Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Seconde partie. Au cœur de la Première Guerre mondiale (1914-1918)

Chapitre 6. Médiévistes en guerre : Un engagement patriotique. Analyse comparée entre 1870-1871 et 1914-1918

Agnès Graceffa

Texte intégral

  • 1 Philippe Alexandre, « Le patriotisme à l’école en France et en Allemagne, 1871-1914. Essai d’étude (...)
  • 2 Paul Meyer et Gaston Paris, « Prospectus de la Romania », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 3 (...)
  • 3 Cette idée a été bien exposée par Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-19 (...)

1Il s’agit ici d’explorer un cas tout à fait particulier, d’abord parce qu’il concerne l’enseignement supérieur et non le primaire ou le secondaire, ensuite du fait de la communauté étudiée : les historiens spécialistes du Moyen Âge. Ce choix résulte d’une double observation. Celle, d’une part, de la place spécifique prise par les médiévistes à l’Université, en France, entre 1870 et 1918. Durant ces années en effet, ils deviennent le modèle par excellence de l’érudition universitaire et sont les producteurs privilégiés (et les garants) d’un discours unificateur et moral sur le passé national. D’autre part, cette place spécifique semble une conséquence directe du conflit franco-prussien. Dès 1871 en effet, les élites françaises analysent la défaite de 1870 comme étant la victoire de l’instituteur prussien1. La faiblesse militaire française s’explique par le manque de culture historico-patriotique de ses citoyens. Ainsi que l’écrivent Paul Meyer et Gaston Paris, « la rupture trop brusque et trop radicale de la France avec son passé, l’ignorance de nos véritables traditions, l’indifférence générale de notre pays pour son histoire intellectuelle et morale doivent être comptées parmi les causes qui ont amené nos désastres2 ». Pour reconstruire une France forte, il faut inculquer à chacun de ses habitants les fondements historiques de l’amour de la patrie. Cette analyse entraîne une attente sociale tout à fait exceptionnelle vis-à-vis des historiens et parmi eux des médiévistes. Aux yeux de la société et de ses dirigeants, ils apparaissent comme les détenteurs d’un savoir sur les origines de la nation qu’il faut désormais exhumer, approfondir et transmettre3. Cette prépondérance avérée s’explique également par leur engagement tout à fait singulier durant la guerre de 1870. Malgré une mobilisation tout aussi dynamique durant la Première Guerre mondiale, 1918 signale au contraire le début du déclin de l’histoire médiévale – en tout cas de sa place privilégiée au sein de la discipline historique – et des médiévistes dans le panorama scientifique français. La victoire engendre de fait un véritable tournant épistémologique en la matière, et le choix de la modernité, là aussi produit des élites françaises, rend brusquement le Moyen Âge (et son étude) caduc et vieillot, dépassé. L’intérêt de cette étude est donc de comparer les formes diverses de la mobilisation des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur durant les deux conflits et de souligner les divergences dans les résultats obtenus pour cette communauté.

1. Qui sont les médiévistes ?

  • 4 Olivier Dumoulin, « La tribu des médiévistes », Genèse, t. 21, 1995, p. 120-133. Il choisit comme d (...)

2La réponse en effet n’est pas aisée et cette catégorie peut même apparaître comme anachronique en 18704.

A) L’affirmation du terme « médiéviste »

  • 5 Auguste Geffroy, Rome et les Barbares. Étude sur la Germanie de Tacite, Paris, Didier 1874, p. VI.
  • 6 Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, (...)
  • 7 Charles Ridoux, Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, 2001, p. (...)
  • 8 André Joris, « Le Moyen Âge a un siècle », Le Moyen Âge, tome 94, 1988, p. 162.
  • 9 Gabriel Monod, « Du progrès des études historiques en France depuis le XVIe siècle », dans Revue hi (...)

3Le Littré mentionne le terme de « médiéviste » dès 1868, mais son emploi ne devient véritablement usuel chez les historiens et les littéraires que dans les années qui suivent. En 1864, c’est de manière revendicative qu’Auguste Geffroy l’utilise dans sa préface à son ouvrage intitulé Rome et les Barbares5. En 1898 au contraire, plusieurs occurrences du mot s’observent dans l’Introduction aux études historiques de Langlois et Seignobos6. Les deux historiens y défendent d’ailleurs la place éminente de l’École des Chartes dans la formation des spécialistes du Moyen Âge et confortent, à plusieurs reprises, l’image des médiévistes comme symbole de l’érudition universitaire et de l’excellence scientifique. L’histoire des revues scientifiques atteste également de la naissance de la médiévistique. C’est en 1872 que Gaston Paris et Paul Meyer fondent la revue Romania avec le projet qu’elle soit le pendant français à la revue allemande Germania. Elle vise à être l’organe de liaison scientifique entre tous les chercheurs antiquisants, médiévistes, littéraires, historiens, linguistes ou archéologues, qui travaillent sur cet espace historique au Moyen Âge7. Il s’agit donc là aussi d’une prise de conscience de la nécessité d’organiser la recherche et de créer des outils de diffusion et d’échanges sur le modèle allemand, pour le concurrencer. En parallèle de cette revue nait bientôt une autre, cette fois-ci franco-belge, intitulée Le Moyen Âge. Bulletin mensuel d’histoire et de philologie. Fondée en 1888 par les trois érudits français et belges Albert Marignan, Jean-Georges Platon et Maurice Wilmotte, elle se définit également expressément comme un bulletin de liaison entre chercheurs8. Ces deux lancements, qui s’inscrivent en complément avec la fondation de la Revue historique par les médiévistes Gabriel Monod et Gustave Fagniez en 18769, confirment le dynamisme de la recherche en histoire médiévale et le souci de ces scientifiques à s’organiser pour légitimer la médiévistique en tant que science et structurer une communauté de chercheurs à l’intérieur d’un contexte très favorable.

B) L’institutionnalisation universitaire

  • 10 Emmanuelle Picard, « L’histoire dans l’enseignement supérieur et la recherche », Patrick Garcia, Fr (...)
  • 11 François Hartog, « Préface » à Numa Denys Fustel de Coulanges, La Cité antique, Paris, Flammarion, (...)
  • 12 Jean-François Condette, Les Lettrés de la République. Les enseignants de la Faculté des Lettres de (...)
  • 13 Henri Leclercq, « Auguste Longnon », dans Dictionnaire d’Archéologie chrétienne et de Liturgie, tom (...)

4Cette invention de la médiévistique est conjointement validée par l’institution universitaire. Dans l’histoire des disciplines, elle apparaît comme exemplaire du second âge de l’Université contemporaine. Après un temps de mise en place de l’enseignement historique à l’Université durant la première moitié du XIXsiècle10, c’est une première spécialisation qui s’effectue à l’intérieur même de ce champ désormais légitime. Le choix de la médiévistique résulte là aussi du trauma de 1870 : le Moyen Âge constitue à la fois le lieu par excellence d’une identité nationale pensée historiquement et le symbole de l’étude et de l’érudition. La première spécialisation explicite d’une chaire en « chaire d’histoire du Moyen âge » date ainsi de 1878 : celle-ci est créée à la Sorbonne pour Numa Fustel de Coulanges, grâce à l’appui de Georges Perrot et sur intervention de Léon Gambetta11. Plusieurs créations similaires suivent, dans un contexte d’augmentation forte du nombre des postes universitaires (le nombre de chaires à l’Université est multiplié par trois de 1879 à 1893)12. En 1900, il existe ainsi dix chaires expressément consacrées à l’histoire du Moyen Âge (contre cinq pour l’histoire antique et deux pour l’histoire contemporaine), auxquelles s’ajoutent les chaires de diplomatique et de paléographie de l’École des Chartes, celles d’histoire du droit au Moyen Âge, d’archéologie, de littérature, ou encore la chaire de géographie historique du Collège de France détenue par le médiéviste Auguste Longnon13. La multiplication et la spécialisation ont donc prioritairement profité à la science du Moyen Âge, et ses spécialistes apparaissent majoritaires au sein de la communauté des historiens.

  • 14 Christian Amalvi, « Ernest Lavisse », dans Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Diction (...)
  • 15 Henri Goelzer, « Éloge funèbre de M. Charles-Victor Langlois, membre de l’Académie », Comptes rendu (...)
  • 16 Clovis Brunel, « Charles Petit-Dutaillis », Bibliothèque de l’école des chartes, tome 107, 1948, p. (...)
  • 17 Charles Petit-Dutaillis, « Alfred Coville », Bibliothèque de l’école des chartes, tome 103, 1942, p (...)
  • 18 Pierre Nora, « Ernest Lavisse, son rôle dans la formation du sentiment national », Revue historique(...)

5De plus, ceux-ci détiennent une bonne partie des postes clé de l’enseignement supérieur. En 1904, Ernest Lavisse, médiéviste par sa thèse sur la dynastie ascanienne, mais aussi spécialiste d’histoire moderne et titulaire de la chaire d’histoire moderne en Sorbonne, a succédé à Fustel de Coulanges à la direction de l’École normale supérieure après Georges Perrot14. Charles-Victor Langlois dirige le Musée pédagogique puis les Archives nationales de 1913 à 192915, Charles Petit-Dutaillis l’Office national des universités à partir de 191616. Inspecteur de l’Instruction publique depuis 1912, c’est Alfred Coville tout juste nommé directeur de l’Enseignement secondaire en 1914 qui prend en charge l’organisation des lycées face aux réquisitions de locaux et à la mobilisation des personnels ; il devient à partir de 1917 et jusque 1927, directeur de l’Enseignement supérieur17. Cette position dominante des médiévistes à l’intérieur de la hiérarchie universitaire est confortée par un investissement lui aussi majeur dans l’œuvre de vulgarisation incarnée par la rédaction des manuels, derrière l’« instituteur national » que fut Ernest Lavisse18. Entre 1870 et 1918, les médiévistes acquièrent ainsi une place prépondérante au sein de l’Université. Le Moyen âge apparaît doté d’une valeur scientifique et patriotique tout à fait exceptionnelle, que reconnaît et favorise le pouvoir républicain. Les années 1870-1918 constituent une sorte d’âge d’or de la médiévistique, au sein duquel les médiévistes assument pleinement la mission politique que leur offre l’État, qui peut se définir comme suit : par une connaissance toujours plus fine du passé de la nation, affermir le sentiment national des Français, leur fierté et leur volonté de vivre ensemble. La confiance dans la science comme discours de vérité et de paix, selon le credo positiviste alors dominant, renforce leur position. Dans ce contexte, les deux périodes de guerre constituent des moments de crise durant lesquelles les médiévistes se doivent de faire preuve d’un engagement emblématique, à la hauteur de leur réputation.

2. L’impact de la guerre sur l’enseignement universitaire et la recherche

  • 19 Collège de France, AP 4/162, Registre des assemblées, année 1870-1871.
  • 20 Les cours de l’EPHE n’ont pas pu ouvrir à la rentrée 1870 et n’ont repris qu’en juin 1871 : « École (...)
  • 21 La « Chronique » de la Bibliothèque de l’École des chartes, t. 31, 1870, p. 578-592, mentionne nota (...)
  • 22 Pour le cas spécifique de l’Université de Lille, voir les pages que consacre à la guerre Jean-Franç (...)
  • 23 Olivier Chaline, « Les normaliens dans la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contempora (...)

6La comparaison des conflits de 1870 et de 1914 et de leur impact respectif sur la recherche et l’enseignement supérieur, laisse immédiatement entrevoir de grandes divergences. Celles-ci résultent en premier lieu de contextes politiques et d’une durée des troubles tout à fait dissemblables. En 1870, l’invasion et la Commune provoquent, pour plusieurs universités, une désorganisation totale de l’année universitaire : la guerre et les sièges rendent impossible la tenue des cours à Strasbourg et à Paris durant plusieurs semaines, de même que dans les grands établissements comme le Collège de France19 ou l’École pratique des hautes études20. L’École des Chartes, quant à elle, connaît une année chaotique, ponctuée par l’annulation de certains concours et quelques semaines de fermeture21. En 1914, l’impact ressenti est plus complexe encore. L’Université de Lille connaît l’occupation22. La levée en masse qui se prolonge durant quatre ans, éloigne certains membres du corps enseignant et une grande part des étudiants et jeunes chercheurs des bancs de l’Université ou de la recherche scientifique. « Pour l’École normale supérieure, estime ainsi Olivier Chaline, la Grande Guerre fut la plus rude épreuve jamais endurée23 ». Le concours de 1915 est d’ailleurs annulé, et l’ampleur de la mobilisation humaine explique ce constat.

A) Une mobilisation armée significative et des pertes importantes

  • 24 Cet épisode est rappelé par la rédaction de la Revue historique, t. 120, 1915, p. 237, suite à un a (...)
  • 25 Auguste Brutails, « Robert de Lasteyrie », Bibliothèque de l’école des chartes, tome 82, 1921, p. 2 (...)
  • 26 Paul Girard, « Éloge funèbre de M. Charles Bayet, correspondant français de l’Académie », Comptes r (...)
  • 27 Victor Carriere, « À nos lecteurs », Revue d’histoire de l’Église de France, tome XXIX, 1914, p. 60 (...)
  • 28 Madeleine Singer, « Coornaert Émile », dans Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouve (...)
  • 29 « Chronique », Bibliothèque de l’école des chartes, tome 31, 1870, p. 578-592, (p. 581). Une liste (...)
  • 30 « Chronique », Bibliothèque de l’École des chartes, tome 31, 1870, p. 578-592 (p. 582).
  • 31 Paul Meyer, Henry Martin, « Jules Roy », Bibliothèque de l’École des chartes, tome 75, 1914, p. 197 (...)
  • 32 Henry Omont, « Notice sur la vie et les travaux de M. Arthur Giry, membre de l’Académie », Comptes (...)

7En 1870 comme en 1914, la mobilisation armée touche de manière importante les médiévistes, en premier lieu bien sûr les étudiants et jeunes chercheurs, mais également certains professeurs. À ce titre il faut souligner plusieurs choix volontaires à la dimension éminemment patriotique. En 1870, Gabriel Monod, alors répétiteur à l’École Pratique des hautes études, s’engage comme infirmier volontaire aide-major24 ; Robert de Lasteyrie, qui termine sa thèse d’École des chartes, choisit de rejoindre l’armée de la Loire. Ses actes de bravoure lui valent d’être nommé capitaine puis chevalier de la légion d’honneur dès 187125. Charles Bayet, encore normalien en 1870, s’engage volontairement comme sous-lieutenant dans le 6e bataillon de la légion étrangère ; en 1914, alors qu’il vient de faire valoir ses droits à la retraite, il demande à réintégrer l’armée à la déclaration de guerre, reprend son grade de sous-lieutenant et combat dans les tranchées puis dans l’Armée d’Orient jusqu’à trouver la mort en 191826. Quant à Joseph Déchelette, appelé au 104e Territorial en 1914, il demande, malgré son âge avancé, une affectation sur le front pour combler les vides laissés par la bataille de la Marne. Capitaine au 298e Régiment d’Infanterie, il est tué au front deux mois après le début des hostilités, le 4 octobre 191427. Émile Coornaert, alors jeune licencié en histoire à la Sorbonne et dispensé de service, s’engage en 1915 et combat comme sergent-fourrier jusqu’à la fin de la guerre28. La liste des élèves chartistes et anciens élèves ayant pris une part active au conflit en 1870 est présentée en deux livraisons successives dans la Bibliothèque de l’École des Chartes datées des années 1870 puis 187129. La mobilisation de l’archiviste-paléographe Jules Lair au siège de Paris lui vaut la légion d’honneur, tout comme pour Arthur du Chene, élève de troisième année qui prend part à l’armée de la Loire. Son collègue Marcel de Jumilhac trouve la mort des suites du conflit et Guy du Pontavice (promotion 1869), blessé à la bataille de Champigny, est emmené prisonnier en Prusse30. Jules Roy, lui aussi en dernière année d’école, est mobilisé à Besançon ; il lui faut attendre 1872 pour soutenir sa thèse et commencer sa carrière d’enseignant31. L’archiviste-paléographe Arthur Giry, diplômé en janvier 1870, prend part à la seconde armée de la Loire en qualité de capitaine adjudant-major de la garde mobilisée de l’Yonne32.

  • 33 Sylvain J. G. Sanchez, « Ernest-Charles Babut (1875-1916). Un spécialiste oublié du christianisme a (...)
  • 34 Sur la carrière de Robert Latouche, Charles Samaran, « Robert Latouche (1881-1973) », Bibliothèque (...)
  • 35 Carole Fink, Marc Bloch. Une vie au service de l’histoire, Paris, Presses universitaires de Lyon, 1 (...)
  • 36 Stéphane Israël, Les Études et la guerre : Les Normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, Édi (...)
  • 37 Victor Karady, « Lettres et sciences. Effets de structure dans la sélection et la carrière des prof (...)
  • 38 Charles Bémont, Christian Pfister, « L’appel des Allemands aux nations civilisées », Revue historiq (...)

8En 1914, la majeure partie des étudiants et jeunes professeurs sont touchés par la mobilisation massive et partent pour le front. Parmi ceux qui sont déjà en activité, Ernest Babut, titulaire d’une chaire à Montpellier depuis 1910, est mobilisé dans un régiment de la territoriale. Touché par un obus à Boesinghen (Belgique), il décède le 28 février 191633. Le philosophe médiéviste Étienne Gilson, futur professeur au Collège de France, alors titulaire à Lille, est mobilisé dès août 1914 et fait prisonnier en février 1916. La mobilisation concerne particulièrement la longue cohorte de jeunes professeurs encore en attente de chaires : Robert Latouche, mobilisé dès 1915 sur le front jusqu’à la fin de la guerre, et qui est ensuite nommé à Grenoble34 ; Marc Bloch mobilisé dès août 1914 comme sergent d’infanterie et qui termine la guerre capitaine, avec la croix de guerre et quatre citations. Il obtient alors une charge de cours d’histoire du Moyen Âge à la faculté de Strasbourg35 ; Albert Pauphilet, mobilisé d’août 1914 à mai 1919 et blessé en février 1915, nommé ensuite en littérature médiévale à Clermont Ferrand en 1919 puis à Lyon36. L’épreuve de la guerre, malgré le long éloignement de la recherche qu’elle implique, n’entrave pas l’accès aux postes universitaires après-guerre. Les mérites militaires constituent très vraisemblablement un atout dans les recrutements et la saignée humaine a l’avantage paradoxal d’atténuer la concurrence37. Comme le constatent Charles Bémont et Christian Pfister en 1914 en dressant la liste des disparus, « l’inexorable guerre que nous font l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie frappe si cruellement l’érudition française qu’il faudra mentionner seulement les morts les plus douloureuses38 ».

  • 39 Parmi les 41 professeurs de la section de philologie et d’histoire de l’École pratique des hautes é (...)
  • 40 « L’École des Chartes et la guerre », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 80, 1919, p. 368-36 (...)
  • 41 Olivier Chaline, « Les normaliens dans la Grande Guerre », op. cit., p. 100.
  • 42 Nicolas Mariot, « Pourquoi les normaliens sont-ils morts en masse en 1914-1918 ? Une explication st (...)

9Plus que les titulaires, relativement épargnés39, l’épreuve du feu et la mort touchent ainsi tout particulièrement cette jeune génération, alors en passe d’accéder à l’Université : en témoignent les 51 archivistes paléographes et élèves des Chartes morts au front entre 1914 et 1918, sur les quelques 244 qui furent en tout mobilisés (20,9 %)40, soit une mortalité de plus d’un sur cinq. Cette proportion, supérieure à la moyenne (généralement admise à 16 % de mortalité parmi les mobilisés), se retrouve chez les élèves et anciens élèves normaliens et ne souffre la comparaison qu’avec celles des saint-cyriens41. Elle conforte le constat d’un engagement patriotique hors du commun, à tendance idéaliste et héroïque, de la part de ces jeunes élites, même si celui-ci doit être tempéré par la réalité du mécanisme de la conscription et de la levée en masse42.

  • 43 Ces chiffres sont établis à partir des Livres d’or de la Section publiés dans École pratique des ha (...)
  • 44 « Chronique », Revue historique, tome 121, 1916, p. 127.
  • 45 « Chronique », Revue historique, tome 118, 1915, p. 427.
  • 46 « Livre d’or de la Section », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et (...)
  • 47 « Livre d’or de la Section », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et (...)
  • 48 « Livre d’or de la Section », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et (...)
  • 49 Marcel Thevenin, René Poupardin, Max Prinet, Charles Bemont, Rodolphe Reuss, Ferdinand Lot, « VI. H (...)

10Comme pour l’ensemble des appelés, la première année est la plus meurtrière. Selon la liste donnée par le livre d’or de l’École Pratique des hautes études, 68 % des tués le sont en 191443. Début 1915, cinquante élèves normaliens sont déjà tombés au champ d’honneur, et sur les six historiens de la promotion 1912, un seul reste vivant44. À la fin de la guerre, parmi ces disparus figurent, outre les noms déjà cités, les médiévistes Robert Michel, Jules Pascal, Jean Roux, Edmond Bouché, Georges Reverdy, les jeunes docteurs ou doctorants Paul-Désiré Fischer, Victor Bauret, Paul Cornu, Étienne Fages, Robert de Fréville de Lorme, Marcel Gaudet, René Serpette de Bersaucourt, Henri Vallet, Gustave Valmont, Gaston de Beausse, François Boucher, tous normaliens, agrégés ou chartistes45. La section de philologie et d’histoire de l’EPHE déplore soixante-trois élèves et anciens élèves tués au champ d’honneur, dont les jeunes médiévistes Marcel Godet, archiviste-paléographe et docteur46, Félix-Georges de Pachtère, normalien et professeur d’histoire au lycée d’Alger47 et Pierre Gautier, archiviste-paléographe et docteur en histoire médiévale48. Si ces pertes apparaissent cruelles pour la science historique, cette considération n’est rien en regard de l’utilité de leur sacrifice, comme l’indique cette réflexion qui suit l’annonce de leur mort : « quel livre de science eut valu, pour le pays, leur fin héroïque49 » ?

11Des formes alternatives de mobilisation s’observent également. Auguste Longnon, futur professeur au Collège de France, se fait inscrire, en 1870, dans la garde nationale.

  • 50 Relatés par Marignan, cité d’après Henri Leclercq, « Auguste Longnon », op. cit., p. 2422.

Durant le siège, il fut de service deux nuits par semaine aux Archives, pour lesquelles on redoutait le sort de la Bibliothèque de Strasbourg. Vint la Commune. Un matin, en se rendant aux archives, Longnon fut arrêté aux environs de la place Vendôme par des insurgés qui lui demandèrent de porter un pavé à la barricade, en signe de fédéralisme. Il refusa ; conduit au poste le plus voisin, on ne trouva sur lui aucune arme et il fut relâché. Mis au courant, Maury engagea son subordonné à partir, seul moyen d’échapper à l’enrôlement de force parmi les communards50.

  • 51 Bernard Vouillot, « Léopold Delisle », dans Christian Amalvi (dir.), Dictionnaire biographique des (...)
  • 52 Il assimile les communeux à des « coquins » : François Hartog, Le XIX e  siècle historien. Le cas (...)
  • 53 Ibid., p. 57.
  • 54 Natalis de Wailly, « Allocution du 22 janvier 1872 », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 31, (...)

12Majoritairement légalistes, les médiévistes rejettent massivement la Commune ; pour avoir manifesté son opposition, Léopold Delisle est d’ailleurs révoqué51 ; Fustel de Coulanges dénonce fermement les troubles52, même Jules Michelet, déjà bien âgé, quitte la France pour l’Italie53. Natalis de Wailly, président du Conseil de perfectionnement de l’École des Chartes, dénonce, lors de son allocution de 1872, « les incendiaires de la Commune54 ».

  • 55 Jean-François Condette, La Faculté des lettres, op. cit., p. 216.
  • 56 Ibid., p. 172.
  • 57 Archives nationales, AJ/70/134. Voir également son rapport Les Universités et l’Enseignement Primai (...)

13Plusieurs actes de bravoure patriotique s’observent également en 1914, comme chez le médiéviste Max Bruchet, archiviste à Lille durant la Première Guerre et dont l’effort incessant demeure de protéger les archives du pillage et de la destruction55. Il en est de même pour son collègue Jules Gay, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université lilloise, qui demeure quelques mois dans la ville occupée puis rejoint clandestinement la zone non occupée via la Hollande56. Charles Petit-Dutaillis, quant à lui, alors professeur d’histoire médiévale, est nommé en 1916 inspecteur général de l’instruction publique et crée en 1918 le Centre d’action de propagande contre l’ennemi, définitivement dissous en 192257.

B) Maintenir l’enseignement coûte que coûte

  • 58 Jean-François Condette, Les Lettrés de la République, op. cit., p. 125 (les autres se sont mis au s (...)
  • 59 Marcel Thevenin, René Poupardin, Max Prinet, Charles Bemont, Rodolphe Reuss, Ferdinand Lot, « VI. H (...)
  • 60 « Chronique », Bibliothèque de l’École des chartes, tome 33, 1872, p. 531-544 (p. 537).
  • 61 Ibid., p. 531. Cet avantage sera revu à la baisse par la loi Freycinet (1889) puis annulé en 1905.
  • 62 Michaël Bourlet, « Des normaliens dans les services de renseignement du ministère de la guerre (191 (...)
  • 63 Olivier Chaline, « Les normaliens dans la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contempora (...)

14La conséquence directe de la mobilisation massive des étudiants, et en moindre mesure, des enseignants, est la difficulté à maintenir les enseignements. Moins mobilisés, les professeurs font surtout défaut dans les établissements des zones occupées, dont une partie du personnel s’en est allée. Ainsi à l’Université de Lille, ne restent, en février 1915, que deux enseignants sur l’équipe de vingt-et-un titulaires, dont six touchés par la mobilisation58. Certaines conférences de l’École pratique des hautes études ne peuvent se tenir du fait de l’absence des enseignants : c’est le cas de l’historien Max Prinet, mobilisé d’août 1914 à mars 1915, et qui reprend ensuite ses enseignements59. L’effort de l’administration et du personnel enseignant consiste pourtant à préserver coûte que coûte un enseignement face à une levée en masse qui enlève des bancs de l’université et des chaires la grande majorité des effectifs. Les promotions 1870 sont ainsi drastiquement réduites : à l’École des Chartes, fin 1872, seuls quatre élèves passent en troisième année alors que les promotions regroupent en moyenne quinze jeunes gens60. Et faute de concours d’entrée, il n’y a aucune promotion 1870 à l’École normale supérieure. Les pouvoirs publics prennent, dans un premier temps, acte de cette perte et tente de préserver la troupe des jeunes lettrés. Reconnaissant « d’une façon éclatante les services que l’École des chartes rend au pays61 », le gouvernement dispense en 1872 ses étudiants du service militaire, unifiant ainsi leur statut à celui des normaliens (dispensés de service depuis 1832). Mais la loi de 1905 puis celle de 1913 mettent progressivement fin à ce régime d’exemption62. Les bacheliers, étudiants et anciens étudiants, qu’ils soient civils (réservistes) ou dans l’active (pour ceux qui effectuent leur service militaire) se trouvent ainsi massivement mobilisés comme militaires du rang, sous-officiers et officiers63.

  • 64 Jean-François Condette, Les Lettrés de la République, op. cit., p. 190.
  • 65 Ces chiffres, établis à partir du dépouillement de la Bibliothèque de l’École des Chartes, sont cor (...)
  • 66 Jacques Heurgon, « Allocution à l’occasion de la mort de M. Jacques de Font-Réaulx, correspondant d (...)

15À l’instar de cet effort donc, l’engagement des médiévistes universitaires passe par le maintien des cours. Ernest Langlois, chartiste, assure ainsi, presque seul, la quasi-totalité de l’enseignement en histoire et littérature à Lille en 1915 et 191664. Il en est de même pour Louis Halphen, alors titulaire à Bordeaux, pour Augustin Fliche, à Montpellier, pour Ferdinand Lot, chargé d’enseignement à la Sorbonne, ou pour Christian Pfister, titulaire de la chaire. Tous s’attristent de la raréfaction de l’auditoire et voient avec suspicion accroitre sa féminisation. La production de diplômés – et parmi eux de médiévistes – s’en ressent fortement. En 1915, aucune thèse n’est soutenue à l’École des Chartes. Alors que le nombre moyen, avant-guerre, atteint presque la vingtaine, deux seules le sont en 1916. Et parmi celles-ci ne se décompte qu’un unique médiéviste, Jacques de Font-Réaulx65, lequel, bien qu’il ait été réformé, s’empresse aussitôt de rejoindre le front. Ses actes de bravoure lui valent la croix de guerre66.

  • 67 « Chronique », Revue historique, tome 123, 1916, p. 224. Rappelons que les filles ne peuvent pas, e (...)
  • 68 « Chronique », Revue historique, tome 129, 1918, p. 206-208.
  • 69 Liste des élèves et des auditeurs réguliers pendant l’année scolaire 1913-1914, dans École pratique (...)
  • 70 Marcel Thevenin, René Poupardin, Max Prinet, Charles Bemont, Rodolphe Reuss, Ferdinand Lot, « VI. H (...)

16Cette raréfaction des diplômés touche également la Sorbonne : alors que la moyenne avant-guerre dépasse les trente diplômés d’études supérieures (DES) en histoire-géographie, la Faculté de Paris ne décerne en 1916 que vingt-et-un diplômes, dont seulement huit à des hommes. Les femmes sont majoritaires (treize), et seuls quatre diplômés se spécialisent en histoire médiévale67. En 1918, seuls dix-huit candidats se présentent, dont dix filles et huit garçons parmi lesquels un unique médiéviste, Louis Ganshof68. La section histoire et philologie de l’École pratique des hautes études présente une situation similaire : en 1913, 473 étudiants y sont inscrits, dont 187 de nationalité étrangère (parmi lesquels 30 Allemands et 20 Austro-Hongrois) et 74 femmes69. Durant les années suivantes, le nombre des inscrits chute dramatiquement si bien que les effectifs ne sont plus annoncés. Il faut annuler plusieurs cours, faute d’auditeurs (c’est par exemple le cas de celui de Ferdinand Lot en 1914-1915)70. Certains contenus doivent également être modifiés pour s’adapter à un nouvel auditoire qui ne maîtrise pas le latin (très vraisemblablement donc, féminin). Les chiffres de l’année 1917-1918 témoignent de la baisse importante des effectifs, notamment de sa composante étrangère (395 inscrits, dont 85 étrangers), mais également de la part prise par les femmes : elles sont alors 120, soit près d’un tiers du total (30, 3 % contre 15 % avant-guerre).

  • 71 Henri Pirenne, Histoire de l’Europe des invasions au XVI e  siècle, Souvenirs de Captivité en Alle (...)
  • 72 La thèse de Gilson était consacrée à ce thème (La Liberté chez Descartes et la théologie, 1913) ; i (...)
  • 73 Bibliothèque de l’Institut, Papiers F. Lot, Ms 7308, f°131, lettre à F. Lot du 1er juillet 1915 (le (...)
  • 74 Ibid., Lettres des 9 février 1915 et 19 août 1918 (Ms 7310, f° 65-66). Il évoque une instruction m (...)

17La durée de la mobilisation entraîne également un autre problème, celui du long éloignement des étudiants et des jeunes chercheurs de leurs travaux en cours, et le risque, conjoint, de devoir renoncer à une carrière à peine engagée : les exemples emblématiques d’un Henri Pirenne, réfléchissant à son futur Mahomet et Charlemagne durant sa captivité71, ou d’Étienne Gilson, qui profite de son expérience au front et en camp pour approfondir sa compréhension du concept de liberté72, cachent des expériences moins heureuses. La correspondance de Ferdinand Lot avec plusieurs de ses élèves, durant ces années, témoigne de leurs inquiétudes : Maryan Himner relate ainsi à son professeur ses difficultés à reprendre ses articles en cours après neuf mois de campagne en Champagne73. Jacques Tourneur-Aumont, chargé de cours depuis 1911 et mobilisé dès août 1914 comme sergent au 41e territorial, se trouve quant à lui dans l’impossibilité de publier sa thèse pourtant déposée en 1914, et ce jusque fin 191874.

  • 75 Ibid., Ms 7269. Il publie en parallèle un article sur les migrations saxonnes en Gaule dans la Rev (...)
  • 76 Marcel Thevenin, René Poupardin, Max Prinet, Charles Bemont, Rodolphe Reuss, Ferdinand Lot, « VI. H (...)

18Faut-il voir dans les choix des thèmes étudiés un parti pris militant ? Il s’avère en tout cas que c’est justement durant ces années 1870-1871 que Fustel de Coulanges se détourne de l’étude de la cité antique pour s’attacher à celle des invasions du Vsiècle, qu’Eugène Morin, professeur à Rennes, propose un cours sur les Saliens et les Ripuaires (publié en 1872), qu’Eugène Léotard travaille son doctorat sur la condition des Barbares dans l’Empire romain ; Louis Guibal disserte sur l’histoire du sentiment national pendant la guerre de Cent ans ; Auguste Geffroy livre son analyse de la Germanie de Tacite et François Combe, professeur à Bordeaux, choisit comme cours d’ouverture le thème des invasions germaniques en France (octobre 1870), un cours d’ailleurs sitôt imprimé en fascicule. Durant les années 1914-1918, Ferdinand Lot présente son cours consacré à « La fin du monde antique75 », Louis Halphen s’attache aux invasions barbares et René Poupardin à l’Allemagne du Moyen Âge central76. Deux thématiques surgissent donc, majeures : les Barbares d’une part, le sentiment national et son origine, sa maturation d’autre part. Leur lien avec l’actualité apparaît manifeste, d’autant que ces mêmes médiévistes n’hésitent pas à prendre la plume pour évoquer le présent et dénoncer ce qu’ils nomment « la barbarie allemande ».

2. L’autre front : un engagement patriotique unanime ?

19La guerre ne se joue pas uniquement sur le front et, si l’on en croit les écrits des médiévistes, l’engagement patriotique peut prendre bien d’autres formes. Ainsi que l’affirme le directeur de l’École des Chartes, en 1870 :

  • 77 « Chronique », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 32, 1871, p. 456-474.

Mes chers collègues, nous tous qui composons le corps enseignant, nous avons envers le pays des devoirs plus étroits aujourd’hui que jamais. Son avenir dépend de la direction que nous aurons donnée aux générations nouvelles. Malheur à la France et malheur à nous-mêmes si nous manquons à notre tâche ! Que si Dieu, au contraire, ainsi que j’en ai l’espoir, nous accorde la grâce de la comprendre et de bien la remplir […] nous aurons travaillé utilement à guérir ses plaies et à relever ses ruines ; nous aurons préparé pour elle une nouvelle ère de grandeur et de prospérité77.

  • 78 Pierre Baral, « Christian Pfister », dans Christian Amalvi (dir.), Dictionnaire biographique, op. c (...)

20La fidélité aux territoires de l’Alsace-Moselle constitue la manifestation par excellence de l’amour à la patrie. George Guibal dédie d’ailleurs à « notre chère Alsace Lorraine », son Histoire du sentiment national pendant la guerre de Cent ans, publiée en 1875. Et Christian Pfister, professeur à la Sorbonne, s’engage dès 1914 à rejoindre la chaire de Strasbourg dès que celle-ci sera réouverte, ce qu’il fait effectivement en 1919, réalisant ici le vœu de ses anciens professeurs78. Pour exprimer ce patriotisme, de multiples formes de mobilisation existent. La première consiste tout simplement à continuer la recherche afin de préserver la valeur et la notoriété de la médiévistique française face à sa concurrente allemande. Une seconde est la prise de parole publique pour dénoncer la barbarie allemande. Qu’il travaille en pur médiéviste ou agisse en témoin, ces historiens sont mus par un même impératif : mettre à la disposition de la France leur savoir, leur regard critique, et leur capacité d’analyse historique au centre de laquelle ils revendiquent toujours un atout face à l’Allemagne et leurs collègues allemands : celui de l’objectivité.

A) Préserver la médiévistique française

  • 79 Gaston Maspero, « Rapport du Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (...)
  • 80 Louis Halphen, « Bulletin historique sur l’histoire du Moyen Âge », Revue historique, tome 133, 192 (...)
  • 81 Henri Berr « Les études historiques et la guerre », Revue de synthèse, tome 29, 1919, p. 5-31 (p. 2 (...)

21C’est au sein de la communauté scientifique internationale que les historiens restés à l’arrière doivent en premier lieu défendre les couleurs nationales et montrer la supériorité de la médiévistique française. Mais la guerre ne désorganise pas seulement l’enseignement, elle forme un frein à la vie scientifique en général. L’accès aux archives et aux bibliothèques devient difficile, les éditions se ralentissent. Gaston Maspero évoque ainsi l’arrêt ou le retard subi par l’ensemble des publications de sources prévues par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, détaillant pour chacune les causes diverses (mobilisations des hommes, fermeture des imprimeries, impossibilité de consulter les archives…) responsables de cette situation79. En 1870 comme en 1914-1918, le conflit retarde ou limite les publications périodiques. Une fois la guerre finie, plusieurs voix s’élèvent d’ailleurs pour le regretter. Louis Halphen, en 1920, revient sur ce grand ralentissement des livraisons durant la guerre et oppose à ce constat leur maintien en Allemagne80. Henri Berr fait le même constat, soulignant que « tandis que nos études chômaient en France, l’Allemagne a publié quelques ouvrages importants » et l’Italie lancé une nouvelle revue scientifique, la Nuova Rivista Storica81. Pourtant, si la Revue d’histoire de l’Église de France cesse sa parution jusque 1919, la majorité des périodiques parvient, au prix de quelques retards ou d’une réduction de volume, à se maintenir. C’est le cas de la revue Le Moyen Âge, de la Bibliothèque de l’École des Chartes et de la Revue historique dont Christian Pfister relate les années de conflit comme suit :

  • 82 Christian Pfister, « Le cinquantenaire de la Revue historique », Histoire et historiens depuis cinq (...)

La guerre nous surprit, pendant que nous étions occupés à composer notre fascicule des mois de septembre-octobre 1914. Les communications étaient devenues difficiles ; Paris risquait, jusqu’à la bataille de la Marne, d’être coupé de la province. Ajoutons que M. Daupeley-Gouverneur, imprimeur de la Revue, était mobilisé comme la plupart de ses ouvriers. Malgré tout, la Revue, grâce au sacrifice de ses éditeurs et au dévouement de son imprimeur, a pu continuer de paraître, après un fléchissement à la fin de 1914 en des fascicules légèrement diminués. Chaque mercredi, pendant la guerre, M. Bémont et moi nous nous sommes rencontrés à la librairie Félix Alcan, au bureau de la Revue. La Revue a tenu82.

22L’emploi d’un style littéraire et épique transforme ici l’effort scientifique en une arme au service de la patrie. Il lui permet d’associer pleinement les universitaires restés loin du front à un héroïsme glorieux dont l’esprit de sacrifice est clairement partie prenante. La Revue historique doit « tenir » comme « tiennent » les soldats la ligne de front. La guerre se glisse au cœur de celle-ci, puisqu’une nouvelle rubrique est créée, intitulée « Histoire de la guerre », maintenue durant tout le conflit. Un ton similaire s’observe à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, qui se fait fort de préserver la régularité de ses séances :

  • 83 René Dussaud, « La guerre de 1914-1918 et l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Comptes- (...)

Attentifs aux méfaits de la guerre, stoïques devant les deuils qui les éprouvaient personnellement, nos confrères poursuivaient leur labeur. Déjà, en 1871, ils avaient observé la même attitude et, en présidant la séance annuelle de notre Compagnie, Ernest Renan l’avait souligné en ces termes : “Durant ces deux funestes années, vous n’avez pas omis de tenir une seule de vos séances hebdomadaires, et, dans des siècles, l’érudit qui parcourra vos registres, ne remarquera à tant de dates lugubres dont le souvenir restera maudit, aucun indice des troubles, des terreurs du dehors83.

  • 84 Louis Halphen, « Bulletin historique sur l’histoire du Moyen Age », Revue historique, tome 31, 1920 (...)
  • 85 Maurice Prou « À nos lecteurs » Le Moyen Âge, 1914, p. 289-294 (il revient sur les difficultés de p (...)
  • 86 René Dussaud, « La guerre de 1914-1918 et l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Comptes- (...)
  • 87 Numa Denys Fustel de Coulanges, « Conférence publique au bénéfice des victimes de la guerre en Fran (...)

23Contre la « régression intellectuelle et morale » qui menace, les médiévistes doivent montrer l’exemple et continuer leurs recherches. En 1870 comme en 1914, la communauté des historiens semble initialement décidée à ne pas considérer leurs collègues d’Outre-Rhin comme des ennemis. Ainsi la Revue historique maintient, durant tout le long du premier conflit mondial et avec un souci marqué d’objectivité, sa pratique de comptes rendus des publications allemandes et autrichiennes, et publie même de rares notices nécrologiques. Ainsi Louis Halphen fait, dans son bulletin sur l’histoire du Moyen Âge, l’éloge du dernier ouvrage d’Alfons Dopsch et salue ses qualités scientifiques84. Il en est de même pour la revue Le Moyen âge, pour laquelle Maurice Prou s’engage en 1914 à maintenir l’impératif d’objectivité85. Comme pour les choix des thématiques enseignées, une imbrication entre histoire et présent s’observe chez les médiévistes. Loin d’être inconsciente, elle apparaît d’ailleurs revendiquée. Ainsi Ernest Babelon prononce-t-il le 25 septembre 1914 à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres une conférence intitulée « Attila dans la numismatique » et de fait consacrée à la victoire de la Marne du 12 septembre86. Sans se soucier le moins du monde du péché d’anachronisme, le commentateur précise que « la comparaison s’imposait en effet, avec cette autre victoire de la Marne remportée par les Gallo-romains en 451, aux Champs Catalauniques ». Le passé conserve alors encore une force de vérité, l’histoire une vertu morale, et son exemple apparaît éclairant pour comprendre et justifier le présent. Face à l’adversité, la recherche demeure également un point d’ancrage et une activité salutaire : « La guerre passe, le travail reste. La guerre est la maladie intermittente ; le travail est la santé et la vie qui renaît après chaque crise. C’est par lui qu’on se relève. À quoi sert de se plaindre, de gémir, ou de récriminer ? La tristesse est stérile, c’est le travail qui est fécond. Il est la consolation, il est aussi l’espérance87 ».

B) De la dénonciation des crimes de guerre à la lutte contre la barbarie

24La revendication d’objectivité face aux événements, le refus de l’engagement partial et de la calomnie des adversaires, le souci de la paix et de la science constitue les éléments majeurs et communs aux discours des médiévistes en 1870-1871 et en 1914-1918. En 1870, les historiens français admirent la science allemande et ses représentants, à l’instar de Georg Waitz ou de Theodore Mommsen, représentent pour eux des modèles d’érudition. Leur première réaction consiste donc à ne pas mélanger politique et science, et à préserver la haute opinion qu’ils se font de ces chercheurs. Ainsi Fustel de Coulanges, dans un manuscrit inédit, rédigé au début de l’année 1871, écrit :

  • 88 Numa Denys Fustel de Coulanges, Essai historique sur la guerre et la Commune, ms inédit, BNF. Éditi (...)

J’espère que l’on reconnaîtra que je n’ai à l’égard de ceux qui nous ont vaincus ni colère, ni rancune, ni envie. Ces sentiments bas ne sont pas pour relever des vaincus, et ce serait une triste et pauvre revanche que d’insulter ses vainqueurs. Quand j’écris l’histoire, je ne suis plus un Français, je suis un homme ; mes intérêts et mes sentiments de Français doivent disparaître, et ma conscience d’homme doit seule parler. Je ne dois haïr que la guerre et l’injustice. Je me tiendrai en garde contre les calomnies réciproques que deux grandes nations se sont lancées à plaisir88.

25Pourtant, selon son analyse, les universitaires allemands ne possèdent pas une semblable éthique. Le devoir de l’historien français est donc de le dénoncer, sans pour autant verser dans le même écueil :

  • 89 Ibid.

Il y a dans les universités de la Prusse des hommes qui se disent historiens, et qui ont travaillé depuis trente ans à travestir toute notre histoire pour exciter les générations allemandes à nous haïr. Ces hommes ont servi la guerre, et aujourd’hui ils récoltent le sang. Je ne veux pas leur ressembler. Je ne calomnierai pas leur pays comme ils ont calomnié le mien89.

  • 90 Numa Denys Fustel de Coulanges, « L’Alsace est-elle allemande ou française : réponse à M. Mommsen »(...)
  • 91 Theodore Mommsen, « Aux Italiens », août 1871, repris dans Sophie-Anne Leterrier, Le XIX e  siècle (...)
  • 92 Rodolphe Reuss, « Lettre de M. Rodolphe Reuss sur les bibliothèques publiques de Strasbourg » (extr (...)

26Sa prise de parole publique, en 1872, dans la Revue des deux Mondes, relève d’une analyse semblable90. Alors qu’il a toujours prôné la réserve de la part des scientifiques sur les questions politiques, il choisit cette fois de sortir de son silence pour contrecarrer ce qu’il considère être une agression et une trahison. Il s’agit en effet d’une réponse à une série d’articles de l’historien Theodore Mommsen dans lesquels ce dernier justifie, par l’histoire, l’annexion de l’Alsace-Moselle91. Fustel dénonce une instrumentalisation du passé qui vise à défendre l’impérialisme allemand, ce qu’il considère comme une double faute : Mommsen a commis une erreur scientifique en tentant de démontrer un fait jugé faux par le Français, et il a commis une erreur éthique en mettant la science au service d’un projet politique alors qu’elle ne doit servir que l’humanité et la paix. Aux yeux des historiens français, certains actes allemands commis en 1870 apparaissent comme inacceptables car ils outrepassent le droit de la guerre ; il s’agit notamment des destructions volontaires, et parmi elles l’incendie des bibliothèques de Strasbourg92. Parce qu’elles touchent des œuvres dont ils s’estiment les gardiens, les médiévistes considèrent comme leur devoir de dénoncer ces exactions.

  • 93 Louis Brehier, « L’histoire de France à la façade de la cathédrale de Reims », Revue historique, to (...)
  • 94 Camille Enlart, Les Vandales en France, numéro spécial de L’Art et les Artistes, 1915 ; Camille Enl (...)
  • 95 « Chronique », Le Moyen Âge, 1919, p. 285 et suivantes.

27Ils réagissent de manière similaire en 1914 face à la destruction des archives d’Ypres ou à celle, tout aussi injustifiée, de hauts lieux de mémoire, en premier lieu celle de la cathédrale de Reims93. L’historien de l’art Camille Enlart, par exemple, multiplie les publications pour dénoncer les destructions allemandes94, et la chronique bibliographique de la revue Le Moyen Âge de 191995 est ainsi entièrement consacrée aux ouvrages qui relatent les destructions de monuments historiques.

  • 96 Ernest Lavisse, « L’invasion allemande dans les départements du Nord de la France », Revue des Deux (...)
  • 97 Michael Werner, « La nation revisitée en 1870-1871. Visions et redéfinitions de la nation en France (...)
  • 98 Christophe Prochasson, Anne Rasmussen, Au nom de la Patrie : les intellectuels et la Première Guerr (...)
  • 99 Jean François Condette, « Les Universitaires français et l’idée de paix de 1900 à 1939 », dans Robe (...)
  • 100 Charles Bemont et Christian Pfister, « À nos lecteurs », Revue historique, tome 117, 1914, p. 1-5.

28En 1870, ces actes surprennent totalement les médiévistes parce qu’ils apparaissent en distorsion totale avec leur image d’une Allemagne cultivée, amoureuse de l’art et du passé. Dans l’article qu’il donne à la Revue des deux Mondes en septembre 1871, Ernest Lavisse prend le parti de décrire ces faits de guerre et de mener une analyse des combattants avant de conclure : « Nous savons que les Allemands sont des pillards et des incendiaires. […] Nous avons vu de trop près le vainqueur pour ne pas savoir combien il est redoutable. […] Apprenons tout ce que savent nos ennemis et que nous ignorons […]. Pour tous, le devoir est de s’instruire, pour tous de défendre la patrie96 ». Ces mots rejoignent ceux de Gabriel Monod, Auguste Geffroy, Georges Guibal ou Alfred Maury, qui tous établissent le même constat97. En 1914, ce précédent de 1870 fait que les historiens semblent déjà convaincus de la capacité de nuisance de l’ennemi et du manque d’objectivité de leurs collègues allemands. Le ralliement à la « guerre juste98 », est alors immédiat et unanime. À l’instar d’une grande majorité des autres intellectuels, les médiévistes participent à l’Union sacrée et dénoncent l’agresseur germanique qui a violé l’état de paix99. La publication de L’appel de l’Allemagne aux nations civilisées, publié en allemand le 4 octobre 1914, et traduit dans Le Temps le 13 octobre 1914, apparait comme la confirmation de cette présomption. En effet, plusieurs historiens comptent parmi les 93 signataires, et notamment Heinrich Finke, Karl Lamprecht, Maximilien Lenz, Eduard Meyer, Martin Spahn. Ces derniers nient toute agression de l’Allemagne sur la Belgique comme sur la France, prônent la légitime défense et expliquent que les armées allemandes respectent le droit international. Le texte provoque la colère des historiens français. Charles Bémont et Christian Pfister s’insurgent en ces termes : « ils ont oublié tout d’un coup leurs enseignements et leurs livres », et les accusent de « militarisme avide, de domination, de rapine et de sang » face aux destructions de Reims, de Louvain, d’Ypres, d’Arras et de tant d’autres villages100.

  • 101 Manuscrit inédit de Ferdinand Lot, En quoi consiste la folie de l’Allemagne, Bibliothèque de l’Inst (...)
  • 102 Deux petits ouvrages qui ont fait l’objet d’une réédition récente : Émile Durkheim, L’Allemagne au- (...)
  • 103 Joseph Bedier, Les Crimes allemands d’après les témoignages allemands, Paris, Armand Colin, 1915 ; (...)
  • 104 Christian Pfister, « Notes bibliographiques », Bibliothèque de l’École des Chartes, p. 419-420.
  • 105 Christian Pfister, « Notes bibliographiques », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 76, 1915, (...)
  • 106 Edmond Petit, « L’école et la guerre », Journal des instituteurs, 61e année, n° 37, 13 juin 1915, p (...)
  • 107 Éric Thiers, « Marc Bloch, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », Mil (...)

29Pour les médiévistes français, l’Allemagne devient le lieu même de la barbarie. Cette assimilation, qui trouve dans l’histoire des précédents valides, leur apparaît désormais clairement. Face à ce constat, il est de leur devoir de défendre et porter les valeurs universelles dont la France est garante ; celle-ci n’a pas voulu la guerre mais se défend et vient en aide aux peuples agressés. Par leur comportement qui nie les règles fondamentales du droit international, les Allemands se sont exclus de la civilisation et sont retournés à l’état de barbarie morale101. « Ils ont toujours en vue la culture mais la culture ne les cultive pas » écrit ainsi Ferdinand Lot, rejoignant les conclusions d’Ernest Lavisse et d’Émile Durkheim102. Faire connaître les « crimes allemands » devient une des missions des médiévistes. Ainsi Joseph Bédier, dans deux ouvrages successifs, s’emploie à prouver l’ampleur de ces exactions en livrant très exactement ses sources et en leur appliquant une stricte analyse historique103. Ernest Lavisse s’associe à Charles Andler, spécialiste du pangermanisme, pour faire paraître une série de brochures en 1915, bientôt rassemblées sous le titre Pratiques et doctrines allemandes de la guerre (Paris, A. Colin), qui relatent les atrocités commises par les troupes germaniques. Ils dénoncent la volonté de toute puissance allemande et le credo de ses élites dirigeantes selon laquelle la guerre doit être conduite avec rigueur et sans scrupule, c’est-à-dire sans se soucier des règles du droit des gens : « les moyens de guerre les plus cruels se justifient par le succès même104 ». Cette position de témoin objectif constitue d’ailleurs une posture revendiquée par les médiévistes. En 1870, elle est déjà celle de Gabriel Monod qui relate, dans Allemands et Français. Souvenirs de campagne. Metz, Sedan, La Loire (1872), son expérience de la guerre, son analyse des forces en présence et tente une explication de la défaite. En 1914, Charles Petit Dutaillis propose une expérience similaire, et cette fois-ci collective, dans son Appel de la guerre en Dauphiné (publié en 1915 dans les Annales de l’Université de Grenoble). Cette initiative originale s’appuie sur une enquête que le médiéviste, alors recteur de l’académie de Grenoble, initie auprès des instituteurs et institutrices du Dauphiné au sujet des journées du 1er et 2 août 1914. Enquête orale qui vise à collecter les expériences sur l’entrée en guerre, elle reçoit l’aval de la Direction de l’enseignement supérieur qui publie une circulaire pour la systématiser à l’ensemble du pays105. L’exemple est en effet repris dans plusieurs académies, et l’initiative relayée par le Journal des instituteurs 106. Ce positionnement comme témoin éclairé apparaît également être celui de Marc Bloch. Son article, intitulé Les fausses nouvelles de la guerre, paru en 1921, s’appuie ainsi sur sa propre expérience de soldat pour tenter une réflexion sur la psychologie collective en temps de guerre et sur le travail de l’historien107.

 

  • 108 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire. Le métier d’histoire, Paris, Armand Colin, réédition de 1993, (...)
  • 109 Henri Berr , « Les études historiques et la guerre », op. cit., p. 26.

301918 marque-elle finalement une défaite de l’histoire médiévale ? Lors des deux guerres étudiées, les médiévistes ont fait preuve d’un patriotisme exemplaire. Qu’ils soient mobilisés sur le front ou restés à l’arrière, ils ont à cœur d’exprimer leur solidarité à l’effort de guerre et de servir leur pays, que ce soit par les armes ou par leurs écrits. Pourtant, si la défaite de 1870 sert l’émergence et la structuration de la science médiévale, et offre à ses acteurs une aura exceptionnelle, la victoire de 1918, quant à elle, semble annoncer une certaine désaffection. Les vainqueurs font désormais le choix de la modernité, dans laquelle le Moyen Âge n’a pas vraiment sa place. Bien qu’historien du Moyen Âge, Marc Bloch explique : « Le médiéviste est l’homme qui sait lire les vieilles écritures, critiquer une charte, comprendre le vieux français. C’est quelque chose, sans doute. Pas assez, assurément pour satisfaire, dans la recherche des divisions exactes, une science du réel108 ». Et il appelle ainsi à une modernisation du travail du médiéviste en regard de l’exigence des temps nouveaux. Dans une même optique, Henri Berr réclame de ses vœux une large « modification du travail historique » et propose désormais la répartition suivante : « Disons un mot des temps anciens, deux mots du Moyen Âge ; les érudits les exhumeront à loisir. Élargissons le champ de la vision avec le XVIsiècle, et que l’échelle de l’étude aille grandissant à mesure qu’on atteint les origines prochaines des problèmes actuels109 ». La science historique ne doit désormais plus servir à exalter le passé, mais à comprendre le présent. Sensibles aux mutations profondes qui se sont produites durant la guerre et depuis le XIXsiècle, les historiens doivent désormais concentrer leurs recherches sur cette question :

  • 110 Ibid., p. 5.

Jamais, peut-être, depuis que les hommes peinent et luttent, poussés par le besoin et les passions, des changements aussi profonds et aussi divers ne se sont produits aussi rapidement. Cette crise, à laquelle la plupart des peuples ont été mêlés et qui a retenti sur tous, a modifié les frontières, les institutions, les idées. L’histoire vécue fournit à l’historien une matière immense et d’un prodigieux intérêt110.

  • 111 Ibid., p. 12.
  • 112 Séances du Conseil de la Section. In : École pratique des hautes études, Section des sciences histo (...)
  • 113 Constat établi à partir de la base de données INRP/SHE sur les chaires d’histoire en 1900 et 1928 h (...)
  • 114 Henri Berr, « Les réflexions sur l’histoire d’un historien combattant », Revue de Synthèse, tome 36 (...)

31Selon Berr, l’Allemagne, même vaincue, demeure une menace, et les historiens doivent s’attacher à l’étude de l’actualité pour pouvoir la comprendre et l’anticiper. Il cite d’ailleurs l’exemple du National Board for Historical Service, comité américain créé en 1917, dont la principale fonction est de « rendre service à la nation, en un temps où les problèmes nationaux de la guerre et de la paix finale ne peuvent recevoir leur meilleure solution sans la lumière du savoir historique, en servant d’intermédiaire entre ceux qui possèdent un tel savoir111 ». Dès février 1918, cinq conférences pour l’étude des faits sociaux et quatre d’histoire moderne sont ouvertes à l’École pratique des hautes études, supprimant de fait la prédominance de l’histoire médiévale112. Il en est de même à l’Université où les chaires nouvelles qui se créent, de 1918 à 1928, sont principalement consacrées à l’histoire moderne et contemporaine et à l’histoire économique113. L’École des Chartes elle-même, traditionnellement réservée à l’étude du Moyen Âge, comprend désormais celle de l’histoire moderne. La médiévistique perd ainsi sa position dominante et la communauté des historiens, en accord avec l’évolution des attentes de la société, valide un large tournant épistémologique de la science historique114, conséquence de la Première Guerre mondiale et de la victoire française.

Notes

1 Philippe Alexandre, « Le patriotisme à l’école en France et en Allemagne, 1871-1914. Essai d’étude comparatiste », Themenportal Europäische Geschichte, 2007, URL : http://www.europa.clio-online.de/2007/Article=265.

2 Paul Meyer et Gaston Paris, « Prospectus de la Romania », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 32, 1871, p. 231.

3 Cette idée a été bien exposée par Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, Presses universitaires de France, 1959.

4 Olivier Dumoulin, « La tribu des médiévistes », Genèse, t. 21, 1995, p. 120-133. Il choisit comme découpage chronologique les années 1880-1920 pour expliquer la naissance des médiévistes (p. 125 et s.).

5 Auguste Geffroy, Rome et les Barbares. Étude sur la Germanie de Tacite, Paris, Didier 1874, p. VI.

6 Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898, p. 30, p. 32, p. 34.

7 Charles Ridoux, Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, 2001, p. 290-298. La question de la fondation de la revue est approfondie par Ursula Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, Droz, 2004.

8 André Joris, « Le Moyen Âge a un siècle », Le Moyen Âge, tome 94, 1988, p. 162.

9 Gabriel Monod, « Du progrès des études historiques en France depuis le XVIe siècle », dans Revue historique, tome I, 1876, p. 5-38 ; Claude Gauvard, Jean-François Sirinelli, « Retour sur Gabriel Monod », Revue historique, tome 664, 2012/4, p. 787.

10 Emmanuelle Picard, « L’histoire dans l’enseignement supérieur et la recherche », Patrick Garcia, François Dosse et Nicolas Offenstadt (dir), Dictionnaire d’historiographie, Paris, PUF, 2010, p. 126-136.

11 François Hartog, « Préface » à Numa Denys Fustel de Coulanges, La Cité antique, Paris, Flammarion, 1984, p. VII ; Alain Guerreau, « Fustel de Coulanges médiéviste », Revue Historique, tome 275/ 2, 1986, p. 381-406.

12 Jean-François Condette, Les Lettrés de la République. Les enseignants de la Faculté des Lettres de Douai puis Lille sous la IIIe République (1870-1940). Dictionnaire biographique, Villeneuve d’Ascq, Université Charles de Gaulle-Lille 3, 2006, p. 13 et s. (rappelle le contexte général de cette évolution).

13 Henri Leclercq, « Auguste Longnon », dans Dictionnaire d’Archéologie chrétienne et de Liturgie, tome IX, Paris, Letouzey et Ané, 1930, p. 2413-2455.

14 Christian Amalvi, « Ernest Lavisse », dans Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République, 2e édition, Paris, Flammarion, 2007, p. 1220-1223.

15 Henri Goelzer, « Éloge funèbre de M. Charles-Victor Langlois, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 73e année, n° 3, 1929, p. 190-194.

16 Clovis Brunel, « Charles Petit-Dutaillis », Bibliothèque de l’école des chartes, tome 107, 1948, p. 178-181.

17 Charles Petit-Dutaillis, « Alfred Coville », Bibliothèque de l’école des chartes, tome 103, 1942, p. 5-19. Il prend ses fonctions en septembre 1914, durant le transfert du gouvernement à Bordeaux, et doit gérer cette situation de crise. Son biographe explique : « Sa besogne fut difficile. Les lycées bien installés étaient transformés en hôpitaux ; une moitié des professeurs étaient mobilisés. Coville s’ingénia et, sans brutalité, suscita et seconda les initiatives. L’Enseignement secondaire reçut une organisation provisoire et nos enfants purent continuer leurs études. » Il lui revint également la charge d’organiser le retour à la normale après l’armistice.

18 Pierre Nora, « Ernest Lavisse, son rôle dans la formation du sentiment national », Revue historique, tome 228, 1962, p. 73-106.

19 Collège de France, AP 4/162, Registre des assemblées, année 1870-1871.

20 Les cours de l’EPHE n’ont pas pu ouvrir à la rentrée 1870 et n’ont repris qu’en juin 1871 : « École Pratique des Hautes Études. Section des sciences historiques et philologiques, 1868-1872 », Rapport sur l’École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques, 1868-1872, 1872, p. 3-5.

21 La « Chronique » de la Bibliothèque de l’École des chartes, t. 31, 1870, p. 578-592, mentionne notamment la suppression des examens de juillet 1870. Des précisions supplémentaires dans la livraison suivante : « Chronique », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 32, 1871, p. 201-236 (notamment p. 221).

22 Pour le cas spécifique de l’Université de Lille, voir les pages que consacre à la guerre Jean-François Condette, Une Faculté dans l’histoire. la Faculté des lettres de Lille de 1887 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, 431 p. ; Une approche du cas nancéen dans Jean Schneider, Lucien Febvre, Odette Voilliard, Georges Livet, Jean-Alain Lesourd, Marcel Darmois, Jacques Treheux, « Centenaire de la faculté des lettres de Nancy, 1854-1954 », Annales de l’Est, n° 3, 1954.

23 Olivier Chaline, « Les normaliens dans la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, t. 183, 1996, p. 99-110. Pierre Jeannin, Deux siècles à Normale Sup. Petite histoire d’une grande école, Paris, 1994, p. 169-175.

24 Cet épisode est rappelé par la rédaction de la Revue historique, t. 120, 1915, p. 237, suite à un article de Charles Maurras paru dans L’Intransigeant, qui mettait en doute le patriotisme de leur fondateur.

25 Auguste Brutails, « Robert de Lasteyrie », Bibliothèque de l’école des chartes, tome 82, 1921, p. 237-247 (p. 238).

26 Paul Girard, « Éloge funèbre de M. Charles Bayet, correspondant français de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 62e année, n° 5, 1918, p. 324-326 ; Jean-François Condette, « Un univeristaire de combat : Charles Bayet, recteur d’académie puis directeur au ministère » dans Jean-François Condette (dir.), Les Recteurs. Deux siècles d’engagements pour l’École (1808-2008), Actes du colloque de la Sorbonne, Rennes, PUR, 2009, p. 133-169.

27 Victor Carriere, « À nos lecteurs », Revue d’histoire de l’Église de France, tome XXIX, 1914, p. 601-604. La Revue cesse sa parution jusque 1920 ; Émile Chatelain, « Éloge funèbre de M. Joseph Déchelette, correspondant français de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 58e année, n° 6, 1914, p. 574-577.

28 Madeleine Singer, « Coornaert Émile », dans Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, cinquième série (1945-1968), tome 3, 2007.

29 « Chronique », Bibliothèque de l’école des chartes, tome 31, 1870, p. 578-592, (p. 581). Une liste complémentaire de huit noms est dressée en 1871 dans « Chronique », Bibliothèque de l’École des chartes, tome 32, 1871, p. 201-236, p. 223 : il s’agit de MM. Achard, Aubry-Vitet, Cerise (Guillaume), Le Proux, Mas-Latrie, Perin (Jules), Rendu et Saint-Mauris. Notons que cette perte est importante puisqu’elle représente l’effectif d’une promotion annuelle (entre huit et douze archivistes-paléographes sortaient alors chaque année diplômés de l’École).

30 « Chronique », Bibliothèque de l’École des chartes, tome 31, 1870, p. 578-592 (p. 582).

31 Paul Meyer, Henry Martin, « Jules Roy », Bibliothèque de l’École des chartes, tome 75, 1914, p. 197-202.

32 Henry Omont, « Notice sur la vie et les travaux de M. Arthur Giry, membre de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 45e année, n° 1, 1901, p. 45-54 ; Bertrand Joly, « Arthur Giry », dans Christian Amalvi, Dictionnaire des historiens, op. cit., p. 130-131.

33 Sylvain J. G. Sanchez, « Ernest-Charles Babut (1875-1916). Un spécialiste oublié du christianisme ancien », Études théologiques et religieuses, tome 87, 2012, p. 219-230. L’auteur cite la dernière lettre de Babut à ses enfants, toute dénuée de haine de la culture allemande (il leur souhaite de connaître le bonheur en écoutant Beethoven).

34 Sur la carrière de Robert Latouche, Charles Samaran, « Robert Latouche (1881-1973) », Bibliothèque de l’École des chartes, tome 132, 1974, p. 392-395 ; Gaston Maspero, « Rapport du Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sur les travaux des Commissions de publication de cette Académie pendant le second semestre de 1914 ; lu dans la séance du 8 janvier 1915 », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 59e année, n° 1, 1915, p. 14-25 (ici p. 20).

35 Carole Fink, Marc Bloch. Une vie au service de l’histoire, Paris, Presses universitaires de Lyon, 1997, p. 58-74.

36 Stéphane Israël, Les Études et la guerre : Les Normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2005, p. 286.

37 Victor Karady, « Lettres et sciences. Effets de structure dans la sélection et la carrière des professeurs de faculté (1810-1914) », dans Collectif, Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux XIX e et XX e  siècles, Paris, éditions du CNRS, 1985, p. 29-45 ; Christophe Charle, « La Faculté des lettres de Paris et le pouvoir (1809-1906) », dans Collectif, Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux XIX e et XX e  siècles, Paris, éditions du CNRS, 1985, p. 151-165.

38 Charles Bémont, Christian Pfister, « L’appel des Allemands aux nations civilisées », Revue historique, tome 117, 1914, p. 1-5.

39 Parmi les 41 professeurs de la section de philologie et d’histoire de l’École pratique des hautes études, neuf apparaissent mobilisés en 1915. Chiffre établi à partir de l’Annuaire 1915-1916. École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques, 1915.

40 « L’École des Chartes et la guerre », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 80, 1919, p. 368-369.

41 Olivier Chaline, « Les normaliens dans la Grande Guerre », op. cit., p. 100.

42 Nicolas Mariot, « Pourquoi les normaliens sont-ils morts en masse en 1914-1918 ? Une explication structurale », Pôle Sud, tome 36, 2012, p. 9-30.

43 Ces chiffres sont établis à partir des Livres d’or de la Section publiés dans École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1917-1918, datés de 1915 à 1918, référence ci-dessous.

44 « Chronique », Revue historique, tome 121, 1916, p. 127.

45 « Chronique », Revue historique, tome 118, 1915, p. 427.

46 « Livre d’or de la Section », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1915-1916, 1915, p. 74-84. Cette première livraison de morts donne également une liste de 34 blessés.

47 « Livre d’or de la Section », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1916-1917, 1916, p. 47-48.

48 « Livre d’or de la Section », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1917-1918, 1917, p. 62. Sa thèse, consacrée aux actes des évêques de Langres, n’avait pu encore être imprimée.

49 Marcel Thevenin, René Poupardin, Max Prinet, Charles Bemont, Rodolphe Reuss, Ferdinand Lot, « VI. Histoire », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1915-1916, 1915, p. 40-44 (p. 42).

50 Relatés par Marignan, cité d’après Henri Leclercq, « Auguste Longnon », op. cit., p. 2422.

51 Bernard Vouillot, « Léopold Delisle », dans Christian Amalvi (dir.), Dictionnaire biographique des historiens français et francophones, Paris, 2004, p. 72-74.

52 Il assimile les communeux à des « coquins » : François Hartog, Le XIX e  siècle historien. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, Presses universitaire de France, 1988, Seuil, 2001, p. 55.

53 Ibid., p. 57.

54 Natalis de Wailly, « Allocution du 22 janvier 1872 », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 31, 1872, p. 456-457.

55 Jean-François Condette, La Faculté des lettres, op. cit., p. 216.

56 Ibid., p. 172.

57 Archives nationales, AJ/70/134. Voir également son rapport Les Universités et l’Enseignement Primaire en France : Conférence interuniversitaire franco-suisse, Genève 30 sept. – 4 oct. 1919, Studer, 1920.

58 Jean-François Condette, Les Lettrés de la République, op. cit., p. 125 (les autres se sont mis au service de la patrie dans les établissements secondaires et les facultés de la zone libre).

59 Marcel Thevenin, René Poupardin, Max Prinet, Charles Bemont, Rodolphe Reuss, Ferdinand Lot, « VI. Histoire », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1915-1916, 1915, p. 40-44 (p. 43).

60 « Chronique », Bibliothèque de l’École des chartes, tome 33, 1872, p. 531-544 (p. 537).

61 Ibid., p. 531. Cet avantage sera revu à la baisse par la loi Freycinet (1889) puis annulé en 1905.

62 Michaël Bourlet, « Des normaliens dans les services de renseignement du ministère de la guerre (1914-1918) », Revue historique des armées, tome 247, 2007, ici p. 11.

63 Olivier Chaline, « Les normaliens dans la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, octobre 1996, n° 183, p. 99-110.

64 Jean-François Condette, Les Lettrés de la République, op. cit., p. 190.

65 Ces chiffres, établis à partir du dépouillement de la Bibliothèque de l’École des Chartes, sont corroborés par la base Elec des thèses de l’ENC, consultable en ligne : http://theses.enc.sorbonne.fr/titres?de=1916.

66 Jacques Heurgon, « Allocution à l’occasion de la mort de M. Jacques de Font-Réaulx, correspondant de l’Académie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 123e année, n° 3, 1979, p. 389-393.

67 « Chronique », Revue historique, tome 123, 1916, p. 224. Rappelons que les filles ne peuvent pas, en général, se spécialiser en histoire médiévale, car elles n’ont pas bénéficié de l’enseignement classique et ne maîtrisent pas le latin.

68 « Chronique », Revue historique, tome 129, 1918, p. 206-208.

69 Liste des élèves et des auditeurs réguliers pendant l’année scolaire 1913-1914, dans École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1914-1915. 1914. p. 154-171 (p. 155).

70 Marcel Thevenin, René Poupardin, Max Prinet, Charles Bemont, Rodolphe Reuss, Ferdinand Lot, « VI. Histoire », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1915-1916, 1915, p. 40-44 (p. 42) : « Les travaux, commencés l’année précédente […] n’ont pu être poursuivis, nos jeunes collaborateurs ayant tous été appelés sous les drapeaux ».

71 Henri Pirenne, Histoire de l’Europe des invasions au XVI e  siècle, Souvenirs de Captivité en Allemagne (mars 1916 – novembre 1918), Bruxelles, Librairie Maurice Lamertin, Collection du Flambeau, 1920.

72 La thèse de Gilson était consacrée à ce thème (La Liberté chez Descartes et la théologie, 1913) ; il en reprend l’analyse dans ses ouvrages postérieurs (voir Étienne Gilson et nous : la philosophie et son histoire, Paris, Vrin, 2000).

73 Bibliothèque de l’Institut, Papiers F. Lot, Ms 7308, f°131, lettre à F. Lot du 1er juillet 1915 (le jeune homme est alors en convalescence suite à une blessure).

74 Ibid., Lettres des 9 février 1915 et 19 août 1918 (Ms 7310, f° 65-66). Il évoque une instruction ministérielle du 16 janvier 1918 dans le bulletin administratif du 25 janvier 1918, p. 52, qui promet des faveurs aux candidats retardés par la guerre.

75 Ibid., Ms 7269. Il publie en parallèle un article sur les migrations saxonnes en Gaule dans la Revue historique, et un autre sur les invasions scandinaves dans la Bibliothèque de l’École des Chartes.

76 Marcel Thevenin, René Poupardin, Max Prinet, Charles Bemont, Rodolphe Reuss, Ferdinand Lot, « VI. Histoire », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1915-1916, 1915, p. 40-44 (p. 43).

77 « Chronique », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 32, 1871, p. 456-474.

78 Pierre Baral, « Christian Pfister », dans Christian Amalvi (dir.), Dictionnaire biographique, op. cit., p. 255.

79 Gaston Maspero, « Rapport du Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sur les travaux des Commissions de publication de cette Académie pendant le second semestre de 1914 ; lu dans la séance du 8 janvier 1915 », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 59e année, n° 1, 1915. p. 14-25.

80 Louis Halphen, « Bulletin historique sur l’histoire du Moyen Âge », Revue historique, tome 133, 1920, p. 90-104.

81 Henri Berr « Les études historiques et la guerre », Revue de synthèse, tome 29, 1919, p. 5-31 (p. 25).

82 Christian Pfister, « Le cinquantenaire de la Revue historique », Histoire et historiens depuis cinquante ans, Paris, Félix Alcan, 1927, p. I-XVII (p. XV).

83 René Dussaud, « La guerre de 1914-1918 et l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 83e année, n° 6, 1939, p. 600-611 (p. 605).

84 Louis Halphen, « Bulletin historique sur l’histoire du Moyen Age », Revue historique, tome 31, 1920, p. 90-104.

85 Maurice Prou « À nos lecteurs » Le Moyen Âge, 1914, p. 289-294 (il revient sur les difficultés de publication, les morts et les liens entre histoire et patriotisme).

86 René Dussaud, « La guerre de 1914-1918 et l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 83e année, n° 6, 1939. p. 600-611 (p. 603).

87 Numa Denys Fustel de Coulanges, « Conférence publique au bénéfice des victimes de la guerre en France donnée à Strasbourg en 1872 », consacrée à Colbert (représentant de l’esprit de travail), dans Sophie-Anne Leterrier, Le XIX e  siècle historien, Paris, Belin, 1997.

88 Numa Denys Fustel de Coulanges, Essai historique sur la guerre et la Commune, ms inédit, BNF. Édition partielle par Sophie-Anne Leterrier, Le XIX e  siècle historien, op. cit., p. 224-266.

89 Ibid.

90 Numa Denys Fustel de Coulanges, « L’Alsace est-elle allemande ou française : réponse à M. Mommsen », lettre publiée dans La Revue des deux mondes en octobre 1870, éditée la même année par E. Dentu puis par Camille Jullian dans Questions historiques, Paris, Hachette, 1893.

91 Theodore Mommsen, « Aux Italiens », août 1871, repris dans Sophie-Anne Leterrier, Le XIX e  siècle historien, op. cit., p. 60-61.

92 Rodolphe Reuss, « Lettre de M. Rodolphe Reuss sur les bibliothèques publiques de Strasbourg » (extrait de la Revue critique d’histoire et de littérature), Bibliothèque de l’École des chartes, tome 32, 1871, p. 151-178 ; Georges GUIBAL, Le siège et le bombardement de Strasbourg, conférence faite à Castres et à Montauban les 15 et 22 octobre 1870, Paris, A. Chauvin, 1870.

93 Louis Brehier, « L’histoire de France à la façade de la cathédrale de Reims », Revue historique, tome 122, 1916, p. 288 et s. ; Louis Brehier, La Cathédrale de Reims : une œuvre française, Paris, H. Laurens éditeur, 1916.

94 Camille Enlart, Les Vandales en France, numéro spécial de L’Art et les Artistes, 1915 ; Camille Enlart, Arras avant la guerre, collection « Le mémorial des cités ravagées », Paris, H. Laurens, 1916 ; Camille Enlart, « Une cathédrale française détruite par les Allemands en 1553. Thérouanne », La Renaissance, juin 1918 ; Camille Enlart, Hôtels de ville et beffrois du Nord de la France. Moyen âge et Renaissance, Paris, H. Laurens, 1919.

95 « Chronique », Le Moyen Âge, 1919, p. 285 et suivantes.

96 Ernest Lavisse, « L’invasion allemande dans les départements du Nord de la France », Revue des Deux-Mondes, 1er septembre 1871, p. 46-79. Un second article suit dans la livraison du 10 septembre, intitulé « Les Allemands dans le Nord ».

97 Michael Werner, « La nation revisitée en 1870-1871. Visions et redéfinitions de la nation en France pendant le conflit franco-allemand », Revue germanique internationale, tome IV, 1995, p. 181-200.

98 Christophe Prochasson, Anne Rasmussen, Au nom de la Patrie : les intellectuels et la Première Guerre mondiale, Paris, La Découverte, 2010, notamment p. 209 et suivantes.

99 Jean François Condette, « Les Universitaires français et l’idée de paix de 1900 à 1939 », dans Robert Vandenbussche et Alain-René Michel (dir.), L’idée de paix et ses représentations en France au XX e  siècle, Lille, CRHEN-O, 2001, p. 133-163.

100 Charles Bemont et Christian Pfister, « À nos lecteurs », Revue historique, tome 117, 1914, p. 1-5.

101 Manuscrit inédit de Ferdinand Lot, En quoi consiste la folie de l’Allemagne, Bibliothèque de l’Institut, Fonds Lot, Ms 7304 c, f° 94-117, daté du 1er septembre 1915 (ici, f° 116). De même, il écrit : « les Allemands ont cessé d’être des Européens, d’être des hommes. Il y a pour eux, retour à l’état sauvage, à l’animalité brute ».

102 Deux petits ouvrages qui ont fait l’objet d’une réédition récente : Émile Durkheim, L’Allemagne au-dessus de tout. La mentalité allemande et la guerre (1915), Paris, Armand Colin, 1991 ; Émile Durkheim et Ernest Lavisse, Lettres à tous les Français (1916), Paris, Armand Colin, 1992.

103 Joseph Bedier, Les Crimes allemands d’après les témoignages allemands, Paris, Armand Colin, 1915 ; Joseph Bedier, Comment l’Allemagne essaie de justifier ses crimes, Paris, Armand Colin, 1915. Ils sont rédigés à partir de carnets allemands dont la photographie est donnée, mais dénoncés comme mensongers par les Allemands (Gazette de l’Allemagne du Nord du 28 février 1915).

104 Christian Pfister, « Notes bibliographiques », Bibliothèque de l’École des Chartes, p. 419-420.

105 Christian Pfister, « Notes bibliographiques », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 76, 1915, p. 416.

106 Edmond Petit, « L’école et la guerre », Journal des instituteurs, 61e année, n° 37, 13 juin 1915, p. 377-379.

107 Éric Thiers, « Marc Bloch, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », Mil neuf cent, 2000, vol. 18, n° 1, p. 221-223.

108 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire. Le métier d’histoire, Paris, Armand Colin, réédition de 1993, p. 181.

109 Henri Berr , « Les études historiques et la guerre », op. cit., p. 26.

110 Ibid., p. 5.

111 Ibid., p. 12.

112 Séances du Conseil de la Section. In : École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques. Annuaire 1918-1919. p. 66-68, séance du 18 février 1918.

113 Constat établi à partir de la base de données INRP/SHE sur les chaires d’histoire en 1900 et 1928 http://www.inrp.fr/she/nhist/scripts/index.php?contenu=historiens.html.

114 Henri Berr, « Les réflexions sur l’histoire d’un historien combattant », Revue de Synthèse, tome 36, 1923, p. 5. Autour de l’opuscule anonyme « Hodierne » Tournants brusques (Paris, Émile Larose, 1923), il se fait la réflexion suivante : « L’homme d’aujourd’hui qui l’a écrite, en poursuivant les méditations de la tranchée, y fait un examen de conscience. Historien, il n’a pu reprendre son métier sans réfléchir sur la science qu’il pratique et, sans doute, qu’il enseigne ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search