Version classiqueVersion mobile

Dunkerque 1944-1945

 | 
Patrick Oddone

Introduction

Texte intégral

1Jusqu’au XIXe siècle, Dunkerque figure dans l’historiographie française essentiellement pour les éminents exploits de ses corsaires, pour les sièges et les dominations successives qu’elle a subis, pour son rachat par Louis XIV ou encore la ruine de son port imposée par les Anglais et le jeu diplomatique. Bref, un passé tourmenté mais commun, la spécificité portuaire exceptée, à la plupart de ces villes du Nord dont la conquête et la possession furent toujours au cœur des enjeux des grandes puissances européennes.

2La ville, au septentrion de l’hexagone et au carrefour des invasions, n’acquiert en fait sa notoriété nationale que tardivement, grâce à la deuxième révolution industrielle et au développement de son port, devenu le troisième de France dès la fin du XIXe siècle.

3Lors du premier conflit mondial, sa situation géographique et les capacités offertes par un outil portuaire performant, la transforment en base logistique de toute première importance pour les armées alliées. Dunkerque, proche du front, n’est pas épargnée par les premiers bombardements stratégiques de la guerre moderne : prélude à un cataclysme que personne n’est alors en mesure de pressentir.

4Puis survient l’effroyable choc de 1940, l’humiliant revers, la retraite à marche forcée des troupes alliées, l’incroyable pari d’une opération de rembarquement, l’énergie du désespoir, le « miracle » de l’opération Dynamo et enfin cet « esprit de Dunkerque » qui sème la graine de la Résistance et nourrit les racines de la reconquête. Pour avoir fait la une de la presse internationale au printemps 1940, pour avoir symbolisé, à grand renfort de propagande, à la fois la victoire allemande et la débâcle française, mais aussi la clairvoyance et la lucidité britanniques, Dunkerque reste l’un des noms emblématiques de la Seconde Guerre mondiale.

5Pourtant, si l’Histoire retient que cette cité a ouvert l’un des plus douloureux chapitres européens du conflit, elle s’attarde généralement peu sur le fait que cette même ville en ait aussi, cinq ans plus tard, écrit l’épilogue au plan national. Car Dunkerque l’extrême de 1940 s’est bel et bien retrouvée Dunkerque l’ultime en mai 1945, à l’issue d’un siège dévastateur, fort ennuyeux et peu glorieux. Son martyre a perduré après l’intervention massive de l’aviation allemande de 1940, durant les « années noires » sous les bombes britanniques et le joug d’une occupation des plus rigoureuses, pour ne prendre fin qu’après des hostilités prolongées et un siège observé à distance par une France qui avait déjà recouvré sa liberté et s’attelait à une préoccupante reconstruction.

6Faut-il donc s’étonner que, dans l’historiographie, parfois aussi dans la mémoire, la libération de Dunkerque, intervenue le 9 mai 1945, soit souvent considérée comme un épiphénomène, dès lors que cet événement, empreint de frustrations, s’imposa postérieurement à une victoire déjà célébrée et consommée dans l’hexagone ?

1. Promenade équestre dans les ruines de Dunkerque pour un officier de la Wehrmacht au début de l’année 1944.

1. Promenade équestre dans les ruines de Dunkerque pour un officier de la Wehrmacht au début de l’année 1944.

Collection particulière

7Ce sort différé de Dunkerque, ce « front oublié », ce réduit de résistance allemande contenu par les Canadiens qui libérèrent la Flandre, puis par les troupes françaises et tchèques ont, de toute évidence, peu inspiré les historiens sur le plan national. Les « poches » de l’Atlantique et du Nord – celles de Royan, La Rochelle-la Pallice, Saint-Nazaire, Lorient et Dunkerque – n’incarnaient, il est vrai, aucun enjeu majeur, si ce n’est celui de rappeler à la population que la guerre était toujours présente sur le territoire de l’hexagone et que la bête nazie n’était pas encore terrassée. D’ailleurs, l’annonce de leur reddition fut largement couverte par la proclamation officielle de la capitulation allemande dans les pays occidentaux. À croire que cette ultime page dérangeait et qu’elle devait être refoulée pour ne pas porter ombrage à l’image de la Libération, celle de 1944 vécue en liesse.

  • 1 CHATELLE (Albert), MOREEL (Léon), Dunkerque Libérée, SILIC, Lille, 1954, 201 p.
  • 2 BLANCKAERT (Serge), Le siège le plus long (septembre 1944-mai 1945), Blanckaert Frères Éd, 1977,128 (...)
  • 3 COLLECTIF, Dunkerque. Acteurs et témoins de la Libération, Bulletin MEMOR, Ville de Dunkerque, mai (...)
  • 4 MARANT (Marius), « La libération de Dunkerque, le 9 mai 1945, vue par le sous-préfet », Bulletin de (...)

8Certes, les érudits locaux ont assuré le relais mais il fallut attendre 1954 et la publication de Dunkerque Libérée1 pour voir cette page, sinon analysée, du moins décrite, à l’appui d’une première livraison de témoignages recueillis et utilisés par les auteurs. Depuis, les travaux pertinents du journaliste dunkerquois Serge Blanckaert2 ont approfondi notre connaissance du déroulement de ce siège. D’autre part, les anciens combattants, ceux du front de Dunkerque, la plupart issus de la Résistance et ayant contracté un engagement dans l’armée française « pour la durée de la guerre », ont eux aussi apporté leur pierre, contribuant à entretenir la mémoire de ces événements que la Reconstruction et les Trente Glorieuses estompaient au fil du temps. De même, corrélativement, les cérémonies patriotiques, principalement celles organisées lors des anniversaires décennaux, ainsi que leur environnement culturel initié par la municipalité de Dunkerque, ont permis l’expression associative, notamment celle de MEMOR (Mémoire de l’Occupation et de la Résistance en Zone interdite)3, facilitant le témoignage public de certains acteurs4.

9Force est de constater aussi, non sans satisfaction, que la recherche a progressé. Avec le temps, les langues se sont déliées, apportant un regard dépassant les clichés patriotiques et les sempiternels discours honorifiques ; des documents privés sont réapparus, journaux, correspondances, notes, essentiellement rédigés pendant les événements ou immédiatement après par des civils, qu’ils soient simples citoyens, élus, responsables administratifs ou encore membres du clergé ; mieux encore, certains descendants des acteurs de cette époque se sont découverts, à l’heure de la retraite, une vocation d’historien et se sont attachés, souvent avec talent et succès, à reconstituer le parcours et le vécu de leurs parents. Enfin, le hasard a voulu que certains documents, sauvés in extremis par des particuliers éclairés, parviennent aux chercheurs.

  • 5 DEJONGHE (Étienne), LAURENT (Daniel), Libération du Nord et du Pas-de-Calais, Hachette, 1974, 300 p (...)
  • 6 ODDONE (Patrick), BATAILLE (Guy), MACAIGNE (Dominique), Le Journal du vice-amiral Friedrich Frisius (...)

10Le corpus proposé au lecteur dans la présente livraison est issu de ce fonds documentaire patiemment constitué au cours de la dernière décennie. La sélection opérée donne une place prédominante aux témoignages et récits des acteurs civils mais notre choix s’est également porté sur divers rapports militaires nécessaires à la compréhension technique du siège car notre connaissance des opérations des armées alliées sur le front de Dunkerque est restée très générale, seuls les temps forts ayant été développés dans la plupart des publications5 d’approche régionale, au détriment de l’évocation des contraintes supportées par les forces assiégeantes. Une telle base documentaire assure ainsi une nécessaire complémentarité et permet une lecture croisée avec le Journal du vice-amiral Friedrich Frisius6 dont la publication a produit l’analyse de l’attitude jusqu’au-boutiste des forces allemandes.

11Ces récits du quotidien, d’intensité inégale, juxtaposés à diverses sources plus officielles, se recoupant parfois ou se chevauchant sur un plan chronologique, composent au bout du compte une mosaïque éclairante. Ils permettent de revisiter cette période de quelques mois qui condamna Dunkerque et son agglomération à vivre des situations complexes toujours soumises à questionnement.

12Cette moisson de témoignages permet de sérier les interrogations, apporte réponses ou précisions et offre notamment une nouvelle approche des diverses phases des évacuations de la population civile, des préparatifs du siège, du contexte de l’isolement de la place, des relations occupants-occupés et du gardiennage par les Alliés de cette forteresse devenue irréductible par choix politico-militaire. Mais ce pan de mémoire, préservé, voire restauré, n’est lisible qu’à la lumière d’une chaîne d’événements qui ont forgé ce destin de Dunkerque, condamnant ce territoire à jouer de bien amères prolongations.

Une attente à haut risque

13Pour la compréhension des événements dunkerquois, il faut se reporter à l’année 1943 quand l’étau se resserre sur l’Europe occupée, oppressée dans la main allemande. Les U-Boote ont perdu la bataille de l’Atlantique et si la guerre sous-marine ne cesse pas pour autant, les initiatives techniques et tactiques des Alliés sont parvenues à empêcher la coupure du cordon ombilical entre la Grande-Bretagne et l’Amérique. Pour Hitler qui n’a jamais saisi l’importance de la maîtrise des mers, cette défaite est aussi sévère que celle essuyée quelques mois plus tôt en Tunisie.

2. L’entrée du port de Dunkerque dont l’accès est interdit à la population civile depuis les premiers jours de l’Occupation.

2. L’entrée du port de Dunkerque dont l’accès est interdit à la population civile depuis les premiers jours de l’Occupation.

Collection particulière

14Les réalités d’une guerre sur deux fronts commencent à peser sur le haut commandement allemand car, à la tournure prise par les événements à l’Ouest, s’ajoutent les déboires enregistrés sur le front Est. Après la chute de Stalingrad, les Allemands ont gaspillé leurs panzers dans l’opération Citadelle et leur puissance offensive sur le front russe est brisée à jamais. De plus, en mai 1943, un pas décisif est franchi dans le bombardement stratégique de l’Allemagne avec le premier raid américain sur un objectif industriel.

  • 7 MAJDALANY (Fred), La Forteresse Europe ou la faillite de Hitler, 1941-1944, Le Cercle du Nouveau Li (...)

15Le 10 juillet, les Alliés débarquent en Sicile et, quinze jours plus tard, Hambourg, la deuxième ville d’Allemagne, est réduite en cendres par l’une des opérations de bombardement les plus dévastatrices de la guerre. Enfin, début septembre, débute la campagne d’Italie mais les Allemands parviennent à stabiliser le front sur la ligne de Cassino. Des brèches sont désormais ouvertes dans la « Forteresse Europe »7. La roue tourne et les pertes allemandes sur le front de l’Est s’élèvent déjà à quelque trois millions de morts, de blessés ou de disparus.

  • 8 Ibid.

16Le moment est venu pour Hitler de faire le point de sa stratégie et de la réviser. Le 3 novembre 1943, il signe sa directive no 51 qui ouvre une nouvelle phase dans la conduite de la guerre. Ses soucis relatifs à l’Est et au Sud s’estompent devant la terrible appréhension que suscite le front de l’Ouest : le Führer a de nouveau le regard fixé sur la Manche. « À l’Est, écrit-il, l’immensité du territoire nous permet de perdre du terrain, même en grande quantité, sans qu’un coup mortel soit porté au système nerveux de l’Allemagne. À l’Ouest, c’est très différent ! ». Il redoute l’ouverture d’une brèche dans les défenses allemandes dont « les conséquences seraient imprévisibles », avant de poursuivre : « Je ne puis prendre plus longtemps la responsabilité d’un affaiblissement du front Ouest en faveur d’autres combats. J’ai donc décidé de renforcer les défenses, particulièrement à l’endroit où le bombardement à longue portée de l’Angleterre va commencer. Car c’est ici que l’ennemi doit attaquer et attaquera nécessairement et c’est ici – à moins que toutes les indications soient trompeuses – que la bataille contre les forces du débarquement sera livrée »8. Hitler abat sa dernière carte, misant sur les armes secrètes de haute technologie, le FSG 76 (bombe volante V1) et le missile balistique A4 (V2) qui ne sont pas encore au point. Des ouvrages colossaux sont, à cet effet, en construction dans le Pas-de-Calais, à Éperlecques et à Wizernes, et pris pour cible par les bombardiers alliés, sur les renseignements fournis par la Résistance locale et la confirmation apportée par les missions photographiques aériennes.

  • 9 Ober Kommando der Wehrmacht : Haut commandement des forces armées dont le siège est situé au QG d’A (...)

17Le renforcement des défenses est confié au feld-maréchal Rommel nommé inspecteur du Mur de l’Atlantique mais dont les fonctions empiètent, dans un premier temps, sur les responsabilités du commandant en chef Ouest, le feld-maréchal von Rundstedt. Le 31 décembre 1943, ce problème est résolu : Rommel reçoit le commandement du groupe d’armées B, transformé en commandement de combat, couvrant le secteur du littoral allant de la Hollande à l’embouchure de la Loire et comprenant le commandement des Pays-Bas, la XVe Armée (général Hans von Salmuth) de la Scheldt à la Seine et la VIIe Armée (général Friedrich Dollman) de la Seine à la Loire. Cet ordre de l’OKW9 confirme également von Rundstedt dans son poste de commandant en chef Ouest. Mais une profonde divergence de vues sépare les deux maréchaux quant au rôle du Mur de l’Atlantique. Rommel considère qu’il faut briser l’invasion, considérée désormais comme inéluctable, sur les plages et ne pas céder un pouce de terrain, tandis que von Rundstedt estime que la contre-attaque allemande doit se situer au moment où les Alliés auront pris pied sur la côte, avant qu’ils n’aient le temps de s’y établir, d’où la nécessité de disposer d’une forte réserve blindée à l’intérieur des terres qui serait dirigée vers la zone des combats.

  • 10 DELMAIRE (Danièle), Les « camps de juifs » dans le Boulonnais (1942-1944), Actes de la table ronde (...)

18La stratégie de Rommel s’appuie sur son expérience en Afrique du Nord : il se souvient de la paralysie de ses Panzers quand les Anglais ont acquis la maîtrise du ciel à Alam Halfa et de l’efficacité démontrée des champs de mines qui ont freiné les chars de Montgomery à El-Alamein. Il mobilise donc toute l’énergie de ses troupes, de ses ingénieurs ainsi que l’organisation Todt et ses camps de travailleurs forcés utilisant, comme c’est le cas dans le Boulonnais10, une main-d’œuvre de déportés juifs, de prisonniers russes, de droits communs extraits des prisons françaises ou belges, d’hommes requis et de volontaires rémunérés, pour travailler sans relâche à la construction et au renforcement des protections défensives du Mur. Progressivement, toutes les plages sont hérissées d’innombrables obstacles antipersonnels, antibateaux, antichars et criblées de pièges explosifs. Une deuxième ligne de défense est constituée de champs de mines dont une première ceinture couvre le littoral sur un kilomètre de profondeur, sans compter la pose systématique de pieux sur les étendues découvertes susceptibles d’être utilisées comme zone d’atterrissage par les planeurs alliés. Mais à la mi-mai 1944, ce plan défensif, aussi ingénieux soit-il, est loin d’être achevé, malgré le recours au système D et aux réquisitions de main-d’œuvre, le retard incombant principalement à la bureaucratie militaire allemande.

« L’élévation au grade de forteresse »

  • 11 Cité par MAJDALANY (Fred), op. cit.
  • 12 Reddition des forteresses de Cherbourg (27 juin 1944), Saint-Malo (17 août), Le Havre (13 septembre (...)

19À la fin de l’année 1943, Adolf Hitler, obsédé par les fortifications, décrète qu’un certain nombre de points stratégiques seront transformés en forteresses. Tous les grands ports du Nord et de l’Atlantique sont concernés afin qu’aucun d’entre eux ne puisse être utilisé par les Alliés pour le ravitaillement en matériel, en carburant et en munitions des troupes débarquées. Là aussi, les structures défensives doivent être renforcées d’autant que ces sites bénéficient déjà d’équipements majeurs : des bases sous-marines ou de vedettes, des stations radar et une concentration de batteries côtières et antiaériennes. Von Rundstedt se charge donc, selon l’expression en vigueur, « d’élever au grade de forteresse » les places fortes que lui désigne Hitler, soit onze au total sur le littoral français : Dunkerque, Calais, Boulogne-sur-Mer, Le Havre, Cherbourg, Saint-Malo, Brest, Lorient, Saint-Nazaire, La Rochelle et l’embouchure de la Gironde doublement gardée par Royan et la Pointe de Grave ; les îles anglo-normandes et l’île de Ré reçoivent le même statut. Cette mesure ne fait cependant pas l’unanimité au sein du commandement supérieur de la Wehrmacht, plutôt sceptique, comme en témoigne cette opinion du général Blumentritt, chef d’état-major du commandement Ouest : « Rundstedt savait, lui, que l’ennemi ne serait assez fou pour attaquer de front les forteresses [...] qu’il serait infiniment plus aisé pour lui de débarquer à quelque distance sur la côte et de prendre le fort par derrière »11. L’Histoire lui donnera partiellement raison : six forteresses vont capituler, entre la fin juin et septembre 1944, à l’issue de sièges et souvent de durs combats12 tandis que les autres résisteront jusqu’à l’extrême limite, démontrant l’efficacité du système.

20Les forteresses ne sont réellement instituées qu’à partir de février 1944. Elles ne deviennent en fait véritablement opérationnelles qu’après la nomination, par Hitler en personne, de leurs commandants, lesquels doivent, par serment au Führer, jurer de les tenir jusqu’au bout et jusqu’au dernier homme, dans la perspective d’une ultime et bien utopique contre-offensive. En théorie, il est prévu que les petites forteresses reçoivent une division ; les grandes, susceptibles d’être plus exposées, étant pourvues de deux divisions, mais les carences en effectifs contraignent von Rundstedt à ne leur assigner qu’un ou deux bataillons de défense côtière. D’autre part, Hitler avait initialement envisagé de nommer un colonel à la tête de chaque forteresse, à seule fin d’éviter une dualité de pouvoir avec le général de division déjà en charge de la place mais, sous la pression de son état-major, il est amené à désigner des généraux dans les secteurs les plus menacés, tout en cloisonnant les prérogatives de chacun. La structure du commandement terrestre est ainsi alourdie, sans compter que von Rundstedt n’a autorité ni sur la flotte, ni sur la Luftwaffe, ni sur l’artillerie de marine !

  • 13 CHAZETTE (Alain), « 1944-1945. Les redditions des poches allemandes sur les côtes françaises », 39- (...)

21La région du Nord-Pas-de-Calais, considérée par l’OKW comme étant la zone retenue par les Alliés pour débarquer, est dotée de trois forteresses. En février 1944, le colonel Hugo Ewringmann, professeur à l’École de guerre de Postdam, est nommé Festungskommandant (commandant de forteresse) de Dunkerque. À Boulogne-sur-Mer, le poste n’est pourvu qu’au printemps et confié au général de division Wilhem Kunze. Enfin, à Calais, port non équipé de base de vedettes, la forteresse n’est pas activée – elle ne le sera que le 4 septembre 1944 – et la place reste sous la responsabilité de l’officier commandant le secteur, le lieutenant-colonel Hans Roediger13. Ainsi, en « zone rattachée », le dispositif des forteresses n’est mis en œuvre que progressivement, en fonction de l’intérêt stratégique des places et de certaines rivalités de pouvoir interarmes nécessitant des accommodements, mais Rommel veille à ce que leur système défensif en profondeur soit rapidement engagé.

L’isolement de la place

22L’institution des forteresses implique un certain nombre de mesures techniques destinées à assurer leur protection, là où elles sont le plus fragile sur un plan défensif. Sans attendre la nomination des commandants, Rommel ordonne, le 27 janvier 1944, l’inondation des basses terres littorales de la région Nord-Pas-de-Calais : la manœuvre des vannes commence dans les secteurs des Moëres, du marais de Saint-Omer et dans les vallées de la Canche et de l’Authie et se poursuit dans le triangle Guines, Saint-Omer, Gravelines. Au sud de Dunkerque, l’inondation est ainsi tendue dans la zone des wateringues comprise entre le canal de Bourbourg et celui de la Haute Colme. Le 12 avril, débutent, à Gravelines, les premiers essais d’inondation à l’eau de mer et dès l’annonce du débarquement des Alliés en Normandie, l’autorité allemande procède à l’ouverture des portes d’écluses à pleine mer et à chaque marée. L’eau, qu’elle soit douce, saumâtre ou purement de mer, monte progressivement dans l’immédiat arrière-pays du secteur côtier et, à la fin du mois de juin, elle a envahi 14 000 hectares dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, soit une superficie correspondant à seulement 60 % du plan prévu mais largement suffisante pour assurer l’isolement de la zone littorale.

3. Epais mur de béton érigé par l’occupant à Malo-les-Bains, à l’extrémité de l’avenue de la Mer, pour interdire tout accès à la digue et à la plage et servir d’ultime rempart dans l’hypothèse d’un débarquement allié.

3. Epais mur de béton érigé par l’occupant à Malo-les-Bains, à l’extrémité de l’avenue de la Mer, pour interdire tout accès à la digue et à la plage et servir d’ultime rempart dans l’hypothèse d’un débarquement allié.

Collection particulière

  • 14 Archives départementales du Nord. 1 W.

23Le rapport spécifique adressé, à la mi-juin, par le sous-préfet de Dunkerque au préfet du Nord14, dresse le bilan de la progression des inondations et des conséquences sur l’agriculture. Dans le canton de Dunkerque Est, Coudekerque est la commune la plus touchée : 700 hectares de terres labourables, pâtures et exploitations, sont recouverts par les eaux. Dans les cantons de Dunkerque Ouest et de Gravelines, 1100 hectares sont inondés, y compris les champs précédemment minés par les Allemands. À la perte des récoltes s’ajoutent une diminution très sensible de la production laitière, la vente forcée d’une grande partie du cheptel et les difficultés pour la population de s’approvisionner en eau potable. Par contre, l’inondation de la campagne proche de Dunkerque n’a, selon le représentant de l’État, pas d’incidence majeure sur le ravitaillement officiel, seul le « marché noir » étant affecté.

24La mise en état de défense provoque également des évacuations successives de population, l’occupant désirant avoir le champ libre dans le périmètre de la forteresse. Déjà en février 1942, les Allemands avaient exigé des autorités administratives françaises la préparation d’un plan d’évacuation d’une bande de la zone côtière. Était alors principalement concernée par cette mesure la population des localités de Petit-Fort-Philippe et Grand-Fort-Philippe demeurant à proximité du chenal de Gravelines : l’opération, exécutée en avril et en mai, s’était achevée en juillet par la destruction des habitations. En mai 1942, les services de la sous-préfecture et ceux de la Kreiskommandantur quittent Dunkerque pour s’établir à Cassel.

  • 15 Ibid. Rapports du sous-préfet de Dunkerque.

25Au fil des mois, la population de l’agglomération s’est amenuisée. Sur les 100 000 habitants de 1939, le Ravitaillement général ne compte déjà plus que 70 000 rationnaires à l’été 1941 et les départs, qu’ils soient volontaires ou provoqués, vont aller en s’accentuant. En 1942, le Courrier de l’Air, bulletin lancé par les avions de la Royal Air Force, conseille aux habitants des zones côtières de s’éloigner du littoral et, après le raid de Dieppe du 19 août 1942, l’occupant alourdit encore les restrictions de circulation pour les civils. Le régime d’occupation devient alors de plus en plus pesant. En février et mars 1943, l’arrondissement de Dunkerque enregistre un afflux de troupes en provenance du front de l’Est et l’armée allemande réquisitionne à tout va de nombreux immeubles, locaux scolaires voire bâtiments hospitaliers pour satisfaire le cantonnement. De son côté, le sous-préfet de Dunkerque s’attache, dans le cadre d’instructions ministérielles, à encourager le départ de la zone côtière de la population scolaire enfantine – soit 10 000 enfants – mais les familles se montrent très réticentes et le placement familial donne peu de résultats. Fin juin 1943, le représentant de l’État décide la fermeture de toutes les écoles et garderies de l’agglomération et annule la prochaine rentrée scolaire sur le littoral15. Cette décision sera rapportée car, si ces mesures fortement incitatives facilitent le départ d’enfants en colonie, dans le sud du département, en Côte-d’Or et en Haute-Savoie, la prolongation de leur séjour n’est pas du goût des familles qui expriment de nombreuses récriminations sur la qualité de l’accueil et finissent par obtenir le retour de leur progéniture, ceci malgré une nette dégradation des conditions de vie locales et les risques encourus suite à la recrudescence de l’activité aérienne. En effet, dès juin 1943, les Alliés commencent à pilonner la région, prenant pour cibles les nœuds de communication, les trains militaires, les ouvrages en construction et les rampes préparées pour les V1, les terrains d’aviation et les défenses côtières de Dunkerque. Enfin, l’institution du Service du Travail Obligatoire, en février 1943, et la crainte des rafles opérées brutalement par les Allemands pour satisfaire leurs besoins croissants de main-d’œuvre, entraînent le départ de plusieurs centaines de jeunes réfractaires qui, pour la plupart, entrent en clandestinité. L’évolution des chiffres de population de la seule ville de Dunkerque est suffisamment éloquente pour illustrer la déperdition : 31 000 habitants avant-guerre, 12 000 en octobre 1940, sachant que 3 000 sinistrés ont trouvé refuge à Rosendaël, 9 000 fin 1942, et 8 700 en septembre 1943.

26Dès janvier 1944, le préfet du Nord, Fernand Carles, est sommé, par l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille, de préparer une évacuation massive des populations du littoral, officiellement pour des raisons de sécurité. En fait, pour se mettre en conformité avec les impératifs militaires que nécessite une place pouvant faire l’objet d’un siège, l’occupant exige le départ de toutes les « bouches inutiles », soit plus de 40 000 habitants. Il n’autorise le maintien sur place que des salariés qu’il emploie directement ou qui travaillent pour des entreprises sous contrat avec l’armée allemande, et les personnels nécessaires au bon fonctionnement des activités administratives, économiques, sanitaires et sociales. Les conjoints de ces personnes peuvent demeurer dans le périmètre de la forteresse ainsi que leurs enfants, sous réserve qu’ils n’aient pas atteint l’âge de la scolarité. Ce déplacement de population s’effectue de la mi-février à la fin mars 1944. Ceux qui sont désormais contraints d’affronter la difficile condition de réfugiés ont le choix entre quitter leur domicile par leurs propres moyens pour aller s’établir en Flandre intérieure où les possibilités de logement commencent à se restreindre, ou emprunter les trains spéciaux affrétés par l’administration française pour rejoindre les départements d’accueil, principalement l’Aube et la Côte d’Or. Une partie de cette diaspora retrouve aussi diverses colonies déjà constituées, notamment à Lille, à Lambersart ou encore dans l’Avesnois. Dans le même temps, institutions et administrations dunkerquoises se replient en Flandre : la Chambre de commerce, l’Enregistrement, les Douanes, le tribunal correctionnel. Le collège Jean-Bart s’installe à Le Cateau et l’institution Notre-Dame des Dunes à Mecquignies. Le journal collaborationniste Le Nord Maritime émigre à Lille pour être imprimé, à partir du 12 mars, sur les presses du Grand Écho du Nord. L’agglomération dunkerquoise se vide progressivement de sa substance et près de 25 000 civils vivent encore dans la « poche ».

  • 16 Affiche apposée à Dunkerque, en date du 30 juin 1944, signée par le sous-préfet André Portal et le (...)

27Le 15 mars 1944, le colonel Hugo Ewringmann est remplacé à la tête de la forteresse par le colonel Christian Wittstatt, commandant d’une division de forteresse sur l’île de Crète, qui ne prend son commandement à Dunkerque que le 20 juin 1944. Dix jours plus tard, celui-ci décrète une évacuation totale qui doit être effective le 6 juillet au soir. En fait, une demi-mesure car, si « personne ne sera autorisé à résider ou à circuler dans les limites de la forteresse à l’exception des services de surveillance, de police, de défense passive et sanitaire » entre 9 heures du soir et 6 heures du matin, « certaines activités administratives, sociales et économiques seront autorisées par les autorités allemandes »16 entre 6 heures et 21 heures. Les impératifs de main-d’œuvre imposent ce compromis. Mais cette injonction est loin d’être suivie d’effet : si une minorité de civils se décide à plier bagages, trouvant encore à se réfugier dans les villages de la Flandre proche, la majorité considère que l’Occupation arrive à son terme. Les Dunkerquois qui suivent jour après jour, par l’écoute de la BBC, l’évolution des événements militaires, savent que les Alliés n’ont pas été rejetés des plages de Normandie et misent déjà sur une proche libération. Ils se terrent, porte close, se gardant bien d’obtempérer aux rappels réitérés émanant des patrouilles de la Wehrmacht.

Août 1944 : attente et espoir

28Pendant les cinquante jours qui suivent le débarquement, les Alliés piétinent et les combats font rage dans le bocage normand. Mais, ayant la maîtrise du ciel, ils tiennent bon. Pour les Dunkerquois, c’est l’attente et le temps s’écoule lentement. Tout le monde s’accorde désormais à penser que la fin de la guerre est proche. La région n’est pas épargnée par de nouveaux bombardements qui, après ceux de l’opération Fortitude visant à faire croire à un assaut sur le littoral du Pas-de-Calais, sont destinés, cette fois-ci, à cloisonner la Normandie et à empêcher l’arrivée de renforts allemands sur ce front. Les rotations des bombardiers alliés s’effectuent « around the clock », les Américains de jour, les Britanniques de nuit, et les raids s’intensifient pour neutraliser les rampes de lancement des V1 qui, depuis le 13 juin sont propulsés vers l’Angleterre. L’agglomération dunkerquoise qui n’est pas équipée d’infrastructures pour ces armes nouvelles, n’est pas alors une cible prioritaire pour l’aviation alliée.

29La population de la zone côtière est confiante : elle ne croit plus à un second débarquement sur les côtes du Nord-Pas-de-Calais et se félicite de cette tournure des événements. C’est le soulagement. L’attentat contre Hitler est perçu comme un signe avant-coureur de la défaite allemande, de même la progression des troupes soviétiques sur le front de l’Est. Les Dunkerquois qui, dans leur immense majorité, ont durant le conflit toujours porté un regard affectif vers l’Angleterre, ont déjà pratiquement oublié Vichy et sa propagande.

  • 17 Rapports bimensuels du sous-préfet de Dunkerque au préfet du Nord (périodes du 15 au 29 juillet et (...)

30La plupart des réseaux de résistance locaux ont été démantelés, dès la fin de 1942 et au cours de l’année 1943, par les redoutables services de l’Abwehr renforcés par des auxiliaires français, et l’opinion témoigne une sympathie croissante à ceux qui sont entrés en clandestinité, y compris les communistes, désormais considérés comme des patriotes à part entière. Elle se montre par contre réservée sur un certain nombre de coups de main de la Résistance, assimilés à du banditisme et pourtant opérés dans le but de satisfaire des besoins purement alimentaires17.

4. Vue partielle des destructions systématiques opérées en septembre 1944 au port de Dunkerque par les artificiers de la Kriegsmarine.

4. Vue partielle des destructions systématiques opérées en septembre 1944 au port de Dunkerque par les artificiers de la Kriegsmarine.

Collection particulière

31Sur le plan de la vie quotidienne, les privations sont acceptées avec d’autant plus de résignation que l’heure de la délivrance semble approcher. La garnison de la forteresse ne compte alors, à la mi-août 1944, guère plus que 3 000 hommes dont un fort contingent d’éléments de la Kriegsmarine en charge du port et des défenses côtières.

32Dans la deuxième quinzaine du mois d’août, la situation militaire commence à se débloquer en Normandie. Le 16, les Canadiens prennent Falaise et trois jours plus tard, la nasse est enfin fermée mais les blindés allemands sont parvenus à s’échapper et la course-poursuite est engagée. Les Alliés sont maintenant libres de faire mouvement. La 1re armée canadienne est lancée le long de la côte vers le Nord de la France ; la 2e armée britannique se dirige vers Lisieux et le sud de Rouen tandis que les 1re et 3e armées américaines avancent respectivement vers l’aval et l’amont de la Seine, des deux côtés de Paris.

33Les Allemands qui ont perdu 500 000 hommes dans la bataille de Normandie refluent à marche forcée, bien décidés cependant à tenir les ports du littoral Nord dont les garnisons sont confortées. Ainsi, la 226 ID, division d’infanterie commandée par le général Wolfgang von Kluge, reçoit l’ordre de s’établir à Dunkerque. Cette division, formée le 26 juin 1944 en Allemagne, organisée avec trois régiments d’infanterie à deux bataillons chacun et un régiment d’artillerie à trois groupes, avait reçu pour mission de s’établir le long de la Seine. Elle a suivi en désordre le repli général qui l’a conduit sur la côte, d’abord à Calais où elle a laissé une partie de l’un de ses régiments, puis finalement à Dunkerque où elle fixe, à partir du 24 août, l’essentiel de ses forces. Constituée tardivement avec des éléments épars, cette unité ne regroupe pas des forces d’élite. Elle est pourtant désignée pour se retrancher et tenir jusqu’au bout la forteresse. Le périmètre de cette « poche » s’étend de Bray-Dunes à l’ancien canal de Mardyck et s’appuie initialement en profondeur sur la ville fortifiée de Bergues : désigné dans les documents officiels allemands sous le terme de Festunkern (réduit), il correspond sensiblement au territoire défendu en 1940 par les troupes françaises, avec l’énergie du désespoir, pour assurer le succès de l’opération Dynamo. Bref, un « 40 à l’envers » comme le constate, avec satisfaction et ironie dissimulée, la population des Flandres qui, à travers la fente des volets clos, observe le passage des convois hétéroclites de l’armée allemande en retraite.

Septembre 1944 : la désillusion

  • 18 Affiche en date du 31 août 1944, signée par Hilaire Vanmairis, adjoint, faisant fonction de maire d (...)

34Les troupes alliées se rapprochent, leur progression est même spectaculaire, et l’occupant accentue la pression sur les autorités civiles. La Wehrmacht, chargée de tenir Dunkerque, s’attend à une sévère offensive, commence à constituer des îlots de défense et planifie l’évacuation des civils devenus encombrants : elle redoute à la fois une pénurie de vivres et des actes « terroristes ». Estimant que le nombre d’habitants demeurant encore dans l’agglomération reste beaucoup trop élevé pour ses besoins propres, elle ordonne l’évacuation d’un premier contingent de 8 000 personnes au-delà de la Colme18. Cette mesure entraîne quelques départs qu’il faut considérer comme symboliques. Pour la population civile, l’attente est de règle.

35Les documents d’origine civile ne manquent pas sur cette période d’incertitude car de nombreux Dunkerquois ont consigné par écrit leur vécu de ces journées, apportant ainsi à la connaissance historique leur vision, forcément sectorisée et sélective, des événements. Pour ce mois de septembre, deux témoignages ont ainsi été retenus pour figurer dans cette présente livraison, ceux de Paul Brisswalter et d’Hilaire Vanmairis qui fournissent des regards et des approches, certes différents de par les fonctions qu’ils occupent, mais très complémentaires.

  • 19 Paul Brisswalter (1900-1984) a épousé Marthe Morte le 24 avril 1925. Trois enfants sont nés de cett (...)
  • 20 Cette correspondance, à l’exception de quelques pièces disparues, et ces notes journalières ont été (...)

36Paul Brisswalter est un Dunkerquois d’adoption. Il s’est établi avec sa famille19 à Coudekerque-Branche, en 1934, pour prendre la direction de la centrale électrique construite par la société Alsthom pour l’usine Lesieur. Le 1er juin 1944, son épouse a rejoint leurs deux enfants, Guy et Bernard qui, en juillet 1943, ont été placés dans la famille proche, à Belfort et à Urcerey. Contraint au célibat, Paul Brisswalter écrit pratiquement chaque jour20 à son épouse, à compter du 3 juin 1944. Quand l’acheminement du courrier n’est plus assuré, à partir du 23 août, il tient alors un cahier-journal où il consigne, sous forme épistolaire, les moindres événements de sa vie quotidienne.

  • 21 MERCIER (Gilbert), DENISE (Jean), Cappelle-la-Grande, histoire, vie et traditions populaires, Westh (...)

37Fleuron de l’industrie agroalimentaire de l’agglomération dunkerquoise depuis 1910, l’usine Lesieur n’a pas trop souffert des combats de 1940 mais l’interruption du trafic des graines d’arachides en provenance du Sénégal a conduit ses dirigeants à délocaliser la production et à construire une nouvelle huilerie sur le port de Dakar dont l’encadrement est en partie assuré par du personnel dunkerquois. Au début de l’Occupation, elle fabrique encore de l’huile d’œillette, de colza ou de lin mais, en 1943, les Allemands procèdent à un pillage économique en règle par un démontage systématique du matériel qu’ils expédient vers l’est de l’Europe. Seule l’activité de l’unité de savonnerie se poursuit tant bien que mal jusqu’en 194421. Sa centrale électrique, alimentée au charbon, demeure par contre opérationnelle et intéresse au plus haut point l’occupant pour pallier les coupures de courant affectant le réseau public et satisfaire ses besoins au sein de l’agglomération : le personnel est requis d’où la présence de Paul Brisswalter à son poste de travail.

38Ce récit, remarquable par sa précision, consacre de longs développements aux préoccupations de subsistance devenues majeures en ces temps d’extrême pénurie. Pour compenser un ravitaillement non pas défaillant mais déficient, les jardins familiaux suppléent les carences, de même les poulaillers et clapiers dont la gestion quasi scientifique permet la constitution d’un réservoir alimentaire d’une importance capitale. Le temps des épreuves génère aussi des recettes culinaires particulièrement ingénieuses voire sophistiquées, décrites par le menu mais qu’il nous a fallu abréger pour équilibrer les thématiques du témoignage. Toujours est-il que fin août-début septembre, l’auteur demeure encore optimiste sur le déroulement des événements militaires et s’attache à constituer, grâce aux procédés de conservation en usage à l’époque, des stocks de vivres dans la perspective d’un prochain regroupement familial.

39Bien que le regard de Paul Brisswalter ne s’étende que sur une micro-zone géographique, couvrant seulement une partie de la commune de Coudekerque-Branche et l’environnement de l’usine Lesieur, son analyse de l’état d’esprit des populations civiles se révèle particulièrement pertinente, de même celle relative aux intentions de l’ennemi. En effet, il pressent très tôt l’enfermement et les intentions jusqu’au-boutistes des Allemands, au simple vu de leurs préparatifs visant à fortifier la nouvelle « poche ». Dans la plupart des communes de l’agglomération, l’ennemi procède à des destructions d’îlots d’habitations : il s’attend à des combats de rue et fait place nette en certains points stratégiques commandant des voies de communication pour positionner ses pièces d’artillerie et ses nids de mitrailleuses. Il creuse aussi des fossés antichars. À Coudekerque-Branche, les premiers dynamitages sont opérés le 28 août. Le récit de Paul Brisswalter mentionne l’écho des explosions : celles qui affectent les installations portuaires, soumises à dure épreuve pour empêcher leur éventuelle utilisation par les Alliés, certains édifices susceptibles de servir de repère à l’artillerie alliée, ainsi que le village de Grande-Synthe, anéanti dans la nuit du 15 au 16 septembre. Dès le 8 septembre, l’auteur estime que l’état de siège est « complet ». Depuis la veille, Bergues est assiégée par les troupes canadiennes qui ne tardent pas à encercler l’agglomération, commençant par libérer Bourbourg et Gravelines.

5. La retraite allemande photographiée clandestinement à Bourbourg dans les premiers jours de septembre 1944.

5. La retraite allemande photographiée clandestinement à Bourbourg dans les premiers jours de septembre 1944.

Collection particulière

  • 22 Pour inciter la garnison allemande de Dunkerque à la reddition, l’aviation alliée largue, le 13 sep (...)

40L’éphéméride laissée par notre témoin révèle un haut degré d’information des populations sur l’évolution de la situation militaire. Dans les premiers jours de septembre, les maires de l’agglomération ont restitué aux habitants les postes de TSF confisqués par l’occupant en avril 1944 et entreposés dans les hôtels de ville. Ceux qui n’en possèdent pas ont recours, à l’instar de Paul Brisswalter, au poste à galène, très discret pour l’écoute de la BBC. L’auteur peut ainsi suivre, à partir des nouvelles officielles, la progression des Alliés, à la fois dans l’est de la France où réside sa famille, réfugiée dans la région de Belfort, et sur le littoral nord. Il arrive aussi que la rumeur vienne remonter le moral des habitants, à l’instar de ce parachutage de commandos alliés venus renforcer la Résistance dans la région de Saint-Omer. Mais si l’annonce de la libération de villes renforce les espérances, d’autres nouvelles entendues sèment l’inquiétude, telles ces milliers de tonnes de bombes déversées sur Le Havre22, Boulogne-sur-Mer et Calais : la crainte d’un bombardement massif augmente de jour en jour, d’autant que cette menace, intégrée de longue date dans les prévisions allemandes, sert de prétexte à l’occupant pour précipiter les évacuations.

  • 23 « Rapport relatif aux événements qui se sont déroulés du 3 au 28 septembre 1944 », dressé par Paul (...)

41La centrale électrique de l’usine Lesieur fonctionne sans interruption, sur ordre de l’occupant, avec du personnel requis, du 3 septembre, date de la coupure du courant dans la région, au 22 septembre. Les quatre jours suivants, son activité dépendra des interventions de l’aviation alliée. Sa production est absorbée à 90 % par la population civile, enfermée chez elle, volets clos : la stabilité de la charge indiquait en effet que la nature du courant utilisé par les usagers était purement destinée à l’éclairage. Le personnel aurait pu, sans difficultés majeures en cette période de grande confusion, se soustraire à la réquisition mais, croyant à une libération imminente, il préféra poursuivre l’exploitation, craignant surtout une destruction de l’entreprise après une visite de repérage opérée par le Génie allemand pour le positionnement de charges explosives. Mais le site de la centrale, position avancée vers Bergues devient aussi un camp retranché au sein de la forteresse : une compagnie allemande y prend position, entreprend des travaux de défense et s’isole par destruction des ponts. La troupe expulse des habitants et se livre au pillage. Les bateliers du canal de Bourbourg sont priés de vider les lieux et leurs péniches sont coulées. L’aviation de bombardement ne fait son apparition que le 13 septembre mais ne s’intéresse dans un premier temps qu’aux batteries de la DCA allemande. Seuls quelques duels d’artillerie caractérisent alors les opérations du siège. Le 22 septembre, par contre, la centrale essuie un violent bombardement aérien occasionnant d’importants dégâts et provoquant son arrêt temporaire. Les Alliés récidivent cinq jours plus tard, mettant cette fois-ci un terme à toute production électrique23. Le 28 septembre, Paul Brisswalter rejoint les lignes alliées en empruntant le sentier traversant le champ de betteraves de la ferme Wemaere à Armbouts-Cappel : il a parfaitement saisi que Dunkerque n’intéresse plus les Alliés.

  • 24 Hilaire Vanmairis (1885-1951), chef de service aux Chargeurs Réunis, conseiller municipal de Rosend (...)
  • 25 Paul Machy (1887-1945), directeur d’école en retraite, socialiste, élu maire de Rosendaël en 1935, (...)

42Sur l’activité de la Résistance et les évacuations de la population civile, également évoquées dans l’éphéméride analysée précédemment, nous nous reporterons au témoignage laissé par Hilaire Vanmairis24 faisant fonction de maire de Rosendaël à cette époque. Le successeur de Paul Machy25 expose de façon très concise les relations tendues qu’il entretient avec l’autorité allemande. Il a pour interlocuteurs des officiers de la 226e division d’infanterie, une unité qui a souffert des embuscades de la Résistance lors de son repli vers Dunkerque et dont le commandement annonce son intention de réprimer de façon impitoyable tout acte dit « terroriste ». La Wehrmacht a d’ailleurs reçu des ordres très stricts sur ce point.

  • 26 Edouard Dewulf (1906-1990), est depuis 1942 membre du réseau OCM (Organisation civile et militaire) (...)
  • 27 La Résistance locale fait état de 220 soldats allemands capturés dans le secteur.
  • 28 DEWULF (Édouard), « Résistants et combats de la poche de Dunkerque », Dunkerque, acteurs et témoins (...)

43Très affaiblie par les démantèlements successifs opérés par l’Abwehr, le contre-espionnage allemand qui a recruté des supplétifs français pour infiltrer les réseaux, la Résistance relève la tête et commence à se réorganiser. Le 24 août, Edouard Dewulf26 (OCM-Voix du Nord) est nommé responsable de la coordination des activités de tous les groupes de résistance du secteur de Dunkerque quelle que soit leur appartenance. Parfaitement conscient de la nervosité croissante des résistants, jeunes pour la plupart, il donne des consignes impératives aux chefs de groupes et leur recommande de ne pas sous-estimer les réactions d’un occupant certes en déroute mais très aguerri. Il leur enjoint notamment d’éviter les accrochages avec des formations ennemies importantes, de ne s’attaquer qu’à des isolés en dehors des agglomérations pour récupérer leurs armes et les constituer prisonniers27 en vue de les remettre aux Alliés, et de perturber la débâcle allemande en piégeant les routes et en modifiant la signalisation routière28. L’armement fait cruellement défaut, les plaines des Flandres ne se prêtent guerre aux embuscades et l’inexpérience des résistants risque d’engendrer des catastrophes.

  • 29 Ce drame de la Résistance a fait l’objet de deux études sérieuses : MORITZ-BART (Laurentine), « L’é (...)
  • 30 DEWULF, op. cit.
  • 31 Cette voie fut dénommée rue des Fusillés, après la guerre, et devint rue des Résistants après la fu (...)
  • 32 L’identité de ce blessé n’a jamais pu être établie.

44Paul Brisswalter et Hilaire Vanmairis relatent le drame qui s’est noué le 4 septembre à Rosendaël, et s’est soldé, deux jours plus tard, par la tragédie du Fort des Dunes29. L’affaire qui met en relief les faiblesses de la Résistance comporte toujours certaines zones d’ombre à peine estompées dans la version officielle de l’événement30. En ce début septembre donc, plus précisément le lendemain même de la libération de Lille, parfaitement connue, les jeunes résistants éparpillés dans Rosendaël rongent leur frein. Un petit groupe s’est abrité dans la cave d’une habitation de la rue des Sables31, non loin du stade Léonard-Danel, ayant apparemment reçu pour consigne d’attendre la nuit afin de s’emparer de quelques armes sur quelques soldats isolés. Mais l’un de ses membres, le Bray-Dunois Henri Gadeyne, âgé de 19 ans, ne peut contenir son impatience et décide, de son propre chef, de passer à l’action. En fin de matinée, il quitte seul son refuge et agresse un sous-officier de l’infanterie de marine qui circule à bicyclette sur le boulevard de la République, en direction de la batterie de Zuydcoote, son casernement. Ce militaire avait été repéré par le groupe, en raison de ses habitudes dans un café proche où ses libations étaient réputées copieuses. La proie semblait facile mais l’attentat échoue. Les conditions de l’agression n’ont jamais pu être clairement établies. Le jeune Gadeyne aurait tenté de faire usage de son arme qui se serait enrayée. Le résistant décide alors de rejoindre ses camarades, sans se douter qu’il est observé par sa victime. L’échec de ce coup de main ne tarde pas à être porté, par d’autres résistants, à la connaissance d’Yvon Miron, un cadre FFI qui s’étonne de cette initiative et rejoint le groupe pour obtenir des éclaircissements. Mais à 13 h 30, tout le quartier est cerné par un impressionnant déploiement de troupes. Un ennemi particulièrement bien renseigné qui procède au bouclage du secteur et commence par arrêter l’un des résistants, Elisée Williaert, parti déjeuner dans sa famille. L’assaut ne laisse aucune chance aux FFI. Une grenade, lancée dans la cave de l’habitation par le soupirail, blesse grièvement l’un des jeunes32. Seul Yvon Miron échappe à l’arrestation, dans des conditions qui n’ont jamais pu être élucidées. Selon Edouard Dewulf, « voix officielle » de la résistance, il aurait fui par les jardins, réussissant à franchir les barrages sur présentation de son laissez-passer de la Croix-Rouge, mais l’intéressé, questionné après la guerre, affirme avoir quitté le refuge avant l’assaut.

  • 33 Son corps ne sera retrouvé qu’après la libération de Dunkerque, le 20 août 1945, sur des indication (...)
  • 34 Leurs dépouilles seront exhumées le 30 juillet 1945 et leurs funérailles célébrées le 6 août, à Ros (...)

45Les trois Rosendaëliens (Elisée Williaert, Robert Vangheluwe, Georges Claeyman), les deux Leffrinckouckois réfugiés à Rosendaël depuis mars 1944 (Roger Reynaert et son père Marcel venu apporter le déjeuner de son fils) et les trois Bray-Dunois (Daniel Decroos, Vincent Dewaele, Henri Gadeyne), sont d’abord conduits pour interrogatoire à la Standorstkommandantur de Malo-les-Bains où ils passent la nuit. Le lendemain, 5 septembre, ils sont traduits devant un tribunal de guerre siégeant à Dunkerque, au Palais de Justice, condamnés à mort, puis transférés à la Batterie de Zuydcoote. Dans la nuit, Daniel Decroos est abattu par des sentinelles alors qu’il tente de s’évader. Son corps est enterré sur place, dans les dunes33. Le 6 septembre au matin, les 7 autres résistants sont emmenés au Fort des Dunes, tout proche, pour être fusillés. À 9 h 15, ils sont passés par les armes, à l’exception du blessé qui aurait été assassiné par piqûre. Leurs corps sont ensuite enterrés sur le lieu de l’exécution34, recouverts de chaux et le mur contre lequel ils ont été fusillés est dynamité.

  • 35 Ce fut notamment le cas à Zegerscappel, le 5 septembre 1944, où 10 résistants rassemblés dans la fe (...)

46La population de Rosendaël est informée de cette tragédie par une affiche, signée du colonel Wittstatt, commandant de la forteresse, qui révèle l’identité des martyrs et menace de peine capitale quiconque porterait désormais atteinte aux troupes d’occupation. Si ce drame rosendaëlien n’est pas isolé, car lors des événements de la libération du Nord, de nombreux résistants ont payé un prix exorbitant pour un engagement prématuré35, notons cependant qu’il intervient au moment où le commandement allemand de Dunkerque se retrouve confronté à une dualité de pouvoir. En effet, à cette date, le colonel Wittstatt nourrit encore l’espoir de demeurer commandant de la forteresse, poste auquel il a été nommé par Hitler en mars 1944, ceci malgré l’arrivée d’officiers plus haut gradés tels le général von Kluge, commandant la 226e division et le contre-amiral Friedrich Frisius, commandant maritime du Pas-de-Calais, replié à Dunkerque le 3 septembre. Dans ce contexte et pour conforter son autorité, Wittstatt se doit d’appliquer avec la plus grande rigueur les ordres émanant du haut commandement de la Wehrmacht et imposant une impitoyable répression des menées de la Résistance.

47Très préoccupés par la masse des civils qui s’obstinent toujours à demeurer sur place, les officiers de la Wehrmacht, commandant dans pratiquement chaque commune une Orstkommandantur, exercent une pression de plus en plus forte sur les autorités municipales françaises pour précipiter la sortie de ces « bouches inutiles » dont la présence est incompatible avec l’état de siège. À Rosendaël où la Résistance vient de se manifester, une sanction se superpose aux ordres d’évacuation : dix otages répondent sur leur vie du départ de tous les hommes de 15 ans à 60 ans qui doivent avoir quitté la commune pour le 10 septembre à midi. Le lendemain, Hilaire Vanmairis, maire, peut faire état de l’évacuation de 700 hommes et obtenir ainsi la libération des otages.

  • 36 HULLEU (Dr), DURIEZ (Jean-Louis), « La Croix-Rouge française à Dunkerque de juin à octobre 1944 », (...)

48La Croix-Rouge française de Dunkerque, dont les équipes communales se dévouèrent sans compter durant un mois, signale dans son rapport36 que la plupart des réfugiés, craignant des mitraillages sur les routes, limitèrent leurs déplacements et se fixèrent temporairement, en lisière de la zone inondée, dans les communes proches de Téteghem, Uxem et Coudekerque qui seront d’ailleurs copieusement arrosées par l’artillerie alliée. À la mi-septembre 1944, près de 20 000 civils demeurent encore dans le périmètre de la forteresse tandis que les combats font rage dans le secteur Est.

49Dans Dunkerque, le contre-amiral Frisius n’a pas encore pris le pouvoir. Il négocie avec Berlin le départ du général von Kluge et la Wehrmacht est toujours aux commandes, envoyant des émissaires civils français pour négocier, avec les Canadiens, des évacuations partielles de la population civile. C’est ainsi qu’Hilaire Vanmairis reçoit, le 14 septembre, l’ordre de franchir les lignes pour aller négocier avec les Alliés l’évacuation de la population de… Bergues, cité incluse dans le périmètre de la forteresse et toujours aux mains des Allemands. Sceptiques et méfiants, les Canadiens répondent par une demande de reddition sans conditions : les civils ne sont pas pour l’instant leur préoccupation. Néanmoins, dans son périple, Vanmairis établit le contact avec les nouvelles autorités administratives françaises et, à son retour, peut parler en leur nom à ses administrés et aux maires de la « poche ». Autre initiative allemande, celle prise par le commandant de Saint-Pol-sur-Mer qui dépêche en territoire libéré le percepteur communal, Edouard Garein, faisant fonction de secrétaire de mairie, pour négocier un passage des civils qui serait facilité par les militaires allemands : les départs s’effectuent par le pont de Petite-Synthe et à travers le champ de betteraves de la ferme Wemaere.

6. Les unités françaises combattent aux côtés des Tchèques sur le front de Dunkerque.

6. Les unités françaises combattent aux côtés des Tchèques sur le front de Dunkerque.

Un hebdomadaire, édité par le service de presse de l’état-major de la 1re Région militaire, leur rend hommage le 18 janvier 1945.

Collection particulière

50Dans la nuit du 18 au 19 septembre, le général von Kluge et son chef d’état-major quittent Dunkerque à bord d’une vedette rapide. Le 22, le contre-amiral Frisius est nommé officiellement commandant de la forteresse et entame une partie de bras de fer avec le haut commandement de la Wehrmacht pour obtenir les pleins pouvoirs sur toutes les forces armées de la forteresse et surtout le commandement direct de la 226e division. Frisius, le marin, porte un jugement méprisant sur les officiers de l’armée de terre, mettant en doute leurs compétences et leur reprochant une mauvaise gestion des civils. S’il est convaincu que ces derniers poseront, à très court terme, d’insurmontables problèmes en matière de ravitaillement, il sait aussi que leur présence peut retarder un bombardement massif attendu et redouté. C’est la raison pour laquelle, dès le 20 septembre, l’autorité allemande s’abstient de toute intimidation et ne donne plus aucun ordre d’évacuation. Frisius qui veut gagner du temps, attend en fait que la Croix-Rouge se manifeste.

  • 37 ODDONE (Patrick)... Op. cit.
  • 38 Marius Marant (1912-1997), secrétaire en chef de la sous-préfecture de Dunkerque (mai 1941), résist (...)

51Il faut considérer qu’environ 6 500 habitants quittèrent la « poche » dans le courant du mois de septembre. Il en reste encore près de 18 000 quand intervient la trêve négociée sous l’égide de la Croix-Rouge, prenant effet le 3 octobre à 18 h 00 pour se terminer le 6 octobre à 6 h 00 mais qui sera prolongée de 4 heures, en raison de l’effondrement d’un pont emprunté par les réfugiés. Frisius n’intervient personnellement dans les négociations que pour assurer le départ de militaires allemands grièvement blessés. Il refuse tout échange de prisonniers, considérant qu’il ne récupérerait que des déserteurs. Par ailleurs, dans son Journal37, il vitupère contre la Wehrmacht qui a laissé les évacués partir à bord de divers véhicules, voitures et attelages, autant de matériel que l’armée allemande ne pourra utiliser. En Flandre libérée, l’administration française, représentée par le nouveau sous-préfet, Marius Marant38, et les Alliés ont géré dans d’excellentes conditions cette évacuation qui a permis à 17 522 civils de quitter la forteresse. Pour diverses raisons, liées à la présence de personnes âgées au sein de la cellule familiale ou plus prosaïquement à un attachement à leurs biens, quelques centaines d’irréductibles ont refusé la liberté qui leur était offerte. Ce ne sont pas des collaborateurs.

  • 39 Paul Verley (1893-1967), agent maritime, ancien combattant de 14-18, membre du comité de guerre ins (...)

52Le 5 octobre, Hilaire Vanmairis réussit encore à négocier la libération de l’abbé Vanhems, accusé d’espionnage, puis franchit les lignes après le départ de ses administrés. Son homologue Paul Verley39, maire de Dunkerque, fait de même. Place aux opérations militaires. Frisius a déjà donné le ton. Les Alliés vont apprendre à le connaître.

Les opérations militaires

  • 40 Sur le site du ministère de la Défense nationale canadien :
    http://www.forces.gc.ca/hr/dhh/history_a (...)
  • 41 STACEY (Charles. Perry), A Date with History : Memoirs of a Canadian Historian, Toronto, Deneau, 19 (...)
  • 42 STACEY (Charles. Perry), Histoire officielle de l’armée canadienne. Tome 3, La campagne de la victo (...)

53Peu consultés par les historiens « généralistes » et rarement cités en référence quand ils furent utilisés, les Rapports du Quartier général militaire canadien. 1940-1948, déclassifiés, pour la plupart disponibles à ce jour en version électronique40 mais en langue anglaise seulement, constituent une source irremplaçable, notamment pour l’étude des opérations militaires ayant conduit à la libération du secteur côtier du Nord-Pas-de-Calais. Ces documents, rédigés sous forme de notes de synthèse à partir des rapports des unités engagées, sont issus de la démarche initiée par le Haut commandement des forces armées canadiennes qui, durant la Seconde Guerre mondiale, nomma, au sein de sa marine royale, de son armée de terre et de son aviation, des officiers historiens chargés de rassembler toutes les données destinées à constituer la base de l’Histoire officielle de l’armée canadienne. C’est ainsi que le 11 octobre 1940, la major – plus tard colonel – Charles Perry Stacey fut nommé à ce poste au Quartier général canadien à Londres, recevant du chef de l’État-major général, le lieutenant-général H.D.G. Crerar, la mission consistant « à amasser et préparer des documents que pourraient utiliser plus tard l’historien officiel et à garder trace de documents historiques qui disparaîtraient autrement ou qui ne seraient pas disponibles »41. Certes, le caractère « officiel » de ces Rapports qui, ultérieurement, serviront de base pour la rédaction d’une Histoire elle-même officielle42, nécessite qu’ils soient passés au crible de la recherche scientifique. Cependant, ils ne peuvent être pris en défaut, tant ils sont précis, sur le mouvement et l’engagement des régiments concernés, de même sur les aspects techniques de la guerre. Ainsi, les choix opérés par les Alliés concernant Dunkerque sont parfaitement mis en lumière, de façon didactique, ne serait-ce que par la restitution d’une chronologie détaillée des événements dont l’enchaînement assure la compréhension des décisions prises et de la stratégie mise en œuvre.

7. De gauche à droite : le général de division Deligne, commandant la 1re Région militaire, le sous-préfet Marius Marant, nommé à la tête de l’arrondissement de Dunkerque à la Libération, et le résistant OCM-Voix du Nord Edouard Dewulf, photographiés à l’issue d’une cérémonie patriotique en 1945.

7. De gauche à droite : le général de division Deligne, commandant la 1re Région militaire, le sous-préfet Marius Marant, nommé à la tête de l’arrondissement de Dunkerque à la Libération, et le résistant OCM-Voix du Nord Edouard Dewulf, photographiés à l’issue d’une cérémonie patriotique en 1945.

Collection particulière

Dunkerque « masqué »

  • 43 Date de la libération de Falaise par les Canadiens.

54L’encerclement de la VIIe armée allemande dans la poche de Falaise (Calvados), à la limite du bocage normand, assure une victoire potentiellement acquise et, après l’éclatement de la « tête de pont de l’Orne », le 21e Groupe d’Armées britannique, conduit par le général Montgomery, peut, à partir du 17 août43, orienter son regard vers le Pays de Caux, la Picardie, les départements du nord de la France, la Belgique et l’estuaire de l’Escaut, soit autant de territoires où sont implantées les rampes mobiles de V1, dirigés sur Londres depuis la mi-juin. Cette formation est composée de la 2e armée britannique et de la 1re armée canadienne, ainsi désignée administrativement par diplomatie envers le gouvernement canadien mais composée d’unités belges, hollandaises, françaises, écossaises, canadiennes et polonaises.

  • 44 MARCHAND (Gérard), Le régiment de Maisonneuve vers la victoire, 1944-1945, Les Presses Libres, Otta (...)

55Sur l’Orne, les unités canadiennes ont particulièrement souffert comme en témoignent, pour ne citer que cet exemple, les pertes enregistrées par le régiment francophone de Maisonneuve44 que nous retrouverons devant Bourbourg : 100 tués et 394 blessés du 19 juillet au 14 août.

  • 45 L’évolution des choix stratégiques du commandement allié est fort bien explicitée dans l’ouvrage de (...)

56Maintenant, les Allemands ne cherchent plus à gagner du terrain mais à gagner du temps pour battre en retraite. Les Alliés partent à la poursuite d’un ennemi désemparé mais de sérieux problèmes de logistique commencent à peser sur les opérations. De plus, une fois la Seine franchie, les plans de progression ne sont plus aussi clairement établis et une controverse surgit entre Montgomery et Eisenhower sur la conduite des opérations. Le premier estime que la guerre peut être gagnée en 1944, sous réserve que son groupe d’armées dispose de l’essentiel des approvisionnements pour effectuer, avec la 1re armée américaine mise sous ses ordres, une percée décisive vers la Ruhr et le nord de l’Allemagne. Le second hésite à s’engager dans cette aventure, préférant s’en tenir à la stratégie prévue et avancer sur un large front. D’autre part, les Américains ne souhaitent pas laisser aux seuls Britanniques le bénéfice de la victoire, sans compter que les relations entre le général Bradley, commandant le 12e Groupe d’Armées, et Montgomery sont plutôt tendues, les deux hommes ne s’appréciant guère. Eisenhower ne tarde pas à trancher, sans pour autant que s’apaise le malaise apparu au sein du commandement allié, et décide que la progression se fera conjointement sur deux axes : vers le nord-est pour une entrée en Allemagne par le Rhin inférieur et vers l’est (par Verdun et Metz) pour une jonction avec les armées remontant la vallée du Rhône45.

  • 46 CAUDRON (André), La Libération. Nord-Pas-de-Calais-Belgique, Nord Éclair, La Nuée Bleue, 1994, 186  (...)

57Le 31 août, les Alliés se mettent en mouvement en direction de la frontière belge, traversant la région du Nord-Pas-de-Calais en diagonale. Les Canadiens du général Crerar remontent le long de la côte, libèrent Montreuil-sur-Mer (4/09) et prennent position autour des poches de résistance. Le 11 septembre, ils sont en Belgique, à Bruges. Les Polonais de la 1re division blindée du général Maczek suivent l’axe Abbeville (31/08), Hesdin, Saint-Omer (5/09) et se dirigent vers Ypres (6/09). La 2e armée britannique du général Dempsey, déployée en éventail, libère Amiens (31/08), Arras (1/09), Douai (1/09), Lens (2/09), Lille (3/09), Béthune (4/09), pénètre en Belgique par Tournai (2/09), atteint Bruxelles (3/09) et Anvers (4/09). Enfin, dans le même élan, le 12e Groupe d’Armées du général Bradley (1re armée américaine du général Hodges et 3e du général Patton) libère Péronne (1/09), Cambrai (2/09), Valenciennes (2/09), Avesnes-sur-Helpe (2/09) et Mons (2/09). Au soir du 5 septembre, la libération des départements du Nord et du Pas-de-Calais est acquise46. Seules subsistent aux mains de l’ennemi les poches fortifiées de Boulogne-sur-Mer et de Calais, les batteries du Gris-Nez, déjà encerclées et la région de Dunkerque qui n’est pas encore investie.

58Fort de cette progression éclair, Montgomery, promu maréchal le 31 août tandis qu’Eisenhower reprenait le commandement direct des forces alliées dans le nord-ouest de l’Europe, revendique de nouveau que la priorité soit donnée en matière d’approvisionnements à son groupe d’armées pour lui permettre une percée en profondeur vers Berlin. Il considère alors que la libération des ports, imminente selon lui, résoudra tous les problèmes de ravitaillement du front, toujours assuré par Arromanches et Cherbourg. Loin d’être de cet avis, Eisenhower refuse toute modification de la stratégie : il préfère jouer la carte de la sécurité en maintenant la poussée sur un front déployé, d’autant que la progression des Alliés dépend désormais de la répartition de l’essence. Chaque armée n’avance plus qu’au détriment d’une autre et, faute de carburant, il a fallu arrêter la 3e armée du général Patton sur la Meuse.

  • 47 Le port de Boulogne-sur-Mer peut être partiellement remis en service le 12 octobre 1944.

59Le 9 septembre, Montgomery donne au général Crerar, commandant la 1re armée canadienne l’ordre de prendre Le Havre, Boulogne, Dunkerque et Calais « à peu près selon cet ordre d’importance ». La prise de la forteresse du Havre, confiée au 1er Corps d’armée britannique du général Crocker, est en cours, depuis le 3 septembre, mais le camp retranché ne cède que le 12 après des bombardements massifs. Force est de constater que les Alliés ont sous-estimé la résistance des ports, au vu d’ailleurs de photographies aériennes qui ne révélaient pas d’activités notables. Or les effectifs des garnisons allemandes y sont importants, de même leur armement, et leur commandement, lié au statut de forteresse, rejette d’emblée toute capitulation. Les combats s’annoncent donc sévères. Boulogne qui a la préférence de Montgomery, est défendue par 10 000 hommes, Calais 8 000 et il faudra des opérations spécifiques, respectivement dénommées Wellhit (17-22 septembre) et Undergo (25 septembre-1er octobre) pour obtenir leur reddition et s’apercevoir que leurs infrastructures portuaires ne sont pas immédiatement utilisables47. Quant au cap Gris-Nez, ses puissantes batteries ne seront réduites au silence que le 29 septembre.

60Les éléments avancés de la 1re armée canadienne pénètrent en Flandre maritime le 6 septembre et opèrent un grignotage des positions allemandes, s’emparant, souvent après de durs combats, de plusieurs places autour de la « poche » de Dunkerque en grande partie isolée par les inondations. Hondschoote est libérée le 7, Gravelines et Bourbourg le 8, Loon-Plage le 9. Ils se heurtent à une forte résistance à Bergues et à Spycker. Dans le même temps, des unités entrent en Belgique, libèrent Furnes, La Panne, parviennent à dégager le secteur côtier de Nieuport puis se retournent le 14 septembre vers Bray-Dunes qu’ils occupent seulement en partie et vers Ghyvelde, pris le 15. Le lendemain, les Allemands évacuent Bergues, non sans avoir piégé le beffroi et des habitations, et mettent en échec les Canadiens à Coudekerque où ils conservent la position du fort Vallière. L’agglomération est nettoyée en périphérie.

61Mais le temps joue contre Montgomery qui, obsédé par le passage du Rhin, a impérativement besoin d’un port. Le 13 septembre, il mise tout sur Anvers ne faisant pas partie de ses plans jusqu’alors. En fait, la prise du port d’Anvers, dont les docks sont intacts grâce à la Résistance belge, n’a réglé aucun problème logistique : il est engoncé au fond d’un estuaire et ses portes d’entrée constituées par l’île de Walcheren et la presqu’île du Sud-Beveland au nord, et le canal Léopold jusqu’à Breskens au sud, sont verrouillées par 2 divisions allemandes de la XVe armée, protégées par de puissantes batteries côtières. La côte n’ayant pu être nettoyée dans la foulée, Montgomery prépare l’opération d’Arnhem (17-25 septembre) qui sera un échec, les bouches de l’Escaut n’étant dégagées que le 9 novembre après la reddition de la « poche » de Breskens (2/10) et la fin des combats dans l’île de Walcheren. Le chenal d’Anvers doit encore être débarrassé de ses 267 mines et le port n’est accessible aux cargos alliés que le 26 novembre !

  • 48 Instruction de Montgomery en date du 14 septembre 1944, renouvelée et confirmée le 27 septembre.

62Le 14 septembre, mission est donc donnée à la 1re armée canadienne de monter sur Anvers pour en ouvrir la porte sud. « Dunkerque doit être abandonné pour un règlement ultérieur »48 : son sort est scellé.

Forces en présence et combats sur le « front oublié »

63Après avoir tergiversé et même songé un instant à suspendre les opérations sur Calais, pratiquement résolu à se contenter de la prise de Boulogne, Montgomery décide donc de reporter sine die le règlement de Dunkerque désormais contenu, pour reprendre la terminologie militaire.

64L’assaut n’étant plus à l’ordre du jour, les Canadiens tentent, dans un premier temps mais sans trop y croire, d’obtenir une reddition par l’arme psychologique : des tracts sont répandus par l’aviation au-dessus de la forteresse pour inciter la garnison à déposer les armes et à se rendre, sous la menace d’un bombardement massif. Peine perdue. De même la démarche autoritaire de l’ultimatum, symboliquement employée par le général Foulkes avant son départ pour la Belgique.

  • 49 Statistiques établies par les Britanniques après la capitulation de Dunkerque.

65De toute évidence aussi, les Alliés souffrent d’un déficit sur le plan du renseignement : en ce domaine, la Résistance française est sinon déficiente, du moins nettement moins performante que son homologue belge et ce phénomène s’explique tant par les démantèlements successifs des réseaux opérés par l’Abwehr, notamment sur le littoral, que par les restrictions de circulation imposées au sein de la forteresse par l’occupant à la population civile, voire les expulsions. Par ailleurs, les Canadiens se montrent excessivement méfiants à l’égard des informations communiquées par des civils qui ont tant rechigné à l’idée de quitter Dunkerque ou qui sont envoyés en émissaires par les Allemands – c’est le cas d’Hilaire Vanmairis – et n’accordent que peu de crédit aux dires des éléments juvéniles de la Résistance, qui plus est quand ceux-ci affichent leur appartenance communiste. Les Canadiens possèdent donc une connaissance assez imprécise des forces qui leur sont opposées. Certes, ils savent que 12 000 hommes, soit l’effectif d’une division allemande, sont retranchés dans Dunkerque, la plupart du temps réfugiés dans des abris fortifiés, mais ils n’ont que peu d’informations sur la valeur de ces troupes dont seule la moitié est vraiment opérationnelle. Ils estiment à 170 pièces le potentiel ennemi en artillerie mais en réalité, les assiégés disposent de 174 canons de DCA, 57 canons légers ou moyens, 28 canons lourds et 95 canons antichars49. Plus grave, ils ignorent pratiquement tout du commandement allemand car l’interrogatoire des prisonniers ne leur livre que des informations fragmentaires difficiles à recouper. Ils n’arrivent pas à établir le lien de parenté exact entre le général Wolfgang von Kluge et le maréchal Gunther von Kluge, son frère, le commandant du front de l’Ouest qui s’est suicidé le 18 août. Enfin, ils mettent plusieurs semaines avant d’identifier son successeur, le contre-amiral Frisius.

66Très vite aussi, les Canadiens s’aperçoivent que leur équipement et leur matériel ne conviennent pas à des combats de siège. Leur artillerie antiaérienne lourde doit être adaptée à un usage terrestre et ils ne disposent pas, dans un premier temps, d’obus à percussion pour un éclatement lors de l’impact au sol. De plus, les conditions météorologiques leur sont défavorables : avec les pluies de l’automne, les soldats et le matériel pataugent dans la boue des Flandres et cette situation fait resurgir dans les mémoires les récits des « anciens » de 14-18. Heureusement, les cantonnements progressivement aménagés sont confortables.

  • 50 « Telegram saved 19,000 from allied bombs – Dunkirk disclosure », article paru dans l’édition du Da (...)

67Les Alliés ont-ils envisagé un bombardement massif de Dunkerque dont l’approche militaire, en termes d’options, est différente de celles du Havre, de Boulogne et de Calais ? Le doute subsiste dès lors que l’assaut n’était pas programmé. D’autant que les Rapports canadiens n’en font nullement état. Alors que penser de cette intervention, souvent citée, d’Odette Micheli, déléguée de la Croix-Rouge helvétique, auprès du général Eisenhower pour suspendre une opération de pilonnage imminente, et ainsi préserver les 18 000 civils toujours enfermés dans la « poche » ? Si cette démarche n’est pas une légende puisqu’elle fut confirmée par le général Redman50 qui à l’époque servit d’intermédiaire, force est de constater qu’elle se situe postérieurement à la décision prise par les Alliés de repousser la prise de Dunkerque. Cependant, l’aviation est bien intervenue dans les premiers jours du siège, antérieurement à la trêve, comme le rapportent les témoignages des civils, notamment le 22 septembre et de façon soutenue, mais principalement avec des appareils légers équipés de roquettes cherchant à atteindre les positions de l’artillerie ennemie.

  • 51 Alois Liska (1895-1977), ancien combattant de la Grande Guerre, fait prisonnier sur le front russe (...)

68À partir du 16 septembre, commence la relève des unités canadiennes sur le front de Dunkerque mais le retrait de la 2e division d’infanterie ne met pas fin à la présence canadienne dans les opérations du siège. Le 30 septembre, un régiment d’artillerie antiaérienne lourde, le 2nd Canadian Heavy Anti-Aircraft Regiment, fait mouvement de Calais pour se fixer devant Dunkerque : il y restera jusqu’au début du mois de février 1945. Une semaine plus tard, des forces françaises prennent, elles aussi, position, sous le commandement du chef d’escadron Raoul Lehagre désigné par le général Deligne, commandant le 1re Région militaire : les troupes FFI sont regroupées en deux bataillons, l’un baptisé « Jean-Bart », composé de résistants locaux et placé sous le commandement d’Edouard Dewulf, l’autre dénommé « Dunkerque », confié au commandant Bienassis. Enfin, le 6 octobre, immédiatement après la trêve, la brigade blindée indépendante tchécoslovaque, commandée par le général de division Alois Liska51 vient relever la 154e brigade d’infanterie canadienne.

  • 52 ODDONE (Patrick)... Op. cit.

69Pendant ce temps, dans la forteresse, Frisius, jouant de ses relations, obtient de Berlin, le 22 septembre, les pleins pouvoirs, après avoir bataillé avec le commandement de la Wehrmacht. Après le départ du général von Kluge, le colonel Wittstatt, commandant en titre de la forteresse, lui est imposé comme chef d’état-major mais il saisit l’opportunité du décès du colonel Reisner, tué lors du bombardement du 22 septembre, pour prendre en direct le commandement de la 226e division d’infanterie. Immédiatement, Frisius, nommé vice-amiral le 30 septembre, restructure complètement la défense de la place, repositionne son artillerie et s’attache à la constitution de groupes de combats (Kampfgruppen). Car ses troupes ne sont pas aussi aguerries qu’on a bien voulu le dire, cette légende ayant été fabriquée pour justifier la durée du siège et le caractère irréductible de la « poche ». Certes les forces allemandes totalisent 12 000 hommes mais les effectifs combattants sont moindres et Frisius va mettre du temps à les former. En fait, 11 groupes de combat, composés chacun de 4 compagnies, sont positionnés sur le front des inondations et sur le littoral : un peu plus de 6 000, soit un potentiel équivalant numériquement aux forces alliées concentrées devant Dunkerque. Le Journal du vice-amiral Friedrich Frisius52 a déjà apporté un éclairage sur ce point : cette 226e division d’infanterie allemande est de médiocre qualité, composée d’éléments assez hétéroclites issus d’unités défaites sur le front de l’Est, comprenant aussi des Alsaciens et des recrues puisées dans la Volksliste 3, des Russes ne parlant même pas l’allemand, ces deux dernières catégories, considérées comme suspectes, étant d’ailleurs désarmées.

  • 53 BUGARD (Pierre), « Le fonctionnement du service sanitaire durant la campagne de Dunkerque », Bullet (...)
  • 54 Le 15 octobre 1944, les bataillons FFI « Dunkerque et Jean-Bart », intégrés à l’armée française par (...)
  • 55 Notamment : BOUQUEREL (Amédée), « Le rapport d’opérations du 1er bataillon du 67e RI (février-mai 1 (...)

70Les Rapports canadiens sont peu diserts sur les combats du siège, et pour cause car il y en eut peu. En compensation, ils se révèlent prolixes sur les conditions de vie des combattants, offrant une vision assez surréaliste de ces cantonnements de baraquements confortables, véritables villages posés sur la boue des Flandres, décrivant aussi l’environnement culturel strictement encadré. Quel contraste avec la situation matérielle et sanitaire des troupes FFI qui durent attendre le 1er janvier 1945 pour avoir accès aux « subsistances anglaises »53 ! Ce corpus n’a pas retenu de documents et de témoignages relatifs à l’activité des forces françaises54 présentes sur le front, essentiellement parce qu’ils ont déjà fait l’objet de publications55. Souvent utilisées par les Alliés, en particulier au début du siège, pour des missions de reconnaissance, en raison de leur bonne perception de la configuration du terrain, ces unités ont opéré ponctuellement, dans des conditions toujours difficiles mais se sont aussi morfondues sur ce front.

71L’essentiel des opérations du siège incombe à la Brigade blindée tchèque, mobilisée mais surtout immobilisée devant Dunkerque. La notice historique, rédigée « à chaud » et conservée aux Archives nationales du Canada, retrace assez bien le parcours de cette force étrangère dont une partie a combattu sur le sol français en 1940 avant de rejoindre l’Angleterre. Si les Britanniques utilisèrent sans réserve ses aviateurs et quelques éléments terrestres dans les combats d’Afrique du Nord, le gros des troupes fut surtout employé à la surveillance des côtes et des villes anglaises, avant de subir un laborieux entraînement en unité blindée et d’être remarquablement équipé de chars de type Cromwell. Mais la brigade n’est autorisée à débarquer à Arromanches que le 1er septembre 1944, soit près de trois mois après le Jour J. Elle commence alors par s’instruire des combats livrés quelques semaines plus tôt dans le secteur de Falaise. D’abord rattachée à la 51e division d’infanterie écossaise, elle passe sous l’autorité de la 1re armée canadienne avant d’être placée, le 27 novembre 1944, sous le commandement direct du 21e Groupe d’armées. À la fin de l’année 1944, elle reçoit en renfort des unités hâtivement constituées, composées de ressortissants tchécoslovaques enrôlés de force dans la Wehrmacht et faits prisonniers par les Britanniques et les Canadiens lors des batailles de Normandie, voire en Italie. Ainsi, pour les Anglo-Américains qui ne savent pas encore qui des Américains ou des Soviétiques libèreront la Tchécoslovaquie – car tout se jouera à Yalta en février 1945 –, le front de Dunkerque offre l’opportunité de fixer, pour ne pas dire geler, des forces pour le moment quelque peu embarrassantes mais qui pourraient être engagées à leur côté dans l’hypothèse d’un non-respect des engagements contractés par l’URSS. Précisons cependant qu’au début du mois d’avril 1945, tandis que le président Beneš, basé à Moscou depuis un mois après avoir fait le choix des Soviétiques, installe son gouvernement en Slovaquie orientale libérée, les Américains qui s’approchent alors de la frontière tchécoslovaque prélèvent sur le front de Dunkerque les unités tchèques d’artillerie antiaérienne et quelques détachements d’infanterie, utiles à leur progression mais dont la faiblesse numérique n’est pas de nature à contrarier la diplomatie.

  • 56 Sur un effectif de 4260 hommes, les pertes de la brigade blindée tchèque s’établissent à 167 tués, (...)

72Enfin, sur le strict plan des combats, les documents reproduits ci-après confirment que l’essentiel des affrontements se résume à des embuscades, des accrochages, des escarmouches et des échanges nourris de tirs d’artillerie, souvent meurtriers56. Les raids opérés par les Alliés sont toujours contenus par les forces assiégées et chaque adversaire, bien campé sur ses positions, se plie et s’adapte aux exigences d’une stratégie purement défensive.

73À l’instar des autres « poches » de l’Atlantique, Dunkerque ne représente plus d’enjeu militaire dans un conflit qui s’éloigne vers l’est de l’Europe, si ce n’est celui de retenir des forces ennemies toujours aussi nocives loin de l’Allemagne, et de rappeler aux populations qui ont retrouvé la liberté que le nazisme n’est pas encore éradiqué. C’est seulement à ce titre que Dunkerque dont le nom est gravé de façon indélébile dans la mémoire et le martyrologe de 1940, fait de nouveau figure de symbole.

Les civils de la « poche » et les témoignages des abbés Demulier et Delarroqua

  • 57 MARQUIS (Paul), 1884-1960. Ordonné prêtre en juillet 1910 au Grand séminaire de Saint-Saulve, vicai (...)

74La trêve intervenue début octobre 1944 a réglé la situation périlleuse des populations civiles de l’agglomération dunkerquoise mais, comme nous l’avons mentionné, près de 800 habitants n’ont pas saisi cette opportunité et continuent de partager le sort des troupes allemandes : des vieillards en résidence à la maison de retraite des Petites Sœurs des pauvres à Rosendaël ou des familles ayant négligé leur sécurité pour privilégier l’attachement à leurs modestes biens. Pour vaincre la réticence des Dunkerquois à quitter la « poche », le clergé local a décidé de donner l’exemple en se joignant, au côté des élus municipaux, au cortège des réfugiés, mais les autorités ecclésiastiques locales, en particulier Paul Marquis57, doyen de Saint-Martin à Dunkerque, ont souhaité la poursuite de l’exercice du culte dans ce réduit, demandant à l’abbé Delarroqua, curé de Sainte-Germaine à Coudekerque-Branche, de demeurer auprès de ces paroissiens « irréductibles », en compagnie de l’abbé Demulier, placé sous sa tutelle. En fait, le choix s’est naturellement porté sur des prêtres de la commune où le contingent de civils était numériquement le plus important. Et, pour le bonheur de la recherche historique, ces deux abbés ont laissé, sur ces mois d’enfermement, des écrits restés inédits.

L’abbé Demulier : un pacifiste encombrant

  • 58 CAUDRON (André), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine – Lille-Flandre, Édit (...)
  • 59 Le dossier individuel de l’abbé Henri Demulier est joint à celui de l’abbé Maurice PHALEMPIN qui lu (...)
  • 60 Les archives municipales de Coudekerque-Branche conservent un manuscrit de l’abbé Demulier, couvran (...)

75Atypique, insolite et passionnant personnage que cet abbé Demulier auquel André Caudron a consacré une substantielle biographie58 qui ouvre déjà bien des pistes de recherches. Par chance, son dossier individuel, miraculeusement épargné et remarquablement complet, conservé aux Archives diocésaines de Lille59, permet de retracer une carrière particulièrement mouvementée en raison de ses engagements et de sa bouillante personnalité. De plus, son Journal60, rédigé du 5 octobre 1944 au 9 mai 1945 et complété par diverses correspondances échangées après la guerre, vient aujourd’hui enrichir ces sources abondantes pour constituer la pièce maîtresse de ce corpus dédié aux chemins de la libération de Dunkerque.

  • 61 Archives départementales du Nord. 1 V 65 Demulier. Réponse du commissaire central de Tourcoing au p (...)

76Henri Demulier est né à Tourcoing, le 1er décembre 1876, dans une famille ouvrière du textile dont il est le fils unique. Son père est trieur de laines. Après des classes maternelles chez les Sœurs de la rue de Wailly (Sainte-Thérèse d’Avesnes), et des études primaires à l’école des Frères de la place Leverrier, il entre en 1888 au collège de Tourcoing, alors dirigé par Monseigneur Leblanc, puis est admis au Grand séminaire de Cambrai pour ses études de philosophie scolastique et de théologie. Sous-diacre en 1900, il reçoit, l’année suivante, l’ordination sacerdotale et est nommé vicaire à Clary, près de Cambrai. L’enquête de routine, conduite à la demande du préfet du Nord, fait alors dire au commissaire central de Tourcoing : « les antécédents de M. Demulier sont bons ; pendant son service militaire, il a obtenu les galons de soldat de 1re classe à la suite d’un acte de courage »61.

  • 62 En 1904, le pape Pie X confia à Mgr Gasparri la tâche de procéder à une œuvre législative de grande (...)

77Il rejoint ensuite l’agglomération lilloise pour être vicaire à Haubourdin (1903) et Wasquehal (1904) puis à Tourcoing. Mais sa santé est fragile : Henri Demulier souffre d’une affection chronique des bronches et décide de mettre temporairement un terme à ses fonctions. Il se retire alors à Rome où il retrouve Mgr Glorieux qui fut son professeur de rhétorique au collège de Tourcoing et Mgr Tiberghien, son professeur de sixième, et leur apporte son aide dans leur correspondance avec toute la presse catholique de langue française. Mais surtout il fréquente Mgr Della Chiesa, futur Benoît XV et Mgr Gasparri62, second aux affaires extraordinaires, qui exercent sur lui une influence déterminante. Il rencontre aussi à Rome Marc Sangnier avec lequel il se trouve de suite en profond désaccord. Inconditionnel de la papauté, Demulier, rallié aux thèses de Louis Veuillot et lui-même ultramontain, n’est pas un « abbé démocrate » : il méprise Sangnier et ses amis qu’il qualifie de « modernistes » ou de « libéraux », une tare à ses yeux.

  • 63 Archives diocésaines de Lille. Dossier Demulier. Correspondance 1914-1929. Lettre en date du 14-12- (...)
  • 64 Ibid. Lettre en date du 23 avril 1914.

78De retour dans le Nord en octobre 1907, il se retrouve vicaire à Hellemmes où il se signale par de nombreuses altercations avec l’abbé Six, titulaire de la cure. Deux ans plus tard, il est nommé curé à Robersart, près de Landrecies où, là aussi, son autoritarisme et son intransigeance ne sont guère acceptés de ses paroissiens. « Je répète que dans ma paroisse de Robersart, j’ai été l’objet d’une haine aveugle, écrit-il en 1922 à l’évêque de Lille, parce que je m’y suis attaqué à la stérilité volontaire des mariages »63. De nouveau souffrant, il rejoint Tourcoing en décembre 1911 puis décide d’aller se soigner au bon air de la Suisse, dans une maison ecclésiastique. Il est donc sans poste quand se crée, en octobre 1913, l’évêché de Lille auquel il est désormais rattaché. Mais en avril 1914, c’est à l’archevêque de Cambrai qu’il s’adresse pour solliciter une nouvelle affectation, faisant amende honorable : « Mes excès de sévérité et les abus de pouvoir dont je me suis rendu coupable feront place à une conception plus exacte du ministère sacerdotal. Je m’engage en outre à ne rien innover sans l’approbation de mes supérieurs. […] Je demande à votre Grandeur de me mettre à l’essai »64. La déclaration de guerre le surprend en Suisse. Il décide de rentrer aussitôt en France et séjourne durant deux mois dans le diocèse de Versailles.

  • 65 PHALEMPIN (Maurice). Op. Cit.

79Bien que réformé pour raison de santé, il demande à partir aux armées en qualité d’aumônier militaire et, dans l’attente de l’instruction de son dossier, le cardinal Amette le nomme vicaire à Bois-Colombes où, incorrigible, il ne peut s’empêcher de tenir des propos jugés subversifs, ne cessant de faire référence à l’exemple de Saint-Martin, patron des objecteurs de conscience. Excédé par son impertinence et son excentricité, son curé finit par le dénoncer aux autorités : il est arrêté par la gendarmerie puis conduit au commissariat de Courbevoie où il déclare qu’il ne se déshonorera pas à porter l’uniforme militaire65 ! Ses positions antimilitaristes exprimées dans un contexte d’union nationale ne sont guère de nature à favoriser son admission au sein des troupes combattantes. En est-il conscient ? Toujours est-il qu’il s’obstine à vouloir rejoindre le Nord occupé et qu’en mai 1915 il réussit à obtenir, en même temps que les prêtres belges rappelés par le cardinal Mercier, un passeport pour la Hollande l’autorisant à transiter par la Grande-Bretagne. Fin juin 1915, son périple le conduit au Havre où il s’embarque pour Southampton, gagne Londres puis Tilbury et débarque enfin à Flessingue le 8 juillet. Arrêté par les Allemands à la frontière belgo-hollandaise, il est expédié sur Liège, transite par Le Quesnoy et Trélon et, fin août, gagne Landrecies.

80À la mi-septembre 1915, en territoire occupé, il est délégué à la cure d’Eppe-Sauvage, près de Trélon, où il prêche la charité chrétienne devant une assistance de fidèles composée de civils français et de militaires allemands. Ses propos tenus en chaire – car il n’a pas le sens des nuances – sont probablement à l’origine de son arrestation, le 29 septembre, par l’armée d’occupation. Suspecté d’espionnage, traduit devant un conseil de guerre, il est acquitté de ce chef d’inculpation mais néanmoins condamné à un internement en Allemagne jusqu’à la fin des hostilités. Expédié à Cologne le 31 octobre, il est interné à Gütersloh (2 novembre) puis à Celle (fin septembre 1916). Le 31 octobre 1916, il est conduit au camp de représailles d’Havelberg (Brandebourg) et, en avril 1918, transféré à l’abbaye des Bénédictins de Beuron (Wurtemberg) pour être enfin nommé, par l’archevêque de Fribourg, aumônier au camp de prisonniers de guerre français d’Heuberg près de Stetten (Bade). Il met à profit sa captivité pour apprendre la langue allemande qu’il maîtrise désormais parfaitement. Certains de ses compagnons d’internement soupçonnent chez lui des sentiments germanophiles.

  • 66 Instituée par décret du 13 juillet 1917, cette médaille était destinée aux personnes et aux collect (...)

81Libéré après l’armistice, il séjourne d’abord à Lyon, puis brièvement à Annecy et trouve refuge à l’abbaye de Citeaux, en Côte d’Or, avant de regagner le Nord au printemps 1919. le maire d’Eppe-Sauvage, marqué par son arrestation, loue son patriotisme et intervient en sa faveur pour que lui soit décernée la médaille de la Reconnaissance française. Demulier est très fier de cette distinction civile66.

  • 67 Archives diocésaines de Lille. Demulier. Dossier correspondance 1914-1929. Lettre en date du 1er ju (...)

82Pour autant, l’évêché de Lille n’a pas oublié ses antécédents et hésite à lui confier une charge officielle. Dans l’attente d’une affectation qui puisse convenir à sa turbulente personnalité, il est hébergé, en théorie temporairement, à la Maison Saint-Louis de Cassel, une résidence pour prêtres âgés. On lui demande d’abord de s’expliquer sur la donation à l’Union des syndicats ouvriers de sa demeure familiale de Tourcoing, sise rue du Moulin. Ce geste a suscité certains remous au sein du patronat de la région lilloise et met dans l’embarras les autorités religieuses. Mais Demulier ne se laisse pas impressionner, rappelant non sans impertinence à son évêque que les syndicats ouvriers et le patronat viennent de conclure des accords pour assurer la prospérité industrielle, ajoutant : « Il me semble d’ailleurs naturel qu’on reconnaisse le droit à l’association à ceux dont on réclame le sang et la vie quand il s’agit de défendre la frontière »67.

83En février 1920, l’évêque de Lille consent à lui confier un nouveau poste et le nomme prêtre auxiliaire à Pérenchies, sans toutefois lui accorder le pouvoir de confesser. Quelques mois plus tard, il exerce des fonctions identiques à la paroisse Saint-Gérard de Wattrelos où il se fait remarquer par des prêches hostiles au traité de Versailles et des propos antimilitaristes qui offusquent les fidèles d’une région à peine remise d’une très dure occupation allemande. Les relations avec son curé s’enveniment inévitablement et on le prie de rejoindre, pour y méditer, un havre de paix qu’il connaît déjà, la Maison Saint-Louis de Cassel où il restera treize ans, se consacrant presque exclusivement à braver les interdits de l’évêché pour défendre passionnément un rapprochement entre la France et l’Allemagne, destiné à éviter un nouveau conflit armé entre les deux pays.

84Henri Demulier fonde sa démarche sur deux textes de référence. En premier lieu sur la lettre Amor ille singularis adressée, le 7 octobre 1919, par le pape Benoît XV à l’archevêque de Paris, invitant le clergé français à exiger la révision du traité de Versailles : une consigne pontificale à laquelle répond, en France, une conspiration du silence ; également sur l’encyclique Pacem Dei (23 mai 1920) qui traite de la restauration chrétienne de la paix. Il adhère aussi à l’initiative de Mgr Tiberghien qui crée à Rome la « Ligue eucharistique pour la paix sociale moyennant le retour de la société à Jésus-Christ », groupement qui milite pour l’entente des peuples dans l’esprit de Benoît XV et est à l’origine du « Dimanche eucharistique international ».

85En 1922, Demulier passe deux mois en Allemagne et en Autriche. Il assiste, en août, au Congrès démocratique international de Vienne où il se plaît à raconter une anecdote mettant en scène son ennemi juré, le président de la République, Raymond Poincaré qui, de retour de Russie, le 1er août 1914, aurait eu l’échange suivant avec le sénateur Trystram qui l’accueillait sur un quai du port de Dunkerque :

86Pensez-vous que la guerre pourra être évitée Monsieur le Président ?

87Ce serait grand dommage. Jamais nous ne retrouverions de conditions meilleures !

8. Diplôme conférant à l’abbé Henri Demulier la médaille de bronze de la Reconnaissance française.

8. Diplôme conférant à l’abbé Henri Demulier la médaille de bronze de la Reconnaissance française.

Collection particulière

  • 68 Ibid. Lettre en date du 7 décembre 1922.

88Dès son retour dans le Nord, l’abbé écrit au vicaire général du diocèse : « Il n’y a pas un Allemand ni un Autrichien qui ne soit pangermaniste. Ils veulent même les États-Unis d’Europe » et lui demande de suspendre toute démarche visant à lui obtenir un nouveau poste : « Maintenant, je suis très content à Cassel et désire y rester »68. Pas pour longtemps, car ses relations avec l’évêché se dégradent rapidement, de même celles entretenues avec le doyen de Cassel qui, sur ordre, lui interdit tout prêche. Ulcéré, déprimé, il envisage alors son entrée dans une communauté religieuse mais essuie plusieurs refus dont celui du Frère abbé de Citeaux. Il menace alors de chercher un emploi civil, ce qui lui est formellement défendu. C’est à cette époque qu’il gifle le vicaire général de l’évêché, ce qui ne lui sera jamais pardonné. L’évêque a pris sa décision : pas question de lui confier un ministère ni de le recommander à d’autres diocèses. Il est trop insupportable.

  • 69 Le premier numéro de cette publication, daté de juillet-août 1923, est tiré à 6 000 exemplaires. Le (...)
  • 70 En 1924, l’abbé Gantois est élu président de l’Union des cercles flamands de France.

89Mais Demulier ne renonce pas. Pour propager ses idées, il lance, en juillet 1923, une revue bimestrielle, La Correspondance catholique franco-allemande69 qui a immédiatement son pendant outre-Rhin, Le Courrier allemand. À la suite de cette initiative et en liaison avec la Ligue créée à Rome par Mgr Tiberghien, ne tardent pas à s’établir des relations entre étudiants de Berlin et de Rennes, lesquels unissent, en termes œcuméniques et symboliques, leurs prières, le premier dimanche de chaque mois, en faveur de la réconciliation et de l’amitié des anciens belligérants. Mais derrière cet axe Rennes-Berlin se profilent bientôt certains liens noués par l’abbé Jean-Marie Gantois70 avec les promoteurs du mouvement breton Bleun Brug dont l’audience commence à croître auprès d’une population sensible à l’argument que la Grande Guerre fut une saignée démographique épouvantable pour leur région. Pour autant, Demulier n’épousera jamais la cause flamande.

  • 71 Archives diocésaines de Lille. La Semaine religieuse de Lille, 13 avril 1924. On lit notamment dans (...)
  • 72 L’abbé Demulier présente sa revue qui « compte 300 adhérents répartis dans plus de 60 départements (...)
  • 73 Archives diocésaines de Lille. Demulier. Correspondance 1914-1929. Lettre de Mgr Quilliet au doyen (...)
  • 74 Ibid. Lettre d’Henri Demulier au vicaire général du diocèse. 4 mars 1926.

90Cette publication heurte une grande partie de l’épiscopat, en particulier Mgr Ruch, évêque de Strasbourg, qui a identifié Demulier sous le pseudonyme de « Prudens » et réclame des sanctions contre ce prêtre qu’il estime pour le moins égaré. L’évêque de Lille, Mgr Quilliet, malade et âgé, ne réagit pas immédiatement mais, en avril 1924, La Semaine Religieuse de Lille publie, sous la plume de son directeur, l’abbé Lucien Detrez, une sévère mise en garde ayant pour titre « L’avocat du Diable »71, véritable réquisitoire contre les agissements de Demulier. La réplique de l’abbé ne se fait pas attendre : il s’adresse à Rome et reçoit, en mai 1924, une lettre de soutien du cardinal Gasparri. Mieux, au congrès eucharistique international d’Amsterdam de 1924, le cardinal Dubois qui préside la section française, lui donne la parole72 et fait son éloge. De son côté, l’évêché de Lille continue de mettre la pression et, en mai 1925, Mgr Quilliet fait dire à Demulier qu’il n’est pas autorisé à prendre la direction de La Correspondance73 mais l’abbé passe outre à cette recommandation. L’évêque refuse aussi de le recevoir74.

  • 75 Ibid. Lettre de Mgr Dewailly à l’abbé Demulier en date du 20 juillet 1926 : « Personne ici n’oserai (...)

91Dans sa Maison Saint-Louis de Cassel, l’abbé Demulier est désormais placé en quarantaine, contraint de prendre ses repas en chambre, tant il se montre indélicat au sein de cette communauté. Il est désormais « géré » avec la plus grande fermeté, à la demande de l’évêque, par Mgr Dewailly, chancelier de l’évêché75, car l’affaire commence à susciter de vives réactions dans la presse locale mais surtout au plan national. Charles Maurras et la mouvance nationaliste entrent dans le jeu : l’Action Française qui vient d’avoir ses premiers démêlés avec Rome se sert de Demulier pour sa propre propagande et dénonce la « trahison » de ce prêtre qu’elle dit germanophile et encouragé par le Vatican. Dans cette épreuve, l’abbé reçoit le soutien du cardinal Dubois, archevêque de Paris, qui l’encourage à se défendre de ces accusations, tout en lui conseillant de laisser la direction de La Correspondance à un laïc. Désireux de mettre fin à cette polémique, l’évêque de Lille lui interdit, en août 1927, de diriger sa revue qui, faute de successeur, cesse de paraître, mais seulement en décembre.

  • 76 La Semaine Religieuse de Lille du 12 février 1928. Article de l’abbé Lucien Détrez titré « Autour d (...)
  • 77 La Croix du Nord, 8 février 1928.
  • 78 L’Enchaîné, 11 février 1928. Article de Marcel Deschamps intitulé « Après les odieuses perquisition (...)

92Désavoué de longue date par sa hiérarchie, Demulier se retrouve bien seul quand la justice commence à s’intéresser à lui. Au début du mois de février 1928, la police intervient en son domicile casselois, sur commission rogatoire du parquet de Mulhouse. Cette perquisition a pour objet de faire la preuve d’une « collusion entre un ecclésiastique et les menées autonomistes des Alsaciens-Lorrains »76. À l’origine de cette affaire, la découverte d’une lettre de Demulier chez son ami le Dr Ricklin, ancien président du Landtag d’Alsace et ancien député du Reichstag, abonné à La Correspondance. L’événement est largement commenté par la presse locale, régionale et nationale, La Croix du Nord se montrant particulièrement incisive pour dénoncer les agissements de ce prêtre qualifié, dans ses colonnes, de « lamentable » et de « maboul »77. L’abbé n’adopte pas pour autant un profil bas : il donne des interviews, même s’il n’est pas toujours satisfait de la relation de ses propos, et reçoit le soutien inconditionnel du quotidien communiste régional L’Enchaîné78 qui le cite : « Je ne suis pas un pacifiste, je suis pour la paix, ce n’est pas la même chose. L’étiquette pacifiste a été bafouée par des démonstrations et manifestations comme celles qui se déroulent périodiquement à Genève et qui ne sont que l’abominable conséquence du traité de Versailles ».

93Apparemment peu affecté par ces campagnes virulentes et souvent diffamatoires, Demulier part à la recherche d’autres tribunes pour propager ses idées. Il se rend notamment au Congrès eucharistique international de Carthage, en 1930, où un porte-parole de l’épiscopat lui interdit de monter à la tribune pour prononcer son allocution, et en septembre, il assiste à Munster au Congrès national des catholiques allemands à Munster, où il peut s’exprimer sans encombre, déclarant notamment : « Dans le peuple français, il n’existe pas de haine contre le peuple allemand ; il n’y a qu’un triste malentendu qui consiste en ce que les Français croient que l’Allemagne est la seule responsable de la guerre. Priez pour la France, afin que les Français aussi reconnaissent leur part de culpabilité dans la guerre ». Son discours est reproduit, le 13 septembre 1930, par l’Osservatore Romano, organe officieux du Saint-Siège, mais aussi relayé et passé au crible par le quotidien parisien Le Temps dont l’article est intitulé « Paroles impies ». Henri Demulier veut alors user de son droit de réponse, ce qui lui est expressément défendu par le nouvel évêque de Lille, le cardinal Liénart qui lui ordonne de regagner la France. Toute déclaration orale ou écrite relative à la réconciliation franco-allemande lui est désormais interdite. Curieusement, l’abbé obtempère et se réfugie dans le silence. En 1931, il séjourne de nouveau quelques mois en Allemagne, dans le Hanovre, puis regagne la Maison Saint-Louis de Cassel.

  • 79 PHALEMPIN (Maurice, abbé). Op. cit.

94Son assagissement semble faire office de pénitence puisqu’en septembre 1935 il est nommé aumônier du pensionnat des Sœurs de Sainte-Thérèse d’Avesnes, à Momignies en Belgique (diocèse de Tournai) mais n’y reste que quelques mois car l’institution ne supporte pas ses excès d’autoritarisme et de rigorisme. L’année suivante, il effectue son dernier voyage en Allemagne où il passe discrètement quelques semaines « pour se rendre compte par lui-même de la situation créée par l’avènement d’Hitler »79. Enfin, en 1937, le cardinal Liénart le nomme prêtre auxiliaire à Coudekerque-Branche, auprès de l’abbé Delarroqua, curé de la paroisse Sainte-Germaine, avec des instructions très précises pour se soumettre à son curé et interdiction de s’occuper de politique.

  • 80 Ibid.
  • 81 Cet épisode est relaté par le quotidien L’Œuvre, dans son édition du 8 janvier 1941 (article de Mau (...)
  • 82 Armand Charpentier, secrétaire général de l’Évolution, « revue mensuelle des questions intéressant (...)

95L’abbé ne fait plus parler de lui. Mais en septembre 1939, à la déclaration de guerre, son dossier de police, où il est fiché comme dangereux pacifiste, le rattrape. Il échappe alors de peu à l’arrestation et à l’internement, après avoir présenté aux gendarmes son livret militaire, exhibé son diplôme de la Reconnaissance Française et surtout bénéficié de la protection du sous-préfet de Dunkerque, Maurice Bezagu. Il est assigné à résidence. Cependant, le 2e Bureau de l’Armée ne partage pas cette indulgence, sachant qu’il a correspondu avec Otto Abetz80 et organise son exil, de connivence avec l’autorité épiscopale. Ainsi, en mars 1940, Demulier est convoqué à l’évêché de Lille : il demande un laissez-passer pour se déplacer dans la zone des armées, ce qui lui est d’abord refusé par la gendarmerie locale. Quelques semaines plus tard, il reçoit une nouvelle convocation, accompagnée cette fois-ci d’un titre de circulation avec retour barré d’avance. Il est reçu à l’évêché par le vicaire général du diocèse qui le confie à un autre prêtre chargé de l’accompagner, loin du Nord, terre probable d’invasion, à l’abbaye cistercienne de Bricquebec, près de Cherbourg81. Il profite du temps qui lui est laissé à Paris, entre deux correspondances, pour aller rendre visite à son ami, le militant pacifiste Armand Charpentier82.

  • 83 Cité par PHALEMPIN (Maurice, abbé). Op. cit.
  • 84 Archives diocésaines de Lille. Demulier. Lettre en date du 4 juillet 1942, adressée au Werbestelle (...)

96L’Occupation met un terme à sa relégation et il est autorisé à regagner Coudekerque-Branche où il ne se consacre qu’à sa mission pastorale. Il n’entretient aucun contact avec la mouvance pro-allemande de l’abbé Gantois. Il se défie de Laval et de Pétain et rejette la Collaboration, même s’il estime qu’« il faut rendre cette justice à Hitler : l’armistice de 40 ne ressemble nullement à celui de 18 et permet d’espérer une entente »83. Il semble attendre des jours meilleurs dans la plus grande discrétion quand, en juillet 1942, il s’adresse à l’antenne de Calais du service de la main-d’œuvre de l’OFK 67084, demandant à aller travailler en Allemagne pour, dans le même temps et comme il a pu le faire en 1918, exercer les fonctions d’aumônier militaire dans un camp de prisonniers. Sa candidature est refusée en raison de son âge mais il la renouvelle auprès de l’évêché en mars 1943, ayant appris la création d’un corps d’aumôniers volontaires. Sans succès évidemment.

  • 85 Félicien Challaye figure parmi les signataires d’un tract pacifiste rédigé le 10 septembre 1939 à l (...)
  • 86 L’Atelier du 25 décembre 1943. Un tiré à part de cet article fut diffusé à 4 000 exemplaires, sous (...)
  • 87 Rassemblement national populaire, parti de la Collaboration dirigé par Marcel Déat.
  • 88 Le Journal de Roubaix, édition du 28 décembre 1943.
  • 89 C’est notamment le cas de son ami Armand Charpentier qui collabore à l’hebdomadaire Union Française (...)

97On reparle aussi de lui, au plan national, en 1943 : une page lui est consacrée par Félicien Challaye85 dans l’hebdomadaire L’Atelier86, publication d’obédience RNP87. Il y est présenté comme un « apôtre de la réconciliation franco-allemande [...], libéré [...] » par les troupes allemandes en 1940 ! Aussi flatteur soit-il, cet article de pure propagande, reproduit par Le Journal de Roubaix88, embarrasse l’intéressé, peu disposé à vendre « son » pacifisme aux ultras de la Collaboration. Demulier a alors pris beaucoup de distance avec le courant pacifiste qui, au plan national, a rejoint sans état d’âme la mouvance fasciste89. Il se garde bien de tomber dans le piège qui lui est tendu, continuant, faute de mieux, de se consacrer à ses paroissiens et de partager avec eux les pesantes conditions de l’occupation sur le littoral dunkerquois.

98Que le lecteur nous pardonne ce long développement consacré au parcours chaotique d’Henri Demulier. Ce que d’aucuns pourraient considérer comme une digression superfétatoire dans une publication centrée sur un épisode bien précis de la Seconde Guerre mondiale, s’avère au contraire du plus grand intérêt pédagogique pour assurer la meilleure lecture de son Journal, tant autobiographique qu’événementiel.

Auprès des civils français et des militaires catholiques allemands

99Dès le 5 octobre, dernier jour de la trêve, Henri Demulier prend la plume pour consigner, dans un Journal, les événements dont il est le témoin, les faits marquants de sa vie pastorale, ses relations avec l’occupant et ses interventions revendicatives destinées à améliorer les conditions de vie de ses paroissiens, sujets français.

100L’abbé a réécrit après la guerre les quatre premières pages de ses notes couvrant la période du 5 au 15 octobre 1944, pour préciser ou plus vraisemblablement modifier la relation des circonstances l’ayant amené à occuper la charge d’aumônier militaire auprès des troupes de confession catholique, estimées environ au tiers de la garnison, soit 4 000 hommes. Ces corrections incitent d’ailleurs à penser, sans que l’on puisse en apporter la preuve, qu’il a lui-même sollicité ce ministère. De toute évidence, sa parfaite connaissance de la langue allemande représente alors un indéniable atout et, pour un occupant confronté à un sérieux problème de pratique religieuse, constitue une opportunité à saisir. En effet, après avoir tenté d’imposer aux militaires catholiques la fréquentation des offices protestants, le vice-amiral Frisius a été contraint de renoncer à cette velléité hégémonique, essentiellement pour ne pas aggraver la fragilité patente du moral de ses troupes. Ce protestant mystique, enclin au prosélytisme, finit donc par concéder à ses soldats la liberté de culte mais ce revirement tactique est uniquement destiné à affermir son pouvoir.

101Frisius qui manifeste le plus profond mépris envers tout ce qui est français et qui plus est catholique, délègue au lieutenant-colonel von Einem, officier de son état-major traitant les questions de renseignement, la gestion des civils et le suivi des problèmes d’ordre confessionnel. Ce dernier se montre d’ailleurs assez conciliant dans cet exercice et désigne auprès de l’abbé des officiers généralement modérés et patients. Quant au vice-amiral, obsédé par sa propre sécurité et les actes d’espionnage, il se refuse à avoir le moindre contact avec Demulier, bien qu’il connaisse les antécédents de ce prêtre militant pour le rapprochement franco-allemand. Il faut dire aussi qu’auprès de chacun de ses interlocuteurs, l’abbé développe invariablement une argumentation qui se décline comme suit. Primo, le traité de Versailles est la cause de tous les maux de l’Europe continentale ; secundo, si la France avait eu un gouvernement catholique, il n’y aurait jamais eu de guerre ; tertio, le pape Pie XI était pacifiste mais on ne l’a pas écouté ; quarto, les protestants allemands ont porté Hitler au pouvoir. Ces postulats qui ne recueillent l’assentiment que d’une minorité de militaires catholiques, agacent l’orgueilleux Frisius qui, cependant, ferme les yeux, estimant que le ministère sacerdotal de Demulier participe à la cohésion et au renforcement du moral des troupes.

102Cette situation nouvelle permet surtout à Henri Demulier de s’affranchir de la tutelle de l’abbé Delarroqua qui l’a déjà autorisé à quitter la paroisse Sainte-Germaine pour s’installer au presbytère de l’église Sainte-Thérèse : une libéralité qui répond surtout au souhait exprimé par le titulaire de cette cure, l’abbé Vantorre, de voir son église surveillée après son départ. Son autonomie retrouvée et investi de nouvelles fonctions pastorales, il devient ainsi un observateur privilégié de l’épisode du siège de Dunkerque. D’autant que l’autorité allemande met à sa disposition une voiture hippomobile et un cocher pour faciliter ses déplacements mais aussi surveiller ses faits et dires, et qu’un sauf-conduit lui permet de circuler pratiquement librement dans les diverses communes où résident encore des civils.

103Que nous apprennent les notes de l’abbé ? Outre le fait qu’elles apportent un éclairage particulier sur la vie des populations civiles, sur le comportement des troupes allemandes et sur quelques événements militaires, elles fournissent de précieuses indications sur l’exercice de son ministère sacerdotal et sur ses relations, parfois conflictuelles, avec l’occupant.

9. L’église du Sacré-Cœur et le quartier du « Vieux Coudekerque » en 1945, après l’épisode du siège.

9. L’église du Sacré-Cœur et le quartier du « Vieux Coudekerque » en 1945, après l’épisode du siège.

Collection particulière

104Il est d’abord confirmé qu’en accord avec les maires des communes concernées – à l’exception de celui de Dunkerque – Frisius n’a pas exigé le départ de tous les Français, sachant fort bien qu’il était à la merci d’un bombardement massif et que la présence de plusieurs centaines de civils, sous son autorité, pouvait, un jour ou l’autre se révéler utile, devenir un argument de négociation et constituer une marge de manœuvre intéressante.

105De la mi-octobre 1944 à la mi-février 1945, l’abbé Demulier est donc célébrant, à l’église Sainte-Thérèse de Coudekerque-Branche, pour les militaires et les civils de la zone Ouest ainsi qu’à la chapelle de l’hôpital de Rosendaël pour ceux de la zone Est puis, en janvier 1945, à la chapelle aménagée sous un bâtiment de l’usine Lesieur, pour les habitants de Cappelle-la-Grande soumis à des restrictions de circulation en raison de la proximité du front.

106Les offices connaissent l’affluence des fidèles mais cette cohabitation œcuménique des civils français et des militaires catholiques de la garnison finit par irriter Frisius qui redoute une fraternisation préjudiciable à la discipline. Le vice-amiral se méfie des soldats catholiques qu’il soupçonne d’être plus réceptifs que les protestants aux sirènes de la désertion. Des mesures coercitives ne tardent pas à être prises : le 17 décembre 1944, les civils ne sont plus autorisés à pénétrer dans l’enceinte de l’hôpital qui hérite soudainement du statut de zone militaire. Il est également ordonné à l’abbé – qui s’y refuse – de n’utiliser que le latin dans ses offices et de s’abstenir de tout prêche en allemand. Dans ces conditions, il décide d’interrompre son ministère à l’hôpital. Cependant, l’abbé demeure l’aumônier catholique officiel de la garnison, prépare de conserve avec l’autorité allemande la célébration de Noël, et peut, le 1er janvier 1945, célébrer une messe à la prison de Dunkerque pour les prisonniers de guerre alliés qui y sont détenus, ne manquant pas de noter dans son Journal l’absence intentionnelle des Anglais de confession protestante. Demulier est d’ailleurs manifestement anglophobe pour des raisons religieuses et il utilise sciemment le terme d’« ennemis » pour qualifier les bombardements alliés.

  • 90 ODDONE (Patrick)... Op. cit.

107Quand, en février 1945, les 740 civils sont regroupés dans les « camps » de Saint-Pol-sur-Mer, Malo-les-Bains, Rosendaël et Coudekerque-Branche – en fait des pâtés de maisons entourés de barbelés –, Henri Demulier est de nouveau sollicité, par l’autorité allemande, pour un service religieux à l’hôpital. Il accepte et établit alors sa résidence dans l’immeuble des Petites Sœurs des pauvres à Rosendaël, pour dire chaque jour la messe dans les proches locaux de l’établissement hospitalier. Concernant cette mesure d’internement des populations civiles, l’abbé affirme que l’ordre en est venu de Berlin mais en fait, la paternité de cette décision revient au seul vice-amiral Frisius qui a donné personnellement cette instruction le 3 janvier 194590, soupçonnant un acte d’espionnage émanant de sujets français à la suite du bombardement par les Alliés de « son » aérodrome, un bien grand mot d’ailleurs pour désigner une zone de largage destinée aux appareils de la Luftwaffe et aménagée sur l’assise de l’ancien hippodrome de Malo-Terminus.

108Force est de constater que cette mesure, à première vue très coercitive, satisfait les deux parties. Pour Frisius, les civils sont totalement sous contrôle et ne peuvent plus apporter leur aide, comme cela s’est produit, à des déserteurs. Le vice-amiral peut aussi se vanter de les avoir placés en sécurité car l’emplacement de ces camps a été signalé aux forces assiégeantes. Les risques de bombardement sont donc moindres, en théorie seulement car le délégué de la Croix-Rouge, venu en inspection, confirmera en aparté que le sort des populations civiles indiffère totalement les autorités françaises. Enfin, pour les civils, la situation du ravitaillement s’améliore sensiblement, le regroupement permettant une plus stricte réglementation.

  • 91 Circulaire en date du 27 mars 1945, titrée : « À la population française de la Forteresse de Dunker (...)

109Henri Demulier rapporte aussi l’épisode, connu, de l’arrestation, le 17 janvier 1945, de l’abbé Delarroqua qui, quelques jours plus tôt, nous le verrons, avait adressé à Frisius une lettre lui suggérant le courage d’une prompte reddition afin d’épargner des vies humaines. La punition infligée au curé de Sainte-Germaine prendra fin le 10 février. A contrario, les impertinences et les « écarts » de l’abbé Demulier n’entraînent pas de sanctions particulières. Certes, Frisius va s’offusquer des récriminations formulées, par le prêtre, au nom des civils, auprès de M. Pillond, délégué de la Croix-Rouge internationale, venu constater, le 26 mars 1945, la condition des prisonniers de guerre incarcérés à la prison de Dunkerque, mais il va se contenter de répondre indirectement à Demulier par une circulaire91 diffusée auprès de la population internée. Le vice-amiral qui n’hésite pas à se considérer comme un grand humaniste, est en effet très attaché à son image : passé maître dans l’art de la communication, il ne supporte pas que des plaintes puissent être émises sur sa gestion des populations civiles, et le fait savoir. Mais ne cherche-t-il pas déjà à monnayer sa mansuétude, sachant que l’aventure de la « forteresse » arrive à son terme ? Par ailleurs, l’intervention critique de Demulier a certainement influencé la décision d’une évacuation, le 18 avril 1945, des civils âgés et malades, et l’échange ce jour-là de prisonniers de guerre.

  • 92 Ces incendies auraient été allumés pour leurrer les reconnaissances aériennes de l’aviation alliée. (...)
  • 93 Le clocher de cet édifice avait déjà été détruit, par les Allemands, le 29 juillet 1944.

110L’intérêt des notes de l’abbé réside aussi dans l’évocation d’un certain nombre d’opérations destructrices décidées par l’occupant au début du siège et motivées officiellement par des raisons d’ordre stratégique, souvent contestables. Il en est ainsi, le 8 octobre 1944, de l’incendie volontaire d’habitations à Coudekerque-Branche, Rosendaël et Saint-Pol-sur-Mer92, ou encore le 1er novembre, du dynamitage de l’église Saint-Nicolas de Petite-Synthe93, en raison de sa proximité du front ouest. Sur ce point, les protestations de l’abbé Demulier ne furent pas toutes vaines car il obtint la levée de l’ordre de destruction du pont Saint-Georges à Coudekerque-Branche dont la disparition aurait isolé les populations.

111Ce témoignage relate aussi le pillage opéré par les troupes allemandes dans les maisons abandonnées par les habitants lors de la trêve. Frisius a parfois cautionné ce type d’actes, notamment pour la recherche de vêtements dont les soldats commençaient à manquer ; le vice-amiral reconnaît d’ailleurs dans son journal que la garnison de la forteresse a eu la chance de pouvoir compter sur les vivres laissés par les civils lors de leur départ. Est évoqué également le travail rémunéré des Français dans les conserveries de poisson et les fabriques de sirop de betterave, entreprises créées par l’occupant. Le ravitaillement tient en effet une place très importante dans les activités quotidiennes des troupes, comme le révèlent les campagnes de pêche opérées sur les canaux ou en mer. À ce propos d’ailleurs, les photographies prises par un civil, Marcel Moritz, dans l’enceinte du « camp » de Coudekerque-Branche, indiquent que la population française ne semblait pas souffrir de la faim, malgré les restrictions inhérentes au contexte de l’enfermement.

  • 94 Après avoir négocié avec l’Allemagne hitlérienne le concordat du 20 juillet 1933, Pie XI condamne l (...)

112L’abbé Demulier a souvent outrepassé le strict exercice de ses fonctions sacerdotales et ses interventions auprès des autorités allemandes ont manifestement contribué à soulager le sort de ses concitoyens. Si, dans ses propos, il fait totalement abstraction du gouvernement provisoire de la France libérée et ne se réfère qu’à Pétain pour exhorter le vice-amiral Frisius à respecter les principes de la Collaboration « qui œuvre pour le rapprochement franco-allemand », il ne peut être taxé de « collaborateur ». Dans les situations les plus critiques, il est demeuré le pacifiste qui subissait la guerre, sans haine de l’ennemi. Il estime avoir pleinement rempli sa mission, se félicitant que les militaires catholiques allemands citent, au seuil de la défaite – tardif repentir du désespoir ? – l’encyclique Mit brennender Sorge94, et rejettent le national-socialisme porté au pouvoir par les régions protestantes. Demulier avait raison au moins sur un point : la « brûlante inquiétude » du pape Pie XI était, depuis 1939, devenue cauchemar pour l’humanité.

10. Le centre-ville de Dunkerque tel qu’il apparaît en 1946 à la veille de la reconstruction.

10. Le centre-ville de Dunkerque tel qu’il apparaît en 1946 à la veille de la reconstruction.

Collection particulière

  • 95 Ordonné prêtre en décembre 1910, Georges Delarroqua (1882-1955) exerça les fonctions de vicaire à T (...)

113Si l’abbé Georges Delarroqua95 ne parle pas allemand, il connaît par contre de longue date l’armée allemande, pour avoir vécu et subi, dans la région lilloise, la brutale occupation de la Première Guerre mondiale. Il possède donc une culture de guerre très différente de celle de l’abbé Demulier et considère que ses contacts avec l’occupant doivent se limiter aux strictes revendications et protestations d’usage permises par sa fonction. Réputé pour son caractère difficile, son intransigeance et son patriotisme indéfectible, il exerce sur ses paroissiens une autorité sans partage, condamnant les dérives individualistes et prônant des règles de vie communautaire. Très préoccupé par les insuffisances du ravitaillement, il essaie d’imposer une répartition équitable des denrées alimentaires et tempête contre ceux qui ont constitué d’importants stocks de vivres dont les Allemands ne manquent pas de s’emparer. C’est ainsi qu’il achète de la viande sur ses propres deniers, n’hésitant pas à transformer son presbytère en boucherie pour effectuer une distribution strictement réglementée.

  • 96 « La situation de l’armée allemande à Dunkerque, M. l’Amiral, me semble ressembler étrangement à ce (...)

114Ses relations avec les autorités d’occupation sont des plus distantes mais il reçoit fréquemment un capitaine de la Wehrmacht, de confession catholique, auquel il fait part de ses récriminations portant essentiellement sur les vols et pillages perpétrés par des militaires isolés. Considérant que la situation des populations civiles se dégrade, il décide, en décembre 1944, d’adresser une lettre au vice-amiral Frisius et soumet son projet épistolaire au capitaine Ebner qui lui sert alors de conseiller pour la formulation. Mais bien que tous les termes de cette missive aient été pesés96, le commandant de la forteresse, personnage halluciné, en prend ombrage : le 17 janvier 1945, l’abbé Delarroqua est arrêté et incarcéré à la prison de Dunkerque, dans l’attente d’un jugement, étant en particulier accusé d’espionnage. Le récit qu’il fait de sa détention souligne l’attention manifestée par les gardiens à son égard et révèle combien les troupes sont terrorisées par Frisius. Après une instruction qui ne fournit aucun élément probant pour conforter l’accusation, Delarroqua est finalement libéré le 10 février 1945. il retrouve ses paroissiens internés dans le « camp » de Coudekerque-Branche mais souffrant d’une maladie cardiaque et très affecté par le récent décès de sa mère, il éprouve certaines difficultés à surmonter l’épreuve de l’enfermement. Il continue cependant de puiser son énergie dans l’exercice autoritaire de ses responsabilités.

  • 97 Archives diocésaines de Lille. Demulier. Lettre du colonel Lignereux, directeur régional des Prison (...)

115Le 9 mai 1945, s’achève le règne du vice-amiral Frisius. Dunkerque, dernière ville de France libérée, recouvre la liberté mais la déception est grande parmi les civils irréductibles qui pensaient pouvoir rester. Ils sont évacués sur ordre des Britanniques qui prennent possession de l’agglomération avant de la remettre aux Français. La garnison allemande est immédiatement dirigée vers le camp de regroupement d’Ostende mais 2 000 militaires sont maintenus sur place, désignés pour les opérations de déminage et les travaux de déblaiement. L’abbé Demulier reprend de suite le contact avec ceux-ci et, en avril 1946, il est admis à dire la messe dans les divers camps des « Prisonniers de Guerre de l’Axe du dépôt 13 » de la 2e région militaire. Cette autorisation lui est retirée un an plus tard, les services de police le soupçonnant d’avoir soutenu certains projets d’évasion97. Enfin, l’abbé continuera d’entretenir une correspondance épistolaire suivie avec d’anciens prisonniers de guerre allemands, dont certains devenus prêtres, et fera figurer quelques extraits des lettres qu’il a reçues, en guise de conclusion à son Journal.

  • 98 Ibid. Note du chanoine Mahieu au cardinal Liénart, en date du 20 septembre 1955 : « […] Étant donné (...)
  • 99 Ibid. Note du cardinal Liénart à Mgr Devos, en date du 21 septembre 1955.

116Quelque temps avant son décès, survenu en juillet 1955, l’abbé Delarroqua confie ses notes à l’abbé Demulier qui envisage la publication d’un ouvrage mêlant les deux témoignages et consacré à l’histoire du siège de Dunkerque. L’évêché de Lille, très réservé sur ce projet exige que le manuscrit soit d’abord soumis pour avis et critique au chanoine Mahieu, doyen honoraire de la faculté de théologie, qui, après lecture, suggère de nombreuses corrections et suppressions98. Ces préconisations conduisent le cardinal Liénart à faire savoir à Demulier, par l’entremise de Mgr Devos, archidiacre des Flandres, qu’il s’oppose à toute publication99.

  • 100 Il s’agit de la tombe de l’abbé Sylvain Mélis, décédé en 1950.
  • 101 Mouvement créé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par Mgr Theas, évêque de Tarbes et Lourde (...)
  • 102 Mgr Glorieux, recteur des facultés catholiques, s’est opposé à toute publication.
  • 103 Archives diocésaines de Lille. Extrait d’une note rédigée par Mgr Gérard Lepoutre, recteur des facu (...)

117Le 20 octobre 1955, Henri Demulier décède subitement dans sa paroisse de Coudekerque-Branche. Il est inhumé discrètement au cimetière communal dans le tombeau d’un ancien curé de la paroisse du Sacré-Cœur100. Dix ans plus tard, l’abbé Maurice Phalempin, aumônier de Pax Christi101, rédige une substantielle biographie de Demulier, souhaitant en faire un précurseur de la réconciliation franco-allemande, mais cette étude doit également rester à l’état de manuscrit102. Le parcours tumultueux de l’abbé Demulier et ses nombreux débordements sont alors encore trop présents dans les mémoires et si l’autorité ecclésiastique considère qu’il fut « un saint prêtre [...] de tendance plutôt janséniste », elle insiste aussi beaucoup sur le fait qu’il possédait « un fichu caractère dans sa jeunesse et dans son âge mûr » et qu’il manquait surtout de « l’équilibre nécessaire »103. Seul le hasard donc a bien voulu que l’Histoire le découvre aujourd’hui comme l’un des acteurs de premier plan du dernier siège de Dunkerque.

Notes

1 CHATELLE (Albert), MOREEL (Léon), Dunkerque Libérée, SILIC, Lille, 1954, 201 p.

2 BLANCKAERT (Serge), Le siège le plus long (septembre 1944-mai 1945), Blanckaert Frères Éd, 1977,128 p. ; Dunkerque 1939-1945, Westhoek Éditions, 1984, 227 p. ; Dunkerque 1944-1945. Du débarquement à la résurrection, La Voix du Nord, 1995, 184 p.

3 COLLECTIF, Dunkerque. Acteurs et témoins de la Libération, Bulletin MEMOR, Ville de Dunkerque, mai 1995, 192 p.

4 MARANT (Marius), « La libération de Dunkerque, le 9 mai 1945, vue par le sous-préfet », Bulletin de la Société Dunkerquoise d’Histoire et d’Archéologie no 30, Spécial Sous-Préfecture, novembre 1996, p. 165-184.

5 DEJONGHE (Étienne), LAURENT (Daniel), Libération du Nord et du Pas-de-Calais, Hachette, 1974, 300 p. ; DEJONGHE (Étienne), LE MANER (Yves), Le Nord – Pas-de-Calais dans la main allemande, La Voix du Nord, 1999, 400 p. ; CAUDRON (André), La Libération, Nord – Pas-de-Calais, Belgique, Nord-Éclair, La Nuée Bleue, 1994, 184 p.

6 ODDONE (Patrick), BATAILLE (Guy), MACAIGNE (Dominique), Le Journal du vice-amiral Friedrich Frisius, commandant de la « forteresse de Dunkerque », 3 septembre 1944 – 9 mai 1945, Punch Éditions, 2002, 160 p.

7 MAJDALANY (Fred), La Forteresse Europe ou la faillite de Hitler, 1941-1944, Le Cercle du Nouveau Livre d’Histoire, Tallandier, 1971, 384 p.

8 Ibid.

9 Ober Kommando der Wehrmacht : Haut commandement des forces armées dont le siège est situé au QG d’Adolf Hitler.

10 DELMAIRE (Danièle), Les « camps de juifs » dans le Boulonnais (1942-1944), Actes de la table ronde de Boulogne-sur-Mer – 24 septembre 1988, Bulletin d’information MEMOR no 101, octobre 1989, 45 p.

11 Cité par MAJDALANY (Fred), op. cit.

12 Reddition des forteresses de Cherbourg (27 juin 1944), Saint-Malo (17 août), Le Havre (13 septembre), Cherbourg (19 septembre), Boulogne-sur-Mer (22 septembre) et Calais (30 septembre).

13 CHAZETTE (Alain), « 1944-1945. Les redditions des poches allemandes sur les côtes françaises », 39-45 Magazine, no 149, novembre 1998, p. 16-32.

14 Archives départementales du Nord. 1 W.

15 Ibid. Rapports du sous-préfet de Dunkerque.

16 Affiche apposée à Dunkerque, en date du 30 juin 1944, signée par le sous-préfet André Portal et le maire Paul Verley. Archives municipales de Dunkerque.

17 Rapports bimensuels du sous-préfet de Dunkerque au préfet du Nord (périodes du 15 au 29 juillet et du 30 juillet au 13 août 1944). Archives départementales du Nord. 1 W.

18 Affiche en date du 31 août 1944, signée par Hilaire Vanmairis, adjoint, faisant fonction de maire de Rosendaël : « … Il y va de l’intérêt de la population de suivre strictement les instructions données avant qu’il ne soit trop tard car lorsque les combats commenceront, les autorités allemandes interdiront toute circulation des civils. » Archives privées.

19 Paul Brisswalter (1900-1984) a épousé Marthe Morte le 24 avril 1925. Trois enfants sont nés de cette union : Paul (1927-1934), Guy (1932) et Bernard (1936). Ils ont élu domicile au 5 de la rue Élisée Reclus, face à l’usine Lesieur.

20 Cette correspondance, à l’exception de quelques pièces disparues, et ces notes journalières ont été transcrites par son fils Bernard et rassemblées en deux recueils déposés aux archives municipales de Coudekerque-Branche : Journal d’une séparation – Coudekerque-Branche 3 juin – 29 septembre 1944, mars 1999, 133 p. et annexes, et Journal d’une séparation – Lille, Paris, Besançon, Belfort 29 septembre-20 décembre 1944, décembre 1999, 136 p. et annexes. La présente livraison ne retient que des extraits des éphémérides écrites entre le 24 août et le 29 septembre 1944, période où se constitue la nouvelle « poche » de Dunkerque.

21 MERCIER (Gilbert), DENISE (Jean), Cappelle-la-Grande, histoire, vie et traditions populaires, Westhoek-Éditions, 1981, 222 p.

22 Pour inciter la garnison allemande de Dunkerque à la reddition, l’aviation alliée largue, le 13 septembre, sur l’agglomération, des tracts annonçant la prise du Havre et le bombardement massif dont cette ville a fait l’objet.

23 « Rapport relatif aux événements qui se sont déroulés du 3 au 28 septembre 1944 », dressé par Paul Brisswalter, en date du 7 octobre 1944. Journal d’une séparation. Coudekerque-Branche, 3 juin-29 septembre 1944. Op. cit.

24 Hilaire Vanmairis (1885-1951), chef de service aux Chargeurs Réunis, conseiller municipal de Rosendaël élu en 1928, 1929, 1935, maintenu dans ses fonctions sous l’Occupation et nommé par arrêté préfectoral du 10 décembre 1941. Nommé adjoint au maire par arrêté ministériel du 28 septembre 1942, 2e adjoint par arrêté préfectoral du 11 octobre 1942, il fait fonction de maire, à partir du 5 août 1944, après l’arrestation du premier magistrat Paul Machy. Nommé maire par intérim le 19 novembre 1944, il est membre de la commission municipale installée par arrêté préfectoral le 3 juin 1945 puis maire de Rosendaël de 1945 à 1951.

25 Paul Machy (1887-1945), directeur d’école en retraite, socialiste, élu maire de Rosendaël en 1935, fut, sous l’Occupation, confirmé dans ses fonctions par arrêté ministériel du 10 novembre 1941. Arrêté le 4 août 1944 et incarcéré à la prison de Loos, il est condamné par un tribunal militaire à trois ans de travaux forcés pour « attitude hostile envers l’Allemagne ». Le 1er septembre, il est déporté par le « dernier train de Loos ». Il disparaît au début du mois d’avril 1945 lors de l’évacuation des camps opérée par les Allemands à l’approche des armées alliées.

26 Edouard Dewulf (1906-1990), est depuis 1942 membre du réseau OCM (Organisation civile et militaire) constitué par Jean Delvallez (recueil d’informations sur la construction des ouvrages défensifs, prise en charge d’aviateurs alliés…). Après l’arrestation de ce dernier en avril 1944, il devient chef de secteur des mouvements OCM et Voix du Nord pour la région de Dunkerque, sous le pseudonyme de « Capitaine Bourgeois ». Il regroupe ensuite tous les résistants évacués de l’agglomération et les organise en deux bataillons qui seront intégrés dans la nouvelle armée française et combattront sur le front de Dunkerque.

27 La Résistance locale fait état de 220 soldats allemands capturés dans le secteur.

28 DEWULF (Édouard), « Résistants et combats de la poche de Dunkerque », Dunkerque, acteurs et témoins de la Libération, 1944-1945, MEMOR, Ville de Dunkerque, mai 1995, p. 21-45.

29 Ce drame de la Résistance a fait l’objet de deux études sérieuses : MORITZ-BART (Laurentine), « L’épopée tragique du Fort des Dunes », Revue des Amis du Vieux Dunkerque, no 8, novembre 1978, p. 67-88 et VERMESCH (Olivier), Les fusillés du Fort des Dunes, La Voix du Nord, 1994, 31 p.

30 DEWULF, op. cit.

31 Cette voie fut dénommée rue des Fusillés, après la guerre, et devint rue des Résistants après la fusion des communes de Dunkerque et de Rosendaël en 1972.

32 L’identité de ce blessé n’a jamais pu être établie.

33 Son corps ne sera retrouvé qu’après la libération de Dunkerque, le 20 août 1945, sur des indications fournies par des prisonniers de guerre allemands.

34 Leurs dépouilles seront exhumées le 30 juillet 1945 et leurs funérailles célébrées le 6 août, à Rosendaël, en l’église provisoire Notre-Dame.

35 Ce fut notamment le cas à Zegerscappel, le 5 septembre 1944, où 10 résistants rassemblés dans la ferme Ammeux furent massacrés après avoir ouvert le feu sur des troupes allemandes en repli.

36 HULLEU (Dr), DURIEZ (Jean-Louis), « La Croix-Rouge française à Dunkerque de juin à octobre 1944 », Annales du Comité flamand de France, tome 61, 2003, p. 277-298.

37 ODDONE (Patrick)... Op. cit.

38 Marius Marant (1912-1997), secrétaire en chef de la sous-préfecture de Dunkerque (mai 1941), résistant NAP (Noyautage des administrations publiques), directeur de cabinet de Francis Closon, commissaire de la République à Lille (3-14 septembre) puis sous-préfet de Dunkerque (1944-1946). Il poursuit ensuite une carrière administrative et diplomatique de haute volée. Il est l’auteur de « Sous-préfet, témoin-acteur de la libération de Dunkerque », Bulletin d’information MEMOR, no 23-24, 1996, p. 73-105.

39 Paul Verley (1893-1967), agent maritime, ancien combattant de 14-18, membre du comité de guerre institué le 27 septembre 1940, président de la délégation spéciale mise en place le 5 avril 1941, nommé maire de Dunkerque par arrêté ministériel du 15 janvier 1942, vice-président du Conseil départemental (1943-1944). En raison de ses nominations par l’administration vichyste, et bien que n’ayant pas démérité, il ne put être désigné au sein de la délégation spéciale installée par le préfet du Nord, à Lille, le 22 avril 1945. Après la guerre, il fut élu conseiller municipal de Dunkerque de 1947 à 1956.

40 Sur le site du ministère de la Défense nationale canadien :
http://www.forces.gc.ca/hr/dhh/history_archives

41 STACEY (Charles. Perry), A Date with History : Memoirs of a Canadian Historian, Toronto, Deneau, 1982.

42 STACEY (Charles. Perry), Histoire officielle de l’armée canadienne. Tome 3, La campagne de la victoire. Les opérations dans le nord-ouest de l’Europe 1944-1945, Imprimeur de la Reine et Contrôleur de la Papeterie, Ottawa, 1960, 837 p.

43 Date de la libération de Falaise par les Canadiens.

44 MARCHAND (Gérard), Le régiment de Maisonneuve vers la victoire, 1944-1945, Les Presses Libres, Ottawa, 1980, 275 p. L’auteur était aumônier de ce régiment.

45 L’évolution des choix stratégiques du commandement allié est fort bien explicitée dans l’ouvrage de DEJONGHE (Étienne) et LAURENT (Daniel), Libération du Nord et du Pas-de-Calais, Hachette, 1974, 300 p.

46 CAUDRON (André), La Libération. Nord-Pas-de-Calais-Belgique, Nord Éclair, La Nuée Bleue, 1994, 186 p. et DEJONGHE (Étienne), LE MANER (Yves), Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande. 1940-1944), La Voix du Nord, Lille, 1999, 400 p.

47 Le port de Boulogne-sur-Mer peut être partiellement remis en service le 12 octobre 1944.

48 Instruction de Montgomery en date du 14 septembre 1944, renouvelée et confirmée le 27 septembre.

49 Statistiques établies par les Britanniques après la capitulation de Dunkerque.

50 « Telegram saved 19,000 from allied bombs – Dunkirk disclosure », article paru dans l’édition du Daily Telegraph and Morning Post du lundi 6 juin 1960. Le général Harold Redman était, en septembre 1944, délégué du Grand quartier général du corps expéditionnaire allié (commandé par Eisenhower) auprès du gouvernement français.

51 Alois Liska (1895-1977), ancien combattant de la Grande Guerre, fait prisonnier sur le front russe (1916), s’engage en 1917 dans les légions tchécoslovaques en Russie et est affecté dans l’artillerie. De retour en Tchécoslovaquie, il entame une carrière militaire au sein du 51e régiment d’artillerie. Il s’exile après l’occupation des pays tchèques par les Allemands et, en 1940, se retrouve en France à la tête du 1er régiment d’artillerie qui réussit à gagner l’Angleterre. En mars 1943, il commande la Brigade indépendante tchécoslovaque dont il assure la reconversion en unité blindée. D’octobre 1944 à mai 1945, il dirige les opérations sur le front de Dunkerque. Après la libération de la Tchécoslovaquie, il est nommé commandant du Collège militaire de Prague mais est congédié en 1948 par les communistes qui ont pris le pouvoir. Il s’exile alors en Grande-Bretagne où il décède en 1977, à Putney, dans la banlieue de Londres.

52 ODDONE (Patrick)... Op. cit.

53 BUGARD (Pierre), « Le fonctionnement du service sanitaire durant la campagne de Dunkerque », Bulletin d’information MEMOR. Op. cit.

54 Le 15 octobre 1944, les bataillons FFI « Dunkerque et Jean-Bart », intégrés à l’armée française par engagement pour la durée du siège, prennent d’abord le numéro du 110e RI, régiment de tradition de Dunkerque. Puis, avec un troisième, venu de Lille, ils portent le numéro du 51e RI (le 110e étant engagé dans la campagne d’Allemagne). S’ajoutent à ces forces un groupe franc de fusiliers marins (décembre 1944), le 1er bataillon du 67e RI (février 1945), trois bataillons du 33e RI (avril 1945). Le dispositif français est complété par deux batteries de 155 GPF respectivement installées en décembre 1944 et mars 1945.

55 Notamment : BOUQUEREL (Amédée), « Le rapport d’opérations du 1er bataillon du 67e RI (février-mai 1945) », Bulletin d’information MEMOR. Op. cit.

56 Sur un effectif de 4260 hommes, les pertes de la brigade blindée tchèque s’établissent à 167 tués, 40 disparus et 461 blessés. Celles des forces françaises à 117 tués et 26 disparus. Les pertes allemandes sont estimées à un millier de morts. Cette brigade comptait 35 % de soldats d’origine juive.

57 MARQUIS (Paul), 1884-1960. Ordonné prêtre en juillet 1910 au Grand séminaire de Saint-Saulve, vicaire de la paroisse Saint-Maclou d’Haubourdin (1910-1928), ancien combattant de la Grande Guerre, curé de Saint-Antoine de Padoue à Petite-Synthe (1928-1936) puis curé-doyen de Saint-Martin à Dunkerque. En 1946, il succède à Mgr Daniel Couvreur (1881-1946) et devient le chef apostolique de l’archiprêtré de Dunkerque. Il accède à la prélature romaine en 1953.

58 CAUDRON (André), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine – Lille-Flandre, Éditions Beauchesne et Centre d’Histoire de la région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, 1990, p. 170-171.

59 Le dossier individuel de l’abbé Henri Demulier est joint à celui de l’abbé Maurice PHALEMPIN qui lui consacra une étude, interdite de publication par l’Évêché : Un pionnier de la réconciliation franco-allemande : l’abbé Henri Demulier (1876-1955), 1966, dactyl. 105 p.

60 Les archives municipales de Coudekerque-Branche conservent un manuscrit de l’abbé Demulier, couvrant 36 pages d’un cahier d’écolier, intitulé : « La vie à Dunkerque après la trêve des 4 et 5 octobre 1944 ». Il s’est avéré que ce document n’était qu’une synthèse élaborée par l’auteur dans les premières années de l’après-guerre. C’est en effet par le plus grand des hasards que le texte original et intégral de ce journal a été retrouvé chez les Compagnons d’Emmaüs de Grande-Synthe dans une liasse où figuraient également les notes prises par l’abbé Delarroqua.

61 Archives départementales du Nord. 1 V 65 Demulier. Réponse du commissaire central de Tourcoing au préfet du Nord, en date du 14-08-1901.

62 En 1904, le pape Pie X confia à Mgr Gasparri la tâche de procéder à une œuvre législative de grande ampleur qui aboutit, sous le pontificat de Benoît XV à la promulgation, en 1917, du droit canonique.

63 Archives diocésaines de Lille. Dossier Demulier. Correspondance 1914-1929. Lettre en date du 14-12-1922.

64 Ibid. Lettre en date du 23 avril 1914.

65 PHALEMPIN (Maurice). Op. Cit.

66 Instituée par décret du 13 juillet 1917, cette médaille était destinée aux personnes et aux collectivités qui s’étaient distinguées par leur dévouement à la cause française au cours de la Grande Guerre, en dehors de toute activité à caractère militaire.

67 Archives diocésaines de Lille. Demulier. Dossier correspondance 1914-1929. Lettre en date du 1er juillet 1919.

68 Ibid. Lettre en date du 7 décembre 1922.

69 Le premier numéro de cette publication, daté de juillet-août 1923, est tiré à 6 000 exemplaires. Les autres auront un tirage plus limité (environ 500)

70 En 1924, l’abbé Gantois est élu président de l’Union des cercles flamands de France.

71 Archives diocésaines de Lille. La Semaine religieuse de Lille, 13 avril 1924. On lit notamment dans cet article que La Correspondance est « payée par l’ennemi » et qu’elle mène « une campagne proboche ».

72 L’abbé Demulier présente sa revue qui « compte 300 adhérents répartis dans plus de 60 départements et plus de 100 autres à l’étranger, surtout au Canada ». Archives diocésaines de Lille. Note en date du 10 septembre 1924.

73 Archives diocésaines de Lille. Demulier. Correspondance 1914-1929. Lettre de Mgr Quilliet au doyen de Cassel. 12 mai 1925.

74 Ibid. Lettre d’Henri Demulier au vicaire général du diocèse. 4 mars 1926.

75 Ibid. Lettre de Mgr Dewailly à l’abbé Demulier en date du 20 juillet 1926 : « Personne ici n’oserait vous confier actuellement le moindre ministère, car vous avez donné, par vos lettres et par vos actes, et dans ces derniers temps, des signes d’aliénation mentale indiscutable. Pour moi, je crois et je vous l’ai déjà dit, que vous feriez mieux de quitter Cassel, pour aller vous faire soigner dans une maison de santé, comme Lommelet, pendant quelques années, s’il le faut […] ».

76 La Semaine Religieuse de Lille du 12 février 1928. Article de l’abbé Lucien Détrez titré « Autour d’une perquisition ».

77 La Croix du Nord, 8 février 1928.

78 L’Enchaîné, 11 février 1928. Article de Marcel Deschamps intitulé « Après les odieuses perquisitions chez un prêtre antimilitariste ».

79 PHALEMPIN (Maurice, abbé). Op. cit.

80 Ibid.

81 Cet épisode est relaté par le quotidien L’Œuvre, dans son édition du 8 janvier 1941 (article de Maurice Wullens intitulé « Rencontre d’un homme ».

82 Armand Charpentier, secrétaire général de l’Évolution, « revue mensuelle des questions intéressant l’apaisement international et le rapprochement des peuples » avait soutenu l’abbé Demulier, après la perquisition dont celui-ci avait fait l’objet, en publiant, en mars 1928 (no 27), un article intitulé : « Le nationalisme contre la liberté. Un chrétien : l’abbé Henri Demulier ».

83 Cité par PHALEMPIN (Maurice, abbé). Op. cit.

84 Archives diocésaines de Lille. Demulier. Lettre en date du 4 juillet 1942, adressée au Werbestelle für Arbeitskräfte nach Deutschland bei der OFK 670. Bezirkswerbestelle, 51 rue de la Pomme d’Or à Calais et lettre adressée à l’évêque de Lille le 22 mars 1943.

85 Félicien Challaye figure parmi les signataires d’un tract pacifiste rédigé le 10 septembre 1939 à l’initiative de Louis Lecoin. Sous l’Occupation, il prête sa plume à plusieurs publications collaborationnistes et est considéré comme un proche de Marcel Déat.

86 L’Atelier du 25 décembre 1943. Un tiré à part de cet article fut diffusé à 4 000 exemplaires, sous forme de tract, en juillet 1944.

87 Rassemblement national populaire, parti de la Collaboration dirigé par Marcel Déat.

88 Le Journal de Roubaix, édition du 28 décembre 1943.

89 C’est notamment le cas de son ami Armand Charpentier qui collabore à l’hebdomadaire Union Française, résolument fasciste, occasionnellement aussi au quotidien Les Nouveaux Temps, lancé le 1er novembre 1940 par Jean Luchaire avec l’appui d’Otto Abetz, ainsi qu’à l’hebdomadaire Germinal, dit « socialiste », de tendance RNP, fondé au printemps 1944.

90 ODDONE (Patrick)... Op. cit.

91 Circulaire en date du 27 mars 1945, titrée : « À la population française de la Forteresse de Dunkerque ».

92 Ces incendies auraient été allumés pour leurrer les reconnaissances aériennes de l’aviation alliée. Ils coïncident aussi avec la crainte d’un bombardement massif.

93 Le clocher de cet édifice avait déjà été détruit, par les Allemands, le 29 juillet 1944.

94 Après avoir négocié avec l’Allemagne hitlérienne le concordat du 20 juillet 1933, Pie XI condamne l’hitlérisme par cette encyclique, en mars 1937, déclarant que le racisme, le totalitarisme et l’embrigadement de la jeunesse sont incompatibles avec l’épanouissement de l’être humain. Pour des raisons similaires, il condamne, quelques jours plus tard, dans l’encyclique Divini Redemptoris, le communisme athée comme une idéologie intrinsèquement perverse.

95 Ordonné prêtre en décembre 1910, Georges Delarroqua (1882-1955) exerça les fonctions de vicaire à Tourcoing – Notre-Dame de la Marlière (1912), Roubaix – Saint-Joseph (1916), Lille – Saint-Vincent de Paul (1916), Lille – Saint-Michel (1917), Mons-en-Baroeul (1926), Lomme – Notre-Dame (1927) puis de curé à Coudekerque-Branche – Sainte-Germaine (1928). En 1949, il fut nommé vice-doyen du décanat de Saint-Martin à Dunkerque. Par décret en date du 9 juin 1949, il fut élevé au grade de chevalier de la Légion d’honneur, pour services exceptionnels durant la guerre.

96 « La situation de l’armée allemande à Dunkerque, M. l’Amiral, me semble ressembler étrangement à celle dans laquelle se trouvait en juin 1940 l’armée française, et si je fais appel à vos sentiments d’humanité pour vous prier d’abréger l’épreuve dont souffre depuis plus de trois mois toute la population de la banlieue de Dunkerque, c’est parce que je suis convaincu qu’il n’y a pas moins d’honneur et de cœur chez un amiral allemand que chez un amiral français qui, pour sauver des vies humaines, n’a pas hésité de cesser le combat ». Extrait cité par BLANCKAERT (Serge), Le siège le plus long. Dunkerque, septembre 1944 – mai 1945, Blanckaert Frères, éditeur, Dunkerque, 1977, 126 p.

97 Archives diocésaines de Lille. Demulier. Lettre du colonel Lignereux, directeur régional des Prisonniers de guerre de l’Axe (caserne Kléber) à Mgr Régent, aumônier militaire régional, en date du 15 mars 1947.

98 Ibid. Note du chanoine Mahieu au cardinal Liénart, en date du 20 septembre 1955 : « […] Étant donné par ailleurs que M. Demulier tient fortement à ses idées pour lesquelles il milite depuis de longues années, il est évident que je ne pouvais lui envoyer l’expression de mes critiques sans le heurter violemment et m’exposer à subir de sa part soit des récriminations, soit des discussions interminables et passionnées qui demeureraient sans résultat. […] ».

99 Ibid. Note du cardinal Liénart à Mgr Devos, en date du 21 septembre 1955.

100 Il s’agit de la tombe de l’abbé Sylvain Mélis, décédé en 1950.

101 Mouvement créé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par Mgr Theas, évêque de Tarbes et Lourdes, et par Mme Dortel-Claudot, dans un souci immédiat de rapprochement franco-allemand.

102 Mgr Glorieux, recteur des facultés catholiques, s’est opposé à toute publication.

103 Archives diocésaines de Lille. Extrait d’une note rédigée par Mgr Gérard Lepoutre, recteur des facultés catholiques de Lille. Non datée.

Table des illustrations

Titre 1. Promenade équestre dans les ruines de Dunkerque pour un officier de la Wehrmacht au début de l’année 1944.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 2. L’entrée du port de Dunkerque dont l’accès est interdit à la population civile depuis les premiers jours de l’Occupation.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 3. Epais mur de béton érigé par l’occupant à Malo-les-Bains, à l’extrémité de l’avenue de la Mer, pour interdire tout accès à la digue et à la plage et servir d’ultime rempart dans l’hypothèse d’un débarquement allié.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 4. Vue partielle des destructions systématiques opérées en septembre 1944 au port de Dunkerque par les artificiers de la Kriegsmarine.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 5. La retraite allemande photographiée clandestinement à Bourbourg dans les premiers jours de septembre 1944.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 6. Les unités françaises combattent aux côtés des Tchèques sur le front de Dunkerque.
Légende Un hebdomadaire, édité par le service de presse de l’état-major de la 1re Région militaire, leur rend hommage le 18 janvier 1945.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre 7. De gauche à droite : le général de division Deligne, commandant la 1re Région militaire, le sous-préfet Marius Marant, nommé à la tête de l’arrondissement de Dunkerque à la Libération, et le résistant OCM-Voix du Nord Edouard Dewulf, photographiés à l’issue d’une cérémonie patriotique en 1945.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 8. Diplôme conférant à l’abbé Henri Demulier la médaille de bronze de la Reconnaissance française.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 9. L’église du Sacré-Cœur et le quartier du « Vieux Coudekerque » en 1945, après l’épisode du siège.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 10. Le centre-ville de Dunkerque tel qu’il apparaît en 1946 à la veille de la reconstruction.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71399/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search