Version classiqueVersion mobile

Journal d’un curé de campagne au XVIIe siècle

 | 
Alexandre Dubois

Préface

Philippe Guignet

Texte intégral

  • 1 C’est autour de ces trois fonctions qu’il déclara en 1980 avoir organisé sa vie.

1C’est un insigne honneur que de se voir confier la préface de la troisième édition du Journal d’un curé de campagne au XVIIe siècle. Ce livre est incontestablement l’ouvrage le plus connu de M. le chanoine Henri Platelle. Avant de dire quelques mots de ce maître-livre, il n’est pas hors de propos de rappeler aux lecteurs qui n’ont pas eu la chance de rencontrer, mieux de travailler avec l’auteur quels furent les engagements existentiels d’une personnalité qui allie la plus sûre érudition à un humanisme du meilleur aloi. M. Platelle que l’âge a conduit à se retirer dans la retraite et la méditation eut une carrière rectiligne de « chercheur », de « professeur » et de « prêtre »1, si tant est que ce mot de carrière puisse avoir un sens pour un homme pénétré comme lui de la vertu d’humilité. Prêtre en 1946, il commence son enseignement d’histoire médiévale aux Facultés Catholiques de Lille en 1949 et poursuit cette activité jusqu’à la fin des années 1980, tout en publiant sans relâche et en assumant l’animation de la Commission historique du Nord avec un tact et une autorité morale hors du commun. M. Platelle fait partie de ces rares universitaires sur les mérites de qui nous n’avons jamais entendu la moindre critique de la part de collègues d’horizons divers et de convictions parfois très éloignées des siennes. Même si l’on ne souhaite pas s’attarder sur les qualités pourtant éminentes de l’homme privé, il n’est que justice de dire que l’ampleur et la diversité de l’oeuvre ne laissent pas d’impressionner.

  • 2 Roger Berger, Préface à Terre et Ciel aux anciens Pays-Bas. Recueil d’articles de M. le Chanoine P (...)

2M. Platelle excelle dans les travaux collectifs de synthèse à portée régionale ou nationale où sa recherche de l’expression juste, son aspiration à la clarté, son immense érudition et son sens des nuances donnent leur pleine mesure. Roger Berger notait en 1991 que les chapitres qu’il avait signés dans le tome VI de la nouvelle collection Peuples et Civilisations formaient la meilleure des introductions à l’histoire religieuse du Moyen Âge médian de XIe au XIIIe siècle2. Lorsque l’on aspire à prendre conscience, en allant à l’essentiel, des grands enjeux de l’histoire de la région du Nord au Moyen Âge, qui parmi nous ne se reporte d’abord aux chapitres de synthèse que notre ami a composés en 1972 dans l’Histoire des Pays-Bas français dirigée par Louis Trénard ou en 1989 dans le tome 2 de l’Histoire des provinces françaises du Nord coordonnée par Alain Lottin ?

  • 3 Henri Platelle, Le temporel de l’abbaye de Saint-Amand des origines à 1350, Paris-Lille, 1962, 350 (...)
  • 4 Henri Platelle, « Un village du Nord sous Louis XIV, Rumegies », Revue du Nord, 1964, p. 489-516.

3Cet historien ouvert aux interpellations des grandes synthèses donne tout autant la plénitude de son talent dans des contributions où ce chercheur né à Nomain en 1921 a marqué sa fidélité au pays natal. Ses deux thèses portent sur l’abbaye de Saint-Amand3. On y découvre comment se sont constitués un patrimoine ecclésiastique, une ville et une justice seigneuriale. Après un article annonciateur dans la Revue du Nord4, c’est en 1965 que M. Platelle publie aux Editions du Cerf ce qui va devenir son best seller présenté, on l’a vu, sous un titre où se reflète l’influence de Georges Bernanos. Comme l’ouvrage était épuisé de longue date, grâce déjà aux bons soins des Presses universitaires du Septentrion, le Journal fut réimprimé en 1997. C’est donc à une deuxième réédition que les PUS se sont résolu dix ans plus tard, afin de répondre aux attentes d’un public toujours impatient de découvrir la rude vie au Grand Siècle des habitants de Rumegies, un petit village situé à huit kilomètres de Saint-Amand qu’un dénombrement de 1673 révèle peuplé de 754 habitants. On ne se lasse pas de lire et de relire ce liber memorialis tenu par Alexandre Dubois, curé pendant cinquante-trois ans de 1686 à 1739 de cette modeste communauté rurale. Dans ce journal, les pages sur les crises de 1694 et de 1709 sont devenues célèbres, on en connaît des passages entiers par coeur à force de les avoir fait découvrir aux auditoires estudiantins depuis plus de trente ans. Face aux excès de la misère en 1694, beaucoup comme le curé de Rumegies devaient se sentir « las d’être au monde ». En 1709, certains ne pouvaient manquer de se demander si « le Jugement dernier serait plus effroyable »... Comme le dit non sans malice H. Platelle paraphrasant Voltaire, « on périssait de misère au temps des Te Deum ».

4Faut-il ajouter qu’il y a bien plus à glaner dans « ce livre de bonne foi » que les morceaux choisis que les enseignants chercheurs des centres historiques de France, de Navarre... et d’ailleurs ont de longue date calibrés pour un usage pédagogique ? Ce curé rigide, qui apprécie tant le très augustinien évêque de Tournai Gilbert de Choiseul, a le pli moral du jansénisme ; il défend un christianisme exigeant vécu sans concession, ni compromissions. Pétri de charité, il participe activement à la distribution des secours, fait corps avec le village. Ce pasteur aime les habitants qu’il connaît tous personnellement, il les juge quelquefois avec sévérité en incriminant l’esprit de violence et l’âpreté au gain de bon nombre d’entre eux, un travers que tempère une notoire générosité pour les plus démunis. Cet ecclésiastique d’esprit curieux qui lit les gazettes n’est certes pas exempt de préjugés ; il fait en tout cas pénétrer sans fard au coeur des réalités humaines d’une humble communauté de croyants lourds à remuer que l’on perçoit bien imparfaitement remodelés par le message de la Réforme Catholique. Les grands débats religieux du temps sur la grâce ou le gallicanisme ne sont pas absents de la chronique, comme le sont, nous l’avons vu, les misères vécues par des ouailles dont la plupart vivent du travail de la terre, même si une partie de la population s’adonne à la filature de la laine.

5Trop souvent le vécu quotidien des Français d’autrefois qui n’appartenaient pas aux élites échappe aux prises de l’histoire. C’est grâce à des documents de cette nature que nous pouvons comprendre ce que fut l’existence de la masse immensément majoritaire des humbles gens. Souhaitons donc le plus grand succès à cette réédition du journal d’un curé de campagne implanté dans un village moyen de la partie française du Tournaisis à la fin du Grand Règne, sous la Régence et pendant les premières années du règne de celui qui est encore le Bien Aimé.

Notes

1 C’est autour de ces trois fonctions qu’il déclara en 1980 avoir organisé sa vie.

2 Roger Berger, Préface à Terre et Ciel aux anciens Pays-Bas. Recueil d’articles de M. le Chanoine Platelle publié à l’occasion de son élection à l’Académie Royale de Belgique, Lille, 1991, p.11.

3 Henri Platelle, Le temporel de l’abbaye de Saint-Amand des origines à 1350, Paris-Lille, 1962, 350 p. et La justice seigneuriale de l’abbaye de Saint-Amand, Louvain-Paris, 1965, 464 p.

4 Henri Platelle, « Un village du Nord sous Louis XIV, Rumegies », Revue du Nord, 1964, p. 489-516.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search