Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Troisième partie. Le Faisceau

Chapitre IV. Une année de fascisme pendant la grande crise de l’État français

Texte intégral

I. — La trahison de l’Action française

1Après le 11 novembre 1925, le Faisceau étant fondé, nous marchons droit sur notre objectif : le vieux Parlement qui se disloque et se corrompt.

2Nous désignons au pays le corrupteur, prince de l’argent au-dessus de ce Parlement déchiré : M. Horace Finaly.

3Et pendant un an, les seuls coups qui nous viennent, en riposte, nous sont portés par l’Action française.

4C’est à l’Action française que j’avais commencé ma campagne contre Horace Finaly, dénoncé par moi comme le principal organisateur de la baisse du franc. À peine suis-je parti que la campagne contre Finaly est complètement abandonnée. Et jamais elle n’a été reprise.

5Ceci n’a pas été fait, à l’Action française, sur la demande de Coty qui est, de son côté, pour des raisons tout à fait étrangères aux miennes, l’ennemi juré de Finaly.

6Je dirai quelques mots sur Horace Finaly. Je n’ai aucune raison de haine personnelle à l’égard de M. Horace Finaly. Je ne le connais pas. Je ne l’ai même jamais vu. C’est un homme de premier ordre, dont les conceptions financières ont une ampleur que l’on n’imagine pas. Elles portent sur la liaison entre deux continents, l’Europe et l’Amérique. C’est un animateur économique, d’une rare envergure, et qui agit sur le plan où se meuvent les chefs d’État, et les chefs d’États modernes. Il contrôle un nombre énorme de milliards. Je le crois tout à fait détaché de ces milliards. Il est avide de puissance, et pour atteindre des buts que l’on ne connaît pas. Est-il un de ces hommes qui se sont donné pour mission d’organiser rationnellement la planète ? Cela est fort possible ; il est en tout cas du petit nombre de ceux qui peuvent prétendre à ce rôle, et parmi lesquels on ne peut pas citer beaucoup d’hommes à côté de Stinnes, de M. Hoover et de Lénine.

7Je crois que M. Horace Finaly serait aussi bien directeur général des trusts européens, avec des revenus fabuleux, que commissaire des peuples à l’organisation de l’économie européenne aux appointements de deux cent cinquante roubles par mois. Mais pour le moment, et depuis qu’il agit, il emploie les moyens ploutocratiques, et il a voulu plier l’État à sa volonté.

8Tout ce que je sais de lui, montre qu’il n’a de confiance que dans le commandement ploutocratique, dont il a installé un des principaux postes au siège de la Banque de Paris et des Pays-Bas. C’est sur ce point que je suis entré en bataille contre ce roi de l’or. À la question : À qui doit appartenir le pouvoir ? Aux peuples ou à l’Argent ? je réponds : Aux peuples. Ce n’est pas seulement parce que je suis peuple ; c’est en vertu d’une doctrine scientifiquement fondée et que j’expose tout au long dans mon ouvrage Un Nouvel âge de l’humanité.

9Après la guerre, l’Europe entière a dû se poser le problème d’une organisation rationnelle de toute sa production. Les pauvres vieux petits politiciens n’y ont rien compris, et les vieux doctrinaires du type Maurras ont continué d’écrire de très mauvais vers. Pendant que les politiciens disputaient et que les maurrassiens discutaient, une vingtaine d’hommes se sont donné mission de travailler à cette organisation rationnelle, en brisant violemment les routines des vieilles bourgeoisies européennes : Lénine et Krassine en Russie, Stinnes en Allemagne, Horace Finaly en France. Seuls, le communisme et la ploutocratie ont tenté cette réalisation, qui s’impose à l’Europe comme à toute l’humanité. Pour moi, en 1925, je mettais sous le nom fasciste la doctrine syndicaliste qui se propose le même objet, en dehors du communisme et de la ploutocratie.

10Horace Finaly conçut l’inflation comme un prodigieux moyen d’exproprier tous les arriérés de l’économie, de concentrer les entreprises, de les truster, et de réaliser par là une organisation rationnelle de toute l’économie. C’est une méthode. Ce n’est pas la mienne. S’il me fallait choisir, je choisirais celle de Lénine. Mais je crois qu’il y a une troisième méthode, qui vaut mieux pour les peuples que celles de Lénine et de Finaly. Je l’ai expérimentée : elle réussit. Je m’y tiens.

11M. Horace Finaly entreprit d’exercer un contrôle sur le gouvernement pour conduire l’inflation au terme qu’il avait fixé, l’État y trouvant cet avantage d’être libéré de sa dette intérieure. Il contrôla les ministres. Il faisait nommer les ministres des finances. Lasteyrie, Clémentel n’étaient que ses pseudonymes, selon un joli mot d’Arthuys.

12Je le combattis à fond.

13En 1925, c’était la bataille décisive.

14Oui ou non : mettrait-on le franc à zéro ?

15Les Français moyens comprenaient très mal tout ce qui se passait derrière la toile, mais ils voyaient leur gouvernement descendre ; on pouvait les entraîner avec quelques idées simples. Ce que nous fîmes. Fascisme signifia pour eux : ordre financier, la baisse du franc arrêtée, et (Valois étant sorti de l’Action française) sans renverser la République.

16Après le 11 novembre, nous partîmes donc à pleines voiles, sans argent, mais les adhésions arrivant par centaines.

17Nous lançâmes le Nouveau Siècle dans les conditions que j’ai dites, et, par notre coup d’audace, nous forcions la main des souscripteurs, nous ralliions derrière nous patriotes et même socialistes. Horace Finaly eut peur. Certains de ses amis, qui étaient au Ministère, nous firent suivre partout où nous allions. On était convaincu que nous avions un général avec nous, tout prêt à se prononcer. On chercha l’homme. M. Camille Aymard s’arrangea pour dîner seul avec moi chez un de ses amis, et six fois dans la soirée essaya de m’extraire le nom du général. Il n’y avait pas de général.

18Nos adversaires se rendirent compte que le fascisme avait chance de se faire porter par une grande vague de fond.

19À ce moment-là, nous opposer les socialistes ou les communistes, c’était nous servir.

20Alors, le 14 décembre 1925, nous reçûmes un coup de poignard dans le dos qui nous vint de l’Action française.

21Après le 11 novembre 1925, l’Action française avait été atterrée par notre succès. Elle craignit que ses troupes ne vinssent chez nous. Elle manquait d’argent. Elle allait à l’effondrement brusque. La sympathie du duc d’Orléans était pour le mouvement auquel je me donnais. De hautes personnalités attachées à l’Action française venaient à nous, et malgré nous, car nous avions vu tous les avantages qu’il y avait à être séparés de l’Action française.

22Pujo entreprit de lancer toute l’Action française contre nous. Cela ne se faisait pas aisément. On ouvrit en grand les gueules de la calomnie, avec les histoires que l’on avait préparées. Cela ne rendait pas. Plusieurs membres de l’Action française renâclaient.

23Pour déclencher tout le monde, et Maurras et Moreau en tête, car ceux-ci hésitaient, on se servit de la Nouvelle Librairie Nationale. La Nouvelle Librairie Nationale, que j’avais reçue en 1912 défaillante et dont j’avais fait une maison d’édition extraordinairement prospère, était entre mes mains. Toute l’Action française déclarait qu’elle était mon œuvre, et qu’elle devait m’appartenir. De mon côté, spontanément, je m’étais déclaré prêt à rendre leur liberté à Maurras, Daudet, Bainville, qui avaient leurs ouvrages à la Librairie. Tout cela était entendu. Et j’étais appuyé par le colonel Milleret et M. Bertrand de Lur-Saluces.

24Lucien Moreau, qui se croit très fort en matière de société, imagina une combinaison pleine d’astuce : il demanda aux membres du conseil d’administration de la Librairie de donner leur démission, « afin de laisser Valois seul maître de l’affaire », — ce qui me laissait seul au conseil, — ce qui entraînait instantanément une convocation d’assemblée générale extraordinaire, où je me retrouvais seul comme candidat au conseil ; et l’assemblée, devant l’impossibilité de fonctionnement de la Société, prononçait la dissolution anticipée. Un éditeur, ami de l’Action française, l’éditeur F…, était tout prêt à reprendre l’affaire, et Jacques Bainville était nommé directeur littéraire et politique de la Nouvelle Librairie Nationale.

25Si l’on m’avait proposé cette combinaison, il est très vraisemblable que je l’aurais acceptée pour me donner entièrement au mouvement. Mais c’était le coup du père François. L’ayant vu, je combattis Moreau, lequel fut battu à plates coutures. Deux membres du Conseil refusèrent de donner leur démission. Moreau se démasqua et attaqua. Au conseil, nous fûmes à égalité. Il y eut assemblée générale. J’étais principal actionnaire, par mon travail incorporé au capital pendant treize ans ; deux cents voix flottaient ; elles vinrent à moi. J’eus la majorité. Nous fîmes un nouveau conseil. Moreau fut exclu, avec ses hommes. Il était battu sur le terrain choisi par lui. Il en fut malade. Il se mit au lit.

26Mais immédiatement après l’assemblée générale, je fus prévenu par M. Alexandre Dorado, actionnaire de la Librairie, qui avait été, dix ans plus tôt, très lié avec moi, mais qui était du parti Moreau, que, désormais, ce serait entre l’Action française et moi une lutte à mort.

27C’était le 12 décembre 1925.

28Ce jour-là, l’Action française décida l’agression contre le Faisceau. Mais la perte de la Librairie ne fut que le prétexte par lequel on obtint l’adhésion de Lucien Moreau et de Charles Maurras à la campagne contre nous.

29Tout était préparé depuis longtemps par Pujo. Les gens de l’Action française hésitèrent beaucoup à s’engager dans l’attaque.

30Leurs dernières hésitations furent levées lorsqu’on leur assura que, dès leur coup porté contre moi, tous mes amis du Faisceau m’abandonneraient.

31Le Faisceau avait organisé, pour le 14 décembre, une réunion à la Salle d’Horticulture, rue de Grenelle, à Paris, pour fonder le Faisceau universitaire, sous la présidence d’Hubert Bourgin, avec Arthuys, Lamour et moi-même au programme.

32André d’Humières, délégué général du Faisceau, avait en mains l’organisation des troupes et la préparation des réunions. Il avait fort bien organisé la réunion du 11 novembre, avec un service d’ordre imposant, ce qui était un tour de force pour un mouvement qui n’avait que quelques mois de préparation.

33Mais il ne croyait qu’à une attaque venant des communistes. Il n’avait jamais fait de politique. Ses collaborateurs étaient dans le même état d’esprit. Je le prévins que les intentions de l’Action française étaient suspectes. Il n’y croyait pas. Il ne pouvait pas admettre que des patriotes se battissent entre eux. Il avait des parents proches à l’Action française. Il n’entrait pas dans son esprit qu’un conflit se produisît entre deux troupes cousinant. Dans les jours qui précédèrent la réunion du 14, André Deloche et plusieurs camarades apportèrent des renseignements indiquant une préparation hostile du côté de l’Action française.

34— L’esprit de la victoire emportera tout cela, dit André d’Humières.

35Le samedi 12 décembre, une lettre arriva à mon adresse pour nous informer de l’agression préparée. Je ne l’ai eue en mains qu’en 1927. Elle avait été retenue au secrétariat général du Faisceau.

36Le même jour, après l’assemblée générale de la Nouvelle Librairie Nationale, je demandai à André d’Humières le nombre de légionnaires convoqués pour la réunion du 14.

37— Vient qui veut, me dit-il. Les légionnaires n’aiment pas les réunions.

38André d’Humières ne voulait entendre parler que des combattants à l’exclusion des étudiants, qu’il appelait les « petits jeunes », et avec qui il ne croyait pas que l’on pût faire quoi que ce fût.

39Je donnai l’ordre de les convoquer par les chefs de groupe, et d’organiser un service d’ordre le lundi.

40Le lundi 14, à la salle d’Horticulture, il y avait six jeunes légionnaires devant la tribune, et autant à l’entrée. Les légionnaires qui étaient venus n’avaient aucun ordre. Il y avait deux cents Camelots du Roi dans la salle, groupés.

41Je n’en fus point prévenu lorsque j’arrivai avec Hubert Bourgin et le jeune Philippe Lamour, dont nous ne nous défiions pas à ce moment-là.

42À l’entrée, je fus reçu, non par mes amis, mais par un garçon à qui l’on avait donné une mission, et qui était, j’en ai eu la certitude depuis, un indicateur de police. Ce gaillard me raconta toutes sortes de bourdes en me conduisant à la tribune. Raymond Batardy, qui sortait de l’Action française et qui était avec nous, avait été chargé du service d’ordre. Il vint à moi.

43— Tout va bien, me dit-il, il n’y aura rien. Il y a dans la salle des Camelots avec Georges Calzant (avocat et chef des Étudiants d’Action française). Mais ils seront bien sages. Ils ont donné leur parole d’honneur à Lamour qu’ils ne feront rien. Moi, je vais prendre mon train.

44Son visage disait exactement le contraire de ses paroles. Je lui donnai ordre de rester jusqu’à la fin.

45À partir de ce moment, j’eus la certitude que les choses iraient mal. Erreurs et fausses manœuvres avaient été accumulées. Ces choses-là ne se font pas toutes seules.

46Je pris place sur la tribune. Hubert Bourgin déclara la séance ouverte. L’agression commença aussitôt :

47— Je demande la parole, cria un inconnu en se levant.

48— Vous l’aurez plus tard, répond Bourgin.

49— Je demande si M. Georges Valois est un honnête homme, reprend l’individu, qui était le Dr Guérin de l’Action française.

50Je vois se lever à côté le colonel Larpent qui crie :

51— Georges Valois est un misérable !

52Stupeur. La question fait supposer que j’ai pris la caisse à l’Action française. À cet instant, nous n’avons rien compris. Aucun de nous n’a pensé que l’Action française ouvrait sa campagne de calomnies. Nous avons tous cru qu’une manœuvre énorme avait été faite entre elle et nous, et qu’on avait trompé les gens de la rue de Rome avec quelque faux dossier.

53Pendant ce bref instant de stupeur, un individu, qui faisait partie de notre service d’ordre et qui fut chassé plus tard parce qu’il était indicateur de police (il passa alors à l’Action française), s’élança sur le Dr Guérin. Ce fut le signal. La bande de Camelots se rua sur la tribune, qui fut balayée en quelques minutes, après une brève bagarre où Serge André fut blessé à la tête. Je restais sur la tribune avec André d’Humières. Les Camelots m’entourèrent et firent contre moi le mur mouvant, sans me frapper ; ils avaient une consigne évidente.

54André d’Humières et moi nous fûmes ainsi poussés dans une petite salle, au pied de la tribune. N’y purent accéder ensuite que les deux indicateurs de police qui venaient nous donner des nouvelles affreuses, et qui seuls purent traverser plusieurs fois la petite masse de Camelots qui bouchait la porte.

55Les Camelots allumèrent des bombes fumigènes, arrosèrent le sol de liquides lacrymogènes.

56Les pompiers arrivèrent peu de temps après. La salle complètement enfumée était vide. Les Camelots étaient massés à la porte. Non loin, un petit groupe d’amis. Je sortis, accompagné de Jacques Arthuys et d’André d’Humières. Nous trouvâmes à la porte de grosses forces de police qui nous étaient violemment hostiles.

57Avant minuit, un communiqué de l’Action française rendait compte de l’affaire et lançait la phrase : M. Valois est-il un honnête homme ?

58Le même soir, Hubert Bourgin et Léon de Lapérouse se rendaient à l’imprimerie du journal et demandaient des explications sur la question du Dr Guérin.

59Maurras ne dit rien.

60Larpent répondit :

61— Nous savons des choses.

62— Lesquelles ?

63Pas de réponse.

64— C’est la guerre, déclara Pujo.

65Il y avait autour d’eux une centaine de Camelots armés de revolvers.

66Ils avaient prévu notre riposte. Ils s’étaient préparés à la repousser à coups de revolver.

67On avait bien fait les choses, au-dessus d’eux.

68Le lendemain, l’Action française publiait un compte-rendu fantastique où l’on me voyait, livide devant les accusations, tremblant de peur et fuyant devant « des feux de bengale ».

69La nouvelle avait été télégraphiée dans le monde entier.

70On tenait beaucoup à ce que l’univers connût qu’une réunion du Faisceau avait été empêchée par l’Action française et que mon honnêteté était mise en question.

71Le coup avait été bien monté, il avait réussi, grâce aux plus hautes protections, grâce à quelques complicités à l’intérieur du Faisceau, mais il avait réussi.

72Les conséquences immédiates furent que la coalition des droites fut rendue impossible ce jour-là, — que l’évolution des droites vers le syndicalisme fut arrêtée net, — et que nous fûmes dangereusement isolés pendant quelque temps devant la ploutocratie, et surtout devant Finaly.

73Les conséquences lointaines furent que le mouvement des chefs du Faisceau vers le syndicalisme républicain fut accentué ; que les coupures ultérieures furent préparées ; que, enfin, les droites furent rejetées vers la plus stupide réaction sociale.

74Il y aura bien d’autres conséquences, et fort lourdes, qui sortiront de cette agression, car le coup de la salle d’Horticulture fut le commencement d’une formidable campagne de calomnies à laquelle s’associa, tacitement, une caste, presque toute une classe sociale que l’Action française tira à elle, en exploitant sa peur du syndicalisme ouvrier, que notre Faisceau approuvait. Car c’était, encore une fois, le fond de l’affaire.

75Tel fut le premier acte de la trahison de l’Action française.

II. — La campagne de calomnies

76Dès le lendemain de l’affaire de la Salle d’Horticulture, l’Action française était engagée dans la plus grande campagne de calomnies qui ait été menée dans la vie politique française depuis des décades. Considérée comme se produisant entre amis de quinze années, elle est sans exemple depuis un temps considérable. La campagne dura une année pleine. Il fallut un coup de main organisé par nous dans les locaux de l’Action française, un an plus tard, pour y mettre fin.

77La campagne était préparée depuis longtemps. Elle n’est rien d’autre que la reproduction, amplifiée, de la campagne menée en 1924 par Bernard-Précy et dont les éléments avaient été fournis par la Sûreté générale, ou par un des compartiments de celle-ci. Mais je ne crois pas que Maurras l’aurait engagée s’il avait prévu qu’il lui faudrait la mener pendant un an, et y perdre son prestige et son honneur

78L’Action française n’aurait pas tenté le coup de la salle d’Horticulture sans le faux renseignement qu’elle avait reçu sur les dispositions de mes amis à mon endroit.

79Maurras ne se serait pas jeté à corps perdu dans la calomnie sans la réussite de ce coup, qui le confirma dans l’idée que je lâcherais pied tout de suite.

80Le coup avait été très rude pour moi. Je ne cacherai pas que j’ai eu beaucoup de peine à tenir. Je sais des hommes, ayant du coffre, qui ont été démontés par des campagnes de l’Action française. J’ai compris leur fléchissement lorsque j’ai reçu chaque jour des paquets de boue, et lorsque j’ai vu, chaque matin, ma femme et mes trois enfants bouleversés, hors d’eux- mêmes.

81Pendant une quinzaine, nous avons cru à une machination effroyable où l’Action française était trompée. Dès le premier jour, j’avais dit à mes amis que, si l’Action française pouvait articuler contre mon honneur, mon honnêteté, ma probité, un seul grief prouvé, je me retirais le jour même. Mes amis van den Brœk d’Obrenan, Jacques Arthuys, Philippe Barrès, Hubert Bourgin, Serge André, André d’Humières, Léon de Lapérouse, demandèrent publiquement à l’Action française une accusation précise, accompagnée d’une preuve quelconque.

82Rien ne vint, naturellement. Au bout de quinze jours, je compris que les gens de l’Action française n’avaient même pas été trompés, et que nous nous trouvions devant une campagne de calomnies délibérément organisée par une quinzaine d’hommes complices dans le mensonge.

83À la fin de décembre 1925, j’ai compris que, engagés sur cette voie, ils iraient jusqu’au bout de toutes les calomnies, et que j’aurais un mal énorme à les arrêter parce que mes amis mettraient longtemps à comprendre cette canaillerie. Tandis que tout le monde, autour de moi, disait que la campagne allait cesser tout de suite, je ne me suis fait aucune illusion sur les suites, ni sur les conditions difficiles dans lesquelles il me faudrait lutter.

84J’avoue que j’ai eu un fléchissement. Parce que j’ai tout à coup compris comment Maurras agit contre ses adversaires, et comment il a conduit Henri Vaugeois à la tombe.

85Sa méthode, c’est l’obsession qui fait sauter les barrières où se meut l’esprit. Réfléchissez à ce que vous seriez si vous étiez l’objet, dans votre entourage, d’une accusation abominable, et si vous voyiez l’accusation prendre corps, vos parents et amis s’écarter de vous, et tous vos efforts échouer à faire admettre votre innocence. Il y a peu d’esprits qui ne sombrent pas dans de pareilles circonstances.

86Henri Vaugeois y sombra. C’est une chose que je dois révéler aujourd’hui, au moment où ses assassins ont l’impudeur de se couvrir de sa mémoire. En 1915-1916, Henri Vaugeois avait compris le jeu de Maurras et que jamais l’Action française ne ferait ce qu’elle avait annoncé. Il avait laissé Maurras prendre tous les pouvoirs dans la maison et dans le mouvement. Il vit qu’il aurait un travail surhumain à entreprendre pour mettre fin à la mystification montée par Maurras.

87Mais il possédait le titre du journal, il entreprit de chasser de la maison « le grec Maurras et le juif Bainville ».

88Alors Maurras lui fit des scènes quotidiennes et lui écrivit chaque jour des lettres interminables. Vaugeois chercha des appuis autour de lui : il n’en trouva pas. Maurras avait « travaillé », et Vaugeois comprit qu’il était déjà complètement isolé. Maurras créa chez lui l’obsession. C’est sa manière. C’est littéralement comme une sorte d’assassinat intellectuel. C’est l’art de faire perdre à l’adversaire le sens de la vérité, que l’on plonge et replonge dans un flot de paroles, où elle change sans cesse de couleur, jusqu’au moment où l’adversaire étourdi finit par prendre pour la vérité le mensonge qui l’assomme lui-même.

89Avec ces procédés appliqués chaque jour et à chaque heure du jour à un esprit tout à fait droit et qui ne flaire pas la supercherie, on est sûr du résultat : la raison succombera. Et si l’on s’adresse à un homme malade, ou affaibli, ou ayant quelque faille secrète, le résultat sera atteint beaucoup plus vite. Vaugeois était malade. Maurras le soumit à la torture quotidienne. Vaugeois n’y résista pas. Maurras provoqua chez lui l’explosion intellectuelle qui le conduisit rapidement à la mort.

90Fin 1925, je connaissais déjà les circonstances étranges de la mort de Vaugeois, car, à ma deuxième permission pendant la guerre, en 1916, ma femme, qui avait vu cela d’assez près, m’avait dit ce qu’elle savait ; Daudet et Maurras, de leur côté, m’avaient un peu étonné. Puis un voile épais avait été tendu sur le cadavre de Vaugeois. Il restait pour moi un fait inexplicable : si la version de Daudet et Maurras était vraie, pourquoi Maurras avait-il eu de si longues disputes avec un malade ? On ne dispute pas avec un malade, car la dispute, c’est le moyen sûr de le conduire au tombeau. La maladie de Vaugeois fut-elle déclenchée ou simplement précipitée par Maurras ? Je n’ai jamais pu le savoir : l’ami de Vaugeois, qui a complété mon information, en 1926, tient pour la première hypothèse. Il y a doute.

91Pour moi, en 1925, j’ai compris la méthode vraiment criminelle de Maurras. C’est déjà une tentative d’assassinat moral que d’accuser par calomnie un homme que l’on sait complètement innocent. Mais, chez Maurras, il y a une volonté arrêtée d’agir sur l’esprit de l’homme qu’il attaque. Par la répétition, il veut créer l’obsession, et une double obsession : obsession directe, et obsession indirecte, par la pensée qui naît chez l’homme accusé, que l’accusation sera acceptée par tout le public. C’est ce qui a fait chavirer Vaugeois.

92À la fin de décembre 1925, après la première quinzaine d’attaques, j’ai compris le crime de Maurras sur Vaugeois. Et j’ai compris qu’il tentait la même opération sur moi, avec des moyens décuplés. Car il y avait les accusations quotidiennes contre moi dans l’Action française, et, en outre, les lettres que Pujo et ses domestiques me faisaient adresser, et par lesquelles on me montrait que la campagne portait ses fruits ; en outre, encore, il y avait la campagne privée auprès de mes amis personnels, et, enfin, les injures aux membres de ma famille, au téléphone, et les injures ignobles la nuit, sous nos fenêtres. Pendant vingt-quatre heures, j’ai fléchi. J’étais au lit, avec une forte fièvre. Je passai une nuit abominable, car je sentais l’obsession venir, la double obsession. C’est alors que je compris l’affaire Vaugeois, et qu’il fallait que je pusse me désintéresser totalement du jugement que porteraient sur moi les hommes atteints par l’Action française, même mes amis, et même éventuellement mes proches. Au matin, j’étais tout à fait délivré. Et huit jours plus tard, je préparais une contre-attaque qui fut exécutée le 15 janvier par un numéro spécial du Nouveau Siècle qui liquidait toutes les accusations de l’Action française.

93Ceci fut fait malgré tous mes amis, qui jugeaient inutile toute réponse à l’Action française. Dans les premiers temps du Faisceau, tous ceux qui étaient parents ou alliés de gens d’Action française subissaient la pression des amis de Maurras. La très grande majorité des légionnaires étaient tout à fait étrangers à la politique ; ils ne pouvaient pas arriver à comprendre l’attaque du Faisceau par un groupe de droite.

94Cela nous créait une faiblesse terrible. Sur nos frontières, les sympathisants jugeaient les attaques de l’Action française ignobles, mais ils n’admettaient pas que, par des ripostes de notre part, nous pussions diminuer la valeur d’un groupe dont on avait besoin contre le communisme.

95Nos listes de nouveaux adhérents étaient prises chaque soir par un espion de l’Action française, et tous nos adhérents recevaient le service du journal de Maurras. Dans les premières semaines, il y eut un trouble considérable au Faisceau, entretenu par les alliés et amis de l’Action française. Mon autorité en fut très sérieusement ébranlée ; il me fallut plusieurs mois pour la redresser. M. François Coty faisait tout le nécessaire pour user les uns contre les autres par ses interventions auprès de Maurras et auprès de nous. Chez nous, un parti, qui supportait mal d’être attaqué dans la personne du chef du mouvement, me rendait presque responsable des attaques de l’Action française ; un autre disait qu’il fallait attendre, car il était tout de même grave que Maurras engageât son crédit dans l’affaire en menant la campagne lui-même. Enfin tout un parti se formait, dans les bureaux mêmes du Faisceau, pour dire, sans porter de jugement, que dans l’intérêt de l’union générale, je devrais me retirer et céder la place à Jacques Arthuys. C’était d’ailleurs le parti des fonctionnaires que j’avais entrepris de limiter dans leurs dépenses.

96Après le 15 janvier, je me remis en selle. Mais le mouvement avait cruellement souffert de l’agression de l’Action française. Les adhésions avaient été ralenties ; les souscriptions également. Autour de nous, les patriotes étaient dégoûtés, non de nous, mais de toute action.

97L’accord avec les « Ligues nationales » était devenu impossible. Certains chefs de groupements n’osaient pas se compromettre avec nous, par crainte des coups. L’un d’eux, chez moi, me disait :

98— Que voulez-vous ? On veut bien se battre et risquer tout. Mais on ne veut pas recevoir chaque matin des paquets de boue. Si nous marchons avec vous, nous serons attaqués comme vous.

99D’autres furent nettement hostiles. Par exemple, M. Pierre Taittinger qui se rapprocha de l’Action française.

100Au 11 novembre, nous prenions place comme fédérateurs dans le mouvement national. Après l’agression de l’Action française, et devant ses attaques persistantes, nous devenions groupe d’avant-garde, risquant d’être tout à fait isolés devant l’ennemi.

101Il fallait continuer. Nos difficultés financières s’accroissaient. Mais nous étions seuls à pouvoir faire front devant la grande coalition contre le franc. Nous décidâmes de continuer.

102Et l’Action française continua sa campagne quotidienne de mensonges et de calomnies.

103En février 1926, cela ne portait plus guère parmi nous. Fin mars, nous lisions l’Action française en nous amusant follement. En mai et juin, nous avions refait toutes nos troupes. Fin juin, nous redevenions fédérateurs. Mais il n’en resta pas moins que, en juillet, lorsque la grande crise de l’État se produisit, nous n’avions avec nous que le quart des troupes que nous aurions dû avoir. Et les groupements nationaux étaient en arrière de la main. Un doute avait été créé. Il persistait.

104Le mouvement national contre la ploutocratie a été ainsi arrêté dans son élan par la campagne de l’Action française.

105Nous avons empêché l’effondrement total du franc. Nous avons puissamment servi à l’avènement de M. Poincaré.

106Mais la prise du pouvoir par les nouvelles équipes, pour construire l’État nouveau, a été différée.

107Il est vrai qu’elle n’aurait pas été durable avec les éléments de droite que nous avions alors, car il est impossible de gouverner avec les droites. Mais ceci, c’est une autre affaire dont nous parlerons plus tard.

108Ce qui demeure de cette grande campagne de calomnies menée par l’Action française, c’est qu’elle a servi les intérêts de la ploutocratie et de ce vieux parlementarisme qui est le masque de la ploutocratie.

109Je ne veux pas parler longuement de la campagne de calomnies de l’Action française. On en trouvera toute l’histoire, toutes les pièces, dans l’ouvrage Basile ou la politique de la calomnie, que j’ai publié en 1928, et qui contient la sténographie des débats des procès entre l’Action française et moi, les dépositions des témoins et les plaidoiries des avocats des deux partis, avec toutes pièces justificatives.

110On y verra que l’Action française s’est effondrée complètement devant les juges et qu’il n’est resté rien, absolument rien de ses accusations.

111Mais j’ai quelques indications intéressantes à donner à propos de cette campagne.

112L’Action française m’accusa successivement :

113De lui avoir volé ses listes d’abonnés et d’adhérents ;

114D’avoir appartenu à la police du tsar (ou à la police bolcheviste) ;

115D’appartenir à la Sûreté générale, ou d’être « tenu » par cette administration ;

116De recevoir des subventions du ministère de l’Intérieur, ou de M. Finaly ou de Briand, etc., etc.

117Il y eut en outre l’accusation d’être à la solde de Mussolini, — mais je ferai de ceci un chapitre spécial, car cela en vaut la peine.

118Je note tout d’abord que, pas un instant, l’Action française n’a accordé créance aux accusations qu’elle lançait : elle connaissait toute ma vie ; elle me suivait dans ma vie nouvelle par le fait que Bernard de Vesins, Lucien Moreau, Charles Maurras étaient en relations avec Auguste Cazeneuve, le beau-père de Jacques Arthuys, et jamais, dans les examens passionnés qui ont été faits de la situation entre Cazeneuve et Arthuys, il n’a été question des accusations de l’Action française autrement que pour les jeter par-dessus bord, d’un commun accord. L’Action française connaissait nos ressources aussi bien que nous-mêmes, — comme nous connaissions les siennes. Car pendant de longs mois, il y eut allées et venues continuelles d’elle à nous et de nous à elle.

119Toutes les hautes personnalités qui entouraient l’Action française ont fait pression sur elle pour l’arrêter. Et en premier lieu, le duc d’Orléans, dont on redouta même, en janvier 1926, qu’il ne nous envoyât un télégramme de sympathie avant de partir pour l’Afrique. Et qui mourut, à son retour, au moment où il allait désavouer complètement l’Action française. Puis l’entourage du duc d’Orléans, dont la sympathie nous était acquise. Et la plupart des princes de la famille, qui étaient violemment indignés. Et leurs parents et leurs alliés. Et, au début, des personnalités marquantes de l’Action française elle-même, dont quelques-unes ne cédèrent que devant des menaces de chantage. Et des personnalités littéraires et politiques, au premier rang desquelles il y avait M. Paul Bourget.

120Mieux : des sections entières de l’Action française, dont les principaux membres ne pouvaient pas être trompés sur ma personne. Mieux : l’avocat de l’Action française lui-même, Marie de Roux, qui, la campagne de calomnies étant ouverte depuis deux semaines, et commençant les procès contre moi, entendait conserver avec moi le ton des bonnes relations personnelles et me disait, au téléphone, ses hommages pour ma femme et pour ma fille, — ce qui lui valut la réponse que vous pensez.

121L’Action française continua. Il est vrai qu’elle ne pouvait guère reculer, ayant engagé son honneur à prouver que j’étais un bandit. Mais je sais, par des témoignages sûrs, que Maurras n’a marché que contraint. Il ne voulait pas s’engager dans l’affaire. Qui l’y a contraint ? Ses amis ? Moreau et Pujo ? Je le veux bien. Mais comment Maurras subit-il la loi de Pujo ? Comment Maurras subit-il l’homme qu’il méprise ? Et quelle pression Pujo subit-il lui-même ?

122La question est grave lorsque l’on a pu se rendre compte comme je l’ai fait que toutes les attaques de l’Action française ont été orchestrées et soutenues par la Sûreté générale, ou, au moins, par une partie de la Sûreté générale, car on a parfois l’impression que l’on se trouve devant deux courants de la Sûreté qui vont en sens opposé.

123Cette histoire du dossier russe, avec laquelle on lançait contre moi l’accusation d’avoir appartenu à la police russe, tsariste ou bolcheviste, et qui repose sur ce bonnet de pâtissier dont j’ai dit l’histoire, — d’où vient-elle ? De la Sûreté générale qui l’avait lancée contre moi en 1924.

124Les renseignements sur nos déplacements, sur nos visites, sur nos conversations, que Maurras donnait parfois, d’où cela venait-il ?

125Des tables d’écoute de la Sûreté. L’Action française se flatte d’avoir elle-même une table d’écoute ? Celle sur laquelle le ministère de l’Intérieur lui donne le moyen d’écouter les conversations de ceux qu’il veut faire dénoncer, d’accord. Il faut être un enfant pour croire à la possibilité de certaines indiscrétions de la part de certains fonctionnaires. Lorsqu’ils sont si indiscrets, ils sont en mission spéciale. Ne se trompe là-dessus que celui qui veut être trompé.

126Mais voici une anecdote très significative :

127Maurras a paru croire, ou affecter de croire, à certains moments, à la réalité de ses accusations, au moins sur le point de notre prétendu accord avec Briand. Il nous présentait comme étant aux gages de Briand. Un jour, je lus avec stupeur dans l’Action française :

128« Les relations presque publiques de Valois avec Briand… »

129Ce jour-là, l’Action française nous donna un moment de franche gaîté.

130Or, dans le même temps, un ami de Maurras, S… dit à l’un de nos amis qui me le répéta le jour même :

131— Allons, avouez que Valois est l’homme de Briand : votre ami X. me l’a dit !

132X., c’était quelqu’un qui n’était pas dans nos comités centraux, mais qui entrait dans notre intimité sans frapper. Je lui posai la question le soir même. Il rougit, pâlit, et bafouilla la réponse la plus obscure.

133Nous étions trois à l’entendre. Il avait la réputation d’un homme qui brode sur la réalité. Notre conclusion fut qu’il avait voulu faire le monsieur qui sait quelque chose. C’était un personnage. Il était de l’entourage du duc de Guise. Nous laissâmes l’affaire sans suites. Il n’y avait pas de confrontation possible. On parla le moins possible en sa présence.

134Plus tard, on apprit qu’il rencontrait chaque semaine, à dîner, sans publicité, de très hautes personnalités du gouvernement qu’il voyait en compagnie d’un autre personnage important du monde royaliste. Quelqu’un, très renseigné, dit un jour de celui-ci, fort intime avec le premier :

135— C’est un des meilleurs agents du gouvernement parmi les royalistes.

136X. fut un des meneurs de plusieurs attaques menées contre moi. L’Action française en sait certainement sur lui beaucoup plus que nous. Jamais elle ne l’a dénoncé. Il lui a rendu trop de services.

137Je me garderai d’écrire ici un de ces romans policiers que l’on aime tant à l’Action française. Mais j’ai le droit de dire que tout ce que nous avons observé en 1926 et 1927 me permet de penser que, lorsque l’Action française nous accusait d’être sous la coupe du gouvernement, ou de la Sûreté, ou de l’Intérieur elle faisait exactement ce que fait un voleur qui crie « au voleur » en prenant la fuite.

138Là-dessus, je n’ai pas de documents à vous apporter. Mais, à propos de l’affaire italienne, je vous donnerai un récit avec de singulières précisions, et le plus de noms possibles.

139Ce chapitre, je le termine en répétant ce que j’ai déjà dit :

140En 1925 et 1926, le Faisceau était seul à mener l’offensive pour mettre fin au vieux parlementarisme, et le seul à attaquer ouvertement, directement, la ploutocratie qui tuait le franc, et nommément M. Horace Finaly.

141Et l’Action française ne combattit ni la ploutocratie en général, ni M. Finaly en particulier, ni Painlevé, ni Monzie, ni Herriot, ni Caillaux, ni aucun de ceux sous le nom de qui le franc descendait aux abîmes.

142Elle ne combattit qu’un seul groupe, le Faisceau, et un seul homme, moi-même.

143J’ai le droit de dire qu’elle a été le meilleur instrument du service qui est destiné à assurer la sûreté du vieux régime parlementaire et des financiers qui financent ce régime.

III. — Notre offensive. — Rupture de la coalition contre le franc

Verdun. — Contre les voleurs d’or. — Reims

144À partir du 15 janvier 1926, nous remontons la pente sur laquelle nous avions glissé après l’agression de l’Action française.

145Jusqu’à la fin de juillet, et même jusqu’au mois de novembre 1926, nous avons été en ascension. Et malgré des attaques incessantes, nous avons ce que l’on peut appeler l’initiative des opérations. L’Action française et le gouvernement connaissaient notre plan général, mais non les étapes prévues de nos réalisations.

146Là-dessus le secret était entièrement gardé. Nous avions calculé que la grande crise se produirait aux environs de la fin de juin, et qu’elle mettrait de trois à six mois à évoluer vers la solution. Nous devions donc avoir le maximum de forces, dans nos formations de combattants et dans nos organisations, à partir de la fin de juin. Cela pouvait se voir, du dehors. Mais ce qui ne se voyait pas, c’était la forme prévue.

147J’avais prévu trois grands rassemblements, grossissant à mesure qu’ils se rapprochaient de Paris, le troisième devant être tout près de Paris, et fait à un moment très aigu de la crise. Les étapes étaient : Verdun, Reims, Meaux. Là-dessus, secret absolu. L’information fut limitée à moi seul. Le gouvernement ne comprit la valeur du rassemblement de Verdun que deux ou trois jours avant qu’il ait lieu. Le rassemblement de Reims fut annoncé à l’issue de la réunion de Verdun ; sa signification apparut deux ou trois semaines avant, à un moment où on ne pouvait guère l’interdire. Meaux fut annoncé à l’issue de Reims. Là, tout le monde comprit sur l’heure. Mais nous avions le vent en poupe. Il ne fallait pas songer à interdire le rassemblement de Meaux ou ses suites. Il fallait arrêter la crise. Ce que fit le gouvernement.

148En janvier 1926, nous nous occupâmes d’abord de reprendre l’ascendant sur l’Action française. Nous organisâmes une nouvelle réunion du Faisceau universitaire au Quartier latin, à la Salle des Sociétés savantes. La réunion eut lieu avec Bourgin, Arthuys, Barrès, Lamour et moi. Les Camelots avaient occupé la salle, dans la journée, avant nous, ils avaient brisé les appareils d’éclairage, les glaces, des rangs de fauteuils et répandu sur le sol des liquides lacrymogènes, ceci sous le couvert d’une fantaisiste réunion d’employés de banque. Nous lavâmes la salle à grande eau. Il vint une foule énorme. Nous parlâmes dans une atmosphère encore chargée de gaz, mais nous parlâmes. Les petits jeunes gens de l’Action française s’étaient rassemblés au dehors pour provoquer une bagarre. Ils n’osèrent pas se montrer. Ceux qui le firent furent sonnés avec tant de vigueur que cela dégoûta les autres.

149Vingt réunions étaient organisées dans toute la France. Jacques Arthuys, Philippe Barrès et moi nous parcourions le pays avec la première équipe de conférenciers. Nous fûmes à Bordeaux où quinze cents personnes étaient inscrites au Faisceau, sous le commandement de George Johnston, de Lawton, de R. de Cruze, de Nicolaï et de Paris ; à Lyon, où Auguste Lajonchère avait un effectif égal ; à Rouen, où Guéguen avait déjà groupé, pour la Légion de Rédier, un millier d’hommes ; à Reims où Hubert Régnier rassembla trois mille personnes au Cirque pour nous entendre ; à Soissons, avec Hutin et Ponsot ; à Amiens, avec Martino ; à Saint-Étienne avec Kemlin ; à Orléans, avec Poudret. À Paris, Jean de Rocquigny et André Deloche étaient de service toutes les semaines.

150Les légions sortaient du sol. Il y avait une moyenne de cinquante adhésions par jour. L’année 1926 tout entière nous donna vingt mille inscrits. Nous agissions au milieu de cent mille sympathisants. Mais notre influence allait dix fois plus loin.

151Arthuys, Barrès et moi nous étions de service comme conférenciers ou orateurs presque chaque jour. Et nous faisions le journal où nous donnions chacun un article quotidien. Arthuys et moi, nous avions à résoudre chaque mois le problème des échéances, qui était véritablement angoissant, car nous n’avions jamais eu un franc devant nous, et nous sortions six à sept cent mille francs par mois pour le journal et le mouvement. André d’Humières organisait les sections et les formations de combattants. René de la Porte s’occupait du Faisceau des Corporations.

152Le 21 février 1926, nous organisâmes un grand rassemblement à Verdun. Ce fut une journée d’une émotion intense. C’était un dimanche, le 10e anniversaire de l’attaque allemande sur Verdun. Personne hors de nous n’avait pensé à cet anniversaire. Il vint un millier de personnes de Paris, et trois mille de la Meuse et des départements voisins. Nous avions trouvé des hommes ardents pour organiser le Faisceau, Nocton et Bézard.

153Le 20 février, nous eûmes une veillée d’armes à l’Ossuaire de Douaumont. Plusieurs centaines de légionnaires et de jeunes hommes passèrent la nuit à l’Ossuaire. Le dimanche matin, à l’heure de l’attaque allemande, nous étions réunis non loin de l’Ossuaire, avec un millier d’hommes pour la remise des fanions aux délégués de nos jeunes faisceaux de province.

154Il y eut une minute de prodigieuse émotion lorsque, debout sur les lèvres des trous d’obus, nous jurâmes fidélité à nos camarades tombés sur la terre de Verdun. Nous avions presque tous combattu devant Verdun ; il n’y avait pas un de nous qui n’entendît la voix de l’un des siens sur ce prodigieux champ de bataille, où la France, repliée sur elle-même, tassée sur quelques lieues carrées, remporta peut-être sa plus grande victoire.

155À deux heures après-midi, nous étions au Marché couvert devant des milliers de personnes. J’ai rarement vu réunion aussi pleine d’enthousiasme et d’émotion. Nous étions soulevés par le monde de souvenirs qui sortaient du sol. Il y avait sur Verdun ce soleil qui, vers le milieu du jour, au 25 février 1916, annonça le renversement de la bataille. Nous étions baignés de cet air lorrain qui a nourri notre sang pendant les mois ou les années où nous avons été les acteurs de la grande tragédie de 1914 à 1918. Jacques Arthuys, Philippe Barrès furent sublimes. Le peuple était soulevé.

156À la sortie, il était quatre heures, nous nous formâmes en colonne pour aller porter une palme au cimetière militaire. Trois ou quatre mille personnes nous suivirent. En silence. Sur les quais de la Meuse, Verdun salua notre colonne.

157— Ce sont ceux de mil neuf cent seize, disait-on. Ils vont sauver le pays.

158Au cimetière, un immense carré. Des milliers d’hommes. Un silence formidable. Une brève déclaration, que je fis devant le monument où les socialistes avaient déposé une palme cravatée de rouge. J’associai les socialistes à notre mouvement.

159Il fallut deux trains pour ramener les légionnaires vers Reims et Paris. Nos trains étaient comme des trains de permissionnaires, à qui l’on a annoncé la victoire. J’avais donné rendez- vous à tout le monde à Reims.

160Les assistants disaient qu’ils venaient de faire une journée historique. Ils avaient raison. Notre rassemblement de Verdun, est une des grandes dates qui jalonnent la route où les combattants de la guerre marchent à la découverte de l’Europe qui se fait sous leurs pas.

161Le lendemain de Verdun, l’Action française rendait compte de la journée sous le titre : « Les Poux de Verdun ». Les « Poux », c’étaient les quelques milliers de combattants qui avaient commémoré le 10e anniversaire de la bataille. Il s’est trouvé deux combattants, le nommé Pierre Héricourt et le dessinateur Pennès, dit Sennep, pour mettre leur nom sous cette ordure.

162L’Action française révéla au public ce jour-là l’objet de sa campagne. Sa saleté fut une grosse maladresse. Les camarades du Faisceau n’avaient pas compris le sens des attaques de la rue de Rome. Ils n’y voyaient guère qu’une polémique entre Maurras et Valois. Ils comprirent tout à coup qu’ils étaient tous visés, et que, cette fois, l’Action française ne pouvait plus justifier ses attaques par la nécessité de conserver son public. Dans la Meuse, elle n’avait personne.

163Je pus récupérer une assez grosse partie de mes moyens de commandement que l’attaque de l’Action française avait fait tomber de mes mains.

164Je préparai de nouveau la liaison des forces dites « nationales » sur lesquelles j’avais des illusions que j’ai complètement perdues. Je pris contact avec quelques représentants des Jeunesses patriotes, avec les plébiscitaires, et je m’employai à faire cesser les antagonismes entre royalistes et bonapartistes.

165Je ne puis me retenir de sourire de mon erreur à ce sujet : croire que le rapprochement entre les représentants actuels de deux dynasties pouvait avoir une importance historique, c’est évidemment une grosse illusion. Le lecteur est prié de considérer que ma préoccupation était de totaliser des effectifs. Van den Brœk, Jacques Arthuys et moi nous négociâmes pour que les représentants des trois traditions fissent cesser leurs querelles devant la grande pitié de l’État français.

166Nous posâmes la question d’un mariage. Ce fut l’occasion de conversations solennelles d’abord à Bordeaux entre M. Hector du Poy et M. Bertrand de Lur-Saluces d’une part, et George Johnston et moi-même au nom du Faisceau d’autre part. À Paris la conversation eut lieu entre deux personnalités du monde bonapartiste, et van den Brœk, Serge André, Arthuys et moi.

167Après quoi, nous nous rendîmes, Léon de Lapérouse, le comte de la Tour du Pin et moi chez le duc de Massa, qui représentait officiellement le prince Victor. À partir de ce moment, les choses sortent du domaine de mon initiative ; c’est l’affaire des intéressés, qui ont donné à ces négociations une suite dont je me désintéressais personnellement presque complètement après notre assemblée de Reims.

168Je ne dis là-dessus que ce qui m’appartient, étant absolument convaincu que le gouvernement français en sait beaucoup plus long que moi sur cette affaire depuis longtemps, par des moyens qui sont les siens.

169Au surplus, je m’occupais beaucoup moins des relations entre les familles des prétendants qu’à nos relations avec les différents groupes de « patriotes ». Ces conversations nous donnèrent l’occasion de faire tomber des hostilités que la campagne de l’Action française avait dressées contre nous.

170Barrès n’aimait pas beaucoup ces entretiens. Il est républicain, et profondément. Les considérations dynastiques lui paraissaient inutiles. Il avait tout à fait raison.

171Les relations avec les communistes et les socialistes nous passionnaient beaucoup plus. En mars, Marcel Delagrange et son camarade Bardy nous donnèrent leur adhésion. Quelle en était la valeur ? Cela se discute aujourd’hui. Delagrange s’est fait une vilaine figure plus tard. Au moment où il vint à nous, il était, avec Bardy, employé à la Coopérative rouge de Périgueux. Je crois qu’il y avait de la sincérité dans son mouvement. Il a été perdu par certains aspects de la vie parisienne. L’Humanité l’accusa de vol. Je connais l’histoire ; j’ai eu les pièces dans mon coffre pendant dix-huit mois. L’accusation ne tenait pas. Ce n’était pas là-dessus que Delagrange devait être attaqué par les siens.

172L’arrivée de Delagrange au Faisceau provoqua un gros remous. En même temps que lui arrivaient d’autres communistes, et des socialistes. Beaucoup de légionnaires s’alarmèrent. On vit se former au Faisceau deux clans, la droite militariste et socialement réactionnaire, la gauche syndicaliste et révolutionnaire. La droite essaya de se grouper sur le nom d’Arthuys, la gauche sur le mien, ce qui ne répondait à rien de pratique. Mais cela exprimait des sentiments, Arthuys ayant l’aspect plus militaire, et moi l’aspect plus plébéien. Nous pûmes nous rendre compte que le Faisceau comptait une grosse majorité orientée à droite, qui n’acceptait les gens de gauche qu’à la condition que ceux-ci épousassent les préjugés de droite.

173Vers la même époque. René Johannet et Gaétan Bernoville donnèrent leur collaboration au Nouveau Siècle : la collaboration au journal ne signifiait pas l’adhésion au Faisceau, et la plupart de nos journalistes professionnels n’étaient nullement fascistes. Mais, pour Johannet et Bernoville, qui appartiennent tous deux à des milieux catholiques où conservateurs et démocrates se rencontrent, cela signifiait la formation de sympathies sur notre droite.

174Dans le même temps, Roux-Costadau, naguère député socialiste, fit, dans le Nouveau Siècle, des déclarations sympathiques au fascisme.

175Enfin, des conversations commencèrent avec le groupe Mercier, qui devaient aboutir à un sérieux malentendu, mais qui montraient au moins que nous avions franchi le cercle où l’on avait voulu nous enfermer.

176Naturellement, nous trouvions toujours contre nous l’Action française. Dans toutes les villes où nous allions, nous étions sûrs de rencontrer les Camelots mobilisés contre nous, et essayant de provoquer des bagarres.

177Nous ne nous en plaignions plus du tout, car les attaques de l’Action française nous valaient les sympathies générales. À Mulhouse, les Camelots échouèrent piteusement. À Strasbourg devant trois mille spectateurs, ils donnèrent l’assaut à la tribune qui n’était pas défendue : le Faisceau n’était pas formé, et nous avions vingt personnes dans la salle. Nous étions quatre à la tribune. Les trente Camelots ne purent nous déloger, et, leur coup manqué, durent quitter la salle, tandis que les assistants chantaient la Marseillaise. À Metz, ils n’osèrent pas se montrer.

178Partout, ils agissaient en agents provocateurs. Pendant toute cette période où le franc tombait jour après jour et où nous menions l’offensive quotidiennement contre les assassins de la monnaie, l’Action française fut entièrement occupée à lutter contre nous.

Les voleurs d’or

179Fin avril, les assassins du franc tentèrent un coup décisif contre le franc. Ils voulaient faire vendre l’or de la Banque de France. Le Quotidien mena l’offensive. Elle fut soutenue par l’Action française par un concours qui prit une forme inattendue. Le 26 avril, Maurras prit position nettement contre le salaire-or et contre le franc-or monnaie de compte. C’était abattre toutes les barrières que pouvaient redouter les assassins du franc.

180Quelques jours plus tard, commençait une offensive forcenée pour la vente de l’or de la Banque. Nous combattîmes vigoureusement cette offensive, qui a été un des coups les plus sérieux tentés contre le franc ; s’il avait réussi, le franc était perdu, la monnaie serait tombée à zéro, la France aurait connu tous les troubles qu’a connus l’Allemagne. L’affaire était grave : elle se produisait au moment où l’Angleterre était secouée par la grève générale.

181Le 21 mai, le Faisceau avait une grande réunion à la salle Wagram : elle était destinée à exposer notre politique économique et sociale que la plupart des membres du Faisceau connaissaient peu ou pas du tout. Vers la fin de la réunion, j’exposai le coup tenté contre l’or de la Banque de France, et je demandai aux assistants de s’engager à s’opposer par la force à toute sortie d’or de la Banque de France. Je n’eus pas le temps de terminer ; l’assemblée avait compris ma pensée. Elle bondit. Les légionnaires debout, bras levés, criaient leur volonté. Ils étaient soulevés par la fièvre révolutionnaire, qui croissait rapidement.

182De tels spectacles épargnent bien des erreurs aux gouvernements qui les comprennent. Celui-là signifia que nous pourrions déclencher une émeute si l’on touchait à l’or de la Banque.

183Le lendemain, les auteurs du coup battaient en retraite.

184Et l’Action française redoubla de violence contre nous, et qualifia notre action de « démagogique ».

185Mais le coup des assassins était manqué.

Reims

186Avril, mai, juin, ce fut pour nous la préparation de l’Assemblée nationale de Reims. Les gouvernements se succédaient depuis quelques mois. Le franc baissait avec une régularité admirable. Il fallait être prêt pour le moment de la chute à pic, moment prévu pour la grosse émotion populaire.

187L’assemblée de Reims, dont la date avait été fixée au 27 juin, parut devoir être une grande réunion de cadres avant cette grande émotion. Les gauches annoncèrent qu’elles barreraient la route de Reims. Ainsi, pendant que nous étions violemment attaqués à droite, la gauche essayait de nous interdire la route. Dans tout l’Est, où nous faisions un gros effort de propagande et de recrutement, on vit placarder des affiches, signées par des groupes se disant socialistes ou communistes, annonçant en lettres d’un pied : Nous barrerons la route de Reims.

188Naturellement, c’est dans cette période que nous avons été l’objet des sollicitations les plus curieuses : je ne parle pas des offres de mitrailleuses, de grenades, faites par les gens qui vous conduisent tout droit sous les projecteurs de la police, c’est la petite monnaie de ces périodes agitées. Je parle des choses plus sérieuses, qui vous mettent tout à coup en contact avec les grosses puissances qui agissent dans le monde. Je n’en dirai que deux, qui sont bien significatives :

189Il y a eu la demoiselle née à l’étranger, de parents français, qui aimait beaucoup la France, et qui voulait nous mettre en relations avec un grand savant de son pays, en voyages d’études en France, et sur le sort de qui son ambassade veillait avec grand soin.

190La demoiselle nous apportait chaque mois un billet de banque de son pays ; elle prélevait cette petite somme sur ses revenus. Et elle me parlait de son savant, qui avait, disait-elle, une grande admiration pour moi, pour mon œuvre, et qui désirait tant me voir, avec Philippe Barrès, qu’il admirait également beaucoup. La demoiselle avait ce visage impassible, ce regard sans vie qui vous révèle, sept fois sur dix, une personne en service spécial et inavoué. À chacune de ses visites, la figure du savant se précisait. Je ne me décidais pas. Il fallait aller chez lui. Il était malade ; il ne pouvait quitter son appartement. La mère de la demoiselle, qui était une personne vraiment très bien, vint me tenir le même langage que sa fille. À la dixième visite de la demoiselle, mes idées sur le savant étaient assez nettes.

191Un après-midi, la demoiselle se trouva dans notre antichambre au moment où Jacques Arthuys et André d’Humières étaient avec moi. Elle entra :

192— Mademoiselle, cette personnalité, qui désire tant nous voir est en voyage d’études en France ?

193— Oui. C’est cela.

194— En mission spéciale ?

195— Heu… Oui, c’est cela.

196— Chef de mission, en liaison avec l’Ambassade ?

197(Je ne demandais rien d’autre que ces précisions et sur le ton le plus courtois.)

198— Oui.

199— Mais cela s’exprime mieux par : Chef du service secret en France ?

200La réponse échappa :

201— Oui, dit la demoiselle.

202Le dialogue avait été très bref, à voix très douce. Je changeai à peine de ton pour dire :

203— C’est précisément pour cela, Mademoiselle, que ni M. Barrès, ni moi ne pouvons voir ce personnage.

204La demoiselle se retira. Nous ne l’avons jamais revue.

205L’autre histoire est d’une autre maison.

206Nous entrâmes en relations avec une haute personnalité de la haute société parisienne, membre de conseils d’administration importants, ayant des parents et des alliés dans tous les mondes.

207Un garçon charmant, sans préjugés, de beaux états de service à la guerre ; portant des jugements éclairés et très libres sur le capitalisme, le socialisme, l’Amérique et la Russie soviétique. Avec cela, à côté d’une parfaite correction, cette fantaisie qui vous montre le cas qu’un homme fait de la richesse et des honneurs. De mon côté, grande sympathie dès la première rencontre.

208À la deuxième rencontre :

209— Cher ami, il faut que je vous fasse rencontrer un homme étonnant, de premier ordre, qui appartient à la haute administration. Il veut vous connaître. Il vous combat. Mais il faut voir en face ses adversaires. Et puis, c’est sa fonction qui veut cela. Je vais inviter une vingtaine de personnes chez moi, et vous le verrez.

210Quelques jours après :

211— Ce ne sera pas chez moi, ce sera chez mon amie, Mrs. Thomas. Nous dînerons chez elle.

212Mrs. Thomas était une personne remarquable, artiste, et qui habitait un appartement extrêmement curieux, où le seul domestique était un Asiatique de je ne sais quelle île, qui ne parlait pas un mot de français. Notre nouvel ami avait connu Mrs. Thomas au cours d’un voyage autour du monde pendant la guerre. Incidemment, il m’avait dit : « Elle était, alors, à l’Intelligence Service ! » Depuis, elle était installée à Paris et se donnait à son art. Elle était peintre de qualité.

213Mrs. Thomas était une personne tout à fait intéressante, qui connaissait beaucoup de monde à Paris. Rencontrer chez elle un homme de la haute administration française ne manquait pas de piquant. J’acceptai la rencontre. Je pris tout de même quelques précautions. Jacques Arthuys, André d’Humières et Léon de Lapérouse, avertis, devaient m’attendre dans un café du voisinage sur le coup de minuit.

214Le personnage de la haute administration, était, naturellement, un fonctionnaire de haut rang appartenant à la police. Il s’occupait spécialement de nous. C’était un homme très remarquable, de grande culture, et d’une brutalité sincère, qu’il ne se donnait presque pas la peine d’habiller.

215Notre ami m’avait annoncé que le personnage m’éclairerait sur l’activité communiste. Au bout de cinq minutes d’entretien, il n’y avait pas d’erreur à faire sur ce que l’on attendait de la conversation. On cherchait chez moi l’endroit vulnérable. Les moyens essentiels ne changent guère : on annonça, en s’excusant, que, contrairement à ce qui avait été prévu, il y aurait une visite après le dîner, celle de — disons — « Germaine », connue dans la République des Lettres.

216La conversation ne fut pas extrêmement intéressante. Mon adversaire faisait tout ce qu’il pouvait pour m’amener à parler. Il affirmait que les coups de main sont impossibles, que la police est tout autre chose que la police d’il y a un demi- siècle, qu’elle est capable de maîtriser n’importe quel mouvement ; que, en particulier, jamais on ne pourrait refaire aujourd’hui le coup du 4 septembre.

217— Et si l’on ne vous donne pas d’ordre ?

218— Nous nous en donnerons à nous-mêmes.

219Il affectait un mépris complet de toutes les organisations opposées au gouvernement. La conversation traînait. Elle reprit avec plus d’animation à l’arrivée de « Germaine ». On présenta cérémonieusement « Germaine » à notre personnage. J’appris plus tard qu’ils se connaissaient fort bien et qu’il y avait une certaine intimité entre eux.

220L’entretien de l’après-dîner fut presque exclusivement littéraire. Le policier raconta quelques anecdotes sur les secousses publiques de Paris. Il était sur le plan des mouvements de rue, du coup de main, de l’émeute. Il s’amusait franchement des manifestations des uns et des autres, canalisées, amplifiées, matées, au gré de la police. Il envoyait la balle à « Germaine » qui la lui renvoyait. Cela ne rendait pas. On revenait à la littérature.

221Le policier partit le premier. « Germaine » restait. La soirée était délicieuse. Nous buvions des boissons fraîches. Le chant nocturne de Paris entrait par les fenêtres ouvertes sur un des plus paisibles jardins publics. Mais je ne restai pas au-delà du temps qu’exigeait la politesse. L’ami de Mrs. Thomas vint m’accompagner jusqu’à la porte.

222— Vous entendrez dire que je suis de la police, me dit-il.

223— Je n’en croirai rien, lui répondis-je.

224Je le revis deux fois dans le mois qui suivit.

225Et jamais plus ensuite. Paris est une ville bien curieuse. Et la vie beaucoup plus intéressante que le cinéma.

226J’ai eu l’occasion de me féliciter de cette soirée qui rappelait si curieusement la nouvelle de Kipling, Sur le mur de la ville. Ce fut le jour de la chute d’Herriot, au milieu du commencement d’émeute qui se produisait devant le Palais- Bourbon. Au débouché du Pont de la Concorde, je me trouvais arrêté, avec ma voiture, par une foule déjà assez dense ; à quelques pas de moi, au coin du pont et du quai, un homme, au milieu d’un groupe, donnait des instructions. Ceux qui les recevaient plongeaient dans la foule et conspuaient Herriot. Et cet homme, c’était le policier que j’avais rencontré chez Mrs. Thomas. C’était lui qui animait la manifestation.

227Je reviendrai là-dessus avec quelques autres détails sur cette grande journée qui vous apparaîtra sous un jour où vous ne la connaissez pas.

228En juin 1926, la situation devenait révolutionnaire. Depuis le 11 mai 1924, il y avait eu sept ministres des Finances : Clémentel, Monzie, Caillaux, Painlevé, Georges Bonnet, Loucheur, Doumer. Vint Raoul Péret. C’était un défi : nul n’ignorait que Raoul Péret était dans un tel état physique qu’il était hors d’état de gérer son propre portefeuille. On sentait, au-dessus des gouvernements, une volonté arrêtée de laisser les finances entre les mains d’incapables.

229Le Faisceau et son journal Le Nouveau Siècle accusaient Horace Finaly et M. de Monzie de naufrager les ministères pour rendre inévitable l’effondrement du franc.

230Au commencement de juin fut nommé le Comité des Experts. On connut que quelques-uns d’entre eux déclaraient la situation sans remède autre qu’un coup de force. Dans la deuxième quinzaine de juin, les événements se précipitent. Un ministère Briand tombe à cause du lamentable Raoul Péret. Une première combinaison intéressante, venue trop tôt, où l’on voyait, avec les radicaux socialistes, des démocrates populaires : c’est la fameuse combinaison où, avec Piétri et Bokanowski, apparaissent Champetier de Ribes et Lucien Romier. Personne ne comprit à ce moment-là : c’est une des rares choses intelligentes qui aient été faites à cette époque, mais c’était prématuré. La combinaison Herriot échoua ; puis échoua une deuxième de Briand. Enfin, on mit sur pied un ministère Briand-Caillaux.

231Une fois encore, M. Joseph Caillaux eut un jeu prodigieux entre les mains. Il était très combattu, sourdement. Mais une fois de plus il avait pour lui, avec la gauche, tous les conservateurs. Il arrivait avec la réputation de l’homme qui tient tête à Finaly ; on disait qu’il avait fait la paix avec le chef de la Banque de Paris. Il annonçait qu’il ne laisserait pas placer la France « sous le joug de la finance anglo-saxonne ». Cela le rendait sympathique. Mais il eut un mot malheureux. Il annonçait que la France devait se préparer « à la grande pénitence ». Le mot, venu de lui, sonnait mal. Et ses intentions premières, telles qu’elles furent connues à ce moment-là, faisaient prévoir une grosse poussée d’inflation.

232Pour nous, nous travaillions, fiévreusement. André d’Humières, délégué général du Faisceau, avait préparé notre Assemblée nationale de Reims avec un allant magnifique. L’Est et le Nord avaient été parcourus par nos conférenciers et nos propagandistes.

233Les tracts, les journaux avaient été répandus par centaines de mille. Des délégations étaient organisées de tous côtés. Elles devaient venir de tout le territoire, y compris l’Algérie et le Maroc.

234Plusieurs centaines d’automobiles devaient amener les délégués de l’Est, du Nord et de l’Ouest.

235Toutes les salles de Reims nous avaient été refusées, sur la pression de la mairie et de la préfecture ; André d’Humières nous trouva une immense salle dans une usine désaffectée. Il la fit aménager en quelques jours. On annonça contre nous une contre-mobilisation de communistes. Quelques jours avant Reims, un correspondant bénévole nous faisait savoir que le chef des troupes de choc des communistes serait sur place, à Reims, pour commander la manœuvre contre nous. On annonçait la tuerie. Cela ne fit impression sur personne. Il y avait, dans ces journées, un enthousiasme qui n’était pas encore celui des journées décisives, mais qui annonçait un grand coup de reins pour les semaines ultérieures.

236Malgré des obstacles qui se renouvelaient chaque jour, et même à chaque heure, André d’Humières réussit admirablement l’organisation de notre assemblée de Reims. Deux ou trois jours avant le 27 juin, jour fixé, nous étions sûrs d’avoir dix mille hommes à Reims. C’était un beau tour de force, si l’on se rend compte que, sur ces dix mille hommes, Reims ne devait fournir que mille à quinze cents personnes, spectateurs et non délégués. André d’Humières supporta la charge presque seul, avec un personnel nombreux, mais de recrutement récent, et qui ne comportait qu’un très petit nombre d’hommes expérimentés.

237Le samedi 26 juin, nous étions prêts. André d’Humières avait quelques centaines d’hommes à Reims pour tenir la ville et surtout le quartier de l’Assemblée, patrouiller, enquêter et assurer la sécurité des premiers arrivants.

238Ce jour-là nous eûmes un assez joli coup de théâtre à Paris : une haute personnalité de la banque, liée d’amitié avec nous depuis plusieurs années, arriva chez Jacques Arthuys, dans la matinée ; elle apportait un dossier contre Joseph Caillaux.

239— Sortez cela à Reims, dit-on à Jacques Arthuys, et vous renversez Caillaux.

240Dix minutes plus tard, Arthuys était chez moi, place du Panthéon : nous examinâmes l’affaire.

241— Qui l’apporte ? X…, c’est un ami personnel. Il nous a appuyés dix fois. Il n’a cessé de nous donner d’excellents renseignements. L’affaire est grosse. Elle est surtout à effet. Lançons-la : quel est le résultat ? Caillaux sera renversé. D’accord. Mais qui désire la chute de Caillaux ? Horace Finaly. Alors, nous aurons travaillé à Reims pour la politique de Finaly ?

242Nous décidâmes de ne pas faire le coup. Le coup était bien celui que nous avions soupçonné. L’homme qui nous l’avait apporté, notre ami, nous avait souvent donné des renseignements contre Finaly. Nous ne savions pas ce jour-là que son administration avait renversé ses alliances, et qu’elle marchait avec Finaly. Mais nous éventâmes la mèche, et la bombe que l’on nous avait mise entre les mains resta dans nos dossiers. Je dois d’ailleurs dire que, si elle était de gros effet en une heure d’exaltation, devant dix mille personnes ayant laissé à la porte leur sens critique, cela valait beaucoup moins dans une campagne de presse.

243Notre journée de Reims se présentait bien telle que nous l’avions préparée. Et le 26 juin, la réussite n’en était pas douteuse. Mais, dès ce jour-là, il était certain pour moi que le fascisme français devait modifier profondément son aspect pour réussir et entrer dans les faits.

244En juin, j’avais fait de nombreuses visites. J’avais essayé de faire venir à Reims un certain nombre de personnalités politiques qui eussent fait figure de ministère. Toutes avaient exprimé leur sympathie pour l’ensemble des idées que nous présentions ; mais toutes, sans s’être concertées, avaient déclaré toute réalisation absolument impossible sous le nom fasciste, et hors du cadre républicain. Il n’y avait pas un homme qui voulût s’engager dans une entreprise que l’on considérait, à tort ou à raison, comme anti-républicaine. Tous les renseignements que nous avions sur le pays étaient concordants ; les illusions que nous avions eues autrefois sur l’Action française étaient entièrement dissipées. Il était certain que l’Action française était dans le pays comme un corps étranger. Il était donc absolument fou de compromettre le sort de la révolution économique en la liant d’une manière quelconque à un mouvement anti-républicain.

245À la veille de Reims, au moment où certains nous croyaient tout près du pouvoir, il m’apparut que les grosses difficultés commençaient, et qu’il fallait exécuter une opération extraordinairement difficile : rentrer dans la République et réviser les idées qui avaient pénétré dans une certaine élite, et qui avaient séparé cette élite du peuple français.

246La veille de notre assemblée de Reims, je rédigeai donc les sept résolutions à présenter à Reims de telle manière qu’elles permissent l’évolution ultérieure nécessaire. C’est à Reims, le 27 juin 1926, veille du jour anniversaire de la paix, que le Faisceau, avec ses chefs, est rentré dans la République, en proclamant constituée la République des Combattants et des Producteurs. Les sept résolutions de Reims contenaient tout ce qui a été fait dans la suite. Et c’est à Reims en 1926, et non dans le courant de 1927, que les royalistes et la droite du Faisceau auraient dû donner leur démission.

247Mais, en cette journée de Reims, dans l’exaltation de la situation révolutionnaire, les hommes voyaient ce qu’ils avaient en tête, et non ce qu’on leur présentait.

248Nous fûmes, à Reims, dix à douze mille. Nous occupions la ville. Il y avait en outre deux mille communistes, sur lesquels cinq cents hommes de l’Association républicaine des anciens combattants, armés, nous dit-on, et venus avec un camion plein de fusils.

249L’air était plein de bruits de fête. À la gare, les trains amenaient des groupes chantants. Les communistes, sombres au milieu de cette gaieté, étaient obligés de s’humaniser. C’était une journée révolutionnaire comme il y en a eu tant dans l’histoire, qui commencent avec des chansons et qui se terminent avec du sang.

250Nous avions des renseignements assez contradictoires : deux opinions différentes au gouvernement, qui commandaient deux attitudes différentes de la police et qui devaient changer le caractère de la journée. On nous signalait une hostilité violente, qui avait préparé un sérieux conflit avec les communistes, à la faveur de quoi la police et la troupe auraient tapé dans le tas, et d’autre part une sympathie prudente qui nous tenait pour l’espérance du lendemain, dans le cas où la situation politique serait devenue très mauvaise. La journée se présentait assez trouble.

251Naturellement, les gens d’Action française avaient agi encore une fois en agents provocateurs. Dans les jours précédents, leurs attaques avaient été plus violentes. C’est à cette époque qu’ils firent des allusions publiques aux accusations qu’ils lançaient contre moi à propos de l’affaire Philippe Daudet. J’avais eu à ce sujet une explication avec M. Hector du Poy, représentant du duc de Guise ; M. du Poy m’avait donné l’assurance que l’Action française avait été invitée à ne faire aucune intervention.

252La foule fasciste avait le sentiment d’être en pleine sécurité. Les légionnaires prenaient possession de la ville. Ils arrivaient par toutes les routes, avec des automobiles de toutes tailles. Ils venaient de tous les points de la France. Quelques voitures arrivaient du midi. En route, on leur avait fait des succès.

253Ils passaient dans les villages en chantant :

254— Où allez-vous, les gars ? leur criait-on.

255— À Reims, proclamer la déchéance du Parlement !

256On les avait acclamés.

257Ils arrivaient avec le sentiment qu’ils représentaient la France.

258Nous eûmes un immense parc plein de voitures. Nos légionnaires regardaient cela avec fierté :

259— Combien sommes-nous ?

260— Dix mille, vingt mille.

261Dans un groupe, Philippe Barrès dit :

262— Nous sommes dix mille à Reims, et il y a trente-neuf millions de Français en dehors de nous.

263Philippe Barrès est un homme enthousiaste, d’un dévouement magnifique et dont la lucidité égale le désintéressement.

264Notre assemblée fut tenue dans un ordre admirable, pendant quatre heures, l’après-midi, dans une exaltation que je n’avais jamais vue. Les dix ou douze mille hommes présents avaient le sentiment qu’ils accomplissaient un acte historique. À notre entrée, retentit une formidable Marseillaise. Nos orateurs étaient portés : la foule appelle l’éloquence. Nous présentions à l’assemblée sept résolutions que nos principaux conférenciers soutenaient : Gabriel Bonnet, notre regretté Larcher, Biver, Maurice de Barral, Marcel Bucard, Philippe Lamour, Marcel Delagrange, Pierre Dumas, Jean Mayer, René de La Porte, Philippe Barrès et Jacques Arthuys développèrent notre programme. Je présidais. Les délégués mandatés entraient dans la discussion.

265Il y eut ainsi examen public. La foule fut remarquablement disciplinée. Il était tout à fait imprudent d’ouvrir une discussion, souvent technique, devant dix mille personnes. L’exaltation unanime de la foule disciplina le débat. Je n’eus vraiment de mal à tenir l’assemblée que lorsque le député François, présent, invité à parler, fit l’apologie des parlementaires. Je dus lui retirer la parole et le faire conduire à la sortie sous bonne escorte. Il dut sa sécurité au sang-froid du chef d’escorte, Caron, un de nos plus dévoués chefs d’équipe.

266Les gens d’Action française étaient noyés dans cette foule. Les communistes étaient absents : ils étaient à la contre-manifestation, à l’autre bout de la ville. Ils avaient fait cortège, et ils étaient satisfaits.

267Les résolutions furent votées à l’unanimité. Il n’y eut pas un citoyen osant lever la main à la contre-épreuve.

268L’assemblée leva la séance, l’esprit en feu. Rendez-vous était donné pour le lieu de la troisième étape : Meaux.

269La foule se répandit dans les rues de Reims. Vers dix-huit heures, il y eut un accrochage avec les communistes, déclenché par un agent provocateur. Cela nous valut la prise d’un fanion communiste qui est toujours entre les mains du Faisceau de Mulhouse, dont le chef l’avait pris aux mains du porte- fanion. De part et d’autre, quelques blessés.

270Il y eut une heure indécise, où l’on sentit le mauvais coup dans l’air. Ce qu’il y avait à redouter, c’était un coup comme celui de Marseille, où les manifestants, rentrant chez eux isolément, tombent entre les mains des bandes de matraqueurs. Des provocateurs divisaient les légionnaires en les appelant au secours de différents côtés.

271Le coup fusa.

272Il y eut des bagarres sans gravité. Les combattants nos adversaires, venus de Paris, regagnèrent la gare sous la protection des gendarmes. À vingt heures, la ville était calme. À la gare de l’Est, à Paris, il y eut une bagarre assez vive entre les communistes et nos légionnaires. Les blessés ne furent pas de notre côté.

273La journée avait été un très gros succès qui allait bien au-delà du succès d’une réunion. Ç’avait été une véritable assemblée, qui faisait prévoir une très grande assemblée à Meaux. Il était aisé de calculer que cinquante à cent mille personnes viendraient à Meaux, au jour qu’il faudrait, et que l’assemblée qui se tiendrait là aurait un tout autre caractère que celle de Reims.

274Le soir venu, nous donnions les ordres pour l’assemblée de Meaux et nous nous mettions au travail.

275Mais notre caisse était complètement vide.

276Après cette journée de Reims qui nous plaçait sur les rangs des premiers occupants de l’État nouveau, nous étions absolument sans argent.

277Au 30 juin, le surlendemain, il nous manquait trois cent vingt mille francs pour notre échéance.

278Nous étions tous à bout de souffle.

279Le 29 juin, à 19 heures, nous étions, Jacques Arthuys, Serge André, van den Brœk, M. H. et moi, chez le président d’un comité avec lequel nous tenions tous qu’il était entendu que nous ferions nos échéances si notre assemblée de Reims réussissait.

280Dès l’entrée :

281— Eh bien, messieurs, nous dit-on, échec à Reims, deux mille personnes seulement, et vos voitures ont dû payer chacune un droit de cinquante francs aux piquets communistes.

282Le président prit à témoin son chef d’état-major, son secrétaire général qui l’entouraient.

283J’avais à la main une série de photographies prises par une agence internationale :

284— Échec ? Regardez ; voici les photographies.

285— On m’a donc trompé !

286Il parut indigné :

287— Mais mes renseignements étaient sûrs, ajouta-t-il. De premier ordre.

288— Qui vous les a donnés ?

289Il hésita un instant :

290— La police, dit-il.

291Il n’était pas très fier.

292Ce fut, chez nous, un bel éclat de rire.

293Cette rectification faite, nous rappelâmes ce qui avait été convenu. On nous écoutait le visage fermé.

294— Il y a eu certainement malentendu, nous dit-on. Jamais nous n’avons prévu que nous vous aiderions. Il y a eu malentendu.

295Nous étions trois à nous rappeler le contraire. Mais il n’y avait pas à discuter. Il fallait jouer beau jeu. Nous affectâmes d’être venus pour parler d’autre chose. On nous offrit une cinquantaine de mille francs. Nous répondîmes d’un air très détaché que nous ne venions pas chercher une subvention, et que l’on travaillait avec nous, ou que l’on s’abstenait. Les subventions, c’était bon pour Maurras, qui était venu chercher vingt-cinq billets dans la maison. Et nous partîmes.

296Il nous manquait toujours trois cent vingt mille francs pour le lendemain matin. C’était notre vie depuis le commencement du journal. Mais jamais nous ne nous étions trouvés dans une situation pareille. Car nos propres ressources étaient épuisées, et nous étions exposés à couler en vingt-quatre heures, au moment même où nous étions tout à fait en tête des mouvements nationaux et sociaux.

297J’avoue que, en sortant du cabinet de ce président, dans l’escalier, je fis pendant quelques instants moins bonne contenance que pendant la conversation. Van den Brœk nous invita à passer chez lui pour examiner la situation. Nous y allâmes. Il fit venir une bouteille remarquable. Et nous fîmes des calculs.

298Nous étions quatre, au moins momentanément, sans moyens d’intervenir personnellement, surtout en douze heures. Notre ami H. qui nous accompagnait, avait fait un gros effort peu avant. H. était un ami de Barrès ; il nous appuyait parce que, ayant perdu un frère à la guerre et n’ayant pas servi lui-même, il considérait qu’il devait soutenir des combattants. À vingt et une heures, nous n’avions pas de solution. J’en proposai une qui était du même ordre que celle de Bernard Palissy brûlant ses meubles. À cette date du 29 juin, cela s’imposait.

299— À quelle heure vous faut-il les trois cent vingt mille francs, demanda H.

300— À neuf heures demain matin.

301— Vous avez ma signature pour demain et vous aurez les trois cent vingt mille après demain matin.

302Poignée de mains debout, sans discours.

303Nous n’étions point sauvés. Nous arrivions à la période où nos difficultés financières croissaient de jour en jour. Les ressources normales, abonnements, publicité, étaient loin de nous suffire pour le journal quotidien et le mouvement. Les souscriptions de nos camarades ne pouvaient combler le déficit. Il nous fallait nous adresser au petit groupe des vingt à trente amis qui faisaient partie de nos conseils et de nos états- majors.

304En juillet 1926, ce groupe avait déjà fait un gros effort (les quatre-cinquièmes des dépenses totales), et nous ne voyions pas le moyen de le saigner de nouveau. Nous demandâmes deux millions à nos amis et camarades par un appel public. Ce n’était pas le moment de lâcher. H. fit prévoir qu’il en ferait la moitié. Cela nous valut une soirée tragique.

305H. était en relations avec un financier franco-américain qui poussait le gouvernement français à la ratification des accords de Washington.

306Nous avions pris position contre la ratification. Une grande protestation des combattants devait avoir lieu le 7 juillet. Le financier franco-américain convainquit H. de la nécessité de la ratification. H. voulut nous convaincre. Le financier nous invita à dîner chez lui, H., Arthuys et moi.

307La soirée fut consacrée à l’examen de l’affaire. H. était convaincu ; Arthuys et moi demeurions absolument opposés. Cela signifiait que nous serions obligés de renoncer au concours financier de notre ami H. Nous avions à choisir entre l’opposition aux accords de Washington et de gros concours pour notre action. Or notre caisse était vide. À minuit, nous étions intacts : nous maintenions notre opposition aux accords. H. ne nous cacha pas son vif mécontentement. Quinze jours plus tard, il nous versa le million qu’il avait annoncé sans engagement ferme de sa part. Ce fut quelques jours après l’installation du ministère Poincaré.

308Je tiens à saluer ici H., notre ami d’alors. Je ne crois pas que l’on trouve souvent, dans la presse, un homme faisant un pareil effort pour des hommes qui marchent contre ses avis. Il en a toujours été ainsi au Nouveau Siècle et au Faisceau. L’argent a été plié à une politique inflexible. C’est cela même qui grandit ceux qui nous ont apporté leur concours dans ces conditions, convaincus que, si nous allions contre leurs avis, c’était pour le salut public. Je regrette bien de ne pouvoir nommer notre ami H. Il est un de ceux grâce à qui le pays est sorti de la période affreuse des troubles monétaires.

IV. — La chute du ministère Herriot

309Notre assemblée de Reims eut une importance capitale dans la politique française. Elle arrêta net l’action de la coalition qui voulait aplatir le franc à zéro. Elle signifia que, si la chute du franc continuait, nous serions en mesure, vers septembre ou octobre, de prendre la tête d’un véritable mouvement révolutionnaire. Le Parlement eut peur de la révolution. Et la coalition financière ne mena pas son jeu jusqu’au bout. Elle arrêta et même renversa la manœuvre. Elle avait déclenché la baisse du franc ; elle déclencha une revalorisation, et joua la hausse du franc et des rentes. Il fallait un gouvernement Poincaré. On l’obtint. Avant la date fixée en 1925.

310Joseph Caillaux préparait une stabilisation. On le renversa. Il tomba le 17 juillet. Herriot lui succéda avec Monzie aux Finances. C’est la date du renversement de la situation. La journée où tombe le ministère est une journée truquée.

311Le franc baissait non plus semaine par semaine, ou jour par jour, mais heure par heure. On attend dans l’angoisse les déclarations ministérielles. Le 21 juillet, M. de Monzie doit faire son discours. Depuis huit jours, Paris s’émeut. Il y a des manifestations tous les soirs sur le passage des autocars qui transportent les étrangers dans Paris. Cela n’est point spontané. La police y travaille. Mais, à partir du 20 juillet, les manifestations spontanées se produisent. Elles annoncent une situation révolutionnaire. Il y a des signes sûrs : lorsque vous voyez des gens qui ne se connaissent pas s’aborder dans la rue et échanger leurs vues sur la situation politique, vous pouvez dire que, à coup sûr, la population n’est pas loin du jour où on pourra la soulever effectivement.

312On nous signala plusieurs de ces manifestations dans la soirée du 20 juillet. C’était le commencement de l’émotion publique. La livre, qui cotait 170 le 1er juillet, cotait ce jour-là 240.

313Le 21 juillet, le ministère se présente aux Chambres. Monzie fait son discours. Il annonce que le Trésor est vide, qu’il reste soixante millions en caisse, et il n’apporte aucune solution, sinon une inflation immédiate. C’est la panique.

314Devant le Palais-Bourbon, dès le début de l’après-midi, il y a des attroupements. Mais quels singuliers attroupements ! Il y a beaucoup de chemises bleues devant le Palais. Les chemises bleues, ce sont les fascistes, les légionnaires du Faisceau. Il est vrai que nous avons fait passer la consigne du rassemblement devant la Chambre des Députés. Mais, à deux heures après-midi, nous n’avons pas de troupes mobilisables. Quatre-vingt-quinze pour cent de nos camarades sont à leur travail. Or, vers trois heures, entrant à la Chambre, je traverse plusieurs groupes de chemises bleues. À ma satisfaction, au premier coup. Mais je suis un peu étonné de ne voir, parmi ces chemises bleues, aucun visage de connaissance, et de n’être salué par personne. Je regarde de plus près. Je traverse de nouveau les groupes. Des inconnus. J’observe mieux : je découvre que les chemises bleues ne sont point des chemises d’ordonnance. Ce sont des chemises de fantaisie. Les porteurs ? Il n’y a plus à se tromper : ce sont des employés de la police. Le traquenard est tout prêt.

315À l’intérieur du Palais, l’émotion croît d’heure en heure. Tout le monde se rend compte que la situation devient révolutionnaire. Le Parlement se sent mis en accusation par le pays. Et d’heure en heure, il est mieux préparé à accepter les solutions qui le sauveront, mais en faisant de lui un Parlement- Croupion. Et quelqu’un travaille à lui faire peur.

316Nous avions fait distribuer notre numéro spécial rendant compte de l’Assemblée de Reims. Tous les citoyens qui se présentaient devant la Chambre lisaient le Nouveau Siècle. Dans l’hémicycle, on voyait le journal sur une vingtaine de pupitres. C’était la première publicité pour la révolution fasciste.

317Elle n’était point prête. Le peuple ne la voulait pas encore. Mais on commençait de la sentir possible. La plupart des députés considéraient qu’une révolution était proche. Quelqu’un travailla à présenter aux députés un simulacre d’émeute pour éviter la période révolutionnaire effective.

318Vers dix-neuf heures, je vis un spectacle qui me donna le sens de ce que j’avais observé dans l’après-midi. Je revenais à la Chambre, après une heure passée au Nouveau Siècle, qui était rue Cambon. Au bout du pont de la Concorde, juste au coin du quai, mon taxi fut arrêté par la foule. Je restai là pendant quelques minutes au milieu de la manifestation. La foule était beaucoup plus dense. C’était loin de la grande foule des grandes journées du Panama et de l’affaire Dreyfus, mais cela commençait à faire figure de manifestation. J’observai la foule : elle était travaillée en divers sens. Elle allait à hue et à dia. Mais elle gueulait contre le Parlement. La police, peu nombreuse, laissait faire ; elle se bornait à assurer, très doucement et très lentement, la circulation des voitures.

319C’était un spectacle assez singulier, et que j’ai rarement vu : une police qui laisse la foule manifester contre le gouvernement. Mais, après tout, cela n’était pas impossible. Vous pouviez admettre que la police ignorait qui serait le gouvernement à vingt et une heures.

320Mais un spectacle que je découvris soudain me mit dans le plus grand étonnement. À l’angle du pont, au milieu d’un groupe de ses collaborateurs, se tenait le haut policier que j’avais rencontré chez Mrs. Thomas ; il donnait des ordres ; ses hommes plongeaient dans la foule, allaient donner des instructions dans les groupes, recueillaient les renseignements et revenaient. C’était un spectacle tout à fait intéressant. Je le voyais à l’aise du haut de mon taxi Renault découvert. Littéralement, la manifestation était animée par le personnage. J’en fis mon profit pour la soirée.

321Deux heures plus tard, les clameurs étaient assourdissantes devant la Chambre. La police avait l’air d’être débordée. Je vis la foule collée aux grilles du palais, n’ayant qu’un pas à faire pour forcer l’enceinte et point de garde. On avait le sentiment que le palais allait être envahi.

322Tout à coup la nouvelle de la chute d’Herriot fut lancée au public. Acclamations. La foule, la vraie foule, avait crié : À bas Herriot ! Maintenant, elle voulait crier : Vive quelqu’un.

323On ne lui en laissa pas le loisir. Une demi-heure plus tard, la police, qui avait l’air d’être débordée, avait nettoyé les abords du Palais-Bourbon.

324La journée avait été proprement truquée. On avait effrayé les parlementaires avec une menace de révolution. C’était précisément pour briser par avance un mouvement révolutionnaire. Le ministère Poincaré, annoncé depuis 1925, était prêt. On le sortait avant l’heure. On renonçait à l’effondrement total du franc. On voulait sauver le régime. Je crois que M. Poincaré eut alors, pendant quarante-huit heures, l’idée de procéder à un vrai rajeunissement des institutions. Il y renonça vite. Je vais vous dire ce que je sais là-dessus.

V. — Nous entrons dans la République

325À Reims, j’avais acquis deux certitudes : la première était qu’il fallait agir dans le cadre des institutions ; la seconde que le Faisceau n’avait pas dans son sein les hommes nécessaires pour le gouvernement, et qu’il fallait, pour gouverner, faire un faisceau d’hommes nouveaux pris dans tous les partis.

326Le 14 juillet, Léon de Lapérouse se rendit chez le Président de la République, porteur d’une lettre où je disais à M. Doumergue qu’il restait encore une solution, dans le cadre des institutions, à condition de former ce faisceau d’hommes nouveaux au-dessus des partis, et prêts à travailler aux institutions nouvelles.

327De mon côté, j’avais vu M. André Tardieu, et je lui avais dit mon sentiment sur la situation. Il n’était pas encore question de lui pour une combinaison ministérielle. Je lui exposai que la situation commençait d’être révolutionnaire, et qu’elle le serait positivement quelques semaines plus tard, qu’il y avait un grand risque à la laisser se corrompre et qu’il était possible d’opérer un redressement presque immédiat, à condition de faire un ministère réunissant les moyens de créer la confiance dans les principales classes de la nation. Je fis valoir à M. André Tardieu qu’aucun vieux parti n’était assez fort pour tenir la situation en mains, que les partis nouveaux, embryonnaires, n’étaient point outillés pour organiser un nouveau régime, et que c’était précisément là le tragique de la situation.

328À mon sens, il était possible premièrement de redresser instantanément l’État, deuxièmement de préparer l’avenir et d’associer les nouvelles équipes aux anciennes, les formes nouvelles de l’État aux anciennes, en formant un gouvernement fait de quatre éléments : parlementaire, économique et financier, ouvrier et combattant. Soit des parlementaires représentant les socialistes, les radicaux et les catholiques, deux hommes représentant la finance et l’économie générale, deux hommes représentant le syndicalisme ouvrier et paysan, pris dans la G. G. T., et des hommes appartenant aux mouvements civiques et aux organisations de combattants.

329J’indiquai à M. Tardieu que nous ne désirions pas prendre place dans un tel gouvernement, mais que nous le tenions pour propre à éviter au pays des secousses inutiles, capable de permettre une évolution satisfaisante des institutions, et que nous soutiendrions une telle entreprise.

330Le ministère Poincaré se constitua. M. Tardieu y fut ministre. Le ministère fit du fascisme parlementaire.

331Dans les premiers jours du ministère, le Temps, qui n’écrit pas à la légère, publia deux articles de haute inspiration où il faisait prévoir que ce gouvernement ouvrirait la période où les hommes et les mouvements nouveaux travailleraient au rajeunissement des institutions.

332Le Nouveau Siècle reproduisit ces articles, que le Temps laissa sans suite. Et ce fut le grand silence tricolore.

333On m’a affirmé que M. Poincaré avait bien eu les intentions exposées par le Temps et qu’il avait dû y renoncer devant l’opposition des parlementaires. Je ne donne ceci que comme un on-dit.

334Le ministère Poincaré était installé selon les données traditionnelles du poincarisme.

335René de La Porte nous dit :

336— En voilà pour des mois et des mois.

337Ce n’était pas mon sentiment, mais je proposai que nous prissions nos dispositions pour agir sous le chloroforme du poincarisme.

338Premièrement, M. Poincaré jouant la revalorisation, demander et obtenir la stabilité monétaire avant la fin de 1926 ; deuxièmement, une monnaie stable. Et troisièmement, campagne pour l’État nouveau et l’organisation de l’Europe.

VI. — L’Action française agent d’exécution des grandes puissances. L’affaire italienne et notre coup de main sur l’Action française

339Poincaré étant au pouvoir, nous devenions beaucoup plus vulnérables. Nous perdions cet épais matelas de sympathies que nous valait notre fonction de défenseurs du franc.

340Le franc remontant, nos campagnes monétaires cessaient d’intéresser le public. Il nous fallait retrouver nos sympathies d’action en apparaissant, selon la septième résolution de Reims, réformateurs de l’État et constructeurs de la paix en Europe. Avant que notre public ait pris conscience du changement, car tout public, aussi éclairé qu’il soit, est toujours en retard de six mois.

341C’était d’ailleurs notre programme de Reims, dont la septième résolution avait été rédigée en prévision du temps où auraient pris fin les troubles monétaires. Dès les premiers jours d’août, le ministère Poincaré ayant manifestement du temps devant lui, nous commencions notre campagne européenne, qui avait été préparée depuis plusieurs mois par des conversations avec des groupements étrangers.

342Je vais avoir à parler, à ce sujet, d’une très grosse affaire, au cours de laquelle se produisent les changements d’alliances. Tout le reste n’est qu’incident à côté de cette affaire, car il s’agit de cette campagne qui parut destinée à ouvrir une guerre entre la France et l’Italie.

343Les avant-dernières secousses de la bataille monétaire ont eu lieu à côté de cette affaire. Elles perdent beaucoup de leur intérêt. Mais il faut les noter, au point de vue historique.

344Le ministère Poincaré se lança dans la revalorisation du franc. Le cours de la livre passa de 240 en juillet à 125 fin décembre. En septembre 1926, nous fîmes campagne sur ce thème : ni inflation ni revalorisation, la stabilité monétaire avant la fin de l’année.

345La stabilité monétaire fut donnée à la France à la fin de décembre 1926. Nous y sommes bien pour quelque chose. Et à ce propos, je puis dire que nos campagnes monétaires se sont terminées par de très gros succès :

346Deuxième arrêt de l’inflation en juillet 1926, grâce à nos campagnes incessantes de 1922 à 1926 qui avaient créé un état d’esprit contre la mauvaise monnaie.

347Stabilité monétaire à la fin de 1926. Et je puis dire aujourd’hui : stabilisation en 1928, à laquelle nous ne sommes pas étrangers, car c’est sur notre initiative qu’a été faite la IIe Semaine de la Monnaie, qui, sous la présidence de M. Octave Homberg et avec le concours des principaux techniciens français, a lancé l’idée de la stabilisation dans le public, avec les conditions techniques que nous avions nous-mêmes indiquées.

348Nous avons payé cher nos succès.

349À partir de septembre 1926, devant le poincarisme qui apaise les esprits, notre premier public perd ses qualités offensives, nous découvre, et nos adversaires, tous nos adversaires se lancent sur nous. Non seulement notre grand adversaire Finaly, mais l’adversaire même de Finaly, François Coty. Cela donne, en novembre 1926, une affaire à faire exploser l’Europe, car ceux qui l’ont déclenchée ont manié pendant quelques semaines de terribles explosifs.

350C’est l’affaire qui a donné lieu à notre coup de main sur l’Action française. Je n’en ai point publié de récit complet jusqu’ici. Surtout pour ne point fournir de prétextes à explications internationales. Cette réserve n’est plus de mise aujourd’hui. Pendant de longs mois, je m’y suis tenu, bien que l’affaire eût vieilli et fût devenue sans péril, pour éviter que fussent mises en cause un certain nombre de personnalités. Les étranges complaisances qu’ont eues ces personnalités pour l’Action française, ou pour les amis de l’Action française, font tomber tous mes scrupules.

351Au surplus, au moment même où j’écris, Charles Maurras réédite en librairie, dans un livre qui paraît sans nom d’éditeur, sans nom d’imprimeur, les accusations qu’il a portées contre moi en novembre 1926, et par lesquelles il me montrait « payé par une puissance étrangère », et payé pour provoquer une guerre entre la France et l’Italie. En 1926, il avait annoncé la publication de « certitudes », de « preuves », qui ne sont jamais venues. Au procès que je lui ai fait, et où je lui ai fourni les moyens de faire toutes preuves, il s’est dérobé, n’a absolument rien apporté, et a été condamné par le tribunal correctionnel, puis en appel.

352Malgré cette condamnation, malgré le silence où il s’est tenu en ce qui concerne les « preuves » qu’il devait donner, le vieux coquin réimprime en 1928 ses accusations telles qu’il les avait formulées dans ses articles de novembre 1926. Mais il donne la preuve de sa canaillerie consciente, en se gardant bien de reproduire l’article où il annonçait qu’il revenait de Provence en apportant ses « certitudes », ses « preuves ».

353Ainsi la mauvaise foi de cet individu apparaît-elle comme dépassant tout ce que je pouvais imaginer et tout ce que j’ai dit jusqu’ici. Sa canaillerie, à laquelle il donne cette fois la forme définitive du livre qui demeure, m’oblige à publier tout ce que nous savons de cette affaire de novembre 1926, avec les noms. Tant pis pour les puissants personnages de Londres, de Rome et de Paris qui protègent Maurras, et qui se servent de cet homme, qui est « l’intelligence la plus canaille et la canaille la plus intelligente », selon le mot d’un ancien ministre qui demeure son protecteur.

354Le Faisceau n’a jamais eu de rapports avec le fascisme italien, ni directement ni indirectement. Il s’est fondé librement, dans les conditions que j’ai dites au cours de cet ouvrage, par notre propre décision, et avec la volonté très arrêtée de limiter les Italiens dans la propagande qu’ils faisaient sur leur propre nom comme faiseurs d’ordre.

355Dès l’origine, nous avons indiqué que la doctrine que nous apportions était la nôtre, non celle du fascisme italien et que c’est chez nous que le fascisme italien puisait sa nourriture doctrinale, surtout en ce qui concernait la vie économique, ce qui était essentiel. Nous n’avons pas caché que nous prenions au fascisme italien certaines méthodes de réalisation, mais que nous ne pousserions jamais les emprunts jusqu’à une imitation qui nous mettrait dans les mains du capitalisme.

356Dès l’origine également, les amis français de Mussolini ont blâmé notre initiative. M. François Coty, en particulier, qui est l’agent de liaison entre Londres, Paris et Rome, nous a dit, dès novembre 1925, son mécontentement, de quoi nous nous désintéressions, nous, totalement.

357Néanmoins, les journaux de Mussolini nous ont fait une large publicité en Italie, non pour nous grandir, mais pour nous diminuer, pour montrer que la France travaillait à l’imitation de l’Italie. Par nos actes, nous avons toujours établi qu’il y avait, entre le Faisceau français et le fascisme italien, les mêmes relations qu’entre les Italiens et les Français. Notre entreprise était d’ailleurs prodigieusement différente de celle qu’a réalisée Mussolini en 1928. Mais, en 1925, la puissance publicitaire du mot « faisceau » était considérable.

358Nos emprunts au fascisme italien se réduisent au choix de la chemise comme pièce caractéristique de l’uniforme, et à une conception de l’opération révolutionnaire inspirée de la marche sur Rome, conception qui avait du sens en 1924-1925, et qui n’en avait plus aucun en 1927-1928. C’est tout.

359Pour le reste, conception de la structure de l’État moderne, c’est nous les inventeurs, et c’est nous que l’on copiait en Italie, de l’aveu même du Popolo d’Italia.

360Nous avons donc été complètement libres à l’égard du fascisme italien. Et nous avons toujours pris soin de laisser en dehors de nous les Français ou les étrangers installés en France qui étaient à notre connaissance des salariés de Mussolini.

361De novembre 1925 à juillet 1926, nos relations avec le fascisme italien ou même avec les Italiens ont été inexistantes. Pendant cette période, j’ai eu des conversations avec des personnalités de presque tous les pays d’Europe, mais aucune avec des Italiens, et aucune avec des Anglais.

362Au printemps de 1925, van den Brœk nous fit déjeuner avec un Italien qui venait à Paris s’occuper d’une agence télégraphique et d’affaires privées, M. Esposito. C’était un fasciste de la première heure qui, à ma connaissance, s’occupe peu de politique. M. Esposito connaissait la plupart des personnalités du fascisme italien. Nous lui fîmes part de notre désir d’organiser des relations intellectuelles régulières entre l’Italie et la France. Il ne sortit rien de notre conversation.

363En juillet de la même année, au cours de la grande bousculade monétaire, M. Esposito, qui était en Italie, nous fit dire que quelques personnalités italiennes seraient heureuses de s’entretenir avec nous des problèmes financiers généraux, et de la lire comme du franc. Cette communication s’adressait aux techniciens du Faisceau. Il nous était signalé que nous pourrions commencer notre tournée en Italie par Milan où nous trouverions, auprès de M. Arnaldo Mussolini, frère du chef du gouvernement, des techniciens de valeur.

364Je fis répondre que c’était là notre cher désir, car nous trouvions très mauvais que notre politique monétaire pour une monnaie stable fût en somme combattue en Italie par le Duce en personne qui menait une politique revalorisatrice, ce qui causait quelque étonnement en France, et que, le désir de cette conversation nous étant venu d’Italie, nous désirions vivement, non pour nos obscures personnes, mais pour notre dignité de Français, que la conversation commençât en territoire français, dans une gare-frontière, entre M. Arnaldo Mussolini et un technicien italien d’une part, Arthuys et moi d’autre part. Nous proposâmes Modane. La réponse fut que Modane était trop loin de Milan, et l’on proposait Brigue où l’on viendrait nous chercher en automobile. Nous prîmes date pour le 10 août. Arthuys ne pouvait venir. André d’Humières devait le remplacer.

365Le 8 août, en descendant du train de Bruxelles, je partis pour Brigue. Je devais m’arrêter vingt-quatre heures à Genève chez mon beau-frère, ce que je fis. André d’Humières devait partir le 9. Le 9 août après-midi, j’étais à Brigue. Les Italiens n’y étaient pas. Le 10 au matin, André d’Humières n’arriva pas. Je n’avais aucun télégramme. Vers midi, je pris le train pour Domodossola et, de cette station, je fis téléphoner au Popolo d’Italia. J’eus aussitôt la réponse. M. Arnaldo Mussolini s’excusait, me faisait dire qu’il était retenu par je ne sais quel circuit automobile, et me demandait de descendre à Milan.

366Je ne fis aucune réponse, repris le premier train pour Brigue. Je trouvai là un télégramme m’expliquant l’absence d’André d’Humières qui avait reçu une dépêche de Milan, peu après mon départ de Paris, lui demandant de reporter notre voyage à huitaine. Avant le soir, je partais pour Paris.

367Au retour, on nous adressa toutes sortes d’excuses, et l’on nous proposa une nouvelle date. Nous prîmes date pour le 10 septembre, à Brigue, dans les mêmes conditions que devant. Nous tenions expressément à ce qu’une conversation technique de ce genre commençât hors d’Italie. Accord. Mais, le jour du départ, nos billets étant pris, nos places retenues, nous recevions un télégramme nous disant que je ne sais quelle cérémonie retenait M. Arnaldo Mussolini à Milan, et l’on nous demandait ou de descendre droit sur Milan, ou d’accepter que l’on nous reçût à la gare-frontière de Chiasso, beaucoup plus près de Milan.

368Le détour par Chiasso étant d’une extrême complication, il était évident que l’on s’attendait à une réponse de nous disant que nous irions droit à Milan.

369Nous répondîmes que nous serions à Chiasso le lendemain.

370Jacques Arthuys et moi, nous prîmes le train pour Brigue, et de Brigue nous gagnâmes Chiasso par l’Italie. Il eût été cent fois plus simple d’aller à Milan, mais ce n’était pas la simplicité qui était en question. Nous entendions être reçus à la frontière, et par le train, le bateau et l’automobile, nous arrivâmes vers seize heures à Chiasso, où l’on nous attendait depuis le matin. M. Arnaldo Mussolini était retenu à Milan par une nouvelle cérémonie. Il était remplacé par une personnalité milanaise qu’accompagnait M. Esposito.

371Nous nous donnâmes les uns aux autres toutes explications utiles sur l’absence de M. Arnaldo Mussolini, sur notre retard, et notre arrivée à Chiasso par Brigue, les lacs et la route italienne. Et cette indispensable cérémonie protocolaire étant achevée, nous pûmes engager la conversation technique, qui continua à la villa d’Este.

372Nous présentâmes à nos amis italiens une critique de la politique financière de leur gouvernement.

373— Votre politique revalorisatrice, disions-nous, est faite pour conduire le fascisme à l’abîme. Il s’ensuivra pour vous une crise économique continue, et de plus en plus dure, vous tournerez contre vous chefs d’entreprise et ouvriers de l’industrie, vous travaillerez pour l’étranger dont la créance en lire s’accroîtra sans arrêt, et au bout de dix-huit mois à deux ans, la corde sera tendue à casser. À ce moment-là, vous risquerez de sauter.

374M. N., le technicien italien qui prenait part à l’examen, nous fournit, pour soutenir la thèse italienne, des arguments dont le meilleur ne valait vraiment pas cher. La défense était assez molle. Mais nous apprenions les raisons de la politique financière italienne.

375Dans la même journée, nous allâmes présenter nos hommages, tout près de Côme, à Mme Marguerite Sarfati, l’auteur d’un des meilleurs ouvrages sur Benito Mussolini. Mme Sarfati est une femme de grand talent, remarquablement informée des choses d’Europe, connaissant admirablement les doctrines politiques et économiques du monde moderne. Nous eûmes avec elle ce jour-là et le jour suivant deux entretiens du plus vif intérêt sur l’Europe, l’avenir du socialisme et du fascisme. Mme Sarfati est d’origine socialiste ; elle considérait, comme nous, que le fascisme est une des branches du socialisme.

376Cela était encore vrai à cette époque. Aujourd’hui, cela se soutient difficilement.

377À Milan, nous vîmes M. Arnaldo Mussolini le jour de notre arrivée. Nous rencontrâmes plusieurs personnalités du fascisme. Le lendemain, eut lieu un attentat contre le chef du gouvernement. Nous l’apprîmes au moment même où nous entrions au Popolo d’Italia où nous venions faire visite à M. Arnaldo Mussolini. Il y eut tout de suite, naturellement, une grosse émotion au Popolo. Nous entrâmes dans le cabinet de M. Arnaldo Mussolini ; dix personnes s’y trouvèrent en même temps que nous, puis d’autres. En une heure, on nous présenta une vingtaine de personnes. Nous fîmes connaissance de M. Pirazzoli, correspondant parisien du Popolo. Nous rédigeâmes un télégramme de félicitations au Président, télégramme qui parut en première page de la première édition spéciale du Popolo.

378L’attentat ne facilita pas nos conversations, non seulement parce que tout le monde s’occupait des suites intérieures et extérieures de l’affaire ; mais aussi parce que nous sentions autour de nous une assez vive excitation à l’égard des émigrés italiens installés en France, excitation qui s’étendait à la France elle-même.

379Le soir, il y eut de grandes manifestations, d’une magnifique allure populaire, sur la place de la Cathédrale. À la fin de la soirée, nous vîmes, devant le Popolo d’Italia, un spectacle assez curieux : une troupe de faisceau de quartier vint, avec sa musique, acclamer M. Arnaldo Mussolini. Elle arriva en chantant l’hymne fasciste, puis son chef fit un bref discours qui se termina par le cri A Paris ! repris par la troupe. Ce n’était pas du tout impressionnant. Il faut même dire que c’était ridicule. Esposito, qui était avec nous, nous dit que ces messieurs voulaient aller chercher à Paris les émigrés italiens accusés de préparer les attentats. Je dois dire que nous eûmes beaucoup de peine, à ce moment, Arthuys et moi, à conserver le sérieux que nous imposaient les événements et la courtoisie.

380Nous passâmes trois jours à Milan, une soirée à Salso- Maggiore où nous rencontrâmes Farinacci, Lacroix et quelques- uns de leurs amis ; enfin, quatre jours à Rome.

381À Rome, nous vîmes un certain nombre de personnalités fascistes, et nous obtînmes sur la politique financière du gouvernement italien des renseignements du plus vif intérêt. Nous ne vîmes pas le président. Après l’attentat, les rapports entre la France et l’Italie se tendaient et nos conversations avec les Italiens devenaient difficiles. Nous avions toujours sur nos talons deux mouches de l’Ambassade de France.

382À la fin de notre séjour, nous fîmes un résumé de notre enquête en quelques lignes que je remis à l’un de nos amis italiens. Il y était dit que la politique financière italienne devait conduire l’État italien à une crise très grave, en dix-huit mois ou deux ans ; que cette politique gênait la politique financière que nous proposions en France, et qu’il était souhaitable que la France et l’Italie menassent une même politique financière et monétaire, afin de diriger un mouvement d’assainissement général de tout le monde latin.

383Nous rentrâmes en France le 16 septembre. De Domodossola, nous envoyâmes quelques télégrammes auxquels il fut répondu de la manière la plus courtoise par les destinataires.

384Nous avions commencé notre campagne pour la paix européenne : contre la ratification des accords de Washington, pour la fédération des peuples pacifiques en Europe, pour le Bloc latin, préface des accords européens. Objet général : libérer l’Europe du contrôle exercé par la finance anglo-saxonne. Nous préparâmes une grande réunion au Cirque de Paris, avec des orateurs d’Italie, d’Espagne, du Portugal, de Suisse et de Belgique.

385En octobre quelqu’un vint d’Italie nous dire que des techniciens italiens considéraient que notre plan financier était intéressant, mais qu’il était inapplicable sans une collaboration financière franco-italienne. Ce qui était évident. Nous vîmes à Paris, avec la plus grande discrétion, quelques personnalités en mesure de donner leur avis sur le programme « latin ». Elles le firent avec sympathie, mais avec une extrême prudence. Nous touchions les centres nerveux du monde. Et les réactions des intéressés sont vives et brutales.

386Le 2 novembre, notre grande réunion pour le Bloc latin, préface des accords européens, eut lieu au Cirque de Paris, avec Marinetti pour l’Italie, le colonel Reuhl pour la Belgique, Ibanez de Ibero pour l’Espagne, Rebello pour le Portugal, et moi-même pour la France. Ce fut encore un succès complet. Le Cirque de Paris était plein, ce qui représente huit mille personnes. Toutes les nations d’Europe étaient représentées par des observateurs officieux, dont plusieurs vinrent nous dire leur sentiment à l’issue de la réunion. Il y eut un enthousiasme éclatant ; il y avait encore eu la veille un attentat contre Mussolini, qui subissait d’une manière évidente la pression de la politique des attentats ; nous avions envoyé un télégramme de félicitations ; nous reçûmes, un peu avant la réunion, un télégramme officiel de remerciements dont la lecture donna lieu à des acclamations formidables. Le colonel Reuhl fut particulièrement émouvant ; il fit lever toute la salle lorsqu’il déclara que nous étions assemblés pour nous libérer de ces banquiers qui pensent que les combattants sont tombés pour assurer le succès du 7 1/2 %.

387C’était un très gros succès. On pouvait se tromper sur sa signification, et croire que la réunion allait bien au-delà des conversations qui avaient eu lieu entre quelques personnes. Le public s’y trompait. Les observateurs internationaux ne s’y trompaient peut-être pas. Mais ils discernèrent, ce qui était facile, que nous venions de nous placer dans un courant très fort, et que nous allions être portés par ce courant. Et le Bloc latin que nous présentions alors, d’accord avec des camarades de plusieurs pays, c’était un commencement de fédération européenne, et non point cette machine de guerre, agencée par une volonté extérieure au continent, et destinée à provoquer une nouvelle explosion en Europe.

388— Grand, grand succès, me dit René de La Porte en sortant. Mais que va-t-il nous tomber sur la tête avant quinze jours ?

389Nous n’eûmes pas à attendre quinze jours.

390Le lendemain, 3 novembre, éclatait une agitation anti-italienne extraordinaire ; des incidents de frontière se produisaient, notamment à Vintimille ; en quelques jours, l’opinion presque tout entière, violemment secouée, était dressée contre l’Italie accusée de vouloir la guerre ; Charles Maurras dénonçait l’Italie fasciste préparant un coup de main sur Nice ; des troupes étaient envoyées sur la frontière italienne, et après l’envoi de ces troupes, Charles Maurras, dans l’Action française, et Bainville, dans la Liberté, demandaient l’envoi des troupes, après leur départ. Enfin, au milieu de ce tohu-bohu, où toute la France s’attendait à un incident qui déclencherait une guerre, Charles Maurras, dans l’Action française, accusait le Faisceau d’être payé par le gouvernement italien, donc de trahir la France, et fournissait ainsi au gouvernement français le moyen de demander des explications à un gouvernement étranger convaincu d’intervenir dans la politique intérieure de la France.

391Je dis aujourd’hui que je ne crois pas que l’on ait voulu sérieusement la guerre à ce moment-là. Mais de grandes puissances ont voulu faire une violente pression sur l’Italie qui paraissait s’engager dans la direction européenne. La pression est venue de ces deux grandes puissances ploutocratiques qui ont voulu faire de l’Italie un de leurs marchepieds en Europe. La pression a comporté la menace armée, et c’est Charles Maurras qui a eu la honte d’être l’instrument conscient ou inconscient des deux groupes. Il était chargé d’allumer la mèche qui aurait créé entre la France et l’Italie une tension d’où pouvait sortir la guerre.

392Voici, maintenant, ce que nous savons là-dessus :

393Le 3 novembre, un chef de groupe du Faisceau, M. C. des C., représentant parisien d’une grande firme italienne, en relations régulières avec le chef de cette firme, président par ailleurs d’une des plus grandes banques italiennes, M. C. des C. vint trouver André d’Humières vers dix-huit heures pour lui faire une communication d’une gravité exceptionnelle. André d’Humières pria M. C. des C. de faire sa communication à Jacques Arthuys et à moi-même en même temps qu’à lui :

394— Je viens vous résumer, nous dit M. C. de C., ce que vient de me dire mon patron, M. C. Il sait que je fais partie du Faisceau ; s’il m’a parlé, c’est qu’il ne craint pas que je vous répète ce qu’il m’a dit. Il a vu aujourd’hui même M. de M., ancien ministre, qui lui a dit : Nous en avons assez des histoires italiennes ; vous nous accusez d’organiser des attentats contre vous avec les émigrés italiens qui vivent en France. Mais c’est vous qui payez des gens pour renverser le gouvernement français. Le gouvernement italien paie Valois, nous en avons la preuve. Eh bien, cela cessera, ou nous irons jusqu’à la guerre.

395Nous accueillîmes la communication de M. C. des C. par un grand éclat de rire.

396— C’est très sérieux, fit-il. Je vous reproduis presque textuellement ce qui vient de m’être dit.

397Je me repris, pensant à un article de Maurras paru le matin même :

398— Cela se peut, dis-je à C. des C. Mais le curieux de l’affaire, c’est la singulière indication dans l’article de Maurras d’aujourd’hui.

399— M. C. est parti pour Rome tout de suite, ajouta C. des C.

400Le lendemain, Maurras commençait sa campagne dans l’Action française. Il se servait d’une lettre que lui avait adressée un de nos transfuges, et il préparait ainsi son article du 6 novembre où il nous accusait nettement d’être payés par le gouvernement italien. Et ceci avec une telle violence, avec une telle frénésie de haine que nous eûmes tous l’impression qu’il avait la certitude de nous tenir. J’ai cru alors qu’il avait été victime d’une mystification. Ma conviction d’aujourd’hui est qu’il eut simplement la quasi-certitude que nous succomberions à la machination où l’on voulait nous étrangler.

401L’accusation formulée par M. de M. à l’italien M. C., et lancée par Maurras, c’était une terrible affaire à ce moment-là. Supposez qu’on lance, contre un homme politique français, aux environs du 25 juillet 1914, l’accusation d’être à la solde de l’Allemagne : cela vous donne, avec un léger grossissement, l’effet produit par la campagne de l’Action française au moment où l’opinion française attendait les incidents les plus graves entre la France et l’Italie.

402En même temps, des agents de M. de M. colportaient dans toutes les salles de rédaction des journaux parisiens l’affirmation que l’on nous tenait, que nous étions pris, que l’on possédait les chèques ou les photographies des chèques reçus par nous. On donnait des chiffres : huit cent mille francs, un million. En quelques jours, cela prit une importance effarante. Nous cessâmes de prendre l’affaire en riant. Il était éclatant que nous étions coincés dans une sérieuse machination. Mais nous ne savions pas laquelle. L’examen de nos listes de souscription ne nous avait rien fait découvrir qu’un seul nom italien, celui d’un aviateur résidant en France, inscrit pour une somme de deux mille francs. Les grosses souscriptions venaient de nous ou de nos amis les plus proches, en dehors des versements par lesquels M. Coty s’acquittait de ses engagements. En juillet 1926, nous avions reçu d’un coup un million, ouvertement, en un chèque signé d’un nom si français, et si républicain qu’il ne pouvait y avoir de ce côté aucune difficulté. Il aurait pu se faire qu’un faux souscripteur fût venu parmi nous, servant de masque, à notre insu, à la machination. Nous ne découvrîmes rien de tel. Nous étions sûrs de nous, sûrs de n’avoir donné dans aucun piège. Mais il n’était pas douteux que nous fussions enfermés dans une machination.

403Maurras continuait ses attaques frénétiques. La tension franco-- italienne croissait chaque jour. Vers le 10 novembre, nous apprîmes que des régiments étaient dirigés sur la frontière italienne. Je recevais tous les jours des personnages qui venaient me dire :

404— Prenez garde : le gouvernement (ou la police) sait que vous avez reçu des concours d’Italie.

405Ces informateurs étaient reçus comme l’on pense. Mais je me rendis compte que nous étions à le merci d’un coup brusqué : une pièce fausse publiée par Maurras ; une édition lancée dans Paris ; une manifestation contre nous ; une autre contre l’ambassade d’Italie ; une note de la France à l’Italie exigeant explications et excuses, et l’on ne savait plus où l’affaire s’arrêterait. Notre innocence serait reconnue par l’histoire ; mais nous risquions de périr dans l’aventure, pendant une enquête que l’on aurait fait traîner pendant des mois.

406Dans l’état d’excitation où était le pays, nous n’avions qu’un moyen de briser la machination, c’était de montrer que nous ne redoutions rien, ni Cour d’Assises, ni Haute Cour.

407Je proposai à mes amis un coup sur l’Action française. L’action judiciaire était à trop longue échéance pour être efficace. Nous envoyâmes un télégramme au duc de Guise pour lui demander d’obliger ceux qui se réclament de son nom à donner des preuves ou à se taire. Le duc de Guise répondit par une lettre où il ménageait les uns et les autres. Ma proposition était de loger quelques balles dans les tibias de Maurras pour avoir sûrement les Assises. Nous nous ralliâmes tous à un coup sur les bureaux de l’Action française, fait à une heure où l’opération de nettoyage n’entraînerait pas grand risque de violences à l’égard des personnes.

408Nous adressâmes d’abord des sommations à l’Action française, lui fixant la date du 14 novembre pour l’arrêt absolu de sa campagne.

409Le 14 novembre, elle continuait :

410Toutes nos dispositions étaient prises pour l’exécution : rassemblement en banlieue ; rassemblement à Paris, dans l’hôtel de la rue d’Aguesseau que nous occupions et où nous avions, le même jour, conseil national du Faisceau. La décision devait être prise vers dix-huit heures. L’affaire avait été préparée entre quelques personnes. Nous croyions le secret absolu.

411À dix-huit heures, la question fut soumise au Conseil national. Notre proposition fut adoptée à l’unanimité, moins la voix de Léon de Lapérouse. L’adoption fut même enthousiaste. La décision prise, les portes furent fermées ; le standard téléphonique occupé, toutes communications avec l’extérieur arrêtées.

412À dix-neuf heures, les équipes d’exécution, formées de volontaires, partaient pour la rue de Rome. Une demi-heure après, elles rentraient. L’opération avait été faite d’une manière satisfaisante : les bureaux de l’Action française avaient été assez bien saccagés. Mais il y avait eu des coups de revolver, nous avions deux blessés dont un à l’hôpital, en danger de mort. Arthuys et moi nous fîmes un communiqué à la presse où nous prenions toutes les responsabilités. Et nous attendîmes.

413Notre camarade blessé, Langlois-Longueville, avait la poitrine traversée par une balle tirée à bout portant par un certain Tissier de Mallerais qui était fou de peur. La blessure de l’autre camarade était légère.

414L’Action française n’eut aucune réaction.

415À partir du moment où la peau des chefs est en danger, les gens de l’Action française deviennent d’une prudence de lièvre.

416Le lendemain, Maurras, qui était absent, télégraphiait qu’il apporterait à son retour des « précisions », des « certitudes », des « preuves ».

417Précisions, certitudes, preuves n’ont jamais été apportées, ni dans l’Action française, ni en justice, ni dans le livre où Maurras a eu le front de reproduire ses accusations de novembre 1926 en arrêtant la reproduction en avant des articles où il annonçait ses preuves.

418Et les campagnes de calomnies de l’Action française contre moi ont été arrêtées une fois pour toutes, et elles ne seront jamais reprises. Et l’accusation de haute trahison fut abandonnée.

419Je continuai de sommer l’Action française de produire les preuves qu’elle annonçait.

420J’annonçai moi-même que j’allais raconter tout ce que je savais de la machination. Je rédigeai le récit. Il fut mis en pages dans le Nouveau Siècle, retiré quelques minutes avant le tirage, et jamais publié sinon par morceaux et sans les noms.

421C’est sur la demande pressante de Jacques Arthuys, de Serge André et de van den Brœk que je supprimai ce récit. Il est vrai que, à ce moment-là, la publication aurait tourné à la charge du gouvernement français devant le gouvernement italien.

422Mais je continuai de publier des notes où le gouvernement, et, en particulier, les Affaires étrangères se crurent visés. Et dans une seule journée, je reçus quatre visites dont l’objet était de me demander de ne plus parler de l’affaire.

423Premièrement, d’un journaliste très bien reçu dans les milieux parlementaires ;

424Deuxièmement, d’un autre journaliste qui me dit tout cru qu’il venait de la part de M. de M., ancien ministre ;

425Troisièmement, d’un troisième journaliste qui vint me dire que le désir du ministère de l’Intérieur était que l’on ne parlât plus de cette affaire ;

426Et quatrièmement, de notre ami Serge André à qui quelqu’un avait dit : Comment parler à Valois ? qui avait répondu : Par moi, tout de suite, et à qui l’on avait dit :

427— Valois fait le malin ; il est passé à côté du piège qui lui a été tendu. Mais s’il veut trop faire le malin, on recommencera et on finira bien par l’avoir.

428— Qui parle ainsi ? demandai-je à André.

429— C’est Philippe Berthelot.

430Quel piège nous avait été tendu ?

431Je ne le sais pas encore. Car jamais nous n’avons pu faire la lumière sur ce million que l’on nous accusait d’avoir reçu d’Italie. Le lendemain de notre coup de main sur l’Action française, un de nos amis vint nous dire que la Sûreté générale accusait Mme S. d’être auprès de nous l’intermédiaire du gouvernement italien. Et notre ami, banquier, chez qui Mme S. avait des fonds, était accusé de faciliter des virements de compte à compte. Cela ne tenait pas debout. Mais cela aurait pu faire impression. Deux ou trois jours plus tard, il n’était plus question de rien. Néanmoins la chose nous parut mériter examen.

432Nous connaissions Mme S. depuis huit mois. Elle avait manifesté un grand intérêt pour notre œuvre, nous avait promis cinquante mille francs au printemps, nous les avait versés en octobre, après avoir vendu des terrains. Elle nous avait consultés à ce moment-là sur des placements à faire. Je lui avais conseillé de s’adresser à notre ami Ch. chez qui elle avait déposé ses fonds. Nous pouvions nous trouver devant une machination utilisant ce fait. Il pouvait y avoir vente fictive, ou acquéreur grimé, etc. Notre enquête nous fit trouver une vente réelle, un acquéreur authentique. C’est sur ce dépôt de Mme S. chez notre ami Ch. que l’affaire paraît avoir été montée. Il se peut que les services de la Sûreté générale aient vraiment pensé que ce dépôt était un masque. Mais où était le piège ?

433Nous ne le savons pas encore.

434Mais nous savons quelques petites choses intéressantes.

435Côté français : le dossier fut constitué par le commissaire B. de la Sûreté générale, remis à M. de M., ancien ministre, qui lança Maurras sur nous avec ce pétard mouillé.

436Côté italien. M. C., le financier italien à qui M. de M. avait fait la communication menaçante relatée au début de ce récit, partit pour Rome, rendit compte au chef du gouvernement. M. Mussolini fit enquêter de tous côtés, acquit la certitude que nous n’avions aucun contact ni avec ses services ni avec un groupe italien quelconque, et chargea un de ses représentants officieux de dire à Paris qu’il ne pouvait y avoir lieu à excuses que si le gouvernement français produisait une des preuves dont il avait été parlé.

437— Il n’y a rien, répondit-on à Paris.

438Et une note française à l’Italie fut, nous a-t-on affirmé, déchirée devant le messager, de qui nous tenons le fait.

439Quelques semaines plus tard, il ne restait rien d’une affaire qui, un moment, avait eu tous les caractères du faux d’Ems par lequel Bismarck entraîna la Prusse et les États allemands dans la guerre de 1870.

440Mais un résultat, et un grand résultat, fut acquis ;

441Les conversations que nous avions engagées et provoquées pour la collaboration financière franco-italienne furent arrêtées net. L’Italie continua sa politique revalorisatrice qui déchaîna une effroyable crise économique au cours de laquelle un nombre considérable d’entreprises, épuisées, passèrent entre des mains étrangères, et l’État italien lia ses destinées à celles de ses banquiers. Fin 1926, le fascisme italien faisait encore figure de tentative de socialisme constructeur. En 1928, il est dans l’axe des grandes entreprises réactionnaires dont l’inspiration est à Londres.

442En 1926, l’État fasciste italien paraissait vouloir prendre place dans le mouvement fédératif européen. En 1928, il est ballotté entre deux impérialismes, l’impérialisme politique britannique et l’impérialisme financier américain.

443Tout s’est passé comme si, dans cette période si trouble de la fin de 1926, la pression militaire exercée sur l’Italie n’avait eu d’autre objet que de rendre le jeune État fasciste docile à ces deux impérialismes.

444Et c’est l’Action française qui servit de principal instrument public de manœuvre ; c’est elle qui reçut la mission de lancer contre le Faisceau cette accusation de trahison d’où pouvait sortir un cas de guerre, comme c’est elle qui reçut la mission de demander et de justifier, après coup, l’envoi des troupes sur la frontière italienne.

445Pour nous, c’est par miracle que nous n’avons pas sombré dans cette affaire. Nous avions contre nous les deux clans ennemis, le clan Finaly et le clan Coty, le premier voulant disloquer le Faisceau, le second voulant se l’annexer.

446Nous brisions le cercle des accusations par notre coup de main sur l’Action française, mais ce coup de main risquait de nous perdre entièrement.

447Dans notre préparation du coup, nous avions été trahis. Nous croyions le secret gardé. Il avait été livré. Certaines dispositions avaient été prises pour que l’opération de nettoyage prévue par nous tournât en tuerie. Alors, on nous arrêtait instantanément et nous eussions été déshonorés par une nouvelle campagne de calomnies alimentée par ceux qui avaient machiné l’affaire d’Italie.

448Il y a eu pour cela des complicités au Faisceau et à l’Action française. Dans les jours qui précédèrent le coup de main, toutes les rues avoisinant le siège du Faisceau étaient surveillées étroitement par la police secrète. Le 14 novembre, jour du coup de main, il y avait trois cents personnes dans notre immeuble ; la police ne se montra pas. De la rue d’Aguesseau à la rue de Rome, nos équipes ne rencontrèrent point de police. Devant l’Action française un seul agent. Tout se passait comme si la police voulait nous laisser nous engager dans l’impasse qu’elle aurait ensuite fermée derrière nous ; des forces de police étaient toutes prêtes dans le voisinage.

449Pendant l’opération, ce fut bien autre chose :

450L’équipe qui força la porte des bureaux de l’Action française était dirigée par un garçon, plus tard exclu du Faisceau, qui monta revolver au poing, contrairement à tous ordres. Devant la porte, son revolver partit, accidentellement.

451De l’autre côté, Georges Calzant, chef des étudiants et homme de Pujo, put sortir son revolver et crier :

452— À vos pétards, voilà les fascistes !

453Ainsi commença la fusillade. Personne ne fut tué. C’est miracle.

454Après ces incidents, la situation fut extrêmement trouble. Le public n’y comprit exactement rien.

455La campagne pour le Bloc latin fut rendue absolument impossible. Les concours que nous avions réunis pour un nouveau lancement du Nouveau Siècle furent dispersés. Notre droite fut sérieusement ébranlée : elle ne pouvait comprendre que l’on se battît à fond contre des « défenseurs de l’ordre ».

456Elle n’aimait point l’Action française. Mais elle aimait encore moins les socialistes et les communistes. Et elle redoutait une dislocation des « forces d’ordre ». À l’état-major du Faisceau, nous nous félicitions au contraire d’être nettement en opposition avec l’Action française conservatrice et réactionnaire.

457Alors arriva la minute critique.

458Nous étions guettés au milieu de ces difficultés.

459Il nous fallut prévoir que nous devrions supprimer notre journal quotidien.

460Un soir, ce même X., dont j’ai déjà parlé, entra dans mon cabinet de la rue d’Aguesseau :

461— Vous êtes extraordinaire, me dit-il. Comment voulez- vous faire une politique réaliste si vous n’entrez pas en conversation avec Briand, avec le préfet de police, et avec d’autres ? Je ne vous comprends pas. Il faut que vous arriviez à entendre raison.

462Il se fit très pressant :

463— Si je vous comprends bien, cher ami, lui dis-je, je verrai venir, demain ou après-demain, ici, quelqu’un qui me dira…

464Il m’interrompit.

465— Exactement, vous avez compris.

466Je me levai :

467— Celui-là, cher ami, sortira d’ici avec une rapidité dont vous n’avez pas idée.

468Quinze jours plus tard, ce même X. déclarait à mes amis que la droite ne consentirait plus à travailler avec moi ; il me conseilla à moi-même de me retirer par patriotisme, et, enfin, il lia partie avec une fraction de notre gauche, pour me renverser à notre premier congrès qui se tint en janvier 1927.

469Nous eûmes ainsi un automne et un hiver rempli d’intrigues.

470Nous suspendîmes notre quotidien le 7 décembre.

471— Je voudrais bien quelques félicitations pour l’arrêt du Nouveau Siècle, dit alors M. de Monzie dans un dîner. J’y suis bien pour quelque chose.

472C’était vrai ; il y était même pour beaucoup. Il faut lui rendre cette justice. Et ce fut un coup bien porté, mais avec un luxe de moyens qui montre que notre mort était voulue par des puissances bien supérieures à M. de Monzie. Et par d’autres que les alliés de M. de Monzie. Car ce qui est remarquable dans cette affaire, c’est l’attaque convergente du groupe Finaly et du groupe Coty contre nous. Les deux groupes se combattent à mort, le mot n’est pas trop fort. Mais ils ne cherchent pas d’alliés ; ils veulent des mercenaires. Le Faisceau n’obéissant qu’à sa propre loi les gênait l’un et l’autre, et Coty plus que Finaly. C’est une question de méthode.

473Horace Finaly appartient à la grande finance qui sait où sont les « leviers de commande » du monde moderne, combien il faut peu d’hommes pour les manier, et comment nous exerçons une action plus efficace, avec les cent syndicats adhérents à la Semaine de la Monnaie, qu’à la tête de cinquante mille hommes, avec canne et barrette de décorations, qui ne se réunissent que pour « manifester ». Les défilés, cela ne gêne pas Finaly, qui regarde cela comme nous autres, Européens, nous regardions les cortèges religieux et nationaux de tels ou tels « indigènes » dans nos colonies, car nous savions bien que nous tenions le commandement effectif dans nos bureaux, dans nos banques, dans nos usines. Horace Finaly, nous ayant porté le coup de novembre que je viens de dire, parut se désintéresser de notre destinée. Au surplus, le franc était stable, la bataille de la monnaie tendait à sa fin.

474François Coty, c’est une autre méthode. Coty n’est ni un financier ni un industriel : c’est un aventurier qui a quelque ressemblance avec cet étrange Sir Bazil Zaharof. Il comprend mal le jeu des forces politiques dans l’économie moderne. Il en est encore, au XIXe siècle, aux campagnes de presse et aux bandes sous la conduite de quelques estafiers. Il a reçu mission de refouler le socialisme et le communisme. Il y travaille selon les vieux procédés, qui consistent à donner la colique aux bourgeois, et à faire défendre « l’ordre et la propriété » par des parasites, transformés en gendarmes et bien payés, et rassemblant les foules au nom du patriotisme. C’est une méthode très grossière, mais selon laquelle il n’a cessé de nous attaquer pour des raisons que je vais dire, et jouant sa partie dans une pièce où il n’est qu’un petit acteur et dont l’auteur principal est l’Empire britannique en personne.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search