Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Première partie. Avec les féodaux de l'industrie

Chapitre premier. L’esprit de la victoire

Texte intégral

11918, c’est pour moi l’an premier de la vie nouvelle. Définitivement, les hommes de ma génération cessent d’être les générations de la défaite. Ils sont les générations de la victoire. Leur grande victoire, c’est qu’ils savent qu’ils portent en eux un magnifique destin. Et ils pressentent qu’ils vont agir, non plus dans le cadre étroit d’un nationalisme limité à des objectifs strictement nationaux, mais dans l’Universel.

2Je n’avais pas attendu le 11 novembre. Étant hors cadres, en janvier 1918, j’avais publié le Cheval de Troie, où j’avais exposé ma certitude scientifique de la victoire, et esquissé un premier plan de la nouvelle organisation de la France. Un soir de ce même mois, chez M. Bainville, devant quelques personnes qui ne voyaient plus aucune raison d’espérer, j’avais refoulé le plus dangereux défaitisme, le défaitisme patriotique.

3En mars 1918, au moment de la trouée sur Amiens, je lançais de nouvelles entreprises. Fin juin, les Allemands étant à ChâteauThierry, j’annonçais la victoire certaine. En juillet, j’en faisais la démonstration devant quelques centaines de personnes au théâtre de Blois. Le soir même, les dépêches annonçaient les premières victoires.

4Dès ce jour, alors que la majorité des Français doutaient encore, je ne me préoccupais plus que du travail à entreprendre dès la paix : la nouvelle organisation de la production ; le rassemblement des combattants.

5Le 10 octobre 1918, j’exposai les premiers principes d’une réforme économique et sociale de la France au Cercle commercial et industriel de France. Je proposais la fondation d’une Confédération nationale de la Production française.

6Nous fondons un Comité avec Victor Cambon, Villemain, du Bâtiment Granger, de la Mécanique, et un singulier garçon, nommé Bruyant, qui s’était mis en vedette dans les affaires de trahison, en se présentant à la Haute Cour comme attaché au Service du Moral aux armées. C’est la première tentative d’organisation syndicale générale. Pour moi, c’est mon premier contact avec les féodaux de l’industrie.

7Le Comité provoqua indirectement la constitution de la Confédération générale de la Production française. Loucheur, Tardieu, Clémentel appelèrent à eux les chefs des groupes économiques que nous rassemblions, et la Confédération fut fondée, au cours de l’hiver 1918-1919, avec le concours de M. de Lavergne qui en fut le secrétaire général.

8C’est à ce premier contact que je découvris que les gros industriels, qui parlaient tant de la collaboration des classes, en étaient fort peu partisans en fait. On tint les membres de notre Comité en dehors de la Confédération, parce que nous avions prévu une Confédération ouverte aux syndicats ouvriers.

9M. Loucheur et leurs amis voulaient une Confédération strictement patronale, dominant une Confédération ouvrière associée à ses travaux dans un Conseil économique sans pouvoirs.

10Peu après l’armistice, je vis arriver chez moi Jean Delemer, un des administrateurs des établissements Kuhlmann, et qui faisait partie du Conseil d’Administration de la Nouvelle Librairie Nationale, que je dirigeais. Delemer s’intéressait vivement à mon projet de faire de la librairie un des centres d’élaboration des nouvelles doctrines économiques. Il sortait de Lille délivrée. Il me fit rencontrer Eugène Mathon, qui venait de passer le temps de la guerre, en pays occupé, à Roubaix.

11Eugène Mathon, soixante ans, carrure et visage d’industriel américain, gros industriel roubaisien, était à la recherche d’une doctrine. Il avait lu quelques-uns de mes ouvrages pendant la guerre. Il se disait préoccupé de la réforme sociale en vue de résoudre le problème ouvrier. Je le considérai comme un de ces patrons réformateurs qui, par générosité ou par patriotisme, pouvaient préparer le nouveau régime, à l’exemple des nobles qui ouvrirent les portes de l’État à la bourgeoisie avant 1789.

12Il y eut vraisemblablement malentendu entre lui et moi. Je ne veux pas l’affirmer. Car Eugène Mathon se serait peut-être engagé dans la voie syndicale s’il n’y avait pas eu à côté de lui un certain Désiré Ley, qui devint administrateur- délégué du Consortium du Textile du Nord, dont il sera question plus loin, et qui est le mauvais génie de tout le patronat roubaisien et tourquennois.

13Je me tins pendant plusieurs mois sur la réserve avec Eugène Mathon. Je craignais de me trouver devant un de ces industriels pour qui les intellectuels sont les porte-plumes des capitalistes. Je trouvai au contraire Mathon très ouvert aux doctrines économiques et sociales que je lui exposais. Je lui montrais le syndicalisme prolétarien faisant pression sur les chefs de l’industrie pour obliger ceux-ci à monter sans cesse, et à donner à la nation une économie de plus en plus haute.

14Mathon approuvait. Je crus que, avec lui, il serait possible de provoquer, dans toute l’étendue du monde industriel, à la faveur de l’exaltation de la victoire, une franche reconnaissance du syndicalisme ouvrier authentique. En 1919, cela n’avait rien d’invraisemblable.

15Mes relations avec Mathon me confirmèrent dans cette idée qu’il était possible de trouver une centaine d’industriels audacieux avec qui engager la grande révolution économique.

16Pour moi-même, à mon poste d’industriel, dans cette Nouvelle Librairie Nationale que je dirigeais, je m’étais mis directement au travail dès l’armistice. C’est-à-dire que j’avais commencé le travail constructif pour l’ordre nouveau.

17Je m’étais proposé de réaliser, autrement que dans des articles de journaux, des types nouveaux d’organisation économique, préparant la liaison des organes de la nouvelle vie économique avec l’État nouveau. C’était à mon sens la seule manière de surmonter le communisme. Dès cette époque, je n’ai cessé de dire que l’Europe ne pouvait surmonter le communisme qu’en créant un nouveau système économique apportant plus de prospérité et plus de justice aux classes ouvrières que tout autre régime.

18Je m’étais mis au travail pratique un peu avant l’armistice. Éditeur, ayant acquis quelque autorité auprès de mes confrères du fait de la prospérité et du prestige que j’avais donné à la Nouvelle Librairie Nationale pendant la guerre (je l’avais dirigée du front, et elle avait été la première, fin 1914, à reprendre le travail d’édition), je proposai à mes confrères, en novembre 1918, de fonder une société corporative pour les transports de librairie, et pour tous les services dont la collectivisation rationnelle était possible.

19Objectif : gagner du temps ; faire du travail méthodique ; spécialiser des hommes ; élever les salaires, diminuer les frais généraux.

20On sait que c’est le b-a-ba de certaines méthodes américaines.

21À ce moment-là, c’était une étonnante nouveauté.

22Il se trouva que, par suite des extraordinaires difficultés qu’entraînait la réorganisation des chemins de fer, les éditeurs eurent avantage à employer les services que nous organisions.

23La Société fut fondée en quarante-huit heures par M. Besancenet, de la maison Flammarion, M. Theuveny, de la Renaissance du Livre, et moi-même. La fondation fut décidée chez Vallette, au Mercure de France. Elle fut le point de départ d’un mouvement qui n’a pas cessé de se développer, d’où sortit, un an plus tard, la fondation de la Maison du Livre Français, la Semaine du Livre, le IIe Congrès du Livre, les Semaines économiques et bien d’autres manifestations politico- économiques qui préparent le monde de demain.

24Notre Société connut le succès tout de suite, le succès sinon la prospérité. Nous avions un tout petit capital, trente mille francs d’abord, puis cinquante mille, enfin cent mille. Au bout d’un an, après une rencontre avec M. Paul Gillon, l’un des chefs de la Maison Larousse, qui avait fondé pendant la guerre une autre société corporative d’éditeurs pour la propagande mondiale du livre français, je proposai la fusion des deux sociétés et la création d’une grande Maison du Livre Français capable de représenter dignement la France devant la grande institution allemande de Leipzig.

25C’était pour moi la manifestation de l’esprit de la victoire et la politique nouvelle. Pour un certain nombre de Français, l’expression du sentiment de la victoire, cela consiste en manifestations périodiques autour des statues nationales. Je ne dédaigne point ces manifestations. Mais je ne les tiens que pour des signes. Le travail est ailleurs. L’esprit de la victoire pour moi, ce n’était nullement quelques manifestations agressives à l’égard des voisins, c’était la construction effective du monde nouveau, par la technique, pour la justice.

26C’est ici que je commençai de me séparer de l’Action française, avec qui j’avais travaillé depuis 1908. En cette année 1919, commence, en France, le grand travail de dislocation des vieux partis, la formation obscure des nouveaux partis, l’élaboration d’une nouvelle politique, sur un plan qui n’est plus celui de la politique ancienne.

27Mais tout cela se fait au milieu d’un tohu-bohu intellectuel invraisemblable. Des hommes tout à fait opposés de tempérament et de tendances sont alliés, tout en parlant un langage différent. Des hommes tendant au même but se combattent.

28C’est aujourd’hui seulement que l’on commence à comprendre ce qui s’est passé depuis dix ans. Mes propres expériences me permettent d’apporter beaucoup de clarté dans cette grande confusion.

29J’indique tout de suite que les erreurs, les malentendus viennent du fait que, subissant la crainte et l’angoisse qu’avait causées la Révolution russe, une majorité de Français, d’Européens ont cru que la lutte qui s’ouvrait était entre l’Ordre et le Désordre, entre la Propriété et la Communauté des biens, alors que c’était la lutte entre la Ploutocratie et les Peuples qui commençait.

30Pour ma part, je n’ai jamais cessé d’être orienté contre la Ploutocratie. C’est en cherchant à fédérer les citoyens et les combattants contre l’Argent que je me suis peu à peu séparé de l’Action française, et que je suis finalement devenu son adversaire.

31Ma séparation et mes nouvelles alliances sont inscrites dans mon action de 1919 et 1920. On le verra sur les trois voies parallèles où j’ai agi à cette époque, dans ma tâche de doctrinaire et de propagandiste à l’Action française, à la Maison du Livre, et à la Confédération de l’Intelligence et de la Production françaises, que je fondai en 1920.

I. — L’Action française disloquée par l’esprit de la victoire

32En 1919, ni les combattants, revenant du front, ni les civils n’eurent une idée quelconque sur l’opération politique à accomplir.

33La plupart des Français attendaient un grand événement qu’ils avaient pressenti pendant la guerre.

34Ils l’attendirent au 1er mai 1919.

35Le sentiment général, confus, était qu’une révolution devait s’accomplir, et qu’elle se produirait par la jonction des combattants et des producteurs, surtout des ouvriers syndicalistes.

36Autant l’idée était confuse et incertaine, autant le sentiment était précis et sûr.

37Le 1er mai 1919, il y eut un mouvement de foule énorme vers les boulevards à Paris. Après une excitation formidable par affiches.

38Paris allait prendre part à la révolution. Il ne savait pas laquelle.

39Il ne se produisit exactement rien.

40Il n’y avait que deux candidats possibles à la révolution : le communisme et l’Action française.

41L’ennemi à abattre, c’était l’Argent, symbolisé à cette époque par le profiteur de guerre.

42Ni le communisme, ni l’Action française ne surent et ne purent prendre le commandement du peuple qui s’offrait ce jour-là, comme jamais il ne s’est offert depuis.

43Parce que ni l’un ni l’autre ne surent parler au nom du sentiment de la victoire.

44Le communisme russe avait pu prendre le commandement de soldats battus ou de troupes de caserne.

45Il fallait parler un autre langage aux soldats victorieux.

46Il fallait crier aux combattants : Que ceux qui ont fait la guerre prennent le pouvoir à ceux qui en ont vécu !

47Avec ce mot d’ordre, la révolution commençait, avec les communistes ou avec l’Action française. Et contre l’Argent.

48Mais les communistes ne connaissaient pas l’esprit combattant victorieux, voulant en même temps la justice et la gloire.

49Et l’Action française, totalement ignorante des sentiments du combattant, avait cessé d’être révolutionnaire.

50La révolution fut manquée.

51Le peuple rentra chez lui, avec une double déception au cœur. La déception de la guerre manquée, — car il avait attendu qu’il en sortît les États-Unis d’Europe. La déception de la révolution manquée, — car il avait attendu la justice.

52La démission du communisme et celle de l’Action française datent de ce 1er mai de l’an 1919.

53L’Argent, qui régnait, conserva le commandement et fit les élections de 1919.

54La fin de l’Action française est de ce temps. Édouard Berth la fait dater de 1914, du jour où l’Action française, devant le péril, s’abstient de tout acte tendant à la prise du pouvoir.

55L’Action française avait annoncé depuis 1907 qu’elle donnerait la monarchie à la France par un coup de force, que ce coup de force devait être fait avant une guerre où la République perdrait la partie. Or la République a fait la guerre et elle l’a gagnée. Il pouvait y avoir doute entre 1792 et 1914 sur les possibilités de la République. En 1914, le jugement de l’histoire est définitif : sur la Marne, les armées de la République, animées par le sentiment républicain le plus ardent, remportent la victoire.

56La thèse de l’Action française s’effondre. Berth a donc raison de dire que l’Action française est perdue à partir de ce moment. D’autant plus que, ayant, en août 1914, l’occasion de faire un coup de force, elle ne l’a point fait.

57Toutefois, il restait une possibilité : que l’Action française, après la guerre, s’appuyant sur le souvenir tout frais des services rendus par elle, donnât une expression à ce sentiment de la victoire qui soulevait le peuple français.

58Dès la fin de 1916, étant à l’hôpital, à Paris, pressentant l’heure où l’esprit de la victoire prendrait le commandement du pays, j’avais remis à Maurras le plan d’une organisation de combattants à créer pour encadrer, dès la fin de la guerre, les soldats redevenus citoyens. L’organisation était à la fois militaire et syndicale.

59Maurras n’y comprit absolument rien. Son sens du combattant n’alla pas au-delà de cette Part du Combattant, dont l’idée est en opposition absolue avec l’esprit d’une armée nationale, et dont il ne sut même pas tirer parti. La guerre se produisait dans un monde de faits et de sentiments qu’il ignorait. La note que je lui avais remise ne fut rien d’autre entre ses mains que la matière d’un article de journal.

60Sorti de l’hôpital, j’essayai d’organiser une légion de combattants avec quelques camarades appartenant à l’Action française. Il y eut une réunion chez Alexis Rouart. Cela ne donna rien. C’est beaucoup plus tard que j’ai compris que les gens de l’Action française, soumis à Maurras, avaient en tête, non le goût de créer un fait, mais l’appétit de faire une démonstration logique.

61En 1917, je ne pus donner aucune suite à ce projet. Je fus mis hors cadres fin 1917. Au printemps de 1918, je revins à mon projet de la fin de 1916. Je ne pus obtenir aucun mouvement parmi les quelques partisans de l’Action française que je vis.

62Fin 1918 et commencement de 1919, le résultat fut nul. Ni Maurras, ni Daudet ne comprenaient l’appel au combattant. Leurs seconds donnèrent à leurs partisans l’ordre de prendre place dans les associations qui se fondaient avec la seule mission de faire valoir que l’Action française devait servir de noyau de cristallisation pour une mobilisation nationale dans le cas d’une tentative communiste.

63Bref, la grande crise de 1919 prit l’Action française au dépourvu. On eut ce spectacle vraiment surprenant d’une association fondée pour la grandeur de la patrie et qui demeurait muette au moment où elle avait en mains un des plus grands moteurs que puisse posséder un peuple : le sentiment de la victoire.

64Et le théoricien du coup de force, doctrinaire de l’antiparlementarisme, aboutit à l’automne de 1919 à prendre part aux élections et à faire élire un député avec un nombre de voix ridiculement faible.

65On m’avait demandé de présider la première réunion électorale de Léon Daudet à Paris. Je le fis au manège du Panthéon. J’étais plein de l’idée de la valorisation de la victoire, que j’avais exprimée en juin 1919. Je donnai à la réunion le ton révolutionnaire. C’est par l’appel au combattant que j’obtins une sorte d’unanimité d’une salle manquant d’unité. À l’issue, je fis chanter la Marseillaise. Le lendemain, il y avait plusieurs démissions à l’Action française, notamment celle de M. Étienne de Resnes. Et des protestations. Je connus ainsi que la maison était pleine d’émigrés.

66Le déclin de l’Action française était bien commencé. On ne le vit pas tout de suite. Moi-même je ne le compris que plus tard. L’Action française avait alors un prestige intellectuel considérable, même chez ses adversaires. Elle avait même un prestige politique qui lui venait de son rôle dans les affaires de trahison. Tout le monde subissait ce prestige, qui arrêtait la critique.

67L’Action française était seule à pouvoir employer le sentiment de la victoire.

68Elle ne le fit pas.

69Le sentiment de la victoire demeura au cœur des Français sans prendre forme, sans expression, et comme une puissance sans emploi possible.

70Il n’agit dès lors que pour opposer les générations de la guerre aux générations d’avant-guerre. Ainsi en fut-il à l’intérieur de l’Action française.

71Les combattants, au lieu d’être les hommes de premier plan, appelés à donner à la France un nouvel État, ne furent regardés que comme ce que l’on appelait dans la maison des « gendarmes supplémentaires » connaissant la vraie guerre, et capables, le cas échéant, d’assurer la défense de l’ordre contre les communistes.

72Il en résulta un changement profond dans le recrutement de l’Action française, qui attira vers elle tous ceux qui avaient peur du communisme, tandis que, avant la guerre, elle avait été sur le point de rallier tous les tempéraments révolutionnaires, capables de construire un nouvel État contre la ploutocratie.

73À partir de ce moment, je donnai la plus grande partie de mon effort à l’action politico-économique que j’avais entreprise.

74Logiquement, c’est au cours du premier semestre de 1919 que j’aurais dû me séparer de l’Action française. J’étais en fait tout à fait étranger à ce groupe. On s’est demandé, depuis, pourquoi j’y étais entré, et pourquoi j’y étais resté. Cela est devenu à peu près incompréhensible aux hommes qui connaissent peu ou pas la vie de l’Action française avant la guerre.

75Aux environs de 1910, l’Action française faisait figure de force révolutionnaire. Elle cherchait ses alliances à gauche, et même à l’extrême gauche. Dans un malentendu verbal, c’est entendu. On le voit aujourd’hui. On ne le voyait pas alors.

76Nous avions pu fonder un Cercle Proudhon avec de jeunes nationalistes de l’Action française et des syndicalistes comme Édouard Berth. Georges Sorel avait exprimé nettement ses sympathies à l’Action française. Édouard Berth, syndicaliste révolutionnaire, dit, dans son ouvrage Guerre des États ou Guerre des Classes, qu’il ne voyait pas alors d’inconvénient essentiel pour un syndicaliste à adhérer à la monarchie, car celle-ci lui paraissait plus apte à présider à une vraie lutte de classes, et par conséquent à la marche au socialisme, que la république démocratique.

77Nos conférences du Cercle Proudhon faisaient d’ailleurs scandale à l’intérieur de l’Action française. Mais nous avions l’appui d’hommes comme le comte Eugène de Lur-Saluces, le colonel Milleret, l’amitié d’Octave de Barral, et la jeunesse était avec nous.

78Mais si les hommes comme Vaugeois, radical d’origine, étaient en sympathie avec nous, d’autres, et Maurras en tête, nous regardaient secrètement avec horreur.

79Et la rupture se serait faite, presque certainement, en 1915, s’il n’y avait eu la guerre, qui arrêta l’opposition naissante.

80Aucun des membres du Cercle Proudhon ne demeura dans la vie civile. Alors, au nom du Salut public, Maurras, petit bourgeois de Provence, appuyé sur Jacques Bainville, qui est bien l’un des bourgeois au cœur le plus sec que je connaisse, donna à l’Action française le caractère conservateur qui n’a fait que s’accuser depuis.

81En 1919, la peur du bolchevisme aidant, l’Action française attirait déjà les éléments les plus passifs du conservatisme le plus étroit. J’eus idée de cela dans les quelques tournées que je fis en province. Mais déjà très pris par mes travaux hors de l’Action française, je ne pus me rendre compte de l’étendue de la corruption.

82Néanmoins, je crois que je me serais séparé de l’Action française en 1919, insensiblement, sans même y penser, et mû par ce sentiment obscur qui ruine secrètement les amitiés et les amours, si je n’avais estimé avoir une dette personnelle à l’égard d’un homme de la maison. Fin 1916, ayant, à la suite d’une opération mal faite, un corps étranger dans une bronche, et me trouvant, après vingt-cinq jours de crise, tout près de la mort, j’avais été sauvé du fait que Daudet avait obtenu du chirurgien Cazin qu’il m’opérât.

83Cazin était seul à pouvoir tenter et réussir l’opération. L’opération réussit. Je fus sauvé. Je devais donc la vie à Cazin et à Léon Daudet. Il est entendu que Daudet y fut pour peu de chose et qu’il n’y a aucun héroïsme dans ce cas. Mais ce peu de chose était beaucoup pour moi. Et je me tins pour lié. C’est la raison pour laquelle j’écartai de mon esprit la révision de beaucoup de choses.

84Je n’ignorais pas les désaccords profonds entre l’Action française et moi. Mais je n’examinai même pas la possibilité d’une séparation. En outre, dans le grand problème de structure qui se posait aux sociétés modernes, je voyais parfaitement que l’Action française, avec sa solution monarchique, n’apportait rien d’essentiel. Je considérai simplement que cette solution, capitale pour elle, de pure forme pour moi, ne me gênerait pas. Je commençai de travailler à élaborer la doctrine de l’État moderne, de l’État syndical, qui est formulée dans l’Économie Nouvelle que j’écrivis en 1919 et que je publiai en 1920.

85« C’est un livre à peine royaliste » écrivit M. Edmond Laskine. Disons mieux : il ne l’est pas du tout, sinon par dix lignes qui peuvent être supprimées sans qu’aucun organe du système soit atteint.

86Alors s’établit un malentendu qui dura jusqu’en 1925 : je publiai mes articles, mes livres devant le public de l’Action française qui applaudissait et qui n’y comprenait rien. Et je travaillai avec des hommes complètement étrangers à l’Action française, des industriels sans parti, des radicaux, des socialistes. Une demi-douzaine d’hommes, appartenant à l’Action française, faisaient la liaison entre les deux mondes. Nous avions ainsi le sentiment que les deux mondes travaillaient de concert.

87En fait, il y avait séparation complète entre l’Action française et nous. Les gens de l’Action française applaudissaient l’expression écrite de la doctrine politico-économique que nous lancions. Ils se désintéressaient entièrement de l’action que nous menions, à laquelle ils ne comprenaient absolument rien.

88J’étais l’homme qui, par des moyens inconnus d’eux, gagnait à la cause des industriels et des ouvriers, c’est-à-dire de l’argent et des hommes. Les moyens étaient pour eux chose tout à fait secondaire.

89Pour moi, c’était l’essentiel.

90Entre eux et moi, la différence profonde, c’est après la guerre, le sentiment de la victoire.

91C’est ce sentiment qui me porte à la création, à la recherche des formes nouvelles, à la conquête de l’avenir, et qui fait que je regarde le communisme comme un mouvement qu’il faut gagner de vitesse.

92Tandis que l’absence du même sentiment les laisse le cerveau vide devant le bouillonnement du monde nouveau, et les conduit à ne rien réclamer d’autre qu’une armée, une police à l’abri de quoi ils pourront continuer de vivre.

93Les événements dont je donnerai le récit sont expliqués par cette opposition.

II. — La doctrine et l’action

94En 1919, je commençai d’écrire l’Économie Nouvelle. C’est mon premier essai d’analyse purement scientifique et de synthèse syndicaliste.

95L’ouvrage parut en chroniques chaque semaine dans l’Action française, et je le donnai en librairie en 1920. Il obtint un succès énorme. Dix mille exemplaires sortirent en quelques semaines, et dix mille dans la suite. On en parla dans toute la presse. La Journée Industrielle, qui se lançait alors, loua l’ouvrage auprès de son public. Eugène Mathon lui accorda son concours à condition qu’elle appuyât les thèses de l’Économie Nouvelle.

96L’Économie Nouvelle fut regardée comme la doctrine à opposer au marxisme qui aboutissait au chaos économique en Russie. L’ouvrage faisait une critique serrée du marxisme sur deux problèmes fondamentaux, le problème de la valeur et celui de la plus-value. La lutte des classes y était niée, non socialement mais économiquement. Mais j’y reconnaissais la lutte des groupes économiques.

97La doctrine positive de l’Économie Nouvelle est celle du syndicalisme intégral, avec, au centre, l’idée sorélienne que la pression ouvrière, syndicalement organisée dans chaque groupe économique, est indispensable au progrès technique.

98La thèse que j’y soutiens, comme je l’ai toujours fait depuis le début de ma carrière politique et économique, c’est que la revendication d’un salaire plus élevé et la demande de la diminution du temps de travail sont les éléments les plus importants du progrès humain.

99Il faut que celui qui exécute une tâche conçue par autrui et qui en reçoit le salaire, juge la fatigue excessive et le gain insuffisant, afin que le chef ou l’organisateur du travail soit obligé d’inventer sans cesse de nouvelles méthodes de travail et de nouvelles machines. C’est cette pression constante de l’ouvrier qui est un des plus grands facteurs du progrès.

100Je ne conçois pas que l’on puisse mettre une vérité aussi éclatante en discussion. Elle ne fait qu’exprimer un fait que chacun connaît bien : c’est la fatigue corporelle qui, depuis le plus lointain des âges, a amené l’homme à demander à son cerveau l’intellectualisation de l’effort.

101La conclusion est, nécessairement, qu’un syndicalisme ouvrier libre est absolument indispensable, et que, entre un État populaire fort et un syndicalisme ouvrier ardent, les chefs de la production, patrons, directeurs, chefs de coopératives, délégués d’État, chefs de trusts communistes ou chefs de trusts capitalistes, seront contraints de s’élever sans cesse au- dessus d’eux-mêmes.

102Or la plupart des chefs en place, surtout par droit héréditaire, n’aiment pas cette thèse, qu’ils estiment offensante pour leur dignité, et qui fait d’eux des hommes de même essence que les autres. La tendance de toutes les aristocraties, après quelque durée, est de se croire d’une autre essence que les classes dirigées, et de ne pas admettre que les « inférieurs » puissent exercer une pression sur les « supérieurs ».

103C’est pourquoi, surtout aux époques de décadence intellectuelle des classes dirigeantes, lesdites classes essaient de tricher contre la loi naturelle et d’interdire à leurs subordonnés toute revendication, toute pression. Ces classes font des efforts considérables pour convaincre les salariés qu’ils doivent s’en remettre à leurs chefs du soin d’améliorer leur sort. C’est la manifestation de la paresse collective, par laquelle les chefs de la production essaient de se reposer sur le résultat acquis, et de n’être pas obligés de renouveler les méthodes et le matériel.

104C’est la raison pour laquelle je considère que l’organisation des sociétés modernes par les trusts, sous le contrôle des magnats, si elle peut donner de grands résultats pendant la première période de création, conduit rapidement à la décadence économique, à partir du moment où, toute menace ouvrière étant écartée, les chefs de la production ralentissent leur effort.

105Sur cette question fondamentale, les thèses de l’Économie Nouvelle ne laissent place à aucune équivoque. Comment se fit-il qu’elles furent alors propagées par des hommes qui vivaient selon l’esprit contraire ? Surtout parce que la plupart des lecteurs de l’Action française n’y comprirent rien. Je fus proclamé grand économiste par des gens qui ne virent pas du tout où je les conduisais. Je me réjouissais de cet étourdissant succès. Mais c’était un des plus grands malentendus qui s’établissait.

106Eugène Mathon patronna l’Économie Nouvelle dans tout le Nord. À Roubaix et à Tourcoing, il fut de bon ton d’avoir lu cet ouvrage. Je dois dire que Mathon paraissait accepter de bon cœur la thèse de « contrainte mutuelle », ainsi nommais-je la pression réciproque des syndicalismes ouvrier et patronal. Il n’aimait pas beaucoup cette conception, mais il la déclarait fondée. Il essayait bien de la limiter dans un corporatisme où l’élément patronal prenait la direction, mais il faisait un effort sincère pour accepter loyalement la doctrine. Et il en faisait la louange publique.

107À l’Action française, quelques personnes faisaient la grimace. Il n’y avait pas un homme dans toute la maison capable de comprendre l’Économie Nouvelle, car l’ignorance économique des gens de l’Action française est vraiment insondable ; mais quelques-uns flairaient une doctrine qui leur était violemment opposée.

108Tel Bernard de Vesins, deux fois menacé par ma thèse centrale, comme « ci-devant » et comme bourgeois. Bernard de Vesins, qui porte comme tant d’autres le titre de comte, représentait très exactement à l’Action française cette caste qui se dit noble et qui n’est rien d’autre aujourd’hui qu’une bourgeoisie à titres historiques, authentiques ou non, caste deux fois inapte, deux fois niée par le mouvement historique, dans sa fonction féodale et dans sa fonction bourgeoise. Et caste qui veut se maintenir dans le monde moderne non par des services, mais par des souvenirs historiques. Ce sont des gens qui voudraient être à la tête de toute la machinerie moderne au nom de la bonne éducation, de leurs parchemins et de leurs cousinages européens.

109Bernard de Vesins ne cachait pas l’exaspération où le mettaient mes articles économiques. Je demandais les hauts salaires, la courte journée de travail. Il opposait à cela que la Restauration de la France, de 1815 à 1830, s’est faite grâce aux restrictions dans le monde ouvrier.

110Naturellement, nous nous heurtions assez vivement. Il y eut un jour entre nous une scène assez violente. Quelqu’un, c’était un garçon nommé Coquelle, qui commençait de travailler avec moi, me suggéra une solution : donner une place importante à Bernard de Vesins dans une organisation que nous fondions. Je le fis ; j’offris à Bernard de Vesins la première vice-présidence de la Confédération de l’Intelligence et de la Production françaises que nous fondâmes au printemps de 1920.

111Le remède fut souverain. Vesins cessa ses critiques. Il avait de l’honneur ; il ne faisait rien, et il se considérait comme mon censeur. La vie continua sans heurts. Il n’était pas du tout gênant. Il faisait des progrès ; il me fit acclamer dans un congrès en révélant que Lénine avait déclaré que j’étais le seul économiste intéressant en France. Et son nom, à côté du mien, rassurait les conservateurs. Mais tout cela n’apportait à la doctrine aucun concours positif.

112Il fallait des hommes pour insérer la doctrine dans la réalité, pour prendre les commandements économiques et sociaux.

113L’Action française ne put en fournir que quelques-uns, et qui ne durèrent pas.

114Les gens de l’Action française ont été dressés par Maurras à absorber des idées par la lecture et à les rendre par la parole.

115Mais ils n’ont pas été formés pour comprendre le réel, l’analyser, découvrir le sens des mouvements qui le parcourent, en prendre le commandement et agir.

116La propagande idéologique maurrassienne ne m’intéressait pas plus qu’elle n’eût intéressé Hugues Capet.

117Ce qui m’intéressait, c’était la prise de commandement des hommes, la fondation des cadres selon la doctrine dégagée de l’analyse du réel, et les services à rendre.

118Dès 1917, j’avais proposé à Maurras l’organisation d’une grande association économique. C’était devenu, selon la déformation de la maison, un service bizarre, sans emploi défini, nommé « la main-d’œuvre civique ».

119En 1919, je repris l’affaire directement. Et en 1920, je fondai, avec le concours de M. Georges Coquelle, le seul homme de la maison qui comprît quelque chose au mouvement économique, la Confédération de l’Intelligence et de la Production françaises, destinée à agir sur le monde économique pour le sortir du régime de la libre concurrence et l’organiser en grands groupes économiques, à l’intérieur desquels les syndicats ouvriers devaient agir, chacun selon sa loi.

120Maurras regarda cette fondation sans plaisir. D’abord parce que je prenais un commandement direct, ce qui ne lui convenait guère, et ensuite parce que la Confédération n’était pas destinée à propager la doctrine maurrassienne.

121Je ne puis arriver à comprendre comment Maurras a pu être pris pour un grand politique. C’est un homme qui a fait un monde de réflexions plus ou moins intéressantes sur les événements politiques. Mais il est dépourvu de sens politique ; il ne sait pas du tout ce que c’est que l’action politique ; il ne connaît pas les lieux où elle s’exerce ; il n’a pas encore compris que, dans le domaine économique, se construisent aujourd’hui de formidables moyens d’action politique.

122Il en est resté à la propagande d’une idée autour d’un nom d’homme. Ce qui correspond à la méthode d’action des sectes religieuses. Et non à celle des hommes d’État. Maurras n’a pas encore compris que l’action politique consiste à prendre en mains ce que l’on appelle les « leviers de commande » du monde moderne, téléphones, chemins de fer, etc., par les moyens syndicaux, non par les moyens de force. Il n’attache qu’une importance très médiocre au fait qu’un de ses partisans devient chef de syndicat, malgré ses idées maurrassiennes, pour avoir rendu des services à ses camarades. Ce qui compte à ses yeux c’est qu’un chef de syndicat devienne maurrassien, même si cela lui fait perdre son commandement. Son principe d’action est ainsi exactement opposé au mien.

123C’est pourquoi Maurras n’appuyait guère la fondation de la Confédération de la Production. Il ne la comprenait pas. Il s’en défia. Et, selon sa méthode, il me fit surveiller. Maurice Pujo, qui joue auprès de lui le rôle de policier, lui conseilla de me faire surveiller par Coquelle, qui faisait plus ou moins partie de son service de renseignements. C’est la méthode de la maison : comme il n’y a pas à l’Action française un seul homme capable d’exercer un haut commandement, on fait surveiller par leurs secrétaires les hommes qui prennent des commandements. Cela flatte les secrétaires. Mais les résultats, au point de vue de l’action, sont désastreux.

124C’est dans ces conditions que fut fondée la Confédération de l’Intelligence et de la Production françaises. J’essayai d’y réunir des hommes pour l’action dans le monde économique. Les adhésions vinrent assez nombreuses. Mais il ne vint pas d’hommes d’action. Je mis du temps à comprendre que cette pénurie d’hommes était due à la méthode de recrutement et de propagande de l’Action française.

125La Confédération, avec ses vingt groupements économiques et ses quelques groupes régionaux, a eu des effectifs de plusieurs milliers de membres, dont beaucoup auraient pu devenir de bons militants. Elle a manqué totalement de cadres. Néanmoins, elle a fait un travail énorme : c’est elle qui a été l’initiatrice du mouvement des Semaines économiques, et qui a organisé directement plusieurs de ces Semaines. Mais elle le fit avec un très petit nombre de personnes. Nous fûmes six à supporter toute la charge, Georges Coquelle, Martial Buisson, un chef de publicité qui s’était montré organisateur de premier ordre, Maurice Denis, l’ingénieur, Jean Gazave, qui avait de belles qualités compromises par un arrivisme féroce, Jacques Arthuys, étranger à l’Action française mais qui travaillait avec nous, et moi-même. Les autres nous applaudissaient, mais nous ne pouvions rien tirer d’eux, rien de rien.

126Explication : les gens de l’Action française sont ou des conservateurs ou des maurrassiens. Comme conservateurs, ils ne connaissent rien du monde où ils vivent ; comme maurrassiens, ils vivent dans un autre monde, monde d’idées, monde de lettrés, sans communications avec l’âge de l’électricité.

127Maurras, comme presque tous les hommes de nos jours, a bien compris que le tyran de notre monde est l’Argent, et il a écrit contre la ploutocratie cet Avenir de l’Intelligence qui est ce qu’il a fait de plus grand, à mon sens, et qui m’avait attaché à lui en 1907. Mais lui et ses disciples croient que l’on refoule la ploutocratie avec des articles de journaux, des discours sur l’ordre, et une contre-révolution qui nous ramènerait au temps où il n’y avait pas de puissances d’argent.

128Nous autres, nous allons au-delà de la ploutocratie et de la démocratie. Nous organisons la manœuvre des forces syndicalistes qui seront la barrière vivante à opposer à l’Argent, et sur lesquelles s’appuiera l’État.

129En 1920, tout cela était très théorique. J’en indique ici le plan doctrinal afin que l’on comprenne comment les oppositions qui deviendront si violentes plus tard étaient incluses dans les différences de méthode qui s’accusaient alors.

130Nous ne rencontrions pas encore les forces ploutocratiques elles-mêmes. Je crois que, en 1920, on dut nous prendre pour de braves garçons pas plus dangereux que les doctrinaires de l’Action française.

131Mais la bataille dure, âpre, violente n’allait pas tarder à commencer. La Confédération, en 1920, ouvrit la série de ces manifestations où s’engageait pratiquement la vraie lutte entre les systèmes économiques, entre les Trusts et les Producteurs, au milieu de la grande bagarre monétaire.

132En effet, à la fin de l’été de 1920, la Confédération entre dans l’action. Elle organise la Semaine du Livre, première des Semaines. Et c’est pour s’opposer directement à une force ploutocratique, à propos des désordres terribles que cause alors la dépréciation du franc.

133La Semaine du Livre allait faire la liaison politico-économique des efforts que j’avais entrepris d’une part à l’Action française, d’autre part dans ma corporation, le Livre, pour une institution dont j’ai déjà parlé et qui est la Maison du Livre français.

III. — La Maison du Livre français

134J’ai donné cinq années de ma vie à la Maison du Livre français. C’est à mon sens une des plus importantes parties de ma vie politique. Ceci vaut quelques explications.

135À chaque grande époque de l’histoire, se dresse un pouvoir, qui correspond à une nécessité de l’époque, qui est utile, mais qui tend à la tyrannie, c’est-à-dire qu’il essaie de se faire payer trop cher les services qu’il rend, et qu’il tente de faire taire l’intelligence qui dénonce son jeu.

136Ainsi la féodalité. Ainsi la monarchie.

137Aujourd’hui, c’est la ploutocratie, représentée par quelques grands trusts, qui essaie de prélever un impôt excessif par les monopoles qu’elle s’adjuge, et qui veut contrôler toutes les expressions de l’intelligence afin de rendre impossible toute dénonciation de ses exactions, qui sont formidables.

138La lutte contre la ploutocratie, c’est la seule politique des citoyens qui ont le sens de la cité, le sens de la liberté, c’est la vraie politique républicaine, car un triomphe complet de la ploutocratie annulerait la République et toute souveraineté populaire.

139Tout le monde le pressent ; mais il est peu d’hommes qui sachent où et comment on lutte contre la ploutocratie. Et il en est encore beaucoup qui en sont restés à la lutte contre la féodalité, — alors que les prétentions des vestiges féodaux ne relèvent plus aujourd’hui que de la comédie, ou à la lutte anticléricale, qui est une antiquaille.

140On a bien commencé une lutte antiploutocratique, mais avec des moyens qui valaient contre la féodalité, l’Église ou la monarchie. Parce que le souvenir de ces moyens est encore dans l’esprit des citoyens qui les retrouvent au théâtre dans les drames historiques.

141Contre la féodalité, le seul moyen était de former des bandes de partisans. Contre le pouvoir ecclésiastique temporel, des campagnes d’opinion. Contre la monarchie, des révoltes armées et des assemblées populaires.

142Mais allez donc mobiliser des bandes de partisans, faire aboutir des campagnes d’opinion, organiser des révoltes armées, et des assemblées populaires, contre un pouvoir qui manœuvre une machinerie dont les rouages sont invisibles, parce qu’ils ont pour organes de liaison les actions de contrôle des sociétés anonymes ? Il y faut une toute autre technique que contre les féodaux, les gens d’Église, et les agents du roi.

143Il n’y a de manœuvre efficace contre la ploutocratie que celle des moyens économiques et des rouages syndicaux, qui devront être plus tard les colonnes de l’État.

144La vraie politique du monde moderne s’élabore dans les syndicats. Ce n’est pas par l’introduction de la politique de parti dans les syndicats. C’est l’action syndicale elle-même qui est la politique. Car c’est par elle que le citoyen peut défendre son travail, son esprit et sa liberté contre la ploutocratie.

145Celui qui a compris cela sait se conduire dans le monde. Mais les premiers qui l’ont compris ont appelé la foudre sur eux. J’en ai fait l’expérience.

146Dès 1918, j’avais fondé la Société Mutuelle des Éditeurs français. Je m’étais heurté tout de suite à la maison Hachette qui préparait une sorte de trust de la vente du livre. La maison Hachette, maîtresse des Messageries et des Bibliothèques des Gares, fournisseur de milliers de petits libraires, venait de faire faire une grosse augmentation de capital par la Banque de Paris et des Pays-Bas, à la tête de laquelle est M. Horace Finaly, et qui est associée elle-même aux groupes financiers américains, en particulier à la Standard Oil. Notre société corporative fut immédiatement en conflit avec Hachette, qui traita notre pauvre petite entreprise de cent mille francs avec beaucoup de dédain.

147— Je ferai des écuries dans leurs magasins, disait M. Delesalle, l’un des grands chefs, et des plus sympathiques, de la maison Hachette.

148C’est à ce dédain que nous dûmes de traverser la période où l’on aurait pu nous étrangler dans l’œuf.

149Nous avions notre idée, qui était de faire de cette Société l’un des pivots d’une grande Maison du Livre français, dressée devant la grande institution de Leipzig, ce que l’on devait bien à la victoire.

150Et ma deuxième idée, c’était de dresser une société corporative devant un trust et de faire l’expérience d’un type nouveau de société, où le commandement devait être tenu non au nom de l’argent, mais au nom de l’intérêt de la production, et où tous les postes devraient être occupés non par l’argent mais par le talent.

151J’avoue que, au départ de la Société Mutuelle des Éditeurs, je n’avais pas vu devant nous la puissante maison Hachette. Mais je savais bien devant qui nous nous trouvions lorsque nous fondâmes la Maison du Livre.

152On racontait à ce moment que la maison Hachette avait tout à fait partie liée avec la Banque de Paris et des Pays-Bas, que, derrière la Banque de Paris, la Standard Oil avait agi pour s’assurer les moyens de contrôler les quotidiens, les périodiques, l’édition, en acquérant des sympathies dans une grande entreprise de transport de la pensée matérialisée. Ces renseignements étaient donnés en très haut lieu. Il était très difficile d’avoir là-dessus une certitude. Il est vrai que deux représentants de la Banque de Paris entraient au Conseil d’administration de la maison Hachette. Mais leur présence était normale, puisque la Banque de Paris lançait l’affaire Hachette transformée en société anonyme.

153On racontait encore que la même Banque de Paris, avec la même maison Hachette, voulait acquérir le contrôle de quelques grosses fabriques de papier, afin d’organiser, par des moyens purement matériels, une haute surveillance sur tout le pays intellectuel.

154Naturellement, de telles informations me donnèrent un goût très vif pour entreprendre et réussir l’œuvre de la Maison du Livre français qui devenait, ainsi, non seulement un type de société de la nouvelle économie, mais une des citadelles de la pensée française.

155Ainsi la bataille s’engageait-elle dans les conditions les plus heureuses entre l’Argent et l’Esprit, appuyé sur les syndicats.

156La plupart de mes confrères, éditeurs ou libraires, ne s’occupaient guère des histoires que l’on racontait sur la Banque de Paris, la Standard Oil, la ploutocratie. Mais ils étaient unanimement mécontents de la maison Hachette, titulaire d’un véritable monopole, maîtresse des conditions de vente, de paiement, exerçant, sur une poussière de maisons isolées et se jalousant, une véritable tyrannie.

157Dans les syndicats d’éditeurs et de libraires, il était souvent question de lutter contre la tyrannie Hachette, mais cela n’aboutissait guère qu’à des vœux adressés à l’État, ou à une excitation sans issue contre les chefs de la maison Hachette.

158En dehors des informations plus ou moins fondées sur les influences dominant ou entourant l’affaire Hachette, en dehors du ressentiment d’un certain nombre de concurrents, il y avait un fait incontestable : une puissante maison, appuyée sur de très grands moyens financiers, tendait à dominer les producteurs et les vendeurs du Livre, et à exercer sur eux un pouvoir sans contrôle, pouvoir économique à forme inévitablement politique, puisque la maison Hachette se trouvait avoir en mains les moyens de favoriser telle ou telle forme de la pensée.

159Tout ceci bien considéré, nous engageâmes la lutte, sans aucun sentiment d’hostilité à l’égard des personnes, et même prêts à traiter, à associer les deux forces.

160C’est avec M. Paul Gillon, de la maison Larousse, que l’affaire fut menée. M. Paul Gillon était tout près de la soixante-dixième année. Il fut alors le plus jeune de tous les éditeurs, le plus allant. J’allai le trouver en 1919 pour lui offrir de lier notre jeune Société Mutuelle des Éditeurs français à la Société d’exportation des Editions françaises qu’il avait fondée pendant la guerre, et de faire une Maison du Livre, grand organisme de liaison des éditeurs et des libraires, destinée à rationaliser tous les services de transport, de distribution, de correspondance des uns et des autres, à organiser méthodiquement l’exportation du Livre français dans le monde entier.

161— Il y a trente ans que j’y pense, me répondit M. Gillon. Et je la vois comme si elle était faite, au Marché Saint-Germain désaffecté.

162Nous allâmes voir le Marché. Nous nous rendîmes compte que notre idée n’avait aucun bon sens, puisqu’il fallait associer deux mille personnes qui ne s’entendaient pas, — obtenir l’appui de l’État et de la Ville, auprès de qui nous étions sans appuis, — et lutter contre une grosse puissance financière, qui ne consentirait pas à traiter avec nous. Mais nous conclûmes que, si l’idée n’avait pas de bon sens, il fallait la lancer et réussir.

163Le 18 mai 1920, après une campagne assez bien menée, nous faisions accepter l’idée par une assemblée d’éditeurs et de libraires, qui nous votait cinquante mille francs pour les frais d’études, et, quelques mois plus tard, la Maison du Livre français était fondée avec deux malheureux petits millions de capital, faits avec un millier d’éditeurs et de libraires.

164L’année suivante, après avoir gagné à notre cause députés et conseillers municipaux, nous obtenions une partie du Marché Saint-Germain pour y loger nos services. Nous avions obtenu cela en répétant : « La France doit à sa victoire de répandre la pensée dans le monde ». Dans les antichambres de la Ville et de l’État, dans les salles de rédaction pendant quelques mois, on entendit parler tous les jours de « l’expansion de la pensée française dans le monde ».

165Et nous gagnâmes une partie que personne ne voulait jouer.

166Nous nous installâmes au Marché Saint-Germain et, avec un comité d’administrateurs, éditeurs et libraires, Baillière, de Paris, Venot, de Dijon et Van Moé, de Rouen, nous nous mîmes à la besogne, M. Paul Gillon présidant chaque jour nos travaux.

167C’est en 1921 ; les réjouissances ont eu lieu ; les bouteilles de champagne sont vides ; alors commence pour nous la période sombre.

168Rien ne marche. Nous sommes assaillis de réclamations. Nous sommes critiqués de tous côtés. Nous subissons les campagnes de calomnies dans toute la France. Nous sommes accusés d’être assoiffés d’honneurs, ou avides de richesses. Il en est toujours ainsi au moment même où l’on vide ses poches et où l’on reçoit les pommes cuites. Nos capitaux s’évanouissent.

169En 1922, à la rentrée, nous étions à bout de souffle. Nous ne trouvions plus d’argent. Nos affaires étaient mauvaises. Nous étions en pleine incertitude monétaire. Il y eut quelques mois vraiment noirs, où nous étions seuls, à peu près abandonnés de tous nos confrères. Nous étions sûrs d’être sur la voie du succès. Il n’y avait que nous pour penser ainsi. C’était sinistre.

170Poursuivant mon idée de créer un véritable service public, sous le contrôle de l’État et des syndicats, par une association entre Hachette et la Maison du Livre, j’avais organisé une conférence entre les représentants de l’un et de l’autre organisme. La conférence prit fin brusquement, sur la décision de M. Fouret, de la maison Hachette, qui prit fort mal une intervention de moi dans une affaire où il allait mettre la main sur une grande papeterie.

171Je reste convaincu que l’avenir est à une collaboration des chefs de trusts et des organisations corporatives et syndicales. C’était ma thèse alors. Je ne pus me faire entendre ni du côté Hachette où l’on méprisait cette espèce de démocratie de producteurs que nous représentions, ni du côté de mes confrères, encore trop individualistes.

172C’est le moment où les propres membres de la Maison du Livre perdirent toute foi dans les destinées de notre œuvre. Nous obtînmes l’appui d’une banque. Au bout de quelques mois, notre déficit régulier l’inquiéta. Nous allions choir.

173Il se trouva que, à cette époque, la première Semaine de la Monnaie, dont j’avais pris l’initiative, me valut beaucoup de sympathie de la part de M. Robineau. — Valois s’est donné beaucoup de mal, dit le gouverneur de la Banque, que peut-on faire pour le remercier ?

174— Que la Banque dise un mot à une banque pour la Maison du Livre.

175Ce fut fait. Et, au surplus, il se trouva un des grands chefs d’une banque, à qui nous devions un demi-million, pour accorder crédit aux prévisions que je faisais devant lui et porter notre crédit à un million, au lieu de le supprimer.

176Nous connûmes encore trois années très dures, entourés de défiances, lâchés un jour par notre banquier, soutenus le lendemain par un autre, trouvant dix moyens de faire de l’argent, mettant tous notre démission sur le tapis et la reprenant devant l’impossibilité où nous étions de trouver des volontaires pour nous remplacer.

177Je vous passe tous les détails d’une lutte sans gloire, où il s’agit de tenir chaque jour devant les abandons, les défaillances, les arrêts de la machine, les fuites de renseignements, les campagnes de dénigrement, la guerre de tarifs ; c’est l’histoire normale de ces luttes.

178En 1925, la réussite est venue. Un bilan sans déficit fut présenté à une assemblée qui n’en croyait pas ses yeux.

179M. Paul Gillon vit une assemblée tout entière l’acclamer. Une grande partie était gagnée. Pour moi, appelé à la fin de 1925 par la fondation du Faisceau, je demandai la permission de me démettre des fonctions d’administrateur-délégué que j’avais assumées pendant la période sombre. Je demeurai au Conseil pour suivre la vie financière d’un organisme appelé désormais à une destinée brillante par son développement normal.

180Nous avions réussi, en cinq années, une œuvre qui, dans d’autres pays, a demandé des décades.

181Quel fut le secret de notre réussite ?

182La Maison du Livre est aujourd’hui une œuvre tout à fait collective, à laquelle cent personnes ont donné beaucoup d’efforts. Chacun est tenu de dire nous en parlant d’elle. Mais j’ai le droit de dire, parce que je sais quels étaient nos sentiments lorsque nous étions deux ou trois à la tenir entre nos mains, pendant ces cinq années d’enfance et d’adolescence, j’ai le droit de dire que c’est l’esprit de la victoire et la volonté de faire front contre l’Argent qui l’ont fait vivre.

183Nous avons inscrit ce secret en lettres d’or sur une plaque de marbre posée au seuil de la Maison.

184Plus tard, en 1928, lorsque commencera le duel Hachette- Coty, et lorsqu’il faudra prendre position dans ce conflit, pour la défense de la pensée française, cette inscription prendra tout son sens.

185Car cela veut dire que les combattants de la Grande Guerre, d’un côté ou de l’autre du parapet, ne se sont pas battus pour passer sous le commandement d’une ploutocratie française ou étrangère.

186C’est la raison pour laquelle je me suis donné, dès la fin de la guerre, à l’action que j’ai entreprise, dans les conditions que je viens de dire, à l’Action française, à la Confédération de l’Intelligence et de la Production françaises, et à la Maison du Livre. Et aussi, dans cette Revue Universelle pour laquelle j’ai fondé une Société d’exploitation en 1920, pour apporter un organe tout cuit à M. Jacques Bainville et à M. Henri Massis, revue dont je m’occupai pendant toute la période sombre, ce dont ces Messieurs ne m’ont gardé aucune reconnaissance, revue dont j’avais provoqué la fondation pour fédérer les forces intellectuelles contre l’Argent et qui est devenue, grâce à ces Messieurs, un des plus insipides organes de la défense de l’Ordre et de la Propriété, dans le meilleur esprit de 1830.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search