Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Troisième partie. Le Faisceau

Chapitre V. Le Faisceau dans la République. — Ni Londres ni Moscou. — Rupture de la coalition des droites. — Bataille avec François Coty

Texte intégral

I. — Hors du musée historique

1En juin 1926, par nos déclarations à l’Assemblée de Reims, le Faisceau se place entièrement dans la République. Positivement. Activement. Non point à la manière de ceux qui acceptent, qui tolèrent, subissent la loi républicaine. Mais à la manière des vrais républicains, des fondateurs. Ce fait commande la suite des événements.

2Notre déclaration de Reims brisait la coalition des droites, qui s’était opérée malgré nous. Elle était tout à fait dans l’esprit de mes déclarations de Périgueux adressées aux communistes invités à faire avec nous la révolution contre la ploutocratie. Mais elle rendait impossible toute alliance avec les hommes qui veulent restaurer un régime ancien, une dynastie, ou fonder une dictature, et peut-être une nouvelle dynastie, sur une défense de l’ordre social, avec le concours de tous les partis attachés au vieil ordre.

3La plupart des fascistes d’alors, qui étaient en majorité républicains, ne virent les conséquences de ce fait que peu à peu. Il n’y avait parmi eux qu’un quart peut-être de républicains actifs. Ils étaient dominés par cette tendance qui, dans la peur causée par le communisme, poussait beaucoup de Français dans une coalition des droites. Beaucoup d’entre eux considéraient que la dispute avec l’Action française devrait un jour prendre fin pour permettre l’union des « éléments d’ordre ». Les résolutions de Reims rendaient absolument impossible cette union avec l’Action française ou avec d’autres groupements dynastiques ou simplement conservateurs.

4J’avais jugé utile d’en avertir le duc de Guise. L’Action française me fournit le prétexte d’une visite au Manoir d’Anjou, résidence du duc d’Orléans en Belgique, aujourd’hui aux Guise. Je ne veux pas cacher que, par différents moyens dont je disposais alors, j’avais combattu, au moment de la mort du duc d’Orléans, une intrigue de l’Action française, qui tendait à obtenir du duc de Guise une renonciation à l’héritage en faveur des Vendôme, et en particulier du duc de Nemours. Cela n’était pas une occupation bien sérieuse, je l’accorde. Mais il faut considérer que je voyais là un moyen de repousser les attaques de l’Action française contre nous.

5En juillet 1926, cela n’avait plus aucun intérêt. Il ne me restait à moi-même, à titre personnel, qu’à définir nettement ma position à l’égard du prétendant.

6Je fus reçu par le duc de Guise le 8 août 1926, à Bruxelles. Le duc, qui est un brave homme mais qui n’aime pas les histoires, nous ménageait parce qu’il comptait que nous l’aiderions dans ses desseins, mais il ménageait aussi l’Action française.

7Il avait peur de l’Action française et de ses chantages. Il voulut me recevoir en douce, sans que cela se vît, ceci sous prétexte de m’être agréable. Je répondis que ma visite aurait lieu en plein soleil, à la connaissance de tous les argousins surveillant l’inoffensif Manoir d’Anjou, ou pas du tout.

8J’eus une certaine émotion rétrospective en entrant au Manoir. J’y étais venu pour la dernière fois en 1924, et j’y avais vu le duc d’Orléans fatigué, vieilli, manifestement dégoûté de toute action. Le duc avait fait venir mon fils aîné, qui était venu me chercher pour gagner Louvain avec moi. Nous avions eu une conversation émouvante. Je sais bien — et j’ai toujours su, je vous prie de le croire — que tout cela est sans effet sur le changement de structure des sociétés contemporaines, et je me suis demandé parfois, chez le duc d’Orléans, quelle relation il y avait entre ma présence chez lui et mon action économique. Le duc d’Orléans était parfaitement étranger à cette action. Et je ne crois pas qu’il ait jamais eu l’étoffe d’un grand prince. Mais il était assez révolutionnaire de tempérament ; il n’était pas bourgeois ; il méprisait une foule de conventions mondaines ; il n’aimait pas les gens qui font des démonstrations incessantes. Et puis j’avais fini par l’aimer. De son côté, il aimait mieux être aimé pour sa personne imparfaite, que pour des principes parfaits, et dont la perfection était au surplus mise en question par lui-même, et par tous les peuples du monde.

9Je crois que l’on aurait pu faire quelque chose avec lui pour la révolution.

10Tout cela me revenait à la mémoire lorsque je vis le duc de Guise dans le cabinet de travail où j’avais vu le duc d’Orléans. J’étais dans un dangereux état sentimental, où ce brave duc de Guise aurait pu me mettre dans un embarras sans nom, s’il avait eu quelque psychologie. Je suis enfant de Paris, ce qui veut dire que je ne suis jamais dupe, pas même de mes sentiments, mais que je suis, comme tous les enfants de ce cher village, accessible aux appels du cœur, même contre la raison. Le duc de Guise, heureusement pour moi, ignore ce mécanisme sentimental. Il perdit la partie du premier coup, par son souhait de bienvenue, excessif et insuffisant.

11Alors j’eus le sourire, et j’exposai l’objet de ma visite. M. du Poy, chef de sa maison, m’avait supplié de ne pas parler de l’Action française ; j’avais promis ; je tins parole. J’exposai ma situation, ce que j’avais convenu avec le duc d’Orléans, et ma position nouvelle. Je dis au duc de Guise que, désormais, je ne ferais absolument rien de positif pour la monarchie, qu’il ne devait compter sur moi en aucune manière, et que toute mon action serait dans le cadre de la République où se meuvent la plupart des Français.

12À la fin de l’entretien, la duchesse de Guise vint dans le cabinet du duc, et leur fils, le prince Henri, vint également. Souvenirs. Politesses. J’avais terriblement le sentiment de l’inactualité de cette rencontre. Lorsque je sortis du Manoir d’Anjou, mes liens personnels n’étaient pas encore complètement rompus, mais j’étais bien certain que jamais plus je ne reviendrais dans cette maison.

13En regagnant Paris, j’étais dans l’allégresse. Vingt ans plus tôt, j’étais devenu prisonnier d’une erreur de raisonnement, qui m’avait fait prisonnier ensuite d’un sentiment. J’avais vécu ainsi dans un archaïsme absurde, tandis que toute mon action me lançait dans le futur. Je venais de me libérer. Je secouai la poussière des âges et je rentrai dans mon siècle.

II. — Premières secousses intérieures

14À partir de juillet 1926, la VIIe résolution de Reims prit vie, tout naturellement, au Faisceau. L’esprit républicain se développa, avec rapidité. Ce fut très sensible à Meaux le 4 septembre, à l’anniversaire de la Marne. Notre troupe n’avait pas cet aspect guindé des Jeunesses patriotes et des jeunes gens de l’Action française. Elle était à la fois très « front » et très sans- culotte. Elle trouvait très simple de se battre contre l’Action française. Des royalistes de la maison s’effrayèrent, et me firent part de leurs craintes. Je les accueillis sans faveur.

15À notre réunion de rentrée, en octobre, à la salle Wagram, je lançai le mot d’ordre du fascisme : l’État, c’est nous ! Alors une manœuvre intérieure, qui cheminait depuis quelque temps, trouva son aliment doctrinal. La dislocation du Faisceau commença. Je la vis et je fis tout le nécessaire pour qu’elle se produisît largement, nettement, et pour sortir moi- même, avec tous les éléments constructeurs du Faisceau, de la formule conservatrice et réactionnaire où l’on aurait voulu nous enfermer.

16Les royalistes, peu nombreux au Faisceau, avaient un rôle curieux ; ils constituaient la preuve vivante que le Faisceau était, en dehors des partis, le nœud de la coalition des droites contre le communisme. Au départ du Faisceau, le fait que je sortais de l’Action française sans cesser d’être royaliste, mais en cessant d’être royaliste militant, nous avait valu un succès certain. Les républicains bourgeois étaient heureux d’avoir un chef qui pût, le cas échéant, rassembler républicains et royalistes contre le communisme. Ils étaient assez loin de moi qui voulais prendre des hommes partout, chez les communistes ou chez les royalistes, pour les lancer contre la ploutocratie. Mais l’histoire n’est qu’une suite de malentendus.

17Les attaques de l’Action française diminuèrent considérablement mon rôle, du fait qu’elles rendaient impossible l’union des droites aux yeux de beaucoup de fascistes. Mais en juin 1926, nous avions repris l’ascendant. Et la question ne se posait plus. En septembre 1926, la question se posa de nouveau, lorsque l’on comprit que désormais l’union avec l’Action française et d’autres groupes serait exclue non pour des raisons personnelles, mais pour des raisons doctrinales.

18Du coup, la campagne menée contre moi, que nous avions diminuée, reprit avec une nouvelle fureur. Et elle avait des prétextes et des raisons dont il faut bien parler nettement.

19De novembre 1925 à octobre 1926, les finances du Faisceau ont été mon angoisse de tous les instants, premièrement parce que nous n’avions jamais le sou, deuxièmement parce que l’argent fuyait de tous les côtés. Serge André était administrateur. Ses occupations personnelles ne lui permettaient tout juste que les fonctions de trésorier, et sa caisse recevait des assauts incessants. Elle ne pouvait être défendue que par notre action commune. Par suite des attaques de l’Action française en décembre 1925, nous fûmes débordés.

20Dès décembre 1925, nous avions vu qu’un certain nombre de nos collaborateurs connaissaient mal la loi du prix de revient et que d’autres, nous croyant riches à millions, louchaient vers la caisse avec trop de passion. Serge André et moi, qui avons les habitudes de l’industriel, nous étions bien disposés à tenir compte du fait que les convenances administratives d’un mouvement politique ne sont pas les mêmes que celles d’une usine, mais nous ne voulions pas que la loi de la maison fût celle de la prodigalité.

21Au moment où nous voulions mettre le premier frein, la campagne de l’Action française commença. Mon autorité baissa de cinquante pour cent ; aux premières limitations que je voulus imposer, on me fit comprendre que les démissions allaient se produire. Ce n’est pas élégant. Mais c’est ainsi. Je revins à la charge en janvier. Il y avait deux administrations distinctes, celle du Nouveau Siècle et celle du Faisceau, ayant chacune leur chef, et au-dessus d’elles Serge André et moi. Il y avait un excès de personnel évident. Le fichier à lui seul occupait dix personnes, ce qui donnait une moyenne de six fiches établies par personne et par jour. C’était de la démence. Fin janvier 1926, Serge André et moi décidâmes une compression. Elle ne fut pas exécutée. Nous eûmes contre nous la coalition des fonctionnaires qui inclinèrent du côté de l’Action française avec la thèse : Nous sommes attaqués à cause de Valois ; Valois nous gêne actuellement pour avoir de l’argent.

22L’argent était trouvé jour par jour par trois personnes : Serge André, Arthuys et moi. Mais les fonctionnaires n’admettaient pas qu’ils eussent à compter. Les fonctionnaires essayèrent de constituer un parti sous le nom d’Arthuys pour se couvrir. Cela nous causa de telles difficultés que Serge André, Arthuys et moi nous décidâmes de faire la part du feu pendant quelques mois. Au surplus, de mars à juillet, nous fûmes en période d’offensive, et, à ce moment-là, il était plus économique de laisser filer quelques centaines de mille francs que de disloquer les bureaux en les nettoyant.

23En juillet, ayant reconquis toute mon autorité, et le poincarisme arrêtant notre offensive, nous pûmes reprendre tout en mains. La période écoulée nous avait coûté très cher à nous- mêmes, et nous ne pouvions plus nous vider de la sorte. Passe pour la période où on fait sauter les murs. Mais pour nourrir des parasites, non.

24Serge André et moi nous fîmes connaître nos décisions :

25— Maintenant, dis-je à André d’Humières, notre délégué général, passons à la réduction des dépenses. C’est une nécessité absolue.

26— Vous en trouverez un autre que moi pour cela, me répondit d’Humières.

27André d’Humières est un garçon charmant, plein d’allant, remarquable organisateur, mais pour qui l’argent n’existe pas, au moins en politique, et qui conçoit l’action politique à la manière du grand seigneur. Nos conceptions étaient diamétralement opposées sur ce point : tout ce que je fonde, c’est avec mon temps, mon argent, et l’argent des participants, — c’est la manière républicaine et socialiste, qui rassemble des militants ; — André d’Humières fondait des groupes en donnant, aux chefs de groupe qu’il nommait, l’argent des gros souscripteurs du Faisceau ; c’est la manière féodale.

28Pour fonder un nouveau monde, la manière républicaine, socialiste et chrétienne, l’emporte sur la manière féodale ; celle- ci ne vaut que pour un coup rapide. Lénine a employé la méthode des mercenaires avant la formation de l’armée rouge ; mais il avait eu soin d’isoler complètement les mercenaires qu’il avait embauchés, et qui ne participaient pas du tout à la vie du Parti communiste.

29La difficulté, au Faisceau, c’est que les mercenaires ainsi recrutés participaient à la vie du groupe. C’est là-dessus que fut fondée toute la manœuvre de François Coty contre nous.

30J’avais demandé à André d’Humières l’éviction de Marcel Bucard, signalé comme indésirable, et qui abusait de sa situation de conférencier et de propagandiste pour faire des emprunts à nos camarades fortunés.

31— C’est un gosier, répondait André d’Humières. Je paie un gosier.

32— Ce n’est pas ma méthode, dis-je à André d’Humières ; cela ne peut pas être notre méthode. Je consens à me ruiner pour l’État ; je n’hésiterai pas à ruiner mes meilleurs amis pour le salut de l’État. Je refuse absolument de leur demander la plus faible contribution pour nourrir des parasites.

33Nous priâmes André d’Humières de faire les restrictions et les exécutions nécessaires.

34Alors la coalition des fonctionnaires et des parasites prit l’offensive contre André d’Humières, qui se trouva serré entre eux et nous, sous le couvert d’hommes qui n’étaient point fonctionnaires et qui ne faisaient pas figure de parasites.

35Le jeune Philippe Lamour, garçon très brillant, et doué d’aptitudes remarquables pour l’intrigue, prit la tête d’un mouvement de protestation contre les dépenses du siège. Il mobilisa les cadres de l’Est pour l’appuyer.

36Il faut dire que Serge André et moi nous venions de couper les crédits brutalement.

37Nous avions interdit rigoureusement toute dépense non signée par nous.

38Au commencement d’août, les bureaux nous avaient présenté deux demandes de crédits, dont j’ai conservé les textes, pour des tournées de propagande. Je les résume ici à titre d’indication :

39Pour trois semaines de tournées de Raymond Batardy et de Marcel Delagrange 23 000 fr.

40Pour cinq semaines de tournées de Marcel Bucard et de Philippe Lamour en Alsace 50 000 fr.

41C’était de la démence.

42Il y avait eu commencement d’exécution pour la première.

43Pour la seconde, tout était préparé.

44Serge André inscrivit et signa un magnifique non sur les ordres d’exécution déjà lancés, sur l’ordre du délégué général, par son adjoint.

45Et la guerre intérieure commença.

46André d’Humières fut assailli de réclamations. De très braves camarades de l’Est, dûment chauffés en secret par Bucard et Lamour, vinrent en délégation à Paris demander de l’argent pour leur province, et accuser les bureaux de tout absorber.

47André d’Humières les apaisa. Il promit des crédits. Je les refusai en déclarant que le mouvement devait nourrir le mouvement, et que nous ne pouvions nous organiser de telle manière que nous dussions inévitablement devenir les obligés de quelques ploutocrates.

48Certaines villes de province avaient été fortement aidées jusque-là, à l’exception de Bordeaux, Rouen, Saint-Étienne et Toulouse, qui avaient vécu par leurs moyens, par l’œuvre de Johnston, Guéguen, Kemlin et Barthet. Lyon, avec Lajonchère, déclara qu’elle arriverait à se tirer d’affaire.

49La plupart de nos centres provinciaux, s’organisèrent pour vivre sur le pays. Mais dans l’Est (Alsace exceptée), où se trouvaient nos troupes les plus nombreuses, dont les chefs avaient été informés tendancieusement par Bucard et Lamour, il y eut de gros tiraillements. D’une manière générale, le siège central fut l’objet d’âpres critiques.

50Serge André et moi, nous exigeâmes la réforme des bureaux. Les bureaux se hérissèrent. André d’Humières ne put faire les exécutions utiles. Il préféra passer la main plutôt que de procéder lui-même à la réduction du personnel ; il me désigna Paul Biver pour le remplacer. Je fus dans l’obligation de faire moi- même les suppressions de postes. Cela nous avait mené jusqu’à la mi-novembre, André d’Humières ayant demandé, en septembre, deux mois pour la simplification des services.

51La nouvelle agression de l’Action française se produisit à ce moment, avec notre réplique. André d’Humières se retira complètement de la direction des services, sans quitter le Faisceau ; Léon de Lapérouse, blâmant notre coup de main, donna sa démission après s’être offert pour remplacer André d’Humières. Les fonctionnaires essayèrent de nouveau sur moi la pression qu’ils avaient faite en décembre 1925 et janvier 1926. C’était une grosse erreur. J’acceptai toutes les démissions offertes. La plupart des chefs des services organisés par André d’Humières se retirèrent.

52Restaient ceux qui ne trouvaient pas de situation immédiatement, et ceux qui commençaient de faire de singuliers calculs. Pierre Dumas, Marcel Delagrange, Marcel Bucard, et quelques autres, commencèrent des démarches en vue d’alimenter le Faisceau ou leurs personnes d’une manière opposée à la nôtre.

53Serge André, demeuré au Directoire du Faisceau, ayant dû abandonner ses fonctions d’administrateur-délégué de la Société qui publiait le Nouveau Siècle, je dus prendre en mains l’administration du journal avec Jacques Arthuys comme suppléant, et René de La Porte après lui. Fin novembre, je me trouvais avoir, en plus de la direction politique du mouvement, toutes les directions administratives effectives pour lesquelles les volontaires étaient peu nombreux.

54J’examinai la situation : il était absolument impossible de continuer dans la forme où nous étions sans nous mettre inévitablement, au bout d’un certain temps, entre les mains d’un groupe de ploutocrates, ou sans faire des affaires suspectes. Je proposai à mes amis la suppression du journal. Coty avait terminé le versement de son million et demi. On me fit savoir qu’il était prêt à une nouvelle conversation, à condition que je fusse plus coulant avec lui. Je refusai net. Dès cette époque, je savais que Coty était au moins tout à fait opposé à notre syndicalisme. Je demandai que le mouvement fût exclusivement alimenté par des souscriptions volontaires des membres de nos organisations.

55Alors le bruit se répandit que l’intransigeance de Valois était la cause des difficultés financières du Faisceau, et les fonctionnaires restants déclarèrent que la caisse se remplirait si je m’en allais, et les fonctionnaires démissionnaires, heureux du grabuge, appuyèrent leurs collègues, en affirmant qu’il n’y avait pas moyen de travailler avec un homme qui comptait aussi sévèrement les sous.

56Dans le même temps, je faisais des découvertes intéressantes dans les comptes. À l’aide de tableaux synoptiques, je vis que certains s’étaient fait des revenus sérieux en émargeant d’une part au Faisceau et d’autre part au Nouveau Siècle. Il y avait en particulier un gaillard nommé Fels, qui se dévouait à la cause des Combattants, dans ce trio Maurice de Barral-Ledoux- Fels, que l’on trouve depuis la guerre dans toutes les histoires où s’épuisèrent, en luttes absurdes, les associations de combattants. Fels était rédacteur au Nouveau Siècle et chargé de mission au Faisceau. Son travail valait, bien payé, mille francs par mois. Il avait trouvé le moyen de toucher, dans l’année 1926, quarante et quelques mille francs, sans compter ses frais de voyages et de bureau. Je supprimai ce Fels. Maurice de Barral, qui, lui, ne touchait rien, vint me faire une scène violente en faveur de Fels, qui avait besoin d’un avocat pour réclamer quelques centaines de francs, solde de son compte que je trouvais scandaleux de lui donner. Maurice de Barral partit en claquant les portes et en me faisant prévoir que j’aurais à « me repentir » du traitement infligé à ce Fels. M. de Barral est, depuis, passé chez Coty : il défend les combattants dans les colonnes de l’Ami du Peuple.

57Il y avait dix cas de ce genre. Et une débauche de frais de bureau, de frais d’imprimés. Et des secrétaires de secrétaires. Au centre de nos burlingues, il y avait eu toute une équipe qui avait travaillé dans les bureaux militaires. Cela nous valait des stocks formidables d’imprimés, et une paperasserie vertigineuse.

58L’économat avait commandé deux cent mille fiches, et des fichiers coûteux extraordinairement hermétiques, ce qui n’empêchait pas nos adresses de disparaître.

59Il fallait couper net. Ce fut fait. Je dus le faire moi-même. Je le fis. L’activité politique étant ralentie, je pris en mains la révision de tous les services.

60Nous étions au commencement de décembre 1926. La suppression du journal était une nécessité. Elle fut décidée par Arthuys et moi.

61C’est alors que Marcel Bucard, ancien séminariste, conférencier et propagandiste au Faisceau, à ce moment chef du service de la propagande, où il avait été nommé par André d’Humières, alla voir François Coty pour lui offrir ses services.

62Deux mots sur ce Bucard : c’est un de ces garçons qui ont été tout à fait désaxés par la guerre. Il était séminariste avant la guerre ; il fit bien la guerre, y gagna dix citations et les galons de capitaine. Fils d’un boucher, il ne put trouver, à la démobilisation, dans son milieu social, l’équivalent de prestige qu’il avait à l’armée. Il vécut sur le Rhin pendant un certain temps, devint conférencier catholique, agent électoral, candidat sur la liste Tardieu en 1924. En 1925, il n’était qu’un petit personnage très obscur. Il était répandu dans ces milieux de combattants où il y a des politiciens d’une nature particulière, au petit pied, de petits moyens, vivant de petites intrigues. André d’Humières le prit et le garda, malgré les bruits fâcheux qui nous revenaient, et bien que nous eussions la certitude qu’il abusait de ses fonctions chez nous pour faire des emprunts assez sérieux auprès de nos amis. Ce Bucard est peu cultivé, ne connaissant que les petits côtés de la politique, d’une effroyable ignorance en économie, mais doué d’un grand talent de parole, dans les limites d’un seul genre. Son genre, c’était le double genre : « combattant » et « religieux », lyrique, déchirant, avec une pointe d’obscénité. Il porte sur lui des images pieuses et des images pornographiques. Il ne peut faire un article ni prononcer un discours sans y introduire un trait scatologique ou sexuel. C’est un obsédé. En 1928, intervenant contre moi dans une réunion de dissidents du Faisceau, il trouva le moyen de s’exprimer sur les erreurs de mœurs qui lui étaient attribuées, avec une crudité ignoble, au-dessous du langage de chambrée, et ceci devant des femmes et des jeunes filles. C’était, d’autre part, le type du besogneux, qui a toujours besoin de quelques centaines de francs, le matin, au réveil.

63André d’Humières lui avait confié, en septembre 1926, la direction de la propagande ; on lui donnait deux mille francs pour cela, en échange de quoi il passait chaque jour une heure ou deux dans la maison. Cela ne dura pas longtemps, mais son court passage à ce service nous coûta cher en frais d’imprimés qui furent confiés à ses amis. En décembre, étant obligé d’examiner un énorme paquet de factures, j’eus à lui parler très sec à propos de celles de son service. Il comprit que je ferais le nettoyage à fond, et il prit aussitôt des dispositions pour sauver sa mise.

64Je ne parlerais pas de cet individu s’il n’était devenu, dans la suite, un des principaux agents d’exécution de François Coty.

65À tel point que, en 1928, Coty lui servit de témoin pour son mariage, ce qui causa un énorme étonnement, car ce Bucard, petit besogneux, est un personnage de dixième rang, et Coty, milliardaire qui se place hors classe, se montre très rarement en public. Ce petit fait signifiait que Coty attachait un prix particulier aux services de Bucard.

III. — François Coty contre le Faisceau

66À partir de la fin de décembre 1926, François Coty mène directement la lutte contre le Faisceau, et particulièrement contre son président, votre serviteur.

67Pourquoi ? Nous ne l’avons pas compris du premier coup.

68Pendant toute l’année 1926, Coty ne nous était apparu que sous les aspects d’une sorte de mégalomane, qui voulait se débarrasser de l’odeur de ses parfums. Ce n’est que vers la fin de 1926 que nous commençâmes à voir qu’il agissait selon un plan préétabli, parfaitement étudié.

69Dans le premier semestre de 1927, il n’y avait plus aucune hésitation permise : il nous apparaissait, brutalement, que François Coty menait en France une politique très précise dont l’inspiration, le commandement et vraisemblablement les principales ressources, étaient à Londres, et qu’il avait mission d’entraîner dans cette politique les groupes « nationaux » français et de faire la liaison entre Londres, Rome et Paris pour coordonner l’action des droites françaises et italiennes en vue d’une immense opération contre un bloc germano-soviétique.

70En mai 1928, nous avons publié un numéro spécial du Nouveau Siècle où j’ai accusé François Coty, avec la plus grande précision, avec textes et témoignages extrêmement nets. Il n’y a pas eu l’ombre d’une réponse.

71Et les confirmations nous sont venues de tous côtés.

72Je vais dire comment nous avons découvert et compris la fonction de Coty, et je joindrai à mon récit textes et témoignages.

73Nous sommes, mes amis et moi, tout à fait libres à l’égard de François Coty. Le million et demi qu’il a donné au Nouveau Siècle est exactement sur le même pied que les millions que mes amis et moi avons sortis de nos propres biens, et que nous avons mis au service de la politique que nous avons définie en 1925. Coty a pris là-dessus les mêmes engagements que nous, avec cette différence que le million et demi qu’il a versé n’était qu’une très petite partie de sa fortune, tandis que, pour quelques-uns d’entre nous, les centaines de mille francs ou le million versé, c’était une grosse partie de ce que nous possédions. Et pour l’un d’entre nous, ses versements, ce fut toute sa fortune, et bien au-delà.

74Tout a été versé pour faire notre politique, et non celle de Coty.

75Coty, découvrant qu’il ne pouvait pas nous manœuvrer, nous plier au plan occulte qu’il suivait, a essayé de nous abattre. Il a mené contre nous, personnellement, une lutte ignoble, avec des moyens ignobles. Nous avons été par là complètement libérés de toute obligation à son égard. Et c’est un devoir impérieux pour nous que de dénoncer l’action de cet aventurier qui est un des principaux agents d’exécution d’une politique, conçue par une ploutocratie étrangère, qui conduirait la France et l’Europe à une guerre sans précédent.

76François Coty est, on le sait, parfumeur de son état. Il est entre cinquante et soixante ans. C’est un petit bonhomme, très soigné de sa personne, au visage rasé sans grande expression, avec l’œil intelligent du petit épicier de Montrouge. On est souvent tenté de le prendre pour son valet de chambre. Il est toujours en représentation, guindé, s’observant, et c’est ainsi qu’il masque une vulgarité qui surgit parfois d’une manière stupéfiante.

77Il est à peu près inculte, ne lit pas et ne sait à peu près rien des doctrines contemporaines. Mais il a un toupet de chien. Il parle beaucoup, étourdit ses visiteurs, ne les écoute guère et se sert de ses défauts pour masquer sa grande qualité, qui est de bien connaître l’homme, ses ressorts secrets, ses appétits et ses faiblesses, et de savoir s’en servir. Un homme un peu intelligent a tout de suite le sourire devant l’insipide monologue de Coty, mais c’est au milieu de ce flot de paroles, dont on ne se méfie pas, que Coty lance ses phrases de manœuvre. Aux premières conversations, il vous apparaît comme une sorte d’ahuri, trépidant, sans suite dans les idées, qui vous raconte tout bêtement tout ce qu’il sait ; mais ce flot d’indiscrétions, c’est sa manœuvre ; c’est ainsi qu’il oppose les gens les uns aux autres.

78Il a acheté le Figaro après la guerre. On ne vit en lui, alors, qu’un richard qui se payait la fantaisie d’un journal à lui. C’était le premier acte de ses réalisations. Maurras l’attaqua avec violence ; il le nommait : l’homme qualifié par sa seule richesse. Coty lança sur Maurras un de ses architectes, ami de l’Action française, qui prépara les rencontres. En 1923, je crois, Coty et Maurras firent la paix en déjeunant. Coty avait acquis le Gaulois ; on prit cela pour une opération commerciale, c’était une opération politique. Coty visait le contrôle des droites : il annulait tout journal pouvant gêner son action.

79En 1925, Maurras se livra à lui ; j’ai dit comment. Maurras lui demanda cent cinquante mille francs, qu’il reçut. Fin 1925, l’Action française étant dans une situation tragique et sur le point de sombrer, Coty la sauva. À ce moment-là, ce fut sur mes propres indications ; c’est moi-même qui, en novembre 1925, alors que l’Action française nous attaquait sourdement, ai conseillé à Coty de lui donner deux millions par an, ce qu’il fit depuis, et au-delà. C’est ainsi qu’il acquit un véritable contrôle sur l’Action française qui n’aurait jamais pu tenir sans lui depuis 1925, et qui s’effondrerait demain sans ses subventions.

80À ce moment-là, Coty avait l’air de se faire forcer la main, et je l’entends encore nous disant, frappant sur son bureau où était étalée l’Action française :

81— Vous avez lu cet article de Daudet : c’est du chantage, Messieurs ! du chantage. Ils me menacent de dénoncer mon concours au Nouveau Siècle. C’est pour obtenir mes subventions.

82En fait, il amenait tout le monde à se pendre à son pied de biche. Mais il se faisait la figure de l’homme riche qui est tapé de tous côtés. Il menait son jeu.

83— Messieurs, je ferai la paix entre vous. Nous ne voulons tous que le bien de la patrie. Je suis étranger à la politique. M. Maurras m’a dit lui-même que vous êtes, vous, M. Valois, un homme au-dessus de tout reproche, le seul capable de mener l’action que vous avez entreprise. Alors pourquoi vous attaque-t-il aujourd’hui ? Parce qu’il veut mon argent, Messieurs ! Voilà, Messieurs, c’est une question de boutique. Moi, Messieurs, je suis au-dessus de cela. Je sers mon pays. Et ce Pujo, Messieurs, qu’est-ce que c’est ? C’est un homme de la police. Et vous êtes attaqué par Mathon, maintenant ? Eh bien, Messieurs, Mathon m’a dit, ici même, que M. Valois est un homme de premier ordre. Mais il y a à côté de lui ce Désiré Ley, qui le chambre, qui le surveille. Qu’est-ce que c’est que Désiré Ley ? On ne s’appelle pas Désiré Ley. J’ai eu chez moi, Messieurs, un Ley : il s’appelait Lévy. Vérifiez : Ley, c’est Lévy. Désiré Ley, c’en est encore un, placé auprès de Mathon par eux pour le surveiller.

84Je viens de vous reproduire un discours de Coty à nous- mêmes. C’est un discours de fou ? Pas du tout ; c’est de la belle manœuvre.

85Tandis qu’il abîmait Pujo ou Ley devant nous, il travaillait avec eux. Mais alors, nous le prenions pour un bavard, qui pensait à défendre son argent contre Pujo et contre Ley.

86J’ai dit que, au moment où nous lançâmes le Nouveau Siècle, il nous laissa choir. Nous ne pouvions pas le joindre. Le journal lancé, sa porte se rouvrit. Nous le priâmes de tenir ses engagements. Il fut bien obligé de le faire. Il les tint jusqu’au bout, ce qui le conduisit jusqu’en novembre 1926. Il s’acquittait à raison de cent mille francs par mois en moyenne. Mais ce fut toujours très difficile. Il fallait faire plusieurs visites chez lui. Et l’argent venait presque toujours après les échéances.

87Très vite, il vit qu’il ne fallait pas compter me manœuvrer. Alors il essaya d’agir sur nous et sur moi par Jacques Arthuys, avec qui il proposa d’arranger une liaison pour ses versements pour des raisons de commodité technique. À chacune de ses visites, Arthuys entendait un cours de politique. Toutes les suggestions de Coty étaient versées scrupuleusement dans nos conseils, et cela ne modifiait en rien notre politique.

88Coty essaya d’agir nettement sur notre politique trois fois :

89La première fois, en juillet 1926, pour nous amener à prendre parti pour la ratification des accords de Washington. Il avait retourné sa position en vingt-quatre heures. Il servait dans le privé une thèse anglaise : il nous dit que l’Angleterre, qui voulait cesser ses propres paiements, voulait que nous ratifiions afin de proposer ensuite une annulation générale des dettes.

90Nous refusâmes net.

91En août 1926, il pria Philippe Barrès de s’entretenir avec lui. Il protesta auprès de lui contre un article favorable à la loi de huit heures qu’il avait donné au Nouveau Siècle.

92Barrès lui répondit qu’il serait bien utile que lui, Coty, en parlât avec Valois.

93Coty avait encore une fois soutenu une thèse anglaise.

94Enfin, auprès de moi, Coty protesta contre mes articles sur la question juive. Il aurait voulu que je dénonçasse le complot « juif » de Wall Street. C’était encore une thèse anglaise.

95Il fit quelques autres tentatives, par personnes interposées. Tout fut repoussé. Coty comprit que nous étions intraitables.

96Il avait échoué sur moi.

97Il avait échoué sur Arthuys.

98Il avait échoué sur Barrès.

99Il descendit un nombre considérable d’étages et trouva Bucard.

IV. — Premier assaut cotyste à notre Ier congrès

100Décembre 1926. — Nous avions suspendu notre quotidien.

101Nous nous trouvions avec un assez joli passif : un million et demi, de très lourdes charges en personnel. Nous faisions chaque jour d’agréables découvertes : l’administrateur du Nouveau Siècle n’ayant pas dénoncé en temps utile notre contrat avec l’imprimeur, nous valait un dédit de deux cent cinquante mille francs. Ce jeune homme passa plus tard chez Coty où j’espère qu’il a géré les affaires aussi bien que chez nous.

102Nous avions un personnel excessif dans tous les services. Je dus le réduire moi-même, homme par homme. Nous n’avions pas un chef de service capable de prendre la responsabilité d’une compression de frais. Je licenciai tout le monde, me réservant de reprendre en janvier les meilleurs éléments.

103Bucard, ayant pris contact avec Coty, parcourut les services pour déclarer que tout le mal venait de moi, que l’on aurait tout l’argent que l’on voudrait si je quittais le Faisceau.

104Bucard agit de concert avec Philippe Lamour, qui était l’un de nos avocats et conférenciers.

105Philippe Lamour avait alors vingt-quatre ans. C’est un garçon remarquablement doué, d’une étonnante précocité, d’une famille de bonne bourgeoisie, et ayant passé par le Parti communiste. Il a eu une jeunesse très difficile, s’est marié très jeune, dans un milieu très différent du sien. Il est tout à fait désaxé pour des raisons qui échappent à tout le monde, et qui font de lui un être double. Candide parfois, avec un regard d’enfant. Affreusement pervers à d’autres moments, avec le regard le plus trouble. J’ai eu pour ce jeune homme plus que de l’amitié, une véritable affection. Il m’a trahi avec une rouerie qu’il est vraiment rare de trouver chez un garçon de vingt-quatre ans. Il est vrai qu’il est exceptionnel en tout. Il écrivait à vingt-deux ans un formulaire des Contrats en francs-or qui est un modèle du genre. Il a plaidé et gagné d’une manière remarquable, en 1925, mon procès contre Joseph Caillaux. Il a une puissance de travail que l’on ne trouve que chez un homme de trente à quarante ans. Son intelligence est de premier ordre. Il est moins doué pour l’invention ; pas du tout pour la ténacité et les longs desseins. Mais il est d’une étonnante habileté dans l’intrigue. Il m’a souvent paru agir pour des raisons étrangères à sa volonté. On le sentait contraint. Après l’avoir découvert, j’ai longtemps observé son jeu : cela rappelait beaucoup le jeu du Kim de Kipling, avec les mêmes ressorts secrets. Il manque ses coups, parce qu’il joue trop vite ; il les manquera presque toujours parce qu’il y a chez lui une corruption cachée qui, au moment où il joue, l’étouffe et le dégoûte de lui-même. Fin 1926, ma confiance en lui était grande. Je le protégeais, au grand scandale de plusieurs de mes amis. Je ne soupçonnais pas sa trahison.

106Bucard et Lamour agirent donc de concert pour faire exploser le Faisceau en janvier 1927. Bucard travaillait les fonctionnaires du Faisceau, les ci-devant fonctionnaires, et les combattants, et notre droite ; Lamour travaillait la gauche.

107D’autre part, van den Brœk, président du Conseil d’administration du Nouveau Siècle, qui avait vu Coty, disait que, décidément, on ne pourrait plus trouver d’argent avec moi. Il faut vous dire que, à une démarche faite auprès de moi pour obtenir que je fusse aimable avec Coty et docile à ses indications, surtout au point de vue ouvrier, j’avais répondu d’une manière qui interdisait toute reprise de la conversation.

108— Nous n’aurons plus d’argent, m’avait-on dit.

109— Ce n’est pas la question, répondais-je, j’ai pris la tête d’un mouvement pour atteindre des buts très définis, non pour avoir de l’argent.

110— On nous lâchera.

111— Lâchera qui voudra.

112Dans le courant de décembre, il y eut trois clans dans le Faisceau, trois clans en relations avec Coty, dirigés par lui et qui voulaient ma peau, et trois clans qui se cherchaient un chef pour en tirer parti.

113Un clan entourait Arthuys de sollicitations pressantes.

114Un clan pontait sur Bucard.

115Le jeune Lamour brouilla encore les cartes en allant voir Philippe Barrès.

116— Vous êtes le chef, lui dit-il en substance.

117— C’est excessif, répondit Barrès. Naturellement, vous m’autorisez à parler de votre démarche à Valois.

118Lamour était pris.

119Barrès me fit part de la démarche :

120— Il ira loin, le bougre, me dit-il.

121J’avoue que je ne partageai pas l’émotion de Barrès. D’une manière générale, oui. Sur le cas Lamour, non. J’avais trop d’amitié pour ce jeune traître.

122Barrès fit tous ses efforts pour m’éclairer :

123— Nous subissons une pression extraordinaire. On nous entoure de tous côtés. J’arrête tout avec une déclaration très simple. On nous dit : Arthuys, Barrès, vous qui…, vous que…, vous devriez… Je réponds : Qui travaille au Faisceau ? Valois. Cela arrête net les démonstrations.

124Je répète que Philippe Barrès est une des plus belles âmes que je connaisse.

125Le coup Bucard-Lamour devait se produire à notre Ier Congrès, en janvier 1927. Dans les quinze jours qui précédèrent le Congrès, les couloirs de notre hôtel de la rue d’Aguesseau retentirent du bruit des promesses de Coty. Les fonctionnaires démissionnaires et démissionnés rêvaient de l’or de Coty.

126Pierre Dumas fut débarqué avant le Congrès. Lui, il était entré en relations avec Mathon pour gagner son pain dans l’action sociale conduite par Désiré Ley, allié de Coty. Dumas, plus tard, fut embauché par Gustave Hervé. En 1928, il donna des articles de « doctrine » à l’Ami du Peuple, ce qui est vraiment impayable.

127La coalition contre moi était assez forte. Elle comprenait la droite, avec les gens à qui Bucard contait que j’abandonnais « l’esprit combattant », la gauche, menée par Lamour, avec le concours de bonshommes ahurissants, dont un conseiller municipal de Gennevilliers, qui fut connu plus tard comme petit indicateur de police, et qui, à ce moment-là, était un des pions importants du jeu de Lamour. Enfin, j’avais contre moi le centre, sous la conduite d’un certain Pierre Darras, entrepreneur de travaux publics, qui avait voulu monter une officine de briseurs de grève au Faisceau et que j’avais arrêté net dans ce travail.

128Avec moi, à ce moment-là, le gros des troupes du Faisceau, et le noyau des hommes qui, acquis aux idées dès l’origine, avaient peu à peu, tout naturellement, formé le cerveau et l’âme de notre mouvement ; c’est le groupe qui est demeuré, et qui se constitua fortement alors, autour d’Arthuys et de moi- même, avec Jean Beurrier, Gabriel Bonnet, Hubert Bourgin, André Deloche, Auguste Lajonchère, Philippe Lang, Henri Le Hoc, Jean Mayer, René de La Porte, Jean de Rocquigny, E. de Turckheim, auxquels se joignirent peu après des amis de la première heure comme Marcel Barault, Jean Barthet, Jacques Bénard, Charles Collette, Henri Viallefond. C’est ce groupe qui s’est formé dans l’heur et le malheur, et au premier rang duquel tout le monde s’accorde à placer René de La Porte.

129Le Congrès s’ouvrit dans une atmosphère empoisonnée. La défiance était partout. La veille du coup, nous connûmes le dispositif des conjurés. Avec les fidèles, nous tînmes conseil jusqu’au milieu de la nuit. Nous devions être dénoncés comme préparant une évolution du fascisme vers le parlementarisme. On voulait exiger de nous des déclarations figeant le fascisme dans une des vieilles formules de l’antiparlementarisme. Nous devions nous y refuser, et, dans le tohu-bohu d’un débat où quelques ahuris devaient créer toute la confusion nécessaire, je devais tomber sous les coups de la droite et de la gauche. C’était le parlementarisme dans toute son horreur.

130Le jour du coup, notre salle de réunion était pleine. C’était dans l’hôtel des André, rue d’Aguesseau, qui comprend une magnifique salle de musique, avec en galerie, une bibliothèque. Dans la galerie, tous les fonctionnaires de la maison. On venait voir manger le dompteur.

131Ce fut la journée des dupes. Aux séances précédentes Lamour avait essayé de soulever les incidents ; ils avaient tous été renvoyés à la grande séance. Je parlai pendant quatre heures ; je fis tous les discours des conjurés, étalai leurs arguments les défis, et présentai nos conclusions. Après mon discours, les conjurés n’avaient plus un mot à dire ; la salle était entièrement pour nous. Ni Lamour, ni Bucard, ni leurs amis n’osèrent prendre la parole. Ils étaient battus sans combat.

132Bucard s’était complètement découvert par ses conversations de couloir. Il vint demander la paix le lendemain matin. Mes amis, André d’Humières en tête, me prièrent de ne point l’exécuter. J’y consentis. Bucard vint me voir, me raconta les manœuvres de Lamour, et me demanda de porter son traitement de deux mille à trois mille francs. Ceci, avec des déclarations attendrissantes sur ses sentiments religieux. J’étais écœuré. Par amitié pour André d’Humières, qui ne voulait pas qu’il fût dit qu’il avait patronné un vilain monsieur, je conservai Bucard, lui donnai son pourboire, me promettant de le chasser à la première occasion.

133Mes amis étaient presque tous d’avis que le meneur était Lamour. Là, je ne célerai pas ma faiblesse. Ma confiance était partie. Mais j’eus l’illusion que je ramènerais ce jeune homme dans le droit chemin. L’enfant s’amusa fort de mon illusion. Et il resta. Il était, au surplus, mon avocat dans tous nos procès politiques et commerciaux, contre l’Action française.

134Peu après, je me donnai la satisfaction d’une visite de condoléances à François Coty : je lui avais demandé rendez-vous sous prétexte de m’entretenir avec lui de l’opposition entre sa politique et la nôtre.

135Je lui contai le coup du congrès :

136— Et savez-vous ce que l’on disait de vous, Monsieur Coty dans les couloirs du congrès ?

137— Je ne le sais pas, Monsieur.

138— Eh bien, on disait que si l’on me renversait, on aurait de vous tout l’argent que l’on pourrait désirer.

139— Ce n’est pas vrai !

140— Je ne vous dis pas que c’est vrai. Je vous dis ce que l’on disait.

V. — « Sous la direction de l’Angleterre »

141Jusque-là, nous n’avions pas compris le jeu de Coty. Nos amis voyaient toujours Coty sous l’aspect du bourgeois gentilhomme. Ce n’était plus du tout mon sentiment. Je voyais Coty subventionner largement l’Action française, intriguer contre elle, intriguer contre nous, intriguer contre tous les chefs des organisations dites « nationales », tendre à démolir tous les chefs de quelque envergure pour les remplacer par des exécutants.

142Il avait fait tout le nécessaire pour faire dresser les chefs de l’Action française contre ceux du Faisceau, et réciproquement.

143J’ai dans mes archives un article d’une violence extrême qu’il nous a remis contre Millerand, et que j’ai refusé d’insérer.

144Cela pouvait tendre à faire de lui le chef « national ». Mais l’explication n’était pas recevable. Nous connaissions déjà, d’ailleurs, des choses assez singulières qui m’obligeaient à me poser de sérieuses questions. Dans l’affaire de l’Action française à Rome, il prit parti contre le Vatican. En peu de semaines, je constatai les mêmes réactions sur ce point à Londres, à Paris chez Coty, et à Rome dans le monde fasciste.

145Fin 1926 et en 1927, Coty prit tout à coup figure de prophète de l’ordre. Il fit, sous le titre ridicule de Une Croisade des Patries, une série d’articles contre le communisme qui aboutirent, en avril 1927, à une violente campagne contre Rakowsky, ambassadeur de l’URSS à Paris. Cela tendait tout simplement à une intervention en Chine, pour le compte de l’Angleterre, qui se trouvait très menacée par la formation d’une République soviétique chinoise, sous la direction du Kuomingtang, alors sous l’influence de Moscou.

146Nous disposions du Nouveau Siècle hebdomadaire. Je dénonçai les périls de la campagne de François Coty. Tout à coup, la campagne s’amplifiant, il y eut un brusque jet de lumière. Gustave Hervé commit la grave maladresse de « manger le morceau », et il se félicita tout bêtement, dans son journal, du fait que, « sous la direction de l’Angleterre », le front anticommuniste s’organisait en Europe. François Coty fut encore plus maladroit. Il fit des allusions très précises à une conversation qu’il venait d’avoir, à Londres, avec sir Austen Chamberlain, conversation à la suite de laquelle il donnait, lui Coty, des instructions aux Français. Ces deux articles de journalistes se disant français, patriotes, nationalistes et hyper- nationalistes, se mettant en position de vassalité à l’égard de l’Angleterre, c’était une honte.

147Je traduisis notre indignation dans un article du Nouveau Siècle où Coty, non nommé, était désigné clairement. Le jour où parut cet article, Coty, très ému, téléphona chez nous pour provoquer un entretien. Nous étions sans relations depuis un semestre. Arthuys alla le voir. Coty se montra à la fois furieux et conciliant. On convint d’un examen entre nous trois. Nous allâmes le voir le 1er mai et nous eûmes avec lui un entretien qui dura trois heures.

148Je lui déclarai que, autant nous étions tous prêts à collaborer avec l’Angleterre pour l’organisation de la paix européenne, autant nous étions opposés à toute attitude qui ferait de la France une vassale de l’Angleterre, destinée en outre à fournir des soldats dans une guerre contre la Russie, pour sauver l’Empire des Indes et les marchés asiatiques.

149François Coty se défendit d’une pareille pensée. Il voulait la collaboration loyale entre les deux pays. Je lui objectai que sa campagne contre le communisme, tout artificielle, était pleine de faux renseignements émanant des services anglais.

150C’est alors que François Coty lâcha un terrible aveu. Il affirma que ses renseignements étaient authentiques, et qu’il n’en pouvait douter, car il était en relations suivies avec le chef du service secret anglais en France.

151J’aurais payé très cher un pareil renseignement. Je l’eus pour rien.

152François Coty nous fit un interminable discours dont le sens simple était ceci :

153— Ou vous continuez votre campagne, et je vous attaque demain dans le Figaro, ou vous l’arrêtez, et je vous fournis le moyen de faire reparaître votre quotidien.

154Je lui déclarai que j’aimerais mieux publier ma pensée sur une feuille de papier à lettres et manger du pain sec plutôt que de perdre ma liberté politique.

155Il nous pressa, nous menaça, nous caressa, nous intimida, commit l’indiscrétion de nous dire que plusieurs de nos collaborateurs venaient se mettre à sa disposition. En vain. Nous ne cédions rien.

156Le lendemain, il nous attaqua dans le Figaro.

157Il commit une fois de plus une formidable maladresse. Il voulait effacer la tache honteuse qu’il avait faite sur le corps français : il l’étendit à toute l’Europe, à toute la civilisation.

158C’est dans cet article qu’il écrivit cette phrase fameuse, que j’ai citée vingt fois, que je lui ai accrochée au derrière, phrase qui est faite pour déshonorer à jamais un journaliste, un homme politique français. Je la reproduis ici une fois de plus :

159« NOUS CONSIDÉRONS QUE LA GRANDE-BRETAGNE EST LE DONJON, LE SUPRÊME REMPART DE LA CIVILISATION OCCI- DENTALE. SI ELLE CROULAIT, LA FRANCE ET L’EUROPE ENTIÈRE TOMBERAIENT SANS DÉFENSE SOUS LA DOMINATION GERMANIQUE. »

160Je ne connais pas de pire outrage à l’honneur français, aux combattants français. Qu’un journal « national » écrive une pareille énormité, et qu’il ne reçoive pas immédiatement des milliers et des milliers de désabonnements, cela passe l’entendement.

161Mais, pour Coty, il est définitivement classé par cette déclaration.

162Il est l’homme d’une politique qui veut faire de la France la protégée, l’esclave d’une nation étrangère, pire : le soldat d’une ploutocratie. Et dans quel esprit ! En ramenant à rien l’immense somme d’héroïsme dépensé par l’armée française pendant la guerre.

163L’outrage de Coty aux combattants de la Marne et de Verdun ne fut pas ressenti par les lecteurs du Figaro. Il y eut plus fort, c’est parmi les gens qui nous suivaient que des protestations se produisirent contre nous. Dans une certaine partie de notre public, on se détourna de nous. On donna raison à Coty, homme riche. Comment et pourquoi ?

164Parce qu’une certaine bourgeoisie a acquis l’état d’esprit des émigrés, qui servaient « la légitimité » « sous la direction de l’Angleterre » contre la France. Il y a aujourd’hui de très lâches bourgeois prêts à se mettre « sous la direction de l’Angleterre » pour sauver « l’ordre », c’est-à-dire leur coffre-fort. J’ai, dans mes archives, une lettre d’une éminente bourgeoise qui me dit qu’il est légitime d’accepter « l’or » anglais puisque c’est pour « l’ordre ».

165À ce moment, les troupes d’action du Faisceau étaient dans un excellent état d’esprit. Le 2 mai, nous convoquâmes nos cadres. Notre salle de réunions fut pleine à craquer. J’exposai l’affaire Coty ; je déclarai que rien ne nous ferait jamais consentir à faire des combattants français les soldats des marchands de la Cité contre le peuple russe ou contre les Chinois. Il y eut ce soir-là un enthousiasme indescriptible. Jamais, jamais nous n’avions atteint une pareille température.

166Je note tout de suite que nos gaillards qui sont passés chez Coty étaient là ce soir-là, y compris le Bucard qui nous trahissait. Ils étaient tous au ton général. S’ils ne l’avaient fait, ils eussent passé par les fenêtres.

167Je conserve de cette soirée le plus chaud souvenir. Elle disait la possibilité d’une grande campagne publique. Coty le comprit par les rapports de ses agents. Il vit, et l’on vit au-dessus de lui, que la France se soulèverait d’un bond contre une campagne pour l’intervention en Chine. La campagne fut arrêtée mais on tint compte de l’avertissement. On comprit que toute campagne au service de la ploutocratie anglaise se heurterait au sentiment public. Alors « Pitt et Cobourg » pensèrent à décupler les moyens de presse qu’ils préparaient. C’est alors que François Coty conçut l’Ami du Peuple avec le concours de trois de nos collaborateurs qui, dans la première quinzaine de mai, se présentèrent chez lui pour se mettre au service de l’argent que nous refusions.

168Le plus ardent des trois était Marcel Bucard, qui était encore chez nous, et qui était au Faisceau. Les deux autres étaient des professionnels du journalisme. Leur cas était très différent.

169Nous en sûmes assez de ces intrigues, pour démissionner Bucard en temps utile. Le 15 mai, nous supprimions son emploi, et nous l’invitions à rester chez lui. Il essaya de nous extorquer quelques billets de mille avant de partir. On lui en donna un morceau, très heureux de ne plus l’avoir avec nous.

170Nous aurions pu alors pousser très avant l’avantage que nous avions eu à notre réunion de cadres. Mais nous n’avions pas d’argent. François Coty fit faire campagne contre nous par ses agents dans tous les milieux sympathiques au Faisceau. On nous accusait d’être en amitié secrète avec Moscou. Tandis que nos troupes avaient très bon moral, nos souscripteurs sympathisants se dérobaient. Et notre trésor n’était guère alimenté que par les souscriptions du petit groupe de vingt personnes, qui avaient par ailleurs à liquider le lourd passif de l’année 1926.

171Notre droite se détacha de nous presque entièrement. Elle ne pouvait comprendre que nous niions le péril communiste. D’autre part, elle avait été très secouée par les déclarations que j’avais publiées le 20 mars sous le titre Notre République, et par lesquelles j’étais rentré officiellement dans la République. Mon étiquette « royaliste » étant tombée, on voyait à nu les idées syndicalistes que je sers depuis mon entrée dans la vie publique. Et notre droite était plus effrayée que ne l’avaient été les gens de l’Action française qui, tout de même, avaient eu l’esprit un peu ouvert à l’action sociale par le comte de Chambord, le comte de Paris, et le colonel de la Tour du Pin.

VI. — Coty et Finaly

172Nous étions complètement éclairés sur Coty. Et du coup, son opposition à Finaly devenait tout à fait intelligible.

173Il y a un duel Finaly-Coty.

174Cela veut dire qu’il y a un grand conflit entre deux grands groupes financiers : le groupe franco-américain et le groupe franco-anglais. Dites, si vous voulez : le groupe des Français partisans de l’alliance américaine pour un aménagement général du monde sous le contrôle de la finance américaine, et le groupe des Français partisans d’une alliance anglaise contre le « péril » germanique et le « péril » soviétique. Cette définition est un euphémisme. Nous reviendrons là-dessus dans nos conclusions. Je tiens à vous dire tout de suite que la conception du groupe Coty est techniquement très inférieure à la conception du groupe Finaly. Nous combattons les deux. Mais je dois dire que la seconde est des temps modernes, et la première est en retard d’un siècle.

175Ayant bien vu cette opposition, nous fûmes en mesure de renouveler notre jugement sur deux faits que voici :

176I

177En octobre 1926, l’un de nous entrant dans notre cabinet où André d’Humières se trouvait avec moi, nous dit :

178— Je viens de chez X… Il va fort. Il dit qu’il faut tuer Finaly.

179— Et il compte sur nous ?

180On répondit par un geste : Sur qui pourrait-il compter ?

181Il y eut un grand silence entre nous.

182II

183Dans la même semaine, quelqu’un, qui fut dans la suite exclu du Faisceau, entra dans le cabinet où travaillait l’état- major.

184— Il faut faire quelque chose, nous dit-il.

185Nous étions d’accord.

186— Il faut tuer Finaly, dit l’autre.

187Il nous proposa un plan fort bien esquissé, tant au point de vue policier qu’au point de vue judiciaire.

188— Bien, dit l’un de nous, je parlerai de cela à mon confesseur.

189Je confesse que ce n’est pas moi qui parlai ainsi.

190L’autre dit entre ses dents :

191— On ne fera jamais rien dans cette maison si, pour les choses sérieuses, il y a toujours quelqu’un qui a besoin de voir son confesseur.

192III

193L’affaire Finaly ne fut pas suivie.

194Peu après, il y eut le coup de main sur la rue de Rome.

195Le personnage qui avait proposé l’assassinat de Finaly était le même qui se proposa pour corser le coup de main sur l’Action française.

196Et le même qui commit les prodigieuses indiscrétions qui firent que l’on fut prévenu en dehors de nous, à la police et à l’Action française.

197Et le même qui monta revolver au poing l’escalier de l’Action française.

198Et dont le revolver partit « accidentellement », déclenchant la fusillade.

199Ce même homme était en relations avec Coty, en dehors de nous.

200Imaginez Finaly assassiné, ou deux ou trois personnes tuées dans l’affaire de la rue de Rome ; nous étions arrêtés immédiatement.

201Pour Coty, c’était coup double.

202Les faits prirent pour nous une importance particulière en mai 1927. Il n’y avait plus à se tromper sur le caractère du conflit Coty-Finaly. Ni sur le rôle de François Coty.

203François Coty voulait la tête de Finaly, pour le compte de son suzerain. Et la mienne en même temps.

VII. — Les agents de Coty au procès contre l’Action française

204Nos procès avec l’Action française venaient à la fin de mai.

205Dans le courant de ce mois de mai, Coty fit chez nous un effort de débauchage extraordinaire.

206Il nous restait un certain nombre de fonctionnaires que nous n’avions pas licenciés parce qu’ils ne pouvaient que très difficilement trouver une situation. Dans le nombre, Marcel Delagrange, Raymond Batardy, et d’obscurs personnages. Ils étaient une douzaine « qui faisaient du travail comme quatre ». Ils virent tous Coty ou ses agents. Delagrange fut reçu par Coty ; Batardy fut mis entre les mains de ce Maurice Hanot, dit d’Hartoy, qui fonda l’Association des décorés au péril de leur vie, pour rassembler des combattants à la disposition des entreprises Coty. René de La Porte et moi, nous étions seuls à travailler au milieu de ces pillards, sur lesquels, à l’époque, nous conservions quelques illusions et que nous ne voulions pas mettre sur le pavé. Et nous avions à faire face aux créanciers de 1926.

207Cela ne nous empêcha pas de faire une belle réunion à Domremy pour protester contre la politique de Coty.

208Là-dessus, nous entrâmes dans les procès avec l’Action française, que nous attendions depuis plusieurs mois. Nous observâmes tout de suite un remue-ménage inaccoutumé.

209Un ancien administrateur du Nouveau Siècle, passé à Coty, et à qui nous devions une indemnité, vint nous menacer de faire du bruit à l’audience si nous ne le payions pas. On ne céda pas à ce joli chantage, qui fut enregistré par des témoins.

210Le chef des abonnements disparut sans laisser de traces. On découvrit qu’il nous venait de Coty. C’était un inverti. Ses petits amis, étant en prison, lui réclamaient de l’argent. Il avait les doubles de nos listes.

211Un autre personnage de la maison nous quitta brusquement, et ne reparut qu’un mois plus tard.

212Tous reçurent l’avis que nous étions perdus, qu’il fallait nous lâcher. On les attirait avec l’annonce d’un grand journal : l’Ami du Peuple que l’on préparait. Bucard se multipliait auprès de tous.

213Nous apprîmes que l’on annonçait qu’il y aurait un gros scandale à l’audience.

214L’après-midi du 30 mai, veille du jour où mon avocat, Philippe Lamour, devait plaider, Jacques Arthuys et moi nous vîmes arriver Marcel Bucard, qui, ayant appris que nous allions prononcer son exclusion du Faisceau, nous avait envoyé sa démission par pneumatique, et venait nous faire de surprenantes déclarations : — Vous voulez m’exclure, nous dit-il. Vous croyez que c’est moi qui intrigue contre vous. Ce n’est pas moi. C’est Philippe Lamour. Je vous le déclare et je vais aller le lui dire à lui-même : Philippe Lamour est une canaille. Il vous trahit. Il a montré vos dossiers à Maurice de Barral. Il dit que vous êtes dans une situation terrible, que vous êtes couverts de dettes, que vous avez fait des opérations irrégulières, etc.

215Bucard nous énuméra cinq histoires, toutes fausses, mais chacune construite sur un fait vrai. Il y en avait une dont la base n’était connue que d’un nombre infime de personnes, dont Lamour. Arthuys et moi, quoique stupéfaits, nous ne manifestâmes aucune émotion. Pas un mouvement de cil. Le piège était trop grossier.

216Mais le soir, les amis de notre cœur étaient réunis, nous examinions avec eux la situation, et nous prenions toutes les mesures utiles. Le lendemain, à l’audience, j’avais en poche, dûment rédigées sur papier timbré, les déclarations les plus précises des intéressés eux-mêmes sur les points où des attaques auraient pu faire illusion. Et des avocats étaient dans la salle d’audience tout prêts à nous donner leur concours si notre excellent avocat Jacques Marx avait été débordé par un surcroît de travail.

217Bucard nous avait donné sa parole d’honneur qu’il ne dirait mot à qui que ce soit de la visite qu’il nous avait faite, comme il nous avait donné sa parole pour appuyer sa dénonciation.

218Le matin même de l’audience, Bucard était allé voir Lamour, à qui, d’après ses déclarations, il devait dire qu’il était une canaille, et lui avait dit :

219— Tu ne connais pas tes clients. Ils ne peuvent pas te voir. Je les ai vus hier soir. Ils disent que tu as livré leurs dossiers à autrui. Arthuys te hait. Ils disent que tu es de la police, etc.

220C’est du moins Lamour qui m’a dit cela à moi-même plus tard.

221Mais comme ces deux êtres sont toujours restés en liaison, on est bien obligé de penser que tout cela ne fut que comédie destinée à provoquer le scandale.

222Avant l’audience, Lamour déjeuna chez moi. Il était sinistre. Nous étions très gais, après une mauvaise nuit.

223À l’audience, on vit arriver Bucard, suivi de quelques personnages du Faisceau qui passèrent avec lui chez Coty. On venait au spectacle, et en renfort.

224La veille, les avocats de l’Action française avaient demandé pourquoi Marcel Bucard avait démissionné du Faisceau.

225Philippe Lamour me demanda de faire citer Bucard comme témoin, pour lui faire déclarer qu’il quittait le Faisceau par convenances personnelles. Je refusai. Il insista. Je refusai.

226Il n’était pas difficile d’imaginer que Bucard étant à la barre, les avocats de l’Action française posaient les questions tendancieuses, et le scandale commençait.

227Bucard et ses gens rôdèrent pendant deux heures dans la salle d’audience. Les plaidoiries commencèrent.

228Le coup était manqué.

229Bucard partit, vert et l’œil mauvais.

230Lamour avait, au contraire, l’air innocent et pur qu’il prenait chaque fois qu’il avait manqué une mauvaise action.

231Cela retarda les opérations de Coty contre nous.

VIII. — Le retour de l’enfant économe

232Dans ce même temps où François Coty essayait de nous mettre à terre par l’intrigue, la trahison, la corruption de nos collaborateurs, nous avions cherché nos nouvelles alliances.

233Nous étions rentrés dans la République. Nous y étions accueillis sans enthousiasme. Il est vrai que nous n’arrivions pas en enfants prodigues qui ont beaucoup à se faire pardonner. Nous arrivions en enfants économes, ayant vécu loin de leur mère pendant de longues années, dans la difficulté et la pauvreté, et rentrant dans notre maison, nous la trouvions occupée par de gros messieurs pillards de nos biens. Nous rentrions pour demander des comptes.

234Nous fûmes mal reçus. À l’entrée, nous eûmes un accrochage avec Pierre Dominique, un de ceux pour qui j’ai précisément beaucoup de sympathie, et depuis longtemps, et Dominique nous barra la route. « Pas avec vous, Valois ! me disait-il. Vous avez passé vingt ans à l’Action française. Dans vingt ans, nous verrons cela ! » Charles- Albert prit une autre méthode. Il nous posa les questions fondamentales, eut satisfaction, et le dit dans une série d’articles de la Volonté. Ce fut le commencement d’un grand examen public dont René de La Porte a constitué le dossier plus tard sous le titre L’Avenir de la République : Charles-Albert, Paul-Boncour, Georges Bonnet, Joseph Caillaux, Robert Cornilleau, Pierre Dominique, Albert Dubarry, Franklin-Bouillon, Charles Gallet, José Germain, Georges Hoog, Ernest Mercier, Jean de Pierrefeu, Maurice Sarraut, André Tardieu y prirent part.

235D’une manière générale, nous fûmes regardés avec inquiétude. Des gens comme nous, libres comme l’air, sans attaches, sans histoires, prenant position dans la République, furent tenus pour des gens inquiétants.

236Charles-Albert, au bout de quelques mois, nous fit fête. Je l’avais connu au seuil de ma vie politique. C’est lui qui m’avait reçu en 1898 dans le petit groupe révolutionnaire où j’étais allé prendre place. J’avais conservé de lui le plus sympathique souvenir. Il ne se rappelait pas le jeune homme qu’il avait reçu trente ans plus tôt. Mais nous nous retrouvâmes tout de suite en sympathie, et bientôt en amitié.

237Nous retrouvions un frère aîné dans notre maison, un frère qui s’était tenu hors de la politique électorale. Cela arrangea bien des choses.

238Mais sachez que François Coty était pour quelque chose dans l’accueil qui nous fut fait dans la République. Dès la conversation publique commencée entre Dominique et nous, ses agents s’étaient précipités sur Pierre Dominique et Jean Goldsky qui étaient ensemble au Rappel et qui avaient fondé le Club Camille-Desmoulins et Paris-Phare. Bucard était allé voir Dominique et Goldsky et leur avait dit que tous mes amis se préparaient à me lâcher, que le mouvement continuerait avec eux, sans moi, et que, par conséquent, il était de mauvaise politique de compromettre ce magnifique mouvement de renouvellement républicain en le commençant avec moi, qui avais vécu trop longtemps à l’Action française.

239Philippe Lamour en dit autant de son côté aux mêmes Dominique et Goldsky. Pierre Dominique était sage de me dire en public : Pas avec vous, Valois !

240Tout ceci ne fut éclairci que beaucoup plus tard.

241C’est ainsi que, par l’œuvre de Coty, nous fûmes si fraîchement accueillis dans la République.

242J’ai à peine besoin de vous dire que Bucard avait fait entrevoir la fondation d’un grand journal. Il faisait la retape pour l’Ami du Peuple. Bucard ne put convaincre Pierre Dominique et ses amis. Mais les faux renseignements qu’il donna causèrent du trouble pendant quelques semaines.

IX. — La Deuxième Semaine de la Monnaie

243En juin 1927 eut lieu la Deuxième Semaine de la Monnaie.

244Au mois de mars, j’avais proposé à M. Raymond Poincaré de faire confronter les trois thèses monétaires des techniciens.

245M. Poincaré n’avait exprimé ni approbation, ni désapprobation. Il nous avait accordé audience, à Jacques Arthuys et à moi, et il nous était apparu qu’il regarderait une Deuxième Semaine de la Monnaie avec une curiosité sympathique.

246Nous proposâmes à M. Octave Homberg de prendre la présidence de cette Deuxième Semaine, et d’y convoquer tous les techniciens. La plupart des techniciens français réunis préalablement furent unanimes à demander à M. Homberg de prendre cette présidence. Ce qui indiquait très clairement que l’on tendait unanimement vers la stabilité monétaire, contrairement aux influences qui s’exerçaient autour de M. Poincaré, et qui poussaient à la revalorisation.

247Nous eûmes le très grand regret de ne pas avoir le concours de M. François-Marsal, qui avait été le personnage principal de la Première Semaine de la Monnaie. M. François-Marsal était l’auteur des fameuses conventions avec la Banque de France, qui avaient arrêté la première inflation, et qui avaient organisé un système de remboursements annuels étalés sur douze années. En 1922, le franc étant à dix sous, le système François-Marsal était tout à fait défendable et il avait comme contrepartie les conversions successives de la rente. Nous l’avions défendu à fond. Et c’est nous qui avions apporté l’explication scientifique du rôle des avances de la Banque à l’État.

248En 1927, le franc étant à quatre sous, nous ne pouvions plus soutenir le même système. Nous ne pouvions que demander la stabilité d’urgence, par une méthode ou l’autre.

249M. François-Marsal fut donc absent de la Deuxième Semaine, à notre vif regret ; car mes amis et moi gardons une grande reconnaissance à l’ancien ministre des Finances pour les efforts qu’il fit pour la monnaie saine, avec un courage admirable. Il faut rappeler que, en 1919 et 1920, il dut tenir tête à tout le monde. Et M. François-Marsal a eu un très beau geste dans sa carrière politique : il était lié avec M. Millerand, il se sacrifia pour lui, en 1924, au moment où le président de la République était lâché par tous. Il est rare de trouver, dans la vie politique, des amitiés aussi vigilantes. Il faut les saluer lorsqu’on les rencontre. J’ajoute que M. François-Marsal est dans les relations privées tel que dans la vie politique. Nous pourrions nous trouver dans un autre camp que le sien, avoir à soutenir une autre politique que la sienne : nous le saluerons toujours avec amitié.

250À la Deuxième Semaine de la Monnaie, c’est nous-mêmes qui prîmes la défense de la politique financière de M. François-Marsal, tout en expliquant pourquoi nous estimions qu’elle n’était plus applicable.

251Au surplus, il n’y eut pas bataille à la Semaine. Il y eut un des plus beaux débats scientifiques qui se soient produits, et magistralement conduits par les présidents de séance, en particulier par M. Germain Martin. M. Robert Wolff, un des principaux rapporteurs, et mon adversaire scientifique sur un point capital, y fut admirable de clarté. Tous les techniciens présents, à l’exception de M. Lallemand, condamnèrent la revalorisation. La thèse présentée à l’abri du nom de M. Poincaré fut complètement battue. La thèse de la stabilité triompha sur toute la ligne.

252Un an plus tard, la stabilisation était faite sur les données de la Deuxième Semaine de la Monnaie, et l’année 1927-1928 avait été employée à réaliser les conditions techniques que nous avions indiquées à la Semaine.

253Mes amis et moi, nous pouvons dire que, ouvriers de la Première et de la Deuxième Semaine de la Monnaie, avec M. François-Marsal d’abord contre l’inflation, avec M. Octave Homberg ensuite pour la stabilisation, nous avons été au premier rang des hommes qui ont rendu à la France une monnaie saine. Il ne faut pas beaucoup d’hommes pour faire de bonne besogne : au Faisceau, nous avons été trois, Jacques Arthuys, René de La Porte et moi, appuyés par tous nos amis.

X. — Tentative de grand débauchage

254En juillet 1927, nos procès avec l’Action française étant terminés, je partis pour Lourdes à pied, avec mes fils et deux camarades.

255Je ne reviens pas sur ces procès avec l’Action française. Je rappelle seulement que ce fut un effondrement total pour Maurras et ses complices. Ni Daudet, ni Maurras ne vinrent aux audiences. Ce fut la dérobade. Les gens de l’Action française avaient fouillé toute ma vie ; ils n’avaient rien trouvé parce qu’il n’y avait rien à trouver. Mais ils avaient espéré sortir quelqu’une de ces sottises de jeune homme que tout le monde laisse passer lorsqu’elles se produisent, mais qui font de l’effet lorsqu’on les rappelle à un homme de cinquante ans. Ne croyez pas que j’exagère. N’ayant rien, ils essayèrent d’utiliser contre moi, à l’audience, par le moyen de l’immonde petite limace nommée Pierre Lecœur, une histoire, fausse d’ailleurs, intéressant mon fils aîné lorsqu’il avait onze ans ! La veille du procès, ils envoyèrent un délégué spécial à un religieux de Blois, qui devait démontrer que j’avais menti en disant que M. Paul Bourget avait dit que les gens de l’Action française mentaient. Le délégué, le commandant Robin, dit à ce religieux : « Nous n’avons pas grand’chose contre Valois. » Ils en furent réduits à chercher des témoignages sur des propos rapportés. L’avocat de l’Action française annonça un témoignage important, celui de ce religieux de Blois. Le « religieux de Blois » vint et déposa contre eux.

256Ce fut un écroulement intégral. Les gens de l’Action française n’étaient pas fiers. Ma femme, nos trois enfants et moi- même, nous les obligions à baisser ou détourner les yeux devant nous. Pas un n’osa tenir. À la dernière audience, ils se retirèrent piteusement. Ils ont été condamnés à de fortes amendes et à de forts dommages ; leur condamnation a été confirmée et aggravée en appel. Il va de soi qu’ils déclarent que les juges les ont condamnés par ordre, et que le procès ne pouvait rien donner. Ils ont oublié qu’ils publiaient le 20 septembre 1926 que je n’étais pas rassuré par le procès que je leur faisais :

257« Valois, écrivaient-ils, voudrait bien échapper à l’administration publique et régulière des preuves qu’il lui a fallu feindre de désirer. Il nous connaît assez bien, lui, pour savoir, nous ayant lus et compris, que ces preuves, il ne dépendra pas de nous qu’elles ne soient étalées devant le tribunal, plus complètes encore, plus décisives encore que celles qui ont déjà éclairé tant de ses premières dupes… C’est là (en justice) que nous entendons faire toute la lumière ; c’est là que nous pourrons la faire, si les avocats de Valois tiennent les engagements qu’ils ont pris. La notification des preuves et témoins que nous produirons est prête. Elle suffira pour convaincre — non Georges Valois, qui le sait déjà bien trop — mais quiconque le verra, de toute l’étendue, de toute la netteté de la démonstration que nous voulons faire. Etc. »

258Les gens qui écrivaient cela en septembre 1926 eurent toutes possibilités de faire toutes les preuves par tous moyens. Ils n’apportèrent exactement rien.

259Comment s’expliquer leurs bravades de septembre que je viens de reproduire ? C’est le plus immonde chantage que je sache. Les lignes que j’ai citées, qui ont paru avec la signature collective de l’Action française, sont de Lucien Moreau. Moreau et Boisfleury, son associé dans ce chantage, qui ne me visait qu’indirectement et à travers des sentiments personnels, croyaient me faire lâcher prise. Il y avait encore un autre chantage : on espérait que nous hésiterions à provoquer un drame de famille en risquant de faire témoigner contradictoirement Jacques Arthuys et son beau-père. Tous les procédés de chantage échouèrent. À la barre, Arthuys alla crânement lui-même au-devant des insinuations. L’effet de l’Action française fut manqué.

260Cette affaire étant terminée, je partis pour Lourdes. Notre situation matérielle était alors abominable. Nous étions épuisés par l’effort que nous avions dû faire pour liquider une grosse partie du passif de 1926. Nos sorties mensuelles étaient deux à trois fois plus fortes que nos rentrées, à cause de cet arriéré et des charges que nous tenions de l’année précédente à l’égard de tel ou tel.

261Ce mois de juillet 1927, ce fut pour nous l’époque la plus dure. J’étais, pour ma part, à la limite de nos possibilités, à tous égards. Nos camarades, travaillés par la campagne défaitiste menée par Bucard et les agents de Coty, les uns découragés, les autres satisfaits par le poincarisme, ne nous soutenaient que très mollement.

262Notre caisse était vide ; l’été dispersait ceux de nos amis qui pouvaient la remplir. René de La Porte et moi, qui assurions ensemble la direction de tous les services, nous étions écrasés. Nos derniers pirates, convaincus que nous cachions quelques matelas de billets, essayaient de nous les extorquer. Il y avait encore, dans nos services administratifs, quelques gaillards très bien, résidus de l’automne précédent : l’un d’eux employait notre automobile pour promener ses petites amies au Bois de Boulogne. Je le liquidai en cinq minutes. Un autre, qui aurait subi le même sort, partit, emportant de la maison deux fusils de chasse, pour se payer, et ne revint plus. Ces deux-là, comme d’autres, étaient fils de bonne famille. Je dois dire que ces exemples, qui ont été nombreux au Faisceau, et qui venaient confirmer des observations faites ailleurs, m’ont absolument dégoûté sur les laissés-pour-compte qu’une certaine bourgeoisie met à la disposition des mouvements politiques.

263L’homme, de droite ou de gauche, est l’homme, et, à gauche ou à droite, il n’échappe pas aux mille tentations de la vie. Et les mouvements politiques attirent nécessairement les parasites, les pillards, les pirates. Et il est certain que, aussi bien à gauche qu’à droite, vous trouverez de singuliers escogriffes dont la grande occupation est d’exploiter le dévouement d’autrui. Mais il y a une importante distinction à faire à cet égard entre les organisations de droite et les organisations de gauche.

264À gauche, dans la vraie gauche, vous trouvez des hommes qui sont tous, même les coquins, mus par une idée, par une volonté de transformer le monde ; d’une manière générale, les hommes de gauche tiennent plus à leur conception du monde (qui est dans l’avenir) qu’aux avantages immédiats de la vie ; naturellement, vous trouvez parmi eux des hommes qui ont du goût pour bien boire, bien manger et le reste. Mais un très grand nombre sont capables d’accepter la pauvreté et mille misères pour faire triompher plus tard leur conception générale de la vie.

265À droite, l’essentiel étant, non de réformer le monde, mais de conserver une hiérarchie sociale déterminée, les militants ne sont pas du tout de même espèce qu’à gauche. Ce sont en majorité des gens qui veulent se pousser dans le monde, se faire des relations, prendre place ou s’élever dans cette hiérarchie qu’ils louent, défendent et servent. Un mouvement politique ne vaut pour ces singuliers militants que s’il donne à celui qui y prend part les moyens de faire figure dans cette hiérarchie.

266C’est pourquoi un mouvement de droite ne résiste jamais à la corruption, à la pauvreté, à la prison. Tandis que les mouvements de gauche, qui s’affaissent dans les périodes d’abondance monétaire, se redressent toujours et grandissent dans la pauvreté.

267(Contrairement aux apparences, l’Action française ne fait pas exception à cette règle : sa caisse a toujours été remplie, et lorsqu’elle était vide, le mouvement demeurait « riche », par les avantages sociaux qu’y trouvaient les ligueurs assurés de belles relations dans la bourgeoisie et la ci-devant noblesse.)

268Nous avons eu à l’origine un recrutement de droite, au moment où l’on nous croyait riches. En juillet 1927, devenus très pauvres, nous payions encore cette erreur. Et c’est pourquoi nous ne pouvions compter que sur un tout petit nombre de collaborateurs. Je ne puis songer à les citer, mais je me reprocherais de ne pas inscrire ici le nom d’une femme admirable, qui nous venait de droite, mais qui servit le Faisceau avec un dévouement absolu, Mme Gauthier, et qui ne quitta notre secrétariat que pour nous permettre d’alléger nos charges. En dehors d’elle, quelques sténodactylographes, nées dans les faubourgs parisiens, qui nous donnèrent d’autant plus de travail que nous avions moins de moyens.

269Telle était notre situation en juillet 1927 : pas d’argent ; pas de collaborateurs, sinon quatre sur vingt-cinq ; vingt personnes nous assaillant de demandes d’argent, et la moitié louchant vers Coty ; un énorme travail pour mettre nos archives en ordre ; un lourd passif à liquider ; des créanciers lancés sur nous ; dans les faisceaux locaux, les agents de Coty nous dénigrant, mettant en circulation les bruits les plus fous, et annonçant partout que le mouvement continuerait, non avec nous, mais avec Coty et son argent.

270Pour augmenter la confusion, nous eûmes à faire face à des procès engagés par de ci-devant fournisseurs du Faisceau, qui avaient reçu des commandes excessives de Bucard et d’autres personnages, à qui l’on devait quelque argent du fait de ces commandes et dont les créances m’apparaissaient comme une offense au bon sens et à la justice.

271On nous envoya je ne sais combien d’assignations. Il se trouva que ces assignations ne nous parvinrent pas, et nous fûmes condamnés, dans toutes ces affaires, par défaut. J’ai à peine besoin de dire que cela n’était pas l’effet du hasard.

272Comment, dans ces conditions, avons-nous pu traverser cette période de l’été de 1927, et trouver les dizaines de milliers de francs dont nous avions besoin chaque mois ? Notre comptabilité l’a enregistré matériellement. Mais ce fut un tour de force quotidien, où René de La Porte et Henri Le Hoc firent merveille, pour obtenir de cent camarades les concours nécessaires.

273Le 20 juillet, je partis pour Lourdes, après deux brefs entretiens avec René de La Porte et Henri Le Hoc.

274Avec René de La Porte :

275— Cher ami, je vais partir pour six semaines. Je ne vous laisse pas un sou. Voulez-vous prendre la responsabilité de faire le journal, de diriger le mouvement, et de payer quelques personnes dans ces conditions ?

276René de La Porte répondit avec une grande douceur, c’est dans sa manière :

277— Je crois que je m’en tirerai.

278— Alors, je pars ?

279— Je crois que vous pouvez partir tranquille.

280Avec Henri Le Hoc :

281— Cher ami, nous n’avons pas le sou. Il nous faut quelques dizaines de milliers de francs chaque mois. Pendant six semaines, je ne pourrai rien faire pour provoquer une rentrée quelconque.

282Vous avez bien voulu prendre notre trésor en mains.

283Croyez-vous possible de le remplir dans la limite des nécessités

284— Ce n’est pas possible, répondit Le Hoc.

285— Mais, cher ami, c’est tout à fait nécessaire.

286— Alors, cela se fera.

287Pour que cela se fît, il y eut cent camarades dont je voudrais bien citer les noms qui appuyèrent René de La Porte et Le Hoc. En tête, tout le groupe que j’ai cité plus haut, c’est-à-dire ceux que l’on ne trouve jamais lorsqu’il s’agit de monter sur les estrades, mais que l’on est sûr de voir arriver dans les mauvais jours.

288Nous prîmes la route de Lourdes, à pied, couchant sous la tente, au bord des routes, ou dans les granges, sur la paille. Au 200e kilomètre, je dus abandonner, à cause d’un clou entré dans mon talon, déterminant une blessure dont deux marches forcées reculèrent la guérison à plusieurs semaines. Mon fils aîné me releva à Salbris et tint la route jusqu’à Lourdes avec des étapes de 40 à 50 kilomètres. Je continuai en automobile ; nous nous retrouvions sous la tente ou dans la grange à l’étape. Nous avons vécu ainsi un mois en contact quotidien avec les ouvriers agricoles, les artisans, les ouvriers des petites cités industrielles.

289C’est un des voyages les plus profitables que j’ai faits. Je lui dois d’avoir pu comprendre les aspirations actuelles des paysans français qu’un prodigieux changement économique appelle au socialisme, du fait que l’ancienne économie rurale, qui était individualiste parce que chaque exploitation se suffisait à elle-même, disparaît devant une économie générale où les trusts du pétrole, de l’électricité, des engrais pénètrent dans la vie quotidienne du paysan.

290Pendant ce temps, René de La Porte devait tenir tête à une meute déchaînée. Marcel Delagrange, le ci-devant maire communiste de Périgueux, devenu fonctionnaire au Faisceau, s’était à peu près bien tenu jusqu’à mon départ. Après mon départ, il avait révélé sa belle nature. Il avait vu Coty, lequel lui avait fait des promesses, et Delagrange, bien lancé, faisait tout le nécessaire pour décapiter le Faisceau : Il tenait chaque jour une sorte de réunion où il appelait tous nos collaborateurs :

291— Valois fait le Jacques sur la route de Lourdes. Il ferait mieux de chercher de l’argent pour nous payer. On peut avoir tout l’argent que l’on veut. Coty est prêt à en donner pour lutter contre le communisme. Mais Valois veut s’entendre maintenant avec Treint.

292Il ne faisait absolument aucun travail. Il fit plusieurs fois scandale au siège du Faisceau, hurlant dans la cour de l’immeuble, ameutant les locataires et le personnel. C’est ainsi qu’il essayait de faire pression sur René de La Porte.

293René de La Porte est un homme sur qui de tels moyens échouent. Frère d’Henri de La Porte, qui fut secrétaire du Parti socialiste, et ayant été inscrit lui-même au Parti, secrétaire des Jeunesses socialistes, fils d’Amédée de La Porte, petit-fils d’Allain-Targé, arrière-petit-fils de Villemain, René de La Porte est d’une famille politique, on pourrait dire : une famille d’État. Il a une expérience politique familiale, et une expérience personnelle acquise par quinze années de vie politique. En outre, c’est un des plus solides cerveaux politiques que je connaisse. Et un homme dévoué au bien public, sans bruit.

294Au milieu de ce déchaînement, il travaillait, assumant les fonctions de rédacteur en chef, de secrétaire de rédaction, de rédacteur ordinaire, d’administrateur pour le Nouveau Siècle et pour le Faisceau. Il faisait le travail de dix personnes, et comme toutes nos rentrées étaient absorbées, il alimentait la caisse de ses moyens, lorsque c’était utile et avait réduit sa vie propre au-dessous du nécessaire, ce que j’ai su par des indiscrétions de camarades. Les tumultes de Marcel Delagrange ne pouvaient faire impression sur lui. Il estima simplement que cela devenait trop scandaleux et qu’il faudrait prendre des décisions.

295Nous prîmes les décisions à mon retour. En septembre, Marcel Delagrange était licencié, et nous poussions dehors tous ceux qui avaient hurlé à sa suite. Le tout passa chez Coty ou dans les annexes ou succursales de la firme. Une fois encore, nous nous étions débarrassés d’une bande Coty avant qu’elle ait pu mettre le feu chez nous.

296Mais nous en avions une nouvelle, que nous reconnûmes dès les premiers jours d’octobre. Celle-ci était sous la direction d’un certain Henri Lauridan qui avait donné son adhésion au Faisceau quelques mois plus tôt. Henri Lauridan, de Tourcoing, s’était manifesté à nous en juillet 1926 ; il avait été exclu du Parti communiste. Il ne nous inspirait pas confiance. Nous l’avions tenu en surveillance. Nous n’avions pu obtenir de renseignements précis. En avril 1927, nous l’avions fait parler à une de nos réunions. À l’entrée de l’été, une personnalité catholique nous le signalait comme étant un homme de Désiré Ley ; et, mois par mois, les renseignements qui nous arrivèrent nous montrèrent ce Lauridan sous l’aspect le plus fâcheux. Plus tard, en avril 1928, le Peuple a publié, sans provoquer aucune réaction de l’intéressé, que Lauridan avait été brûlé en compagnie de Richelmi, ancien inspecteur de la Sûreté du Nord, et qui devint un des collaborateurs de Désiré Ley.

297C’était encore un des moyens d’action de Coty, qui était depuis longtemps en relations avec Désiré Ley. En mars-avril 1927, Coty avait essayé de lancer Désiré Ley à Paris. Quelques articles dans le Nouveau Siècle, où nous décrivions le singulier personnage qu’est Désiré Ley, avaient arrêté net la manœuvre de Coty qui avait dû faire machine en arrière. Coty avait travaillé à nous dissocier, à nous séparer de notre droite. Lauridan était destiné à nous faire le coup du père François, à l’intérieur du Faisceau.

298Lauridan avait monté, à l’intérieur du Faisceau, une petite bande qui manœuvrait d’une manière assez curieuse, par relais, de Tourcoing à Paris. La chaîne passait par trois villes, sur la route Tourcoing-Paris, et aboutissait à nos bureaux où elle était tenue par deux personnes. C’était assez bien fait, mais la chose fut découverte par nous pendant l’été de 1927. Le groupe de Paris se rendait au plus proche relais, dont le groupe communiquait avec le suivant. Ainsi était évitée toute correspondance. À mon arrivée à Lourdes, je trouvai un des complices de Lauridan, venu là pour avoir un compte rendu du voyage. De temps à autre, Lauridan venait à Paris, réunissait ses affiliés, recevait les rapports et donnait ses instructions. Je connus une de leurs réunions par surprise. À l’issue, Lauridan et l’un de ses associés, venant au siège du Faisceau séparément, je les cueillis avant qu’ils se fussent rejoints : Lauridan mentit tranquillement ; l’autre parla. À partir de ce jour, Lauridan nous servit pour nous permettre de savoir, par les relations qu’il établissait, par qui nous étions trahis.

299C’est grâce à l’observation du jeu de Lauridan que nous avons pu comprendre le jeu de François Coty qui consistait à nous séparer de nos appuis de droite, à nous lier avec une gauche faisant de l’extrémisme fasciste, à nous isoler ainsi complètement dans le pays, à nous réduire à une petite troupe d’agités et à nous donner un grand coup de bâton sur la nuque au moment où nous serions ainsi isolés. Ce jeu étant bien compris, nous fûmes en mesure de jouer le nôtre, qui consistait à nous éloigner de la droite, et à chercher, au-delà du fascisme, les formules de collaboration avec les jeunes équipes radicales, socialistes et démocrates-populaires.

300Telle fut notre manœuvre de septembre à décembre 1927. Ainsi fut déjouée la très habile manœuvre que François Coty avait montée avec ses agents, avec les deux bandes Ley et Bucard-Lamour : on nous avait fait un chemin de roses pour nous conduire dans l’impasse de l’extrémisme fasciste où l’on comptait nous étrangler sans bruit, loin d’un public indifférent. On nous trouva sur la place publique, au milieu de nouveaux camarades, lançant les formules et les mots d’ordre qui sont devenus ceux de ce que l’on appelle « les nouvelles équipes ». Encore une fois le coup était manqué.

301Là-dessus, nous lançâmes notre nouveau quotidien.

XI. — Au milieu des fédérés

302Dès le printemps de 1927, nous avions proposé, aux jeunes générations, les formules de la fédération des jeunes équipes.

303— Pas de nouveau parti, disions-nous, mais fédération des avant-gardes syndicalistes formées par les jeunes équipes des grands partis historiques de la démocratie républicaine, en vue de l’État syndical.

304La formule paraissait nouvelle en ce printemps de 1927. Elle était déjà familière aux groupes de Charles-Albert, l’Ordre nouveau ; de Pierre Dominique et ses amis, le Club Camille Desmoulins ; d’Émile Roche, Jean Luchaire et Bertrand de Jouvenel, Notre temps ; de Léon Gremy, l’Impartial français ; de Robert Cornilleau, du Parti démocrate populaire ; de Georges Mer, l’État moderne, et des « néo-socialistes ». Et c’est elle qui a déjà réuni autour d’Henry de Jouvenel et d’Henry Malherbe la brillante équipe de la Revue des Vivants. Aujourd’hui la formule de la fédération syndicaliste est presque banale. Elle est déjà dans le domaine public. Son succès date de l’année 1927. Elle a été lancée par ceux que l’on appelle les « fédérés », que je viens de nommer, et qui sans être « fédérés » en fait, le sont en esprit.

305L’examen public des thèses des fédérés a été fait du printemps à l’hiver de 1927. Les premières conversations datent de l’automne de 1927. En décembre, commencent les premières réalisations.

306En octobre, je fis au Faubourg, dans ce club si curieux et si vivant qu’a organisé Léo Poldès, un exposé du fascisme ; je développai les thèses de la République syndicale. Devant le public du Faubourg, c’était un rude casse-cou. J’eus à tenir tête à sept orateurs qui manquaient de tendresse pour nous. Les gens d’Action française, assez nombreux dans la salle, essayèrent de m’emboîter. Ils échouèrent. Un gros parti de syndicalistes ouvriers, socialistes et communistes, nous appuya manifestement. À la fin de la séance, nous avions pour nous une très grosse partie de l’assistance. Nous étions adoptés.

307En novembre, nouvelle séance au même Faubourg, sur l’Avenir de la République. Nouvelle tentative de croc-en-jambe. Dans la salle, le jeune Philippe Lamour, qui était encore avec nous, chargeait à fond contre nous. Pierre Dominique et Pierre Lœwel, encore trompés par les faux renseignements que leur faisaient passer les agents secrets de Coty, mirent encore une fois en question notre attachement à la République. René de La Porte et moi répondîmes. Charles-Albert nous appuya, et déclara qu’il estimait que le débat pouvait être clos : ses amis et lui nous tenaient pour d’authentiques républicains et des meilleurs. La salle nous appuya nettement. La cause était entendue. Nous étions dans la République. C’était la décision de ce curieux tribunal populaire que constitue le Club du Faubourg.

308L’opération fut renouvelée à Besançon, à la Tribune libre, dirigée par Bloch, où les républicains et les socialistes reconnurent que notre place était bien dans la République, avec les socialistes constructeurs. Même opération à Rouen.

309Pour Rouen, la chose vaut d’être contée.

310En juillet, Guéguen, chef du Faisceau de Rouen, avait écouté les calomnies colportées par Bucard ; il les avait transmises à son comité, et son faisceau était à plat. Guéguen se remit en selle par Arthuys, René de La Porte et Rocquigny. Il organisa en septembre une petite réunion d’explications où vinrent cent personnes ; une seconde où l’on en eut deux cents. Et, la troisième, organisée par les soins de la Tribune libre de Rouen, réunit huit cents personnes qui s’entassèrent comme elles le purent dans les salles de la Société d’Économie Politique de Rouen. C’était un très gros succès, et Guéguen décida de convoquer cinq mille personnes au Cirque de Rouen.

311Au Faisceau, nous échangeâmes nos réflexions :

312— Trop gros succès ! On va nous faire exploser le Faisceau de Rouen.

313Ce qui arriva quelques mois plus tard.

314Mais la manœuvre que nous avions commencée à Reims était faite : nous étions bien dans la République, définitivement séparés des groupes de droite, et en avant-garde des jeunes équipes syndicalistes de la République. Et nous étions au milieu des « fédérés » où déjà nous comptions de sérieuses amitiés.

315Alors nous lançâmes le deuxième Nouveau Siècle quotidien pour exploiter le succès. Journal d’opinion, sans informations, sur deux pages, à deux sous. C’est nous qui avons lancé l’idée du journal à deux sous, mais avec une formule industrielle parfaitement réalisable.

316Nous voulions faire du Nouveau Siècle le journal des « fédérés ». Notre premier mois fut une belle réussite. Les « fédérés » nous donnèrent leur collaboration : Charles-Albert, Pierre Dominique, Jean Luchaire, Pierre Descaves, Julien Nicaud, André Fourgeaud et vingt autres exprimèrent leurs vues propres dans nos colonnes. Les abonnements arrivaient par paquets. Une fois encore, nous étions partis sans argent, avec les seuls engagements de nos amis les plus proches. Mais cette fois, nous travaillions dans des conditions tout à fait différentes de 1925. Nos dépenses étaient abaissées à un chiffre extrêmement faible. Au lieu d’avoir à prévoir un déficit de cinq à six millions en un an, nous n’avions à venir à bout que d’un déficit de cinq à six cents mille francs qui devaient être demandés à un capital de départ d’un million. Nos recettes de décembre dépassèrent nos prévisions.

317Nous étions en mesure de reprendre l’offensive. Nous recevions des coups de Coty depuis un an. Notre parade était bonne ; notre riposte très insuffisante. En décembre, Coty nous fournit l’occasion de l’atteindre. J’attaquai. Coty vit le péril : il préparait le lancement de l’Ami du Peuple ; nous étions seuls à pouvoir nous opposer d’un coup à ses opérations, et nous avions la chance de fédérer quelques oppositions sérieuses sur place. Il employa un moyen canaille, mais efficace.

318Parmi le haut personnel des affaires Coty, se trouve un très proche parent de Jacques Arthuys. Le jour où parut mon attaque, Coty réunit ses grands chefs, et demanda au parent d’Arthuys d’affirmer qu’il n’était point solidaire du Nouveau Siècle. Ceci était facile. La suite le fut moins. Coty prononça des menaces pour l’avenir. Le soir même, la mère d’Arthuys, informée de cet événement, se mettait au lit.

319Coup atroce, mais bien joué : nous étions mis dans l’impossibilité morale de continuer.

320Et Coty, de son côté, montait contre nous un autre coup qui était destiné à nous abattre avant le lancement de son Ami du Peuple.

XII. — Nouveau coup de Coty contre nous à notre congrès de 1928

321Fin 1927, François Coty préparait le lancement de l’Ami du Peuple. Toutes ses équipes étaient prêtes : celle de l’Ami du Peuple même, qui était exactement l’équipe de nos journalistes professionnels, non fascistes, qui avaient été nos collaborateurs au premier Nouveau Siècle quotidien ; celle des journaux annexes, Étincelles, Autorité, Rassemblement, journaux spécialement destinés aux combattants, sous différents masques. Coty préparait le lancement de sa grande offensive dont nous parlerons tout à l’heure. Notre Nouveau Siècle quotidien le gênait considérablement. Inévitablement, dans la bagarre que Coty prévoyait, le Nouveau Siècle était le seul journal à oser dire tout ce qu’il savait sur les plans de Coty. Il résolut de nous étrangler avant de lancer l’Ami du Peuple.

322Mais faire disparaître notre journal ne lui suffisait pas. Il voulait nous couler, surtout moi, me ruiner complètement, matériellement et moralement, et me déshonorer.

323Le plan qui consistait à me séparer des républicains ayant échoué, il le retourna. Alors on vit ses agents changer brusquement de tactique.

324Dans l’été et l’automne de 1927, Marcel Bucard et Philippe Lamour offraient leur collaboration et les troupes du Faisceau à Pierre Dominique et à Goldsky, contre moi. Du jour où une collaboration effective commença entre Pierre Dominique, ses amis et nous, nos gaillards dénoncèrent l’affreux scandale de cette collaboration où nous rencontrions des francs-maçons comme André Lebey, ou d’anciens collaborateurs du Bonnet rouge comme Goldsky.

325Décidément, nous attirons la foudre. Je le signale à ceux qui n’aiment pas les histoires, et qui seraient tentés de venir avec nous. Mieux vaut décourager les gens qui manquent de résistance. Mais que ceux qui aiment la vie ardente deviennent nos amis et nos alliés. Et ils sortiront de la platitude.

326Jean Goldsky était bien tranquille jusqu’à la fin de décembre 1927. Il faisait partie de l’équipe de Paris-Phare et du Club Camille- Desmoulins. Tout le monde savait qu’il avait eu des histoires avec les conseils de guerre pendant la guerre, qu’il était allé au bagne, à l’île de Ré, tout tranquillement, et qu’il en était sorti après avis des ministres, siégeant sous la présidence de Poincaré. Nul n’était très au courant de l’affaire Goldsky.

327Mais tout le monde était d’accord pour considérer que la caution d’Edmond du Mesnil, directeur du Rappel, de Pierre Dominique, de Gaston Riou, de José Germain, d’André Lebey, ces quatre derniers combattants, chevaliers de la Légion d’honneur, et décorés de la Croix de guerre, était plus que suffisante.

328D’ailleurs, personne n’avait attaqué Goldsky jusque-là. Le Figaro, journal de Coty, avait salué l’apparition de Paris- Phare, fait par Dominique et Goldsky, et n’avait point fait une seule réserve sur le nom de Goldsky. Pas un journal, pas même l’Action française, ne s’était étonné de la rentrée de Goldsky. Et les agents de Coty, à l’automne de 1927, trouvaient tout naturel de collaborer avec Goldsky qui avait reçu, au Rappel, la visite de Marcel Bucard lui apportant les offres de Coty pour un grand quotidien.

329À partir de janvier 1928, tout change.

330En novembre 1927, nous avions rencontré les membres du Club Camille-Desmoulins à leur table.

331Fin décembre, nous avons, chez moi, une première rencontre avec Charles-Albert, Pierre Dominique, Jean Goldsky, Robert Cornilleau, Henri Clerc pour rechercher les moyens de faire collaborer les chefs de file des « jeunes équipes ». En janvier, Pierre Dominique prenait l’initiative de convoquer ces chefs de file, qui répondirent à son appel et qui, de janvier à mai 1928, siégèrent chaque semaine et rédigèrent en commun un programme général qui servira de base à la fédération qui se constituera effectivement dans le courant de la XIVe législature.

332Soixante-dix personnes ont pris part à ces réunions où furent représentés l’Ordre nouveau, le Club Camille-Desmoulins, le Parti démocrate populaire, la Jeune République, l’État moderne, Notre temps, la Revue des Vivants, le Faisceau, et où siégèrent des personnalités représentatives des différentes tendances du néo-radicalisme et du néo-socialisme.

333C’est à partir de la constitution de cette libre assemblée, avec notre participation, que Goldsky fut de nouveau attaqué. Et à travers Goldsky, c’est nous que l’on cherchait.

334On rappela que Goldsky avait fait partie de « la bande du Bonnet rouge », et l’on commença de trouver scandaleux que nous collaborions avec des hommes qui collaboraient avec Goldsky. Après quoi, on trouva abominable que nous puissions nous rencontrer dans une assemblée, ou à déjeuner, avec des francs-maçons comme Lebey.

335C’était la campagne des agents de Coty. C’était nous qu’elle visait, et nommément moi-même, et non Goldsky. C’était cousu de fil blanc. Mais cela porta auprès de quelques braves garçons fort ignorants de la vie politique.

336Philippe Lamour et Bucard, appuyés par Lauridan, menaient le train, par correspondance et visites à nos camarades de la Banlieue, du Nord, de l’Est et de Normandie.

337La campagne tendait à soulever une protestation générale contre toute collaboration avec les « fédérés », parmi lesquels on trouvait des francs-maçons et des ci-devant traîtres, — à demander le travail entre les seuls fascistes, les purs, fidèles aux principes de l’antiparlementarisme absolu, — à faire prononcer notre exclusion si nous résistions, ou à s’emparer des bureaux.

338Les conjurés avaient prévu que, si leur tendance ainsi truquée était subie par nous à notre Congrès de mars 1928, ils excluraient René de La Porte, secrétaire général, dénoncé par eux comme franc-maçon (ce qui était faux mais faisait impression sur des gens simples d’esprit), m’imposeraient des conditions que je n’accepterais pas, m’obligeraient à partir, et demanderaient ensuite à Arthuys de prendre la présidence pour faire revenir la droite du Faisceau chassée par moi. Après quoi le Faisceau ferait une nouvelle alliance avec Coty.

339Le faible de toutes ces combinaisons, c’est que les conjurés prévoient bien ce qu’ils feront, mais jamais ce que feront leurs adversaires. Nos conjurés tenaient pour nulles les réactions d’Arthuys, de René de La Porte et les miennes.

340De janvier à mars, les agents de Coty agirent selon le plan que je viens de dire. Lamour visita le Nord, le Pas-de-Calais, l’Aisne, la Somme, la Meuse, la Meurthe-et-Moselle, la Seine-Inférieure où nous avions nos meilleurs faisceaux. Dans les départements du Nord où Lauridan avait fait le travail de la teigne dans la ruche, les faisceaux étaient réduits à de très faibles effectifs, et plusieurs chefs étaient ses complices. Dans l’Aisne, la Meuse, la Seine-Inférieure, la Meurthe-et-Moselle, où le sentiment pour moi était très fort, Lamour faisait valoir qu’il fallait me sauver de mes mauvais conseillers, surtout de René de La Porte.

341D’aussi pauvres manœuvres ne pouvaient réussir qu’auprès d’hommes ignorants de la vie politique. C’était notre faiblesse : les premiers cadres du Faisceau avaient été pris parmi d’excellents camarades de la guerre, tout à fait étrangers à la politique. Les manœuvres de Bucard et Lamour eurent quelque influence sur ces camarades. Mais elles échouèrent pour l’ensemble parce qu’elles ne purent atteindre le nouveau public que nous rassemblions depuis juillet 1926, public de producteurs syndicalistes, qui fréquentait peu ou pas les faisceaux, fondés en 1925 dans une forme militaire.

342À cette manœuvre par les cadres et la troupe, qui tendait à nous enfermer dans les formules étroites et périmées d’un fascisme rigoureusement antiparlementaire et prétendument révolutionnaire, correspond une autre manœuvre, faite par les capitaux, qui tendait à organiser au-dessus de nous un contrôle intellectuel pour nous « assagir », ceci au nom des gens de droite. Ceux-là aussi disaient vouloir me sauver de mes mauvais conseillers. Il faut dire que le groupe de gauche et le groupe de droite avaient la même direction, au-dessus de Bucard, à droite, et de Lamour, à gauche.

343La manœuvre capitaliste échoua vite. On faisait apparaître de gros apports sur le tapis pour notre journal quotidien. L’appât lancé, l’organisation du contrôle fut proposée dans de telles conditions qu’elle était inacceptable pour Arthuys, René de La Porte et moi. Une fois de plus, d’ailleurs, l’accrochage se produisit sur la question du syndicalisme ouvrier. Nous déclarâmes que nous préférerions saborder le Nouveau Siècle de nos mains plutôt que de nous placer dans de telles conditions morales.

344Et les capitaux se retirèrent.

345L’attaque contre nous se multiplia. Notre mois de décembre avait été une jolie réussite ; notre mois de janvier fut complètement bouleversé ; notre personnel fut disloqué ; nos expéditions sabotées ; des paquets de lettres et de circulaires disparurent entre nos bureaux et la poste ; notre publicité fut réduite à presque rien avec la complicité d’un agent qui trouva son bénéfice à la supprimer, etc. Et pendant ce temps, les agents de Coty continuaient leur manœuvre dans les faisceaux, et mobilisaient contre nous les créanciers de 1926.

346Ce sont là de détestables conditions pour travailler. Mais il faut toujours tirer d’une situation tous les avantages qu’elle comporte et que l’on ne voit pas au premier coup. Il ne tarda pas à nous apparaître que cette manœuvre d’extrémisme fasciste vers la droite et vers la gauche nous rendait le très grand service d’obtenir deux très grands résultats : sortir de l’impasse où nous avait placé notre nom, et nous débarrasser d’une bande qui avait mission de nous surveiller et de nous étouffer, et dont nous ne connaissions pas tous les membres.

347Dès lors notre plan fut simple : amener les agents de Coty à se mettre eux-mêmes dans la nasse du super-fascisme, eux, leurs complices et mêmes leurs dupes, les y laisser barboter et nous retrouver, nous, en eau libre, débarrassés de nos indésirables. Faire enfin un nouveau départ sous le seul titre qui nous convienne, et qui soit bien à nous, celui de la République syndicale.

348L’affaire réussit, mais je dois dire que ce fut parfois à une minute près. Et Coty échoua encore une fois.

349Avant de vous dire comment la chose se fit, je noterai quelques petits coups accessoires, destinés à nous faire perdre de vue l’attaque centrale : poursuites engagées contre nous par des collaborateurs nous réclamant des indemnités ; procès ouverts par des « écrivains » de l’équipe de l’Ami du Peuple nous réclamant des manuscrits qu’ils avaient confiés à leur chef d’équipe au temps où celui-ci était au Nouveau Siècle ; procès tendant à notre mise en faillite engagée par des gens gagnés à Coty, qui nous réclamaient le montant de versements effectués par eux au même titre que les nôtres, et autres choses, mais tant qu’il ne se passait de jour où nous n’eussions quelque histoire de ce genre.

350Enfin, des coups plus habiles, comme celui par lequel on essaya de nous amener, en nous donnant des facilités de caisse, à prendre des engagements dépassant nos possibilités personnelles, et dans des conditions telles que nous eussions pris le chemin de la correctionnelle, — le tout dans les formes les plus innocentes et les plus courtoises, jusqu’au moment où, le piège étant manifestement éventé par nous, on arrêta net le jeu devenu inutile.

351Au milieu de ces heurts, de ces intrigues, de ces manœuvres, nous arrivâmes à notre IIe Congrès qui se tint les 24, 25 et 26 février 1928, à notre siège, 63, rue du Faubourg-Poissonnière.

352À ce moment-là, le plan de Coty était de faire proclamer ma déchéance pour abandon du fascisme intégral, à l’italienne, de faire déclarer vacante la présidence du Faisceau, — ceci par une manœuvre de gauche, à caractère révolutionnaire, — puis d’appeler au rassemblement les fascistes de droite, de faire l’union entre fascistes de gauche et fascistes de droite sur l’anti- parlementarisme, l’anti-maçonnisme, l’anti-cartellisme, l’anti-communisme, et de lancer tous les faisceaux dans les bras de Coty, qui se proclamait chef du fascisme français.

353Le jeune Lamour avait assez bien manœuvré, plus habilement que Bucard, qui s’était découvert plusieurs fois dans ses opérations. Mais sa manœuvre était surtout de l’illusionnisme.

354Il avait mis dans son jeu quelques chefs de faisceaux squelettiques, en plus d’un certain d’E., qui agissait en banlieue, où il avait perdu toute autorité, et qui, au surplus, était intéressé dans une maison de coulisse qui venait de faire une faillite de trois millions. À la veille de notre Congrès, la trahison de Lamour était certaine, mais elle était insaisissable et indémontrable à un congrès. Il fallait la laisser se produire. Arthuys, René de La Porte et moi, nous fûmes dans l’obligation de conserver pour nous ces renseignements.

355Dès l’ouverture du Congrès, Lauridan attaqua. Il entra aussitôt dans la nasse : il fit du super-fascisme, demanda des explications sur nos relations avec les francs-maçons. Nous marquâmes que nous entendions avoir l’entière liberté de nos mouvements à l’égard de tous nos concitoyens. Les conjurés se frottèrent les mains ; ils se crurent en mesure de coaliser les délégués contre nous, au nom des principes du fascisme absolu. Les deux bandes montées par Lauridan et Lamour manœuvraient ouvertement de concert. Tous les conjurés, croyant la partie gagnée, commencèrent de se découvrir. Cela faisait une vingtaine de personnes sur les cent délégués présents. Pendant deux jours, l’affaire traîna. Les conjurés faisaient les couloirs. Il n’y avait guère qu’une chose inquiétante : deux des chefs de la Garde bleue, que nous avions organisée dans le courant de l’hiver, nous trahissaient, l’un très méthodiquement, l’autre avec des spasmes et des remords : trois jours avant le Congrès, il avait demandé d’être relevé de son serment. Il était évident que les conjurés préparaient un coup avec notre Garde bleue. Pendant notre Congrès, on excitait les jeunes gens en leur disant que René de La Porte était franc-maçon, et que, sur ses conseils et ceux de la Maçonnerie, je voulais entraîner tout le Faisceau dans une action parlementaire. On annonçait que Jacques Arthuys, René de La Porte et moi serions candidats aux élections législatives toutes proches.

356Vint la séance capitale, avec le débat sur les élections, les alliances, la fédération des « jeunes équipes ». Les conjurés étaient entrés dans la nasse, et leurs complices s’y engageaient avec eux. Lauridan et Lamour avaient soutenu la thèse du fascisme intégral, absolu, se suffisant à lui-même, se refusant à toute alliance, au nom de quoi on nous faisait demander par le Congrès de ne travailler qu’avec des fascistes authentiques, à l’exclusion de tous camarades de l’extérieur, démocrates-populaires, socialistes, radicaux. Mais jusque-là, les attaques sur le caractère desquelles nul ne pouvait se méprendre s’étaient produites à peu près dans la forme régulière des Congrès. Les conjurés demeuraient à l’abri des principes.

357À la séance du soir, le samedi 25, ils se découvrirent enfin. Lauridan et Lamour avaient réparti leurs hommes dans la salle, réglé l’ordre des interventions. Nous leur avions fait passer assez de renseignements sur nos intentions pour leur donner le goût de charger à fond.

358Cela commença dès l’ouverture de la séance. Un des leurs passionna le débat tout de suite, avec des larmes dans la voix. Il nous posa des questions précises sur notre participation aux élections. Lauridan reprit la balle. Leur cœur de fascistes saignait à la pensée que nous, c’est-à-dire Arthuys, René de La Porte et moi, nous pouvions avoir la pensée de sortir du pur fascisme. Je fis le discours qui fournit un mois plus tard la matière du premier manifeste pour la République syndicale. Je déclarai en outre que, dans la période de calme politique où nous étions, il était nécessaire d’utiliser la période électorale pour une grande campagne de publicité, et de poser la question « République syndicale ou république parlementaire ? » à la faveur de candidatures pour la forme posées dans des circonscriptions choisies.

359— Enfin ! crièrent les conjurés, nous y voilà donc, le Faisceau entre dans le parlementarisme, dans le réformisme. Nous sommes trahis.

360Lamour, cette fois, se découvrit complètement. La nasse était grande ouverte. Nous l’aidâmes à s’y jeter tout entier. Il avait projeté de faire déclarer par ses complices que des candidatures Arthuys, René de La Porte, Valois étaient impossibles étant trop visibles, mais qu’une candidature Lamour serait souhaitable pour que nous eussions un œil au Parlement. Il fut doucement amené à faire la déclaration qu’il ne se présenterait pas. Alors la grande séance de club commença : Arthuys, René de La Porte et moi, seuls au bureau, nous laissions crever le complot. Nous nous taisions. Je donnais la parole successivement à tous les conjurés. La température montait. Les conjurés croyaient que nous étions démolis ; mais ils hésitaient à se lancer sur nous.

361Lamour joua le grand jeu. Il entra en fureur. Il excita ses complices, il émut ses dupes. Nous nous taisions. Il était au milieu de sa petite bande dont l’excitation grandissait. L’un après l’autre, les conjurés, prenant notre silence pour une renonciation, se découvraient. Enfin la nasse fut pleine. Lamour, croyant le moment venu de l’attaque brutale, perdit toute prudence. C’était un assez curieux spectacle que de voir ce jeune garçon plein de talent, accomplir sa besogne, l’œil mauvais, la face haineuse, et comme étranglé par sa trahison. Hurlements, grands gestes, applaudissements frénétiques des complices, gonflant leur émotion apparente. Une partie de la salle hésitait, ne comprenant pas notre attitude. On sentait la bagarre proche.

362Je me levai. Je m’adressai aux conjurés :

363— Vous refusez tous moyens autres que les moyens purement révolutionnaires ? Même pour la publicité de nos doctrines ?

364La réponse fut un hurlement.

365— Eh bien, écoutez nos déclarations : nous avons le Faisceau en mains et nous le gardons. Nul en dehors de nous ne peut le conduire à son but. Vous vous dites révolutionnaires ? Vous irez à la révolution. Avec nous, sous notre commandement. Et gare à qui flanchera sur la voie révolutionnaire. Venez demain. Vous aurez nos instructions. La séance est levée.

366Les hésitants revinrent à nous d’un seul coup, avec des applaudissements et une acclamation unanime.

367La situation fut changée en une minute.

368La nasse était fermée sur Lauridan et Lamour et leurs complices, qui s’étaient découverts aux yeux de tous.

369Le coup de l’exclusion prononcée contre nous par un Congrès truqué était raté.

370Le lendemain, à la séance de clôture, il était trop tard. La plupart des délégués avaient été éclairés par les séances de la veille. Quelques autres, travaillés pendant la nuit, étaient ébranlés, mais se refusaient à voir le Faisceau sans nous. Il était impossible de renouveler le coup. Lauridan et Lamour se tinrent tranquilles. Ils ne firent qu’une tentative timide qui fut barrée tout de suite par le chef du Faisceau de Lyon, Lajonchère, et par le chef du Faisceau de Toulouse, Barthet.

371Nous triomphâmes aisément en montrant à l’assemblée que le clan qui se disait antiparlementaire avait donné la veille le spectacle du plus écœurant parlementarisme. Le clan encaissa. J’annonçai des sanctions.

372Le Conseil central fut réuni immédiatement après la clôture du Congrès. La séance fut brève. Elle n’avait d’autre objet que l’exécution instantanée de Lauridan.

373Lauridan essaya de tenir pendant quelques minutes. À une de nos répliques, il comprit que les raisons graves allaient être dites. Il n’attendit pas. Il se leva et sortit. Pas un membre du Conseil ne lui tendit la main. Pas un ne répondit au salut collectif qu’il nous adressa. Tout le monde avait compris.

374François Coty avait attendu avec impatience le résultat du Congrès. On lui avait promis que le premier numéro de l’Ami du Peuple, imminent, pourrait annoncer mon exclusion du Faisceau. On lui annonça l’exclusion de l’un des associés de ses agents.

375Le coup était raté. On le reprit. Mal. Quelques jours plus tard, Lamour essaya de reprendre l’offensive. Il demandait une réunion du Conseil central du Faisceau où il voulait recommencer le coup du Congrès, avec invasion du siège par sa bande pendant la séance. On lui répondit que le Conseil central serait réuni à la date habituelle et qu’il aurait à examiner le cas Lamour.

376Le jeune Lamour s’était complètement démasqué devant une quinzaine de délégués pendant la nuit après le Congrès. Barthet le consigna dans une lettre adressée à Lamour et qu’il nous remit : c’est grâce à ce document que la trahison de Lamour put être établie sur faits précis. Lamour essaya, par les plus étranges manœuvres, et qui le montrèrent sous un aspect tout à fait étonnant, d’endormir Barthet. Il échoua. Cet imprudent discours familier de Lamour était l’explication de sa conduite.

377Lamour comprit qu’il s’était perdu lui-même. Avec ses complices, il prépara un nouveau coup pour le 20 mars, date de la réunion du Conseil Central. Une vingtaine de délégués de faisceaux de province, dont quelques-uns ne représentaient qu’eux-mêmes, étaient convoqués par lui à Paris pour prononcer mon exclusion. C’était de l’enfantillage. Mais cela suffisait pour fournir la matière d’un article aux journaux de Coty. On avait organisé en outre, pour corser l’affaire, une invasion du siège du Faisceau, avec la complicité d’un chef de la Garde bleue, qui nous trahissait.

378La réunion du Conseil Central eut lieu le 20 mars, Jacques Arthuys présenta le rapport concluant à l’exclusion de Philippe Lamour demandée par lui depuis fort longtemps. Je lus le document Barthet et le commentai.

  • 55 Nous avons compris depuis : à la suite d’incidents curieux dont il a été question dans la presse ro (...)

379Lamour adressa à Jean Barthet des menaces personnelles qui furent sans effet, et qu’il se garda d’ailleurs de mettre à exécution. Et il se défendit très mal. Les membres du Conseil Central se prononcèrent individuellement : Barthet, Bénard, Dargouge, Johnston, Bourgin, Lajonchère, Lang, Le Hoc, Mayer, J. de Rocquigny, E. de Turckheim nous donnèrent carte blanche pour l’exclusion de Lamour. D’E. prit violemment parti pour Lamour. Nous eûmes la très vive surprise de voir Guéguen, de Rouen, suivre Lamour. Nous n’avons jamais rien compris55 au cas Guéguen, qui n’avait rien de commun avec Lamour, et dont un envoyé s’était exprimé sur le cas Lamour avec une crudité qui allait bien au-delà de notre pensée.

380Nous prononçâmes l’exclusion de Lamour.

381Le matin, le Nouveau Siècle avait publié le premier manifeste pour la République syndicale.

382Dans l’après-midi, le Conseil central décidait de transformer le Faisceau en ordre moral, et fermé, de ne point mener l’action pour l’État syndical sous le nom fasciste, et de préparer, avec des hommes étrangers au Faisceau, la constitution d’un Comité républicain syndicaliste.

383Au jour tombant, se produisit l’invasion du siège que nous avions prévue. Nous étions en séance. Une vingtaine d’hommes venaient nous demander des explications sur l’exclusion de Lamour. Arthuys et René de la Porte les invitèrent à sortir et à nous envoyer trois délégués. Il en fut ainsi. Nous reçûmes les trois délégués. Ils voulaient nous faire revenir sur notre décision, incompréhensible, disaient-ils. L’un d’eux nous dit que les « camarades » étaient très excités, et prêts à des violences graves. Il parla de revolvers. Cela devenait ridicule. Ils se retirèrent, après cet effet manqué.

384Le soir, ils s’enfermaient tous dans la nasse.

385Ils fondaient un parti fasciste révolutionnaire, avec un programme quasi soviétique, et avec une petite équipe de gens de droite qui nous avaient quittés. Ils avaient mené la lutte contre nous au nom du fascisme intransigeant ; cela commandait leur action. Ils prononcèrent mon exclusion. Ils envoyèrent un communiqué à la presse et aux agences. Le Figaro l’inséra tout de suite, en belle place. Deux autres journaux, surpris, l’insérèrent et rectifièrent le lendemain. Ce fut tout. L’effet fut encore raté.

386Nos dissidents, que nous nommions les Rifains, n’entraînaient que deux cents personnes dans toute la France, et par surprise. Ils n’avaient pas d’hommes représentatifs. Aucun crédit moral. Ils n’eurent avec eux que deux hommes capables de leur donner du crédit, les Dr Martiny et Winter, qui, ayant fait un voyage en Italie l’année précédente, crurent trouver dans cette dissidence un réveil du fascisme batailleur. Ils le firent dans un très bon sentiment, et le Dr Martiny prit la peine de m’expliquer que je demeurais le doctrinaire respecté du mouvement.

387Nous tînmes Martiny et Winter pour tout à fait étrangers aux intrigues de Coty et de ses agents.

388La dissidence publia un journal « fasciste révolutionnaire » pour mener campagne contre nous au nom du « fascisme intégral », et pour condamner notre abandon des principes du fascisme. Cette feuille ne put prendre aucune autorité. C’était lamentable. Les meneurs cachés de la dissidence essayèrent de monter de petites équipes chargées d’aller protester dans toutes les réunions contre notre « fascisme ». Les malheureux frappaient dans le vide. Ils tournaient en rond. Il leur fallut quelques semaines pour comprendre qu’ils nous avaient fortement aidés à sortir du vocabulaire « fasciste » qui avait eu quelque vertu en 1925, mais qui était devenu une entrave terrible à toute action.

389Et grâce à eux, nous étions débarrassés des éléments qui étaient venus au fascisme non à cause de son syndicalisme, mais pour sa manière d’employer la matraque et l’huile de ricin.

390Il restait aux agents de Coty la possibilité de recruter ceux de nos camarades, en sommeil depuis le poincarisme, à qui notre syndicalisme était peu familier. Mais ils manquaient trop de crédit. Les réunions qu’ils firent à Paris et en province échouèrent. Ils tentèrent une réunion un peu importante à Paris, salle des Ingénieurs civils. Ce fut navrant.

391L’excellent Dr Winter, qui présidait, fut mis à la torture : le jeune Lamour avait commis la maladresse de faire venir Marcel Bucard, qui prit la parole, et prétendant se justifier d’accusations qui n’avaient pas été portées contre lui, s’exprima d’une manière vraiment immonde, lâchant des obscénités devant des femmes et des jeunes filles. Bucard fit l’apologie de Coty. Cela souleva de violentes protestations.

392Après cela, Coty ne pouvait plus, décemment, s’appuyer sur ce pauvre groupe sans prestige et sans effectifs. La dissidence ne pouvait même pas servir de pivot pour un rassemblement des gens de droite, à qui Lamour était suspect depuis longtemps. Elle pouvait tromper des camarades de province qui se trouvaient sans informations du fait que nous avions cessé, le 30 mars, la publication de notre quotidien. Le 1er mai, nous publiâmes un numéro spécial du Nouveau Siècle donnant sur les manœuvres de Coty toutes les informations utiles. La dissidence fut réduite à l’impuissance. Elle organisa une seconde réunion à Paris : pressentant l’effondrement devant quelques douzaines d’adhérents, les orateurs, Maurice de Barral et le jeune Lamour ne se dérangèrent même pas, car ils manquent d’estomac dans l’échec.

  • 56 En septembre 1928, nouveau coup de Coty, qui fait demander la mise en faillite de la Société d’Info (...)

393Je ne vous aurais point parlé de ces pauvretés si elles n’avaient été un des moyens d’action de Coty contre nous. Coty s’était donné personnellement beaucoup de mal pour faire réussir cette opération ; il en attendait que je fusse à plat, effondré sous la honte. Non seulement ce nouveau coup Bucard- Lamour échoua ; mais il nous servit. Et le 24 avril, au Club du Faubourg, je pouvais dénoncer l’action de Coty devant quelques milliers de personnes qui m’écoutèrent dans un silence impressionnant, bien que la salle contînt plus d’un millier d’amis de Coty56.

394Pour nous, libérés des agents de Coty, extraits de nos rangs d’un seul coup, libérés du nom fasciste, devenu en 1927 et en 1928 la plus grande gêne pour toute action, nous organisâmes notre nouveau départ.

395Le 22 avril, nous annoncions officiellement la constitution d’un groupe provisoire pour la formation d’un comité républicain syndicaliste.

396Le 10 mai, nous fondions le premier comité.

397Le 10 juin enfin, se tenaient à Paris les assemblées constitutives du Parti républicain syndicaliste où entraient avec nous Charles-Albert, André Fourgeaud et un certain nombre de camarades républicains, radicaux, socialistes et syndicalistes. Au centre, les hommes éprouvés par trois années de luttes communes, Arthuys, Hubert Bourgin, Henri Le Hoc, E. de Turckheim, René de la Porte, Marcel Barault, Jean Barthet, de Toulouse, Jacques Bénard, de Blois, Gabriel Bonnet, André Deloche, Auguste Lajonchère, Philippe Lang, Jean Mayer, Paul Régley, Jean de Rocquigny, Charles Collette et Henri Viallefond. C’est le groupe des animateurs du Faisceau depuis les origines. Il est fait d’hommes venant de la droite et de la gauche. Il a fait son expérience collective. C’est en plein accord que les hommes de ce groupe ont fait la révision, la mise au point, le développement des doctrines initiales ; en plein accord qu’ils ont renouvelé leurs alliances, et qu’ils se sont donné le nom qui définit parfaitement leurs doctrines et leur action, et qui les sépare désormais du fascisme italien, républicain et syndicaliste à l’origine, mais devenu monarchiste et ploutocratique.

Bilan

398Nous faisons le bilan de trois années : partis en 1925 pour construire l’État syndical avec les droites, nous voici, en 1928, en flèche sur la ligne où arrivent les avant-gardes syndicalistes de la jeune gauche. Alliés de Coty en 1925, nous sommes les adversaires les plus résolus de sa politique en 1928. C’est pour demeurer semblables à nous-mêmes, disait Philippe Lang à un de ceux qui n’ont pas compris notre mouvement.

399Avons-nous accompli notre tâche, tenu nos promesses ? Ne peuvent le contester que ceux qui sont venus à nous par leur propre erreur, ou ceux qui voulaient se servir de nous pour d’autres fins que les nôtres.

400Nous sommes les principaux artisans de la stabilité monétaire, par des actes précis devenus historiques. Nous sommes au premier rang de ceux qui ont mis fin à cette période de troubles monétaires où les ploutocraties pillaient les travailleurs français.

401Nous sommes au premier rang de ceux qui ont posé le problème de l’État moderne ; nous avons provoqué la révision des doctrines dans tous les partis ; nous avons provoqué la déchirure dans toutes les vieilles formations politiques. C’est nous qui avons enlevé, au pire conservatisme, son masque de jeunesse et qui avons montré au pays son effroyable décrépitude. C’est nous qui, les premiers, avons provoqué cette fédération des jeunes équipes qui donneront demain à la France le corps de doctrines qu’elle attend pour prendre sa place dans l’immense révolution qui se déroule dans le monde entier, et qui n’a pas encore trouvé sa loi, son ordre, son code, sa technique, sa justice.

402Voici terminée cette période de troubles où, pour la nécessité du jour, presque tous les groupes ont contracté des alliances qui n’étaient point celles de leur doctrine. Les vraies questions sont posées. S’agis-sait-il d’un simple redressement financier ? Chacun voit qu’il s’agit d’une organisation nouvelle du monde.

403Une première phase de l’action a été terminée par la stabilisation. La deuxième phase commence, où vont s’affronter les prétendants au commandement dans le monde nouveau. Nous voici prêts pour cette nouvelle étape, riches d’une grande expérience, avec une doctrine faite pour notre temps, faite pour la conquête de l’avenir. Nous voici avec notre volonté qui n’a point fléchi. Et dans l’action, c’est ce qui, en définitive, l’emporte sur tout le reste. Et c’est pourquoi nous avons été attaqués avec tant de violence, avec tant de méthode, avec tant de ténacité.

404Par suite des erreurs intellectuelles d’un quart de siècle, nous usions notre volonté, jusqu’en 1925, dans le moule d’une doctrine stérile et à rebours, contre le mouvement de l’histoire. Dès 1924, nous nous placions dans le fil de l’histoire, et nous tendions vers la doctrine féconde. Notre volonté se libérait des entraves qui la rendaient impuissante. Les ploutocrates que nous avons combattus ont vu le péril. Un faisceau de volontés inflexibles agissant selon les vœux d’un peuple, avec une doctrine constructive, c’était le grand péril pour ces pouvoirs qui méprisent les violences de l’archaïsme politique ou du socialisme utopique et chimérique.

405Nous eussions été loués par toutes les voix de la République des camarades et des banquiers si nous avions été seulement des doctrinaires. Faisceau de volontés, nous avons été combattus férocement. Nous le serons plus encore. Nous étions dangereux hors de la République ou sur ses frontières : nous le sommes beaucoup plus dans la République.

406Nous sommes dans une lutte immense qui s’étend à toute l’humanité, et dont l’enjeu est prodigieux : c’est le commandement du monde.

407Qui tiendra ce commandement ? L’Argent ou les Peuples ? Nous avons pris parti pour les peuples.

408Par doctrine, par raison, au nom de la justice et de la science, mais aussi pour des raisons qui sont dans notre chair et dans notre sang : pour la liberté et la dignité de l’homme.

409La bataille sera rude. Il se peut qu’elle incendie une fois encore l’Europe, peut-être même le monde tout entier.

410Ce sera une lutte sans merci.

411Car il ne peut y avoir de compromis.

412L’un doit commander et l’autre obéir.

413L’Homme doit être maître de l’Argent.

414L’assemblée des hommes doit être au-dessus de l’assemblée des capitaux ; le pouvoir du Peuple au-dessus du pouvoir de l’Argent.

415C’est la volonté du socialisme.

416C’est la volonté obscure de tous les hommes qui ont fait la guerre dans l’un ou l’autre camp.

417Et c’est la justice. Mais ni le socialisme, ni les combattants n’ont encore trouvé la technique du succès. C’est notre mission que de découvrir cette technique, de la propager et de l’appliquer.

418Nous sommes, cette fois, sur l’axe de la réussite, parce que nous nous sommes placés parmi ceux avec qui l’on peut construire un monde nouveau. Et nous sommes dans les conditions de la réussite, parce que nous avons fait notre expérience morale : au centre de nos organisations, il y a quelques douzaines d’hommes qui se sont éprouvés au milieu des pires difficultés. Dans l’action, ce sont ces liens personnels qui assurent la victoire. En 1928, ces liens ont une autre force qu’en 1925.

419Il est vrai que nous avons connu d’amères déceptions et d’affreuses trahisons. Mais quelles amitiés vigoureuses ont été fondées, à côté de la cellule initiale Valois-Arthuys que nul n’a pu dissocier et qui a été, de 1925 à 1928, presque chaque jour, la cellule agissante ! Dans aucun groupe jusqu’ici, je n’avais jamais vu de pareilles secousses, de trahisons aussi savantes. Mais je n’avais jamais vu ailleurs les dévouements que Jacques Arthuys et moi avons vus autour de nous. Les hommes que je vous ai nommés et qui constituent nos conseils, je ne puis vous dire ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont été au milieu des crises que nous subissions.

420En 1924, lorsque nous faisions nos plans pour notre première campagne, nous étions deux, Arthuys et moi. En 1928, nous pouvons faire les plans de notre nouvelle campagne, pour quelques milliers d’hommes, avec une trentaine de têtes qui ont résisté à tous les vertiges, de cœurs qui n’ont point connu la défaillance. Nous avons plus d’ennemis que naguère. Mais nous avons gagné des amitiés incomparables, et nous sommes au cœur du peuple. Nous sortons fortifiés de notre première campagne.

421Nous ouvrons la seconde avec une volonté égale à celle de notre premier départ, mais avec une confiance accrue, multipliée par les amitiés fondées dans ces dures années et qui se sont mises avec nous au service du bien public.

422Si nous avons surmonté toutes les difficultés, si jamais notre volonté n’a fléchi, si nous avons pu parer tous les coups, faire face à tant d’engagements, conserver égale notre espérance, notre confiance, si nous pouvons aujourd’hui engager une nouvelle action, c’est à vous, Marcel Barault, Jean Barthet, Jacques Bénard, Jean Beurrier, Gabriel Bonnet, Hubert Bourgin, Charles Collette, André Deloche, Dubillard, Ewald, Lajonchère, Philippe Lang, Henri Le Hoc, Jean Mayer, Régley, Jean de Rocquigny, Turckheim, Henry Viallefond, c’est à vous que Jacques Arthuys, René de La Porte et moi le devons, — à vous dont la vigilance, la clairvoyance, ont soutenu, éclairé les centaines et les milliers d’hommes qui ont agi avec vous, — à vous qui avez su réunir les volontés et les concours, — à vous, et aux quelques personnes qui refusent absolument d’être nommées, mais dont les noms seront bien découverts par l’histoire, et à qui nous disons ensemble notre affectueuse pensée.

423Nous avons été abominablement trahis. Mais plus encore fraternellement soutenus. C’est ce qui met l’allégresse dans nos cœurs à nos premiers pas pour notre nouvelle étape.

Notes

55 Nous avons compris depuis : à la suite d’incidents curieux dont il a été question dans la presse rouennaise, M. Guéguen a donné sa démission, de conseiller municipal, pour raisons de santé, et a déclaré renoncer à toute activité politique (août 1928).

56 En septembre 1928, nouveau coup de Coty, qui fait demander la mise en faillite de la Société d’Informations politiques, économiques et sociales qui a exploité le Nouveau Siècle : Coty produit contre cette société une créance de 60 000 francs, datant de 1925, et qui a trait à des travaux d’imprimerie faits par son imprimerie pour le journal. J’ai eu l’honneur de me présenter devant le syndic désigné par le Tribunal de la Seine, à la fois comme président et administrateur de cette Société et comme délégué d’un syndicat de créanciers, formé par mes amis et moi, et représentant six millions de créances, du haut desquels j’ai pu dire au syndic que nous contestions et méprisions la créance Coty, et que nous étions tout à fait résolus à ne pas nous laisser manœuvrer par un des associés de Sir Bazil Zaharof.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search