Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Deuxième partie. Recherche des alliances et préparation du combat

Chapitre V. La rupture avec l’Action française

Texte intégral

1Avec le recul et avec les informations qui sont venues depuis, il n’y a pas à se tromper sur le sens de ma rupture avec l’Action française. Elle a été voulue, préparée pendant deux ans à l’extérieur de l’Action française, avec la complicité de quelques membres des comités de l’Action française.

2Étant donné le plan fait en 1924, en plein accord, et au moment où tout va se réaliser selon les prévisions, la rupture est un acte fou, j’entends avec nos vues de l’époque, et en considérant que le redressement ne peut se faire alors qu’en réaction contre le Cartel des gauches, apparemment responsable de la crise.

3Or Maurras a voulu la rupture ; il a été complice de Pujo qui l’avait préparée. La rupture se fait sur des prétextes. Mais il n’est pas douteux que, à côté de Maurras comme à côté de moi, il s’est trouvé des hommes qui, allant des uns aux autres, mettaient dans les prétextes tout ce qu’il fallait de poison pour obtenir un résultat voulu ailleurs qu’à l’Action française.

4Qui a voulu cet événement ?

5La police ? Cela ne me paraît pas douteux. Mais ce n’est pas elle qui avait en tête la pensée centrale.

6La pensée centrale était dans quelques têtes de la grande finance aussi bien dans celles qui voulaient l’effondrement du franc, que dans celles qui voulaient la revalorisation. Nous étions pour le franc-or, c’est-à-dire pour une monnaie stable, réalisable instantanément, ce qui rendait impossible toutes ces rafles formidables qui ont été faites sur le travail français par les groupes financiers qui ont joué la baisse ou la hausse du franc.

7Je ne crois pas forcer la vérité historique en disant que, de tous ceux qui ont pris part aux batailles monétaires, j’étais un des plus dangereux adversaires des grands écumeurs. Non point à cause des vérités que je publiais (il y a eu dix autres personnes à les publier à peu près en même temps que moi), mais à cause de la volonté que j’apportais dans une action effective qui s’est poursuivie sans répit de 1920 à 1927, qui a été jalonnée par les deux Semaines de la Monnaie, et au cours de laquelle il avait été trop évident que j’avais réussi à coaliser des forces considérables.

8En 1925, au moment où une bande de grands écumeurs (et non de socialistes) décidait de mettre le franc à zéro, j’étais l’adversaire à abattre. On savait que je résistais aux offres d’argent, aux fructueuses collaborations et à tous les moyens que l’on a d’annuler un homme. Nul n’avait prise sur moi. Or je disposais d’une tribune, l’Action française que j’avais fait pénétrer dans tous les milieux bancaires, et je me préparais à augmenter considérablement mes moyens d’action. En outre, je menais la campagne exactement opposée à celle que voulaient les grands meneurs de la banqueroute.

9Ils voulaient rendre les socialistes et les ouvriers responsables de la chute du franc.

10Je mettais la ploutocratie en accusation, et, au premier rang, M. Horace Finaly.

11Il fallait me faire sortir de l’Action française, m’en faire sortir dans des conditions humiliantes, et m’étrangler avant que j’eusse le temps de regrouper des hommes.

12Fin septembre 1925, il n’était pas douteux que cet étranglement était préparé, et que l’Action française allait me jeter par-dessus bord.

13C’était la répétition du coup de 1924, monté par Bernard- Précy, mais avec beaucoup plus de moyens, et bien mieux étudié.

14Fin septembre, M. Jean Gazave, qui était mon collaborateur à l’Action française économique, me résuma une conversation qu’il venait d’avoir avec un certain Arthur, ci-devant commissaire de la marine, secrétaire de la Fédération du Textile, et créature de Pujo ;

15— Arthur dit : c’est fait. Nous avons la peau de Valois. Ce n’est qu’une question de jours. Valois va être exclu de l’Action française.

16C’était un renseignement qui valait cher.

17Là-dessus, le colonel Larpent, le type le plus infernal de l’abruti de caserne que je connaisse, me fit subir un interrogatoire dès ma rentrée.

18Il avait un dossier devant lui, et sa gueule de tortionnaire ouverte dessus. Il m’accusait de détourner les ligueurs de leur devoir, et de les enrôler dans les Légions.

19La pièce qu’il me montra était truquée. Larpent est un artisan de toute la campagne contre Dreyfus. Je ne pus me retenir de penser à la scène initiale où Dreyfus fut accusé.

20J’arrêtai net Larpent :

21— Ici, lui dis-je, je ne réponds pas aux interrogatoires. C’est moi qui pose les questions. Comment et quand fait-on le coup ?

22Larpent est un morceau de la firme « Dutrait-Crozon » qui écrivit en 1907, avec Maurras, la brochure Si le coup de force est possible.

23Il ferma son dossier.

24Je demandai un examen de la politique générale avec Maurras, Moreau et quelques-uns des membres des comités présents à Paris.

25Avant cette réunion, je trouvai un soir chez moi une lettre de Maurras posant une question de principe dans des termes inadmissibles. Toute la politique ouvrière que je menais à l’Action française était mise en question. Il ne me laissait d’issue que la soumission ou le départ.

26J’indique, en passant, que toutes les manœuvres des gens de l’Action française, à partir de ce moment, sont basées sur de faux rapports. Tout à côté de nous, il y a quelqu’un qui leur dit (et qui le croit) que je n’oserai pas me séparer d’eux, et qu’ils pourront m’exclure sans danger, que je serai aussitôt lâché par mes amis.

27Je réunis ma famille et je lui annonçai que je pouvais être amené à prendre une décision qui nous obligerait à recommencer notre vie. L’accord fut général. La chose se présentait de telle manière qu’il fallut prévoir la rupture de relations personnelles et familiales datant de quinze ans. Je ne souhaite cela à personne. Ce fut consenti tout de suite par les miens.

28J’envoyai ma démission à Maurras. Il ne l’accepta pas. Je lui demandai enquête sur les bruits qui couraient. Il me refusa de convoquer cet Arthur qui annonçait mon exclusion, et ce Mazet qui mettait mon honnêteté en doute auprès de son Coty.

29L’affaire devenait très claire. Il me déclara qu’il recevait des plaintes de tous côtés contre mes articles. Je lui demandai une lettre, une seule. Il se fâcha et ne m’en donna pas.

30Nous arrivons au 5 octobre, jour de la rupture.

31Nous fûmes réunis chez Lucien Moreau.

32Lorsque j’arrivai, je trouvai Maurras, Daudet, Moreau, Robert de Boisfleury. Tous les autres membres du comité étaient absents de Paris. À voir les têtes, il n’y avait pas à se tromper sur l’objet de la réunion. Je l’avais provoquée pour l’examen de la politique générale. Les personnes présentes étaient venues pour le cas Valois.

33Maurras exposa l’accusation :

34— Valois menait une politique personnelle, pour laquelle il demandait de l’argent aux amis de l’Action française. Or l’Action française était obligée de réserver toutes les ressources pour elle-même. Coty était prêt à donner cent mille francs par mois à l’Action française à condition de ne pas verser au Nouveau Siècle ce qu’il lui avait promis. Je demande donc à Valois de renoncer à publier le Nouveau Siècle.

35Ma réponse fut qu’il ne m’appartenait plus de décider seul de la publication ou de la non publication, que les dépenses de lancement étaient commencées, que, au surplus, les souscripteurs du Nouveau Siècle n’étaient point ceux de l’Action française, que, sur toutes les sommes recueillies, il y avait à peine vingt mille francs venant d’amis directs de l’Action française, que ce qui était entrepris par le Nouveau Siècle ne pouvait pas l’être par l’Action française.

36Maurras insistait :

37— Caisse commune. Caisse commune.

38Il n’y avait que la caisse en question.

39Enfin Robert de Boisfleury, qui était effondré, m’avoua la situation :

40— L’Action française devait sortir 700 000 francs en quelques semaines ; elle n’avait pas le sou, et elle avait mangé les 300 000 francs reçus pour la veuve de Berger.

41C’était grave. Mais non sans remède. J’exposai qu’il fallait employer les grands moyens. Et ne pas hésiter à utiliser, contre les auteurs de la chute du franc, la chute du franc elle-même. Si nous nous disions d’accord, je me faisais fort de faire un fonds de plusieurs millions avec lequel il nous serait possible de nous couvrir très largement en dollars et livres et d’utiliser les marges bénéficiaires pour couvrir nos déficits de propagande.

42— Caisse commune, répétait Maurras, et renoncez au Nouveau Siècle quotidien.

43Je vis la trappe. On me séparait de mes amis, après quoi on m’excluait. La manœuvre était renversée.

44Maurras me pressa :

45— Votre solution ?

46— Je vous donne ma démission.

47— Alors, c’est la dissociation de l’Action française.

48— Nous nous disputerons abonnés et souscripteurs ! me cria Daudet.

49Pas une fois, il ne fut question de l’action à mener. Cela ne les intéressait pas.

50L’entretien avait duré plusieurs heures. Ils partirent. Je restai avec Moreau. La conversation reprit, confiante.

51Moreau et moi, nous arrivâmes même à concevoir une action commune, concertée, des combinaisons financières communes, et des dispositions à prendre pour que Coty ne joue pas de l’un contre l’autre. Quand je quittai Moreau, je croyais que notre concert était rétabli.

52Mais le lendemain, lorsque je vins chez Moreau pour régler les détails de la séparation, Moreau me présenta un « procès- verbal » rédigé par lui et Maurras et par lequel j’étais démissionné. Je refusai l’examen de ce document. Moreau le jeta au feu.

53Du coup, je revins à ma décision. Moreau insistait pour que je limite ma démission à mes fonctions de membre des comités directeurs et de rédacteur en chef de l’Action française économique. Je donnai ma démission de toutes mes fonctions.

54Nous convînmes que je garderais la Nouvelle Librairie Nationale, qui était mon œuvre, et la présidence de l’Union des Corporations françaises fondée et organisée par moi.

55Presque aussitôt j’apprenais que, à une réunion de l’Union des Corporations françaises organisée par moi, on préparait une manifestation contre moi.

56Je donnai donc ma démission de tout, c’est-à-dire :

57De membre des Comités directeurs de l’Action française, de membre de la Commission de propagande de l’Action française, de membre du Conseil d’administration de l’Action française ; de président de l’Union des Corporations françaises, fondée par moi, et de toutes ses sections que je présidais ; d’administrateur- délégué de la Revue Universelle, que j’avais fondée, pour laquelle j’avais trouvé la moitié des capitaux, et que j’avais tenu en mains pendant sa période noire ; de membre du Conseil d’administration de l’Imprimerie française de l’Édition, fondée pour imprimer le journal et qui n’aurait jamais vu le jour sans moi et sans l’émission de 5 millions que j’avais organisée et réussie en quinze jours ; de rédacteur en chef de l’Action française économique et sociale.

58Je ne conservai que la Nouvelle Librairie Nationale, et la ligue du Franc-or, à laquelle les gens de l’Action française étaient vraiment trop étrangers.

59Il y eut une séparation publique noble et émouvante. En fait, la séparation avait été écœurante. Nous mettions fin à une collaboration de quinze ans. Cela valait une minute de recueillement au moins. Le jour où j’apportai mon dernier article, on s’arrangea pour que je ne visse personne.

60Depuis, ils ont refait le coup à d’autres. Ambroise Rendu, qui fut alors leur complice, voulut donner sa démission à leur congrès de 1927. On allongea la séance où il parlait ; on remit la suite au lendemain. Et à l’ouverture de la séance du lendemain, on prononça son exclusion solennelle avant qu’il ait pu dire un mot.

61Ce ne sont pas des politiques. Ce sont les membres d’une secte, de la plus haineuse et de la plus inhumaine des sectes que l’orgueil ait produites.

62Quelques jours plus tard, je reçus la visite d’une femme en grande amitié avec Maurras et l’une de ses collaboratrices. C’était une femme forte, et peu sensible.

63Elle entra chez moi, et pleura :

64— Je reste avec lui, me dit-elle. Je n’ai pas besoin de vous dire pourquoi. Mais tout est fini. L’Action française est finie.

65C’est fini, fini, fini.

66Elle répétait cela avec un sentiment déchirant.

67Je lui dis mon désaccord avec Maurras, et les plaintes qu’il m’avait faites :

68— Allons donc ! s’écria-t-elle, nous savions bien où vous nous conduisiez. À la victoire. Et maintenant c’est fini. Jamais l’Action française ne réussira.

69Son attitude ultérieure m’a prouvé sa sincérité.

70Bernard de Vesins vint aussi chez moi verser des larmes, et faire un grand geste d’adieu. Ses larmes étaient celles du crocodile. Il n’y a pas de pire fourbe au monde.

71Très volontairement, je n’avais jamais cherché à constituer un clan à l’Action française. J’y avais beaucoup d’amis. Je les décourageai de me suivre. Je dois dire que, à peine la séparation faite, je vis tous les avantages politiques qu’elle présentait, si le public la tenait pour vraie.

72Je voulus partir seul. Ceux qui m’accompagnèrent le firent presque malgré moi. Il fallut briser des amitiés personnelles. Près de vingt années de ma vie, de notre vie familiale étaient brusquement coupées de la période qui s’ouvrait, où la lutte serait dure, et où j’entrais sans aucun de ceux avec qui, quinze ans plus tôt, nous avions commencé la lutte contre l’Argent-Roi, et qui étaient tous tombés pendant la Grande Guerre.

73C’était un grand déchirement.

74C’était une rude aventure.

75La voile était levée. Nous partîmes. Mais nous n’étions que quelques douzaines d’hommes unis par la nouvelle alliance et qui prenions la mer en ces jours d’octobre 1925.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search