Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Première partie. Avec les féodaux de l'industrie

Chapitre II. Les Semaines économiques et la bataille pour le franc

Texte intégral

I. — Les Semaines, méthode de coalition des producteurs contre la ploutocratie

1De 1919 à 1920, nous fûmes en pleine inflation. Personne ne donnait aucune explication des phénomènes monétaires. On racontait là-dessus les blagues les plus ahurissantes. Fin 1919, je commençai de voir clair en déchiffrant les bilans que j’avais à examiner. C’est à cette époque que, ayant découvert que la dépréciation monétaire est un fabuleux moyen de s’enrichir pour les hommes qui se font les pillards d’autrui, je proposai à mes confrères éditeurs l’adoption d’une monnaie de compte stable, le franc-or.

2Chacun sait que c’est une idée très ancienne. Je ne faisais que reprendre l’idée du marc-banco de la Banque de Hambourg.

3En février 1920, je fus pris pour une sorte d’aliéné, lorsque, devant les éditeurs spécialement réunis, je proposai l’adoption du franc-or.

4— Qu’est-ce que cela veut dire, franc-or et franc-papier ? disait notre honorable président, Paul Belin.

5M. Crès montrait un billet de cinq francs :

6— Vous osez dire que ce billet ne vaut pas cent sous ! C’est du défaitisme financier !

7— Quel dommage que vous n’ayez pas de cheveux blancs, me souffla Henri Mainguet. Vous auriez raison tout de suite.

8M. Languereau, l’inventeur de la Bécassine si connue des petites filles, porta la main à son front pour apaiser l’émotion de ses collègues. Le franc-or fut enterré. Quatre ans plus tard, M. Languereau, comme président du Syndicat des Éditeurs, se fit un succès devant tous les éditeurs réunis, en expliquant un système basé sur le franc-or. Il avait compris plus vite que Bécassine, et il tint à faire profiter sa corporation de sa science si rapidement acquise.

9Mais, de 1919 à 1924, la corporation du Livre ne comprit officiellement rien à la dépréciation monétaire. Il en résulta des pertes effroyables, et répétées, pour les éditeurs, qui débitaient leurs livres à leurs clients avec du franc à dix sous, et qui encaissaient, six mois ou un an plus tard, des francs à six sous ou moins.

10En 1919 et 1920, les troubles monétaires causèrent, comme partout, des désordres étendus dans le Livre. Il n’y avait pas de remède industriel. Surtout dans le Livre, où les crédits consentis par les éditeurs sont de très longue durée. Je profitai de cette difficulté extrême pour lancer les doctrines et méthodes de l’économie syndicale, que je venais de formuler dans l’ouvrage l’Économie Nouvelle.

11À l’automne de 1920, je proposai de réunir tous les producteurs du Livre en une Semaine du Livre, pour l’étude et la solution de tous les problèmes posés. Je lançai l’idée dans l’Action française où je donnais une chronique économique chaque semaine.

12La chose passa d’abord inaperçue. L’Action française n’y accorda aucune attention.

13J’obtins une seule collaboration, celle d’un jeune chef de publicité, Martial Buisson, qui avait appartenu à l’Action française, et qui s’en éloignait à grands pas. Martial Buisson fut dans la suite un des premiers artisans du succès. Je vis José Germain, qui mettait sur pied la Confédération des Travailleurs intellectuels, et qui déclencha ses amis, Edmond Haraucourt qui entraîna les Gens de Lettres. En trois ou quatre semaines, notre petit comité avait obtenu l’adhésion de tous les syndicats du Livre, de l’Imprimerie et du Papier. Et nous avions le patronage des ministères du Commerce et de l’Instruction publique. Plusieurs administrations envoyaient des observateurs. Seul le syndicat des Éditeurs s’abstint. Mais la plupart des éditeurs donnèrent leur adhésion individuellement.

14La Semaine du Livre obtint un succès qui dépassa tout ce que l’on avait pu imaginer. Le premier jour, ce fut très net. Le troisième jour, ce fut décisif. Le sixième jour, il vint tant de personnalités des corporations et de la presse que ce fut triomphal. Mais on vit arriver les gens de l’Action française, pour ramasser les lauriers. Maurice Pujo, prévenu par ses policiers, arriva cinq minutes après la clôture. Le lendemain, Maurras enregistrant ce succès, commit naturellement la maladresse de dire que Martial Buisson était un des plus anciens Camelots du Roi.

15Le succès avait été tel que l’intervention grossière de l’Action française ne le compromit pas.

16De la Semaine du Livre, nous fîmes sortir plusieurs conférences intercorporatives qui reçurent mission de réaliser les divers projets de la Semaine. Il y eut une conférence des auteurs et des éditeurs qui réalisa le contrat-type demandé depuis dix ans et que l’on rédigea enfin en moins d’un an. Il y eut une Conférence du Papier, qui siégea au ministère du Commerce, et qui élabora un programme national de production des pâtes et du papier, à réaliser en un demi-siècle, — programme qui, depuis, est resté dans les dossiers du ministère où nous le reprendrons quelque jour, — une conférence de la fabrication du Livre et six autres encore.

17Toutes ces conférences étaient fondées selon le même principe ; on réunissait les différents syndicats de producteurs du Livre, et sous le contrôle du Comité exécutif, qui représentait l’intérêt général (l’assemblée du peuple), on obligeait ces syndicats à ajuster leurs intérêts, à sortir de leurs routines, à agir, à chercher les progrès techniques.

18De la Semaine du Livre date toute une activité nouvelle dans le Livre, et surtout l’organisation de ce super-syndicalisme par lequel je considère que les producteurs peuvent s’opposer efficacement aux trusts. Au-dessus des individus, nous donnions une personnalité nouvelle aux syndicats dont nous faisions les membres permanents d’un organisme corporatif placé au-dessus des égoïsmes collectifs organisés. Il en résulta une vie nouvelle. La Maison du Livre fut définitivement lancée. Les manifestations collectives se multiplièrent.

19Mes confrères éditeurs furent peu nombreux à voir nettement l’objectif vers lequel on se dirigeait. Mais la maison Hachette, âme du trust de l’édition et de la librairie fut sans hésitation : elle vit que toute cette machinerie syndicale et corporative était destinée à rendre impossible les trusts qu’elle organisait, et elle lutta contre nous.

20Comme il était évident que je jouais un rôle très actif dans cette mobilisation des forces syndicales devant la Ploutocratie, la maison Hachette mit tout en œuvre pour me séparer des éditeurs et des libraires auprès de qui les services rendus m’avaient ouvert un grand crédit moral.

21Je note cela, on l’entend bien, sans aucune acrimonie contre les personnes. Il y a lutte entre deux formes de l’économie moderne : le trust et le syndicat. La lutte doit être menée sans égard pour les relations personnelles, les amitiés, les attaches familiales. Exactement comme les luttes d’autrefois entre les puissances féodales ou entre les États. Mais il serait bon qu’il y eût, au-dessus de ces luttes nécessaires et fécondes, une loi morale de même esprit que celle qui faisait se saluer les combattants dans les combats du temps passé.

22Trusts et syndicats se combattent. Par les hommes qui les conduisent. Mais cela ne veut pas dire haines d’homme à homme. Cela signifie lutte de systèmes économiques. Je le dis une fois pour toutes, et pour éclairer tout ce qui se suivra, où l’on va voir s’amplifier une lutte où je suis, pour ma part, depuis ces jours de la Semaine du Livre.

23Et je rappelle tout de suite une vue que j’ai exprimée en 1920. Dans la lutte entre les trusts et les syndicats, j’ai pris parti pour les syndicats, — pour le Peuple contre la Ploutocratie. Mais non contre les hommes, non point contre ces grands animateurs de l’économie moderne, que je tiens pour des rouages indispensables du futur.

24Dans l’anarchie présente, au seuil de la civilisation nouvelle où nous sommes, ces grands animateurs tendent au trust par mépris pour les assemblées, pour les palabres d’assemblées d’où ne sort aucune décision. C’est cette impuissance des assemblées qui les porte à l’autocratie, et qui leur fait perdre de vue le vice essentiel de toute autocratie, politique ou économique. Ce vice, c’est que l’autocratie, passé son premier temps de grande vigueur, permet inévitablement l’organisation du parasitisme d’une caste ou d’une classe, sans remède possible.

25Je ne veux pas faire ici de doctrine. Mais j’indique en passant — ce que je dirai ailleurs, — que la solution est apportée par le fédéralisme et le syndicalisme. Je vois fort bien une grande économie syndicale utilisant ces grands animateurs devenus gérants responsables et libres, sous le double contrôle de l’État et des syndicats, des grandes entreprises municipales, corporatives, nationales et même internationales.

26Le système se construira au milieu des luttes. Pour le bien général, il faut que les hommes qui se combattent sachent que la lutte va bien au-delà de leurs personnes.

27C’est ainsi que j’ai combattu la maison Hachette, et que je la combattrai encore, ayant pour quelques-uns de ses chefs plus d’admiration et d’estime que je n’en ai pour certains hommes avec qui je suis en alliance. Et je ne cache pas ma sympathie pour un homme comme Eugène Delesalle, qui dirigea si longtemps les Messageries Hachette, grand lutteur, souvent brutal, mais qui sait ce qu’il veut, sans sucreries, et avec qui l’on peut s’arrêter à l’auberge, cordialement, pendant une heure d’armistice.

28Donc la maison Hachette s’ingénia à me séparer de mes confrères éditeurs. D’abord en me fermant les portes du syndicat. Je faisais partie des comités intersyndicaux, inter-corporatifs, en vertu de mandats extra-professionnels, et qui me venaient des organismes que j’avais fondés. On agença les choses de telle manière que je ne pusse avoir un mandat quelconque de mon syndicat. Quelques-uns de mes confrères se coalisèrent pour me faire passer dans les commissions. Il y eut un barrage féroce. Un jour, nous faillîmes réussir. Nous avions exactement le nombre de voix qu’il fallait. Le clan Hachette alla chercher un vieillard avec qui j’avais eu des difficultés. Il arriva, s’appuyant sur des cannes, pâle, défait, tremblant. Il vota contre moi. Sa voix déplaça la majorité.

29On utilisait contre moi le fait que j’appartenais à l’Action française et que j’introduisais la politique du syndicat. Et cet autre fait, que je voulais introduire les représentants des employés et des ouvriers dans les conseils intersyndicaux.

30Ceci vaut d’être conté. Car c’est une des grandes raisons, des luttes dont je fais le récit.

31En 1919, il y eut toute une série de grèves qui paraissaient être la préface d’une grande opération communiste.

32À l’automne de cette année, nous eûmes une grève dans l’édition et la librairie. On n’avait jamais vu cela. Les éditeurs furent mis plus bas que terre, sur les affiches et les papillons de propagande. Ils en furent très émus. Ils n’avaient pas l’habitude. On me demanda de faire partie de la commission chargée des négociations avec les grévistes. Ma première condition, sine qua non, fut que jamais le syndicat des Éditeurs ne traiterait avec un syndicat qui niait l’utilité de la fonction des chefs d’entreprise.

33La maison Hachette n’était point de cet avis :

34— Vous êtes un poète, me disait M. Fouret, et non un hommes d’affaires.

35Je gagnai la commission à mes vues. Après quoi il fallut tenir.

36Pendant quatre semaines, je fus en opposition constante avec la maison Hachette.

37Je refusais de traiter avec des hommes dont le premier article était que nous ne servions à rien. Mais j’entendais que la suite de la grève fût : pas de représailles ; établissement des conditions du travail et de sa rémunération par accord entre le syndicat des Éditeurs et un syndicat d’employés purement syndicaliste.

38Je m’entendais objecter que c’était là une attitude de doctrinaire. Quelques personnes suggéraient qu’il fallait traiter avec n’importe qui, finir la grève, et chasser ensuite tous les « meneurs ».

39J’observais que la pression de la grève, telle qu’elle se manifestait, risquait fort de coïncider avec les intérêts d’une entreprise qui aurait eu pour objet de « délivrer » les éditeurs des soucis que leur causaient leurs services d’expédition.

40Nous eûmes à résister à des sollicitations quotidiennes. Il était évident que, en dehors des grévistes, il y avait quelques personnes qui désiraient fort que nous cédions. Le ministère s’en mêla. Nous tînmes bon. Nous étions deux irréductibles à la commission, pour des raisons, tout à fait différentes ; M. Paul Belin, par individualisme et moi-même par syndicalisme rigoureux.

41Nous l’emportâmes. À une assemblée générale, tenue au bout de quatre semaines de grève, notre thèse triompha à l’unanimité moins une voix. Le lendemain, la grève était terminée.

42Le syndicat des Éditeurs avait pris l’engagement solennel de traiter ensuite avec un syndicat d’employés.

43Il n’a jamais tenu sa promesse.

44Un certain nombre de personnes ne m’ont jamais pardonné d’avoir tant contribué à briser la grève.

45Parmi ces personnes, il n’y a pas un gréviste.

46Six mois après la fin de la grève, je dis, devant une personnalité de la Librairie, l’idée que j’avais eue, pendant la grève, que l’événement paraissait être favorable à une entreprise nouvelle s’interposant entre les éditeurs et les libraires :

47— Vous étiez bien renseigné, me dit cette personnalité, c’est moi-même qui devais prendre la direction de cette entreprise.

48C’est ainsi que, dès 1919, de grandes puissances préparaient la mainmise sur les organes d’expansion de ce que l’on appelle la pensée française.

49Car la pensée est ce qui menace toutes les tyrannies.

50Au XVIIIe siècle, les tyrans mettaient la pensée à la Bastille.

51Au XIXe siècle, la finance commença d’acheter les journalistes.

52Au XXe siècle, les trusts ont trouvé mieux : ils écrasent la pensée libre sous les frais de fabrication et les frais de transport.

53La lutte continue entre la pensée et la tyrannie.

54Mais elle ne peut pas prendre la même forme qu’en 1789 ou en 1830. Contre les Ordonnances, le peuple français a fait les Trois Glorieuses. Ce qui, contrairement à sa volonté, ouvrit le règne des Banquiers. En 1919, sous une dictature financière qui veut étouffer la pensée sous le réseau d’une savante organisation économique, la méthode des Trois Glorieuses est inefficace.

55Seule vaut la méthode syndicale. Si les Semaines économiques, si la Semaine du Livre, leur mère et initiatrice, ont fait, de 1919 à 1924, une si brillante carrière, c’est parce qu’elles apportaient une méthode de combat dans la lutte des producteurs contre la tyrannie ploutocratique.

56C’est pour cette raison que, premier organisateur des Semaines, lanceur de la Semaine du Livre, j’ai concentré sur moi le feu de quelques ploutocrates dont je dérangeais les desseins en coalisant les producteurs contre leurs entreprises.

57Et c’est pour arrêter mon action que les agents des ploutocrates me dénoncèrent comme agent d’une entreprise politique et comme une sorte de démagogue de droite, qui projetait d’introduire le syndicalisme ouvrier dans les conseils corporatifs.

58On verra par la suite que c’est cette seconde partie de leur campagne qui a le plus porté, car les bourgeois français sont ainsi faits qu’ils supportent d’être dépouillés, ruinés par des financiers, car cela leur paraît conforme aux méthodes d’enrichissement sous le règne de l’Ordre, tandis qu’ils ont une horreur profonde pour tout syndicalisme ouvrier, quel qu’il soit, dont le moindre mouvement leur paraît mettre en péril l’Ordre universel.

II. — La bataille pour le franc

59C’est la méthode des Semaines qui m’amena à prendre position au cœur de la bataille pour la monnaie saine. Et c’est au cours de la Semaine du Livre que je fus pris dans la lutte. J’avoue que je ne vis pas du premier coup le caractère de l’action où j’entrais.

60En 1919, en France comme dans dix autres pays, de très petits groupes de financiers eurent l’idée de profiter des difficultés financières des États pour opérer à leur profit d’immenses opérations d’expropriation. Ces financiers s’engagèrent sur l’inflation.

61Il n’y a que les faux aveugles et les faux naïfs comme M. Bainville pour oser raconter aux conservateurs, plus bêtes que des oies, que l’inflation est le résultat de la politique démocratique ou socialiste. L’inflation est une maladie qui a été utilisée, développée, propagée par quelques très grands financiers pour réaliser de formidables rafles sur les porteurs de titres et sur les producteurs.

62Mais ces opérations ne pouvaient réussir qu’à la condition de demeurer inexpliquées devant le public. Ce sont les méthodes de la tyrannie. Lorsque le tyran veut pressurer son peuple, il fait emprisonner tous les hommes capables de dire la vérité. Lorsque les tyrans ploutocratiques organisent une grande rafle sur le peuple, ils organisent le silence autour des hommes qui peuvent publier la vérité.

63C’est ainsi que, dès 1919, quelques grandes puissances s’occupaient de contrôler toute la circulation intellectuelle. Il était évident que l’on ne pourrait se livrer en grand à l’inflation s’il y avait assez de maisons d’éditions, de périodiques, de journaux pour publier la vérité à partir du moment où elle serait découverte.

64Il faut bien se rendre compte que toute la politique française, de 1919 à juin 1928, est dominée par la bataille du Franc. L’enjeu en vaut la peine : pour ceux qui mènent l’opération ; les fluctuations du franc, cela représente des milliards de différences ; ce sont de gigantesques opérations d’expropriation.

65Il y eut deux grands groupes qui jouèrent chacun leur politique, contraire.

66L’un joua le jeu de l’inflation, par lequel on ruine les rentiers et les producteurs, en associant l’État à l’opération, l’État devant se trouver avec une dette réduite à zéro, quand la monnaie s’achemine vers ce même zéro.

67Ce fut le groupe dont les amitiés, les sympathies, les alliances, les méthodes sont américaines, et dont le personnage central est M. Horace Finaly. C’est, si vous voulez, le groupe des grands animateurs qui vous justifieront l’opération en vous disant que les grands nettoyages doivent toujours se faire aux dépens des rentiers, et que, en ce qui concerne les producteurs, il n’y a pas à les plaindre, car, en prenant possession de leurs usines à la faveur de la dépréciation monétaire, on opère ces concentrations de capitaux qui sont indispensables à la rationalisation industrielle.

68L’autre groupe joua le jeu de la revalorisation par lequel on met pour soi les rentiers avantagés (ce qui finalement est pure illusion) aux dépens des producteurs, à qui l’on fait toutes les avances possibles et qui voient leurs dettes augmentées d’année en année par l’effet de la revalorisation de la monnaie.

69C’est le groupe dont les amitiés, les sympathies, les alliances, les méthodes sont anglaises, et dont le personnage central est aujourd’hui M. François Coty. Tandis que la première méthode comporte la création de nouvelles entreprises, la seconde est surtout celle du capitalisme profiteur.

70Pour nous, les deux méthodes étaient également mauvaises. Et nous jouions la politique de la monnaie saine.

71Dès 1919, j’avais découvert le jeu caché de la dépréciation monétaire. Je l’expliquais dans mes chroniques de l’Action française. En 1920, je publiai un petit ouvrage, La monnaie saine tuera la vie chère, qui ouvrit la série de mes campagnes publiques pour la monnaie stable, lancée sous le nom de franc-or.

72Ma stupeur fut de constater que je n’avais à peu près aucun écho dans le pays, ni dans la presse. Pendant toute une année, je pus croire que j’étais seul et que je me trompais complètement, ou que je dominais mes contemporains du haut d’une vérité inaccessible.

73La vérité est que le silence était organisé. Tous ceux qui étaient peu ou beaucoup dans la dépendance de la finance inflationniste se taisaient. Et les républicains, les socialistes qui auraient pu appuyer mes campagnes se taisaient parce qu’ils m’accusaient, comme le fit un jour Vincent Auriol à la Chambre, de vouloir étrangler la République « avec un fil d’or ».

74Or, à l’Action française, où je menais mes campagnes, je n’étais guère appuyé. J’étais même sourdement combattu. M. Jacques Bainville était inflationniste ; jamais il ne soutenait la discussion ; mais il faisait de l’inflationnisme dans les couloirs. Léon Daudet faisait des facéties sur le franc-or. Charles Maurras était hargneux à l’égard d’une doctrine monétaire qui n’avait sa source ni dans son Enquête sur la monarchie ni dans son Kiel et Tanger et, au surplus, il était complètement fermé à l’intelligence de ces questions. Quant aux Camelots du Roi, ils étaient tout à fait étrangers à des histoires qui n’aboutissaient pas à proclamer la monarchie, une fois l’an, autour des statues de Jeanne d’Arc. Il n’y avait guère que Lucien Moreau qui appuyât vraiment mes campagnes.

75J’ai eu l’occasion dans la suite de tenir Lucien Moreau pour le plus fourbe des hommes, en vertu d’un orgueil qui est bien ce que j’ai vu de plus fort. Mais de toute la bande de la rue de Rome, il est tout de même l’homme le moins archaïque. Il est le seul qui soit à peu près de notre époque, tandis que les autres appartiennent à différentes stratifications historiques dont la plus récente est la couche bourgeoise de 1830.

76C’était décidément une folie que de mener mes campagnes monétaires dans le journal le moins moderne qui soit. Cela venait d’une erreur commise en 1907 et que je n’avais pas encore révisée.

77Je dois dire que je ne jugeais pas cela si ridicule en 1919. Je demeurais dans cette illusion que l’alliance du Peuple avec un Prince était favorable à la lutte contre la ploutocratie. Mon alliance avec un prince et surtout avec ce public de conservateurs qui est celui de l’Action française, me priva de l’appui populaire.

78Les journaux publiaient des énormités sur la dépréciation monétaire. Les universitaires étaient muets. Les techniciens se taisaient. Et le public ne comprenait rien à ce qui se passait. Ce que l’on a pu imprimer de bêtises sur la monnaie de 1919 à 1922 est inimaginable. C’est à croire que l’on avait oublié les premiers principes de toute science monétaire. En 1919 et 1920, je fus seul, littéralement, à publier des vérités qui sont revenues aujourd’hui dans le domaine public. En 1920, on passait pour fou, ou révolutionnaire, si l’on affirmait que la monnaie est un poids de métal, et non une expression verbale. Chacun sait que cette vérité élémentaire était alors inscrite dans la loi de Germinal an IX qui avait créé le franc du XIXe siècle, et qu’elle est aujourd’hui dans la loi du 24 juin 1928, qui a créé le nouveau franc.

79Or, cette vérité était mise à l’interdit en 1919, et l’on verra plus loin que, en 1924, l’invraisemblable crétin et comte de Lasteyrie, qui fut ministre des Finances, prépara des lois pour punir de un à cinq ans de prison les Français assez courageux pour publier leur fidélité à cette vérité fondamentale.

80En 1920, je cessai d’être seul. Je vis arriver un homme jeune, Jacques Arthuys, qui m’apporta, à la Nouvelle Librairie Nationale, tout un ouvrage sur la monnaie. Nous fîmes alliance, je publiai son ouvrage, le Problème monétaire, et nous fûmes deux à propager une vérité qui était universellement bafouée, non seulement en France mais dans toute l’Europe. Peu après nous fûmes trois, ayant fait alliance avec Étienne Peschier, qui nous tendit la main par-dessus les frontières du parti radical.

81Il faut se rappeler que, à cette époque, toutes les monnaies européennes, ou à peu près, étaient disloquées. Les professeurs et les techniciens déraisonnaient sur cette danse monétaire. La coalition des pirates financiers contre la vérité monétaire était telle que, jusqu’en 1922, il n’y eut presque pas une voix dans toute l’Europe pour dire la vérité. Ainsi les corbeaux eurent-ils pour eux un grand charnier dans chaque capitale européenne.

82Dans ces conditions, il pouvait paraître absurde d’entreprendre une lutte pour la monnaie saine. Nous le fîmes pourtant. Fin 1921, nous lançâmes l’idée d’une Semaine de la Monnaie qui avait été annoncée à la Semaine du Livre où nous avions demandé l’adoption des prix-or pour les prix marqués des livres.

83Les Semaines continuaient brillamment leur carrière. Après la Semaine du Livre, il y eut une Semaine du Bâtiment, puis une Semaine du Commerce extérieur, lancée par Eugène Mathon. À la séance de clôture de celle-ci, le président Millerand, dans un discours qui avait fait une grosse impression, avait conclu en disant que la méthode des Semaines était un devoir pour tous les producteurs. Cette semaine du Commerce extérieur avait eu un caractère très curieux : le gouvernement y avait été représenté par plusieurs ministères, et l’on avait eu le sentiment très net que de nouvelles institutions étaient en formation dans ces assemblées d’un type nouveau. Il était évident que les Semaines économiques donnaient naissance, presque officielle, à ces assemblées de producteurs que les Français veulent construire à côté de l’assemblée politique souveraine.

84Après ces succès si nets, une Semaine de la Monnaie pouvait acquérir une importance capitale. C’est ce qui se produisit, et je marque tout de suite que c’est grâce à la Semaine de la Monnaie que l’état d’esprit anti-inflationniste fut violemment propagé dans le pays, ce qui permit l’action décisive de juillet 1926.

85Fin 1921, nous constituons un comité où nous fûmes une demi-douzaine : Eugène Mathon, Lucien Romier, Étienne Peschier, Jacques Arthuys, Georges Coquelle et moi. Nous obtînmes presque aussitôt de M. François-Marsal la promesse qu’il se chargerait du rapport général.

86Le comité faillit sauter tout de suite. M. François-Marsal avait très mauvaise presse, parmi les industriels, pour avoir arrêté l’inflation en 1920. Il y avait une grosse coalition pour faire annuler les mesures prises par lui, notamment avec la Banque de France. Les industriels étaient en grande majorité pour l’inflation, dont, au surplus, ils ignoraient la nature. Ils ne savaient qu’une chose : que la politique de M. François-Marsal avait déchaîné une grave crise économique. Salutaire ou non, ils ne se posaient pas la question. Ils voulaient faire tourner leurs usines.

87À la Journée industrielle où Lucien Romier était rédacteur en chef, beaucoup d’industriels faisaient pression pour l’inflation. Lucien Romier faillit se retirer du comité à peine constitué. Enfin Eugène Mathon obtint l’accord de M. Coignet alors président de l’Association d’Expansion économique, et l’on put procéder à l’organisation d’un Comité définitif.

88Presque aussitôt, Jules Décamps donna son adhésion. Décamps était directeur des Etudes économiques à la Banque de France. Son adhésion signifiait que la Banque regardait sans déplaisir la naissance de la Semaine de la Monnaie. Puis vint M. Raphaël-Georges Lévy, et le patronage de tous les ministres. Alors, ce fut la cohue. Tout le monde voulut en être. Le Comité arrêta le flot en ne donnant droit de délibération qu’aux représentants des associations, comités, fédérations et confédérations économiques. Au bout de quelques semaines, toute la production était représentée au grand comité de la Semaine de la Monnaie.

89Les séances de la Semaine eurent lieu en juin. La valeur technique de la Semaine ne fut pas ce que l’on pouvait espérer. Les techniciens fondèrent la Semaine qui fut tenue pour être de « droite ». Il faut bien reconnaître que, surtout à cause des gens d’Action française qui s’y trouvaient avec moi, la Semaine avait une tendance « droite » marquée. Mais nous obtînmes les résultats que nous cherchions : premièrement une consécration officielle de nos thèses ; deuxièmement, la condamnation de l’inflation par les producteurs.

90Nos thèses furent acceptées par la Semaine, aussi bien par le président M. Raphaël-Georges Lévy que par les membres. Et M. François-Marsal leur donna une force singulière en prononçant que « l’inflation est la forme moderne de l’altération des monnaies. » À la dernière séance de la Semaine, l’inflation fut condamnée, sur un texte rédigé par nous, par toutes les associations adhérant à la Semaine, c’est-à-dire par la production française tout entière.

91Or quelques semaines plus tôt, la production était inflationniste. Son opinion était donc renversée. C’était un succès complet.

92Naturellement, l’Action française, qui avait été tout à fait étrangère à la Semaine, s’attribua ce succès. Du coup, toute une activité économique prit un caractère partisan, ce qui facilita la campagne menée contre moi par les assassins du franc.

93Mais un résultat considérable était acquis ; une assemblée de toute la production française, sous le patronage de plusieurs ministères, avait condamné l’inflation, marquée d’infamie par M. François Marsal. C’est cet acte qui, en 1924 et en 1926, détermina les réactions du public et du monde politique. Si le franc n’a pas été conduit au niveau du marc et de la couronne, si la France n’a pas connu les terribles troubles monétaires de l’Allemagne et de l’Autriche, si, en 1926, un irrésistible mouvement d’horreur à l’égard de l’inflation a permis au ministère Poincaré de s’installer et de durer, c’est incontestablement à la première Semaine de la Monnaie qu’on le doit.

94La France peut s’en féliciter ; mais c’est exactement ce que ne m’ont pas pardonné les hommes qui voulaient réduire le franc à zéro. Il était notoire que c’est moi qui avais lancé l’idée de la Semaine, préparé, organisé et réalisé le vote unanime contre l’inflation. Ma part dans le succès était grande. Elle appela sur moi la foudre, ce qui est d’ailleurs tout naturel.

95C’est le succès de la Semaine de la Monnaie qui fut le point de départ de toutes les campagnes menées contre moi, avec une violence croissante. J’avais pris parti pour le peuple français. C’est ce que ne me pardonnaient pas les deux groupes associés à une finance étrangère pour conquérir de fortes positions en France à la faveur de l’instabilité monétaire.

96Après la Semaine de la Monnaie, une personnalité du ministère du Commerce déclara qu’il fallait « en finir avec Valois. »

97On voulait tuer le franc en toute tranquillité.

98J’étais incontestablement un des meilleurs défenseurs de ce franc. Et je venais de donner la preuve qu’il était possible de coaliser les producteurs contre les financiers ligués pour l’effondrement monétaire.

99On m’avait tenu pendant deux ans pour une sorte de doctrinaire, publiant sur l’économie des études pleines de passion, et pour une sorte de technicien passionné pour son métier, de quoi j’avais fourni la preuve à la Maison du Livre. Après la Semaine de la Monnaie, je ne pouvais plus, et je ne voulais plus dissimuler que ma vraie passion était pour la réforme de l’État, et que mes exercices professionnels, les Semaines économiques, n’avaient été pour moi que des opérations préparatoires. Quelques hommes, bons observateurs, se rendirent compte que je portais en tête un plan qui allait bien au-delà de la réforme monétaire, et que, les machines que je montais, au cœur de l’Action française ou au milieu des comités économiques que j’avais organisés, étaient dirigés contre la ploutocratie et avaient pour objectif d’arracher à cette ploutocratie l’État français, mis par elle en tutelle, diminué, affaibli, à demi ruiné.

100La tactique du silence ne pouvait plus réussir. Dans toute l’étendue du monde industriel, mon action pour la monnaie saine était connue. Vingt sociétés économiques de province m’avaient demandé d’aller exposer mes thèses à leurs membres. De vives sympathies se formaient pour mes amis et moi dans le monde bancaire.

101L’Action française en bénéficiait largement. Au point que l’on se demandait si un mouvement royaliste ne se dessinait pas dans toute l’économie. Lucien Romier put écrire un article sous ce titre : « Les industriels veulent-ils un roi ? » Ceci pour répondre aux questions que l’on se posait de tous côtés.

102Nous avions nos entrées dans la plupart des ministères. À la Banque de France, on nous regardait avec une sympathie non dissimulée. Après la Semaine de la Monnaie, M. Robineau me fit dire que les services que j’avais rendus à la cause de la monnaie saine étaient tels que l’on serait heureux de me donner appui, en contrepartie, pour mes œuvres. Je demandai que l’on appuyât la Maison du Livre. Ce qui fut fait. J’exposai en outre au Gouverneur un plan de transformation des quartiers de Paris, spécialisés par corporations, que je voulais amorcer par une réalisation pour le quartier du Livre, et pour lequel je demandais que la Banque donnât un signal.

103Les hommes qui prennent le vent n’étaient pas sans avoir idée de ces entretiens et de quelques autres. Naturellement, se formait un courant qui entraînait des chefs de file de l’économie française, et il était visible que la barque que je montais était en plein dans ce courant.

104Il était facile de prévoir que, au moment d’une grande crise politique et sociale, ouverte par un grand trouble monétaire, nous pouvions avoir avec nous une grosse, très grosse coalition emportant le régime d’un seul coup. Le régime, c’est-à-dire le vieux parlementarisme et, surtout, la ploutocratie qui le soutient contre le pays.

105À ce moment-là, après la Semaine de la Monnaie, quelques hommes haut placés décidèrent qu’il était temps de m’arrêter. De leur point de vue, ils n’avaient pas tort. Et je vais leur donner raison par les révélations que je vais faire. Je dois dire que aujourd’hui, je ne regrette pas les coups qu’ils m’ont portés, et qui ont rendu impossible la réussite de l’opération avec les groupes de droite. Mais j’indique tout de suite que les coups de M. Horace Finaly ou de la Sûreté générale, ou d’autres services de l’État, auraient été sans efficacité s’ils n’avaient eu la complicité de l’Action française.

106Or, les opérations que j’avais préparées, dès 1921, faisaient naître indirectement, dans des conditions que je vais dire, des chances nouvelles pour la restauration monarchique que poursuit l’Action française. Mais surtout pour la constitution de l’État syndical, c’est-à-dire pour une nation à structure démocratique syndicaliste, anti-ploutocratique. C’est exactement contre ce projet que l’Action française a marché à fond contre moi, au bénéfice de la république ploutocratique.

107Je m’en réjouis aujourd’hui que je suis rentré dans la République, et que je me suis rendu compte qu’un État monarchiste est une absurdité superflue, et que, au surplus, il est contraire à toute raison de construire quoi que ce soit avec les groupes de droite. Mais on me passera la malice de montrer aux royalistes que c’est leur Action française qui a jeté au vent les dernières chances de la monarchie.

108L’affaire présente d’ailleurs de l’intérêt pour tout le monde. La plupart des Français s’en désintéresseront complètement au point de vue dynastique. Mais ils ont besoin de savoir que l’Action française est la meilleure auxiliaire de la ploutocratie. Et il faut la combattre aujourd’hui, non comme royaliste, ce qui est sans intérêt, mais comme force au service de la ploutocratie.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search