AD du Nord 76 J 63, lettre du directeur de l’École de Commerce de Lille au président de la Chambre (...)

11Si l’École commerciale de jeunes filles échappe aux réquisitions d’élèves, elle n’en souffre pas moins des dures réalités de l’occupation allemande. L’hiver 1916-1917, l’un des plus rigoureux de la guerre, est une période particulièrement difficile. La crise du ravitaillement et la malnutrition ont des conséquences sur les organismes des « frêles jeunes filles » dont le directeur s’inquiète des effets. Au début du mois de mars 1917 en raison de la pénurie de charbon, et conformément aux consignes du recteur, l’École ferme ses portes. Du 12 février au 9 mars, les cours cessent. Lors de leur reprise, les effectifs chutent. Pour compenser le temps perdu, les congés de Pâques sont supprimés et les professeurs acceptent de prolonger les cours pour achever le programme avant la session de l’examen28. En janvier 1918, le directeur de l’École doit trouver un professeur d’histoire-géographie, la titulaire du poste ayant profité pendant l’été d’un des derniers convois d’évacuation vers la France libre. On fait appel à Mlle Decourtray, titulaire du brevet supérieur et élève de la première promotion de l’École29. Pendant l’hiver, la température des salles de cours est relevée toutes les heures. Dès qu’elle donne des signes de fléchissement, le cours s’arrête et sous la direction de la surveillante, « des jeux, des rondes et même des exercices dansants sont organisés ».

  • 30 Ibid., Courriers du directeur de l’École de commerce (21 avril 1918, 28 avril 1918).

12En avril 1918, l’autorité allemande réquisitionne la salle aménagée spécialement pour les cours de dactylographie. Il faut la transférer dans la bibliothèque de l’École supérieure de jeunes gens, ce qui nécessite l’aménagement d’une entrée spéciale. Si les autres salles de cours peuvent être maintenues dans la Maison des Étudiants, l’École n’en vit pas moins sous la menace d’une réquisition complète. Consciente qu’elle ne peut compter sur le secours ni de la préfecture, ni de la Ville, et encore moins de l’Université très touchée dans ses facultés, ses établissements secondaires, ses écoles primaires supérieures et bon nombre de ses écoles élémentaires, la direction cherche une solution de repli vers la Nouvelle Bourse. Mais l’occupant jugeant les salles de la Maison des Étudiants trop petites pour ses besoins, l’année scolaire peut se terminer sans nouvel accroc30.

  • 31 AD du Nord, 76 J 63, courrier du directeur de l’École de commerce daté du 17 octobre 1918.
  • 32 Ibid., 13 novembre 1918.

13Pendant l’été, l’avance des troupes alliées qui, d’étape en étape, progressent vers Lille pour libérer la Ville, perturbe le mouvement des inscriptions qui ne sont qu’une vingtaine pour l’examen d’entrée. Lors de la rentrée, fixée au 4 octobre 1918, 19 élèves répondent à l’appel. L’avance des troupes alliées et les opérations militaires inquiètent les familles qui se décident de moins en moins à se séparer de leurs enfants même pour quelques heures. La direction suivant les consignes du recteur ferme l’École31. Dans les jours qui suivent la libération de Lille (17 octobre 1918), les cours reprennent. Mais les élèves font défaut. À la date du 11 novembre, 17 élèves sont présentes. Les autres, incitées par leurs familles qui essayent de ne pas perdre une occasion de placer leurs enfants, sont entrées dans les services de la préfecture et de la mairie, dans les compagnies gazières et dans les bureaux de l’armée concurrent le plus dangereux car réclamant le concours de la main-d’œuvre féminine32.

2. l’École supérieure de Commerce de Jeunes Filles de Lille de 1919 à 1926 : les espérances déçues

  • 33 AD du Nord, 76 J 72, extrait du procès-verbal de la séance du 16 juillet 1926, annexe A.

14Comme l’avait préconisé la Commission des études en 1915, une fois la paix revenue, l’École commerciale de Jeunes Filles est l’objet d’une profonde transformation. En mai 1919, au vu des résultats obtenus pendant les années de guerre, Paris, inspecteur général de l’Enseignement technique, engage la Chambre de commerce à poursuivre son œuvre en lui donnant un nouvel élan. Il recommande de créer une École supérieure de Commerce de Jeunes Filles auxquelles serait donné un enseignement technique général au cours d’un cycle de trois ans de scolarité, année préparatoire comprise33.

A) Naissance de l’École supérieure de Commerce de Jeunes Filles

15La Chambre de commerce nomme Mlle Decourtray directrice de l’établissement à charge pour elle de préparer un projet d’organisation répondant au vœu de l’inspecteur général Paris. Le 11 juillet, elle propose donc la transformation de l’École commerciale en une École supérieure de Commerce « entrant dans la catégorie de celles qui sont reconnues par l’État et correspondant à l’École supérieure de commerce existant à Lille pour les garçons ». Le nouvel établissement aurait pour mission :

  • 34 AD du Nord, 76 J 62, extrait du procès-verbal de la séance du 11 juillet 1919.

De préparer pour les chefs des maisons de commerce et les industriels soit des employées de choix soit des collaboratrices de premier ordre. Grâce à l’enseignement technique et général qui leur sera donné ces jeunes filles trouveront ainsi des fonctions rémunératrices dans des carrières de toute honorabilité. Les cours seront également aptes à former des filles de commerçants et d’industriels qui, désireuses de s’employer dans la profession de leurs parents, voudront acquérir des connaissances spéciales34.

  • 35 Loi relative à l’organisation de l’enseignement technique, industriel et commercial dite loi Astier (...)
  • 36 AD du Nord, 6 J 72, lettre du président de la Chambre de commerce de Lille au sous-secrétaire d’Éta (...)
  • 37 Bulletin administratif de l’Instruction publique, 1921, tome CIX, p. 231.
  • 38 Article 36 de la loi Astier. Cette participation se fait sous forme de bourses ou de subventions.

16Les membres de la Chambre de commerce acceptent à l’unanimité ce changement de nature (une École supérieure) et de dimension (trois années d’études). Prenant acte de la loi Astier dont l’article 32 stipule que les écoles privées d’enseignement technique peuvent être reconnues par l’État35, la Chambre de commerce effectue les démarches pour rentrer dans ce cadre36. Cette reconnaissance est accordée par le décret du 5 février 1921 avec effet rétroactif à partir de la date d’ouverture, le 1er octobre 192137. La mesure est importante car elle permet à Chambre de commerce d’obtenir la participation de l’État aux dépenses de fonctionnement de l’École avec effet rétroactif38.

B) L’organisation et le financement39

  • 39 AD du Nord, 79 J 72, École supérieure de Commerce pour Jeunes Filles, 134 rue Brûle-Maison, Conditi (...)
  • 40 AD du Nord, 76 J 72, lettre du secrétaire de la Chambre de Commerce de Paris à Mlle Decourtray, 8 j (...)
  • 41 Mlle Decourtray envisage d’organiser une préparation à cet examen. La Chambre de commerce ne retien (...)
  • 42 Le certificat d’études pratiques commerciales est obtenu à la suite d’un examen passé dans la derni (...)
  • 43 Il est demandé aux candidates une rédaction simple avec l’aide du dictionnaire.

17Comme à l’École commerciale de Jeunes Filles de Paris dont elle se fait communiquer le programme et le règlement40, la scolarité complète comprend trois années : une année préparatoire et deux années appelées cours normaux. L’entrée en année préparatoire se fait sans examen pour les titulaires du brevet élémentaire ou du certificat d’études secondaires. Les candidates dépourvues de ces diplômes sont soumises à un examen comprenant deux épreuves écrites d’une durée de deux heures, une rédaction simple, un problème d’arithmétique suivies d’un oral portant sur l’histoire et la géographie41. L’admission en première année des cours normaux est de droit pour les jeunes filles titulaires du baccalauréat, du diplôme de fin d’études secondaires, du brevet supérieur, du certificat d’études pratiques commerciales42. Pour les candidates n’ayant aucun diplôme ou seulement titulaires du brevet élémentaire, l’examen est obligatoire et s’accompagne d’une limite d’âge : 16 ans. Il comprend cinq épreuves destinées à tester leur niveau de culture générale : français, mathématiques, langues vivantes (anglais ou allemand)43, histoire (histoire moderne depuis la Révolution) et géographie (géographie universelle avec étude spéciale de la France), physique-chimie. Les trois premières épreuves ayant respectivement les coefficients 4, 5 et 4 contre 2 pour les autres épreuves sont décisives.

18Le programme des études s’inspire largement de l’arrêté du 27 juillet 1891 définissant le régime des études dans les écoles supérieures de commerce de garçons reconnues par l’État (voir annexe I). Pour pallier l’hétérogénéité des élèves, l’année préparatoire met l’accent sur la culture générale tout en introduisant l’enseignement de notions de comptabilité. En première et en seconde année, l’enseignement se fait professionnel. Les matières commerciales, juridiques, la sténographie, la dactylographie et les langues vivantes l’emportent largement sur les enseignements de culture générale. On notera que l’enseignement ménager figure dans le programme de l’année préparatoire, l’hygiène et l’économie domestique dans la première année des cours normaux.

19Les cours ont lieu tous les jours de 8h30 à 11h30 et 14h à 17h sauf le samedi, jour réservé pour des visites d’établissements industriels. Des examens de passage sont prévus entre chaque année. Enfin, les études sont sanctionnées par un contrôle continu comprenant les notes des compositions trimestrielles faites dans chaque matière et un examen oral. La barre des 65 % du total des notes est maintenue tant pour les examens de passage que pour l’examen terminal. Les élèves reçues à l’examen terminal reçoivent un diplôme reconnu par le ministère de l’Instruction publique donnant des avantages aux concours institués par certains ministères. Les élèves ayant obtenu entre 55et 65 % obtiennent un certificat de l’École délivré sous la responsabilité de la Chambre de Commerce. Enfin, des auditrices libres peuvent être autorisées à suivre les cours après passage d’un examen si leurs titres sont insuffisants. Astreintes à la même assiduité et aux mêmes contrôles, elles ne reçoivent ni diplôme ni certificat mais une attestation de suivi des cours précisant la moyenne des notes obtenues.

  • 44 AD du Nord, 76 J 72, rapport de la directrice avec projet de budget pour l’année 1920-1921, 22 sept (...)
  • 45 Syndicat des filateurs de lin, Syndicat des filateurs de coton, Banque générale du Nord, Mines d’Os (...)
  • 46 On sait que sur la subvention de la Ville, 2 000 francs abondent des bourses et sur celle du Consei (...)
  • 47 Les documents ne donnent pas le montant des frais de scolarité pour les auditrices libres. Aux frai (...)

20Pour ce qui est du financement44, la Chambre de commerce reçoit des subventions de l’État (5 000 F), du Conseil général (5 000 F) et de la Ville de Lille (5 000 F) et de divers organismes professionnels45. Une petite partie des subventions est affectée au versement de bourses46. Au chapitre des recettes figurent aussi les frais de scolarité payés par les élèves soit 400 francs par an pour l’année préparatoire, 500 francs pour les élèves des cours normaux47. On notera que les rétributions exigées des élèves dépassent, et de très loin, celle fixée en 1916. Dans le budget de 1920-1921, le montant des frais de scolarité payés par les élèves (soit 27 000 F) représente plus de la moitié du chapitre des recettes (52 700 F).

C) Un déclin rapide et ses causes

  • 48 AD du Nord, 76 J 72, rapport de la directrice sur le fonctionnement de l’École pendant l’année 1919 (...)
  • 49 L’Écho du Nord, Le Progrès du Nord, Le Réveil du Nord, La Dépêche, La Croix du Nord et le Journal (...)
  • 50 AD du Nord, 76 J 72, rapport de la directrice pour l’année 1920-1921.

21Les débuts de l’École supérieure ne sont pas sans rappeler ceux de l’École commerciale. Pendant l’année 1919-1920, seules l’année préparatoire et la première année fonctionnent avec 31 élèves. Sur les 17 élèves de première année, deux ont le baccalauréat, les 15 autres sont titulaires du brevet supérieur ou du diplôme de fin d’études secondaires. La gamme des diplômes est plus modeste dans l’année préparatoire. Deux élèves ont le brevet élémentaire, une le certificat d’études secondaires. À l’examen de fin d’année, les 17 élèves de première année sont admises en seconde année48. En vue de préparer la rentrée de l’année scolaire 1920-1921, Mlle Decourtray entreprend de faire connaître son école. Dès juillet 1920, elle fait insérer dans les six grands journaux de la région le prospectus présentant l’établissement accompagné d’articles exposant l’intérêt des formations dispensées49. Elle rencontre les présidents des chambres de commerce du département du Nord et les directrices des établissements secondaires féminins. Dans ses entretiens avec ces dernières, elle insiste sur la préparation aux concours des « grandes administrations publiques : rédactrices à la préfecture du Nord, contrôleuses des douanes, employées supérieures des PTT, des Chemins de Fer, rédactrices à l’Assistance publique ». Son opération de communication s’avère payante. 81 élèves encadrées par 13 professeurs, cinq hommes et huit femmes, sont inscrites en octobre 1920. Dans son rapport de fin d’année, la directrice fait état du succès d’une élève au concours de rédactrice de préfecture et de 31 offres d’emploi « émanant du commerce et de grandes compagnies, Fives-Lille, banques régionales, industries diverses qui montrent que le but de l’École commence à être compris »50. L’E.S.C.J.F. semble donc s’inscrire dans le paysage des formations professionnelles longues ouvertes aux jeunes filles.

  • 51 ACCL-PV Séance du 10 juillet 1926.

22Contrairement aux espoirs de la Chambre de commerce et de la directrice, ce succès est éphémère. En 1921-1922, l’établissement ne compte plus que 39 élèves. Leur nombre se réduit à 29 en 1924-1925, 23 en 1925-1926. Le 16 juillet 1926, les prévisions de rentrée font état de six élèves en seconde année, de quatre en première année. Aucune élève n’est inscrite en année préparatoire. La Chambre de commerce en accord avec l’inspecteur général de l’Enseignement technique, Paris, décide la fermeture de l’École51.

  • 52 AD du Nord, 76 J 72, extrait du registre aux délibérations du Conseil municipal de Lille, 16 avril (...)
  • 53 Les Dames de Saint-Maur où Sœurs de l’Enfant-Jésus avaient ouvert un pensionnat à La Madeleine en 1 (...)
  • 54 Cet argument doit être relativisé, car les élèves peuvent prendre le tramway qui en quelques minute (...)
  • 55 ACCL-PV, 1923, tome 58, séances des 20 avril, 18 mai, 7 septembre et 9 septembre 1923.

23Les raisons de cet échec sont complexes mais on peut en relever quatre principales. En premier lieu, la localisation de l’École à partir d’octobre 1923. Lors de la rentrée d’octobre 1919, les élèves doivent quitter la Maison des Étudiants et trouvent asile à l’École primaire supérieure de jeunes filles où des locaux sont inutilisés. La Chambre de commerce y aménage trois salles de cours et une sortie indépendante. En avril 1923, devant l’augmentation des effectifs de l’EPS, la Ville informe la Chambre de commerce de son souhait de récupérer ses locaux52. N’en trouvant pas dans Lille, la Chambre de commerce en cherche à l’extérieur et jette son dévolu sur les vastes bâtiments occupés par les Dames de Saint-Maur à La Madeleine-les-Lille53. Au terme d’importants travaux, la rentrée des cours peut se faire le 22 octobre 1923. D’emblée, l’éloignement de l’École du centre de Lille (quatre kilomètres)54 et l’absence de pensionnat apparaissent comme un obstacle préjudiciable au recrutement. Le 2 novembre, le président de la Chambre de commerce signale au préfet que l’École ne pourra prendre d’extension tant que les élèves seront confrontées au problème de la pénurie de logements à Lille, responsable d’une forte hausse des loyers et qu’elles n’auront pas à leur disposition « des chambres indispensables à des prix abordables ». Une solution existe avec la demande d’ouverture d’une maison familiale chez les Dames de Saint-Maur dont quelques chambres seraient mises à la disposition de l’École. C’est seulement en juillet 1924 qu’elles reçoivent l’autorisation d’ouverture et que les travaux d’aménagement peuvent commencer55.

  • 56 Débat récurrent au sein de la Chambre de commerce de Lille.
  • 57 Ibid., séance du 15 juin 1923.
  • 58 ACCL-PV, 1926, t. 61, séances des 4 juin et 16 juillet 1926.

24On notera qu’au cours des discussions précédant le transfert chez les Dames de Saint-Maur plusieurs membres de la Chambre de commerce demandent de mettre fin à une œuvre qu’ils n’estiment plus viable. Deraet signale que l’installation à La Madeleine impose de lourdes charges à la Chambre de commerce, charges venant s’ajouter aux charges antérieures. Il propose que la Chambre de commerce se contente de délivrer des diplômes à des jeunes filles instruites dans diverses écoles et satisfaisant à un examen dont le programme serait fixé par la Chambre de commerce. Un de ses collègues fait remarquer que s’il appartient à la Chambre de commerce de susciter, d’encourager et de sanctionner les organismes d’enseignement professionnel, il ne lui revient pas de les administrer56. Ce n’est pas le point de vue du président de la Chambre de commerce qui, partisan d’un nouvel essai avec une nouvelle directrice, obtient le maintien de l’École pendant deux années avant de prendre une décision définitive57. Cette difficulté surmontée en survient une nouvelle : la démission forcée de Mlle Decourtray pendant l’été 1924 et son remplacement. L’affaire est assez obscure et semble bien avoir jeté le trouble dans le fonctionnement de l’École. Les procès-verbaux de la Chambre de commerce montrent que certains membres la rendent responsable de la chute des effectifs et de la faiblesse du niveau des études. Ils lui reprochent aussi de s’être inscrite au Barreau de Lille après avoir obtenu une licence ès lettres ce qui semble indiquer son intention d’abandonner la direction de l’établissement, et ce sans en avoir prévenu la Chambre de commerce. Le 18 juillet 1924, la Commission des Études décide de relever Mlle Decourtray de ses fonctions et de la remplacer par Mlle Loubry, ancienne directrice d’école ménagère, ancienne économe au collège de jeunes filles de Dunkerque58. Cette décision n’est pas du goût du sous-secrétariat à l’Enseignement technique qui craint que sous la direction de Mlle Loubry, l’École oublie sa vocation et ne donne trop d’importance à l’enseignement ménager. Il propose d’instaurer une direction unique pour les deux écoles. La Chambre de commerce ne cède pas et finit par faire reconnaître sa candidate comme directrice.

  • 59 Ibid., séance du 16 juillet 1926.

25Troisième cause de l’échec : la situation financière. Dès 1920-1921, le budget est en déficit : 52 700 francs de recettes pour 61 750 francs de dépenses soit un déficit de 8 950 francs. L’installation dans les locaux de l’EPS de filles, puis le déménagement chez les Dames de Saint-Maur, sont à l’origine d’importances dépenses auxquelles il faut ajouter les traitements des 14 professeurs qui en 1920-1921 représentent la moitié des dépenses Le recrutement ne cessant de baisser, le déficit ne cesse de s’accroître. Le 16 juillet 1926, la Chambre de commerce écrit : « il ne semble pas possible de continuer à entretenir une école dont le budget prévu pour 1927 s’élève à 69 000 francs et dont le nombre de professeurs est de treize, alors que six élèves seulement sont inscrites pour la seconde année et quatre pour la première année ». Enfin, et surtout, l’offre de formation ne rencontre pas l’adhésion des parents et ne correspond pas aux besoins des jeunes filles. Le dernier rapport de la Chambre de commerce donne une analyse lucide de cette désaffection : « l’École Supérieure de Commerce des Jeunes Filles ne répond point, à Lille, à un besoin, parce que, d’une part, les commerçants n’y dirigent pas leurs enfants, et que, d’autre part, les jeunes filles désireuses de devenir employées se placent très jeunes dès qu’elles ont des notions de sténographie et de dactylographie, afin d’obtenir une rémunération immédiate59 ». Or ces notions, elles peuvent désormais les obtenir au terme d’une scolarité courte, gratuite et sanctionnée par un diplôme dans l’École pratique de commerce et d’industrie pour jeunes filles ouverte à Lille en 1920.

 

26Cette étude monographique montre comment dans une situation de guerre des acteurs économiques prennent conscience que la main-d’œuvre féminine pourra pallier la pénurie de main-d’œuvre masculine. Elle met aussi en évidence qu’il ne suffit pas de concevoir une filière de formation en fonction de besoins supposés. Encore faut-il qu’elle coïncide avec les besoins et les demandes du public visé. La Chambre de commerce n’a pas vu, surtout à partir de 1920, qu’une formation longue en trois ans engageant un effort financier important ne correspond pas aux attentes des commerçants et, en particulier, aux attentes des jeunes filles qui se savent cantonnées aux tâches de bureau pour lesquelles l’apprentissage de la sténographie et de la dactylographie suffit et non à celles de « collaboratrices ».

Annexes

Plan d’études 1919

ANNÉES PROGRAMMES et HORAIRES
Cours préparatoire Langue française – Mathématiques – Langue anglaise –Histoire – Géographie – Sciences physiques et naturelles –Notions de commerce et de comptabilité – Dessin – Calligraphie- Morale – Enseignement ménager – Culture française.
1re année Commerce, 1h – Comptabilité et bureau commercial, 1h – Calculs de commerce, d’industrie et de banque, 1h – Mathématiques, 1h – Langue française, 2h30 – Morale professionnelle, 1h – Langues étrangères, 6h60 – Produits marchands, 3h – Droit public et civil, 1/2h – Législation commerciale et maritime, 1h – Histoire et économie commerciales, 1h – Hygiène et économie domestiques, 1/2h – Calligraphie, 1/2h, Sténo-dactylographie, 1h30 – Dessin industriel – Culture physique, 1h.
2e année Commerce, 1h – Comptabilité et bureau commercial, 2h – Calcul de commerce, d’industrie et de banque, 1h – Mathématiques, 1h – Langue française dont études commerciales, 2h – Conférences et causeries, 1h – Langues étrangères, 6h – Produits marchands, 3h – Outillage commercial et produits commerciaux, 1h – Législation commerciale et maritime, 1h30 – Législation industrielle et ouvrière, 1h – Législation budgétaire, douanière et fiscale, 1h – Procédure pratique, 1h – Sténodactylographie, 1h – Dessin industriel, 1h.

Notes

1 Le Progrès du Nord, « L’École supérieure de commerce de jeunes filles Son programme, ses résultats », 19 octobre 1921.

2 Des écoles commerciales organisées à partir d’initiatives privées étaient apparues pendant la première moitié du XIXsiècle. Des notions de comptabilité figuraient dans les programmes des EPS (écoles primaires supérieures). Cependant, l’enseignement commercial continuait d’être regardé comme inutile. Cette vision évolue sous le Second Empire. En 1863, la Chambre de commerce de Paris ouvre une école commerciale. Dans la décennie 1880-1890, dix écoles reconnues par l’État s’ouvrent : Bordeaux, Le Havre, Lyon en 1890, Lille, Marseille et Paris en 1892, Rouen en 1895, Montpellier en 1897, Nancy et Dijon en 1898. L’article 69 de la loi de finances de l’exercice 1892 transforme les écoles primaires supérieures professionnelles dont l’enseignement est principalement industriel ou commercial en écoles pratiques de commerce et d’industrie (EPCI) relevant du ministère du Commerce.

3 Placide-Alexandre Astier et Isidore Cuminal, L’enseignement technique et commercial en France et à l’étranger, Paris, Dunod, 2e édition, 1912, p. 218-221.

4 Philippe Marchand, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie dans le Nord de la France » dans Thérèse Charmasson, Formation au travail, enseignement technique et apprentissage, Paris, éditions du CTHS, 2005, p. 30-52. Si l’EPCI de filles de Boulogne-sur-Mer est relativement ancienne (1898), celles de Tourcoing et de Roubaix sont de nouvelles venues : 1908 pour Tourcoing, 1912/1913 pour Roubaix.

5 Nora Zaboub, L’enseignement primaire supérieur dans le Nord de 1886 à 1945 et les Écoles primaires supérieures de Lille, Mémoire de DEA sous la direction de Bernard Ménager, 1992-1993.

6 Sur ces cours, cf. Annuaire statistique du département du Nord, 1913, p. 199.

7 Les cours par correspondance Pigier ouvrent en 1877. En 1890 à Paris ouvre une école de filles (couture et comptabilité). L’École Pigier dont le nom était École pratique de commerce et de comptabilité ouvre 16 annexes en France de 1906 à 1913.

8 Archives de la Chambre de Commerce de Lille, Procès-verbaux (désormais ACCL-PV), 1915, tome 50, p. 9-11.

9 ACCL-PV, 1915, tome 50, p. 9-11.

10 Fondée en 1892 par la Chambre de commerce de Lille, avec le soutien financier de la ville et du Conseil général du Nord.

11 Quelques mois plus tard, en 1916, est créée à Paris par Louli Sanua, l’École de Haut Enseignement Commercial pour Jeunes Filles. Voir M. Delorme-Hoeschsttater, Louli Sanua et l’École de Haut Enseignement Commercial pour Jeunes Filles (H.E.C.J.F.) Genèse d’une grande école féminine (1916-1941), DEA, Paris, EHESS, 1995.

12 AD du Nord, 76 J/72, rapport sur la création de l’École de commerce de Jeunes Filles et son activité pendant la guerre, 1er mai 1919 ; ACCL-PV, 1916, tome 51, p. 10-13.

13 On le charge « d’indiquer aux professeurs la direction commerciale à donner à leurs cours, de veiller à ce qu’ils suivent bien la voie indiquée et d’assurer le service de la Trésorerie avec la Surveillante »

14 ACCL-PV, 1916, tome 51, p. 12.

15 Voir Philippe Marchand, « Georges Lyon : Un grand chef d’académie à Lille » (1903-1924) dans Jean-François Condette, Le recteur d’académie. Deux cents ans d’histoire, Paris, Cujas, 2008, p. 135-156.

16 Ouverte en 1907, la Maison des Étudiants est située au cœur du quartier latin qui abrite les facultés de l’État.

17 Fondé à l’automne 1914 par le maire de Lille, le Bulletin de Lille est le seul journal dont l’occupant autorise la parution.

18 Il existe deux sortes de brevet : le brevet élémentaire ou brevet simple, le brevet supérieur. Le brevet élémentaire pour lequel tout candidat doit avoir au moins 16 ans sanctionne les deux ou trois années (toujours trois à partir de 1920) d’études primaires supérieures. Des écoles primaires supérieures organisent une, puis ultérieurement deux ou trois années, d’études supplémentaires pour la préparation au brevet supérieur.

19 Le diplôme de fin d’études secondaires sanctionne les cinq années d’études de l’enseignement secondaire féminin.

20 On ne sait rien des enseignants choisis pour les matières générales par la directrice de l’École primaire supérieure de filles parmi ses professeurs. Pour les matières professionnelles, le choix est fait par Edmond Labbé.

21 ACCL-PV, 1917, t. 51, p. 10-13.

22 Même remarque.

23 Deux jeunes filles sont admises bien que ne satisfaisant pas aux exigences de l’examen.

24 AD du Nord, 76 J 63, rapport du directeur de l’École de commerce, 31 juillet 1916.

25 AD du Nord, 76 J 63, rapport du directeur de l’École de commerce, juillet 1918.

26 AD du Nord, 76 J 63, Compte rendu annuel 1917-1918.

27 Ibid.

28 ACCL-PV, 1917, tome 52, p. 12-13.

29 AD du Nord 76 J 63, lettre du directeur de l’École de Commerce de Lille au président de la Chambre de Commerce, 24 janvier 1918.

30 Ibid., Courriers du directeur de l’École de commerce (21 avril 1918, 28 avril 1918).

31 AD du Nord, 76 J 63, courrier du directeur de l’École de commerce daté du 17 octobre 1918.

32 Ibid., 13 novembre 1918.

33 AD du Nord, 76 J 72, extrait du procès-verbal de la séance du 16 juillet 1926, annexe A.

34 AD du Nord, 76 J 62, extrait du procès-verbal de la séance du 11 juillet 1919.

35 Loi relative à l’organisation de l’enseignement technique, industriel et commercial dite loi Astier, 25 juillet 1919.

36 AD du Nord, 6 J 72, lettre du président de la Chambre de commerce de Lille au sous-secrétaire d’État à l’Enseignement technique, août 1920.

37 Bulletin administratif de l’Instruction publique, 1921, tome CIX, p. 231.

38 Article 36 de la loi Astier. Cette participation se fait sous forme de bourses ou de subventions.

39 AD du Nord, 79 J 72, École supérieure de Commerce pour Jeunes Filles, 134 rue Brûle-Maison, Conditions d’admission et Plan d’études, Lille, Imprimerie Centrale, 1919.

40 AD du Nord, 76 J 72, lettre du secrétaire de la Chambre de Commerce de Paris à Mlle Decourtray, 8 juillet 1919 ; École commerciale de jeunes Filles. But de l’École. Conditions d’admission. Plan d’Études, Paris, Imp. réunies, 17 p.

41 Mlle Decourtray envisage d’organiser une préparation à cet examen. La Chambre de commerce ne retient pas cette idée.

42 Le certificat d’études pratiques commerciales est obtenu à la suite d’un examen passé dans la dernière année d’une école pratique de commerce et d’industrie (arrêté du 8 mai 1896).

43 Il est demandé aux candidates une rédaction simple avec l’aide du dictionnaire.

44 AD du Nord, 76 J 72, rapport de la directrice avec projet de budget pour l’année 1920-1921, 22 septembre 1920.

45 Syndicat des filateurs de lin, Syndicat des filateurs de coton, Banque générale du Nord, Mines d’Ostricourt, Syndicat de la Toile, Crédit du Nord, Banque Pajot.

46 On sait que sur la subvention de la Ville, 2 000 francs abondent des bourses et sur celle du Conseil général, 1 500 francs.

47 Les documents ne donnent pas le montant des frais de scolarité pour les auditrices libres. Aux frais de scolarité, il faut ajouter pour les élèves de deuxième année la somme de 120,25 francs pour droit de diplôme qui revient à l’État. La même somme est exigée des auditrices libres pour droits d’examen et d’attestation d’études.

48 AD du Nord, 76 J 72, rapport de la directrice sur le fonctionnement de l’École pendant l’année 1919-1920.

49 L’Écho du Nord, Le Progrès du Nord, Le Réveil du Nord, La Dépêche, La Croix du Nord et le Journal de Roubaix. La campagne est reconduite en août, septembre, octobre et novembre. Elle coûte 3 233 francs.

50 AD du Nord, 76 J 72, rapport de la directrice pour l’année 1920-1921.

51 ACCL-PV Séance du 10 juillet 1926.

52 AD du Nord, 76 J 72, extrait du registre aux délibérations du Conseil municipal de Lille, 16 avril 1923.

53 Les Dames de Saint-Maur où Sœurs de l’Enfant-Jésus avaient ouvert un pensionnat à La Madeleine en 1875. Expulsées en 1905, elles étaient revenues en 1920 et disposaient de vastes locaux inoccupés.

54 Cet argument doit être relativisé, car les élèves peuvent prendre le tramway qui en quelques minutes les conduit de Lille à un arrêt situé à peu de distance de la Maison des Dames de Saint-Maur.

55 ACCL-PV, 1923, tome 58, séances des 20 avril, 18 mai, 7 septembre et 9 septembre 1923.

56 Débat récurrent au sein de la Chambre de commerce de Lille.

57 Ibid., séance du 15 juin 1923.

58 ACCL-PV, 1926, t. 61, séances des 4 juin et 16 juillet 1926.

59 Ibid., séance du 16 juillet 1926.

60 Trois heures pour l’anglais, trois heures pour l’allemand ou l’espagnol.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search