Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Écoles dans la guerre

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Prolégomènes. Quatre études antérieures au XXe siècle

Chapitre 1. « De la peste, de la guerre, de la famine, délivre-nous Seigneur ». Les collèges jésuites de la province flandro-belge face aux maux du temps (1566-1648)

Véronique Castagnet-Lars

Texte intégral

  • 1 Les quatre cavaliers de l’Apocalypse de saint Jean (VI, 1-8) ; citation extraite de Jacques Bégnign (...)

« Et je vis un cheval blanc […] ; celuy qui est sur le cheval blanc s’appelle le Verbe de Dieu. Icy on luy donne un arc, pour marquer qu’il atteint de loin. […] Voilà donc ce qui paroist d’abord & à l’ouverture du premier sceau : Jesus-Christ vainqueur. On va faire marcher à sa suite les trois fléaux de la colére (sic) de Dieu, comme ils furent présentez à David […] la guerre [sur le cheval rouge], la famine [sur le cheval noir] & la peste [sur le cheval vert ou pâle]1 ».

  • 2 Pierre Delattre, Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles. Répertoire topo-b (...)
  • 3 Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les collèges français 16e-18e siècles, Paris, INRP-CNRS, (...)
  • 4 Dès cette date, la province de Germanie inférieure (autrement appelée Belgique) est divisée en deux (...)
  • 5 Ce point a déjà été traité dans l’historiographie consacrée au développement de la Contre-Réforme c (...)
  • 6 Ce point est bien connu depuis l’ouvrage d’Ignasi Fernandez Terricabras, Philippe II et la Contre-R (...)
  • 7 Ouvrages anciens et précieux : F. Willocx (abbé), L’introduction des décrets du Concile de Trente d (...)
  • 8 Voir Michel Hermans, « La fondation des collèges jésuites dans les Pays-Bas, la principauté de Lièg (...)
  • 9 Philippe Guignet, Alain Lottin, Histoire des provinces françaises du Nord : de Charles Quint à la R (...)
  • 10 Voir une biographie rédigée par un religieux : Alexis Possoz (RP), Mgr Jean Vendeville, évêque de T (...)
  • 11 Voir Ferdinand François Joseph Lecouvet, Tournay littéraire ou recherche sur la vie et les travaux (...)

1Regroupés à partir du 10 mai 1612 dans une même province appelée flandro-belge (par Pierre Delattre2) ou flandro-belgique (par Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia3), les collèges jésuites du Nord-Pas-de-Calais actuel (situés en Flandre, Hainaut, Cambrésis et Artois sous l’Ancien Régime4) connaissent bien des difficultés entre 1566 (révolte des Provinces-Unies) et 1648 (fin de la guerre de Trente Ans), en raison des affrontements confessionnels dans l’Europe moderne et des conflits de souveraineté entre les royaumes d’Espagne et de France. Les religieux de la Compagnie de Jésus bénéficient cependant du soutien des autorités politiques et religieuses5. En effet, le roi Philippe II des Espagnes (1556-1598) est à l’origine du développement des fondations jésuites dans les Pays-Bas espagnols et de l’introduction des canons du concile de Trente dès 15646. Il est secondé par les archiducs Albert (auparavant carrière ecclésiastique) et Isabelle entre 1598 et 1621 : car le pape leur confère en particulier le droit de nommer les prélats et les abbés en 16007. Les pouvoirs urbains interviennent également pour aider les nombreuses fondations jésuites8. Avant 1566, deux prélats se montrent particulièrement soucieux d’aider aux débuts de la Compagnie9 : Maximilien de Berghes, à Cambrai, et Gérard d’Haméricourt, à Saint-Omer. Ils sont suivis, dès la fin du XVIsiècle, par Jean Vendeville (ancien recteur de l’Université de Douai, très inspiré de spiritualité ignatienne)10, évêque de Tournai, et son successeur, Michel d’Esne (traducteur d’ouvrages jésuites, auteurs d’ouvrages spirituels)11.

  • 12 Il s’agit en réalité de l’Histoire de la guerre de Flandre traduite de Famianus Strada par P. Du Ry (...)
  • 13 Cette formula scribendi a été fixée lors de la congrégation générale de 1565, faisant ainsi évoluer (...)
  • 14 Envoyées immédiatement après la mort du religieux par son supérieur, elles comprennent quatre éléme (...)
  • 15 Pratique introduite en 1620 par le sixième général de l’Ordre, le RP Mutius Vitelleschi, elle consi (...)
  • 16 Leur rédaction par le recteur est facilitée par le travail de l’« investigateur » (instituée dans c (...)
  • 17 RP Alfred Poncelet, Nécrologe des jésuites de la province gallo-belge, Louvain, Bureau des Analecte (...)
  • 18 Un instrument de recherche fort précieux : Jean Vallery-Radot (et alii), Le recueil de plans d’édif (...)
  • 19 Véronique Castagnet-Lars, « La nef tridentine : usage politique et pédagogique d’une image [par les (...)

2Écrites par les jésuites pour garder la mémoire de l’histoire de leur fondation, des difficultés ou bonheurs rencontrés, les sources consultées sont destinées, pour certaines, à une large diffusion (par exemple, les Chroniques de la guerre des Flandres 12), pour d’autres à un usage interne à la Compagnie en application de la formula scribendi 13 – les Lettres mortuaires 14, les Éloges abrégés (Summaria vitae)15, les Lettres annuelles (Litterae annuae)16, les Nécrologes (ou catalogus defuncti)17, les plans des collèges refondés durant les conflits18). Tout l’enjeu pour ces établissements catholiques, véritables nefs tridentines19, en charge de la formation de la jeunesse flamande, repose donc sur l’accomplissement de leur mission éducative, avec le plus de régularité et d’efficacité possible, sans négliger pour autant l’activité missionnaire liée à la situation de frontière de ces fondations.

1. Une mortalité croissante des jésuites durant la guerre de Quatre-vingt ans

3Les jésuites paient un lourd tribut entre 1566 et 1648, dans les Flandres. Ils y assurent une mission de prédication au plus près des populations protestantes à convertir, une mission d’aumônerie (dans les camps et sur les navires), et une mission d’éducation.

A) Mortalité classique, mortalité exceptionnelle

  • 20 Cette distinction n’est opératoire qu’à compter de 1612. À compter de cette date, la courbe est obt (...)

4L’approche démographique fondée sur l’étude de la mortalité des religieux appelle des précautions méthodologiques fondamentales. En effet, la courbe du nombre de morts annuels dans les différentes fondations de la Compagnie au sein des deux provinces gallo-belge et flandro-belge20 décrit trois phases différentes (graphique 1).

  • 21 Voir Hervé Hasquin, Louis XIV face à l’Europe du Nord, Bruxelles, Éditions Racine, 2005, 341 p. ; J (...)
  • 22 Archives générales de la Compagnie, Littera annuae provinciae flandro-belgica G 56, f° 27.
  • 23 Ibid., G 56, f° 87.
  • 24 Ibid., G 56, f° 164.
  • 25 Ibid., G 56, f° 191.

5Au cours de la première période, une nette croissance est observée entre 1544 (premières prédications jésuites) et 1636, année marquée par le plus grand pic de mortalité avec 86 religieux décédés pour la province gallo-belge et 51 pour la flandro-belge. Un seuil est ainsi franchi entre les années 1627-1627 avec deux moyennes annuelles équivalentes autour de 25 défunts pour les deux provinces (24,5 décès par an pour la gallo-belge et 25,6 pour la flandro-belge), et les années 1635-1638 avec deux moyennes cette fois sensiblement différentes : 40,75 pour la première province, et 37 pour la seconde. Ensuite, de la fin de la Trêve (qui se traduit par une brusque chute de la mortalité) à la fin des opérations louis-quatorziennes, la courbe des décès augmente progressivement, avec trois pics très nets, suivant ainsi l’évolution des affrontements entre les deux États catholiques, le royaume de France et la couronne d’Espagne21 : 52 morts par an pour les deux provinces en 1656-1658, 74 par an en 1667-1668 et 69 pour l’année 1678. Enfin, troisième temps, jusqu’à l’application des mesures d’expulsion, les nécrologes jésuites des deux provinces comptabilisent une moyenne de 22 décès par an, ce qui reste faible au regard de la forte présence jésuite désormais acquise dans ces régions. Toutefois, une nuance doit être apportée dans l’analyse de la première phase. En effet, elle correspond aussi à la venue et l’installation progressive des religieux dans leurs fonctions, puis à leur passage dans la clandestinité, avant la renaissance de leurs activités durant la Trêve. En revanche, pour la seconde phase, les effectifs jésuites sont stabilisés comme en témoignent les lettres annuelles : elles donnent régulièrement un état quantitatif et qualitatif des effectifs. Par exemple, pour le collège de Bergues les effectifs de religieux se montent à 21 en 162422 et 29 en 162823 ; pour celui de Dunkerque, à 25 en 163524 et 22 en 163625.

Illustration 1. Mortalité cumulée des religieux dans les établissements jésuites des provinces gallo-belge et flandro-belge (1544 à 1773).

Illustration 1. Mortalité cumulée des religieux dans les établissements jésuites des provinces gallo-belge et flandro-belge (1544 à 1773).

6À ces décès survenus dans des établissements jésuites, s’ajoutent les religieux morts dans les deux aumôneries militaires, l’une terrestre « in castri » (25 morts entre 1584 et 1635), l’autre maritime « in mari » surtout depuis l’installation de l’amirauté espagnole à Dunkerque en 1621 – par ailleurs, fondation jésuite importante (10 décès entre 1607 et 1647).

B) Un devenir différencié pour les deux provinces

7Toutefois, la province gallo-belge vit une situation moins défavorable que sa voisine.

Illustration 2. Mortalité des religieux dans les établissements jésuites des provinces gallo-belge et flandro-belge, de leurs premières prédications à la fin de la guerre de Quatre-vingts ans.

Illustration 2. Mortalité des religieux dans les établissements jésuites des provinces gallo-belge et flandro-belge, de leurs premières prédications à la fin de la guerre de Quatre-vingts ans.

8La province gallo-belge connaît en effet une mortalité moindre, avec une moyenne de 9,8 décès par an contre 10,7 pour la flandro-belge (graphique 2). Le déplacement des conflits se lit dans la courbe puisque les établissements touchés jusque dans les années 1625-1626 sont avant tout ceux de la gallo-belge alors que les maux du temps touchent préférentiellement les fondations de la flandro-belge entre 1626 et 1648.

C) Un collège disparaît par an, au plus fort de la guerre

9En réalité, les années 1635-1648 sont les plus terribles pour les collèges jésuites de Flandre, dans la mesure où l’effectif moyen d’un collège pour les deux provinces disparaît chaque année (figure 1).

Figure 1. Mortalité annuelle des jésuites œuvrant dans les provinces flamandes durant la guerre de Quatre-vingts ans.

Province gallo-belge Province flandro-belge
1566-1609 3,7 2,4
1610-1634 13,7 17
1635-1648 23 23

10L’approche démographique oblige à une analyse chronologique nuancée et raisonnée afin de mettre en évidence le rythme du déploiement de l’activité des jésuites dans les provinces gallo-belge et flandro-belge. Il importe cependant de discerner ce qui relève des atteintes portées aux personnes en tant que figures zélées du catholicisme en terres protestantes, de ce qui touche l’ensemble de la population, à savoir la guerre et les maladies.

2. Des brimades incessantes contre les jésuites

11Même si les religieux jésuites disposent de grands atouts pour maintenir leur effort missionnaire et éducatif dans les Flandres durant les conflits de la fin du XVIsiècle et de la première moitié du XVIIsiècle, ils subissent un contexte particulièrement dur, rendu encore plus difficile par les incessantes attaques portées contre eux.

A) En raison de leurs origines géographiques

  • 26 Effectivement les premiers jésuites en mission dans les Flandres sont originaires de la péninsule i (...)
  • 27 Dès la bulle de Paul III, Regimini militantis Ecclesiae, du 25 novembre 1540, les jésuites prononce (...)
  • 28 Jean Willems (Harlemius, en référence à sa ville natale, Haarlem), a été professeur d’Écriture sain (...)

12Venus de la péninsule ibérique, les premiers jésuites suscitent une vive hostilité chez les habitants, en raison de leur origine (pour les années 1550)26 doublée de l’appartenance à un Ordre romain27. Dans sa lettre du 6 octobre 1576 adressée au général de l’Ordre, le RP Jean Willems28, vice-provincial, exprime les inquiétudes que lui inspire le climat anti-jésuite :

  • 29 Archives générales de la Compagnie, Germania Epistolorum XVIII, 27.

Nos collèges ont été troublés et quelque peu arrêtés dans leur essor par les bruits calomnieux que des malveillants avaient répandues à Anvers contre les Nôtres, convaincus, disait-on, de conspiration et de trahison. Ces calomnies, colportées ailleurs, ont causé une profonde tristesse à nos amis et ajouté à l’audace de nos ennemis. On entend retentir les cris : les jésuites sont des traites, il faut les expulser29 !

  • 30 Voir sur la question de l’anti-jésuitisme : Gerritt Vanden Bosch, « L’image des jésuites dans la Ré (...)
  • 31 En effet, Florent de Montmorency est né à Douai le 18 novembre 1580 et a choisi d’entrer au novicia (...)

13Les affrontements se faisant plus durs entre la couronne espagnole, catholique, et les Provinces-Unies, protestantes, les jésuites deviennent la cible des autorités flamandes : elles les caricaturent comme des « hommes sanguinaires de la faction jésuitique » dans un Placard du 5 avril 159630. Et de lourdes peines sont prévues pour leurs hôtes. C’est en particulier le cas en Hollande, principale province des États fédérés : depuis les débuts de leur itinérance dans cette région à partir d’octobre 1593, les jésuites animent des assemblées clandestines, au risque de capture et emprisonnement (figure 2). Toutefois, certains retrouvent, la liberté, contre une rançon (en moyenne, 3 000 florins). Le fait le plus mémorable pour la Compagnie reste la capture du provincial le RP Florent de Montmorency, jésuite de la seconde génération en Flandre31, pris dans une embuscade lors d’une visite canonique en 1626. Après intervention du Prince d’Orange, il a pu être placé dans une famille catholique… en attendant le versement de sa rançon ! Ce religieux est démasqué, malgré son travestissement.

Figure 2. Quelques exemples de jésuites emprisonnés durant la guerre de Quatre-vingts ans.

Nom du religieux Captivité Année du décès et inscription au martyrologe jésuite
Jean Wiring 7 mois 1622
Gilles de Meyère 9 mois 1628
Théodore Tack En prison 2 fois (pas d’indication sur la durée) Et en exil 2 autres fois 1629
Gilles Van Huffele 4 fois en prison 1660
Lievin Wouters 22 mois 1675

B) Une violence populaire à leur encontre

14L’exemple le plus frappant reste l’événement survenu à Anvers, après l’entrée de la « furie espagnole » dans la ville en 1576. La violence de la foule appelle le châtiment de Dieu, sous la forme du cavalier pâle portant la peste dans la famille de l’habitant profanateur :

  • 32 Histoire de la guerre de Flandre traduitte de Famianus Strada par P. Du Ryer, Paris, Antoine de So (...)

Lors qu’on eust chassé les Iesuites de la Ville, comme il y eust beaucoup de personnes qui allerent visiter leur maison pillée & deserte, en partie par curiosité de voir la maison d’autruy, & particulierement des Iesuites, en partie aussi comme la pluspart estoient Heretiques, pour prendre quelque palisir à la veuë de l’infortune de leurs ennemis, il y eust entr’eux vn miserable bouffon de la lie des Caluinistes, qui pensant faire rire le peuple entra dans cette maison, & pendit au dehors à vne fenestre, vne botte de paille attachée à vn baston blanc, comme si selon la coustume du pays, il eust voulu auertir le peuple que la mort & la peste estoient dans la maison. Cela estonna quelques-vns, & donna aux autres sujets de risée. Cependant cet Heretique receuoit le plaisir de son ouurage de mesme qu’vn autre Apelle derriere le tableau : & lors qu’vn autre Heretique eust heurté assez fort à la porte, il luy cria du dedans, Malheureux que vous estes pourquoy heurtez-vous icy, ny voyez vous pas les enseignes de la mort, le baston blanc & la paille ? Tous ceux qui demeuroient en ce logis ont esté emportez par la peste. C’est vne chose merueilleuse, que le mesme iour la peste se prit dans la maison ce de moqueur impie, bien qu’il n’y en eust point dans la ville ; & le contraignit de pleurer en sa maison, ce qui lui auoit donné du plaisir dans celle d’autruy32.

3. Œuvrer dans le siècle, subir les maux du temps, ne jamais renoncer

15Malgré l’adversité, celle des hommes et celle de la nature, les jésuites entendent poursuivre leurs missions sous le regard de Dieu. Ils optent, dans les deux provinces flamandes, pour des réponses circonstancielles judicieuses, afin de maintenir leurs activités d’enseignement et de prédication.

A) Deux réponses administratives, dans deux contextes opposés

  • 33 Une cartographie des collèges jésuites a été proposée dans Véronique Castagnet-Lars, « Les catalogu (...)

16De façon très pragmatique, les jésuites ont décidé, pour répondre à la scission des Dix-sept Provinces en 1578, de diviser la province flamande : les collèges de l’Artois et le noviciat de Tournai sont placés sous la responsabilité du provincial (le RP Baudoin Delange) ; toutes les autres fondations relèvent alors du vice-provincial (le RP Harlemius). Mutatis mutandis, le retour à la paix aidant la prospérité et le développement de l’ordre, cette fois la province est officiellement divisée en deux : le 10 mai 1612 naîssent la province flandro-belge et la gallo-belge33. Ces deux réponses administratives leur ont permis de poursuivre l’effort de déploiement de leur Ordre dans les Flandres.

B) Une réponse pragmatique exceptionnelle : la clandestinité

  • 34 Le RP Delange en informe le RP Général dans une lettre du 20 mai 1578 (Germ. Epist. XIX, 49). Le ré (...)
  • 35 Germ. Epist. XIX, 36.
  • 36 Entré au noviciat de Tournai le 27 avril 1597, il devient prêtre en mars 1607, après avoir suivi de (...)
  • 37 Sixième supérieur général de la Compagnie, successeur de Claude Acquaviva en 1615.

17À la tête des États fédérés calvinistes, Guillaume d’Orange décide de requérir la prestation d’un serment par l’ensemble des ecclésiastiques, pour mesurer leur fidélité. Or le RP Baudouin Delange refuse de s’exécuter en janvier 1578 devant les autorités de Saint-Omer. « Mais parce que ce bon Père [le provincial jésuite RP Baudoin Delange] sçauoit bien que cette forme de serment auoit esté coneuë par les Heretiques contre les Catholiques, s’estant escusé sur sa Regle qui defendoit à ceux de son Ordre de se mesler de ces sortes d’affaires, il refusa courageusement de iurer, & n’y pût estre contraint ny par les prieres ny par les menaces34. » Seulement quitter les villes reste très dangereux pour les jésuites, en raison de l’hostilité de la population à leur égard. Il s’agit donc d’obtenir des sauf-conduits de la part des autorités politiques. En mai 1578, après en avoir informé le Général le 11 février35, le RP Delange adresse donc une supplique à l’archiduc Mathias afin que les magistrats des différentes villes soient enjoints d’épargner les jésuites. À titre tout à fait exceptionnel, en raison de l’augmentation des persécutions anti-jésuites à partir de 1622, le provincial Antoine Sucquet36 entend permettre aux jésuites d’adopter un nom et des habits civils pour effectuer leurs déplacements pour accomplir leur tâche de prédicateur et d’éducateur, en pays protestant. Pour cela, il produit des lettres fictives : il s’oppose vivement au général de l’Ordre, le RP Mutio Vitelleschi (1615-1645)37, garant du respect des Constitutions jésuites. Pour autant, dans la version du 31 juillet 1556, il n’est pas mentionné de port distinctif d’un habit… même si, Ignace de Loyola est alors souvent revêtu de l’habit noir.

C) Un siècle d’essor malgré/grâce à l’adversité

  • 38 Lettre du 24 septembre 1577, Germ. Epist. XVIII, 44.
  • 39 Germ. Epist. XXIV, 1-8.
  • 40 Le motif revient régulièrement dans les lettres annuelles : la peste est évoquée par le supérieur d (...)
  • 41 Le cas de Douai est déjà souligné dans la bibliographie. Le Magistrat leur alloue la somme de 1 200 (...)

18Dès les premiers affrontements religieux à la fin du XVIsiècle, les supérieurs jésuites refusent la fermeture des collèges et exhortent les religieux à résister aux autorités civiles comme aux attaques portées par la population protestante. Le Général de l’Ordre approuve, le 17 novembre 1578, la décision prise quelques mois auparavant par le provincial : « J’ai ordonné à tous les nôtres de persévérer, même jusqu’à la mort, si la gloire de Dieu le requiert, afin qu’on ait rien à nous reprocher et que la dispersion d’un collège ne mette pas les autres en péril38 ». Les lettres annuelles se font l’écho de cette position jusqu’au-boutiste en soulignant qu’il ne faut « à aucun prix abandonner spontanément les collèges ni même diminuer le personnel, mais attendre d’être expulsés par la violence ou par un ordre formel de l’autorité39 [civile politique] ». Cette attitude est toutefois remise en question lors des crises majeures que traversent les pays flamands pour cause de famine (en raison d’une forte augmentation des prix du fait de la faiblesse des récoltes à l’issue d’un hiver rude) en 1593-1599, 1608, 1616-1618, 1625-1626 ou de maladies contagieuses comme la peste en 1596-1597, 1603-1605, 1626-1627 (figure 3). Ces fléaux frappent différemment les collèges40 ; à chaque fois les jésuites se montrent exemplaires, au point d’être remerciés par les municipalités41. À de très rares exceptions, les collèges maintiennent leur activité d’enseignement.

  • 42 Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et photographies, FOL-HD-4 (7).
  • 43 Ibid., FOL-HD-4 (11).
  • 44 Ibid., FOL-HD-4 (11).
  • 45 Ibid., FOL-HD-4 (11).
  • 46 Ibid., FOL-HD-4 (11).

19Malgré le contexte toujours plus difficile, les jésuites n’ont donc cessé d’accomplir leurs missions en pays flamands afin d’accompagner spirituellement soldats et marins, de convertir et instruire les populations. Ils fondent un collège dès 1567 à Saint-Omer et 1568 à Douai. Dès les années 1590-1600, ils construisent les établissements de Valenciennes (1591) et Lille (1592) ; puis Bergues (1600), Arras (1603) et Cambrai (1604) ; et enfin, Hesdin et Aire-sur-la-Lys (1613), Bailleul et Cassel (1617), Maubeuge (1619), Dunkerque (1620), Béthune (1621). Très rapidement, certains établissements connaissent des modifications importantes dans leur architecture, autant de modifications signifiant le succès des religieux auprès des populations, et la réussite de leur activité d’enseignement. Deux collèges de la province gallo-belge ont en effet fait l’objet d’une première implantation, refondée (avec agrandissement et spécialisation des bâtiments) : Arras (plans de 1599-1603, et projet et plan de 1612) 42, Douai (plan de 1570, projet de 1619) 43. Trois autres bénéficient de plans dressés avec soin : Aire-sur-la-Lys (1620)44, Maubeuge (1620, projet amendé à Rome et retourné au Provincial45) et Saint-Omer (plan de 1614 et projet de modification en 1615)46.

Figure 3. Des difficultés cumulées dans quelques collèges jésuites.

Collège jésuite Épisodes de peste Épisodes guerriers : sièges, prise et reprise de villes Mortalité entre 1566 et 1648 Conséquences sur la vie au sein du collège
Aire-sur-la-Lys 1625, 1626, 1640, 1656 1641 (2 fois) 16 Expulsion des jésuites en 1641
Armentières 1646, 1648 1645, 1647 11 Pillage en 1645
Arras 1640 42 Dommages matériels
Bergues 1645, 1649 1638, 1646 55 Saccage en 1638, mais collège épargné en 1646
Cassel 1633, 1636-1637 1638, 1641, 1645 16 Pillage en 1638, 1641
Fermeture en 1636-1637, 1638, 1641-1642, 1645
Douai 1617, 1618, 1620, 1635 1640 108 Saccage en 1640
Dunkerque 1635, 1636 1646 37
Hesdin 1636 1639 30
Maubeuge 1636, 1637 1642 4
Saint-Omer 1635, 1638 1638 64
Valenciennes 1637 1647 46 Dommages liés à une inondation en 1635
Collège servant à l’accueil de réfugiés en 1647

 

  • 47 Voir : Annick Delfosse, « Les enjeux confessionnels et politiques des cérémonies pour la canonisati (...)
  • 48 Publiée à Anvers, par l’Officine Plantina et Balthasar Moretus, en 1640. Pour approfondir ce point, (...)

20Durant cette Guerre de Quatre-vingts ans (1566-1648), les jésuites connaissent trois époques aux caractéristiques très différentes. Entre 1566 et 1609, la confrontation politico-religieuse oppose la Couronne d’Espagne (catholique) aux Provinces-Unies (protestantes), jadis sous gouvernement espagnol. Les fondations jésuites se développent rapidement sur le continent ; leurs missions progressent sur terre vers la Hollande, et sur mer, au large de Dunkerque. Après 1609, une accalmie s’installe, de la signature de la Trêve, à la réouverture, en 1621, des hostilités face aux nouveaux développements de la guerre de Trente Ans qui impliquent désormais tous les États européens, de la Baltique à la Manche. Les religieux entreprennent alors la restauration des bâtiments endommagés, recrutent de nouveaux personnels cette fois dans les régions septentrionales. Cette politique favorise l’essor des activités d’enseignement de la Congrégation. Elle est couronnée lors des festivités pour les canonisations d’Ignace de Loyola et de François Xavier. Enfin de 1635 à la signature des traités de Westphalie en 1648, alors que les Flandres deviennent un théâtre d’opérations majeures de la guerre de Trente ans, les jésuites reprennent leur activité d’enseignement dans des collèges flambants neufs, tout en célébrant les éclatantes canonisations d’Ignace de Loyola et de François Xavier le 12 mars 162247. Paradoxalement, les Quatre-vingts ans d’affrontements confessionnels dans les Flandres se traduisent par deux œuvres jésuites fort différentes : d’une part, les difficultés quotidiennes pour maintenir les missions les établissements scolaires ; d’autre part, l’entreprise d’autoglorification de l’Imago primi saeculi Societatis Iesv a provincia flandro-belgica eiusdem Societatis repraesentata48.

Annexes

Anvers, 1577-1578, une fureur contre les jésuites du collège Extrait de : Histoire de la guerre de Flandre traduitte de Famianus Strada par P. Du Ryer, Paris, Antoine de Sommaville et Augustin Courbé, 1654, in-fol, livre 9, p. 501-504.

« Ce serment qui fut ainsi proposé & dont l’execution fut exigée en quelques endroits auec une toute sorte de violence, tourna au desauantage de beaucoup de Nobles, & à la ruine de quelques vns. On commença dans Anuers par les Iesuites, afin que comme ils estoient dans la ville en grande consideration leur exemple attirast les autres s’ils se rangeoient du party des Estats, ou que s’ils refusoient d’y entrer leur punition donnast aux autres de l’epouuante. Les Heretiques sur tous faisoient pour cela leurs efforts, & ne doutoient point que les Iesuites, dont ils auoient tousiours hay la fermeté, qu’ils eussent neantmoins aymée en cette occurrence, ne se fissent chasser de la Flandre pour vn sujet qu’ils ont touiours estimé leur estre tres honorable. C’est pourquoy Guillaume de Heez49 accepta cette commission, & estant venu trouuer le P. Baudoin de l’Ange Prouincial de la Flandre [Baudouin Delange], il l’exhorta de iurer au nom de tous ses Religieux suiuant la formule du serment. Mais parce que ce bon Père sçauoit bien que cette forme de serment auoit [p. 502] esté coneuë par les Heretiques contre les Catholiques, s’estant escusé sur sa Regle qui defendoit à ceux de son Ordre de se mesler de ces sortes d’affaires, il refusa courageusement de iurer, & n’y pût estre contraint ny par les prieres ny par les menaces. Ainsi apres qu’on eust persecuté les Iesuites durant quelques iours par toutes sortes d’outrages & de mauuais traitemens, enfin le iour de la Pentecoste vne troupue d’Heretiques armez vint assieger leur Eglise & leur maison, en rompit les portes, pilla indifferemment toutes choses, & sainctes & profanes, les chassa de force, & les ayant fait mettre sur des barques de Hollandois, les enuoya habiter ailleurs auec des mocqueries & des risées. Il se fit parmi ce desordre vne action certainement digne de mémoire. Comme on chassoit les Iesuites de leur maison, & qu’on les soüilloit l’arquebuse tournée sur eux pour les empescher de rien emporter, vn d’entre’eux appellé Iean Boccacci [Jean Boccace], personnage plein de courage & de zele, dont il importe que le nom demeure à la posterité, donna de l’admiration aux Catholiques & aux Heretiques tout ensemble. Car s’estant souuenu qu’on auoit laissé sur le grand Autel la saincte Eucharistie, dans vn vase d’argent, il disparut aussi-tost des yeux des soldats, & estant rentré dans l’Eglise où les Heretiques renuersoient toutes choses, il s’en alla vers l’Autel d’vn pas ferme & d’vn visage asseuré ; & apres s’estre mis à genoux & auoir adoré, il tira auec reuerence la saincte Eucharistie du Tabernacle. Mais y ayant aussi trouué le Ciboire tout rempli d’Hosties, & ne pouuant en aualer vn si grand nombre, parce qu’il n’auoit pas le temps & qu’il auoit la bouche trop seche, il prit cette boëte d’argent où elles estoient, & la tenant leuée entre ses mains, il passa parmi les armes de ces sacrileges, sans que pas vn d’entre eux osast rien entreprendre sur luy, & l’apporta à ses compagnons ; soit que les Heretiques fussent estonnez d’vne hardiesse si saincte & si merueilleuse, ou plustost que Dieu favorisast la pieté de cet homme & l’esperance qu’il auoit en son secours. Et certes si vn Historien Romain rapportant l’action de Cajus Fabius, qui estant sorti du Capitole assiegé par les Gaulois, alla au trauers des troupes des ennemis sur le mont Quirinal, d’où il rapporta entre ses mains les choses sainctes & sacrées, ajouste qu’vn homme qui prefereroit le culte des Dieu à la [p. 503] crainte de la mort, pouuoit iustement esperer d’auoir les Dieux favorables ; Pourquoy ne diray-je pas plus raisonnablement que ce Religieux eust en faisant cette entreprise vne esperance certaine de cette assistance Celeste, par qui ce mesme Dieu s’estant autrefois rendu inuisible aux yeux des Iufs, pouuoit encore s’éuanouyr des yeux, ou pour le mois des mains de semblables ennemis ? Pourquoy ne diray-ie pas tout ensemble que par vne faueur particuliere de Dieu qui voulut recompenser la saincte confiance de ce personnage, il defendit luy seul par la saincte Eucharistie des outrages des Heretiques, & le vase où elle estoit de l’auarice des soldats, au milieu de trois cens hommes armez qui occupoient toute l’Eglise, & qui enuironnoient l’Autel l’espée à la main ? On ajoute à cela vne chose qui ne faut pas oublier pour l’interest & pour la gloire de la Religion. Lors qu’on eust chassé les Iesuites de la Ville, comme il y eust beaucoup de personnes qui allerent visiter leur maison pillée & deserte, en partie par curiosité de voir la maison d’autruy, & particulierement des Iesuites, en partie aussi comme la pluspart estoient Heretiques, pour prendre quelque palisir à la veuë de l’infortune de leurs ennemis, il y eust entr’eux vn miserable bouffon de la lie des Caluinistes, qui pensant faire rire le peuple entra dans cette maison, & pendit au dehors à vne fenestre, vne botte de paille attachée à vn baston blanc, comme si selon la coustume du pays, il eust voulu auertir le peuple que la mort & la peste estoient dans la maison. Cela estonna quelques-vns, & donna aux autres sujets de risée. Cependant cet Heretique receuoit le plaisir de son ouurage de mesme qu’vn autre Apelle derriere le tableau : & lors qu’vn autre Heretique eust heurté assez fort à la porte, il luy cria du dedans, Malheureux que vous estes pourquoy heurtez-vous icy, ny voyez vous pas les enseignes de la mort, le baston blanc & la paille ? Tous ceux qui demeuroient en ce logis ont esté emportez par la peste. C’est vne chose merueilleuse, que le mesme iour la peste se prit dans la maison ce de moqueur impie, bien qu’il n’y en eust point dans la ville ; & le contraignit de pleurer en sa maison, ce qui lui auoit donné du plaisir dans celle d’autruy. Cependant les Iesuites de Tournay, de Bruges & de Mastric, receurent le mesme traitement que [p. 504] ceux d’Anuers, & furent contraints pour les mesmes raisons de se retirer de ces villes. »

Notes

1 Les quatre cavaliers de l’Apocalypse de saint Jean (VI, 1-8) ; citation extraite de Jacques Bégnigne Bossuet [Evesque de Meaux, Conseiller du Roy en ses Conseils, cy-devant Précepteur de Monseigneur le Dauphin, Premier Aumosnier de Madame la Dauphine], L’Apocalypse avec une explication, Paris, Veuve Marbre-Cramoisy, 1689, p. 106-107. Voir aussi la gravure d’Albrech Dürer (vers 1497-1498), Musée du Dessin et de l’Estampe originale, Gravelines.

2 Pierre Delattre, Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles. Répertoire topo-bibliographique, publié à l’occasion du 4e centenaire de la Compagnie (1540-1940), Enghien, Institut Supérieur de Théologie, 1940-1957.

3 Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les collèges français 16e-18e siècles, Paris, INRP-CNRS, 1988, tome 2, La France du Nord et de l’Ouest.

4 Dès cette date, la province de Germanie inférieure (autrement appelée Belgique) est divisée en deux par les autorités jésuites : d’une part la province flandro-belge regroupant tous les pays de langue flamande (soit de Bergues Saint-Winoc à Dunkerque, en passant par Malines et Ruremonde ; le centre provincial est Anvers ; le noviciat à Malines ; et le scholasticat de philosophie et de théologie à Louvain) et d’autre part, la province gallo-belge (le centre provincial est fixé à Lille ; le noviciat à Tournai ; la maison d’études est le collège d’Anchin à Douai).

5 Ce point a déjà été traité dans l’historiographie consacrée au développement de la Contre-Réforme catholique.

6 Ce point est bien connu depuis l’ouvrage d’Ignasi Fernandez Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du concile de Trente, Paris, Publisud, 2001, 762 p.

7 Ouvrages anciens et précieux : F. Willocx (abbé), L’introduction des décrets du Concile de Trente dans les Pays-Bas et dans la Principauté de Liège, Louvain, Uystpruyst, 1929, 318 p. ; Hendrik Jozef Elias, Kerk en staat in de zuidelijke Nederlanden onder de regeering der aatshertogen Albrecht en Isabella (1598-1621), Anvers, De Sikkel, 1931, 303 p.

8 Voir Michel Hermans, « La fondation des collèges jésuites dans les Pays-Bas, la principauté de Liège et l’intervention des pouvoirs urbains », dans Philippe Desmette (dir.), Église, pouvoir civil et enseignement XVI e -XVIII e  siècles, Bruxelles, Publications des facultés universitaires de Saint-Louis / Cahier du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (volume 29), 2008, p. 9-31.

9 Philippe Guignet, Alain Lottin, Histoire des provinces françaises du Nord : de Charles Quint à la Révolution française (1500-1789), Arras, Artois Presses Université, 2006, 440 p. (tome 3) ; Alain Lottin, Lille citadelle de la Contre-Réforme 1598-1668, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, 517 p.

10 Voir une biographie rédigée par un religieux : Alexis Possoz (RP), Mgr Jean Vendeville, évêque de Tournai 1587-1592, et notice sur le P. Eleuthère Du Pont, de la Compagnie de Jésus, Lille, Lefort, 1862, 224 p.

11 Voir Ferdinand François Joseph Lecouvet, Tournay littéraire ou recherche sur la vie et les travaux d’écrivains appartenant par leur naissance ou leur séjour à l’ancienne province de Tournay-Tournesse [dont Michel d’Esne], Gand, Imprimerie L. Hebbelynck, 1865, 63 p.

12 Il s’agit en réalité de l’Histoire de la guerre de Flandre traduite de Famianus Strada par P. Du Ryer. Cet ouvrage a connu plusieurs éditions (en 1 ou 2 volumes selon les formats) dès 1644, toujours à Paris, par Augustin Courbé (associé à Antoine de Sammaville quelquefois) : 6 exemplaires de la première impression sont conservés dans les fonds patrimoniaux de bibliothèques municipales (Auxerre, Grenoble, Nantes) ou de la Bibliothèque nationale ; pour l’édition de 1645, 4 exemplaires (Bibliothèques municipales de Montvilliers et Nantes ; bibliothèque universitaire de Lille 3 ; Bibliothèque nationale de France) ; l’édition de 1649-1651 (Bibliothèques municipales de Semur-en-Auxois, de Nantes) ; l’édition de 1654 (Bibliothèque de Saint-Omer, exemplaire consulté dans cette étude) ; l’édition de 1661 (Nantes) ; l’édition de 1665 (Nantes) et enfin l’édition de 1675 imprimée par les Libraires Associés à Paris (Bibliothèque municipale de Nantes). Voir Augustin (S.J.), Alois de Backer (S.J.), Bibliothèque des écrivains de la Compagnie de Jésus ou notices bibliographiques, Liège, Imprimerie de L. Grandmont-Donders Libraire, 1851, p. 590-594.

13 Cette formula scribendi a été fixée lors de la congrégation générale de 1565, faisant ainsi évoluer les prescriptions stipulées dans les Constitutions d’Ignace de Loyola. Le supérieur écrit la nouvelle au provincial qui fait de même à l’adresse du Général ; ainsi le secrétaire de la Compagnie avertit régulièrement l’ensemble des fondations des décès survenus. L’évocation de ces décès varie, en Germanie inférieure, entre le XVIe siècle (un simple billet, bref) et le début du XVIIe siècle (de véritables notices nécrologiques). Voir sur les enjeux de la normalisation des pratiques scripturaires et de l’écriture épistolaire de la Compagnie, Annick Delfosse, « La correspondance jésuite : communication, union, et mémoire. Les enjeux de la formula scribendi », Revue d’histoire ecclésiastique, 2009, n° 204/1, p. 71-114.

14 Envoyées immédiatement après la mort du religieux par son supérieur, elles comprennent quatre éléments avec plus ou moins de détails : le jour et l’heure de la mort, la dernière maladie ; la carrière du défunt ; les principales vertus et moments importants de sa vie ; la demande des suffrages.

15 Pratique introduite en 1620 par le sixième général de l’Ordre, le RP Mutius Vitelleschi, elle consiste en la rédaction puis la communication de notices, pour tous les membres de la Compagnie, y compris les novices faisant figurer, en latin : le nom, le prénom, le lieu et les dates de naissance et d’entrée en religion, le grade et les principaux offices assumés par le défunt. Ces dispositions sont relayées dès 1620 par le provincial de Flandre, le RP Antoine Sucquet. En la matière, la province gallo-belge s’est montrée très soucieuse de procéder à la transmission de ses sommaires (les Archives royales de Belgique en particulier, en conservent une série quasiment complète de 1620 à 1757), alors que l’on relève plus de relâchement dans la correspondance de la province flandro-belge (certaines rubriques sont omises, de façon récurrente).

16 Leur rédaction par le recteur est facilitée par le travail de l’« investigateur » (instituée dans chaque fondation selon les instructions du général Acquaviva, publiées en 1616 : Reguale Societatis Iesu, Rome, Collegio Romano, 1616, p. 164-176) qui, tous les jours, consigne les événements principaux de l’établissement, les plus confidentiels étant porté sur un registre différent. L’enjeu est important puisque ce général entend publier ces lettres annuelles.

17 RP Alfred Poncelet, Nécrologe des jésuites de la province gallo-belge, Louvain, Bureau des Analectes, 1908, 138 p. ; du même, Nécrologe des jésuites de la province flandro-belge, Wetteren, Jules de Meester, 1931, 279 p.

18 Un instrument de recherche fort précieux : Jean Vallery-Radot (et alii), Le recueil de plans d’édifices de la Compagnie de Jésus conservé à la Bibliothèque nationale de Paris, Paris, Bibliothèque nationale/Cabinet des estampes, 1960, 506 p. Il rassemble trois sources : le recueil du bailli de Breteuil rassemblant 1 222 dessins de bâtiments jésuites (remis au cabinet des Estampes par l’architecte du comte d’Artois, l’un de ses propriétaires, en 1788) ; le recueil de Quimper réunissant 67 plans (p. 367-386) et l’inventaire des plans conservés dans les archives romaines de la Compagnie par le RP Edmond Lamalle (275 plans, p. 387-506). Ces dessins sont le fruit du travail de trois jésuites : le RP Étienne Martellange (1568-1641), le RP François Derand (1588-1644) et le RP Charles Turmel (1597-1675). Voir Henri Bouchot, « Notice sur la vie et les travaux d’Étienne Martellange, architecte des jésuites (1569-1641), d’après des documents inédits conservés au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale », Bibliothèque de l’école des Chartes, 1886, tome 47. p. 17-52 ; Pierre Delattre, « Notice sur la vie et les œuvres du Fr. Ch. Turmel, Breton, jésuite et architecte 1597-1675 », Mémoire de la Société d’histoire et d’art de Bretagne, tome XXII, 1942, p. 29-66 ; Pierre Moisy, « L’architecte François Derand, jésuite lorrain », Revue d’histoire de l’Église de France, tome 36, n° 128, 1950, p. 149-167. Voir la thèse en cours d’Adriana Senard, Un visiteur de l’Ordre à travers la France : Étienne Martellange (1567-1641) et l’architecture jésuite au XVII e  siècle (Université de Toulouse II).

19 Véronique Castagnet-Lars, « La nef tridentine : usage politique et pédagogique d’une image [par les jésuites et les ursulines au XVIIe siècle] », communication lors de la journée d’étude du 16 novembre 2012, à Rochefort-sur-Mer, Religion et commandement maritime de l’Antiquité à nos jours (publication en cours).

20 Cette distinction n’est opératoire qu’à compter de 1612. À compter de cette date, la courbe est obtenue par l’addition des décès survenus dans les établissements des deux provinces, quelle que soit la nature de la mission exercée (ceci inclut donc la mortalité constatée dans les missions terrestres et navales).

21 Voir Hervé Hasquin, Louis XIV face à l’Europe du Nord, Bruxelles, Éditions Racine, 2005, 341 p. ; John A. Lynn, Les guerres de Louis XIV (1667-1714), Paris, Perrin, 2010, 430 p. (première édition en anglais en 1999).

22 Archives générales de la Compagnie, Littera annuae provinciae flandro-belgica G 56, f° 27.

23 Ibid., G 56, f° 87.

24 Ibid., G 56, f° 164.

25 Ibid., G 56, f° 191.

26 Effectivement les premiers jésuites en mission dans les Flandres sont originaires de la péninsule ibérique, berceau de la Compagnie de Jésus. Pierre Kanis (Casinius), prédicateur à Liège dès les années 1540-1550, a accompli son noviciat auprès d’Ignace de Loyola avant de participer avec neuf compagnons à la fondation du premier collège jésuite à Messine. Quant à Pierre Trigoso, de Catalogne, il devient recteur du collège d’Anvers, avant de devoir fuir et de changer d’ordre religieux (I. Vazquez Janeiro, « Pedro Trigoso (1593). Fuestes para una biografia documentada », Antonianum Roma, 1986, volume 61, n° 1, p. 154-171).

27 Dès la bulle de Paul III, Regimini militantis Ecclesiae, du 25 novembre 1540, les jésuites prononcent un vœu d’obéissance spécifique au pape.

28 Jean Willems (Harlemius, en référence à sa ville natale, Haarlem), a été professeur d’Écriture sainte et d’hébreu, avant de devenir recteur du scholasticat de Louvain en 1574, puis vice-provincial en 1576 ; Carlos Sommervogel, Bibliothèque des écrivains de la Compagnie de Jésus, Rome, Institutum historicum S.J., 1981, tome IV, p. 113-114.

29 Archives générales de la Compagnie, Germania Epistolorum XVIII, 27.

30 Voir sur la question de l’anti-jésuitisme : Gerritt Vanden Bosch, « L’image des jésuites dans la République des Provinces-Unies au Siècle d’or : Cinquième colonne ou mythe entretenu », dans Pierre-Antoine Fabre et Catherine Marie (dir.), Les Antijésuites : Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Rennes, PUR, 2010, p. 429-454.

31 En effet, Florent de Montmorency est né à Douai le 18 novembre 1580 et a choisi d’entrer au noviciat jésuite le 15 juillet 1599. Il assure successivement les fonctions de professeur de philosophie au collège d’Anchin à Douai, puis de théologie dans ce même lieu, avant d’exercer les responsabilités de recteur tout d’abord du collège de Lille (1614-1617 ; 1635-1639 ; 1653-1656) puis de celui de Douai précité (1617-1619). Lors de sa capture, il est depuis trois ans, provincial de la flandro-belge (1623-1627). Par ailleurs, il a eu la charge de la province gallo-belge (1619-1623 ; 1632-1642). Il meurt à Lille le 13 août 1659, après avoir été visiteur d’Autriche, assistant de Germanie et vicaire général de la Compagnie.

32 Histoire de la guerre de Flandre traduitte de Famianus Strada par P. Du Ryer, Paris, Antoine de Sommaville et Augustin Courbé, 1654, in-fol., 1 volume, livre IX, p. 503.

33 Une cartographie des collèges jésuites a été proposée dans Véronique Castagnet-Lars, « Les catalogues des bibliothèques, reflet du commerce des livres au profit des établissements scolaires durant les XVIe-XVIIIe siècles. Réflexion menée à partir des archives des collèges jésuites de la France du Nord », dans Jean-François Condette (dir.), « L’École une bonne affaire » ? Revue du Nord. Numéro hors-série collection histoire, n° 29, 2013, p. 73-88.

34 Le RP Delange en informe le RP Général dans une lettre du 20 mai 1578 (Germ. Epist. XIX, 49). Le récit est extrait de l’Histoire de la guerre de Flandre traduitte de Famianus Strada par P. Du Ryer, Paris, Antoine de Sommaville et Augustin Courbé, 1654, in-fol., livre IX, p. 501-502.

35 Germ. Epist. XIX, 36.

36 Entré au noviciat de Tournai le 27 avril 1597, il devient prêtre en mars 1607, après avoir suivi des études de droit à Louvain. Il prononce ses quatre vœux le 16 décembre 1612. Par la suite, il exerce de nombreuses responsabilités pour la Compagnie dans les Flandres : recteur du collège de Bruxelles (1616-1618), provincial (1619-1623), puis procureur de la province (il meurt au retour d’un voyage à Rome en 1626). Voir : Louis Moreri [prêtre, docteur en théologie], Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, qui contient en abrégé les vies et les actions remarquables des Patriarches, des Juges, des Rois des Juifs, des papes, des saints Peres & anciens Docteurs Orthodoxes, des Evêques, des Cardinaux & autres Prelats célèbres ; des Hérésiarques & des Schismatiques, avec leurs principaux Dogmes, Utrecht, E. Neaulme, 1740, XVIIIe et dernière édition, tome VIII, lettres SEH-Z ; Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-sept provinces des Pays-Bas, de la Principauté de Liège, et de quelques contrées voisines, Louvain, Imprimerie académique, 1770, p. 19-20c.

37 Sixième supérieur général de la Compagnie, successeur de Claude Acquaviva en 1615.

38 Lettre du 24 septembre 1577, Germ. Epist. XVIII, 44.

39 Germ. Epist. XXIV, 1-8.

40 Le motif revient régulièrement dans les lettres annuelles : la peste est évoquée par le supérieur de Bergues en 1625 (Archives générales de la Compagnie, Littera annuae provinciae flandro-belgica G 52, f° 128) ; par celui de Cassel en 1636 (ibid., G 56, f°265), et celui de Bailleul en 1638 (ibid., G 56, f° 171).

41 Le cas de Douai est déjà souligné dans la bibliographie. Le Magistrat leur alloue la somme de 1 200 florins pour les remercier de leur dévouement « attendu mesmes que jesques a quinze y ont perdu la vie ». Philippe GUIGNET, Alain LotTIN, Histoire des provinces françaises du Nord : de Charles Quint à la Révolution française (1500-1789), Arras, Artois Presses Université, 2006, p. 143.

42 Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et photographies, FOL-HD-4 (7).

43 Ibid., FOL-HD-4 (11).

44 Ibid., FOL-HD-4 (11).

45 Ibid., FOL-HD-4 (11).

46 Ibid., FOL-HD-4 (11).

47 Voir : Annick Delfosse, « Les enjeux confessionnels et politiques des cérémonies pour la canonisation d’Ignace de Loyola et de François-Xavier : le cas dunkerquois », Actes du 8 e congrès de l’Association des Cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique en 2008, Namur, Presses universitaires de Namur, 2011, p. 575-581.

48 Publiée à Anvers, par l’Officine Plantina et Balthasar Moretus, en 1640. Pour approfondir ce point, voir : Ralph Dekoninck, Ad imaginem. Statuts, fonctions et usages de l’image dans la littérature spirituelle jésuite du XVII e  siècle, Genève, Droz, Collection « Travaux du Grand siècle », XXVI, 2005, 423 p. ; Nienke Tjoelker, « Jesuit Image Rhetoric in Latin and the Vernacular : The Latin and Dutch emblems of the Imago Primi Saeculi », Renaissanceforum, 2010, p. 97-118 ; Lydia Salviucci Insolera, L’imago primi saeculi (1640) e il significato dell’immagine allegorica nella Compagnia di Gesù. Genesi e fortuna del libro, Rome, Editrice Pontificia Università Grégoriania, 2004, 346 p.

49 Il s’agit de Guillaume de Hornes, Baron de Hèze, conseiller de Guillaume de Nassau, prince d’Orange (1533-1584). Voir les Annales du collège d’Anvers conservées dans la Bibliothèque royale de Belgique.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Mortalité cumulée des religieux dans les établissements jésuites des provinces gallo-belge et flandro-belge (1544 à 1773).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Illustration 2. Mortalité des religieux dans les établissements jésuites des provinces gallo-belge et flandro-belge, de leurs premières prédications à la fin de la guerre de Quatre-vingts ans.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540