Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Deuxième partie. Recherche des alliances et préparation du combat

Chapitre IV. Où il se produit des événements en apparence sans liens et qui préparent ceux de 1926

Texte intégral

I. — Pitt et Cobourg

1La Révolution française eut toutes les faveurs de l’Angleterre à ses débuts. Elle affaiblissait la France et ruinait sa marine.

2Mais elle fit la France plus grande qu’elle n’avait jamais été. Et la France faillit « faire l’Europe ». L’Angleterre combattit la France révolutionnaire pendant vingt-trois ans. Elle coalisa les vieux trônes, au nom de la Légitimité, pour maintenir les peuples d’Europe, divisés entre eux, mais unis pour son service, contre les armées de l’Unité.

3« Pitt et Cobourg » vainquirent la France — et l’Europe, à Waterloo.

4De ces vingt-trois années de guerre, où l’Europe avorta, il est sorti dix nations ennemies.

5Morts, Pitt et Cobourg lançaient les peuples les uns contre les autres. Pour interdire à l’Europe de rassembler ses membres.

6Un siècle après Waterloo, cela donna la Grande Guerre.

7L’Europe de l’Empereur et du Socialisme allemands avorta.

8Mais il en sortit la Révolution russe.

9« Pitt et Cobourg », à l’origine, donnèrent leurs faveurs à cette révolution de maréchaux de noblesse, de petits bourgeois et de socialistes parlementaires qui affaiblissait la grande Russie.

10La Russie soviétique créa un nouvel État russe. En quelques années, elle coalisait d’immenses populations contre les États capitalistes. L’Angleterre vit devant elle, en Europe et en Asie, une Russie plus forte que l’ancienne, et qui dressait contre l’Empire britannique tous les peuples qui travaillent pour les marchands de la Cité et pour les vieilles filles qui parcourent le monde.

11Et la Russie soviétique apportait aux peuples las de la guerre une nouvelle Europe.

12Alors, au nom de l’Ordre et de la Propriété, l’Angleterre refait, contre la Russie soviétique, ce qu’elle a fait contre la France révolutionnaire.

13Elle coalise toutes les vieilles équipes, toutes les erreurs, toutes les routines, tout ce qui est attaché au vieil ordre de choses, et elle épouvante tout cela avec le drapeau rouge flottant sur le Kremlin.

14Mais elle n’unit pas les peuples. Elle les divise entre eux, et les réunit sous sa direction pour les lancer un jour sur la Russie soviétique.

15N’oubliez cela, à aucun moment, lorsque vous lirez la suite de ce récit.

16Et je place tout de suite sous vos yeux la phrase que M. François Coty écrivit et publia dans son journal, le 2 mai 1927, lorsque je dénonçai ses relations surprenantes avec Austen Chamberlain :

17« La Grande-Bretagne est le donjon, le suprême rempart de la civilisation occidentale. Si elle croulait, la France et l’Europe entière s’effondreraient sans défense sous la domination germanique ».

18En 1925, François Coty, n’avait pas encore écrit cette énormité, qui déshonore un Français pour toute sa vie.

19Coty se servait de nous.

20C’est ce qui me fait un devoir de dire ce que je sais de lui.

II. — À la manière de Pitt et Cobourg

21Autrefois, l’Action française était placée sur l’axe de Jeanne d’Arc, de la Convention et des Français patriotes ou socialistes des années quatre-vingt et 90.

22En 1910, quand on parlait de Clemenceau on disait : Aoh ! Yes.

23J’appartiens à cette équipe de révolutionnaires qui ont vécu à l’Action française, et qui récitaient avec feu l’attaque de Déroulède à Clemenceau.

24Pendant la guerre, l’Action française travailla avec Clemenceau. Les principales campagnes de Daudet ont été faites avec les documents passés à l’Action française par Ignace et Mandel. J’ai connu ces relations étant dans la maison. J’étais du clan qui ne voulait pas entendre parler de Mandel. Mais c’est hors de la maison que j’ai appris le plus de choses. Et par exemple que la fête de Jeanne d’Arc en 1919 fut organisée par l’Action française avec les ressources fournies par Clemenceau, c’est-à-dire par les fonds secrets.

25Cela n’empêcha pas Maurras de contribuer à l’échec de Clemenceau lors de sa candidature à la présidence de la République.

26Mais jamais plus l’on n’a parlé de la politique anglaise comme on en parlait aux environs de 1910. Daudet, s’il parle du clan des Ya, ne dénonce pas le clan des Yes.

27Il y a quelque chose de changé dans la maison. Nul n’en parle. Tout le monde le sait.

28J’ai fait un froid épouvantable à une réunion de l’Action française, aux Sociétés Savantes, en parlant du caractère anti- européen de la politique anglaise.

29Aujourd’hui l’Action française est sur l’axe où s’étaient placés le Régent et le cardinal Dubois, et Louis-Philippe.

30Comment cela s’est-il fait ?

31Un après-midi de la fin d’avril 1925, Maurras me dit :

32— Il nous faut cent cinquante mille francs pour demain. Il les faut. Où les trouver ?

33— Je ne vois qu’une personne à qui nous puissions les demander et qui puisse les donner. C’est Coty.

34— Allons les lui demander ensemble.

35Je fis la grimace. Je me rappelais trop la campagne violente de Maurras contre Coty. Cela faisait du chantage à retardement. Cela n’était pas du tout sur le plan où nous étions avec Coty nous offrant ses millions pour le Nouveau Siècle.

36Maurras me pressa. Je consentis au voyage. Nous fûmes chez Coty. Coty entra dans nos vues à l’instant. Il me pria de venir chercher les cent cinquante mille francs le lendemain et le surlendemain.

37C’est en sortant de chez Coty que Maurras me dit, après un long silence : — Nous avons eu tort de ne pas lui en demander trois cents.

38Il était mis en goût.

39Fin juillet 1925, lorsque je lui dis que, décidément, Coty participerait au Nouveau Siècle pour un million et demi, Maurras fit des réserves et demanda tout ou partie de cet argent pour l’Action française.

40Je dus refuser, car le million et demi faisait partie de six millions de capital en puissance réuni parmi les amis du Nouveau Siècle, et les dépenses de lancement du journal étaient déjà engagées. Je lui rappelai que c’était lui-même qui m’avait engagé dans cette affaire, et que je ne pouvais pas me retirer.

41— Mais qu’est-ce que Coty ? lui dis-je. Ne travaillerait-il pas, pour le compte de Briand, à nous opposer les uns aux autres avec des promesses d’argent ?

42Je croyais à ce moment aux histoires racontées par l’Action française sur Briand, et Coty ne m’apparaissait que sous l’aspect d’un marchand de parfums qui s’anoblissait par la politique.

43— Je n’en sais rien, me dit Maurras. Mais ce que je sais, c’est qu’à Paris, lorsque passe une pièce de cent sous, il y a plusieurs personnes pour se précipiter dessus.

44Au mois de mai 1925, la femme d’un banquier, Mme E. D., vint me prévenir qu’un grand effort serait tenté contre l’Action française pour la dissocier, et que Bainville et moi-même subirions les premiers coups.

45Cela me parut si invraisemblable, quant aux résultats, que je manifestai une incrédulité peu polie ; Mme E. D. maintint ses affirmations :

46— Je suis sûre de ce que je vous dis. Vous serez attaqué chacun à votre tour, par brochures, livres, dans votre œuvre, votre vie, et on provoquera des incidents à l’intérieur de l’Action française.

47Ce fut dit avec tant de force que je fus troublé.

48Les brochures et ouvrages parurent. Il y eut un livre dirigé contre ma politique financière et monétaire. Et un contre Bainville. Cela venait d’une maison où il y avait beaucoup d’amis de l’Action française.

49Vers la même époque, Maurras reçut d’un industriel de Marseille, M. C.-P., une lettre qu’il me remit et où son correspondant résumait un entretien qu’il avait eu avec un haut personnage d’un grand établissement de crédit, lequel avait dit :

50— Nous n’avons aucune inquiétude. Notre plan est fait. Nous voulons mettre le franc par terre pour nettoyer la situation. Nous laisserons s’user les ministères. L’opération nous demandera un an. Après, nous ferons un ministère d’Union nationale, avec Poincaré à la présidence, et tous les grands chefs de partis, Herriot, Painlevé, Barthou, Briand, Caillaux, etc.

51— C.-P. n’est pas très sérieux, me dit Maurras en me remettant la lettre que je lus avec Arthuys.

52L’interlocuteur de C.-P. l’était. Les choses se sont passées comme il les avait annoncées.

53Il y a eu cette Union nationale nommée par lui un an à l’avance, et Poincaré président avec tous les chefs de file. Il n’est en défaut qu’en ce qui concerne Caillaux. Et le franc n’a pas pu être aplati au-dessous de deux sous. Notre action l’a empêché. Et les financiers ont vu que, à aller plus loin, ils couraient le risque de faire tout sauter.

54Lorsque l’on a eu un document pareil entre les mains, sachant qui parlait, on est obligé de conclure que la finance a un pouvoir énorme sur la politique.

55Contre le plan révélé par ce financier, la force la plus active, en 1925, et résolue à empêcher l’effondrement de la monnaie ; c’était l’Action française, et à l’Action française, moi-même.

56Cela vous explique ce que m’avait annoncé Mme E. D.

57La campagne contre M. Jacques Bainville ne dura pas.

58M. Bainville adopta cette thèse que l’inflation vient de la politique démagogique des démocraties sous l’influence des socialistes.

59Ma thèse était que l’inflation était voulue par un groupe de banquiers, en particulier par M. Horace Finaly.

60La thèse de M. Bainville est beaucoup plus utile à cette ploutocratie qui, en 1925, avait décidé la chute du franc et préparait l’Union nationale : car les colères du peuple, au lieu de se tourner contre les responsables, sont lancées contre les victimes.

61C’est une ploutocratie qui a démoli le franc en 1925 et 1926.

62Je la dénonçais à l’Action française.

63En 1927 et 1928, c’est le socialisme qui porte en public la honte de la chute du franc.

64C’est l’Action française qui a le plus travaillé à le charger des crimes d’autrui.

65L’Action française a donc retourné sa politique, au bénéfice de la ploutocratie.

66Cela ne s’est pas fait tout seul.

III. — Accrochage avec M. Joseph Caillaux

67Fin juin 1925, quelqu’un s’entremit pour provoquer un entretien entre M. Piétri alors sous-secrétaire d’État aux finances, et moi-même. La rencontre eut lieu chez Drouant. Etaient présents : MM. Bertrand de Lur-Saluces et M. Jean Gazave. M. Piétri est un des hommes les plus charmants que l’on connaisse, d’esprit libre, et travailleur. On était à la veille du dépôt des projets de Caillaux. Je ne dirai ici que ce que j’ai dit moi-même à M. Piétri :

68— M. Caillaux a une situation exceptionnelle. Il peut tout se permettre. Il a la gauche. Et tous les conservateurs le tiennent pour un sauveur. Je souhaite qu’il échoue pour prouver la malfaisance du régime. Mais s’il prend la bonne route, que pourrons-nous faire ? Nous ne pourrons pas le combattre ; si le franc est sauvé par Caillaux, il le sera. Qu’attend-il pour prendre les idées que nous lançons ? Si c’est lui qui fait le franc-or, tant pis pour nous, tant mieux pour la France et pour lui.

69Nous fîmes un examen technique qui dura plusieurs heures.

70Quelques jours après, M. Joseph Caillaux déposait ses projets. Il faisait six milliards d’inflation. J’en étais convaincu d’avance. J’avais préparé une longue étude qui parut le 2 juillet avec le titre : Le Franc assassiné. Le coupable : M. Joseph Caillaux. M. Caillaux me fit poursuivre pour atteinte au crédit de l’État.

71Mais quelques jours après, M. Caillaux lançait, avec Georges Bonnet, l’emprunt-or. C’était le commencement. M. Caillaux fut immédiatement combattu. On lança la grève des banques contre lui.

72Je n’ai revu M. Piétri que très longtemps après. Je ne cache pas que je regrette que, à cette époque, nous n’ayons pu établir au moins une collaboration technique, ouverte. Je crois qu’il y a beaucoup de critiques à adresser à M. Joseph Caillaux, et, en particulier, d’avoir toujours été beaucoup plus « fiscal » que « monétaire », dans la grande crise. Mais il n’en reste pas moins qu’il avait eu l’audace de reprendre possession des droits de l’État devant les financiers, nommément devant M. Horace Finaly, qui était maître aux Finances aux temps de M. Clémentel et de M. de Lasteyrie. Et de tous les hommes des anciennes équipes, M. Caillaux est un de ceux qui ont le mieux compris la nécessité de construire un nouvel État.

73Mais il aurait fallu un hommage aux combattants que M. Caillaux n’a jamais prononcé. L’heure est passée. Ce n’est pas en 1926 que M. Caillaux a laissé passer l’occasion, c’est en juillet 1925.

IV. — Premières manœuvres

74En mai et juin 1925, une maladie m’arrêta dans le travail d’organisation pendant près de six semaines. Je passai une quinzaine au repos chez Eugène Mathon à la campagne.

75C’est là que j’appris l’assassinat de Berger, secrétaire de Plateau, par la fille Bonnefoy.

76Il n’y avait pas à se tromper sur le sens de cet assassinat.

77L’assassinat de Marius Plateau, la série d’actes qui ont amené la mort de Philippe Daudet, acculé au suicide ou assassiné, ce qui se vaut, l’assassinat de Berger, c’était la mise à l’épreuve de l’Action française. Et l’assassinat de Berger, c’était la troisième expérience, définitive.

78Si l’Action française ne réagissait pas, elle était définitivement hors de cause, et destinée à être manœuvrée par tous ses ennemis.

79L’Action française n’eut aucune réaction. Devant la tombe de Berger, on prononça les paroles déjà traditionnelles : Nous te vengerons ! Personne n’y crut. C’était fini.

80Maurras avait promis les événements décisifs pour 1925.

81Cela devenait une comédie sanglante.

82À mon retour, je vis Daudet, qui avait été battu à l’élection sénatoriale de Maine-et-Loire.

83J’avais préparé un manifeste pour appeler les patriotes à l’action révolutionnaire hors du Parlement. Je le dis à Daudet. Il protesta violemment :

84— Je veux retourner au Parlement, me dit-il. J’en ai besoin. Pour l’immunité. Et pour l’affaire de mon fils.

85Je lui opposai que c’était la fin de l’Action française.

86Il me fit une réponse que je lui ferai la charité de ne point reproduire et qui me laissa sans voix.

87Dans mon action entreprise contre la ploutocratie, je me sentis complètement découvert à l’Action française, sans appui, et même combattu à l’intérieur. La campagne de calomnies était plus vive que jamais.

88Je sentis Daudet hostile. Il était dressé contre moi. C’était l’effet du travail d’un an que j’avais connu.

89J’en dirai quelques mots ici en toute liberté. Dans la campagne de l’Action française contre moi, Daudet a été particulièrement immonde. Mais je fais une grande différence entre Maurras et lui. En toutes circonstances, Maurras agit avec calcul, après longue réflexion, avec une profonde méchanceté, une haine froide. Daudet n’en veut pas du tout aux gens qu’il attaque. Il se lance ou on le lance, il crie, il gueule, il pétarade, et il va manger, boire ou dormir, l’âme sereine. Il n’a pas le sentiment que ce qu’il vient d’écrire peut faire du mal à quelqu’un.

90Mais on mène à côté de lui un jeu abominable. On le chauffe ou on le refroidit selon les besoins du jour.

91Le public lui a beaucoup reproché son attitude dans l’affaire de son fils, et il y a eu un temps où, dans les couloirs de l’Action française, les gens de la maison s’abordaient et se demandaient comment on mettrait fin à une campagne incessante et sans issue. Or ce n’était pas Léon Daudet qui s’était lancé dans cette direction, et ce n’était pas lui qui s’y maintenait. Je tiens absolument à dire que, tandis que Léon Daudet, frappé affreusement, voulait demeurer dans sa douleur, à côté de lui, chaque jour, on a organisé l’exploitation de ses propres sentiments. J’ai vu cela de mes yeux : on a créé à côté de lui l’obsession, en lui apportant chaque soir des renseignements vrais ou faux, en lui montrant la vérité tout près d’être atteinte. C’est Maurice Pujo et ses mouchards qui faisaient ce travail.

92Quel était l’objectif de Pujo ? Je reviendrai plus loin sur ce personnage singulier, valet et maître de Maurras, bête et méchant, jouissant à l’Action française d’un pouvoir inexplicable et inexpliqué.

93On ne sait si l’on se trouve devant le meilleur auxiliaire de la police ou devant un raté, terriblement aigri, et qui, tenant Maurras par les bas services qu’il lui rend, veut détruire toute influence autre que la sienne. Il est effroyablement jaloux. Maxime Réal, pour définir la jalousie de Pujo, disait qu’il en voulait à Plateau d’avoir été assassiné. En 1925, il travaillait patiemment à éliminer Daudet, Valois, Bainville et à faire rentrer dans l’ombre les jeunes qui commençaient de se révéler.

94Il faut lui rendre cette justice que, tout bête qu’il est, il sait réussir ces coups-là. Il se dissimule sous sa bêtise épaisse. On ne se défie pas de ce type que Maurras traite comme un chien. Il se venge en silence, et savoure ses vengeances. Il est devenu très fort dans l’intrigue et la calomnie. Il a obtenu ce résultat que je suis sorti de l’Action française, pas comme il l’avait prévu ; mais enfin, j’en suis sorti. Et son chef-d’œuvre, c’est l’exil de Daudet en Belgique, en 1927.

95En 1925, il travaillait à nous opposer, Daudet et moi. Le travail avait commencé fin 1924. Jusque-là, mes rapports avec Daudet avaient été très amicaux, et même affectueux. J’étais l’un des principaux éditeurs de Daudet. Nous avions eu une collaboration sans un nuage. Fin 1924, la défiance entra dans nos rapports. On faisait parvenir à Daudet de fausses indications sur le mouvement de ses ouvrages. Des discussions commencèrent.

96Mais le plus fort, ce fut la savante campagne par laquelle on glissa, dans l’esprit de Daudet et de sa femme, l’idée que j’étais pour quelque chose dans l’assassinat de Philippe Daudet. Que le lecteur ne croie pas un instant que je lance ici une de ces plaisanteries que les gens de l’Action française appellent trop facilement depuis qu’on les a vus faire entrer le Pape lui-même dans les machinations de la Sûreté Générale. Je me garderais bien d’une plaisanterie quelconque à propos de l’affaire Philippe Daudet.

97Voici le fait : Mon nom fut prononcé dans l’affaire Philippe Daudet à propos d’un gaillard qui avait tout l’air d’un indicateur de police, qui raconta, plus d’un an après la mort de Philippe Daudet, qu’il avait été chez Le Flaouter une heure avant l’événement. Une indiscrétion sur cette histoire parut dans un petit journal de chantage et de police : on présentait ce gaillard comme un « commensal de Valois ». Le nom du bonhomme fut connu peu après. C’était un garçon qui avait fait partie d’un groupe rattaché à un organisme corporatif dont j’étais président. Je ne le connaissais pas. Mais c’est sur cette histoire que les bureaux de Pujo commencèrent à travailler. On glissa dans l’esprit de Daudet que mon fils devait être dans l’affaire. On mit en circulation des bruits effarants. On racontait aux victimes (j’ai su cela en 1927 seulement) que mon fils aîné avait accompagné le petit Daudet le jour où il partit pour Rouen. On ne me soufflait pas mot de ces histoires. Seul, Lucien Moreau y fit allusion un jour auprès de moi.

98Et pendant deux ans, de 1923 à 1925, Pujo, Maxime Réal del Sarte et quelques autres, me tenant dans l’ignorance complète de tout ce qui se disait concernant mon fils aîné, menaient enquête sur enquête, chauffaient Daudet, et préparaient, au total, les pièces essentielles de la campagne de calomnies que l’Action française mena plus tard contre moi, de 1925 à 1927.

99Le « travail » fut fait avec une remarquable habileté et une savante discrétion. Je ne connus la campagne menée contre moi à propos de l’affaire Philippe Daudet que par ma seule conversation avec Lucien Moreau. On disait avoir appris le jour même des obsèques, que mon fils aîné avait accompagné le fils Daudet le jour de son départ. On parlait de témoins. Rien n’était plus simple que de m’en parler, de faire comparaître ces témoins, d’organiser des confrontations. Des témoignages de cette importance, cela devait venir à l’instruction, aux procès. Ils ne firent rien sortir au grand jour, ni pendant que j’étais à l’Action française, ni après notre rupture.

100Toutes ces histoires n’étaient destinées qu’à dresser Daudet contre moi, à faire naître des défiances autour de moi et préparer la justification des accusations portées contre moi en 1925-1927. J’ai crevé tout cela, au procès que j’ai fait à l’Action française en 1927. Ma famille était à l’audience, et je sommai les gens de l’Action française de sortir les accusations qu’ils lançaient sous le manteau. Ce fut l’effondrement complet.

101Mais cette affaire a été, en 1925, le moyen par lequel on a décidé Léon Daudet à se tourner contre moi.

102Ce fut du « travail » bien fait. Il est tout à fait dans la manière des grands services secrets. Il n’y a guère que l’Intelligence Service qui possède toutes les traditions nécessaires à l’organisation et à l’articulation d’une si savante campagne de calomnies, préparée si longtemps à l’avance.

103Je quittai Paris, à la fin de juillet 1925, pour passer six semaines dans le midi avec ma famille, à Saint-Gaudens, dans une propriété que les dames Verguin mettaient à notre disposition. À mon départ de Paris, tout était préparé pour le lancement d’automne ; ma décision était prise de proposer à mes amis de prendre le nom du Faisceau pour réunir d’un seul coup nos différentes formations.

104Le Nouveau Siècle hebdomadaire croissait de semaine en semaine. La fondation du quotidien était décidée.

105Les concours nous étaient assurés. Avec Serge André, Eugène Mathon et ses amis du Nord, van den Brœk, des amis de Philippe Barrès, et une vingtaine d’amis déjà groupés, nous avions la certitude des six millions nécessaires à une année d’existence.

106Les Légions étaient fondées ; André d’Humières était parti en tournée dans toute la France, pour fonder des sections.

107Un premier appel fut lancé pour un mouvement général, et les réponses commencèrent d’arriver tout à fait satisfaisantes.

108Hubert Bourgin, qui présidait la Conférence des Ligues nationales, avait préparé une action commune de toutes les Ligues.

109Mathon préparait l’application du salaire-or pour toute la région Roubaix-Tourcoing ; du côté des communistes, Marcel Delagrange devait venir à Saint-Gaudens avec un de ses camarades et nous devions examiner les possibilités d’un grand coup à Périgueux par une adhésion en masse des amis de Delagrange à nos organisations.

110Enfin, je venais de faire la connaissance de René de la Porte, qui avait pris la direction de notre action syndicale à l’occasion de la grève des banques.

111À Saint-Gaudens, où je m’installai avec mes secrétaires, nous préparions le lancement d’automne. Jacques Arthuys était à cinq lieues de moi, à Montréjeau. Nous correspondions chaque jour. Auguste Cazeneuve, son beau-père, prenait part à tous nos entretiens. C’est à Saint-Gaudens et à Montréjeau que, dans l’été de 1925, tout le mouvement du Faisceau a été organisé, dans tous ses compartiments, Auguste Cazeneuve connaissant tout le travail.

112L’indication que je donne ici a son importance car, plus tard, pour des raisons que je dirai, Auguste Cazeneuve prit parti contre nous et retourna à l’Action française. Cazeneuve, qui avait pris part à l’élaboration de toute notre politique (et depuis 1924) savait mieux que personne comment son gendre et moi avions travaillé. Il le dit plus tard à l’Action française, qui n’en continua pas moins de publier ses accusations.

113Un jour d’août, nous décidâmes de nous donner une journée, en nous isolant de tout le monde, pour prendre les décisions définitives. Nous allâmes en automobile à Salardu, en Espagne, au bout du Val d’Aran. C’est là que, sur ma proposition, la fondation et le lancement du fascisme en France furent définitivement décidés. Et tout ce qui pouvait s’ensuivre. Cazeneuve considérait que ma qualité de membre de l’Action française causerait des difficultés, mais j’en fis valoir les avantages dont le premier était, à mon sens, à ce moment- là, que l’Action française nous permettait de surveiller nos organisations naissantes dans toutes les provinces, et d’éviter ainsi la pénétration des éléments indésirables.

114Le 14 août, Marcel Delagrange nous arriva à Saint-Gaudens en automobile avec un de ses camarades, amenés par une personne amie de Périgueux, Mme de C… et l’un de ses fils.

115Le 15 août, nous eûmes un déjeuner avec les Périgourdins, les Cazeneuve, les Arthuys, les dames Verguin et ma famille. Le 14, la conversation entre Delagrange et moi avait été assez rude ; le 15, à déjeuner, les choses ne s’arrangeaient pas mal. Le soir, nous fûmes à Luchon, avec les mêmes personnes. C’est au cours de ces deux repas que fut préparée, sans mystère, une grande journée à Périgueux.

116Je dois avouer qu’il y eut quelque gaieté aux deux repas. Je crois bien que, à la fin du déjeuner, nous nommions Delagrange gouverneur du Périgord et personne ne se méprenait sur le caractère gastronomique de cette nomination. Mais il est toujours dangereux de plaisanter devant certaines personnes.

117Car c’est cela qui permit le lendemain à l’un des assistants de raconter à Bernard de Vesins, à Lourdes, que « Valois devenait fou, et qu’il voulait s’emparer de Périgueux avec l’aide des communistes qui sont ses amis et des Camelots du Roi, et proclamer les États indépendants ».

118C’est cela qui servit à Maurras à prouver que j’avais fait passer la France à côté de dangers terribles, et que j’avais conclu quelque entente secrète avec Moscou.

119C’est à cette date du 15 août que commence l’offensive contre notre œuvre, et surtout contre moi-même.

120Notre décision définitive de lancer le Faisceau n’est vieille alors que de quelques jours, mais, dès le lendemain, la bataille commence. Et, en une quinzaine, tout ce que nous avons mis plusieurs années à construire est compromis.

121À Lourdes, où se trouvent réunis, auprès de Bernard de Vesins, un certain nombre de brancardiers dont quelques- uns sont mes amis personnels, depuis quinze ans, commence la campagne qui me montre comme une espèce de fou projetant les plus folles opérations avec les communistes.

122André d’Humières, passant dans le Midi, est mis en garde contre mes projets.

123Eugène Mathon m’écrit le 15 qu’il est complètement d’accord avec moi dans la grève des banques. Trois jours plus tard, il se retourne entièrement ; il m’envoie un rapport de Ley, et il m’annonce qu’il convoque mes collaborateurs à Roubaix pour leur faire la leçon ; je télégraphie à Paris pour empêcher ce voyage. À la fin d’août, la discussion entre Mathon et moi, proprement envenimée secrètement par quelqu’un qui lisait ses lettres et les miennes, prend un tel caractère qu’il est évident que nous allons grand train à la rupture.

124Van den Brœk reçoit l’avis que je suis dans un tel état physique qu’il est inutile de marcher avec moi.

125À Roubaix, on annonce que je suis tuberculeux.

126Plus tard un médecin d’Action française écrira à Bourgin que je suis perdu, atteint que je suis d’une maladie de décomposition du sang.

127Chez Coty, un de ses architectes, qui est d’Action française, dit à son patron que je deviens fou, et que, bien qu’il me connaisse depuis vingt ans, il se demande si je suis un honnête homme.

128Enfin je reçois, en une seule quinzaine, deux lettres de Maurras d’un caractère tel que jamais je n’en ai reçu pendant quinze ans.

129J’avais préparé une action dans le Midi, où j’avais étudié, avec une douzaine de personnes réunies d’abord chez Ambroise Rendu puis à Toulouse, la possibilité d’une édition du Nouveau Siècle du Midi, par une fusion de l’Express du Midi et du Télégramme, pour faire pièce à la Dépêche de Toulouse. La conversation à ce sujet avait commencé à propos d’un examen de la situation de l’Express que Maurras et Moreau m’avaient prié de faire avec Rendu. J’avais conclu que la seule entreprise viable était un grand journal moderne. Tout le monde avait été d’accord. Brusquement, sans raison apparente, tout se renversa.

130Nous examinâmes la situation, Cazeneuve, Arthuys et moi. Nous lûmes ensemble les lettres de Maurras. Cazeneuve et Arthuys tenaient pour impossible que les menaces évidentes contenues dans les lettres de Maurras puissent être exécutées. Je dis que, de mon côté, je regardais comme une impossibilité de modifier quoi que ce soit à nos liens avec l’Action française.

131On conclut qu’il n’y avait que des malentendus.

132Mais tout sentait la poudre.

133Je répondis très net à Maurras en lui disant que mon intention arrêtée était de ne plus accepter, à l’Action française, que l’on remît à six mois les réponses à mes propositions.

134Ma volonté bien arrêtée était d’entraîner toute l’Action française dans un mouvement révolutionnaire. Je la tenais pour gouvernée par des hommes parfaitement résolus à ne jamais agir, mais comme une force indispensable contre la ploutocratie.

135Je n’ignorais pas qu’un très grand nombre de ligueurs étaient dans le même sentiment que moi.

136J’estimais que nous étions à l’ouverture d’une des plus grandes crises du régime et qu’il fallait bousculer les vieilles habitudes, prendre le commandement de toutes les troupes nationales et se mettre en marche pour la conquête du pouvoir. Ma lettre à Maurras contenait tout cela.

137À la mi-septembre, nous quittâmes le Midi, Arthuys et moi. Nous rentrions à Paris, en passant par Roanne où nous devions faire une première réunion sous le nom des Légions avec mobilisation et manœuvre de cadres. C’était l’Action française du lieu qui avait organisé une journée, estimant qu’il y avait beaucoup plus de résultats à obtenir sous le nom des Légions que sous son nom à elle. Tout était préparé par un certain Émile Brun, de Cours, que j’avais trouvé seul dans sa région quatre ans plus tôt, que j’avais guidé dans son travail et qui, ma foi, avait assez bien réussi. Car ses sections étaient montées avec du vrai peuple, et non avec des hobereaux et leurs fournisseurs.

138Nous eûmes un gros succès. Il y eut mobilisation des sections de la région, défilé, réunion publique avec grosse affluence, banquet avec patriotes de tous partis, Marseillaise. Cela faisait une petite répétition de ce qui pouvait être fait dans toute la France.

139— Nous sommes sur l’axe du succès, disions-nous, avec Arthuys en regagnant Paris.

140Nous rentrâmes le 20 septembre.

141Le 21 septembre, à 19 heures, je vis Maurras.

142Le soir, nous savions, Arthuys et moi, que tout ce que nous avions préparé nous claquait dans les mains : Mathon et Coty se retiraient ; notre groupe se disloquait et nous étions sans argent.

143Nous fîmes connaître à nos collaborateurs que nous marchions, et que le Nouveau Siècle paraîtrait avant la fin de l’année.

144Et nous fixâmes la date du lancement du Faisceau au 11 novembre.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search