Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Deuxième partie. Recherche des alliances et préparation du combat

Chapitre II. Le complot fasciste

Texte intégral

1En mai 1924, l’Action française est effondrée.

2Et tous les groupes de droite le sont avec elle.

3Je n’ai jamais vu pareil accablement.

4Mais nous étions une demi-douzaine d’hommes, nullement conservateurs, très alertes en ces circonstances.

5Nous pensions que le vieil État individualiste et parlementaire allant à l’abîme, il y aurait concurrence entre nous et les communistes pour la conquête de l’État, contre la ploutocratie, et que le premier arrivé absorberait l’autre.

6J’ai écrit cela en toutes lettres à cette époque, dans l’Action française. On voit que la conception exposée par nous, dès 1924, n’avait rien de conservateur ni de droite. C’était une conception révolutionnaire. Ceux qui ne l’ont pas comprise se bouchaient les oreilles et se fermaient les yeux.

7J’avais fait une campagne électorale, en avril, avec la participation de Frantz van den Brœk, un homme du monde qui venait avec nous au café, qui faisait partie de la conférence Molé, cachait un œil de verre sous un monocle, nous prêtait son automobile, son salon où il y avait de fort belles choses, et se montrait très généreux pour nos œuvres, sans discussion.

8Van den Brœk avait été autrefois membre du service d’honneur du duc d’Orléans, l’avait quitté au moment de la réconciliation du duc avec l’Action française, et voulait faire de la politique. Il nous offrait des dîners magnifiques, que j’admirais en les critiquant parce que l’on n’y pouvait pas travailler. On pouvait travailler après.

9Le 22 mai, dîner politique chez van den Brœk.

10Il y a là Hubert Bourgin, Auguste Cazeneuve, Jacques Arthuys, Valentin Smith et deux ou trois personnes peu connues dans l’histoire et qui ont disparu.

11— Que fait-on ? Le pays est à plat.

12— La révolution nationale.

13Et je propose le plan que voici :

14Faire une concentration des groupes de combattants, des ligues nationales, des groupements de producteurs, avec des éléments pris chez les socialistes et les communistes ;

15Construire les organes élémentaires d’un nouvel État, à forme syndicale, et se tenir prêt à le substituer à l’État parlementaire ;

16Former une milice nationale ayant comme cadres et noyaux les combattants de la Grande Guerre ;

17Faire le rassemblement au-dessus des partis, enrôler les royalistes, les bonapartistes, les républicains ;

18Ne pas poser la question constitutionnelle ;

19Donner comme objectif la dictature du combattant ;

20Moteurs : l’esprit de la victoire, l’appétit de création d’une nation sûre d’elle-même ;

21Moyens de coalition : lutte générale contre l’inflation, défense de l’épargne pour les rentiers, la rente-or ; défense des prix pour le producteur, le franc-or ; défense du salaire pour les salariés, le salaire-or ;

22Pas d’intervention de l’armée ;

23Au moment décisif convoquer une grande assemblée nationale d’où sortira un gouvernement et un chef national ;

24Être prêts dans un délai de dix-huit mois à deux ans ;

25Ceci était la partie commune aux différents partis constitutionnels.

26Je réservais ma propre liberté en ce qui concernait le régime lui-même. Il était prévu que la question serait posée au pays après ces événements.

27Pratiquement, les moyens de réalisation étaient :

28La rédaction rapide de quelques livres de doctrine pour définir la politique de la victoire, la Révolution nationale, l’esprit du combattant, le redressement financier, la nouvelle organisation économique ;

29Un appel aux combattants, la formation de légions ;

30La formation d’une conférence des Ligues nationales ;

31La fondation d’un grand journal quotidien d’information orientée ;

32La création de comités intersyndicaux pour l’étude des questions posées par la dépréciation monétaire ;

33La fondation de journaux en province ; L’utilisation des grandes dates de la guerre pour jalonner la route et « valoriser la victoire » ;

34La création de gros noyaux ouvriers ;

35Une alliance avec quelques éléments d’origine communiste contre les grandes puissances d’argent ;

36En 1925, la réunion de toutes les pièces détachées et travaillées en 1924 et 1925 ; le déclenchement d’un mouvement général ;

37En 1926, l’assaut.

38J’indiquais comme moment critique la période de décembre 1925 à juin 1926.

39On nous accordera que nos prévisions étaient assez justes et que les étapes avaient du bon sens.

40L’énorme erreur de ce plan, c’est que, à cette époque, nous voulions l’exécuter sur l’axe des droites, ce qui excluait toute possibilité de réussite durable. Et il n’y a pas d’éléments, à droite, pour construire un État nouveau. Les conservateurs sont, par définition, attachés à l’État d’hier, pas même à l’État d’aujourd’hui. Les royalistes veulent l’État de 1789 ou de 1 830 ; les plébiscitaires celui de l’an VIII, les impérialistes celui de 1805 ; les bonapartistes celui du Deux-Décembre ; les républicains de droite, celui de 1875 ; les radicaux conservateurs, celui de Waldeck-Rousseau. Nul de ces gens-là ne comprend qu’il faut construire un nouvel État, celui que nous nommions l’État syndical.

41Nous étions des hommes de la Jeune Gauche, de la très Jeune Gauche, au milieu des gens de droite. Cela devait produire plus tard quelques sérieux malentendus.

42En 1924, les gens ne regardaient pas nos idées de près. Ils voyaient des gaillards alertes, prêts à l’action, et qui n’étaient pas communistes.

43Ils suivirent.

44Chez van den Brœk tout le monde fut d’accord.

45Le 29 mai, chez Lucien Moreau, avec Charles Maurras et Bernard de Vesins, je refis l’exposé. Je le complétai au point de vue de l’Action française : l’Action française, dans cette partie, devait surveiller tous les groupements à fonder dans toute la France, renseigner sur les personnes, éviter ainsi l’arrivée des éléments policiers ou de moralité douteuse. En outre, le mouvement général ne posant pas la question du régime, chaque groupement réservant sa liberté à ce sujet, l’Action française devait profiter de cette période pour faire un effort intense de propagande.

46Je proposai un plan de propagande qui comportait un gros travail d’édition d’ouvrages ; une diffusion énorme de l’Enquête sur la monarchie ; édition à un million d’exemplaires d’une brochure de propagande ; conférences méthodiquement organisées pour conduire les esprits, par le commentaire des événements, de la vie doctrinale à la période d’action ; organisation spéciale de la banlieue avec les moyens de l’Action française, avec tout un programme spécial ; large développement ouvrier de l’Union des Corporations françaises.

47Tout fut approuvé, accepté, par des gens qui, n’ayant aucune idée étaient prêts à accepter tout plan ayant quelque solidité. Il était entendu que j’étais agent général d’exécution. À ce moment-là, dans mon esprit, j’avoue que je laissais Maurras, au tout premier plan, sur une sorte de siège pontifical, d’où il commandait aux nues et aux hommes.

48L’entreprise était conçue loyalement.

49Aux socialistes et aux communistes, on offrait de faire la révolution ensemble contre la ploutocratie, et nous déclarions que le commandement nous resterait.

50Aux bonapartistes et aux républicains, on proposait l’alliance contre le vieil État parlementaire, avec toute liberté de propagande, chacun chez soi, pour louer la République, l’Empire ou la Monarchie.

51Le redressement de l’État opéré, on posait la question au peuple.

52Je ne cache pas que je croyais dur comme fer, à ce moment- là, que, concurrente des autres, le jeu étant joué honnêtement, l’Action française l’emportait par la force de ses doctrines.

53Quelques mois plus tard, j’exposais ce plan à la reine Amélie en présence de Charles Maurras, la reine ayant bien voulu accepter de le transmettre intégralement à son frère le duc d’Orléans. J’exposai qu’il ne nous appartiendrait pas à nous autres de faire un roi, mais de faire une révolution hardie, audacieuse, ne manquant pas de brutalité, et que ce serait au prince, ensuite, dont la venue aurait été préparée dans les esprits par la propagande, de se faire appeler comme modérateur, comme metteur en ordre de la révolution.

54Évidemment, tout cela n’était pas très conservateur. Et c’était une assez jolie erreur que de penser réaliser un tel programme avec les gens de droite.

55Les vieux républicains ont su empêcher cela. Ma foi, je les en loue. Car la réussite de ce plan, avec les gens de droite, aurait été une catastrophe pour le pays. Je dois dire que j’ai compris cela en juin 1926, lors de notre assemblée de Reims. Je le dirai plus tard.

56Ce qu’il y a de prodigieux dans cette affaire, c’est que les vieux républicains ont exécuté leur manœuvre, contre notre plan, avec le concours de l’Action française, qui a complètement trahi ses princes, ses troupes, les patriotes, et qui a été, en même temps, la servante consciente ou inconsciente de la ploutocratie.

57En mai 1924, l’Action française, représentée par Maurras, Bernard de Vesins et Lucien Moreau, approuvait entièrement mes propositions et, je puis le dire, sur plans et devis. Car j’avais figuré la manœuvre en un schéma, et je proposais l’utilisation de la dépréciation certaine et prévue de la monnaie pour nourrir toute l’entreprise, en faisant un fonds de plusieurs millions qui serviraient à en produire une quinzaine pour commencer.

58Sur ce dernier point, je dis tout de suite que je n’ai pas eu beaucoup de succès. Les gens qui ne comprenaient pas me prenaient pour un fou. Les gens qui comprenaient bien, — et il y en a eu, Seigneur ! — préféraient faire l’opération pour leur compte plutôt que pour la patrie.

59Tel est le complot fasciste, ainsi nommé dans mon esprit dès 1924.

60Je vais vous dire tout de suite les dates de réalisation, afin que vous ayez vos repères dans la lecture des chapitres suivants :

61Juin 1924 : fondation de la chronique des Ligues nationales, avec Hubert Bourgin.

62Automne 1924 : fondation de la Conférence des Ligues nationales présidée par Hubert Bourgin.

6315 novembre 1924 : premier appel aux combattants par Bourgin, Arthuys, Valois, à la salle des Ingénieurs civils ; même mois : premier appel aux socialistes et communistes à Périgueux.

64Automne 1924 : constitution des premières formations des combattants sous le nom « L’appel au combattant ».

65Automne 1924 : publication de la nouvelle édition de l’Enquête sur la monarchie dont vingt mille exemplaires seront mis en circulation par mes soins ; publication de la Révolution nationale, de moi-même.

66Janvier 1925 : publication du livre Les Combattants, par Jacques Arthuys.

67Février 1925 : lancement de l’hebdomadaire le Nouveau Siècle ; pour la politique de la victoire ; premier manifeste d’écrivains combattants.

68Mars 1925 : fondation des Légions, groupement de combattants pour la politique de la victoire.

69Juillet 1925 : publication d’un numéro spécial contre l’inflation, poursuites contre nous ordonnées par Caillaux.

70Même mois : publication de mon ouvrage L’État, les Finances et la Monnaie apportant une solution du problème financier.

71Fin juillet 1925 : ouverture d’une grande campagne pour le salaire-or, et participation à la grève des employés de banque ; lancement du tract pour le salaire-or. Les groupements du nord se préparent à adopter franc-or et salaire-or.

7211 novembre 1925 : fondation du Faisceau.

73Automne 1925 : publication de la brochure de Maurras : Pour en sortir ; c’est cette idiotie indigeste qui est la réalisation de la brochure à gros tirage que j’avais demandée à l’Action française.

7421 février 1926 : dixième anniversaire de l’attaque sur Verdun. Grande manifestation du Faisceau à Verdun.

7520 mars 1926 : le Faisceau, à la salle Wagram, déclare qu’il s’opposera par la force à la sortie de l’or de la Banque que l’on veut envoyer à l’étranger.

7627 juin 1926 : anniversaire de la paix. Grande assemblée nationale organisée à Reims par le Faisceau, qui annonce une nouvelle assemblée à Meaux.

7723 juillet 1926 : devant la certitude d’un mouvement révolutionnaire ayant le Faisceau à sa tête, le Parlement laisse pleins pouvoirs à M. Raymond Poincaré, qui sauve le franc et temporairement le vieux parlementarisme.

78On voit que le plan de 1924 s’est déroulé selon les prévisions faites. Deux choses n’avaient pas été prévues ;

79La trahison de l’Action française, qui s’est produite à la fin de 1925 ;

80La rentrée de Poincaré sauvant le vieux parlementarisme grâce à cette trahison de l’Action française qui a favorisé le fascisme parlementaire contre le fascisme du pays, mais qui, surtout, a consolidé la ploutocratie, cachée derrière le paravent du vieux parlementarisme.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search