Version classiqueVersion mobile

Le charme indiscret de Jan Schuermans

 | 
Ludo Milis

Troisième partie

Peste au pays de Waas

Texte intégral

  • 17 BAG, Acta episcopatus, reg. 8, f° 103r.
  • 18 Le fait que le vicaire de Beveren prît part, dans ces circonstances, à un concours pour la paroisse (...)
  • 19 Busin, o.c., p. 194, no 571 (le 7 septembre 1658).

1Dans sa fuite de Dunkerque, Schuermans avait laissé ses bagages à Bergues, ville tombée depuis aux mains de la France. Il s’y trouvait un document dont il avait un besoin urgent lors de son assignation par les vicaires-généraux du diocèse de Gand où il s’était réfugié. C’est sur cette pièce en effet qu’il fondait ses ultimes espoirs de moyens d’existence. On se rappelle que longtemps auparavant, avant même sa nomination à Ename, et donc in tempore non suspecto, il avait pris part à deux concours. Il n’en avait remporté aucun, mais l’évêque Triest lui avait quand même donné un document qui l’autorisait à entendre en confession et à prêcher dans tout le diocèse de Gand. Et ce certificat pouvait maintenant lui rendre de précieux services. Schuermans assistait maintenant, à ce qu’il disait lui-même, quelques curés du Pays de Waas, à mi-chemin entre Gand et Anvers : à Beveren, Vrasene, Kruibeke et aux alentours. Pourquoi ? Pouvait-il encore y compter sur l’accueil d’anciens camarades d’université ? La réalité est beaucoup plus tragique : quelques mois auparavant, le 8 septembre 1658, au palais épiscopal de Gand, le doyen de chrétienté du Pays de Waas était venu se plaindre que les vicaires de cette contrée se dérobassent à leur tâche. À les en croire, aucune loi ne les obligeait à s’exposer à la contagion ambiante, même si les curés étaient empêchés, euphémisme qui signifiait qu’ils étaient « également en fuite ».17 Autrement dit, il y sévissait une épidémie de peste qui semait la panique.18 L’internonce Di Vecchi en envoya également un compte rendu à Rome : à Anvers plus de cent cinquante maisons étaient contaminées.19

  • 20 Vers la même époque, un maître d’école qui s’était enfui de Dunkerque ou des environs remplaça un c (...)
  • 21 BAG, reg, 8, f° 125v-126r.
  • 22 Schuermans se trompe : il obtint le certificat après sa participation au concours pour Destelbergen

2Schuermans était donc à nouveau arrivé dans une contrée où personne d’autre ne voulait travailler. Et pourtant, des compatriotes en fuite, comme lui, n’étaient manifestement pas accueillis à bras ouverts. Une fois de plus, on ne lui concéda même pas la moindre petite fonction.20 Le 11 février 1659, il fut en effet appelé à se justifier au vicariat de Gand et on commença par le suspendre.21 Exactement quatorze jours après, il se présenta et il raconta comment, longtemps auparavant, alors qu’il avait participé sans succès au concours pour la cure d’Eine, il avait obtenu la permission d’entendre en confession et de prêcher dans le diocèse de Gand.22 Il disposait d’un certificat, mais celui-ci se trouvait dans ses bagages à Bergues. Il le montrerait bien, le moment venu, aux vicaires-généraux, et, en attendant, il pouvait, si nécessaire, invoquer le témoignage du curé et du vicaire de Beveren, qui, à ce qu’il disait, avaient vu le testimonial. Quand cela pouvait-il bien être ? Lorsque Schuermans s’annonça chez eux, après sa fuite, le document n’avait pas davantage quitté Bergues…

  • 23 BAG, Acta episcopatus, reg. 8, 128v-129r.

3Les vicaires-généraux vérifièrent dans leur registre si cette permission avait un jour été donnée et notulée. Hélas pour Schuermans, on n’en retrouva pas trace. Ils minimisent eux-mêmes la chose : peut-être s’agissait-il d’un oubli ou d’une négligence.23 Ce qu’on omit par contre de contrôler, c’est le registre personnel de Triest, l’évêque lui-même, où la permission était et est toujours dûment notée ! Les vicaires-généraux ont-ils intentionnellement négligé de le contrôler ou estimaient-ils impossible que ce déviant ait jamais pu recevoir, directement de l’évêque, une telle attestation ? Intentionnellement ou non, la protection dont Schuermans avait, il y a bien longtemps, joui de la part de Calenus, se retournait maintenant contre lui. Les vicaires-généraux décident d’ailleurs sans ambages : « après en avoir mûrement délibéré et du fait d’affaires sérieuses qu’il connaissait bien » – après toutes ces années, il fallait encore toujours recourir à des allusions pour cacher qu’il avait séduit des femmes et engendré un fils – il lui est interdit d’entendre en confession ou d’exercer toute autre activité pastorale, et s’il avait pu dans le passé obtenir cette permission, elle lui est tout bonnement retirée maintenant. En ce qui les concernait, il pouvait donc se dispenser de retourner sur le terrain des hostilités pour y chercher son certificat dans ses paperasses.

Carte du Pays de Waas, 1641

Carte du Pays de Waas, 1641

Carte du pays de Waas (Wasia, T Land van Waes), 1641 (Sanderus, Flandria Illustrata, II, pp. 542-3). Gand, Universiteitsbibliotheek, Kaartenkabinet. Carte 501 (inv. 1776)

4Il avait été condamné huit ans auparavant, il avait passé quatre ans en exil, puis il avait retrouvé sur la côte un médiocre emploi subalterne. Et voilà que Gand, alors qu’il fuyait les violences de la guerre, en dépit du manque de pasteurs dû aux ravages de la peste, ne lui accordait aucune chance. L’accomplissement de sa peine n’entraînait pas le pardon et le pardon produisait encore moins l’oubli.

5Il ne lui restait qu’une option : revenir dans la région où Marguerite l’Enragée exerçait son règne de misère et de guerre.

Notes

17 BAG, Acta episcopatus, reg. 8, f° 103r.

18 Le fait que le vicaire de Beveren prît part, dans ces circonstances, à un concours pour la paroisse de Berlare (le 19 décembre) est compréhensible et qu’il le remportât peut certes être considéré comme un coup de chance pour lui. (BAG, reg. 8, f° 117v.)

19 Busin, o.c., p. 194, no 571 (le 7 septembre 1658).

20 Vers la même époque, un maître d’école qui s’était enfui de Dunkerque ou des environs remplaça un collègue qui était en fuite du fait de la peste. (BAG, reg. 8, f° 110v).

21 BAG, reg, 8, f° 125v-126r.

22 Schuermans se trompe : il obtint le certificat après sa participation au concours pour Destelbergen.

23 BAG, Acta episcopatus, reg. 8, 128v-129r.

Table des illustrations

Titre Carte du Pays de Waas, 1641
Crédits Carte du pays de Waas (Wasia, T Land van Waes), 1641 (Sanderus, Flandria Illustrata, II, pp. 542-3). Gand, Universiteitsbibliotheek, Kaartenkabinet. Carte 501 (inv. 1776)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/71294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search