Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Troisième partie. Le Faisceau

Chapitre III. Les hommes de l’Action française comment on les manœuvre

Texte intégral

I. — Les hommes de l’Action française

1Je vous ai donné une vue sur l’Action française. Avant de vous faire le récit des événements où l’Action française a trahi les patriotes et pris la cause de la ploutocratie contre le peuple, il faut que je vous présente les hommes.

2Je les ai connus pendant plus de quinze ans. Très mal. Je vivais très peu avec eux. Tout mon travail économique a été fait en dehors d’eux, avec des hommes étrangers à eux. Une fois pour toutes, j’avais considéré que la direction politique appartenait entièrement à Charles Maurras et je me donnais complètement à mon action économique. Ma confiance en Maurras était entière. Ses doctrines personnelles m’exaspéraient, mais je n’admettais pas que cela fît partie du système politique.

3Nous savions fort bien l’un et l’autre que nous ne nous accordions pas. Mais cela ne donna pas lieu en quinze ans à une dispute, pas même à une discussion. Il savait que je savais qu’il me faisait surveiller, qu’il mettait à côté de moi un homme à lui, un mouchard. J’acceptais que le chef d’un mouvement puisse avoir une telle défiance, qu’il l’étendît à tout le monde, par précaution. Et j’ouvrais moi-même mes portes à ses mouchards.

4Je crois pouvoir dire que ma loyauté avec lui a été absolue. Preuve : pendant la campagne qu’il a menée contre moi, il n’a pas pu citer une seule action faite contre lui pendant quinze ans, ni même une parole. Pas un ligueur de l’Action française n’a pu lui rapporter une parole fâcheuse, un acte suspect. Sur les travers des personnes, nul ne m’a jamais entendu faire une réflexion. Tous ceux qui essayaient de critiquer l’un ou l’autre auprès de moi ont toujours été mal reçus. Ma critique, ouverte au surplus, a commencé en 1924, lorsque, dans la crise où nous étions, l’Action française est demeurée inerte.

5Mon attitude a fait que je n’ai bien connu les hommes de la maison qu’après la rupture. Mon jugement s’est fait entre 1921 et 1924, années pendant lesquelles j’ai vu de plus près les gens de la maison et où j’ai pu les éprouver dans les crises. Les conclusions que je tirais alors n’avaient d’objet que de me donner à moi-même l’ordre de faire ce que les dirigeants de l’Action française ne réalisaient pas. Mais je ne les vis sous leur vrai jour qu’après la rupture, lorsque je connus leur aptitude formidable au mensonge et à la calomnie.

6On m’a dit que j’aurais pu le voir avant. Il se peut. Mais pour nous, Maurras couvrait tout. Tous les familiers de l’Action française avaient la terreur des romans policiers de Daudet. Mais lorsque Maurras couvrait cela, on ne disait plus rien.

7Maurras a su se faire une figure avec un art admirable.

8Maurras est un homme de lettres, qui s’est fait une figure de penseur politique, et qui, avec un sens remarquable de la publicité, s’est fait proclamer génie. Et voici comment.

9Examinez son œuvre de près. Cherchez les idées. Vous ne trouverez pas grand’chose. Il a écrit des milliers de pages pour commenter, à propos de tout, le vers d’Homère : Le commandement de plusieurs n’est pas bon. En outre, il a fourni une sorte de théorie de l’aristocratie (et non de la monarchie), où il montre que les esclaves ne sont vraiment heureux que dans l’obéissance. Le commandement des cités doit appartenir selon lui à une aristocratie cultivée, qui sert la beauté, et qui tourne l’effort de tous — du bétail humain — au service de la beauté. Et il a pour le peuple un mépris spontané, extraordinairement profond.

10En dehors de cela, son œuvre est d’une pauvreté surprenante. Pas de philosophie de l’histoire, aucune tentative d’explication du monde moderne, une ignorance totale des forces qui agissent dans notre temps. Quant à toutes les techniques de notre époque, c’est pour lui lettre tout à fait close. Georges Sorel disait de lui qu’il est un philosophe de café. C’est exact. Il se croit poète et il ose publier des vers d’une prodigieuse platitude.

11Mais il possède l’art du langage, l’art d’habiller une pensée d’une effrayante maigreur, avec des vêtements éclatants, et si compliqués que l’on a peine à se rendre compte qu’ils ne cachent parfois que le souvenir d’une ombre de corps. Là, il est maître.

12Maître aussi dans l’invective, sous une autre forme que Daudet. Maître dans l’art de tromper, de noyer la pensée d’autrui. Et maître dans l’art de se faire prendre pour un autre homme.

13Rien de cela n’aurait beaucoup trompé nos contemporains s’il n’avait su organiser sa publicité. Et voici comme il s’y prit.

14Il écrivait pour des journaux lus par le plus bête des publics, au Soleil, et à la Gazette de France. Jamais les lecteurs de ces journaux n’avaient eu pour eux seuls un pareil écrivain. Ils n’y prirent d’abord pas garde. Mais Maurras flatta leurs préjugés. Sa théorie de l’aristocratie leur donna confiance. Et lui, il se mit à citer, dans ses articles, tous les journalistes de province qui écrivaient dans les feuilles de chou conservatrices. Un obscur rédacteur d’une feuille ignorée de chef-lieu de canton devint « notre éminent confrère et ami ». Du coup, le petit confrère salua Maurras du nom de Maître. Et la réputation de Maurras commença de se faire, amplifiée par les louanges des lecteurs de la Gazette, qui n’y comprenaient rien.

15Après quoi, Maurras passa à la presse parisienne. Il loua les rédacteurs des petites revues, qui n’étaient cités par personne. Et les rédacteurs des petites revues firent des articles sur Maurras et sa doctrine. Et les directeurs des revues un peu plus grandes connurent que le fait de citer Maurras vous valait un article dans l’Action française. Maurras, sous le nom de Criton tenait la Revue de la presse, qu’il surveilla toujours plus tard.

16Mais si, ami de la maison, vous faisiez un article, une étude de premier ordre sans citer Maurras, vous ne pouviez pas espérer être cité. En 1922-1923, je me suis amusé à faire une expérience entière : j’avais fondé les Cahiers des États généraux ; c’était, politiquement, d’importance. Je n’y citai jamais Maurras. Maurras ne cita pas une fois les Cahiers des États généraux.

17Après les revues, la presse de Paris, et les livres. La presse de Paris ne se laissa pas jouer comme celle de province, mais tout de même, elle se rendit. Quand on est traité de reporter de génie, il faut bien rendre la politesse.

18Pour les livres, ce fut autre chose. Un livre où Maurras était cité bénéficiait d’une publicité énorme. Sembat écrivit un livre intitulé : Faites un roi, sinon faites la paix. Il eut vingt articles dans l’Action française. Ce fut le coup de génie. Les éditeurs, et les auteurs connurent que Maurras faisait acheter par cent personnes intelligentes et un millier ou deux d’abrutis les livres où on le citait. Un courant s’établit. Faites un roman dans l’esprit de l’Action française, on vous lancera. Soit trois mille, cinq mille, dix mille exemplaires et au-delà selon le genre.

19Et ceci est devenu très grave. C’est une véritable maladie dans l’édition. Cela nous a valu toute une littérature de châtrés, de fabricants de bibelots pour gens du monde. À côté de quoi vous avez d’ailleurs un fait très différent, le lancement d’une littérature très faisandée, ou simplement forte, par Léon Daudet qui, lui, lance ce qui lui fait plaisir, et qu’il fait accepter par les conservateurs qui lisent le journal.

20La réussite de Maurras, c’est une réussite de publicité. C’est usé maintenant, et il n’en restera pas grand’chose d’ici quelques années. Mais cela a joué un rôle politique. Et c’est à l’abri de ce prestige littéraire, appuyé sur une organisation de matraqueurs, que les gens de l’Action française ont mené leurs campagnes de calomnies pour le compte des uns et des autres.

21Maurras est personnellement un homme d’une méchanceté calculée et odieuse. Il n’aime personne, ce que l’on peut admettre d’un homme politique, qui se doit à tous. Mais ses passions ne sont pas politiques ; elles sont affreusement personnelles. Il a des passions humaines qu’il a exprimées littérairement, ainsi un goût arabe et grec de la volupté. Il a inséré cela dans son esthétique, qu’il a insérée dans sa politique. Et c’est devenu les « idées françaises » pour lesquelles il appellera des hommes à la mort. Ses grandes haines sont scandaleusement personnelles. Elles ont parfois leur origine dans des incidents tout à fait privés. Tout Paris connaît un trait hideux de sa vie : il s’est acharné depuis plus de dix ans sur une personnalité parisienne dont la femme avait été dans son intimité. Il a travesti son ressentiment en haine patriotique. Je ne sais rien de plus ignominieux.

22Sa haine atteint une rare puissance lorsqu’on le touche dans ses idées. M. René Gillouin avait mis en question son génie. Pendant plusieurs années, il ne fut plus nommé dans l’Action française que le Babouin. M. Gillouin a fait amende honorable. Il est redevenu du coup un grand confrère.

23Maurras n’est pas un homme d’argent. Mais il a de grands besoins d’argent. Alors il tombe sur ses éditeurs. Je fus le principal d’entre eux. C’était une fonction difficile. Étant son collaborateur politique, j’étais sans résistance. Il emploie de singuliers moyens de pression. Il me citait parfois dans ses articles. J’étais sûr de recevoir trois ou quatre jours plus tard une demande d’avances. Pendant la guerre, tandis que j’étais au front, m’étant fait chef de corps franc pour — entre autres choses — faire honneur à l’Action française, et pour jouir d’une liberté dont j’avais besoin pour diriger la Nouvelle Librairie Nationale, il me fit cette injure de faire hommage de mon travail publiquement, à mon secrétaire, afin d’extorquer mille francs à celui-ci, sur ma pauvre caisse qui était terriblement à plat à ce moment-là.

24Il est désintéressé ; mais quand il a besoin d’argent, il faut que quelqu’un le lui donne. Il s’adresse à ses éditeurs, ce qui donne barre sur lui indirectement. Il ne sait d’ailleurs pas la valeur de l’argent. Et il fait dépenser l’argent autour de lui stupidement. Il a eu longtemps un traitement imbécile à l’Action française ; mais il lui fallait des avances ; et il faisait dépenser des sommes énormes en secrétaires, en attachés, en frais de retard, frais de corrections ; cela se chiffrait par centaines de mille francs. Je ne crois pas que cela ait beaucoup changé.

25Comment avons-nous pu penser que cet homme était un chef, et pourrait être un chef de gouvernement ? C’est l’effet de l’illusionnisme si bien manœuvré par lui.

26C’est en 1923 seulement que je commençai de le voir sous son véritable aspect. Mais je ne l’ai bien compris qu’après 1925.

27Je ne crois pas que Maurras soit royaliste. Il est maurrassien, pour le triomphe des idées maurrassiennes. Il a inséré cela dans le monarchisme, parce qu’il ne pouvait pas penser faire une dynastie. Mais il a signifié depuis longtemps, aux princes qu’il sert, qu’ils ne sont rien, et qu’il est, lui, le commandement. Il a pu faire accepter cela à son public.

28Mais son chef-d’œuvre, c’est sa consécration comme pontife : il est l’apologiste du catholicisme, et il était loué comme tel par des milliers de catholiques, et même par des évêques.

29Un jour, un Pape s’est avisé, après un autre, que l’apologie du catholicisme par Maurras vidait le catholicisme de tout christianisme. Il a mis l’Action française hors l’Église. Maurras l’a excommunié. Et c’est Maurras, incroyant, qui se fait obéir des catholiques d’Action française. C’est une des plus grandes farces que l’on ait vues. Que cela réussisse auprès de ces catholiques de nom et point de fait, qui paraissent nombreux à l’Action française, cela se conçoit. Mais l’énormité, c’est que la farce réussit auprès de véritables croyants, qui sont, il est vrai, d’une espèce tout à fait inculte. C’est sur le roc de leur bêtise, de leur épouvantable ignorance qu’est établie l’Action française.

30Il faut ajouter que Maurras dose ses attaques selon le nombre de matraques dont il dispose. Pendant la guerre, je demandai à Daudet de supprimer d’un de ses livres une attaque contre Simond de l’Écho de Paris. L’union sacrée me paraissait un motif suffisant. Daudet refusa. Maurras se fâcha, et déclara qu’on ne pouvait faire une pareille attaque sans les jeunes Camelots pour l’appuyer.

31Vous me direz que c’est là le portrait d’un vilain bonhomme, et que vous ne comprenez pas que je sois demeuré si longtemps avec lui. Je vous répète que je suis resté longtemps hors de son intimité, et que, lorsque j’ai commencé de voir ses tares, il était trop tard pour me retirer. Je m’étais donné à une œuvre dont il était le chef, et il n’y avait point d’autre chef possible.

32De Léon Daudet, je ne dirai rien, on sait pourquoi. Et l’on sait que je considère qu’il ne conduit rien à l’Action française.

33L’Action française est menée par les passions de Maurras et manœuvrée par deux hommes qui sont : Lucien Moreau et Maurice Pujo.

34Les autres, ce sont des figurants. Paul Robain, c’est une espèce de peau d’âne à l’usage des réunions. Vous tirez dessus, la bouche s’ouvre, et l’on entend : Monseigneur le duc d’Orléans, grand prince, le Roa. Ce n’est pas un méchant homme. Il se croit quelque chose ; mais ce n’est rien. Convaincu que l’Action française n’arrivera à rien.

35Robert de Boisfleury est un officier d’infanterie démissionnaire au moment des inventaires. Ci-devant blanc d’Espagne. Un homme égaré dans la vie, où il est incapable de faire un métier utile. Une bonne trogne rougeaude. Zézaie. Pas méchant. L’Action française est sa raison de vivre, mais il ne croit pas à la restauration.

36L’amiral Schwerer est un monomane de la parole. Serait très bien à sa place au Grand Cercle dans une ville maritime. Est ignorant de toute politique. Admire Maurras comme une brute. C’est tout.

37Le colonel Larpent est une des curiosités de la maison. Je ne l’ai connu que fort tard, un an avant de quitter l’Action française. Il était à l’armée. On parlait de lui mystérieusement. Il est pour moitié dans cet effarant Précis de l’affaire Dreyfus qui n’est qu’une suite de faits sans signification. On en parlait comme d’un génie. Il a eu une fameuse occasion de le montrer : la guerre. Il était commandant. Il n’a pas pu dépasser le grade de colonel. Quand je le vis, ce fut pour moi une déception énorme. En huit jours, j’avais découvert le plus fol imbécile que j’aie connu. Et d’un orgueil incomparable.

38C’est un grand corps dégingandé, les chaussettes en vrille, avec une tête de microcéphale, et des oreilles décollées. La sombre brute. Le vieux militaire abruti par la cigarette. J’ai été épouvanté. J’ai commencé d’entrevoir que, avec des gens de cette espèce, l’affaire Dreyfus pouvait avoir été une fantastique histoire construite sur rien du tout.

39Cet ahuri fit venir un jour M. François d’Anglejan qui était au Faisceau, et il lui administra la preuve que j’appartenais à la Sûreté générale : premièrement parce que mon fils aîné ayant été arrêté pour injures et coups à agents avait été relâché sans suite (il n’omettait qu’une chose : que ce résultat avait été obtenu par un avocat de l’Action française) ; deuxièmement, parce que, pendant la guerre, j’avais été attaché au service des Renseignements, où, disait-il, il n’y avait que des officiers de l’active et des inspecteurs de la Sûreté générale, ignorant que, pendant la guerre, le service des renseignements a comporté des annexes, comme le service d’interrogatoire des rapatriés où je fus et où l’on affectait sans examen les combattants de tout rang, un peu cultivés, qui étaient capables de tirer des rapatriés des renseignements sur les travaux faits à l’arrière du front et sur les mouvements de troupes.

40C’est le type à qui vous pourrez faire accepter toutes les bourdes sur les franc-maçons et les juifs.

41Cet individu est devenu un des rouages essentiels de l’Action française. Il obéit aveuglément à Maurras. Mais il n’invente rien, pas même la poudre.

42Bernard de Vesins n’est jamais à l’Action française quand il y a une décision à prendre. Il suit les courses, il fait des tournées en province et, dès que quelque grosse difficulté se produit, il part pour ses terres, où il mange et médite. C’est un grand et gros corps de près de deux mètres de hauteur, au bout duquel il y a une cravate La Vallière bleue à pois blancs et une petite cervelle. Ce corps se meut lentement et le moins possible. Sa réputation de paresseux est bien établie. Il se donne l’allure du gentilhomme qui est au-dessus de l’élégance, qui se rappelle avoir été joli garçon et qui veut avoir l’insolence bienveillante du Grand Siècle. Mais on le démonte très facilement. Il servait de couverture religieuse à l’Action française. C’était le grand catholique. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir une remarquable aptitude au mensonge, au moins au mensonge politique. Il est affreusement conservateur ; il lui faut des paysans sales, ignorants, et plats. À ce point de vue il est odieux. Mais donnez-lui des honneurs et vous ferez de lui ce que vous voudrez.

43Marie de Roux, avocat, soixante mille francs de traitement, plus les frais de voyage. Couche rue de Rome, sur un canapé, pour économiser les frais d’hôtel, son domicile étant à Poitiers. Se dit marquis. Au Palais, il insulte à forfait pour le compte de ses maîtres. Lorsqu’il rentre rue de Rome, il dit : « En somme, nous n’avons pas grand’chose contre nos adversaires » ; alors Maurras se fâche, monte au-dessus du droit, et Marie de Roux se tait et obéit.

44Jacques Bainville donne des articles à tous les grands journaux républicains. Il s’est fait une très belle situation. Il est reçu partout et reçoit tout le monde. Sa maison est le centre de liaison générale entre l’Action française et le monde officiel. Il ne ne croit pas un instant à la possibilité d’une restauration, parle avec mépris de « nos fanatiques du coup de force », n’aime pas du tout les campagnes d’injures de l’Action française ; il voudrait bien se séparer de l’équipe, mais n’osera jamais. Il a peur de son ombre. Une réunion de dix personnes le met mal à l’aise. Pendant la guerre, il était malade à Paris, à la pensée qu’il irait au front. Maurras le fit réformer. Ce sont des choses qui se paient. Briand le chargea d’une mission en Russie.

45Depuis, il écrit beaucoup d’articles qui lui rapportent des sommes vraiment grosses. On lui a fait la réputation d’un grand diplomate. C’est une réputation tout à fait usurpée : en juillet 1914, il comptait que les Allemands seraient à Paris au 15 août ; à l’avènement de Mussolini, il a prédit quinze jours de durée au fascisme. Pendant la guerre, il ne croyait pas possible la victoire des Alliés. Il écrit agréablement des livres d’histoire qu’on lit comme des romans, parce qu’ils n’exigent pas plus d’effort intellectuel qu’un roman d’Henry Bordeaux.

46Il gagne bien sa vie et fait de bons placements.

47Lucien Moreau est, à ma connaissance, le plus moderne et le plus intelligent de la maison. Il serait devenu quelque chose hors de l’Action française qui l’a stérilisé. Il sort de la maison Larousse, dont il était un des héritiers. Il sait ce que c’est que la vie moderne. Mais pour son malheur, il a passé presque toute sa vie auprès de Maurras, dont il est le père Joseph. Il en a été désaxé, s’est tenu pour l’inspirateur du plus grand génie politique, et il en est devenu fou. Je dis fou, car il y a de la folie dans son cas. Pour lui comme pour les gens de la maison, les plus petites histoires de l’Action française sont d’intérêt universel. Mais chez lui, c’est devenu maladif. Il vit en dehors de tout ; il y a pour lui, d’abord l’Action française, ensuite les abonnés de l’Action française, et ensuite l’univers sous forme d’une nébuleuse, et après il n’y a rien. Les actes des membres des Comités directeurs de l’Action française sont mis par lui sur le plan actuel des Actes des Apôtres, et les incidents de leur vie prennent la même valeur actuelle que les symboles de l’Evangile. Passez-moi cette image pour me faire entendre ; il se regarde comme s’il rédigeait la Bonne nouvelle selon saint Lucien Moreau. Lorsque, tout à coup, il se trouve en public, cela produit une étonnante dénivellation : ceux qui l’entendent sont dans la stupeur. Ils découvrent un homme obsédé, regardant l’humanité du haut de sa folie lucide, et parlant comme pourrait le faire le Souverain Juge. Alors, cela devient d’un comique inouï, qui dépasse les forces du rire.

48Soyez assuré que c’est lui qui a trouvé cette phrase formidable qui a figuré dans la réponse de l’Action française au Saint-Siège : L’ACTION FRANÇAISE EST NÉCESSAIRE AU SALUT DU PAYS. SI CELA N’EST PAS CERTAIN, RIEN N’EST CERTAIN. C’est du Moreau tout pur.

49Il n’y a pas d’autre mot que celui de folie pour nommer cet état d’esprit. Lucien Moreau est fou. Et c’est un fou d’autant plus dangereux qu’on ne le voit presque jamais en public. Il voit dix personnes. Il passe de son appartement du quai d’Orléans, où il vit seul, à son bureau de l’Action française, où il est administrateur-délégué, et où il voit ses dix complices. Il va de l’un à l’autre, sombre, le regard fixe, étrangement animé d’une flamme froide. Il est fou. Et il a peur. Lorsqu’il est obligé d’assister à une réunion, il a peur. Il se raidit, il fait un effort considérable ; il tient pour une heure ou deux. Et il est malade pendant deux jours. Son cœur ne tient pas.

50Voilà le principal conseiller de Maurras. Et c’est lui, et non Maurras, qui prend les décisions avec Pujo ou avec Larpent pour les opérations de l’Action française.

51L’affaire des Purges, l’agression de l’Action française contre le Faisceau à la salle d’Horticulture, et la plupart des petits coups de main de l’Action française, c’est du Moreau, cela vient de cet homme qui ne sort pas de son cabinet de travail, et qui s’évanouirait dans une bagarre.

52Lucien Moreau a été autrefois un homme donnant de grandes espérances, orgueilleux, mais que la vie aurait dressé. L’Action française l’a rendu fou. On ne vit pas impunément dans cette serre chaude. Il a de réelles qualités d’administrateur ; sa folie les a diminuées. Il y apporte son orgueil. Il perdra des centaines de mille francs par entêtement ; j’ai vu cela. Il a un goût pervers pour les procès, où il se croit habile. Il est responsable de tous les procès commerciaux que j’ai eus avec l’Action française : il les a tous perdus. Mais il persévère.

53J’ai eu pour ce drôle de corps une véritable amitié, qui est allée jusqu’à l’affection. Moreau se rendait à la raison ; il est vrai que je vivais pour partie dans sa folie, lorsque je considérais que l’Action française était le centre du monde, — c’était notre folie collective. Mais on pouvait arriver à s’entendre avec Lucien Moreau. Lorsqu’il y avait une difficulté dans la maison, nous l’examinions ensemble. Nous arrivions toujours en une heure à un résultat satisfaisant. Maintenant son orgueil est engagé dans la voie de la folie. On ne l’en sortira plus, sauf miracle. Il ne croit pas un mot des calomnies qui ont été lancées contre moi. Il est, là-dessus, plus éclairé que quiconque. Nous savons l’un et l’autre pourquoi jamais il n’a pris à sa charge une seule de ces calomnies. Au procès que j’ai fait à l’Action française, il n’a fait qu’un long discours de maître d’école pour déclarer que je ne suis pas un chef, ce qui dépasse sa compétence. Et ce fut tout. Pourquoi s’est-il associé à la campagne de calomnies de l’Action française ? C’est incompréhensible. Mon explication est que, pour des fous lucides de cette espèce, le fait de quitter l’Action française est un tel crime que cela justifie tout. C’est de la folie.

54Lucien Moreau, est, avec Pujo, membre du conseil secret de l’Action française, qui comprend, avec eux, Charles Maurras. Chaque dimanche, ces trois hommes s’assemblent, mangent, boivent et délibèrent. C’est là que Pujo fait accepter ses vues à deux hommes dont il retourne le jugement.

55Maurice Pujo, c’est l’inexplicable. Je vous ai dit que c’est un raté, qui a une jalousie féroce à l’égard de tout ce qui marque un peu. Or c’est lui qui est le vrai maître à l’Action française. Par quelle aberration ? Par quel mystère ?

56Il est bête. À l’Action française, on le nomme « mes-pieds », parce qu’il a de grands pieds, inquiétants à tous points de vue, et que son intelligence vaut celle de ses pieds. Il donne l’impression de la saleté physique et morale. C’est un grand diable irrégulier, mal articulé, qui a toujours l’air d’être sur le point de se démonter en plusieurs morceaux. Il a un visage barbu, avec une barbe de l’autre siècle, comme il n’y en a plus en France. Il est ridicule. Il est grotesque. Il bafouille. Il est disgracié de toutes manières. Et sa marotte est d’être aimé pour lui-même et admiré pour des actions qu’il n’accomplit pas.

57C’est un bohème. Il se lève à trois ou quatre heures après- midi. Il n’est réveillé qu’à neuf ou dix heures du soir. Avant, il rêve. Il rêve aux grandes actions qu’il accomplira certainement et qui mettront fin, d’une manière décisive, à la rigolade folle qui saisit tous les gens de la maison lorsqu’ils apprennent que Pujo est chef de l’action.

58Sachez d’ailleurs que « l’action » cela consiste, pour Pujo, à faire défiler les Camelots, une fois l’an, devant les statues de Jeanne d’Arc, à bousculer Marc Sanguier, à tomber à deux cents sur une douzaine de fascistes pour bousculer une première réunion malgré la foi jurée ; à balader un âne nommé Jonnart au Quartier latin, et à envoyer Georges Calzant, avocat à la cour, uriner dans ma boîte aux lettres.

59Naturellement, Pujo se rend bien compte que ce n’est pas suffisant. Alors suçant sa pipe, il rêve, et il voit Pujo à cheval, acclamé par le peuple, et foulant aux pieds Gressent-Valois.

60C’est un vieil étudiant moisi. Voulez-vous le voir ? Voici de lui une image fidèle, qui le peint. Une personnalité de son arrondissement alla le voir un matin à son domicile : elle trouva Pujo en caleçon blanc-gris et en bonnet de coton, dans sa chambre où le lit était défait, entre une table de nuit supportant les pipes et le tabac, et, outrageusement visible, un récipient qui n’était point vide.

61Pujo n’a jamais rien fait de sa vie. S’il n’était pas à l’Action française, il ne pourrait pas gagner son pain, car il ne sait pas écrire. Il s’est fait le domestique de Maurras ; il a réussi dans sa place, où il s’est donné le rôle du vieux chien que l’on repousse, mais que l’on tient tout de même dans la maison.

62Mais, c’est là qu’est le mystère, il est devenu le maître.

63Maurras le méprise formidablement, et le traite comme un chien. Je l’ai entendu hurler à Pujo : « Taisez-vous ! vous êtes un imbécile ! » Et Pujo va dans son coin, tire sur sa pipe, sachant qu’il triomphera plus tard. Et Pujo est le maître. Après la mort de Plateau, il a pris en mains la police de la maison ; il a constitué ses dossiers sur chacun. Il a quelques domestiques qui ramassent son butin dans les poubelles, et rien n’arrive à Maurras qu’après avoir passé par ses mains.

64Il est arrivé à faire régner la terreur dans le personnel administratif et rédactionnel de la maison. Tous ou presque tous ont été accusés d’appartenir à la police. J’ai assisté à ces comédies. J’y ai même été pris parfois. Et j’ai vu comment, avec un peu d’astuce, on trouble tout le monde. Édouard Ergal, administrateur, vieux militant, fut ainsi mis en suspicion. Au bout de quinze jours, tous les gestes d’Ergal étaient tenus pour inquiétants. Berger lui-même, peu de temps avant d’être assassiné, était signalé comme peu sûr. Avec ces procédés-là, vous empoisonnez une maison. Surtout si, en outre, vous dénoncez aux intéressés leurs dénonciateurs, vrais ou faux.

65Pujo a acquis une véritable maîtrise dans l’organisation de ce service ; il y est aidé par quelques domestiques, dont le premier est un certain Pierre Lecœur, dont la platitude et l’hypocrisie sont écœurantes. J’ai eu cet individu à mon secrétariat, et j’ai pu voir ce qu’il a au fond de l’âme. J’avais alors, c’était en 1913, à la Nouvelle Librairie Nationale, un garçon magnifique, Joseph Boissier, travailleur de premier ordre, hercule au visage romain : il était de beaucoup mon cadet (il avait vingt- cinq ans et j’en avais trente-cinq), mais ses qualités éminentes, sa droiture, m’avaient donné pour lui une amitié fraternelle. Lecœur était affreusement jaloux de Boissier. Un jour, de complicité avec quelqu’un de la librairie, Lecœur organisa une disparition de beaux livres reliés, de telle manière qu’une accusation dût aller vers Boissier. Boissier et moi, nous pûmes tirer d’affaire au clair en une soirée ; Boissier eut pitié du garçon ; il n’y eut pas de sanction en dehors de la leçon donnée. Dans la suite, ce Lecœur livra à de jeunes intrigants ce qu’il entendait dans mon cabinet.

66Il avait vingt et un ans. Pendant la guerre, il sollicita son pardon. Je l’accordai. Il était embusqué. Boissier, au premier rang, fut tué, après avoir conquis en quelques semaines, ses galons d’officier, la médaille militaire, deux citations, trois blessures. Il avait lui-même pardonné. Pendant la guerre la famille Lecœur entoura la mienne, c’était une précaution pour l’avenir du jeune homme, que je repris en 1918. Je dus le pousser dehors en 1921. Il fut pris par Pujo, avec mon consentement, car j’avais eu pitié une seconde fois. Il réussit admirablement dans le mouchardage, et fit campagne contre moi très rapidement. On le fit venir au procès pour lui faire sortir, contre mon fils aîné, une histoire de sa onzième année, recueillie dans l’intimité de ma maison par les gens de sa famille, et complètement déformée au surplus. C’était immonde. Le président du tribunal, qui en a vu de toutes les couleurs, en était écœuré.

67Ce vilain bougre est détesté par les commissaires d’Action française et par les Camelots. Pujo l’impose. Le règne de Pujo est établi sur la collaboration de gens de cette espèce.

68Depuis la mort de Plateau, l’organisation du mouchardage est vraiment sérieuse à l’intérieur de l’Action française. Je ne parle pas de la surveillance nécessaire dans un mouvement politique. Je parle du mouchardage. Après ma rupture avec l’Action française, j’ai été mis au courant par les hommes qui, restant avec Maurras, tenaient à me faire leurs adieux.

69— C’est une honte, m’a-t-on dit. Nous restons à cause de Maurras, et nous lui demeurerons fidèles. Mais nous sommes sous le règne absolu de Pujo, mouchardés, brimés, humiliés.

70J’étais abasourdi. Et mes amis du Nouveau Siècle autant que moi. Nous avons vu deux hommes pleurer en nous disant leur humiliation :

71— Vous ne le saviez pas, me dit-on. À partir de janvier 1925, Pujo vous a ouvertement combattu devant tout le monde.

72— Et Maurras ?

73— C’est incompréhensible. Il subit Pujo. Il l’injurie ; mais il le subit. C’est le roi fou. Pujo est le maître.

74Personne n’a pu me dire pourquoi ni comment. Plusieurs personnes m’ont fourni une même explication. Je ne la donne pas, pas même à titre d’hypothèse, car je ne pourrais citer un fait certain à l’appui de cette explication.

75Mais vous serez libre de trouver vous-même une explication que je vais vous dire sur les moyens par lesquels on manœuvre l’Action française, moyens sur lesquels j’ai des certitudes directes, absolues.

II. — Comment on manœuvre l’Action française

76Et premièrement, Maurice Pujo connaît tout ce qui concerne les personnages principaux de l’Action française. Il connaît les situations ahurissantes, où l’Action française et la Troisième République sont associées, et qui fourniraient, le cas échéant, la matière de quelques jolis scandales. J’ai été renseigné là-dessus par un citoyen extérieur à l’Action française que j’ai exécuté avant de quitter la maison, et qui, manifestement, tenait ses renseignements de source très sûre. J’ai pu vérifier, depuis deux ans, que cela n’est pas très mystérieux à Paris. Il est bon de noter que ces situations sont nécessairement connues des Services spéciaux de l’Intérieur, et de tous les petits journaux qui en dépendent, et que tout le monde est là-dessus aussi discret que Pujo.

77Deuxièmement, l’Action française est en liaison directe, constante, avec Mandel, l’homme de confiance de Clemenceau. Cela date des affaires contre Caillaux. Mandel s’est servi de l’Action française non seulement contre la trahison, mais contre les ennemis de la politique de Clemenceau. À cette époque, et jusqu’au 11 novembre 1918, onze heures du matin, les intérêts de la France et de l’Empire britannique coïncidaient.

78Après, ils ont divergé. La liaison Mandel-Maxime Réal-Pujo- Daudet a continué.

79Troisièmement, il y a ce que nous avons dit de M. Anatole de Monzie, qui n’appartient pas du tout au même clan que Mandel, mais qui a pris ses sûretés du côté de l’Action française, pour s’éviter des désagréments de ce côté-là.

80Quatrièmement, il y a François Coty, qui, depuis 1925, verse d’abondantes subventions à l’Action française. En octobre 1925, je lui avais conseillé moi-même de les fixer à deux millions par an, ceci dans le temps où je le tenais pour un Mécène qui voulait se défaire de l’odeur de la marchandise qu’il vend.

81L’Action française est suspendue à François Coty depuis ce temps. Elle ne peut plus se libérer.

82Cinquièmement, il y a les ministres qui passent à l’Action française les documents qu’ils ne veulent pas faire publier dans des journaux républicains, afin que l’Action française fasse la campagne destinée à démolir l’adversaire. M. Philippe Berthelot sait à qui il doit la campagne qui le fit tomber un jour de son poste.

83Sixièmement, il y a les jolies personnes qui sont les amies des ministres sous l’œil attendri de Charles Maurras, lequel attend toujours que l’une d’elles devienne la nouvelle Aimée de Coigny et fasse signer l’ordre du coup de force par son amant. Mais ces jolies personnes font la liaison dans les deux sens, et finalement au bénéfice du régime que prétend combattre Charles Maurras.

84Septièmement, etc., il y a encore bien d’autres moyens.

85Mais il y a des moyens bien curieux.

86En 1927, à propos de la fuite de Léon Daudet, qui rendit de si grands services au gouvernement, et qui donna une si grande satisfaction à Maurice Pujo, on perquisitionna chez celui-ci, et l’on trouva des documents qui intéressaient Maurras et une autre personne.

87La disparition de ces documents (que diable faisaient-ils chez Pujo ?) causa à Maurras une angoisse folle, si folle que, croyant que la Sûreté, qui les avait saisis les avait remis à un de ses principaux adversaires du monde religieux, il fit une folle démarche auprès de cette personnalité, qui ne savait rien du tout, et se livra à elle comme un petit enfant.

88Les documents sont vraisemblablement toujours entre les mains de ceux qui les ont découverts, et il est probable qu’ils sont toujours aussi dangereux pour Maurras qu’à la fin de 1927. Mais leur saisie chez Pujo fait une certaine lumière sur le singulier pouvoir de cet homme sur Maurras.

89Ou Pujo est un confident total, ou il surprend les secrets de ses amis. En tout cas, les documents pris chez lui demeurent, et il est probable qu’ils sont allés rejoindre ceux grâce à quoi tout gouvernement est en mesure de faire sombrer l’Action française au milieu de scandales irrésistibles.

90Je termine ce chapitre par un trait qui montre que les gouvernements n’auraient même pas besoin de ces scandales : le ridicule leur suffirait.

91Presque tous les chefs de gouvernement ont reçu de Léon Daudet une demande de protection à chaque menace communiste ou anarchiste contre l’Action française.

92Pour un chef de parti qui déclare mettre toute la police dans sa poche, c’est évidemment grotesque.

93Je conclus : l’Action française est vulnérable et manœuvrable par la plupart de ses éléments dirigeants et leurs amis immédiats. De quand date sa corruption ? Je crois que cela date de la fin de la guerre, à partir du moment où il y eut collaboration entre elle et les services spéciaux de Clemenceau. Et c’est alors que les actes de terreur sont venus.

94Et l’Action française, pénétrée et manœuvrée par un grand clan de la vieille république parlementaire, terrorisée par l’autre clan, et sans réaction devant celui-ci, l’Action française a perdu toute liberté de mouvement.

95Et les deux clans l’ont manœuvrée contre nous, contre notre nouvelle équipe qui n’était ni vulnérable, ni manœuvrable.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search