Version classiqueVersion mobile

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Prolégomènes. Quatre études antérieures au XXe siècle

Chapitre 2. Les écoles flottantes (1811-1815). Création d’une école militaire en temps de guerre. Entre restrictions et avancées pédagogiques

Hélène Vencent

Texte intégral

  • 1 E. Chevalier, Histoire de la Marine Française sous le Consulat et l’Empire, Paris, 1886, p. 421.

1La préparation des flottes et l’organisation du personnel, officiers et équipages, sont l’œuvre du temps. Quand vient le moment de combattre, il est trop tard pour toucher aux institutions. C’est pourquoi il faut s’appliquer, sans relâche, à les perfectionner pendant la paix1. L’histoire napoléonienne est marquée par des défaites retentissantes face à l’Angleterre dans la guerre d’escadre, autant sur le plan humain que matériel, que l’on songe à la défaite d’Aboukir (1er et 2 août 1798), à la défaite de Trafalgar (5 octobre 1805) ou à celle de l’île d’Aix (11 et 12 août 1809). La stratégie française consiste à réduire la puissance britannique par le blocus continental et par une série d’opérations de guerre de course qui ruinent le commerce britannique. De leur côté, les Anglais redoutent une invasion des Français, crainte repoussée par Trafalgar mais qui reste présente, ainsi que l’extension de l’hégémonie française sur les mers. La marine britannique cherche donc à annihiler la flotte française : blocus systématique des ports français, destruction de la flotte. Les relations entre la marine anglaise et française durant le premier Empire se résument à une guerre d’usure matérielle et morale qui ne connaît qu’un court répit lors de la paix d’Amiens en 1802. Mais là où les Anglais s’usent sur les mers, ce qui leur permet d’acquérir une forte discipline, et se renforcent par des victoires retentissantes, les Français s’usent principalement dans les ports et se contentent de victoires de courses qui ne contribuent pas à former un réel état-major.

2La marine française sous l’Empire est continuellement dans une situation d’urgence : matérielle (manque de matériel), disciplinaire (manque de pratique des marins), morale (défaites retentissantes), humaine (manque de marins et de cadres). En effet, le système de recrutement des marins français (listes maritimes) présente des failles dans une guerre sur le long terme. Par ailleurs, les cadres de la marine ont souffert de la Révolution et manquent d’unité : exil de l’aristocratie, répressions révolutionnaires, fermeture des écoles des gardes. Pour pallier à ces manques, on fait appel aux officiers du commerce puisqu’en France la marine est composée de deux branches, la guerre (plus aristocratique sous l’Ancien Régime) et le commerce (plus bourgeoise), et puisque les écoles des cadres ont été fermées au début de la Révolution. Les marins du commerce sont d’excellents pilotes mais manquent de discipline militaire. En 1810, forts du constat que la marine a besoin d’une profonde restructuration, Napoléon et le ministre de la marine (Decrès) décident de créer une école spéciale, par le décret du 27 septembre, destinée aux officiers de marine, au même titre que l’école de Fontainebleau créée huit ans plus tôt pour les cadres de l’armée de terre. Un tel délai entre l’ouverture de ces deux écoles peut avoir différentes explications : la crainte de recréer un corps d’officier trop aristocratique, la situation d’urgence due à cette guerre sans merci sur mer entre la France et l’Angleterre, un changement de stratégie pour la marine qui cherche à investir sur le long terme pour survivre. La marine est restructurée par le haut ; on repense la formation des futurs états-majors pour vaincre l’Angleterre : unité et formation à la guerre moderne donc d’escadre. Mais la réalité de la guerre est telle que la marine ne peut consacrer beaucoup de moyens pour cette école. La question est alors de savoir si les écoles spéciales de marine (Brest et Toulon), fondées durant une guerre d’usure et qui répondent à des critères d’économie de guerre rigoureux, parviennent à atteindre l’objectif fixé : recréer un corps d’officiers de marine, savants, militaires, à la fois moderne et héritier de la marine glorieuse de Louis XIV et savante comme doit l’être une création issue du XVIIIsiècle.

1. Les objectifs des deux écoles spéciales de la marine

3La création napoléonienne de 1810 vise plusieurs objectifs très circonstanciés.

A) Fonder un corps d’officiers

4Durant les années 1800-1815, les officiers de marine ont principalement été formés par la pratique, c’est-à-dire individuellement, en s’embarquant dès le plus jeune âge et/ou en suivant une formation dans les différentes écoles hydrographiques des ports. Cela crée un véritable problème d’esprit de corps et d’encadrement dans une période où l’État centralise de nouveau la formation et s’intéresse à la constitution d’une élite intellectuelle et militaire. Leconte, officier de marine durant l’époque impériale, dresse un tableau des cadres qui souligne ce manque d’unité des officiers, véritable handicap face à une marine britannique très entraînée et réorganisée à la toute fin du XVIIIsiècle.

  • 2 Ibid., p. 59-60.

Les officiers, tous de provenances différentes, s’aimaient peu entre eux ; il n’y avait pas d’esprit de corps. […] C’était, je pense, avec raison que l’on attribuait en général à cet esprit d’insubordination le défaut d’unité qui avait manqué au combat de nos escadres, et qui avait principalement causé nos désastres maritimes. Les écoles navales qui venaient d’être créées, paraissaient devoir donner par la suite cet esprit de corps qui manquait2.

  • 3 Ibid., p. 53.

5Leconte met les défaites sur le compte d’un manque d’unité pour l’état-major. Ainsi Decrès souhaite renverser cette tendance pour commencer à remporter des batailles valorisantes pour le corps des officiers de marine. Pour cela, il décide d’investir sur le long terme. Pour unir le corps des officiers, il faut d’abord en faire des camarades dès leur plus jeune âge. En outre, Leconte nous décrit un empereur nostalgique des officiers pleins de morgue : « il songeait aussi à épurer le corps des officiers auquel il voulait des formes aristocratiques3 ». Napoléon ne veut pas recréer une marine d’Ancien régime mais il veut que ses officiers, civils comme militaires, forment une élite, mot qui revient très souvent dans la correspondance de l’empereur et de son ministre. Des écoles sont créées et repensent la formation de l’officier en acceptant l’héritage aristocratique du XVIIIsiècle tout en se tournant vers les changements sociaux et scientifiques du XIXsiècle.

B) Une formation militaire à renforcer

  • 4 Ibid., p. 421.

6La formation de l’officier de marine a cristallisé les tensions entre marine de guerre et commerciale. La Révolution met en avant la formation des officiers du commerce moins coûteuse pour l’État et moins aristocratique, donc moins marquée idéologiquement. Par ailleurs, elle forme de bons marins, seulement la marine de guerre a besoin d’officiers qui soient marins et non de marins devenus officiers. En résumé de 1793 à 1815, la marine n’est pas propre à faire la guerre ; une qualité essentielle lui manque, elle n’est pas militaire. Les états-majors sont braves, les équipages déploient une énergie et un courage dignes des plus grands éloges, mais ni les uns, ni les autres ne savent se battre. Des exceptions existent, mais elles ne peuvent infirmer la règle. « Dans les combats, nos pertes sont considérables, celles de l’ennemi presque nulles. Si, par notre opiniâtreté, par un grand sacrifice d’hommes, nous sauvons l’honneur du pavillon, nous ne faisons pas de mal à l’ennemi. Ce n’est pas là la guerre4 ».

  • 5 Auguste JAL, Souvenirs d’un homme de Lettres (1795-1873), Paris, 1877.

7Les écoles spéciales de marine (ESM) sont créées par décret le 27 septembre 1810. Il y en a deux : une à Toulon et une seconde à Brest. Elles ont la particularité de se situer sur des navires que l’on qualifie de vaisseau école. Les élèves, logés toute l’année sur ces vaisseaux, sont répartis en brigades. Un élève se trouve à la tête de chacune de ces brigades en qualité de contremaître. Les brigades sont divisées en deux escouades commandées aussi par un élève chacune et ces élèves ont le titre de quartier-maître. Ce système permet de responsabiliser les élèves, de leur apprendre à respecter la hiérarchie, à gérer les hommes et à rendre compte, compétences de base de l’officier. Les cours se partagent entre l’apprentissage théorique et pratique, encadrés par des professeurs civils pour le premier, souvent recrutés dans les écoles hydrographiques des ports créées durant la période révolutionnaire, et des officiers et sous-officiers pour le second. L’enseignement théorique tourne autour des mathématiques, du dessin mais il n’y a pas d’enseignement des langues étrangères et en particulier de l’anglais. Cette matière est sujette à débat dès le XIXsiècle où certains la jugent antipatriotique. Par ailleurs, la présence d’un enseignant d’anglais dans les arsenaux que sont Toulon et Brest fait planer la crainte d’un espion à la solde des Anglais. D’autres jugent qu’il est aberrant de ne pas apprendre cette langue à des hommes qui se destinent à la marine, corps où la langue la plus utilisée sur les mers est déjà l’anglais. Auguste Jal, ancien élève de l’école de Brest, ironise dans ses mémoires sur l’absence de cette matière dans une école où le destin des élèves est de combattre les Anglais et probablement de passer par les pontons5. Cette question rappelle indirectement le contexte de guerre de création de ces écoles. Ainsi les élèves évoluent dans des ports constamment sur le qui-vive. La formation pratique concerne l’artillerie, la manœuvre, le gréement et s’appuie sur les bâtiments des écoles, les vaisseaux écoles. Contrairement à l’enseignement théorique, la pratique a un encadrement militaire qui permet d’inculquer l’esprit de corps aux élèves et de leur faire prendre conscience de ce à quoi ils sont formés : commander au sein d’une armée de mer cohérente et militaire.

2. Vaisseaux et équipages : des « produits » d’une économie de guerre

8Les conditions pratiques de mise en œuvre de ces écoles sont marquées par la dureté des temps et les réalités de la guerre.

A) Les vaisseaux : recycler ce que l’armée ne peut utiliser

  • 6 Commandant Alain Dermeliac, La Marine du Consulat et du Premier Empire, Nomenclature des navires fr (...)

9Comme pour conjurer la malchance de la marine, les deux vaisseaux écoles sont placés sous le patronyme de deux marins brillants, de l’âge d’or de la marine française : le navire de Brest est rebaptisé le Tourville, et celui de Toulon est rebaptisé le Duquesne, deux officiers de la Royale de Louis XIV. C’est ici que s’arrête la comparaison avec cette époque brillante. En effet, les ESM émergent dans un contexte de guerre et donc de précarité pour la marine ; elles doivent s’en accommoder et se construisent selon une logique d’économie de guerre. Les vaisseaux écoles sont symptomatiques de cette économie de guerre. Attribués à chacune des deux écoles par l’article 15 du décret du 27 septembre, ce sont des navires de 74 canons archaïques. Le vaisseau école de Brest est d’origine espagnole ; il s’agit du San Genaro (Saint Genard) qui fut cédé à la France en 1801. Il prit le nom d’Ulysse pour être rebaptisé le Tourville en 1811. Construit en 1765-1766, c’est un navire vieux de quarante-six ans. Il est condamné en 1816 pour servir de ponton magasin et être finalement démoli en 18226. Lorsqu’il est transformé en école, ce navire n’est plus en état de servir de façon active en raison de son âge. Le vaisseau école de Toulon est aussi un bâtiment en fin de parcours. Il s’agit d’un navire russe lancé en 1799 sous le nom de Moskva (ou Moscou). Il fait partie d’une double prise en Méditerranée (le Moscou et le Saint Pierre). Un rapport sur l’état de ces bâtiments souligne leur caractère très archaïque.

  • 7 Archives Nationales (AN), AF IV 1198, Rapport du 5 juin 1810 au ministre de la Marine et des Coloni (...)

Pour mettre ce vaisseau simplement en état d’être armé en flûte […], il faudrait le refondre entièrement, c’est-à-dire faire une dépense presque égale à celle d’une construction neuve : la Commission a conclu en conséquence à ce que le Saint Pierre fut rasé, et employé comme bâtiment de servitude7.

  • 8 Commandant Alain Dermeliac, La Marine du Consulat et du Premier Empire…, op. cit.
  • 9 Service Historique de la Marine (SHM) Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier au Préfet Maritime, 6  (...)

10Il est rebaptisé Duquesne en 1811 pour sa nouvelle vocation scolaire et devient ponton école de la compagnie des élèves en 1816 jusqu’en 1822 où il finit sa carrière comme ponton bagne. Il est finalement dépecé vers 1830-18338. Les élèves sont embarqués, inscrits sur les rôles d’équipages, assimilés à des marins, mais leur navire n’est qu’« un bâtiment de servitude ». Pour partir en croisière, des corvettes d’instructions sont mises à la disposition des écoles mais il est plus difficile de se prononcer sur leur état. La correspondance du Duquesne à Toulon nous indique que le préfet maritime, Lhermitte, accorde au commandant de l’école de choisir sa corvette, ainsi on peut penser que celles-ci sont plus récentes et en meilleur état pour apprendre aux élèves le matelotage sur des bâtiments faciles à manœuvrer. Le commandant choisit une gabarre, l’Écurie, rebaptisée l’Émulation pour l’occasion, qui est armée légèrement avec six canons de 69.

  • 10 SHM Toulon, 2 A 106, lettre du ministre à M. Péridier, 1er juin 1812.

Le capitaine Péridier m’a représenté que l’embarquement à bord des bâtiments de l’escadre en appareillage détournait ces jeunes gens de leurs études et augmenterait, en certains cas, la consommation de vivres. Pour pallier ces inconvénients, je me propose, ainsi que je l’ai fait pour l’école de Brest, d’affecter spécialement à l’instruction des élèves, un bâtiment qui sera à la disposition du commandant de l’école10.

11Il n’était pas prévu d’accorder ces corvettes d’instructions aux écoles au début, mais on juge très vite que ce système sera beaucoup plus efficace que le précédent, c’est-à-dire l’embarquement sur des navires de l’escadre. Le projet au début est donc de mettre périodiquement les élèves en immersion mais la réalité de la guerre rend ce mode de fonctionnement trop peu pratique.

B) Un encadrement qui ne doit pas pénaliser le service actif

  • 11 SHM Vincennes, CC1 203, lettres de Decrès aux préfets maritimes de Brest et Toulon, 10 janvier 1811
  • 12 SHM Vincennes, AA1 11, décret du 12 décembre 1811.

12Si les bâtiments utilisés sont en fin de carrière, il en est de même des officiers de l’école nommés par décret le 4 janvier 1811. À chaque école, le décret du 27 septembre 1810 adjoint un état-major militaire puisque les institutions s’inscrivent strictement dans une structure militaire. À Brest le commandant de l’école est le capitaine de vaisseau Faure ; le commandant en second est M. Mallet et les lieutenants de vaisseaux sont MM. Lavaud, Groignard, Cotelle, Arnaud. Les enseignes de vaisseaux MM. Pinard, Desgarceaux, Côté et Faucon. À Toulon, le commandant de l’école est le capitaine Motard qui doit avoir pour second le capitaine de frégate Fourré. Les lieutenants de vaisseau sont MM. Vuisson, Venel, Albert et Pellé Bridoire. Les enseignes MM. Fréminville, Battendier, Montfort, Maud’huy11. Un changement de dernière minute voit le capitaine de vaisseau Péridier être nommé à la tête de l’ESM de Toulon12. Une lettre du préfet maritime de Toulon, relative à cette nomination, nous interpelle quant à l’état des officiers attachés aux écoles.

  • 13 SHM Vincennes, AA 1 11, lettre du préfet maritime de Toulon, Lhermitte, à Decrès, 29 novembre 1811.

M. Péridier dont les talents, le zèle et le dévouement vous sont connus, mérite cette place à tous égards, les blessures qu’il a reçues lors de l’affaire de Lissa ne lui permettant pas un service plus actif ; elle lui sera une récompense de ses anciens services et je prie Votre Excellence de vouloir bien intercéder auprès de Sa Majesté pour la lui faire obtenir13.

  • 14 SHM Vincennes, CC7 1944, dossier Jean Péridier.
  • 15 SHM Vincennes, CC7 919, dossier Charles Fourré.
  • 16 SHM Vincennes, CC7 14, dossier Alexis Albert, lettre du 20 juin 1810.
  • 17 SHM Vincennes, CC7 852, dossier Louis Faucon.

13Le commandement du Tourville est un poste de fin de carrière, honorifique. De même, les autres postes d’officiers sur le vaisseau école sont réservés à des hommes dans l’incapacité temporaire ou définitive de servir activement. M. Péridier prend d’ailleurs sa retraite en 181314 et est remplacé par le capitaine de vaisseau Malin. Le reste de l’état-major des deux vaisseaux écoles nous présente un tableau étonnant de mutilés de guerre et de souffreteux, les cas suivants sont significatifs. À Toulon, le second de l’école, M. Fourré, est manchot, il a eu un bras emporté en 1796. Né en 1769, il a quarante-deux ans lors de sa nomination sur le Tourville et prend sa retraite en 1813, usé par des douleurs rhumatismales15. M. Pellé Bridoire a perdu un œil et un bras en 1796. Le lieutenant Albert est un rescapé des prisons d’Espagne qui, revenu en France épuisé par sa captivité, est oublié dans les promotions en raison de sa longue absence16. À Brest, le tableau n’est guère plus brillant. M. Lavaud a perdu l’œil gauche. L’enseigne Faucon a perdu un bras en 1809, mais il est cité la même année comme un excellent marin qui mérite d’être distingué par le grade d’enseigne de vaisseau17. Les états-majors du Duquesne comme du Tourville regroupent des officiers en incapacité au moins temporaire car l’urgence face à l’Angleterre demande la mobilisation de tous les hommes valides. Cependant ce sont des officiers qui ont de bons états de service. M. Pellé-Bridoire est reconnu pour ses qualités pédagogiques et continue à servir au collège royal d’Angoulême à la Restauration. Ils sont des exemples à suivre et confrontent les élèves aux réalités de la guerre en cours et à laquelle ils sont appelés.

  • 18 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier à M. Lhermitte, 20 mars 1812.

14Pour le reste de l’équipage, prenons l’exemple de l’ESM de Toulon. Les sous-officiers qui jouent un rôle important dans l’instruction pratique des futurs officiers ne satisfont pas le commandant sur le plan intellectuel : « Dans le nombre des sous-officiers qui font partie de la garnison du vaisseau école et qui doivent instruire les élèves dans l’école du bataillon, peu ont les connaissances nécessaires à cet effet18 ». Mais l’équipage, qui est le produit d’une économie de guerre, satisfait encore moins le commandant de l’école. En effet, au contraire des officiers et au désespoir du commandant de l’école, le choix des marins ne semble pas avoir été fait selon le principe de l’exemple à suivre.

  • 19 Ibid.

Les hommes qui font partie de l’équipage et de la garnison du vaisseau, sont bien loin, au moins pour une partie d’entre eux, de convenir au vaisseau et d’être des hommes de choix, ainsi que l’ordonne Son Excellence […]. La garnison surtout est composée presque en totalité d’hommes renvoyés de vaisseaux de l’armée et qui se trouvant à bord, privés d’un grade qu’ils avaient acquis à la mer, ne font point, je vous assure, preuve de bonne volonté19.

15Pour l’équipage, il a été décidé de recycler des hommes incapables de servir en mer, non en raison de leurs handicaps mais de leur indiscipline. Par ailleurs le service au port, à bord d’une école, n’est pas propice à motiver ces hommes. Le personnel civil est quant à lui limité : il comprend l’aumônier et les professeurs de mathématiques et de dessin, disciplines théoriques. Ces professeurs sont issus de l’école de navigation des ports respectifs conformément à l’article 33 du décret du 27 septembre. Ce sont des hommes déjà bien au fait de leur métier ce qui est un avantage pour l’enseignement. En revanche, le commandant de l’école est forcé de s’accommoder des fonctions que ces messieurs occupent déjà, il n’est pas à l’ordre du jour de fermer les écoles de navigation qui ont leur utilité dans les ports. On n’embauche pas de nouvelles personnes.

3. Le ravitaillement tributaire de la guerre en cours

16Ces structures de formation ont bien du mal à recevoir le matériel nécessaire à leurs missions et la nourriture des élèves.

A) Le matériel : se superposer à une organisation déjà existante

17Les ESM ne remplacent pas les écoles déjà présentes dans les ports mais s’ajoutent à celles-ci. Les préfets maritimes ne considèrent pas forcément les ESM comme une priorité. Leur mission n’est pas le futur de la marine mais bien de gérer un présent difficile et d’assurer des sorties en mer malgré la présence constante des Britanniques qui assurent le blocus. Ainsi, les écoles doivent apprivoiser progressivement les autorités des ports de Brest et Toulon. Le matériel éducatif, par exemple, arrive au compte-gouttes, en particulier les livres. Le commandant de l’école doit réclamer au contre-amiral Lhermitte une bibliothèque car l’école n’en possède aucune. Il est difficile de satisfaire, dès la première année, à la disposition du décret du 27 septembre qui met en place la bibliothèque. Les livres s’acheminent lentement au désespoir des enseignants. Ainsi, le premier professeur de Mathématiques, M. Mazure Duhamel tente de spolier la bibliothèque de l’école hydrographique de Marseille, en vain.

  • 20 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Mazure Duhamel au préfet maritime, 15 septembre 1812.

En vous priant d’accorder à l’école spéciale les livres et les instruments de l’école de Marseille, je n’écoutais que le désir d’être utile aux élèves dont l’instruction m’est confiée et j’oubliais qu’à la place du professeur de Marseille je serais au désespoir de voir ainsi l’école dénantie de moyens d’instruction qui lui ont été accordés par le ministre20.

18Lhermitte ne l’entend pas de cette oreille et, soutenu par M. Monge, inspecteur de ces écoles, il ramène à la raison le professeur de mathématiques. La formation de ces futurs officiers ne justifie pas tout. Ce dernier manque néanmoins de matériel et fait état de ses besoins au préfet maritime.

  • 21 Ibid., lettre de M. Mazure Duhamel au préfet maritime, 27 septembre 1812.

J’ai l’honneur de vous présenter le catalogue des livres et instruments qu’il serait nécessaire d’avoir pour le service de l’École Spéciale. […] Je n’ai mis que les ouvrages les plus utiles et les plus capables de former et de compléter l’instruction des élèves studieux et j’ai consulté mes collègues surtout. Son Excellence le Ministre de la Marine […] autorise le commandant à faire l’acquisition de quelques instruments. Mais comme il y en a plusieurs dont on ne peut se passer et que les plus précieux manquent, j’ai cru pouvoir les ajouter à cette collection en soumettant le tout à vos lumières. Une montre marine, une montre à secondes, une lunette astronomique, plusieurs sextants et quelques horizons artificiels sont nécessaires pour faire observer les élèves à bord du Duquesne ou sur la côte et sans avoir besoin d’aller journellement en pleine mer pour y découvrir l’horizon. Nous irons fort souvent avec la corvette faire des observations, mais nous n’employerons que ceux des élèves qui seront habitués au maniement des instruments21.

  • 22 SHM Toulon, 2 A 211, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 16 juin 1812.

19Le professeur cherche par tous les moyens à se procurer le matériel nécessaire à l’instruction mais se trouve un peu seul face à l’administration du port qui accueille dans un premier temps ces écoles avec méfiance. Il y a affrontement entre les besoins du port sur le court terme et la stratégie sur le long terme que Decrès met en place pour vaincre les Anglais. La guerre mobilise et l’instruction des élèves n’est pas une priorité dans l’organisation du port. En septembre 1812, les élèves n’ont toujours pas les instruments qui feront le quotidien de leur métier futur, ce qui handicape l’enseignement. De la même façon, l’étude du soir ne peut se faire dans des conditions optimales puisque l’école n’a pas encore de lampes en raison du retard pris dans leur confection : « J’ai l’honneur, écrit le préfet maritime au directeur de l’école, de vous observer que les travaux demandent du temps et que la remise ne pourra vous être faite aussi promptement que je le désirerai22 ». Une fois les lampes confectionnées, c’est l’approvisionnement en huile qui est la source d’une correspondance fournie entre le commandant de l’école et le préfet maritime. Cette huile permet l’éclairage des navires, le vaisseau école a besoin de plus d’huile qu’un vaisseau ordinaire puisque les élèves ont besoin d’un éclairage suffisant, le soir comme le matin, afin de vaquer à leurs devoirs. Or en 1814, la situation générale dans les ports fait que Toulon semble connaitre une pénurie plus forte de certaines denrées, dont l’huile.

  • 23 SHM Toulon, 2 A 455, lettre de M. Malin au préfet maritime, 8 mars 1814.

Mon général, en me refusant la demande que j’ai eu l’honneur de vous faire, de la quantité de 101 litres d’huile consommée pendant le mois de février dernier, pour le service spécial des élèves, je n’ai plus aucun moyen de pourvoir à l’éclairage des études du soir et des fanaux établis la nuit dans les batteries pour la surveillance qui existait à bord du vaisseau et des corvettes. […] Aujourd’hui ne me remplaçant pas cette quantité, je me trouve sans huile, ni pour le service ordinaire du vaisseau, ni pour celui particulier des élèves23.

20Malheureusement comme nous l’avons évoqué précédemment, le Duquesne est tributaire des pénuries du port, le préfet maritime ne peut répondre favorablement aux demandes de M. Malin. Ce dernier ne doit plus compter que sur les jours qui s’allongent pour offrir des conditions d’étude décentes à ses pensionnaires.

  • 24 SHM Toulon, 2 A 224, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 9 mars 1814.

La pénurie dans laquelle nous nous trouvons ne me permet pas d’accorder une quantité aussi forte que celle dont il s’agit. D’ailleurs, les jours croissent de plus en plus, et les nuits maintenant beaucoup moins longues, doivent vous donner les moyens de réduire considérablement l’éclairage du Duquesne. Je vous invite à le régler de manière à ne consommer que la moitié de l’huile demandée, et c’est d’après cette réduction que je signerai les bons qui me seront présentés pour tel article24.

21Lorsque l’on parcourt la correspondance du vaisseau école, il semble que chaque événement de la vie de tous les jours est une lutte permanente pour obtenir ce dont on a besoin. Le préfet maritime favorise en général les navires et équipages qui sont nécessaires directement à la guerre. Le vaisseau-école, bien que plein de promesses, est pour l’immédiat secondaire.

B) Les vivres : entre urgence de la guerre et stratégie pour le futur

  • 25 SHM Toulon, 2 A 413, lettre du ministre à M. Péridier.

22Le rationnement des denrées alimentaires pose également problème. Le premier point sur lequel M. Péridier réclame une amélioration est la qualité du pain qu’il juge mauvaise pour des adolescents. « Il faut qu’avec une éducation toute militaire les élèves aient une nourriture saine et abondante sans profusion mais qui convienne à leur âge, à leur tempérament, à leurs besoins25 ». Decrès va dans le sens de Péridier et indique à son préfet que les écoles doivent bénéficier d’une plus grande latitude en termes de ration de pain. Il n’est pas question pour le moment d’accorder une qualité de pain supérieure aux élèves mais de permettre une plus grande consommation de cette denrée. En effet, à cet âge, les garçons mangent beaucoup et étant donné le programme chargé des journées, un estomac rempli est un facteur de concentration. Seulement M. Péridier ne l’entend pas de cette oreille. Pour lui, le pain est mauvais et ne peut convenir à son école.

  • 26 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier à M. Lhermitte, 25 juin 1812.

J’ai déjà eu l’honneur de vous rendre compte que le pain que les élèves mangeaient était mauvais et mal confectionné ; depuis lors il continue d’être de même et journellement les élèves s’en plaignent. Il en est même à craindre, et c’est l’opinion du chirurgien major, que le pain étant mal cuit ne nuise essentiellement à la santé des élèves, et particulièrement pour ceux d’entre eux, qui par leur âge, n’ont pas encore le tempérament formé. Pour vous mettre à même, Monsieur le préfet, de juger de la vérité de ce que j’ai l’honneur de vous avancer, je vous envoie un morceau du pain qui a été pris hier à la boulangerie26.

  • 27 SHM Toulon, 2A 216, lettre du préfet maritime à M. Péridier, 6 février 1813.

23Fort d’un appui médical et d’une preuve tangible, le commandant de l’école tente d’obtenir du préfet maritime une considération particulière pour un navire particulier. Non seulement les élèves, espoirs de la marine, sont en pleine croissance, mais en plus ils ne sont pas habitués aux usages de la marine. Un mauvais pain en quantité insuffisante pourrait les dégoûter de la carrière qu’ils s’apprêtent à embrasser. Il semblerait que ces considérations de Péridier aient porté leurs fruits puisque l’année suivante l’ordinaire est amélioré. « À compter de lundi prochain 8 du courant, la farine qui compose ce pain sera épurée dans la proportion de 20 % au lieu de l’être en 12 ainsi qu’il était. Par cette mesure, il sera infiniment meilleur et c’est depuis longtemps le but que je voulais atteindre27 ». Deux jours plus tard, M. Lhermitte indique au commandant de l’école qu’il a donné l’ordre d’augmenter la ration de pain. L’institution est installée depuis une année maintenant au port de Toulon, le préfet maritime arrive davantage à jongler avec ce bâtiment particulier, sans compter que l’intérêt de Decrès ne faiblit pas. Ses instructions veillent à ce que l’école ne soit pas négligée. Mais le blocus et la guerre continuent pendant que les jeunes gens s’instruisent et le bateau école demeure lié à ces événements. Pour les rations de vin le Duquesne n’est guère favorisé. Les élèves doivent avoir la même ration que celle dévolue aux aspirants mais l’école se sert en dernier.

  • 28 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier au préfet maritime, 25 juin 1812.

M. le Préfet, […] le vin […] que l’on nous délivre est généralement mauvais ; surtout n’ayant la faculté de ne le prendre qu’après l’armée, ce qui fait que ce n’est que celui rebuté par elle que nous avons la majeure partie du temps. S’il était possible, M. le Préfet, que nous consommassions […] du vin de campagne, cela remplirait exactement les instructions de Son Excellence qui veut que le vin soit bon et naturel, et nos élèves n’auraient plus à se plaindre de la mauvaise qualité de celui qu’ils ont actuellement28.

24Les élèves ne participent pas à la guerre et ainsi ne sont pas directement utiles. Le meilleur vin est réservé aux hommes vitaux à l’instant présent, pour la défense du territoire. Les élèves n’ont que les restes disponibles du vin, c’est-à-dire un produit très médiocre. La quantité de vin qui est la même que celle des aspirants pose aussi un problème car elle est en effet trop importante au goût de l’état-major de l’école flottante.

  • 29 SHM Toulon, 2 A 442, lettre de M. Malin au préfet maritime, 24 janvier 1813.

J’ai eu l’honneur de vous entretenir des abus qui résultaient de la trop grande quantité de vin donnée aux élèves. J’aurais pu imaginer que ce superflu occasionnerait des trafics et des désordres parmi plusieurs hommes d’équipage. En attendant que Son Excellence ait prononcé sur ces objets, j’ai cru devoir ordonner la suppression d’un quart litre de vin sur la ration journalière de chaque élève, pour que ce vin ne puisse se détériorer ni encombrer la cambuse du vaisseau qui est très petite29.

25Les élèves ne consomment vraisemblablement pas la même quantité de vin qu’un aspirant. Les hommes d’équipage ont donc profité de ce surplus pour installer une forme de trafic déplaisant fortement au commandant de l’école qui déjà n’appréciait pas les hommes choisis pour former l’équipage. On opte donc pour une réduction de la quantité de vin afin d’éliminer la source de la tentation mais l’équipage reste, la marine ne pouvant se séparer de ses marins méritants. À travers ce traitement, on perçoit une ambiance d’école à cheval entre un monde militaire en guerre et un monde scolaire relativement insouciant.

4. La vie à bord d’un navire-école

26La vie sur ces navires-écoles est très spécifique et n’est pas sans poser des problèmes au sein d’une structure d’abord considérée comme militaire.

A) La discipline scolaire dans un arsenal en guerre

27L’école est un univers clos où les élèves n’ont pas vraiment d’espace privé. Les quatre années de vie de l’école de Toulon ne se passent pas sans qu’il y ait quelques problèmes de discipline parmi les élèves. Certains ne se satisfont pas du territoire confiné du navire et cherchent à y échapper de temps en temps.

  • 30 SHM Toulon, 2 A 442, lettre de M. Malin à M. Lhermitte, 15 février 1813.

Mon général, à la rentrée à bord des élèves qui avaient été à la promenade hier, le premier des officiers chargé de leur surveillance me rendit compte que les sieurs Ménard Pierre (de la Ciotat) et Pauly (tous les deux mauvais sujets) avaient manqué à l’appel nominal fait au moment de l’embarquement et que toutes les recherches faites pour les trouver avaient été infructueuses ce qui prouve évidemment que c’était à dessein qu’ils s’étaient soustraits à leur recherche. Je m’empressais, mon général, de vous envoyer de suite un officier pour vous en faire mon rapport, et vous prie de donner les ordres nécessaires pour faire poursuivre ces deux fugitifs, qui immanquablement doivent être rendus à La Ciotat, où réside la famille de ce premier élève30.

  • 31 SHM Vincennes, CC1 791.

28Les élèves disparus sont aussitôt signalés au préfet maritime car le commandant de l’école ne tient pas à couvrir cette fugue et les élèves ne tardent pas à être retrouvés mais l’on ne connaît pas les raisons de leur escapade. Apparemment l’élève Pauly n’en n’est pas à son coup d’essai puisqu’il a découché de l’hôpital principal à la fin du mois de janvier. Il est indiqué dans son matricule qu’il est à l’hôpital du 23 février au 20 mars 1813, jour de son licenciement. L’élève Ménard n’est pas licencié et reste à l’école mais la notation de son premier trimestre de l’année 1813 indique une « conduite irrégulière31 ». En juin 1814, une fugue d’un autre genre est signalée au préfet.

  • 32 SHM Toulon, 2 A 455, lettre de M. Malin à M. Lhermitte, 2 juin 1814.

J’ai l’honneur de vous informer que le sieur Duhamel, élève compris dans la liste de ceux dont Son Excellence vient de prononcer le licenciement, s’était soustrait ce matin à la surveillance du bord en s’étant rendu à terre. Je l’ai fait de suite arrêter et conduit à l’Amiral où M. le chef militaire a bien voulu donner l’ordre de le recevoir32.

29Lorsqu’un élève est licencié, un parent ou un correspondant doit se présenter au port et se faire connaître du ministre pour prendre le jeune homme. Tant que l’adulte référent ne s’est pas présenté, l’élève dépend du vaisseau école. Peu importent les raisons qui ont poussé l’élève Duhamel à fuguer, il est envoyé à l’Amiral, un navire prison, où il doit attendre que l’on vienne le chercher. La prison du port accueille aussi les élèves turbulents puisque ces derniers ont intégré le corps de la marine. La politique de M. Malin pour réprimer l’indiscipline des élèves est soutenue par le préfet maritime ; ce dernier encourage le commandant de l’école à utiliser la prison et dans les cas très difficiles à user du renvoi. La marine ne peut se permettre de garder les élèves qui font preuve d’incapacité à respecter discipline et règles imposées.

  • 33 SHM Toulon, 2 A 224, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 13 juin 1814.

J’ai reçu, Monsieur, votre lettre d’hier dans laquelle vous me rendez compte que vous n’êtes point satisfait de quelques élèves, vous pouvez agir en cela d’après les ordres et les intentions du ministre, les punir sévèrement et même les renvoyer de l’école, si leur indiscipline est telle qu’elle devient un dangereux exemple. Dans un cas moins rigoureux vous pouvez me renvoyer ceux d’entre eux qui se conduiraient mal, ils seront dans les prisons de l’Amiral au pain et à l’eau33.

30La discipline est essentielle à un corps militaire, il faut donc l’apprendre aux futurs marins qui plus est officiers. Le renvoi n’est pas immédiat pour manquement à l’ordre, il l’est si l’élève en question menace le bon fonctionnement de l’école, si son exemple est dangereux. La proximité qu’impose la vie sur le navire oblige à surveiller de très près les relations, un élève rebelle peut vite entraîner ses camarades et troubler fortement l’ordre à bord. Malgré cette surveillance, certains conflits dégénèrent en affaire plus sérieuse, comme l’organisation avortée d’un duel.

B) Les incidents de mer

31L’école connaît les mêmes problèmes que tous les autres navires. Ainsi, une nuit la force du vent brise les chaînes qui le retenaient et il fait naufrage.

  • 34 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier au préfet maritime, 27 février 1813.

Monsieur le préfet, j’ai l’honneur de rendre compte que dans la nuit du 24 au 25 du courant, la violence du vent qui soufflait de la partie du Nord-Ouest, ayant fait casser vers les minuit la chaîne du corps mort du Sud-Ouest, le vaisseau école a échoué ; mais en ayant le matin informé le port, celui-ci s’est occupé depuis lors à le réamarrer. Cet événement, Monsieur le préfet, qui provient en grande partie de la mauvaise qualité du fer des chaînes du corps mort et de leur mauvaise fabrication me donne l’entière conviction […] qu’il y a plus de sûreté, surtout l’hyver, d’être amarré avec le plus mauvais chanvre34.

32Encore une fois le mauvais matériel de l’école est remis en question dans ce naufrage. Les élèves n’échappent pas non plus aux éléments puisqu’il arrive que certains tombent à l’eau mais sans gravité.

5. L’après-guerre des écoles spéciales de marine

33La chute de l’Empire entraîne la remise en cause puis la fermeture de ces écoles spéciales de marine alors que la guerre cesse avec l’Angleterre. Les élèves formés, cependant, poursuivent leur carrière ensuite sous la monarchie.

A) L’avenir compromis des écoles spéciales de marine

34Lors de la première Restauration, Decrès est remplacé par Malouet. La raison d’être des ESM n’existe plus puisque la France n’est plus en guerre contre l’Angleterre et ces écoles créées du temps d’une guerre révolutionnaire doivent se réinventer pour continuer d’exister dans une période de paix voulue par la royauté restaurée. Ce décalage est narré avec ironie par Auguste Jal lorsqu’il fait le récit de la visite que le neveu du roi, le duc d’Angoulême nommé Grand Amiral de France, fait sur le Tourville lors d’une inspection à Brest.

  • 35 Auguste Jal, Souvenirs d’un homme de lettres…, op. cit., p. 35.

Il [M. Faure] se sentit fort mal à l’aise lorsque lui vint de Paris une lettre lui mandant que l’Amiral de France, son Altesse Royale Monseigneur le duc d’Angoulême allait partir pour Brest et que, pendant son séjour dans ce port, il visiterait l’école pépinière des officiers de la marine redevenue royale. Que faire ? S’exercer en secret à crier : Vive le Roi ? C’était trop peu ; il fallait trouver quelque chose qui prouvât au Prince que la jeunesse élevée par un membre de la Convention ralliée aux idées de l’Empire, tout impérialiste qu’elle fût au fond du cœur, acceptait avec joie, une joie apparente du moins, le retour des Bourbons dont l’existence, révélée par Le Moniteur à la France nouvelle, avait singulièrement étonné toute notre génération35.

35À Toulon, on ne mentionne pas la visite du Grand Amiral mais le Duquesne participe aux démonstrations envers le nouveau régime. Les élèves sont bien sûr informés du changement de gouvernement et associés à des manifestations en faveur de cette Restauration.

  • 36 SHM Toulon, 2 A 224, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 5 mai 1814.

L’amiral du port, Monsieur doit tirer aujourd’hui une salve d’artillerie pour annoncer l’arrivée en France de Sa Majesté Louis XVIII, pour exprimer la joie que cette heureuse nouvelle doit faire ressentir. Vous voudrez bien, dès le second coup qu’aura tiré le premier bâtiment amiral, faire une salve semblable de vingt et un coups, aux cris de vive le roi36.

  • 37 SHM Toulon, 2 A 224, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 24 juin 1814.
  • 38 SHM Toulon, 2 A 128, lettre du ministre, M. Malouet, à Lhermitte, 22 juin 1814.

36Le vaisseau école ne doit pas rester en retrait de la liesse, qui accompagne le retour du roi. Il est difficile de dire si M. Lhermitte veut préserver l’institution ou juste son poste en montrant la bonne volonté de sa préfecture. Au mois de juin toujours, une messe est donnée en « mémoire de Louis XVI et de plusieurs autres membres de la famille royale37 ». Encore une fois M. Malin est sollicité et M. Lhermitte lui demande de tirer une salve de trente coups de canons à l’image du vaisseau amiral du port, la Ville de Marseille. En outre, on demande à l’école un groupe d’élèves pour aller accueillir le cousin du roi, le duc d’Orléans Louis Philippe, à bord de ce même vaisseau amiral la Ville de Marseille. Le ministre donne des instructions très claires au préfet quant au choix des officiers du vaisseau : « l’état-major de la Ville de Marseille […] doit être composé d’officiers de choix dont la conduite, la tenue et les principes ne laissent rien à désirer38 ». Au début, il n’est pas prévu d’embarquer des élèves mais deux jours plus tard, le 24 juin, M. Malouet fait savoir son souhait de les intégrer.

  • 39 SHM Toulon, 2 A 128, lettre du ministre, M. Malouet, à Lhermitte, 24 juin 1814.

Monsieur le baron, s’il est encore temps lorsque cette dépêche parviendra à Toulon, je désire que vous embarquiez sur le vaisseau la Ville de Marseille, une vingtaine d’élèves de l’école spéciale de marine que vous choisirez parmi les plus âgés et ceux qui ont une tenue descente et une bonne conduite. Ces jeunes gens feront le service auprès des princes soit à bord, soit à terre : le voyage ne sera pas sans profit pour leur instruction et Monseigneur le duc d’Orléans verra sans doute avec intérêt les jeunes gens que leurs familles ont consacrés au service du roi39.

37Ce voyage est l’occasion pour quelques élèves de se faire connaître du cousin du roi puisqu’ils seront à son service, et peut-être de s’assurer de sa protection pour leurs carrières futures. En même temps, il s’agit pour eux d’une croisière d’instruction un peu élaborée où ils pourront pratiquer, mêlés à d’autres marins. Il ne s’agit plus d’un exercice mais d’une vraie mission qui leur est offerte pour clore leurs études.

  • 40 SHM Toulon, 2 A 137, lettre du ministre à M. Lhermitte.

38Une lettre du ministre de la Marine datée du 10 février 1815 fait part des récentes mesures prises pour les écoles40. 164 élèves seulement ont été examinés à Toulon, sur 228 élèves au total. En effet, les élèves étrangers ont été renvoyés chez eux tout comme certains élèves indisciplinés ou ne possédant pas le niveau ; d’autres ont été rappelés par leurs parents. Sur ces 164, 61 ont été admis avec le grade d’aspirant dans la marine royale ; 61 ont gagné le droit de rester dans l’école jusqu’au 1er juillet pour repasser l’examen et les 38 derniers, dont l’instruction a été jugée insuffisante, sont licenciés. Par ailleurs, les élèves nommés aspirants reçoivent le droit de se retirer pour un congé dans leurs familles sur la demande d’un certain nombre de parents. On informe en même temps le préfet maritime que le très mauvais état dans lequel se trouve le vaisseau école de Brest, le Tourville, l’oblige à être désarmé. 30 élèves de Brest doivent attendre le second examen programmé au 1er juillet et ces élèves privés de bâtiment dans un futur proche, sont envoyés à Toulon sur le Duquesne.

39Lors de cette première Restauration, il est envisagé de fermer les écoles pour ouvrir une nouvelle institution du même genre. Le sort des élèves est cependant incertain alors que de nombreux officiers sentent que les temps changent et montrent patte blanche ; mais on ne sait pas à quoi ressemblera la marine de demain. Le ministre est très malade et les projets n’avancent pas aussi vite que prévus. Le retour de Napoléon et les Cent Jours remettent ensuite tout en question. La seconde Restauration prend alors une tournure plus dramatique pour la marine, tournure à laquelle les écoles spéciales n’échappent pas. Au retour des Bourbons, après les Cent Jours, la Marine a un nouveau ministre, Du Bouchage, sous l’autorité duquel est menée une sévère épuration. Les personnes trop marquées par l’Empire sont écartées et les écoles spéciales n’échappent pas à cette réorganisation. La seconde Restauration durcit la réorganisation de la marine : les effectifs sont sérieusement réduits, l’avenir des élèves est grandement compromis. Les élèves restés à bord du Duquesne passent leur examen au cours du mois de juillet et leur nomination au grade d’aspirant de 1re classe date du 24 août 1815. Une fois ce détail réglé, l’École n’a plus lieu d’être et le vaisseau de Toulon ne tarde pas à suivre le même sort que le Tourville. Malheureusement, l’obtention du diplôme d’aspirant de 1re classe ne garantit pas le droit de devenir officier de marine comme l’écrit le ministre au préfet maritime.

  • 41 SHM Toulon, 2 A 137, lettre du ministre aux officiers militaires, 24 août 1815.

Je remplis à l’égard des élèves qui viennent de subir le dernier examen, l’engagement que le gouvernement avait contracté envers les jeunes gens qui avec les conditions déterminées par les règlements, ont complété les cours d’études aux écoles spéciales de marine. Mais leur admission au grade d’aspirant, dans un moment où cette classe de navigation doit subir une réforme considérable, ne peut leur offrir d’autres avantages que de concourir à la nouvelle composition avec ceux précédemment reçus ou d’obtenir un titre qui leur facilite l’accès à d’autres emplois militaires ou enfin en vertu de ce même titre de recevoir, lorsqu’ils auront l’âge et la navigation exigée, l’autorisation de commander des bâtiments de commerce. Je désire donc que vous fassiez connaître à chacun de ces jeunes gens la position dans laquelle il va se trouver placé afin que dès ce moment ils puissent se destiner aux différentes carrières qui s’ouvraient pour eux41.

  • 42 SHM Vincennes, CC1 782 783.

40Le seul droit que les élèves ont acquis en réussissant l’examen est celui de concourir aux différents examens qui permettent de naviguer, ou bien de s’engager dans l’armée de terre après réussite à un examen. Ces jeunes gens ont passé leur adolescence à bord d’un navire, leurs études entièrement tournées vers la mer et le commandement et ils se retrouvent, en août 1815, sans certitude pour l’avenir. Le gouvernement ne désire pas pour autant se défaire de ces jeunes hommes qui ont été formés pour devenir officiers. Un Mémoire sur une École pour les élèves de la Marine, daté de janvier 181642, écrit par Blancheton, enseigne de vaisseau, fait le bilan des ESM pour le nouveau régime. Ce travail s’inscrit dans un climat particulier de restructuration où l’on s’efforce d’effacer les traces trop voyantes de l’Empire ou de la Révolution. Il n’est donc pas très valorisant pour ces institutions et souligne l’indiscipline qui a court sur les vaisseaux écoles, l’instruction médiocre délivrée tant pratique que théorique.

  • 43 SHM Toulon, 1 A3 5, lettre du ministre à M. Lhermitte, 29 février 1816.

41Une ordonnance du 31 janvier 1816 ferme définitivement les écoles spéciales de marine et crée un collège royal de marine à Angoulême en même temps que des Compagnies d’élèves de la Marine. C’est vers ces compagnies qu’est réorientée une partie des élèves des écoles spéciales. Elles sont au nombre de trois : l’une est à Brest, la deuxième à Toulon et la dernière à Rochefort. La compagnie des élèves ayant été calculée sur les remplacements qui devaient avoir lieu chaque année dans la marine, il n’a pas été possible d’admettre dans la nouvelle formation tous les aspirants de 1re classe. Un examen a donc paru le moyen le plus équitable pour toutes les personnes et plus avantageux pour le service de la marine. D’ailleurs le maintien d’une pépinière trop nombreuse aurait le grand inconvénient d’éteindre l’émulation en offrant des chances d’avancement incertaines ou éloignées. Parce qu’il est nécessaire d’écarter un certain nombre de prétendants, « l’intention expresse du roi est que l’on apporte toute l’attention possible et la plus exacte impartialité soit dans l’examen des titres qu’ils auront à produire, soit enfin dans leur classement sur la liste générale43 ». Ces compagnies ne sont pas le moyen de conserver les aspirants de 1re classe dans la marine, seulement les meilleurs et les plus fidèles au régime. Néanmoins, même si tous les aspirants de 1re classe ne sont pas passés par les écoles spéciales, un certain nombre des anciens élèves parvient à intégrer ces compagnies d’élèves. Très vite, il devient de plus en plus difficile pour les autres de prétendre à la navigation et le grade d’aspirant est supprimé. Par ailleurs, au mois de novembre suivant, le ministre fait part des nouvelles mesures prises envers les élèves des compagnies qui n’ont plus la possibilité de naviguer pour le commerce. Le ministre, tenant à souligner la vocation militaire des jeunes gens, sépare le commerce et l’armée de façon claire et marque bien la fin d’une période où la frontière entre les deux s’était quelque peu effacée. En revanche, parmi les élèves des écoles spéciales non compris dans la réorganisation de la marine, peu ont choisi le commerce et ceux qui ont opté pour cette voix ont tenté de retourner dans la marine militaire mais les passerelles se sont faites rares. L’année 1816 est une année mouvementée pour les anciens élèves des écoles spéciales : certains se trouvent sans métier, d’autres doivent prouver leur fidélité au nouveau régime.

B) La carrière ultérieure de ces élèves

42Les élèves qui ont pu intégrer les Compagnies des élèves de la Marine sont pour beaucoup destinés à une belle carrière. Ils sont félicités pour leurs connaissances en astronomie, en hydrographie, pour leur aptitude au commandement en début de carrière.

  • 44 SHM Vincennes, CC7 347, dossier Armand Joseph Bruat, lettre du capitaine de frégate de Venancourt a (...)

Monseigneur, […] l’intérêt du service dans la reconnaissance que je vais faire de la côte ouest de Terre Neuve me porte à exposer à Votre Excellence les motifs qui m’avaient déterminé à demander un officier en supplément que j’avais désigné (M. Bruat enseigne de vaisseau). […]. Votre Excellence s’exprime ainsi dans ses instructions : “il sera armé une goélette à Saint Pierre par les dix hommes embarqués en supplément à bord de la Diane : le commandement de cette goélette sera donné à un enseigne ou élève du bord. […]. Comme il est utile de mettre à profit les occasions qui se présentent de vérifier les côtes tracées sur les anciennes cartes je vous recommande de déterminer la position des points sur lesquels vous vous trouverez par de nouvelles observations […]”. Le hasard a voulu que sur les 4 officiers embarqués à bord de la Diane, aucun d’eux n’est exercé à suivre la marche des chronomètres ; et ne présumant pas d’être refusé dans la démarche que j’avais faîte de l’enseigne de vaisseau Bruat, j’avais chargé depuis quelque temps cet officier qui s’est adonné à ce genre de travail de suivre la marche du chronomètre de la corvette ainsi que celui qui m’appartient : je lui avais adjoint M. de Kérimel, élève de 1re classe, ce dernier qui vient d’être promu au grade d’enseigne est forcé de débarquer, et il n’y avait point d’élève pour le remplacer […]. Si Votre Excellence prend en considération les observations que j’ai l’honneur de lui adresser et qu’elle permette l’embarquement de l’Enseigne de vaisseau Bruat, il serait nécessaire de le faire savoir à Brest par une dépêche télégraphique44.

  • 45 Ibid.
  • 46 SHM Vincennes, CC7 584, dossier Cuneo d’Ornano.
  • 47 SHM Vincennes, CC7 1711, dossier François Xavier Masson.

43L’enseigne Bruat, ancien élève de l’école de Brest, est réclamé pour sa capacité à se servir de la montre marine, instrument créé peu avant la Révolution permettant de calculer avec exactitude la longitude en pleine mer. Il permet de passer de la navigation à l’estime à la navigation scientifique et demande une bonne maîtrise des mathématiques. Il semblerait que Bruat possède cette connaissance, les notations suivantes en témoignent : « jeune homme de la meilleure éducation et d’un zèle peu commun : son instruction théorique est complète : il est brave et généreux (M. Grivel 1818) » ; « donne les plus belles espérances : d’un zèle soutenu, d’une grande activité et de beaucoup d’instruction (M. Clémendor, décembre 1823) » ; « bonne conduite, observe parfaitement : a une grande habitude du cercle, un bon coup d’œil et manœuvre bien (M. Billard, Commandant la Diligente, 1825)45 ». La discipline et l’aptitude au commandement des anciens élèves sont appréciées comme nous le montre la notation de l’élève Annibal Cuneo d’Ornano : « a commandé un quart à ma satisfaction, bonne éducation, fera un bon officier, conduite digne d’éloges (M. Daurias, commandant la Bonite, 1820)46 ». L’élève François Xavier Benjamin Masson est loué pour sa maîtrise de l’artillerie : « sert très bien et avec zèle, tient bien sa batterie, c’est à son instruction que je dois l’instruction des chefs de pièces, bon artilleur, bon manœuvrier, mène bien son quart, c’est en général un officier recommandable (le capitaine de frégate Le Maître, commandant la Résolue, 1er septembre 1832)47 ».

  • 48 SHM Vincennes, CC7 775, dossier Jean du Parc.
  • 49 SHM Vincennes, CC7 1623, dossier Alexis Lugeol.
  • 50 SHM Vincennes, CC7 1623, dossier Jean Lugeol.
  • 51 SHM Vincennes, CC7 1340, dossier Aimable Jehenne.
  • 52 SHM Vincennes, CC7 164, dossier Auguste Bérard.
  • 53 SHM Vincennes, CC7 1610, dossier Victor Lottin.
  • 54 SHM Vincennes, CC7 1101, dossier Nicolas François Guérin.
  • 55 SHM Vincennes, CC7 863, dossier Auguste Jal.

44Il semble que les ambitions de Napoléon et Decrès, qui souhaitaient moderniser la marine par le haut, aient porté leurs fruits. Les anciens élèves sont appréciés pour leur discipline, leur aptitude au commandement et savent faire profiter la marine de leurs connaissances scientifiques, de l’hydrographie à l’artillerie. On trouve en outre, dans beaucoup des dossiers des officiers portés à notre étude, un intérêt pour la marine à vapeur. Jean du Parc48 de l’école de Brest met au point un système d’attache des roues à aubes ainsi qu’un curseur de direction sur les compas de routes utilisés sur les navires à vapeur. Ils ont acquis un goût pour les avancées techniques et une volonté de s’y impliquer. Ainsi Alexis Lugeol, ancien élève de l’école de Toulon, met au point un système de télégraphie nocturne49 ; son frère, Jean Lugeol, invente un système de hausse des canons adopté par la marine50. Cette culture scientifique pousse d’autres élèves aux explorations qui précèdent la colonisation comme Aimable Jehenne51 (Madagascar), Auguste Bérard52 (campagnes hydrographiques en Méditerranée) et Victor Lottin53 (il accompagne Dumont d’Urville, participe à une campagne d’observations dans l’Atlantique Nord). Par ailleurs, un certain nombre des anciens élèves des écoles spéciales embarque en 1817 avec Freycinet pour son tour du monde. On retrouve Aimable Jehenne comme commandant du Borda et de l’École navale en 1854. Un autre ancien élève des écoles spéciales l’y a précédé en 1847 : Nicolas François Guérin54. Rayé des listes de la Marine en 1817, Auguste Jal55 devient historiographe de la marine et fonde l’archéologie navale. Les autres élèves qui ont pu intégrer la Compagnie des élèves de la Marine ont pour la plupart une carrière relativement satisfaisante, même s’ils ne laissent pas tous leur nom à la postérité.

 

45Le destin des ESM est a priori dramatique puisqu’elles n’ont pas le temps d’atteindre une partie du but pour lequel elles ont été fondées : vaincre l’Angleterre grâce à un état-major instruit, discipliné et militaire, qui parvient à restaurer un esprit de corps dans la marine. Mais au-delà de l’épuration dont les élèves de la marine sont victimes, il semble que les ESM aient réussi à créer un véritable esprit de corps parmi les officiers de la marine française au XIXsiècle, un esprit militaire et un esprit scientifique. Malgré les restrictions dues à la guerre, et les difficultés à faire vivre des écoles dans des arsenaux, cet objectif semble atteint. Cette génération d’officiers commence à faire véritablement parler d’elle vers 1830, à l’époque de la prise d’Alger, à l’époque où la marine française du XIXe commence véritablement à se construire. Les anciens élèves commencent en effet à atteindre des grades de commandement et l’on retrouve leur nom dans différentes opérations menées : explorations, entreprises de colonisation et actes de guerre. Ainsi ces écoles créées en temps de guerre, avec des moyens assez réduits, ont véritablement contribué à la restauration de la marine du XIXsiècle qui crée l’École navale en 1830 et introduit la vapeur dans les escadres.

Notes

1 E. Chevalier, Histoire de la Marine Française sous le Consulat et l’Empire, Paris, 1886, p. 421.

2 Ibid., p. 59-60.

3 Ibid., p. 53.

4 Ibid., p. 421.

5 Auguste JAL, Souvenirs d’un homme de Lettres (1795-1873), Paris, 1877.

6 Commandant Alain Dermeliac, La Marine du Consulat et du Premier Empire, Nomenclature des navires français de 1800 à 1815, Paris, Éditions Ancre, 2003, 366 p.

7 Archives Nationales (AN), AF IV 1198, Rapport du 5 juin 1810 au ministre de la Marine et des Colonies.

8 Commandant Alain Dermeliac, La Marine du Consulat et du Premier Empire…, op. cit.

9 Service Historique de la Marine (SHM) Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier au Préfet Maritime, 6 juin 1812.

10 SHM Toulon, 2 A 106, lettre du ministre à M. Péridier, 1er juin 1812.

11 SHM Vincennes, CC1 203, lettres de Decrès aux préfets maritimes de Brest et Toulon, 10 janvier 1811.

12 SHM Vincennes, AA1 11, décret du 12 décembre 1811.

13 SHM Vincennes, AA 1 11, lettre du préfet maritime de Toulon, Lhermitte, à Decrès, 29 novembre 1811.

14 SHM Vincennes, CC7 1944, dossier Jean Péridier.

15 SHM Vincennes, CC7 919, dossier Charles Fourré.

16 SHM Vincennes, CC7 14, dossier Alexis Albert, lettre du 20 juin 1810.

17 SHM Vincennes, CC7 852, dossier Louis Faucon.

18 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier à M. Lhermitte, 20 mars 1812.

19 Ibid.

20 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Mazure Duhamel au préfet maritime, 15 septembre 1812.

21 Ibid., lettre de M. Mazure Duhamel au préfet maritime, 27 septembre 1812.

22 SHM Toulon, 2 A 211, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 16 juin 1812.

23 SHM Toulon, 2 A 455, lettre de M. Malin au préfet maritime, 8 mars 1814.

24 SHM Toulon, 2 A 224, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 9 mars 1814.

25 SHM Toulon, 2 A 413, lettre du ministre à M. Péridier.

26 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier à M. Lhermitte, 25 juin 1812.

27 SHM Toulon, 2A 216, lettre du préfet maritime à M. Péridier, 6 février 1813.

28 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier au préfet maritime, 25 juin 1812.

29 SHM Toulon, 2 A 442, lettre de M. Malin au préfet maritime, 24 janvier 1813.

30 SHM Toulon, 2 A 442, lettre de M. Malin à M. Lhermitte, 15 février 1813.

31 SHM Vincennes, CC1 791.

32 SHM Toulon, 2 A 455, lettre de M. Malin à M. Lhermitte, 2 juin 1814.

33 SHM Toulon, 2 A 224, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 13 juin 1814.

34 SHM Toulon, 2 A 413, lettre de M. Péridier au préfet maritime, 27 février 1813.

35 Auguste Jal, Souvenirs d’un homme de lettres…, op. cit., p. 35.

36 SHM Toulon, 2 A 224, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 5 mai 1814.

37 SHM Toulon, 2 A 224, lettre de M. Lhermitte à M. Malin, 24 juin 1814.

38 SHM Toulon, 2 A 128, lettre du ministre, M. Malouet, à Lhermitte, 22 juin 1814.

39 SHM Toulon, 2 A 128, lettre du ministre, M. Malouet, à Lhermitte, 24 juin 1814.

40 SHM Toulon, 2 A 137, lettre du ministre à M. Lhermitte.

41 SHM Toulon, 2 A 137, lettre du ministre aux officiers militaires, 24 août 1815.

42 SHM Vincennes, CC1 782 783.

43 SHM Toulon, 1 A3 5, lettre du ministre à M. Lhermitte, 29 février 1816.

44 SHM Vincennes, CC7 347, dossier Armand Joseph Bruat, lettre du capitaine de frégate de Venancourt au ministre, 9 mars 1821.

45 Ibid.

46 SHM Vincennes, CC7 584, dossier Cuneo d’Ornano.

47 SHM Vincennes, CC7 1711, dossier François Xavier Masson.

48 SHM Vincennes, CC7 775, dossier Jean du Parc.

49 SHM Vincennes, CC7 1623, dossier Alexis Lugeol.

50 SHM Vincennes, CC7 1623, dossier Jean Lugeol.

51 SHM Vincennes, CC7 1340, dossier Aimable Jehenne.

52 SHM Vincennes, CC7 164, dossier Auguste Bérard.

53 SHM Vincennes, CC7 1610, dossier Victor Lottin.

54 SHM Vincennes, CC7 1101, dossier Nicolas François Guérin.

55 SHM Vincennes, CC7 863, dossier Auguste Jal.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search