Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Seconde partie. Au cœur de la Première Guerre mondiale (1914-1918)

Chapitre 11. La Croisade des enfants :un mouvement spirituel et patriotique fondé en 1915 au cours Saint-Seurin à Bordeaux

Ludovic Laloux

Texte intégral

  • 1 Maison mère de la congrégation des sœurs de Sainte-Clotilde, 101 rue de Reuilly dans le XIIe arrond (...)
  • 2 Ludovic Laloux, « Geneviève Boselli », dans Anne Cova et Bruno Dumons, Destins de femmes – Religion (...)
  • 3 Archives de la compagnie de Jésus à Vanves (Arch. SJ Vanves), Croisade eucharistique, dossier ERTm (...)
  • 4 Arch. SJ Vanves, Croisade eucharistique, dossier ERTm 1052 de la province de Toulouse, lettre de Ch (...)

1À Paris, les archives du siège de la congrégation des religieuses de Sainte-Clotilde1 possèdent trois enveloppes fermées qui émanent de Geneviève Boselli (1875-1958)2, membre de cette congrégation et connue en religion sous le nom de sœur Marie de la Présentation. Elles demeurent closes à ce jour malgré la demande de l’archiviste auprès de sa supérieure de procéder à leur ouverture au début du XXIe siècle. Peut-être est-ce se perdre en conjecture que de s’interroger sur leur contenu. Si, dans l’état actuel, il n’apparaît pas possible de le connaître, d’autres sources offrent des éléments qui devraient permettre de le cerner. La consultation d’archives du siège national de l’Apostolat de la prière à Toulouse, disponibles au dépôt national des archives de la compagnie de Jésus à Vanves, et à Rome au centre international de l’Apostolat de la prière, ainsi que de documents du monastère de la Visitation, implanté rue Saint-Médard à Bordeaux qui fut le lieu du premier secrétariat de la Croisade eucharistique, légués à la fin des années 1980 au centre national du Mouvement eucharistique des jeunes à Paris, permet de croiser des informations de diverses origines. Seules les archives de l’Apostolat de la prière mentionnent l’existence et diverses interventions de Geneviève Boselli. En particulier, datée du 31 juillet 1927 et adressée au père jésuite Charles Parra qui dirige à Toulouse le centre national pour la France de l’Apostolat de la prière, une longue lettre manuscrite de cette religieuse3 offre plusieurs clefs de compréhension ; davantage qu’un simple courrier, ce texte se révèle être, suivant le terme du jésuite Charles Parra, un véritable « mémoire4 » sur la décennie des années 1910 pour éclairer les relations entre l’Apostolat de la prière, les prémices de la Croisade des enfants et diverses œuvres de piété eucharistique. Au cœur de ces années se déroule la Grande Guerre. Elle donne un contexte patriotique et militaire qui avive l’objectif de certaines de ces organisations.

1. De Vals-près-le Puy à Rome : milice et zouaves du Pape

2En 1829, François Gautrelet entre dans la compagnie de Jésus rétablie en France en 1814 et, en religion, se prénommant désormais François-Xavier. Commencées en Suisse à Fribourg puis à Brigue dans le Valais, ses études se prolongent en 1833 à Vals non loin du Puy-en-Velay au scolasticat des jésuites ouvert cette année-là. Après son ordination en 1835, il y dispense des cours de philosophie. Dans un double attachement à la piété et à l’action apostolique, il exerce également en ce lieu de formation la tâche de père spirituel. Prière et action seraient les maîtres mots d’une exhortation qu’il aurait prononcée le 3 décembre 1844 en la fête de saint François-Xavier, compagnon d’Ignace de Loyola qui fut missionnaire en Asie avant d’être déclaré par l’Église catholique « patron des missions ». Cette intervention à Vals-près-le-Puy serait à l’origine de l’œuvre de l’Apostolat de la prière. Si de nombreux écrits au sein de la compagnie de Jésus évoquent cet épisode, le conditionnel demeure de mise à propos d’une communication qui aurait été donnée ce jour-là ex cathedra. En effet, ni les éphémérides annuelles et mensuelles, ni le diaire du bidelle de philosophie du scolasticat de Vals-près-le Puy conservés dans les archives de la compagnie de Jésus à Vanves n’en retiennent une quelconque mention. Pour cette journée, ces documents indiquent la tenue d’une récollection qui s’accompagna d’une récréation livresque, d’une promenade et d’un temps de silence. Toutefois, le père François-Xavier Gautrelet s’est adressé le dimanche 1er décembre 1844 aux scolastiques et quelques jours plus tard, le vendredi 6, aux religieux de toute la maison ignatienne de Vals-près-le Puy.

  • 5 François-Xavier Gautrelet, Apostolat de la Prière, Lyon-Paris, Périsse, 1846, 132 p.
  • 6 Évolution du nombre d’abonnés au Messager du Cœur de Jésus : 2 000 en 1861, 8 000 en 1864, 15 000 e (...)
  • 7 Henri Ramière, L’Apostolat de la Prière – Sainte Ligue des cœurs chrétiens unis au cœur de Jésus po (...)

3Si la datation précise d’une exhortation du père Gautrelet aux scolastiques au début du mois de décembre 1844 pose problème, il n’en est pas moins certain qu’il publie un livre en 1846 sur le thème de l’apostolat de la prière5. Il y présente la prière comme un moyen pour propager la foi en veillant à offrir chaque jour sa vie à Dieu et en considérant que le travail quotidien représente la première étape de l’apostolat. L’évangélisation s’effectue d’abord par un rayonnement autour de soi : offrir cette démarche à Dieu constitue une contribution à l’annonce de l’Évangile dans le monde. Apparaissent ici les fondements d’une œuvre bien modeste sur le plan organisationnel mais qui retient l’attention du pape Pie IX, exilé à Gaëte, au point de publier le 19 août 1849 un premier bref pontifical en sa faveur. Si le père F.-X. Gautrelet n’étoffe guère davantage son initiative, un autre jésuite, en la personne du père Henri Ramière, prend le relai et amplifie l’action de son confrère. De 1852 à 1856, ce dernier rédige une Petite correspondance, feuillet trimestriel autocopié, qui se trouve à l’origine de la revue Le Messager du Cœur de Jésus publiée à partir de 18616. Cette publication constitue la clef de voûte de l’Apostolat de la prière, dès lors organisée comme une véritable œuvre de propagation de la foi tournée vers l’offrande eucharistique où s’articulent piété et action. En cette même année 1861, remodelant l’ouvrage du père F.-X. Gautrelet à la fois par son sous-titre et son contenu, le père H. Ramière publie un livre intitulé : L’Apostolat de la Prière – Sainte Ligue des cœurs chrétiens unis au cœur de Jésus pour obtenir le triomphe de l’Église et le salut des âmes 7. Jusque-là, rien de spécifique n’apparaît pour les plus jeunes.

4Dans la péninsule italienne, après la défaite des troupes pontificales face à l’armée du Piémont le 18 septembre 1860 à Castelfidardo, s’organise, officiellement à partir du 1er janvier 1861, une armée constituée de volontaires catholiques appelés « zouaves pontificaux ». Placés sous le commandement du Français La Moricière pourvu du grade de lieutenant-colonel et secondé par le capitaine de Charrette, ces soldats appartiennent à 25 nationalités différentes. Lors de la chute des États pontificaux, soit une décennie après leur création, leur nombre s’élève à 3 000 hommes mais l’effectif cumulé atteint un total de 10 000 volontaires pour l’ensemble de la période. Les Français sont essentiellement d’anciens officiers et assurent la majeure partie de l’encadrement. En septembre 1864, passée entre le gouvernement italien et Napoléon III, une convention prévoit l’évacuation des troupes françaises des États pontificaux dans un délai de deux ans, ce qui se produit effectivement en 1866. Ce désengagement suscite l’indignation des catholiques en France.

  • 8 D’après J.-E. Laborde, Un apôtre de l’Eucharistie – le Père Léonard Cros de la Compagnie de Jésus, (...)

5Dans cet état d’esprit et ce contexte conflictuel, en janvier 1865, le jésuite Léonard Cros fonde la « Milice du Pape » au sein des élèves du pensionnat des religieuses du Sacré-Cœur à Layrac (Lot-et-Garonne), membres d’une congrégation proche de l’esprit ignatien de la compagnie de Jésus. À l’instar de l’engagement des « zouaves pontificaux » adultes, le père L. Cros veut associer les jeunes générations de catholiques à un sursaut filial pour défendre le pape dont l’existence de ses États se trouve menacée par la mise en œuvre de l’unité italienne qui s’effectue à leurs dépens. Aussi décerne-t-il à ces élèves les noms de « croisés », « zouaves du Pape » ou encore « légionnaires » selon l’importance de leurs actes de piété. Il veut aider le pape en cette époque tumultueuse : « Je porterai les enfants à la dévotion au Pape, pour les conduire à la dévotion envers Joseph et Marie, et surtout pour les amener à la communion fréquente […]. »8 Plusieurs établissements scolaires bordelais se joignent à cette initiative : les écoles des religieuses de l’Immaculée-Conception, les écoles des frères de la paroisse Saint-Bruno et le collège de Tivoli tenu par les jésuites. En novembre 1868, le père L. Cros annonce la parution, à destination des jeunes, d’une série d’articles qui visent à les exhorter à défendre le pape Pie IX. Sous l’intitulé « Petit Messager du Cœur de Marie », ces textes paraissent dans une série « Lettres à un jeune soldat du Pape » insérée dans Le Messager du Cœur de Jésus. D’Espagne, de France, d’Angleterre ou encore d’Amérique, des zouaves du Pape envoient des lettres afin qu’elles soient publiées.

  • 9 Paul Dudon, « L’apostolat eucharistique du P. Léonard Cros », Études, 5 octobre 1913, p. 5-36.

6Cependant, depuis la chute de Rome en septembre 1870, un élan paraît s’être brisé et l’initiative du père L. Cros s’estompe peu à peu en ce début des années 1870, même si la rubrique Le Petit Messager du Cœur de Marie devient une revue à part entière dès 1875 et que la brochure La Milice du Pape, publication destinée à l’œuvre du même nom, connaît 11 rééditions jusqu’en 1893. Au sein du numéro d’avril 1880 du Messager du Cœur de Jésus, le chanoine Hamet, curé de Châtelaudren dans le diocèse de Saint-Brieuc, publie un article intitulé : « La Croisade des Enfants pour la défense de l’éducation chrétienne ». Ce texte pose les fondements d’une œuvre qui fonctionne sous ce nom pendant quatre ans. Plus brièvement, la « Croisade eucharistique des hommes » existe de 1880 à 1882 avec le soutien du père H. Ramière. En 1886, le père L. Cros fonde à Dôle des « Ligues de communion » au collège Notre-Dame de Mont-Roland. Les enfants qui y participent sont conviés à communier chaque jour. Toutefois, la revue Études devait indiquer par la suite : « le 14 janvier 1887, le P. Cros recevait de ses supérieurs défense d’exhorter les enfants à communier tous les jours et à promettre de communier tous les jours9 ». Par la suite, l’Apostolat de la prière soutient d’autres fondations : de 1904 à 1908, une « Croisade de chapelets » puis une « Croisade de chapelets et de Communion pour la France » ; en 1904, une « Ligue des femmes chrétiennes pour la France ». L’action du père L. Cros de soutien au pape ne permit pas de parvenir à la réussite temporelle espérée par ce jésuite. En revanche, le décret de Pie X Sacra Tridentina synodus du 20 décembre 1905, sur la communion fréquente, et le décret du même pape Quam singulari du 8 août 1910, sur la communion précoce des enfants, c’est-à-dire à partir de l’âge de raison, représentent une victoire spirituelle dont il a connaissance avant de mourir en janvier 1913 dans son exil espagnol dû à l’expulsion de religieux hors de France par les autorités politiques au début du XXe siècle.

  • 10 « Nous savions que le Congrès de Lourdes, quelques jours avant l’incendie, avait plusieurs fois, en (...)

7Cependant, ces deux décrets eucharistiques ne débouchent pas sur une application immédiate. Afin de vaincre l’inertie qui prévaut parmi les fidèles et le clergé, des organisations qualifiées de ligues voient le jour de 1911 à 1914 pour permettre la connaissance de ces textes. Parmi les personnes qui promeuvent ces ligues eucharistiques figurent le jésuite belge Jules Lintelo, fondateur de la revue L’Action eucharistique publiée d’août 1911 à août 1914, ou encore le jésuite français Albert Bessières. En mai 1914, pour y établir des ligues eucharistiques, le père J. Lintelo doit venir dans le diocèse de Vannes à la demande de l’évêque du lieu, Mgr Alcime Gouraud, mais finalement le père A. Bessières le remplace. Entré dans la compagnie de Jésus en 1901, ce dernier prêche à Lorient, Vannes et Auray. Parmi les fidèles venus l’écouter en ces deux dernières localités se trouve Madame Martin de Kergurione, née Marthe Le Fur et ultérieurement surnommée « Fidelis » au sein de la Croisade eucharistique. Ces ligues s’inscrivent dans la lignée des congrès eucharistiques internationaux dont le premier vit le jour à Lille en 1881 et qui se tiennent régulièrement, notamment pour l’un d’eux à Lourdes du 22 au 26 juillet 1914. Contrairement à ce qui fut parfois répandu, notamment par le père A. Bessières10, aucune motion spéciale n’y fut prononcée en faveur de la fondation d’une croisade pour enfant.

2. D’Auray à Bordeaux : un sursaut patriotique et spirituel

8Le 28 juillet 1914, l’Autriche déclare la guerre à la Serbie. L’Allemagne agit de même à l’égard de la Russie le 1er août puis de la France et de la Serbie le 3 août, tandis que la Grande-Bretagne entre en guerre le 4 août. Ce jour-là, les troupes allemandes envahissent la Belgique, violant la neutralité de ce pays : le pivot de la résistance des forces armées belges s’organise autour de la ville Liège mais le dernier fort de cette localité tombe le 17 août ; l’ennemi prend Bruxelles trois jours plus tard et multiplie les exactions, provoquant la mort de 6 000 civils belges en ce mois d’août. Venus au secours de la Belgique, les soldats français doivent rapidement refluer après avoir subi une défaite aux abords de Charleroi du 21 au 23 août. Engagés en Lorraine, d’autres militaires français y connaissent des pertes élevées. Hormis la prise de Mulhouse par les troupes du général Pau en août, les défaites se succèdent. Le 2 septembre, le gouvernement français quitte Paris pour s’installer à Bordeaux.

9En cette période dominée par des défaites et un désarroi généralisé, Madame Martin de Kergurione (1873-1956) rédige et diffuse à partir du 7 septembre un feuillet intitulé Appel aux enfants revêtu de l’imprimatur de l’abbé E. Dieulangard, vicaire général du diocèse de Vannes. Avec une tonalité spirituelle, il vise à stimuler le patriotisme :

  • 11 Appel aux enfants, Auray, tract, 24 août 1914, p. 1.

Petits chrétiens, petits Français, vous savez tous qu’une guerre, dont l’horreur dépassera tout ce qu’on avait vu jusqu’ici, s’est déchaînée brusquement sur l’Europe : vos pères, vos frères, vos parents ont été appelés à défendre la Patrie ! Vous êtes trop jeunes encore pour lui donner votre sang ; mais vous pouvez la défendre autrement. Les armes les plus puissantes pour obtenir la victoire, vous les avez entre les mains : prière, sainte Messe, Communion, petits sacrifices et actes de vertu, voilà les armes avec lesquelles vous allez lutter avec courage pendant cette guerre si meurtrière. Aux armes donc, petits soldats du Christ11 !

  • 12 Au début du XXe siècle, la Ligue des femmes françaises, fondée à Lyon et d’essence monarchiste, dif (...)
  • 13 Arch. SJ Vanves, Croisade eucharistique, dossier ERTm 1052 de la province de Toulouse, lettre de Ma (...)

10D’après son auteur, 10 000 exemplaires de ce tract sont diffusés avant le 20 septembre, jour de la rentrée des classes. Durant les semaines suivantes, 20 000 exemplaires supplémentaires auraient été distribués, essentiellement dans le cadre d’établissements scolaires catholiques mais aussi parfois dans des patronages, grâce au concours d’une demoiselle de Salins, présidente de la Ligue des femmes françaises dans l’arrondissement de Vannes12. L’action entreprise paraît se limiter au Morbihan. Hormis le tract de la fin de l’été 1914, Madame Martin de Kergurione n’entreprend rien pour la prolonger pendant près de deux ans. Elle n’en déclare pas moins 21 ans plus tard à propos des origines de la Croisade eucharistique : « dans le diocèse de Vannes, des centaines de groupes travaillaient, depuis la fin de septembre [1914] qui avait vu la rentrée des classes, à la victoire de la France13 ». Cette affirmation après l’écoulement de deux décennies pourrait être légitime pour la deuxième moitié du conflit mais serait assez étonnante pour la période de 1914 jusqu’au début de l’année 1916 alors qu’aucune infrastructure, ni aucune revue spécifique, n’avait vu le jour.

11À la rentrée scolaire d’octobre 1904, sous la dénomination de dames de Sainte-Clotilde en raison de la politique anticongréganiste de l’époque, trois religieuses de la congrégation de Sainte-Clotilde fondent rue Saint-Étienne à Bordeaux un établissement scolaire appelé cours Saint-Seurin. Il se trouve à proximité immédiate de la basilique bordelaise du même nom. Au début de la Première Guerre mondiale, Geneviève Boselli, l’une de ces trois religieuses, y enseigne en classe de quatrième à 19 filles âgées de 13 à 14 ans. En décembre 1914, ces élèves rédigent une lettre à l’intention du général Paul Pau, connu pour ses convictions catholiques affirmées. Elles lui témoignent de leur soutien. Elles lui promettent prières et communions eucharistiques pour la victoire. En retour, il leur exprime sa gratitude pour leur geste :

  • 14 D’après Albert Bessières, La Croisade des Enfants, op. cit., p. 14-15.

Je reçois aujourd’hui, 31 décembre, au déclin de cette année tragique, à l’aurore de l’année qui verra, s’il plaît à Dieu, le triomphe de notre chère patrie, le précieux envoi du cours Saint-Seurin, et je m’empresse de vous adresser l’expression de ma vive gratitude […]. C’est la femme française qui crée les héros ; c’est elle aussi qui les soutient. Comme elle a su prendre sa large part dans l’épreuve, large aussi sera sa part dans la victoire. Veuillez, Mesdemoiselles, me permettre de me faire auprès de vous l’interprète de la reconnaissance de nos braves troupiers, dont vous travaillez à soulager les misères matérielles et à réconforter le moral14.

  • 15 Un troisième de ses fils meurt pour la France en 1915.

12Peu de jours après, en janvier 1915, les élèves écrivent au général Édouard de Curières de Castelnau (1851-1944). Natif de Saint-Affrique dans l’Aveyron, catholique convaincu dont deux de ses douze enfants sont morts au combat en 191415, il a livré durant l’été 1914 la bataille de Morhange (19-20 août) en Moselle et, peu après, remporté la bataille de la « trouée de Charmes » (24-26 août) puis celle du Grand-Couronné (31 août-11 septembre) contribuant ainsi à sauver Nancy. À leur courrier, les jeunes filles joignent une image qui représente Jeanne d’Arc que l’Église catholique a béatifiée en 1909. S’y trouve le résultat des efforts d’une neuvaine de sacrifices aux intentions du général. Dans leur lettre, elles affirment :

  • 16 Archives du centre national du Mouvement eucharistique des jeunes à Paris (Arch. MEJ Paris), copie (...)

Nos cœurs brûlent d’amour pour notre chère patrie : pour la défendre, nous voudrions, comme Jeanne d’Arc, pouvoir combattre à côté de nos valeureux et illustres généraux ; cela nous est impossible matériellement. Cependant nous sommes ardentes, pleines de forces morales, nous voulons lutter, nous aussi. Alors, Chrétiennes et Françaises, nous nous sommes rappelées la parole de Jeanne : “Les hommes d’armes batailleront, et Dieu donnera la victoire”. Cette victoire, nous voulons contribuer à l’obtenir. Nous avons donc pris en main les armes puissantes devant lesquelles rien ne résiste : la prière et le sacrifice. Puis nous nous sommes rangées sous l’étendard de Jeanne d’Arc, afin d’être son petit bataillon de choix. Mais il nous fallait un Général, un Général à côté de qui nous combattrions en esprit, vers lequel notre pensée se dirigerait dans tous nos efforts persévérants. Alors nous avons pensé à vous, Général : vous êtes l’homme de l’armée et de la religion ! Vous avez donné généreusement vos deux fils à la Patrie, aussi notre chef nous l’avons trouvé : c’est vous, Général, le vaillant soldat et le fervent chrétien ; nous voulons combattre à vos côtés par la prière… Vous bataillerez, nous prierons et Dieu donnera la victoire ! Notre neuvaine de prières et de sacrifices s’est terminée ce matin par une messe que nous avons fait dire à vos intentions. Maintenant nous vous envoyons le compte rendu de nos efforts quotidiens. […] Nous continuerons d’offrir nos prières et nos sacrifices à vos intentions : nous tâcherons d’être bien ferventes et bien courageuses, afin d’être dignes de Jeanne d’Arc et de notre Général. Avant de terminer cette lettre, permettez-nous, Général, de vous dire Merci de tout notre cœur de petites Françaises. Merci, oh ! Merci à tous ces héros qui se sacrifient si simplement et si magnifiquement pour notre bien-aimée patrie ! Puissent leurs efforts être bientôt couronnés de succès ! Puisse le Sacré-Cœur briller sur nos étendards et nous donner la victoire. Puissions-nous bientôt répéter dans l’allégresse et la reconnaissance ce cri de nos aïeux : Vive le Christ qui aime les Francs ! Un petit bataillon de Jeanne d’Arc. [Suivent les signatures]16

  • 17 Arch. MEJ Paris, carte du général de Castelnau aux élèves de la classe de quatrième du cours Saint- (...)
  • 18 Arch. MEJ Paris, carte du général Joffre aux élèves de la classe de quatrième du cours Saint-Seurin (...)
  • 19 Né le 26 février 1889 à Lestelle (Pyrénées-Atlantiques), il est soldat de 2e classe du 1er régiment (...)

13Le général de Castelnau leur répond le 30 janvier 1915 : « Je suis bien sensible à votre gracieux et si touchant souvenir ; je vous en remercie de tout cœur. Votre précieuse sympathie et vos ferventes prières aideront sûrement votre vieux général dans l’accomplissement de sa rude tâche. Vous aurez contribué ainsi au triomphe de notre sainte cause que les âmes françaises attendent avec la plus entière confiance dans la vaillance de nos soldats et la protection du Ciel17 ». Au printemps suivant, elles écrivent au général Joseph Joffre, commandant en chef des armées de l’Est et franc-maçon notoire, qui leur accorde une brève réponse : « Avec ses sincères remerciements – Grand quartier général – 11 juin 191518 ». Les élèves du cours Saint-Seurin ne correspondent pas avec d’autres généraux. En revanche, à partir de la fin de l’hiver 1915, elles s’engagent dans un échange épistolaire avec le père Jean Romain Saubatte, mobilisé dans l’armée comme brancardier sur le front. Les jeunes filles accompagnent leurs lettres de colis composés tout particulièrement de chocolats et de cigarettes acquis grâce à de l’argent obtenu par des privations, sacrifices ou mortifications. Il s’agit d’aider le prêtre en lui fournissant des dons pour accompagner son apostolat auprès des soldats secourus. En raison de sa nature, cette initiative prend le nom d’« Apostolat de la cigarette ». Elle ne dure toutefois que quelques semaines. En effet, le père Saubatte meurt le 23 juin 191519 à Neuville-Saint-Vaast dans le cadre de l’offensive alliée menée en Artois en mai-juin de cette année-là.

3. Sanctifier l’« Apostolat de la cigarette »

  • 20 Le père A. Bessières est affecté dans un train sanitaire jusqu’au 23 novembre 1916. Il est ensuite (...)

14À Bordeaux, en octobre 1915, les dames de Sainte-Clotilde demandent au jésuite Jean Mallat de leur indiquer le nom d’un père mobilisé de la Compagnie de Jésus pour pourvoir au remplacement du père Saubatte. Il donne le nom du père Albert Bessières. Depuis la mobilisation, ce dernier est affecté dans les Vosges comme brancardier dans un train sanitaire20. Le 13 novembre 1915, avant d’achever une permission de six jours dans la cité bordelaise, il se rend au cours Saint-Seurin pour rencontrer les jeunes filles parvenues en classe de troisième. Il décrit ainsi le début de sa visite :

  • 21 Albert Bessières, La Croisade des Enfants, op. cit., p. 16.

Aux murs, des drapeaux, une statue de la Vierge, une image du Sacré Cœur et, au-dessous, un tableau où chaque enfant inscrivait, au jour le jour, ce qu’elle offrait pour le salut de la France : communions, prières, sacrifices, heures de travail, de silence […]. Une preuve que ce ravitaillement surnaturel se faisait sérieusement, loyalement, c’était la présence de plusieurs O, de plusieurs “non” inscrits par les enfants en face de leurs noms. Je n’avais préparé nul discours. La vue du tableau aux munitions m’imposa le sujet de ma très brève causerie. “Pourquoi, mes enfants, l’organisation d’offensives surnaturelle ébauchée par vous ne s’étendrait-elle pas à toute la France, et même par-delà nos frontières, à toutes les nations amies”21.

  • 22 Règlement de la Croisade des Enfants (20 avril 1916), L’Aquitaine – semaine religieuse du diocèse d (...)

15Après cette visite du 13 novembre, des élèves écrivent au père jésuite dans le courant du mois de décembre. Celui-ci commence à publier ces lettres en début d’année 1916 dans Le Messager du cœur de Jésus de l’Apostolat de la prière, œuvre qui avait déjà contribué à la diffusion des ligues eucharistiques avant-guerre, pour lancer l’idée d’une croisade. En raison de l’anonymat demandé par les dames de Sainte-Clotilde, il n’est question dans les pages de la revue que d’une formulation générique « Cher Gabriel » et d’une école « Saint-Louis » à la place de la mention du cours Saint-Seurin. À nouveau de retour en permission à Bordeaux au cours des dernières semaines de l’hiver 1916, le père Bessières rencontre une deuxième fois les élèves, au nombre de 28, en présence de leur religieuse enseignante et de la directrice de l’établissement. Il expose que de nombreux enfants en France lui expriment leur désir de se joindre à l’initiative née au cours Saint-Seurin mais que lui-même se trouve dans l’incapacité de répondre aux multiples courriers reçus qui, par ailleurs, nécessitent la mise en place d’un minimum d’organisation. Les élèves acquiescent à la demande du père de tenir un registre pour y inscrire les noms des enfants désireux d’adhérer à la croisade. Finalement, le 25 mars 1916, le secrétariat de la « Croisade des enfants », suivant l’appellation retenue pour le mouvement, se fixe au monastère de la Visitation et se trouve tenu par sœur Marie-Véronique Allard. Le père Bessières charge les dames de Sainte-Clotilde d’écrire un règlement. Elles le rédigent avec les conseils du jésuite J. Mallat. Après des retouches du père Bessières, le texte reçoit le 20 avril 1916, jour du Jeudi saint, l’imprimatur de l’abbé Giraudin, vicaire général du diocèse de Bordeaux22. Le document comprend huit articles parmi lesquels :

  • 23 Ce troisième article renvoie à une note qui indique : « Il est aussi excellent d’afficher en classe (...)
  • 24 Ibid.

Art. 1er – La Croisade des Enfants est une mobilisation de la prière des enfants pour la victoire de la France, le salut éternel de ceux qui meurent pour elle et la restauration chrétienne de la Patrie libérée. Art. 2. – Comme toute armée, celle de la Prière comprend des soldats et des chefs. Sont admis : 1° Comme soldat, les enfants qui s’engagent à offrir quotidiennement leur journée au Sacré-Cœur, à toutes ses intentions, et particulièrement pour le salut de la France, pour la paix « de la justice et du droit » ; 2° Les caporaux s’engagent, en plus, à la communion hebdomadaire ou tout au moins mensuelle ; 3° Les sergents à la communion fréquente (trois ou quatre fois par semaine) ; 4° Les officiers à la communion (autant que possible) quotidienne. Pour tous, offrande obligatoire de la journée au Sacré-Cœur, prières et sacrifices, selon la mesure de grâce et de courage. Art. 3. – Le tout, pour la victoire, l’avenir chrétien de la France, le salut des combattants, mais plus spécialement pour le triomphe de nos armes dans le Secteur que chaque “Croisé” se sera choisi, sur notre front ou le front des Alliés, et dont il aura assumé la responsabilité23 […]. Art. 7. – […] pour garder à la Croisade son homogénéité, son atmosphère de famille, le nom des adhérents ou, plus simplement, le nombre des membres de chaque groupe sera communiqué au Secrétariat de la Croisade : Monastère de la Visitation, 47, cours saint-Médard, Bordeaux […]. Art. 8. – La “Croisade des Enfants” est confiée au patronage de Marie, Reine de la France, et des Saints protecteur de notre patrie, plus particulièrement à celui de notre grande héroïne nationale, Jeanne d’Arc24.

16L’évocation de Jeanne d’Arc appelle des précisions. Sa béatification qui date du 18 avril 1909 permet de la déclarer bienheureuse. Toutefois, la canonisation, cérémonie au cours de laquelle l’Église catholique la reconnaît sainte, ne se produit que le 16 mai 1920, quelques jours avant que l’État n’exprime sa reconnaissance à l’égard de cette jeune fille par le vote d’une loi en date du 24 juin où les députés instituent une fête nationale pour honorer sa mémoire. Le jour même de l’imprimatur octroyé pour le règlement, le 20 avril 1916, le cardinal Paulin Andrieu, archevêque de Bordeaux, approuve la « Croisade des enfants » :

  • 25 Paulin Andrieu, « La Croisade des Enfants – Appel de S. E. le Cardinal-Archevêque de Bordeaux recom (...)

Cette Croisade est intéressante en effet par le but qu’elle poursuit : la victoire de la France, le salut éternel de ceux qui meurent pour elle, la restauration chrétienne de la Patrie. […] MM. Les Curés sont priés de lire en chaire le présent Appel, et de travailler à le faire pénétrer jusque dans les milieux soi-disant laïques. Qui oserait se dire laïque, quand la Patrie nous demande une prière qui lui est indispensable pour obtenir du Dieu fort et puissant dans les batailles la récompense de son héroïsme, c’est-à-dire la victoire25 !

  • 26 Arch. SJ Vanves, Croisade eucharistique, dossier ERTm 1052 de la province de Toulouse, lettre de Ge (...)
  • 27 De juin 1917 jusqu’en avril 1919, deux éditions presque similaires paraissent : l’une à Albi avec M (...)

17De son côté, en juin 1916, Madame Martin publie le premier numéro d’une revue mensuelle intitulée Petit bulletin de la Croisade des Enfants. Y figure l’imprimatur de l’évêque de Vannes obtenu le 25 juin. Jeanne d’Arc y est invoquée, sans que d’autres bienheureux ou saints ne soient cités. Le document ne mentionne nullement l’Apostolat de la prière ou encore la Croisade des enfants de Bordeaux et son règlement. Il s’agit d’une modeste publication de seulement quatre pages imprimée à Albi chez les Orphelins apprentis d’Auteuil. Son format initial se limite à 10 centimètres sur 15. Ses dimensions ultérieures ne varient que très légèrement. La publication aurait connu un tirage de 25 000 exemplaires un an plus tard dont les trois cinquièmes diffusés dans le seul diocèse de Vannes. Le nombre d’inscrits à la Croisade des enfants s’élève à l’automne 1916 à 70 00026 pour la France non occupée et quelques diocèses étrangers. À partir de juin 1917, le bulletin est imprimé non seulement à Albi mais aussi à Toulouse chez Privat avec le concours de l’Apostolat de la prière. De légères modifications distinguent les deux versions. Désormais, bien que bicéphale, cette publication devient la revue des enfants inscrits auprès du secrétariat de la Croisade des enfants situé au couvent de la Visitation de Bordeaux27.

  • 28 Placée sous le patronage de Thérèse de l’Enfant Jésus et de Pie X, cette revue conserve son titre j (...)
  • 29 Albert Bessières, La Croisade des Enfants, op. cit.

18Geneviève Boselli et l’abbé Dufay, devenu par la suite père du Saint-Esprit, désirent tous deux prolonger la revue L’Action eucharistique, arrêtée au début du conflit. Leur important concours financier permet, en janvier 1917, le lancement d’Hostia avec comme sous-titre Revue d’action et d’éducation eucharistique28. L’objectif de cette publication est double : former les responsables de la Croisade des enfants naissante et les personnes désireuses d’approfondir le sens de l’eucharistie. Durant le conflit, outre le cardinal archevêque de Bordeaux, plusieurs évêques adressent bénédictions et encouragements à l’œuvre naissante : le cardinal Louis Luçon, archevêque de Reims ; l’archevêque de Montréal ; les évêques d’Aire et Dax, d’Agen et de Lourdes. Les centres d’archives consultés ne semblent pas posséder de documents d’époque provenant des enfants du mouvement. En revanche, l’ouvrage La Croisade des Enfants29 du père Bessières mentionne plusieurs passages de leurs lettres.

Illustration 1. Petit bulletin de la Croisade des Enfants, n° 1, juin 1916, page de couverture.

Illustration 1.  Petit bulletin de la Croisade des Enfants, n° 1, juin 1916, page de couverture.

19Comme il ne s’agit pas des correspondances originelles, la prudence demeure de mise à leur égard. Pourtant, la comparaison d’autres textes originaux et de leur reproduction par le père A. Bessières montre une assez grande fidélité dans leur retranscription, hormis quelques éléments comme des signes de ponctuation modifiés ou des majuscules ou minuscules non respectées. Le fond paraît ne pas avoir connu de transformations. Sans en être certain, sans doute est-il probable que les extraits publiés de lettres d’enfants connurent un respect similaire. Le père Bessières rapporte les propos d’une jeune Belge :

  • 30 Ibid., p. 73-74.

Comme mes amies de classe j’ai choisi mon secteur. C’est ma chère ville de Liège envahie que je veux reconquérir. J’en suis partie avec maman et mes deux sœurs, au mois de mai 1915. Notre cher papa est resté là-bas retenu par les Allemands. Je vais maintenant étudier ma leçon d’histoire de France et m’efforcer d’obtenir un 10. Demain notre maîtresse fera le compte des munitions en prières, sacrifices, communions amassées par toutes les élèves de la classe pour la libération de la France et de ma pauvre Belgique30.

  • 31 Ibid., p. 139.

20Le père Bessières cite également un extrait d’une lettre d’une élève de la classe de troisième du cours Saint-Seurin au moment de la bataille de Verdun en 1916, en ayant probablement à l’esprit la mise en parallèle avec l’action militaire menée au même moment en France à l’égard de ce secteur du front : « Nous avons résolu de nous entr’aider. Sans abandonner nos secteurs respectifs, nous allons venir toutes en aide à ceux de nos amis qui se battent pour le secteur de Verdun31 ». Originaire du Lot-et-Garonne, l’abbé Jean Lagardère (1860-1918), aumônier au sein de la 4e section d’infirmiers militaires, s’inscrit auprès du secrétariat de la Croisade avec plusieurs soldats proches de lui. Il noue une relation épistolaire durant le conflit avec les élèves du cours Saint-Seurin avant sa mort, le 4 novembre 1918, due à ses blessures. Peu après l’armistice du 11 novembre 1918, les responsables du mouvement considèrent nécessaire de procéder à un ajustement du règlement puisque la victoire de la France est acquise. Il s’ensuit la publication d’un deuxième règlement dès la mi-décembre 1918, approuvé par l’archevêque de Bordeaux, qui s’attache tout particulièrement à l’idée de la restauration chrétienne de la patrie libérée. Le mouvement prend le nom de « Croisade eucharistique des enfants ». Le secrétariat demeure au monastère de la Visitation à Bordeaux jusqu’en 1920, année au cours de laquelle il est transféré au siège de l’Apostolat de la prière à Toulouse. En 1922, la dénomination du mouvement devient la « Croisade eucharistique ». Cette année-là, elle invite ses membres à appliquer la devise « prie, communie, lutte et conquiers » qui, en 1925, devient « prie, communie, sacrifie-toi, sois apôtre ».

 

21Fondée à Bordeaux dans un cadre scolaire au cours de la Grande Guerre, la Croisade des enfants possède des ramifications qui s’enracinent chronologiquement et spatialement au-delà du cours Saint-Seurin et des frimas de l’automne 1915. Elles plongent dans le XIXe siècle et la défense temporelle du Pape, tout en se tournant vers la primauté du spirituel soulignée par les décrets eucharistiques de 1905 et de 1910. Par-delà les tensions entre Église et État à la charnière du XIXe et du XXe siècle, les premières initiatives spirituelles et patriotiques menées au cours Saint-Seurin, auprès de généraux aux profils très contrastés, participent à l’Union sacrée qui prévaut en France au cours de la Grande Guerre. Les nombreuses références à Jeanne d’Arc anticipent sur la concordance d’action à son égard, en 1920, de la part des institutions ecclésiales et de l’État. Le jésuite A. Bessières voit une filiation qui s’étend des zouaves du Pape, à la fin des années 1860, jusqu’aux jeunes croisés lors de la Première Guerre mondiale. De fait, des liens existent sur le plan spirituel. Ils ne s’en trouvent pas moins renforcés par le cadre scolaire religieux qui, dans les deux cas, permet une action en groupe animée par un idéal spécifique. De septembre 1939 jusqu’au 10 mai 1940, durant la « drôle de guerre », les responsables français de la Croisade eucharistique veulent susciter à nouveau, en ces heures tragiques, un élan spirituel et patriotique en incitant les membres du mouvement à la prière et à la réalisation de dessins ou de colis destinés aux soldats. La tournure prise par les opérations militaires au printemps 1940 ne permit guère une réalisation effective des desseins envisagés.

Notes

1 Maison mère de la congrégation des sœurs de Sainte-Clotilde, 101 rue de Reuilly dans le XIIe arrondissement de Paris.

2 Ludovic Laloux, « Geneviève Boselli », dans Anne Cova et Bruno Dumons, Destins de femmes – Religion, culture et société (France, XIXe-XXe siècles), Paris, Letouzey et Ané, 2010, p. 81-82.

3 Archives de la compagnie de Jésus à Vanves (Arch. SJ Vanves), Croisade eucharistique, dossier ERTm 1052 de la province de Toulouse, lettre de Geneviève Boselli à Charles Parra, 27 juillet 1927, 14 p.

4 Arch. SJ Vanves, Croisade eucharistique, dossier ERTm 1052 de la province de Toulouse, lettre de Charles Parra à Geneviève Boselli, 12 août 1927, p. 1.

5 François-Xavier Gautrelet, Apostolat de la Prière, Lyon-Paris, Périsse, 1846, 132 p.

6 Évolution du nombre d’abonnés au Messager du Cœur de Jésus : 2 000 en 1861, 8 000 en 1864, 15 000 en 1875 et 22 000 en 1876.

7 Henri Ramière, L’Apostolat de la Prière – Sainte Ligue des cœurs chrétiens unis au cœur de Jésus pour obtenir le triomphe de l’Église et le salut des âmes, nouvelle édition complètement refondue, Paris, Périsse, 1861, 249 p.

8 D’après J.-E. Laborde, Un apôtre de l’Eucharistie – le Père Léonard Cros de la Compagnie de Jésus, Toulouse, Apostolat de la prière, 1921, p. 299.

9 Paul Dudon, « L’apostolat eucharistique du P. Léonard Cros », Études, 5 octobre 1913, p. 5-36.

10 « Nous savions que le Congrès de Lourdes, quelques jours avant l’incendie, avait plusieurs fois, en séance générale et dans des réunions particulières, émis le vœu d’une Croisades des Enfants, d’une croisade universelle de prières et de communions, d’une Croisade eucharistique des petits, pour une plus fidèle application des décrets eucharistiques, pour le retour à Dieu des nations oublieuses, et aussi pour une plus efficace résistance aux attaques qui se dessinaient partout contre l’École chrétienne ». Albert Bessières, La Croisade des Enfants, Toulouse, Éditions Apostolat de la prière, Paris Beauchesne, 1917, p. 8. Le début de cette citation concerne le congrès eucharistique international de Lourdes qui se tient du 22 au 26 juillet 1914, peu de jours avant que n’éclate la Première Guerre mondiale, soit l’incendie auquel il est fait allusion.

11 Appel aux enfants, Auray, tract, 24 août 1914, p. 1.

12 Au début du XXe siècle, la Ligue des femmes françaises, fondée à Lyon et d’essence monarchiste, diffusait déjà une publication mensuelle pour les enfants intitulée La Croisade des enfants. Voir Bruno Dumons, Les Dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006, 528 p.

13 Arch. SJ Vanves, Croisade eucharistique, dossier ERTm 1052 de la province de Toulouse, lettre de Madame Martin de Kergurione au père jésuite Charles Parra, 1er novembre 1935, p. 1.

14 D’après Albert Bessières, La Croisade des Enfants, op. cit., p. 14-15.

15 Un troisième de ses fils meurt pour la France en 1915.

16 Archives du centre national du Mouvement eucharistique des jeunes à Paris (Arch. MEJ Paris), copie de la lettre des élèves de la classe de quatrième du cours Saint-Seurin à Bordeaux au général de Castelnau, janvier 1915. Le texte de la lettre, légèrement différent, se trouve dans A. Bessières, La Croisade des Enfants, op. cit., p. 12-13.

17 Arch. MEJ Paris, carte du général de Castelnau aux élèves de la classe de quatrième du cours Saint-Seurin à Bordeaux, 30 janvier 1915, 2 p.

18 Arch. MEJ Paris, carte du général Joffre aux élèves de la classe de quatrième du cours Saint-Seurin à Bordeaux, 11 juin 1915, 1 p.

19 Né le 26 février 1889 à Lestelle (Pyrénées-Atlantiques), il est soldat de 2e classe du 1er régiment mixte de zouaves et tirailleurs lorsqu’il meurt de ses blessures sur le champ de bataille de Neuville-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) le 23 juin 1915. Voir sa fiche nécrologique militaire sur le site internet « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr

20 Le père A. Bessières est affecté dans un train sanitaire jusqu’au 23 novembre 1916. Il est ensuite attaché à une ambulance dans la Meuse puis, de juillet à septembre 1917, au groupe de brancardiers divisionnaires de la 130e division alors au Chemin des Dames. Sa démobilisation survient en 1919. Voir deux ouvrages autobiographiques de ce jésuite : Le train rouge, deux ans en train sanitaire, Paris, Beauchesne, 1916, 286 p. ; Le Chemin des dames. Carnet d’un territorial, Paris, Bloud et Gay, 1918, 140 p.

21 Albert Bessières, La Croisade des Enfants, op. cit., p. 16.

22 Règlement de la Croisade des Enfants (20 avril 1916), L’Aquitaine – semaine religieuse du diocèse de Bordeaux, 27 avril 1916.

23 Ce troisième article renvoie à une note qui indique : « Il est aussi excellent d’afficher en classe la Carte du front, avec les noms des Secteurs et celui de leurs titulaires. Les Alliés de la France – alliés effectifs ou de cœurs – continuent à être fraternellement conviés à la Croisade des Enfants de France, à laquelle, de diverses nationalités : Amérique, Belgique, Italie…, sont déjà venues des adhésions ».

24 Ibid.

25 Paulin Andrieu, « La Croisade des Enfants – Appel de S. E. le Cardinal-Archevêque de Bordeaux recommandant “la Croisade des Enfants” pour la France », feuillet, 21 avril 1916, p. 1-2.

26 Arch. SJ Vanves, Croisade eucharistique, dossier ERTm 1052 de la province de Toulouse, lettre de Geneviève Boselli à Charles Parra, 27 juillet 1927, 14 p., p. 6.

27 De juin 1917 jusqu’en avril 1919, deux éditions presque similaires paraissent : l’une à Albi avec Marthe Martin de Kergurione, l’autre à Toulouse avec le père A. Bessières. Dénominations ultérieures de la publication : Petit bulletin de la Croisade eucharistique des enfants, Toulouse, mai 1919 – octobre 1922 ; Petit bulletin mensuel de la Croisade eucharistique, Toulouse, novembre 1922 – décembre 1948 ; La lettre du pape, Toulouse, janvier 1949 – décembre 1965 ; Prions le Seigneur, Toulouse puis Paris à partir de 1969, janvier 1966 – 1984 ; Prier onze-quatorze, Paris, décembre 1984 – juillet-août 1988.

28 Placée sous le patronage de Thérèse de l’Enfant Jésus et de Pie X, cette revue conserve son titre jusqu’en juillet 1966 au sein de la Croisade eucharistique puis du Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ) qui lui succède en France en 1962. Depuis 1966, Partage remplace Hostia.

29 Albert Bessières, La Croisade des Enfants, op. cit.

30 Ibid., p. 73-74.

31 Ibid., p. 139.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Petit bulletin de la Croisade des Enfants, n° 1, juin 1916, page de couverture.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search