Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Seconde partie. Au cœur de la Première Guerre mondiale (1914-1918)

Chapitre 10. 1914-1918 : Un « défaitisme » des enseignants de l’école républicaine ? Le pacifisme des instituteurs et institutrices français face à la guerre

Galit Haddad

Texte intégral

« Tout le monde enseigne de la même manière la lecture, l’écriture, le calcul et la grammaire […]. L’histoire, c’est la grande leçon de choses. Quand elle n’est pas une matière scientifique, elle devient une munition de guerre ». (Combes, décembre 1909).

  • 1 Thierry Flammant, L’École émancipée, une contre-culture de la belle époque, Treignac, Les Monédière (...)
  • 2 Voir la présente contribution d’Emmanuel Saint Fuscien à cet ouvrage.

1Depuis l’aube du XXsiècle, l’instituteur était devenu le symbole du pacifisme : il était « celui qui, ayant délaissé les bataillons scolaires des années 1880, enseigne la paix aux enfants des écoles publiques1 ». Pourtant, lors de l’entrée en guerre en 1914, la majorité d’entre eux se rallia à l’union sacrée. Le « devoir » patriotique devint dès lors la priorité des instituteurs de l’école laïque ; tous sont mobilisés, qu’ils soient au front ou qu’ils demeurent dans leurs classes. Le bilan du conflit pour cette catégorie professionnelle fut d’ailleurs particulièrement lourd. Sur plus de 35 000 instituteurs mobilisés, on compte 8 419 tués, soit 22.6 % d’entre eux. Rares sont les instituteurs qui remettent en cause l’idée que leur pays mène une guerre défensive et « juste » contre l’envahisseur barbare. Toutefois, un petit cercle minoritaire reste fidèle à la cause pacifiste, quitte à souffrir des mesures répressives de l’État à son encontre. S’il est un milieu dont l’action pacifiste est hors de proportion avec la persécution subie, c’est décidément celui-là. À partir de la fin de l’année 1917, les enseignants défenseurs de la cause pacifiste deviennent une catégorie à part entière, jugée défaitiste, et visée comme telle par les autorités. En 1918, certains seront jugés devant le Conseil de guerre et condamnés à des peines d’emprisonnement. La communauté des instituteurs combattants, y compris ceux qui adhéraient au syndicalisme enseignant, fit donc son « devoir » sur le front, avec abnégation, dès 19142. Mais dans le tourbillon anti-pacifiste de 1917, la protestation contre la guerre d’une faible minorité au sein du syndicalisme enseignant a provoqué une vague d’accusations et de méfiance qui a noirci l’image des enseignants de l’école primaire.

1. Le syndicalisme des instituteurs avant 1914 : antimilitaristes et antipatriotiques ?

2Saisir la spécificité de cette protestation pacifiste pendant le conflit, les modalités de ce refus ainsi que les formes de la polémique publique que suscite une telle minorité exige de remonter au tournant du siècle. Depuis la fin du XIXsiècle, les instituteurs de l’école laïque sont perçus comme des enseignants de la paix, qui inculquent aux enfants des valeurs humaines et pacifiques tout en développant chez eux l’amour de la patrie. La majorité des manuels scolaires d’alors illustrent bien le fait qu’à travers l’enseignement, et particulièrement celui de l’histoire, les instituteurs transmettent aux enfants un rejet de la guerre et de ses horreurs, mais sans aucune perspective idéologique. Pourtant, à plusieurs reprises, sous l’influence des débats parlementaires au sujet des instituteurs affiliés au syndicalisme, se dessine une image négative de ce milieu – un monde d’antipatriotes et/ou d’antimilitaristes, dit-on – qui rejaillit indirectement sur la représentation de l’ensemble du corps enseignant de l’École publique. C’est dans le rapprochement d’un cercle restreint d’instituteurs d’avec les syndicats du mouvement ouvrier que résident les éléments stéréotypés identifiables d’où germe cette réputation de pacifistes, voire d’antipatriotes, qui leur est attribuée. Les instituteurs qui manifestent leur opposition à la guerre dès 1915 proviennent en effet du milieu qui cherchait à s’affilier à la CGT.

A) Les premiers mouvements d’instituteurs syndicalistes

  • 3 Frédéric Mole, « L’autre école des premiers instituteurs syndicalistes », Le Télemaque, n˚ 28, 2005 (...)
  • 4 Ibid., p. 70.
  • 5 Jacques Girault, « L’histoire du syndicalisme chez les instituteurs jusqu’à la Seconde Guerre Mondi (...)
  • 6 Pour un bref panorama de l’histoire de la Fédération, sa naissance et son évolution avant 1919 voir (...)

3Dès la fin du XIXsiècle, les instituteurs s’organisent dans le cadre de la Fédération des Amicales d’Instituteurs dont le premier congrès a lieu en 1900. Au sein de ces amicales se développe « une culture critique de l’institution scolaire à mesure que cette vie associative gagne en indépendance3 ». Leur objectif vise l’émancipation du corps enseignant et « la conquête de droits statutaires et d’une dignité professionnelle4 ». Un mouvement issu des milieux radicaux et s’opposant au pouvoir organise un congrès à Marseille, en 1903, présidé par les ministres Combes et Pelletan5. Cette même année est fondée l’association L’Émancipation de l’instituteur, avec sa revue souvent critique sur la manière dont l’école publique est conduite. À partir de 1904, l’association s’organise en groupements départementaux : « les sections d’émancipation ». Leur proximité avec les idées de l’Internationale, et notamment celles du syndicalisme révolutionnaire s’intensifie pendant la décennie d’avant 1914. Une étape décisive a lieu le 13 juillet 1905, lorsque l’assemblée générale vote pour la transformation des sections d’émancipation en syndicats d’instituteurs et crée la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs [FNSI]6. Cette nouvelle fédération définit les instituteurs comme des « prolétaires exploités » et exprime sa volonté de se joindre à la CGT. Le premier congrès de la Fédération est fixé pour le 12 avril 1906. 1 500 instituteurs sont présents, parmi lesquels Ferdinand Buisson et Jean Jaurès, rédacteur à partir de 1905 d’un article de tête dans la Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur.

  • 7 Barnett Singer, « From Patriots to Pacifists: The French Primary School Teachers, 1880-1940 », Jour (...)
  • 8 Le Rappel, 8 avril 1907, dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire chez l (...)
  • 9 Le Temps, 31 mars 1907, dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. c (...)
  • 10 Ibid., p. 144.
  • 11 Loïc Le Bar, La Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1935)…, op. cit., p. 35.
  • 12 Ibid.

4Quoique minoritaires, ces instituteurs syndicalistes deviennent la cible de la presse catholique et de droite, qui accuse d’antipatriotisme7 le corps de l’enseignement public tout entier. En 1907, les tensions s’aggravent entre la FNSI et le gouvernement Clemenceau-Briand, suite au refus du Syndicat du Rhône d’obéir au préfet lui ordonnant de quitter la Bourse du Travail. Le 29 mars 1907, les syndicats d’instituteurs votent leur adhésion à la CGT, ce qui leur vaut de virulentes critiques de la part des journaux de droite. Le Rappel les surnomme « fonctionnaires de la révolte8 » ; Le Temps juge qu’ils ne « méritent pas d’être conservés dans les cadres des enseignements primaires9 ». L’Humanité demeure, ce qui n’étonne pas, un des seuls titres à les défendre et à soutenir leurs revendications. À la Chambre des députés, les débats parlementaires s’enflamment contre les enseignants syndicalistes. Les députés de la droite médisent à toute occasion contre les instituteurs de l’école laïque. À la séance du 7 mai 1907, Ferdinand Buisson déclare : « La question n’est pas de savoir si les quelques centaines d’instituteurs syndicalistes ont employé des adjectifs regrettables dans leur épître au président du Conseil, mais s’il convient d’autoriser les cent vingt mille éducateurs de nos enfants à s’affilier à la CGT ». Georges Clemenceau intervient alors, ajoutant : « la très grande majorité du parti radical n’admettra pas que les instituteurs de France s’embrigadent derrière les révolutionnaires partisans de l’action directe, du sabotage, de la violence et de la grève générale, débaucheurs de l’armée et blasphémateurs de la patrie10 ». En 1910, voit le jour la revue de l’École Emancipée. Revue pédagogique hebdomadaire de la Fédération des syndicats d’institutrices et d’instituteurs publics de France et de Colonies. La revue ne traite pas que les aspects pédagogiques et devient aussi la « vitrine de la Fédération11 », abordant des positions syndicales. L’objectif est bien de modifier « la nature de l’école, de la soumettre aux besoins de la classe ouvrière12 ». Au cours de cette période, l’État ne prend pas de mesures immédiates pour démanteler la Fédération, mais il ordonne des sanctions et des poursuites contre certains individus jugés provocateurs. À partir de 1912, en revanche, de sévères mesures répressives seront prises.

B) Le « scandale de Chambéry » : nouvelle étape dans la fixation de l’image révolutionnaire

  • 13 Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit., p. 162.
  • 14 Ibid., p. 161.
  • 15 Ibid., p. 164.
  • 16 Le Temps, 1er octobre 1912 cité dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire (...)

5Lorsqu’en août 1912 se réunit à Chambéry le septième congrès de la Fédération des instituteurs syndicalistes, une motion est votée instituant une Caisse du Sou du Soldat, destinée à soutenir financièrement les instituteurs syndiqués mobilisés. Cette résolution veut exprimer « les bonnes relations de camaraderie à conserver avec les collègues partis à la caserne13 ». Dans un contexte où le gouvernement met sur pied une nouvelle loi militaire – la loi Berry-Millerand (mars 1912) et la future loi de Trois ans votée en 1913 – cette initiative est perçue comme antimilitariste et provoque les reproches d’une partie de l’opinion à l’égard du milieu des instituteurs syndicalistes14. Le « Sou du soldat » devient un prétexte pour inculper ceux-ci. Ainsi l’ancien ministre de la Guerre, Messimy, déclare-t-il le 20 août 1912 : « le Sou du soldat est une association nettement antimilitariste, dans son statut d’abord, mais surtout dans sa propagande et dans son action. Elle a pour but de continuer parmi les hommes de nos régiments la propagande antimilitariste qui est poursuivie à la Bourse de Travail et à la Confédération du Travail15 ». Le Temps qualifie de « révoltés » les instituteurs, tandis que La Croix reproche au gouvernement de ne pas oser les frapper plus sévèrement, en prévenant « qu’il aura du mal à extirper de l’école laïque l’esprit prolétarien, anarchiste et antimilitariste qui anime les instituteurs, même les syndicats dissous16 ».

  • 17 André Chaplin, ancien élève de l’École normale d’Auteuil, occupe la fonction de secrétaire du syndi (...)
  • 18 Le Rappel, 30 août 1912, cité dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, (...)

6Dans un tel contexte qui voit les instituteurs de l’école laïque taxés d’antimilitarisme, le secrétaire du Syndicat de la Seine, André Chaplin17, prend la parole pour redorer l’image des enseignants. Il le fait en ces termes : « Il est possible que les Syndicats du Bâtiment aient joint une circulaire antimilitariste à un envoi d’argent. Qu’est-ce qui prouve que nous le ferons également ? Rien. Pourquoi alors nous poursuivre ? Non, non, dites-le bien ; nous ne sommes ni antimilitaristes, ni antipatriotes18 ». Léger, le secrétaire général de la Fédération, s’exprime dans le même sens dans les colonnes du Matin :

  • 19 Le Matin, 7 septembre 1912, cité dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnair (...)

On a parlé de patriotisme. D’abord je ne sais pas si nous sommes antimilitaristes. C’est une affaire de conscience et d’opinions personnelles. Mais ce dont je suis certain, c’est que pas un père de famille ne pourra reprocher à un instituteur syndiqué d’avoir exprimé cette opinion dans sa classe. Nous avons tous été soldats. Beaucoup des nôtres sont même officiers de réserve… Le drapeau national peut être considéré par certains comme un symbole profané par des besognes sanglantes, sauvages et souvent méprisables. Il n’en reste pas moins que des milliers des braves gens sont prêts à se faire tuer pour cette idée et pour ce symbole. Cela seul suffit à nous interdire à leur égard toute manifestation inconvenante, surtout devant des enfants19.

  • 20 Jean-Jacques Becker, Le Carnet B : les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 191 (...)
  • 21 Ibid., p. 35-36.

7Pourtant, le 23 août 1912, le gouvernement donne ordre par une circulaire adressée aux préfets de dissoudre les structures syndicalistes avant le 10 septembre 1912. Cette mesure répressive secoue le milieu des instituteurs syndiqués qui affirme, dans un manifeste signé par 800 d’entre eux, que le « Sou du Soldat » « n’est qu’une œuvre de solidarité20 ». L’affaire de Chambéry est un « événement pic », le plus important avant 1917. Il contribue à discréditer les instituteurs de l’école républicaine dans les controverses parlementaires, où des députés s’émeuvent de « voir l’éducation des enfants confiée à des instituteurs antimilitaristes, tandis que d’autres s’indignent des sanctions prises à leur égard21 ». Lors des débats du 8 novembre au 13 décembre 1912, le député de la Seine, Paul Pugliesi-Conti, dénonce violement le « débordement d’anarchie et d’esprit révolutionnaire » du Congrès de Chambéry « qui s’est terminé comme il avait débuté par les couplets de l’Internationale ». Pugliesi-Conti indique que la Fédération compte 6 000 adhérents et, selon son calcul « à 20 élèves par classe, c’est chaque année 120 000 petits Français formés par des maîtres « dévoyés ». Le pays exige qu’on en finisse avec l’antipatriotisme à l’école. Qu’on chasse de l’école les mauvais maîtres, qu’on éloigne le cauchemar des instituteurs antipatriotiques !

  • 22 Ibid.

8Les socialistes de la Chambre se lèvent pour défendre les enseignants. Le député Jean Colly assure que les instituteurs « ne sont ni antimilitaristes, ni antipatriotiques, mais de fermes partisans de la Paix, c’est leur droit et c’est leur devoir… Ils sont les amis de tous les peuples22 ». De son côté, le manifeste des instituteurs tente de convaincre que le « Sou du Soldat » n’est pas « une manifestation antipatriotique, ni même antimilitariste ». Le texte précise même ce que signifie être un bon patriote :

  • 23 Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit., p. 170.

Si être patriote, c’est vouloir une France toujours plus prospère, mais aussi toujours plus humaine et plus juste, eh bien, nous sommes résolument patriotes ! Mais notre patriotisme n’est pas fait de jactance, de fanfaronnade. Et nous pensons que, dans les autres nations, il y a, comme chez nous, des hommes de bonne foi et d’esprit droit qui sont patriotes à notre façon ; il y a partout des ouvriers qui peinent, qui pâtissent, mais qui rêvent, comme les ouvriers français, d’un avenir meilleur pour l’humanité tout entière. Aussi sommes-nous résolument pacifistes : nous croyons tout proche le moment où les conflits internationaux se régleront sans effusion de sang, de par la volonté souveraine des peuples intéressés. Et nous ne saurions trop protester contre les excitations chauvines et les manœuvres des politiciens et de financiers qui risquent à chaque instant de provoquer une conflagration générale23.

  • 24 Ibid., p. 171.
  • 25 Ibid., p. 172.
  • 26 Ibid., p. 173.

9Quatre fédérations départementales sont poursuivies devant les tribunaux correctionnels de la Seine, des Bouches-du-Rhône, du Maine-et-Loire et du Rhône. Mais appels et oppositions « retardent l’exécution du jugement24 ». Lors de la séance parlementaire du 13 décembre 1912, un groupe de députés exprime l’opinion suivante : « La Chambre, regrettant certaines motions du congrès de Chambéry ainsi que les interprétations préjudiciables à l’école laïque auxquelles elles ont donné lieu, fermement convaincus d’ailleurs du patriotisme des instituteurs et résolus à défendre contre toute attaque notre enseignement primaire national »25. Raymond Poincaré, prenant la parole au nom du gouvernement, ajoute que « loin de rendre l’ensemble des instituteurs responsables de quelques fautes individuelles, [il] n’a jamais douté ni du patriotisme ni de l’esprit de discipline qui anime le corps enseignant ». Mais, estime-t-il en même temps, il est déplorable que les instituteurs s’identifient « même implicitement à une démonstration révolutionnaire et antipatriotique de la CGT26 ». L’adhésion aux idées syndicalistes et l’affiliation à la CGT ont leur revers : se cristallise alors une image négative de ce noyau d’instituteurs mêlant la vocation d’éducateurs à une doctrine révolutionnaire.

2. Les instituteurs, la mobilisation de 1914 et les années 1915-1916

  • 27 Voir Olivier Loubes, L’école et la patrie : histoire d’un désenchantement, 1914-1940, Paris, Belin, (...)

10L’adhésion des instituteurs à l’union sacrée en 1914 est massive et les idées pacifistes, si présentes dans leur discours durant les années antérieures, s’éteignent presque entièrement27. Les premiers craquements s’opèrent au cours de l’année 1915.

A) Mobiliser l’univers scolaire : août 1914

  • 28 Jean-François Chanet, « Les instituteurs entre État-pédagogue et État-patron, des lois républicaine (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants, Paris, Armand Colin, 1993, p. 17.
  • 31 Dans les années 1917-1918, on note que les femmes comptent 72 % du corps enseignant du primaire (71 (...)

11Les mobilisés ayant quitté leurs classes pour partir à la guerre reçoivent de nombreux éloges. En janvier 1915, Paul Lapie, directeur de l’Enseignement primaire, exprime dans La Revue pédagogique sa satisfaction face à la mobilisation des instituteurs, observant « avec satisfaction que, parmi ceux qui allaient partir, les “pacifistes” les plus notoires […] n’étaient pas les moins ardents28 ». Maurice Barrès, un des détracteurs les plus agressifs du syndicalisme, les complimente également : « Je compte beaucoup sur ces milliers d’instituteurs et d’institutrices auxquels j’adresse l’hommage de mon admiration et de mon amitié29 ». Dans son numéro d’août-septembre 1914, la Revue Pédagogique trace la mission patriotique des instituteurs combattants. En endossant l’uniforme, ceux-ci défendent le pays, mais en même temps ils poursuivent, à distance, leur devoir d’éducateur en offrant un modèle de patriotisme aux enfants. Leur absence de la classe ne les éloigne nullement de l’univers scolaire car, en faisant la guerre, ils la font « pour les enfants de France » ; leur guerre est une « guerre de protection30 » pour leurs écoliers de l’arrière. Sur le « front intérieur », demeurent les instituteurs non mobilisés dont presque les trois-quarts sont des femmes31. Eux et elles accomplissent leur devoir en classe, en concevant des tâches variées destinées à soutenir l’effort de guerre, en organisant des journées patriotiques ou des animations commémoratives. Toutes ces initiatives pédagogiques installent le conflit au cœur de l’enseignement.

B) 1915 : une minorité pacifiste parmi les hussards de la République

  • 32 Franck Poupeau et Olivier Vanhee, « L’École émancipée », Agone 29-30, 2003, p. 135-144.

12Une partie des instituteurs ayant été appelés sous les drapeaux, la Fédération fut inexistante du 1er août 1914 au mois de juin 1915. Le bureau fédéral est géré par la secrétaire-adjointe, Hélène Brion, et son trésorier F. Loriot. L’organe de la Fédération, L’École émancipée, a été suspendu dès octobre 1914, suite à la supervision de la censure. Mais il paraît cependant clandestinement sous le titre L’École puis L’École de la Fédération 32. Lorsque les hostilités se déclenchent en août 1914, les voix pacifistes qui s’élevaient avant-guerre se taisent. Et elles se taisent même totalement, au point que les premières semaines du conflit s’écoulent sans qu’ aucune protestation ne se fasse entendre dans la sphère publique.

  • 33 François Mayoux, Instituteurs pacifistes et syndicalistes : mémoires de F. Mayoux, Chamalières, Can (...)

13Ce n’est qu’à partir du printemps 1915 qu’un noyau pacifiste manifeste son hostilité à la prolongation du conflit, noyau issu notamment du mouvement ouvrier et composé de socialistes, de syndicalistes ou encore d’anarchistes, englobant également des femmes ainsi que des instituteurs et institutrices. En 1915, la voix pacifiste parmi les enseignants émane d’abord du couple d’instituteurs Marie (1878-1969) et François Mayoux (1882-1967)33, dont les manifestes ou circulaires sont rédigés au nom des fédérations d’instituteurs syndiqués opposés à la guerre. Après avoir enseigné en Charente, les Mayoux sont en poste dans une école primaire des Bouches-du-Rhône. Adhérants de la SFIO et de la Fédération nationale des Syndicats d’institutrices et instituteurs publics, ils publient clandestinement en juillet 1915 le Manifeste des instituteurs syndicalistes. Rédigé par Marie Mayoux, il est signé par la section de la Charente, le syndicat des Bouches-du-Rhône et par des militants de onze autres départements : il constitue la première protestation émanant du milieu de l’éducation publique. Néanmoins, ce texte ne fait pas l’unanimité parmi les instituteurs et institutrices. Le 27 juin 1915, il est rejeté par le conseil fédéral qui estime que la paix ne doit être obtenue que par la défaite de l’Allemagne, Brion et Loriot exprimant leur consentement à la prolongation du conflit jusqu’à la victoire. En revanche, Bouët, les Mayoux et Fontaine se disent opposés à la guerre et en faveur d’une paix immédiate. Ce manifeste clandestin provoque une controverse momentanée au sein des membres de la Fédération, mais lors de la réunion du 14 août 1915, la ligne de « la paix à tout prix » l’emporte sur celle de Brion et Loriot. Le Manifeste, qui exige donc la « paix immédiate », est fondé sur le pacifisme de l’Internationale. La victoire de la Marne, qui marque un tournant militaire, devient paradoxalement, dans le discours pacifiste de 1915, une composante centrale de l’appel à déposer les armes. Le Manifeste l’illustre parfaitement, rappelant les fondements sur lesquels le consentement à la guerre avait été institué à l’origine, c’est-à-dire sur un impératif de défense nationale qui a persisté durant la phase de la guerre de mouvement, lorsque l’on était persuadé que les camarades instituteurs mobilisés luttaient pour des idéaux de liberté et de civilisation et que l’on ne voulait pas entraver l’accomplissement de leur noble devoir :

  • 34 Manifeste des instituteurs syndicalistes, 1er juillet 1915 (rédigé par Marie Mayoux), 4 p.

Nous n’avons pas parlé, en août 1914, parce que nous avons reconnu, comme ceux des nôtres qui ont répondu « présent » à l’appel de la Patrie, la brutale nécessité d’une défense rapide et efficace contre l’envahisseur ; nous n’avons pas parlé depuis, malgré le deuil de nos cœurs au long et douloureux calvaire gravi par l’Europe cet hiver, parce que nos sympathies, acquises aux victimes de l’innommable [sic] tuerie, allaient d’abord et tout droit à l’héroïque Belgique, à notre France meurtrie34.

14On note ici chez les instituteurs syndicalistes la justification de deux conduites : leur acceptation initiale de la guerre, puis leur silence d’août 1914 à juillet 1915. Un tel souci de rendre compte des choix passés relève presque d’une archéologie du pacifisme par les pacifistes eux-mêmes, donnant naissance à un discours qui relève de l’auto-construction. Il s’agit de démontrer rétrospectivement la cohérence entre le pacifisme d’aujourd’hui et l’acceptation de la guerre d’hier, de rappeler que le pacifisme n’est pas né en juillet 1915 mais qu’il a dû se taire devant des exigences plus pressantes, qu’il s’agisse de la légitime défense de la Patrie – les pacifistes ne pourront pas être taxés de mauvais Français – ou de la sympathie pour les victimes de la guerre – les pacifistes se rangeant du côté de ces dernières. La guerre autrefois acceptée est donc clairement définie : c’était une guerre de défense, destinée à être brève. En revanche, dès lors que le conflit s’enlise et qu’aucune issue rapide ne se dessine, l’assentiment initial n’a plus lieu d’être :

  • 35 Ibid.

Mais, aujourd’hui, le constant échec de l’offensive allemande sur tout le front occidental, l’entrée en ligne de l’Italie, nouvelle et précieuse alliée, nous créent l’impérieux devoir de crier « ASSEZ DE SANG VERSÉ ». Notre conviction intime et profonde est qu’à l’heure actuelle une proposition de paix pourrait humainement être faite par n’importe lequel des adversaires, mais que ce geste honorerait grandement nos alliés35.

  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.

15On constate les efforts déployés pour rendre la paix acceptable. Elle n’est pas présentée comme une solution pour les vaincus : s’il importe que les Alliés en fassent la proposition, l’essentiel sera de savoir y donner suite. En rappelant enfin que des instituteurs pacifistes d’avant-guerre se battent alors sur le front pour une paix générale, le texte entend montrer que, depuis le début, l’exigence de paix est restée la même, que ce soit chez les instituteurs demeurés à l’arrière ou chez ceux présents sur le front : « Nous avons voulu, par ce geste, répondre selon nos moyens à la bravoure et à la confiance des nôtres qui, depuis onze mois, nous donnent le plus sublime des exemples en faisant, eux pacifistes, la guerre pour avoir la paix36 ». La posture de l’enseignant pacifiste est à nouveau définie nettement, qui consiste par vocation à combattre tout ce qui détruit la vie de ceux qu’il avait formés lors de leur enfance : « Des milliers de jeunes hommes seront sauvés, et, pour nous, éducateurs, qui entourons l’enfant de nos soins constants, qui savons combien est lente et difficile la formation de la personnalité, qui, par suite, avons le respect de la vie humaine, pour nous, comme pour les mères, cette raison est capitale37 ». L’image est frappante : l’instituteur pacifiste n’est pas celui qui se soustrait au devoir militaire, mais bien celui qui se sacrifie pour la Paix. Tout est donc concilié dans ce manifeste, qui parvient à justifier les choix des instituteurs pacifistes depuis le début du conflit et qui, tout en appelant à une paix immédiate, veille à proposer une paix acceptable dans un climat où domine le consentement à une guerre longue.

C) Les conférences internationales de la paix

  • 38 Fédération nationale des Syndicats d’institutrices et d’instituteurs, Circulaire fédérale, 1er sept (...)
  • 39 À la séance parlementaire du 24 juin 1916, les trois députés socialistes Brizon, Blanc et Raffin-Du (...)

16Les instituteurs de la Fédération collaborent avec la minorité syndicaliste de la CGT, dirigée par la Fédération des Métaux, alors animée par Alphonse Merrheim et Albert Bourderon. Ces deux hommes sont parmi les pionniers du pacifisme de 1914-1918, eux qui sont allés représenter le mouvement ouvrier français à la première conférence de l’Internationale, les 5-9 septembre 1915 à Zimmerwald, en Suisse, où le parti socialiste refusa d’envoyer des délégués. Aucun instituteur n’y fut présent puisqu’au dernier moment, la déléguée Marie Mayoux ne put obtenir de passeport. Le 15 août 1915, les instituteurs syndicalistes exposent à la réunion de la CGT leur résolution réclamant « une action pour l’entente immédiate avec les organisations ouvrières des pays belligérants et neutres38 ». La conférence « invite tous les instituteurs syndiqués faisant partie des groupements socialistes à faire dans leur milieu une active propagande » pour que le Parti socialiste français s’engage contre la guerre. Elle adopte également le mot d’ordre de Merrheim en déclarant : « Cette guerre n’est pas notre guerre » ! En fait, les instituteurs pacifistes agissent au sein de la minorité syndicaliste. Ils collaborent et expriment leur adhésion au Comité pour la reprise des relations internationales (CRRI) fondé au début de 1916, dont le noyau est désormais la Fédération des Métaux. C’est la seconde conférence de l’Internationale, tenue à Kienthal, en Suisse, qui sera la plus nuisible à l’image publique des instituteurs. Cette fois, il ne s’agit pas d’une activité dissidente d’instituteurs syndicalistes mais de la participation à la conférence de trois députés socialistes, anciens instituteurs. Pour la seconde fois, le Parti socialiste français avait refusé de déléguer un représentant officiel. Bravant cette décision, trois députés socialistes – Pierre Brizon, Alexandre Blanc et Raffin-Dugens – prennent l’initiative d’y participer à titre personnel39. Le fait que ces trois parlementaires aient exercé autrefois dans l’enseignement public est mis en avant par la presse, un tel élément venant confirmer le patriotisme décidément sujet à caution des instituteurs. La Libre parole publie le 13 mai 1916 un article intitulé « Les trois instituteurs de Kienthal », assimilant leur présence à la conférence à une trahison de la patrie et un manque de respect envers leurs collègues qui, eux, faisaient leur devoir de citoyen sur le front :

  • 40 « Les trois instituteurs de Kienthal », La Libre parole, 13 mai 1916.

Je salue le courage de tous les autres instituteurs qui, sur le front, font leur devoir jusqu’au bout […]. Mais je suis tout de même convaincu que la plupart d’entre eux, éclairés par les crimes et la mauvaise foi des Allemands, – et pendant qu’ils se battent jusqu’à la mort pour sauver la France et la liberté du monde, – doivent juger sévèrement l’entrevue de Kienthal. C’est en effet un très grand malheur pour ces braves que les députés Brizon, Raffin-Dugens et Blanc, qui sont allés en Suisse pour y causer amicalement avec des Boches, soient justement trois anciens instituteurs. […] ; il serait temps que ce petit jeu de « trahison » finisse. La bêtise n’est pas une excuse suffisante. […] Nous ne ferons pas retomber sur l’école laïque la responsabilité des malheurs que la folie des Brizon et consorts pourrait provoquer. Mais nous demandons que ces malfaiteurs soient mis dans l’impossibilité de compromettre plus longtemps le salut du pays et la victoire de nos soldats (signé par C.)40.

  • 41 Grâce à Raffin-Dugens, le congrès a eu lieu dans un local de la Chambre. La résolution fut reformul (...)

17Le fait que des instituteurs collaborent avec des milieux syndicalistes minoritaires est désormais suffisant pour les étiqueter comme « zimmerwaldiens ». Quant à leurs contacts avec les militants russes comme Lénine et Trotski ou à leur soutien manifesté à la révolution russe41, ils n’ont pas contribué à améliorer leur image.

D) Les engagements de l’année 1916

  • 42 Service historique de la Défense (SHD), 5 N 343, dossier consacré à l’École de la Fédération des Sy (...)
  • 43 Ibid. « Annexe à la lettre n° 60328 du 29 octobre 1916 au sujet de l’École de la Fédération des sy (...)

18Toutefois, fin 1916, on note que les autorités policières et militaires s’inquiètent du contenu du journal L’École de la Fédération des Syndicats d’Institutrices et d’instituteurs publics. Ce dernier a ainsi été l’objet d’une surveillance ordonnée par le ministère de l’Intérieur et par la Commission de la censure de Marseille à cause de ses « attaques violentes contre le Parlement et des articles pacifistes »42. Il est vrai qu’à la lecture, les attaques de la politique gouvernementale ne manquent pas. Le soutien est également incontestable aux groupes syndicalistes et aux principes pacifistes zimmerwaldiennes. Mais ces questions politiques mises à part, une part importante concerne les programmes d’enseignement dans les différentes matières. Dans un rapport du 2 août 1916, Ch. Peyreigne, conseiller de la préfecture et membre civil de la Commission de Contrôle de presse de Marseille43, alerte sur le risque lié aux idées pacifistes circulant dans les milieux du syndicalisme enseignant. Ce danger ne concerne pas d’après lui la seule sûreté nationale : il touche les individus auxquels ces instituteurs et institutrices vivent en contact quotidien : les jeunes écoliers. La crainte provient ainsi d’une infiltration de la propagande pacifiste à travers les programmes pédagogiques dans les classes primaires. Un exemple de cet enseignement défaillant en termes de patriotisme est constitué par les conseils que Marie Guillot – institutrice féministe et pacifiste – prodigue pour l’enseignement de la rédaction en français :

  • 44 Ibid., L’École de la Fédération des Syndicats d’institutrices et d’instituteurs Publics, n° 15, 1e (...)

Orale : 1. Nous avons vu des tableaux (ou images) de batailles – recherchons pourquoi c’est un spectacle honteux. 2. Essayons de nous représenter une Europe vraiment civilisée. Écrite : 1. La vie chez vous, pendant la guerre. 2. D’après les lettres de votre père (frère ou voisin) imaginez la vie des soldats sur le front. Dites en quoi elle est mauvaise, physiquement, moralement44.

19Cet enseignement considéré comme tendancieux ne laisse pas indifférent le conseiller de la préfecture :

  • 45 SHD, 5 N 343, fin du rapport précité de M. Ch. Peyreigne.

Ce qu’il y a de plus malheureux, et ce qui était réellement navrant à lire avant les vacances scolaires, c’était dans la partie intitulée “La vie scolaire”, la façon dont (surtout sous la rubrique “Histoire”) étaient données comme soi-disant leçons hebdomadaires, des tissus de mensonges, des falsifications tendancieuses de notre histoire nationale, susceptibles de susciter chez l’enfance à laquelle cet odieux enseignement était destiné, la haine de la société actuelle, le germe de l’anarchie. Maintenant pendant les congés d’été, cette troisième partie de “École” a été supprimée : tolèrera-t-on la reprise de la publication de ces “Leçons d’Histoire” à la rentrée des classes prochaines ? Ce serait infiniment regrettable car le moment est tristement choisi pour inculquer à notre jeunesse la haine de la société actuelle, alors que jamais il ne fut plus indispensable d’exalter ces petits cœurs généreux vers l’amour et la gloire de notre Patrie45.

3. Le « défaitisme » des enseignants de l’école républicaine (1917-1918)

  • 46 Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’instituteurs publics, Les instituteurs synd (...)

20En réalité, les publications clandestines des instituteurs pacifistes restaient assez dérisoires. Depuis le Manifeste des Mayoux et la circulaire fédérale de 1915, on ne note aucune publication importante de leur part jusqu’en mai 1917, lorsque la fameuse brochure Les Instituteurs syndicalistes et la guerre46 rédigée par Marie Mayoux se trouve diffusée.

21C’est plus tardivement, en 1917, que la question du pacifisme des instituteurs fait son retour dans les grands quotidiens, avec l’inculpation de l’institutrice Hélène Brion. Le milieu des instituteurs syndicalistes se voit alors associé à l’« ennemi intérieur » et aux « défaitistes ». L’élément ayant attiré l’attention de la Police est la brochure Les instituteurs syndicalistes et la guerre, rédigée par la plume de Marie Mayoux et tirée avec l’aide d’Alphonse Merrheim à 5 000 exemplaires. Que contient cette brochure de propagande de treize pages qui détermine les autorités policières à procéder de façon si abrupte ? Son contenu « subversif » justifie-t-il les mesures prises par l’État ? Ce document mérite qu’on s’y arrête, car il est rarement cité et analysé par les travaux historiques sur les enseignants pendant la guerre. La brochure comprend deux chapitres : « L’instituteur dans sa classe », qui traite de la pédagogique scolaire en temps de conflit, et « L’instituteur citoyen », qui définit le devoir de l’enseignant d’œuvrer pour la paix, son engagement politique et son devoir envers son pays.

A) Expliquer la guerre aux petits écoliers

  • 47 Terme emprunté au livre de Jacques et Mona Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Seuil, 199 (...)
  • 48 Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants…, op. cit., p. 24.
  • 49 Ibid.
  • 50 bbé Léon-Joseph Bretonneau, L’Apostolat de la jeunesse pendant l’année de la guerre, ou Entretiens (...)
  • 51 Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants…, op. cit., p. 18.

22On ne peut comprendre la force de contestation d’une telle brochure sans tenir compte des éléments nouveaux auxquels l’école laïque doit faire face depuis août 1914. En réalité, la protestation des instituteurs n’était pas seulement d’ordre pacifiste ; elle consistait aussi à refuser de diffuser la propagande de guerre en classe. Cette brochure est donc une réplique aux circulaires et aux méthodes imposées par l’État aux instituteurs demeurés à l’arrière. Dès le déclenchement du conflit, l’État avait en effet jugé urgent de « former les formateurs47 ». La culture de guerre s’était ainsi installée à l’école, avec pour objectif « une mobilisation intellectuelle et morale de l’enfance48 ». Avant la rentrée, le 7 août 1914, une circulaire avait été adressée aux inspecteurs d’académie par Albert Sarraut, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Elle demandait aux enseignants que la première journée de rentrée se déroule de la sorte : « Dans tout le pays, à la même heure, les fils de France vénéreront le génie de leur nation et salueront l’héroïsme de ceux qui versent leur sang pour la liberté, la justice, le droit humain49 ». En termes plus extrêmes, l’abbé Léon-Joseph Bretonneau estimait pour sa part que le « parfait écolier » devait « sentir palpiter en lui une âme guerrière », et que ceux qui ne la ressentaient pas « seraient assimilés à des soldats déserteurs50 ». En fait, l’école républicaine jouait depuis longtemps un rôle important dans la mobilisation des enfants pour la patrie, même si les bataillons scolaires avaient disparu depuis longtemps, sans d’ailleurs avoir jamais rencontré le succès initialement escompté. Mais en 1914, dès la guerre installée, les écoliers furent censés eux aussi se « sentir en guerre51 », par le moyen de livres pédagogiques adaptés aux circonstances et par l’organisation d’activités centrées sur la guerre.

  • 52 Mona Ozouf et Jacques Ozouf, « Le thème du patriotisme dans les manuels primaires », Le Mouvement s (...)
  • 53 Ibid., p. 16.
  • 54 Ibid., p. 20.

23Pour les instituteurs pacifistes, cette nouvelle pédagogie imposée par l’État fut vécue comme une propagande nationaliste susceptible de semer la haine chez les jeunes enfants sans pour autant contribuer à développer leur sentiment d’amour de la patrie. La brochure des Mayoux condamne donc une telle éducation guerrière qui remplace brutalement le patriotisme humaniste enseigné auparavant. Au tournant du siècle, comme l’ont montré Mona et Jacques Ozouf, le but de la plupart des nouveaux manuels consistait à « dissocier, dans l’esprit de l’enfant, l’idée de la patrie et l’idée de la guerre ». Pour développer chez les enfants ce patriotisme basé sur les valeurs de l’humanité, il fallait « d’abord l’épurer d’une de ses déviations traditionnelles, l’esprit guerrier ». Et les détourner de l’idée de guerre (« Aimez la France, détestez la guerre52 ») en leur montrant les horreurs et la destruction qu’elle engendre, la mort et le deuil qu’elle provoque53. Dans tous ces manuels d’avant 1914 est esquissée la distinction entre les « mauvaises » et les « bonnes » guerres, seule la perte de la liberté ou de la dignité légitimant le conflit. Tous ces ouvrages recherchaient l’équilibre entre « le rêve de la paix universelle » et « la préparation de la guerre de défense54».

B) La brochure Les Instituteurs syndicalistes et la guerre

24Dès lors, les instructions nouvelles sont perçues par les enseignants pacifistes comme une tentative pour endoctriner les enfants en leur inculquant la haine de l’adversaire :

  • 55 Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’instituteurs publics, Les instituteurs synd (...)

Une petite brochure jaune, correctement éditée, écrite par un préfet de la République, renégat du socialisme, est distribuée à profusion dans nos écoles. Elle vise à perpétuer la mémoire de leurs crimes. Les « Boches », comme disent à qui mieux mieux inspecteurs et préfets, ont volé, incendié, assassiné, violé, violenté, massacré civils et blessés. Pour s’excuser ils ont menti et calomnié. Conclusion : vite il faut utiliser ces tristesses, ces horreurs, pour la propagande jusqu’auboutiste55.

  • 56 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, p. 303.
  • 57 Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’Instituteurs publics, op. cit., p. 2-3.

25En critiquant ce « patriotisme belliqueux56 » en opposition aux valeurs transmises par les manuels d’avant 1914, les Mayoux font également montre d’un souci authentique de ne pas passer pour de « mauvais Français ». Les instituteurs pacifistes se déclarent patriotes, même si leur patriotisme se distingue de celui du plus grand nombre : « Ce n’est pas que nous rejetions en bloc toute participation aux œuvres de guerre. Non. Mais le plus élémentaire bon sens exige que, pacifistes, nous fassions parmi elles une distinction. La solidarité en faveur des blessés, l’aide même aux combattants et aux prisonniers sous forme d’envois de vivres et de vêtements, ne soulève aucune objection de principe57 ». On approuve donc le soutien humanitaire visant à soulager les malheurs de la guerre, mais il convient de laisser le conflit hors des murs de l’école. Le rôle assigné aux instituteurs, précise le texte, ne consiste pas à transformer la pédagogie en propagande de guerre :

  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., p. 4.

Mais ce que nous n’avons jamais accepté, ce que nous n’accepterons jamais, ce que nous repoussons du pied avec une répugnance méprisante, c’est cette prétention du gouvernement de la République à nous transformer en agents politiques de la plus basse espèce, en propagandistes « anti-boche », en missionnaires de la haine la plus aveugle, enfin – honte et infamie ! – en bourreurs de crânes à l’usage de nos propres élèves58 […]. Nous devons refuser notre concours à toute propagande en faveur de la guerre. […] Les vues sur le conflit actuel sont multiples. Les combattants sont les seuls à avoir une opinion unanime et catégorique : la paix ! Les civils et les mobilisés de l’arrière, malgré la censure et l’action unilatérale de la presse, sont séparés sur cette question59.

26Le respect de la sensibilité des enfants exige en outre de ne pas aborder en classe le sujet des atrocités et de leur épargner le spectacle de la brutalité guerrière, d’autant que nombreux sont ceux dont le cadre familial a brusquement basculé :

  • 60 Ibid.

Pour respecter la conscience des enfants et des familles nous devons donc – en classe – nous abstenir de prendre parti. Les faits, semble-t-il, sont assez terribles […] sans que nous allions, avec nos propos guerriers, retourner le poignard dans la plaie. La pudeur ne s’impose-t-elle pas, d’ailleurs, quand sur chaque banc, des enfants que la guerre a rendus orphelins nous regardent de leurs yeux clairs, naïfs et confiants60 ?

27De surcroît, d’un point de vue éthique et moral, les éducateurs n’ont pas le droit de transmettre dans leurs classes une propagande de haine :

  • 61 Ibid., p. 4.

Il y a une autre raison, aussi définitive que celle dictée par nos sentiments et la conscience tout court ; c’est le souci de notre dignité, c’est notre conscience professionnelle qui nous interdisent d’aborder des questions aussi graves avec une partialité aussi évidente que le sous-entendent les suggestions et les ordres du gouvernement. Instituteurs, nous devons à nos élèves un enseignement véridique. Nous serions donc obligés, si nous abordions dans le sens demandé, l’histoire de la guerre actuelle, d’envisager la contrepartie des thèses officielles. Les conclusions auxquelles nous serions rigoureusement conduits satisferaient-elles nos braves guerriers en chambre : ministres, inspecteurs, députés61 ?

  • 62 Ibid., p. 9.

28Enfin lit-on une réévaluation du métier de l’enseignant, apparenté à une vocation vertueuse. Si bien qu’enseigner une propagande belliqueuse serait trahir cette même vocation et dégrader le métier : « Non, nous ne sommes pas aptes à remplir certaines besognes, nous sommes instituteurs et non journalistes, éducateurs et non charognards, maîtres de la jeunesse et non maîtres-chanteurs62 ». Plus loin : « Si nous parlons de la guerre à nos gosses, nous nous en tiendrons à des considérations générales de fait, historiques, humaines, admises par tous ceux que n’égare pas la folie chauvine ». La guerre est immorale, inhumaine, ruineuse.

C) Les atrocités de guerre : « être victimes » et « créer des victimes »

29Conformément à toute protestation de type pacifiste, la violence est présentée comme une composante inhérente à la guerre, consubstantielle à celle-ci. Tandis que le discours patriotique et nationaliste diabolise l’ennemi, le discours pacifiste, pour sa part, œuvre à en moduler la représentation. Lorsqu’il touche aux brutalités guerrières, il ne montre pas du doigt l’adversaire ; les deux camps sont supposés avoir mis en marche de concert la dynamique de la violence. Tous les belligérants sont donc, à part égale, producteurs des violences, chacun ayant sa part de responsabilités :

  • 63 Ibid., p. 10.

Les hommes sont les mêmes partout, bons et mauvais. Si des atrocités sont commises par tous les combattants, des actes d’humanité sont la gloire de tous. Nos ennemis d’hier sont aujourd’hui nos alliés, pourquoi nos ennemis du moment ne seraient-ils pas nos amis demain ? Tous les peuples ont tué, sont et seront, tant qu’elle subsistera, victimes de la guerre63.

  • 64 Paul Vigne d’Octon, La Gloire du sabre, [Flammarion, 1900], Paris, Quintette, 1984.
  • 65 Parmi les exceptions, le texte de Romain Rolland : « Aux peuples assassinés », À la civilisation, s (...)
  • 66 Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’Instituteurs publics, op. cit.

30Les combattants français ne sont donc pas les seules victimes, et il serait réducteur de ne voir en eux que des hommes « tués » par l’ennemi : eux aussi, tuent et font des victimes. Pour illustrer cette thèse, les Mayoux renvoient aux atrocités des armées coloniales françaises en Afrique, que Paul Vigné d’Octon avait retracées dix-sept années plus tôt dans La gloire du sabre 64 . Les conflits coloniaux sont très peu abordés par le pacifisme de 1914-191865, et leur évocation constitue une des particularités de ce texte qui souligne que les crimes associés aux « Boches » ressemblent aux brutalités commises par les soldats français dans les colonies : ce sont des « crimes possibles et imaginables : vols, incendies, destructions, viols, mutilations d’enfants et de blessés, trafic d’esclaves, etc.66 ». Une telle comparaison constitue décidément une provocation pour les autorités policières et militaires, puisqu’elle met l’armée française sur le banc des accusés pour ses actes en Afrique, et ceci dans une situation « sans issue » sur le front ouest à la suite de la malheureuse offensive Nivelle et de la crise des mutineries du printemps 1917.

D) Peut-on être pacifiste et patriote ?

31La seconde partie de la brochure, « L’instituteur citoyen », vise à répondre à tous ceux qui calomnient régulièrement les instituteurs et tente d’effacer la dichotomie entre « pacifisme » et « patriotisme ». Deux valeurs non pas opposées mais complémentaires, à condition que le patriotisme reste tolérant, humain, respectueux.

  • 67 Ibid., p. 11.

Nous voudrions pourtant, une fois de plus, nous expliquer sur le terme patriotisme. Ce mot est tenu en suspicion dans nos milieux syndicalistes pour le motif que les militaristes et les autoritaires en ont fait le pavillon qui recouvre une marchandise ignominieuse. Est-ce une raison pour leur en abandonner la propriété exclusive ? Nous ne le pensons pas. Notre patriotisme pacifique et pacifiste, qui veut la nation libre, heureuse, fière et forte, armée pour le travail et la justice sociale ; notre patriotisme par l’amour et pour la vie qui est celui d’un Romain Rolland ; notre patriotisme qui réclame la lumière éblouissante du plein midi ; – ne vaudrait-il pas, par hasard, ce fouillis de haines, d’hypocrisies, de mensonges […]. Ne rougissons pas du nôtre ; il peut soutenir partout et toujours la discussion et la comparaison. De plus, il a pour aboutissant logique l’Internationale, cette libre fédération des peuples que nous considérons, redisons-le, comme un aboutissement, comme un épanouissement de l’humanité67.

  • 68 Ibid., p. 12.

32Il fallait une audace certaine pour publier une telle brochure en 1917. Ses deux auteurs, instituteurs, ne plièrent pas et ne suspendirent pas leur combat, en se considérant désormais comme patriotes et pacifistes. Sans oublier d’être également socialistes internationalistes, ce pour quoi ils déclarent : « Aussi nous nous réservons de lutter en dehors de l’école pour les conceptions politiques et sociales qui nous sont chères68 ». Pour cette prise de position non conformiste au sein de l’éducation publique – qui, rappelons-le, ne représenta en réalité qu’une infime minorité du corps enseignant – le milieu des instituteurs va subir des sanctions sévères, surtout à la fin de l’année 1917. L’arrestation d’Hélène Brion, au même moment, ainsi que la polémique sur son cas dans les colonnes des journaux, ressuscitent alors la figure stéréotypée de l’« instituteur pacifiste ».

E) De l’école à la prison : entre trahison et défaitisme

  • 69 Jean-Jacques Becker, Clemenceau : l’intraitable, Paris, Édition Liana Levi, 1998, p. 79-80.

33« Plus de campagne pacifiste, plus de menées allemandes. Ni trahison ni demi-trahison : la guerre. Rien que la guerre69 », proclame le nouveau Président du Conseil, Georges Clemenceau, dans sa déclaration ministérielle de novembre 1917. Ce discours devant la Chambre des Députés annonce la guerre à outrance contre l’« ennemi intérieur », soit, pour l’essentiel, les pacifistes et les antimilitaristes issus du mouvement ouvrier. Ce discours déclare officiellement la guerre aux milieux pacifistes. Quelques mois déjà avant cette intervention, le 22 juillet 1917, Clemenceau, alors simple sénateur, avait prononcé devant le Sénat un violent réquisitoire contre les milieux pacifistes au sein du mouvement ouvrier. C’est lors de cette intervention qu’il avait imputé au pacifisme la responsabilité des désordres et des crises au sein de l’armée comme à l’arrière. S’il est un milieu où l’importance de l’action pacifiste fut hors de proportion avec la persécution subie, c’est bien celui des instituteurs. À partir de la fin de l’année 1917, les enseignants mobilisés pour la cause pacifiste sont assimilés à la catégorie des défaitistes à part entière, et visés comme tels par la police. La publication de la brochure précipite les poursuites à l’encontre des enseignants, dont les premiers recherchés sont les « meneurs défaitistes » de la Fédération. Les autorités les considèrent désormais comme un danger véritable pour la sûreté nationale, sans considération de leur nombre comme l’ont souligné François et Marie Mayoux dans leurs Mémoires, rédigés dans les années 1960 et publiés en 1992. Eux-mêmes furent incarcérés en 1918 :

  • 70 François Mayoux, Instituteurs pacifistes et syndicalistes : Mémoires de F. Mayoux, op. cit., p. 118

Si, comme il avait fait jusque-là pour nos modestes manifestations pacifistes, le gouvernement avait ignoré ce mince papier, personne, ou à peu près, n’y aurait fait attention. C’est en nous poursuivant que la publicité fut assez grande autour de notre pacifisme, le nôtre et celui de quelques milliers d’instituteurs. Les poursuites contre Hélène Brion, secrétaire fédéral, qui suivirent de près et furent basées principalement sur la diffusion de notre brochure, mirent encore mieux en lumière, puisque Brion était de Paris, le pacifisme des instituteurs70.

  • 71 Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit, p. 181-182.
  • 72 François Mayoux, Instituteurs pacifistes et syndicalistes…, op. cit, p. 118.
  • 73 Le Matin, 18 novembre 1917.

34Pour les autorités policières, l’École est perçue comme un nid pacifiste représentant un danger national véritable. Le stéréotype attaché à la réputation des instituteurs depuis la fin du XIXsiècle joue contre eux en 1917-1918, quand commence la persécution. Une gamme des sanctions est alors mise en œuvre contre les institutrices et instituteurs : suspensions, révocations, perquisitions à domicile, enquêtes, arrestations, pour certains procès en Conseil de guerre et incarcérations. Fin juillet, Marie et François Mayoux subissent une perquisition. Un stock de leur brochure et d’autres écrits pacifistes sont saisis ; les voici inculpés puis suspendus. Le 25 octobre, tous les deux sont condamnés à six mois de prison chacun. Fin décembre, la cour d’appel de Bordeaux porte la peine des Mayoux à deux ans de prison et à mille francs d’amende par personne. Leur collègue Hélène Brion est perquisitionnée le 26 juillet 1917. On trouve chez elle quelques tracts pacifistes, brochures et papillons. Le 17 novembre elle est arrêtée pour diffusion de propagande contre la guerre et placée au quartier des détenus politiques de la prison Saint-Lazare. Elle est déférée devant le Conseil de guerre entre le 25 et le 31 mars et condamnée à trois ans de prison avec sursis. Il est frappant de constater la persévérance avec laquelle les autorités de l’État ont entrepris de réprimer la voix de ce petit cercle. Plusieurs autres membres de la Fédération n’échappent pas à la politique répressive du Tigre et se voient sanctionnés sous des formes diverses. La liste est trop longue pour pouvoir la détailler ici. Mentionnons pourtant l’institutrice Lucie Colliard, secrétaire adjointe de la section de Haute-Savoie du syndicat des instituteurs et institutrices, qui se voit arrêtée. À l’instar d’Hélène Brion, Lucie a elle aussi été jugée en Conseil de guerre, mais cette fois à Grenoble, et condamnée à deux ans de prison et à mille francs d’amende. Elle est en outre révoquée. Morel est également condamné à un mois de prison pour propos défaitistes. Péricat est arrêté. L. Marie Guillot, Audoye, Lafosse et P. Lamy sont perquisitionnés. Calzan et Cuminal, du Rhône, sont déplacés d’office, Josette et Jean Cornec, dans le Finistère, sont censurés71. Dans ses mémoires, François Mayoux avoue pourtant que les positions pacifistes restaient le fait d’une infime minorité d’éducateurs, sans proportion avec leur répercussion dans le public : « Sans se rendre compte que les pacifistes de l’Enseignement n’étaient qu’une faible minorité dans la corporation, le public, alerté par les criailleries du gouvernement et de sa presse pourrie, apprit que les instituteurs demandaient la paix72 ». Lors de son procès, Hélène Brion devint ainsi l’incarnation de l’« ennemi intérieur », l’épithète d’« institutrice » étant systématiquement attachée à cette accusation. Plusieurs journaux titrent : « Propagande défaitiste : l’institutrice antipatriote, Hélène Brion », ou bien « Une propagande défaitiste : une institutrice arrêtée à Pantin ». Un article du Matin attribue les caractéristiques suivantes à celle qu’il stigmatise : « Malthusianisme, défaitisme, antimilitarisme, anarchie, telles étaient les idées directrices qui guidaient Hélène Brion, membre de plusieurs groupements révolutionnaires, trésorière d’une association féministe et institutrice par-dessus le marché73 ».

  • 74 Une revue trouvait même sa seule raison d’être dans la reproduction de procès : la Revue des Causes (...)

35En 1918, toutes les poursuites judiciaires contre les pacifistes bénéficient d’une couverture journalistique sans précédent. Ces instituteurs qui se placent « au-dessus de la mêlée » déclenchent une vaste polémique publique et suscitent des propos particulièrement diffamatoires dans la presse de droite : « L’école laïque, c’est l’école boche », écrit ainsi la Libre Parole, le 27 janvier 1918. Non seulement ces « affaires de trahison » sont détaillées pour les lecteurs, mais le déroulement de certains procès est parfois communiqué au grand public74. Parallèlement, un autre processus s’enclenche : au cours de cette phase, toute protestation, quelle qu’elle soit, se voit désormais classée sous une étiquette unique : celle de « défaitisme ». Ainsi l’opposition pacifiste des instituteurs « existait » bien davantage à travers les échos qu’en donnait la presse qu’à travers de véritables actions dissidentes. D’ailleurs, dès avant 1914, le mouvement syndicaliste des instituteurs ne regroupait que 4 % du corps enseignant, qui comptait 200 000 instituteurs et institutrices.

 

  • 75 Jacques Girault, « L’histoire du syndicalisme chez les instituteurs jusqu’à la Seconde Guerre Mondi (...)
  • 76 Gilles Candar, « Une histoire conflictuelle : l’histoire de France entre deux rives », dans Pascal (...)
  • 77  Faites haïr la Haine », Discours prononcé par Anatole France au Congrès de la Fédération des synd (...)
  • 78 Mona Siegel, « “To the Unknown Mother of the Unknown Soldier”, Pacifism, Feminism, and the Politics (...)
  • 79 Ibid., p. 430.
  • 80 René Remond, « Le pacifisme en France au XXe siècle », Autres Temps. Les cahiers du christianisme s (...)

36Dès la sortie de guerre, les instituteurs endossent le rôle de « gardiens de la mémoire collective [haïssant] la guerre ». Il est bien sûr indispensable de parler de la guerre en classe, mais « pour mieux imposer un idéal de paix75 ». Le premier pas à faire pour donner une éducation pacifiste aux enfants consiste donc à réviser les manuels scolaires, notamment ceux d’histoire. En France, comme l’a précisé Gilles Candar, « la guerre des manuels ne s’ajoute pas aux conflits politiques, elle fait intégralement partie, dès les origines, de la bataille politique76 ». Lors de la démobilisation culturelle, les valeurs de la culture de guerre marquent encore les esprits, et elles sont loin de s’effacer rapidement. Les manuels scolaires sont imprégnés de bellicisme et de haine de l’ennemi. Jugeant que l’esprit des enfants est bien trop nourri par la guerre, et pour que cesse l’apprentissage des valeurs belliqueuses à l’école, la Fédération des Instituteurs a posé comme priorité la question des manuels scolaires lors de son premier Congrès de la Paix, à Tours, entre le 7 et le 10 août 1919. À cette occasion, Anatole France prend la parole : « Brûlez, brûlez tous les livres qui enseignent la haine ! Exaltez le travail et l’amour ! Formez-nous des hommes raisonnables capables de fouler aux pieds les vaines splendeurs des gloires barbares et de résister aux ambitions sanguinaires des nationalismes et des impérialismes qui ont broyé leurs pères77 ». Durant les premières années qui suivent le conflit, des manuels scolaires continuent pourtant de prêcher la haine de l’ennemi barbare, en exaltant les valeurs guerrières. C’est au milieu des années 1920 et surtout dans les années 1930 que les instituteurs vont faire de la paix à l’école une priorité pédagogique. Une campagne lancée par le Syndicat national des instituteurs appellera ainsi à boycotter les manuels « bellicistes », en premier lieu les livres d’histoire. Il s’agit impérativement de remplacer le patriotisme nationaliste par un patriotisme pacifique, et d’éliminer les expressions de haine à l’égard de l’ancien adversaire. Pourquoi cette transformation radicale ? L’impact de la guerre sur la société française est ici un premier facteur essentiel. Les instituteurs anciens combattants – ils furent 23 000 qui eurent la chance de revenir de la guerre – se servirent de leur expérience pour condamner toutes les guerres et faire de la paix un objet pédagogique78. Comme le relève Mona Siegel, l’opinion du Syndicat National des instituteurs de la France et des colonies (SNI) influença avec force la position de l’ensemble du corps des instituteurs79. La vague de pacifisme qui déferle sur les écoles après le conflit n’est cependant pas le seul fruit de l’enseignement des anciens combattants instituteurs. Le rôle des institutrices fut également crucial. Acquises au pacifisme, elles ont considérablement contribué à son insertion dans la pédagogie à l’école primaire au cours des années 1920 et 1930. Leur engagement en faveur de la paix s’étend en outre hors des murs de l’école. Au cours de meetings, de congrès, dans la presse, elles argumentent pour l’enseignement de la paix dès l’enfance, s’exprimant en tant qu’éducatrices de la génération future mais aussi en tant que mères, l’instinct maternel étant présenté comme un principe propre au pacifisme féminin. Cet ensemble de facteurs a fait des instituteurs et institutrices un important maillon dans l’édification du pacifisme radical des années 1930. Ces derniers repoussent la guerre « sans condition et absolument80 ». Un pacifisme à contretemps alors que, déjà, le souffle de la guerre – mais d’une guerre différente de celle de 1914-1918 – faisait à nouveau sentir ses effets en Europe.

Notes

1 Thierry Flammant, L’École émancipée, une contre-culture de la belle époque, Treignac, Les Monédières, 1982, p. 245.

2 Voir la présente contribution d’Emmanuel Saint Fuscien à cet ouvrage.

3 Frédéric Mole, « L’autre école des premiers instituteurs syndicalistes », Le Télemaque, n˚ 28, 2005, p. 68.

4 Ibid., p. 70.

5 Jacques Girault, « L’histoire du syndicalisme chez les instituteurs jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Essai de bilan », Histoire de l’éducation, n˚ 5, 1979, p. 6.

6 Pour un bref panorama de l’histoire de la Fédération, sa naissance et son évolution avant 1919 voir le premier chapitre du livre de Loïc Le Bar, La Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1935) : aux origines du syndicalisme enseignant, Paris, Syllepse, 2005, p. 25-48.

7 Barnett Singer, « From Patriots to Pacifists: The French Primary School Teachers, 1880-1940 », Journal of Contemporary History, vol. 12, n˚ 3, Jul., 1977, p. 417.

8 Le Rappel, 8 avril 1907, dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire chez les instituteurs, des origines à 1922, Paris, Société universitaire d’éditions et de librairie, 1955, p. 142.

9 Le Temps, 31 mars 1907, dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit., p. 144.

10 Ibid., p. 144.

11 Loïc Le Bar, La Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1935)…, op. cit., p. 35.

12 Ibid.

13 Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit., p. 162.

14 Ibid., p. 161.

15 Ibid., p. 164.

16 Le Temps, 1er octobre 1912 cité dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit., p. 168.

17 André Chaplin, ancien élève de l’École normale d’Auteuil, occupe la fonction de secrétaire du syndicat de la Seine de 1909 à 1914. Il collabore au journal La Bataille Syndicaliste, organe de la CGT. Le 30 octobre 1914, il est tué à la guerre à l’âge de 29 ans.

18 Le Rappel, 30 août 1912, cité dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit., p. 163.

19 Le Matin, 7 septembre 1912, cité dans Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit., p. 163.

20 Jean-Jacques Becker, Le Carnet B : les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Paris, Klincksieck, p. 35.

21 Ibid., p. 35-36.

22 Ibid.

23 Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit., p. 170.

24 Ibid., p. 171.

25 Ibid., p. 172.

26 Ibid., p. 173.

27 Voir Olivier Loubes, L’école et la patrie : histoire d’un désenchantement, 1914-1940, Paris, Belin, 2001, p. 19-38.

28 Jean-François Chanet, « Les instituteurs entre État-pédagogue et État-patron, des lois républicaines aux lendemains de la Grande Guerre », dans Marc Olivier Baruch et Vincent Duclert, Serviteurs de l’État, La Découverte, 2000, p. 362.

29 Ibid.

30 Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants, Paris, Armand Colin, 1993, p. 17.

31 Dans les années 1917-1918, on note que les femmes comptent 72 % du corps enseignant du primaire (71 183), 28 % étant des hommes (27 724). La statistique générale de la France : Annuaire statistique (Paris, 1890-1938), dans Mona SIEGEL, « “To the Unknown Mother of the Unknown Soldier”, Pacifism, Feminism, and the Politics of Sexual Difference among French Institutrices between the Wars », French Historical Studies, vol. 22, n° 3 (Summer, 1999), p. 423 ; Mona Siegel The moral disarmament of France: education, pacifism, and patriotism, 1914-1940, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

32 Franck Poupeau et Olivier Vanhee, « L’École émancipée », Agone 29-30, 2003, p. 135-144.

33 François Mayoux, Instituteurs pacifistes et syndicalistes : mémoires de F. Mayoux, Chamalières, Canope, 1992.

34 Manifeste des instituteurs syndicalistes, 1er juillet 1915 (rédigé par Marie Mayoux), 4 p.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Fédération nationale des Syndicats d’institutrices et d’instituteurs, Circulaire fédérale, 1er septembre 1915, Marseille, p. 2.

39 À la séance parlementaire du 24 juin 1916, les trois députés socialistes Brizon, Blanc et Raffin-Dugens récusent le vote des crédits militaires. À cette occasion, Brizon met à profit la tribune de la Chambre pour exposer le discours de Kienthal en sachant que celui-ci sera reproduit le lendemain dans le Journal officiel. Suite à cette séance, Brizon a reçu des lettres du soutien envoyées par de combattants et de civils ayant pris connaissance de son intervention. Voir : Galit H Addad, 1914-1919 : Ceux qui protestaient, Paris, Les Belles lettres, 2012, p. 105-111 ; Thierry Bonzon et Jean-Louis Robert (dir.), Nous crions grâce : 154 lettres de pacifistes, juin-novembre 1916, Paris, Éditions Ouvrières, 1989.

40 « Les trois instituteurs de Kienthal », La Libre parole, 13 mai 1916.

41 Grâce à Raffin-Dugens, le congrès a eu lieu dans un local de la Chambre. La résolution fut reformulée par Bouët et adoptée à la majorité. Et comme l’indiquaient Leray et Maitron, « les instituteurs y affirmèrent leur opposition à la guerre, [et] déclarèrent que la lutte des classes [était] la seule qui soit légitime et nécessaire et envoyèrent leur salut amical aux révolutionnaires russes ».

42 Service historique de la Défense (SHD), 5 N 343, dossier consacré à l’École de la Fédération des Syndicats d’institutrices et d’instituteurs publics, document daté du 14 octobre 1916.

43 Ibid. « Annexe à la lettre n° 60328 du 29 octobre 1916 au sujet de l’École de la Fédération des syndicats d’institutrices et d’instituteurs publics. Fin d’un rapport de M. Ch. Peyreigne, conseiller de la préfecture et membre civil de la Commission de Contrôle de presse de Marseille à Monsieur le Préfet des Bouches du Rhône, en date du 2 août 1916 ». Il est signalé que ce rapport a été sollicité par le Ministre de l’Intérieur, suite à sa demande de renseignement au Préfet des Bouches du Rhône.

44 Ibid., L’École de la Fédération des Syndicats d’institutrices et d’instituteurs Publics, n° 15, 1er janvier 1916. Un exemplaire est intégré dans le même dossier.

45 SHD, 5 N 343, fin du rapport précité de M. Ch. Peyreigne.

46 Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’instituteurs publics, Les instituteurs syndicalistes et la guerre, Section de la Charente, 25 mai 1917.

47 Terme emprunté au livre de Jacques et Mona Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Seuil, 1992.

48 Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants…, op. cit., p. 24.

49 Ibid.

50 bbé Léon-Joseph Bretonneau, L’Apostolat de la jeunesse pendant l’année de la guerre, ou Entretiens familiers destinés aux maisons d’éducation, collèges, pensionnats, écoles et aux familles, Paris, Téqui, 1916, p. 4.

51 Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants…, op. cit., p. 18.

52 Mona Ozouf et Jacques Ozouf, « Le thème du patriotisme dans les manuels primaires », Le Mouvement social, « 1914 : la guerre et la classe ouvrière européenne », n˚ 49, oct.-déc. 1964, p. 15.

53 Ibid., p. 16.

54 Ibid., p. 20.

55 Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’instituteurs publics, Les instituteurs syndicalistes et la guerre, op. cit., p. 6.

56 Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968, p. 303.

57 Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’Instituteurs publics, op. cit., p. 2-3.

58 Ibid.

59 Ibid., p. 4.

60 Ibid.

61 Ibid., p. 4.

62 Ibid., p. 9.

63 Ibid., p. 10.

64 Paul Vigne d’Octon, La Gloire du sabre, [Flammarion, 1900], Paris, Quintette, 1984.

65 Parmi les exceptions, le texte de Romain Rolland : « Aux peuples assassinés », À la civilisation, s. ed.

66 Fédération nationale des syndicats d’institutrices et d’Instituteurs publics, op. cit.

67 Ibid., p. 11.

68 Ibid., p. 12.

69 Jean-Jacques Becker, Clemenceau : l’intraitable, Paris, Édition Liana Levi, 1998, p. 79-80.

70 François Mayoux, Instituteurs pacifistes et syndicalistes : Mémoires de F. Mayoux, op. cit., p. 118.

71 Max Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire…, op. cit, p. 181-182.

72 François Mayoux, Instituteurs pacifistes et syndicalistes…, op. cit, p. 118.

73 Le Matin, 18 novembre 1917.

74 Une revue trouvait même sa seule raison d’être dans la reproduction de procès : la Revue des Causes Célèbres politiques et criminelles avait ouvert une rubrique « Pacifisme et défaitisme », intégrant les comptes-rendus des débats judicaires d’après la sténographie, avec croquis pris à l’audience. Plusieurs « Affaires de trahison » y ont été reproduites.

75 Jacques Girault, « L’histoire du syndicalisme chez les instituteurs jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale. Essai de bilan », Histoire de l’éducation, n˚ 5, 1979, p. 7.

76 Gilles Candar, « Une histoire conflictuelle : l’histoire de France entre deux rives », dans Pascal Blanchard et Isabelle Veyrat-Masson (dir.), Les guerres de mémoires, Paris, La Découverte, 2008, p. 53.

77  Faites haïr la Haine », Discours prononcé par Anatole France au Congrès de la Fédération des syndicats des membres de l’enseignement laïque et par Rebeyrol instituteur à Bordeaux (8 août 1919). Anatole France et Rebeyrol, Marseille Coopérative d’édition et de librairie de la fédération des syndicats des membres de l’enseignement laïque, 1919.

78 Mona Siegel, « “To the Unknown Mother of the Unknown Soldier”, Pacifism, Feminism, and the Politics of Sexual Difference among French Institutrices between the Wars », French Historical Studies, vol. 22, n° 3, Summer 1999, p. 431.

79 Ibid., p. 430.

80 René Remond, « Le pacifisme en France au XXe siècle », Autres Temps. Les cahiers du christianisme social. n° 1, 1984. p. 14.

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search