Version classiqueVersion mobile

Dunkerque 1944-1945

 | 
Patrick Oddone

Table des illustrations

Texte intégral

Photo couverture
Les civils de l’agglomération dunkerquoise quittent la « poche » par le pont du Grand-Millebrugghe à la faveur de la trêve des 4 et 5 octobre. Photo USIS

1. Promenade équestre dans les ruines de Dunkerque pour un officier de la Wehrmacht au début de l’année 1944.
Collection particulière, 14

2. L’entrée du port de Dunkerque dont l’accès est interdit à la population civile depuis les premiers jours de l’ Occupation.
Collection particulière, 17

3. Epais mur de béton érigé par l’occupant à Malo-les-Bains, à l’extrémité de l’avenue de la Mer, pour interdire tout accès à la digue et à la plage et servir d’ultime rempart dans l’hypothèse d’un débarquement allié.
Collection particulière, 22

4. Vue partielle des destructions systématiques opérées en septembre 1944 au port de Dunkerque par les artificiers de la Kriegsmarine.
Collection particulière, 26

5. La retraite allemande photographiée clandestinement à Bourbourg dans les premiers jours de septembre 1944.
Collection particulière, 30

6. Les unités françaises combattent aux côtés des Tchèques sur le front de Dunkerque. Un hebdomadaire, édité par le service de presse de l’état-major de la 1re Région militaire, leur rend hommage le 18 janvier 1945.
Collection particulière, 36

7. De gauche à droite : le général de division Deligne, commandant la 1re Région militaire, le sous-préfet Marius Marant, nommé à la tête de l’arrondissement de Dunkerque à la Libération, et le résistant OCM-Voix du Nord Edouard Dewulf, photographiés à l’issue d’une cérémonie patriotique en 1945.
Collection particulière, 39

8. Diplôme conférant à l’abbé Henri Demulier la médaille de bronze de la Reconnaissance française.
Collection particulière, 53

9. L’église du Sacré-Cœur et le quartier du « Vieux Coudekerque » en 1945, après l’épisode du siège.
Collection particulière, 60

10. Le centre-ville de Dunkerque tel qu’il apparaît en 1946 à la veille de la reconstruction.
Collection particulière, 65

11. Paul et Marthe Brisswalter.
Collection Bernard Brisswalter, 72

12. La première page du cahier-journal de Paul Brisswalter commencé le 13 août 1944.
Collection Bernard Brisswalter, 80

13. La centrale électrique de l’usine Lesieur de Coudekerque-Branche et son environnement.
Croquis de Bernard Brisswalter, 87

14. 16 septembre 1944 : les blindés légers canadiens devant l’hôtel de ville de Bergues.
Collection particulière, 115

15. Bergues, 18 septembre 1944 : les équipes de la Défense passive recueillent les restes des victimes civiles de l’explosion des habitations de la rue Nationale piégées par les Allemands avant leur départ de la ville.
Collection particulière, 119

16. L’épisode de la trêve relaté par le quotidien La Voix du Nord dans son édition du vendredi 6 octobre 1944.
Collection particulière, 165

17. Carte des opérations de la 1re armée canadienne commandée par le général Crerar. L’encerclement de la « poche » de Dunkerque s’effectue du 6 au 16 septembre 1944.
Source : Service historique de la Défense nationale. Ottawa, 171

18. La « forteresse » allemande de Dunkerque protégée par la zone inondée. Seuls les fronts Est (Bray-Dunes) et Ouest (Mardyck) permettent des opérations militaires terrestres.
Source : Rapport sanitaire du docteur Pierre Bugard, 174

19. Scène de liesse dans un village de Flandre : la population fête ses libérateurs.
Collection particulière, 180

20. 8 septembre 1944. Les Canadiens français du régiment de Maisonneuve (élément de la 5e brigade de la 2e DI) font leur entrée à Bourbourg.
Collection particulière, 181

21. Sur le canal de Bourbourg, le régiment canadien de Maisonneuve reconstruit le pont auquel son nom restera attaché.
Collection particulière, 185

22. La presse régionale relate les événements militaires du front de Dunkerque. Commentaire courroucé du docteur Merveille qui a été témoin des opérations : « C’est une plaisanterie Le bombardement a duré une heure et depuis – nous sommes le 10 octobre – il n’y a absolument rien eu : ils laissent les Allemands détruire tranquillement tout Dunkerque et sa banlieue. Pas d’assaut avant 15 jours ! Ils se foutent pas mal de Dunkerque qui ne les intéresse pas le moins du monde ».
Collection particulière, 197

23. Le général de division Wolfgang von Kluge, commandant la 226e division d’infanterie quitte Dunkerque dans la nuit du 18 au 19 septembre 1944, à bord d’une vedette rapide, vers la « forteresse » de Hoek van Holland.
Collection particulière, 206

24. Friedrich Frisius (1895-1970) prend le commandement de la « forteresse » de Dunkerque le 20 septembre 1944. Le 30, il est nommé vice-amiral.
Collection particulière, 206

25. Un soldat tchèque en reconnaissance sur le front des inondations.
Collection particulière, 208

26. Le 9 mai 1945, à Wormhout, le général Alois Liska (au centre) reçoit du vice-amiral Frisius la reddition de la garnison allemande de Dunkerque.
Collection particulière, 210

27. Le 10 mai 1945, à Wormhout, à la veille de son départ pour la Tchécoslovaquie, le général Liska (à droite) préside, au côté du général Deligne, une remise de décorations.
Collection particulière, 212

28. 18 novembre 1944 : bombardement de l’usine Lesieur de Coudekerque-Branche par deux chasseurs alliés.
Photo Moritz, 219

29. Le 14 février 1945, les derniers habitants de Cappelle-la-Grande, demeurant rue Plet, reçoivent l’ordre de rejoindre le camp des civils de Coudekerque-Branche.
Photo Moritz, 250

30. Le camp d’internement de Coudekerque-Branche et sa garde allemande. Il englobait les habitations de trois rues parallèles (rues Marceau, Delory et de la Paix) fermées côté boulevard Jean Jaurès et côté rue du Moulin.
Photo Moritz, 255

31. Traduction de la proclamation du vice-amiral Frisius (20 février 1945) annonçant à ses troupes la prochaine pendaison d’un déserteur à la façade de l’hôtel de ville de Dunkerque.
Collection particulière, 256

32. La cuisine du camp de Coudekerque-Branche et son personnel (3 mars 1945).
Photo Moritz, 262

33. L’atelier de couture du camp de Coudekerque-Branche (23 mars 1945).
Photo Moritz, 269

34. Trêve conclue le 26 mars 1945, de 9 h 30 à 16 h 30, en vue de permettre la livraison, par la Croix-Rouge, de colis aux prisonniers alliés incarcérés à la prison de Dunkerque. (Le Nouveau Nord, 31 mars 1945).
Collection particulière, 272

35. L’attente est longue pour les civils mais les traditions ne se perdent pas : des jeux de bouchons sont organisés le dimanche sous le regard bienveillant des geôliers allemands.
Photo Moritz, 282

36. La trêve du 18 avril commentée par Le Nouveau Nord dans son édition du 21 avril 1945.
Collection particulière, 286

37. Les civils internés attendent la distribution quotidienne de soupe devant la cuisine du camp de Coudekerque-Branche.
Photo Moritz, 288

38. Le dernier numéro du Courrier de Dunkerque distribué à la population civile, annonçant le décès d’Adolf Hitler et implicitement la chute de Berlin.
Source : Archives municipales de Dunkerque, 293

39. L’abbé Georges Delarroqua et les enfants du catéchisme du camp de Coudekerque-Branche (3 avril 1945).
Photo Moritz, 303

40. 9 mai 1945 : Après l’allégresse manifestée lors de l’arrivée des libérateurs, la déception est grande parmi les civils internés quand les Alliés leur intiment l’ordre de monter dans les camions prévus pour leur évacuation immédiate.
Photo Moritz, 307

41. De gauche à droite : l’abbé Georges Delarroqua et Gaston Bart, secrétaire de la mairie de Cappelle-la-Grande, partagent avec un officier français leurs premiers instants de liberté (9 mai 1945).
Photo, 315

42. L’abbé Georges Delarroqua en discussion avec des militaires alliés, tandis qu’un opérateur filme les Feldgendarmes qui gardaient le camp de Coudekerque-Branche encore quelques minutes plus tôt (9 mai 1945).
Photo, 325

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search