Version classiqueVersion mobile

Journalier de Jean Pussot maître-charpentier à Reims (1568-1626)

 | 
Jean Pussot

Remerciements

Texte intégral

1La découverte d’une personnalité tout droit sortie des couloirs du temps, la chance de pouvoir la côtoyer durant de longs mois jusqu’à dévoiler un peu de son intimité passée est une expérience fascinante et nous en mesurons pleinement le privilège. A l’heure même où l’ouvrage paraît, c’est avec plaisir et une profonde reconnaissance que nous tenons à associer dans de chaleureux remerciements les nombreuses personnes et institutions qui ont manifesté de l’intérêt pour la source puis pour notre projet.

2Même s’ils l’ont peut être oublié aujourd’hui, Pierre-Eugène Leroy, le premier éditeur de l’Histoire ecclésiastique de Pithou, et Gilles Balandier (Mulhouse) ont été les deux premiers dès 2003 à suggérer une nouvelle édition du Journalier. Jacky Provence du Centre Pithou de Troyes et Xavier Le Person (Paris IV) devenus bien avant nous des familiers des journaux de la fin du XVIe siècle, notamment des pensums de quelques grandes figures de la Ligue à Paris et en province, ont discrètement mais sûrement relayé la sollicitation par l’exemple de leurs travaux et le gage de leur amitié. Nos maîtres et formateurs, Yves-Marie Bercé et Louis Châtellier, sont demeurés bienveillants pour d’anciens étudiants à qui ils n’ont eu de cesse de montrer l’intérêt des sources de terrain, conçues par des « simples » pour le plus grand bonheur de l’historien contemporain. Philippe Martin responsable de l’antenne nancéienne du CRUHL des Universités de Metz-Nancy 2 et Bernard Legras de l’EA 2616 – CERHIC de l’Université de Reims, nos collègues respectifs, ont contribué très concrètement à toutes les dimensions d’un travail éditorial. Nous sommes gré à plus d’un titre à Patrick Demouy qui ne cesse depuis vingt ans d’éclairer pour nous l’histoire de Reims, sa ville, et qui, en tant que secrétaire de l’Académie fut immédiatement et sans réserve, enthousiaste et généreux pour des auteurs qu’il connaît très bien. La préface qu’il a bien voulu consacrer à ce modeste travail est pour nous la plus belle des récompenses. C’est chez le Conservateur Mathieu Gerbault et l’ensemble du personnel de la « nouvelle bibliothèque Carnegie » de Reims où le manuscrit est conservé, que nous avons trouvé une source de motivation encore supérieure à la nôtre et incontestablement contagieuse ! Sans leurs remarques et des encouragements aussi discrets qu’efficaces, cette seconde édition n’aurait sans doute jamais vu le jour. Notre gratitude va encore à Stéphanie Debuiche (généalogiste) et à Dominique Brion (Centre d’Etudes et de Recherche sur les Paysages – CERPA – de l’Université de Nancy 2) sans lesquels l’arbre généalogique et la carte de localisation n’existeraient pas. Nous tenons à adresser un remerciement plus particulier encore à Bruno Béthouart (Université du Littoral – Côte d’Opale) qui a non seulement accepté d’accueillir le manuscrit dans la collection « documents et témoignages » qu’il dirige aux Presses Universitaires du Septentrion, mais pris régulièrement et à distance des nouvelles de notre travail. Sa confiance fut essentielle pour convaincre une maison à juste titre exigeante et nous aider à tenir les délais. Enfin, pour nos épouses, nos Florence, et pour nos enfants nous réservons bien plus qu’un simple merci. Les raisons de les associer sont aussi évidentes et illimitées que l’amour que nous leur portons.

3A ces remerciements, les auteurs tiennent à ajouter une dédicace plus particulière pour trois personnes qui auraient apprécié ce livre, du moins nous osons le croire : en tant qu’entrepreneur à Reims pour les monuments historiques, Emile Nigron se serait certainement découvert plusieurs points communs avec Jean Pussot, comme d’avoir fréquenté et aimé les mêmes sanctuaires du cœur de la cité des Sacres, avec une nette préférence pour la Cathédrale Notre Dame là où notre artisan aurait dit Saint Jacques. C’est sans le savoir qu’il a mystérieusement légué sa passion pour l’histoire rémoise à l’un de ses gendres. Ce dernier a eu la tristesse de voir sa veuve, très chère à son cœur depuis plus de dix-sept ans, partir à son tour avant l’aboutissement de ce travail. C’est justement sous les voûtes de l’église Saint Jacques qu’un dernier adieu lui fut donné il y a quelques mois. Lorsqu’il nous enseignait l’apprentissage à la recherche historique, l’excellent pédagogue et paléographe qu’était Alain Molinier insistait toujours sur l’exigence du travail de l’archive. A ses yeux avertis, moderniser partiellement un texte pour le rendre accessible à un public motivé n’était pas une trahison faite à la vérité du passé. Tout ce que nous avons entrepris en ce sens l’a été par fidélité à son message. Robert Benoit, enfin, connaissait bien ce texte et tant d’autres manuscrits de la Bibliothèque de Reims. Par ses cours notamment de paléographie in situ, les discussions passionnantes autour de la musique sacrée ou l’apport de l’ethno-histoire, nous lui devons tant. D’ailleurs, la carte retravaillée par Dominique Brion du CERPA est tirée de sa thèse. Cette dédicace est une bien maigre tentative de consolation à une amitié qui nous fait aujourd’hui cruellement défaut.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search