Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Georges Valois. L’homme contre l’argent

Introduction

Texte intégral

11er mai 1928.

2Ni Londres, ni Moscou. Voilà un an, jour pour jour, que j’ai lancé ce mot d’ordre dans le Nouveau Siècle. Cela résume le travail de dix ans : si nous rejetons la vieille doctrine manchestérienne, ce n’est pas pour nous jeter dans la terrible erreur de Lénine. Mais si nous repoussons le communisme, ce n’est pas pour revenir au vieux capitalisme individualiste de l’Angleterre conservatrice, ni aux alliances que cela comporte.

3Ni Londres, ni Moscou.

4Ce mot d’ordre nous opposait brutalement, en 1927, aux hommes qui menaient campagne contre le communisme, de concert avec Londres et Rome fasciste.

5Et à partir de ce 1er mai 1927, mes amis du Faisceau et moi-même nous changeons d’alliés. Nous apportions une conception nouvelle de l’ordre économique et de l’ordre européen. Les droites la repoussent. Le 30 avril 1927, nos alliances étaient à droite. Au 2 mai, avec les mêmes idées, nos alliances sont à gauche.

6Il en est résulté un grand trouble dans l’esprit de beaucoup de Français. Il y a eu une année de malaise politique dans toutes les formations de droite, aussi bien que dans les avant- gardes de quelques formations de gauche. Devant le renversement d’alliances que nous opérions, une centaine de chefs de file des jeunes équipes et leurs amis se sont demandé où était leur vraie place.

7Un an plus tard, la lumière se fait. Ce qui s’est produit, c’est la grande dislocation des partis que nous annoncions depuis la guerre. Les mouvements se passent au-delà de ce que l’on nomme la droite et la gauche : les éléments avancés des grands partis historiques se détachent de leurs gros, qui demeurent liés au vieux régime du capitalisme individualiste, et tendent tous, d’un même mouvement, vers un régime auquel, en mai 1928, on commence de donner, de tous côtés, le nom syndical.

8Il y a d’un côté les tenants d’un vieil ordre de choses, vieux radicaux, vieux catholiques, et même vieux socialistes, incrustés, avec une doctrine figée, dans le vieux parlementarisme.

9Et de l’autre côté, les hommes de l’ordre nouveau, jeunes radicaux, jeunes catholiques, jeunes socialistes, et la grande masse française en mouvement.

10D’un côté, l’Argent-Roi.

11Et de l’autre, les Peuples.

12Oppositions, renversements d’alliances, divisions, scissions, batailles, c’est le nouveau classement qui se fait. Dans le bruit, dans une grande bagarre, avec de dures oppositions de personnes.

13Au-dessus de tout cela, l’opposition de deux mondes, celui dont Londres demeure le pivot, et qui coalise tous ceux qui ont peur, qui tremblent devant l’agitation du monde moderne ; et celui qui a son centre à Moscou, soulevé par une formidable mystique, de folles erreurs, des passions monstrueuses, une farouche volonté de justice, des appétits, de l’amour et de la férocité.

14Devant Londres et Moscou, une France qui est en train de se découvrir elle-même, et qui soudain s’affirme, prend conscience de sa prodigieuse richesse intellectuelle, de sa puissance créatrice, et qui, après avoir été quasi muette, presque démissionnaire, pendant dix ans, devant la mystique communiste, devant la richesse américaine, devant les légions du fascisme italien, déclare qu’elle est prête à donner au monde la doctrine qui lui ouvrira les portes du monde nouveau, transformé selon la technique et la justice, et pacifié.

15Au printemps de 1928, il apparaît que la longue hésitation de la France prend fin. La France s’est cherchée elle-même depuis dix ans. Elle se découvre. Elle découvre sa nouvelle jeunesse. Recherche et découverte se sont faites au milieu de mille incidents, de tumultes, de drames.

16Je veux en dire ce que j’en sais, car j’ai vécu ces dix années au cœur de la recherche, en pleine bagarre. Je dois ce récit à mes amis, et surtout à ceux avec qui mes amis et moi nous travaillons dans une nouvelle alliance.

17Au seuil d’une action que vont mener de concert des hommes qui se combattaient hier, — parce qu’ils s’ignoraient — on se doit la vérité les uns aux autres sur un passé tout proche, et dont l’histoire, connue seulement par les indiscrétions, pourrait donner lieu à des malentendus.

18J’apporte dans la communauté les vérités que mes amis et moi devons à nos alliés et à ceux de nos compatriotes à qui nous nous adressons aujourd’hui.

19Le récit prendra une forme nécessairement personnelle : ce n’est pas une histoire que j’écris ; je publie des souvenirs, j’apporte mes vérités, celles sur lesquelles j’ai un droit de propriété qui m’obligent à dire moi, je. Et je ne pourrai parler des vérités qui appartiennent à autrui que dans la mesure où elles sont liées aux miennes, aux nôtres. Les historiens diront le reste. Ce livre leur sera de quelque utilité. Mais il est fait beaucoup moins pour eux que pour les vivants avec qui nous avons à accomplir cette volonté d’action de la France qui se manifeste aujourd’hui, et qui nous entraînera demain dans l’exaltation d’une des plus grandes époques de la France et de l’Europe.

20G. V.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search