Version classiqueVersion mobile

L’homme contre l’argent

 | 
Georges Valois

Introduction à la nouvelle édition

Olivier Dard

Texte intégral

  • 1 Georges Valois a publié quelques années plus tôt, en 1922 à la Nouvelle Librairie nationale, un pr (...)
  • 2 Jean-Pierre MAXENCE, Histoire de dix ans 1927-1937, Gallimard, 1939. L’ouvrage a été réédité en 20 (...)

1Il est des livres qui constituent une source de premier ordre pour qui veut se replonger dans l’atmosphère d’une période. L’Homme contre l’argent. Souvenirs de dix ans 1918-1928, seconde autobiographie1 aujourd’hui épuisée et introuvable de Georges Valois (1878-1945), est de ceux-là. Ce livre virulent et écrit à chaud compte assurément parmi les récits importants de l’entre-deux-guerres. En effet, L’Homme contre l’argent est une traversée des droites nationalistes au lendemain du premier conflit mondial, de l’Action française au Faisceau. Il évoque aussi les premiers pas des relèves « réalistes » de la fin des années vingt. Pour paraphraser le titre d’un ouvrage de Jean-Pierre Maxence, c’est donc une « histoire de dix ans »2, qui s’achève quasiment là où Maxence commence la sienne.

  • 3 Les « abondancistes » considèrent que le progrès technique résout le problème de la production et (...)

2Lorsqu’il rédige L’Homme contre l’argent entre mai et septembre 1928, Valois est âgé de 50 ans. Venu de l’anarchisme, engagé pendant deux décennies à l’Action française, il en est le doctrinaire le plus éminent en matière économique et sociale et la cheville ouvrière des entreprises éditoriales à la Nouvelle Librairie nationale. Ensuite, avec le Faisceau, Valois peut être considéré comme la première personnalité marquante d’un fascisme français qui se cherche. Sa rupture spectaculaire avec le fascisme en 1927 fait de Valois un antifasciste en même temps qu’elle l’inscrit parmi les rénovateurs de la République qu’il entend, comme d’autres, voir se transformer sous le signe du « réalisme ». À la fin des années trente, Valois est un des chantres de « l’abondancisme »3 et l’apôtre d’un « nouvel âge » pour l’humanité dont il a commencé à poser les fondements dans un essai de 1929.

  • 4 Il faut souligner ici deux instruments de travail importants. On évoquera le fonds Valois conservé (...)
  • 5 Yves GUCHET, Georges Valois, l’Action française, le Faisceau, la République syndicale, Paris, L’Ha (...)
  • 6 Sur ce point, se reporter à Alain CHATRIOT, « Georges Valois, la représentation professionnelle et (...)

3Retracer la biographie intellectuelle et politique4 de Valois a constitué un véritable défi pour ceux qui se sont livrés à l’exercice : on songe ici principalement à Yves Guchet et à Allen Douglas5. Qui est vraiment Georges Gressent dit Valois ? Existe-t-il un vrai Valois ou en existe-t-il des versions successives ? Valois donne à l’analyste un sentiment d’instabilité et de contradiction que n’ont pas manqué d’exploiter ses amis de la veille devenus en quelques mois des ennemis irréconciliables (on songe ici à l’Action française) ou plus tard, certains milieux syndicalistes réformistes6. Valois lui-même est conscient de son évolution qu’il assume et revendique avec force. Ainsi, en ouverture de son ouvrage Guerre ou Révolution publié en 1931, Valois précise dans la rubrique « du même auteur » : « L’auteur a publié une quinzaine d’ouvrages de 1907 à 1927. Il n’indique ici que ceux qui sont postérieurs à 1927, [soit, Un Nouvel Age de l’Humanité et L’Homme contre l’argent (souvenirs de dix ans)] et qui font partie de l’ensemble de ses travaux de révision intellectuelle. Afin d’éviter toute équivoque, l’auteur a pratiquement retiré de la circulation tous ses ouvrages antérieurs à 1927, qui ne sont que des approximations successives et dont il extrait ce qu’il croit devoir demeurer. »

  • 7 Se reporter sur ce point à Francis BALACE, « Georges Valois et la Belgique : les méandres d’une ré (...)
  • 8 Miguel Angel PERFECTO, « La réception de Georges Valois en Espagne. La droite radicale espagnole e (...)

4Les discontinuités de son itinéraire n’ont pas empêché Valois d’être un publiciste reconnu et de fréquenter une multitude de milieux. Son aura dans la France du premier vingtième siècle est certaine et L’Homme contre l’argent permet d’en prendre la mesure. Valois y propose, rédigée avec une plume acérée, une galerie de portraits de personnalités (de Charles Maurras à Benito Mussolini en passant par François Coty) mais aussi de milieux et d’événements dont il est un acteur majeur ou la cheville ouvrière (« Semaines », Union des Corporations françaises, Faisceau, journal Le Nouveau Siècle, organes ou maisons d’édition comme la Nouvelle Librairie Nationale ou la Maison du Livre français). Publiciste en vue, Valois est aussi un observateur et un analyste de premier plan. Son récit est donc une plongée dans cette France des années vingt que l’historiographie a moins labourée que celle des années trente ou qu’elle a parfois eu tendance à considérer à partir d’une approche régressive, en raisonnant davantage sur son point d’arrivée, la crise des années trente, qu’en prenant réellement la mesure des bouillonnements et des potentialités d’une décennie qu’on ne saurait réduire à la formule bien connue des « années folles ». Témoin et baromètre de la France de son temps, Valois est aussi célébré et reconnu par ses contemporains à l’étranger, notamment en Belgique, en Espagne et en Italie. Dans l’Homme contre l’argent, Valois évoque ces trois pays et raconte même en détail certains voyages qu’il y fait, notamment dans l’Italie mussolinienne. Comme en France, l’intérêt suscité par Valois y est fonction de la conjoncture et des étapes de son itinéraire. Ainsi, en Belgique, c’est le nationaliste et le partisan du « Bloc latin », puis l’européiste qui sont successivement célébrés par des groupements et des organes bien différents qui, fort de leurs liens avec la France, savent à quoi s’en tenir sur l’évolution de Valois7. Dans la péninsule ibérique c’est d’abord le doctrinaire économique et social qui requiert l’attention, aussi bien des traditionalistes corporatistes que des tenants du national-syndicalisme8. Enfin, en Italie, si certaines franges du fascisme italien issues du syndicalisme révolutionnaire connaissent Valois (Farinacci, Rossoni) et s’il est même reçu, via Malaparte, par Mussolini, Georges Valois, respecté alors comme publiciste, n’est pas aussi bien considéré comme dirigeant politique. Le fascisme n’en a pas moins été pour Valois une étape essentielle de son itinéraire, de son adhésion à sa rupture puisqu’après avoir publié des fascistes italiens en France et lui-même été publié en Italie, il a édité à la librairie Valois des antifascistes italiens, notamment les frères Rosselli.

  • 9 Dans ce volume, p. 35.
  • 10 D’un siècle à l’autre…, op. cit., p. 291.
  • 11 Ibid., p. 292-293.

5Si l’étranger irrigue L’Homme contre l’argent qui s’ouvre par ces mots « Ni Londres, ni Moscou » et se conclut par la condamnation des impérialismes américain et britannique comme du communisme soviétique, c’est d’abord la France qui est au cœur des préoccupations de Valois. Le récit de ces dix ans clôt pour lui un cycle et ouvre une ère nouvelle, celle d’une France en voie de transformation sous l’égide de « jeunes équipes ». C’est l’histoire de ce qu’il appelle lui-même une « recherche » que Valois raconte en ayant, significativement, conscience de travailler pour les futurs historiens même s’il pense d’abord à ses contemporains : « Les historiens diront le reste. Ce livre leur sera de quelque utilité. Mais il est fait beaucoup moins pour eux que pour les vivants avec qui nous avons à accomplir cette volonté d’action qui se manifeste aujourd’hui, et qui nous entraînera demain dans l’exaltation d’une des plus grandes époques de la France et de l’Europe9. » Livrant ce qu’il appelle ses « vérités » et celles de ses « amis », Valois fait tout aussi bien œuvre individuelle que collective. C’est une constante chez lui qui avait intitulé un premier ouvrage de souvenirs Chronique d’une génération, récit dont le point d’orgue est la Première Guerre mondiale qui, pour lui, marque « le terme d’une longue recherche, et le commencement d’une action sur les raisons de laquelle [il] possède enfin une certitude10 » Dans cette Chronique, rédigée entre août et octobre 1921, Valois se racontait et y racontait les autres : « Les hommes de ma génération, lorsqu’ils appellent leurs amis et leurs frères, voient se lever à côté d’eux des ombres sanglantes, au front troué, aux os brisés. C’est pourquoi nous ne nous appartenons plus : nous n’avons plus le droit de vivre pour nous-mêmes ; nous sommes les exécuteurs testamentaires de ceux qui sont morts pour racheter les erreurs d’un siècle11. »

  • 12 On signalera que la Nouvelle Librairie nationale a publié en 1918 Histoire de trois générations de (...)
  • 13 Il est aussi dédié à sa femme.
  • 14 D’un siècle à l’autre…. op. cit., p. 239.
  • 15 Ibid., En particulier, p. 241 et suiv.
  • 16 Ibid., p. 293.
  • 17 Dans ce volume, p. 270. Les autres orateurs étrangers sont Marinetti pour l’Italie, Ibanez de Iber (...)

6Si la référence à la génération est commune au début des années vingt en ce sens qu’elle est aussi bien un marqueur identitaire pour bien des publicistes qu’un concept mobilisé dans la critique littéraire ou dans des sciences sociales en développement12, c’est bien cependant principalement d’une autobiographie qu’il s’agit. Débutant fort classiquement par le récit de son enfance, Valois y relate sa vie d’enfant orphelin (son père est mort quand il avait trois ans), l’éducation donnée par sa mère et surtout sa grand-mère à qui est dédié ce volume.13 Ce livre, même s’il a été ensuite renié par Valois, est important pour comprendre son cheminement et ce d’autant plus que les contradictions que l’on peut repérer entre les deux récits ne sont pas irréductibles. Certes, Valois raconte dans D’un Siècle à l’autre son engagement dans l’anarchisme puis son arrivée à l’Action française via l’entremise de Paul Bourget et résumée dans une formule bien connue qui conclut le récit de sa première entrevue avec Charles Maurras : « Dès que la conversation fut ouverte, j’eus le sentiment que, cette fois, j’étais bien au port et prêt à partir pour la plus belle aventure du siècle14. » Les pages que consacre Valois à son adhésion à l’Action française, à sa défense de la monarchie, à son admiration pour le duc d’Orléans15 sont, de fait, en décalage profond avec ce qu’il écrit sept ans plus tard dans L’Homme contre l’argent. On ne saurait cependant opposer terme à terme les deux récits car bien des éléments de continuité existent entre eux. On songe d’abord aux domaines d’expertise et aux centres d’intérêt majeurs de Georges Valois. En premier lieu le livre, dont Valois est un professionnel depuis ses débuts chez Armand Colin et qui l’a doté d’une compétence qui lui a permis de prendre avec succès les rênes de la Nouvelle Librairie Nationale : plus tard, ce fut la Librairie Valois. En second lieu, on trouve les questions économiques et sociales qui ont toujours suscité un fort intérêt chez lui, depuis ses premières lectures de Georges Sorel et de René de La Tour du Pin jusqu’à la mise sur pied du Cercle Proudhon dans lequel il a tenté une synthèse qu’il ne renie pas quinze ans plus tard puisque c’est à ses « membres » qu’il dédie L’Homme contre l’argent en rappelant que c’est avec eux qu’il a « commencé la lutte méthodique contre la ploutocratie de 1912 à 1914 ». L’argent et sa dénonciation sont le troisième élément de continuité, un élément majeur. C’est sur elle que s’achève D’un Siècle à l’autre : « L’argent règne encore insolemment dans ce pays. Que notre révolte libère l’homme de cette servitude afin que le plus beau royaume qui soit sous les cieux appartienne aux deux forces qui ont sauvé le monde de la Barbarie : l’Esprit et le Sang. C’est la tâche de notre siècle16. » La lutte contre l’argent caractérise aussi la vie du Faisceau et structure une des plus grandes réunions publiques qu’il ait organisées à Paris, le 2 novembre 1926 au Cirque d’hiver, avec des orateurs étrangers tous unis dans la défense du « Bloc latin » contre la City et Wall Street : le colonel belge Léopold Reuhl fait « lever toute la salle lorsqu’il déclara que nous étions assemblés pour nous libérer de ces banquiers qui pensent que les combattants sont tombés pour assurer le succès du 7 ½ %.17 En conséquence, dès l’introduction de L’Homme contre l’argent, le ton est donné : « D’un côté l’Argent-Roi. Et de l’autre, les Peuples. »

  • 18 Dans ce volume p. 53.
  • 19 Louis DIMIER, Vingt ans d’Action française et autres souvenirs, Paris, Nouvelle Librairie National (...)

7Le but serait le même et seuls les moyens et les alliances changeraient ainsi que le souligne Valois en présentant le virage pris par le Faisceau en avril-mai 1927 : « Nous apportions une conception nouvelle de l’ordre économique et de l’ordre européen. Les droites la repoussent. Le 30 avril 1927, nos alliances étaient à droite. Au 2 mai, avec les mêmes idées, nos alliances sont à gauche. » On est ici au cœur d’un livre qui n’épargne pas les amis d’hier pour mieux valoriser ceux du présents. Parmi les premiers figure l’Action française avec laquelle Valois règle ses comptes, s’arrangeant souvent avec la chronologie et donnant à penser que l’origine de sa rupture serait à rechercher en 1919 : Valois jette un voile sur tout le bien qu’il a dit de Maurras dans son volume de 1921. On ne saurait non plus prendre au pied de la lettre l’isolement tant idéologique que sociologique dans lequel se décrit Valois à l’Action française qui parle d’un « malentendu » et raconte d’un ton méprisant : « je publiai mes articles, mes livres devant le public d’Action française qui applaudissait et qui n’y comprenait rien18. » Le portrait que propose Louis Dimier du Valois des années 1910-1920 est plus juste et s’emboîte bien dans l’autobiographie de 1921. Valois y est décrit comme « un homme de grand labeur, de ferme résolution et de volonté tranchante. Il était peuple, il en avait l’orgueil, l’émulation et la méfiance. Doué d’une intelligence subtile et d’une grande netteté d’aperçus, il parlait avec un succès énorme, et j’ai vu des Chouans se lever dans nos congrès pour lui dire que les ligueurs d’Action française le regardaient comme leur maître à l’égal de Maurras. Son point faible était la culture générale, sensible quand il abordait une certaine philosophie des choses ; mais il avait sur nous la chance d’aimer la science économique et de la savoir19. »

  • 20 On rappellera l’ouvrage de Paul SERANT, Les dissidents de l’Action française, Paris, Copernic, 197 (...)
  • 21 On songe ici au chapitre de cet ouvrage paru chez Denoël en 1942, « Au sein de l’inaction français (...)
  • 22 Dans ce volume, p. 49.
  • 23 Nous nous permettons de renvoyer à Olivier DARD, « Jeunesse, élite et Action française », in Chris (...)
  • 24 Dans ce volume, p. 57.
  • 25 Ibid., p. 57.
  • 26 Nous nous permettons de renvoyer à Olivier DARD, « La part de la ligue dans l’identité et le rayon (...)
  • 27 Dans ce volume, p. 59.

8L’attaque contre l’Action française vise d’abord ses dirigeants, ceux du quotidien comme ceux de la Ligue. Le lecteur découvrira les portraits, particulièrement acides, que Valois dresse de Charles Maurras, Jacques Bainville ou Maurice Pujo, mais aussi de Léon Daudet, Bernard de Vesins, Lucien Moreau ou Marie de Roux. On y mesure le ressentiment de Valois, ressentiment attisé par les procès qui l’ont opposé à l’Action française et sur lesquels il revient après avoir déjà publié en 1927 Basile ou la Politique de la Calomnie à la maison d’édition qu’il dirige. Davantage que les banderilles que plante Valois, il faut retenir de son récit ce qui en fait la trame et peut le rapprocher d’autres, celui d’une dissidence. Elle est une des premières que connaît l’Action française (après celle de Louis Dimier) mais aussi une des plus célèbres. Elle n’est surtout pas la dernière et peut donc être remise en perspective20. De fait, en réglant ses comptes avec Maurras et les siens, Georges Valois instruit un procès que d’autres ont repris à d’autres moments et avec d’autres objectifs. Un point rassemble tous ces hommes, de Valois à Henri Martin jusqu’à Lucien Rebatet dans Les Décombres21 : la relation à l’action. Valois en quelques phrases cinglantes brosse le portrait collectif des maurrassiens : « […] les gens d’Action française, soumis à Maurras, avaient en tête, non le goût de créer un fait, mais l’appétit de faire une démonstration logique22. » On retrouve ici l’empreinte d’une formule célèbre chez les étudiants d’AF et les Camelots du Roi : « Notre force est d’avoir raison ». Valois ne s’embarrasse pas à la citer mais porte le fer sur la formation donnée aux maurrassiens (on en sait l’importance pour Maurras lui-même et le rôle qu’a joué Valois rue Saint-Andrédes-Arts23) et ses lacunes : « Les gens d’Action française ont été dressés par Maurras à absorber des idées par la lecture et à les rendre par la parole. Mais ils n’ont pas été formés pour comprendre le réel, l’analyser, découvrir le sens des mouvements qui le parcourent, en prendre le commandement et agir. »24 En bonne logique, des contradicteurs maurrassiens répondraient que c’est la raison même de « l’empirisme organisateur ». Ce n’est évidemment pas ce que vise Valois qui fait le procès de Maurras lui-même : « Je ne puis arriver à comprendre comment Maurras a pu être pris pour un grand politique. C’est un homme qui a fait un monde de réflexions plus ou moins intéressantes sur les événements politiques. Mais il est dépourvu de sens politique ; il ne sait pas du tout ce qu’est l’action politique ; il ne connaît pas les lieux où elle s’exerce ; il n’a pas encore compris que, dans le domaine économique, se construisent aujourd’hui de formidables moyens d’action politique25. » Les critiques relèvent à l’évidence de registres différents mais mettent l’action sur divers points incontestables : le désintérêt de Maurras pour l’organisation et, en particulier celle de la ligue d’Action française, déjà pointé par Louis Dimier26 et l’absence de prise en compte des bouleversements économiques et techniques : le « monde » des maurrassiens décrit par Valois est un « monde d’idées, monde de lettrés, sans communications avec l’âge de l’électricité »27. Le Valois maurrassien, tout en goûtant la tradition est en même temps fasciné par la technique, ainsi que le montre la lecture des essais sur L’économie nouvelle publiés au lendemain même de la guerre. C’est aussi cette appétence pour la modernité qui permet de comprendre, par delà la question du syndicalisme révolutionnaire, l’attraction qu’a suscité chez lui le fascisme italien.

  • 28 Ibid., p. 341.
  • 29 Outre le récit qu’en fait Valois dans ce volume, se reporter pour comprendre la réception italienn (...)
  • 30 Zeev STERNHELL, « Anatomie d’un mouvement fasciste : le Faisceau de Georges Valois », Revue frança (...)
  • 31 Dans ce volume, p. 265.
  • 32 Ibid., p. 265.

9L’Homme contre l’argent est en effet une source importante des débuts de l’histoire du « fascisme français ». Si le terme a suscité depuis trente ans les polémiques que l’on sait, force est de constater qu’il est employé sous la plume de Valois lui-même qui raconte comment il est « all [é] au fascisme28 ». Valois s’est en effet défini comme fasciste et explique à ses lecteurs ce qu’il entend par là. Répondant violemment à l’Action française, Valois souligne d’abord qu’il n’a jamais été stipendié par le régime italien, même s’il s’est rendu à plusieurs reprises en Italie et y a rencontré notamment Arnaldo Mussolini (le frère du Duce), Margarita Sarfati et bien sûr Benito Mussolini29. Surtout, anticipant une des thèses développées ultérieurement par Zeev Sternhell qui a commencé ses recherches sur le fascisme en travaillant sur Georges Valois30, ce dernier explique que le fascisme a des origines françaises : « Dès l’origine, nous avons indiqué que la doctrine que nous apportions était la nôtre, non celle du fascisme italien et que c’est chez nous que le fascisme italien puisait sa nourriture doctrinale, surtout en ce qui concernait la vie économique, ce qui était essentiel31. » D’emblée, cette interprétation est battue en brèche par les fascistes italiens, Mussolini en tête. La conviction manifestée par Valois en la matière n’est cependant pas unique en son genre et un certain nombre d’autres disciples de Georges Sorel et du syndicalisme révolutionnaire tentaient toujours de la faire valoir aux Italiens quelques années plus tard à l’occasion du congrès corporatiste franco-italien tenu à Rome en 1935. Le fascisme de Valois, celui pour lequel il milite, peut copier le modèle italien : « Nos emprunts au fascisme italien se réduisent au choix de la chemise comme pièce caractéristique de l’uniforme, et à une conception de l’opération révolutionnaire inspirée de la marche sur Rome, conception qui avait du sens en 1924-1925, et qui n’en avait plus aucun en 1927-192832. » Le choix de ces deux exemples (qui ne sont pas exclusifs) n’est nullement indifférent chez Valois qui définit ainsi son emprunt au fascisme comme celui d’une méthode ; on pourrait même dire, en langage valoisien, d’une « technique », ainsi qu’il parla plus tard de la « technique de la révolution syndicale ». Le fascisme du Faisceau serait au fond à comprendre comme la création d’un mouvement visant à prendre le pouvoir sous la forme d’une marche sur Rome à la française, organisée sur la base de réunions d’États généraux capables de mobiliser des foules toujours plus importantes, de Verdun à Reims, puis à Meaux, en attendant Paris. Cette stratégie fut un échec et Valois s’étend longuement sur ses raisons. Il l’attribue à la stabilisation Poincaré, aux manœuvres de l’Action française mais aussi et surtout à l’action de la « ploutocratie » prétendument liguée contre lui, du banquier Horace Finaly au parfumeur François Coty.

  • 33 Ibid., p. 343.
  • 34 Ibid., p. 204.
  • 35 Pour un portrait croisé de Mathon et de Ley, voir Jean-Claude Daumas, « L’idéologue et le secrétai (...)
  • 36 Ibid., p. 258-259.
  • 37 Ibid., p. 263.
  • 38 Voir en particulier les travaux de Kenneth MOURE, La politique du franc Poincaré 1926-1936, Albin (...)
  • 39 Dans ce volume, p. 347.
  • 40 Ibid., p. 354.
  • 41 Sur François Coty, voir la thèse d’Alfred KUPFERMAN, François Coty, journaliste et homme politique (...)
  • 42 Dans ce volume, p. 349-350.
  • 43 Ibid., p. 350.
  • 44 Ibid., p. 349. Sur ce dernier, voir Richard F. KUISEL, Ernest Mercier French Technocrat, Berkeley, (...)
  • 45 Dans ce volume, p. 349. Sur ce dernier nous nous permettons de renvoyer à Olivier DARD, « Charles (...)
  • 46 Sur ces différents points, nous nous permettons de renvoyer à Olivier DARD, « Le cancer américain  (...)
  • 47 Dans ce volume, p. 349.

10C’est bien comme une charge contre la « ploutocratie » qu’il faut lire L’Homme contre l’argent. Le capitalisme, dans sa dimension industrielle comme financière, sa compréhension et la lutte à entreprendre contre lui sont des préoccupations constantes chez Valois, de ses premiers pas en politique au second conflit mondial. En 1928, Valois considère qu’il a progressé dans l’intelligence de la « ploutocratie » et s’en ouvre à Édouard Berth, ami et disciple de Georges Sorel : « En 1910, Édouard Berth, lorsque nous dénoncions la ploutocratie, nous manquions d’expérience : nous dénoncions un être abstrait, presque fabuleux. Aujourd’hui, nous pouvons placer des noms sur cette face ploutocratique dont nous ne pouvions dessiner les traits il y a quinze ou vingt ans. Ce que j’apporte dans ces souvenirs de dix ans, c’est le récit des grandes escarmouches entre les forces ploutocratiques et les peuples, et avant tout du grand conflit qui se prépare33. » À l’évidence, le propos de Valois ne saurait être pris au pied de la lettre. On observe en effet, depuis le XIXe siècle, la diffusion d’une littérature anticapitaliste, à l’extrême gauche comme à l’extrême droite qui a multiplié les attaques contre la haute banque et la haute industrie. Valois innove donc moins qu’il le proclame. En même temps, le fondateur du Faisceau présente un profil différent de nombre de ses devanciers car il ne tient pas seulement la plume. Il est aussi un chef d’entreprise (en matière de presse et d’édition) qui aspire à un destin politique : Valois se qualifie lui-même d’« homme politique34 ». L’économie et le social lui ont servi de tremplin puisque Valois est devenu tout à la fois « l’économiste » de l’Action française en même temps que la cheville ouvrière des organisations corporatives qu’elle a cherché à mettre sur pied. C’est à ce moment-là que Valois est entré en contact direct avec les milieux d’affaires, ceux qu’il appelle, après beaucoup d’autres, les « féodaux ». Les relations n’ont pas toujours été négatives et Valois revient en détail sur ses liens avec l’industriel du Nord Eugène Mathon sur ses démêlés avec le « dictateur du Nord », le permanent patronal du Consortium du Textile, Désiré Ley35. Valois relate aussi toutes les manifestations qu’il a mises sur pied, en particulier ses « Semaines économiques » (de la Monnaie, du Livre, du Commerce extérieur etc.) qui ont eu un réel succès ou ses campagnes de presse pour la défense du franc, menées notamment contre Joseph Caillaux et, plus tard, dans le cadre du Faisceau. Georges Valois, comme bien des mémorialistes, surévalue beaucoup son rôle lorsqu’il considère que l’« assemblée de Reims [juillet 1926] eut une importance capitale dans la politique française. Elle arrêta net l’action de la coalition qui voulait aplatir le franc à zéro »36. En même temps, il écrit à raison que les « campagnes monétaires » qu’il a conduites ont été « bien pour quelque chose37 » dans la stabilisation du franc. La chose est incontestable et Valois est mentionné à ce titre par les spécialistes d’histoire bancaire et monétaire, notamment Kenneth Mouré, qui rappelle ses positions sur le franc-or, la controverse qui l’oppose à Robert Wolff (relatée dans L’homme contre l’argent) et l’importance des Semaines de la Monnaie, notamment celle de 192738. Valois ne se contente pas de parler d’économie sur un plan technique mais, en journaliste averti, il mène aussi des campagnes de presse contre les hommes qu’il accuse d’être à l’origine des difficultés du franc, le banquier Horace Finaly et l’industriel François Coty. Comme patron de presse et dirigeant politique, Valois a bien connu le second qui a financé aussi bien l’Action française que le Nouveau Siècle avant que leur rupture soit manifeste quand Coty décide de créer son propre quotidien l’Ami du Peuple. Dans ses souvenirs, Valois revient longuement sur ses démêlés avec Coty qu’il ne faut cependant pas réduire à une querelle de personnes. Si le combat de Valois se focalise sur Finaly et Coty, c’est que ces deux hommes, outre leur importance dans la vie politico-financière de leur temps, sont aussi pour lui des symboles renvoyant, pour Finaly au « groupe franco-américain », et pour Coty au « groupe franco-britannique »39. Valois dénonce les deux mais considère que leurs « méthodes » seraient différentes. Celle de Finaly s’appuierait sur les moyens suivants : « pénétration économique ; association avec les chefs de la production ; déclenchement d’un mouvement énorme d’affaires ; manœuvre d’un grand-état-major économique et politique ; croissance de l’industrie française ; élévation sensible du niveau de vie des classes ouvrières. Influence gagnée sur le pays par la prospérité organisée. Ascendant pris sur le communisme et le socialisme par les hauts salaires assurés hors de la pression syndicale. » La « méthode Coty » est présentée dans un style aussi télégraphique : « groupement de forces politiques avec des personnalités de plan très inférieur ; aucune action économique ; campagnes de presse contre des Républicains authentiques, contre le socialisme, le communisme et le syndicalisme ; pression sur le gouvernement pour obtenir des mesures contre ces mouvements ; coalition des droites appuyées sur les cadres de l’armée, en vue d’une opération de force dirigée contre toutes les formes du socialisme et du syndicalisme40. » Parmi les « instruments de l’action qui sont aujourd’hui entre les mains de Coty », figure l’Action française, présentée de façon tendancieuse comme appartenant au « groupement de presse » du parfumeur. À travers la dénonciation de Coty et de Finaly41, Georges Valois stigmatise l’« impérialisme financier et économique » et ouvre, parmi les premiers, les voies d’un antiaméricanisme fondé sur l’économie et la dénonciation d’une oligarchie mondialisée. Certes, ce n’est pas le vocabulaire de Georges Valois, mais les termes qu’il emploie renvoient bien à cette idée encore développée aujourd’hui : « “Wall Street” a en vue la mise en valeur de la planète, par le moyen d’une sorte d’aristocratie recrutée dans le monde entier […] L’objet est vraiment le gouvernement du monde par une ploutocratie organisée […]. » Et d’ajouter que « l’action de cet impérialisme, […] difficilement saisie, reconnue […] s’exerce sur tout un état-major de financiers, d’industriels, de techniciens, d’intellectuels qui, à leur tour, font pression sur les hommes politiques42. » Valois souligne aussi les ressorts et les moyens de la « ploutocratie américaine » pour « éliminer le communisme et le socialisme » : « en créant partout une économie générale hautement progressive qui, donnant un bien-être insoupçonné aux classes ouvrières, les rendra imperméables au socialisme et au communisme43. » Valois pointe enfin les dangers présentés selon lui par des catégories d’acteurs différents nommément désignés, patrons modernisateurs comme Ernest Mercier44 ou dirigeants politiques comme le socialiste Charles Spinasse45 ; ceux-ci partagent une américanophilie fondée sur les possibilités offertes par l’organisation scientifique du travail et les hauts salaires qui l’accompagnent grâce aux gains de productivité réalisés, à la croissance de la consommation et du crédit. À sa façon, Georges Valois anticipe de quelques années les discours de Jean-Pierre Maxence sur « l’Amérique intérieure […] installée dans la mentalité ambiante » et la dénonciation par Robert Aron et Arnaud Dandieu du « cancer américain » comme un « cancer spirituel »46 : « Le mouvement se produit non par corruption, mais par un travail naturel de l’esprit, qui détermine un courant par l’exemple, par les résultats acquis47. »

  • 48 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à Olivier DARD, Le rendez-vous manqué des relèves de (...)
  • 49 Sur ce point, nous permettons de renvoyer sur ce point à Olivier DARD, « Le Nouvel Age de Georges (...)
  • 50 Michel GRUNEWALD, « Georges Valois et l’Allemagne jusqu’en 1940 » in Olivier DARD (dir), Georges V (...)
  • 51 Sur ce point de l’itinéraire de Valois, se reporter à Vincent VIER, Georges Valois et les « jeunes (...)
  • 52 Sur Valois éditeur, se reporter pour l’essentiel à Philippe OLIVERA, La librairie Valois (1928-193 (...)
  • 53 L’ouvrage est paru en 1929 à la librairie Valois.
  • 54 Dans ce volume, p. 359.

11En prenant ses distances avec l’Amérique, au nom d’un refus d’une « tyrannie de l’argent » qui lui fait refuser le « commandement de Wall Street », Georges Valois marque une distance par rapport au groupe des relèves « réalistes »48 en voie de constitution qu’il rejoint alors. Ces dernières sont soucieuses de combler un « retard français » et de moderniser l’économie et l’État en donnant à la France toute sa place dans une Europe organisée sur fond de réconciliation franco-allemande. En règle générale, les « réalistes » sont des admirateurs des États-Unis et cette différence mérite d’être soulignée. Pour le reste, Georges Valois est un défenseur de la technique qui marque pour lui l’aube d’un « nouvel âge de l’humanité49 » et il a même jeté aux orties sa germanophobie antérieure50. Cette mutation idéologique conjuguée à son insertion dans des milieux fort différents que ceux qu’il fréquentait jusqu’alors met Valois au cœur de la mouvance « réaliste » dont il devient, via les Cahiers bleus51 et la librairie Valois52 une des chevilles ouvrières. Conformément à son habitude, Georges Valois cherche à agréger ces « nouvelles équipes » et raconte comment il a entrepris de faire du Nouveau Siècle, le « journal des fédérés » où s’exprime en particulier Jean Luchaire, le porte-parole de la « génération réaliste »53. Ces développements, qui achèvent sa narration, marquent aussi pour Valois une aurore qu’il exprime avec lyrisme : « Une seule chose vaut pour nous désormais : rassembler nos frères, prendre avec eux la tête du peuple que nous voulons libérer de la tyrannie de l’Argent, entrer d’un seul mouvement, avec eux, dans le nouvel âge et donner à nos fils un monde pacifié, fécondé par la science, vivant selon la justice. »54 Le Valois maurrassien n’est plus. Le prophète du nouvel âge se profile et c’est l’enfantement de cette mutation que raconte L’Homme contre l’argent.

Notes

1 Georges Valois a publié quelques années plus tôt, en 1922 à la Nouvelle Librairie nationale, un premier récit intitulé D’un siècle à l’autre. Chronique d’une génération (1885-1920).

2 Jean-Pierre MAXENCE, Histoire de dix ans 1927-1937, Gallimard, 1939. L’ouvrage a été réédité en 2005 par les éditions du Rocher sous le titre Histoire de dix ans 1927-1937. Chronique des années 30, avec un « avant-dire » de Jean-Luc Maxence. 15

3 Les « abondancistes » considèrent que le progrès technique résout le problème de la production et que la seule question pendante serait celle de la distribution. Sur cette doctrine et ses promoteurs (Jacques Duboin, Gustave Rodrigues), qui n’ont pas encore trouvé leur historien, nous permettons de renvoyer à Olivier DARD, « Technocratie et libéralisme en France durant les années trente », in Rémi BAUDOUI, Jean GARRIGUES, Michel LEYMARIE, Didier MUSIEDLAK, Guillaume PIKETTY (dir), Un professeur en République. Mélanges en l’honneur de Serge Berstein, Paris, Fayard, 2006, p. 252-254.

4 Il faut souligner ici deux instruments de travail importants. On évoquera le fonds Valois conservé au Centre d’histoire de Sciences Po. Classé par Odile Gauthier-Voituriez, il se compose de 49 cartons (six mètres linéaires) : 23 portent sur Valois auteur (pour l’essentiel il s’agit de ses ouvrages et de ses articles) ; les cartons 24 à 48 portent sur Valois éditeur (éditions, périodiques) ; le dernier carton porte sur Georges Valois lecteur. Il faut aussi mentionner le chapitre consacré à Valois dans Alain DE BENOIST, Bibliographie générale des droites françaises, volume 2, Paris, Dualpha Editions, 2004, p. 273-312.

5 Yves GUCHET, Georges Valois, l’Action française, le Faisceau, la République syndicale, Paris, L’Harmattan, 2001 [1re édition, Albatros, 1975]. Allen DOUGLAS, From fascism to Libertarian Communism. Georges Valois against the Third Republic, Oxford, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1992. Les deux biographes de Valois ont contribué à un ouvrage collectif, Olivier DARD (dir), Georges Valois, itinéraire et réceptions, Berne, Peter Lang, 2011 : Yves GUCHET, « Georges Valois. Bilan d’un itinéraire », p. 11-19 et Allen DOUGLAS, « Ruptures et continuités : à la recherche de Georges Valois », p. 21-34. On peut encore citer deux ouvrages consacrés principalement au Valois fasciste : Jean-Maurice DUVAL, Le Faisceau de Georges Valois, Paris, La Librairie française, 1979 et Jean-Claude VALLA, Georges Valois, de l’anarcho-syndicalisme au fascisme, Paris, Librairie nationale, 2003.

6 Sur ce point, se reporter à Alain CHATRIOT, « Georges Valois, la représentation professionnelle et le syndicalisme », in Olivier DARD (dir), Georges Valois…, op. cit., p. 55-68.

7 Se reporter sur ce point à Francis BALACE, « Georges Valois et la Belgique : les méandres d’une réception », in Olivier DARD (dir), Georges Valois…, op. cit., p. 109-127 qui couvre les années 1920-1928 et à Geneviève DUCHENNE, « Georges Valois, l’Europe et la Belgique (1930-1933) », (Ibid., p. 129-137).

8 Miguel Angel PERFECTO, « La réception de Georges Valois en Espagne. La droite radicale espagnole et la pensée antilibérale française durant le premier tiers du XXe siècle », in Olivier DARD (dir), Georges Valois…, op. cit., p. 139-183.

9 Dans ce volume, p. 35.

10 D’un siècle à l’autre…, op. cit., p. 291.

11 Ibid., p. 292-293.

12 On signalera que la Nouvelle Librairie nationale a publié en 1918 Histoire de trois générations de Jacques Bainville. Concernant la critique littéraire, la place d’Albert Thibaudet est ici essentielle (Michel LEYMARIE, Albert Thibaudet “l’outsider du dedans”, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2006, p. 158-165). Le sociologue François Mentré, ami de Louis Marin, a de son côté publié en 1920 chez Bossard sa thèse intitulée Les générations sociales. La « génération » est aussi une référence et un concept de premier plan à l’étranger, de José Ortega Y Gasset (El tema de nuestro tiempo, 1923) à Karl Mannheim.

13 Il est aussi dédié à sa femme.

14 D’un siècle à l’autre…. op. cit., p. 239.

15 Ibid., En particulier, p. 241 et suiv.

16 Ibid., p. 293.

17 Dans ce volume, p. 270. Les autres orateurs étrangers sont Marinetti pour l’Italie, Ibanez de Ibero pour l’Espagne, Paquito Rebello pour le Portugal. Sur Reuhl et ses liens avec Valois, voir Francis BALACE, « Georges Valois et la Belgique : les méandres d’une réception », in Olivier DARD (dir), Georges Valois…, op. cit., p. 122-123.

18 Dans ce volume p. 53.

19 Louis DIMIER, Vingt ans d’Action française et autres souvenirs, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1926, p. 224.

20 On rappellera l’ouvrage de Paul SERANT, Les dissidents de l’Action française, Paris, Copernic, 1978, qui s’ouvre par un chapitre sur Georges Valois (p. 13-36). Il y aurait cependant une histoire à reprendre et à synthétiser : si les études biographiques proposées soulignent à raison la diversité des acteurs et des situations, on ne saurait passer sous silence les homologies existant entre ces dissidences et ces dissidents et ce, pour toute l’histoire de l’Action française, y compris après le second conflit mondial (Nouvelle Action royaliste etc.).

21 On songe ici au chapitre de cet ouvrage paru chez Denoël en 1942, « Au sein de l’inaction française » et à la célèbre formule : « Que vienne enfin le temps de l’action ».

22 Dans ce volume, p. 49.

23 Nous nous permettons de renvoyer à Olivier DARD, « Jeunesse, élite et Action française », in Christine BOUNEAU, Caroline Le MAO (dir), Jeunesse (s) et élites. Des rapports paradoxaux de l’Ancien-Régime à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 323-337.

24 Dans ce volume, p. 57.

25 Ibid., p. 57.

26 Nous nous permettons de renvoyer à Olivier DARD, « La part de la ligue dans l’identité et le rayonnement de l’Action française », in Le phénomène ligueur dans la France de la IIIe République : approches transversales, actes du colloque co-organisé à l’université de Metz les 11 et 12 mars 2008 par Olivier Dard et Nathalie Sévilla, publications du CRULH, Metz, 2008, p. 152-177.

27 Dans ce volume, p. 59.

28 Ibid., p. 341.

29 Outre le récit qu’en fait Valois dans ce volume, se reporter pour comprendre la réception italienne de Valois à Michela NACCI, « La réception de Valois dans le nationalisme Italien du début du XXe siècle » où elle évoque son influence sur Mario Viana (Olivier DARD -dir-, Georges Valois…, op. cit., p. 185-203) et Didier MUSIEDLAK, « L’Italie fasciste et Georges Valois » où sont analysés la rencontre entre Mussolini et Valois du 10 janvier 1924 et le jugement « très critique » que porte le Duce sur Valois (Ibid., p. 205-214).

30 Zeev STERNHELL, « Anatomie d’un mouvement fasciste : le Faisceau de Georges Valois », Revue française de science politique, vol. 26, no 1, février 1976, p. 5-40. Depuis, c’est surtout outre-Atlantique qu’ont été conduites des recherches sur le Faisceau : Allen DOUGLAS, « Violence and Fascism : The Case of the Faisceau », Journal of Contemporary History, vol. 19 (1984), p. 689-712 et Samuel KALMAN, The Extreme Right in Interwar France. The Faisceau and the Croix de Feu, Ashgate, Aldershot, Burlington, 2008. On signalera aussi de Samuel KALMAN, « Georges Valois et le Faisceau : un mariage de convenance » in Olivier DARD (dir), Georges Valois, itinéraire et réceptions, op. cit., p. 37-53.

31 Dans ce volume, p. 265.

32 Ibid., p. 265.

33 Ibid., p. 343.

34 Ibid., p. 204.

35 Pour un portrait croisé de Mathon et de Ley, voir Jean-Claude Daumas, « L’idéologue et le secrétaire. Les dirigeants du Consortium du Textile de Roubaix-Tourcoing (1919-1942) in Olivier DARD, Gilles RICHARD (dir), Les permanents patronaux : Eléments pour l’histoire de l’organisation du patronat en France dans la première moitié du XXe siècle, Metz, Centre de recherche Histoire et Civilisation de l’Université Paul Verlaine-Metz, 2005, notamment p. 243-261.

36 Ibid., p. 258-259.

37 Ibid., p. 263.

38 Voir en particulier les travaux de Kenneth MOURE, La politique du franc Poincaré 1926-1936, Albin Michel, 1998, p. 51 et surtout The Gold Standard Illusion. France, the Bank of France, and the International Gold Standard, Oxford University Press, 2002, p. 56, 121 et 134-135.

39 Dans ce volume, p. 347.

40 Ibid., p. 354.

41 Sur François Coty, voir la thèse d’Alfred KUPFERMAN, François Coty, journaliste et homme politique, thèse de l’université de Paris I, 1965, et Laurent JOLY, « L’Ami du Peuple contre les “financiers qui mènent le monde”. La première campagne antisémite des années 1930 », Archives juives, vol. 39, 2006/2, p. 96-109. Sur Horace Finaly, voir Eric BUSSIERE, Horace Finaly, banquier (1871-1945), Fayard, 1996.

42 Dans ce volume, p. 349-350.

43 Ibid., p. 350.

44 Ibid., p. 349. Sur ce dernier, voir Richard F. KUISEL, Ernest Mercier French Technocrat, Berkeley, University of California Press, 1967. Voir aussi Clotilde DRUELLE-KORN, « Regards et expériences croisées : les milieux économiques français et américains de la Première Guerre mondiale au tournant des années vingt : l’heure de la rationalisation », in Olivier DARD, Hans-Jürgen LUSEBRINK (dir), Américanisations et anti-américanismes comparés, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, p. 19-34.

45 Dans ce volume, p. 349. Sur ce dernier nous nous permettons de renvoyer à Olivier DARD, « Charles Spinasse, du socialisme à la collaboration », L’Information historique, volume 58, mai 1996, p. 49-64.

46 Sur ces différents points, nous nous permettons de renvoyer à Olivier DARD, « Le cancer américain : un titre phare de l’antiaméricanisme français de l’entre-deux-guerres », in Olivier DARD, Hans-Jürgen LUSEBRINK (dir), Américanisations et anti-américanismes comparés, op. cit., p. 115-133.

47 Dans ce volume, p. 349.

48 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point à Olivier DARD, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002.

49 Sur ce point, nous permettons de renvoyer sur ce point à Olivier DARD, « Le Nouvel Age de Georges Valois », in Olivier DARD (dir), Georges Valois…, op. cit., p. 69-88.

50 Michel GRUNEWALD, « Georges Valois et l’Allemagne jusqu’en 1940 » in Olivier DARD (dir), Georges Valois…, op. cit., : Michel Grunewald évoque à propos de Valois (p. 98 et p. 100) « une véritable révolution copernicienne » et « un changement de paradigme complet » par rapport à l’Allemagne au tournant des années trente.

51 Sur ce point de l’itinéraire de Valois, se reporter à Vincent VIER, Georges Valois et les « jeunes équipes » 1928-1932, Mémoire de DEA d’histoire contemporaine, IEP de Paris, 1993.

52 Sur Valois éditeur, se reporter pour l’essentiel à Philippe OLIVERA, La librairie Valois (1928-1932), Mémoire présenté à l’Institut d’études politiques de Paris, 1989 ; en particulier le second chapitre : « Georges Valois éditeur », p. 36-51. Voir aussi, de Philippe OLIVERA, « Un “technicien” de l’action et de la propagande au service de la paix : Georges Valois, 1928-1939 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, volume 30, no 1, 1993, p. 27-31.

53 L’ouvrage est paru en 1929 à la librairie Valois.

54 Dans ce volume, p. 359.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search