Version classiqueVersion mobile

Journalier de Jean Pussot maître-charpentier à Reims (1568-1626)

 | 
Jean Pussot

Préface

Patrick Demouy

Texte intégral

1« L’Académie de Reims est constituée, conformément à l’arrêté ministériel du 6 décembre 1841, dans le but de travailler au développement des sciences, des arts et belles lettres, et surtout de recueillir et de publier les matériaux qui peuvent servir à l’histoire du pays ». Conformément à l’article Ier de ses statuts la jeune société savante se lança aussitôt dans un important programme d’édition. En 1855 et 1857 Edouard Henry, alors professeur d’histoire au lycée, donna en deux livraisons le Journalier ou Mémoires de Jehan Pussot, précédé d’une importante notice. Auteur d’une thèse de doctorat ès lettres sur La Réforme et la Ligue en Champagne, publiée en 1867, Edouard Henry avait mesuré l’importance de cette source de l’histoire de Reims, utilisée avant lui par Pierre Cocquault ou Jean Lacourt aux XVIIè et XVIIIè siècles et après lui par bien des chercheurs, notamment Michel Dricot et Robert Benoit. Cette édition est depuis longtemps introuvable. L’Académie, qui limitait ses tirages, a perdu sa bibliothèque et ses réserves le 19 septembre 1914, dans l’incendie de la cathédrale et du palais du Tau, où était son siège. De surcroît Edouard Henry, bon paléographe au demeurant, n’avait pas donné l’apparat critique indispensable. Dans un contexte de guerre civile, de retournements de situations et de ralliements, les ratures et repentirs sont intéressants, les annotations indispensables pour s’y retrouver dans un foisonnement de personnages et d’évènements peu familiers aux non-spécialistes. Nous nous réjouissons que Stefano Simiz et Jérôme Buridant, enseignants chercheurs talentueux après avoir été de brillants étudiants de l’Université de Reims aient rouvert ce chantier, révisé l’édition d’après le manuscrit original, introduit et éclairé ce texte si riche.

2Le Journalier de Jehan Pussot est à la fois un moment de la langue française et un témoignage de première main sur une époque de bouleversements politiques et religieux. Place forte de la Ligue et de la Contre-Réforme, Reims était un théâtre d’observation exceptionnel. Mais ce texte c’est surtout l’histoire d’un homme. Instruit, travailleur et pieux, il vit au rythme des cloches de sa paroisse, des naissances et des décès d’une belle progéniture, des sermons d’Avent et de Carême dont il admire les prédicateurs, des innombrables processions… que contrarient souvent les intempéries. Joyeuses entrées, pompes funèbres archiépiscopales, Te Deum et sacre royal sont décrits avec précision, mais tiennent moins de place que le temps qu’il fait, la « chèresse » du grain ou le goût du vin et la date des vendanges. Jehan Pussot nous donne un livre de raison fourmillant d’anecdotes et renseignements sur la ville (les moulins sur les remparts, les réparations à la cathédrale, le démantèlement du château Porte-Mars…) et surtout sur Saint-Jacques, son clergé, ses confréries, sa liturgie, avec les innovantes compositions françaises de Gérard de la Lobbe, le vénéré curé. Sa foi tranquille lui a permis de surmonter les épreuves qu’il évoque avec pudeur. Ses vertus chrétiennes font un contraste saisissant avec les rapacités, violences, ambitions et calculs qui ont perverti tant de ses contemporains. C’est un honnête homme du XVIè siècle qu’il nous est donné de rencontrer, un paroissien exemplaire un maître-charpentier notable en son quartier mais qui n’appartenait pas aux premiers cercles de l’élite urbaine. Son témoignage est d’autant plus intéressant, il est la voix de ceux que d’habitude on n’entend pas.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search