Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Georges Valois. L’homme contre l’argent

Chapitre préliminaire. Indications psychologiques utiles pour l’intelligence du récit tout entier

Texte intégral

I. — Observations générales

1Né d’une famille d’artisans et de paysans pauvres, ayant vécu pendant ma jeunesse au sein d’un prolétariat soulevé par le socialisme, je suis un de ces intellectuels prolétariens qui veulent entrer dans le monde moderne, non point seuls, pour se faire une situation personnelle, mais avec leur classe.

2Nous exprimons le grand sentiment de toute une époque. Nos aînés, de la grande époque bourgeoise, étaient les derniers représentants de l’individualisme. Ils pratiquaient l’ascension sociale individuellement. C’était la loi de leur siècle. Nés de la famille la plus obscure, si leurs talents les destinaient aux plus hautes fonctions, ils changeaient de classe. C’était une opération individuelle, tout au plus familiale. Ils épousaient idées, mœurs, préjugés de la bourgeoisie dans laquelle ils entraient.

3Pour nos générations, c’est la loi du siècle nouveau qui l’emporte.

4Nous sommes du siècle qui repousse l’individualisme. Nous sommes les premiers d’un siècle chrétien, positiviste, socialiste, qui n’a pas encore défini sa doctrine, mais qui ne se trompe pas sur le sentiment qui le meut.

5Entre nous et nos aînés, il y a un abîme.

6Nos sentiments et ceux de la classe régnante ne sont pas de la même époque.

7Retenez bien ce qui est écrit sur cette page : c’est la clé du drame qui se joue d’un bout de l’Europe à l’autre, au milieu du bruit des machines. C’est la clé des situations dramatiques que je vous exposerai dans ces souvenirs.

8Avant 1789, il y avait une classe noble qui était une survivance d’une époque terminée.

9Elle s’ouvrait pour les fils d’élite de la bourgeoisie qui, de bourgeois, devenaient gentilshommes.

10Mais la bourgeoisie ne voulait pas devenir noble, car cela n’avait aucun sens.

11Elle voulait devenir la classe dominante, parce que cela était inscrit dans la nécessité historique.

12Il y eut un grand malentendu entre les deux classes. Cela donna 1789.

13Il y a un grand malentendu aujourd’hui entre deux classes.

14Il y a la bourgeoisie qui occupe certains postes de commandement par droit héréditaire.

15Et une autre classe qui occupe d’innombrables postes de commandement nouveaux par ses talents.

16La bourgeoisie veut bien ouvrir ses rangs aux individus d’élite qu’elle pourrait incorporer.

17Mais elle ne comprend pas plus la classe nouvelle, qui veut entrer dans l’État, que la noblesse ne la comprenait elle-même.

18La classe nouvelle ne veut pas plus devenir bourgeoise que la bourgeoisie ne voulait devenir noble.

19J’appartiens à cette classe nouvelle, qui s’est formée entre le prolétariat et la bourgeoisie. Classe qui est née de la nécessité historique ; classe d’intellectuels, de techniciens, d’organisateurs du travail, d’inventeurs, de chefs de service, de contremaîtres, qui, entre les possesseurs du sol et des capitaux et les bataillons prolétariens, est la grande créatrice du monde moderne. Classe qui prend conscience d’elle-même peu à peu, et qui a hésité longtemps sur sa destinée.

20Classe qui a failli se perdre en faisant siens les préjugés de la bourgeoisie. Et qui comprend aujourd’hui que sa mission est, non de devenir une nouvelle bourgeoisie, mais de grandir sur place, d’entrer dans l’État avec ses propres caractères, et de libérer le prolétariat de la misère et de l’ignorance où il a été tenu pendant un siècle d’individualisme.

Le signe du règne de la noblesse était l’épée.
Celui de la bourgeoisie, l’argent.
Celui de la classe nouvelle, le talent :
L’épée passait du père au fils. Ainsi l’argent.
Le talent n’est pas héréditaire.

21Les fonctions du monde moderne ne pourront être occupées, pour le plus grand bien de l’humanité, que par des talents, sans interruption, sans hésitation.

22Ce n’est plus seulement les individus qui crient : La carrière ouverte aux talents ! C’est toute une classe. Mieux, c’est la loi impérieuse du monde nouveau.

23C’est encore un des aspects du grand drame qui se joue en Europe.

II. — Observations particulières

24J’ai reçu de mon grand-père, qui avait proclamé deux fois la République, la passion républicaine.

25À l’école laïque de Jouarre, Seine-et-Marne, le goût d’appartenir à une nation lavée de la honte d’une défaite.

26De ma grand’mère, le sens chrétien, la passion de l’honnêteté, au sens populaire strict et qui est intransigeant.

27De mes éducateurs et mes maîtres de l’école, l’amour du travail, et l’amitié fraternelle pour tous ceux qui travaillent. Un immense mépris pour ceux qui ne travaillent pas, à quelque classe qu’ils appartiennent.

28J’ai trouvé dans ma nature la passion de l’activité créatrice. J’en suis l’esclave. Je vis dans l’avenir.

29Depuis mon enfance jusqu’à ce jour, j’ai été en lutte avec l’Argent. Les circonstances ont fait que j’ai toujours dû opposer le droit du talent au droit de l’Argent.

30Mon honneur a été de ne point céder devant l’Argent.

31Cela m’a valu une enfance, une jeunesse pleine de difficultés. J’ai étudié dans la pauvreté. J’y ai acquis le mépris profond de l’Argent. Dans toutes mes œuvres, dans toutes mes réalisations, j’ai voulu que l’Argent fût un serviteur, jamais un maître.

32Avec les vingt lignes qui précèdent, tout lecteur aura la clé des situations dramatiques de ces souvenirs.

33Je suis un des hommes en qui vit intensément le grand sentiment qui meut l’homme moderne devant l’Argent, qui veut être roi, devant ceux qui veulent régner sur toutes choses au nom de l’Argent.

34Il y a dans ma vie, comme dans la vie de tout homme, quelques minutes décisives.

35J’en connais quatre pour moi :

36Premièrement, un soir de juillet de l’année 1897, à Saigon, sur une place de la ville où jouait la musique militaire, j’ai senti, irrésistiblement, que ma destinée m’appelait en France, et, au lieu de faire fortune aux Colonies, je suis venu me faire étudiant pauvre à Paris. J’avais dix-neuf ans.

37Deuxièmement, revenant de Russie, en 1903, entre Varsovie et Thorn, j’ai vu nettement que les grandes luttes du siècle seraient entre les Peuples et la Ploutocratie. Je me suis demandé si la Ploutocratie n’était pas destinée à diriger le monde, et s’il ne fallait pas entrer tout de suite dans son camp. J’ai décidé qu’il fallait prendre place dans le camp du Peuple. J’avais vingt-cinq ans.

38Troisièmement, le 25 février 1916. Devant Verdun, pendant l’attaque allemande, à quelques mètres au-dessus de la fontaine de Vaux, au moment où un assaut allemand se préparait sur Vaux, j’ai vu dans la flamme la prodigieuse grandeur de l’esprit, et j’ai fait le vœu que, si je sortais de ce tonnerre, je me dévouerais au service de l’esprit pour servir la doctrine qui sauverait le monde du fer et du feu. J’avais trente-huit ans.

39Enfin, en août 1925, à Salardu, Espagne, j’ai décidé, avec Jacques Arthuys et son beau-père, d’engager la lutte, sous le nom fasciste, contre la Puissance de l’Argent. J’avais quarante- sept ans. J’ai le droit de dire qu’il y a une certaine unité dans ma vie.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search