Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Troisième partie. Le Faisceau

Chapitre II. Bref chapitre exposant la trahison de l’Action française

Texte intégral

11° L’Action française s’est constituée en 1920 pour renverser le régime parlementaire par un coup de force.

22° De 1900 à 1925, elle a combattu et finalement dissocié tous les groupements nationaux, catholiques, libéraux, nationalistes, royalistes, bonapartistes, qui croyaient à la possibilité d’une action parlementaire. Et après avoir pris l’ascendant, au nom de l’antiparlementarisme, sur tous les groupes de droite, elle a présenté des candidats aux élections législatives.

33° Elle a laissé passer toutes les occasions de coup de force. Elle n’a jamais entrepris une action décisive.

44° Elle a mené des campagnes violentes contre Aristide Briand, Joseph Caillaux, Édouard Herriot, Jean-Louis Malvy, et, à certains moments, elle a eu l’air d’avoir leur « peau ».

55° Or, en 1925, s’ouvre la grande crise de régime, pleine d’incertitudes malgré les précautions prises par les ploutocrates. Et conformément aux prédictions, la crise est déchaînée contre le peuple, par la ploutocratie alliée aux politiciens. Tous les grands ennemis de l’Action française sont au pouvoir ou y passent.

66° L’Action française n’a rien préparé, elle est prise au dépourvu. Mais l’un des siens, c’est moi-même, qui a prévu la crise dès longtemps, a préparé une grande alliance nationale, non pour faire la monarchie, mais pour sortir du vieux régime parlementaire et créer l’État moderne, et la dernière carte de la dynastie pourra être jouée, ouvertement, loyalement, avec toutes les chances que l’on peut réunir.

77° L’Action française possède toutes les certitudes sur l’homme qui se place en tête du mouvement. Elle le connaît depuis plus de quinze ans. Elle sait que nul n’a prise sur lui. Elle connaît dans ses moindres détails, par le beau-père de Jacques Arthuys, qui demeure avec elle, la naissance du Faisceau. Elle ne peut donc commettre aucune erreur. Elle a l’absolue certitude que l’homme qui s’est placé en tête du mouvement ira droit au but qu’il s’est fixé en plein accord avec elle-même.

 

8Et c’est dans ces conditions, connaissant le plan de campagne du Faisceau dans tous ses détails, que, se détournant de ses ennemis Briand, Caillaux, Herriot, Malvy, abandonnant toute campagne contre M. Horace Finaly, ne s’occupant pas d’agir elle-même pendant cette crise pour se mettre en tête du mouvement national, à partir du 15 décembre 1925 et jusqu’à l’établissement solide du ministère Poincaré, elle n’a connu qu’un ennemi, un seul, qu’elle a combattu avec acharnement, pendant tout ce temps, par la plus grande campagne de mensonges et de calomnies qui ait été menée depuis des décades contre un homme politique.

9Cet ennemi, c’était moi. Par sa campagne, elle a rendu impossible l’union des forces nationales et syndicales. Le Faisceau a pu empêcher l’effondrement total du franc ; il a fourni les premiers appuis du redressement. Mais le régime du vieux parlementarisme et la ploutocratie ont été sauvés, au moins temporairement.

10Par l’Action française.

Conclusions

11En 1925 et 1926, l’Action française a trahi

  1. Ses princes, c’est affaire entre elle et eux ;

  2. Ses troupes, c’est encore une affaire intérieure ;

  3. Les patriotes qui la croyaient leur alliée contre le vieux parlementarisme et contre les puissances d’argent.

12Quelle est la raison de sa trahison ?

13Est-ce l’orgueil de fols qui croient être seuls capables d’accomplir une œuvre ? Est-ce le résultat d’une collusion entre elle et la haute police de l’État ? Entre elle et les hautes puissances financières ? Ou d’une pression étrangère ? Il y a de tout cela. Et nous allons chercher la vérité ensemble.

14Mais que l’on sache bien, dès maintenant, que l’Action française n’est pas une simple secte politico-littéraire : c’est l’instrument par lequel, sous le couvert du patriotisme, des gouvernements, des potentats de la finance, ou même de grands services étrangers essaient d’atteindre ceux de leurs adversaires qu’ils ne peuvent combattre ouvertement.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search