Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Troisième partie. Le Faisceau

Chapitre premier. Fondation du Faisceau

Texte intégral

1Octobre 1925. Une grande angoisse dans toute la France. La ruine financière de l’État apparaît. Aucun espoir de relèvement par les moyens parlementaires ni par les moyens des groupes existants. Au bout de la crise, un gouvernement socialiste bousculé par les communistes. Et l’inconnu.

211 novembre 1925. À la salle Wagram, nous proclamons fondé le Faisceau des combattants et des producteurs. Philippe Barrès, Jacques Arthuys et moi-même nous appelons nos camarades à l’action pour la construction de l’État nouveau. Une assistance soulevée par l’enthousiasme chante la Marseillaise.

3Et plusieurs compagnies de combattants, en chemises bleues, montent à l’Arc-de-Triomphe, font serment, devant le camarade inconnu, d’accomplir le vœu des morts.

4Un grand frémissement dans toute la France. Une grande espérance se lève. Les enrôlements se font par dizaines et centaines. Le Faisceau est fondé, lancé. Nous nous portons d’un bond en tête du mouvement national.

5À ce moment-là, il parut que nous partions pour une réussite foudroyante. La presse nous fit un accueil tout à fait courtois. Et même au-delà de la courtoisie. L’histoire est faite de malentendus, dont quelques-uns durent. À l’origine du Faisceau, en France, il y a une foule de malentendus.

6La presse attendait un autre Faisceau que le nôtre. Nous arrivâmes les premiers. On en prit son parti. Et notre Faisceau bénéficia d’une atmosphère qui avait été préparée pour d’autres.

7L’autre fascisme, c’était celui de M. Pierre Taittinger, dont je puis bien dire qu’il était tout à fait conforme aux vues de ceux qui voulaient lancer les colères populaires contre le socialisme.

8M. Camille Aymard, ci-devant notaire en Indochine, et à qui sa réputation de notaire vaut des ennuis à Paris, M. Camille Aymard lançait à ce moment son livre :

9Bolchevisme ou Fascisme ? Français, il faut choisir.

10Et M. Pierre Taittinger avait organisé une grande réunion à Luna- Park, avec remise de drapeaux. On fêtait la fusion des Jeunesses patriotes et de la Légion fondée par Rédier. C’était le Faisceau.

11Nous arrivâmes quelques jours avant M. Taittinger. Mais nous n’étions pas un fascisme de tout repos. Nous étions un fascisme anti-ploutocratique. On laissa jouer en notre faveur les forces de la publicité. Mais on mit tout sur pied pour nous barrer les routes dans les directions où nous voulions recruter : producteurs, combattants, républicains, socialistes, communistes. Et l’on travailla tout de suite à nous décapiter.

12L’Action française demeurait stupide devant notre succès. Elle était convaincue que nous allions à un échec. La réussite la prenait au dépourvu.

13Il est vrai que notre réussite allait contre les prévisions faites. Un mois plus tôt, au jour de la rupture avec l’Action française, nous étions isolés. Mathon s’était séparé de nous. À la suite d’un entretien décisif sur le problème ouvrier, nous avions rompu.

14Je maintenais la nécessité d’un syndicalisme ouvrier absolument libre, agissant sur les chefs d’entreprise pour les obliger à la création.

15Mathon voulait placer le syndicalisme ouvrier sous la surveillance patronale dans des organismes corporatifs coupant les liens de classe entre les ouvriers mais les maintenant entre les patrons.

16— Si vous maintenez vos thèses, me disait Mathon, vous ne trouverez pas un sou dans le Nord.

17— Nous travaillerons sans les gens du Nord.

18Nous nous séparâmes. Je le regrette. Nous avons eu depuis de détestables rapports. Sachant parfaitement que l’Action française mentait dans sa campagne contre moi, il l’a soutenue à gros deniers par haine du syndicalisme chrétien. Il nous a combattus avec violence. Il a fait répandre dans le Nord par ballots les numéros de l’Action française par lesquels on voulait me déshonorer. Mais je sais trop comment Désiré Ley a agi auprès et autour de lui. Et puis, je lui avais voué une grande amitié. Et dans celle qu’il me témoignait, il y avait vraiment autre chose que le souci du grand capitaliste.

19Après la séparation avec Mathon, le Nord nous lâcha complètement.

20À Paris, François Coty jouait avec nous un jeu singulier. Sachant ce que nous savons aujourd’hui, nous ne pouvons plus nous méprendre sur son action d’alors. Il est certainement un de ceux qui ont le plus travaillé à la rupture, tandis que l’on y travaillait d’un tout autre côté.

21Je tiens à marquer qu’il sut faire naître entre nous l’incident destiné à déchaîner la bataille. Le lendemain de notre rupture avec l’Action française, nous étions chez lui. Il ouvrit la conversation par une scène.

22— Messieurs, quel jeu jouez-vous ? Soyons francs. Vous soutenez M. de Monzie : voici un article de M. Maurras qui est un scandale.

23— Monsieur, hier nous avons rompu avec l’Action française.

24— Messieurs, on ne me trompe pas. Je sais à quoi m’en tenir. Vous n’allez tout de même pas me dire que vous ignorez les relations de l’Action française avec M. de Monzie ! Nous étions trois. Nous nous regardâmes. Nul ne savait. Je ne connaissais jusque-là que de vagues relations personnelles entre Charles Maurras et Anatole de Monzie.

25— Allons, messieurs ! vous ne me direz pas que vous ignorez que le ménage Monzie voit le ménage Bainville toutes les semaines.

26Nul de nous n’avait là-dessus la moindre indication. M. François Coty nous a bien « possédés » ce jour-là. Il avait l’air si naturellement indigné ! Je ne le fus pas moins que lui. J’avais donc été tenu à l’Action française dans l’ignorance de ce fait que l’un de mes principaux collègues était en amitié avec l’homme dont je combattais à fond la politique financière ! Du coup, les manœuvres de l’Action française pour m’exclure prenaient une nouvelle signification. M. Anatole de Monzie, c’était le groupe politique qui prenait ses inspirations chez M. Horace Finaly. L’Action française était donc manœuvrée par Horace Finaly que je combattais depuis plusieurs années, en le désignant comme l’auteur de toutes les manœuvres pour faire effondrer le franc.

27M. François Coty s’indigna avec nous de l’ignorance où nous étions. Il compléta nos renseignements. Je ne cache pas que j’étais dans un bel état de colère contre l’Action française lorsque nous sortîmes.

28Néanmoins, j’eus une hésitation. Nous connaissions fort peu M. Coty. Ses mobiles à cette époque nous étaient complètement inconnus. Je me réservais. Jacques Arthuys apporta deux ou trois jours après un article où il accrochait Anatole de Monzie. Nous tînmes conseil. Nous fîmes passer l’article.

29Le lendemain, Maurras me demandait un rendez-vous d’urgence.

30Il vint chez moi, dans un état de fureur contenue indescriptible. Il refusa de s’asseoir.

31Il me donna d’abord des renseignements tout à fait mauvais sur un certain Marcel Bucard qui travaillait avec nous. Il croyait devoir à notre amitié de me mettre en garde contre ce personnage. Les renseignements étaient précis. Je le remerciai. Mais ce n’était qu’une entrée en matière.

32Il me demanda d’arrêter toute campagne contre Anatole de Monzie, au moins jusqu’après le procès Bajot qui allait être jugé. Monzie, disait-il, nous a fait des promesses pour l’affaire Bajot. Je vous le demande au nom de ce que vous dites devoir à Léon Daudet.

33Ceci était irrésistible. J’ai déjà dit pourquoi. Je donnai ma parole à Maurras que nous ne ferions pas de campagne contre M. de Monzie avant la fin du procès Bajot. Mais sa démarche avait confirmé la révélation que nous avait faite Coty. Et je fus confirmé dans cette idée que Monzie avait travaillé à modifier la politique financière de l’Action française.

34Je savais que les plaintes contre ma politique financière et monétaire étaient surtout venues de Bainville qui était scandaleusement inflationniste. D’ailleurs, peu après mon départ, Jacques Bainville prit en mains mes rubriques financières et monétaires ; il maintint apparemment mes thèses, mais les noya. La campagne contre Horace Finaly prit fin, Bainville tourna le sentiment des lecteurs contre les socialistes ; il ne fut plus question du franc-or et l’on fit descendre les bandes de calicot que j’avais fait placer sur le balcon de l’Union des Corporations françaises pour inviter les salariés à demander le salaire-or.

35Tout ceci fut fait dans un temps très court. Désormais, l’Action française était sans danger dans la bataille monétaire. Avec M. Bainville on avait une opposition de tout repos.

36Depuis, ces relations de l’Action française ont été niées par les uns et les autres. Mais de telle manière qu’elles ont été confirmées. Charles Maurras a dû avouer la visite qu’il m’avait faite ; il s’en tira en disant qu’il avait eu l’intention de voir M. de Monzie, l’intention seulement. À quel moment a-t-il menti ? Cela le regarde, lui et M. de Monzie.

37M. Jacques Bainville tint à faire une déclaration où il affirmait n’avoir pas vu M. de Monzie depuis un temps extraordinaire. Mais M. de Monzie, déposant à ma demande au procès que je fis à l’Action française, déclara qu’il était sans relations avec M. Maurras mais en amitié avec Jacques Bainville, ce que celui-ci avait nié. À ces messieurs de s’arranger pour que leurs déclarations concordent.

38Ce qu’il faut retenir de cet incident, c’est qu’il fut bien déclenché par M. Coty. Il a essayé vingt fois, dans la suite, de nous manœuvrer, il y a toujours été battu. Mais cette première manœuvre fut entièrement réussie, il faut le reconnaître.

39Il obtenait ce résultat que la rupture entre l’Action française et nous tournait à l’opposition violente, car, d’une part, j’étais convaincu que l’Action française m’avait roulé ; et d’autre part, Maurras était convaincu que nous allions attaquer l’Action française sur ses relations avec Monzie.

40À ce moment-là, nous ne pouvions pas savoir ce que voulait François Coty. Nous le prenions pour un grand enrichi qui voulait se poser en redresseur de torts, en protecteur de l’honnêteté et de la vertu. Tout le monde riait de lui. On rit encore. Je crois que l’on a tort. Il a fort bien joué son jeu depuis 1924, et depuis longtemps.

41En ce mois d’octobre 1925, nous préparions le lancement du Faisceau. Notre organe directeur était fondé, il comprenait Jacques Arthuys, Philippe Barrès, André d’Humières et Serge André.

42J’étais particulièrement heureux de l’adhésion effective de Philippe Barrès. D’abord parce que je dois une bonne partie de ma formation à Maurice Barrès, bien que je sois d’un tempérament tout à fait étranger au barrésisme. Il n’en reste pas moins que je dois beaucoup à Barrès : le dégoût du vieux parlementarisme en premier lieu, et tout un système de sentiments très profonds en ce qui concerne la mission de la France, par Jeanne d’Arc, la Convention, Napoléon, et ce nationalisme français qui s’exprima si mal dans le boulangisme et qui contenait tant de socialisme.

43Le Barrès de Tolède et de Venise, c’est pour les barrésiens du monde. Mais le Barrès de Leurs figures parle souvent un langage qui atteint l’âme du peuple ouvrier et paysan. C’est ce Barrès que je saluais dans son fils Philippe. Sa Cocarde, faite avec des républicains, des royalistes, des socialistes, c’était la préface de notre œuvre. Philippe Barrès avait le sens de notre action. De nous tous, à ce moment-là, c’est lui qui voyait le plus justement la situation politique. C’est lui qui, dès janvier 1926, nous mettait en garde contre le courant dictatorial qui nous poussait, et auquel il ne cédait pas, bien qu’il fût un des plus beaux garçons de notre troupe.

44Nous subissions une pression violente de la part d’un peuple qui devenait furieux contre ses parlementaires. Parmi nous, quelques-uns, qui poseront leur candidature au Parlement à la première occasion, allaient au-delà des vœux que la foule exprimait.

45— Ne nous y trompons pas, disait Philippe Barrès ; ce peuple même est profondément républicain, il veut une assemblée où sa souveraineté sera affirmée. Ne croyez pas que vous la supprimerez. Nous devons en changer la forme.

46Philippe Barrès, qui avait alors trente ans, disait cela avec un sentiment profond, et avec une autorité pleine de déférence, enveloppée de l’amitié la plus loyale, de l’affection la plus désintéressée. Cent fois dans la suite, il a été un de nos meilleurs conseillers. Je lui avais donné ma pleine sympathie dès notre première rencontre. La sympathie fut vite transformée en une vive amitié, que n’a pas diminuée notre séparation. Heureux ceux qui travailleront avec Philippe Barrès : c’est un des hommes les plus droits que j’aie connus, et que sa magnifique droiture n’aveugle pas un instant sur les intrigues qui se produisent à côté de lui.

47Serge André, qui était lui aussi un des plus beaux garçons de notre équipe, est étranger à la politique proprement dite. Il vint avec nous comme combattant, pour agir dans la période de troubles où nous étions. Il devait être avec nous loyal et généreux. Il nous arriva bien souvent de le placer dans une situation personnelle extrêmement difficile, à cause du retentissement de notre action dans sa vie d’industriel. Il y pliait ses intérêts personnels. Avec quel désintéressement, avec quelle générosité, nous sommes une dizaine à le savoir. Je le dis aujourd’hui pour tous ceux qui me liront. Et j’ai bien le droit de dire que, pour Serge André, l’année qu’il a vécue avec nous, en pleine action, a été une année de difficultés renouvelées, d’amertumes, et qu’il a tout supporté avec une magnifique bonne humeur, soutenant seul des difficultés écrasantes et refusant de troubler notre action par ces difficultés.

48André d’Humières nous venait de l’aviation et de l’armée d’occupation. Avant la guerre, il avait été planteur en Malaisie. Il entrait au Faisceau comme combattant, ignorant et dédaigneux de la politique. Il nous apportait ses aptitudes d’organisateur pour une opération rapide, hardiment menée, et qu’il voyait surtout, et presque exclusivement sous sa forme militaire, dans une action où, selon la méthode des assauts, on jette tout d’un seul coup dans la bagarre.

49Dans nos conseils, participant à l’élaboration de toute notre action, Hubert Bourgin qui fut au Parti socialiste, et qui dirigea la Ligue civique. Une belle tête de membre de la Ligue. Il connut à cette époque le plus violent drame moral. Il était tout près de l’Action française, que je lui avais fait connaître. Et c’est lui qui comprit, le premier, la machination contre moi. Maurras l’invita à se faire mon surveillant. Bourgin est une des plus hautes consciences. Dans cette crise, il fut mon frère aîné.

50Autour de nous, prenaient place ceux que nous allions lancer à corps perdu dans la bagarre : au premier rang René de la Porte, qui nous venait du Parti socialiste, et qui dut à ce moment choisir entre le Faisceau naissant et sa situation dans une grande banque ; Léon de Lapérouse, qui mettait sur pied notre société d’exploitation ; Pierre Masquelier, un jeune ingénieur plein d’avenir qui avait quitté l’Action française et d’autres qu’il vaut mieux ne pas nommer, au moins pour le moment.

51Sous la direction d’André d’Humières, à qui nous avions donné la mission d’organiser nos sections et nos troupes, on prépara l’assemblée du 11 novembre, au nom de l’Union des Corporations, des Légions, de la Ligue du franc-or. Un appel aux combattants fut envoyé à deux cent mille exemplaires dans toute la France. Toute une équipe travailla pendant deux semaines sur les annuaires. Nous travaillions dans le noir. Nous nous savions boycottés par l’Action française de tous côtés. Nous ne pouvions pas gagner à gauche. On travaillait à nous isoler.

52Mais il y avait dans l’atmosphère ce frémissement d’attente qui fait les succès contre toutes les dispositions matérielles contraires. En octobre, le tirage du Nouveau Siècle monta régulièrement. Ma rupture avec l’Action française nous valait incontestablement des adhésions qui ne nous venaient pas tant que l’on nous croyait une Action française camouflée.

53Sans publicité, l’annonce du fascisme se faisait. Et l’on avait beau nous annoncer comme les assassins fascistes, la faveur populaire tendait vers nous.

54Le 11 novembre au matin, nous étions tout de même dans l’angoisse.

55La réunion était pour dix heures à la salle Wagram. À neuf heures et demie la salle était pleine. Il y avait tout juste, dans cette foule, une dizaine d’hommes de l’Action française. L’enthousiasme fut déchaîné du premier coup. L’émotion. J’ai vu des hommes d’âge, des combattants de la Grande Guerre pleurer à grosses larmes, le regard fixé sur nos drapeaux.

56Le succès nous portait. La France attendait un signal. Nous étions les premiers à le faire. Et nous arrivions précédés d’une réputation confuse de combattants et de techniciens. On nous acclama.

57Le 17 novembre, il y eut une contre épreuve très significative, à Périgueux. Nous avions organisé une réunion commune avec Marcel Delagrange qui n’était plus maire, mais qui demeurait conseiller municipal. La réunion devait avoir lieu au théâtre municipal.

58Delagrange avait été dénoncé au Parti. Il était devenu suspect. Toutes les forces socialistes et communistes furent mobilisées contre nous, sur l’ordre de la préfecture et avec les combinaisons habituelles. Par ce premier contact avec le public populaire, nous risquions d’être coulés du premier coup immédiatement après notre succès du 11 novembre.

59Nous trouvâmes Périgueux en effervescence. Il y avait huit cents places au Théâtre. On annonçait trois mille personnes. Le théâtre fut pris d’assaut très avant l’heure. Notre service d’ordre fut bousculé. La salle, la scène, les coulisses furent envahies. On nous fit savoir que nous ne pourrions pas parler, que nous étions destinés à passer par les fenêtres. Nous cherchâmes une autre salle pour nos sympathisants qui n’avaient pu entrer. On n’en trouva pas. Il fallait entrer. Mais notre entrée devait déchaîner la folle bagarre. Nous entrâmes. Nous étions six, Arthuys, Bertrand de Lur-Saluces et trois camarades. Et nous nous plaçâmes, en chemise bleue, au premier rang, sur la scène, au milieu d’une foule qui hurlait, devant une autre foule qui hurlait également.

60Il ne se passa rien du tout. Nous fûmes désignés par un président imprévu comme « chefs des assassins fascistes ».

61Je réussis à parler au-dessus du vacarme. Pendant une heure. Delagrange répondit. Puis un socialiste. Et je conclus. À la sortie, nous étions entourés de sympathies. Nos pires adversaires du début nous serraient les mains.

62Le coup monté contre nous avec les socialistes et les communistes avait échoué. Le sentiment populaire était pour nous.

63Nous n’avions pas d’argent. Nos premières ressources avaient fondu. François Coty devenait invisible. Pendant plusieurs semaines nous ne le vîmes qu’une fois. Il se dit très fâché de nous avoir vu prendre le nom de Faisceau. Nous lui rappelâmes ses engagements pour le journal quotidien. Il les renouvela. Et ne donna rien. Et nous le quittâmes sans rendez- vous. Nous avions engagé pour un million de dépenses. Nous nous étions engagés les uns et les autres, mais pour des versements étalés sur une année ; van den Brœk, Serge André, Philippe Barrès, Jacques Arthuys et moi, nous prîmes le maximum d’engagements et nous trouvâmes un banquier. Il nous arrivait chaque jour des souscriptions intéressantes. Mais nous étions loin de compte.

64Notre publicité pour le lancement du journal s’étalait sur les murs et nous n’avions pas d’argent pour lancer notre quotidien.

65On disait dans Paris que nous avions vingt ou trente millions. Nos ressources suffisaient juste pour notre hebdomadaire et pour le mouvement qui absorbait déjà plus de cent mille francs par mois. Nous entrions dans les difficultés financières qui ont été depuis notre angoisse quotidienne. Mais il fallait avancer, nous étions seuls sur la route pour prendre la tête du mouvement. Il n’y avait pas à reculer. Dans ces cas-là, on brûle ses meubles. Ce que nous fîmes. Et nous nous engageâmes personnellement jusqu’au cou.

66L’Action française nous combattait sourdement. À son congrès, fin novembre, on lança sur nous les grandes calomnies. Nous y avions encore des amis qui vinrent nous dire leur écœurement de ce qu’on leur disait ; confidentiellement, on annonçait qu’il serait fait sur moi des révélations terribles. On savait des choses graves. On laissait entendre que Briand était derrière nous, et les banquiers Lazard. C’était complètement fou. Mais cela troublait un certain nombre de personnes.

67Il nous fallait lancer notre quotidien. Sinon nous risquions d’être étouffés en plein succès.

68Aux premiers jours de décembre, nous étions dans une situation critique. François Coty faisait le mort. Nos gros souscripteurs s’éloignaient. Nous avions sorti tout ce dont nous disposions à ce moment-là. Autour de nous, on faisait le vide. Le comité Mercier se constituait, et les gens que nous voyions nous disaient qu’ils donneraient au voisin. Jean Goy lançait le Front Républicain qui nous barrait du côté des Combattants, et il avait pour cela le concours du comité Mercier naissant. À gauche, on disposait les barrages. Nous risquions de couler à pic en quittant le port. Il fallait gagner le large, d’un coup d’audace.

69Nous fîmes quelques démarches assez absurdes. En deux jours, nous obtînmes promesse de deux millions, dont il ne vint d’ailleurs jamais un centime. C’était le 4 décembre. Il fallait prendre une décision : van den Brœk, Serge André, Jacques Arthuys, Barrès et moi, nous la prîmes. J’apportai ces deux millions de promesses. Nous déposâmes dans la corbeille nos engagements à nous.

70À midi, Auguste Cazeneuve attendait la décision chez moi. Il faisait partie de notre conseil d’administration ; il était administrateur-délégué avec Serge André. Il se voyait tout à coup devant ces décisions qui sont indispensables en politique mais qui sont peu intelligibles pour les hommes étrangers aux secousses de la vie politique.

71— Qu’avez-vous recueilli ? me demanda-t-il.

72— Deux millions, mais très douteux, qui sont peut-être placés devant nous comme pièges.

73— Que faites-vous ?

74— Nous marchons.

75— Vous êtes fou ! Je vous empêcherai de faire cette folie.

76— Nous avons pris nos engagements à l’Arc de Triomphe. Si nous ne les tenons pas, nul ne prendra notre place.

77— Cela n’a pas de bon sens.

78— Partir à la découverte de l’Amérique n’avait aucun bon sens.

79— Vous vous ruinerez.

80— Cela n’a aucune importance.

81— Je ne permettrai pas cela. Je veux demander la liquidation immédiate de la Société. Je paie ma part. Et l’on arrête tout.

82Je l’arrêtai. Nous étions en amitié étroite depuis trois ans.

83— Cela, Cazeneuve, ce serait le coup de poignard dans le dos. Je ne laisserai personne nous porter ce coup. Nous avons une mission politique à remplir. Et nous la remplirons. Contre femmes, enfants, et amis. Je n’ai pas à redouter que ma femme et mes enfants m’arrêtent (ils entendaient tout cela de la pièce voisine) ; mais aucun ami ne nous arrêtera.

84— Vous êtes fou ! vous êtes fou ! me cria Cazeneuve.

85Il partait sans me serrer la main. Ma femme et mes enfants arrivaient, bouleversés. Je le rejoignis au rez-de-chaussée. Il était hors de lui.

86— Vous maintenez votre décision ? me demanda-t-il.

87— Cela ne fait même pas question.

88Le lendemain, il nous donnait sa démission.

89C’est là une vieille histoire. Il y a des milliers et des milliers d’hommes qui admirent, avec une profonde sincérité, la décision de l’homme qui répondit à la parole : « Laisse-là tes filets, et viens ; je te ferai pêcheur d’hommes. » Mais lorsqu’il faut réaliser, même sur un plan bien inférieur, une décision du même ordre, ils s’arrêtent comprenant tout à coup que le destin de l’homme qui laisse ses filets n’est point le destin de chacun.

90C’est une histoire de chaque jour. Cela ne tire pas à conséquence. Et il est bien heureux qu’il y ait parfois des hommes qui arrêtent ceux qui font un sacrifice inutile, ou qui ne sont point qualifiés pour le demander à autrui.

91Ce dialogue-là eut de lourdes suites. Quelques semaines plus tard, la bataille entre l’Action française et nous étant commencée, Auguste Cazeneuve confiait ses appréhensions à Bernard de Vesins, qui avait été un des introducteurs de Cazeneuve dans la société catholique et qui lui démontrait que l’intérêt de la famille Valois, de la famille Cazeneuve, de la famille Arthuys, et de Valois lui-même était que l’on mît fin le plus tôt possible à une aventure sans issue, et où l’on courait de trop grands risques.

92Car Bernard de Vesins est un de ces chrétiens qui, si le Christ l’invitait à laisser ses filets, commencerait par terminer son repas, et démontrerait à son Seigneur que ces choses-là ne se font plus, et que, dans le monde où nous sommes, on ne reproduit ce dévouement chrétien qu’une fois l’an, comme brancardier à Lourdes, avec des gens de bonne compagnie et dans des conditions telles que la sueur que l’on verse, loin de vous classer parmi les publicains et les gens de mauvaise vie, vous ouvrent les portes des meilleures maisons.

93Et les pratiques chrétiennes, telles que les enseigne Bernard de Vesins aux personnes de qualité, sont un excellent moyen de se pousser dans le monde.

94Mon dialogue du 4 décembre avec Cazeneuve lança celui- ci vers Bernard de Vesins, et ce fut le commencement de l’une des tragédies cachées du Faisceau.

95Dix jours plus tard se produisait l’agression de l’Action française contre le Faisceau, le début de la campagne de mensonges et de calomnies, campagne qui modifia le cours des événements, mais par quoi l’Action française se suicida, se déshonora et qu’elle n’aurait jamais entreprise si, trompée par de faux rapports, elle n’avait eu la certitude qu’il lui suffisait de me porter un coup pour me faire lâcher par mes amis du Faisceau, qui n’étaient mes amis que depuis quelques mois.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search