Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Prolégomènes. Quatre études antérieures au XXe siècle

Chapitre 4. Les écoles parisiennes dans la tourmente (1870-1871)

Stéphanie Dauphin

Texte intégral

1Le 3 septembre 1870, la nouvelle de la Débâcle se répand. Le lendemain aux cris de « Déchéance ! République ! », la foule gronde aux portes du Palais-Bourbon. À ce moment, Jules Favre lance un appel sous la pression de la rue, « la République, ce n’est pas ici que nous devons la proclamer, c’est à l’Hôtel de ville ! » Les Parisiens exultent. Provisoirement, ils acceptent un gouvernement modéré. Pour l’heure, l’important est de sauver la Patrie en danger. Mais, contre toute attente, la position du Gouvernement de la Défense nationale se révèle ambiguë. Discrètement, le pouvoir se résigne à négocier avec la Prusse. Sa priorité : sauver l’ordre par des élections. Dès lors, la méfiance à l’égard du gouvernement l’emporte. D’octobre à mars, l’exaspération de la population ne cesse de croître. À partir du 5 janvier, Paris isolée est quotidiennement bombardée. Dans l’angoisse, la faim, le froid, la population résiste. Le 28 janvier, le Gouvernement de la Défense nationale signe l’armistice. Cette « capitulation » a le goût de la trahison, auquel s’ajoutent les souffrances physiques et morales engendrées par le blocus. Le siège de Paris et l’armistice passés, une nouvelle Assemblée nationale à majorité monarchiste est élue en février 1871. À trois jours du printemps, le gouvernement Thiers décide de mater la Capitale. En quelques heures, la ville passe de la résistance à l’insurrection. Paris, patriote et républicaine, ne se résout pas au déshonneur de la défaite. Elle refuse le monarchisme ainsi que le conservatisme social qu’on veut lui imposer. De sa naissance à sa mort, la Commune est inséparable de la guerre. Paris exige son autonomie et se soustrait de l’autorité de l’État et du gouvernement. Le 10 mars, l’Assemblée nationale décide de siéger à Versailles. Au même moment, elle ordonne à Thiers de prendre le contrôle de l’administration et de la force publique dans la capitale. Désormais, les Parisiens en appellent aux maires et à la Garde nationale qui vont jouer un rôle majeur, notamment en ce qui concerne la question scolaire. Malgré le contexte de guerre étrangère puis de « guerre civile », malgré les difficultés, les écoles parisiennes trouvent le moyen d’exister grâce à la volonté de l’administration et du ministre de l’Instruction publique Jules Simon. Après le Siège, les communards font leur possible pour poursuivre cette noble tâche dans des conditions difficiles. Par manque de temps et d’argent, la réforme démocratique envisagée par la Commission de l’enseignement présidée par Édouard Vaillant ne peut aboutir. Elle réclame avant tout la rénovation de l’instruction primaire pour qu’elle soit gratuite, obligatoire, laïque, intégrale et professionnelle. L’ambition de la Commune ne meurt pas cependant avec elle et inspire ensuite en partie l’élite républicaine dans ses réalisations scolaires. Après la semaine sanglante, vient pourtant le temps des procès, de la République conservatrice et de l’Ordre moral. D’emblée, plusieurs interrogations se présentent qui concernent les premiers pas d’une école républicaine dans des conditions de crise extrême. Peut-on, dans un Paris assiégé et désorganisé, prévoir un fonctionnement correct de l’école ? Les instituteurs et institutrices rejoignent-ils en nombre la Commune et quelle répression s’abat ensuite sur eux ?

1. L’école Républicaine s’installe dans une capitale assiégée

  • 1 Archives nationales, AJ/16/884.

2Après la défaite de Sedan, les armées prussiennes prennent position dans les forts qui entourent la capitale. Quatre-vingt-dix mille gardes mobiles rejoignent la ville. Paris se transforme en cité militaire. Beaucoup de familles chassées de la banlieue et des localités voisines viennent s’y réfugier pour un temps. La garde nationale, sédentaire, est toujours très active dans la ville qui ferme ses portes la nuit tombée et ne les ouvre qu’une heure après le lever du soleil. Anquetil, inspecteur primaire en résidence à Versailles, témoigne : « dès le 19 septembre, jour de l’investissement de Paris, nous avons été scellés dans un tombeau, sans nouvelles de la capitale. […]. Le canon seul nous avertissait que Paris vivait encore et défendait l’honneur du Pays1 ». Cette situation exceptionnelle dure. Elle semble même s’éterniser pour certains, confrontés rapidement aux pires difficultés.

A) Jules Simon, ministre de l’Instruction publique

  • 2 William Serman, La Commune de Paris, Paris, Fayard, 1986, p. 113.

3Le gouvernement de la Défense nationale se met en place. Il réunit des hommes sûrs, « républicains libéraux ou radicaux, aux postes clefs de la capitale2 ». Étienne Arago est nommé maire de Paris. Il désigne les vingt maires d’arrondissements : Tenaille-Saligny, Tirard, Bonvalet, Greppo, Bertillon, Hérisson, Ribeaucourt, Carnot, Ranc, O’Reuilly, Mottu, Grivot, Pernolet, Asseline, Corbon, Henri Martin, François Fabre, Clémenceau, Richard et Braleret. Le ministre de l’Instruction publique, Jules Simon, s’installe à l’Hôtel de ville avec ses collègues. Ils décident que l’essentiel du gouvernement reste à Paris et qu’une délégation est envoyée à Tours. Elle s’y fixe le 9 septembre. Pendant les premiers mois du siège, l’Hôtel de ville devient le centre névralgique de toute décision.

  • 3 Jules Simon, Souvenirs du quatre septembre. Le gouvernement de Défense nationale, Paris, Michel Lev (...)

Le rez-de-chaussée est occupé partie par les bureaux de la préfecture, partie par des jeunes gens de la garde mobile, pour lesquels on a entassé des matelas dans les couloirs et les escaliers. […]. Le premier étage, placé au-dessus d’un entresol renferme les appartements particuliers du préfet. Au milieu, le cabinet du préfet […] et du secrétaire général. M. Étienne Arago, maire de Paris, a pris possession, avec ses adjoints du cabinet du secrétaire général et de ses dépendances. M. Ferry […] occupe […] le cabinet de M. Haussmann3.

  • 4 Ibid., p. 113.
  • 5 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 114.
  • 6 Décret relatif à la réquisition des locaux scolaires du 26 septembre 1870.
  • 7 Archives nationales, F17 7468.

4Rien de surprenant puisque le 6 octobre Ferry, « délégué près de l’administration du département de la Seine, reçoit les pouvoirs du préfet de la Seine, sans le titre4 ». Déjà, le 5 dans une école du 3e arrondissement, une assemblée de cinq cents citoyens exprime l’avis général : « il ne faut pas aller importuner le gouvernement provisoire ; il faut le laisser aux soins de la défense5 ». Paris entre en résistance face à l’ennemi prussien. Des comités d’arrondissement sont créés sous le nom de comités républicains de vigilance. Ils constituent une sorte de contre-pouvoir face au gouvernement en place. Rapidement des initiatives sont prises : un décret permet aux militaires de disposer des locaux scolaires dans la capitale, « d’y faire des casernements et même d’y tenir des réunions6 », à condition que le fonctionnement des écoles ne soit pas bouleversé. C’est loin d’être le cas partout. Dans le 11e arrondissement, rue Parmentier, une école de filles et une salle d’asile sont transformées en hôpital : lits et malades occupent les locaux. Le maire conclut que « l’on doit renoncer pour longtemps à rouvrir cet établissement aux enfants7 ». Des cours de dessin ferment leurs portes tout comme des cours d’adultes. Certains enseignants ont quitté Paris avant le siège. De nombreux parents n’ont pas les moyens de payer les fournitures scolaires de leurs enfants. Le 28 septembre 1870, Jules Simon nomme Octave Gréard directeur de l’enseignement primaire de la Seine. Ce dernier s’occupe désormais des programmes, de l’organisation matérielle et du budget des écoles. À cette date, la capitale compte 257 000 jeunes en âge scolaire : 27 % sont inscrits dans les écoles communales, 33 % fréquentent les écoles libres en majorité congréganistes et 7 % sont admis dans les écoles secondaires. Près d’un tiers des enfants ne fréquente pas l’école et beaucoup se livrent au vagabondage. En réalité, un bon nombre déserte les écoles pour aider leurs parents. Les défis sont de taille. Comment remettre sur le chemin de l’école tous ces élèves, construire de nouveaux groupes scolaires et développer l’instruction dans tous les quartiers ? Malgré les efforts déjà entrepris, les arrondissements populaires ont davantage besoin de bâtiments et de personnels alors que les maîtres bien formés manquent.

B) Un nouveau chantier scolaire

  • 8 Michel Cornudet, Journal du siège de Paris (18 septembre 1870 – 29 janvier 1871), Paris, Ch. Dounio (...)
  • 9 Bulletin de l’instruction primaire, année 1870, n° 61, p. 326-327.

5Le 1er octobre 1870, Étienne Arago nomme une Commission d’enseignement communal. Cette dernière doit présenter son rapport au maire de la capitale « dans un bref délai ». L’arrêté est accompagné d’une lettre adressée à Jules Simon : « nous ferons une race d’hommes inaccessible à la peur, éclairée sur le devoir, débarrassée des vieux préjugés qui énervent les caractères et troublent les intelligences, digne par ses lumières, son patriotisme et sa vertu de mettre fin à la guerre8 ». Selon Michel Cornudet, « pour qui connaît l’école à laquelle appartient Simon, le préjugé c’est la religion ». La commission réunit entre autres Vacherot, Carnot, Brisson, Clémenceau, Marguerin, Henri Martin, Pelletan, Mottu. Octave Gréard remplit la fonction de secrétaire9. Jules Simon propose un programme de travail. Pour le ministre, quelques questions s’imposent :

  • 10 Ibid., p. 328, lettre de Jules Simon au maire de Paris, le 1er octobre 1870.

La gratuité, l’obligation, les devoirs et les droits de la commune en matière scolaire, le mode de nomination des instituteurs, leur traitement d’activité, leur retraite, le programme même de l’enseignement dans les écoles de la République, la part qu’il convient de faire aux exercices du corps, […], l’accès des hautes études […] aux élèves dont les parents sont sans fortune, la consécration de la liberté d’enseignement, les moyens de concilier l’organisation de l’instruction primaire avec les lois sur le contrat d’apprentissage et le travail des enfants dans les manufactures10.

6Une fois de plus, le département de la Seine s’érige en laboratoire d’idées. Sans surprise, lors des réunions, les membres de la commission évoquent la création d’écoles normales. Jules Simon prend l’initiative et, le 13 octobre, il propose de fonder une école normale provisoire pour les instituteurs et une école normale provisoire pour les institutrices. Il recueille l’approbation générale. Simon s’illusionne cependant car il pense que d’ici quelques semaines les rouages habituels de l’Instruction publique pourront fonctionner à nouveau. Il ne se doute pas que le siège ne fait que commencer. Les programmes sont longuement discutés par la commission.

  • 11 Archives nationales, AJ/16/884, scolarité. Invasion de 1870-1871. Rapports sur les départements env (...)
  • 12 Ibid.
  • 13 Georges Duveau, Les instituteurs, Paris, Seuil, 1957, p. 105.

7Mais dès l’automne, d’autres préoccupations apparaissent aux yeux des élus. Des écoles congréganistes sont visées dans les 3e, 10e, 11e et 13e arrondissements de Paris car les républicains réclament un enseignement laïque. Cette mesure est appliquée dans le 11e arrondissement par le maire Mottu. Ce dernier publie un arrêté le 14 octobre qui laïcise toutes les écoles de l’arrondissement. L’initiative est admise par la population. « La rentrée s’est effectuée dans les meilleures conditions […], les parents ont témoigné de leur satisfaction pour le changement effectué par Mottu. […]. L’esprit des enfants est très satisfaisant11 ». L’adhésion « presque unanime donnée par la population à la sécularisation des écoles12 », si l’on suit les textes issus de cette commission, est assez compréhensible. Dans le passé, ce quartier populaire a « beaucoup contribué à l’essor de l’Internationale ». Lors de l’Exposition universelle de 1867, l’école publique du passage Raoul avait reçu « les premières assises d’un parlement ouvrier13 ». Le catéchisme et les prières ne sont plus enseignés.

  • 14 Ibid.
  • 15 Bulletin de l’instruction primaire, année 1870, n° 61, op. cit., p. 331.
  • 16 Ibid., année 1870, n° 60, op. cit., p. 265-271.
  • 17 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 40.

8Jules Simon réagit car personne ne peut mettre en cause la loi Falloux et ce n’est pas le moment d’ouvrir une crise sur ce sujet sensible. Le ministre nomme une commission qui « élaborera un nouveau statut de l’école primaire14 ». Les manifestations contre l’enseignement religieux ne font que commencer et se poursuivront pendant la Commune. Le 27 octobre, Arago souscrit à l’effort entrepris ; il faut construire des groupes scolaires comprenant une école de garçons, une école de filles et une salle d’asile. Le budget de l’année 1871 pour l’enseignement primaire augmente considérablement. Fixé à 8 527 944 francs, il passe à 16 027 941 francs au 1er janvier15. À cela s’ajoute le projet de bâtir deux écoles normales primaires mais aussi de nouvelles écoles et la fondation de bibliothèques communales dans tous les arrondissements. Un crédit spécial est envisagé. Dans l’immédiat, quelques satisfactions sont réelles pour le maire de Paris. Ses ambitions sont relayées par le Conseil départemental qui vote à l’unanimité un crédit destiné à la création de la première école normale de la Seine, le préfet approuvant cette décision. L’école « pourrait être ouverte le 1er janvier 187116 ». L’objectif est de former gratuitement une élite peu nombreuse de vingt élèves par promotion. Le personnel est là et n’y a plus qu’à discuter des programmes. Concernant l’organisation de l’école, Gréard invite les inspecteurs primaires à faire des propositions. Il veut un cadre idéal pour cette nouvelle école, en dehors de Paris, dans une commune rurale, avec des locaux assez vastes pour installer une bibliothèque, un laboratoire de physique et de chimie, des ateliers de travaux manuels, un gymnase et un jardin. La crise et la misère ne font pas renoncer Octave Gréard et ses collaborateurs. Encore trop d’enfants n’ont pas « l’occasion d’acquérir une formation professionnelle ni parfois une instruction primaire suffisante, ce qui compromet à la fois l’épanouissement de leurs facultés et leurs chances de promotion sociale17 ».

C) Les nombreuses contraintes d’une situation de crise

  • 18 Ibid., p. 148.
  • 19 Ibid.

9Les 5 et 7 novembre, des élections se déroulent dans les mairies. Elles élisent Benoît Malon, Jaclard et le radical Mottu dans le 11e arrondissement, le Jacobin Delescluze, dans le 19e, le blanquiste Ranvier dans le 20e arrondissement avec Lefrançais, Flourens, Millière comme adjoints. Le Paris ouvrier se met en place. Pour le gouvernement, il convient de poursuivre la défense de Paris en vue de justes négociations, mais surtout d’écarter la perspective de sanglantes émeutes. Pendant tout le siège, la guerre et la paralysie économique engendrée par le blocus depuis la fin septembre isolent la capitale. Se nourrir devient un problème, se loger aussi. De nombreuses familles n’ont plus d’abri fixe. La rigueur de l’hiver aggrave les calamités qui s’abattent sur Paris. Le bois manque pour se chauffer, la misère est, chaque semaine, plus marquée. La résistance physique des plus fragiles diminue et les enfants en souffrent particulièrement. La mortalité augmente ; « la variole et la typhoïde, qui faisaient respectivement 158 et 45 victimes dans la semaine du 19 au 26 septembre, provoquent 380 et 375 décès entre le 14 et le 21 janvier18 ». Beaucoup décèdent de maladies pulmonaires : « 123 dans l’avant-dernière semaine de septembre, 178 entre le 21 et le 27 novembre, 1 084 du 14 janvier au 21 janvier. Au total, du 19 septembre au 28 janvier, on enregistre à Paris 10 375 décès de plus qu’à la même époque de l’année précédente19 ».

  • 20 Ibid., p. 149-150.
  • 21 À l’idée de prochaines négociations avec les Prussiens, la population de Paris, sous l’action des c (...)
  • 22 Georges Duveau, Le siège de Paris (septembre 1870 – janvier 1871), Paris, Hachette, 1939, p. 193.
  • 23 Bulletin de l’instruction primaire, année 1870, n° 61, op. cit., p. 332, Décret relatif à la réorg (...)

10Dans ce contexte où les Parisiens se battent pour leur survie, le rôle des mairies est primordial. Elles deviennent les « centres névralgiques de la vie parisienne sous tous ses aspects20 ». Dorénavant, elles assurent les besoins sociaux de la population. Des comités de toutes sortes sont mis en place : alimentation, habillement, armement. Après les événements du 31 octobre21, le gouvernement de la Défense Nationale décide de se réunir au Louvre ou au Quai d’Orsay. Étienne Arago est frappé par la disgrâce qui touche « les républicains plus ou moins suspects d’attaches avec le parti rouge22 ». Il est envoyé à la direction de la Monnaie et Jules Ferry devient le nouveau maire de Paris23. Le 11 décembre, il convoque en urgence tous les maires d’arrondissement au sujet de la rareté des denrées qui fait monter inexorablement les prix. La plupart des ouvriers au chômage ne peuvent plus subvenir aux besoins élémentaires de leur famille.

  • 24 Archives nationales, F17 10348, affaires diverses concernant les écoles primaires de la Seine (1864 (...)
  • 25 Ibid.

11Octave Gréard poursuit sa mission. Il constate que de nombreux cours sont suspendus, notamment dans le 11e arrondissement, car les enfants s’occupent de la défense nationale. De nouvelles écoles sont nécessaires. Comme des ateliers ferment, de jeunes apprentis retournent dans leurs familles qui les envoient en classe24. Tout manque. Les établissements se transforment en casernes ou en ambulances. Cette situation suscite de nombreux problèmes. Dès octobre 1870, par exemple, Gréard s’oppose à l’autorité militaire au sujet de l’occupation d’un groupe scolaire situé dans le 19e arrondissement. Il invite l’inspecteur primaire à voir le maire « pour se concerter avec lui sur les moyens de trouver un local provisoire25 », afin de recevoir les enfants dans les meilleures conditions. La solution est ailleurs, les militaires doivent évacuer les locaux, afin que les 1 500 élèves du groupe scolaire réintègrent leur école au plus vite.

  • 26 Bulletin de l’instruction primaire, op. cit., rapport d’Octave Gréard au ministre de l’Instruction (...)
  • 27 Archives nationales, F17 10348, affaires diverses concernant les écoles primaires de la Seine (1864 (...)
  • 28 Ibid.
  • 29 Adolphe Mourier, Notes et souvenirs d’un universitaire (1827-1889), Paris, Odile Jacob, 1889, p. 37 (...)

12Les maîtres font preuve de courage. Ils deviennent brancardiers et se mettent à la disposition des autorités. On voit des frères des écoles chrétiennes et des instituteurs laïques répondre à l’appel de la mairie de Paris. Trois cent vingt hommes conduisent les véhicules, s’occupent des blessés au péril de leur vie ; « le frère Nétheline de l’école libre de Vaugirard a été mortellement touché26 » sur le champ de bataille du Bourget. Cette situation engendre parfois des tensions. Ainsi, une plainte anonyme est déposée sur le bureau de Gréard le 14 novembre 1870, relative au comportement d’un certain Berlin, directeur de l’école de garçons de La Motte-Picquet dans le 7e arrondissement27. L’accusation est vague. Gréard ouvre une enquête en faisant appel à la municipalité et à l’inspecteur primaire de l’arrondissement. Le directeur est accusé « d’avoir accueilli quatre femmes à son domicile […], de créer du désordre, sans respect du repos des malades et des habitants du quartier ». Tout aussi grave, on affirme qu’il « aurait vécu aux frais de l’ambulance, en consommant une partie des vivres destinés aux blessés et aux malades ». Resté seul à Paris, Berlin offre l’hospitalité dans son appartement à l’officier d’intendance attaché à l’ambulance. Le soir, il se réunit avec des amis et tous jouent quelques morceaux de musique. Gréard étudie le dossier et le maître ne peut être soupçonné que de légèreté, rien de plus. Gréard le convoque, lui reproche sa conduite et lui adresse un avertissement. L’affaire en reste là. D’autres scandales parviennent à Gréard et, systématiquement, il procède à une enquête, afin de prendre les mesures nécessaires dans l’intérêt du service. Des écoles installées dans d’autres bâtiments ne conviennent pas aux familles. Les lieux sont froids, « les enfants se désolent, les maîtresses se plaignent ». Des maîtres réfugiés des départements voisins, employés provisoirement, apportent leur soutien. Gréard constitue des équipes de brancardiers, tout en prenant soin de maintenir suffisamment de maîtres dans les écoles. En janvier, Gréard avertit le ministre : « toutes les écoles primaires des communes, des arrondissements de Sceaux […] installées rue Monge, rue des Écoles, boulevard Saint-Germain28 » sont fermées jusqu’à nouvel ordre. Le siège se prolonge dans des conditions douloureuses : privations et maladies sont le lot de la plupart des familles. Les tirs ennemis cessent le jour, reprennent la nuit ; « la nuit la terreur est plus grande29 ».

D) Les Parisiens, les élections et l’armistice

  • 30 Bulletin de l’instruction primaire, op. cit., circulaire du directeur de l’enseignement primaire, (...)
  • 31 Bulletin de l’instruction primaire, n° 63, p. 441.
  • 32 Jules Claretie, Paris assiégé, Journal, 1870-1871, Paris, réédition Armand Colin, 1992, p. 198.

13Le 4 janvier, des mesures de santé publique sont prises. Gréard adresse des instructions précises aux inspecteurs primaires : « il serait prudent de faire revacciner, avec du vaccin d’enfant, et de bras à bras, ceux des élèves qui n’ont pas été revaccinés ». Il leur remet 2 000 notices à diffuser dans les écoles, où sont signalés les lieux où l’on vaccine gratuitement. Les filles scolarisées sont mises à contribution. Certaines institutrices proposent au directeur de l’enseignement primaire d’employer les cours de couture à la « préparation de bandes et de charpie » pour les blessés. Pour Gréard, l’idée est bonne. Il encourage la généralisation de cette pratique. Il est nécessaire que les élèves « soient associés au sentiment de toutes les souffrances de cette guerre, chaque jour plus cruelle, et que leur cœur en conserve à jamais le souvenir30 ». Le 5 janvier débute le bombardement de la rive gauche. Gréard encourage, dans les écoles, la préparation de pansements. Du linge est livré aux institutrices qui le demandent. La couture devient un exercice prioritaire pour les jeunes filles. La population se déplace sur la rive droite et trouve refuge dans le centre. Gréard reste fidèle à ses convictions : l’important est avant tout de permettre aux petits Parisiens d’aller à l’école. Le 18 janvier, il accorde une indemnité de cent francs à l’instituteur adjoint de l’école communale de la rue Jouvenet, dans le 16e arrondissement, pour remplacer le mobilier détruit par un obus31. Le 22 janvier, des tentatives de soulèvement échouent. Jules Favre se rend à Versailles auprès de Bismarck pour conclure un arrêt des combats. Le gouvernement obtient un armistice de vingt-et-un jours qui entre en vigueur le 28 janvier. Les militaires, tenus prisonniers dans l’enceinte de la cité, « resteront comme les lions du siège32 ». Le siège est enfin levé. Des élections sont organisées le 8 février. Dans certaines circonscriptions, des instructions sont données aux maîtres. Ainsi à Versailles l’inspecteur primaire se permet de commenter aux instituteurs la situation :

  • 33 Archives nationales, AJ/16/884, affaires diverses, scolarité. Invasion de 1870-1871. Rapports sur l (...)

La France va procéder, dans quelques jours, à l’élection de ses représentants. Jamais Assemblée n’aura été élue dans des conjonctures aussi critiques, jamais le temps accordé pour les opérations électorales n’aura été si court, jamais autant d’entraves matérielles de toute sorte n’auront été apportées à la liberté de vote et à la complète manifestation de l’opinion publique. Les électeurs n’auront pour s’éclairer sur leurs choix, ni les discussions de la presse périodique, qui manque, ni celle des réunions électorales ; ils n’auront pas même la liberté, la régularité, ni la sûreté des correspondances […]. Ce qu’il faut au pays, ce sont des représentants assez sages et assez éclairés pour discerner ses vœux et ses besoins actuels, […] assez énergiques pour combattre sans trêve, ni merci tous les fauteurs d’anarchie, tous les promoteurs de coup d’État […]. Vous trouverez sur les listes des amis dévoués de l’enseignement primaire, qui ont fait leurs preuves, non pas seulement par de pompeux discours, mais par d’utiles institutions […]. Vous les connaissez et je n’hésite pas à les signaler à votre patriotisme et à votre reconnaissance33.

  • 34 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 176.
  • 35 Jules Claretie, Paris assiégé…, op. cit., p. 196.
  • 36 Ibid., p. 171.
  • 37 Circulaire de l’inspecteur d’académie, directeur de l’enseignement primaire aux inspecteurs primair (...)
  • 38 Bulletin de l’instruction primaire, Année 1871, n° 68, p. 12-13.

14Le résultat du vote sonne le glas de la Défense nationale. À Bordeaux, la nouvelle Assemblée Nationale nettement conservatrice ne cache pas « son animosité contre la capitale de la République et de la guerre à outrance34 ». Le 16 février, Thiers est désigné comme le chef du pouvoir exécutif. Trois jours plus tard, il forme un ministère libéral ; Jules Simon en fait partie, toujours comme ministre de l’Instruction publique. Mais le peuple de Paris, « malgré ses épreuves, se résigne mal à ce dénouement35 ». Beaucoup n’acceptent pas d’avoir souffert et résisté pour rien. Fin janvier, les denrées alimentaires pénètrent de nouveau dans la capitale. Mais, il faut attendre début mars pour que « les approvisionnements retrouvent un niveau à peu près normal36 ». À partir du 10 février 1871, les familles des communes rurales de la Seine regagnent leurs foyers. Peu à peu, les cadres des classes se reconstituent. Cela soulage Gréard qui est heureux de constater que maintenant « tout le temps de l’école soit rendu à l’école, et que les études reprennent leur cours régulier37 ». Il fait appel à la collaboration des inspecteurs primaires qui doivent se consacrer à la surveillance de l’enseignement : « j’attends de votre dévoué concours, de vos communications incessantes, de vos rapports multipliés, les moyens de reprendre sur la direction des classes une action éclairée et ferme38 ». Il faut inspirer le sentiment du devoir aux instituteurs. C’est dans cet esprit qu’une nouvelle tournée d’inspection générale commence. Gréard craint que la situation ne lui échappe et compte sur ses fonctionnaires pour conserver le contrôle du terrain et reprendre en mains le personnel.

2. La Commune et ses projets scolaires

  • 39 Jules Simon, Le gouvernement de M. Thiers, 8 février 1871 – 24 mai 1873, tome I, Paris, Calman Lévy (...)

15Dans la capitale, la population ne peut se résigner à la paix. L’annonce de l’entrée des Prussiens dans Paris le 1er mars est un traumatisme après des mois de résistance. Le mouvement révolutionnaire se reconstitue avec pour fondement la volonté de s’opposer par les armes. Le 10 mars, l’Assemblée s’installe à Versailles et beaucoup de fonctionnaires rejoignent le nouveau centre politique. Les hauts-fonctionnaires n’ont pas le choix : ils doivent quitter Paris sur ordre de Thiers. Ceux qui restent ne manifestent aucun zèle. Le 8 février, Paris revendique son attachement à la République en élisant des hommes comme Gambetta, Quinet, Hugo, Blanc39 qui incarnent une démocratie sociale en opposition avec la République conservatrice de Thiers. Les républicains modérés, Jules Simon, Jules Ferry notamment, paraissent discrédités aux yeux de la population. Jugés incapables de la ravitailler gratuitement lors du siège, ils auraient trahi Paris, mené le pays à la défaite et choisi politiquement l’ouverture à droite. La gauche radicale devient majoritaire. Le 7 mars, le gouvernement abroge les moratoires sur les loyers et les biens déposés au Mont-de-piété. Désormais, les classes populaires s’estiment condamnées à mourir de faim ou de froid dans les rues de la capitale. Les aides alimentaires dispensées par les mairies sont remises en cause par l’État. Le gouvernement limite l’accès aux postes dans la Garde nationale alors qu’ils constituent une assistance pour les plus pauvres. La presse républicaine est censurée. Le Cri du Peuple, Le Vengeur et Le Père Duchêne ne paraissent plus. Des propos menaçants stigmatisent la Garde nationale et les membres de l’Internationale accusés d’être des Rouges, dont certains maires et adjoints dans les quartiers populaires des 11e, 18e, 19e et 20e arrondissements. Les tensions ne cessent de se développer entre Paris et le gouvernement.

A) Le coup de force de Montmartre

  • 40 William Serman, La Commune. Textes choisis, Dossier Clio, Presses Universitaires de France, 1971, p (...)
  • 41 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, Paris, Librairie de l’É (...)
  • 42 Bulletin Administratif, n° 257, 1er avril 1871, p. 37.
  • 43 Bernard Noel, Dictionnaire de la Commune, Paris, 2001 (1978), Le Grand Livre du Mois, p. 29.

16Le 18 mars, Thiers ne réussit pas à s’emparer des canons de Montmartre et la capitale s’insurge. La Commune est née et le pouvoir communaliste peut exister « à la fois administration municipale et gouvernement révolutionnaire40 ». Jules Simon désavoue la révolte du 18 mars qui ne peut prétendre à être aussi légitime que celle du 4 septembre. Le ministre est convaincu que les membres du corps enseignant lui apportent leur adhésion. Par circulaire, il proteste auprès des recteurs contre le mouvement communaliste : « j’appelle les forces morales dont vous disposez à la défense de la civilisation et de la patrie. La France serait indigne de son passé, elle se trahirait elle-même, elle trahirait la cause de la civilisation si elle ne se levait pas tout entière pour en finir promptement avec cette minorité impie qui nous ruine et nous déshonore41 ». Lors des élections de la Commune, le 26 mars, certains élus renoncent à leur mandat : Hugo, Gambetta, Blanc quittent la scène politique. Le 31 mars 1871, Gréard est nommé inspecteur général de l’Instruction publique42. Le moment semble inopportun, les ministères sont désertés. Selon Bernard Noël, Thiers pratique la « politique de la terre brûlée administrative43 ». Un bon fonctionnaire ne peut servir la Commune et se doit de rejoindre le gouvernement à Versailles. Par la force des choses, le ministère, rue de Grenelle, est évacué. Le recteur Mourier témoigne :

  • 44 Adolphe Mourier, Notes et souvenirs d’un universitaire…, op. cit., p. 372-373.

Il nous fallut, bien peu de jours après le départ de l’administration centrale, quitter Paris, à notre tour, sous peine d’être arrêté et gardé sous les verrous comme otage […]. Le ministre me reçut avec une grande bonté ; il m’approuva vivement de venir à Versailles pour continuer près de lui l’œuvre administrative interrompue à Paris. Il me sut un gré tout particulier des mesures que j’avais prises au départ pour être renseigné, chaque jour, sur l’état de nos écoles44.

  • 45 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 220.

17Le personnel qui reste vit désormais une histoire à part. Gréard veille sur les écoles parisiennes, tentant d’apporter un soutien discret aux instituteurs et aux institutrices. La correspondance entre Paris et Versailles n’est pas complètement interrompue. Mais, le ralliement de la plupart des fonctionnaires à Thiers et leur départ pour Versailles, désorganise les cadres administratifs. Seulement un quart des employés « demeure en service45 ».

B) Communards et Versaillais

  • 46 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, Paris, Hachette, 1907, p. 129.
  • 47 Jules Simon, Le gouvernement de M. Thiers, op. cit., p. 345.
  • 48 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, op. cit., p. 127.

18Pour les hommes de la Commune, la priorité est de mettre en place un enseignement laïc et professionnel conforme au programme défendu par l’Internationale lors des congrès de 1867 et de 1868. Les membres du gouvernement partis, l’opinion républicaine se trouve sans chefs. Octave Gréard pense qu’il a une sérieuse raison de rester à Paris, à savoir sa mission. Il ne veut pas abandonner l’encadrement de l’institution scolaire. Pourtant, peut-il réellement rester ? Les bureaux du ministère sont occupés par les fédérés. Début avril, Gréard se résigne à sortir de la ville sur ordre du vice-recteur Mourier qui craint pour sa sécurité car « son arrestation est imminente46 ». Au même moment, la Commune décrète que « toute personne prévenue de complicité avec le Gouvernement de Versailles, sera immédiatement […] incarcérée47 ». Contraint de rejoindre le gouvernement à Versailles, Gréard ne rompt pas le contact avec ses collaborateurs. Léon Say se souviendra : « vous êtes parvenu à maintenir la loi dans ces temps où la loi n’était guère écoutée48 ».

  • 49 Ibid., p. 18-19.
  • 50 Journal Officiel, 28 octobre 1870, p. 1667.
  • 51 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, op. cit., p. 19.
  • 52 Journal Officiel, 2 avril 1871, p. 215.

19Le 29 mars, une Commission de l’enseignement est créée afin d’expédier les affaires courantes, d’examiner les projets et d’organiser la réforme de l’instruction. L’un des fondements de la République est la diffusion des savoirs. L’école joue donc un rôle crucial pour émanciper les citoyens et garantir le développement d’une démocratie politique et sociale. Pendant cinquante-trois jours, du 30 mars au 21 mai, la Commune envisage une œuvre scolaire préparée principalement par Édouard Vaillant, véritable délégué à l’enseignement. Le 20 avril, il est élu par « 27 voix sur 53 votants, avec tous les pouvoirs nécessaires pour prendre seul et sous sa responsabilité les mesures exigées par la situation49 ». Du 21 avril au 21 mai, il consacre à l’enseignement l’essentiel de son temps. Son champ d’action est limité par les contraintes budgétaires. Certes, le budget de la ville de Paris pour l’année 1871, arrêté le 27 octobre 1870 par le maire Étienne Arago, a doublé. Il s’élève à 16 027 941 francs50. Mais les sommes réservées à l’instruction restent dérisoires : « sur 25 138 089 francs de dépenses, du 20 mars au 30 avril, la Bibliothèque nationale figure pour 30 000 francs et l’enseignement figure pour 1 000 francs […] pour assurer le fonctionnement d’un service public51 ». Pour agir efficacement Vaillant s’appuie sur la Commission de l’enseignement qui se réunit à l’Hôtel de ville et sur les services administratifs. Un mouvement, L’Éducation nouvelle, mène des travaux encouragés par Vaillant. Deux fois par semaine, ses membres débattent à l’école Turgot des mesures à prendre. Le 1er avril, ils déposent une requête pour une « éducation républicaine toute à créer52 ».

  • 53 Ibid.

Les maisons d’instruction et d’éducation entretenues par la commune ou par le département ou par l’État doivent être ouvertes aux enfants de tous les membres de la collectivité quelles que soient les croyances intimes de chacun d’eux ; que l’instruction religieuse ou dogmatique soit laissée tout entière à l’initiative et à la direction libre des familles, et qu’elle soit immédiatement et radicalement supprimée pour les deux sexes dans toutes les écoles, dans tous les établissements dont les frais sont payés par l’impôt ; que ces maisons d’instruction et d’éducation ne contiennent aux places exposées aux regards des élèves ou du public, aucun objet du culte, aucune image religieuse ; qu’il n’y soit enseigné ou pratiqué en commun, ni prières, ni dogmes, ni rien de ce qui est réservé à la conscience individuelle ; qu’on n’y emploie exclusivement que la méthode expérimentale ou scientifique, celle qui part toujours de l’observation des faits, quelle qu’en soit la nature, physiques, moraux, intellectuels ; que toutes les questions du domaine religieux soient complètement supprimées dans tous les examens publics, et principalement dans les examens pour brevets de capacité ; qu’enfin les corporations enseignantes ne puissent plus exister que comme établissements privés ou libres53.

  • 54 Le Mot d’Ordre, le 10 avril 1871.
  • 55 Ibid., p. 38.

20Véritable charte de la laïcité, ce texte ouvre la voie à la rénovation scolaire. Grâce à l’Éducation nouvelle, parents, professeurs, instituteurs et institutrices se côtoient lors des réunions. Chacun donne son avis sur les « résolutions pratiques relatives aux réformes à opérer dans les lois, méthodes et programmes de l’enseignement54 ». Vaillant constitue une sous-commission d’organisation de l’enseignement. Malheureusement, selon Maurice Dommanget, un certain nombre d’acteurs, « de la plus grande valeur en matière pédagogique firent défaut à la Commune55 ». Il songe à Gustave Lefrançais, Élisée Reclus, Georges Renard, Victor Considerant, Gustave Francolin, Anthime Corbon, Paul Robin.

C) Une autre voie pour l’école

  • 56 Louise Lacroix dite Marforio, Les écharpes rouges. Souvenirs de la Commune, Laporte éditions, 1872, (...)
  • 57 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 281.
  • 58 L’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement, 8e année, n° 7, avril 1930.

21Les membres de l’« organisation de l’enseignement » gèrent les problèmes de service public. Manier est considéré comme l’adjoint à l’Instruction publique pour l’enseignement primaire à l’Hôtel de ville56. La question des écoles primaires est primordiale. « Paris veut que le fils du paysan soit aussi instruit que le fils du riche, et pour rien, attendu que la science humaine est le bien commun de tous les hommes, et n’est pas moins utile pour se conduire dans la vie que les yeux pour voir57 ». Le bilan de l’ancienne administration scolaire parisienne est dénoncé : manque d’assiduité des élèves, pauvreté des programmes, absence de formation professionnelle dans les études primaires. Le mot d’ordre est dorénavant : instruction intégrale qui doit unir le travail intellectuel et le travail manuel. La méthode pédagogique retenue est appelée « expérimentale ou scientifique », basée sur la raison et l’observation. Il est nécessaire « que l’enfant passe insensiblement de l’école à l’atelier, devienne en même temps capable de gagner sa vie et apte au travail intellectuel ; il faut que chaque ouvrier, chaque homme occupé à un travail physique puisse écrire un livre, avec sentiment et talent, sans quitter son établi58 ».

  • 59 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, op. cit., p. 43.
  • 60 Jacques Rougerie, Paris libre, 1871, Paris, Seuil, 2004, p. 170.
  • 61 Ibid., p. 55.
  • 62 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 388.
  • 63 Jacques Rougerie, Paris libre, 1871, op. cit., p. 170.

22La Commune tient à ses idées, mais les problèmes persistent. Comment dépasser les intentions, quand l’argent et les instituteurs compétents manquent ? Depuis le 19 mars, « une grande partie des titulaires d’écoles ont abandonné leur poste59 ». Quelques municipalités agissent. Dans le 3e arrondissement, des fournitures sont distribuées gratuitement ; dans les 5e et 20e arrondissements, des cantines scolaires accueillent les élèves ; dans le 10e arrondissement, l’école du Faubourg Saint-Martin est ouverte, le 24 avril, à tous les enfants de six à quinze ans et « confiée à la direction d’un instituteur laïque60 ». Le programme d’histoire est modifié pour y introduire les idées de la révolution sociale ; des cours publics de morale rationnelle et de droit politique sont organisés le jeudi soir. La mairie du 12e arrondissement ne se contente pas de fixer les principes sur lesquels se fonde l’École nouvelle, elle adopte l’orphelinat que dirige Ferdinand Buisson. Ce dernier participe à « la rénovation de l’enseignement dans le quartier des Batignolles61 ». Dans ce contexte difficile, une réalisation aboutit le 12 mai, avec l’ouverture d’une « école professionnelle d’art industriel pour jeunes filles62 », rue Dupuytren. On y enseigne le dessin, le modelage, la sculpture sur bois ou sur ivoire et des éléments de culture générale en lettres et en sciences. L’école professionnelle de garçons, installée dans les locaux de la rue Lhomond, devait accueillir « les enfants âgés d’environ douze ans et au-dessus, […] pour compléter l’instruction qu’ils ont reçue dans les écoles primaires et pour y faire, en même temps, l’apprentissage d’une profession63 » mais l’inauguration, prévue le 22 mai, est annulée en raison des événements.

D) La laïcisation à l’ordre du jour

  • 64 Ibid., p. 55.
  • 65 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, op. cit., p. 56.

23La lutte anticléricale s’intensifie. Le 3 avril, le conseil général de la Commune décide la séparation de l’Église et de l’État. Cette mesure a des répercussions dans l’enseignement. Comme le souligne Jacques Rougerie, « les vraies réformes se sont faites localement, et inégalement64 ». Certains arrondissements optent pour une laïcisation dure, comme les 3e, 5e, 17e et 20e arrondissements. Mi-avril, certains congréganistes sont remplacés par les instituteurs laïques. Cette résolution s’applique dans le 3e arrondissement et se généralise dans les 2e, 4e, 5e, 8e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e, 15e, 17e, 18e et 20e. Les crucifix disparaissent des écoles. La Garde nationale déloge les religieux réfractaires. Le 17e arrondissement annonce le 19 avril dans La Montagne, « l’ouverture de l’école publique aux enfants de tous les citoyens, croyants ou incroyants, et la neutralité de l’enseignement, désormais dégagé de tout principe religieux ». Le 23 avril, les écoles primaires du 3e arrondissement laïcisent tout leur personnel. Les 4e et 19e arrondissements en font autant. Si ces décisions municipales sont en accord avec la commission de l’enseignement, elles ne signifient pas une généralisation du phénomène dans les municipalités parisiennes. Les 13e et 15e arrondissements placent les congrégations religieuses sous leur protection. L’important est davantage l’amélioration des pratiques pédagogiques et la scolarisation de tous les enfants de 5 à 12 ans grâce à l’ouverture de classes que la laïcisation des écoles. À Paris, beaucoup de parents partagent ce point de vue. Au-delà de ces clivages, il apparaît que cet effort en faveur de la laïcisation n’est pas réservé aux seuls communards puisque lors du siège, les républicains à la tête des municipalités d’arrondissement, avaient déjà œuvré dans ce sens. En mai, Vaillant supprime l’enseignement religieux à Paris. Il souhaite remplacer les instituteurs congréganistes et les inspecteurs nommés par l’ancienne administration. Le 11 mai, la Commune se charge des deux écoles Turgot et Colbert. Un nouveau directeur est nommé. Plusieurs professeurs démissionnent et certains élèves organisent une émeute. Quatorze élèves, sympathisants de la Commune, envoient alors à la presse une lettre de protestation dénonçant ces actions de sabotage. Le 13 mai, les inspecteurs et les inspectrices des écoles primaires sont révoqués. Au même moment, Jules Simon rappelle « au devoir les éducateurs, leur interdisant les controverses passionnées et n’admettant que la collaboration en bonne compagnie dans des journaux qui se respectent65 ». Le mouvement de laïcisation se radicalise. Le 14 mai, Vaillant fait publier une note afin de mettre fin aux activités des jésuites et obliger les membres de certaines municipalités à exécuter ses décisions.

  • 66 Procès-verbaux, tome 2, p. 403.

Dans les quarante-huit heures, un état sera dressé de tous les établissements tenus encore […] par les congréganistes. Les noms des membres de la Commune délégués à la Municipalité de l’arrondissement où les ordres de la Commune relatifs à l’établissement de l’enseignement exclusivement laïque qui n’auront pas été exécutés seront publiés chaque jour dans l’Officiel 66.

3. La reprise en main de l’enseignement

  • 67 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, op. cit., 130.

24Une semaine plus tard, la Commune est écrasée dans le sang. Gréard s’attriste devant la curiosité des Versaillais impatients d’apercevoir le grand nombre des prisonniers : « on ne sait plus où les placer. J’en ai vu passer. Il y a des familles entières, père, mère, enfants67 ».

A) Le retour de l’administration « officielle »

  • 68 Ibid., p. 130-131.
  • 69 Jules Simon, Le gouvernement de M. Thiers, op. cit., p. 472.
  • 70 Émile Levasseur, Octave Gréard, Versailles, Cerf, 1905, p. 15.
  • 71 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, op. cit., p. 46.
  • 72 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, op. cit., p. 131.
  • 73 Ibid., p. 132.
  • 74 Robert Tombs, La guerre contre Paris, 1871, Paris, Aubier, 1997, p. 321.
  • 75 Le Petit Moniteur universel, le 4 juin 1871.
  • 76 Jacques Rougerie, Paris libre, 1871, op. cit., p. 168.
  • 77 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 389.

25Octave Gréard évoque avec amertume les ruines qui s’amoncellent. Le 20 mai 1871, il écrit : « Pauvre Paris ! Il fait mal à voir. Et cependant voici déjà qu’il change de physionomie. Les omnibus, les bateaux-mouches, les voitures ont repris leur train. Il y a du monde dans les rues, moins de monde, mais le même monde, léger et affairé68 ». Jules Simon regrette les « cruautés commises ». Il écrit : « on peut les expliquer ; il est impossible de songer à les justifier69 ». De retour, il constate que les documents de son administration sont brûlés et qu’il ne reste plus aucun dossier. L’Hôtel de ville n’est plus. Gréard installe son cabinet « dans les combles du palais du Luxembourg70 ». Le 15 mai, les écoles Turgot et Colbert reprennent « les cours suspendus depuis deux jours71 ». Le 25 mai, Turgot réintègre son ancien personnel, seule la chaire d’histoire naturelle reste vacante. Le 26 mai, Gréard s’installe à la mairie du 7e arrondissement. Sa première préoccupation est l’état des écoles. Il visite les différents locaux, ceux qui ont été occupés par les militaires et par les communards. Le 29 mai, il décide de la reprise des cours pour le 5 juin dans les écoles primaires supérieures. Il donne l’ordre aux instituteurs d’enseigner dans leur classe comme auparavant : « il faut que tout rentre dans l’ordre le plus tôt possible72 ». Il écrit à Mme Jules Simon le 2 juin : « j’ai déjà vu un bon nombre de nos pauvres écoles. Elles ont souffert comme tout le reste. Néanmoins tout se réorganise, et j’espère que lundi nos classes reprendront avec régularité73 ». Le maire de Paris, Jules Ferry, se charge de réorganiser l’administration et des maires provisoires prennent la place des commandants militaires. Le 24 juin, le maintien de l’ordre est de nouveau confié à la police et la plupart des soldats sont évacués74. En ce qui concerne, le bilan de la Commune, Ferry reconnaît l’importance de la laïcisation des écoles parisiennes qui s’est développée « en beaucoup plus grand nombre75 » mais de manière « nulle et non avenue ». Il donne l’ordre de rétablir la situation d’antan. Il faudra attendre encore pour que certaines propositions innovantes de la Commune se réalisent. Jules Ferry, devenu ministre, reprendra à son compte le triptyque : gratuité, obligation, laïcisation. Dans le domaine de l’enseignement, estime Jacques Rougerie, « la Commune fit parfois, autant, sinon plus que n’accomplira la Troisième République en trente ans76 ». Incontestablement, un « processus est en marche77 ».

B) Les maîtres en procès

  • 78 Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars, tome 3, p. 309. Rapport du Général Appert, p. (...)
  • 79 Bulletin de l’instruction primaire, n° 70, Année 1871, p. 62.
  • 80 Ibid.

26La Commune vaincue, le 2 juillet 1871, des élections partielles confortent l’établissement de l’Ordre moral. Mais qu’en est-il des instituteurs et des institutrices de la capitale ? Nombreux sont ceux qui se sont ralliés à la Commune. La répression oblige certains à changer de métier. Quelques noms d’instituteurs communards restent dans les mémoires : Raoul Urbain, Bibal, Augustin-Joseph Verdure, Gustave Lefrançais, Louise Michel. Mais bien peu de ces maîtres exercent encore lors de la Commune. Au moment de la répression, « 106 instituteurs sont arrêtés et 4 institutrices déférées au IVe Conseil de Guerre78 ». Le 10 juillet 1871, une commission des grâces est instituée. Le préfet de la Seine reçoit un tableau des jugements rendus contre les instituteurs, les institutrices et les directrices des salles d’asile de Paris79. Un rapport spécial est constitué à chaque fois qu’un membre de l’enseignement primaire est frappé d’une condamnation et l’inspecteur d’académie donne son avis. La majorité des peines prononcées sont appliquées. Au total, seulement « 306 remises, 286 réductions et 1 295 commutations80 » sont accordées. En mars 1872, Gréard se présente devant la commission d’enquête pour témoigner. Il confie à Marguerin :

  • 81 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, op. cit., p. 133.

Je suis bien gêné. Je ne puis dire que ce que je pense, ce qui est. Vous me trouverez pâle, incolore, quand chaque heure de notre vie pendant ces cinq mois a été si dure. Mais comment parler sans avoir l’air d’accuser ? Je voudrais être vrai sans blesser ni accuser personne. J’ai cherché la mesure. On serait trop heureux souvent de me la voir dépasser81 !

C) Octave Gréard face à l’épuration des personnels

27Gréard tente de sauver quelques instituteurs. Les maîtres s’expliquent.

  • 82 Ibid., p. 134.

Nous avons fait notre devoir. L’indulgence en ce qui touche la vie de la famille me paraît aussi nécessaire que l’était la sévérité de principe. Liquidons ce passé. Avant-hier, en revoyant certains comptes arriérés, j’ai été vraiment touché de la probité […] de nos maîtres. Ils avaient reçu 25, 50 francs de plus qu’ils n’avaient droit : c’était une gratification de la Commune. Aucune trace ne subsistait de ces dons bénévoles. Ils ont fait d’eux-mêmes la déclaration de la somme qu’ils avaient touchée en surplus, demandant seulement à ne rembourser que par petites contributions mensuelles, le remboursement en une fois grevant trop leur budget82.

  • 83 Jacques Rougerie, La Commune de 1871, Paris, PUF, 1997, p. 120.
  • 84 Stéphane Gacon, L’amnistie. De la Commune à la Guerre d’Algérie, Paris, Seuil, 2002, p. 54.
  • 85 Ibid., p. 55.
  • 86 Jean Bruhat, Jean Dautry et Émile Tersen (dir.), La commune de 1871, Paris, Éditions sociales, seco (...)
  • 87 Ibid., p. 357.
  • 88 Jacques Rougerie, Paris Insurgé. La Commune de 1871, Découverte Gallimard, n° 263, 1995, p. 122.

28Dans ce climat de répression, chacun est suspecté. Les tribunaux jugent dans l’urgence. On assiste à « d’innombrables erreurs judiciaires83 » et certains sont condamnés pour des fautes bénignes à de longs mois d’emprisonnement. Compréhensif, Gréard estime que la répression est excessive. La gauche républicaine est divisée. Ferry, Grévy, Favre et Simon « prennent clairement leurs distances84 ». De 1871 à 1873, la question de l’amnistie est de tous les débats. Elle contribue « à nourrir la crise politique de 1873, qui débouche sur la chute de Thiers et l’installation de l’Ordre moral85 ». Octave Gréard est cependant persuadé que le temps de la tolérance est venu dans l’intérêt de la Nation. Deux propositions d’amnistie sont débattues à la Chambre, défendues par Raspail, Lockroy, Clemenceau, Floquet, Naquet et d’autres. Au Sénat, Victor Hugo s’en charge. En mai 1876, la Chambre rejette le projet. La Haute Assemblée « écarte dédaigneusement l’amnistie, à mains levée86 ». En février 1879, Le Royer présente un projet d’amnistie partielle qui est adopté. La loi du 3 mars suivant concerne les condamnés « qui ont été et seront libérés ou qui ont été et seront graciés par le président de la République dans le délai de trois mois après la promulgation de la présente loi87 ». En 1880, Gambetta réclame une amnistie complète qui est votée et promulguée le 11 juillet 1880. La République se « consolidait lentement88 ».

 

  • 89 Jules Simon, Le gouvernement de M. Thiers, op. cit., tome 2, p. 6.
  • 90 Yves Legoux, Du compagnon au technicien, l’école Diderot et l’évolution des qualifications, 1871-19 (...)

29Après la semaine sanglante, l’Assemblée siège de nouveau au Palais-Bourbon. Occupée par les commissions d’enquêtes (enquêtes sur le gouvernement de la Défense nationale, sur la délégation de Bordeaux, sur le 18 mars), elle veut réorganiser et réformer le pays. Mais malgré les nombreux projets de loi, elle « réagit plus qu’elle n’enfanta89 ». Jules Simon défend plusieurs projets scolaires qui lui tiennent à cœur : le droit à la retraite, la nomination des instituteurs par l’inspecteur d’académie, sous l’autorité du recteur, et non plus du préfet, l’amélioration du traitement des enseignants, la révision des programmes scolaires, la création d’écoles normales mais ces projets sont sans suite. En 1873 à Paris, malgré le couperet de l’Ordre moral qui s’abat sur l’enseignement, l’administration agit pour améliorer l’École. Au milieu des tensions politiques, Octave Gréard prend l’initiative et concrétise à sa manière l’un des projets de la Commune. Il met sur pied un véritable système général d’éducation populaire qui vise à refonder les conditions d’apprentissage et à prolonger la scolarité. Pour la première fois, la division du travail fait la part entre le temps de l’école et le temps de l’atelier. À l’évidence, Gréard ne partage pas les vues révolutionnaires de certains ouvriers. Il se retrouve avec eux sur « la nécessité […] d’une prise en charge par une tutelle éducative de l’ensemble d’une formation depuis la première enfance jusqu’à l’âge adulte, initiation à la responsabilité personnelle, combinaison de l’instruction générale et d’une formation professionnelle plus ou moins polytechnique, et cela pour la masse des enfants des classes ouvrières90 ». En réalité, les idées principales de la Commune ne sont pas mortes mais ne devaient ressurgir que quelques années plus tard.

Notes

1 Archives nationales, AJ/16/884.

2 William Serman, La Commune de Paris, Paris, Fayard, 1986, p. 113.

3 Jules Simon, Souvenirs du quatre septembre. Le gouvernement de Défense nationale, Paris, Michel Levy Frères Éditeurs, 1874, p. 29-30.

4 Ibid., p. 113.

5 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 114.

6 Décret relatif à la réquisition des locaux scolaires du 26 septembre 1870.

7 Archives nationales, F17 7468.

8 Michel Cornudet, Journal du siège de Paris (18 septembre 1870 – 29 janvier 1871), Paris, Ch. Douniol et Cie, 1872, p. 72-73.

9 Bulletin de l’instruction primaire, année 1870, n° 61, p. 326-327.

10 Ibid., p. 328, lettre de Jules Simon au maire de Paris, le 1er octobre 1870.

11 Archives nationales, AJ/16/884, scolarité. Invasion de 1870-1871. Rapports sur les départements envahis.

12 Ibid.

13 Georges Duveau, Les instituteurs, Paris, Seuil, 1957, p. 105.

14 Ibid.

15 Bulletin de l’instruction primaire, année 1870, n° 61, op. cit., p. 331.

16 Ibid., année 1870, n° 60, op. cit., p. 265-271.

17 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 40.

18 Ibid., p. 148.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 149-150.

21 À l’idée de prochaines négociations avec les Prussiens, la population de Paris, sous l’action des comités de vigilance et des gardes nationaux, réclame la déchéance du gouvernement de la Défense nationale, au cri de « vive la Commune ! » L’indignation soulève les patriotes parisiens et la foule s’amasse devant l’Hôtel de ville. Arago reçoit les délégations des manifestants. Le maire de Paris tente de les rassurer : l’armistice n’est pas à l’ordre du jour. Prochainement, des élections municipales seront organisées. Les divergences entre groupes révolutionnaires ne permettent pas l’établissement d’un pouvoir communal. Les hommes de la Défense nationale restent en place et arrêtent les meneurs le 1er novembre.

22 Georges Duveau, Le siège de Paris (septembre 1870 – janvier 1871), Paris, Hachette, 1939, p. 193.

23 Bulletin de l’instruction primaire, année 1870, n° 61, op. cit., p. 332, Décret relatif à la réorganisation de la mairie de Paris. Le 15 novembre 1870.

24 Archives nationales, F17 10348, affaires diverses concernant les écoles primaires de la Seine (1864-1884).

25 Ibid.

26 Bulletin de l’instruction primaire, op. cit., rapport d’Octave Gréard au ministre de l’Instruction publique Jules Simon sur l’organisation du service des instituteurs brancardiers, le 28 décembre 1870.

27 Archives nationales, F17 10348, affaires diverses concernant les écoles primaires de la Seine (1864-1884).

28 Ibid.

29 Adolphe Mourier, Notes et souvenirs d’un universitaire (1827-1889), Paris, Odile Jacob, 1889, p. 370.

30 Bulletin de l’instruction primaire, op. cit., circulaire du directeur de l’enseignement primaire, le 5 janvier 1871.

31 Bulletin de l’instruction primaire, n° 63, p. 441.

32 Jules Claretie, Paris assiégé, Journal, 1870-1871, Paris, réédition Armand Colin, 1992, p. 198.

33 Archives nationales, AJ/16/884, affaires diverses, scolarité. Invasion de 1870-1871. Rapports sur les départements envahis.

34 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 176.

35 Jules Claretie, Paris assiégé…, op. cit., p. 196.

36 Ibid., p. 171.

37 Circulaire de l’inspecteur d’académie, directeur de l’enseignement primaire aux inspecteurs primaires sur la reprise des études, le 10 février 1871.

38 Bulletin de l’instruction primaire, Année 1871, n° 68, p. 12-13.

39 Jules Simon, Le gouvernement de M. Thiers, 8 février 1871 – 24 mai 1873, tome I, Paris, Calman Lévy, 2e édition, 1878, p. 186.

40 William Serman, La Commune. Textes choisis, Dossier Clio, Presses Universitaires de France, 1971, p. 16.

41 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, Paris, Librairie de l’Étoile, 1964, p. 14-15.

42 Bulletin Administratif, n° 257, 1er avril 1871, p. 37.

43 Bernard Noel, Dictionnaire de la Commune, Paris, 2001 (1978), Le Grand Livre du Mois, p. 29.

44 Adolphe Mourier, Notes et souvenirs d’un universitaire…, op. cit., p. 372-373.

45 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 220.

46 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, Paris, Hachette, 1907, p. 129.

47 Jules Simon, Le gouvernement de M. Thiers, op. cit., p. 345.

48 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, op. cit., p. 127.

49 Ibid., p. 18-19.

50 Journal Officiel, 28 octobre 1870, p. 1667.

51 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, op. cit., p. 19.

52 Journal Officiel, 2 avril 1871, p. 215.

53 Ibid.

54 Le Mot d’Ordre, le 10 avril 1871.

55 Ibid., p. 38.

56 Louise Lacroix dite Marforio, Les écharpes rouges. Souvenirs de la Commune, Laporte éditions, 1872, p. 42-70.

57 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 281.

58 L’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement, 8e année, n° 7, avril 1930.

59 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, op. cit., p. 43.

60 Jacques Rougerie, Paris libre, 1871, Paris, Seuil, 2004, p. 170.

61 Ibid., p. 55.

62 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 388.

63 Jacques Rougerie, Paris libre, 1871, op. cit., p. 170.

64 Ibid., p. 55.

65 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, op. cit., p. 56.

66 Procès-verbaux, tome 2, p. 403.

67 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, op. cit., 130.

68 Ibid., p. 130-131.

69 Jules Simon, Le gouvernement de M. Thiers, op. cit., p. 472.

70 Émile Levasseur, Octave Gréard, Versailles, Cerf, 1905, p. 15.

71 Maurice Dommanget, L’enseignement, l’enfance et la culture sous la Commune, op. cit., p. 46.

72 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, op. cit., p. 131.

73 Ibid., p. 132.

74 Robert Tombs, La guerre contre Paris, 1871, Paris, Aubier, 1997, p. 321.

75 Le Petit Moniteur universel, le 4 juin 1871.

76 Jacques Rougerie, Paris libre, 1871, op. cit., p. 168.

77 William Serman, La Commune de Paris, op. cit., p. 389.

78 Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars, tome 3, p. 309. Rapport du Général Appert, p. 264.

79 Bulletin de l’instruction primaire, n° 70, Année 1871, p. 62.

80 Ibid.

81 Pauline Bourgain, Octave Gréard, un moraliste éducateur, op. cit., p. 133.

82 Ibid., p. 134.

83 Jacques Rougerie, La Commune de 1871, Paris, PUF, 1997, p. 120.

84 Stéphane Gacon, L’amnistie. De la Commune à la Guerre d’Algérie, Paris, Seuil, 2002, p. 54.

85 Ibid., p. 55.

86 Jean Bruhat, Jean Dautry et Émile Tersen (dir.), La commune de 1871, Paris, Éditions sociales, seconde édition revue et complétée, p. 356.

87 Ibid., p. 357.

88 Jacques Rougerie, Paris Insurgé. La Commune de 1871, Découverte Gallimard, n° 263, 1995, p. 122.

89 Jules Simon, Le gouvernement de M. Thiers, op. cit., tome 2, p. 6.

90 Yves Legoux, Du compagnon au technicien, l’école Diderot et l’évolution des qualifications, 1871-1971, sociologie de l’enseignement technique français, Thèse, Paris V, 1972, Service de reproduction des thèses, Lille III, 1973, p. 42.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search