Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Seconde partie. Au cœur de la Première Guerre mondiale (1914-1918)

Chapitre 5. L’École primaire de la Charente dans la Grande Guerre. Un aspect de l’effort de guerre par la mobilisation patriotique

Hugues Marquis

Texte intégral

  • 1 Bulletin départemental de l’Instruction primaire, Académie de Poitiers, Inspection de la Charente (...)
  • 2 Au début de la guerre, le 18 septembre 1914, le ministre de l’Instruction publique Albert Sarraut, (...)

1Le 15 septembre 1919, M. Jacquard, Inspecteur d’Académie de la Charente pendant la Grande Guerre, écrit au personnel enseignant du département pour annoncer son départ : « Je n’oublierai pas […] que nous avons vécu ensemble les terribles années de guerre, partageant les mêmes angoisses, les mêmes espérances, les mêmes joies patriotiques, travaillant d’une commune ardeur, à l’arrière comme au front, pour le triomphe de la Grande Cause. Je n’oublierai pas que nous pleurons les mêmes morts1 ». Cette lettre, presque entièrement tournée vers l’expérience de la guerre vécue par l’institution qu’il dirige, montre que la Charente, département de l’arrière, s’est mis, comme l’ensemble des départements français, à l’heure de la guerre et que son École, du fait de la généralisation de l’enseignement primaire dans les années qui l’ont précédé, s’est retrouvée au cœur du conflit. Il s’agit ici d’examiner les conséquences de la guerre sur le fonctionnement de l’École et de mesurer le degré d’implication de l’école primaire de Charente dans la guerre, c’est-à-dire sa participation à l’effort de guerre, ces deux éléments ayant contribué à mettre en place assez précocement une mémoire spécifique. Pour suppléer aux lacunes des versements de l’Inspection académique aux archives départementales de la Charente, nous nous appuierons sur deux sources qui présentent en la matière un intérêt particulier, le Bulletin départemental de l’instruction primaire et les « cahiers des instituteurs », chroniques de la guerre rédigées dans chaque commune suite à la « commande » faite au début du conflit par le ministre de l’Instruction publique Albert Sarraut. Les instituteurs, devenant « l’écho vivant de la conscience publique », se retrouvent au premier plan de l’effort de guerre et de la mobilisation2.

1. L’école primaire perturbée par la guerre et ses mobilisations

  • 3 807 écoles sont publiques et 81 sont privées. Sur les 888 écoles il y a 327 écoles de garçons, 324 (...)

2À la veille de la guerre, au 31 décembre 1913, le département de la Charente compte 888 écoles publiques ou privées. On dénombre 1 414 enseignants dont 539 instituteurs et 650 institutrices dans les écoles élémentaires publiques, 200 instituteurs et institutrices dans les écoles élémentaires privées et 25 institutrices dans les écoles maternelles publiques et privées3.

A) La mobilisation des personnels au front et ses conséquences

  • 4 BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, circulaire ministérielle relative à l’organisation du servic (...)
  • 5 BDIP n° 269, oct.-nov.-déc. 1915, Rapport annuel sur l’enseignement primaire (1914-1915), p. 839 e (...)
  • 6 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, p.  (...)
  • 7 Archives départementales de la Charente (AD de la Charente), J 79, Inspection académique, Histoire (...)
  • 8 « L’enseignement est parfois trop livresque, le travail des élèves trop mécanique, la discipline un (...)

3À la rentrée scolaire d’octobre 1914, 180 instituteurs sont sous les drapeaux. Pour la fin de l’année 1915 ils sont désormais 297 et le nombre d’instituteurs mobilisés reste important jusqu’à la fin de la guerre. Cette mobilisation a des conséquences sur ceux qui restent en fonction ainsi que sur les vacances de postes4. Pour la première année scolaire de la guerre, l’inspecteur d’académie s’efforce de limiter le plus possible le nombre des intérimaires rémunérés par l’État sans sacrifier l’intérêt des enfants5. Pour cela, les services sont repartagés dans les écoles à plusieurs maîtres ; on détache des institutrices adjointes d’écoles à faible effectif alors que des maîtres ou maîtresses en retraite prêtent leur concours à titre gracieux. L’inspection académique dispose de deux promotions d’élèves maîtres, auxquelles viennent s’ajouter 95 suppléantes pourvues du brevet supérieur ou du brevet élémentaire. Les classes 1915 et 1916 peuvent donc être appelées sous les drapeaux sans que la Charente ait à souffrir d’un manque de personnel6. En novembre 1915, le personnel auxiliaire est encore suffisant, même s’il ne reste que quelques suppléantes pour assurer le service des enseignants en congé de maladie. Cette gestion des ressources humaines exige des enseignants des efforts d’adaptation. À Cellefrouin, en mars 1916, un instituteur est malade et son collègue doit assurer le service des deux classes, « ce qui est pénible », rapporte-t-il, « attendu qu’il est impossible de grouper les élèves dans la même salle. De plus le travail de mairie devient excessif. Pourtant, je suis normalement obligé de remplir les fonctions7 ». Le personnel intérimaire, essentiellement des jeunes filles, s’acquitte convenablement de sa tâche, malgré une formation insuffisante8 En 1917-1918, on a de plus en plus recours aux instituteurs et institutrices réfugiés, venant des départements directement menacés ou occupés dont le nombre ne cesse de s’accroître, et une cinquantaine d’instituteurs ont été mis en sursis d’appel et rendus à leurs fonctions. On sait aussi que pendant les années 1914-1915 et 1915-1916, les inspecteurs primaires d’Angoulême et de Cognac ont assuré, outre leur service propre, celui de leurs trois collègues mobilisés. L’Inspecteur d’académie est d’ailleurs lui-même mobilisé de février à fin juillet 1916.

  • 9 Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, op. cit. p. 248.

4Ce sont les écoles primaires supérieures qui voient leur personnel le plus fortement réduit par la guerre. À Angoulême les trois maîtres spécialement attachés à l’école primaire supérieure sont partis. En 1914-1915, le service est assuré par les professeurs de l’école normale dont aucun n’est mobilisable et par un instituteur adjoint de la ville détaché d’une école de demi-temps. À Cognac deux professeurs sur quatre sont sous les drapeaux. À Chasseneuil et à Ruelle, les directeurs sont restés seuls, mais ont trouvé des collaborateurs qualifiés. En 1915-1916, les écoles primaires supérieures de garçons continuent à fonctionner avec un personnel réduit « grâce au dévouement des maîtres restants, à la bonne volonté des suppléants ou suppléantes9 ».

B) Les effectifs des élèves et la fréquentation

  • 10 Ibid.

5En janvier 1914 il y a dans les écoles primaires élémentaires 38 396 inscrits. Ils sont 37 272 en janvier 1915 auxquels il faut ajouter 530 enfants réfugiés inscrits. La diminution du nombre d’inscrits concerne presque exclusivement la population scolaire d’Angoulême. Beaucoup d’enfants ont quitté la ville avec leur mère après la mobilisation du père ; d’autres, à la veille de quitter l’école, ont devancé leur départ pour se rendre utiles dans leurs familles. La situation matérielle des écoles privées n’est pas modifiée par la guerre à part la réquisition de deux écoles de filles. Mais l’effectif de ces établissements a légèrement baissé. Deux écoles privées ferment leurs portes au 1er octobre 1915. Le fléchissement des effectifs des écoles privées est signalé en 1915 et 1916. Dans le courant de l’année 1915, les écoles privées perdent 184 élèves entre janvier et juillet10. Dans le courant de l’année 1915 l’effectif des écoles primaires élémentaires et maternelles s’accroît sensiblement (34 %). L’augmentation est due surtout à la présence en Charente de nombreux réfugiés, mais aussi à celle de beaucoup d’ouvriers mobilisés à la poudrerie d’Angoulême, à la fonderie de Ruelle et dans les usines privées, qui ont appelé leurs familles auprès d’eux. Cette augmentation des effectifs oblige l’administration à ne pas maintenir certaines réunions de classes ou d’écoles effectuées au début des hostilités et à augmenter le nombre des intérimaires chargés d’assurer le service des maîtres mobilisés. Au 1er décembre 1917, les écoles de la Charente reçoivent 1813 enfants de familles réfugiées qui fréquentent très majoritairement les écoles publiques. Ce nombre s’accroît encore très sensiblement pendant l’année 1918.

  • 11 38 396 inscrits et 32 854 présents.
  • 12 AD de la Charente, J 77, cahier d’Aubeterre.
  • 13 AD de la Charente, J 95, commune de Vieux-Ruffec.
  • 14 AD de la Charente, J79, commune de Cellefrouin. Au début des vacances de Pâques 1916 (19 avril), l’ (...)
  • 15 AD de la Charente, J 76, commune d’Anais.
  • 16 AD de la Charente, J 95, commune de Vieux-Ruffec.

6En janvier 1914, le taux de fréquentation (rapport entre le nombre d’inscrits et de présents) est de 85 % pour les écoles primaires élémentaires11. En janvier 1915, il est de 87 %. Cette amélioration se maintient en 1916 et 1917. À Aubeterre, on note que la fréquentation est bonne pour les enfants qui vont à l’école, mais beaucoup des plus grands garçons ont quitté l’école plus tôt qu’ils ne l’auraient fait sans la guerre pour partir en apprentissage12. Sur toutes les années, on peut relever une fréquentation irrégulière selon les saisons. À Vieux-Ruffec, en octobre 1914, peu d’enfants fréquentent l’école, car ils sont occupés aux récoltes des pommes de terre, noix et châtaignes, ou à guider les bœufs au labourage, ce travail étant retardé autant par la sécheresse que par le manque de travailleurs13. À Guimps, pendant toute la guerre la fréquentation est régulière pendant les mois d’hiver, mais dès qu’arrivent les mois d’avril et de mai, l’école se vide et il ne reste plus que les petits car il faut récolter les foins et faire les moissons. Partout dans les campagnes, on voit la fréquentation baisser à l’automne et au printemps14. Cet absentéisme scolaire touche les élèves de tous âges sauf les jeunes enfants de quatre à six ans et les candidats au certificat d’études15. « Néanmoins », écrit l’instituteur de Vieux Ruffec, « les études sont régulièrement suivies dans l’ensemble, les programmes ont été parcourus, et les élèves présentés aux examens du CEP ont tous été admis16 ».

  • 17 Ibid.

7Si l’Inspecteur d’Académie attribue surtout au manque de main-d’œuvre à la campagne la baisse de la fréquentation au moment des beaux jours, il l’attribue aussi à l’absence prolongée des pères de famille, à la « faiblesse » des mères qui ne savent pas toujours venir à bout de leurs enfants et que leurs « occupations absorbantes » mettent d’ailleurs, souvent, dans l’impossibilité d’exercer sur eux toute la surveillance désirable. La preuve en est qu’en 1917-1918, la fréquentation a fléchi dans les écoles urbaines plus que dans les écoles rurales. D’ailleurs, l’institutrice de Vieux-Ruffec note que deux ou trois enfants ont manqué souvent parce que les mères n’ont pas d’autorité. Cependant, « plusieurs enfants reviennent à l’école le plus qu’ils peuvent : jours de pluie, de neige, jours d’hiver où l’on ne peut rester dehors même par des chemins impraticables ». L’institutrice de ce village admet que, depuis le commencement de la guerre, il faut que l’école s’accommode aux besoins de la population. Les enfants qui vont guider au labourage ou garder les troupeaux rentrent à l’heure où ils peuvent et ils sont bien reçus. Elle fait son possible pour s’occuper d’eux spécialement pendant le temps qu’ils peuvent consacrer à l’école, « et cela est pénible, il est évident que les autres enfants ne doivent pas être négligés17 ».

  • 18 AD de la Charente, J 83, commune de Gourville.
  • 19 AD de la Charente, J 76, commune d’Aigre.
  • 20 BDIP n° 269, oct.-nov.-déc.1915, Rapport annuel sur l’Enseignement primaire (1914-1915), p. 839 et (...)

8La guerre semble avoir une influence sur l’attitude des élèves dans la classe, avec toutefois des constats assez contrastés. À Gourville, l’instituteur note que l’état d’esprit des enfants s’est peu modifié, « cependant quelques-uns sont moins apathiques et montrent plus d’activité18 ». À Aigre, « en l’absence du père, il semble que l’enfant donne un travail moins régulier19 ». Dans son bilan de la première année scolaire de guerre, l’inspecteur d’académie juge que l’état d’âme des élèves « n’est pas toujours à l’unisson des tragiques réalités », du fait de leur âge, qui n’est pas celui « des réflexions prolongées, ni des graves attitudes, extérieures ou intérieures ». Cependant, « ils suivent avec un intérêt passionné la marche des événements ; ils attendent avec impatience les communiqués et les commentent avec de la chaleur et l’autorité de personnels compétents ; ils vibrent à la lecture ou au récit des brillants faits d’armes de nos troupes20 ». Surtout, leur comportement se ressent des événements. Ils sont signalés un peu partout comme moins bruyants, moins dissipés, plus dociles. La guerre semble aussi avoir plus d’influence à la campagne où les élèves sont appliqués et sérieux, qu’à la ville. En 1917 et 1918 en particulier, on signale que les garçons y sont plus difficiles à tenir et moins laborieux qu’à la campagne. Les candidats au certificat d’études primaire sont nombreux pendant la première année de guerre et la proportion des reçus est plus élevée que les années précédentes (82 %). Dans l’ensemble d’ailleurs, l’esprit est très bon et le travail satisfaisant. Les résultats du certificat d’études sont une preuve de la « bonne besogne » qui se fait à l’école. À la session 1917 il y a un taux de 81,6 % de reçus.

9La guerre affecte davantage les écoles primaires supérieures. La première année de guerre, leurs effectifs baissent assez sensiblement du fait des conditions créées par la guerre. On observe une baisse de 13 % pour les écoles de garçons. Les écoles d’Angoulême et de Cognac sont les plus touchées à cause de la fermeture de leur internat. Au 1er décembre 1915 la situation s’est légèrement améliorée pour les garçons. À la fin de l’année scolaire 1915-1916, l’école primaire supérieure de Ruelle, récemment créée pour assurer une bonne préparation d’élèves apprentis à la fonderie nationale, est complètement organisée : 70 élèves, tous externes, la fréquentent. En 1918, l’effectif des EPS de garçons est en léger fléchissement. À Cognac l’effectif de la première année est tombé brusquement de 50 à 32 élèves car la pénurie d’employés adultes a pour conséquence l’utilisation de jeunes garçons sortis de l’école avec leur certificat d’étude et qui normalement se seraient dirigés vers l’école primaire supérieure. En revanche le nombre d’élèves des écoles primaires supérieures de filles (Barbezieux et Chasseneuil) connaît, en 1917-1918, une augmentation notable.

C) La mobilisation des personnels à l’arrière : garderies et accueil des réfugiés

  • 21 BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, Le ministre de l’Instruction publique au préfet de la Charen (...)
  • 22 Ibid., Appel de l’Inspecteur d’académie aux instituteurs et institutrices, 4 août 1914, p. 542 ; L (...)
  • 23 BDIP n° 264, oct.-nov.-déc. 1914, Circulaire relative à l’âge des enfants à admettre dans les gard (...)
  • 24 AD de la Charente, J 83, commune de Jarnac.
  • 25 AD de la Charente, J 76, commune d’Aigre. « Sept ou huit élèves dans chaque école seulement ».
  • 26 AD de la Charente, J 83, commune de Guimps.
  • 27 À Cellefrouin pendant les grandes vacances de 1915, il y a encore une garderie de jeunes élèves. L’ (...)

10À la déclaration de guerre, le ministre de l’Instruction publique invite les instituteurs qui ne sont pas appelés sous les drapeaux « à faire au pays le sacrifice de leurs vacances » et à rester à leur poste jusqu’à la fin de la crise. Il leur demande d’offrir leur concours aux autorités, de conseiller les citoyens et réconforter les familles. Dans chaque commune, ils donneront « l’exemple du sang-froid et du zèle patriotique, comme leurs collègues plus jeunes donneront, dans chaque régiment, l’exemple de l’héroïsme21 ». L’inspecteur d’académie de la Charente recommande aux maîtres et maîtresses de « tenir grandes ouvertes les portes de leur école pour les enfants qui resteraient sans surveillance à la maison ou dans la rue » et d’organiser avec les municipalités « des cantines où les familles sans ressources des défenseurs du pays » seront « assurés de trouver chaque jour une nourriture saine et réconfortante22 ». Les garderies de l’été 1914 accueillent des enfants de tous les âges. Après la rentrée, la garderie est étendue aux enfants qui n’ont pas atteint l’âge réglementaire et qui peuvent donc venir à l’école. Même si « la présence des tout petits peut jeter quelque trouble au milieu des exercices scolaires », on ne peut songer à l’approche de l’hiver « à laisser à l’abandon les enfants de nos soldats23 ». Si partout la consigne est appliquée, la fréquentation des garderies est variable. À Jarnac, pendant les vacances de 1914, le personnel de l’école aidé de personnes bien disposées, garde les enfants des familles nécessiteuses mobilisées. Le goûter est offert chaque jour aux jeunes écoliers par des dames de l’Œuvre. Ces garderies permettent aux mères de travailler et soustraient les enfants aux vagabondages de la rue. Le service des garderies y continue en 191524. Dans les communes rurales, comme Aigre ou Guimps, une garderie est instituée pendant les mois d’août et de septembre 1914, mais peu fréquentée25, les enfants étant « retenus par les travaux des champs, car à la campagne, le plus petit écolier trouve un emploi »26. On trouve inutile de recommencer l’année suivante, en dépit des recommandations ministérielles27.

  • 28 AD de la Charente, J 79, commune de Cellefrouin, qui en donne la liste et l’origine précise.
  • 29 Études locales, n° 1 mai 1920, p. 7. L’histoire est racontée par Mme Gamaury dans le premier numér (...)
  • 30 BDIP n° 366, mars-avril-mai 1915, p. 719.

11L’école joue un rôle important dans l’accueil des réfugiés, dans la mesure où il faut accueillir dans les classes des élèves supplémentaires, mais aussi plus généralement dans la prise en charge de ces enfants. La Charente, dès le début de la guerre, accueille des réfugiés belges et des réfugiés des départements envahis du Nord de la France, puis plus tard, des réfugiés serbes. Au total près de 8 000 réfugiés sont accueillis en Charente pendant le conflit. Cellefrouin reçoit, dès novembre 1914, des femmes et des enfants venant du Pas-de-Calais et du Nord28. En janvier 1915, on note « le manque de sobriété de ces familles qui font une grande consommation de café, quelques femmes même absorbent beaucoup d’alcool », mais « les enfants sont très propres, bien élevés ; ils se portent à merveille et fréquentent très régulièrement l’école ». À Saulgond, cinq familles belges, qui majoritairement parlent flamand, arrivent au mois de mai 1915. Pour aménager les logements qui leur sont destinés, « les institutrices donnent l’exemple, vont demander, dans les maisons, des lits, des couvertures, des draps que l’on s’empresse de leur remettre. En un clin d’œil, tout est transporté, mis en place et les pauvres gens peuvent s’installer dans leur nouveau logis29 ». Elles s’occupent d’un bébé qui naît un mois après leur arrivée, ainsi que de sa mère. Leurs enfants sont parrain et marraine du bébé. En 1915 le directeur de l’enseignement primaire et le recteur de l’académie de Poitiers adressent leurs félicitations à une institutrice du département pour les soins aussi intelligents qu’affectueux qu’elle a prodigués aux enfants réfugiés de langue flamande qui fréquentent son école30.

  • 31 BDIP n° 265, janvier-février 1915, Poitiers, 22 février 1915, p. 6.
  • 32 Les premiers volontaires tchécoslovaques sont intégrés dans l’armée serbe et dans la légion étrangè (...)
  • 33 BDIP n° 266, mars-avril-mai 1915, p. 717.
  • 34 AD de la Charente, J 76, commune d’Angoulême.

12Une circulaire du recteur de l’académie de Poitiers concerne spécifiquement ces enfants réfugiés de langue flamande « belges et français », à qui il faut assurer une éducation morale et une instruction31. La plupart des enfants ne comprennent pas le français. Il faut que les maîtres « qui leur donneront une place d’honneur dans leurs salles, s’ingénient à le leur enseigner ». Pour rendre l’assimilation plus rapide, on choisira des tuteurs parmi les élèves. La Charente accueille aussi des enfants tchèques et serbes en particulier du fait de la présence de nombreux blessés « tchécoslovaques » à l’hôpital de Cognac, ensuite rejoints par leur famille32. La présence de familles serbes en Charente explique sans doute le succès de la « journée serbe » dans ce département, célébrée le 26 mars 1915 dans tous les établissements scolaires de la Charente. Des conférences publiques sont faites par les instituteurs et les institutrices dans 136 communes. Les collectes faites en classe et aux conférences permettent de récolter une importante somme d’argent33. Les enfants sont accueillis dans les classes. Une institutrice signale qu’à l’école maternelle de l’Houmeau (Angoulême), on a reçu quelques petits exilés, évacués de Belgique et des pays envahis. On s’efforce de leur apporter soin, tendresse et affection, « afin de leur faire retrouver et aimer partout la grande et bonne patrie ». Dans le cahier de l’école des filles du même quartier, on trouve le récit d’une petite réfugiée de Lille par elle-même « sans corrections » est-il précisé, récit de six pages qui raconte le sort des habitants pendant l’occupation allemande de Lille34.

D) La réquisition des écoles

  • 35 François Olier, et Jean-Luc Quenec’hdu, Hôpitaux militaires dans la guerre 1914-1918, tome 3, Franc (...)
  • 36 Liste dans AD de la Charente, 1 Prov 43.
  • 37 L’hôpital auxiliaire n° 5, installé dans l’école de Cagouillet, place du Champ de Foire à Cognac co (...)
  • 38 BDIP n° 269, oct.-nov.-déc. 1915, Rapport annuel sur l’Enseignement primaire (1914-1915).
  • 39 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916.
  • 40 BDIP n° 289, nov.-déc. 1918, Rapport annuel de M. l’Inspecteur d’Académie, p. 824 et suiv.
  • 41 BDIP n° 267, juin-juillet 1915, Circulaire du recteur de l’académie de Poitiers, 8 juillet 1915, p (...)

13Les autorités réquisitionnent nombre de bâtiments pour y accueillir les blessés à soigner ou les convalescents. Dans le département de la Charente, une quarantaine d’hôpitaux (hôpitaux complémentaires ou hôpitaux auxiliaires) sont créés et comptent parmi les 10 000 hôpitaux fonctionnant pendant la Grande Guerre35. Si parmi les bâtiments réquisitionnés on trouve des salles des fêtes, des maisons bourgeoises, des couvents ou des maisons de retraite, ce sont surtout pour leur grande majorité, des établissements scolaires, publics ou privés : lycées, collèges, écoles36. On en compte neuf à Angoulême, trois à Cognac, pour les deux plus grandes villes du département. Mais on en trouve aussi à La Rochefoucauld, Barbezieux, Confolens, Ruffec, Roumazières, Aigre, Fléac, Aubeterre-sur-Dronne, Jarnac, La Couronne. Parmi les principaux hôpitaux, il y a à Angoulême les deux écoles normales avec respectivement 234 et 140 lits mais aussi le collège de garçons de Cognac, qui fait aussi école primaire supérieure, avec 325 lits. Pour les écoles primaires réquisitionnées, la capacité d’accueil peut être importante ; à Angoulême l’Hôpital complémentaire n° 32, est formé par les écoles de garçons et de filles de Saint-Ausone avec 110 lits mais aussi les annexes de l’école de garçons de La Bussatte (88 lits) et de l’école libre Denis Papin (35 lits)37. Au début de l’année scolaire 1914-1915, 23 écoles élémentaires et maternelles sont occupées par les services de l’armée, ce qui représente 4 455 élèves (119 classes) affectés par cette occupation. Au 30 juin 1915, ce sont encore 20 écoles38 et 14 en octobre 1916. L’effectif de ces écoles se ressent des conditions anormales de leur fonctionnement avec une diminution de 14 % de leurs effectifs entre 1914 et 191639. Il faut trouver d’autres bâtiments pour installer les enseignants et les élèves des écoles réquisitionnées. La classe se fait dans des locaux de fortune des plus variés : palais de justice, atelier, salle de société de gymnastique, tonnellerie, chais, salle de bal. La plupart de ces locaux ont été concédés gratuitement pour la durée de la guerre. Si quelques-unes des écoles sont installées à peu près convenablement, pour d’autres se posent des problèmes d’espace et d’hygiène. Il faut aussi adapter le fonctionnement au manque de locaux ou au manque d’espace. Des écoles pratiquent le système du demi-temps. Les écoles primaires supérieures d’Angoulême, Cognac, et Chasseneuil sont occupées par l’autorité militaire. Les écoles d’Angoulême et de Cognac annexées, l’une à l’école normale de garçons, l’autre au collège de Cognac, doivent supprimer leur internat faute de locaux. En 1917-1918, à Angoulême et dans les environs immédiats de la ville, il faut faire face à un afflux de population et ouvrir à titre provisoire de nouvelles classes40. Malgré la réquisition des locaux pour les services de l’armée et le grand nombre de professeurs et de maîtres mobilisés, les cours de tous les établissements d’enseignement public de l’académie ont pu être assurés, écrit le recteur de l’académie de Poitiers à la fin de l’année scolaire 1914-191541.

2. La mobilisation de l’École pour la guerre

14L’École se mobilise pour soutenir l’effort de guerre dans des opérations le plus souvent appelées œuvres et qui permettent de récolter des produits divers ou de l’argent mais les maîtres et maîtresses doivent aussi soutenir le moral des enfants et de leurs familles, expliquer la guerre « juste » qui est menée contre la « barbarie germanique ».

A) Les actions entreprises pour soutenir l’effort de guerre

  • 42 BDIP n° 264, oct.-nov.-déc. 1914, Circulaire du recteur de l’académie de Poitiers, 10 novembre 191 (...)
  • 43 AD de la Charente, J 77, commune de Baignes.
  • 44 AD de la Charente, J 77, commune d’Aubeterre.
  • 45 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, p.  (...)

15Les « œuvres complémentaires de l’école » désignent d’abord les cours d’adultes. Mais on y assimile la mutualité scolaire, les conférences populaires, les sociétés de tir, les cantines, les fêtes scolaires. Peu après la rentrée de l’automne 1914, le recteur de l’académie de Poitiers se préoccupe de l’organisation des œuvres complémentaires de l’école qui doivent, comme l’école elle-même adapter leur programme aux devoirs comme aux besoins créés par les hostilités : « Dans la mesure où ils collaborent à ces œuvres, nos maîtres s’efforceront de les faire servir à la défense nationale42 ». La reprise des cours d’adultes en est le moyen : « Tous les soirs […], instituteurs et institutrices commenteront les nouvelles, expliqueront les événements, parleront de la France, liront les belles pages inspirées à nos écrivains par les faits glorieux de notre histoire passée et présente. Chacun d’eux, chacune d’elles sera le guide moral de ses concitoyens ». Il s’agit aussi dans ce cadre de mettre en place des actions tournées vers l’effort de guerre. Les jeunes filles confectionneront, « dans les classes du soir, dans les réunions de leurs sociétés d’anciennes élèves », des vêtements chauds pour les soldats. Ce sont les institutrices qui organiseront le travail et se chargeront de faire parvenir les produits du travail commun à destination ; « Ainsi se passeront les veillées d’hiver ». Quant aux adolescents de 13 à 18 ans, pour les « préparer à leur tâche de demain », les instituteurs se « concerteront avec les […] sociétés de gymnastique, de tir, avec les associations sportives… pour organiser des exercices fréquents et des marches répétées ». Ainsi à Baignes, en 1914-1915 et 1915-1916, les cours de préparation militaires sont faits par l’instituteur et la société de tir43. À Aubeterre, les cours d’adultes sont remplacés par des veillées durant lesquelles le personnel des écoles tricote pour les soldats, avec le concours de personnes dévouées44. Si à Jarnac, les cours d’adultes ne fonctionnent pas en 1914, faute de locaux convenables, les maîtres prêtent néanmoins leur concours aux fêtes récréatives des soldats et le directeur a fourni à certaines compagnies les éléments d’une bibliothèque et le nécessaire pour pouvoir écrire. En 1915 et 1916 on donne aux cours d’adultes des cours et conférences qui contribuent « à affermir les bons sentiments de la population45 ».

  • 46 En particulier par voie d’affiches, conservées dans les fonds des Archives départementales.
  • 47 AD de la Charente, J 77, commune d’Aubeterre.
  • 48 Des instructions précises sont données à ce sujet par l’inspecteur d’Académie de la Charente dans l (...)
  • 49 AD Charente, J 79, commune de Cellefrouin, copie de la lettre dans cahier Cellefrouin.
  • 50 Ibid.

16Pendant la Grande Guerre, le mot « œuvre » est surtout associé aux œuvres de défense nationale, auxquelles participent les écoles. Ce sont des opérations visant à récolter des fonds, du matériel ou de la nourriture pour les soldats et les victimes de la guerre : Linge du blessé, vêtements pour les réfugiés, Œuvre du tricot, Noix du soldat, Vin du soldat, collecte de couvertures, l’œuvre des filleuls, l’accueil français, les Chiffons de coton, les collectes en faveur des réfugiés… Les opérations sont souvent des « journées » : Journée du Poilu, Journée du secours national, Journée du 75, Journées serbes, Journée des orphelins. Elles sont lancées par de grandes campagnes de communication46. Chaque fois, des quêtes sont faites par les élèves ou les anciennes élèves47 des écoles de Charente. Les cahiers tenus par les instituteurs nous donnent un relevé précis de toutes les sommes qui ont été récoltées par commune48. Ils nous renseignent aussi sur le processus d’implication des élèves. À Cellefrouin, pour le « Noël du soldat », la maîtresse explique aux enfants le but de l’opération. Le lendemain une quête est faite dans l’école. Les élèves, presque tous enfants de métayers, sont heureux de pouvoir dire que « cet argent servira à offrir quelques douceurs à nos chers soldats du front », d’autant que, peu de temps après, ils ont la surprise de recevoir une lettre du front les remerciant de leur gracieux envoi de Noël49. Dans la même ville, lors de « la Journée du 75 », des jeunes filles et anciennes élèves de l’école, sur la demande de l’institutrice, passent dans chaque maison des villages. Elles offrent aux habitants l’insigne (canon de 75) et leur expliquent l’emploi qui sera fait de l’argent provenant de la vente des insignes. La recette est assez fructueuse par rapport au nombre d’habitants de la section50.

  • 51 AD de la Charente, J 77, commune d’Aunac.
  • 52 Petites poupées fabriquées avec des bouts de laine.
  • 53 BDIP n° 266, mars-avril-mai 1915, p. 720.
  • 54 BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, p. 602.
  • 55 À Aubeterre, la somme recueillie pour l’œuvre du tricot est employée à l’achat de laine avec laquel (...)
  • 56 BDIP n° 269, oct.-nov.-déc. 1915, 2 septembre 1915, p. 864.
  • 57 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’académie pour l’année 1915-1916, p.  (...)

17Partout, on constate que maîtres et élèves sont fortement investis dans les diverses œuvres de guerre et de solidarité nationale. À Aunac, l’institutrice, en collaboration avec le maire, a dirigé toutes les œuvres auxiliaires de la Défense nationale et fait ou fait faire toutes les quêtes51. En Charente, écoliers et écolières surtout rivalisent d’ingéniosité pour augmenter les ressources de l’œuvre des pupilles. Par exemple, dans les écoles d’Angoulême, plusieurs élèves ont l’idée de fabriquer des Nénettes et Rintintins, mascottes des Poilus52, qu’elles vendent dans leur entourage au profit des pupilles, et l’exemple est suivi dans de nombreux points du département. On organise aussi de petites fêtes auxquelles sont conviées les familles et dont les programmes, dessinés par les grandes élèves, sont vendus au profit de l’œuvre. L’investissement du personnel féminin est important, en particulier dans l’œuvre du Tricot, dans le cadre de l’ouvroir de l’inspection académique53. Dès septembre 1914, l’inspecteur d’académie « en raison de l’urgence que présente l’œuvre du Tricot », autorise les institutrices à lui consacrer dès maintenant les séances des cours d’adultes54. Le bulletin départemental publie des instructions pour la confection de chaussettes, chandails, passe-montagnes, ceintures de laine, genouillères, gants55. Le président de « l’œuvre du Tricot du soldat » d’Angoulême remercie du reste les institutrices de Charente pour le concours précieux qu’elles ont apporté à cette œuvre nationale56. En septembre 1915, elles ont réalisé entre autres 6 401 paires de chaussettes, 1 263 passe-montagnes et 240 cache-nez ; d’octobre 1915 à la fin d’avril 1916, plus de 60 000 objets sont confectionnés dans les écoles57. Dans les écoles primaires supérieures, en particulier celles de filles, personnels et élèves travaillent beaucoup pour les blessés, les soldats du front, les familles de réfugiés nécessiteuses. Ils aident notamment dans les hôpitaux temporaires créés dans ces écoles. Un personnel d’école primaire supérieur de garçons, avant sa mobilisation, soigne jour et nuit les blessés hospitalisés quelque temps dans les locaux de l’école ; Un professeur de langues travaille à la traduction de nombreux dossiers de maisons allemandes ; Un directeur d’école et sa famille portent secours aux blessés et réfugiés du nord et de la Belgique.

  • 58 BDIP, n° 264, oct.-nov.-déc. 1914,p. 656.
  • 59 BDIP n° 275, déc. 1916, p. 296-298.
  • 60 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, p.  (...)
  • 61 BDIP n° 289, nov.-déc. 1918, Rapport annuel de M. L’Inspecteur d’Académie, p. 824 et suiv.
  • 62 Appel auquel le personnel répond avec empressement dans le Supplément au BDIP n° 263, juillet-août- (...)
  • 63 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, p.  (...)

18L’inspecteur du primaire de Barbezieux prend l’initiative de lancer les « Noix du soldat ». Pour améliorer l’ordinaire des soldats avec cette « richesse » locale, chaque matin « l’enfant de la campagne » déposera « son offrande sonore dans la corbeille que le maître ou la maîtresse aura mise à la place d’honneur, sur l’estrade58 ». L’initiative fait l’objet d’une circulaire adressée au personnel de la circonscription de Barbezieux. Les écoles participent aussi aux différentes collectes pour les emprunts nationaux. La collecte pour le second emprunt rapporte 14 fois plus que pour le premier sur l’ensemble des établissements d’enseignement de Charente. Ce succès s’explique par « un effort de propagande des plus sérieux », dans toutes les catégories d’établissements59. Le personnel enseignant « a mis au service de l’emprunt son concours le plus dévoué ». Professeurs et instituteurs montrent l’exemple en souscrivant eux-mêmes ou en démarchant des personnes de leur entourage et l’emprunt fait l’objet de leurs entretiens en classe et dans les cours d’adultes. Les personnels font aussi un gros effort en faveur de la rentrée de l’or dans les caisses de la banque de France. Dans l’arrondissement de Cognac, les enseignants distribuent images et brochures, « éclairant les populations, stimulant les bonnes volontés60 ». L’inspecteur de Cognac fait une vingtaine de conférences. L’inspecteur d’académie souligne les remarquables résultats de la campagne scolaire de l’Or en Charente, qui rapporte 310 000 francs or dans des écoles de toute nature (primaire et secondaire). Un instituteur fait sortir des « bas de laines » 16 500 francs ; un directeur d’école souscrit pour diverses personnes de son quartier 355 francs61. Il faut ajouter à ces éléments le versement mensuel du personnel à l’Amicale des instituteurs et institutrices de la Charente de 2 % de leur traitement au profit des victimes de guerre, pendant toute la durée du conflit62. Le ministère décide d’ailleurs de l’attribution de récompenses (médailles, diplômes ou lettres de félicitations) aux instituteurs et institutrices publics pour l’enseignement aux adultes et la participation aux œuvres complémentaires en 1915-1916. Une centaine d’instituteurs et d’institutrices sont concernés en Charente63.

B) Justifier la guerre auprès des enfants et de leurs familles

  • 64 BDIP n° 264, oct.-nov.-déc. 1914, Circulaire ministérielle relative à la rentrée scolaire, 29 sept (...)
  • 65 Ibid.
  • 66 BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, Circulaire concernant les classes de vacances et garderies, (...)
  • 67 Supplément au BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, p. 522 et suiv.
  • 68 AD de la Charente, J 77, commune de Barbezieux.
  • 69 Deux thèmes prévus : « ce qu’elle a fait et ce qu’elle peut faire encore en participation à l’effor (...)

19Toutes ces actions sont soutenues et encouragées par un discours patriotique mobilisateur dont l’École est le relais. C’est la circulaire de rentrée de 1914 qui définit ce qui attendu des enseignants : « La parole du maître dans la classe évoquera d’abord le noble souvenir » des combattants morts, « pour exalter leur exemple, en graver la trace dans la mémoire des enfants ». Les maîtres diront aussi « les causes de la guerre, l’agression sans excuse qui l’a déchaînée » et comment la France « éternel champion du progrès et du droit » s’est dressée pour « repousser l’assaut des barbares modernes64 ». Enfin, le maître « puisera le meilleur de sa leçon » dans les « milles traits d’héroïsme » dont font preuve nos soldats. Il s’agit de provoquer l’émotion afin que « le viril souvenir reste à jamais empreint dans l’esprit de l’élève, citoyen de demain65 ». Dès avant la rentrée, dans les garderies organisées en août septembre 1914, on recommande aux maîtres des « récits et lectures (qui) seront de nature à faire comprendre aux enfants les événements patriotiques actuels et à exalter dans leur cœur la foi patriotique66 ». L’inspecteur primaire de Ruffec adresse aux instituteurs et institutrices de sa circonscription une éloquente circulaire qui les invite à lire les lettres de soldats publiées dans la presse, à conter à leurs élèves l’histoire du jeune Émile Desprès « digne émule des Barra et des Viala ». Ce devrait être la première leçon de chaque journée, et même aussi la dernière : « ouverte dans la méditation, la journée devrait clore dans l’action67 ». À Barbezieux, en 1915, les maîtres sont priés par le directeur de l’école de « s’ingénier à frapper l’esprit des enfants en y gravant les souvenirs de la guerre par des images et des photographies répandues à profusion ». Dans le couloir devant les classes, on suspend avec des épingles de bois sur une corde tendue à hauteur des yeux des enfants les images « les plus suggestives » issues d’exemplaires de l’Illustration et du Miroir achetés par les instituteurs68. À la rentrée 1915, dans le programme des conférences pédagogiques qui réunissent les instituteurs dans les différentes circonscriptions, on annonce une « causerie » sur le thème « l’École publique derrière le front69 » qui donne des recommandations sur l’adaptation des programmes aux événements :

  • 70 BDIP n° 268, août-septembre 1915, p. 816.

Aucun travail écrit n’est obligatoire […] ; toutefois, on sera reconnaissant aux maîtres et maîtresses qui voudront bien indiquer, dans un mémoire précis, ce qu’ils ont fait l’an dernier ou ce qu’ils comptent faire cette année, en ce qui concerne l’adaptation aux préoccupations actuelles des principaux enseignements (morale, instruction civique, histoire et géographie, composition française, lecture et récitation)70.

  • 71 AD de la Charente, J 95, commune de Vieux-Ruffec.
  • 72 AD de la Charente, J 77, commune d’Aubeterre.
  • 73 AD de la Charente, J 77, commune de Barro.
  • 74 AD de la Charente, J 79, commune de Cellefrouin (le meilleur devoir est reproduit).
  • 75 AD de la Charente, J 76, commune d’Angoulême (un devoir d’élève est reproduit dans la chronique ten (...)

20Dans beaucoup d’écoles, comme à Vieux Ruffec, le programme est modifié ; le matin on s’occupe de lecture, calcul, orthographe ; le soir, on travaille pour les blessés. On fait des pansements, on coud, on taille en s’entretenant des événements d’actualité71. À Aubeterre, les enfants s’intéressent beaucoup à tous les récits et lectures de faits relatifs à la guerre. Dans leurs jeux, ils cherchent à parler et à agir comme des soldats72. À Barro, les élèves ont remplacé leurs jeux habituels « par d’autres que la guerre a fait naître : batailles, duels, corps à corps ou scènes d’infirmerie73 ». À Cellefrouin, pour la rentrée des classes du 1er octobre 1915, on commence par parler de la guerre. Les élèves racontent les nouvelles reçues de leurs pères ou de leurs frères. Ils traitent le sujet de composition française suivant : « Pourquoi la guerre est-elle un terrible fléau et pourquoi est-il néanmoins un devoir et un honneur d’y prendre part ?74 ». La démarche est renouvelée à la rentrée de chaque vacance. Lors de celle d’octobre 1916, on évoque les nouvelles victimes de la commune et les enfants sont « fort émus » à l’annonce de la mort de l’inspecteur du primaire David qu’ils ont eu l’occasion de voir trois fois en inspection. À la Toussaint 1916, les élèves de l’école des filles de l’Houmeau se rendent au cimetière. Au retour, elles composent sur le sujet : « vous avez assisté au défilé devant le monument érigé en l’honneur des morts pour la patrie. Décrivez la scène et dites quels sentiments vous avez éprouvés75 ».

  • 76 BDIP, n° 264, oct.-nov.-déc. 1914, p. 653.
  • 77 BDIP, n° 265, janvier-février 1915, p. 700.

21Pour alimenter les causeries sur la guerre, les leçons et récits édifiants, l’inspection académique de Charente publie un supplément à son Bulletin départemental d’août-septembre 1915, intitulé « la France championne du droit » dans lequel on trouve des « documents historiques » (documents diplomatiques tirés du Livre bleu anglais et du Livre gris belge, Manifeste des instituteurs allemands…), des « discours et articles » (de Sarraut, Viviani, Deschanel, Lavisse) et des « pages d’héroïsme ». Le Bulletin départemental met en valeur les gestes patriotiques : Une jeune élève l’école publique des Métairies, trouve un sac à main contenant une importante somme d’argent qu’elle remet à son instituteur. La propriétaire heureuse de rentrer en possession de son sac fait remettre cinq francs à la petite fille qui les verse aussitôt à l’hôpital de Cognac pour les blessés militaires76. Dans la rubrique « libéralités », qui recense habituellement les dons effectués aux écoles, on voit la guerre leur donner une nouvelle orientation. Un conseiller général fait don de 50 francs à deux écoles de filles pour l’achat de laine destinée à la confection pour les soldats. Une dame fait don à l’école de garçons de sa commune d’un gros volume intitulé Héros ! Épisodes de la guerre de 191477.

  • 78 Rapport annuel de l’Inspecteur d’académie pour l’année 1915-1916, BDIP, n° 274, oct.-nov. 1916, p.  (...)
  • 79 Ibid.
  • 80 AD Charente, J 79, Cellefrouin.

22La guerre devient même pour certains un moyen de stimuler le travail des élèves en s’appuyant sur les lettres du front, des pères, grands frères, amis, « qui comprennent mieux qu’autrefois la valeur de l’instruction » et « contiennent souvent, à l’adresse de la mère restée au foyer, ou de l’enfant qui fréquente l’école, des conseils et des encouragements78 ». L’action des enseignants dépasse le cadre de l’école. L’inspecteur de Cognac relève que les maîtres ont fait circuler et commenté les « Lettres à tous les Français » qui leur ont été adressées par le comité de propagande que dirige M. Lavisse et qui réconforte moralement les populations « à certaines périodes de dépression79 ». À Cellefrouin, M. Dupuis, ex-instituteur adjoint de la commune, où il se trouve en convalescence par suite de blessures de guerre, donne fréquemment des conférences à la mairie en 1914 et 1915 (sur la Belgique et son rôle héroïque dans le conflit actuel, sur la rentrée de l’or, sur l’emprunt de la victoire, toutes suivies par une « très nombreuse assistance »). Dans cette commune, on organise l’hiver dans les écoles des filles des réunions du dimanche. « On s’entretient surtout de la guerre, on lit les journaux et les actes d’héroïsme et de dévouement80 ».

  • 81 Ibid.
  • 82 BDIP, n° 289, nov.-déc. 1918, p. 824.

23L’orientation des enseignements vers la guerre, liée aux circonstances, n’efface pas les préoccupations traditionnelles des enseignants et de l’inspection. Lors d’une conférence pédagogique organisée à Mansle le 4 novembre 1915, l’inspecteur relève que les institutrices qui se sont dévouées sans borne aux œuvres de guerre continueront sans défaillance à seconder de toute leur âme les défenseurs de la Patrie, mais on prend aussi la décision de consacrer plus de temps à l’enseignement de la lecture81. Dans son rapport sur l’année 1917-1918, l’inspecteur d’académie constate que l’enseignement du français, qui est le plus important de tous, est celui qui donne le moins de résultats. Au certificat d’études, les compositions françaises restent en général très faibles. On déplore la pauvreté des idées et la mauvaise qualité de la forme. S’interrogeant sur les causes de ceci, il pointe la difficulté que représente l’enseignement de la composition française par rapport aux autres enseignements. « Ce qu’on demande à l’enfant, ce n’est plus seulement du « savoir », mais du « savoir-faire », ce qui est bien autre chose82 ». C’est donc dès le cours préparatoire qu’il faut, par une série d’exercices spéciaux, commencer cette préparation.

3. La mémoire de l’École en guerre dans le département de la Charente

24Les archives locales sont très lacunaires sur cette question. Néanmoins, on peut apprécier son importance à partir de quelques manifestations spécifiques, telles l’élaboration du livre d’or de l’enseignement primaire ou l’érection du monument aux morts dédiés aux maîtres décédés à la guerre. Le lancement d’une revue Études locales, liée à l’inspection académique et qui rappelle souvent la dette qu’ont les vivants envers les morts, est aussi très significatif.

A) Le livre d’or de l’enseignement primaire de la Charente

  • 83 AD de la Charente, 1T prov 230.

25Le Bulletin départemental de l’instruction primaire de juillet-août-septembre 1914, ouvre le « livre d’or de l’Université » pour le département de la Charente. Le premier inscrit est Jacques Albert, instituteur adjoint à Chalais, soldat au 250e régiment d’infanterie tué d’un éclat d’obus à Tracy-le-Mont dans l’Oise le 27 septembre 1914. L’Inspecteur d’académie publie un avis pour la constitution du livre d’or. Les familles des instituteurs mobilisés ou leurs collègues sont priés de lui faire connaître, sans retard, « les actions d’éclat, promotion de grade, distinction militaire, citation à l’ordre du jour, par lesquelles se seraient signalés les professeurs ou les instituteurs publics ». À la fin d’avril 1915, le Bulletin de l’instruction publique a déjà mentionné pour l’enseignement primaire 3 200 blessés et 1 250 tués. Huit instituteurs de Charente, sans doute davantage, sont morts pour la Patrie. Selon une note datée du 21 mai 1933, le livre d’or de l’enseignement primaire de la Charente a été réalisé par M. Besson, secrétaire de l’inspection académique de la Charente « depuis le 1er octobre 1913 jusqu’à sa mise à la retraite83 ». Il donne une liste des professeurs et instituteurs de la Charente décorés de la légion d’honneur (34 officiers un sous-officier et un soldat) et la liste des fonctionnaires tués à l’ennemi ou morts des suites de la guerre. Ces listes sont suivies de fiches individuelles avec les états de service militaires effectués avant et pendant la guerre. Elles rendent compte de la diversité des formes de mobilisation des personnels. Si la grande majorité part au front, d’autres sont mobilisés pour les services de l’intérieur et restent sur place, comme Pierre Besson, le secrétaire de l’inspection académique, incorporé au 21e régiment d’artillerie stationné à Angoulême.

B) Le monument aux instituteurs morts à la guerre

  • 84 Déplacé deux fois, il se trouve actuellement dans l’enceinte de l’ancienne école normale d’institut (...)
  • 85 BDIP, n° 296 de décembre 1919, Compte-rendu de D. Pignon, directeur de l’école annexe, p. 274.
  • 86 Le même sculpteur réalise quelques années plus tard le monument aux morts de Jarnac en reprenant la (...)
  • 87 Voir Le Matin charentais des 1er et 2 nov. 1919 ; le discours prononcé par M. Gougère, directeur de (...)
  • 88 Compte-rendu de D. Pignon… décembre 1919, op. cit.

26Un monument à la mémoire des instituteurs charentais morts pour la France est érigé « par les soins pieux de l’Amicale » des instituteurs de Charente, dans la cour d’honneur de l’école normale de garçons84. Le monument est inauguré le 31 octobre 1919, en présence de nombreuses personnalités et des « instituteurs et institutrices de la Charente, venus de tous les coins du département pour donner, à leurs vaillants anciens collègues, un témoignage d’admiration reconnaissante85 ». Le monument est dû à la collaboration du sculpteur Peyronnet et de l’architecte Baleix, artistes d’importance en Charente dans l’entre-deux-guerres. Il s’élève sur un tertre de gazon au centre de la cour d’honneur de l’École. C’est un obélisque en haut duquel sont gravés en lettres d’or les mots « À nos morts ! ». Sur le socle, une jeune femme personnifie l’École. Sa main droite est posée sur l’épaule d’un écolier à qui elle montre de la main gauche l’inscription « Souviens-toi86 ». Sur l’autre face figurent les noms des 65 morts au champ d’honneur. Ce monument, dit le président de l’Amicale, « saura inculquer aux jeunes élèves toutes les leçons de patriotisme, de dévouement et d’héroïsme qui s’en dégagent ». Le directeur de l’école normale remercie les instituteurs et institutrices de la Charente de l’honneur qu’ils font à l’école normale en lui confiant « la garde de leur deuil qui est aussi celui de l’école qu’il dirige puisque, sur les soixante-cinq noms d’instituteurs gravés sur le monument, cinquante y ont passé leurs premières années d’études87 ». Le directeur de l’enseignement primaire Paul Lapie, qui représente le ministère, félicite l’enseignement primaire charentais pour l’empressement qu’il a mis à glorifier ses morts88. La mise en place du monument et son inauguration sont en effet rapides. Dans le département des Deux-Sèvres, celui de l’école normale de Parthenay est inauguré en 1924, celui de Périgueux en 1921, celui d’Arras en 1925.

C) La revue Études locales

27La revue Études locales est créée en 1920 à l’initiative du nouvel inspecteur d’académie Jean Talbert, agrégé d’histoire. Editée par l’Inspection académique de la Charente, la revue publie des documents, des extraits d’ouvrages et des articles se rapportant à la Charente, à son histoire, sa géographie, son patrimoine artistique, ses traditions. Les contributeurs sont principalement des instituteurs en poste en Charente. La revue est à la fois érudite et pédagogique. Son fondateur a voulu en faire un outil au service de l’enseignement primaire :

  • 89 Jean Talbert, Études locales n° 4, octobre 1920.

C’est surtout aux maîtres qu’elle s’adresse, aux maîtres, qui doivent mettre en œuvre les documents qu’ils y trouvent pour vivifier leur enseignement. L’instituteur qui cherche à intéresser les élèves en leur montrant les répercussions de la grande Histoire sur la vie de leur province, et la part que prirent à cette histoire les enfants du pays saura toujours introduire dans la leçon du jour le document évocateur du passé local89.

  • 90 Études locales, n° 31, mai 1923, p. 214.

28À partir de l’année 1920, la revue publie plusieurs articles sur la Grande Guerre dans le département, qui sont extraits des chroniques tenues par les instituteurs : « La mobilisation à Tourriers », « Notre fuite devant l’invasion », « Les réfugiés belges à Saulgond », « Lettres de marraines », « Lettres d’un fantassin de la classe », « L’agriculture et le commerce à Touvérac pendant la guerre », « Les enfants de Villognon pendant la guerre », etc. On compte cinq articles sur la guerre en 1920, quatre en 1921, un en 1922. En 1923, la revue édite le chapitre VI de l’Histoire de l’Angoumois avec dix pages sur la Grande Guerre rédigées par le directeur de l’école de Cognac, qui rappelle « l’empressement, en toutes circonstances, des populations charentaises y compris les enfants des écoles qu’on sut associer à toutes (les) œuvres patriotiques90 ». C’est une forme d’implication de l’école primaire dans la mémoire de guerre.

D) La fête du cinquantenaire de l’École laïque

  • 91 Affiche « cinquantenaire de l’école laïque, programme de la fête », AD Charente, 1T Prov 230.

29La fête du cinquantenaire de l’École laïque se déroule les 6 et 7 juin 1931. À cette occasion est produite une grande affiche intitulée « L’école et la guerre en Charente91 ». Elle est établie, d’après les archives de l’inspection académique, par l’Inspecteur d’académie Jean Talbert. L’en-tête reprend une citation du ministre Albert Sarraut : « L’École, avec ses œuvres de guerre et ses œuvres philanthropiques ou sociales, a été un foyer de civisme et de patriotisme, un immense atelier national où l’on forgeait du bien-être et de la santé pour les soldats, du courage et de la persévérance pour la population civile ». En en-tête aussi, un extrait du discours de M. Lapie, directeur de l’Enseignement primaire, prononcé lors de l’inauguration du monument aux instituteurs de la Charente morts pour la France : « En ce qui concerne les résultats obtenus par les écoles dans les œuvres de guerre, le département de la Charente s’est classé le premier ». Si l’on examine les informations rassemblées sur cette affiche on y retrouve en effet des éléments de participation déjà évoqués : une présentation comptable du Livre d’or de l’enseignement primaire de la Charente, une liste des « œuvres de guerre et d’après-guerre » avec les sommes récoltées et surtout une intéressante liste des « œuvres de propagande patriotique », dans laquelle il est mentionné la rédaction dans chaque commune de l’historique de la guerre, dont quelques « spécimens » sont présentés lors de l’exposition scolaire réalisée pour le cinquantenaire et présentée à l’hôtel de ville d’Angoulême. D’autres éléments plus inattendus y sont identifiés comme la recherche de documents écrits sur la guerre, les « réunions civiques et familiales », la revue Études locales, la recherche des monuments préhistoriques en Charente, ou l’établissement du glossaire de la Charente, ainsi qu’une liste d’ouvrages vendus au profit des pupilles de l’École publique : un Code de la Route, une Géographie physique de la Charente ou l’Histoire ancienne au cours supérieur, ce dernier ouvrage étant rédigé par l’Inspecteur d’Académie Talbert.

 

30Les différentes sources utilisées nous permettent d’apprécier l’importance quantitative et qualitative de la mobilisation ainsi que la diversité de ses formes. L’École est bouleversée par la guerre, mais s’adapte ; les enfants sont scolarisés, l’enseignement est dispensé, les examens se font. On relève surtout l’importance de l’investissement de l’École primaire dans l’effort de guerre, l’activité déployée, les sacrifices consentis pour soutenir les soldats sur le front. L’investissement apparaît exceptionnel dans le département de la Charente, si l’on en croit le directeur de l’Enseignement primaire et les sources retrouvées. On peut le mettre en parallèle avec d’autres moments de mobilisation lors des conflits de nature proche qui distinguent aussi la Charente. La mobilisation des volontaires en 1792 où la Charente va bien au-delà de son contingent ou la participation des personnels de l’enseignement primaire à la Résistance en Charente pendant la Seconde Guerre mondiale.

Notes

1 Bulletin départemental de l’Instruction primaire, Académie de Poitiers, Inspection de la Charente (BDIP) n° 294, août-sept-oct. 1919, p. 164.

2 Au début de la guerre, le 18 septembre 1914, le ministre de l’Instruction publique Albert Sarraut, demande aux instituteurs et institutrices de prendre note des événements auxquels ils assistent. Il leur recommande de classer leurs observations par thèmes : la mobilisation, l’esprit public, la vie économique, l’administration des villages, le rôle de l’instituteur. L’objectif est de « constituer un admirable répertoire d’histoire locale ». Il est aussi de suivre l’implication des populations dans la guerre. Ces cahiers sont tenus en double exemplaire, l’un devant être conservé à l’école, l’autre envoyé aux Archives départementales. L’initiative est particulièrement bien relayée en Charente par l’Inspecteur d’académie, via le Bulletin départemental de l’Instruction primaire. Dans celui de juin-juillet 1915, l’Inspecteur d’académie donne des précisions : « Les faits (avec leur date autant que possible) et les chiffres rapportés doivent être d’une exactitude rigoureuse. N’accueillir que les renseignements contrôlés, écarter tout ce qui est légende. MM Les inspecteurs primaires, au cours de leurs inspections ou visites, voudront bien se faire mettre au courant de ce qui aura été déjà fait et donner au personnel toutes instructions complémentaires utiles ». On demande aussi aux instituteurs de « noter soigneusement et exactement les résultats de leur participation sous toutes ses formes » aux œuvres de guerre. Le département de la Charente est celui qui a conservé le plus de cahiers, puisque l’on dispose aujourd’hui des cahiers de 377 communes sur les 426 que comptait le département en 1916, ce qui, si l’on en croit la tentative de recensement national réalisé en 1977 par Jean-Jacques Becker, est une spécificité (Jean-Jacques Becker, 1914- Comment les Français sont entrés dans la guerre, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 261 à 264 ; 1914-1918, l’autre front, Paris, Les éditions ouvrières, 1977, p. 13 et suiv.). Notons toutefois que la tâche est menée variablement : le cahier de Confolens compte 5 pages, portant uniquement sur les sommes récoltées pour les œuvres ; celui de Cellefrouin en rassemble 165 (AD de la Charente, J 76 à J 95).

3 807 écoles sont publiques et 81 sont privées. Sur les 888 écoles il y a 327 écoles de garçons, 324 écoles de filles et 156 écoles mixtes, 17 écoles maternelles, 6 écoles primaires supérieures et 9 cours complémentaires.

4 BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, circulaire ministérielle relative à l’organisation du service de l’Instruction publique pendant la durée de la guerre, 18 août 1914, p. 545.

5 BDIP n° 269, oct.-nov.-déc. 1915, Rapport annuel sur l’enseignement primaire (1914-1915), p. 839 et suiv.

6 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, p. 248 et suiv.

7 Archives départementales de la Charente (AD de la Charente), J 79, Inspection académique, Histoire des communes de la Charente pendant la guerre 1914-1918, Cellefrouin.

8 « L’enseignement est parfois trop livresque, le travail des élèves trop mécanique, la discipline un peu faible, les progrès sont un peu lents. Mais qui songerait à s’en étonner ? Il faut se soucier plutôt de leur donner les directions et les exemples qui leur permettront de mieux faire… » (Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, op. cit. p. 248 et suiv.).

9 Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, op. cit. p. 248.

10 Ibid.

11 38 396 inscrits et 32 854 présents.

12 AD de la Charente, J 77, cahier d’Aubeterre.

13 AD de la Charente, J 95, commune de Vieux-Ruffec.

14 AD de la Charente, J79, commune de Cellefrouin. Au début des vacances de Pâques 1916 (19 avril), l’instituteur constate que la fréquentation a été plutôt mauvaise pendant l’hiver. Mais le 1er mai, jour de la rentrée, les élèves sont assez nombreux.

15 AD de la Charente, J 76, commune d’Anais.

16 AD de la Charente, J 95, commune de Vieux-Ruffec.

17 Ibid.

18 AD de la Charente, J 83, commune de Gourville.

19 AD de la Charente, J 76, commune d’Aigre.

20 BDIP n° 269, oct.-nov.-déc.1915, Rapport annuel sur l’Enseignement primaire (1914-1915), p. 839 et suivantes.

21 BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, Le ministre de l’Instruction publique au préfet de la Charente, 2 août 1914, p. 541.

22 Ibid., Appel de l’Inspecteur d’académie aux instituteurs et institutrices, 4 août 1914, p. 542 ; La Charente du 7 août 1914.

23 BDIP n° 264, oct.-nov.-déc. 1914, Circulaire relative à l’âge des enfants à admettre dans les garderies pour la durée de la guerre, 13 octobre 1914, p. 620.

24 AD de la Charente, J 83, commune de Jarnac.

25 AD de la Charente, J 76, commune d’Aigre. « Sept ou huit élèves dans chaque école seulement ».

26 AD de la Charente, J 83, commune de Guimps.

27 À Cellefrouin pendant les grandes vacances de 1915, il y a encore une garderie de jeunes élèves. L’ouvroir continue à fonctionner ainsi que la cantine scolaire. Mais la fréquentation est moins bonne que pendant l’été 1914. Beaucoup d’enfants même de 6 à 7 ans sont employés à la garde des animaux sous la surveillance d’un membre de leur famille. Même constat à Saint-Sulpice de Ruffec, où l’institutrice note que pendant les vacances de 1914, elle a essayé de faire une garderie ; mais elle a eu peu d’enfants car les parents les employaient chez eux.

28 AD de la Charente, J 79, commune de Cellefrouin, qui en donne la liste et l’origine précise.

29 Études locales, n° 1 mai 1920, p. 7. L’histoire est racontée par Mme Gamaury dans le premier numéro de la revue.

30 BDIP n° 366, mars-avril-mai 1915, p. 719.

31 BDIP n° 265, janvier-février 1915, Poitiers, 22 février 1915, p. 6.

32 Les premiers volontaires tchécoslovaques sont intégrés dans l’armée serbe et dans la légion étrangère française et c’est à Cognac qu’est créée par le colonel Philippe la « brigade tchécoslovaque ».

33 BDIP n° 266, mars-avril-mai 1915, p. 717.

34 AD de la Charente, J 76, commune d’Angoulême.

35 François Olier, et Jean-Luc Quenec’hdu, Hôpitaux militaires dans la guerre 1914-1918, tome 3, France Sud-Ouest, Louviers, 2011.

36 Liste dans AD de la Charente, 1 Prov 43.

37 L’hôpital auxiliaire n° 5, installé dans l’école de Cagouillet, place du Champ de Foire à Cognac compte 230 lits plus les 100 lits de l’annexe à l’institution de jeunes filles Beaulieu avec 100 lits.

38 BDIP n° 269, oct.-nov.-déc. 1915, Rapport annuel sur l’Enseignement primaire (1914-1915).

39 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916.

40 BDIP n° 289, nov.-déc. 1918, Rapport annuel de M. l’Inspecteur d’Académie, p. 824 et suiv.

41 BDIP n° 267, juin-juillet 1915, Circulaire du recteur de l’académie de Poitiers, 8 juillet 1915, p. 756 et suiv.

42 BDIP n° 264, oct.-nov.-déc. 1914, Circulaire du recteur de l’académie de Poitiers, 10 novembre 1914, p. 622.

43 AD de la Charente, J 77, commune de Baignes.

44 AD de la Charente, J 77, commune d’Aubeterre.

45 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, p. 253-254.

46 En particulier par voie d’affiches, conservées dans les fonds des Archives départementales.

47 AD de la Charente, J 77, commune d’Aubeterre.

48 Des instructions précises sont données à ce sujet par l’inspecteur d’Académie de la Charente dans le BDIP n° 267, juin-juillet 1915, p. 754.

49 AD Charente, J 79, commune de Cellefrouin, copie de la lettre dans cahier Cellefrouin.

50 Ibid.

51 AD de la Charente, J 77, commune d’Aunac.

52 Petites poupées fabriquées avec des bouts de laine.

53 BDIP n° 266, mars-avril-mai 1915, p. 720.

54 BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, p. 602.

55 À Aubeterre, la somme recueillie pour l’œuvre du tricot est employée à l’achat de laine avec laquelle maîtresses, élèves et autres personnes ont tricoté chaussettes, gilets, passe-montagnes, cache-nez… pour les soldats. Une partie de ces objets est envoyée à la préfecture et le reste est remis directement à des soldats au front ou à des blessés de l’hôpital d’Aubeterre.

56 BDIP n° 269, oct.-nov.-déc. 1915, 2 septembre 1915, p. 864.

57 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’académie pour l’année 1915-1916, p. 248 et suiv.

58 BDIP, n° 264, oct.-nov.-déc. 1914,p. 656.

59 BDIP n° 275, déc. 1916, p. 296-298.

60 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, p. 248 et suiv.

61 BDIP n° 289, nov.-déc. 1918, Rapport annuel de M. L’Inspecteur d’Académie, p. 824 et suiv.

62 Appel auquel le personnel répond avec empressement dans le Supplément au BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, p. 524. Voir aussi BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, p. 248 et suiv.

63 BDIP n° 274, oct.-nov. 1916, Rapport annuel de l’Inspecteur d’Académie pour l’année 1915-1916, p. 248 et suiv.

64 BDIP n° 264, oct.-nov.-déc. 1914, Circulaire ministérielle relative à la rentrée scolaire, 29 septembre 1914, p. 619.

65 Ibid.

66 BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, Circulaire concernant les classes de vacances et garderies, 7 août 1914, p. 542.

67 Supplément au BDIP n° 263, juillet-août-sept. 1914, p. 522 et suiv.

68 AD de la Charente, J 77, commune de Barbezieux.

69 Deux thèmes prévus : « ce qu’elle a fait et ce qu’elle peut faire encore en participation à l’effort national ; de l’adaptation de l’emploi du temps et des programmes aux événements actuels ».

70 BDIP n° 268, août-septembre 1915, p. 816.

71 AD de la Charente, J 95, commune de Vieux-Ruffec.

72 AD de la Charente, J 77, commune d’Aubeterre.

73 AD de la Charente, J 77, commune de Barro.

74 AD de la Charente, J 79, commune de Cellefrouin (le meilleur devoir est reproduit).

75 AD de la Charente, J 76, commune d’Angoulême (un devoir d’élève est reproduit dans la chronique tenue par l’institutrice).

76 BDIP, n° 264, oct.-nov.-déc. 1914, p. 653.

77 BDIP, n° 265, janvier-février 1915, p. 700.

78 Rapport annuel de l’Inspecteur d’académie pour l’année 1915-1916, BDIP, n° 274, oct.-nov. 1916, p. 248 et suiv.

79 Ibid.

80 AD Charente, J 79, Cellefrouin.

81 Ibid.

82 BDIP, n° 289, nov.-déc. 1918, p. 824.

83 AD de la Charente, 1T prov 230.

84 Déplacé deux fois, il se trouve actuellement dans l’enceinte de l’ancienne école normale d’institutrices, devenue site IUFM de la Charente.

85 BDIP, n° 296 de décembre 1919, Compte-rendu de D. Pignon, directeur de l’école annexe, p. 274.

86 Le même sculpteur réalise quelques années plus tard le monument aux morts de Jarnac en reprenant la même composition.

87 Voir Le Matin charentais des 1er et 2 nov. 1919 ; le discours prononcé par M. Gougère, directeur de l’école normale d’instituteurs d’Angoulême, à la cérémonie d’inauguration du monument des instituteurs charentais morts pour la Patrie, 1914-1918, publié dans Études locales, n° 26, décembre 1922, p. 335 et suiv.

88 Compte-rendu de D. Pignon… décembre 1919, op. cit.

89 Jean Talbert, Études locales n° 4, octobre 1920.

90 Études locales, n° 31, mai 1923, p. 214.

91 Affiche « cinquantenaire de l’école laïque, programme de la fête », AD Charente, 1T Prov 230.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search