Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Prolégomènes. Quatre études antérieures au XXe siècle

Chapitre 3. L’École dans la Somme. Autour de la guerre franco-allemande (1870-1871)

Renaud Quillet

Texte intégral

1Dans les premières décennies du XIXsiècle, la Somme appartient à la France favorisée du point de vue de l’alphabétisation et de la scolarisation. À la fin du siècle et au XXsiècle, elle accuse chroniquement un retard scolaire par rapport à la moyenne nationale, même si la fréquentation scolaire et l’apprentissage de l’écrit ont connu une progression sensible. Ce retournement est au demeurant représentatif de l’évolution des départements picards, et, plus largement, de la France du Nord. Entre-temps, la Somme a connu la Guerre franco-allemande, comme théâtre d’opérations puis d’occupation à plusieurs reprises sans qu’il faille forcément faire le lien automatiquement entre les deux phénomènes. Pendant la Guerre de 1870-1871, la Somme voit son sol connaître de nombreux combats puis être temporairement occupé. Il est alors intéressant d’analyser la manière dont les structures scolaires survivent et se mobilisent dans cette période de tensions extrêmes. Vivent-elles finalement une « dernière classe » marquant la fin d’une période faste, ou voit-on poindre une « nouvelle classe » annonciatrice de réformes profondes. On sait que dans La Dernière Classe, Alphonse Daudet, situe son action à l’été 1872. Cette « dernière classe » est bien sûr la dernière classe en français d’un village de l’Alsace annexée. Mais elle est aussi – Daudet l’a-t-il prémédité ? – la dernière classe d’avant l’école républicaine préparée par Duruy et réalisée par Ferry, avec histoire sainte et absentéisme récurrent des élèves, voire du maître.

1. De la déclaration de guerre au 4 septembre 1870

2Le département de la Somme, qui fait partie de la France du Nord-Est fortement alphabétisée mise en avant par l’enquête Maggiolo, subit de plein fouet le choc de l’invasion prussienne et se retrouve un temps occupé. Les structures scolaires cependant s’adaptent à la guerre puis à l’occupation et poursuivent leurs missions.

A) L’école dans la Somme avant la guerre

  • 1 Daniel Toussaint, L’invention de l’instituteur et de l’institutrice au XIXe siècle dans la Somme, p (...)
  • 2 Pour reprendre la vision stimulante mais discutable d’Eugen Weber.
  • 3 Renaud Quillet, « Le colportage de librairie en pays picard durant le second XIXe siècle : de l’apo (...)
  • 4 Jean-Jacques Darmon, Le colportage de librairie en France sous le Second Empire, Paris, Plon, 1972, (...)
  • 5 Daniel Toussaint, « Un examen pour les instituteurs : le brevet de capacité de l’instruction primai (...)
  • 6 Daniel Toussaint, « La préparation du brevet de capacité primaire : une contribution à la connaissa (...)
  • 7 Daniel Toussaint, « Un examen pour les instituteurs… », op. cit., p. 84-85.
  • 8 Ibid., p. 92-94.
  • 9 Renaud Quillet, « Le colportage de librairie… », op. cit., p. 362.
  • 10 Amiens, 1803-1980. Histoire d’un lycée, Amiens, CRDP, 1981, p. 30.
  • 11 Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens au XIXe siècle, maîtrise sous la direction de Nadine-Josette Cha (...)
  • 12 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens. Tome III : Amiens au XIXe siècle, Amiens, Piteux (...)

3La Somme figure en bonne place, au XIXsiècle, dans la France la plus alphabétisée mise au jour par l’enquête du recteur Maggiolo. Le constat a été confirmé ces dernières décennies par les travaux de Claude Lelièvre, de Philippe Pauchet, et, récemment, de Daniel Toussaint, à travers ses articles dans Histoire de l’Éducation et la Revue du Nord et sa thèse1. En pays picard, « la fin des terroirs2 » est largement consommée dès 1870. Les communications routières et ferroviaires avec la capitale ont aidé à ce désenclavement. Chargée de masses paysannes et ouvrières et largement rurale encore, la Somme est durablement propice au colportage de librairie, tout en étant depuis longtemps intégrée à la nation, irriguée précocement par une culture française, sous nette influence parisienne3. C’est sur les instituteurs que le Second Empire s’appuie dans les années 1860 pour réduire la domination du colportage de librairie sur la culture des milieux populaires, notamment ruraux, par le développement des bibliothèques scolaires, ouvertes aux élèves, mais aussi aux adultes4. La Somme est ainsi fortement scolarisée et bénéficie très tôt de maîtres de qualité. Lors de l’enquête Guizot de 1833, 959 maîtres sur 985 sont brevetés5. L’école normale d’instituteurs d’Amiens ouvre dès 18316. Un fort mouvement en faveur des brevets féminins s’amorce à partir de la fin des années 18607. À partir de 1867, notamment, le brevet « complet » devient plus exigeant dans ses contenus disciplinaires8. À partir de 1869, l’histoire de France tend ainsi à supplanter l’histoire sainte aux épreuves écrites des brevets de capacité. Lentement mais sûrement, notamment sous l’impulsion de Victor Duruy, le corps de ceux que l’on appelle de plus en plus des instituteurs tout à la fois se forme et se transforme. Une revalorisation matérielle et une intégration croissante à la « fonction publique » incitent les maîtres à se comporter en représentants de l’État et à se pénétrer de leur mission9, même si les congréganistes, dans la Somme, sont encore nombreux, surtout dans l’enseignement féminin. Parallèlement, pour l’enseignement secondaire, vers 1870, le lycée d’Amiens, sans préjudice de ses concurrents confessionnels, apparaît comme un établissement attractif10, et compte alors 350 à 400 élèves11. Les dernières années de l’Empire voient aussi l’engagement des républicains picards dans la question scolaire ; ainsi compte-t-on des républicains amiénois membres de la Ligue de l’Enseignement dès sa création en 186612.

B) Pas de mobilisation militaire des enseignants mais une réelle participation à l’effort de guerre

  • 13 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur de l’Instruction primaire du département de la Somme, n° 37, 15  (...)
  • 14 Annie Crépin, Histoire de la conscription, Paris, Gallimard, Folio Histoire, 2009, p. 285-286 et 41 (...)
  • 15 Archives municipales d’Amiens (désormais AM d’Amiens), 4 H 1/16, Ambulances civiles (1870-1871).
  • 16 AM d’Amiens, 4 H 1/16.
  • 17 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial pendant la Guerre, Abbeville, 1870-1871, Paris, E. Thorin, (...)

4Au contraire des deux guerres mondiales, la Guerre franco-allemande éclate, le 19 juillet 1870, en période scolaire. Dans la Somme, un avis du 15 juillet 1870 du conseil départemental de l’Instruction publique fixe les vacances de l’enseignement primaire du 1er août au 15 septembre13. À l’inverse de 1914 et de 1939, en revanche, les écoles ne sont pas brutalement privées d’une bonne part de leurs maîtres à l’entrée en guerre, les enseignants publics et les congréganistes étant dispensés de la conscription14. Les écoles contribuent néanmoins à l’effort de guerre. Le 29 juillet, par exemple, une souscription pour l’armée à l’école communale du Petit Saint-Jean, à Amiens, rapporte 40,55 F, dont 6 F de l’instituteur et 20 F d’une élève15. Le lendemain, une note de la mairie d’Amiens à la presse informe celle-ci que les instituteurs des écoles communales d’Amiens ont proposé d’abandonner les prix des élèves, pour que leur valeur aille à l’armée. La mairie a préféré que les prix soient maintenus tout en acceptant l’offre des instituteurs et de leurs élèves de souscrire pour les blessés16. Dans le même état d’esprit et simultanément, les élèves du collège d’Abbeville, imités dans toutes les pensions de la ville et dans presque toutes celles de l’arrondissement, renoncent à leurs prix pour que la valeur des livres aille aux blessés17.

  • 18 Renaud Quillet, « La contribution de la ville d’Amiens à la levée des troupes en 1870. Une approche (...)
  • 19 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., 1877, p. 26.
  • 20 Amiens, 1803-1980. Histoire d’un lycée, op. cit., p. 31.
  • 21 AM d’Amiens, 1 R 24/6, Distribution des prix (1870-1881).
  • 22 AM d’Amiens, 1 R 5/6, Concours entre les élèves des écoles primaires d’Amiens et distribution des p (...)
  • 23 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 39, 15 août 1870, p. 226 ; AM d’Amiens, 1 R 5/6, (...)
  • 24 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., p. 16.
  • 25 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 359.
  • 26 Ibid., p. 360. En réalité, les dépenses de bouche seront couvertes par la ville d’Amiens, au moins (...)
  • 27 AM d’Amiens, 4 H 1/16, lettre de Grandidier, supérieur de l’école libre de la Providence, au maire, (...)
  • 28 Dominique Duverlie, Les conséquences de la Guerre de 1870-1871 à Amiens, TER sous la direction d’Ad (...)

5Le 7 août, la nouvelle des premières défaites françaises jette la consternation dans la population. Le même jour, l’état de siège entre en vigueur dans le département18. Vers le 10 août, un professeur du collège d’Abbeville, au nom à consonance germanique, est arrêté à Saint-Valéry-sur-Somme, à cause d’un passeport surchargé, puis relâché19. Le 8 août, la distribution des prix du lycée d’Amiens se borne à une proclamation sans solennité au parloir20, contrastant avec l’éclat de la distribution de 1914, qui sera marquée par un discours fameux du jeune Marc Bloch. On hésite alors sur le parti à prendre : la distribution des prix des écoles primaires communales de garçons d’Amiens a bien lieu le 9 août21, mais celle des prix du concours départemental et des concours cantonaux des élèves des écoles primaires communales, prévue deux jours plus tard22, est « ajournée en raison de la gravité des circonstances23 ». Le 1er août, à l’occasion de la distribution des prix à l’institution Saint-Stanislas d’Abbeville, l’évêque d’Amiens annonce qu’une maison récemment libérée sera mise à la disposition de la ville d’Abbeville pour les blessés24. L’ambulance installée dans l’ancienne maison Saint-Stanislas dispose de 150 lits de soldats et de 10 chambres d’officiers. Début août, sollicité par le conseil municipal d’Amiens, le supérieur du grand séminaire met à disposition des locaux pour des ambulances avec près de 500 lits25. Le proviseur du lycée et le supérieur de l’école libre de la Providence offrent à la municipalité d’Amiens des locaux pour les blessés et s’engagent à pourvoir aux dépenses26. Les salles de la Providence sont cependant occupées par des mobiles avant de l’être par des blessés, ce qui pousse le supérieur à demander dès le 19 août le départ des mobiles27. Les premiers blessés français arrivent à Amiens le 12 août28.

  • 29 AD de la Somme, 60 T 192 ; Moniteur…, op. cit., n° 40, 31 août 1870, p. 243.
  • 30 Ibid., p. 244.
  • 31 Ibid., p. 244-245.

6Le 28 août, le préfet transmet à l’inspecteur d’académie une circulaire adressée aux sous-préfets et aux maires du département afin de transformer en ambulances les écoles communales29. Cette circulaire traduit des instructions du ministre de l’Instruction publique pour transformer en ambulances les lycées, les collèges et les écoles normales et pour organiser un service hospitalier pour les blessés dans les écoles des départements de l’Est et du Nord. Toutes les écoles doivent pouvoir recevoir des blessés : « Chaque école doit devenir une infirmerie ; chaque instituteur, un infirmier ; chaque institutrice une sœur de charité, et, s’il y a lieu, la durée des vacances sera prolongée30 ». Par suite, une circulaire de l’inspecteur d’académie le 29 août charge particulièrement les inspecteurs primaires et les délégués cantonaux de mobiliser les instituteurs31.

  • 32 AD de la Somme, 60 T 192 ; Moniteur…, op. cit., n° 40, 31 août 1870, p. 242.

L’Inspecteur d’Académie à MM. les Instituteurs communaux du département de la Somme. Messieurs, comme en 1792, nous pourrions presque pousser ce cri d’alarme : La Patrie est en danger. Mais, comme en 1792, la France, j’en ai la ferme conviction, sortira triomphante de cette rude épreuve. Votre devoir en ce moment difficile est tout tracé : rassurer les populations qui vous entourent, entretenir, réchauffer leurs sentiments patriotiques ; leur rappeler les sublimes sacrifices qu’en de semblables circonstances se sont imposés nos pères ; les disposer par vos exhortations et vos exemples à la même abnégation et aux mêmes vertus ; enfin prêter un concours absolu et sans limites aux autorités locales pour la défense de la Patrie ; voilà les obligations qu’il est à peine besoin de rappeler à des hommes de cœur comme vous, qui, en étudiant l’histoire de notre pays, ont appris combien de sang et de peines a coûté l’édifice de sa grandeur et ne consentiraient jamais à voir abaisser, devant une nation à peine née d’hier, le glorieux drapeau de la France, qui, depuis plus de dix siècles, a été l’étendard de la civilisation32.

2. La Défense nationale et l’occupation allemande

  • 33 Renaud Quillet, « La contribution de la ville d’Amiens à la levée des troupes en 1870… », op. cit.,(...)

7La nouvelle de Sedan, parvenue le 4 septembre à Amiens, propulse les républicains aux principaux postes de commande, à commencer par la préfecture. C’est la conséquence de l’appel d’air créé par l’évanouissement de l’administration impériale et par la révolution parisienne du même jour33. Renvoyant à Daudet, on peut rappeler le cri qu’il aurait eu alors : « La République, je ne sais pas ce que c’est, mais vive ça si ça peut sauver la France » !

A) La Somme isolée : tenter de maintenir le lien avec le gouvernement

  • 34 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 363-364.
  • 35 Mireille Gueissaz, « Jules Barni (1818-1878) ou l’entreprise démopédique d’un philosophe républicai (...)
  • 36 Jules Barni, Le Manuel républicain (précédé de La morale dans la démocratie), Paris, Baillière, 187 (...)

8Cependant, à partir du 15 septembre, la Somme est quasi isolée du reste du pays, et le nouveau préfet, l’industriel républicain Jules Lardière, lance à son tour un appel patriotique le 26 septembre34. Entre-temps, le philosophe républicain amiénois et exilé genevois Jules Barni est revenu à Amiens. Il rencontre Gambetta, lui-même parti de Paris, à la préfecture de la Somme, aux premières heures du 8 octobre. Les deux hommes ont un long entretien. Libre penseur, Barni est partisan d’une morale universelle sans distinction de classe ou de fonction et d’un système scolaire unifié dans son enseignement et ses valeurs, tranchant donc nettement avec ce que sera la pratique d’un Ferry, et radicalement avec les idées d’un Jules Simon35. L’un des premiers, il a posé la nécessité d’une instruction publique commune à tous, fondée sur une morale pleinement démocratique, tout à la fois socle et moteur indispensable de la République. Sa réflexion philosophique et politique s’est encore enrichie des enseignements de son exil genevois. Il se prononce pour la gratuité de l’enseignement secondaire pour les élèves qui sont capables de le suivre. En revanche, il est hostile aux internats, même dans les lycées, car il considère que l’État n’est apte qu’à l’instruction, et non au reste de l’éducation, qui doit revenir aux familles36.

  • 37 Auguste Dide, Jules Barni, sa vie et ses œuvres, Paris, Alcan, 1891, p. 203.
  • 38 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 366 ; Jules BARNI, La morale dans (...)
  • 39 Pierre Antonmattei, Léon Gambetta, héraut de la République, Paris, Michalon, 1999, p. 120.
  • 40 Jean-Marie MAYEUR, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1984, (...)

9Il accepte immédiatement de suivre Gambetta à Tours, mais refuse la délégation du ministère de l’Instruction publique que celui-ci se proposait de lui obtenir de Jules Simon37. À Tours, dès le 10 octobre, Jules Barni prend la direction du Bulletin de la République, et y publie lui-même régulièrement des articles, qui seront ensuite réunis dans Le Manuel républicain 38. Le 10 novembre suivant, la Délégation de Tours ordonne aux instituteurs de lire aux habitants de leur commune Le Bulletin de la République, qui paraît trois fois par semaine39. Cet organe a pour but, non seulement de publier les actes officiels, mais aussi d’aider à l’instruction publique du peuple. C’est pourquoi les instituteurs doivent en commenter les articles pour démontrer que la République, seule, peut assurer la liberté, la grandeur et l’avenir de la France. Le Bulletin de la République doit exercer une propagande « moralisatrice » après le « despotisme », prévenir « par cette régénération intellectuelle et morale le retour des lamentables catastrophes qui accablent en ce moment la patrie40 ».

  • 41 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., p. 142.
  • 42 Ibid., p. 142-144.

10L’expérience est cependant d’une portée limitée, les circonstances altérant la diffusion du Bulletin et l’exécution des directives de la Délégation de Tours. La circulaire de cette Délégation relative aux lectures publiques du Bulletin de la République a été connue dans la Somme à la mi-novembre : « Une circulaire de Tours en date du 10 [novembre] annonce la création d’un bulletin de la République et charge les instituteurs d’en donner lecture le dimanche [sic] aux habitants des communes41 ». Au 17 novembre 1870, Abbeville est encore reliée à Amiens par chemin de fer42. Les autorités locales entreprennent d’appliquer la mesure :

  • 43 Ibid., p. 151-152.

Conformément aux instructions ministérielles des 25 octobre et 10 novembre, et à la circulaire préfectorale du 14 [novembre], le sous-préfet d’Abbeville vient de prendre un arrêté en vertu duquel le Bulletin de la République française [sic] sera lu tous les dimanches [sic], à partir du 27 de ce mois, par les instituteurs publics de la ville et des faubourgs, aux habitants réunis dans chaque école à des heures indiquées43.

  • 44 Ibid., p. 214.
  • 45 Ibid., p. 262.
  • 46 Renaud Quillet, « La contribution de la ville d’Amiens à la levée des troupes en 1870… », op. cit., (...)
  • 47 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 383-392 ; Charles LAMY, La Garde n (...)
  • 48 Renaud Quillet, « La contribution de la ville d’Amiens à la levée des troupes en 1870… », op. cit., (...)

11Mais dès le 26 novembre, les liaisons sont coupées avec Tours, même si des communications privées subsistent44. La Somme est alors en état de guerre depuis le 14 octobre. Les Prussiens entrent dans Montdidier le 1745. Le 27 octobre a lieu le combat de Villers-Bretonneux à l’Est d’Amiens46. À partir de novembre, la majeure part de la Somme est directement plongée dans la tourmente des combats. Le 27 novembre a lieu la bataille d’Amiens, série d’affrontements à l’Est et au Sud de la ville, entre Corbie et Dury47. Le lendemain, Lardière transfère l’administration départementale à Abbeville48. Dans cette ville, le 19 décembre 1870, l’ancienne maison Saint-Stanislas, qui était devenue une ambulance, est transformée en caserne.

B) Les locaux scolaires réquisitionnés et les combats

  • 49 Amiens, 1803-1980. Histoire d’un lycée, op. cit., p. 31-32 ; Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens…, (...)
  • 50 AD de la Somme, 60 T 192 ; Moniteur…, op. cit., n° 41, 15 septembre 1870, p. 258.
  • 51 Ibid., Moniteur…, op. cit., n° 43, 15 octobre 1870, p. 290.
  • 52 Bibliothèque municipale d’Amiens (désormais BM d’Amiens), C 1292 ; Auguste JANVIER, Mémoires, 23 ju (...)

12Entre-temps, dès septembre, les dortoirs du lycée d’Amiens sont transformés en ambulance qui accueille pendant près d’un an des blessés français puis prussiens49. À la même époque, l’inspecteur d’académie rappelle que la réouverture des écoles primaires est fixée au 15 septembre. Si celles-ci sont à cette date transformées en ambulance, les instituteurs concernés doivent mettre leurs élèves en congé50. Par la suite, un décret signé depuis Tours du 15 octobre, dispense les enseignants publics du service dans la Garde nationale mobilisée en vertu du décret du 29 septembre51. L’Instruction publique et la préfecture du département ont aussi essayé d’encadrer l’usage militaire des locaux scolaires ; l’inspecteur d’académie, le 18 octobre, rappelle que la transformation en corps de garde des salles de classe est interdite, alors que cela s’est produit dans certaines communes, en contravention avec les instructions du ministre de l’Instruction publique. Le préfet insiste pour que les instituteurs ne le tolèrent plus. Après la bataille d’Amiens, vite suivie de l’évacuation de la ville par les troupes françaises et de son occupation par les Prussiens, l’ambulance centrale est au Musée Napoléon et à la bibliothèque municipale, tandis que les ambulances dans des établissements scolaires amiénois sont au lycée et à la Providence52.

  • 53 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 408.
  • 54 Stéphane Audoin-Rouzeau, « Un vécu de terreur : la bataille de Saint-Quentin, le 19 janvier 1871 », (...)
  • 55 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 415-419.
  • 56 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., p. 244.
  • 57 Ibid., p. 253.
  • 58 Jacques Garnier, « Saint-Quentin », op. cit., p. 1161.
  • 59 BM d’Amiens, D 1303, Auguste Janvier, Histoire de la Guerre de 1870-1871 à Amiens et dans le départ (...)
  • 60 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 424-425.

13Très vite, un nouvel acteur entre en jeu, dont les Picards comptent qu’il pourra renverser la situation, le général Faidherbe. Ayant pris le 3 décembre le commandement de l’Armée du Nord, il passe bientôt à l’offensive53 et livre bataille au Nord d’Amiens, à Pont-Noyelles, sous la neige, le 23 décembre, repoussant victorieusement les assauts allemands, au prix de rudes épreuves pour ses hommes54. Il se replie ensuite sur Albert et Bapaume55. Le 24 décembre, deux professeurs du collège d’Abbeville, Angot et Bourbier, figurent parmi les quelques volontaires pour ramasser ou soigner dans les villages les blessés de la bataille de Pont-Noyelles restés sur le terrain56. Mais ceux-ci ont été emportés par l’Armée du Nord. Au lendemain de la bataille de Pont-Noyelles, de nombreux blessés Prussiens ont été transférés à Amiens, au musée, au lycée et à la Providence57. Après la bataille de Bapaume, le 2 janvier 187158, de nombreux autres blessés arrivent dans la capitale picarde, entraînant la création de trois nouvelles ambulances, à l’école normale et dans deux pensionnats laïcs59. Lorsqu’est signée l’Armistice, le 28 janvier 1871, la Somme est entièrement occupée60.

C) L’occupation allemande

  • 61 Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens…, op. cit., p. 37-38.
  • 62 Ibid., p. 38 ; BM d’Amiens, C 1292 ; Auguste Janvier, Mémoires…, op. cit., 22 janvier 1871.
  • 63 AM d’Amiens, 4 H 1/15.
  • 64 AM d’Amiens, 4 H 1/16.
  • 65 AM d’Amiens, 4 H 1/15.
  • 66 BM d’Amiens, A 2111, Journal d’une Amiénoise du 23 novembre 1870 au 26 août 1871, dimanche 15 et ma (...)
  • 67 AM d’Amiens, 1 R 26/1, Lycée de garçons d’Amiens (An V-1895).
  • 68 Emmanuel Berthe : Le lycée d’Amiens…, op. cit., p. 38 ; AM d’Amiens, 1 R 26/1, lettre du proviseur (...)
  • 69 AD de la Somme, 60 T 192.
  • 70 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 51-52, février 1871.
  • 71 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 53-54, mars 1871, p. 66.
  • 72 Ibid., p. 68.
  • 73 Ibid., p. 74.
  • 74 Ibid., p. 78.
  • 75 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 55, avril 1871.

14Comme la ville, le lycée d’Amiens subit 237 jours l’occupation prussienne, du 28 novembre 1870 au 22 juillet 187161. L’ambulance est établie dans le petit lycée62, le reste de l’établissement poursuivant son activité scolaire. Sous l’occupation prussienne, les ambulances militaires d’Amiens, qui ont également annexé l’établissement des Dames de la Sainte-Famille, près de la gare63, et le petit séminaire de Saint-Acheul64, dépendent du Feld Lazareth n° 8, structure sanitaire correspondant semble-t-il au VIIIe Corps d’Armée du général Von Goeben65. À la mi-janvier 1871, il y a plusieurs centaines de blessés à la Providence66. Le lycée d’Amiens, quant à lui, malgré les contraintes de son statut d’ambulance militaire, fonctionne durant toute l’année scolaire 1870-187167. Les cours se poursuivent sauf pour les « pensionnaires libres », qu’il ne peut recevoir, ce qui ampute ses revenus68. D’autres éléments prouvent une assez grande continuité de l’activité scolaire dans la Somme. Le Moniteur de l’Instruction primaire du département de la Somme, créé en 1869, a ainsi continué à paraître deux fois par mois durant la guerre et l’occupation allemande, sauf en décembre 187069. Un avis pour les candidatures à l’école normale pour la rentrée 1871 fixe la date d’inscription à une période comprise entre le 1er et le 30 avril70. Une circulaire de l’inspecteur d’académie du 30 mars 1871 fixe les congés de Pâques du 5 au 11 avril71. La session du certificat d’études primaires de 1871 est prévue en mai et juin par un avis de l’inspecteur d’académie du 25 mars72. Le programme de la session du brevet de capacité de mars 1871 paraît lui-même peu affecté par l’occupation, y compris dans une matière sensible comme l’histoire, puisqu’il est proposé entre autres une comparaison entre Jean le Bon et Charles V73. Dans le même numéro du Moniteur de l’Instruction primaire du département de la Somme, paru sous l’occupation allemande en mars 1871, une note anonyme fait l’éloge de l’usage des montgolfières durant le Siège de Paris74. Une circulaire de Jules Simon au recteur du 28 mars 1871, se référant aux « événements actuels », condamne la Commune de Paris et réclame l’appui des personnels de l’Instruction publique contre celle-ci75.

D) Une libération rapide

  • 76 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., p. 532.
  • 77 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 427-428.
  • 78 Ibid., p. 428-429.
  • 79 AM d’Amiens, 1 R 26/1.
  • 80 Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens…, op. cit., p. 38 ; AM d’Amiens, 4 M 2/11, Lycée, lettres à Albe (...)
  • 81 AM d’Amiens, 4 H 1/16, lettre de Grandidier au maire d’Amiens le 14 avril 1871.
  • 82 Ibid., lettre du directeur de l’école normale au maire d’Amiens le 25 mars 1871.
  • 83 Archives nationales (désormais AN), F17 9275, Procès-verbal de la séance du 22 janvier 1872 de la c (...)
  • 84 AD de la Somme, 60 T 192, Rapport annuel du conseil départemental de l’Instruction publique au cons (...)
  • 85 Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens…, op. cit., Annexe C, p. 137-138.
  • 86 AM d’Amiens, 1 R 26/1.
  • 87 BM d’Amiens, C 1292, Auguste Janvier, Mémoires…, op. cit., 27 juillet 1871.
  • 88 BM d’Amiens, D 1298, lettres adressées à Auguste Janvier du 4 mai 1865 au 25 novembre 1880, lettre (...)
  • 89 BM d’Amiens, D 1298, lettre de Louis Dewailly le 29 juillet 1871.

15Le 7 juin 1871, Abbeville est définitivement évacuée par les Prussiens et occupée le 11 juin, par des éléments du 33e de ligne76. Le 22 juillet suivant, à peine les occupants partis du chef-lieu du département, les drapeaux tricolores surgissent et une effervescence joyeuse se répand77. Quelques jours après, c’est la même liesse qui accueille un bataillon du 33e de ligne venu d’Arras78. Le petit lycée a été évacué par les Prussiens dès le 11 mars79. Quelques détériorations y ont eu lieu : la remise en état nécessaire semble se limiter à la pose de carreaux, au rescellement d’une table de marbre, à la remise en place de poêles et au raccordement de maçonneries, ainsi qu’au remplacement du papier peint du parloir80. À la mi-avril, le supérieur de l’école libre de la Providence se réjouit quand le maire lui annonce l’évacuation de l’ambulance de son établissement, ce qui lui permettra de loger les élèves après Pâques81. Quant à l’école normale, selon son directeur, elle aurait été laissée dans un triste état par les Prussiens82. Mais, dès le 18 avril 1871, il n’y avait plus de trace du séjour des malades prussiens et l’École a été nettoyée et passée à la chaux. La rentrée aura lieu le 2 octobre83, repoussée par une épidémie de typhoïde, ce qui fait que l’École n’a connu que 5 mois d’études en 1870-187184. Dans la mesure où elle a été perturbée, la vie scolaire locale reprend bientôt son cours. Certes, il n’y a pas d’assemblée générale et de banquet des anciens élèves du lycée d’Amiens en 1871 et 187285. Mais dès le 21 juin 1871, une lettre du maire sollicite l’appui de Jules Simon pour l’agrandissement du lycée86, et, le 27 juillet, un concert de la musique de la Garde nationale sédentaire, vêtue « en bourgeois », a lieu dans cet établissement87. Simultanément, la municipalité d’Amiens se préoccupe d’organiser le concours annuel des écoles communales88 et de faire inspecter les écoles de filles89.

3. Après la guerre : volonté de réforme scolaire et enjeux de mémoire

16Au départ des Allemands, la liesse semble donc s’imposer dans toute la Somme. On peut alors se croire revenu aux belles heures de juillet 1870. Pourtant, le conflit a bien eu lieu, avec son cortège d’amertumes, de souffrances et de sacrifices, et la défaite, que nul ne peut oblitérer. Ne pouvant être évacuée des esprits, comment allait-on en gérer les conséquences, le souvenir et l’héritage ?

A) le retour à la « normale » au niveau scolaire sans changement notable

  • 90 Jean-François Condette, « L’académie d’Amiens et les successions rectorales », dans Bruno Poucet (d (...)
  • 91 Bruno Poucet, « L’inspection d’académie et les inspecteurs d’académie des départements de l’Aisne, (...)
  • 92 Daniel Toussaint, « Un examen pour les instituteurs… », op. cit., p. 82.
  • 93 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 34, 31 mai 1870, p. 148-149, et n° 53-54, mars 18 (...)
  • 94 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 37, 15 juillet 1870, p. 194 ; Daniel Toussaint, L (...)
  • 95 AN, F17 11966, procès-verbaux des séances des commissions d’examen. En revanche, il semble que le n (...)
  • 96 AM d’Amiens, 1 R 5/7, Concours entre les élèves des écoles primaires d’Amiens et distribution des p (...)
  • 97 AM d’Amiens, 1 R 24/6, Distribution des prix (1870-1881).
  • 98 AM d’Amiens, 1 R 26/2, Lycée de garçons, lettre du proviseur au maire d’Amiens le 30 juillet 1871.

17On doit noter en premier lieu que la guerre, la chute de l’Empire, l’occupation ennemie et la défaite n’ont pas bouleversé les cadres de l’Instruction publique. Ainsi, Jules Fleury demeure recteur de l’académie de Douai de 1865 à 187890 et D. Bertrand, inspecteur d’académie de la Somme, de 1866 à 187291. De même, de 1864 à 1873, la composition des commissions d’instruction primaire, chargées notamment de délivrer le brevet de capacité, ne change pratiquement pas dans la Somme92. En ce qui concerne les examens scolaires proprement dits, les sessions du brevet de capacité ont lieu normalement dans la Somme au printemps (mars et avril) et à l’été (juillet), tant en 1870 qu’en 187193. Il en est de même des concours d’entrée à l’école normale d’Amiens (fin juillet et début août)94. À population comparable, le nombre de candidats et celui des lauréats au brevet de capacité et à l’entrée à l’école normale semblent équivalents à ceux des autres départements de l’académie de Douai (dont le Nord et le Pas-de-Calais non occupés) et des années précédentes95. Le concours annuel entre les élèves des écoles primaires d’Amiens a bien lieu en juillet 187196 ; la distribution des prix des écoles primaires communales de garçons et des cours municipaux de botanique et de zoologie de la même ville, est organisée le 13 août suivant97. Enfin, la distribution des prix du lycée d’Amiens a lieu le 10 août 1871, un an presque jour pour jour après celle de 187098.

  • 99 Daniel Toussaint, « La préparation du brevet de capacité primaire… », op. cit., p. 605.
  • 100 Daniel Toussaint, « Un examen pour les instituteurs… », op. cit., p. 84.
  • 101 AD de la Somme, 60 T 3518, États de situation des écoles publiques et libres.
  • 102 AD de la Somme, 60 T 192, Rapport annuel du conseil départemental de l’Instruction publique au cons (...)
  • 103 AN, F17 9275, rapport du préfet au conseil général de la Somme sur les statistiques des écoles en a (...)

18L’école d’avant-guerre est loin d’avoir disparu d’un coup : l’offensive congréganiste dans l’enseignement primaire féminin de la Somme, engagée sous l’Empire, se poursuit dans les premières années de la République99. Le préfet de l’Ordre moral dissout le cercle départemental de la Ligue de l’Enseignement le 3 décembre 1873. À l’arrivée de Jules Ferry, près de 70 % des maîtresses ne seront pas brevetées. Une proportion comparable est composée de religieuses, exemptées du brevet. Chez les garçons, en revanche, 98 % des titulaires et 80 % des adjoints sont laïcs et généralement brevetés100. L’histoire sainte et le catéchisme demeurent des éléments très importants dans les contenus scolaires dans les années 1870. Par ailleurs, les visites des écoles primaires publiques et privées et les inspections de leurs maîtres ont été faites normalement durant l’année scolaire 1870-1871. Leurs comptes rendus sommaires ne font pas allusion aux combats et à l’occupation allemande101. Durant l’année scolaire 1870-1871, aucune sanction n’a été prise contre un instituteur dans le département, en dépit du climat tendu lié aux événements102. Certaines écoles ont été néanmoins fermées ou transformées en corps de garde. Bien plus tard, quand arrive l’été 1873, il apparaît encore que beaucoup de maisons d’école et de logements d’instituteurs laissent à désirer car dans certaines communes, les malheurs de la guerre ont ajourné les travaux prévus103, même s’ils n’ont, semble-t-il, pas provoqué de dommage significatif.

B) Des volontés de réformes

  • 104 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 67, 15 octobre 1871, p. 298-304.
  • 105 Ernest Prarond, Après les Prussiens, 1876, précédé de Journal d’un Provincial pendant la Guerre, Ab (...)

19Un souci renforcé de l’institution scolaire perce néanmoins. Ainsi, la contribution d’un nommé Wirth, sans doute extérieur au département, parue dans les pages non officielles du Moniteur de l’Instruction primaire du département de la Somme en octobre 1871, insiste sur l’utilité d’apprendre l’allemand à l’école primaire, cette langue étant d’après l’auteur l’un des deux points jusque-là par trop négligés dans cet enseignement, avec la géographie104. L’érudit abbevillois Ernest Prarond, patriote avéré de sympathie républicaine, rend hommage parmi les personnes ayant rendu service pendant la guerre, cette « noblesse démocratique », aux « instituteurs105 ». À la veille de la guerre, dans son fameux discours de la Salle Molière à Paris, Ferry avait déjà dessiné l’ambition scolaire des républicains :

  • 106 Jules Ferry, « Discours à la Salle Molière », Paris, 10 avril 1870.

L’œuvre de notre temps […], je la définis ainsi : faire disparaître la dernière, la plus redoutable des inégalités qui viennent de la naissance, l’inégalité d’éducation. […] Et, quant à moi, lorsqu’il m’échut ce suprême honneur de représenter une portion de la population parisienne à la Chambre des députés, je me suis fait un serment : entre toutes les nécessités du temps présent, entre tous les problèmes, j’en choisirai un auquel je consacrerai tout ce que j’ai d’intelligence, tout ce que j’ai d’âme, de cœur, de puissance physique et morale, c’est le problème de l’éducation du peuple106.

  • 107 Ernest Lavisse, L’Invasion dans le Département de l’Aisne, Laon, Coquet, 1872, p. 96.
  • 108 Ernest Lavisse, Questions d’enseignement national, Paris, Armand Colin, 1885, cité dans Daniel Tous (...)

20Dans la brochure qu’il publie sur l’invasion dans l’Aisne au lendemain du conflit, Ernest Lavisse conclut sur le devoir commun d’instruction et d’éducation : « nous apprendrons tout ce que savent nos ennemis et que nous ignorons, nous ferons passer nos enfants par l’école et par l’armée : de l’école et de l’armée, toutes deux régénérées, la discipline refluera dans les familles et dans la société107 ». Bientôt viendra la fameuse sentence : « [si l’écolier] ne devient pas un citoyen pénétré de ses devoirs et un soldat qui aime son fusil, l’instituteur aura perdu son temps108 ». Prarond, pour la Somme, lui fait écho :

  • 109 Ernest Prarond, Après les Prussiens, op. cit., p. 43-44.

Il faut créer un peuple avide d’apprendre. Cela sera difficile peut-être et cependant le salut de la France est dans cette tentative. Pourquoi, dans quelques centaines d’années, bien entendu, un laboureur n’irait-il pas au labour, un Virgile suspendu au manche de sa charrue ? Cela nous paraît un rêve parce que nous sommes en France. Le rêve ne nous paraîtrait-il pas moins irréalisable si nous habitions un de ces pays étrangers, Allemagne, Écosse, Suisse, où l’éducation est plus répandue, plus librement protégée et plus avancée qu’en France109 ?

C) Les évolutions politiques : les progrès républicains

  • 110 Renaud Quillet, La gauche dans la Somme, 1848-1924, Amiens, Encrage, 2009, p. 28.
  • 111 Jean-Christophe Franquelin, Étude des hommes politiques de la Somme de 1871 à 1914 à travers les él (...)
  • 112 C. Pietrzykowski, Jules-Romain Barni (1818-1878), maîtrise, Université de Picardie Jules Verne, 199 (...)
  • 113 Jules Barni, Le Manuel républicain, op. cit., p. 312.
  • 114 Blandine Quennehent, L’instituteur et l’Église dans la Somme au XIX e  siècle, Amiens, Eklitra, 19 (...)
  • 115 Daniel Toussaint, « La préparation du brevet de capacité primaire… », op. cit., p. 584.

21Même si la gauche picarde demeure minoritaire au scrutin de février 1871, elle a franchi un seuil significatif depuis 1869 et la Guerre franco-allemande a constitué un saut qualificatif et quantitatif particulièrement sensible pour l’implantation du parti républicain dans le département110. Jules Barni n’y est pas pour rien. De retour dans la Somme après la guerre, il pousse résolument à la républicanisation et à la laïcisation de l’École. En 1875, il obtient dans le département la création d’une Caisse des Écoles destinée à favoriser la tenue de cours publics et de conférences et l’ouverture de bibliothèques populaires111, et, en 1876, il y est l’instigateur de la « fête des écoles », imitée de la « fête des promotions » pratiquée en Suisse112. Parallèlement, il en appelle, sur place et de sa tribune parlementaire, à la participation des enseignants à l’administration, non seulement des facultés, mais aussi des écoles et des lycées113. Soucieux de diffuser aussi largement que possible l’accès au savoir et à la culture, il est aussi favorable à une instruction complémentaire des conscrits durant leur service militaire. Sa dernière initiative intervient le 23 mars 1877, un peu plus d’un an avant sa mort. Il dépose une proposition de loi réorganisant l’enseignement primaire dans un sens laïque et prévoyant la création de deux écoles normales par département, une de filles et une de garçons114. Sa mort précoce, en 1878 devait l’empêcher de tenir dans l’enracinement de la Troisième République et dans son œuvre scolaire le rôle d’un Ferdinand Buisson. Il voit cependant une part de ses idéaux se réaliser dans la Somme. Son impulsion, relayée par ses amis républicains, donne au département un rôle pionnier dans la laïcisation de l’enseignement primaire et l’essor de l’enseignement féminin. Une école normale d’institutrices et des cours secondaires de jeunes filles ouvrent à Amiens dès 1876115.

D) Construire la mémoire de la guerre au service de la patrie

22Entre-temps, l’Instruction publique locale a commencé à être sollicitée par le souvenir du conflit et le redressement patriotique. Dès 1872, un rapport officiel témoigne :

  • 116 AD de la Somme, 99 T 397164, Rapports annuels du conseil départemental de l’Instruction publique au (...)

Mais il est un point sur lequel nous pouvons dire que le département de la Somme a devancé les autres départements : il s’agit des évolutions militaires, qui sont enseignées dans la plupart des écoles de l’arrondissement d’Abbeville, dans un grand nombre d’écoles de l’arrondissement de Péronne, et qui commencent à se répandre dans les autres arrondissements. Les élèves ont beaucoup de goût pour ces exercices qui donnent de la force et de la souplesse au corps et qui, de l’aveu même des meilleurs instituteurs, forment les enfants à la discipline. Nos instituteurs n’oublient pas d’ailleurs que leur tâche ne se borne pas à former le corps et l’intelligence de leurs élèves, mais qu’ils ont encore à élever leur cœur, à leur inspirer des sentiments moraux et religieux, à nourrir et à fortifier dans leurs âmes le culte du devoir et l’amour de la patrie. Aussi avons-nous vu les écoles de la Somme s’associer avec empressement à toutes les entreprises patriotiques, et maîtres et élèves s’empresser d’apporter leur modeste obole à la souscription pour la libération du sol et à l’œuvre qui avait pour but d’élever des tombeaux aux soldats morts pendant la dernière guerre sur les champs de bataille de la Picardie116.

  • 117 AM d’Amiens, 1 I 21/1.

23La mémoire du conflit se manifeste et s’entretient de la manière la plus intense par les rites commémoratifs de ses principaux épisodes guerriers. Le plus impressionnant de ces rites est la commémoration annuelle du combat de Dury. Le premier anniversaire, le 27 novembre 1871, est marqué par l’inauguration du monument aux morts et par un discours du maire d’Amiens riche en références religieuses117. Les élus républicains reprennent la présidence de cette cérémonie à partir de 1876, y associant étroitement maîtres et élèves et lui donnant un caractère résolument laïque. René Goblet, alors maire d’Amiens, recevant pour celle-ci le monument aux morts de l’ancienne Garde nationale, exalte « ce pieux hommage ». Il précise :

  • 118 Ibid.

Quant à nous, nous conserverons fidèlement le monument confié à notre garde et nous nous efforcerons d’entretenir les souvenirs qui y sont attachés, non pour nourrir de longues haines qui répugnent à nos cœurs mais pour veiller sur nous et nous maintenir toujours à la hauteur des nouveaux devoirs que l’avenir peut nous imposer. Chaque année, j’en prends l’engagement, nous reviendrons ici et nos successeurs reviendront après pour honorer la mémoire des braves qui ont arrosé cette terre de leur sang et méditer les graves heures que cet anniversaire nous rappelle : Enfants de nos écoles, nous avons tenu à vous convoquer à cette triste mais grande solennité. Instruisez-vous à la spartiate, fortifiez-vous de corps et d’âme, et devenez un jour des citoyens libres, fiers de votre patrie, capables de la servir et de la défendre au besoin afin que, plus heureux que nous, vous ne voyiez jamais l’ennemi violer le sol de la France118.

24En quelques mots, Goblet met en avant quelques idées appelées à devenir récurrentes dans les commémorations ultérieures car elles forment la colonne vertébrale du patriotisme départemental relayé par l’École : souvenir douloureux et ému du sacrifice des combattants ; confiance dans une armée loyale et rénovée, indissolublement liée à la patrie républicaine ; rejet ostensiblement proclamé – d’autant plus qu’il n’était pas spontané – de toute haine du vainqueur, mais ferme volonté de prévenir le retour des désastres ; fidélité de la mémoire ; association des nouvelles générations au culte du souvenir pour forger leur âme à leur futur métier de citoyen et de soldat. En 1878, son successeur et ami Alphonse Delpech proclame :

  • 119 AM d’Amiens, 1 I 21 1.

En conservant et en transmettant aux jeunes générations qui nous entourent, le souvenir de ceux qui ont combattu pour la Patrie, nous devons nous recueillir et méditer les enseignements que cet anniversaire nous rappelle. […] Je remercie également cette jeunesse du Lycée et de nos écoles normales et municipales dont je sens le cœur tressaillir aux mots de Patrie, d’Honneur et de Liberté, et qui (ce qu’à Dieu ne plaise) s’il fallait un jour défendre ces biens si précieux saurait, j’en ai la confiance, mettre au service de notre pays tout ce qu’il est en droit d’attendre de citoyens fiers et libres119.

25En 1879, il relève :

  • 120 Cette débauche de majuscules, étendue aux adjectifs, figure dans la plaquette imprimée du discours.
  • 121 AM d’Amiens, 1 I 21 1.

C’est avec une joie patriotique que je vois rangée autour de nous, avec ses Professeurs et Instituteurs, cette jeunesse du Lycée et de l’École Normale et de nos Écoles municipales, qui, instruite par nos fautes et nos défaillances, inspirée par l’éducation Nationale qu’elle reçoit dans nos Établissements120 publics, saura un jour justifier les espérances de la Patrie121.

  • 122 Le Progrès de la Somme du 28 novembre 1878.
  • 123 Le Journal d’Amiens du 27 novembre 1899.
  • 124 Rosemonde Sanson, Les 14 juillet, fête et conscience nationale, 1789-1975, Paris, Flammarion, 1976, (...)
  • 125 Jean Baubérot, La morale laïque contre l’ordre moral, Paris, Le Seuil, 1997, p. 243.
  • 126 AD de la Somme, 14 J 4, Herménégilde Duchaussoy, Journal de Guerre, 2 et 5 septembre 1914 ; AD de l (...)

26On constate une reprise quasi identique du discours de René Goblet, que ne saurait simplement justifier un éventuel manque d’inspiration de l’orateur. Les éléments qui le composent sont bien les piliers de l’éducation et de la conscience patriotiques et républicaines, inscrites dans une idéologie nationale, mais illustrées par l’expérience locale. En 1878, à la suite de l’allocution de Delpech, après avoir passé en revue « les petits soldats de l’avenir » du bataillon scolaire et « félicité leurs maîtres », il accorde à tous les élèves présents « un congé pour l’après-midi122 ». Les vingt années suivantes voient se répéter, dans le discours du maire d’Amiens à la cérémonie de Dury, les traits essentiels éprouvés dans les allocutions des premières années. Malgré les craintes de certains vétérans de 1870, la jeunesse est à l’évidence, et très majoritairement, demeurée clairement patriote. Près de trente ans après, elle peut même être à l’initiative de certaines manifestations, comme semble-t-il en novembre 1899, à Plachy-Buyon, où les jeunes de la commune vont s’incliner sur la tombe d’un « petit chasseur » mort durant les escarmouches qui ont précédé la bataille d’Amiens123. Cependant, si les bataillons scolaires ont eu leur heure de gloire dans les années 1880, essentiellement à Amiens, ils disparaissent comme partout à l’aube des années 1890, victimes de l’échec du boulangisme et du recul temporaire des radicaux, éclaboussés par Panama124. Dans le même temps, l’école laïque, comme dans l’ensemble du pays, développe de plus en plus volontiers dans ses cours de morale l’opposition entre la guerre, mauvaise, qui tue, et la science, bienfaitrice, qui sauve125. Pourtant, le souvenir de la Guerre franco-allemande ressurgit en 1914 avec une grande force chez les enseignants, anciens élèves et normaliens de 1870, ainsi qu’en témoigne l’Amiénois Herménégilde Duchaussoy, maintenu dans son poste au lycée d’Amiens à l’âge de la retraite par le fait de la Grande Guerre126.

 

  • 127 Bruno Poucet, « Introduction générale », dans Bruno Poucet (dir.), Mille ans d’éducation en Picardi (...)
  • 128 Philippe Nivet, La France occupée, 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2011, p. 78-81.
  • 129 Renaud Quillet, La gauche…, op. cit., p. 131.

27La Picardie est l’une des régions de France où l’alphabétisation a été la plus ancienne, l’une de celles où le développement de l’enseignement primaire a précédé la loi Guizot, et, aujourd’hui, l’une de celles qui ont les plus mauvais résultats au baccalauréat et celle où le nombre d’étudiants est, proportionnellement, le plus faible de France127. Mis en avant particulièrement depuis la résurrection de l’académie d’Amiens, ce retard est identifiable dès la Troisième République, malgré l’action scolaire incontestable des républicains locaux. Peut-on, peu ou prou, incriminer les effets de la Guerre franco-allemande ? Il n’y a pourtant pas eu de tentative tangible de germanisation de l’École et il est très tôt évident dans les deux camps, si tant est que la chose ait été envisagée, que la Picardie ne sera pas annexée ni même durablement occupée. Il n’y a pas eu non plus de déscolarisation massive et durable, à l’inverse de ce que l’on a pu observer en zone occupée ou de front de 1914 à 1918128. Il nous semble donc que le retard scolaire ultérieurement accumulé dans la Somme, et, peut-être, plus largement, dans le Nord de la France, soit, plutôt qu’au fait guerrier, à attribuer à des facteurs économiques, sociaux et démographiques, tels que ceux identifiés dès 1957 par Philippe Pinchemel à propos de la dépopulation des campagnes picardes. La Somme appartient certes encore, dans les années 1870, à la France la plus instruite. Mais elle constitue en même temps un secteur où il est assez aisé d’obtenir un emploi dans l’agriculture ou l’industrie, ce qui n’incite pas à préférer longtemps l’école au travail129. Dans ses aspects comme dans ses effets, la Guerre franco-allemande, sur le terrain scolaire, nous semble ainsi devoir se caractériser par trois phénomènes repérables dans la Somme, mais plus ou moins vérifiables à l’échelle nationale. En premier lieu, l’importance, sur le théâtre des opérations et la zone d’occupation, des établissements scolaires, ainsi appelés à jouer un rôle important sur le plan sanitaire et logistique. En second lieu, le rôle sans précédent des instituteurs publics comme relais des pouvoirs publics dans la mobilisation du pays et la prédication du patriotisme. Cela se manifeste dès avant Sedan, et, bien entendu, sous la Défense nationale. Cela est confirmé avec éclat par leur place nouvelle dans les commémorations patriotiques d’après-guerre. L’instituteur tend à supplanter le prêtre, même si l’Église catholique, spirituellement et matériellement, tient encore sa place dans les conflits du siècle suivant. En dernier lieu enfin, au trend instructionniste qui marque l’Instruction publique au XIXsiècle, semble se surimposer, sans l’annuler cependant, un trend éducationniste. Cette inflexion aurait peut-être été nécessairement provoquée par les contraintes de la conquête républicaine du pouvoir, mais il nous paraît plausible qu’elle ait été renforcée par l’expérience de la guerre, accusant sous Ferry le clivage entre enseignement primaire et enseignement secondaire, mais aussi complexifiant l’image et la réalité de l’école républicaine, à la fois structure d’instruction, mais aussi d’éducation.

Notes

1 Daniel Toussaint, L’invention de l’instituteur et de l’institutrice au XIXe siècle dans la Somme, préface de Bruno Poucet, Amiens, Encrage, 2012, 366 p.

2 Pour reprendre la vision stimulante mais discutable d’Eugen Weber.

3 Renaud Quillet, « Le colportage de librairie en pays picard durant le second XIXe siècle : de l’apogée de sa réglementation au déclin de sa pratique », Revue du Nord, n° 385, avril-juin 2010, p. 351 et p. 364.

4 Jean-Jacques Darmon, Le colportage de librairie en France sous le Second Empire, Paris, Plon, 1972, p. 227-237 ; Philippe Pauchet , L’instituteur et la société dans la Somme au XIXe siècle (Textes et Documents), Amiens, 1989, p. 9 et 22 ; Archives départementales de la Somme (désormais AD de la Somme), 2 T 465.

5 Daniel Toussaint, « Un examen pour les instituteurs : le brevet de capacité de l’instruction primaire dans le département de la Somme, 1833-1880 », Histoire de l’Éducation, n° 94, mai 2002, p. 84.

6 Daniel Toussaint, « La préparation du brevet de capacité primaire : une contribution à la connaissance des réseaux scolaires dans la Somme de 1816 à 1879 », Revue du Nord, n° 371, juillet-septembre 2007, p. 584.

7 Daniel Toussaint, « Un examen pour les instituteurs… », op. cit., p. 84-85.

8 Ibid., p. 92-94.

9 Renaud Quillet, « Le colportage de librairie… », op. cit., p. 362.

10 Amiens, 1803-1980. Histoire d’un lycée, Amiens, CRDP, 1981, p. 30.

11 Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens au XIXe siècle, maîtrise sous la direction de Nadine-Josette Chaline, Université de Picardie Jules Verne, 1994, p. 98-99.

12 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens. Tome III : Amiens au XIXe siècle, Amiens, Piteux Frères, 1906, rééd. Marseille, Laffite Reprints, 1976, p. 320.

13 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur de l’Instruction primaire du département de la Somme, n° 37, 15 juillet 1870, p. 194.

14 Annie Crépin, Histoire de la conscription, Paris, Gallimard, Folio Histoire, 2009, p. 285-286 et 418.

15 Archives municipales d’Amiens (désormais AM d’Amiens), 4 H 1/16, Ambulances civiles (1870-1871).

16 AM d’Amiens, 4 H 1/16.

17 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial pendant la Guerre, Abbeville, 1870-1871, Paris, E. Thorin, Amiens, Prévost-Allo, 1874, suivi de Après les Prussiens, 1876, et de La Défense politique, 1877, p. 5.

18 Renaud Quillet, « La contribution de la ville d’Amiens à la levée des troupes en 1870. Une approche de la culture guerrière et politique des élites urbaines au XIXsiècle », dans Olivia Carpi et Philippe Nivet (dir.), Guerre et politique en Picardie aux époques moderne et contemporaine, Amiens, Encrage, Coll. Hier, 2007, p. 57.

19 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., 1877, p. 26.

20 Amiens, 1803-1980. Histoire d’un lycée, op. cit., p. 31.

21 AM d’Amiens, 1 R 24/6, Distribution des prix (1870-1881).

22 AM d’Amiens, 1 R 5/6, Concours entre les élèves des écoles primaires d’Amiens et distribution des prix (1867-1870).

23 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 39, 15 août 1870, p. 226 ; AM d’Amiens, 1 R 5/6, lettre de l’inspecteur d’académie à Albert Dauphin, maire d’Amiens, le 9 août 1870.

24 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., p. 16.

25 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 359.

26 Ibid., p. 360. En réalité, les dépenses de bouche seront couvertes par la ville d’Amiens, au moins en ce qui concerne l’ambulance du lycée (AMA, 4 H 1/15, Ambulances, 1870-1871).

27 AM d’Amiens, 4 H 1/16, lettre de Grandidier, supérieur de l’école libre de la Providence, au maire, 19 août 1870.

28 Dominique Duverlie, Les conséquences de la Guerre de 1870-1871 à Amiens, TER sous la direction d’Adeline Daumard, Amiens, Université de Picardie, 1971, p. 260.

29 AD de la Somme, 60 T 192 ; Moniteur…, op. cit., n° 40, 31 août 1870, p. 243.

30 Ibid., p. 244.

31 Ibid., p. 244-245.

32 AD de la Somme, 60 T 192 ; Moniteur…, op. cit., n° 40, 31 août 1870, p. 242.

33 Renaud Quillet, « La contribution de la ville d’Amiens à la levée des troupes en 1870… », op. cit., p. 58.

34 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 363-364.

35 Mireille Gueissaz, « Jules Barni (1818-1878) ou l’entreprise démopédique d’un philosophe républicain moraliste et libre-penseur », dans Les bonnes mœurs, Paris, PUF, CURAPP, 1994, p. 227-230.

36 Jules Barni, Le Manuel républicain (précédé de La morale dans la démocratie), Paris, Baillière, 1872, rééd. présentée par Pierre Macherey, Kimé, 1992, p. 290.

37 Auguste Dide, Jules Barni, sa vie et ses œuvres, Paris, Alcan, 1891, p. 203.

38 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 366 ; Jules BARNI, La morale dans la démocratie (suivi du Manuel républicain), op. cit., p. 19.

39 Pierre Antonmattei, Léon Gambetta, héraut de la République, Paris, Michalon, 1999, p. 120.

40 Jean-Marie MAYEUR, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1984, p. 20.

41 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., p. 142.

42 Ibid., p. 142-144.

43 Ibid., p. 151-152.

44 Ibid., p. 214.

45 Ibid., p. 262.

46 Renaud Quillet, « La contribution de la ville d’Amiens à la levée des troupes en 1870… », op. cit., p. 59.

47 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 383-392 ; Charles LAMY, La Garde nationale d’Amiens, 1789-1871, conférence à la séance du 24 mai 1907 des Rosati picards, Cayeux-sur-Mer, P. Ollivier, 1907, p. 47.

48 Renaud Quillet, « La contribution de la ville d’Amiens à la levée des troupes en 1870… », op. cit., p. 60.

49 Amiens, 1803-1980. Histoire d’un lycée, op. cit., p. 31-32 ; Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens…, op. cit., p. 38.

50 AD de la Somme, 60 T 192 ; Moniteur…, op. cit., n° 41, 15 septembre 1870, p. 258.

51 Ibid., Moniteur…, op. cit., n° 43, 15 octobre 1870, p. 290.

52 Bibliothèque municipale d’Amiens (désormais BM d’Amiens), C 1292 ; Auguste JANVIER, Mémoires, 23 juillet 1854 – 8 juillet 1883, 28 décembre 1870, et AM d’Amiens, 4 H 1 15.

53 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 408.

54 Stéphane Audoin-Rouzeau, « Un vécu de terreur : la bataille de Saint-Quentin, le 19 janvier 1871 », dans Philippe Nivet (dir.), La bataille en Picardie, Amiens, Encrage, 2000, p. 101-111.

55 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 415-419.

56 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., p. 244.

57 Ibid., p. 253.

58 Jacques Garnier, « Saint-Quentin », op. cit., p. 1161.

59 BM d’Amiens, D 1303, Auguste Janvier, Histoire de la Guerre de 1870-1871 à Amiens et dans le département de la Somme, sans date, p. 54-55.

60 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 424-425.

61 Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens…, op. cit., p. 37-38.

62 Ibid., p. 38 ; BM d’Amiens, C 1292 ; Auguste Janvier, Mémoires…, op. cit., 22 janvier 1871.

63 AM d’Amiens, 4 H 1/15.

64 AM d’Amiens, 4 H 1/16.

65 AM d’Amiens, 4 H 1/15.

66 BM d’Amiens, A 2111, Journal d’une Amiénoise du 23 novembre 1870 au 26 août 1871, dimanche 15 et mardi 17 janvier 1871. L’auteur, anonyme, est catholique pratiquante et assez conservatrice.

67 AM d’Amiens, 1 R 26/1, Lycée de garçons d’Amiens (An V-1895).

68 Emmanuel Berthe : Le lycée d’Amiens…, op. cit., p. 38 ; AM d’Amiens, 1 R 26/1, lettre du proviseur au maire le 28 février 1871.

69 AD de la Somme, 60 T 192.

70 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 51-52, février 1871.

71 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 53-54, mars 1871, p. 66.

72 Ibid., p. 68.

73 Ibid., p. 74.

74 Ibid., p. 78.

75 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 55, avril 1871.

76 Ernest Prarond, Journal d’un Provincial…, op. cit., p. 532.

77 Albéric de Calonne, Histoire de la Ville d’Amiens…, op. cit., p. 427-428.

78 Ibid., p. 428-429.

79 AM d’Amiens, 1 R 26/1.

80 Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens…, op. cit., p. 38 ; AM d’Amiens, 4 M 2/11, Lycée, lettres à Albert Dauphin, maire d’Amiens, de l’économe du lycée le 22 septembre 1871, et de l’architecte de la ville le 26 septembre 1871.

81 AM d’Amiens, 4 H 1/16, lettre de Grandidier au maire d’Amiens le 14 avril 1871.

82 Ibid., lettre du directeur de l’école normale au maire d’Amiens le 25 mars 1871.

83 Archives nationales (désormais AN), F17 9275, Procès-verbal de la séance du 22 janvier 1872 de la commission de surveillance de l’école normale.

84 AD de la Somme, 60 T 192, Rapport annuel du conseil départemental de l’Instruction publique au conseil général pour l’année 1870-1871 ; Moniteur…, op. cit., n° 69, 15 novembre 1871, p. 334.

85 Emmanuel Berthe, Le lycée d’Amiens…, op. cit., Annexe C, p. 137-138.

86 AM d’Amiens, 1 R 26/1.

87 BM d’Amiens, C 1292, Auguste Janvier, Mémoires…, op. cit., 27 juillet 1871.

88 BM d’Amiens, D 1298, lettres adressées à Auguste Janvier du 4 mai 1865 au 25 novembre 1880, lettre de Louis Dewailly, adjoint au maire d’Amiens, le 13 juin 1871.

89 BM d’Amiens, D 1298, lettre de Louis Dewailly le 29 juillet 1871.

90 Jean-François Condette, « L’académie d’Amiens et les successions rectorales », dans Bruno Poucet (dir.), Mille ans d’éducation en Picardie. Guide de recherche en histoire de l’éducation, Amiens, Encrage, Coll. Hier, 2008, p. 28.

91 Bruno Poucet, « L’inspection d’académie et les inspecteurs d’académie des départements de l’Aisne, l’Oise et la Somme », dans Bruno Poucet (dir.), Mille ans d’éducation en Picardie…, op. cit., p. 32.

92 Daniel Toussaint, « Un examen pour les instituteurs… », op. cit., p. 82.

93 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 34, 31 mai 1870, p. 148-149, et n° 53-54, mars 1871, p. 69 ; Daniel Toussaint, L’invention de l’instituteur au XIXe siècle : les brevets de capacité de l’instruction primaire de 1828 à 1879. L’exemple du département de la Somme, thèse, Université de Picardie Jules Verne, 2005, p. 600.

94 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 37, 15 juillet 1870, p. 194 ; Daniel Toussaint, L’invention de l’instituteur au XIX e  siècle…, op. cit., p. 601.

95 AN, F17 11966, procès-verbaux des séances des commissions d’examen. En revanche, il semble que le nombre de candidats et d’admis au baccalauréat du département de la Somme soit en net recul en 1871.

96 AM d’Amiens, 1 R 5/7, Concours entre les élèves des écoles primaires d’Amiens et distribution des prix (1871-1875).

97 AM d’Amiens, 1 R 24/6, Distribution des prix (1870-1881).

98 AM d’Amiens, 1 R 26/2, Lycée de garçons, lettre du proviseur au maire d’Amiens le 30 juillet 1871.

99 Daniel Toussaint, « La préparation du brevet de capacité primaire… », op. cit., p. 605.

100 Daniel Toussaint, « Un examen pour les instituteurs… », op. cit., p. 84.

101 AD de la Somme, 60 T 3518, États de situation des écoles publiques et libres.

102 AD de la Somme, 60 T 192, Rapport annuel du conseil départemental de l’Instruction publique au conseil général pour l’année 1870-1871, op. cit., p. 333.

103 AN, F17 9275, rapport du préfet au conseil général de la Somme sur les statistiques des écoles en août 1873.

104 AD de la Somme, 60 T 192, Moniteur…, op. cit., n° 67, 15 octobre 1871, p. 298-304.

105 Ernest Prarond, Après les Prussiens, 1876, précédé de Journal d’un Provincial pendant la Guerre, Abbeville, 1870-1871, Paris, E. Thorin, Amiens, Prévost-Allo, 1874, et suivi de La Défense politique, 1877, p. 23.

106 Jules Ferry, « Discours à la Salle Molière », Paris, 10 avril 1870.

107 Ernest Lavisse, L’Invasion dans le Département de l’Aisne, Laon, Coquet, 1872, p. 96.

108 Ernest Lavisse, Questions d’enseignement national, Paris, Armand Colin, 1885, cité dans Daniel Toussaint, L’invention de l’instituteur au XIX e  siècle…, op. cit., 2005, p. 399.

109 Ernest Prarond, Après les Prussiens, op. cit., p. 43-44.

110 Renaud Quillet, La gauche dans la Somme, 1848-1924, Amiens, Encrage, 2009, p. 28.

111 Jean-Christophe Franquelin, Étude des hommes politiques de la Somme de 1871 à 1914 à travers les élections législatives, maîtrise, Université de Picardie Jules Verne, 1989, p. 114.

112 C. Pietrzykowski, Jules-Romain Barni (1818-1878), maîtrise, Université de Picardie Jules Verne, 1995, p. 151.

113 Jules Barni, Le Manuel républicain, op. cit., p. 312.

114 Blandine Quennehent, L’instituteur et l’Église dans la Somme au XIX e  siècle, Amiens, Eklitra, 1999, p. 162.

115 Daniel Toussaint, « La préparation du brevet de capacité primaire… », op. cit., p. 584.

116 AD de la Somme, 99 T 397164, Rapports annuels du conseil départemental de l’Instruction publique au conseil général de la Somme. Brouillon du rapport pour l’année 1871-1872.

117 AM d’Amiens, 1 I 21/1.

118 Ibid.

119 AM d’Amiens, 1 I 21 1.

120 Cette débauche de majuscules, étendue aux adjectifs, figure dans la plaquette imprimée du discours.

121 AM d’Amiens, 1 I 21 1.

122 Le Progrès de la Somme du 28 novembre 1878.

123 Le Journal d’Amiens du 27 novembre 1899.

124 Rosemonde Sanson, Les 14 juillet, fête et conscience nationale, 1789-1975, Paris, Flammarion, 1976, p. 72.

125 Jean Baubérot, La morale laïque contre l’ordre moral, Paris, Le Seuil, 1997, p. 243.

126 AD de la Somme, 14 J 4, Herménégilde Duchaussoy, Journal de Guerre, 2 et 5 septembre 1914 ; AD de la Somme, 14 J 5, ibid., 2, 27 et 28 novembre 1914, 1er, 2 et 3 janvier 1915, 28 novembre 1915, 1er janvier 1916 ; AD de la Somme, 14 J 6, ibid., 26 novembre 1916, 25 novembre 1917.

127 Bruno Poucet, « Introduction générale », dans Bruno Poucet (dir.), Mille ans d’éducation en Picardie…, op. cit., p. 11.

128 Philippe Nivet, La France occupée, 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2011, p. 78-81.

129 Renaud Quillet, La gauche…, op. cit., p. 131.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search