Versione classicaVersione mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Georges Valois. L’homme contre l’argent

Lettre à Édouard Berth sur la ploutocratie en guise de conclusions

Testo integrale

1Mon cher Berth, c’est à vous que j’offre les conclusions de ces souvenirs de dix ans, à vous, et à tous ceux et à toutes celles, comme disait Péguy, qui sont, dans différents camps, en bataille contre la ploutocratie.

2Nous nous sommes séparés il y aura bientôt dix ans. Tous deux fils spirituels de Georges Sorel, et je crois pouvoir dire : ses fils préférés, nous avons fait route ensemble pendant plus de dix ans. Ensemble, nous avons fondé le Cercle Proudhon : c’était notre première machine de guerre contre la ploutocratie.

3Vint la guerre. Puis la révolution russe. Ces jours qui ébranlèrent le monde. L’angoisse entra dans nos cœurs. Nos pensées, nous n’osions plus nous les dire.

4Il fallait prendre position.

51919. Nos routes se séparèrent. Vous alliez au communisme. J’allais au fascisme.

6Nous allions toujours vers le même but, mais nous étions séparés, opposés, ennemis. Frères ennemis.

7Aujourd’hui, nous voyons mieux les raisons de nos décisions contraires, de notre opposition, de notre hostilité. Nous pouvons nous juger, et préparer de nouvelles décisions sur les résultats de deux grands événements.

8Le fascisme et le communisme ont échoué.

9Mais un État socialiste se construit en Russie.

10Et l’on ébauche des États ploutocratiques en Italie et ailleurs.

11Votre esprit, Berth, est plus philosophique que le mien ; mon esprit, plus réalisateur que le vôtre : en 1919, vous voyiez que le fascisme qui se préparait passerait sous le commandement de la ploutocratie ; je voyais que le communisme que l’on prétendait établir en Russie ne saurait pas faire travailler l’homme, et qu’il condamnerait des populations à la famine.

12Vous disiez : le socialisme tient le pouvoir en Russie ; qu’il le garde ! Même au prix de la famine. Il trouvera ensuite sa technique.

13Je disais : aucun pouvoir ne dure s’il ne nourrit pas l’homme. La défaite économique du communisme servira au triomphe de la ploutocratie, dans le monde entier. Coalisons les producteurs contre la ploutocratie, et le syndicalisme ouvrier entrera victorieux dans une société prospère.

14Édouard Berth, nous avons fait tous deux une grosse erreur : vous avez pu en juger ; sans la volonté formidable de Lénine, l’échec économique du communisme aurait livré une arme décisive à la ploutocratie internationale.

15Et le procès, vous le savez, n’est pas encore jugé : il n’y a pas de communisme en Russie ; il y a un Parti communiste qui règne, et qui construit une sorte d’État socialiste, avec les moyens d’un capitalisme d’État. Si ce socialisme échoue, ou même s’il abandonne la tâche (cela dépend de volontés fléchissantes), la faillite du socialisme, du communisme, du syndicalisme sera proclamée dans le monde entier. Et partout, la ploutocratie deviendra une tyrannie effroyable. Le procès est encore en cours.

16De mon côté, je confesse mon erreur. Ce fascisme, dont je pensais qu’il incorporerait le syndicalisme ouvrier à l’État, et qu’il préparerait ainsi la république des producteurs, animée par ce que Georges Sorel appelait la morale des producteurs, ce fascisme, qui fut l’œuvre de républicains, de socialistes et de syndicalistes, il est devenu en Italie un des moyens par lesquels deux impérialismes ploutocratiques étrangers à l’Europe essaient de contrôler des territoires et des peuples européens.

17Et nous voici à une heure tragique, où le destin du monde va peut-être se fixer pour un siècle.

18Champion des vieilles doctrines économiques, de ce libéralisme qui lui avait livré les marchés du monde, l’Angleterre veut coaliser l’Europe contre la Russie. Mais, champion de ce super-capitalisme triomphant aujourd’hui sur les marchés, l’Amérique veut disputer à l’Angleterre un rôle dont elle la juge indigne. Parlons net : l’État ploutocratique veut faire la guerre à l’État socialiste.

19Ainsi, pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire, l’État de la « légitimité » a-t-il fait la guerre à l’État démocratique. Ce grand duel historique s’est terminé aux champs de bataille de la Marne : la « légitimité » a été définitivement vaincue. Mais la ploutocratie s’est installée au pouvoir après 1918.

20Or si cette nouvelle guerre éclatait, entre l’Europe, « sous la direction de l’Angleterre », et une Russie, qui serait probablement alors l’alliée de l’Allemagne ; si, d’une manière quelconque, se déclenchait la guerre entre la Ploutocratie et le Socialisme, il n’est pas douteux que ce serait, non la guerre des États, mais la guerre des Classes. Et dans tous les États entrant dans la guerre, on verrait se constituer un front intérieur. La conclusion, ce ne serait pas nécessairement le triomphe de l’État ploutocratique ou de l’État socialiste. Ce pourrait être tout simplement le suicide de l’Europe, et un siècle ou deux, ou plusieurs, de barbarie.

21En 1920, je faisais les mêmes prévisions visant la Russie soviétique qui, échouant dans son œuvre économique, se lançait dans la guerre contre l’Europe. La défaite russe a sauvé l’État socialiste. La république soviétique, battue, a dû travailler, bâtir, construire, organiser. Si elle avait été victorieuse à Varsovie, elle aurait déchaîné la guerre et la révolution en Europe. Mais ce n’eût été alors qu’une gigantesque pillerie. Et la barbarie pour des décades ou des siècles.

22Aujourd’hui, devant la Russie qui a travaillé, qui organise une économie nouvelle sur d’immenses territoires, c’est la ploutocratie qui veut déchaîner la guerre. Je dénonce son infernale erreur comme j’ai dénoncé celle de Moscou en 1920. L’orgueil et l’avarice ploutocratiques font courir au monde le plus grand péril qu’il ait connu.

23Si l’événement se produit, chacun devra prendre parti. Pour Londres ou pour Moscou. Je demande que nous écartions ce péril. Que le travail triomphe de la guerre. Que nous coalisions des volontés contre cette ploutocratie qui mettrait la terre en feu.

24En 1910, Édouard Berth, lorsque nous dénoncions la ploutocratie, nous manquions d’expérience : nous dénoncions un être abstrait, presque fabuleux. Aujourd’hui, nous pouvons placer des noms sur cette face ploutocratique dont nous ne pouvions dessiner les traits il y a quinze ou vingt ans. Ce que j’apporte dans ces souvenirs de dix ans, c’est le récit des grandes escarmouches entre les forces ploutocratiques et les peuples, en avant du grand conflit qui se prépare. Vous savez que nos concitoyens n’ont pas encore compris ces luttes, et qu’ils croient encore aux luttes entre les vieux partis ; il est très difficile de leur faire entendre que tel nationaliste intégral et tel socialiste sont dans le même jeu, pour le compte de tel groupe financier. L’avantage que nous avons aujourd’hui, c’est de pouvoir montrer ces forces ploutocratiques en action, sous des visages humains. Afin de faire comprendre au peuple le vrai caractère encore caché des grandes luttes politiques et sociales de notre temps.

25J’apporte ici le résumé de notre expérience.

26Nous sommes dans la plus grande révolution que le monde ait connue : c’est une révolution planétaire ; l’humanité entre dans un nouvel âge, où elle sera obligée de se donner une organisation rationnelle, d’un bout du monde à l’autre bout, où les nations seront dans l’obligation d’entrer dans un concert général, pour l’exploitation de leur sol, l’échange de leurs produits, leurs méthodes de travail.

27La question est de savoir si cette mise en valeur scientifique de toute la planète sera faite sous le commandement de cent personnes, prodigieux magnats, tenant leur pouvoir de la possession des capitaux, ou de cent délégués à l’organisation du travail, collaborant avec d’innombrables organismes syndicaux et coopératifs, et tenant leur pouvoir des assemblées populaires.

28En d’autres termes, l’État sera-t-il au-dessus des trusts, ou les trusts seront-ils au-dessus de l’État ?

29La question tient en quelques lignes. Elle agite le monde entier. Et la réponse changera les destinées du monde. Si l’humanité trouve la solution qu’exigent la prospérité et la justice, elle entrera triomphalement dans le nouvel âge. Sinon, elle retombera lourdement dans la nuit, comme elle le fit après la chute de l’Empire romain, pour n’avoir pas trouvé alors la technique générale d’une société sans esclaves ni le frein à la barbarie.

30Les peuples cherchent passionnément la réponse à la question que leur pose l’histoire, car elle ne peut être éludée.

31Deux types d’État se dressent dans le monde : l’État ploutocratique et l’État socialiste ; l’État américain et l’État russe.

32Et il y a un troisième type d’État, de nature ploutocratique, mais arriéré : c’est l’État britannique qui correspond à l’économie d’il y a un demi-siècle.

33Après la guerre, il est apparu que les grands types d’État moderne entreraient un jour en lutte, pour l’hégémonie mondiale. Dès 1920, les gens qui voient dans le futur au-delà du proche avenir ont vu que l’État soviétique se préparait à coaliser les peuples de tout un continent.

34Dans le clan ploutocratique, a commencé une lutte entre deux puissances, entre deux impérialismes, pour la direction de la coalition des États « capitalistes » : c’est la lutte entre les États-Unis et l’Empire britannique.

35La lutte est sévère, parce qu’elle se produit entre deux systèmes politiques et économiques complets.

36L’État américain est un État de type moderne, répondant à l’économie la plus progressive du monde.

37L’État britannique est un État de type ancien, joint à une économie arriérée, dont la décadence est peut-être sans remède.

38L’État américain emploie les méthodes de l’impérialisme économique : il envoie des capitaux et des hommes d’abord dans les nations qu’il veut contrôler, et, plus tard il envoie des troupes, s’il y a lieu, non comme conquérants, mais comme policiers. L’État américain entend s’imposer par sa supériorité économique, et c’est au nom de sa puissance de création qu’il fait intervenir sa police le cas échéant.

39L’État britannique emploie les méthodes de l’impérialisme militaire ; il envoie des soldats et des navires d’abord, et, ensuite, sous la protection de cette force, des marchands.

40L’État américain fonde sa puissance sur l’augmentation de productivité qu’il détermine dans le monde.

41L’État britannique a fondé la sienne sur la rente qu’il se faisait donner par cent peuples à qui, sous la protection de ses canons et de la flotte, il vendait cher ses produits industriels et achetait bon marché leurs produits agricoles.

42Après la guerre, l’État britannique a compris sa terrible infériorité, et comment l’Empire menaçait ruine sous la double pression de l’État soviétique en Asie et de l’État américain dans le reste du monde. Il a voulu utiliser la force qui demeure entre ses mains pour se donner le temps de transformer sa vieille économie. Il a entrepris de coaliser les nations contre l’État soviétique ; il s’est posé en champion de l’ordre, du vieil ordre. Il a pensé que, s’il peut coaliser les nations contre Moscou, abattre la puissance soviétique, il contrôlera de nouveau l’Europe et l’Asie, et sera en mesure de lutter avec avantages contre le jeune impérialisme américain.

43Alors, en Europe, les deux impérialismes se sont disputé l’amitié des nations, en Allemagne, en Italie, en France, partout. Chacune selon sa méthode.

44Contre le communisme, l’Angleterre dit : la force.

45L’Amérique dit : les hauts salaires.

46Pour acquérir l’influence politique dans nos pays, l’Angleterre emploie ses vieilles méthodes de corruption directe.

47L’Amérique associe des hommes politiques et des hommes d’affaires à ses entreprises.

48L’Angleterre veut se faire verser un tribut. L’Amérique investit ses capitaux chez nous, et remploie sur place les bénéfices industriels.

49Pendant dix ans, on a vu les deux groupes jouer le jeu contraire, à nos dépens dans les deux cas.

50La grande bataille du franc, c’était la bataille entre les deux impérialismes, qui s’associaient des groupes français.

51Le franc était instable. Chacun des impérialismes tirait parti de la situation pour gagner ses positions éminentes en France.

52Le groupe franco-anglais jouait la revalorisation du franc : créancier des Français, en francs, par les prêts de toutes sortes, les achats de titres, etc., il condamnait la production, par la revalorisation, à lui payer un tribut d’année en année plus lourd.

53Le groupe franco-américain jouait l’inflation et la mise à mort du franc : il vidait les trésoreries des entreprises ; il les remplissait ensuite avec ses propres capitaux, achetait les actions à bas prix, contrôlait les affaires, et les rationalisait à la faveur de ces opérations.

54Les Français ont mis des années à comprendre que les opérations bancaires et économiques, faites à la faveur des troubles monétaires, avaient des conséquences plus étendues que certaines batailles. Ils ont donné quinze cent mille d’entre eux pour échapper au commandement de Guillaume empereur. Mais deux impérialismes les dépouillent de leurs biens et prennent les vrais commandements dans le pays sans qu’ils s’en aperçoivent. C’est une manière de faire la guerre autrement intelligente que l’ancienne. Il n’y a encore qu’un petit nombre de citoyens qui ont compris cela.

55Entre ces deux impérialismes, ou devant eux, il y a eu quelques groupes français, européens, qui ont joué le jeu de notre liberté, de notre indépendance : c’était celui de la monnaie stable, de la stabilisation. Mais beaucoup de producteurs français ont pris position pour l’inflation et beaucoup de rentiers pour la revalorisation. C’est ainsi que les grands intérêts ploutocratiques étrangers ont été favorisés par des complicités à l’intérieur.

56Le résultat, aujourd’hui, est que ces deux groupes étrangers possèdent en France des intérêts considérables qui leur servent de moyen de pression sur la politique française : le groupe franco-américain a acquis le contrôle d’un nombre énorme d’affaires ; le groupe franco-anglais a en portefeuille une énorme quantité de titres. Au point de vue économique, c’est le premier qui a agi avec le plus de perspicacité ; au point de vue politique immédiat, le second a de meilleures positions. Mais c’est le premier qui s’est le mieux placé pour l’avenir. Sa politique financière et économique a été en définitive la plus grande politique.

57Nous occupons la Rhénanie ; mais une grande partie de notre économie nationale est contrôlée par l’étranger.

58La bataille monétaire est terminée. Les deux impérialismes ne peuvent plus se dissimuler dans l’eau trouble. Ils s’abordent directement, en pleine vue. Et ce que ne voyaient pas les Français de 1919 à 1925, ils commencent à le voir aujourd’hui.

59La lutte se poursuit presque à visage découvert : Finaly d’un côté, et Coty de l’autre. Deux hommes, deux groupes, deux impérialismes, deux méthodes, deux conceptions du monde, deux ploutocraties. La bataille des journaux, où l’Ami du Peuple, de Coty, attaque Hachette de front, c’est la seconde bataille des deux groupes.

60Coty, c’est le groupe franco-anglais.

61Finaly, c’est le groupe franco-américain.

62Ils s’attaquent, mais ils se ménagent. Coty vise Finaly, mais se garde bien de le nommer. Il attaque Hachette, allié de Finaly, il désigne les puissances occultes de Wall Street (la bourse américaine). Mais il a peur de nommer l’homme qu’il voudrait tuer. Ni l’un ni l’autre ne veulent abattre les cartes devant le public français, à qui Coty joue la comédie du patriotisme.

63Nous autres, nous n’avons pas le même embarras qu’eux. Nous disons le fond de l’affaire très simplement. Et comment le jeu est conduit, avec les noms.

64Je l’ai déjà dit et je le répète, le jeu de Finaly est beaucoup plus fort que le jeu de Coty. Finaly a acquis le contrôle d’un nombre considérable d’entreprises, et il en surveille un nombre plus grand par voie de conséquence. Il a associé à ses opérations des hommes politiques, des hommes d’affaires, des industriels. La grande habileté de sa politique, c’est qu’elle s’associe des hommes ; elle n’en fait point des mercenaires que l’on fait pivoter. Les associés de Finaly sont sur le même plan que lui, exception faite pour les quelques besogneux, petits ou grands, que l’on trouve inévitablement dans toute opération.

65Il ne vassalise pas : il associe. C’est ainsi qu’il a de tous les côtés des états-majors de tout premier ordre. Coty a autour de lui des mercenaires de bas étage. Finaly travaille avec les as de l’économie française. Finaly, voulant agir dans la presse, s’est lié avec les entreprises Hachette, c’est-à-dire avec les hommes les plus éminents et les plus audacieux de l’édition, de la librairie et du transport des journaux. J’en parle avec une entière liberté : je les ai combattus ; je les combattrai encore ; j’ai mis sur leur route cette Maison du Livre Français qui a placé les maisons d’édition hors de l’atteinte de Finaly. Mais je dois dire que, bien souvent, j’ai plus de sympathie pour les hommes que je combats, qui ont de l’envergure, que pour certains alliés tout prêts à se laisser rouler par Coty. En 1922, Finaly voulait acquérir le contrôle des principales usines de papier, afin de fournir le papier à bon compte aux amis, et à moins bon compte aux adversaires. Nous avons été deux à bousculer cette belle combinaison. Mais Finaly s’était adressé aux plus grands techniciens du papier.

66Nul ne peut dire des hommes qui sont ainsi enrôlés, associés, qu’ils sont au service d’une nation étrangère. C’est pourquoi le système est très supérieur à celui qui est employé par l’autre groupe, qui tient ses alliés pour des humains de seconde ou troisième zone.

67La méthode de cet impérialisme financier et économique exclut le nationalisme, même le nationalisme américain.

68« Wall Street » a en vue la mise en valeur de la planète, par le moyen d’une sorte d’aristocratie recrutée dans le monde entier, jaunes et noirs exceptés. L’objet est vraiment le gouvernement du monde par une ploutocratie organisée, et introduisant le système des hauts salaires jusqu’au Tibet.

69Ainsi l’action de cet impérialisme est-elle difficilement saisie, reconnue. Elle s’exerce sur tout un état-major de financiers, d’industriels, de techniciens, d’intellectuels qui, à leur tour, font pression sur les hommes politiques. Il s’ensuit que, à gauche, où se place la fortune en formation ou en mouvement, Finaly et son groupe disposent d’une influence considérable, chez les radicaux et même chez les socialistes.

70Le mouvement se produit non par corruption, mais par un travail naturel de l’esprit, qui détermine un courant par l’exemple, par les résultats acquis. Parce que les hommes qui prennent part au mouvement en s’associant aux capitaux américains ont le sentiment qu’ils servent leur pays, qu’ils accroissent sa fortune. C’est le cas des hommes qui sont réunis autour de M. Ernest Mercier, au Redressement Français, et qui sont pour la plupart parmi les principaux animateurs de l’économie française. C’est le cas de certains socialistes, comme Spinasse et quelques autres, qui donnent l’économie américaine en exemple aux industriels français.

71C’est, avec de nouveaux moyens, avec une nouvelle technique (et les moyens militaires rejetés), la conception romaine qui associa les hommes éminents du monde civilisé au gouvernement de l’Empire et à l’Empire même. Elle contient, au cœur, la même tare secrète que celle de Rome. Mais je n’en parlerai pas ici.

72Tout autre est la méthode de Coty, où la corruption et l’emploi des mercenaires prennent une place considérable. D’ailleurs, je l’ai déjà marqué, Finaly et Coty ne sont pas du tout sur le même rang.

73Finaly est un financier et un prodigieux animateur économique, agissant au centre d’un très grand état-major de chefs économiques de première zone, allié à des personnalités politiques de tout premier plan.

74François Coty est un parfumeur habile, ni industriel, ni animateur économique, sans valeur politique et qui agit par le moyen de mercenaires ou d’obligés recrutés sur un plan très bas. Sa presse et ses mercenaires acquièrent l’influence non par la méthode de la création économique, comme Finaly, mais par l’intimidation, la menace, au besoin le chantage (c’est le cas de l’Action française incorporée à ses services). Cela n’est pas accidentel : cela ne tient pas à la personnalité de Coty : cela tient à la politique générale dans laquelle Coty est entré.

75La ploutocratie anglaise, économiquement arriérée actuellement, n’est pas de taille à lutter efficacement ni socialement contre l’État soviétique, ni industriellement et commercialement contre la ploutocratie américaine. Connaissant sa faiblesse, elle utilise des armes politiques, qui constituent l’arsenal le plus riche du monde entier. L’Intelligence Service possède en effet un trésor de documents inimaginable, sur tous les États, sur toutes les classes d’Europe, d’Asie et d’Amérique. C’est un service séculaire dont le fonctionnement n’a été interrompu par aucune révolution. Il possède la clef des secrets d’hommes politiques, de familles de trois aristocraties. Il n’y a pas d’État plus puissant que lui lorsqu’il fait jouer tous ses moyens. Le Service Secret américain, jeune encore, ne lui arrive pas à la cheville. Les Services anglais possèdent traditionnellement les méthodes qui donnent à l’emploi de ces moyens la plus grande efficacité.

76Ce sont des moyens qui divisent, disloquent, ruinent les voisins : l’objet des Services anglais n’a jamais été de faire grandir le prochain. Tandis que l’impérialisme économique américain acquiert le contrôle des nations en les enrichissant, l’impérialisme britannique ne tendait qu’à diminuer la concurrence faite par l’Europe à l’industrie anglaise. Son objet a donc été de diviser, de disloquer, de ruiner même ceux qu’il tenait pour ses rivaux. D’où sa maîtrise dans l’emploi de moyens qui dissocient les partis, les États, les nations.

77Dans le travail qui se fait, dans toute l’Europe, « sous la direction de l’Angleterre », et où Coty joue sa partie, ces moyens traditionnels de la politique anglaise sont employés à fond contre les hommes, groupes et partis qui s’opposent à la grande manœuvre. L’objet de cette manœuvre, c’est de lancer les nations européennes contre la Russie soviétique, et éventuellement contre un bloc politico-économique germano-slave.

78Qui peut faire opposition à cette folle entreprise ? Les hommes et les partis attachés traditionnellement au service de la liberté, les républicains, les socialistes et les syndicalistes. Il faut donc les disqualifier, les déshonorer.

79La ploutocratie américaine veut également éliminer le communisme et le socialisme. Mais en créant partout une économie générale hautement progressive qui, donnant un bien-être insoupçonné aux classes ouvrières, les rendra imperméables au communisme et au socialisme.

80La ploutocratie anglaise n’ayant ni les hommes, ni les conceptions, ni les méthodes, ni les capitaux pour faire la même opération, veut éliminer socialisme, communisme, syndicalisme par l’action judiciaire, par les méthodes policières, par la corruption, par l’abus de la force gouvernementale. Elle a entrepris de déshonorer les républicains authentiques, les socialistes, les communistes, les syndicalistes de toutes écoles, qu’ils soient de Marx ou de Léon XIII.

81Pour cette besogne, on n’a pas besoin de grands techniciens de l’économie ou des finances. Il suffit d’avoir avec soi des maîtres-chanteurs, des insulteurs et des calomniateurs chargés de terroriser les hommes qui seraient tentés de réagir.

82Jeu ignoble ; méthode de sauvage. C’est le jeu et la méthode de François Coty, pour le service de la ploutocratie anglaise.

83Mes preuves ? Il y a le propre aveu de Coty : l’homme qui a écrit la phrase prodigieuse où il est dit que, sans la protection de l’Angleterre, la France et l’Europe s’effondreraient devant l’Allemagne, cet homme-là n’est pas un citoyen français, c’est un vassal de l’Angleterre.

84Il y a la propre déclaration à nous-mêmes, le 1er mai 1927, où Coty nous avoue ses relations avec le chef du Service secret anglais en France.

85Il y a ses interventions auprès de nous, pour modifier la politique du Nouveau Siècle, interventions qui allaient toutes dans le sens anglais, avec une précision que j’ai dite.

86Il y a tout le déroulement du plan Coty, ou plutôt du plan que Coty exécute en France, et que voici dans ses parties que je connais avec certitude.

87François Coty a fait une préparation longue et minutieuse qui paraît avoir commencé peu après la guerre. Le plan fait à cette époque, c’est l’utilisation de toutes les droites, pour former un ensemble cohérent, mais compartimenté selon les différentes tendances, chaque tendance étant sous le commandement de lieutenants de second ou de troisième ordre. Cette masse était destinée à appuyer une seule campagne, sous plusieurs formes, tendant à la guerre entre la Russie soviétique et à l’élimination du socialisme et de tout syndicalisme ouvrier.

88Coty a agi tout d’abord sans attirer l’attention.

89Il a acheté le Figaro, puis le Gaulois, non pour faire une opération commerciale, mais pour prendre position dans le monde réactionnaire, ne pas être contre-battu, et faire le siège de l’Action française. Le journal de Daudet et de Maurras, spécialisé dans l’insulte et la calomnie, sous le couvert d’un grand prestige littéraire, était pour lui une pièce d’importance.

90En 1924, après la campagne de panique menée par Désiré Ley, pour épouvanter les bourgeois, l’opinion est prête pour une opération « fasciste ». Coty pénètre les ligues nationales de concert avec Désiré Ley. Selon la méthode de Londres, il oppose les chefs les uns aux autres pour les user, faire désirer aux troupes leur départ et tenir le tout en mains avec des chefs de second rang.

91C’est ce qui est réalisé en 1925.

92L’Action française, les Jeunesses patriotes, le Faisceau, la Ligue républicaine nationale sont violemment opposés par leurs chefs. La bagarre est organisée entre l’Action française et le Faisceau : Coty est pour beaucoup dans la préparation de cette bagarre ; ensuite, il l’aggrave ; puis il essaie de lancer le Faisceau contre la Ligue républicaine nationale (j’en ai les preuves dans mes archives). Fin 1925, la bagarre était générale ; si elle s’est apaisée, c’est parce que nous nous sommes refusés à jouer ce rôle de chiens hurleurs que Coty veut faire jouer à ceux qui travaillent avec lui.

93En 1926, alors que l’action de tous ne devait tendre qu’au redressement de l’État, Coty travaille à créer les batailles latérales, entre « patriotes », d’une part ; entre nationalistes et communistes, d’autre part. L’année 1926 donne la preuve que le Faisceau, m’ayant à sa tête, ne s’engagera jamais dans cette voie de basse police ; Coty nous combat violemment en secret.

94En 1927, Coty prépare son grand coup :

95Il n’a pas réussi à décapiter brutalement les Ligues nationales. Mais il a trouvé des complices au Faisceau et à l’Action française. Au Faisceau, Bucard et Lamour s’emploient à dissocier les groupes, à les lancer contre moi, et à faire éclater un scandale artificiel qui me déshonorerait. À l’Action française, il réussit ce coup magnifique qu’est l’exil de Léon Daudet, admirablement machiné, il faut le reconnaître, par Maurice Pujo. Daudet est hors de cause. Maurras n’est pas homme à se laisser mettre en poche par Coty, lequel sait fort bien, et le dit, que Maurras s’appuie sur Monzie pour lui résister, à lui, Coty. Maurras, en effet, s’appuie tantôt sur l’un et tantôt sur l’autre, et joue de l’un contre l’autre, pour maintenir son influence et son prestige. Mais Maurras est néanmoins dans la dépendance de Coty, car son journal coulerait à pic, d’un seul coup, sans les subventions renouvelées de Coty.

96Maurras est ainsi immobilisé. Et peu à peu, toutes ses troupes passent sous l’influence politique de Coty qui subventionne les organes rattachés à l’Action française. Un journaliste obscur, Auguste Cavalier, directeur d’une petite feuille de renseignements payée par l’Action française, l’Intérêt français, devient collaborateur direct de Coty pour ce rassemblement de la presse d’extrême-droite : on lui a mis entre les mains le Semeur de Seine-et-Oise ; on fait de lui le correspondant de plusieurs journaux. On met la main sur le Journal du Loiret, on se concilie l’Avenir du Loir-et-Cher, on pénètre à l’Express du Midi. Il y en a d’autres, mais je ne cite ici que les journaux pour lesquels j’ai reçu des témoignages directs. De son côté, Désiré Ley fait subventionner le Télégramme du Nord, où Martin- Mamy fait la politique de Coty qui est la même que celle de Ley.

97En 1927, au printemps, se fait une curieuse préparation qui n’acquiert sa signification qu’en 1928 : un certain Hanot, dit Maurice d’Hartoy, très obscur écrivain, et ancien combattant sans titres exceptionnels, organise une Association des décorés au péril de leur vie. À l’origine, cela séduit les camarades qui ne veulent pas être confondus avec ceux qui ont été décorés en gagnant peu honorablement leur chienne de vie. L’affaire montée, ce d’Hartoy la loge chez Coty. En 1928, il apparaît que l’association a été fondée pour placer devant Coty un rideau de combattants, et fournir éventuellement des hommes de main pour les provocations aux socialistes et toutes opérations de ce genre.

98En 1928, Coty fait surgir de tous côtés de petits groupes de combattants, souvent avec d’anciens fonctionnaires ou parasites du Faisceau ; ces groupes, sans liens apparents entre eux, ont tous leur liaison établie 26, rue de Bassano, au siège de l’Ami du Peuple.

99Enfin, fait caractéristique, l’Action française, qui manque d’argent, dont le déficit dépasse deux millions par an, et qui ne réussit plus ses souscriptions, l’Action française a créé un supplément hebdomadaire destiné à l’armée et à la marine, qui fournit tous les renseignements militaires, et dont l’objet est évident : on y fait ouvertement la propagande et le recrutement dans l’armée.

100Tout ce travail représente beaucoup d’argent : pendant longtemps, on a pu croire que Coty, riche parfumeur, faisait le grand seigneur. Cela devient difficile aujourd’hui. En 1928, les sommes jetées par Coty dans cette action générale représentent de quatre- vingt à cent millions : tant pour les subventions à une quinzaine de journaux de Paris et des provinces, que pour les dépenses directes de l’Ami du Peuple quotidien, et des messageries que l’on a dû créer pour la mise en vente de ce journal, et pour l’Ami du Peuple du soir qui est créé avec Émile Buré à sa tête.

101François Coty est riche, très riche. Il est milliardaire. Son milliard est surtout en installations, en usines, non en valeurs mobilisables. Ni son capital, ni ses revenus ne peuvent lui permettre de jeter chaque année d’aussi grosses sommes pour des opérations qui ne peuvent point devenir commerciales. Coty se crée des charges annuelles qu’il ne peut supporter et qui sont des charges d’État, avec des objectifs d’État.

102Par le tableau très incomplet que je viens de vous présenter, vous voyez apparaître les différences profondes de méthode : Méthode Finaly : pénétration économique ; association avec les chefs de la production ; déclenchement d’un mouvement énorme d’affaires ; manœuvre d’un grand état-major économique et politique ; croissance de l’industrie française ; élévation sensible du niveau de vie des classes ouvrières. Influence gagnée sur le pays par la prospérité organisée. Ascendant pris sur le communisme et le socialisme par les hauts salaires assurés hors de la pression syndicale.

103Méthode Coty : groupement de forces politiques, avec des personnalités de plan très inférieur ; aucune action économique ; campagnes de presse contre les républicains authentiques, contre le socialisme, le communisme et le syndicalisme ; pression sur le gouvernement pour obtenir des mesures contre ces mouvements ; coalition des droites appuyée sur les cadres de l’armée, en vue d’une opération de force dirigée contre toutes les formes du socialisme et du syndicalisme.

104Les instruments de l’action sont aujourd’hui entre les mains de Coty : groupement de presse, comprenant le Figaro, le Gaulois, les Débats, l’Action française, les journaux de province comme le Télégramme du Nord, le Journal du Loiret, etc. avec les petits journaux de provocation et d’intimidation ; — groupement de combattants, dirigés par ce d’Hartoy et ce Bucard qui sont les mercenaires de Coty et qui travaillent au milieu des associations de combattants ; — groupement de cadres de l’armée organisé avec le concours de l’Action française.

105Vérifiez l’emploi des moyens d’action : vous trouverez partout, en premier lieu, la campagne d’intimidation et de provocation dirigée contre tous les hommes qui ne sont pas dans le jeu anglais ou qui, tout simplement, veulent « faire l’Europe ». Campagne contre M. Ernest Mercier, président du Redressement français, aussi violente que celle menée contre Léon Blum ou Anatole de Monzie ; campagne contre les démocrates populaires et contre le Faisceau ; toutes campagnes personnelles, insultantes et tendant à déshonorer les personnages visés. Campagnes de provocation en direction des communistes. Le tout étant destiné à provoquer, entre les « patriotes » de Coty, et les républicains, les incidents qui amèneront les bagarres sérieuses, qui justifieront les mesures de force et qui, finalement, feront poser les redoutables questions internationales.

106À l’issue de tout cela, la guerre, « sous la direction de l’Angleterre », la guerre contre l’Union soviétique et contre une Allemagne redressée avec le concours des capitaux américains, contre une Allemagne qui prononce en secret le mot de la guerre : Dieu punisse l’Angleterre !

107Car c’est l’événement qui est voulu, organisé, préparé par des hommes qui veulent rendre, par la force, tout son prestige au vieux capitalisme individualiste, au vieux manchestérianisme par lequel a été fondé l’Empire britannique.

108Voilà, mon cher Berth, ce que j’ai appris pendant ces années qui ont suivi notre séparation, voilà ce que j’ai vécu, voilà ce que je veux faire connaître à nos contemporains.

109Et devant la tragédie qui se prépare, avec mes amis, je prends position et je crois le moment venu de faire appel à tous les hommes de notre génération et des générations suivantes qui, depuis vingt ans, se sont dispersés dans tous les partis. Je crois que nous avons tous fait nos expériences, à l’ouverture de cet âge où le monde tout entier va être transformé. Nous avons vu le spectacle de la guerre, de dix révolutions ; de l’expérience russe, de l’expérience italienne, de la renaissance allemande, de l’expansion américaine. Nous voyons l’immense conflit qui se prépare. Et d’abord entre le vieux capitalisme et le syndicalisme croissant dans toute l’Europe. Ensuite entre la ploutocratie et le socialisme.

110Il est en notre pouvoir d’arrêter cette entreprise qui veut provoquer la guerre en Europe sous le prétexte d’abattre le communisme. On nous dira que l’entreprise Coty est de même ordre, et aura le même sort que l’aventure boulangiste, ou celle de la Patrie française ? Il est vrai qu’elle est du même ordre. Mais il se pourrait qu’elle n’eût pas le même sort que les autres. Parce que cette entreprise dite « nationale » est animée, gonflée par une volonté étrangère, et par une volonté qui fut toujours implacable dans l’exécution de ses desseins. Tous ces mouvements réactionnaires étaient sans chances de réussite tant qu’ils étaient exclusivement nationaux. Leur valeur augmente singulièrement « sous la direction de l’Angleterre ».

111Que l’on se rende bien compte qu’un changement considérable s’est produit du fait que l’Empire britannique a retourné ses moyens d’action en Europe. Pendant un siècle, il jouait du libéralisme sous toutes ses formes ; il lançait le parlementarisme contre tous les pouvoirs européens, et c’est surtout lui qui a corrompu, pour ses besoins, le parlementarisme français. Il joue aujourd’hui sur l’antiparlementarisme, sur la dictature, sur les moyens de force, parce qu’il sait que les peuples ne le suivront pas de leur propre mouvement. En France, en Pologne, en Italie, en Roumanie, et ailleurs, il appuie les dictateurs, les tyrans contre les peuples. Y a-t-il spectacle plus significatif à cet égard que la dictature du roi Fouad en Égypte ? Un parlement fermé sur l’ordre de l’Angleterre, c’est toute une époque ! Et l’Angleterre louée pour cet acte par l’Action française, c’est aussi une époque. Des générations d’étudiants ont fait dix mille jours de prison pour le culte public de Jeanne d’Arc afin que, en 1928, les chefs de l’Action française mettent leurs troupes derrière Sir Austen Chamberlain et le félicitent de mâter l’Égypte !

112L’Empire britannique prenait au XIXe siècle le parti des peuples contre rois, dictateurs et tyrans. En 1928, l’Empire coalise les familles régnantes usées, les débris de dynasties, les aristocraties déclinantes, les bourgeoisies fatiguées. Avec cela, il est sûr d’aller à sa perte.

113Qu’il se suicide s’il veut. Mais qu’il ne fasse pas sombrer l’Europe dans le flot de sang d’une nouvelle guerre.

114À nous d’empêcher cette catastrophe. À nous de publier la vérité. À nous d’appeler les fils de l’Europe à s’associer pour construire la paix, non sur les nuées des rêveurs sentimentaux, mais sur les données précises de notre technique de producteurs. À nous de sauver l’Angleterre elle-même du désastre, d’appeler à la naissance une nouvelle Angleterre qui associera son destin à celui de l’Europe unie.

115Cela ne sera point fait sans que nous apportions à l’Europe, au monde même, cette doctrine qu’il attend, et selon laquelle l’État sera le maître des trusts et les fortes individualités utilisées à plein rendement. Nous en voyons aujourd’hui la possibilité.

116L’expérience américaine et l’expérience russe nous permettent de voir ce que nous ne pouvions imaginer il y a dix ans. Elles sont de même nature, tout en étant si opposées. Toutes deux constituent une fédération de trusts. Mais les chefs de trusts américains sont milliardaires, tandis que les chefs de trusts soviétiques, agents du capitalisme d’État, gagnent deux cent cinquante roubles par mois.

117Je ne cache à personne ma sympathie pour ces ascètes qui, par dévouement à la révolution prolétarienne, vivent, à la manière des moines, à deux cent cinquante roubles par mois. Mais je dis que l’on ne fonde pas une économie mondiale sur des vertus surhumaines, parce que l’homme finit par succomber. Qui veut faire l’ange fait la bête. Cela est vrai des sociétés comme des individus.

118Mais je dis également que l’on ne fonde pas une économie sur le respect, artificiellement organisé, d’un peuple à l’égard d’une classe de jouisseurs détournant à leur profit une richesse qui est littéralement un fait social. J’écris ici, ce qui fera hurler les imbéciles qui suivent Coty mais qui n’étonnera pas ceux qui savent un peu ce que sont les États-Unis, ce qu’est la Russie, j’écris que le salut viendra d’une synthèse de l’expérience américaine et de l’expérience russe.

119À nous de faire cette synthèse. Tous les éléments sont près de nous. Ce n’est pas à la fin de ce recueil de souvenirs que j’en ferai l’exposé. Je le donnerai ailleurs, tel que je le vois. Mais je dis que je le vois. Et que je ne suis point seul à le voir, que notre syndicalisme nous en fournit les principaux matériaux.

120Rassemblons tous les chercheurs, tous ceux qui ont au cœur l’amour de la révolution, et qui n’osaient ni la déclencher ni même la préparer parce que, s’ils ne doutaient point que la justice fût avec elle, ils n’étaient point sûrs que la science et la technique fussent à son service.

121Nous avons douté du socialisme et du syndicalisme parce que nous n’en avons connu que les utopistes, les chimériques et les prophètes. Ni les architectes, ni les techniciens n’étaient venus. Combien d’entre nous se sont retirés de la lutte, combien freinent eux-mêmes, aujourd’hui, sur le mouvement où ils demeurent, parce qu’ils redoutent de se lancer dans une expérience qui échouerait, laissant la place libre à la plus absurde, à la plus féroce réaction.

122Où êtes-vous, serviteurs du peuple ? Nous vous appelons pour travailler avec nous. Perdus dans les partis électoraux, cachés dans les ministères où vous faites des statistiques, effacés dans les bureaux de quelque grand comité économique où vous essayez de surprendre les secrets du capitalisme, ou revenus à la terre pour retrouver les figures essentielles du travail humain, vous avez connu le désespoir devant les échecs ? Vous avez douté de la justice ; vous avez douté de l’humanité. Et certains d’entre vous, voyant l’appareil de force que la ploutocratie dispose dans le monde, se demandent s’il ne leur faudra pas un jour se soumettre au Guépéou ou passer sous le commandement de Wall Street.

123C’est à vous tous que nous adressons notre appel, et nous vous disons : Courage, et levez-vous ! Ce n’est point l’heure du désespoir. C’est l’heure de la grande espérance. Ces architectes et ces techniciens que nous attendions, les voici. C’est toute une classe nouvelle, faite d’hommes qui doivent leurs places à leurs talents, et qui tiennent en mains tous les leviers, les vrais leviers du monde nouveau. Et avec eux, un prolétariat qui veut cesser d’être un troupeau et devenir un peuple sain, propre et instruit. Et une grande classe rurale, enfin ouverte à l’esprit de l’ordre nouveau, sachant lire, et sachant manœuvrer les machines libératrices, une classe rurale qui sort enfin de l’individualisme qui l’avait tenue à l’écart du mouvement général.

124Les cadres et les troupes se rassemblent. Ils attendent leurs guides. Et la doctrine sûre. Et les formules de l’action. À nous de leur apporter formules, doctrines, guides. Tout est prêt. Il nous reste à nous rassembler, à nous fédérer. Le vieux capitalisme ne resurgit et ne gagne apparemment que par notre dispersion. Mais il est frappé à mort. Tout comme le vieux système féodal au moment de la Restauration.

125Mes camarades, je vous ai fait le récit de nos luttes contre la ploutocratie ; je vous ai livré le secret de nos réussites et de nos échecs. Je vous dois en terminant le secret de notre cœur : nous sommes aujourd’hui plus confiants qu’au jour de notre premier départ ; nous connaissons nos vrais alliés et nos vrais ennemis ; nous les connaissions mal ou pas du tout il y a dix ans. Et nous voici, riches d’une grande expérience nouvelle, et décisive, toutes entraves rompues, libres, libres de tous nos mouvements et de toutes nos décisions. Malentendus, échecs, déceptions, trahisons, ruines, tout cela est rejeté par nous dans l’histoire. C’est le passé qui a enrichi notre connaissance de l’homme.

126Une seule chose vaut pour nous désormais : rassembler nos frères, prendre avec eux la tête du peuple que nous voulons libérer de la tyrannie de l’Argent, entrer d’un seul mouvement, avec eux, dans le nouvel âge, et donner à nos fils un monde pacifié, fécondé par la science, vivant selon la justice.

127Après, la croix, notre nom sur la pierre, une palme sur notre tombe, et notre souvenir dans le cœur de ceux avec qui nous aurons vécu les mauvais jours.

128FIN

129Paris-Bellefont-Vichy, 1er mai-13 septembre 1928

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search