Desktop versionMobile version

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Première partie. Avec les féodaux de l'industrie

Chapitre IV. Mes premiers pas dans la « zone dangereuse »

Full text

1L’attaque de la Journée fut ouverte par Romier. Bernard- Précy l’avait convaincu que nous travaillions contre lui. Et les plus hautes personnalités du gouvernement lui avaient démontré que notre politique monétaire était folle. Il avait fallu cette intrigue et cette haute intervention pour tromper Romier, que l’on engagea ainsi dans une aventure qu’il ne voyait pas. Et depuis plusieurs semaines, nous étions sans relations avec lui.

2Son attaque était d’ailleurs courtoise et correcte. Il protestait contre le franc-or, ce qui était bien son droit. Mais je n’ignorais pas que ce n’était là qu’un début, qui nous opposait, Romier et moi. Je dus répliquer à Romier. Sur un ton modéré et courtois.

3Alors, Bernard-Précy apparut. La Journée publia de lui quelques articles d’une violence absolument inaccoutumée dans ce journal. Les thèses de M. de Lasteyrie y étaient défendues d’une manière écœurante. On voulait ma peau. Il s’agissait de m’exécuter devant le public d’industriels dont j’avais l’audience.

4Je confesse que je reçus le coup assez mal. Car, à côté de moi il y eut de sérieux fléchissements. J’eus la stupeur de constater que, à l’Action française, Bernard-Précy avait des amitiés actives dans l’entourage de Pujo ; pendant qu’il m’attaquait, il y avait communication entre lui et Pujo, par deux rédacteurs de l’Action française. On l’encourageait dans son attaque.

5Bernard-Précy écrivit à Maurras pour lui dire qu’il se gardait bien de confondre, dans son attaque, l’étourdissant génie qu’est Maurras et le primaire prophétisant que j’étais.

6Si je recevais une pareille lettre à propos d’un de mes collaborateurs, je la tiendrais pour une injure. Maurras reçut la lettre et ne la retourna pas à son auteur. Il me la montra. Je lui demandai de la publier. Il le fit, en l’accompagnant d’une réponse d’une telle mollesse que c’était un encouragement adressé à Bernard-Précy. Ce n’est pas sans raison que j’avais demandé cette publication. Elle fournit la preuve de l’étrange complicité qu’il y eut alors entre Bernard-Précy et l’Action française, à un moment où, dans la grande crise financière, j’étais un des rares hommes politiques capables d’ameuter le public et les producteurs contre les assassins du franc.

7Daudet avait raison : j’étais dans la zone dangereuse. Mais les coups me venaient de la maison où j’étais, et même de la sienne.

8Le ménage Bernard-Précy était lié avec le ménage M… étroitement lié avec le ménage Daudet. L’opinion fut faite contre moi.

9Or on savait que Bernard-Précy avait eu, dans sa jeunesse très prolongée, une histoire telle qu’il devait être sans résistance devant des pressions « officielles ». Et personne, chez les Daudet ou dans leur entourage, ne m’avait prévenu lorsqu’on m’avait vu me lier avec Bernard-Précy. Je connus cette histoire par une voie tout à fait extérieure à l’Action française. C’est seulement alors que des confirmations me furent données à l’Action française. Je demandai une enquête. On ne la fit pas. Je me sentis trahi dans la maison. L’opinion était faite pour Bernard-Précy contre moi.

10Pujo arrêtait toute enquête. Ses domestiques suivaient ses consignes. Je dus parler sur un ton un peu menaçant. Maurras comprit qu’une explosion allait se produire. Il exigea l’enquête en ma présence. Les ordres furent donnés aussitôt. Quarante-huit heures après, les pièces intéressantes étaient entre nos mains.

11Je publiai un article très mesuré qui fit comprendre à Bernard-Précy que j’étais en possession de ces pièces. Ce fut pour lui l’effondrement.

12Je subis aussitôt la plus effarante pression policière que j’ai connue. L’affaire Bernard-Précy se révéla être une affaire d’État. Mon courrier fut entièrement arrêté pendant trois jours. Je ne reçus que trois lettres anonymes qui, toutes trois, venaient d’un service de la Sûreté, et qui contenaient des menaces.

13On me prévenait, par charité, que, si je continuais une campagne contre Bernard-Précy, la Sûreté sortirait mon « dossier russe », puis le dossier des bénéfices de guerre de Mathon, puis le dossier de Pierre Héricourt.

14Tout cela m’était tout à fait indifférent. Mon « dossier russe » était, à ma connaissance, une des plus joyeuses bêtises policières que je connaisse, et pour Mathon et Héricourt, s’ils avaient une vilaine affaire sur la conscience, c’était leur affaire.

15Je continuai et je demandai la démission immédiate de Bernard- Précy.

16Pendant toute une semaine, j’eus à mes trousses je ne sais combien d’inspecteurs de police ; je ne pouvais faire un pas sans être pisté. Si je coupais la filature avec une voiture, j’étais certain de trouver deux inspecteurs dans tout endroit de Paris où il y avait chance que j’allasse.

17La Banque de France intervint : j’avais décidément atteint un gros gibier. Décamps me pria de passer à son cabinet. Quand j’arrivai, il y avait un inspecteur de police avant moi.

18L’homme parti, Décamps m’exposa que l’affaire Bernard- Précy causait du trouble dans l’État. Il ne pouvait être dit qu’un homme qui recevait à sa table six ministres et quatre cents têtes de l’industrie était un homme à double vie. L’intérêt de l’État exigeait que ma campagne fût arrêtée net, ou que je produisisse des faits indiscutables contre Bernard-Précy. Il était déjà connu que la publication des pièces que j’avais entre les mains pouvait entraîner de très grosses difficultés pour moi, et pour d’autres personnes.

19— Ni ceci, ni cela, dis-je, à Décamps. J’ai en mains tout ce qu’il faut. On le sait. Si l’on m’oblige à la publication, ce sera fait. Mais on n’y gagnera rien. Je n’en veux point à Bernard- Précy. Il avait mission de me faire tomber. Il a échoué. Qu’il se retire. Mais sa démission est indispensable.

20Décamps m’accorda que j’avais raison. Par téléphone il pria Romier de venir à la Banque. Un quart d’heure après, Romier était là. Nous nous embrassâmes ; ce fut la réconciliation entre nous.

21— Patientez, me dit-il. Arrêtez votre campagne, et dans six mois, Bernard-Précy se sera retiré.

22— Il faut que ce soit dans six jours, dis-je à Romier avec la plus grande amitié.

23Romier se chargea de transmettre mes désirs aux intéressés.

24Six jours plus tard, Bernard-Précy se retirait de la Journée industrielle. Avec une très large indemnité pour le rachat de ses actions et la rupture de son contrat. Plusieurs centaines de mille francs.

25L’erreur de Bernard-Précy avait été de vouloir jouer un rôle politique, et de croire que les gens qui vous laissent parler sont prêts à vous appuyer, et que les gens qui vous donnent une mission ont toute puissance pour vous soutenir, et qu’un homme à peu près seul ne peut rien contre les forces de la finance et de l’État.

26Peu de jours avant de disparaître, il écrivait à Mathon : la lutte de Valois contre moi est folle ; c’est le pot de terre contre le pot de fer. Il bluffait, mais, connaissant les forces qui l’appuyaient, il se sentait en parfaite sécurité. Moins d’une semaine plus tard, il disparaissait de la vie politique pour n’y jamais revenir.

27Il a dit qu’il me tuerait.

28Qu’il en ait eu le désir, ce n’est pas douteux. Mais quand il est question de mort, de vraie mort, je sais bien qu’il n’y a rien à craindre d’un homme qui s’est mis à l’abri pendant la guerre, ce qui était son cas.

29Au surplus, dans cette affaire, la personnalité de Bernard- Précy était tout à fait secondaire. Ce premier combat m’a averti que quelques puissances politiques et financières associées ne reculaient devant aucun moyen pour briser l’homme qui combat leur tyrannie.

30Dans cette première affaire, elles échouèrent, à cause de l’agent d’exécution qui se brisa tout de suite.

31Le résultat fut que le coup contre le franc manqua. Les assassins ne brisèrent pas la coalition au centre de laquelle je me tenais en avant-garde. La troupe des défenseurs du franc ne fléchit pas. Et peu de temps après, M. Poincaré présidait au premier redressement du franc, qui dura jusqu’au 11 mai. Et M. de Lasteyrie était débarqué, et son attirail de lois tyranniques rejeté dans la honte et l’oubli.

32Mais j’ai payé cher, depuis, ce premier engagement. Ce fut la préface de toute l’offensive qui fut menée contre le Faisceau de 1925 à 1926.

33Et elle marque la fin de mes expériences avec les grands féodaux de l’économie moderne, dont quelques-uns voyaient sans déplaisir la chute du franc si favorable à l’amortissement rapide de leurs dettes obligataires et de tous leurs emprunts.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search