Desktop versionMobile Version

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Deuxième partie. Recherche des alliances et préparation du combat

Chapitre premier. Intermède électoral et épisodes policiers

Volltext

I. — Les élections de 1924

1La conclusion de mes expériences de 1920 à 1924, c’est qu’il est impossible de coaliser les groupes industriels et les groupes ouvriers contre la ploutocratie. Ni même de les amener à se contraindre les uns les autres à l’action.

2Notre action par le Comité des États généraux et les Semaines avait été à la fois une réussite et un échec. Réussite en ceci que nous avions arrêté l’inflation, rendu impossible un coup mortel au franc en 1924, coalisé des producteurs pour résister à la ploutocratie. Mais le mouvement d’ensemble, par le Comité des États, n’avait pu déboucher. À cause du refus absolu des chefs d’entreprise d’entrer dans la bataille associés aux troupes ouvrières.

3Il fallait aller au-delà des États généraux et entrer dans une action nettement révolutionnaire. Mes propositions faites dans ce sens à l’Action française furent repoussées. Je pensai aller en parler au duc d’Orléans pour obtenir de lui une déclaration qui rendît visible une alliance qui avait été ma pensée en entrant à l’Action française : le Prince et le Peuple contre l’Argent. Mais c’était contraire à la volonté de Maurras qui n’admet pas que les Princes donnent une direction quelconque dans la politique française.

4Je demandai que nous nous séparions nettement de M. Poincaré. Presque tous les membres de l’Action française furent d’accord. Maurras fut violemment hostile à ma proposition. L’Action française demeura poincariste, comme elle n’a jamais cessé de l’être, même lorsque Daudet couvre M. Poincaré d’injures. C’est un des mystères de la maison. Poincaré et Maurras ont l’un pour l’autre une tendresse profonde. Ils correspondent. Poincaré sait très bien que Maurras ne résiste pas aux attentions que les hommes au pouvoir ont pour lui. Poincaré, au milieu des affaires de l’État, écrit à Maurras. C’est, pour Maurras, la reconnaissance de sa suprématie intellectuelle. Et c’est pour lui, le vrai pouvoir. Il sera poincariste toute sa vie.

5L’Action française décida de prendre part aux élections de 1924. C’était la grande pensée de Maurice Pujo, qui flattait le goût de Daudet pour la tribune. J’étais tout à fait opposé aux élections, pour la raison qu’il est absolument fou et illogique de vouloir faire la monarchie ou la dictature par le moyen parlementaire. La monarchie et la dictature, cela se fait par la force et non autrement. Mais j’ai déjà dit que l’Action française a renoncé depuis longtemps au coup de force. Or, au lendemain de la grande crise du franc de janvier-mars 1924, il fallait absolument faire quelque chose. On ne pouvait compter provoquer un mouvement dans la bourgeoisie industrielle, qui était complètement rassurée par le poincarisme triomphant. On prit le parti de se lancer dans les élections.

6Bernard de Vesins et moi nous fûmes les derniers à nous rendre. Nous nous réfugiâmes derrière le Comité des États généraux auprès de qui nous avions pris des engagements. Maurras vint spécialement au Comité pour obtenir qu’il nous déliât. Bernard de Vesins brûlait d’être délié. Maurras fit valoir que Daudet se présentant, j’étais dans l’obligation de me présenter moi-même, car mon abstention signifierait un blâme à notre collègue, à qui il me rappela que je devais la vie.

7Nous fûmes déliés. Je mis une condition à mon acceptation, à savoir que je me présenterais en banlieue et que je ferais une campagne révolutionnaire et antiparlementaire.

8Je fis ma campagne, avec une conviction très médiocre. Je démontrais aux électeurs que la méthode parlementaire était absurde, qu’ils allaient confier tous leurs biens, leur avenir à des gens qu’ils ne connaissaient pas. Louis Latzarus, Pierre Héricourt, van den Brœk d’Obrenan faisaient liste avec moi. Héricourt, en particulier, se donnait vraiment du mal pour être élu.

9Notre campagne de banlieue fut très mal soutenue par l’Action française. On ne nous donnait que des services d’ordre extrêmement maigres. Comment avons-nous pu tenir nos réunions ? En général, ce fut miracle. Lorsque nous avions du monde, nous étions noyés. Dix fois nous avons retourné des salles hostiles qui n’auraient eu qu’un mouvement à faire pour nous pousser dehors. Parfois, nous étions fondés à nous demander si nous ne nous trouvions pas devant un sabotage bien organisé rue de Rome même.

10Les réunions de Paris étaient au contraire triomphales. Quelques jours avant les élections, il y eut à Luna-Park une assemblée avec un tel concours de peuple que l’on pouvait attendre quelques succès.

11Nous fûmes complètement battus le 11 mai. Je conserve le souvenir le plus gai de cette soirée de défaite. Daudet était convaincu que nous aurions dix sièges ; il avait d’abord parlé de la majorité absolue à Paris. Rue de Rome, on avait organisé un buffet magnifique. Tous les candidats étaient là, avec leurs femmes. On attendait la grande vague nationaliste.

12À partir du moment où les résultats arrivèrent, de quart d’heure en quart d’heure la réalité s’imposait plus brutalement. L’un après l’autre les candidats disparaissaient, sans bruit. Lorsqu’on apprit la défaite de Daudet, ce fut un désastre. On se raccrocha à mon élection. Il paraît que je fus élu. Il ne me manqua en effet qu’un petit nombre de voix, et qui manquèrent parce que, dans quelques communes, des maires refusèrent d’admettre que Georges Valois et Georges Gressent fussent une seule personne. On me demanda de m’occuper de l’affaire dans la nuit. Je ne fis pas un mouvement et l’Action française n’eut pas un seul élu.

13Je restai avec quelques personnes jusqu’au matin pour voir Maurras à son retour de l’imprimerie. Quand il arriva avec Pujo, vers quatre heures du matin, il nous trouva, Lucien Moreau, Jean Gazave, mon fils Bernard et moi, devant un buffet énorme, avec une file imposante de bouteilles pleines.

14— Mangeons d’abord, dit Maurras.

15Je conserve de cette scène un souvenir où il y a du dégoût. Il était un peu trop visible que Maurras n’avait fait marcher ses troupes que pour les occuper. Il s’imposa à mon esprit que Maurras méprisait profondément son public. Sinon il eût été inconcevable qu’il eût ce désintéressement devant le résultat de cette stupide aventure qui avait coûté deux millions. Il mangeait. Et il rigolait. Lui qui s’était donné tant de mal pour nous entraîner dans les élections, il rigolait. Il mangea. Il but. Pujo fit la même chose que lui. Nous étions silencieux.

16Les deux hommes repus, on parla.

17Maurras et Pujo commencèrent l’examen de la situation.

18Lucien Moreau dit, avec un sentiment où il y avait une certaine tristesse, mais aussi de la satisfaction :

19— C’est le triomphe de Valois. Il ne voulait pas faire les élections.

20— Je vais vous dire, bredouilla Pujo, nous avons eu tort de ne pas employer les agents électoraux ordinaires. Il faudra le faire en 1928. Ainsi dans le VIe, il y a un marchand de parapluies…

21Je vis rouge. Je lui coupai brutalement la parole en me plaçant entre Maurras et lui.

22— Maurras, lui dis-je, s’il doit être encore une fois question des élections dans la maison, je vous donne ma démission.

23Et j’éclatai, avec une violence que je ne reproduis pas et qui ne s’était jamais exprimée dans aucun entretien avec Maurras.

24— Les élections me dégoûtent, et je ne veux plus en entendre parler.

25La conversation fut arrêtée net.

26Il était apparu que des liens s’étaient brusquement rompus. Je ne me l’avouais pas à moi-même. Mais ce spectacle de Maurras et Pujo bâfrant en cette nuit, et l’auteur de l’Avenir de l’Intelligence accordant toute son attention à cet imbécile de Pujo parlant du marchand de parapluies du VIe arrondissement, c’était un jet brutal de lumière sur les profondeurs de l’Action française.

27Nous nous séparâmes.

28Jean Gazave, arriviste comme pas un, s’attachait à ma fortune.

29Pujo était devenu mon pire ennemi.

30Maurras hésitait entre Valois et Pujo.

II. — L’opposition Pujo-Valois

31Dans les semaines qui suivirent, les gens de l’Action française furent tout à fait effondrés. C’était écœurant.

32Daudet travaillait à se retirer de la vie politique. Il me demanda de préparer à ma librairie une sorte de revue qu’il rédigerait seul. Ce qu’il a fait depuis sous le nom de Courrier des Pays-Bas. Je refusai après avoir montré à Maurras et à Moreau les inconvénients politiques de ce travail de Daudet à l’écart.

33Pujo vivait dans la terreur de l’on ne savait quoi. Il était convaincu que toute l’Action française allait être arrêtée par Caillaux et ses amis. C’est beaucoup plus tard que j’ai trouvé une explication pour l’étrange attitude de Pujo.

34Quelques jours après les élections, Lucien Moreau vint chez moi me dire qu’il fallait absolument faire quelque chose pour tirer l’Action française de la torpeur où elle était. Lucien Moreau était le seul qui eût un peu de ressort à ce moment. Je lui exposai un premier plan d’action. Il se dit d’accord. Nous nous réunîmes chez lui le 29 mai, lui, Maurras, Bernard de Vesins et moi. Je refis mon exposé, c’était la première esquisse du mouvement de 1925-1926. Je le dirai plus loin. Ce fut l’accord complet. Il fut entendu que l’on mettrait Pujo au point, et je demandai que l’on tînt en dehors du vrai travail l’incorrigible bavard qu’est Maxime Réal del Sarte, courtier en marbres.

35Maxime Réal del Sarte est un des fléaux de l’Action française ; effroyablement bavard, et mauvaise langue, sa manie est d’entrer en relations avec tous les hommes politiques que l’Action française injurie. On lui répond, naturellement, et on le manœuvre. Il a ainsi toute une correspondance de Poincaré, de Millerand, d’Herriot, et de beaucoup d’autres, correspondance qu’il montre partout. Les braves petits Camelots de province sont ainsi convaincus que leur Maxime « possède » Poincaré, Millerand, Herriot, etc.

36Maxime Réal dit del Sarte trouve beaucoup de commandes de marbres au bout de ces manœuvres. Je le considérais comme très dangereux dans l’action à entreprendre. En 1917, il s’était mis en relations avec Clemenceau, qui l’avait reçu, l’avait embrassé et en avait fait son homme de manœuvre à l’Action française. À ce moment-là, on nous montrait cela comme le fin du fin : Clemenceau obligé de demander son aide à l’Action française. Le Vieux se servait d’elle.

37Maxime Réal voyait Mandel très fréquemment. Il avait arrangé avec lui les élections de Bordeaux. Naturellement quand Réal et Mandel sont en face l’un de l’autre, ce n’est pas le premier qui roule le second. Et c’est par Réal que Mandel connaît tout ce qui se passe à l’Action française, qui fut l’organe de combat de Mandel et d’Ignace en 1917 et 1918, et qui est devenue une des machines du clan Clemenceau.

38C’est ce qui explique la terreur de Pujo en 1924 devant le retour au pouvoir du clan Caillaux.

39En mai 1924, j’étais simplement en grande défiance devant ce Maxime Réal, agent de liaison avec Mandel. Car j’appartiens à cette génération formée par Barrès, Jaurès et Georges Sorel qui regarde comme une des grandes journées historiques cette journée parlementaire où Clemenceau fut dénoncé par Déroulède comme agent de l’Angleterre.

40La semaine suivante, à une réunion du comité de liaison à l’Action française, lorsque Maxime voulut raconter ses histoires, Maurras l’arrêta. Maxime, habitué à l’absence de réaction de Maurras devant lui, comprit qu’un changement s’était produit. Il n’est pas intelligent. Mais il est roublard. Il devina les dispositions nouvelles et se tourna contre elles.

41J’avais reçu mission de m’entendre avec Pujo. Je le fis. Je l’invitai à dîner un soir. Je trouvai un homme avec tous ses piquants dehors. Profondément blessé de son échec aux élections, et m’accusant secrètement de son échec. Il se trahit presque aussitôt. Sans aucune raison, il me fit une déclaration qui me révéla ses sentiments :

42— Voyez-vous, Valois, je ne connais qu’une chose, l’intérêt de l’Action française. S’il me fallait vous sacrifier à l’Action française, je n’hésiterais pas un instant.

43J’éclatai de rire. L’idée d’être « sacrifié » par Pujo me paraissait une gigantesque bouffonnerie.

44— Il faudrait que vous en eussiez le pouvoir, mon vieux, lui dis-je.

45Le reste de la conversation fut sans intérêt. Il était acquis que les rapports entre Pujo et moi avaient cessé d’être amicaux, et même humains.

III. — Velléités autour de Millerand

46Il y eut une période où je considérai que l’on pouvait tenter un coup sérieux.

47Entre le 11 mai et le ministère Herriot, se place une période révolutionnaire : le Cartel gouverne hors du Parlement ; le parti radical et le parti socialiste renversent le président de la République (disons en passant que si le Cartel avait eu quelques idées en tête à ce moment-là, il prenait en mains la réfection de l’État). Dans cette situation, il y avait de belles possibilités d’action.

48L’Action française ne fit rien, rien. Elle était atterrée. Elle avait des amis dans le ministère intérimaire dont M. François- Marsal prit, dans un joli geste, la direction qui, il le savait, n’avait d’autre issue que le cimetière.

49Je pris seul l’initiative de quelques démarches. Jacques Arthuys se joignit à moi. Nous entrâmes dans quelques ministères par les escaliers dérobés. Nous essayâmes de donner à quelques personnes le goût d’une action qui était extraordinairement facile. Il n’y avait qu’un nombre infime de personnes résolues. Mais elles étaient isolées. La tête manquait. Et les grands agents d’exécution se sentaient le cœur mal à l’aise.

50Alors, je mis au point le plan d’action que j’avais exposé à mes amis chez van den Brœk le 22 mai et chez Lucien Moreau le 29 mai.

IV. — Une dame mystérieuse

51Dans cette période de préparation, les incidents singuliers commencent.

52Daudet reçoit la visite d’une dame qui lui annonce des millions ; la dame va voir Maurras ; enfin, elle m’est envoyée par Daudet et Maurras. Sur son désir, ou sur la décision de ceux- ci, je n’en sais rien.

53Grande dame. Nom à courant d’air. Elle me dit qu’elle a rendu de grands services au gouvernement pendant la guerre, en Suisse. Ce n’est pas toujours une recommandation. Plusieurs conversations. Je suis sur mes gardes. Des personnes bien nées me donnent des renseignements tout à fait rassurants, qui ne me rassurent pas.

54Elle déclare pouvoir amener dix millions à l’œuvre que j’ai entreprise. D’où lui viennent les renseignements sur un plan connu de quelques personnes ? Mystère.

55Un dimanche, elle vient chez moi avec un banquier, qui est un ami de longue date, et qui va apporter les millions.

56Je marque ma réserve assez nettement pour que le banquier la comprenne.

57La dame et le banquier partent après une heure d’entretien dont la conclusion reste en suspens.

58Un quart d’heure après, coup de téléphone, c’est le banquier qui veut me voir sur l’heure.

59Il arrive.

60— Monsieur, votre réserve de tout à l’heure m’autorise à vous poser une question ? Vous êtes un ami intime de Madame de X…

61— Monsieur, lui dis-je, je l’ai vue trois fois. Mais à mon tour, Monsieur, vous êtes très lié avec elle ?

62— Monsieur, me dit-il, je l’ai vue deux fois en Suisse.

63Nous nous regardâmes en riant :

64— On essayait de nous rouler ?

65— Ce n’est pas douteux.

66Je n’ai jamais revu le banquier, ni la dame. La dame a été mêlée de trop près, dans la suite, à de graves incidents de la vie politique.

V. — Un faux télégramme

67Dans les premiers jours de juillet, je reçus un télégramme signé du chef de la maison du duc d’Orléans, M. Hector du Poy. On me mandait à Londres, d’urgence, pour voir le duc, et l’on m’annonçait qu’une chambre était retenue à l’Hôtel Cecil.

68L’appel était justifié par la situation politique. Néanmoins, il me surprit parce que je savais trop que le duc d’Orléans s’occupait fort peu de la politique française, dont on l’avait dégoûté jusqu’au fond de l’âme.

69Il était midi. J’avais un train à quatre heures. Convaincu que Maurras avait reçu le même télégramme, je lui fis porter le mien, en lui demandant quel train il prenait.

70Maurras n’avait rien reçu. Il déclara le télégramme authentique, sur le vu d’une clé qu’il connaissait. Il me demanda de partir sans retard.

71Je flairais un piège. J’essayai de me renseigner : aucune des personnes qui auraient pu me donner une indication n’était à Paris. Je m’aperçus que je n’avais aucun moyen de vérifier l’authenticité du télégramme sans attendre plus de vingt- quatre heures à Paris, et l’on me demandait de partir à l’instant.

72Je revis Maurras et Lucien Moreau. Ils étaient d’avis que je prisse le premier train. Je le pris après avoir laissé chez moi des instructions pour le cas d’un retour très retardé.

73Le soir, au Cecil, à Londres, il n’y avait pas de chambre retenue, ni rien de M. du Poy. Le lendemain matin, rien. Midi. Seize heures, rien. Je téléphone à Paris pour obtenir l’adresse du duc, qui avait, je le savais, une maison non loin de Londres. J’obtiens la communication instantanément. On me crie le nom du domaine. Deux heures après, je suis à Wimbledon, devant Oakley-House, dont le portail bleu, aux armes de France, m’indique que je suis bien à la maison du duc.

74Je suis introduit auprès d’une dame qui me dit, avec un fort accent anglais :

75— Quel bonheur de vous voir ici, M. Valois. Mais le duc d’Orléans est à Londres.

76— Mais M. du Poy ?

77— Il est à Dax.

78— Mais ce télégramme de lui qui m’appelle ici ?

79Étonnement. On passa dans une pièce voisine. Quelques instants de solitude. Bruit de voix. On revient.

80— Entrez, Monsieur. Monseigneur ne pouvait recevoir, mais devant cette affaire il veut vous voir.

81Le duc d’Orléans me reçoit ; il plantait des arbres ; il est en culotte courte de sport, jambes nues, une chemise aux manches retroussées, ouverte sur sa poitrine tatouée ; il tient le télégramme à la main.

82— Valois, me crie-t-il, c’est un faux. Vous êtes dans un guet-apens.

83— C’est ce que je pense depuis ce matin, Monseigneur.

84Mais l’affaire est manquée maintenant que je suis ici.

85Nous examinâmes l’affaire. Elle était bien montée, par quelqu’un admirablement au courant des habitudes de chacun, ayant su en temps utile que toutes les personnes qui pouvaient me renseigner avaient quitté Paris, et que le duc d’Orléans n’était pas à Londres. Le duc en était troublé et tout à fait agité. Je lui donnai des nouvelles de Paris. Il vint m’accompagner, dans la tenue où il était, jusque dans l’avenue où attendait ma voiture.

86Le duc me renouvela ses recommandations.

87— Ne prenez pas cela à la légère. Je vais prévenir la police.

88Mais soyez sur vos gardes. N’hésitez pas à tirer. Il faut que vous soyez surveillé jusqu’à votre retour en France.

89Il me donna l’accolade devant le chauffeur ahuri de ces effusions entre un étranger en grande tenue de visite et un autre étranger en très petite tenue de sport.

90Je ne l’ai jamais revu.

91Je conserve de cette visite, dans ces conditions si singulières, un souvenir déchirant.

92Ce prince, exilé, isolé, sans aucune espérance de rentrer dans son pays, vivant dans ce parc de la banlieue de Londres, sous la surveillance de l’Angleterre, acharnée à dissocier son énergie dans une vie sans gloire, quelle tristesse !

93À chacune de mes visites au duc d’Orléans, j’avais vu, officiellement, un prince-prétendant. Je venais de surprendre l’homme dans sa vie privée, sans l’avoir voulu. Il n’y avait pas une illusion à conserver sur le travail accompli autour de l’homme pour l’arracher à son rôle de prince.

94Il n’aimait pas l’Action française. Maurras lui donnait un mortel ennui. Les raisonneurs le fatiguaient. Il me marquait de la sympathie : Valois est rude, disait-il, mais j’aime sa rudesse et sa franchise. Des gens de la rue de Rome, il n’accueillait avec plaisir que Maxime Réal, Lucien Lacour et Marius Plateau. Voulut-il régner ? Dans sa jeunesse, ce n’est pas douteux. Mais depuis longtemps, il ne croyait plus à une restauration. Il était sans communication avec le pays. L’Action française l’avait isolé.

95Aucun de mes amis républicains ne s’étonnera si je dis que j’ai aimé ce prince et que l’on conserve son souvenir chez moi. Il était très prince et très peuple. Avait-il les extraordinaires qualités que disait Maurras, lequel était bien décidé à s’opposer à toute expression politique de ces qualités ? Je n’en sais rien. Avait-il le sens de l’État moderne ? Je n’en suis pas sûr. Mais à coup sûr, il n’eût pas été roi-bourgeois comme son Louis-Philippe d’aïeul. C’est ce qui faisait penser à quelques hommes qu’il serait possible de construire avec lui une monarchie sociale et syndicale. C’était un homme avec qui des républicains auraient pu mener la lutte contre la ploutocratie.

96Il reste de cette vie une page d’histoire en marge de l’histoire de France, page où se lit le long étouffement d’un prince plein de vie dans l’exil, sous la tyrannie intellectuelle d’un petit bourgeois de Martigues et au milieu de l’intrigue lente et persévérante d’un gouvernement étranger.

97Je le quittai avec le sentiment que, dans la bataille qui commençait, tout concours qui aurait pu venir de lui serait arrêté.

98Je rentrai au Cecil où je prévins la police de l’hôtel. Je voulus téléphoner à Paris. Il me fallut trois heures pour avoir ma maison, malgré le fil direct du Cecil. Enfin, j’entendis la voix de ma femme. J’eus à peine le temps de dire que le télégramme était faux et qu’il fallait prévenir Maurras. La communication fut coupée. Il me fut impossible de la rétablir.

99On fit une enquête qui ne donna aucune indication, sauf ceci : que, pour faire réussir cette singulière affaire, il fallait savoir que M. Emery, secrétaire, M. de Baritault, administrateur du duc n’étaient pas à Paris ; que M. du Poy était à Dax ; que la sœur du duc d’Orléans n’était pas à Paris ; que le duc d’Orléans n’était pas à Londres, etc. Bref, il fallait tant de renseignements qu’il n’y avait que deux endroits où l’on pouvait les avoir : à l’Action française et à la Sûreté générale.

100Une pensée me traversa l’esprit. Je ne la retins pas, tant elle me parut excessive.

101Mais un sentiment était né, et qui ne tarda pas à se fortifier, je ne me sentis plus en sécurité à l’Action française.

VI. — Première apparition du « dossier russe »

102La grande campagne de calomnies que l’Action française a menée contre moi date de cette époque. Elle paraît avoir commencé fin 1923, en même temps que l’action de Bernard- Précy contre nous.

103Il y a la plus étrange liaison, pour cette campagne, entre le bureau de renseignements de Pujo, la Sûreté générale et les bureaux de Bernard-Précy.

104En mai 1924, lorsque, chez Lucien Moreau, j’étudiai la situation générale avec Maurras et Bernard de Vesins, je dus dire à Maurras qu’une des conditions indispensables de l’action était l’arrêt des campagnes de dénigrement qui partaient contre moi des bureaux de Pujo et auxquelles prenaient part, avec le secrétaire de Pujo, un certain Arthur, familier de ce bureau, la vilaine petite limace nommée Lecœur, assise à la place de Marius Plateau, et d’autres personnages. C’était la campagne de 1925-1926 qui se préparait là. Je l’ignorais. Je n’y voyais qu’une de ces campagnes qui se produisent toujours à l’intérieur d’un mouvement.

105En fait, c’était beaucoup plus sérieux. Pujo préparait ce « sacrifice » de Valois dont il m’avait parlé. Pour son compte ? C’est une question que nous essaierons de résoudre.

106Maurras, Vesins et Moreau furent d’accord pour que l’on mît fin à ces histoires. Maurras me dit qu’il avait déjà eu, l’occasion de laver la tête à l’un de ces bonshommes. On chercha le moyen de nous faire collaborer amicalement, Pujo et moi. La chose ne parut facile à personne.

107J’eus l’occasion de rappeler qu’il y avait eu d’étranges contacts entre des collaborateurs de Pujo et Bernard-Précy.

108Maurras, Vesins, Moreau, tout en reconnaissant que cette campagne de dénigrement était très nuisible pour l’action, n’y attachèrent pas une grande importance. J’avais raison de m’en occuper alors, car la campagne d’alors lançait une des calomnies qui ont le plus servi dans la grande campagne de 1925-1926 menée contre moi par l’Action française.

109C’est l’histoire du « dossier russe », que l’on travaillait à accréditer dès le printemps de 1924, et où l’on trouve, en une collaboration étrange, la Sûreté générale, l’Action française, Para, dit Clairet, Bernard-Précy, Pierre Lecœur et d’autres personnages plus obscurs.

110C’est pour moi la preuve de la longue préparation de la campagne de 1926, et l’une des raisons de la certitude que j’ai acquise que la Sûreté, ou l’un des services de la Sûreté, manœuvre depuis longtemps au cœur de l’Action française.

111En 1926, au moment où nous rassemblions les forces du pays contre l’État parlementaire, et où nous prenions la tête du mouvement national et syndical, et moi-même la tête du Faisceau, l’Action française, jetant dans l’affaire tout le crédit de Maurras, publia que j’étais sous la coupe de la Sûreté générale, manœuvré par elle, et que j’avais appartenu à l’Okhrana, l’ancienne police tsariste.

112Naturellement, jamais Maurras n’apporta une précision quelconque. Mais il fit de cette histoire le pivot de sa campagne. C’est sur ce qu’il broda à cette occasion qu’il forgea l’accusation dont il se servit pendant tout le temps de la grande crise : Valois policier.

113Or, qui avait lancé cette histoire pour la première fois en 1924 ? La Sûreté générale elle-même.

114Qui la mettait en circulation en 1924 ?

115Émile Para, dit Georges Clairet, dénoncé comme indicateur de police par l’Action française.

116Qui la colportait sous le manteau à l’Action française en 1924 ?

117L’un des domestiques de Pujo, Pierre Lecœur.

118Et voici comment :

  1. Lorsque je dénonçai Bernard-Précy, la police me fit menacer de publier mon « dossier russe ».
  2. Je montrai la lettre policière à l’Action française. Lecœur déclara avoir déjà entendu parler de l’affaire chez lui par un conseiller municipal. Il en avait parlé à quelques personnes, mais pas à moi.
  3. Au moment des élections, Émile Para, dit Clairet, publia et fit distribuer en banlieue un petit torchon, La Lumière, où il posait la question de savoir si j’avais appartenu à l’Okhrana.

119Une attaque d’individus de ce genre est toujours un honneur, mais l’accusation était habile. J’ai passé dix-huit mois en Russie en 1901-1902 comme précepteur d’un jeune Russe, Alexandre Vattazzi. On insinuait que le fait était faux. Supposez que je ne puisse pas faire la preuve de la réalité de mon préceptorat ? L’accusation stupide prend corps, et je ne puis m’en défaire.

120Or, la famille de mon élève, famille de hauts fonctionnaires (Emmanuel Vattazzi, père d’Alexandre, a été gouverneur de Souvalki, de Kovno, adjoint au vice-roi du Caucase, adjoint au prince Sviatopolk-Mirski, premier ministre, et enfin sénateur), la famille de mon élève avait été dispersée par la révolution russe. Emmanuel Vattazzi était mort en prison, et les membres survivants de la famille aux quatre coins du monde.

121J’ai, par bonheur, des archives bien tenues ; je réunis les membres du Comité des États généraux, et, Bernard de Vesins présidant, je mis sous leurs yeux toutes les pièces relatives à mon séjour en Russie : lettres des Vattazzi demandant un précepteur français, télégrammes m’appelant, correspondance ultérieure, etc. Le tout datant de ma vingt-deuxième année. Bernard de Vesins lut le tout, en présence d’Auguste Cazeneuve, de Jacques Arthuys, et, je crois, de Martin- Mamy. Il a osé le nier depuis à la barre de la XIIe Chambre correctionnelle, déposant sous la foi du serment. Nous sommes deux à pouvoir lui dire qu’il est un faux témoin.

122Mon dossier est si clair qu’il ne laisse point de doutes sur mes occupations en Russie. Mais on peut toujours dire qu’il est faux, bien que cela soit difficile, car il contient des télégrammes de 1901. En l’absence des témoins de ma vie en Russie, un doute pouvait demeurer.

123En juillet 1924, Mme Marie Vattazzi, mère de mon élève, qui avait pu gagner la France après de dures années en Bulgarie et en Serbie, arrivait à Paris. Le jour même de son arrivée, le 1er septembre, étant de passage à Paris, je lui offris, avec le pain et le sel, un dîner auquel prirent part Maurras et Moreau.

124Les lanceurs de l’accusation n’avaient évidemment pas prévu l’arrivée de Mme Marie Vattazzi à Paris.

125L’histoire n’en continua pas moins de rouler dans les couloirs de l’Action française.

126Et Charles Maurras la reprit en 1926.

127Mme Vattazzi lui écrivit pour lui dire son indignation.

128Il refusa de publier sa lettre.

129Et il continua de faire, de cette machine de la Sûreté générale, le pivot de la campagne par laquelle il m’accusait d’être sous la coupe de ladite Sûreté.

130Lorsque l’on voit cette affaire machinée dès 1924, avec le concours de Para, à un moment où il n’est pas question de rupture entre l’Action française et moi, mais où je suis en lutte avec Pujo, on est en droit de se demander comment il se peut que l’Action française et la Sûreté générale manœuvrent avec un si curieux synchronisme.

131Mais il y a mieux : comme toujours, dans ces histoires, il y a, au mur, un clou où l’on accroche quelque chose.

132Le « dossier russe » de la Sûreté, le voici :

133Vers 1910, le chef d’une agence de police privée, M. Desvernine, qui travaillait pour l’Action française, m’envoya un de ses agents me dire que, dans un groupe de révolutionnaires russes, on s’occupait de moi ; on me soupçonnait d’avoir été ou d’être de la police tsariste.

134La préoccupation de ces révolutionnaires s’expliquait par le fait que toute une colonie de réfugiés vivait dans la maison où j’habitais au n ° 7 de la rue Méchain. Desvernine m’offrait de suivre l’affaire. J’acceptai son offre. Il n’y eut aucune suite. Mais l’agent de Desvernine, qui était vraisemblablement un inspecteur de la Sûreté, fit un rapport dont un exemplaire alla chez Desvernine et un autre à la Sûreté. Voilà le « dossier russe ».

135J’ajoute un détail comique. On racontait dans ma maison que ma femme était une demoiselle d’honneur de l’Impératrice qui avait épousé un cuisinier de la cour de Russie. Ceci parce que l’on avait vu un de mes enfants, dans le jardin de la maison, avec un bonnet de pâtissier qui avait servi dans une pièce enfantine.

136Telle est l’origine de cette affaire qui fut au centre des batailles entre l’Action française et nous. C’est sur ce bonnet de pâtissier qu’est échafaudé le roman policier avec lequel l’Action française troubla les patriotes en 1926 et sauva, temporairement, l’État parlementaire.

137Maurras savait tout cela.

138Et cela pose un grand point d’interrogation en ce qui concerne l’Action française.

139C’est pour poser ce point d’interrogation que j’ai rédigé ce chapitre d’épisodes.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search